Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous... Merci !!

Partagez | .
 

 (1979) Le cas Sarah Smith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: (1979) Le cas Sarah Smith   Jeu 27 Déc 2007, 18:07

Le cas Sarah Smith (1979)

Résumé du cas de Sarah Smith relaté dans l'ouvrage " Enquête sur les enlèvements extraterrestres " de Marie-Thérèse de Brosses

source: http://rencontre.r.4.free.fr/alienencounters/articles.php?lng=fr&pg=205


"Sarah Smith (pseudonyme) garde le silence sur ces expériences (qu'elle soit ici remerciée de la confiance qu'elle m'a accordée) mais sa vie en a été totalement bouleversée. Cette brillante étudiante canadienne qui se destinait à la physique s'est trouvée gratifiée de "dons" spectaculaires, notament dans le domaine de la guérison et de la perception extra-sensorielle, qu'elle utilise avec altruisme. Les scientifiques et les médecins qui ont constaté les surprenantes possibilités de son psychisme en ignorent l'origine."

Lorsque ses expériences ont débuté en 1979, Sarah n'avait encore jamais entendu parler des enlèvements.
Ses souvenirs sont conscients et partiels, elle ne désire pas avoir recours à l'hypnose et désire avant tout rester anonyme.
Elle est depuis son enfance douée d'une sensivité électrique qui s'est accentuée depuis ses expériences. Plusieurs incidents, dont certains l'ont blessée, ont eu lieu et devant témoins.

Elle se marie à l'âge de 19 ans et poursuit ses études de physique à Ottawa où elle vit avec son mari. Ils ont acquérit une maison à la campagne qu'ils comptent restaurer. Sarah s'y rend régulièrement, y passe la semaine, alors que son mari reste en ville. C'est à cet endroit que commencent les visites.

Ces incidents n'ont lieu que quand Sarah se retrouve seule dans cette maison.

Une nuit de 79, elle se réveille paralysée et entend un vacarme assourdissant : les outils dans l'atelier de son mari s'entrechoquent. Le bruit cesse soudainement, Sarah, toujours incapable de faire un geste entend comme des grattements rapides sur le sol, puis elle distingue deux formes près de son lit et c'est le black-out, elle ne se souvient plus de rien. Le lendemain elle souffrira d'une terrible migraine.

Deux jours plus tard, les mêmes incidents se déroulent à nouveau, elle a des bribes de souvenirs : de petits êtres gris aux grands yeux noirs communiquant par télépathie : "Ce sont de petits êtres gris qui me parlaient télépathiquement, m'expliquant qu'ils ont des problèmes génétiques, que nous ne supportons pas leur fréquence énergétique mais que la mienne, différente de celle des autres femmes, les intéresse."

Apeurée par ces expériences, Sarah retourne à Ottawa mais souffre de maux de tête (dont elle ne souffrait jamais avant ces expériences) et de grâves problèmes de concentration. Dès son réveil, elle a de longues séries d'éternuements sans souffrir d'allergie ou d'un coup de froid.

Quelques semaines plus tard, elle retourne à la maison de campagne afin de l'aménager, son mari reste à Ottawa pour travailler.
Elle se sent de suite mal à l'aise dans cette maison et ne s'endort que toutes lumières allumées.

Le deuxième nuit après son arrivée, elle se réveille paralysée, elle est dans l'obscurité complète, bien qu'elle ait laissé les lumières allumées avant d'aller se coucher. Elle entend de nouveau ces grattements sur le sol, elle se rendort, engourdie. Elle a le lendemain quelques souvenirs d'une forte pression sur son corps et de paralysie.

Chaque nuit, le même scénario se déroule, chaque fois, elle se réveille paralysée dans le noir, alors qu'elle avait laissé les lumières allumées.

Ces incidents la terrorisent, elle repousse jusqu'à l'aube le moment d'aller dormir.

Un matin, vers 10 heures, alors qu'elle est occupée à faire du ménage, elle ressent le même engourdissement précédant les visites nocturnes, elle tombe lentement sur le sol, paralysée, les outils s'entrechoquent à nouveau dans l'atelier dans un vacarme assourdissant, puis elle entend les gratttements au sol s'approcher d'elle. Elle n'a qu'un seul souvenir avant de perdre conscience :"..et je capte un regard noir venu d'immenses yeux allongés vers les tempes. Un regard sans aucune humanité."
Quand elle se réveille vers midi, elle est très faible.

Sarah qui refuse de dormir la nuit, subit maintenant ces expériences de jour, en général vers 10 heures le matin. Elle a l'impression d'être constamemnt surveillée.
Une substance gelatineuse coule des murs.

Au fil du temps, Sarah perd ses capacités intellectuelles, elle doit faire de grands efforts de concentration pour la moindre chose, elle qui était une étudiante brillante, voir surdouée, ne peut plus se souvenir du numéro de téléphone de sa mère, qu'elle a inscrit en gros chiffres près de son téléphone. Quand elle veut l'appeler, elle doit s'y prendre à plusieurs fois, n'arrivant plus à se concentrer jusqu'au bout.

Son mari et sa mère s'inquiètent beaucoup de la voir ainsi, elle ne leur parle pas de ses expériences de peur de passer pour folle, mais avoue avoir peur, seule dans la maison. Pour la rassurer, un ami lui confie pour quelques temps son chien : "Au moment où ils allaient venir (toujours aux mêmes heures) le chien hurlait, il les sentait arriver et s'enfuyait. Quand ils étaient là et que je me retrouvais paralysée, le chien ne venait pas. Il n'était jamais là pour m'aider et je ne pouvais pas l'appeler."

Son corps est toujours douloureux lorsqu'elle se réveille, elle essaie de ne plus dormir. Elle essaie de trouver une explication rationnelle aux marques sur son corps (brûlures au niveau des épaules disparaissant quelques heures plus tard), à ces expériences. Elle a des bribes de souvenirs d'expériences médicales, de prélèvements douloureux de chair et de tissus avec des objets métalliques, de rayonnements douloureux sur ses épaules.

Les expériences prennent une autre tournure, les entités communiquent télépathiquement avec Sarah. Alors qu'elles lui annoncent qu'elles doivent faire des expériences, elle décide de leur résister. Elle qui ne prie jamais veut réciter le "Notre Père" et se rend compte qu'elle le récite rapidement, à l'envers. Elle essaiera plusieurs fois d'éloigner les êtres en priant, cela n'aura aucun effet. Mais elle résiste de plus en plus, mentalement, à ces entités : "A force de volonté, je parvenais à rester de plus en plus longtemps éveillée, bien que paralysée. Je ne perdais plus conscience en dépit de leur ordre de m'endormir et de rêver."

Sarah se sent comme contrainte de rester dans cette maison, son mari vient la rejoindre le weekend. Elle est exténuée, maigrit de façon dramatique, ne pèse plus que 41 kg.

En 1980, séparée de son mari depuis six mois et n'ayant eu aucun rapport sexuel durant cette période, Sarah tombe enceinte. Les visites se font de plus en plus fréquentes (elle n'avait jamais entendu parler du syndrome de foetus manquant). La grossesse est confirmée par un gynécologue, son mari, furieux, la quitte définitivement.

Un incident terrifiant se déroule une nuit : le garagiste vivant à environ 1km de sa maison fait irruption une nuit, vers 3h du matin, chez elle. Il la frappe violement en disant qu'il doit tuer l'enfant extraterrestre qu'elle porte. Ensanglantée et à bout de forces, elle entend une voix lui dire de toucher l'homme à l'épaule, faisant un grand effort elle obéit. A Peine l'a-t-elle effleuré du doigt que l'homme est projeté contre le mur, rassemblant ses dernières forces, elle se sauve, pieds nus et en chemise de nuit dans la forêt. Il fait -20°, elle court pieds nus dans la neige, sous le choc, ne ressent ni le froid, ni la douleur. Elle se réfugie dans une vielle ferme où un homme se porte à son secours. Elle gardera une cicatrice sur le visage des coups portés par le garagiste.

Nul n'était au courant de ses expériences, ni son ex mari, ni sa mère, ni sa meilleure amie, comment cet homme pouvait-il être au courant de sa grossesse et de ses expériences? Sarah perd l'enfant à la suite de cette altercation, elle en est soulagée. La réaction du médecin en voyant dans quel état elle est en arrivant à l'hopital est : "Je ne sais pas par où commencer!" Sarah est grâvement blessée: "vessie éclatée, la rate et un rein sont sérieusement endommagés, le sternum et une côte sont fêlés, les cervicales déplacées, des veines éclatées, deux dents de cassées, deux ongles arrachés."
Elle sera hospitalisée durant 10 semaines et mettra deux ans à se remettre de son handicap. Elle refuse qu'on lui pose une vessie artificielle et, à la grande stupéfaction du chirurgien, elle réussira à rééduquer son sphincter.

Les visites continuent alors qu'elle se trouve à l'hopital, mais, Sarah, furieuse, commence à injurier les entités et réussit même parfois à les faire éloigner.

Ces entités apparaissent plusieurs fois en prenant l'apparence de son ex-mari ou de sa mère : "J'ai fini par comprendre comment les visiteurs nous manipulent , ils font apparaître les gens que nous connaissons en utilisant des hologrammes de notre mémoire. Nous ne voyons que des hologrammes, pas des êtres humains. Ils m'ont souvent dupée de cette manière. Quand les visiteurs étaient là et que je voyais ma mère - ou plutôt ce que je considère comme l'hologramme de ma mère- arriver, je l'appelais au secours. Sans me regarder, elle me disait :"Tout se passera bien, il faut que tu sois docile!" J'avais beau lui demander de me regarder, jamais elle ne tournait les yeux vers moi!"

Sarah prend un petit appartement en ville, les visites continuent. Chaque fois, le même scénario revient : les grattements sur le sol, la paralysie, la porte de sa chambre qui s'ouvre lentement. Elle comprend d'un coup pourquoi ces entités, capables de passer au travers des murs, utilisent les portes lorsqu'elles viennent dans sa chambre. Il s'agit en fait d'un mécanisme dont se servent les visiteurs afin de mieux contrôler leur victime : la porte s'ouvrant lentement déclenche chez Sarah une peur panique dont ils se servent afin de mieux la contrôler.

Sarah va vivre chez sa meilleure amie qui n'est pas au courant de ses expériences. Ayant continuellement peur de passer pour folle, elle ne se confie à personne, pas même à son nouveau petit ami, le chirurgien qu'elle a rencontré lors de son hospitalisation. Même chez son amie, les visites continuent régulièrement, la nuit, lorsque son amie est endormie, ou dans la matinée, lorsque celle-ci est sur son lieu de travail.

Sarah apprend petit à petit à déjouer les manoeuvres d'intimidement de la part des visiteurs. Quand elle voit sa porte s'ouvrir lentement, avant d'être prise par cet engourdissement précédant la paralysie, elle se lève et va la refermer. Plus d'une fois, prenant son courage à deux mains, elle l'ouvrira, il n'y aura rien derrière. Elle est furieuse contre les entités, lors des visites, elle refuse de se laisser appaiser et les injurie. Parfois, les entités semblent décontenancées face à sa colère.

En 1981, alors qu'elle est allongée dans son lit, Sarah entend ces grattements si familiers et sent la paralysie la gagner, elle n'a le temps de rien faire, deux petits gris sont près d'elle. Sarah, furieuse, les insulte en pensées. Un autre être apparaît, il est plus grand "..avec une tête beaucoup plus allongée, et des yeux noirs, très profonds. Son regard presque humain, était d'une acuité et d'une intelligence redoutables . On aurait dit qu'il était programmé pour détecter les failles, les vulnérabilités. Tel un Méphisto d'opéra, il portait une cape noire avec un haut col montant par derrière. Télépathiquement il m'ordonne : Ca suffit ! tu vas te laisser toucher. Je vais te toucher!"

Sarah, furieuse, refuse et répète "jamais!". Le regard de l'entité est froid et plein de haine, Sarah résiste intérieurement. Elle ne comprend pas pourquoi cet être lui demande la permission de la toucher alors qu'elle est immobilisée et qu'il peut faire d'elle ce qu'il veut.
Continuant à résister, Sarah se sent soulevée du lit et son corps lévite jusqu'à toucher le plafond.
C'est à ce moment que son amie, qui dormait dans la chambre à côté, entre dans la pièce, comme une automate et se dirige vers le pied du lit. L'alien se dirige vers elle et semble se confondre en elle. Quand elle regarde Sarah, ce ne sont plus ses yeux, mais ceux du Gris.
Au moment où elle fait le geste, en levant le bras pour toucher la jeune femme, toujours lévitant au plafond que Sarah se met à hurler, les voisins, alarmés et ayant un double des clefs accourent, entrent dans la chambre, allument la lumière : l'amie se réveille, Sarah retombe lourdement sur le lit et se blesse au montant. Le lendemain, elle sera malade.

Cet incident semble avoir découragé les entités qui ont espacé leurs visites et ne sont revenus qu'en 1993 et 1994.

En mars 1981, Sarah, allongée pour une sieste se voit entourée de points lumineux, elle est paralysée, mais cette fois-ci, elle se sent bien et n'a pas peur. Elle reçoit télépathiquement une série d'informations "on me montre la formation de galaxies, on m'explique les entrées et les sorties permettant de passer de l'une à l'autre, on me fait comprendre comment une galaxie située à 10 000 000 d'années lumière est toute proche parce qu'il existe un phénomène de porte que les astrophysiciens découvriront bientôt."

Dès ce jour, les transformations commencent pour Sarah. Les muscles de son corps commencent à se contracter et à se relâcher un par un dès qu'elle s'allonge. Cet "entrainement" se déroule également pour son cerveau. Brillante étudiante en physique ayant perdu ses capacités intellectuelles lorsque ses expériences ont commencé, elle les retrouve et plus accrues encore. Bien qu'elle ne pratique (et déteste) le sport, son corps se muscle à la suite de ces contractions régulières.

Elle développe également des sentiments de compassion et de tendresse envers l'humanité, ce qu'elle n'avait jamais ressentit avant : "Avec l'amour de l'humanité, le don de guérison s'est développé, comme une conséquence logique."

Elle se sépare au bout de 7 ans, du chirurgien avec qui elle vivait, elle se rend compte qu'elle posséde une énergie permettant de soigner les maux des autres : "de fil en aiguille, les médecins commencent à tester les dons de Sarah qui affirme pouvoir "scanner" les êtres (c'est à dire à voir à l'intérieur de leurs corps et de leurs pensées). Ils lui amènent d'abord des patients dont le diagnostic a déjà été établi. Le "scan mental" de Sarah confirme le diagnostic médical, et parfois va plus loin : elle annonce un problème qui n'a pas encore été décelé et sera découvert ultérieurement par d'autres analyses. Pour éliminer toute possibilité de télépathie on lui soumet des patients avant l'établissemnt du diagnostic. La jeune femme qui n'a aucune connaissance médicale stupéfie les médecins. Il lui faut une minute pour dicter son verdict (qui est enregistré)."

Sarah aide ainsi gratuitement les gens dans plusieurs cliniques, toujours en présence de médecins. Elle s'aperçoit un peu plus tard qu'elle a également la capacité de scanner des textes, c'est à dire de connaître le contenu d'un manuscrit dans l'ouvrir. Elle va travailler de cette façon pour le cinéma et améliorer les scénarios.

Epuisée par ses nombreuses activités, et les guérisons lui pompant son énergie, Sarah est hospitalisée. On s'aperçoit qu'il lui manque un rein. Les médecins sont stupéfaits : 18 mois plus tôt, le rein était encore présent et elle n'a, depuis, subit aucune intervention chirurgicale.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici


Dernière édition par Benzemas le Mer 11 Juin 2008, 22:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1979) Le cas Sarah Smith   Jeu 27 Déc 2007, 18:07

En 1993, elle a le pressentiment que quelque chose de grâve va se dérouler lors de l'aménagement en bureau de sa cave. Elle s'y précipite à temps pour hurler à son beau-frère de se pousser alors qu'un meuble très lourd allait tomber sur lui. C'est sur Sarah que le meuble (pourtant solide et bien fixé) s'écroule.
A l'hopital, on décèle sur une radio quelque chose qui obstrue son sinus du côté gauche (alors que le meuble a frappé sur la droite de son visage).

Trois semaines plus tard, elle a de forts saignements de nez, elle se rend compte que quelque chose, ressemblant à un vers, en sort. Elle tire sur cette chose qui s'allonge comme un élastique, elle est terrifiée quand elle se rend compte que ce "vers" se trouve placé jusque sous son oeil : "Je finis par sortir comme une grosse aiguille renflée à une extrémité,longue comme mon petit doigt." Ecoeurée, Sarah jette tout d'abord cette chose à la poubelle, puis la récupére, pensant détenir une preuve de ses expériences.
Elle n'avait encore jamais entendu parler des procédures d'implant subies par les abductés.
Le Pr Bernard Grad (de l'université McGill) examine cette chose et avoue n'avoir aucune idée de ce que cela pourrait être. Par inattention, il brise une extrémité de l'implant. Sarah qui le conservera encore trois semaines au froid, constatera que celui-ci a "repoussé".

Le dernier incident se déroule en 1994. Sarah est remariée, a deux enfants, deux petites filles de 5 et 3 ans. Elle est au lit avec son mari, il est une heure du matin, elle ressent une grande angoisse. Elle a peur pour ses filles, elle essaie de tenir son mari éveillé (qui lui est au courant de ses expériences), mais il s'endort profondément. Dehors, le générateur électrique explose (les causes resteront inconnues), sa maison et celle des voisins sont plongées dans l'obscurité. Les grattements au sol se font à nouveau entendre, sa fille ainée hurle, dans un dernier effort, Sarah se lève, va chercher ses filles, réussi tant bien que mal à sortir son mari du sommeil profond où il est plongé, et ils fuient la maison. Le lendemain, une odeur d'oeufs pourris empeste leur logement.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
 

(1979) Le cas Sarah Smith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Base de données: les cas d'observations d'ovni classés par type :: Les affaires importantes dans l'histoire de l'ufologie :: VII/ Les RR4-