Marque-page social
Marque-page social yahoo  Marque-page social google      



Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
Les nouveaux articles du blogAujourd'hui à 21:45Benjamin.dmini vague du 9 decembre usaAujourd'hui à 21:44Polyèdre57Presentation Aujourd'hui à 21:43Loreline2018: le 10/01 à 11h00 - Ovni en forme de disque - Ovnis à Le Morne -La Réunion (974)Aujourd'hui à 21:13cardiatitos1987: le 31/09 - Ovni en forme de disque - base aérienne 133 nancy ochey (54)Aujourd'hui à 21:06Benjamin.d(Topic unique): Les Enquêteurs de terrain du forumAujourd'hui à 21:02Benjamin.d2010: Le 06/10 Témoignage ovni triangulaire centrale de Golfech Aujourd'hui à 20:52Benjamin.dLe cas de McMinnville revisité par IPACOAujourd'hui à 20:46TikoCouleur thématique des catégories vos avisAujourd'hui à 20:23NycolasSurvols de centrales nucléaires : ovni ou drones?Aujourd'hui à 19:32Nanou TiOvni du Col de Vence une zone de canulars fréquentsAujourd'hui à 17:24irvingquester: le / à apres midi - Une soucoupe volante - Ovnis à axe maubeuge / avesnes sur helpe - Nord (dép.59)Aujourd'hui à 12:35Claude.T2007 – 2017 : 10 AnsAujourd'hui à 10:33Jean-Marc WatOcean Explorer en route pour résoudre le mystèreHier à 21:05AndromaqueOvni: Les témoins en live !Hier à 18:49captainfletcherDeux articles dans Nature: Des expériences de physique quantique montrent les effets d’une quatrième dimension spatialeHier à 14:25Tiko2016: le 07/02 à 23h05 - Lumière étrange dans le ciel - Ovnis à DAROIS - Côte-d'Or (dép.21)Hier à 00:33elisaliseJacques ARNOULD - Turbulences dans l'univers : Dieu, les extraterrestres et nous Jeu 18 Jan 2018, 22:19Polyèdre57PrésentationJeu 18 Jan 2018, 22:13Elodie Mi2017: le 19/08 à 3h - ovni en forme de boomerang, + boule - Ovnis à Lieurey - Eure (dép.27)Jeu 18 Jan 2018, 20:26Alain.M"Les photographies célèbres et troublantes", sur ce forumJeu 18 Jan 2018, 19:21Benjamin.dL'affaire UMMO: Alerte aux "envahisseurs" ummites la fin du cirque!Jeu 18 Jan 2018, 19:07Benjamin.dMise en garde: Les sectes autour du culte des Ovnis Jeu 18 Jan 2018, 18:52Benjamin.dFusées et MissilesJeu 18 Jan 2018, 17:31Alain.MLe Crash Ovni de Roswell qu'en pensez-vous?Jeu 18 Jan 2018, 12:38Polyèdre57Créer votre avatar personnaliséJeu 18 Jan 2018, 12:24XPDavyBoules oranges dans le LubéronJeu 18 Jan 2018, 04:00Gg12Les Canadiens du forumJeu 18 Jan 2018, 00:35Polyèdre572016: le 18/06 à 23h10 - Boules lumineuses oranges - Ovnis à Saint-Avold - Moselle (dép.57)Jeu 18 Jan 2018, 00:27Polyèdre57Devene redacteur/redactrice: proposer des publications pour le blogMer 17 Jan 2018, 22:55Julien.BCartes des témoignages déposés sur le forum depuis 2013Mer 17 Jan 2018, 09:35LorelineOvnis: l'image du jourMer 17 Jan 2018, 07:42Benjamin.dOvnis et humour: les dessins humoristiques sur l'ufologieMer 17 Jan 2018, 07:07Benjamin.dQuand le Pentagone étudie les ovnis dans le plus grand secret. Un article du New York TimesMar 16 Jan 2018, 23:05irvingquesterL`Écosse, destination favorite des OVNIsMar 16 Jan 2018, 22:40Polyèdre57Débat général sur l'hypothèse extraterrestreMar 16 Jan 2018, 22:20TikoQue représente votre avatar du moment ?Mar 16 Jan 2018, 19:52AndromaqueDétection de micro-ondes servant à ioniser l’atmosphère Mar 16 Jan 2018, 11:26XPDavyOvnis et nucléaire: Des ovnis luminescents observés à maintes reprises par plusieurs pilotes iraniens en 2004-2005Mar 16 Jan 2018, 01:27irvingquesterSEXTANT : utiliser les rayons X pour naviguer dans l'espace profondLun 15 Jan 2018, 22:15mac.nivolsIllusions d'optiqueLun 15 Jan 2018, 20:49TikoMon pote ET et moi dans le maraisLun 15 Jan 2018, 19:53Loreline2001: le 07/09 à 19h45 - boules lumineuses reliées par un rayon lumineux - Lesconil -Finistère (dép.29)Lun 15 Jan 2018, 16:19Alain.M2017: le 30/08 à 14H30 - objet brillant stationnaireDisques lumineux - Ovnis à Epinay sur Orge -Essonne (dép.91)Lun 15 Jan 2018, 14:59LorelineBallons gonflés à l'HéliumLun 15 Jan 2018, 12:30Polyèdre57Une plongée en 3D à l’intérieur de la grande nébuleuse d’OrionLun 15 Jan 2018, 11:28Loreline(1966) La poursuite ovni de Portage County Lun 15 Jan 2018, 07:08Benjamin.d(Velasco Jean-Jacques) Lettre ouverte aux sceptiques Lun 15 Jan 2018, 00:56anakinneo2018MAGAZINE '' NOSTRA ''Lun 15 Jan 2018, 00:52Polyèdre57Le modèle JANUS de JPPLun 15 Jan 2018, 00:27anakinneo20182017: le 25/12 à 22h14 - Boules lumineuses - Ovnis à la balme de sillingy -Haute-Savoie (dép.74)Dim 14 Jan 2018, 07:23Lorelinema présentationSam 13 Jan 2018, 23:12dede072018: le 01/01 à 6h18 - Un phénomène surprenant - nemours -Seine-et-Marne (dép.77)Sam 13 Jan 2018, 21:26LorelinePrésentationSam 13 Jan 2018, 20:51Loreline2009: triangle de feu - Grenoble - (38)Sam 13 Jan 2018, 20:39Benjamin.d2016: le 24/09 à 01h35 - Lumière étrange dans le ciel - Ovnis à beauvais - Oise (dép.60)Sam 13 Jan 2018, 20:35Benjamin.dremerciementsSam 13 Jan 2018, 20:32Benjamin.d[Topic unique] Le robot Curiosity sur Mars Sam 13 Jan 2018, 19:55Didier.BLes ovnis sont-ils des engins, prototypes militaires secrets?Sam 13 Jan 2018, 12:40Frederic74Comment avez-vous trouvé le forum?Ven 12 Jan 2018, 19:45PAT56
Derniers articles du Blog

Annonce
Flux RSS
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Astrid77
Ufologue/enquêteur
Ufologue/enquêteur


Féminin Age : 63
Nombre de messages : 1350
Inscription : 13/04/2008
Localisation : dammartin en goele
Emploi : Lecteur-Correcteur à domicile
Passions : Lecture, Ufologie
Règlement : Règlement
http://lesmotsetlaplume.e-monsite.com/

Ovnis (Joël Mesnard) Les Observations Multiples à Grande Distance

le Lun 27 Oct 2008, 16:23
(Joël Mesnard) Les Observations Multiples à Grande Distance

Généralement, quand on cherche à observer un objet quelconque, ou simplement lorsqu'on désire s'assurer de son existence, on a intérêt à essayer de s'en rapprocher. Je voudrais tenter de montrer ici qu'avec les ovnis, c'est plutôt l'inverse : si nous voulons progresser, ce n'est pas sur les rencontres rapprochées que nous devons mettre l'accent, mais au contraire, sur les observations à grande distance, lorsqu'elles comportent des témoins nombreux et qu'aucun phénomène connu, naturel ou artificiel, ne fournit d'explication. Ces observations multiples existent. Elles contiennent des éléments d'information capables d'entraîner, à terme, une reconnaissance générale - et définitive - de la réalité des ovnis. Si nous parvenions à les faire largement connaître, l'ufologie sortirait enfin du ghetto culturel et médiatique où elle stagne depuis quelques décennies. Alors, et alors seulement, les fantastiques récits de l'ufologie « rapprochée » perdraient l'aura de démentielle invraisemblance qui est, dans une large mesure, à l'origine des blocages actuels.

--------------------------------------------------------------------------------

Il suffit de parcourir l'abondante littérature ufologique de ces trente dernières années, pour constater à quel point les chercheurs et les auteurs ont privilégié les rencontres rapprochées (RR), par rapport aux autres manifestations du phénomène OVNI. Et plus les rencontres sont rapprochées, intimes, terrifiantes, plus elles passionnent la mince frange du public ouverte au problème. Avec une observation à grande distance (plusieurs kilomètres, par exemple), on n'intéresse plus grand monde : il n'y a pas assez de détails ! Les gens veulent des abductions, des « petits gris »' (ou des grands blonds), des simulacres d'examens médicaux, des poses d'implants, des histoires de missing fœtus, des révélations traumatisantes... C'est pourquoi beaucoup d'ufologues de par le monde, légitimement soucieux d'être entendus, ont accordé leur préférence aux affaires « sensationnelles », qui assurent un minimum d'audience. Les démonstrations de la réalité des ovnis avaient (et ont toujours) tendance à lasser rapidement une grande partie du public, qui préfère les histoires aux démonstrations.

Malheureusement, les histoires sensationnelles sont aussi, au regard du sens commun, les plus douteuses. C'est ainsi qu'un abîme d'incompréhension n'a cessé de se creuser, entre ceux qui ignorent tout du problème et ceux qui, au fil des ans, ne cessent de l'approfondir. Ce fossé n'est une bonne chose pour personne :

1°) Aujourd'hui, il est une cause de soucis pour les ufologues, qui souffrent de n'être pas pris au sérieux, et surtout, il constitue un frein au développement de la recherche sur les ovnis, qui reste marginalisée. Des espoirs de reconnaissance nés de la vague des années soixante-dix, il ne reste à peu près rien. A quelques détails près, l'apport de notre recherche à la culture vivante se limite à l'apparition d'un nouveau style publicitaire: les extraterrestres font vendre, et leur rôle se limite à cela. Des preuves de la présence réelle du phénomène (1), des enquêtes à son sujet, il n'est presque jamais question dans les médias, même et surtout lorsqu'elles sont de qualité (2). Infiniment moins, en tout cas, qu'il y a trente ans. Stupéfiante régression !

2°) A terme, si la présence de nos visiteurs venait à éclater au grand jour, il provoquerait de graves difficultés d'adaptation chez les retardataires, qui se verraient contraints, du jour au lendemain, à une révision déchirante de leur image du monde.

Il me paraît évident que le désintérêt à peu près complet qui frappe l'ufologie - et qui va ouvertement jusqu'au mépris absolu - résulte pour une large part du flot d'histoires « sensationnelles » que charrie une certaine littérature ufologique depuis vingt ans. J'admets que certaines de ces histoires sont probablement l'expression d'une certaine réalité (subtile, complexe, voilée), dont nous ne percevons, rarement, que quelques manifestations, qui nous restent incompréhensibles. Mais si nous voulons réellement progresser dans la compréhension de ces choses, il faut d'abord en finir avec le tabou qui empêche la transmission des informations fondamentales. Il faut œuvrer pour obtenir (un jour...) la reconnaissance générale de la réalité des ovnis, afin que le climat devienne plus serein, et que la recherche ufologique soit enfin dégagée de la déplorable réputation qui pèse sur elle depuis l'origine. Or, je le répète, l'extrême invraisemblance des récits de rencontres rapprochées est actuellement l'un des facteurs qui font obstacle à cette reconnaissance. Le grand public, qui ignore tout du b.a.-ba en la matière, et qui n'a même plus le moindre souvenir des événements de 1954, n'est pas prêt à s'intéresser réellement aux abductions, ni à tout ce qui suggère une emprise forte du « phénomène » sur certains individus (sans parler des indices de possibles programmes d'hybridation, ou d'autres horreurs du même genre). Et ce qui est vrai du grand public l'est plus encore des scientifiques : ils ont en général une notion plutôt rigide (légitimement rigide) de ce qui est digne d'intérêt et de ce qui ne l'est pas. Peu portés aux grandes remises en question, lorsqu'elles viennent de ceux qui n'ont pas leur savoir, ils négligent (et négligeront) de s'informer sur une question qui a aussi mauvaise réputation. En conséquence, ils n'ont pas fini de faire une fixation sur ce qu'ils persistent à appeler « l'absence de preuves ».

Depuis vingt ans, nous avons probablement mis la charrue avant les boeufs

Si nous voulons en finir avec la situation actuelle, il ne sert à rien d'exposer par le menu les misères endurées par une énième abductée. Il faudrait d'abord que soient connus les faits fondamentaux, qui seuls permettent de comprendre que des objets de nature inconnue sont discrètement présents dans notre environnement. Il faudrait enfin faire connaître les documents qui en attestent. Beaucoup de ces documents sont assez facilement accessibles. Pourtant, ils restent ignorés de presque tout le monde. C'est par là qu'il faut commencer. C'est par là qu'il fallait commencer. Mais les désordres de l'Histoire ont contrarié le déroulement logique du processus qui aurait dû se dérouler. Au lieu d'insister sur les preuves, qui existent bel et bien, nous avons laissé se développer prématurément et de façon anarchique une ufologie hard, absolument sensationnelle mais peu démonstrative. Quels que puissent être ses fondements réels (que je ne conteste pas), elle n'emportera jamais la conviction du public, et encore moins celle de la communauté scientifique. Il est grand temps de revenir aux fondements de l'ufologie, à l'exposé des « cas en béton », sans la connaissance desquels tout le reste demeure incompréhensible. En négligeant d'exposer le message fondamental qui la légitime, l'ufologie s'est laissée marginaliser. En conséquence, la situation actuelle nous contraint, à mon avis, à une sorte de retour aux sources. Les ayant assimilées depuis longtemps, nous avons fini par oublier leur primordiale nécessité.

Je ne suggère absolument pas que nous renoncions à l'étude des RR, ni même que nous la mettions en sommeil, si peu que ce soit. Je propose seulement que, vis-à-vis du grand public, dans la mesure où nous parvenons à le toucher, nous accordions, autant que possible, la priorité aux faits les plus probants, jusqu'à ce que soit enfin compris le message qui aurait dû être entendu, en France, dès octobre 1954, mais ne l'a pas été (3). Eux seuls peuvent, avec le temps, amener les « sceptiques » à réviser leur position. Eux seuls peuvent apporter à l'ufologie le minimum de respectabilité qui lui fait cruellement défaut, et que les histoires de bedroom visitors poseurs d'implants et récupérateurs d'embryons ne lui donneront jamais. Même si elles sont vraies, d'ailleurs…

Des dizaines d'exemples… C'est plus qu'il n'en faut !

Parmi ces faits les plus probants, ces « cas en béton », il me semble qu'on peut distinguer, grosso modo, deux catégories : d'une part, ceux qui doivent leur exceptionnelle qualité à celle des témoins, à leur nombre parfois, ou encore à la présence d'effets physiques bien établis. Je rangerais dans cette catégorie, par exemple, l'affaire de Tananarive (4), celle du RB-47H (5), celle du Mirage IV (6), celle de l'A 320 Nice-Londres (7), ou encore Trans-en-Provence (8) ; d'autre part, il existe des cas d'observations simultanées, ou quasi-simultanées, par des témoins nombreux, situés en des lieux différents. Cette dernière catégorie d'événements recèle une quantité appréciable de « preuves de la réalité des ovnis ». Pourtant, elle a si peu retenu l'attention des chercheurs, que le public ignore jusqu'à son existence. Les événements du 24 juillet 2003 dans le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône et le Gard, en sont la preuve flagrante. Les affaires de ce genre constituent, pour l'ufologie, une sorte de filon, aussi prometteur qu'inexploité, que nous aurions tort de continuer à négliger.

Dans le numéro 368 de Lumières dans la Nuit, à propos des événements du 22 février 2003, j'ai désigné ce genre d'affaires par le terme « observations multiples simultanées à grande distance » (en abrégé : OMSGD). On peut sans doute renoncer à la troisième lettre de cet acronyme, d'abord parce que ça fera une lettre de moins à prononcer, et aussi parce que dans bien des cas, la simultanéité n'est qu'approximative, ou incertaine. Parlons donc plutôt d'OMGD : observations multiples à grande distance, en sous-entendant qu'elles sont très rapprochées dans le temps, et éventuellement simultanées (ce qui n'est pas rigoureusement indispensable pour qu'on puisse en tirer de solides conclusions).

Combien d'affaires de ce genre trouve-t-on dans les archives ? Des dizaines, certainement; des centaines, peut-être. Je n'ai pas cherché à en dresser une liste colossale, ce qui aurait nécessité des centaines (ou des milliers ?) d'heures de compilation. Voici (tableau suivant) une simple liste de 21 exemples, qui devrait amplement suffire à illustrer l'intérêt de ce genre d'événements.
Les faits sont éloquents. Encore faut-il les connaître…

Je crains que la lecture de ce tableau (peu attrayant, à première vue…) soit fastidieuse, mais je demande à ceux qu'intéresse la question des preuves en ufologie, de faire l'effort d'y jeter plus qu'un rapide coup d'œil. Aussi rebutant qu'il puisse paraître, il contient des évidences de la réalité des ovnis, ou plus exactement, des informations qui, si on voulait bien les prendre en considération, devraient (après toutes les vérifications qu'on voudra) avoir valeur de preuves. Elles mériteraient, au minimum, une attention qui leur a rarement été accordée.

Nos 21 exemples d'OMGD ne contiennent pas tous la même « quantité » d'évidence. Dans certains cas (22 février 2003 surtout), cette valeur est à peu près nulle : des données incomplètes, équivoques et imprécises ne prouvent évidemment rien. Dans d'autres, elle est faible, médiocre ou discutable. Le point important est que parmi ces 21 exemples, on en trouve huit qui montrent clairement, sans discussion possible, que certains jours, des choses parfaitement inconnues, incompréhensibles, se promènent, souvent en nombre, dans des régions assez bien délimitées : 16 août 1954, 16 août 1965, 18 juillet 1967, 18 août 1987, 5 novembre 1990, 3 octobre 1991, 10 août 1998, 24 juillet 2003.

Ce total de 8 est un minimum absolu. Trois autres événements parmi les 21 de notre liste, sans présenter des évidences aussi massives que le 5 novembre 1990, ou même le 18 juillet 1967, sont à retenir : ceux du 18 août 1987, du 21 décembre 1988 (avec le remarquable cas de Gouvernes), et du 6 février 1989. Mais préférons l'absolue solidité à la quantité, et retenons le chiffre de 8 OMGD extrêmement révélatrices.

On notera que la notion d'OMGD tangente deux notions plus classiques en ufologie : la notion de mini-vague et celle de parasitage de rentrée atmosphérique. Ainsi, la soirée du 10 août 1998 n'est que le pic d'intensité d'une vague d'apparitions d'ovnis (notamment triangulaires) qui a couvert toute la première quinzaine d'août 1998. D'autre part, il semble n'y avoir aucune différence fondamentale entre, par exemple, les événements du 16 août 65 (exposés ci-dessous), ou bien du 18 août 87, ou encore du 24 juillet 2003, et une vague d'ovnis très brève et localisée : c'est la même chose.

Quant aux « parasitages de rentrées atmosphériques », ils sont illustrés ici par les affaires du 18 juillet 67, du 5 novembre 90, et probablement du 31 mars 93.

Prenons un exemple

Il n'est évidemment pas question d'examiner ici en détail nos 21 exemples d'OMGD : cela nécessiterait quelques centaines de pages (dont la moitié, peut-être, pour le seul 5 novembre 1990). C'est pourquoi j'invite les personnes intéressées par la question à examiner le sujet en profondeur, en prenant tout le temps nécessaire. En effet, cela ne se fera pas en un jour. C'est même une recherche qui pourra durer des mois, voire des années. Elle entraînera ceux qui le voudront loin au delà des apparences immédiates et des préjugés - quels qu'ils soient - qu'on peut avoir sur ces questions.

Je suis convaincu par avance que bien peu tenteront l'aventure, qui consiste tout d'abord à essayer de vérifier - si possible aux sources premières - le maximum de témoignages, ensuite à les rassembler et les comparer, pour tenter de voir ce qui se dégage de l'ensemble. Je vous propose donc que nous examinions un exemple d'OMGD. Le premier de notre liste tranche un peu par rapport aux autres : c'est le plus ancien, le seul qui ne se soit pas produit en France métropolitaine, il y a un ovni unique (alors que la plupart des OMGD concernent des objets multiples), et enfin la chose a été vue par beaucoup d'assez près. Choisissons donc plutôt notre second exemple : la soirée du 16 août 1965 dans le quart sud-est de la France. Il suffit de consulter la presse régionale des jours suivants pour trouver de nombreuses références, et probablement même, des témoignages oubliés. (Je remercie par avance ceux qui voudront bien faire la recherche, par exemple dans les Archives départementales de la zone concernée, où je ne serais pas étonné qu'on puisse découvrir quelques trésors susceptibles de consolider la documentation existante …)

Ce soir-là, tout semble commencer à 21 h 15, avec une série de 9 observations. Première constatation : nos sources (principalement des journaux des jours suivants) précisent rarement la direction de déplacement des objets, plus rarement encore la direction du regard des témoins, et presque jamais les deux à la fois (ce qui serait pourtant indispensable pour faire le bilan).

A Montluçon (Allier), plusieurs personnes voient passer dans le ciel une boule verte à reflets bleus, qui laisse derrière elle une traînée lumineuse. Durée : quelques instants.

A Saint-Germain-l'Herm (Puy-de-Dôme), M. Lassman et sa fille observent, durant une quinzaine de secondes, une vaste lueur blanche dans le ciel.

A Murat (Cantal), plusieurs personnes, dont MM. Rodier et Mijoule, voient une sphère verte, très lumineuse, qui traverse le ciel.

A Labastide-Rouairoux (Tarn), c'est un cigare lumineux, vert et rouge, laissant derrière lui une longue traînée fluorescente, qui est vu pendant quelques secondes, se déplaçant du nord-ouest vers le sud-est. L'article ne précise pas, hélas, si la chose est passée au nord-est, au sud-ouest, ou encore (cas limite) à la verticale du point d'observation.

A Saint-Beauzire (Haute-Loire), au lieu-dit Lespinasse, on voit surgir un « engin mystérieux » dégageant une intense lumière « d'un vert rosé » et traînant une longue queue. L'objet, qui se dirige vers le nord, reste visible pendant une trentaine de secondes.

A ce stade, une seconde conclusion s'impose : les cinq descriptions (trop succinctes) que nous venons de voir ne sont pas fondamentalement incompatibles, et on peut imaginer un instant qu'elles concernent le même objet. Hélas, les directions de déplacement indiquées dans les deux derniers cas font entre elles un angle (évidemment très approximatif) de 135°. C'est quand même beaucoup ! S'il s'agit d'un objet unique, il a manœuvré, donc ce n'est pas un bolide, donc… c'est un ovni. A moins que ce ne soient deux bolides, qui par hasard se montrent le même soir, à la même heure, dans la même région. A priori, ce n'est pas impensable. Seulement voilà : le défilé va durer encore pendant deux heures et trente-cinq minutes !

Toujours à 21 h 15, nous trouvons une observation faite par les frères Didier et André Viaules, au carrefour des départementales 103 et 803, entre Saint-Papoul et Verdun-en-Lauragais (Aude). Elle est particulièrement intéressante car, moyennant une petite recherche sur les lieux, il serait facile de positionner la direction d'observation : en effet, le deux témoins ont vu le phénomène descendre, sur une trajectoire apparente verticale, en direction d'un petit édifice (peut-être un moulin dont les ailes ont été démontées) situé au sommet d'une petite butte, la colline du Moulin Rouge, probablement en direction de l'est ou de l'est-sud-est.

Il s'agissait d'une boule lumineuse verte, munie de quatre pointes et suivie d'une traînée orange. Le même soir, à la même heure, plusieurs personnes, à Saint-Papoul et à Verdun-en-Lauragais, ont signalé un éclair, comparable à un flash de photographe, qui correspond probablement au passage du même objet.

Vers la même heure, des observations sont faites à 265 km de là, à Marseille. Par exemple, M. et Mme Pontonnier, qui se trouvent sur la terrasse d'une villa, à la Pointe Rouge, voient passer au-dessus de la mer, et à une distance qu'ils estiment à 1 km, un objet discoïdal qui se déplace d'abord d'ouest en est, horizontalement, puis semble prendre un virage, et disparaît au-dessus des terres, à l'est du site d'observation. D'apparence métallique, l'objet est suivi d'une traînée rouge.

Toujours vers 21 h 15, aux Sablettes (un quartier de la périphérie de Marseille), un campeur aperçoit « une traînée lumineuse qui disparaît en direction de Marseille. Cette direction est-elle celle du déplacement, où celle du regard du témoin ? L'article de presse ne le précise malheureusement pas. On sait, en revanche, qu'à la même heure, d'autres personnes, à Marseille, observent « une chose étincelante, aveuglante, laissant une traînée de fumée », « une boule énorme », « un œuf avec une queue », laissant une traînée rouge à reflets verdâtres. (Ici, un rapprochement s'impose avec le « vert rosé » signalé à Saint-Beauzire). Pour certains, la chose aurait disparu vers l'est (direction indiquée par M. et Mme Pontonnier), dans un nuage de fumée. Personne n'entend le moindre bruit, et cette remarque vaut pour l'ensemble des observations de la soirée.

Toujours à Marseille, Mme Guibert voit, pendant à peine plus de deux secondes, « une traînée lumineuse d'un blanc incandescent, qui plonge à la verticale, avec de fortes vibrations », la vision (illustrée par le schéma 3) s'achevant par un intense jaillissement de lumière bleu turquoise, alors que la chose se trouve encore très haut au-dessus de l'horizon ».

Le moins qu'on puisse dire est que les indications dont nous disposons, sur ces observations de 21 h 15, ne permettent ni de reconstituer une trajectoire rectiligne, ni de déterminer ce que tous ces témoins ont observé. Nous allons voir qu'au cours des deux heures et trente-cinq minutes qui vont suivre, le mystère ne fait que s'épaissir…

21 h 30. Nous trouvons des observations à Châteaugay et à Corent (Puy-de-Dôme), ainsi qu'à Allanche (Cantal), Costaros (Haute-Loire), Bertholène (Aveyron), Marseille de nouveau et le Rouret (Alpes-Maritimes).

Au Rouret, M. Euzière, professeur de physique, voit une intense lueur rougeâtre, puis blanche, se dirigeant du nord-est vers le sud-ouest, ou du nord vers le sud : elle apparaît, suivie d'une traînée, en direction de Cagnes, et semble se diriger vers Antibes. La trajectoire est nettement incurvée vers le sol. Au centre de la lueur se trouve un objet gros comme une étoile de première grandeur.

Remarquons que nous avons ici (comme à Saint-Papoul) toutes les indications géométriques souhaitables. La carte ci-dessous situe le lieu d'observation, ainsi que Cagnes et Antibes.

A Châteaugay - comme ailleurs ! - la description est, hélas, beaucoup plus incomplète : M. Bouvier voit « une boule lumineuse blanche, suivie d'une traînée légèrement colorée, se déplaçant vers la terre en direction de l'est ». Durée estimée : entre 20 et 25 s.

L'indication « vers la terre, en direction de l'est » est tout à fait insuffisante pour nous renseigner sur la trajectoire apparente. Nous ne savons même pas si la direction en question est celle du regard du témoin, ou celle du déplacement du phénomène ! Aurons-nous plus de chance à Corent ? Oui, un peu, puisque le journal précise : « objet très lumineux, vert clair, très long, se dirigeant approximativement du nord vers le sud ». C'est mieux que rien, mais nous aurions aimé savoir dans quelle direction le témoin voyait ça.

A Allanche, M. Ribeiro observe une boule de feu avec une traînée d'un bleu éblouissant, qui se déplace à très grande vitesse, d'est en ouest. Là encore (et ce n'est pas fini !), on aimerait savoir dans quelle direction ce monsieur regardait.

A Costaros, six témoins, dont Mme Mouchon, voient la campagne illuminée par une immense lumière verte. Boule et traînée vertes se déplaçant vers l'est. Durée quelques secondes.

Une remarque, qui ne va pas dans le sens d'une explication par un phénomène naturel unique : les directions de déplacement à Allanche et à Costaros sont opposées.

On retrouve la (ou une) boule verte à Bertholène, semblant descendre pour disparaître vers l'est-sud-est. Pas de traînée. Durée : 7 à 8 secondes.

A Marseille, les témoins sont nombreux : un journal indique une dizaine de noms. Mais, les imprécisions sur l'heure étant ce qu'elles sont, on ne peut faire une distinction nette entre les observations de 21 h 30 et celles rapportées un quart d'heure plus tôt. Un témoin, M. Allais, parle d'un « long saucisson verdâtre, puis rouge, avec des séparations formant des hublots ».


21 h 35. Camburat, dans le Lot. Mme Gironde observe une boule orange et verte, laissant une traînée blanche, qui s'éloigne en direction de Doulan. On peut supposer la trajectoire orientée approximativement vers l'est-nord-est. Cela pourrait être le même objet qu'à Costaros, ou même à Bertholène, mais ce n'est certainement pas le même qu'à Allanche, ou alors il a fait demi-tour, et c'est donc un ovni !

21 h 37. L'heure est remarquablement précise, mais la description totalement défaillante : nous savons seulement les noms de 5 témoins à Cassis (M. et Mme Chaballier, M. et Mme Bouttrin, M. Louis Sibilla), et qu'il y en a un sixième aux Trois-Lucs, à Marseille. Maigres renseignements !

Suite sur le site : www.ldln.com
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12730
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

Ovnis Re: (Joël Mesnard) Les Observations Multiples à Grande Distance

le Dim 19 Déc 2010, 16:11
Bonjour,

Nous recherchons l'article complet si vous l'avez n'hésitez pas.

Merci à l'avance Wink

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum