Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous... Merci !!

Partagez | .
 

 The UFO Phenomenon: Laugh, Laugh, Study, Study

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: The UFO Phenomenon: Laugh, Laugh, Study, Study   Dim 30 Jan 2011, 22:23

Les scientifiques diraient que les OVNIS n'existent pas? Et bien en ce qui concerne par exemple le scientifique qui a été chargé par l'US Air Force de montrer quels phénomènes astronomiques expliquent les OVNIS, cela est totalement faux. Les sceptiques vous expliquent-ils qu'après plus de 20 ans de recherches, le Professeur J. Allen Hynek avait annoncé que les OVNIS sont réels et probablement d'origine extraterrestre dans un congrès scientifique?

Peut-être pensez vous alors que ce scientifique aurait du annoncer cela à l'ONU? C'est exactement ce qu'il a fait. Et il ne fut pas le seul.

Patrick Gross

UN RAPPEL PAR J. ALLEN HYNEK:

The UFO Phenomenon: Laugh, Laugh, Study, Study

Technology Review, Juillet 1981, pages 50-58.
par J. Allen Hynek

J. Allen Hynek était président honoraire et ancien professeur du département d'astronomie de la Northwestern University aux Etats-Unis. Il était directeur d'associé du laboratoire d'astrophysique Smithsonien à Cambridge, Massachusetts de 1956 à 1960, où il était responsable du programme de suivi optique des satellites des États-Unis. Le Dr. Hynek était conseiller scientifique du Projet Book Book, l'étude des OVNIS par l'US Air Force de 1952 à 1969, et en 1973 il a fondé le Centre pour l'études des OVNIS à Evanston, Illinois.

Dr. J. Allen Hynek

Ceux qui ne sont pas choqués quand ils découvrent la mécanique quantique ne l'ont probablement pas bien comprise. (Niels Bohr).

La physique quantique est née sous les feux du paradoxe. Ses concepts choquaient ceux qui étaient qualifiés dans la physique classique, et nous avons tous eu besoin de temps pour nous sentir confortables avec elle. Comme dans d'autres champs d'investigation scientifique, ses observations qui au commencement n'étaient "pas conformes" ont finalement mené à des percées, alors que ceux qui se sont conformés au paradigme scientifique courant ont été laissés sur place.

Le phénomène des "objets volants non identifiés" (OVNIS), bien que peu considère qu'il ait à voir avec la science, est tout à la fois choquant et paradoxal. Les rapports OVNIS sont souvent un outrage au bon sens. La persistance des rapports, provenant de toutes les régions du monde, au sujet d'objets ou de lumières dans le ciel ou près du sol féfient toute approche d'un explication raisonnable même par des personnes responsables ou reconnues.

(J'exclus ici les interprétations populaires du phénomène, telles que les "petits hommes verts de l'espace" comme tout à fait distinct.) En effet, si ces observations sont même seulement partiellement vraies, la leur compréhension peut exiger de nous un changement radical au moins dans notre façon de penser le monde qui nous entoure.

J'étais sûr que les rapports au sujet des "soucoupes volantes" étaient juste une manie d'après guerre, qui ne ferait pas long feu.

Une folie persistante:

J'ai été impliqué avec des rapports OVNIS pour la première fois en 1948. J'étais alors astronome à l'Université de l' Etat de l'Ohio, quand le centre technique du renseignement de l'US Air Force m'a demandé d'aider à déterminer lesquels des observations d'OVNIS courantes ont des origines astronomiques possibles comme des météores, des planètes, et des scintillements d'étoiles. J'étais carrément dans les rangs de ceux qui étaient sûrs que les récits d'observation de soucoupes volantes (comme on les appelait alors) était simplement une mode de l'après-guerre qui, comme toutes les manies, disparaîtrait rapidement. Pourtant les rapports OVNIS se sont avérés être au moins une "manie" durable; trois décennies plus tard elle persiste, dans de nombreux niveaux de la société, et dans de nombreuses régions du monde.

Le catalogue détaillé des rapports d'OVNIS maintenus au centre pour les études des OVNIS contient des entrées d'environ 140 pays. Non seulement l'ubiquité globale du phénomène OVNI est indéniable, mais les mêmes sortes d'observations sont rapportées par des cultures, des climats, et des niveaux divers de sophistication des témoins.

Il semble qu'il y ait une conscience élevée du phénomène; un sondage Gallup a amplement vérifié ce fait - et chaque language majeur a une abréviation appropriée pour les OVNIS. D'ailleurs, des critiques qui soutiennent que l'intérêt pour les OVNIS est en grande partie généré par les médias seront étonnés d'apprendre que des observations ont été rapportées dans des pays dans lesquels toute discussion sur les OVNIS, particulièrement par les médias, est férocement découragée; l'Union Soviétique et la Chine en sont des exemples.

Les rapports les plus utiles viennent de personnes qui sont sophistiquées, responsables, et mentalement stables (selon les normes généralement admises), ne fût-ce que parce qu'ils ont tellement peur de perdre la face ou leur carrière en s'exprimant publiquement. Leurs "expériences" sont presque sûres d'être saluées par l'incrédulité, ou même la moquerie, par leurs collègues. Considérez ces exemples:

Il y a quelques années un professeur du M.I.T. m'a appelé depuis l'autre bout du pays. "Laissez tout tomber et venez à Cambridge," dit-il, pour étudier une observation d'OVNI par un de ses collègues, directeur associé du Laboratoire d'Instrumentation. J'ai fait ainsi et ai écouté avec l'intérêt sa description technique de la trajectoire et de l'aspect (comprenant même la température des couleur) d'une lumière ayant parcouru le ciel. Son origine demeure non identifiée.

J'ai récemment interviewé un officier de haut rang de l'Armée de l'Air de l'Argentine, en présence d'autres officiers, qui avaient observé un OVNI quelques mois auparavant. Il conduisait dans la campagne tard dans l'après-midi avec un collègue, par temps menaçant, quand un objet en forme de cône est soudainement apparu hors des nuages assez bas, et a procédé à un déplacement à une vitesse modérée juste sous la couverture de nuages. Il a immédiatement arrêté sa voiture et a eu juste assez de temps de faire un pas dehors et prendre une photographie avant que l'objet soit remonté de nouveau dans les nuages. J'ai examiné le négatif original sous agrandissement optique; il m'est apparu être une véritable image, sans traces de trucages.

Un équipage de quatre personnes de l'Army Medical Rescue Mission pilotait un hélicoptère de Cleveland à Columbus, dans l'Ohio quand ils ont rencontré un engin sans ailes qui vola vers eux, plana momentanément, et sérieusement affecta le comportement de l'hélicoptère: une force étrange l'a censément soulevé tandis que le pilote tentait un atterrissage d'urgence.

Un pilote commercial - un commandante chez Alitalia depuis de nombreuses années, volait à 12.000 pieds un jour ensoleillé, et lui et son équipage ont observé un "objet volant étrange d'aspect métallique" depuis leur avion. Il a volé en parallèle avec l'avion pendant quelques moments, puis soudainement a filé verticalement et a disparu dans le ciel. Il rapporta donc avoir observé "un ballon étrange" (il n'allait pas rapporter un OVNI), lorsqu'il apprit le pilote d'un équipage Anglais volant à 40.000 pieds, un instant avant, avait également rapporté un objet " inconnu " filant près d'eux sur une trajectoire verticale dans le ciel. Mais le pilote n'a pas rapporté l'incident à sa compagnie, sachant parfaitement que les compagnies aériennes n'apprécient pas les pilotes qui "voient des choses."

Aussi techniquement exercé que certains des témoins d'OVNI puissent être, nous devons faire face au fait que la plupart des différents rapports d'OVNI sont anecdotiques. Le manque de soutien de la recherche professionnelle a assurément laissé passé beaucoup d'occasions d'obtenir un résultat scientifiquement valable. Néanmoins, quelques enquêteurs, en grande partie dans leur temps de loisirs, ont réussi à lier des rapports d'OVNI à des paramètres physiques. Claude Poher pouvait montrer une corrélation statistique entre les OVNI en France et le composant vertical du champ géomagnétique comme enregistré à la station géophysique de Chambon-La-Foret. Plus récemment, J. Accetta (sous concession du centre des études des OVNI) a conduit une recherche des perturbations dans des données géophysiques enregistrées de manière régulière, par le World Data Center et maintenues par le National Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis, qui pourrait corroborer des observations d'OVNI. Parmi environ 65 catégories de données géophysiques, y compris des phénomènes solaires, interplanétaires, ionosphériques, et géomagnétiques, il a trouvé six catégories qui ont semblé mériter davantage d'attention. D. Pearson a décrit de manière assez détaillée un système pour la mesure rétrospective des traces au sol que l'on pense être associées aux observation d'OVNI, qui comprend plusieurs méthodes d'analyse thermique pour déterminer dans quelle mesure le sol avait été chauffé à l'emplacement de l'OVNI. Mais le manque de fonds a entravé de telles investigations, bien que des résultats (non publiées) très prometteurs aient été en vue.

Le pilote n'a pas rapporté l'incident à sa compagnie, sachant très bien qu'elle n'avait pas de considération pour les pilotes qui "voient des choses."

Des chercheurs d'OVNI sont pris dans un "piège chinois": quand ils cherchent des fonds et veulent monter des projets pour rassembler des preuves physiques, les critiques se portent sur leur absence de preuves concrètes. Par exemple, la NASA, en rejetant la demande du Président Carter qu'elle entreprennent un examen de la question des OVNI, a indiqué en effet qu'elle ne ferait une étude que si des "preuves solides" lui étaient présentées Quelques systèmes de collecte de données existent avec d'autres buts, mais le manque de légitimité des enquêteurs rend leur accès pratiquement impossible. Par exemple, le NORAD pourrait ajouter un sous-programme dans son programme machine pour surveiller les nombreux UTS (cibles non-corrélatives) qu'il observe quotidiennent sur ses radars, mais quand j'ai suggéré ceci à lUS Air Force, ils ont dit que leur mission est uniquement de vérifier la trajectoire ballistique des objets volants.

Au-delà de la frange:

Il est difficile de prendre les OVNIS au sérieux, et une grande partie de la dérision de la communauté scientifique est bien méritée. Trois aspects en particulier ont mené à leur ignorance générale: la prépondérance des objets volants identifiés (IFOs); la croyance engendrée par le mouvement "New Age" dans le concept de "nous ne sommes pas seuls" (et son corollaire, "nous sommes allés à la lune ainsi pourquoi ne peuvent pas ils venait ici?"); et le petit nombre de "croyants" qui fait beaucoup de bruit et qui ont adopté l'idée des visiteurs célestes avec une ferveur quasi religieuse.

Il est vrai que la grande majorité de rapports initiaux d'OVNI soient simplement le résultat d'identifications erronées d'événements ordinaires. Une analyse de Hendry des rapports reçus au centre pour l'étude des OVNIS sur deux ans a prouvé que presque 90 pour cent d'entre eux étaient identifiables. Clairement, si ces beaucoup de personnes peuvent être trompées, pourquoi ne pas supposer que tous les rapports sont des identifications erronées ou des canulars? Mais un tel rejet ne correspond pas avec l'esprit scientifiques. Après tout, seulement une trace d'hélium non expliquée dans une chambre à bulle parmi des milliers suffit à indiquer qu'une nouvelle particule subatomique a été découverte.

Les étoiles scintillent, les planètes se lèvent, et les météores clignotent à travers les cieux depuis des siècles et des siècles; pourquoi sont-ils soudainement maintenant rapportés comme étant des OVNIS? Peut-être que la réponse se situe dans l'air du temps, ce que les sociologues et psychologues devraient expliquer. Dans cet âge de tension créée par le spectre d'un holocauste nucléaire, les ressources naturelles en diminution, le surpeuplement, la pollution, l'inflation, la crise énergétique, et la fin des traditions sociales, ne serait-il pas pratique de pouvoir rejetter tous nos ennuis sur quelqu'un les épaules d'autre? Mais qui? Les extraterrestres, naturellement! A travers toute l'histoire les gens ont regardé les cieux, mais l'âge de l'espace a remplacé celui des dieux et les esprits des anciens par la possibilité attirante qu'une intelligence bien plus avancée que la notre visite la terre. Après tout, s' ils peuvent venir ici, ils doivent avoir une technologie très avancée, et nous pourrions être les bénéficiaires de leur connaissance fabuleuse.

De cette conviction, il n'y a qu'un pas vers une mauvaise interprétation de ce qu'on voit dans le ciel - ou de voir des OVNIS simplement parce qu'on veut les voir. Et il y a toujours ces cultes pittoresques des "space people" qui acceptent aveuglément les racontars de gourous qui on fait des voyages en OVNI sur Vénus et ont des messages supérieurs à transmettre à l'humanité.

Les aspects émotionnels et même névrotiques de la scène OVNI pourraient facilement mener à la conclusion que le phénomène OVNI n'est que bêtise pure. Mais ceci difame l'intégrité, et peut-être la compétence, de nos scientifiques, pilotes, ingénieurs, et d'autres jugés raisonnables et responsables qui ont sobrement rapporté des faits incroyables de leurs rencontre avec les OVNIS. Ceux-ci, de toute évidence, ne peuvent pas être mis dans la même catégorie que nos soi-disant visiteurs de Venus et Mars.

Appelez les Professionels:

Après de nombreuses d'années expérience de pratiquement tous les aspects du phénomène OVNI, j'en suis venu à croire que si nous "jetons dehors" les éléments essentiels du chaos de "l'OVNIlogie populaire", nous découvrirons un nouveau phénomène empirique, peut-être comparable aux premiers aperçus des micro-organismes par Leeuwenhoek ou des satellites de Jupiter par Galilée. Malheureusement, le processus peut être presque aussi dangereux que l'extraction d'un gramme de radium de plusieurs tonnes de pechblende par Madame Curie.

Ceci n'a pas été déjà fait parce que face au ridicule accablant, il a été impossible d'obtenir le personnel qualifié et les fonds nécessaires pour traiter le sujet sérieusement et professionnellement. Suite aux boufonneries et à l'imagination religieuse, le sujet a été laissé à des amateurs bien intentionnés mas non formé, qui bien trop souvent est tombé dans le même piège que le scientifique - rapprocher irrévocablement le phénomène OVNI avec "SETI" (la recherche de l'intelligence extraterrestre), ne laissant aucune porte ouverte pour la recherche. Cependant, ces mêmes amateurs ont fait le gros du travail en recueillant et préservant des données qui autrement auraient été irrémédiablement perdues, et ils ont fait ceci tout en gagnant leur vie ailleurs. Quelle chance la recherche médicale ou la conquête de la Lune auraient-elle eues si elles avaient été confié au volontariat non rémunéré?

Des efforts précédents bien connus comme le projet Blue Book, le Robertson Panel, et le Comité Condon, ne constituent un "traitement professionnel" que dans un sens très limité. Comme conseiller au projet Blue Book, (projet d'étude des OVNIS de l'US Air Force de 1952 à 1969), puis comme membre associé du Robertson Panel, et ayant maintenu un contact étroit avec les activités du Comité de Condon, je puis parler avec une certaine compétence.

Le projet Blue Book a pris ses ordres du Pentagone et ceux-ci, en grande partie dicté par les conseillers scientifiques civils et militaires, étaient que des explications raisonnables pour tous les rapports d'OVNI devraient être trouvées. Mais ces explications ont été rarement basées sur des investigations prolongées en raison du raisonnement circulaire: puisque la grande majorité de rapports d'OVNI peut être expliquée rationnellement, alors si on étudie mieux la totalité des rapports, ils pourront tous être expliqués de manière conventionnelle, donc pourquoi s'en donner la peine? Peu d'efforts ont été accomplis pour d'obtenir des données quantitatives - diagrammes, graphiques, vitesses angulaires, angles, caractéristiques spectrales, et ainsi de suite, - puisque les OVNIS n'ont aucune réalité.

Le Robertson Panel, composé de scientifiques de haut-rang (et très occupés), a passé quelques demi-journées au début de 1953 à examiner la situation. Il n'a fait aucune investigation de lui-même, se fondant seulement sur les examens fragmentaires des cas choisis par le personnel de Blue Book. Le panneau avait été assemblé par la C.I.A, dont le souci ne semblait pas être les OVNIS intrinsèquement mais l'utilisation possible des rapports d'OVNI par des éléments subversifs pour obstruer des communications militaires ou affecter la stabilité psychologique du public. Au lieu de suggérer davantage de recherche scientifique, le panneau a recommandé que tout effort soit fait pour "rejeter" les rapports d'OVNI.

Il y a eu beaucoup de critiques du Comité de Condon, bien que son rapport ait reçu l'imprimatur de l'Académie Nationale des Sciences et ait été accepté par certains comme le travail définitif sur les OVNIS. Une citation de juste un critique - peut-être le plus conciliant - suffira. Le sous-comité sur OVNIS de l'institut américain de l'aéronautique et de l'astronautique (AIAA) a énoncé: "pour comprendre le rapport Condon, qui est d'une lecture difficile, dû en partie à son organisation, on se doit d'étudier la majeure partie du rapport. Ce n'est pas assez que de lire les résumés, comme celui de Sullivan et Condon, ou des résumés de résumés, sur lesquels la grande majorité de lecteurs et les médias semblent compter. Il y a des différences dans les avis et les conclusions tirés par les auteurs des divers chapitres, et il y a des différences entre les ceux-ci et la conclusion de Condon." Le groupe de l'AIAA a aussi fait cette remarque: "[nous étions] considérablement perturbé par le manque total d'analyse scientifique et technologique qui s'est appliqué à pratiquement toutes les observations mentionnées avant l'étude de Condon."

Les chercheurs en ufologie sont pris dans un piège chinois classique: quand ils cherchent des fonds pour rassembler de bonnes preuves, les critiques le leur refusent en arguant du manque de preuves.

Naturellement, on pourrait poursuivre la théorie que le projet Blue Book et le Comité Condon faisaient partie d'un superbe travail de désinformation demandé par les échelons les plus élevés du gouvernement, non seulement de cette nation mais de beaucoup de nations, qui savent ce qui se produit mais le dissimulent intentionnellement vers le haut. Et je continue à recevoir des rapports clandestins de personnels militaires qui ont été impliqués intimement ou périphériquement, dans une telle opération de cover-up mais qui refusent de signer leurs déclarations par crainte des représailles quand je demande un rapport signé. Pourtant quoique l'utilisation de l'acte de la liberté de l'information ait récemment indiqué que la C.I.A et le FBI avaient montré de l'intérêt pour les OVNIS - elles l'avaient vaillamment nié plus tôt - ceci ne constitue qu'à peine l'indice d'un sinistre complot. Si un tel secret à grande échelle existe en effet, il constitueraient le secret le mieux gardé de tous les temps.

Mettre les rapports en perspective:

Si, en temps opportun, les financements pour l'étude professionnelle du phénomène d'OVNI deviennent disponibles, comment pourrions-nous procéder? Feu Henry Norris Russe, astronome, a donné un exemple pertinent dans l'origine du système solaire. Il n'a pas tout à fait résolu le problème, mais il a établi les propriétés connues du système solaire (orbites coplanaires, révolutions, rotations, masses, et densités des planètes et des satellites) dont toute théorie viable doit tenir compte. Nous ne pouvons faire mieux que de suivre cet exemple en ce qui concerne le phénomène OVNI.

Dans un premier temps, nous pouvons classer les rapports dans six catégories d'observation. Celles-ci ne présupposent nullement l'origine du phénomène; elles indiquent simplement le type d'expérience OVNI. Les trois premières catégories sont des observations à une distance, alors que les trois dernières sont des "rencontres rapprochées," assez rapprochées pour que des dispositifs détaillés soient observables (une distance de 200 yards ou de moins est un principe de base):

Lumières nocturnes. Le témoin observe un point lumineux ou une source lumineuse étendue; dans le dernier cas, la luminosité obscurcit généralement n'importe quelle forme matérielle présumée de la source. Elle pourrait être décrite comme une source concentrée d'énergie électromagnétique, puissante mais pas nécessairement dans le seul spectre visible.

Objets en plein jour. Le mot effectif ici est "plein jour"; cependant, puisque la grande majorité des observations faites pendant la journée se réfèrent à des objets de type disque d'aspect métallique, parfois cylindrique, discoïdes ou ovales, je me réfère à eux généralement comme disques. En effet si une lumière nocturne apparaissait en plein jour, elle pourrait être un disque métallique ou autre chose. Dans ce système de classification purement observationnel, les classes peuvent ou peuvent ne pas recouvrir. En effet, nous ne devons pas supposer que tous les OVNIS ont la même origine; nous risquerions d'additionner "la pomme et la poire."

Radar et Radar-Visuel. Le radar est la source primaire d'information, mais les cas dans lesquels l'OVNI également a été aperçu visuellement sont particulièrement importants quand les deux observations correspondent sensiblement.
Rencontre rapprochées du permier type. Il n'y a aucune interaction rapportée entre l'OVNI et l'environnement - ces rapports sont les plus communs.

Rencontre rapprochées du second type. Il y a interaction physique. La littérature est remplie de cas dans lesquels des moteurs de voiture ont été éteint à l'approche d'un OVNI, des trous et des cercles brûlés sur la terre ont été trouvés à l'emplacement exact de l'atterrissage allégué, et des effets physiologiques sur des personnes et des animaux, aussi bien que des perturbations ou la destruction de la végétation, ont été rapportés. Ces rencontres ont évidemment de la plus haute valeur scientifique puisqu'ils sont susceptibles d'être étudiés en le laboratoire.

Rencontre rapprochées du troisième type. Ceux-ci se distinguent par leur rapports de créatures ou d'entités étroitement associées à l'OVNI, indépendamment de leur interaction avec les observateurs humains. Bien que moins fréquemment rapportée, cette catégorie a reçu la prééminence de loin la plus importante dans les médias en raison de son appel évident pour l'imagination et le concept "nous ne sommes pas seuls."

Des exemples nombreux de chacune des six catégories sont disponibles.

Dualisme paradoxal:

Dans notre recherche des propriétés du phénomène d'OVNI, trouvons-nous tout ce qui le place en dehors de l'expérience quotidienne? Y a-t-il quelque chose qui le rend les choses à la fois choquantes et paradoxales dans le sens de Niels Bohr, et par conséquent qui pourrait suggérer que l'on puisse y effectuer une percée scientifique? La réponse semble être oui.

Le phénomène OVNI, quelque soit son origine, est en grande partie localisé dans l'espace et le temps. Par exemple, à la différence de l'avion commercial, qui peut être dépisté et regardé séquentiellement pendant qu'il passe au-dessus d'une ville puis d'une autre, un OVNI est rarement observé dans plus d'une localité, et on ne le voit pratiquement jamais séquentiellement. Comme le chat de Chesire en Alice au pays des merveilles, il apparaît presque de nulle part, fait connaître sa présence, et puis disparaît. Egalement comme le chat, on lui rapporte parfois ses "matérialisation" et "dématérialisations" et ses changements de forme. Le chat d'Alice abandonne sa grimace quand il part; l'OVNI, sauf dans les "rencontre rapprochées du deuxième type," laisse seulement des souvenirs et des hantises. Et comme le chat, une apparition d'OVNI est de courte durée - plusieurs études ont montré que la durée moyennes des observations est de 8 à 14 minutes.

Les "Rencontres rapprochées du troisième type" sont les cas les moins fréquents, mais c'est ceux-ci qui bénéficient de l'attention des médias.

Le chat d'Alice a eu seulement un témoin. Les fichiers montrent que qu'environ deux tiers des cas impliquent deux témoins ou plus, mais ils ont rarement une foule de témoins. Cela à été l'objection primaire de certains qui pourraient autrement prendre des rapports d'OVNI sérieusement: pourquoi si peu de témoins? Si nous traitions d'un engins d'"écrous et de boulons" lancé depuis les étoiles, d'un Cap Canaveral cosmique, ne devrait-il pas être ou se rendre visible à un grand nombre d'habitants de la terre?

Les apparitions sélectives des OVNIS suggèrent une mise en scène délibérée, mais de la part de qui? Par quelque intelligence se trouvant derrière le phénomène d'OVNI ou par un effet involontaire de la conscience du témoin? Par exemple, on affirme fréquemment qu'un OVNI a débarqué "sur la route, directement en avant de notre voiture." Pourquoi pas loin au loin ou sur le côté? Pourquoi directement en pleine vue, mais seulement visible pour une poignée de personnes?

Au delà de ces propriétés rapportées ont doit ajouter des caractéristiques "paranormales" bien plus bizarres encore. En plus des "matérialisations", des "dématérialisation," et des changement de forme, des accélérations invraisemblables, des vitesses et des changements "instantanés" de position sans quelque délai pour faire le trajet ont été également fréquemment rapportés. Bien qu'apparemment incroyables, ces aspects paranormaux sont trop bien documentés pour être négligés.

Nous sommes apparemment confrontés à un dualisme semblable au dualisme onde-particule de la lumière que les physiciens ont dû affronter il y a un siècle. D'un côté, l'OVNI montre une nature physique: il peut être vu et photographié, enregistré sur un radar, et il peut interagir avec l'environnement. D'un autre côté, il se comporte comme s'il obéissaient des lois pourtant inconnues de la physique. Nous avons une situation qui est à la fois choquante et paradoxale - on ne peut pas négliger un aspect en faveur de l'autre juste parce qu'il ne convient pas.

Nous pouvons devoir accepter la possibilité que le phénomène d'OVNI est au delà d'une explication conventionnelle et franche, peut-être comme la source vraie de la lumière du soleil était au delà de Kelvin et Helmholtz, qui s'accrochaient vaillamment à leur "théorie de contradiction" à la fin du dix-neuvième siècle selon laquelle le soleil se rétrécissait sous l'influence de la pesanteur, de l'énergie potentielle transformée en énergie cinétique. Le concept du soleil comme "dispositif d'énergie nucléaire" était, naturellement, totalement au delà de leur connaissances. En effet, une fois que les fossiles du passé éloigné ont montré que le soleil doit avoir brillé alors comme il le fait actuellement, Kelvin ne voulait rien en savoir. Il a dit à un géologue qu'il "donne 10 millions d'années et pas un jour de plus" pour l'âge du soleil. Peut-être si Kelvin avait été plus philosophe, il pourrait s'être demandé si les fossiles lui indiquaient quelque chose. De même, peut-être devrions-nous nous demander si le phénomène d'OVNI nous indique quelque chose.

L'Esprit et la Matière:

Le phénomène d'OVNI est éprouvé en grande partie par la conscience humaine et le psychisme humain. La physique de laboratoire essaye de fonctionner avec "la réalité objective," mais supposons qu'il existe une classe de phénomènes dans lesquels les variables subjectives sont de premier ordre? Comment manipulerions-nous leur étude?

Eugene Wigner, le physicien remarquable de Princeton, a écrit que "les lois actuelles de la physique sont au moins inachevées sans si elles n'ont pas une traduction claire pour notre pensée. Plus probablement, ils sont imprécis, l'inexactitude augmentant avec le rôle que la vie joue dans les phénomènes considérés... comme nous considérons des situations dans lesquelles le rôle de la conscience est de plus en plus important, la nécessité pour des modifications des régularités obtenues pour les objets inanimés seront de plus en plus plus évidentse."

Il devient de plus en plus évident à ceux qui étudient le phénomène OVNI qu'une certaine modification dans l'approche et la méthodologie est nécessaire. Les événements se présentant à notre esprit représentent-ils des fuites d'une réalité parallèle? Ou, en fait, sont-ils eux-mêmes de telles réalités parallèles? Devons-nous regarder vers les systèmes stellaires éloignés pour la solution au mystère OVNI ou bien beaucoup plus près, vers une explication méta-terrestre plutôt qu'une hypothèse extraterrestre?

Les aspects paranormaux ou "psychiques" du phénomène d'OVNI ont été généralement pris en tant que la raison suffisante pour écarter le sujet dans son entier, mais ceci relève de l'irresponsabilité scientifique. Erwin Schroedinger a écrit: "un scientifique devrait être curieux et désireux de découvrir." Je soutiendrais que nous avons accumulé assez de données d'OVNI pendant les dernières trois décennies pour être vraiment curieux à leur sujet.

Nous pourrions avoir à accepter la possibilité que le phénomène d'OVNI est au delà de l'explication conventionnelle et franche: c'est une situation toutes les deux choquantes et paradoxales.

Expliquer l'Inexplicable:

Il y a en effet une croissance, bien que pas encore décisive, de l'intérêt pour le mystère intrigant du phénomène d'OVNI - un phénomène qui ne va pas s'évanouir de lui-même comme la plupart d'entre nous l'ont longtemps cru.

En 1976, P.A. Sturrock a sondé les adhérents de la Société Astronomique Américaine, leur demandant si le phénomène d'OVNI mérite d'être étudié scientifiquement. Parmi les 1356 répondants, 23 pour cent ont répondu "certainement," 30 pour cent "probablement," et 27 pour cent "c'est possible", un total de 80 pour cent sont au moins modérément en faveur d'une telle étude. Sept répondants ont déclaré qu'ils étudiaient déjà activement le problème. Etonnamment, (peut-être seulement pour ceux qui sont peu familiers avec la scène OVNI), 62 répondants ont déclaré qu'ils avaient été témoin, ou avaient obtenu des preuves enregistrée d'événements qu'ils ne pouvaient pas identifier et qu'ils ont pensé être lié au phénomène OVNI.

Un autre exemple récent d'intérêt scientifique vient de l'Académie des Sciences de l'URSS. Préférant le terme "Phénomènes atmosphériques anormaux", Gindilis, Men'kov, et Petrovskaya rapportent que "le pourcentage substantiel des observateurs ayant des qualifications attire l'attention: ouvriers scientifiques, ingénieurs, pilotes (52 pour cent). Contraire à l'erreur largement répandue, il y a un pourcentage fortement significatif d'astronomes parmi les observateurs (7,5 pour cent)."

En conclusion, votre attention doit se porter vers le GEPAN (Groupement versent des les Phenomenes Aerospatiaux non Identifiés), une équipe scientifique financée par le gouvernement Français au sein de l'agence française CNES (Centre National des Etudes Spatiales) qui étudie systématiquement le phénomène OVNI. La France est le seul pays à avoir officiellement entrepris un tel projet. (De façon sans doute significative, seuls les cas français sont étudiés.)

Alors que dans le passé on a estimé que les OVNIS étaient une mode passagère, on trouve à la place un phénomène persistant, provocateur, et frustrant, nous pouvons citer les mots de l'astronome Pierre Simon Laplace il y a deux siècles: "nous sommes si loin de connaître toutes les forces de nature et les divers modes de leur action qu'il n'est pas digne d'un philosophe de nier des phénomènes seulement parce qu'ils sont inexplicables dans l'état actuel de nos connaissance. Plus il est difficile de reconnaître l'existence d'un phénomène, plus nous sont devrons l'étudier avec grand soin."

REFERENCES:

Accetta, J.S., "A Search for Possible Causal Associations between UFOs and Perturbations in Recorded Geophysical Data." The Journal of UFO Studies 22: 72.
American Institute of Aeronautics and Astronautics Subcommittee on UFOs. Aeronautics and Astronautics, November 1970.
Gindilis, L.M.; D.A. Men'Kov; and I.G. Petrovskaya, "Observations of Anomalous Atmospheric Phenomena in the USSR: Statistical Analysis." USSR Academy of Science, Institute of Space Research Report PR 473 (translation available from the Center for UFO Studies), 1979.
Hendry, A., The UFO Handbook, chapter 18. New York: Doubleday, 1979.
Pearson, D., "Retrospective Instrumentation for Analysis of Physical Traces of UFOs." The Journal of UFO Studies 2: 37.
Poher, C., "Time Correlations between Geomagnetic Disturbances and Eyewitnesses accounts of UFOs." Flying Saucer Review 20, 1: 12.
Sturrock, P.A., "Report on a Survey of the Membership of the American Astronomical Society Concerning the UFO Problem." SUIPR Report No. 681, Stanford University, 1977.
Wigner, E., "Physics and the Explanation of Life," address to the American Association for the Advancement of Science, Boston, 1969.
LECTURES CONSEILLEES:
Condon, Edward, U., Scientific Study of Unidentified Flying Objects. New York: Dutton, 1968.
Hynek, J. Allen, The Hynek UFO Report. New York: Dell Books, 1977.
Hynek, J. Allen, The UFO Experience. Chicago: Regnery Press, 1972.
Hynek, M., ed., Journal of UFO Studies, 1 and 2.
Jacobs, David M., The UFO Controversy in America. Indiana University Press, 1975.
Randles, Jenny, and Peter Warrington, UFOs, A British Viewpoint. London: Hale, 1979.
Sagan, Carl, and Thornton Page, eds., UFOs: A Scientific Debate. New York: Norton, 1972.
Smith, Garcia, S., The UFO enigma. Report No. 76-52 SP of the Congressional Research Service, 1976.

Source : ufologie.net
Revenir en haut Aller en bas
 

The UFO Phenomenon: Laugh, Laugh, Study, Study

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: ovni - définition informations et histoire :: Les études et avis scientifiques-