Marque-page social
Conservez et partagez l'adresse de Forum Les mystères des Ovnis - Ufologie et vie extraterrestre sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
2020: le 06/08 à 23h10 - Ovni triangle - Saint-Maurice (dép.23)Aujourd'hui à 11:52LorelinePANIQUE CHEZ LES PSEUDO SCEPTIQUESAujourd'hui à 11:42Lorelinela réponse est peut-être dans le futur Aujourd'hui à 10:16Roland89"LE TEMPS DES OVNIS" nouveau docu par Georges CombesHier à 20:20Roland89Besoin d'aide pour traiter une vidéoHier à 17:02William1963Évidence évidenceSam 31 Juil 2021, 19:34udje54032017: le 21/03 à 10h30 - Pan dans le ciel - Plélan le grand (35)Sam 31 Juil 2021, 08:46Roland89Articles sur le sujet ovniSam 31 Juil 2021, 07:55Hector01OVNI en MéditerranéeVen 30 Juil 2021, 23:44LorelineBonjour à tousVen 30 Juil 2021, 17:55William1963La Mystérieuse foudre en boule de Raymond PicolliVen 30 Juil 2021, 12:22LorelineMAJ Matin Ovni de l'édition de Mai 2021 par ODHTvVen 30 Juil 2021, 11:58LorelineBen, c'est encore moi...Ven 30 Juil 2021, 10:03Roland892011: le / - OVNIs percutés par un missile. - Kandahar (Afghanistan) Jeu 29 Juil 2021, 23:56William1963Discussions autour de divers sujets concernant l'ufologie.Jeu 29 Juil 2021, 19:42udje5403Nous ne vivrons pas sur Mars ni ailleursJeu 29 Juil 2021, 19:15William1963Les méprises astronomiquesMar 27 Juil 2021, 20:36elisaliseLes OVNIS : le rapport du Pentagone - EclairagesMar 27 Juil 2021, 07:24martin(1994) Vidéo ovni centre d'essai de la base Nellis de l'US Air ForceMar 27 Juil 2021, 06:13HannibalRapport du Pentagone sur les ovnisLun 26 Juil 2021, 19:19udje5403Vu sur Youtube à PertuisDim 25 Juil 2021, 06:09HannibalLe Rover Persévérance et son hélicoptère.Ven 23 Juil 2021, 13:21XPDavySommes-nous seuls dans l'Univers ?Jeu 22 Juil 2021, 20:20martinPrésentation Jeu 22 Juil 2021, 19:02freethinkerAutour de la question : comment cultiver l'esprit critique ?Mer 21 Juil 2021, 20:12Jean-Marc WatUne initiative Européenne pour recueillir et analyser les OvnisMer 21 Juil 2021, 00:39jean-lucLUSA FAA près de 10.000 cas en accès libre (2014-2020)Dim 18 Juil 2021, 11:52Jean-Marc WatMon départDim 18 Juil 2021, 00:08LogikConcevoir une coprésence ?Sam 17 Juil 2021, 18:26TychoeBraheLa politique du forum : buts, remarques importantes et objectifsMer 14 Juil 2021, 21:32nicos
Annonce
-43%
Le deal à ne pas rater :
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris à 599€
599 € 1059 €
Voir le deal

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Cosmos
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Masculin Age : 78
Nombre de messages : 1716
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement
Points de Participation : 7189
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis 2013, une année astronomique ...

Lun 07 Jan 2013, 01:48
fleur


2013, une année astronomique pour les amateurs d'astéroïdes et de comètes.

..............................................................................................................


L'année 2013 sera celle des astronomes, qui pourront frissonner en admirant
pas moins de deux astéroïdes et deux comètes passer au voisinage de la Terre.

Dès la semaine prochaine, c'est l'astéroïde 99942 Apophis, baptisé du nom
d'une divinité égyptienne du mal et des ténèbres, qui viendra nous saluer.
Avec quelque 270 mètres de diamètre et une masse capable de dégager
autant d'énergie que 25.000 bombardements atomiques d'Hiroshima
s'il heurtait la Terre, ce rocher cosmique porte bien son surnom.

En 2004, lorsqu'il a été repéré pour la première fois, Apophis avait donné
des sueurs froides aux spécialistes qui scrutent le ciel à la recherche
de ces menaces surgissant du fin fond de l'espace. Les premiers calculs
indiquaient une probabilité de 2,7% pour qu'il percute la Terre de plein fouet en 2029...

Tout risque de catastrophe a depuis été écarté par des calculs plus précis.
Mais "il y a encore un minuscule risque d'impact" le 13 avril 2036,
moins d'une chance sur 250.000, selon la Nasa.

La principale inconnue demeure "l'Effet Yarkovsky", un phénomène découvert
par un ingénieur russe au début du XXe siècle. Lorsqu'un corps céleste en rotation
s'approche du Soleil, il s'échauffe d'un côté avant de se refroidir lorsqu'il a tourné
sur lui-même. Or ces changements de température peuvent provoquer
dans certaines circonstances un léger mouvement de l'astéroïde
et dévier sa trajectoire, donc peut-être vers la Terre...

Les radars de la Nasa seront donc braqués sur Apophis
lorsqu'il passera le 9 janvier à environ 14,5 millions de kilomètres...

A l'aide de ces observations, les experts pensent pouvoir réduire
encore la marge d'erreur de leurs calculs, et pourquoi pas exclure
définitivement tout risque d'impact.

L'astéroïde 2012 DA14 est plus petit qu'Apophis (57 mètres de diamètre)
mais il va passer bien plus près de nous le 15 février: 34.500 km d'altitude,
ce qui signifie qu'il va traverser l'orbite des satellites géostationnaires.

"Il s'agira du plus proche survol d'astéroïde qui ait été prédit",
explique Mark Bailey, directeur de l'Observatoire d'Armagh, en Irlande du Nord.

"Il va passer tellement près que même les astronomes amateurs
pourront l'observer, peut-être même avec de simples jumelles", précise-t-il.

A l'oeil nu:

Si les astéroïdes sont essentiellement constitués de roche et de métaux,
les comètes, elles, sont composées de glace et de poussière.
Ces voyageurs solitaires se sont formés à la naissance du système solaire
et tournent autour du Soleil avec des fréquences très variables,
de quelques années à plusieurs millions.

Lorsqu'elles s'approchent de notre étoile, la chaleur est telle
qu'elles rejettent des gaz et une traînée de poussières qui se reflètent
dans la lumière du Soleil.
C'est ce phénomène que nous percevons comme la "queue" des comètes.

La première qui nous rendra visite cette année s'appelle 2011 L4,
surnommée "PANSTARRS" en raison du télescope
de l'Université de Hawaii qui l'a détectée en 2011.

PANSTARRS devrait atteindre son point le plus brillant entre le 8 et le 12 mars,
d'après le spécialiste américain des comètes Gary Kronk.

Mais c'est encore la comète ISON (International Scientific Optical Network)
qui devrait remporter le plus de succès auprès du grand public.

D'après certains calculs, ISON pourrait être visible à l'oeil nu juste
après la tombée de la nuit à la fin du mois de novembre,
un phénomène très rare qui devrait se prolonger pendant plusieurs mois.

ISON est d'autant plus rare que son dernier passage aux abords de notre planète
remonte à au moins 10 millions d'années, indique Mark Bailey.

"C'est une +nouvelle comète+ provenant de la région du système solaire
que nous appelons le nuage d'Oort", s'étendant bien au-delà de l'orbite
des planètes et qui marquerait la frontière du système solaire.

Ref:"La Dépêche".

Cordialement.
A+

_______________________________________
"Toute technologie suffisamment élaborée, sera considérée
comme de la magie par le primitif"... Arthur C.Clarke.

"C'est une erreur de croire nécessairement faux
ce que l'on ne comprend pas." (MAHATMA GANDHI).

Cosmos
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Masculin Age : 78
Nombre de messages : 1716
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement
Points de Participation : 7189
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Mar 08 Jan 2013, 21:45
fleur



Un petit plus:

La Voie Lactée abriterait au moins 17 milliards de planètes de taille terrestre.
...............................................................................................................
Publié le 08 janvier 2013 par Maxime Lambert.



Notre galaxie compterait plus de 17 milliars de planètes dont la taille serait proche de celle de la Terre

Si l’on en croit une nouvelle estimation, au moins 17 milliards de planètes de taille terrestre se trouveraient dans notre galaxie, la Voie lactée. Toutes ne seraient pas habitables mais elles pourraient présenter des caractéristiques similaires à celles de notre planète.

Si de nouvelles planètes sont régulièrement découvertes par les astronomes, on est encore très loin de les avoir toutes identifiées ! Selon une nouvelle estimation basée sur une analyse des données recueillies par le télescope spatial américain Kepler, plus de 17 milliards de planètes de taille terrestre se trouveraient dans la Voie lactée. Avec une telle profusion de potentielles proches parentes, la probabilité de découvrir des planètes habitables augmente considérablement.

Néanmoins, certains critères doivent être réunis pour qu’une planète puisse être humainement habitable. La planète doit notamment être située dans la "zone habitable", c'est-à-dire à une distance suffisante de son étoile pour qu’il n’y fasse pas trop chaud (sans quoi l’eau s’évaporerait et la chaleur serait insoutenable), mais également à une distance suffisamment proche pour qu’il n’y fasse pas trop froid (dans ce cas l’eau gèlerait).

Au final, "au moins une étoile sur six dans la Voie Lactée aurait une planète de taille terrestre en orbite autour d'elle", estime François Fressin du Centre d'Astrophysique de l'Université de Harvard et principal auteur de la recherche publiée lundi aux Etats-Unis. Or, la galaxie contient environ 100 milliards d'étoiles, indique t-il. D'où le total impressionnant. Ces estimations ont pu être établies à partir des repérages que Kepler effectue dans les constellations du Cygne et de la Lyre auprès de 150.000 étoiles.

461 nouvelles planètes candidates

En effet, le télescope spatial détecte une exoplanète quand celle-ci passe devant son étoile et entraîne une baisse de luminosité à l'endroit où elle transite. Depuis qu'il a commencé son observation, Kepler a identifié plus de 2.700 exoplanètes potentielles orbitant autour de 2.036 étoiles. Un total qui vient d'ailleurs tout juste d'augmenter puisque le télescope a récemment découvert 461 nouvelles planètes candidates. Parmi elles, quatre mesurent un peu moins du double de la Terre et orbitent dans la fameuse "zone habitable" de leur étoile.

"Il n'y a pas de meilleur moyen de démarrer le début de la mission étendue de Kepler que de découvrir davantage d'avant-poste à la frontière de mondes potentiellement habitables", a expliqué Christopher Burke, du SETI Institute qui a conduit l'analyse menée entre mai 2009 et mars 2011. Les nouvelles données obtenues ont fait passer le nombre d'étoiles découvertes et possédant plus d'une planète candidate de 365 à 467. Aujourd'hui, 43% des planètes candidates semblent posséder des planètes voisines.

Toutefois, les scientifiques doivent confirmer l'existence de chaque planète candidate. Début 2012, 33 planètes découvertes par Kepler avaient été attestées comme existantes. Aujourd'hui, les scientifiques en sont à 105. Ceci a notamment permis de découvrir davantage de planètes semblables à la Terre. "La question n'est plus de savoir si nous trouverons une planète vraiment analogue à la Terre, mais de savoir quand", a ainsi indiqué Steve Howell, scientifique au Ames Research Center de la NASA.

..............................................

C'est Giordano qui doit sourire...!

A+

_______________________________________
"Toute technologie suffisamment élaborée, sera considérée
comme de la magie par le primitif"... Arthur C.Clarke.

"C'est une erreur de croire nécessairement faux
ce que l'on ne comprend pas." (MAHATMA GANDHI).

halika
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Féminin Age : 65
Nombre de messages : 293
Inscription : 22/10/2010
Localisation : Ile de La réunion
Emploi : retraitée
Passions : 974, astronomie, baleines, mer, nature, video HD, informatique
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4401
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Mer 09 Jan 2013, 11:00
merci pour ces prévisions qui vont occuper bon nombre d'astronomes!
Cosmos
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Masculin Age : 78
Nombre de messages : 1716
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement
Points de Participation : 7189
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Sam 12 Jan 2013, 07:12
fleur


Et si les lunes des exoplanètes pouvaient aussi abriter de la vie ?

Publié le 11 janvier 2013 par Maxime Lambert.




Les exolunes seraient aussi capables d'abriter de la vie selon les astrophysiciens.



Depuis de nombreuses années, les scientifiques s’intéressent beaucoup aux exoplanètes qu’ils estiment susceptibles d’abriter une quelconque vie extraterrestre. Mais certains se penchent maintenant également sur les "exolunes", des satellites naturels en orbite autour de planètes situées à l'extérieur de notre système solaire.

La quête d'une éventuelle vie extraterrestre anime de très nombreux chercheurs et ce, depuis des dizaines d'années. Mais cherchent-ils réellement au bon endroit ? Actuellement, cette quête se matérialise principalement par la recherche de nouvelles exoplanètes qui se situeraient dans la zone "habitable" de l'étoile autour de laquelle elles orbitent.

Néanmoins, des chercheurs américains et allemands estiment aujourd'hui que les exolunes, ces lune situées en dehors de notre système solaire, sont tout aussi susceptibles d'abriter la vie que les planètes autour desquelles elles orbitent. Cette allégation aurait été confirmée par un modèle théorique permettant d'estimer la distance idéale autorisant l'habitabilité d'une lune par rapport à sa planète. Jusqu'ici, plus de 800 planètes ont été identifiées hors de notre système solaire dont un grand nombre attendent encore d'être confirmée.

Or, si la plupart d'entre elles sont des géantes gazeuses stériles et similaires à Jupiter, certaines sont solides et orbitent autour de leur étoile dans la fameuse zone "habitable". Autrement dit, elles sont situées à une distance suffisante de leur étoile pour permettre l'existence d'eau liquide à la surface et un environnement favorable à la vie. Alors pourquoi pas des exolunes ? "Il existe une zone habitable pour les exolunes, c'est juste un petit peu différent de la zone habitable des exoplanètes", explique dans un communiqué Rory Barnes de l'University of Washington et de l'Astrobiology Institute.

Des exolunes qui restent à découvrir

Ce scientifique et son collègue, René Heller de l'Institute for Astrophysics de Potsdam indiquent ainsi que la différence serait principalement la considération du climat et de la lumière. En effet, comme notre Lune, de nombreuses exolunes sont maintenues dans une position bien particulière qui fait qu'un de leur hémisphère est constamment cachée à la planète. Ceci influerait donc nécessairement sur l'habitabilité de ce monde.

De plus, les lunes ont deux sources de lumière : leur étoile et leur planète hôte, et sont sujettes à d'importantes éclipses, ce qui pourrait également agir sur leur capacité à abriter de la vie. "Un observateur debout à la surface d'une telle exolune expérimenterait le jour et la nuit d'une manière totalement différente que nous le faisons sur Terre. Par exemple, des éclipses stellaires pourraient conduire à une soudaine et totale obscurité dès midi", commente Heller cité par Space.com. Plusieurs facteurs seraient donc à considérer pour déterminer l'habitabilité d'une lune.

Reste, qu’aucune exolune n'a été découverte à ce jour mais Barnes et Heller soulignent que ça ne signifie pas pour autant qu'elle n'existe pas. Les astrophysiciens espèrent donc que leur existence passera de la théorie à la réalité dans les prochaines années et placent pour cela, de nombreux espoirs dans le télescope Kepler. Celui-ci pourrait permettre, selon eux, une première détection de ce type d'objets.

...................................
Cordialement.
A+

_______________________________________
"Toute technologie suffisamment élaborée, sera considérée
comme de la magie par le primitif"... Arthur C.Clarke.

"C'est une erreur de croire nécessairement faux
ce que l'on ne comprend pas." (MAHATMA GANDHI).

moghelon
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Masculin Age : 51
Nombre de messages : 691
Inscription : 11/11/2012
Localisation : Rueil malmaison
Emploi : Informatique
Passions : Moto/sciences/musique (guitariste/bassiste)/ufologie/littérature moderne/informatique etc...
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4455
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Sam 12 Jan 2013, 15:16
Bonjour Cosmsos,


Merci pour ces articles.

Un fil à entretenir, je me permettrai de participer en y apportant aussi quelques articles nouveaux au fur et à mesure.

Pour commencer uy

Cette image infrarouge réalisée avec le télescope VISTA de l'ESO montre l'amas globulaire 47 Tucanae de manière extrêmement détaillée. Cet amas contient des millions d'étoiles et un bon nombre de celles nichées en son coeur sont des étoiles assez exotiques aux propriétés peu communes. Etudier les objets des amas tels que 47 Tucanae devrait pouvoir nous aider à comprendre comment ces objets "excentriques" se forment et interagissent. Cette image est très profonde et très précise du fait de la taille, de la sensibilité et de l'emplacement de VISTA, installé à l'Observatoire de Paranal au Chili.

2013, une année astronomique ... Eso1302a

L'amas d'étoiles lumineux 47 Tucanae (NGC 104), montré ici sur une image réalisée par le Télescope VISTA
(Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy) de l'ESO à l'Observatoire de Paranal au Chili.
Cet amas se trouve à environ 15 000 années-lumière de la Terre (La Terre, foyer de l'humanité, est surnommée la planète bleue. C'est la troisième planète du système solaire en partant du Soleil.) et contient des millions d'étoiles
dont certaines très exotiques et peu communes.
Cette image a été prise dans le cadre de la campagne d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la...) "VISTA Magellanic Cloud survey",
un projet (Un projet est - dans un contexte professionnel - une aventure temporaire entreprise dans le but de créer un produit ou un service unique:) dédié à la cartographie (La cartographie désigne la réalisation et l'étude des cartes. Elle mobilise un ensemble de techniques servant à la production des cartes. La cartographie...) de la région des Nuages de Magellan,
deux petites galaxies très proches de la Voie Lactée ( Anciennement, la Voie lactée ne désignait que la bande blanchâtre traversant le ciel nocturne. Il existe plusieurs interprétations mythologiques de la Voie lactée. Avec les progrès de l'astronomie, on s'est rendu compte que...).
Crédit: ESO/M.-R. Cioni/VISTA Magellanic Cloud survey. Acknowledgment: Cambridge Astronomical Survey Unit
Cliquer pour agrandir

Les amas globulaires sont de vastes nuages sphériques de vieilles étoiles maintenues ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble, désigne intuitivement une collection d’objets (que l'on appelle éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme l'énonçait, le...) par la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.). Ils tournent autour des coeurs galactiques tout comme des satellites (Satellite peut faire référence à :) en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que décrit dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) autour de la Terre. Ces boules d'étoiles ne contiennent que très peu de poussière et de gaz (Au niveau microscopique, on décrit un gaz comme un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi indépendants (pour plus de détails, voir gaz réels).) - on suppose que la grande majorité a été soit expulsée de l'amas par les vents et les explosions d'étoiles, soit évacuée par du gaz interstellaire en interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) avec l'amas. Tout le matériel restant a fusionné il y a plusieurs milliards d'années pour former des étoiles.

Ces amas globulaires attisent grandement l'intérêt des astronomes - 47 Tucanae, également appelé NGC 104, est un énorme et vieil amas globulaire situé à environ 15 000 années-lumière de la Terre. Il est bien connu pour abriter un grand nombre (Un nombre est un concept caractérisant une unité, une collection d'unités ou une fraction d'unité.) d'étoiles et de systèmes bizarres et intéressants.

Situé dans la constellation australe du Toucan, 47 Tucanae est en orbite autour de notre Voie Lactée. Avec ses 120 années-lumière de large environ, il est si grand que malgré son éloignement il apparaît pratiquement aussi gros que la pleine Lune (On appelle lune tout satellite naturel d'une planète, mais la Lune, avec un L majuscule, désigne le seul satellite naturel de la Terre. Par sa visibilité et ses excentricités, la Lune a...). Hébergeant des millions d'étoiles, c'est un des plus gros et des plus massifs amas globulaires connus et il est visible à l'oeil nu (1). Parmi la masse (La masse est une propriété fondamentale de la matière qui se manifeste à la fois par l'inertie des corps et leur interaction gravitationnelle.) d'étoiles grouillantes en son coeur, on trouve de nombreux systèmes qui attisent la curiosité comme des sources de rayons X, des étoiles variables, des étoiles vampires, des étoiles "normales" d'une luminosité (La luminosité désigne la caractéristique de ce qui émet ou réfléchit la lumière.) inattendue appelées traînardes bleues et des objets minuscules appelés pulsars milliseconde, de petites étoiles mortes qui tournent sur elles-mêmes de manière étonnamment rapide (2).

Les géantes rouges, des étoiles qui ont épuisé l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) de leur coeur et dont la taille a gonflé, sont réparties sur cette image de VISTA et sont faciles à repérer, brillant d'une couleur orange foncée sur l'arrière-plan d'étoiles jaunâtres. Le coeur dense contraste avec les régions périphériques plus clairsemées de l'amas et en arrière-plan on peut voir un nombre très important d'étoiles du Petit Nuage de Magellan.

Cette image a été réalisée avec le télescope VISTA (Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy) de l'ESO dans le cadre d'une campagne d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir...) de la région des Nuages de Magellan (survey of the region of the Magellanic Clouds), deux des galaxies les plus proches de la Terre connues. 47 Tucanae, bien que beaucoup plus proche des Nuages, se trouve par chance au premier plan, devant le Petit Nuage de Magellan et a été photographié pendant la campagne.

VISTA est le plus grand télescope au monde (Le mot monde peut désigner :) dédié à la cartographie du ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue par les êtres humains depuis le sol de la planète.). Installé à l'Observatoire de Paranal de l'ESO au Chili, ce télescope infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais plus courte que celle des micro-ondes.), avec son grand miroir (Un miroir est une surface suffisamment polie pour qu'une image s'y forme par réflexion. C'est souvent une couche métallique fine, qui, pour être protégée, est placée sous une plaque de verre pour les miroirs domestiques (les miroirs...), son grand champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) et ses détecteurs très sensibles, révèle le ciel austral (Le mot austral (du latin australis) est un adjectif qualifiant ce qui se situe dans l'hémisphère sud.) sous un nouveau jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à...). En combinant des images infrarouges très fines - telle que celle ci-dessus réalisée par VISTA - et des observations dans le visible, les astronomes peuvent étudier le contenu et l'histoire d'objets comme 47 Tucanae de manière extrêmement détaillée.


Notes:

(1) Il y a plus de 150 amas globulaires en orbite autour de notre Galaxie. 47 Tucanae est le deuxième des plus massifs après Omega Centauri.

(2) Les pulsars milliseconde sont des versions des pulsars normaux qui tournent de manière incroyablement rapide sur eux-même, très fortement magnétisés, le reste d'une étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme le Soleil, qui est l'étoile la plus proche de la...) effondrée en rotation qui émet des bouffées de rayonnements au cours de sa rotation. Il y a 23 pulsars milliseconde connus dans 47 Tucanae - plus que dans tous les autres amas globulaires à part Terzan 5.

source : http://www.techno-science.net/

Amicalement,


_______________________________________

moghelon
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Masculin Age : 51
Nombre de messages : 691
Inscription : 11/11/2012
Localisation : Rueil malmaison
Emploi : Informatique
Passions : Moto/sciences/musique (guitariste/bassiste)/ufologie/littérature moderne/informatique etc...
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4455
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Mar 15 Jan 2013, 08:34
Le plan de métro de la voie lactée

2013, une année astronomique ... 5045136

Une interprétation insolite de notre galaxie par le mathématicien américain Samuel Arbesman.

Mathématicien et sociologue, chercheur à la faculté de médecine de Harvard, Samuel Arbesman est l'auteur de cette curieuse interprétation de la voie lactée en forme de carte de métro. Les étoiles et les nébuleuses font office de station, les lignes représentent les bras galactiques. Quant aux couleurs, ce sont celles du London Tube.

Sciences et Avenir
11/01/13

_______________________________________

halika
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Féminin Age : 65
Nombre de messages : 293
Inscription : 22/10/2010
Localisation : Ile de La réunion
Emploi : retraitée
Passions : 974, astronomie, baleines, mer, nature, video HD, informatique
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4401
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Mer 16 Jan 2013, 09:45
excellente projection, quand prendrons nous "the tube" in the Milky Way?
moghelon
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Masculin Age : 51
Nombre de messages : 691
Inscription : 11/11/2012
Localisation : Rueil malmaison
Emploi : Informatique
Passions : Moto/sciences/musique (guitariste/bassiste)/ufologie/littérature moderne/informatique etc...
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4455
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Mer 16 Jan 2013, 10:04
@halika a écrit:excellente projection, quand prendrons nous "the tube" in the Milky Way?

J'avoue, je prends mon "pass" navigo immédiatement rire

_______________________________________

moghelon
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Masculin Age : 51
Nombre de messages : 691
Inscription : 11/11/2012
Localisation : Rueil malmaison
Emploi : Informatique
Passions : Moto/sciences/musique (guitariste/bassiste)/ufologie/littérature moderne/informatique etc...
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4455
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Ven 18 Jan 2013, 04:21
La lumière venue de l'ombre !


Une nouvelle image évocatrice de l'ESO montre un nuage sombre dans lequel de nouvelles étoiles se forment avec un amas d'étoiles brillantes qui ont déjà émergé de leur nurserie stellaire de poussière. Cette nouvelle image a été prise avec le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres à l'Observatoire de La Silla au Chili. Il s'agit de la meilleure image jamais réalisée en lumière visible (La lumière visible, appelée aussi spectre visible ou spectre optique est la partie du spectre électromagnétique qui est visible pour l'œil humain.) de cet objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est défini par les relations...) peu connu.

2013, une année astronomique ... Eso1303a

Ce nuage est appelé Lupus 3 et se trouve à environ 600 années-lumière de la Terre
dans la constellation du Scorpion. Crédit:ESO/F. Comeron


Sur la gauche de cette nouvelle image, il y a une colonne sombre ressemblant à un nuage de fumée. Sur la droite brille un petit groupe d'étoiles lumineuses. Au premier regard, ces deux structures ne pourraient pas être plus différentes l'une de l'autre, mais elles sont en fait étroitement liées. Le nuage contient une quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un groupe de choses.) considérable de poussière cosmique froide. Il s'agit d'une nurserie où de nouvelles étoiles sont en train (En transport ferroviaire, un train consiste en une suite de véhicules qui circulent le long de guides pour transporter des voyageurs ou des marchandises d'un point à un autre. Ces guides sont le plus souvent deux rails...) de naître. Il est probable que le Soleil ((pourcentage en masse)) s'est formé dans une région de formation stellaire (Stellaria est un genre de plantes herbacées annuelles ou vivaces, les stellaires, de la famille des Caryophyllaceae. Il comprend près de 90 espèces...) similaire, il y a plus de quatre milliards d'années.

Ce nuage est appelé Lupus 3. Il se trouve à environ 600 années-lumière de la Terre dans la constellation du Scorpion. La zone montrée ici fait environ cinq années-lumière de large.

Lorsque les parties les plus denses de ce type de nuages se contractent sous l'effet de la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.), elles se réchauffent et commencent à briller. Au début, ce rayonnement (Le rayonnement est un transfert d'énergie sous forme d'ondes ou de particules, qui peut se produire par rayonnement électromagnétique (par exemple : infrarouge) ou...) est bloqué par les nuages de poussière et ne peut être vu qu'avec des télescopes observant dans des longueurs d'onde (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés physiques locales. Elle transporte de l'énergie sans...) plus longues que celles de la lumière (La lumière désigne les ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 0,38 à 0,78 micron (380 nm à 780 nm ; le symbole...) visible, comme l'infrarouge (Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais plus courte que celle des micro-ondes.). Mais, alors que les étoiles deviennent plus chaudes et plus brillantes, leurs radiations intenses et les vents stellaires dissipent peu à peu les nuages qui les entourent jusqu'à émerger dans toute leur splendeur.

Les étoiles brillantes, à droite du centre de cette nouvelle image, forment un exemple parfait d'un petit groupe de ce genre de jeunes étoiles chaudes. Une partie de leur brillante lumière bleue se réfléchie sur la poussière subsistant autour d'elles. Les deux étoiles les plus lumineuses sont suffisamment brillantes pour être vues facilement avec un petit télescope (Un télescope (du grec tele signifiant « loin » et skopein signifiant « regarder, voir ») est un instrument optique qui permet d'augmenter la taille apparente des objets observés et surtout leur luminosité. Son...) ou des jumelles (On désigne par le terme jumelles un dispositif optique binoculaire grossissant destiné à l'observation d'objets à distance, constitué de deux lunettes...). Ce sont de jeunes étoiles qui n'ont pas encore commencé à briller par des réactions de fusion nucléaire (La fusion nucléaire (dite parfois thermonucléaire) est, avec la fission, l'un des deux principaux types de réactions nucléaires appliquées. Il ne faut pas confondre la fusion nucléaire avec la...) déclenchées dans leur coeur et sont toujours entourées de gaz (Au niveau microscopique, on décrit un gaz comme un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi indépendants (pour plus de détails,...) brillant (1). Elles ont probablement moins d'un million d'années d'existence.

Bien qu'au premier regard ils sautent moins aux yeux que les lumineuses étoiles bleues, des campagnes d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très...) ont mis à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...) beaucoup d'autres objets stellaires très jeunes dans cette région qui est l'une des nurseries stellaires de ce type parmi les plus proches du Soleil.

Les régions de formation d'étoiles peuvent être gigantesques comme la nébuleuse de la Tarentule où des centaines d'étoiles massives sont en train de naître. Toutefois, on suppose que la plupart des étoiles dans notre galaxie, comme dans d'autres, se sont formées dans des régions beaucoup plus modestes comme celle que nous voyons sur cette image, où seulement deux étoiles brillantes sont visibles et où aucune étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme le Soleil, qui est l'étoile la plus proche de la Terre.) très massive (Le mot massif peut être employé comme :) ne se forme. Pour cette raison, la région Lupus 3 est à la fois fascinante pour les astronomes et une magnifique illustration des premières phases de la vie des étoiles.


Note:

(1) Elles sont appelées "étoiles Herbig Ae/Be" du nom de l'astronome qui les a identifiées pour la première fois. Le A et le B font référence aux types spectraux des étoiles, un peu plus chaudes que le Soleil. Le "e" indique que des raies d'émission sont présentes dans leur spectre, à cause du rayonnement du gaz qui les entoure. Elles brillent en convertissant l'énergie potentielle gravitationnelle (L'énergie potentielle gravitationnelle (ou énergie gravitationnelle) est le travail nécessaire pour transporter une masse depuis l'infini jusqu'à sa position finale.) en chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) en se contractant.

Source : http://www.techno-science.net/

_______________________________________

moghelon
Equipe du forum
Equipe du forum
2013, une année astronomique ... Empty

Masculin Age : 51
Nombre de messages : 691
Inscription : 11/11/2012
Localisation : Rueil malmaison
Emploi : Informatique
Passions : Moto/sciences/musique (guitariste/bassiste)/ufologie/littérature moderne/informatique etc...
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4455
Voir le profil de l'utilisateur

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Ven 18 Jan 2013, 04:29
Record : une étoile âgée d'au moins 13,2 milliards d'années.

Ce n’est pas la première fois que l’on découvre une étoile de la Voie lactée dont l’âge est presque celui de l’univers observable. Mais selon de récentes déclarations au cours du colloque de l’American Astronomical Society, l’âge de l’étoile HD 140283 est celui le mieux déterminé. Il serait de plus de 13,2 milliards d’années, ce qui fait de cette étoile la plus vieille connue à ce jour.

Le catalogue Henry Draper (HD) regroupe les données sur plus de 225.000 étoiles dont les magnitudes apparentes vont jusqu’à 9 environ. Établi au début du XXe siècle par l’astronome Annie Jump Cannon et ses collègues du Harvard College Observatory, il couvre presque toute la voûte céleste. Il tire son nom d’un pionnier de l'astrophotographie, qui fut le premier à obtenir un spectre stellaire, celui de Véga, en 1872.

À sa mort, sa veuve avait financé la réalisation de ce catalogue, par la suite largement utilisé par les astronomes. Voilà pourquoi plusieurs étoiles de la Voie lactée étudiées pour leurs exoplanètes sont référencées par les lettres HD, comme, par exemple, HD 10180 et HD 40307.



Extrait du documentaire Du Big bang au Vivant (www.dubigbangauvivant.com). Jean-Pierre Luminet parle de l'évolution des étoiles de type solaire, leur transformation en géantes rouges puis en naines blanches. © ECP Productions


HD 140283, une étoile de seconde génération

Aujourd'hui, le nom d’une étoile du catalogue de Draper occupe temporairement le devant de la scène : HD 140283. Elle est l’objet de diverses études depuis quelque temps et vient d'être placée sous les feux de l'actualité. Si l’on en croit une déclaration faite le 10 janvier 2012 par Howard Bond, un astronome de la Pennsylvania State University, lors du colloque de l’American Astronomical Society à Long Beach en Californie, on vient enfin de cerner son âge.

Située à seulement 190 années-lumière de la Terre (donc bien sûr dans la Voie lactée), HD 140283 aurait au moins 13,2 milliards d’années. Rappelons que selon la dernière estimation de l’âge de l’univers observable obtenue à l’aide du rayonnement fossile, celui-ci a 13,77 milliards d’années. On savait qu’elle était pauvre en éléments lourds et donc constituée presque exclusivement d’hydrogène et d’hélium, une preuve de son ancienneté étant donné que selon la théorie du Big Bang, ce sont de multiples générations d’étoiles qui font augmenter le taux de ces éléments lourds dans l’univers au cours du temps.




Dans cette vidéo, Jean-Pierre Luminet parle de la mort des étoiles massives, leur explosion en supernova et la formation de pulsars. © ECP Productions


En utilisant le télescope Hubble, la distance précise, et donc la magnitude réelle, d’HD 140283, ont pu être déterminées. Les astrophysiciens ont alors mis à profit le fait qu’une étoile de ce genre étant sur le point d’épuiser les réserves en hydrogène de son cœur, sa luminosité varie d’une façon caractéristique très sensible à son âge. Celui-ci a été évalué à 13,9 ± 0,7 milliards d’années. Ce qui indique un âge qui n’entre pas en conflit avec celui de WMap pour le cosmos.

HD 140283 est cependant trop riche en éléments lourds pour faire partie des toutes premières étoiles. Mais son âge indique que celles-ci sont apparues très tôt, quelques centaines de millions d'années après le Big Bang. Très massives, elles n'auraient vécu que quelques millions d'années avant d'exploser en supernova.

Source : http://www.futura-sciences.com/

_______________________________________

Contenu sponsorisé

Ovnis Re: 2013, une année astronomique ...

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum