Marque-page social
Marque-page social yahoo  Marque-page social google      

Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
Ovni: Les témoins en live !Aujourd'hui à 09:02LorelinePresentation nouveau membreAujourd'hui à 04:47TikoQue se passerait-il en cas de contact officiel ou de divulgation?Aujourd'hui à 00:15TikoOffre de prêt et financementHier à 21:06christelle1Ovnis sur la France des années 1940 à nos joursHier à 15:22Polyèdre57(1994) Deux bouquins de Marc Hallet pour que vous évitiez de les acheterHier à 15:05Polyèdre57Le crash d'Aurora en 1897Hier à 14:20Polyèdre57Quand le Pentagone étudie les ovnis dans le plus grand secret. Un article du New York TimesHier à 12:15Polyèdre575ème Congrès ufologique international de Montréal 27 et 28 octobre 2018Dim 20 Mai 2018, 22:14Polyèdre57Les Observations du 5 novembre 1990 un satellite et des ovnis?Dim 20 Mai 2018, 18:27anakinneo2018Survols de centrales nucléaires : ovni ou drones?Dim 20 Mai 2018, 04:37Thierry-BLes nouvelles observations du moisVen 18 Mai 2018, 17:38Polyèdre57Nouveau parmi vousJeu 17 Mai 2018, 19:09martin"Un ballon-sonde ou un drone, oublie ça !" dit l'ufologue canadien Jean CasaultJeu 17 Mai 2018, 18:58martinAPPEL A TEMOIN POUR UNE OBSERVATION dans le FinistèreMer 16 Mai 2018, 23:00Polyèdre572010: le / à Dans la soirée - Engin triangulaire volant - Ovnis à Hyères -Var (dép.83)Mer 16 Mai 2018, 00:58StarfullLes effroyables signes du cielMar 15 Mai 2018, 13:34GorbSCEAU: Sauvegarde et Conservation des Etudes et Archives UfologiquesMar 15 Mai 2018, 00:29Polyèdre57(2014) Ovnis : Des généraux, des pilotes et des officiels parlentMar 15 Mai 2018, 00:13elisaliseLes Ovnis constitueraient-ils une nouvelle forme de religion ?Lun 14 Mai 2018, 19:08DANIEL92016: le 08/08 à 3h25 matin - oragé très lumineuxOvni en forme de disque - Ovnis à gerardmer - Vosges (dép.88)Lun 14 Mai 2018, 12:37Polyèdre572016: le 10/07 à 11h15 - Un Ovni de grande taille - Ovnis à Gerardmer - Vosges (dép.88)Lun 14 Mai 2018, 12:35Polyèdre572017: le 19/06 à 17 h env - cylindre noir flouUn phénomène ovni insolite - Ovnis à le honheck "La Bresse" - Vosges (dép.88)Lun 14 Mai 2018, 12:26Polyèdre57Mes premières ObservationsLun 14 Mai 2018, 10:43Jean-Marc WatConstruction d'un dossier sur les ovnis triangulairesLun 14 Mai 2018, 00:06Lorelineguerre et ovnisDim 13 Mai 2018, 22:57anakinneo2018Projet : Mise en place d'un système de relai d'observationDim 13 Mai 2018, 22:18StarfullJean-Pierre D’Hondt, chasseur d’ovnisDim 13 Mai 2018, 16:19Polyèdre57: le 05/09/17/ à 23h30 - Lumière étrange dans le ciel - Ovnis à Barisey la côte -Meurthe et Moselle(dépt.54)Ajoutée à la carte : oui)Dim 13 Mai 2018, 10:18Polyèdre57Applications smartphones & OvnisDim 13 Mai 2018, 09:00Polyèdre57Une application pour SmartphoneSam 12 Mai 2018, 21:37StarfullLe 15 mai 2018, conférence ovni à Annecy avec Gilles ThomasSam 12 Mai 2018, 01:18LorelineLes trous de ver un espoir pour des voyages interstellaires Ven 11 Mai 2018, 15:47HocineprésentationVen 11 Mai 2018, 11:36StarfullLe Crash Ovni de Roswell qu'en pensez-vous?Ven 11 Mai 2018, 07:16Hocine8ème congrès ufologique d'OVNI-LanguedocJeu 10 Mai 2018, 18:20Polyèdre57Les enlèvements extraterrestres que peut-on en penser? (étude)Jeu 10 Mai 2018, 10:13DANIEL9histoire aéronautiqueMer 09 Mai 2018, 23:57anakinneo2018Mon observationMer 09 Mai 2018, 07:37Loreline2 mai : OVNIS & Failles - Gilles Durand & Gilles ThomasMar 08 Mai 2018, 15:10Polyèdre57Les Belges du forumMar 08 Mai 2018, 09:42Polyèdre57Type et morphologie extra-terrestreLun 07 Mai 2018, 19:32HocinePourquoi si peu de films et de photos d'ovnis (évolution des moyens techniques)?Lun 07 Mai 2018, 17:29Polyèdre57Témoignage d'un objet posé au sol en Haute GaronneDim 06 Mai 2018, 14:35Icare31Vos idées brèves sur les OvniSam 05 Mai 2018, 21:19captainfletcherLes ovnis nazis ont-ils existé ?Ven 04 Mai 2018, 19:55HannibalBonjour à tousJeu 03 Mai 2018, 17:20Polyèdre57Auxerre-Branches : Rendez-vous d'ODHTV dans l'Yonne le 5 mai Mer 02 Mai 2018, 23:40LorelinePérols : Conférence Henri Cohen le 4 mai 2018Mer 02 Mai 2018, 23:37LorelineQu'est-ce qui peut constituer une preuve en ufologie? Mer 02 Mai 2018, 00:04Polyèdre57yellowstone deux videos Lun 30 Avr 2018, 23:12R-Mèsl'avenir de l'ufologie?Lun 30 Avr 2018, 18:23Polyèdre57Franche-Comté: les membres de cette régionLun 30 Avr 2018, 17:59Polyèdre57cas chinois intéressantLun 30 Avr 2018, 16:52Polyèdre57Bien le bonjour à tous !Dim 29 Avr 2018, 17:14aerao Jacques VALLEE : sa prochaine conférence à ParisDim 29 Avr 2018, 15:18Polyèdre57Michael Salla d'Exopolitics...Dim 29 Avr 2018, 14:58Polyèdre57LA REFLEXION EST MERE DE LA SAGESSESam 28 Avr 2018, 22:27TikoEt si nos grands dirigeants mondiaux obéissaient à des E.T ?Sam 28 Avr 2018, 21:45Tiko[Topic unique] Le robot Curiosity sur Mars Ven 27 Avr 2018, 17:26Loreline
Menu du Site










Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12796
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Analyses et études concernant la vague Belge

le Ven 20 Juin 2008, 14:47
Analyse et implications physiques de deux photos de la vague belge


A. MEESSEN, Professeur à l'U.C.L.Inforespace, n° 100, 2000, 5-40. Internet, février 2001.


La vague d'OVNI sur la Belgique (1989-93) était remarquable à cause de l'apparition massive d'objets d'un nouveau type et d'une excellente coopération avec les autorités du pays. En outre, nous avons étudié à fond le problème de la détection radar et dans cet article, nous approfondissons l'analyse de deux photographies surprenantes. Ce qui apparaît sur ces documents est différent, en effet, de ce qu’on avait perçu visuellement. Nous prouvons que cela résulte de la présence de lumière invisible: infrarouge dans un cas et ultraviolette dans l'autre. La lumière IR fait sans doute partie d'un système de vision nocturne, tandis que la lumière UV résulte d'une ionisation locale de l'air, liée aux mécanismes de la propulsion. On peut même dire que les grands " phares " des OVNI de la vague belge constituent un système de guidage auxiliaire. Ils peuvent également émettre des faisceaux lumineux de type " lumière solide ". Il pourrait s'agir d'ondes de plasma ioniques, liées à des ondes purement électriques.

Introduction

Les objets volants non identifiés qui ont été observés très souvent en Belgique de l'automne 1989 à l'automne 1993 étaient différents des ovnis classiques. Ceux-ci étaient pratiquement toujours des objets à symétrie axiale, qu'il s'agisse de disques, de sphéroïdes ou de cylindres. Les ovnis de la vague belge étaient par contre, presque tous, des plates-formes comportant des coins. Elles présentaient une grande variété de formes et de dimensions, mais la face inférieure était plane avec une structure centrale plus ou moins proéminente. L'attention des témoins a été attirée surtout par les grands phares ronds, situés près des coins. Ils étaient encastrés dans la face plane inférieure et pouvaient être éclairés de manière uniforme ou émettre des " faisceaux lumineux " d'un type inhabituel.

La SOBEPS a publié deux rapports [1, 2] qui fournissent de nombreux exemples d'observations. Dans la suite, ils seront désignés respectivement par VOB.1 et VOB.2, avec l'indication de la page à laquelle on se réfère. En fait, la vague belge a impliqué 4000 à 5000 témoins et elle a abouti à la constitution d'un dossier de plus de 20.000 pages. On a réalisé de l'ordre de 1500 enquêtes, souvent très approfondies. Quand l'accumulation progressive des observations est mise en graphique (VOB.2. 360), il apparaît que cette vague comportait différentes phases.

Il y a eu une période de préparation qui a duré deux mois, avec un taux moyen de 0,4 observations par jour. Brusquement, le 29 novembre 1989, il y eut en quelques heures et dans une région limitée, près de 150 observations indépendantes. On était donc confronté à une vague exceptionnelle, bien que toute son ampleur ne pouvait pas encore être évaluée à ce moment. A cause de la qualité des premiers témoignages, les médias se mobilisèrent de suite. Ils constatèrent d'ailleurs qu'il y avait encore des observations d'OVNI pendant les jours et les semaines qui suivirent. En fait, elles se sont accumulées au taux moyen de 6,4 par jour, pendant quatre semaines. Ensuite, le taux moyen est tombé à 1,5 par jour pendant quatre mois et puis à environ 1 par jour pendant touteune année, avec des petites variations passagères. Ce n'était pas fini. La courbe de croissance ne s'est saturée qu'en novembre 1993, avec quelques accroissements occasionnels plus importants. Le 26 juillet 1992, par exemple, il y eut 27 observations, faites par 72 témoins.

Un cas mérite tout particulièrement notre attention, parce qu'il illustre des aspects qui joueront un rôle important dans la suite. Il s'agit de la plate-forme triangulaire que les gendarmes von Montigny et Nicoll ont découverte le soir du 29 novembre 1989, près de la route qui mène d'Eupen à la frontière allemande. J'ai mené une enquête sur ce cas en 1989 et je l'ai approfondie en 1997 [3, 4]. Pour visualiser un objet typique de la vague belge et les faisceaux qui joueront un rôle important dans la suite, je reproduis un dessin, réalisé d'après la description des témoins (figure 1).




Figure 1: Le triangle observé le 29 novembre 1989 par les gendarmes von Montigny et Nicoll.

Cet objet se tenait immobile, à environ 120 m au-dessus d'une prairie, éclairée d'une lumière blanche, très intense. Elle provenait de trois grands phares, situés près des coins du triangle. En fait, les gendarmes voyaient trois " faisceaux lumineux ", formant des cônes dont les bords étaient bien définis et dont le volume intérieur était lumineux. L'air était sec, pourtant, puisqu'il avait gelé depuis le début de novembre dans cette région. Cela veut dire qu'il ne pouvait pas s'agir simplement de lumière, diffusée par des particules en suspension dans l'air. Ces énormes " phares " devaient produire une autre radiation, interagissant avec les molécules de l'air de telle manière que celles-ci émettaient de la lumière dans n'importe quelle direction.

Les gendarmes étaient très surpris, mais pensaient à ce qui leur semblait le plus normal. Serait-ce un nouveau type d'engin militaire? Ils n'entendaient pas de bruit venant de là, bien que c'était un objet de grande dimension, puisque la base, entre les coins coupés, avait une longueur de 30 à 35 m [5]. Brusquement, cet engin se mit en mouvement, pointe en avant. Il s'est déplacé à hauteur et vitesse constantes (environ 50 km/h), parallèlement à la route. Les gendarmes étaient particulièrement étonnés [6], quand ils ont constaté que cet engin s'arrêtait en l'air et tournait sur place de 180°. Il est reparti, en longeant la route. Il a survolé la ville d'Eupen, mais s'est arrêté au-dessus d'une tour éclairée au barrage de la Gileppe. Il y est resté immobile pendant une heure, tandis que les deux gendarmes occupaient un poste d'observation à 4,6 km de là [4]. Pourtant, ils voyaient que des côtés de l'objet émergeaient deux minces faisceaux rectilignes d'une lumière rougeâtre. Ils étaient horizontaux et symétriques. Les extrémités étaient marquées par deux boules rouges, partant rapidement jusqu'à une distance de l'ordre du kilomètre.

Ayant atteint leur extension maximale, les faisceaux restaient invariants pendant quelques minutes. Après cela, ils n'étaient plus visibles, tandis que les boules revenaient vers l'objet et tournaient encore pendant quelques minutes autour de celui-ci. Finalement, elles s'éteignaient ou rentraient dans l'objet, mais après quelques minutes, tout ce processus recommençait d'une manière identique. Il s'est répété aussi longtemps que l'objet est resté à cet endroit. Seuls les intervalles de temps étaient variables. On ne peut pas rendre compte de ces faits, en admettant qu'il s'agissait de faisceaux de lumière émis par des lasers. Ceux-ci peuvent émettre de minces faisceaux cylindriques d'une lumière très intense, mais elle aurait été soumise à une atténuation progressive, sans boule à son extrémité. De toute manière, la diffusion latérale de la lumière aurait été insuffisante pour qu'on puisse la voir d'aussi loin. Notons qu'on a observé encore d'autres " boules rouges ", associées à des OVNI de la vague belge (VOB.1. 38, 88; VOB.2. 165-166).

Après cette vague, on doit finalement reconnaître que l'hypothèse sociopsychologique est obsolète. Pourquoi tellement de personnes auraient-elles brusquement commencé à " voir " un nouveau type d'OVNI? Si l'on se donne la peine d'examiner les faits d'une manière objective, on constate aussi qu'il s'agissait d'objets réels, matériels et technologiques, mais non conventionnels. Il y a certainement assez d'observations visuelles rapprochées pour écarter l'hypothèse des phénomènes naturels, mal interprétés, mais ne pourrait-il pas s'agir d'avions secrets ou d'engins plus légers que l'air? L'hypothèse des appareils d'origine terrestre est contredite par tout un ensemble d'arguments: la grande variété des formes, le caractère inédit des comportements mécaniques, acoustiques et optiques, l'incompréhension des principes de fonctionnement, l'incongruité de tests à basse altitude au-dessus d'un pays très peuplé et surtout le fait que personne n'a pu fournir le moindre élément de preuve pour soutenir cette hypothèse, même pas dix ans plus tard.

Que reste-t-il? L'hypothèse paranormale, chère à certains, ne peut pas être exclue a priori, mais elle est méthodologiquement inefficace, parce qu'on ne peut pas expliquer ce qu'on ne comprend pas à partir de ce qu'on comprend moins encore. Il faut donc faire face à l'hypothèse extraterrestre. Elle est à la fois plus plausible et plus intéressante, puisqu'elle permet de travailler dans le cadre d'une rationalité scientifique. L'obstacle principal réside dans la peur qu'elle suscite, non seulement vis-à-vis de l'inconnu, mais aussi par rapport aux pressions de la société humaine. Vouloir continuer à fermer les yeux et l’esprit ne serait cependant ni rationnel, ni humainement responsable. On peut évidemment objecter que nous ne comprenons pas comment des voyages à travers l'immensité des espaces interstellaires pourraient être réalisés avec la facilité que suggèrent le grand nombre et la diversité des observations d'OVNI. C'est vrai, mais s'il y a des civilisations extraterrestres, beaucoup plus anciennes que la nôtre, elles pourraient en savoir plus que nous. De toute manière, ne faudrait-il pas examiner au moins ce qui s'est passé et continue à se produire à la surface de la Terre?

Dans cet article, nous examinerons très modestement deux photographies. Elles ont été prises en avril 1990 à Ramillies (province du Brabant Wallon) et à Petit-Rechain (province de Liège). Nous présenterons les données du problème et nous les analyserons, afin d'en extraire ce qui est essentiel, mais pas directement apparent. Nous essayerons de comprendre ces résultats, en cherchant à les relier à ce qui est déjà connu. C'est la procédure habituelle, en sciences et elle s'applique aussi à l'étude du phénomène OVNI.

La suite de l'article est disponible sur ces pages:

http://www.meessen.net/AMeessen/Photo1/
http://www.zeblog.com/admin-benzemas-27914


Dernière édition par Benjamin.D le Lun 28 Déc 2009, 14:25, édité 2 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
avatar
Sylvain
Très bonne participation
Très bonne participation


Masculin Age : 57
Nombre de messages : 157
Inscription : 22/04/2008
Localisation : france
Emploi : confidenciel
Passions : musique et tout ce qui vol
Règlement : Règlement

loupe Re: Analyses et études concernant la vague Belge

le Ven 20 Juin 2008, 15:22
Merci, pour ce passage , bien sur que la piste extraterrestre est sérieuse , ses objets font parti du fantastique , et puis pourquoi les américains viendraient faire des essaies en France en belgique ça ne tiens pas debout .
il n'y aurait pas ces boules rouge qui sortent des triangles , je serrais le premier a avoir un doute , mais là c'est pas permis.
l'aventure continue.
sylvain
onken
avatar
Astrid77
Ufologue/enquêteur
Ufologue/enquêteur


Féminin Age : 64
Nombre de messages : 1350
Inscription : 13/04/2008
Localisation : dammartin en goele
Emploi : Lecteur-Correcteur à domicile
Passions : Lecture, Ufologie
Règlement : Règlement
http://lesmotsetlaplume.e-monsite.com/

loupe Re: Analyses et études concernant la vague Belge

le Ven 20 Juin 2008, 16:32
Bien, on arrête avec les Américains, celà me donne de l'urticaire.
Ayant lu l'analyse, la MPD me semble être la meilleure explication quant au mode de propulsion des triangles.
Toutefois, un élément ne semble pas avoir été évoqué, à savoir la couleur des feux.
Dans mon observation,(voir celui-ci dans la rubrique "5 observations") les feux de mon triangle étaient vert et rouge.
En aucun cas blancs.
Aucun feu central non plus.
Survol avec léger bruit transformateur.
Aucun champ magnétique n'a été ressenti.
Je précise que les feux n'irradiaient en aucun cas, simples boules lumineuses.

Amitiées.
avatar
Argon
Culture Scientifique
Culture Scientifique


Masculin Age : 42
Nombre de messages : 32
Inscription : 29/12/2007
Localisation : france
Emploi : éléctr_optique
Passions : lasers,optique,éléctronique
Règlement : Règlement

loupe Re: Analyses et études concernant la vague Belge

le Ven 20 Juin 2008, 19:37
juste pour information, dans un éventuel cas d'observation de faisceau émmanent de ces lumières! il est possible avec un cyclotron de reproduire cette exemple de lumière qui a été cité plus haut dans l'analyse! mais le problème est que; actuellement le cyclotron fabriqué par l'homme fais 60 tonnes, pour un encombrement relativement grand! de l'ordre de grandeur d'un véhicule utilitaire! et génère un faisceau de particules ionisées ne dépassent pas le mètre et tronqué à son éxtrémité!! si selon les témoins le rayonnement de particules ionisées frappent le sol, alors il ne s'agit en aucun cas d'un type d'engin terrestre! je laisse le choix de vous faire une idée sur le poids d'un tel véhicule avec tout son système de générateur/amplificateur/correcteur d'ondes! en oubliant le poids de la structure et du cokpit! citation: si la "masse" énergétique générée par le cerveau, dépasse la masse de l'individu, alors tout laisse à croire que le corps devient plus léger! E=mc2 des fois je me pose la quéstion si cette théorie d'einstein peut etre appliquée aussi sur de la matière vivante, tel que l'homme.... y'aurait il corrélation avec certaines observation fantomatiques ou plasmas controllés???
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12796
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Etudes concernant la vague Belge

le Mar 17 Mar 2009, 14:48
Etudes concernant la vague Belge:

SOURCES:

ParaNet.Information.Service@p0.f428.n104.z1.FIDONET.ORG (sm), Sujet:
Belgium Information, Date: 18 Avril 1991 01:13:00 GMT, Ce fichier provient du ParaNet (sm) Information Service et de ses associés sur le réseau. Vous pouvez librement distribuer ce fichier tant que l'entête est laissé intacte. Date de rédaction: 17 Avril 1991, Contribution de: Antonio Huneeus, pour plus d'informations sur ParaNet (sm), contactez: Michael Corbin, ParaNet Information Service, P.O. Box 172, Wheatridge, CO 80034-0172 or FidoNet 1:104/422, Internet mcorbin@scicom.alphacdc.com, l'article est tel qu'il paru dans UFO Universe, Juin/Juillet 1991.

L'ARTICLE:

LA TOMBEE DU MUR DU SILENCE:

METTANT FIN A UNE PERIODE DE SIX MOIS DE SILENCE A PROPOS DES OVNIS, LA QUASI TOTALITE DU CONTINENT EUROPEEN A ETE VISITE PAR UNE VAGUE D'OBSERVATIONS D'OVNIS SANS PRECEDENT DANS L'HISTOIRE, LES PLUS IMPRESSIONNANTES PEUT ETRE SONT CELLES DE GIGANTESQUES "PLATES FORMES VOLANTES" PRES DE LA FRONTIERE ALLEMANDE EN BELGIQUE.

Par Antonio Huneeus

Dans un élan absolument sans précédent dans l'histoire de l'ufologie, l'Armée de l'Air et le gouvernement Belges ont non seulement soigneusement documenté la grande vague d'OVNIS au-dessus de la Wallonie, mais ont partagé leurs résultats avec les enquêteurs privés et le public, abattant littéralement le "mur du silence" qui dissimule toujours le phénomène ovni dans le monde occidental.

Au long de cette dernière année, les citoyens dans la région de langue française de Wallonie en Belgique ont été témoins d'une vague d'ovni extraordinaire. Des milliers de témoins, y compris des douzaines de gendarmes et d'officiers de l'Armée de l'Air belge, ont décrit des véhicules triangulaires volant lentement au-dessus des dessus de toit, émettant des pinceaux lumineux vers le sol et exécutant des manoeuvres incroyables. Les objets ont été l'objet de près de 25 vidéo et détectés par radar depuis le sol et depuis des radars de bord par les militaires.

Personne sans doute ne doutera que des OVNIS triangulaires ont été vus partout en Wallonie depuis Novembre 1989. Selon une histoire publiée en première page par le Wall Street Journal du 10 Octobre 1990 et titré "les scientifiques Belges poursuivent sérieusement un ovni triangulaire," "depuis la vague d'observation a débuté il y a presque une année, plus de 2,600 témoignages d'observations d'un objet triangulaire avec trois lumières énormes planant dans le ciel la nuit au-dessus de la Wallonie ont été recueillis." La question que certains posent est de savoir si ces objets pourraient être expliqués par l'essai d'un nouvel avion militaire secret supérieur. Les véhicules à distance pilotés (RPVs), les AWACS, le chasseur F-117 Stealth, et une version modifiée du bombardier de B-2 Stealth, sont certaines des options qui ont été suggérées.

Sans compter que la grande quantité de données bien documentées recueillies par la gendarmerie, l'Armée de l'Air et les scientifiques civils de la Société Belge pour l'Etude des Phénomènes de l'Espace (SOBEPS), la vague belge a battu un autre record. Pour la toute première fois dans l'histoire controversée des ovnis dans le monde, le ministre Belge de la défense, Guy Coeme, a autorisé l'Armée de l'Air à coopérer entièrement avec la SOBEPS, leur transmettant leurs rapports, et en mettant à leur disposition un avion Hawker Sideley équipé d'appareils photo infrarouges et de sondes électroniques sophistiquées.

Comme l'explique le physicien français bien connu Jean Pierre Petit au magazine Paris Match, "nous vivons une période qui débute une ère de franchise. D'abord nous avons la chute le mur de Berlin, puis maintenant le mur du silence au sujet des OVNIS s'écroule. En ce qui concerne les ovnis, nous commençons une nouvelle phase complètement différente de ce que nous avons vécu auparavant. C'est la fin de l'esprit commercial et des escroqueries. Des scientifiques véritables font finalement leur apparition." Le docteur Petit est un physicien et un directeur de recherche de du centre national pour la recherche scientifique Français le CNES. Iconoclaste et expert mondial en magnétohydrodynamique, le docteur Petit a également conduit des recherches plutôt intéressantes au sujet des ovnis, éditant récemment ses résultats dans son ouvrage "Enquêtes sur les ovnis".

A la différence de beaucoup d'autres groupes ufologues autour du monde, la SOBEPS est une équipe de scientifiques respectés, y compris Leon Brenig, un théoricien non-linéaire de dynamique à l'Université Libre à Bruxelles, et le professeur Auguste Meessen, un physicien de l'Université Catholique de Louvain. Parmi les nombreux témoins de ces ovnis, en fait, on trouve Lucien Clerebaut, secrétaire général de la SOBEPS, Patrick Ferryn, un producteur de film et un membre fondateur, et Jose Fernandez, un autre enquêteur de la SOBEPS. "Voici une occasion où nous pouvons appliquer la méthode scientifique," remarque Brenig.

Les dossiers de SOBEPS montrent que les premières observations ont eu lieu dans la nuit du 7 Novembre 1989, quand deux gendarmes d'Esneux ont observé un énorme engin silencieux "avec deux lumières blanches très puissantes dirigées en bas et ' une sorte de phare vert et rouge." La vague d'ovnis, cependant, a gagné en notoriété dans la soirée du 29 Novembre lorsque 41 témoins, y compris six gendarmes, ont observé un triangle énorme - parfois décrit comme "une plate-forme stationnaire" - à Eupen, Verviers, et plusieurs autres endroits en Wallonie près de la frontière avec l'Allemagne. Comme la presse a imaginé que celà pouvait être un AWACS ou un avion Stealth, dans les jours suivants, Guy Coeme du ministère de la défense a écarté ces rumeurs, déclarant que "toutes les hypothèses impliquant la présence d'avion militaires dans notre espace aérien doivent certainement être abandonnées."

C'est peut-être parce que ces objets sont jusqu'ici non identifiés, que l'Armée de l'Air Belge a entrepris la tâche de chasser et d'étudier les intrus. Comme le déclare le Colonel Wilfried De Brouwer, le chef des opérations de l'Armée de l'Air Belge qui coordonne la recherche de ces OVNIS dans le Wall Street Journal, "nous considérons qu'il est de notre devoir de savoir ce qui se passe." En effet, la vague d'ovni a culminé la nuit du 30 au 31 Mars 1990, lorsque des cibles inconnues ont été dépistées par deux installations de radar. Celui chez Glons, situé au Sud-Est de Bruxelles, appartient au groupe de la défense de l'OTAN - les sièges sociaux de l'OTAN sont à Bruxelles - tandis que celui de Semmerzake, à l'Ouest de Bruxelles, est responsable du contrôle de tout le trafic militaire et civil au dessus du territoire Belge tout entier. A ce moment, le contrôleur principal du radar de Glons a demandé à c que l'on dépêche deux intercepteurs F-16, qui ont également verrouillé l'ovnis sur leur radars de bord.

Nous avons obtenu, grâce au chercheur français Jean-Luc Rivera, une copie du rapport complet de cet incident, qui a été préparé par le Major de l'Armée de l'Air P. Lambrechts, des quartiers généraux de l'Armée de l'Air Belge à Bruxelles, et qui a été expédié au SOBEPS selon les instructions de totale coopération avec ce groupe. Le Rapport concernant l'observation d'ovnis pendant la nuit mars de 30 à 31, 1990 inclut une chronologie complète des événements, aussi bien qu'un dossier épais des témoignages des oculaires de plusieurs gendarmes et des cartes des lieux d'observation.

Le Major P. Lambrechts explique d'abord que, "les observations visuelles et par le radar étaient d'une telle nature que l'on l'a décidé que de faire décoller deux chasseurs F-16 avec mission d'identifier ces ovnis." Le rapport indique également que "la présence ou l'essai de B2 ou F117 (bombardier Stealth), de RPV (véhicules à distance pilotés), d'ULM (ultra légers motorisé) et d'AWACS au moment de ces événements dans l'espace aérien Belge peut être exclu".

Selon la chronologie, la séquence des opérations a débuté à 22:50 heures, quand "le contrôleur principal du radar de Glons a reçu un appel téléphonique du gendarme Renquin, qui lui a rapporté qu'il voyait de sa maison dans Ramillies trois lumières peu communes... formant un triangle équilatéral, et de couleurs changeantes rouge, vert et jaune." A 23:05, la gendarmerie de Wavre a envoyé une patrouille, qui a confirmé l'observation. A 23:15, Renquin a appelé encore pour informer qu'il voyait un nouvel ensemble de trois lumières, alors que les écrans de radar chez Glons détectaient "un contact non identifié se déplacer à une vitesse d'environ 25 noeuds." (le noeud de est équivalent à un mille marin - 6.080 pieds - par heure.)

Dans les deux heures et demie qui suivirent, un nombre croissant de gendarmes et d'autres témoins ont continué à observer les manoeuvres étranges de jusqu'à trois ensembles de lumières triangulaires dans les environs de Bruxelles. A 23:49, les écrans de radar de Semmerzake ont confirmé les cibles et l'ordre de décollage des deux F16 a donc été donné à 23:56 heures, qui décollèrent à 00:05 le 31 Mars. Selon le rapport, "les avions ont eu de brefs contacts de radar à plusieurs reprises." Cependant, chaque fois que "les pilotes parvenaient à verrouiller leur radars sur l'objectif cela ne durait que quelques seconde car à chaque fois le verrouillage a eu pour conséquence un changement de cap énergique de l'ovni."

Lors du premier verrouillage à 00:13, indique le rapport, "la vitesse de la cible changée en un temps record de 150 à 970 noeuds et de 9.000 à 5.000 pieds, retournant alors à 11.000 pieds, afin de changer encore pour passer près du niveau du sol; ceci a eu comme conséquence une 'perte du verouillage' en quelques secondes et les pilotes ont perdu le contact radar. " Lors d'un verrouillage suivant vers 00:30 heures, la "perte de verrou" a été réalisée par ce que le rapport qualifie d'"un brouillage du signal sur l'écran. "

Le Colonel de Brouwer a expliqué au journaliste Marie-Thérèse de Brosses, de Paris Match, que le changement de la vitesse de 280 KPM à 1.800 km/h tout en descendant de 3.000 mètres à 1.000 mètres en une seconde, était une accélération fantastique équivalente à 40 G. Ceci exclurait n'importe quel pilote humain à bord de l'ovnis, puisque les humains ne peuvent pas résister à plus de 8 G. (Le G est une unité de l'accélération équivalente à la gravitation de la terre, 9,81 m/sec/sec.) Quand l'ovni a approché le niveau du sol, poursuit le Colonel de Brouwer, " il était impensable que le F-16 puisse rattraper son retard par rapport à l'objet à cette basse altitude, où la densité d'air limite la vitesse à 1.300 Kmh. Au-dessus de cette vitesse, la température dans les compresseurs des turbines de réacteurs ferait éclater les moteurs. Il y avait une logique derrière les mouvements de l'objet," a ajouté le Colonel.

De toute façon, ce jeu de chat et de souris a continué jusqu'à ce que peu de temps après 01:00, lorsque les F-16 ont reçu l'ordre de rentrer à leur base. Sur terre, cependant, le capitaine Pinson et d'autres gendarmes continuèrent à observer "quatre taches lumineuses blanches formant un carré "jusqu'à environ à 1:30, lorsque les quatre OVNIS ont perdu leur luminosité et ont semblé disparaître dans quatre directions différentes." De manière significative, les conditions atmosphériques cette nuit étaient très claires, permettant aux témoins au sol d'observer les objets en détail, aussi bien que la poursuite par le F-16s. Les pilotes, cependant, n'ont pas observé les objets visuellement.


Dernière édition par Benjamin.D le Mar 17 Mar 2009, 15:17, édité 1 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12796
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Re: Analyses et études concernant la vague Belge

le Mar 17 Mar 2009, 14:48
Le Major Lambrechts exclut finalement un certain nombre d'hypothèses alternatives pour explique l'ovni, tel que "illusions optiques, confusion avec des planètes ou autres ballons météorologiques de ou phénomènes et inversions météorologiques, projections, hologrammes etc." plus significatif encore, il écrit que "les vitesses mesurées moment du changement d'altitude excluent l'hypothèse que l'ovni observé pourrait être un avion: "bien que l'on ait mesuré des vitesse largement supersoniques, aucun 'bang' du au passage du mur du son n'a pu être enregistré. Ici, aucune explication ne peut être donnée." Le physicien français Jean Pierre Petit a renchérit en expliquant dans Paris Match: "en réalité, il n'y a aucune machine faite par l'homme, avion ou un missile, qui soit capable de cela. Particulièrement de voler à vitesse supersonique à basse altitude sans faire entendre de 'bang'."

Bien que les autorités militaires belges aient insisté sur le fait que les OVNIS vus en Wallonie ne sont en aucun cas des avions secret, les similitudes entre les engins triangulaires vus en Belgique avec les engins en forme de boomerang observés tout au long de la dernière décennie dans la vallée de l'Hudson à New York dans l'Ouest du Connecticut occidental, comme d'autres OVNIS triangulaires observé à Wytheville, Virginie, Fyffe, en Alabama, et au Porto Rico, entre autres endroits, ont mené quelques chercheurs à suggérer que la technologie derrière toutes ces observations soit terrestre et non extraterrestre.

La similitude entre les vagues d'ovnis Belge et celles de la vallée de l'Hudson a été notée par l'enquêteur Patrick Ferryn de la SOBEPS. Présentant ses observations sur le livre "Siège de Nuit" par le défunt Dr. Allen Hynek, l'enquêteur Philip Imbrogno et le journaliste Bob Pratt, qui ont documenté les cas de la vallée de Hudson, Ferryn a écrit qu' "en changeant seulement quelques mots, exactement les mêmes phrases pourraient être écrites pour rédiger un exposé sur le cas Belge! Il en va de même pour beaucoup de pages et extraits entiers du livre."

Tandis que personne ne doute de que les gens avaient vu quelque chose dans le Nord de l'état de New York et en Wallonie Belge, la grande question est de savoir si ces observations sont provoquées par des OVNIS véritables ou par un certain type de nouvel avion militaire secret révolutionnaire. Le premier parmi les partisans de la théorie de l'arme secrète, Tony Gonsalves, est un chercheur de Providence, Rhode Island, qui a servi de capitaine de mécanicien en aviation à réaction dans la marine américaine sur trois porte-avions entre 1959 et 1963.

Dans de nombreux articles de journaux écrit pendant les deux dernières années, Gonsalves a développé sa théorie "l'ovni made in USA" que les boomerangs des comtés de Westchester et de Duchess, aussi bien que l'ovni triangulaire Belge, de la Virginie et du Porto Rico, sont réellement une version secrète modifiée du bombardier de B-2 Stealth. Gonsalves croit que cet engin est totalement opérationnel depuis les années 80, et que le bombardier présenté au public en 1988 est un "leurre" pour tromper les citoyens américains, les médias et le congrès. En outre, Tony Gonsalves et quelques autres ufologues spéculent que cet avion secret peut même incorporer une certaine technologie étrangère obtenue à partir des accidents d'ovnis il y a des décennies.

La théorie de Gonsalves a semblé gagner de la crédibilité quand Aviation Weekly et Space technoloy ont rapporté dans leur N. d'Octobre 1990 que le "grand ovni triangulaire en forme d'aile volante" a été observé sur la base de l'US Air Force de Nellis, au Nevada, et dans les montagnes de Tehachapi près d'Edwards AFB en Californie. Le magazine aérospatial bien connu a mentionné plusieurs observations par des ingénieurs "d'un avion de forme triangulaire," probablement des prototypes de l'A-12, le nouvel avion d'attaque invisible de la marine, et une ou plusieurs versions de l'avion de reconnaissance qui se cache sous le code top secret d'Aurora, pour remplacer l'ancien Lockheed SR-71 "Blackhawk" qui a été récemment mis en retraite. Aviation Weekly, parfois surnommé "Aviation Leak" - "fuites sur l'aviation" a également cité les sources de US Air Force qui "auraient reconnu que ce type de forme triangulaire sont d'actualité" aussi bien que des rapports non confirmés que certains de ces avions "ont été conçus pour se déplacer à des vitesses de Mach 10 ou plus."

Puisqu'il a travaillé pendant plus de 30 années en tant que rédacteur en chef d'Aviation Weekly, où il est toujours un collaborateur actif, nous avons cherché à connaître l'opinion du debunker bien connu Philip Klass pour savoir s'il pense qu'il pourrait y avoir quelque raison que ce soit d'expliquer la vague Belge par un avion militaire secret, invisible ou autre. "A mon avis la réponse absolument négative," répondit Klass ajoutant que seules les observations "à proximité de la base aérienne de Nellis" au Nevada pourraient être provoqués par des essais d'avion militaires. "S'il y avait un avion secret," poursuit Klass, "de toute évidence, le dernier endroit dans le monde ou vous voudriez le piloter est Duchess County, où les gens sont maintenant tous alertés et cherchent à observer ces objets."

Bien qu'ils soient en désaccord certainement sur l'explication finale des observations, Klass et Philip Imbrogno semblent être totalement d'accord dans leur rejet de la théorie de l'avion secret Stealth de Tony Gonsalves. "Il est impensable que le gouvernement laisse examiner un avion secret dans de telles zones" a dit Imbrogno. "Premièrement, que ce passerait-il s'ils ont un problème, ou s'ils se crashent?" Imbrogno a indiqué qu'il avait considéré cette possibilité quand il a étudié pour la première fois les observations de boomerang: "je suis maintenant convaincu que les OVNIS de la vallée de l'Hudson n'est pas un avion, Stealth ou autre. Deuxièmement, je ne suis pas totalement convaincu qu'il est d'outre espace. Troisièmement, je ne sais fichtre pas ce que c'est."

En attendant, les observations continuent à s'accumuler en Europe. Le dernier cas avant la fin de la vague a été rapporté en début Novembre, quand le "Une mystérieuse forme dans le ciel, différemment décrite comme des sphères, des triangles et des points lumineux oranges," ont été rapportés en France, en Belgique, en Allemagne, en Suisse et en Italie, selon une dépêche de l'agence de nouvelles Reuters. Les lignes téléphoniques de police ont été encombrées à travers le continent par des appels au sujet du vol d'objets non identifiés. Des experts à Munich ont imaginé que les observations pourraient avoir été déclenchés par l'explosion d'une météorite. Cependant, cette explication ne peut pas expliquer les observations en Belgique, où des "douzaines de personnes ont rapporté un objet triangulaire avec trois lumières volant lentement et silencieusement vers le sud-ouest," selon le rapport de l'agence Reuters.

L'Armée de l'Air Belge étudia de nouveau le cas, ainsi que le service Français pour la recherche sur les phénomènes de ré-entrée (SEPRA), qui est rattachée à l'agence nationale française de l'espace (CNES) à Toulouse et a été autrefois connue sous le nom de GEPAN. Un pilote d'Air France a déclaré à un interviewer de la radio: "nous étions sur un vol vers Barcelone (Espagne) à environ 33.000 pieds à environ 7 P.M. quand nous avons vu la première fois la forme. Ca ne pouvait pas être un satellite parce qu'il était là pendant trois ou quatre minutes."

Si les observations Belges s'avèrent être celles d'un avion secret, le mystère sera public tôt ou tard, mais si elles sont effectivement provoquées par de véritables ovnis, alors nous pouvons les discuter longtemps. Il semble que le bilan de cette affaire et de sa signification a été très bien exprimé par le scientifique Auguste Meessen, de la SOBEPS, professeur de physique à l'Université Catholique de Louvain. Il a déclaré dans Paris Match: "Il y a trop de rapports indépendants de témoins oculaires pour qu'on puisse les ignorer. Un trop grand nombre de rapports décrivent des effets physiques cohérents, et il y a un accord parmi ces rapports au sujet de ce qui a été observé. Si tous ces témoins mentent, alors c'est une maladie mentale de telle nouveauté et proportions qu'elle doit être étudié."

"Mais naturellement," poursuit le Professeur Messeen, "il y a également des effets physiques. Le rapport de l'Armée de l'Air nous permet d'approcher le problème d'une manière raisonnable et scientifique. L'hypothèse la plus simple est que les observations sont provoqués par des visiteurs extraterrestres, mais que l'hypothèse porte en elle d'autres problèmes. Nous ne sommes pas dans l'urgence de devoir conclure, mais continuons à étudier le mystère." Le dernier mot au sujet de la vague d'ovnis qui a abattu "le mur du silence" sur les OVNIS doit encore être écrit.
A PROPOS DE L'AUTEUR:

Le journaliste Chilien Américain Antonio Huneeus est né à New York en 1950, fils d'un diplomate et d'un fonctionnaire Chiliens aux Etats-Unis. Après avoir étudié le français à l'université de la Sorbonne à Paris en 1970 et le journalisme à l'université du Chili, il a travaillé comme rédacteur scientifique pour un magazine hebdomadaire à Santiago et a collaboré à un nombre de journaux. Ses recherches sur les OVNIS ont débuté en 1977 par l'incident temporel bizarre du caporal Armando Valdes de l'armée Chilienne. Depuis lors, il a écrit des centaines d'articles sur les OVNIS et des sujets apparentés pour des publications telles qu'Omni, UFO Reports, et le Journal du MUFON aux États-Unis, aussi bien que pour des magazines dans l'ensemble de l'Amérique du Sud et de l'Europe. Il a gagné l'année dernière le titre d'Ufologue de l'Année décernée la Conférence Nationale sur les OVNIS. Les lecteurs peuvent atteindre l'auteur directement à la BP 1989, New York, NY 10159.

http://www.ufologie.net/htm/belstu02f.htm

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12796
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Re: Analyses et études concernant la vague Belge

le Mar 17 Mar 2009, 15:15
L'UFOLOGIE FACE A L'ANALYSE SCIENTIFIQUE:

Une étude intéressante sur les observations en Belgique par Christian Nault, de l'excellent site ufologique Chucara.
Par Christian Nault

De plus en plus nous possédons des appareils très "sophistiqués" de détection, de mesure, et d'observation (satellites, radars, sonars, etc.) qui nous permettent de scruter tout ce qui bouge, qui émet des radiations ou même des perturbations électromagnétiques... du moins dans l'atmosphère terrestre.

C'est l'apparition de ces nouvelles technologies qui explique la place de plus en plus importante que prennent les données numériques dans les rapports d'observations ufologiques. Ces données numériques, quantifiées, peuvent dans bien des cas valider ou, à l'inverse, réfuter une observation d'OVNI. Par exemple, dans l'ouvrage du scientifique français Jean-Pierre Petit, Enquête sur des extraterrestres qui sont déjà parmi nous, on retrouve les allégations d'un contacté au sujet d'une planète où la gravité serait si intense que ses habitants ressembleraient à des papillons. Ce corps céleste, apprend-t-on de la même source, effectuerait une rotation complète en une heure seulement. (1) Sur ces seules données il serait aisé de démontrer que la force d'inertie engendrée par la vitesse de rotation de la planète - en tenant compte de sa masse - serait plus importante que la force de gravité. Dans de telles conditions cette planète n'aurait pu exister. Elle aurait explosé!

Cette introduction m'amène à vous commenter une analyse réalisée à partir de données extraites du bulletin d'information AQUARIUS de septembre '92.

Dans un article consacré à la vague récente d'observation survenues au-dessus de la Belgique, l'ufologue montréalais Stéphane Woods rapportait les données techniques associées à la détection radar d'un OVNI par un avion F-16 de l'armée Belge. Woods écrivait notamment: " Techniquement parlant les données enregistrées par le radar du F-16 restent tout à fait stupéfiantes. On y voit une cible inexpliquée qui plonge de 3000 à 1700 mètres en moins d'une seconde. Durant cette brève manoeuvre l'objet accélère de 280 à 1800 km/h, une accélération apparente de quelque 30 ou 40 g."

1. Les données: vitesse initiale: Vo=280 km/h=77.8 m/s vitesse finale: V =1800 km/h=500 m/s
Le tout en (1) seconde: t=1 s


2. Schéma:



3. Équations du mouvement: si l'accélération est constante ; a = cst
3a. S=So+Vo*t+½*a*t2
3b. V2=Vo2+2*a*(S-So)
3c. V=Vo+a*t



Malheureusement la trajectoire exacte par laquelle l'OVNI a "chuté" de 3000 à 1700 mètres en une seconde demeure imprécise (représentée en pointillés sur notre schéma). Les trajectoires sont bien sûr infinies et la distance réelle (exprimée en mètres) entre le point initial (So) et le point final (S) est inconnue. Par conséquent, l'utilisation des deux premières équations (3a et 3b) sont très discutables pour appuyer les 30 ou 40 g invoqués par Stéphane Woods. Cependant la trajectoire la plus probable reste le mouvement curviligne (représenté par un trait continu) puisque l'engin avait déjà une vitesse initiale au moment de sa détection. Si l'objet était parti d'une vitesse nulle (Vo=0) l'évaluation de sa trajectoire aurait été moins ambiguë. N'oublions pas que le tout s'est déroulé en une seconde seulement! Mais là encore la trajectoire exacte reste incertaine.

Alors la seule équation valable est celle rapportée en 3e puisque toutes les données sont connues pour trouver l'accélération apparente. Ici j'estime qu'il est raisonnable de croire que l'accélération s'est faite de manière constante puisque les vitesses enregistrées l'ont été en une seconde seulement. Si on supposait le contraire, à savoir une accélération sporadique et saccadée, ou encore que la trajectoire effectuée ait été plutôt celle illustrée par les lignes pointillées sur notre schéma - en tenant toujours compte de notre fourchette temporelle d'une seconde - cela impliquerait alors des pointes d'accélération supérieures à celles calculée pour une accélération constante.

4. Calcul de l'accélération apparente
3c. V=Vo+a*t
-->a*t=V-Vo
-->a+(V-VO)/t
-->a=(500-77.8)/1
-->a=422.2 m/s2
-->a=43g puisque g=9,81 m/s2



A la lumière de cette gymnastique intellectuelle, plusieurs déduction s'imposent d'elles-mêmes:

a) Les valeurs de 30 ou 40g abondamment rapportées par les médias ne sont nullement exagérées. En fait, considérant les équations illustrées ci-dessus, on pourrait même les qualifier de conservatrices!

b) En supposant que le temps d'accélération de l'objet ait été légèrement sous-estimé par l'armée belge, la force de l'accélération (la célèbre force "g") serait par conséquent inexacte. En regardant le tableau qui suit, nous constatons toutefois que même en révisant à la hausse (de 1 à 5 secondes) le temps d'accélération prêté à l'OVNI, les valeurs en "g" demeurent considérables.




t a(m/s2) a(g) 1s 422.20 43.0 2s 211.11 21.5 3s 140.73 14.3 4s 105.55 10.8 5s 84.44 8.6



Il faut également réaliser qu'un bond de 1 à 5 secondes représente une erreur de l'ordre de 500%. Est-ce que le radar du F-16 aurait pu être à ce point imprécis? C'est peu probable! Alors nous revoilà de retour à la case départ. Actuellement aucune technologie " terrestre " ou " humaine " ne serait en mesure de produire des accélérations de 30 ou 40g. Des performances énormes.



Nous savons qu'aux commandes de leur appareil les pilotes de F-16 supportent des accélérations moyennes de 7 ou 8g. Au-delà, c'est le voile noir: la perte de connaissance. Même l'utilisation d'une combinaison spéciale destinée à augmenter la résistance des pilotes s'est révélée inefficace au-delà des 9g. (3) Ce qui finalement nous place loin derrière les 30 ou 40g invoqués plus haut.



c) Sachant que Mach 1 est égal à environ 340 m/s (mètres/seconde) et que l'engin capté par le radar de l'armée belge a exprimé des vitesses avoisinant les 500 m/s, celui-ci aurait dû produire la caractéristique "bang" supersonique. Or, comme c'est d'ailleurs souvent le cas lorsqu'il s'agit d'OVNI, toutes les observations faites durant la " vague " belge, incluant celles des F-16 de l'armée. (4) Incidemment, il est intéressant de constater que cette absence de "bang", qui encore hier apparaissait comme utopie aux yeux des chercheurs, est de plus en plus remise en question par certains scientifiques. (5)

Enfin, considérant la crédibilité du magazine AQUARIUS et vérification faite des prétendues accélérations de l'OVNI capté par le F-16 de l'armée belge (selon les lois de la cinématique et de la dynamique), il est en conclusion peu probable que cette observation ait été un canular.



Malheureusement c'est à peu près tout ce que l'ont peut dire sur cette controversée affaire de détection radar. Il est vrai qu'en matière d'ufologie le discours se résume souvent à des " probabilités scientifiques ". Et je m'explique.

" On estime aujourd'hui à ½ million le nombre des observations d'OVNIs qui ont été rapportées officiellement depuis 1947. [...] Il n'en reste pas moins 50,000 observations qui résistent toujours à l'analyse". (6) Ce sont elles qui méritent l'attention des scientifiques. Lors d'une présentation sur la très controversée affaire UMMO, j'avais déclaré que l'étude des OVNIs, du moins par les groupements civils d'investigations, se limitait principalement à des études de contenu d'enquêtes et de regroupement de cas(7). Une méthode simple qui est à la portée de tout enquêteur. La banque de données ainsi produite l'est à partir d'observations accumulées au fil du temps ; les cas no 1, 2. 3,... x. Les similitudes extraites de cette manière brute composée de cas hétéroclites permettent dans une certaines mesure de donner du crédit à certaines de ces observations. Ces similitudes deviennent en quelque sorte un gage en faveur de la réalité tangible du phénomène. Du point de vue scientifique cependant cette méthode "classique " ne nous apprend rien sur l'origine du phénomène. On pourrait certes court-circuiter ce processus en exhibant une soucoupe volante que tous pourraient voir et toucher ; en présentant au monde entier un extraterrestre qui accepterait de répondre aux questions d'une humanité abasourdie. Mais la veille d'un tel événement n'est apparemment pas pour demain. Par conséquent nous ne pouvons aborder l'origine du phénomène qu'en termes de probabilités, d'hypothèses, et de pseudo-théories.

Pour ma part j'estime qu'il existes une autre avenue pour étudier les cas d'observations et tirer des conclusions tout aussi valables que celles obtenues par l'approche dites classique. Celle-ci, beaucoup plus complexe que sa rivale, nécessite toutefois la participation essentielle de professionnels appartenant à diverses disciplines scientifiques

L'APPORT SCIENTIFIQUE:
A la base il y a toujours l'accumulation des cas d'observations, lesquels recèlent parfois des données scientifiques quantifiables. Malheureusement, neuf fois sur dix, celles-ci restent invisibles aux yeux du néophyte. De ces données mathématiques, physiques, sociologiques ou encore biologiques, des scientifiques aux connaissances multidisciplinaires pourraient éventuellement émettre des théories menant à une (ou à des) hypothèse(s) de travail. De celle(s)-ci pourrait éventuellement découler une découverte scientifique aux applications immédiates. Dans la perspective où ces dernières donneraient des résultats concrets, force nous d'admettre alors que les données de base émanent d'un phénomène réel et tangible. Bref, un exercice intellectuel qui confirmerait en quelque sorte l'utilité d'une étude scientifique du phénomène OVNI.

Dans l'éditorial du premier numéro d'AQUARIUS (septembre 1992), Christian Robert Page, directeur provincial de MUFON Québec, écrivait: "Nous savons maintenant que derrière ces extraordinaires manifestations de lumières célestes apparemment inexplicables se cache un phénomène réel et fort complexe. Certes nous ignorons toujours quelle est l'origine du phénomène, mais sa signature nous est de plus en plus familière."

C'est bien ce que j'aurais voulu dire moi-même.


REFERENCES:

(1) Jean-Pierre Petit, "Enquête sur des extra-terrestres qui sont déjà parmi nous", Albin Michel, 1991.
(2) Stéphane Woods, "Des triangles, encore des triangles, toujours des triangles", Aquarius Vol. 1 No 1 (septembre 1992), MUFON Québec.
(3) Découverte (télé-reportage), Radio-Canada, diffusé le 27 janvier 1992.
(4) Collectifs, "Vague d'OVNI sur la Belgique", SOBEPS, 1991.
(5) Jean-Pierre Petit, "Enquête sur les OVNI", Albin Michel, 1990.
(6) Christian R. Page, Sondage, Aquarius Vol. 1 No 1 (septembre 1992), MUFON Québec.
(7) Andrew D. Bassiago, "Dreamland and the CIA", Mufon UFO Journal (juillet 1992), Mutual UFO Network (MUFON).

http://ufologie.net/htm/belstu04f.htm

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum