Marque-page social
Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre | Forum Les mystères des Ovnis sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
Tutoriel StellariumAujourd'hui à 15:18LorelineIl y a 112 ans dans la ToungouskaAujourd'hui à 13:07Jonas92Bob Lazar nous révèle sa mission top secret dans la zone 51 Hier à 19:52Jonas92Nouvelles vidéos du soleil par SDOHier à 12:51LorelineL'exploration d' Europa autour de Jupiter, Hier à 12:21Lorelinecas de Taverny, Île-de-France Hier à 11:21Loreline: le 22/06 à 23h - Lumière étrange dans le ciel - Salernes -Var (dép.83)Dim 05 Juil 2020, 22:01LorelineLes Belges du forumDim 05 Juil 2020, 16:23LorelineLe Rover Persévérance et son hélicoptère.Sam 04 Juil 2020, 23:46XPDavyLe voyage temporel est-il possible?Sam 04 Juil 2020, 19:09Jonas92PresentationVen 03 Juil 2020, 23:44Lorelinevague de 1974Ven 03 Juil 2020, 23:43BEneoLa journée mondiale des ovnis c'est aujourd'huiVen 03 Juil 2020, 21:54LorelineLe Pentagone a étudié les Ovnis dans le plus grand secret (New York Times, AATIP, TTSA, affaire Tic Tac etc...)Ven 03 Juil 2020, 20:09InvitéUne Petite Présentation...Ven 03 Juil 2020, 14:29Marie002La vie absente sur Terre puis une curiositéVen 03 Juil 2020, 10:04martinchange my mindJeu 02 Juil 2020, 23:41LorelineBonjour à toutes et à tousJeu 02 Juil 2020, 22:35Jean-Marc Wat JT Ovni en France juin 2020 avec ODHTvJeu 02 Juil 2020, 13:15Loreline(2006) Extraterrestres l'enquête par Stephane AllixMer 01 Juil 2020, 00:00InvitéPourquoi l'homme est-il si intelligent ?Mar 30 Juin 2020, 16:57LorelineNouvelle sur le Forum :DMar 30 Juin 2020, 00:29Garf2012: le 21/08 à 22H50 - "boule" lumineuse orange tournant sur elle même- MANSIGNE (72) Lun 29 Juin 2020, 16:27Lorelineincident nucleaire ? Dim 28 Juin 2020, 23:10InvitéLe prochain forum OVNI Dim 28 Juin 2020, 11:27Alain.Mcas de pescalisSam 27 Juin 2020, 23:46XPDavylune europeSam 27 Juin 2020, 21:49Invitéanomalie magnétique Ven 26 Juin 2020, 23:30Invité Légende des ovnis au JaponJeu 25 Juin 2020, 21:58Arnaud26 Thibaut Canuti : Contactés et sectes ufologiques.Mer 24 Juin 2020, 14:41Invité
Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Anonymous
Invité
Invité

Ovnis Comment des pilotes en colère ont pu forcer la Navy à prendre au sérieux les ovnis, Un article du Washington Post

le Jeu 25 Avr 2019, 15:59
Rappel du premier message :

Un article très intéressant dans le Washington Post de ce matin: 

Version anglaise:
How angry pilots got the Navy to stop dismissing UFO sightings

By Deanna Paul
April 25 at 9:21 AM

A recent uptick in sightings of unidentified flying objects — or as the military calls them, “unexplained aerial phenomena” — prompted the Navy to draft formal procedures for pilots to document encounters, a corrective measure that former officials say is long overdue.

As first reported by POLITICO, these intrusions have been happening on a regular basis since 2014. Recently, unidentified aircraft have entered military-designated airspace as often as multiple times per month, Joseph Gradisher, spokesman for office of the deputy chief of naval operations for information warfare, told The Washington Post on Wednesday.

Citing safety and security concerns, Gradisher vowed to “investigate each and every report.”

He said, “We want to get to the bottom of this. We need to determine who’s doing it, where it’s coming from and what their intent is. We need to try to find ways to prevent it from happening again.”

Luis Elizondo, a former senior intelligence officer, told The Post that the new Navy guidelines formalized the reporting process, facilitating data-driven analysis while removing the stigma from talking about UFOs, calling it “the single greatest decision the Navy has made in decades.”

Chris Mellon, a former deputy assistant secretary of defense for intelligence and staffer on the Senate Intelligence Committee, was less laudatory.

“I don’t believe in safety through ignorance,” he said, scolding the intelligence community for a lack of “curiosity and courage” and a “failure to react” to a strong pattern of sightings.

In some cases, pilots — many of whom are engineers and academy graduates — claimed to observe small spherical objects flying in formation. Others say they’ve seen white, Tic Tac-shaped vehicles. Aside from drones, all engines rely on burning fuel to generate power, but these vehicles all had no air intake, no wind and no exhaust.

“It’s very mysterious, and they still seem to exceed our aircraft in speed,” he said, calling it a “truly radical technology.”

According to Mellon, awestruck and baffled pilots, concerned that reporting unidentified flying aircraft would adversely affect their careers, tended not to speak up. And when they did, he said, there was little interest in investigating their claims.

“Imagine you see highly advanced vehicles, they appear on radar systems, they look bizarre, no one knows where they’re from. This happens on a recurring basis, and no one does anything,” said Mellon, who now works for To the Stars Academy of Arts and Sciences. Because agencies do not share this type of information, it is difficult to know the full extent of activity. Still, he estimated that dozens of incidents were witnessed by naval officers in a single year, enough to force the service to address the issue.

“Pilots are upset, and they’re trying to help wake up a slumbering system,” he told The Post.

Lawmakers’ growing curiosity and concern also appeared to coax action out of the Navy.

In 2017, the Pentagon first confirmed the existence of the Advanced Aerospace Threat Identification Program (AATIP), a government operation launched in 2007 to collect and analyze “anomalous aerospace threats.” As The Post’s Joby Warrick reported, the investigation ranged from “advanced aircraft fielded by traditional U.S. adversaries to commercial drones to possible alien encounters.”

According to former Pentagon officials and documents previously seen by The Post, program funding, which totaled at least $22 million, was suspended in 2012.

Gradisher said in a statement that “in response to requests for information from congressional members and staff, officials have provided a series of briefings by senior Naval Intelligence officials as well as aviators who reported hazards to aviation safety."

Elizondo, who ran the AATIP, said the newly drafted guidelines were a culmination of many things, most notably that the Navy had enough credible evidence — including eyewitness accounts and corroborating radar information — to “know this is occurring.”

“If I came to you and said, ‘There are these things that can fly over our country with impunity, defying the laws of physics, and within moments could deploy a nuclear device at will,’ that would be a matter of national security,” Elizondo said.

With the number of U.S. military personnel in the Air Force and Navy who described the same observations, the noise level could not be ignored.

“This type of activity is very alarming,” Elizondo said, “and people are recognizing there are things in our aerospace that lie beyond our understanding.”


Version française avec Deepl
Comment les pilotes en colère ont poussé la Marine à arrêter d'ignorer les observations d'OVNI
 
Par Deanna Paul
25 avril à 9h21
 
Une récente recrudescence des observations d'objets volants non identifiés - ou, comme les militaires les appellent, " phénomènes aériens inexpliqués " - a incité la Marine à rédiger des procédures officielles permettant aux pilotes de documenter les rencontres, une mesure corrective qui, selon d'anciens fonctionnaires, se fait attendre depuis longtemps.
 
Comme POLITICO l'a d'abord signalé, ces intrusions se produisent régulièrement depuis 2014. Récemment, des avions non identifiés sont entrés dans l'espace aérien militaire aussi souvent que plusieurs fois par mois, a déclaré Joseph Gradisher, porte-parole du bureau du chef adjoint des opérations navales pour la guerre informatique, au Washington Post mercredi.
 
Citant des préoccupations en matière de sûreté et de sécurité, M. Gradisher s'est engagé à "enquêter sur tous les rapports".
 
Il a dit : "Nous voulons aller au fond des choses. Nous devons déterminer qui le fait, d'où il vient et quelles sont ses intentions. Nous devons essayer de trouver des moyens d'empêcher que cela ne se reproduise."
 
Luis Elizondo, un ancien officier supérieur du renseignement, a déclaré au Post que les nouvelles lignes directrices de la Marine officialisaient le processus d'établissement de rapports, facilitant l'analyse fondée sur les données tout en éliminant les préjugés liés au fait de parler des OVNI, qualifiant cette décision de " la plus importante prise par la Marine depuis des décennies ".
 
Chris Mellon, ancien sous-secrétaire adjoint à la Défense pour le renseignement et membre du personnel de la Commission sénatoriale du renseignement, était moins élogieux.
 
"Je ne crois pas en la sécurité par l'ignorance ", a-t-il dit, réprimandant la communauté du renseignement pour son " manque de curiosité et de courage " et son " absence de réaction " face à un fort schéma d'observations.
 
Dans certains cas, les pilotes - dont bon nombre sont des ingénieurs et des diplômés de l'Académie - ont prétendu observer de petits objets sphériques volant en formation. D'autres disent avoir vu des véhicules blancs en forme de Tic Tac. Mis à part les drones, tous les moteurs dépendent de la combustion du carburant pour produire de l'énergie, mais tous ces véhicules n'avaient pas d'admission d'air, pas de vent ni d'échappement.
 
"C'est très mystérieux, et ils semblent toujours dépasser la vitesse de nos avions", a-t-il dit, appelant cela une "technologie vraiment radicale".
 
Selon M. Mellon, les pilotes stupéfaits et déconcertés, qui craignaient que le signalement d'aéronefs non identifiés ne nuise à leur carrière, avaient tendance à ne pas parler haut et fort. Et lorsqu'ils l'ont fait, dit-il, il y avait peu d'intérêt à enquêter sur leurs demandes.
 
"Imaginez que vous voyez des véhicules très perfectionnés, ils apparaissent sur les systèmes radar, ils ont l'air bizarre, personne ne sait d'où ils viennent. Cela se produit de façon récurrente, et personne ne fait rien ", a déclaré M. Mellon, qui travaille maintenant pour l'Académie des arts et des sciences To the Stars. Comme les organismes ne partagent pas ce type d'information, il est difficile de connaître toute l'étendue des activités. Néanmoins, il a estimé que des douzaines d'incidents ont été observés par des officiers de marine en une seule année, assez pour forcer le service à s'attaquer au problème.
 
"Les pilotes sont contrariés, et ils essaient d'aider à réveiller un système endormi ", a-t-il déclaré au Post.
 
La curiosité et la préoccupation croissantes des législateurs semblaient également inciter la Marine à agir.
 
En 2017, le Pentagone a d'abord confirmé l'existence du Programme avancé d'identification des menaces aérospatiales (AATIP), une opération gouvernementale lancée en 2007 pour recueillir et analyser les "menaces aérospatiales anormales". Comme l'a rapporté Joby Warrick du Post, l'enquête a porté sur des " avions de pointe mis en service par des adversaires américains traditionnels, des drones commerciaux et d'éventuelles rencontres avec des extraterrestres ".
 
Selon d'anciens fonctionnaires du Pentagone et d'autres documents vus auparavant par le Post, le financement du programme, qui s'élevait à au moins 22 millions de dollars, a été suspendu en 2012.
 
M. Gradisher a déclaré dans une déclaration que " en réponse aux demandes d'information des membres et du personnel du Congrès, les fonctionnaires ont donné une série de séances d'information par des hauts responsables du renseignement naval ainsi que par des aviateurs qui ont signalé des dangers pour la sécurité aérienne ".
 
Elizondo, qui dirigeait l'AATIP, a déclaré que les nouvelles lignes directrices étaient le point culminant de beaucoup de choses, notamment le fait que la Marine avait suffisamment de preuves crédibles - y compris des témoignages oculaires et des informations radar corroborantes - pour " savoir que cela se passe actuellement ".
 
Si je venais vous voir et que je vous disais : " Il y a des choses qui peuvent survoler notre pays en toute impunité, défiant les lois de la physique, et qui, en quelques instants, pourraient déployer un engin nucléaire à volonté ", ce serait une question de sécurité nationale ", a dit Elizondo.
 
Avec le nombre de militaires américains de l'armée de l'air et de la marine qui ont décrit les mêmes observations, le niveau de bruit ne pouvait être ignoré.
 
"Ce type d'activité est très alarmant et les gens reconnaissent qu'il y a des choses dans notre aérospatiale qui dépassent notre entendement", a dit M. Elizondo.
 
Traduit avec www.DeepL.com/Translator

https://www.washingtonpost.com/national-security/2019/04/24/how-angry-pilots-got-navy-stop-dismissing-ufo-sightings/?fbclid=IwAR308bGA7J4mWQb8So7xxdExo4sXA1roOTtbIVnJ-Oom1BxFRjX5P828k7E&noredirect=on&utm_term=.7c77c769a26f

Cordialement,

Julien

Anonymous
Invité
Invité

Ovnis Re: Comment des pilotes en colère ont pu forcer la Navy à prendre au sérieux les ovnis, Un article du Washington Post

le Mer 04 Déc 2019, 17:58
Nouvel article (très long) de Popular Mechanics...

Cliquez ici (Article original)

Proposition de traduction avec DeepL

Les cinq hommes entretiennent une relation facile, s'entremêlant joyeusement tout en communiquant un profond sentiment de respect mutuel. Il est clair qu'ils partagent tous le lien d'avoir servi une fois dans les forces armées. Pourtant, pour Gary Voorhis, Jason Turner, P.J. Hughes, Ryan Weigelt et Kevin Day, réunis dans un groupe de discussion privé par Popular Mechanics-quelque chose de beaucoup plus important les unit au-delà du simple service dans la marine américaine.

Ces hommes ont aussi en commun d'être témoins de l'un des cas d'OVNI les plus fascinants de l'histoire moderne : les Rencontres OVNI de Nimitz, un événement dont la Marine a récemment confirmé qu'il s'agissait bien de "phénomènes aériens non identifiés".

Largement éclipsés par une vidéo granuleuse en noir et blanc et un ancien témoin oculaire du pilote de chasse Topgun, ces vétérans offrent des détails nouveaux et intrigants sur ce qui s'est passé avec le Strike Carrier Group-11 de la Marine, qui a navigué à environ 100 milles des côtes de la Californie du Sud en 2004 - détails qu'un ancien agent du renseignement qui a fait carrière au Pentagone et qui a mené une enquête sur la rencontre Nimitz ne peut confirmer, nier ou même discuter avec Popular Mechanics.

En fin de compte, ces cinq hommes - les " autres " témoins de Nimitz - pourraient jouer un rôle clé dans la compréhension d'un événement qui, selon un éminent spécialiste de la défense aérienne, " n'était probablement pas le nôtre ".

Alors, c'était à qui ?

L'INTERCEPT

Stationné sur l'USS Princeton, un croiseur de missiles guidés de la classe Ticonderoga, alors que le groupe de porte-avions Nimitz se mettait en route début novembre 2004 pour un exercice d'entraînement de routine, ce serait la dernière fois que l'ancien quartier-maître de 3e classe Gary Voorhis s'embarquerait sur un navire de la Marine.

Ayant déjà passé près de six ans dans la Marine, dont deux tournées de combat, Voorhis était prêt à passer à la vie en dehors du monde des coques en métal gris sans passion et des vastes mers qui s'élèvent.

"Le groupe allait se déployer dans quelques mois et il y avait un tas de nouveaux systèmes, comme le radar Spy-1 Bravo, raconte Voorhis à Popular Mechanics. "Il s'agissait vraiment de faire sortir tous les défauts."

Alors qu'il discutait avec certains techniciens radar de Princeton, Voorhis dit qu'il a entendu dire qu'il y avait des "traces de fantômes" et du "fouillis" sur les radars. Pour Voorhis, le seul technicien du système de Princeton pour la capacité d'engagement coopératif (CEC) et le système de combat AEGIS à la fine pointe de la technologie, les nouvelles de ces systèmes susceptibles de mal fonctionner étaient particulièrement préoccupantes.

Craignant que le tout nouveau système radar passif AN/SPY-1B du navire ne fonctionne mal, M. Voorhis indique que les systèmes de contrôle de l'air ont été démontés et recalibrés afin d'éliminer ce que l'on suppose être de faux échos radar.

"Une fois que nous avons terminé tout le recalibrage et que nous l'avons remonté, les pistes étaient en fait plus nettes et plus claires ", dit Voorhis. "Parfois, ils étaient à une altitude de 80 000 ou 60 000 pieds. D'autres fois, ils étaient à environ 30 000 pieds, à une vitesse de 100 nœuds. Leurs coupes transversales radar ne correspondaient à aucun avion connu ; elles étaient rouges à 100 %. Pas de cris, pas d'IFF (Identification Friend or Foe)."

Assis au Centre d'information de combat (CIC) de Princeton, le spécialiste principal des opérations Kevin Day a été chargé de protéger l'espace aérien autour du groupe d'attaque. "Mon travail consistait à surveiller les radars et à identifier tout ce qui volait dans le ciel ", a déclaré M. Day dans le documentaire The Nimitz Encounters.

Le ou vers le 10 novembre 2004, à environ 100 milles au large de la côte de San Diego, Day a commencé à remarquer d'étranges traces radar près de la région de l'île de San Clemente. "La raison pour laquelle je dis qu'ils sont bizarres[c'est] parce qu'ils apparaissaient par groupes de cinq à dix à la fois et qu'ils étaient assez rapprochés les uns des autres. Et il y avait 28 000 pieds à une centaine de nœuds qui se dirigeaient vers le sud ", dit Day dans le documentaire.

Dans un autre clip YouTube, Ryan Weigelt, ancien premier maître de 1re classe et spécialiste des centrales électriques pour l'hélicoptère SH-60B "Seahawk", a rappelé le ton à bord du missile de croisière de l'époque.

"Le chef Day, son nom, était appelé toutes les deux minutes, sans conneries." Weigelt a dit. "Je me souviens d'avoir entendu quelque chose, comme si un grand scénario réel se déroulait, mais je n'ai pas vraiment compris."

Pendant que Day et les contrôleurs de la circulation aérienne de Princeton continuaient de surveiller les étranges échos radar, M. Voorhis dit qu'il a commencé à profiter de l'occasion pour utiliser les systèmes de repérage perfectionnés du navire pour avoir un aperçu des objets qui s'y trouvaient.

"Quand ils apparaissaient sur le radar," dit Voorhis, "je prenais le relèvement relatif, puis je courais jusqu'au pont et je regardais à travers une paire de jumelles fortement agrandies dans la direction d'où venaient les retours." Décrivant ce qu'il a vu pendant la journée, M. Voorhis dit que les objets étaient trop éloignés pour qu'il puisse discerner des traits distinctifs, mais qu'il pouvait clairement voir quelque chose bouger de façon erratique au loin.

"Je n'arrivais pas à comprendre les détails, mais ils restaient là, puis tout à coup, en un instant, ils s'enfuyaient dans une autre direction et s'arrêtaient de nouveau ", dit Voorhis. "La nuit, ils émettaient une sorte de lueur de phosphore et étaient un peu plus faciles à voir que le jour."

Le 14 novembre, les retours étranges se succédaient depuis près d'une semaine. Alors qu'un exercice de défense aérienne était prévu ce matin-là, Day a convaincu son commandant de le laisser diriger l'avion pour qu'il tente d'intercepter ces échos radar anormaux. La décision de Day a conduit le commandant du VFA-41 Squadron Commander David Fravor à rencontrer ce qu'un " résumé non officiel " décrit plus tard comme " un œuf allongé ou une forme " Tic Tac " avec un axe horizontal central visible " d'environ 46 pieds de longueur.

L'interception étant trop éloignée pour les jumelles, même les plus puissantes, Voorhis, Day et le reste du Princeton ne pouvaient qu'écouter les communications en direct, car le vaisseau non identifié a échappé sans effort aux deux avions de chasse en démontrant "une accélération avancée, une capacité aérodynamique et de propulsion". Surmontés par un objet familièrement connu sous le nom de "Tic Tac", Fravor et son ailier sont retournés à bord de l'USS Nimitz.

Lors d'un vol subséquent d'un autre F/A-18, grâce à une nacelle de visée ATFLIR ultramoderne, le lieutenant Chad Underwood a réussi à capturer la vidéo du "véhicule aérien anomalous", ou "AAV".

Pendant 13 ans, l'incroyable histoire de l'U.S. Navy harcelée et surpassée par les OVNI est restée largement inconnue du grand public. Cependant, en décembre 2017, après To the Stars Academy of Arts & Science - un groupe de réflexion sur les ovnis fondé par l'ancien frontman de Blink-182 Tom DeLonge - et le New York Times a publié un clip 1:16 de la vidéo ATFLIR, le monde a soudain pris connaissance des "rencontres Nimitz".

Ce qui n'a pas été discuté, cependant, c'est ce que disent les témoins de Nimitz après la désormais célèbre interception avec le "Tic Tac". Leur témoignage soulève beaucoup plus de questions, de débats et même de controverses.

LE MYSTÈRE
Comme beaucoup d'autres marins à bord de l'USS Princeton, l'ancien quartier-maître de 3e classe Jason Turner savait que quelque chose se passait, mais il ne savait pas exactement ce qui se passait au CIC. Ce n'est qu'au cours d'une rencontre fortuite, alors qu'il livrait des fournitures à l'espace d'exploitation des signaux du navire, que Turner s'est retrouvé un autre témoin involontaire de l'événement OVNI du Nimitz.

Une vidéo jouée sur l'un des moniteurs de la console a immédiatement attiré l'attention de Turner. Le "Tic Tac" y effectuait un certain nombre de manœuvres apparemment impossibles, que l'on ne voyait pas dans le bref clip sorti en 2017. Turner a décrit ce qu'il a vu dans le documentaire Nimitz Encounters :

"Ce truc devenait dingue, comme s'il tournait en rond. C'est incroyable la quantité de forces de g que cela exercerait sur un humain. Il a fait une manœuvre, comme s'ils le poursuivaient tout droit, il allait avec eux, puis cette chose s'est arrêtée de tourner, s'est envolée. Dans un instant. La vidéo que vous voyez maintenant, ce n'est qu'un petit extrait au début de toute la vidéo. Mais cette chose, c'était bien plus que ce que vous voyez dans cette vidéo."
Même maintenant, Turner semble toujours visiblement troublé par ce qu'il a vu ce jour-là. "J'ai demandé à un bon ami à moi qui travaillait dans ce domaine, s'il s'agit de la formation que nous suivons ", dit-il à Popular Mechanics.

"Non", répondit l'ami. "C'est la vraie vie."

De même, par hasard, au moment de l'interception désormais célèbre, Ryan Weigelt s'est retrouvé à l'intérieur du CIC de Princeton, après avoir été appelé pour avoir une conversation avec un autre détachement. Selon Weigelt, une vidéo d'un F/A-18 essayant de faire de son mieux pour attraper l'insaisissable "Tic Tac" passait sur les écrans. Comme Turner, Weigelt dit que ce qu'il a vu était beaucoup plus long que le bref clip sorti en 2017.

"J'y suis resté un bon moment et c'était sur l'écran pendant tout ce temps. Je ne pouvais pas vous dire combien de temps, mais ça jouait quand je suis allé au combat et ça jouait quand je suis parti ", a dit Weigelt dans une interview sur YouTube.

Voorhis dit à Popular Mechanics qu'il a lui aussi vu une version beaucoup plus longue et plus claire de la vidéo ATFLIR à travers le réseau LAN top secret du navire. "J'ai certainement vu une vidéo d'une durée d'environ 8 à 10 minutes et beaucoup plus claire ", dit M. Voorhis.

Ce qu'il a vu ressemblait-il à n'importe quel type d'avion conventionnel ?

"Umm, non !" dit-il en riant. "Dans la vidéo que j'ai vue, vous avez bien compris à quel point le pilote avait de la difficulté à suivre le rythme. Il n'arrêtait pas de faire des virages serrés à angle droit."

L'affirmation la plus choquante de ces vétérans de la marine est ce qu'ils disent que cela s'est passé avec toutes les bandes de données des divers systèmes qui ont enregistré ces événements OVNI.

LES VISITEURS

À des kilomètres de Voorhis, Day, Turner et Weigelt, sur le pont du porte-avions USS Nimitz, le quartier-maître Patrick "PJ" Hughes ne connaissait pas les objets non identifiés que le groupe Carrier utilisait depuis plusieurs jours. En tant que technicien en aéronautique, l'une des tâches de Hughes consistait plutôt à sécuriser les enregistreurs de données du disque dur de l'avion d'alerte avancée aéroporté, le E-2 Hawkeye.

"Nous les appelons des briques, mais elles contiennent le logiciel permettant d'exécuter l'avion et elles enregistrent ou peuvent enregistrer une grande partie des données que l'équipage voit pendant le vol ", a déclaré Hughes dans une interview sur YouTube.

Le 14 novembre, alors que Hughes effectuait cette tâche de routine, il ne savait pas que les disques durs E-2 qu'il protégeait dans un coffre-fort classifié venaient tout juste d'arriver de l'Oeil-de-lynx ce jour-là pour tenter pour la première fois d'intercepter les mystérieux OVNIs.

Peu de temps après avoir sécurisé les briques de données, Hughes a déclaré qu'il avait reçu la visite de son commandant et de deux inconnus. "Ils n'étaient pas sur le vaisseau plus tôt, et je ne les ai pas vus monter. Je ne sais pas trop comment ils sont arrivés là ", a dit Hughes au sujet des deux hommes.

Selon Hughes, son commandant lui a dit de retourner les disques durs récemment sécurisés. "Nous les avons mis dans les sacs, il les a pris, puis lui et les deux officiers anonymes sont partis," dit Hughes.

A l'intérieur du Princeton, Voorhis a eu une rencontre similaire. "Ces deux types se présentent en hélicoptère, ce qui n'était pas rare, mais peu après leur arrivée, peut-être 20 minutes plus tard, ma chaîne de commandement m'a dit de remettre tous les enregistrements de données pour le système AEGIS, " dit Voorhis.

HISTOIRE CONNEXIONNELLE

Rencontre supposée avec un OVNI de Westall.
L'histoire complète des observations d'OVNI
En plus de retourner ses bandes de données, M. Voorhis dit que cette chaîne de commandement lui a dit qu'il devait recharger les enregistreurs du Centre d'engagement de combat (CEC) avancé du navire parce qu'ils avaient également été nettoyés, ainsi que les lecteurs optiques avec toutes les communications radio. "Ils m'ont même dit d'effacer tout ce qu'il y a dans la boutique, même les bandes vierges." Voorhis dit que la seule autre fois qu'il se souvient d'avoir eu à retourner ses bandes de cette façon, c'était après l'écrasement d'un avion lors d'un de ses déploiements de combat.

Sur le pont d'envol de Princeton, M. Weigel indique que les deux hommes sont arrivés à bord du Princeton par hélicoptère, portant des combinaisons de vol génériques. Selon Weigelt, les hommes sont montés à bord d'un des hélicoptères SH-60B de son détachement et se sont envolés pendant un certain temps avant de revenir avec "un tas de sacs". Weigelt dit que les deux hommes se sont retirés dans le "Quartier de l'Amiral" sur le Princeton et qu'un garde a été mis en scène à l'extérieur de la porte.

LE DOUBRE

Dans une interview accordée en janvier à l'émission The Fighter Pilot Podcast, le Cmdt David Fravor a déclaré à un autre pilote de F/A-18 à la retraite et animateur Vincent Aiello que les bandes vidéo de l'escadron de l'interception "Tic Tac" avaient mystérieusement disparu. Fravor dit qu'il pense qu'il est probable que les bandes ont été enregistrées par inadvertance.

"Tu sais comment c'est quand tu vas à la croisière et quand tu en reviens, dit Fravor. "Quelqu'un dit : "Qu'est-ce que c'est ? On dirait des cassettes vierges de 8 mm. On va juste les utiliser."

Dans une interview accordée à Popular Mechanics, Aiello a décrit en détail les processus de sécurisation des bandes de vol, comme Fravor l'a mentionné. Bien que ces documents soient classifiés, un certain nombre de membres qualifiés de l'escadron auraient accès au coffre-fort où les bandes auraient été conservées.

"C'est très courant, même pour les bandes que vous avez marquées et que vous voulez sauvegarder, d'être remis en circulation, distribué et enregistré par inadvertance ", explique M. Aiello. "Je pense que l'opinion du Cmdt Fravor sur la façon dont les bandes ont disparu est l'explication la plus plausible. Cependant, beaucoup de membres de l'escadron ont accès à ce matériel, ce qui laisse la porte ouverte à quelqu'un qui aurait pu les prendre intentionnellement."

Bien que Fravor ait reconnu la disparition des données, le témoin le plus connu du Nimitz a également fait marche arrière sur certains des récits du marin engagé.

Prenant la parole au festival UFO de McMenamin en mai dernier, Fravor a mis en garde certains des "autres témoins", affirmant que seuls les quatre pilotes impliqués avaient personnellement vu le "Tic Tac", que personne n'avait été invité à signer des accords de non-divulgation[NDA], et que des "hommes en costume" ne s'étaient jamais présentés sur les navires.

Lors d'une apparition en octobre sur le podcast de Joe Rogan, Fravor a dit : " Il y a encore des groupes de gens qui inventent des choses, comme quelqu'un qui est sorti sur le nôtre et dont il parlait, il a dit, j'ai vu la vidéo entière, la vidéo entière dure environ 10 minutes et elle faisait tout cela. C'est des conneries."

Fravor a dit à Rogan qu'il était l'un des 20 membres les plus haut placés du groupe de transporteurs et que s'il y avait eu une enquête officielle, il l'aurait su.

"Si c'est le cas, pourquoi ne se sont-ils pas présentés et n'ont-ils pas parlé à ceux qui l'ont vu, qui l'ont poursuivi et à l'un des officiers supérieurs du groupement tactique ?" demanda Fravor.

Voorhis affirme que dans les jours précédant l'interception, il a été témoin d'objets indistincts loin dans le lointain. Mais en ce qui concerne l'interception de Fravor, il dit : "Son interception ? Non, nous étions trop loin, et je n'aurais pas été au courant. Juste que c'était en train d'arriver."

"JE SAVAIS JUSTE QU'ILS ÉTAIENT LÀ POUR UNE RAISON, POUR FAIRE QUELQUE CHOSE QU'ILS DEVAIENT FAIRE, ET RESTER EN DEHORS DU CHEMIN."

Aucun des témoins avec qui Popular Mechanics a parlé n'a prétendu avoir vu l'interception de l'objet inconnu par Fravor.

Dans le documentaire The Nimitz Encounters, Hughes a dit qu'un ami et membre d'équipage d'un Hawkeye E-2 lui avait dit qu'il devait signer une NDA sur cet incident. Étant donné que les E-2 auraient été dans le VAW-117 (" The Wallbangers ") du Carrier Wing Nine's Airborne-Early Warning Squadron, et non dans l'escadron de chasse de Fravor, il est possible que le commandant du E-2 aurait pu émettre une NDA à leur équipage sans que Fravor le sache. Cependant, Popular Mechanics n'a pas vérifié ce que Hughes a été dit. Aucun des témoins à qui nous avons parlé n'a prétendu avoir signé une LDN.

Les témoins de la Nimitz ont affirmé que deux officiels inconnus s'étaient présentés peu après les incidents de l'OVNI. Cependant, ils ne les décrivent pas comme étant les sinistrement "Men in Black", comme Fravor l'a laissé entendre.

D'après Weigelt, il n'était pas rare que des gens qui n'étaient pas postés sur les navires n'entrent et ne sortent pas. Pour lui, ce n'est que lorsqu'il entendit les récits de Voorhis et Hughes que l'arrivée des deux individus sur le Princeton sembla être liée aux événements de l'OVNI.

"Je savais juste qu'ils étaient là pour une raison, pour faire quelque chose qu'ils devaient faire, et qu'ils devaient rester en dehors de leur chemin," dit Weigelt.

"L'équipage de l'escadron ne serait normalement pas avisé si le radar du navire ou d'autres renseignements étaient utilisés pour une enquête, explique Guy Snodgrass, ancien pilote de F/A-18, instructeur Topgun et directeur des communications pour l'ancien secrétaire à la Défense, le général James Mattis.

Bien que Snodragss n'ait pas voulu commenter directement l'événement OVNI, il a déclaré avoir servi aux côtés de l'officier des systèmes d'armes à l'intérieur de l'avion de Fravor pendant l'interception.

"C'est un officier des systèmes d'armes (WSO) talentueux qui s'est consacré à la profession d'aéronaval ", dit Snodgrass au sujet du pilote, qui n'a jamais parlé publiquement et Popular Mechanics choisit de ne pas nommer, car il sert toujours dans la marine américaine. "Il a aussi l'acuité de caractériser correctement tout ce qui sort de l'ordinaire qu'il aurait pu voir, alors j'aurais tendance à donner plus, et non moins, de poids à son récit."

LES DÉFENSEURS

En enquêtant sur ces allégations, Popular Mechanics a pu localiser et parler à un témoin inconnu qui faisait partie du groupe de transporteurs Nimitz en 2004. Ne sachant pas que certains de ses compagnons de bord s'étaient déjà présentés, et par souci de sécurité, le témoin a accepté de ne parler que sous le couvert de l'anonymat.

"Je me souviens très bien des événements de 2004 ", dit le témoin, qui était à l'époque spécialiste des opérations à bord du USS Princeton. "La décision a été prise de brouiller deux avions de chasse pour enquêter. D'après ce que les pilotes ont décrit, le mouvement de l'OVNI défiait les lois de la physique."

Popular Mechanics n'a fourni au témoin aucune des affirmations précédentes.

"Ce qui a vraiment rendu cet incident alarmant, c'est lorsqu'un hélicoptère Blackhawk a atterri sur notre navire et a pris toutes nos informations dans les salles très secrètes ", dit le témoin. "Nous étions tous assez choqués et c'était une règle tacite de ne pas en parler parce que nous avions des autorisations secrètes et que nous ne voulions pas compromettre nos carrières."

Quant à savoir s'il y avait à l'origine un enregistrement plus long que l'infâme interception d'OVNI, Aiello dit que c'est "tout à fait possible".

"D'APRÈS CE QUE LES PILOTES ONT DÉCRIT, LE MOUVEMENT DE L'OVNI DÉFIAIT LES LOIS DE LA PHYSIQUE."

"Les bandes de 8 mm utilisées à l'époque avaient deux heures de temps d'enregistrement, et il n'était pas rare que les équipages le laissent allumé pendant la majeure partie du vol ", explique M. Aiello. "Il est plausible qu'ils n'aient enregistré qu'une petite partie des cassettes à CIC, mais que le reste des cassettes ait été disponible... jusqu'à ce qu'elles soient enregistrées ou quoi qu'il arrive."

Aiello, qui était sur le porte-avions Nimitz en 2004, mais qui a été affecté à un autre escadron de chasseurs d'attaque, dit qu'il n'a pas d'information directe sur l'incident, mais il est prêt à donner son opinion en se fondant sur son expérience de pilote de chasse militaire depuis plus de 20 ans.

Les témoins qui se sont enrôlés disent qu'il est décevant d'entendre Fravor laisser entendre que certains de leurs récits sont inexacts. Cependant, ils restent tous fidèles à leur expérience et soutiennent également le récit de Fravor. Pour eux, ils disent que la seule raison pour laquelle ils ont raconté leur histoire, c'est pour soutenir Fravor et leurs collègues marins. "C'est de cela qu'il s'agit depuis le premier jour ", dit Turner.

Mais même si Fravor n'achète pas les histoires des témoins, cela ne veut pas dire que les autres ne croient pas.

"La combinaison de ces aviateurs, des opérateurs du radar Aegis de Princeton et de l'équipage du E-2 m'a convaincu hors de tout doute de la véracité de l'histoire ", déclare Paco Chierici, ancien pilote de F-14, auteur de Lions of the Sky, et la personne à qui l'on doit la première annonce de l'événement Nimitz dans un article du Fighter Sweep 2015. "Je connais ces gens et comment ce monde fonctionne. Il n'y a aucune chance qu'elle ait été fabriquée ou mal interprétée." (Fravor n'a pas répondu à plusieurs demandes d'entrevue.)

Pour être clair, le seul témoin de Nimitz que Chierici connaisse personnellement est Fravor. "Mais, dit-il, je connais ces gens. J'ai travaillé et vécu avec eux pendant 20 ans, fonctionnant à des tempos et des niveaux de stress très élevés. Ils sont tous, depuis les opérateurs radar jusqu'aux cmdt d'escadron, incroyablement professionnels et compétents. Le meilleur dans ce qu'ils font."

LA VÉRITÉ.....

D'après les récits des " autres " témoins de Nimitz, il y a des preuves accablantes qui suggèrent que quelqu'un était très intéressé par cet événement quand il s'est produit. Étant donné qu'aucun des témoins ou des pilotes en cause n'a dit avoir été interrogé à ce moment-là, il semble que les données électroniques du navire constituaient la préoccupation la plus importante pour les témoins. Ce que ces données révèlent reste cependant un mystère.

Popular Mechanics s'est entretenu avec l'homme qui dit avoir enquêté sur des OVNI alors qu'il travaillait pour le Bureau du sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement : Luis Elizondo. Interrogé sur l'existence d'une vidéo plus longue que celle qui a été diffusée publiquement, Elizondo-qui est maintenant directeur de la sécurité mondiale et des programmes spéciaux pour To the Stars Academy-dit : "Malheureusement, je ne suis pas en mesure pour le moment de dire ce que le gouvernement américain a en sa possession".

De même, Elizondo a parié des questions supplémentaires sur les données électroniques manquantes, en disant seulement : "Une enquête complète a été menée, y compris diverses sources de données, dans lesquelles les conclusions restent dans la providence du gouvernement américain". Quant à savoir si d'autres sources non marines ont été utilisées ou non au cours de cette enquête, M. Elizondo affirme qu'il n'a pas été en mesure de confirmer ou de nier toute information concernant la coordination avec d'autres éléments du gouvernement des États-Unis.

Quant à savoir si d'autres sources de données (qui peuvent ou non exister) ont contribué à influencer la position publique de la Marine selon laquelle ces objets sont toujours "non identifiés", Elizondo est timide. "C'est certainement plausible," dit-il, "en plus des nombreux autres rapports des pilotes de l'U.S. Navy."

Pour ce qui est de savoir pourquoi d'autres données ne sont pas rendues publiques, Elizondo affirme que cela pourrait avoir plus à voir avec ce qui a été utilisé qu'avec ce qui a été réellement enregistré.

"De nombreux systèmes et la manière dont les données sont collectées restent classifiés afin de protéger les tactiques, les techniques et les procédures ", explique Elizondo. "Je ne suis pas libre de discuter de ces systèmes."

Elizondo dit qu'il encouragerait " absolument " d'autres témoins militaires à faire part de leurs témoignages. "Bon nombre des membres de notre service sont des observateurs hautement qualifiés, dit-il. "Les données obtenues par ces types sont toujours considérées comme des observations valables, bien que les nuances ne soient pas immédiatement connues."

Nick Cook, l'ancien rédacteur en chef du Jane's Defense Weekly, explique qu'il y a plusieurs raisons pour lesquelles des membres du personnel ont pu arraisonné des navires et saisir des données électroniques. "Cela pourrait signifier qu'il s'agit d'informations sensibles ", dit-il. "Ça pourrait signifier que c'était un exercice."

En ce qui concerne cette dernière possibilité - qu'il s'agissait d'un test militaire secret d'une sorte - Cook, un journaliste de défense de carrière, dit à son avis qu'il était peu probable que ce test soit classifié. "Ce n'est pas impossible, mais je ne pense pas que ce soit probable. Ce serait contraire à la norme de mon expérience sur la façon dont le monde noir fait des tests."

Après avoir passé une décennie à étudier le potentiel d'une technologie aérospatiale secrète de pointe et à publier ces efforts dans The Hunt for Zero Point, Cook s'est montré prudent avant de tirer des conclusions définitives sur ce que le groupe de transporteurs Nimitz avait découvert. Cook dit qu'il est possible, mais peu probable, que le "Tic Tac" était une sorte de drone classé.

"J'ai cherché pendant 10 ans et je n'ai jamais trouvé de preuves convaincantes de l'existence de ce type de technologie ", dit M. Cook. "[Cela] ne veut pas dire qu'il ne peut plus exister... Je n'ai juste jamais trouvé d'arme à feu pour ça."

Mais lorsqu'on le pousse, le journaliste de carrière en aviation dit sobrement : "Selon la prépondérance des probabilités, je ne pense pas qu'il s'agisse de la nôtre".

@+

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum