Marque-page social
Conservez et partagez l'adresse de Forum Les mystères des Ovnis - Ufologie et vie extraterrestre sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
la réponse est peut-être dans le futur Aujourd'hui à 18:46Roland89Besoin d'aide pour traiter une vidéoAujourd'hui à 17:02William1963"LE TEMPS DES OVNIS" nouveau docu par Georges CombesAujourd'hui à 14:47Hector01PANIQUE CHEZ LES PSEUDO SCEPTIQUESAujourd'hui à 12:43Pierre.BÉvidence évidenceHier à 19:34udje54032017: le 21/03 à 10h30 - Pan dans le ciel - Plélan le grand (35)Hier à 08:46Roland89Articles sur le sujet ovniHier à 07:55Hector01OVNI en MéditerranéeVen 30 Juil 2021, 23:44LorelineBonjour à tousVen 30 Juil 2021, 17:55William1963La Mystérieuse foudre en boule de Raymond PicolliVen 30 Juil 2021, 12:22LorelineMAJ Matin Ovni de l'édition de Mai 2021 par ODHTvVen 30 Juil 2021, 11:58LorelineBen, c'est encore moi...Ven 30 Juil 2021, 10:03Roland892011: le / - OVNIs percutés par un missile. - Kandahar (Afghanistan) Jeu 29 Juil 2021, 23:56William1963Discussions autour de divers sujets concernant l'ufologie.Jeu 29 Juil 2021, 19:42udje5403Nous ne vivrons pas sur Mars ni ailleursJeu 29 Juil 2021, 19:15William1963Les méprises astronomiquesMar 27 Juil 2021, 20:36elisaliseLes OVNIS : le rapport du Pentagone - EclairagesMar 27 Juil 2021, 07:24martin(1994) Vidéo ovni centre d'essai de la base Nellis de l'US Air ForceMar 27 Juil 2021, 06:13HannibalRapport du Pentagone sur les ovnisLun 26 Juil 2021, 19:19udje5403Vu sur Youtube à PertuisDim 25 Juil 2021, 06:09HannibalLe Rover Persévérance et son hélicoptère.Ven 23 Juil 2021, 13:21XPDavySommes-nous seuls dans l'Univers ?Jeu 22 Juil 2021, 20:20martinPrésentation Jeu 22 Juil 2021, 19:02freethinkerAutour de la question : comment cultiver l'esprit critique ?Mer 21 Juil 2021, 20:12Jean-Marc WatUne initiative Européenne pour recueillir et analyser les OvnisMer 21 Juil 2021, 00:39jean-lucLUSA FAA près de 10.000 cas en accès libre (2014-2020)Dim 18 Juil 2021, 11:52Jean-Marc WatMon départDim 18 Juil 2021, 00:08LogikConcevoir une coprésence ?Sam 17 Juil 2021, 18:26TychoeBraheLa politique du forum : buts, remarques importantes et objectifsMer 14 Juil 2021, 21:32nicosJacques Vallée en live le 29 juinMer 14 Juil 2021, 14:21NOT-ALONE
Annonce
Le Deal du moment : -10%
Apple TV HD 4K 32Go (2021)
Voir le deal
179 €

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Equipe du forum
Equipe du forum
Multidimensionnalité - Page 2 Empty

Masculin Age : 49
Nombre de messages : 347
Inscription : 17/11/2009
Localisation : RP
Emploi : Négociateur
Passions : Diverses
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4660
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Multidimensionnalité

Dim 04 Avr 2010, 12:57
Rappel du premier message :

Bonjour à tous !

J'aimerai connaître l'avis "éclairé" (et pas obscurantiste du genre "zozo-sceptique" attention) de scientifiques au sujet de cet article (Jean Curnonix et autres intervenants sont les bienvenus...)

Evidemment, l'avis de tous m'intéresse, mais en particulier les scientifiques : j'aimerai savoir si, selon eux, cet article comporte ou non des erreurs (si oui, quelles erreurs ?...), si les points de vus avancés ici leur paraissent ou non biaisés (si oui, en quoi ?...), etc...

Le sujet m'intéresse et est susceptible d'en intéresser d'autres dans la mesure où il touche à nos capacités de perception, d'interprétation, d'analyse et de compréhension de tous phénomènes "exotiques", ainsi qu'aux "limites" de nos capacités...

Voilà l'article :
L'unité de base de notre perception est la sensation. Une sensation est un changement élémentaire dans l'état de notre vie intérieure, produit - nous semble-t-il - soit par quelque changement dans l'état du monde extérieur par rapport à notre vie intérieure, soit par un changement dans notre vie intérieure par rapport au monde extérieur. Il suffit de définir une sensation comme étant un changement élémentaire dans l'état de notre vie intérieure. Eprouver une sensation est, pensons-nous, pour ainsi dire, le reflet d'un certain changement survenu dans le monde extérieur.

Les sensations que nous éprouvons laissent certaines traces dans notre mémoire. Lorsqu'ils s'accumulent, les souvenirs des sensations se fondent peu à peu dans notre conscience, en groupes formés selon leurs similitudes; ils s'associent, s'assemblent, ou contrastent. Généralement, les sensations éprouvées étroitement les unes avec les autres, surgissent dans notre mémoire associées de la même manière. Et graduellement, les souvenirs de sensations forment des représentations.

Les représentations sont, en quelque sorte, des souvenirs groupés de sensations. Lors de la formation de représentations, le groupement de sensations suit deux directions clairement définies. La première direction d'après le caractère de la sensation, par exemple, une sensation de couleur jaune sera liée à d'autres sensations de couleur jaune, une sensation de goût acidulé avec d'autres sensations de goût acidulé. La deuxième direction, d'après l'époque à laquelle la sensation est éprouvée.

Lorsqu'un groupe qui forme une représentation contient des sensations différentes expérimentées simultanément, le souvenir de ce groupe particulier de sensations est attribué à une cause commune. La «
cause commune » est projetée vers le monde extérieur en tant qu'objet, et il est supposé que la représentation en question reflète les propriétés réelles de cet objet.

Un tel groupe de souvenirs constitue par exemple la représentation d'un arbre - cet arbre-ci. Dans ce groupe entrent la couleur verte des feuilles, leur odeur, leurs nuances, le bruissement du vent dans les branches, etc. Toutes ces choses prises ensemble, forment, pourrait-on dire, le foyer des rayons émis par notre mental et graduellement concentrés sur l'objet extérieur, et qui peuvent coïncider parfaitement ou non avec celui-ci.

Dans les complexités plus grandes de la vie mentale, les souvenirs de représentations subissent le même processus que les souvenirs de sensations. A mesure qu'ils s'accumulent, les souvenirs de représentations ou « images de représentation » s'associent des façons les plus variées, sont mis ensemble, contrastés, mis en groupes pour, finalement, donner naissance à des concepts.

Dès lors, des diverses sensations éprouvées à différents moments (en groupes) naît, dans un enfant, la représentation d'un arbre (cet arbre-ci), et plus tard, à partir des images des représentations de différents arbres est formé le concept de l'arbre, c'est-à-dire non pas de cet arbre-ci en particulier, mais d'un arbre en général. La formation de concepts mène à la formation de mots et à l'apparition du discours.

Le discours est composé de mots; chaque mot exprime un concept. Le concept et le mot sont en fait la même chose, sauf que l'un (le concept) se rapporte à l'aspect intérieur, tandis que l'autre (le mot) se rapporte à l'aspect extérieur. Le mot est le signe algébrique d'une chose.

Dans notre discours, les mots expriment des concepts ou des idées. Les idées sont plus larges que les concepts; elles ne sont pas un signe de groupe pour des représentations similaires, mais elles embrassent des groupes de représentations dissemblables, ou même des groupes de concepts. Donc, une idée est un complexe ou un concept abstrait.

Actuellement, l'homme moyen, pris comme norme, possède trois unités de vie mentale : la sensation, la représentation, et le concept.

L'observation montre, en outre, que dans certaines personnes apparaît à certains moments, comme une quatrième unité de vie mentale, que les différents auteurs et écoles nomment différemment, mais dans laquelle l'élément de perception d'idées est toujours relié à l'élément émotionnel. Si l'idée de Kant s'avère, si l'espace avec ses caractéristiques est une propriété de notre conscience et non une propriété du monde extérieur, alors la tridimensionnalité du monde doit dépendre d'une manière ou d'une autre de la constitution de notre appareil mental.

Concrètement, la question peut être posée comme ceci : Quelle est la relation de l'étendue tridimensionnelle du monde avec le fait que notre appareil mental contient des sensations, des représentations et des concepts, et qu'ils apparaissent exactement dans cet ordre ?

Nous avons un appareil mental de cette sorte, et le monde est tridimensionnel. Comment prouver que la tridimensionnalité du monde dépend de cette constitution particulière de notre appareil mental ?

Si nous étions capables de modifier notre appareil mental et d'observer que le monde qui nous entoure change à mesure que nous opérons ces modifications, cela nous prouverait que les propriétés de l'espace dépendent des propriétés de notre mental. Si la forme supérieure de vie intérieure mentionnée précédemment (qui apparaît seulement accidentellement et dans des conditions dont on ignore à peu près tout) pouvait être rendue aussi définie, aussi précise et aussi obéissante à notre volonté qu'un concept et si, de ce fait, le nombre des caractéristiques de l'espace devenait plus grand, c'est-à-dire que si l'espace, au lieu d'avoir trois dimensions, en avait quatre, ceci confirmerait notre supposition et prouverait l'idée de Kant selon laquelle l'espace, avec ses propriétés, est la forme de notre perception sensorielle.

Si nous pouvions réduire le nombre des unités de notre vie mentale et nous priver nous-mêmes ou les autres des concepts, faisant fonctionner notre propre mental ou le leur seulement d'après des représentations et des sensations; si, de ce fait, le nombre des caractéristiques de l'espace qui nous entoure diminuait, c'est-à-dire que si, pour ces personnes, le monde devenait bidimensionnel au lieu de tridimensionnel et, en limitant encore davantage leur appareil mental, c'est-à-dire si on les privait de représentations, le monde devenait unidimensionnel, cela confirmerait notre hypothèse et l'idée de Kant pourrait être considérée comme avérée.

Donc, l'idée de Kant pourrait être prouvée expérimentalement si nous étions capables d'assurer que pour un être ne possédant rien d'autre que des sensations, le monde est unidimensionnel; pour un être possédant sensations et représentations il est bidimensionnel; et pour un être possédant, outre les concepts et les idées, également des formes supérieures de perception, le monde est quadridimensionnel.

La proposition de Kant au sujet du caractère subjectif de l'idée d'espace pourrait être considérée comme prouvée si :
a) pour un être qui ne possède rien d'autre que des sensations notre monde tout entier, avec toutes ses variétés de formes, apparaît comme une ligne; si l'univers de cet être a une dimension, c'est-à-dire si cet être est unidimensionnel en vertu des propriétés de sa perception; et
b) pour un être ayant la capacité de former des représentations, outre sa capacité a éprouver des sensations, le monde a une étendue bidimensionnelle, c'est-à-dire si notre monde tout entier, avec son ciel bleu, ses nuages, ses arbres verts, ses montagnes et ses précipices, apparaît comme un plan; si l'univers de cette personne n'a que deux dimensions, c'est-à-dire, si cet être est bidimensionnel en vertu des propriétés de sa perception.

En résumé, la proposition de Kant serait prouvée si nous voyons que, pour un sujet donné, le nombre des caractéristiques du monde change selon les changements survenus dans son appareil mental.

Il ne semble pas possible de faire l'expérience de la réduction des caractéristiques mentales, parce que nous ne savons pas comment restreindre notre propre appareil mental ou celui d'autres personnes, avec les moyens dont nous disposons ordinairement. Des expériences pour tenter d'augmenter le nombre des caractéristiques mentales ont été faites, mais pour diverses raisons, elles ne sont pas suffisamment convaincantes. La raison principale en est qu'un accroissement des facultés mentales produit, dans notre monde intérieur, tellement d'innovations que ces nouveautés masquent les changements qui se produisent simultanément dans nos perceptions habituelles du monde. Nous ressentons la nouveauté, mais nous sommes incapables de définir exactement la différence.


Nombreux sont les enseignements, et les doctrines religieuses et philosophiques qui ont pour objectif avoué ou caché, précisément cette expansion de conscience. Cela a été de tout temps l'objectif du mysticisme, de toutes les religions, c'est là l'objectif de l'occultisme, l'objectif du yoga d'orient. Mais la question de l'expansion de conscience exige une étude particulière.

Entre-temps, afin de prouver les dissensions mentionnées précédemment à propos des changements dans le monde, qui seraient le résultat de changements dans l'appareil mental, il suffit d'examiner l'hypothèse concernant la possibilité d'un nombre restreint de caractéristiques mentales.

Si nous ne savons pas comment faire des expériences dans cette perspective, peut-être est-il cependant possible d'observer. Nous devons nous poser la question suivante: Y a-t-il, dans le monde, des êtres dont la vie mentale est inférieure à la nôtre dans le sens qui nous intéresse ?

De tels êtres, dont la vie mentale est inférieure à la nôtre, existent indubitablement. Ce sont les animaux. Nous en savons très peu en ce qui concerne la différence entre le processus mental d'un animal et celui d'un être humain; et notre « psychologie conversationnelle » ordinaire en ignore tout. En général, on nie l'existence de la raison chez les animaux, ou bien, tout au contraire, on leur prête notre propre psychologie, mais « limitée » (encore que nous ignorions en quoi consiste cette limitation). Et puis nous disons qu'un animal n'est pas doué de raison mais a de l'instinct. Mais nous avons une idée très nébuleuse de ce qu'est l'instinct. Je ne parle pas que de la psychologie populaire, mais également de la psychologie « scientifique ».

Cependant, essayons de découvrir ce qu'est l'instinct et ce qu'est la mentalité animale. En premier lieu, examinons les actions d'un animal et déterminons de quelle manière celles-ci diffèrent de celles d'un être humain. Si ces actions sont instinctives, qu'est-ce que cela signifie?

Chez les êtres vivants nous distinguons des actions réflexes, des actions instinctives, des actions rationnelles, des actions automatiques. Les actions réflexes sont simplement des réponses par le mouvement, des réactions à des stimulations provenant de l'extérieur, qui se produisent toujours de la même manière, peu importe leur utilité ou leur manque d'utilité, leur opportunité ou leur manque d'opportunité dans une situation donnée. Leur origine et leurs lois sont le résultat de la simple irritabilité de la cellule.

Que signifie « irritabilité de la cellule » et quelles sont ces lois?

L'« irritabilité de la cellule » exprime sa capacité à répondre par le mouvement à une irritation extérieure. Des expériences faites sur de simples organismes vivants monocellulaires ont montré que l'irritabilité est régie par des lois strictement définies. La cellule répond par le mouvement à une irritation extérieure. La force du mouvement de réponse est accrue en proportion de l'augmentation de la force d'irritation, mais il n'a pas été possible d'établir le ratio exact. Afin de provoquer un mouvement de réponse, l'irritation doit être suffisamment forte. Toute irritation éprouvée laisse une certaine trace dans la cellule, rendant celle-ci plus susceptible d'éprouver de nouvelles irritations. Ceci est prouvé par le fait qu'à une irritation répétée avec une force égale, la cellule répond par un mouvement plus accentué qu'à la première irritation. Et si les irritations sont encore répétées, la cellule répond par un mouvement de plus en plus accentué, jusqu'à une certaine limite. Ayant atteint cette limite, la cellule est fatiguée, dirait-on, et commence à répondre à une même irritation, par des mouvements de plus en plus faibles. La cellule paraît s'être accoutumée à l'irritation. Pour la cellule, celle-ci commence à faire partie de son environnement permanent et la cellule cesse d'y réagir, parce qu'elle ne réagit qu'à des changements dans les conditions permanentes. Si dès le début l'irritation est trop faible que pour produire un mouvement de réponse, elle laisse cependant une trace invisible dans la cellule. Cela est démontré par le fait que, si on produit de faibles irritations, il est possible d'y faire réagir la cellule. Donc, dans les lois d'irritabilité nous apercevons ce qu'on pourrait qualifier de rudiments de facultés de mémoire, de fatigue et d'habitude. La cellule produit l'illusion d'un être qui, bien que non conscient ni doué de raison, est cependant capable de se souvenir, de
former des habitudes, et de se fatiguer.



Dernière édition par Lenny le Dim 04 Avr 2010, 19:33, édité 3 fois

Jean Curnonix
Culture Scientifique
Culture Scientifique
Multidimensionnalité - Page 2 Empty

Masculin Age : 61
Nombre de messages : 1984
Inscription : 31/05/2008
Localisation : France
Emploi : Actif
Passions : Divers
Règlement : Règlement
Points de Participation : 7123
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: Multidimensionnalité

Lun 05 Avr 2010, 18:38
Bonsoir Lenny,

Votre insistance à mon endroit, et ce à deux reprises (!), m’enjoint donc de me manifester ici à la lecture du long texte que vous nous proposez (… il n’y a donc pas que le Contre-amiral Gilles Pinon qui ait su faire long ! Wink ).

@Lenny a écrit: […] j'aimerai savoir si […] cet article comporte ou non des erreurs (si oui, quelles erreurs ?...), si les points de vus avancés ici leur paraissent ou non biaisés (si oui, en quoi ?...), etc...

Le sujet m'intéresse et est susceptible d'en intéresser d'autres dans la mesure où il touche à nos capacités de perception, d'interprétation, d'analyse et de compréhension de tous phénomènes "exotiques", ainsi qu'aux "limites" de nos capacités...
Il serait évidemment possible de commenter chacun des points d’accord ainsi que ceux de désaccord, ce qui à mon sens se révélerait fastidieux … à l’écriture, comme à la lecture.

Au global il est évident que chacune et chacun d’entre-nous procédons de l’inné et de l’acquis, que notre représentation de l’univers observable – le texte proposé traitant de la multidimensionnalité spatiale – résulte de nos organes de perception, nos sensations, de notre mémoire, de nos intuitions, de nos prises de décision rationnelles (entre Vrai et Faux, pour faire simple) et irrationnelles (entre Bien et Mal, pour faire également simple).

Mais participent à la représentation de notre univers observable de plus en plus d’outils et de moyens que nous offre la technologie du moment.
Par exemple, la lunette astronomique (perception) et ses notes manuscrites (mémoire) permirent à Galilée une nouvelle représentation de l’univers observable, le télescope spatial Hubble et l’informatique en permettent une autre : cette représentation et notre paradigme scientifique ne sont fort heureusement pas figés !

« Les nouvelles technologies nous ont condamnés à devenir intelligents ! ».

Nous sommes toutes et tous naturellement paresseux (moi pour écrire, vous pour lire), et préférons voir et écouter, situation davantage passive. C’est pourquoi je vous propose la vidéo d’une durée de 1h04 mn enregistrée à l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique) le 11 décembre 2007, de la conférence donnée par Michel Serres sur la révolution culturelle et cognitive engendrée par les nouvelles technologies .

En conclusion, nous pouvons exprimer que le développement des technologies – applications du développement de nos connaissances scientifiques – nous offre de gagner dans l’ordre inventif avec un travail intelligent et non pas répétitif comme il l’a été par le passé.

Ceci nous amène à évoquer les changements de paradigmes qui suscitent toujours une forte résistance de la part de ceux installés dans leurs habitudes, adoptant alors un fonctionnement pseudo-sceptique, une position systématiquement négative plutôt qu'agnostique.

Thomas Kuhn a bien défini de quoi il s’agit (cf. La structure des révolutions scientifiques, Flammarion).
>>> Un paradigme est "un ensemble de croyances théoriquement et méthodologiquement interconnectées". Il permet la sélection, l’évaluation et la critique des idées qui sont à la base de notre compréhension du monde. La "science normale", académique, travaille dans le cadre d’un paradigme donné, parce que celui-ci s’est révélé efficace bien qu’il comporte des hypothèses sous-jacentes, non prouvées. Certaines de ces hypothèses peuvent être valables de manière approchée. De nouveaux faits observés peuvent donc venir les contredire quand on regarde au-delà des frontières du domaine où la validité de ces hypothèses avait été vérifiée. Ceci conduit à ce que Kuhn appelle une "crise", mais il la situe au moment où la communauté scientifique prend déjà assez largement conscience du fait que le paradigme antérieur ne suffit plus pour rendre compte des nouveaux faits observés.
Ceci implique un processus assez complexe et lent. Au départ on occulte tout simplement l’importance de ce qui semble perturber les théories connues, parce qu’on se dit que "cela n’est pas possible". Les éléments qui dérangent sont minimisés, voire carrément exclus des publications convenables. On ne peut pas en parler, puisque "les autres" en déduiraient qu’on est irrationnel ! Quand cela n’est plus possible, on réagit en imaginant toutes sortes de stratagèmes, ad hoc, pour "raccommoder" la théorie existante, sans devoir changer le paradigme sous-jacent. Quand on s’est rendu compte du fait que cela ne suffit pas non plus, on en vient à une réflexion libérée voire effervescente. De nouvelles idées prolifères. On envisage presque n’importe quoi, mais finalement, c’est une seule proposition qui émerge. Les autres finissent par s’estomper, parce qu’on n’en parle plus. On les oublie et tout se recristallise alors autour d’un nouveau paradigme, plus englobant et donc plus satisfaisant. On a retrouvé une image du Monde unifiée. Ces "révolutions scientifiques" sont rares, mais réelles.

Avec le développement de nos technologies, nous sommes condamnés à devenir plus intelligents, innovants dans nos conceptualisations, et nous devrions, je le pense, assister à une telle révolution dont le dossier ovni, puzzle relatif à notre cosmos, sera partie prenante.

Cordialement,

Jean
-------------------------------
Ma présentation se trouve ici
.
avatar
Equipe du forum
Equipe du forum
Multidimensionnalité - Page 2 Empty

Masculin Age : 49
Nombre de messages : 347
Inscription : 17/11/2009
Localisation : RP
Emploi : Négociateur
Passions : Diverses
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4660
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: Multidimensionnalité

Lun 05 Avr 2010, 19:34
Merci d'avoir répondu Jean.

Même si votre réponse prend la forme d'une pirouette dont je saisis la raison et vous amène à élargir en répondant sur votre point de vue au sujet des paradigmes (que j'avais déjà lu ailleurs et qui ne m'apprend pas grand chose pour tout dire - vu que partageais déjà la même analyse et le même point de vue - indépendament)

En fait, j'aurais préféré une analyse plus axée sur l'article que j'ai soumis à votre "critique" et donc sur les thèmes et idées qu'il développe en particulier.

Mais bon, même si les mathématiques et les nouvelles technologies sont comme des extensions de l'homme capables en apparence de faire de lui un surhomme (en quelque sorte), je ne pense pas qu'il en soit de même pour l'être humain moyen (vous et moi si j'ose dire), espèce d'hommes la plus répandue sur Terre Multidimensionnalité - Page 2 Icon_lol

Nous restons soumis à nos capacités de base et celles-cies dominent la majeur partie de nos comportements et de nos jugements.

C'est pourquoi je voulais votre point de vue sur cet article et savoir si selon vous celui-ci comportait des erreurs d'approche, des erreurs techniques, scientifiques (même si l'approche ne l'est pas) - Si le point de vue était biaisé selon vous ou non ? S'il pouvait nous apprendre des choses, ou bien nous éclairer pour l'approche du phénomène Ovni par exemple ?

Sur un tel texte, je ne souhaite pas me faire mon propre avis unilatéral et trop subjectif sans avoir partagé avec d'autres personnes éclairées.

Voilà donc le pourquoi du comment du "j'attend votre analyse" si vous en avez envie bien sûr... Multidimensionnalité - Page 2 Icon_wink
Jean Curnonix
Culture Scientifique
Culture Scientifique
Multidimensionnalité - Page 2 Empty

Masculin Age : 61
Nombre de messages : 1984
Inscription : 31/05/2008
Localisation : France
Emploi : Actif
Passions : Divers
Règlement : Règlement
Points de Participation : 7123
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: Multidimensionnalité

Lun 05 Avr 2010, 21:23
Bonsoir Lenny,

Avez-vous visionné l’enregistrement de la conf. de Michel Serres ?

Mon message qui en comporte le lien a été posté à 18:38 et le vôtre en réponse à 19:34 alors que vous n’aviez pas eu le temps objectif de le faire.

Phosphorer ce qu’exprime Michel Serres dans l’amphi de l’INRIA fournit beaucoup des réponses à votre questionnement intéressant.

Cordialement,

Jean
-------------------------------
Ma présentation se trouve ici
.
achim
Equipe du forum
Equipe du forum
Multidimensionnalité - Page 2 Empty

Masculin Age : 71
Nombre de messages : 456
Inscription : 04/01/2010
Localisation : Loir & Cher
Emploi : ****
Passions : musique & arts, épistémologie, mystères
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4853
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: Multidimensionnalité

Mar 06 Avr 2010, 12:57
Bonjour Lenny

Tu ne nous a toujours pas communiqué le nom de l'auteur de ce texte qui semble te tenir à cœur...

ACHIM
Abdellah
Ufologue
Ufologue
Multidimensionnalité - Page 2 Empty

Masculin Age : 57
Nombre de messages : 35
Inscription : 17/07/2010
Localisation : Clichy Sous Bois
Emploi : Consultant Télécoms
Passions : Mathématiques, Astronomie, Musique
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4079
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: Multidimensionnalité

Mer 28 Juil 2010, 20:27
Je crois humblement qu'il n'y a pas simplement une sorte de consensus social autour de l'émergence d'un nouveau paradigme qui s'imposerait par une sorte d'aléa providentiel et nécessaire, le plus mystérieux de tout cela, c'est que le paradigme N-1 porte en lui les germes du paradigme N, il y a une dynamique de la pensée et un caractère "asymptotique" des systèmes axiomatiques, par exemple tous les outils de la relativité générale s'appliquent à la théorie Newtonienne, cette dernière est une bonne approximation linéaire de la relativité générale, en mathématiques on se rend compte que les grands théorèmes sont très souvent simultanément le résultat de chercheurs indépendants, et même mieux, certains résultats proviennent d'approches différentes.
Peut être le prochain saut ne sera pas asymptotique mais carrément quantique, à mon avis le germe de toute contradiction en mathématiques est l'antinomie entre le nombre de dimension nulle et la position d'un objet qu'il est sensé repérer.
Antinomie qui propose un modèle de particules ponctuelles, ne faudrait il pas partir d'un espace lui même quantifié, quelle en serait la plus petite quantité, et puis cela aurait forcément des conséquences sur nos modèles logiques, comment distinguer deux éléments physiques différents si dans un modèle d'espace temps leurs coordonnées sont identiques.
On peut par "quotientage" empiler des éléments différents et ne voir qu'un seul élément, une seule classe d'équivalence.
Autrement dit nos particules réduites à un point ne cachent elles pas une structure plus complexe, bien sur le terme quotient est simplement une allégorie, je ne veux pas dire que la solution ultime c'est M/équivalence= R la droite réelle.
De toute façon la construction de R c'est déjà ça, un nombre c'est une classe d'équivalence rien d'autre que le Q quotienté par le filtre de Cauchy.
Bon ça fait du bien de délirer un peu, on oublie les soucis plus terre à terre de la vie quotidienne.
PS: pour les perceptions de l'espace, j'indique une idée de JM SOURIAU, selon lui nous avons une perception sensorielle des groupes classiques qui précèdent même la notion de nombre ou de langage
Contenu sponsorisé

Ovnis Re: Multidimensionnalité

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum