Marque-page social
Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre | Les mystères des Ovnis sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
Ovni aéroport: Les aéroports et les survols d'ovnisAujourd'hui à 20:38Polyèdre57Que fera l’humanité en cas de détection d’une civilisation extraterrestre ?Aujourd'hui à 19:23Polyèdre57M.A.J :Matin Ovni dans le monde - Avril 2019 par O.D.H.TvAujourd'hui à 17:37Polyèdre57Volcan Popocatépetl : Encore un Ovni !Aujourd'hui à 17:22Hocine1998: Une forme noire triangulaire, silencieuse et immobile dans le ciel (77)Aujourd'hui à 17:09Polyèdre57Spéculations autour de la Zone 51 ou "Dreamland"Aujourd'hui à 16:49HocineFaire de faux Crop circles, c'est facile! (Arnaud Thiry)Aujourd'hui à 12:36Polyèdre57Le GEIPAN est-il encore d'utilité publique ? (Pétition à envisager sérieusement)Hier à 10:19Nanou Ti(2017) Harran Daniel, Les Ovnis et le nucléaire - Le choc d'une réalité ignoréeSam 20 Juil 2019, 21:43Polyèdre57Eclipse lunaire et centaines, voir milliers de boules lumineuses à la RéunionSam 20 Juil 2019, 17:15malaoRève ou abduction Réél ?Sam 20 Juil 2019, 14:53malaoLe GEIPAN et son traitement du phénomène OvniSam 20 Juil 2019, 12:08Polyèdre57Benjamin Castaldi aurait vu un ovni triangulaireSam 20 Juil 2019, 00:28Roland62Ovnis, les dossiers européensVen 19 Juil 2019, 22:25Polyèdre57Comment des pilotes en colère ont pu forcer la Navy à prendre au sérieux les ovnis, Un article du Washington PostVen 19 Juil 2019, 20:29Polyèdre572016: le 05/05 à 13h30 - Ballon ? - Ittenheim -Bas-Rhin (dép.67)Ven 19 Juil 2019, 13:52Polyèdre57Un peu de "nuke" BelgeJeu 18 Juil 2019, 21:54Roland62Ondes DAB, 5G et autres...Jeu 18 Juil 2019, 17:30malaoSujet de l'été pour le Science & Vie de juilletJeu 18 Juil 2019, 13:48Sylvain VellaAutres hypothèses que les engins "tôles et boulons"Jeu 18 Juil 2019, 09:21Yvon CédricFrancisco Cándido Xavier (Médium Brésilien)Jeu 18 Juil 2019, 00:06Polyèdre57Analyse des photos de lumières rouges oranges (par colorimétrie).Mer 17 Juil 2019, 20:55Roland62Lorraine: les membres de cette régionMer 17 Juil 2019, 18:25Polyèdre57"Une hantise de boule lumineuses" Par Fernand LagardeMer 17 Juil 2019, 12:02Polyèdre572019: le 12/04 à 21h33 - Lumière étrange dans le ciel - MAINVILLIERS -Eure-et-Loir (dép.28)Mar 16 Juil 2019, 17:14Polyèdre57Communiquer à l'infini grace à l'intrication quantiqueMar 16 Juil 2019, 12:45anakinDeux conférences exceptionnelles aux Repas Ufologiques de Paris en 2012Lun 15 Juil 2019, 23:38Polyèdre57Révélation Forêt de Rendlesham (27 et 28.12.1980)Lun 15 Juil 2019, 23:15Polyèdre57Mariam Baouardy (Apparition Mariale)Lun 15 Juil 2019, 19:10Polyèdre57Les gouvernements et les militaires gardent-ils le secret sur les ovnis?Lun 15 Juil 2019, 19:05Polyèdre57
Annonce
Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Empty

Masculin Age : 41
Nombre de messages : 13009
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 20033
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Les ovnis dans la presse en 1966

le Mer 28 Nov 2007, 12:46
Rappel du premier message :

TWO LIGHTS IN THE SKY OF BUENOS AIRES, JANUARY 1966:

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 U23dfbwl

The article underneath has been published in the daily newspaper La Nacion, of Buenos Aires, Argentina, on January 5, 1966.

Two luminous objects have been seen yesterday evening
Shortly after 19:30, during almost two hours, two luminous objects were clearly seen, as suspended in the sky, in the area close to the Rodriguez Galet square of this capital.

The two bodies had an intense luminosity, as the full moon usually shows in crystal clea nights. The first was spotted by a journalist of this newspaper, quite visible, on the right of the Carmen Chappell (Rodriguez Galet 830), between its tower and the avenue of Cordoba, where it remained completely motionless during long minutes, to then make a right displacement, from up to down, and to remain almost an hour in this second position. When the object was in this position, another, similar, was seen, that approached towards the first from the East. Separated by an appreciable distance, both were motionless a long moment, until the second initially moved towards the first, to stop at a constant distance. It then remained there for some twenty minutes and departed again by taking the direction by which it had appeared, until I ceased seeing it. Half an hour later the first object started to move towards the North and, little by little, it was lost from sight.

Many people had gathered in the vicinity which, by their width, made it possible to watch the two bodies without efforts, and this, naturally, provided reason to intense discussions on its possible origin.

OVNIS AUX ETATS-UNIS, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The New York Times, New York City, USA, le 14 janvier 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Hoc6p4ns

DISQUE VOLANT BRILLANT RAPPORTE DANS LE JERSEY

Spécialement pour le New York Times

WANAQUE, New Jersey, 13 janvier. -- Pour la deuxième nuit consécutive, des résidants de là-bas et de la communauté voisine de Ramapo Mountain ont rapporté voir un objet volant non identifié planer, monter et plonger au-dessus de la campagne et disparaître dans la distance.

La plupart des comptes-rendus de l'objet comprenant ceux de deux policiers et un garde au réservoir de Wanaque, ont convenu qu'il était "très blanc, très lumineux et beaucoup plus grand qu'une étoile." Pour certains, il est apparu comme "un grand disque blanc."

Le Maire de Wanaque Harry T. Wolfe était parmi ceux qui ont rapporté avoir vu l'objet. Il a conduit au réservoir après avoir été alerté par la police locale.

Le premier rapport est arrivé à la station radio de la police locale à 18:30 mardi. Après réception d'environ 30 appels téléphoniques de résidants et d'automobilistes, le standardiste radio a appelé le Patrouilleur de Wanaque Joseph Cisco.

Il lui a été dit que "des gens à Oakland, Ringwood, Paterson, Totowa, Wayne et Butler prétendent qu'il y a une soucoupe volante au-dessus du Wanaque." Il y a eu des rapports additionnels de l'objet la nuit dernière.

WASHINGTON, 13 janvier (AP). -- L'Armée de l'Air a dit aujourd'hui qu'on a pensé que deux observations dans le ciel au-dessus du New Jersey sont la planète Venus et Jupiter, plutôt que des objets non identifiés.

OVNIS EN FRANCE, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Montagne, France, page 14, le 19 janvier 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Wlbiufi3

Un jeune Breton affirme:

"J'AI VU UNE SOUCOUPE VOLANTE"

BREST. -- Un jeune menuisier de Bolezec, petit bourg situé au sud-est de Morlaix, à la limite du Finistère et des Côtes-du-Nord, affirme avoir vu de près les évolutions d'une soucoupe volante dans la nuit de samedi à dimanche, celle-ci étant venue se poser à quelques mètres de sa "Dauphine". M. Eugène Coquil, 23 ans, a fait la relation de son aventure:

"Il était 4 h. du matin et je roulais sur la route Morlais-Calzac lorsque je vis les faisceaux lumineux de ce que je pensais aussitôt être un tracteur, car à cet endroit seul un tracteur pouvait circuler. Mais que pouvait-il faire là à cette heure? J'arrêtais ma voiture et je partis à travers champ en direction des lumières. C'est alors que je vis la "chose" arriver sur moi, dans le plus grand silence et passer en rase-motte au-dessus d'un talus. Je pris peur et filais vers ma "Dauphine", mais la "chose" me suivit et après avoir fait du surplace au-dessus de ma voiture, elle alla se poser à quelques mètres de là, sur un petit terre-plein.

"J'aurais pu aller voir, mais j'avais trop peur. J'ai cependant pu détailler l'engin, qui m'a semblé aussi long qu'une voiture, mais beaucoup plus large. Il était éclairé extérieurement par quatre colonnes lumineuse ressemblant aux feux d'une "404" avec une lumière identique à celle des enseignes au néon. Je n'ai vu personne, mais je suis presque certain qu'il y avait des hublots sur le côté. Quand j'ai réussi à démarrer, l'engin est resté sur place. Je n'avais qu'une envie: m'en aller au plus vite."

M. Eugène Coquil, qui est un garçon équilibré, sérieux et très sobre, n'avait jamais cru, jusqu'à présent, aux histoires de soucoupes volantes.

OVNI EN ANGLETERRE, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Evening Echo, de Bournemouth, R-U., le 19 janvier 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 K5tw3y5o

Etait-ce une soucoupe?

JOHN McFARLANE, du 34, route de Saint Swithun, à Bournemouth, se trouvait au lit regardant hors de la fenêtre à une heure ce matin, quand il a vu que ce qu'il a pensé être une soucoupe en vol dans le ciel.

Il a vu ce qui a semblé être deux cercles jaunes lumineux joints par un "poteau" et autout de bord un cercle rouge luminescent.

He called another tenant of the building, and together they watched the "saucer" for about two hours. Il a appelé un autre locataire du bâtiment, et ensemble ils ont observé la "soucoupe" pendant environ deux heures.

L'objet, a-t-il dit à l'Echo, apparaissait et disparaissait à intervalles.

Par la suite il s'est endormi.

OVNIS EN IRLANDE, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Cork Examiner, of Cork, Ireland, on January 29, 1974.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Rzrw0e88

STRANGE OBJECT IN SKY OVER WEST CORK OBJET ÉTRANGE EN CIEL AU-DESSUS OCCIDENTAL DU LIÈGE

Alors qu'ils revenait de cours du soir à l'école professionnelle de Castletownbere à environ 22 heures dans la nuit de mercredi, Mr. Jerome McCarthy, de Clash désaccord, Eyeries, a vu un objet très brillant dans le ciel à environ un demi-mile de sa maison. En forme de comme demi-lune, c'était d'environ trois pieds de long et un bruit de gémissement en venait. D'autres résidants dans le secteur ont également entendu ce bruit.

L'objet voyageait dans la direction de l'ouest, et quand il a été au-dessus de Cahirkeem, à Urhan, à environ quatre miles de distance, il s'est brisé en deux et a disparu.

Deux hommes d'Urhan, messieurs Mick Lynch, et Donald C. O'Sullivan, ont vu un autre objet dans le ciel se déplaçant le long de l'horizon vers la station de TV de Knockura une nuit de la semaine dernière. Il avait des lumières mobiles circulaires dessous et faisait un fort bruit discordant qui s'est parfois éteint soudainement. Après quelques minutes il a disparu.

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

Certain disent: "si ces fameux OVNIS existent, pourquoi n'en parle-t-on jamais dans les journaux?"

Ceci est l'éditorial du "Guardian Review" de Garden City, Michigan, Etats-Unis, du 9 Mars 1966, écrit par Joyce Hogelthers.

Ce Septembre passé tandis que je chassais les jeunes de la maison pour les envoyer à l'école, les habitants d'Exeter, New Hampshire, chassaient des soucoupes volantes avec des résultats à peu près identique.

Il me semble que depuis que notre Mariner a pris des photos de Mars et que nos officiels ont dit qu'il ne pourrait pas probablement pas y avoir de la vie là bas, les OVNIS que nous observons s'étaient mis à se comporter différemment. Ils viennent passer comme l'éclair au-dessus des grandes villes et des villes et des villages et ils oscillent comme pour dire "bonjour," terrifiant et embarrassant leurs spectateurs.

Bien que la plupart des spectateurs qui ont été témoin de ces phénomènes plusieurs fois disent qu'à leur première observation ils étaient terrifiés, la seconde les a simplement submergé d'étonnement.

Non seulement les OVNIS montent et descendent viennent bien en vue, mais ils laissent tomber des tiges semblables à de l'aluminium vers les câbles de haute tension, et ils en absorbent la substance sans se soucier d'être observés pendant leur dîner.

Peut-être que la chose la plus mystifiante au sujet des soucoupes volante n'est pas leur existence, mais le fait que les fonctionnaires du gouvernement ne les reconnaissent toujours pas publiquement.

Soixante personnes à Exeter ont vu, à différentes heures, les OVNIS tels que rapportés par John G. Fuller au magazine "Look." Non seulement ils les ont vus, mais ils ont pris des photos d'eux, mais les officiels restent silencieux, ou permettent au mieux la publication de quelques lignes, indiquant leur croyance que les habitants d'Exeter sont les victimes d'une hystérie de masse.

En parlant à plusieurs amis, j'ai constaté que bon nombre d'entre eux sont très satisfait de cette situation, croyant que tant que les officiels demeurent silencieux, cela signifie qu'il n'y a rien du tout.

CEPENDANT qu'en sera-t-il si une belle soirée, alors que vous vous tenez à la porte de votre cuisine, vient planer là dans votre arrière-cour une "soucoupe volante." Pendant que vous regardez, elle se laisse observer, et vous courez terrifié vers le téléphone et appelez les officiels.

Vous: "Il y a une soucoupe volante qui plane dans mon arrière cour, qu'est ce que je dois faire?"

Les officiels: "Calmez-vous, chère Madame. Il n'y a une aucune chose telle que des soucoupes volantes. Vous êtes la victime d'une hallucination."

Les officiels: "Mais elles se montre à moi. Elle a des lumière clignotantes et elle absorbe même une partie de mon électricité."

Les officiels: "Impossible"

Vous: "Maintenant mes enfants la voient aussi. Ils hurlent de terreur, "oh s'il vous plaît venez nous aider?"

Les officiels: "Chère Madame, laissez moi à nouveau vous assurer en tant que fonctionnaire de gouvernement de votre pays, qu'il n'y a aucune SOUCOUPE VOLANTE. Nous n'avons rien publié à ce sujet, donc, comme vous devriez facilement le comprendre, vous êtes une victime de l'hystérie et de l'illusion."

Tandis que ces mots RASSURANTS atteignent vos oreilles, la "chose" vous atteint et vous avale, vous emmenant au loin dans un brusque accès de vitesse. Et même pendant que votre famille vous pleure, les officiels leur assureront qu'ils souffrent seulement d'hystérie et d'imagination délirante, parce qu'il n'y a aucune soucoupe volante, puisque la chose qui vous a avalée n'était même pas là, et donc, vous n'êtes pas vraiment parti. C'est entièrement une illusion.

LES OVNIS DANS LE MICHIGAN EN 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Hillsdale Daily News, de Hillsdale, Michigan, USA, le 17 mars 1966.

Voir d'autres données concernant l'histoire du gaz des marais du Michigan en 1966.

Des soucoupes sont encore vues

ANN ARBOR (AP) -- Des objets volants non identifiés colorés et lumineux ont été rapportés, aperçus au-dessus du Sud-Est du Michigan tôt aujourd'hui, la seconde observation de ce genre cette semaine.

Quatre adjoints du shérif du comté de Washtenaw ont dit qu'ils ont observé quatre objets entre 4 heure du matin et 7:05 heure du matin. Les officiers, étudiant un accident de la circulation à environ 12 miles à l'ouest de salin, ont dit que les objets ont été stationnaires dans le ciel méridional, se sont déplacés de haut en bas et étaient incandescent avec des couleurs variées.

Les adjoints ont dit qu'ils ont observé un des objets avec des jumelles et l'ont décrit comme ressemblant à un grand couvercle, tout en planant, était brillamment incandescent en des couleurs s'étendant de vert à rouge brillant.

Le département de police de Milan a indiqué qu'un objet semblable a volé au-dessus de Milan à une altitude de 800 à 1000 pieds aujourd'hui.

Les Députés et Adjointsdu comté de Washtenaw dans les comtés de Livingstone et de Monroe dans l'Ohio ont rapporté voir des objets semblables lundi.

"Je n'ai pas cru nos adjoints l'autre nuit, mais je les crois maintenant," a dit l'adjoint David Fitzpatrick.

Le Sergent Noel Schneider a décrit l'objet en forme de couvercle comme "quelque chose qui serait sorti de ces films de science-fiction ou de la TV; vous devez le voir pour le croire."


Dernière édition par le Sam 01 Déc 2007, 12:03, édité 2 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici

Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Empty

Masculin Age : 41
Nombre de messages : 13009
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 20033
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1966

le Mer 28 Nov 2007, 15:18
OVNIs AUX USA, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Edmonton Journal, Edmonton, Alberta, Canada, le 11 octobre 1966.

L'observation d'une 'Soucoupe' ruine l'existence d'un Shérif adjoint
ParJOHN DE GROOT
De la rédaction du Beacon Journal

Akron, Ohio (AP). -- En son monde ruiné de solitude et de cauchemars tordus, Dale Spaur se demande si le harcèlement finira jamais.

Cela a commencé il y a six mois par sept étapes vers l'enfer et une soucoupe volante.

Dans les heures précédent juste l'aube de la douce matinée du 17 avril le Shéri adjoint Spaur du comté de Portage a pourchassé une soucoupe volante sur 86 miles.

Maintenant c'est l'engin qui le poursuit.

Et il s'en cache de – étranger barbu observant à travers les tristes rideaux d'une minuscule chambre de motel à Solon, Ohio.

MARRIAGE ROMPU
Il n'est plus un shérif adjoint. Son mariage est brisé.

Il marche trois miles tout les jours pour un job de peintre à 80$ la semaine. Sa chambre de motel coûte 60$ par semaine. La cour lui a ordonné de payer à son épouse 20$ par semaine pour ses deux enfants.

Cela ne laisse exactement rien à Dale Spaur.

La soucoupe volante a fait cela.

"Si je pouvais changer tous ce que j'ai fait dans ma vie, "a-t-il dit, "je changerais juste une chose. Et ce serait la nuit où nous avons pourchassé cette fichue chose. Cette soucoupe."

Quatre autres officiers ont participé au drame d'avril:

IMAGE FLOUE
Le chef de la Police Gerald Buchert de Mantua, Ohio, a vu l'engin et l'a photographié. Les images n'ont pas été bien réussies.

L'Adjoint spécial W. L. Neff était dans la voiture de Spaur pendant la poursuite.

Le Patrouilleur Frank Panzanella a vu la fin de la poursuite à Conway, Pennsylvanie, où il travaille. Il a vu la soucoupe.

H. Wayne Huston était un officier de police à East Palestine, Ohio. Plusieurs mois après que la soucoupe ait passé au-dessus de lui dans la nuit, il a démissionné, et est allé à Seattle, Washington, où il conduit un autobus.

Aucun d'eux ne parlera de l'incident aujourd'hui.

Maintenant, Spaur revit la poursuite toutes les nuits en cauchemar. Il se réveille... tremblant et transpirant. Seulement dans sa chambre de motel.


Quand au réalisateur Steven Spielberg, il profitera bien mieux des événements auxquels ces policiers ont assisté en en faisant une scène de son film à grand spectacle "Rencontres du Troisième Type" qui a enchanté un vaste public qui n'a jamais entendu parler de Dale Spaur et de l'observation dans le comté de Portage.

OVNIS AUX ETATS-UNIS, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Los Angeles Times, Los Angeles, USA, le 12 octobre 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 71259665fb4

OVNIS rapportés dans le New Jersey et le Dakota du Sud

Des objets comme des 'manèges éclairés' décrit par la police et d'autres observateurs
Les autorités dans deux secteurs largement séparés - le New Jersey et le Dakota du Sud - ont rapporté des objets volants. Ces occurences étaient apparemment indépendantes.

Deux OVNIS ont été rapportés vus dans la nuit de lundi dans le secteur de Fort Thompson (Dakota du sud) le secteur, tous les deux ressemblant "des manèges éclairés." La première observation a été rapportée par le propriétaire d'un ranch de Kanabec, Roger Huston, à environ 21:00. Il a dit qu'une lumière bleuâtre a semblé suspendue au-dessus de la réserve indienne de Crow Creek à Fort Thompson.

L'observation a été corroborée plus tard par le patrouilleur motorisé Patrick Gribbin, le shérif Lee Robertset le garde-chasse Floyd Gaarder de Presho, tous ayant roulé dans la campagne vers les lumières.

Rejoint par un autre
Le premier objet s'est déplacé lentement d'une position au-dessus des têtes vers l'est et deux heures plus tard la police de Fort Thompson a indiqué qu'il était devenu plus intensément lumineux et a été rejoint par un autre objet dans le ciel. Les lumières sur le deuxième objet ont semblé tourner, ont dit les témoins, changeant du rouge au vert au jaune, alors que l'objet original allait de blanc à bleuâtre-vert à rouge.

Gribbin a indiqué qu'ils ont vu le premier objet d'un point à environ 20 miles à l'ouest de Fort Thompson. Le patrouilleur motorisé dit qu'il n'y avait aucun avion rapporté dans le secteur à ce moment.

Des centaines de milles à l'est, à Wanaque, dans le New Jersey, au moins cinq personnes - trois d'entre eux étant des policiers - ont rapportées avoir vu des OVNIS. Le patrouilleur William Pastor a indiqué qu'il a repéré "une lumière brillante" planant au-dessus du réservoir de Wanaque tandis qu'il était garé dans une voiture de patrouille tout près.

Les lumières s'éteignent
"J'ai allumé la lumière rouge sur la voiture de patrouille," a-t-il dit, "et la lumière sur l'objet s'est immédiatement éteinte."

Des observations ont été également rapportés au réservoir par la sergent Benjamin Thompson et le Patrouilleur Edward Western, tous les deux de la police du réservoir. Ils ont dit qu'un "objet lumineux" est apparu vers environ 23 heures, est passé au-dessus du réservoir des lacs Pompton vers le sud et est descendu derrière le barrage.

Deux autres personnes ont également rapporté avoir vu "atterrir un objet volant non identifié."

Le réservoir de Wanaque semble être un lieu de prédilection de quoi que ce soit que les témoins ont vu. L'été passé, plusieurs observations avaient été rapportés, y compris par un rédacteur de journal.

OVNIS EN CARLINE DU NORD, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Daily Star, Shelby, Caroline du Nord, USA, le 13 octobre 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 53869721ng5

Un Garçon de Lattimore Rapporte Avoir Vu une Soucoupe Volante
La dame non identifiée près de Waco qui a dit vendredi au Daily Star avoir vu une soucoupe en vol près de sa maison n'est pas le seul résidant non identifié du comté de Cleveland à repérer des objets volantes non identifiés dans les derniers jours.

Un étudiant de 18 ans de l'Ecole de Lattimore indique qu'il a vu deux soucoupes volantes à deux occasions séparées au cours de la semaine passée.

Le père du garçon a appelé le Daily Star ce matin pour rapporter les observations de son fils. Il a refusé de donner le nom du fils. "Ils pourraient se moquer de lui à l'école," a dit le père.

Le garçon a censément vu une soucoupe volante au-dessus de la famille, une maison communautaire de Double Springs dimanche dernier autour de 21 heures.

Le garçon dit qu'il a revu une soucoupe volante dans la nuit de vendredi autour de 21 heures dans le même secteur. Il dit que les deux n'ont fait aucune bruit et avaient des lumières rouges clignotantes.

La dame de Waco a également identifié l'objet volant qu'elle a vu en comme ne faisant aucun bruit et ayant des lumières rouges clignotantes.

OVNIS AUX ETATS-UNIS, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The New York Times, New York City, USA, le 15 novembre 1966.

'Soucoupes' triangulaires vues dans les cieux du Jersey

NEWARK, 14 novembre (UPI). -- Des objets volants non identifiés ont été rapportés dans quatre sections séparées du New Jersey nordique hier. Les objets ont été décrits comme triangulaires de forme et de couleurs changeantes de rouge au blanc au vert.

Mme Joseph Liantino de East Orange a dit qu'elle conduisait avec son mari et deux enfants le long du Garden State Parkway quand elle a vu "un gros disque dans le ciel planant au-dessus de Brielle." Elle a dit qu'il avait changé de couleur à plusieurs reprises.

Environ 90 minutes plus tard, Ronnie Hemmel a rapporté voir un objet lumineux à trois pointes au-dessus de sa maison dans Caldwell.

Puis, deux heures plus tard, un autre objet a été rapporté aperçu à Colonia se promenant au-dessus pendant environ une heure. "Il ressemblait à une étoile," a dit Frederick Urrutia, qui a remarqué qu'il y avait là 17 autres témoins regardant l'objet planant dans le ciel.

A la même heure, des policiers à Woodbridge ont rapporté avoir reçu quatre appels de personnes qui ont dit qu'elles étaient "en train de regarder les soucoupes volantes."

OVNIS EN OHIO, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Dayton Journal-Herald, Dayton, Ohio, USA, on October 21, 1966.

3 Objets Volants Vus

WILMINGTON, Ohio. -- Un chauffeur de camion de East Liverpool, Ohio, a dit qu'il a vu "trois, objets ronds en forme de disque et métalliques entourés par des anneaux" alors qu'il conduisint entre Cincinnati et Columbus sur la route inter-états 71 dans la nuit de mardi.

La patrouille des autoroutes d'état de l'Ohio a cité Larry Clark, 38 ans, comme disant qu'il a vu les objets alors qu'il se garait à une station service à trois miles au sud de l'intersection entre la route 68 de l'Ohio et la route inter-états 71.

La patrouille autoroutière a dit que Clark a perdu de vue les objets quand il s'est arrêté, mais qu'il a insisté sur le fait que les objets étaient métalliques, parce qu'il pourrait les voir "étinceler."

La patrouille a rapporté l'incident à la base aérienne de Wright-Patterson à Dayton.


Dernière édition par le Sam 01 Déc 2007, 20:21, édité 1 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Empty

Masculin Age : 41
Nombre de messages : 13009
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 20033
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1966

le Mer 28 Nov 2007, 15:28
DR. JAMES E. MCDONALD, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The New York Times, New York City, USA, le 21 octobre 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 31nyt21oct1966xi7

LE PHYSICIEN MARQUE LE STATUT DES 'SOUCOUPES'
Il dit que la Science est 'délinquante' sur la recherche dans les rapports
Par EVERETT CLARK
Spécialement pour le New York Times

WASHINGTON, 20 oct. -- Un scientifique de l'Arizona a invité aujourd'hui à un "changement radical" de la recherche sur les objets volants non identifiés pour déterminer si certains pourraient venir d'un autre monde.

Le Dr. James E. McDonald a dit dans une interview que la science avait été contrevenante dans son rejet des ci-devant "soucoupes volantes" avec trop peu de tentatives pour trouver des explications physiques ou psychologiques.

Le Dr. McDonald est professeur de météorologie à l'université de l'Arizona et physicien senior à l'Institut de la Physique Atmosphérique là-bas.

Il a dit que 18 ans de "gabegie administrative" par l'Armée de l'Air, qui est chargée d'étudier les phénomènes aériens, et un "debunking" délibéré du gouvernement sur des observations d'OVNIS avait dissuadé les scientifiques et jeté une confusion inutile dans l'esprit du public.

Tandis que n'importe quelle tentative d'expliquer des soucoupes comme des visiteurs extraterrestres semble "absurde," cette explication semble également maintenant "la moins pire hypothèse" pour au moins certaines observations, a dit le Dr. McDonald.

"Je pense que c'est un problème d'importance scientifique du premier ordre," a dit le Dr. McDonald. "Il a été négligé et mal présenté mal et il exige une attention des plus élevée."

Le grand chercheur au cheveux couleur sable détient des diplômes en physique, chimie et météorologie. Pendant environ 12 ans, il a interviewé toutes les personnes qui dans la région de Tucson ont rapporté avoir vu des objets peu ordinaires dans le ciel.

"Je n'ai jamais grand étonnement jusqu'à ce printemps," a-t-il indiqué. Puis une éruption d'observations à travers le pays et l'attention congressionnelle à la question a éveillé son propre intérêt.

Depuis lors, il a passé la majeure partie de son temps à téléphoner, voyager et examiner la question OVNI.

Il a été annoncé le 6 oct. que l'Université du Colorado à Boulder avait été choisie pour mener des investigations indépendantes par l'Armée de l'Air de rapports d'objets volants non identifiés. Le Dr. Edward U. Condon dirigera les phases scientifiques du travail.

Parce qu'il [McDonald] pense que l'Armée de l'Air a mal rempli son rôle, traitant les rapports de soucoupes "à un niveau très faible de compétence scientifique," il voit un besoin de recherche concourante par des "instances qui ne sont pas parties prenantes" - la National Science Foundation ou encore mieux, la NASA.

Tandis que ses recherches l'ont convaincu il n'y a aucune tentative de "dissimuler un super top-secret," il dit qu'il a trouvé des preuves dans des documents de l'Armée de l'Air que la C.I.A. en 1953 a demandé que l'Armée de l'Air "déboulonne" les rapports de soucoupes parce qu'ils obstruaient des canaux de communications militaires essentiels et demandaient trop d'heures de recherche.

La C.I.A a réitéré aujourd'hui un rapport qu'elle a fait plus tôt ce mois après que le Dr. McDonald ait discuté ses vues avec des journalistes de l'Arizona.

Ils ont indiqué que l'agence avait aidé à analyser des rapports d'observation dans les débuts des années 50 pour aider à déterminer si certains objets "pourraient provenir d'outre-mer."

L'Armée de l'Air à ce moment-là a conclu qu'elle n'a eu aucune évidence que les objets aperçus étaient hostiles, étaient des "engins artificiels" d'une puissance étrangère, ou étaient d'origine extraterrestre.

"Actuellement, le sujet des OVNIS est une responsabilité de l'Armée de l'Air et nous n'avons absolument aucun intérêt à gonfler ou nier n'importe quelle information concernant, ou opinion concernant les OVNIS", a conclu le rapport de l'agence.

OVNIS AUX ETATS-UNIS, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The New York Times, New York City, USA, le 25 octobre 1966.

Objets non identifiés dans le ciel aperçus à Goldsboro, Caroline du Nord

GOLDSBORO, Caroline du Nord, 24 octobre (AP). -- Un certain nombre de résidants de Goldsboro, y compris des aviateurs à la base aérienne voisine de Seymour Johnson, ont rapporté avoir vu des objets volants non identifiés objecte la nuit passée.

Au moins 10 personnes ont dit qu'elles avaient vu des objets faire clignoter des lumières vertes et rouges dans le ciel.

Une autre a rapporté avoir vu une lumière blanche verdâtre clignoter à travers le ciel.

Une femme a dit qu'elle a vu une lumière clignoter au-dessus de la piste d'envol à la base et a téléphoné à la station de radar de la base. Les aviateurs ont dit qu'ils ont vu l'objet mais n'ont pas pu le détecter sur le radar.

RANDOLPH TOWNSHIP, 24 oct. (AP). -- Deux policiers, le sergent Robert Lizum et le Patrouilleur Leslie Mills, ont rapporté avoir vu un objet volant non identifié, "comme une fusée éclairante dansant à travers l'horizon," la nuit passée dans cette communauté du Comté de Morris.

OVNIS UY ETATS-UNIS, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The New York Times, New York City, USA, le 30 octobre 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Mr5mx6t0

Un Physicien Ici Pense que des 'Soucoupes' sont Ses Ballons
Un physicien de New York a dit hier qu'il était responsable de plusieurs des objets non identifiés qui ont été repérés dans les dernières années au-dessus des Etats-Unis et du Canada.

Le physicien Serge A. Korff, directeur du programme de recherche cosmique à l'Université de New York, a dit une conférence de la science de la jeunesse au Club des Explorateurs que plusieurs des observations avaient été des ballons géants envoyés pour examiner la haute atmosphère.

Les ballons, a-t-il dit, sont de 300 à 400 pieds de large et parce qu'ils sont partiellement gonflés, prennent des formes étranges quand ils montent.

"Aux altitudes élevées, ils reflètent souvent la lumière du soleil et deviennent visibles aux spectateurs au-dessous dans le secteur où le soleil vient de se coucher ou va se lever," a-t-il dit.

Durant les 30 dernières années, a-t-il dit, plus de 110 vols pour détecter les rayons cosmiques ont été réalisés par l'Université de New York. Des vols semblables sont commandités par environ 15 à 20 autres organismes, a-t-il dit.

Le Dr. Korff, un ancien président de l'Explorer's Club, n'a pas attribué toutes les observations aux ballons d'exploration.

En attendant, les résidants du comté du Suffolk ont rapporté voir un objet planant avec des lumières clignotantes dans la nuit de jeudi et vendredi matin.

Plus de 100 personnes, y compris plusieurs policiers, ont dit qu'ils ont vu l'objet au-dessus des communes des plages sur l'est de Long Island. Un policier a décrit l'objet comme ressemblant à "une grande étoile blanche."

C'était la seconde telle apercevoir dans le comté du Suffolk en une semaine.

LES SOUCOUPES DU DR. CONDON, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The New York Times, New York City, USA, le 16 novembre 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 9t38xo71

L'ETUDE DES SOUCOUPES GAGNE DE L'ACCEPTATION

Condon dit que beaucoup de gens cherchent à aider le travail de l'Université du Colorado
Par EVERETT CLARK
Spécialement pour le New York Times

GAITHERSBURG, Maryland, 15 nov. -- Un plan de l'Armée de l'Air pour faire étudier à des experts universitaires les objets volants non identifiés obtient une "bonne acceptation" dans le monde académique, a dit le Dr. Condon aujourd'hui.

Le Dr. Condon, professeur de physique à l'Université du Colorado, mène l'effort dans le cadre d'un contrat de recherches de 313.000$ de l'Armée de l'Air annoncé au début du mois dernier.

Maintenant que les élections sont terminées - Le Dr. Condon s'est présenté comme Régent de l'Université en tant que démocrate et perdu - il approche sa tâche éthérée avec sérieux.

"Je faisais campagne comme un fou et au diable les soucoupes volantes," a-t-il dit aujourd'hui.

Un joyeux homme de 64 ans, le Dr. Condon est arrivé ici aujourd'hui portant un chapeau de cow-boy blanc pour l'inauguration du nouveau complexe de laboratoires à 120 millions de Dollars du Bureau National des Normes en cette ville, qui est à 20 miles au nord-ouest de Washington. De 1945 à 1951, il a dirigé le Bureau à son ancien emplacement à Washington.

Aucune tendance à Ridiculiser
Dans une interview à la nouvelle librairie du bureau, le Dr. Condon a dit qu'il avait reçu 300 ou 400 lettres depuis que sa nouvelle tâche a été annoncée, notant qu'un grand nombre de gens voulaient un emploi ou voulaient aider le projet d'une autre manière.

"La chose importante est qu'un bon nombre de gens é la fois en sciences physiques et psychologiques à d'autres universités sont intéressés," a-t-il dit. "Il n'y a aucune tendance à ridiculiser le projet à ce niveau."

Les lettres ont également apporté un certain abus de personnes qui croient que les soucoupes portent des visiteurs de l'espace, mais pensent que l'Armée de l'Air ne laissera jamais le Dr. Condon dire cela, même s'il en devenait convaincu.

"Ils disent des choses comme, 'celui qui paye dicte sa conclusion'", dit le Dr. Condon. "Je suis sûr que nous ne pourrons pas les persuader du contraire."

"J'admets que je ne m'attends pas à ce que nous trouvions des visiteurs de l'espace mais je ne suis pas contre ça," a-t-il dit. "Après tout, ça serait la découverte du siècle - la découverte de plusieurs siècles - ou du millénaire, je suppose."

Puis, avec ses yeux bruns pétillants derrière des verres bordés d'or, il a rappelé qu'il avait par le passé été un journaliste lui-même et a dit qu'il voyait peu de danger qu'il néglige une telle histoire.

"Je l'écrirai moi-même," a-t-il insisté, "je ne vous laisserais pas en avoir la primeur!"


Dernière édition par le Sam 01 Déc 2007, 20:22, édité 2 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Empty

Masculin Age : 41
Nombre de messages : 13009
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 20033
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1966

le Mer 28 Nov 2007, 15:29
La tâche la plus difficile jusqu'ici avait été de planifier comment étudier des phénomènes aériens. Le Dr. Condon a dit que l'Armée de l'Air voudrait des équipes pour enquêter sur le terrain partout où une soucoupe est rapportée vue.

Mais ceci pose de difficiles problèmes de "gestion du temps", a dit le Dr. Condon.

"La plupart de ces choses sont tellement fichtrement élusives et évanescentes que vous n'êtes pas en mesure de pouvoir arriver avec des types avec l'équipement que vous voudriez avoir," a-t-il dit.

Des équipes de secours, telles celles des services de santé publique qui aident à traiter les épidémies ont été suggérées. Mais un médecin a précisé "qu'une épidémie reste là à attendre que vous arriviez," a dit le Dr. Condon.

L'essentiel de l'étude, qui durera jusqu'à environ février 1967, pourrait devoir consister en interviews très prudentes. Cependant, le Dr. Condon a dit que lui et ses associés exploreraient toutes les voies.

Ce que l'US Air Force avait demandé était que le programme universitaire de recherche mène des enquêtes sur le terrain, en mettant à contribution les autres universités, d'où ces lettres proposant de l'aide.

Ce que fait le Dr. Condon ici, après avoir montré qu'il avait envoyé les soucoupes "au diable" parce que sa campagne électorale était plus importante, c'est de freiner des quatre fers en argumentant que les enquêtes sur le terrain ne seraient pas possible au motif spécieux que quand les enquêteurs arrivent, la soucoupe est déjà partie.

OVNIS AUX U.S.A., 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The New York Times, New York City, USA, le 29 novembre 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Dvd8dews

Le Suffolk Rapporte Encore des OVNIS

Spécialement pour le New York Times

HAUPPAUGE, L. I., 28 oct. -- La Police du Comté du Suffolk a reçu plus de 50 appels la nuit dernière rapportant des objets volants non identifiés brillamment colorés au-dessus du rivage du sud de Long Island. A la Base Aérienne du Comté du Suffolk à Westhampton Beach, un porte-parole de l'Armée de l'Air a dit que la base avait reçu beaucoup d'appels semblables récemment. Il a dit que tous les objets avaient été classés comme étant "des étoiles, des avions ou probablement des satellites."

ARTICLE DE L'AUTEUR DE SF CLIFFORD D. SIMAK, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Edmonton Journal, d'Edmonton, Alberta, Canada, le 5 décembre 1966.

Croyez-vous aux soucoupes volantes? Y a-t-il des engins d'autres mondes arrivant dans notre atmosphère? Y a-t-il des explications secrètes derrière les observations qui restent classées comme objets volants non identifiés?

Pour le moment, c'est une question de conviction personelle, dit cet auteur scientifique qui a passé des mois de recherches pour préparer une série d'articles qui paraîtront chaque lundi dans notre journal.

Peut-être que ses efforts vous aiderons à vous faire une opinion.

Le voile du secret
Le rapport sur les objets non identifiés disparaît dans les canaux de communication de l'Armée de l'Air
PAR CLIFFORD D. SIMAK Minneapolis Star Science Writer

Kenneth Arnold a vu ses soucoupes volantes au-dessus du Mont Rainier le 24 juin 1947.

Là, le 23 septembre, le chef du Centre Technique du Renseignement Aérien (ATIC) a écrit au général commandant alors les Forces Aériennes de l'Armée en réponse à une demande verbale par le général qu'il lui soit donné un aperçu préliminaire des rapports d'OVNIS.

La réponse a indiqué qu'après cette étude préliminaire il était évident que les phénomènes rapportés étaient réels et il était instamment demandé qu'un programme permanent soit mis en place. La recommandation a été acceptée et le Projet Sign, le précurseur du Projet Blue Book d'aujourd'hui, est né.

Pas de Doutes
Lorsque le Projet Sign a été lancé, a écrit Edward J. Ruppelt, qui a plus tard servi pendant deux années en tant que chef du projet Blue Book, il n'a semblé n'y avoir aucun doute dans les ranks de l'Armée de l'Air que les OVNIS existent réellement. Y correspondait la confiance de ce que la réponse pourrait être obtenue en quelques mois.

Le consensus était qu'ils étaient soit des avions secrets russes ou qu'ils étaient d'origine interplanétaire.

L'Armée de l'Air a pris la situation tellement au sérieux, selon Ruppelt, que le mutisme sur les OVNIS a été mis en place dès juillet 1947. Un journaliste qui s'enquérait au sujet des OVNIS à ce moment-là a reçu approximativement "le même traitement que vous obtiendriez aujourd'hui si vous vous enquériez au sujet du nombre d'armes thermonucléaires stockées dans l'arsenal nucléaire des Etats-Unis."

Le peu qui est connu au sujet de l'histoire des débuts de la recherche OVNI par l'US Air Force est contenu en livre de Ruppelt, "Le rapport sur les objets volants non identifiés," publié par Doubleday en 1956, trois ans après que son auteur ait quitté le projet Blue Book. Dans l'avant-propos au livre, Ruppelt le désignait comme un rapport - excepté pour la forme de l'écriture, exactement ce qu'il aurait écrit s'il avait été invité à écrire un rapport officiel.

Dans une deuxième édition révisée de son livre, éditée en 1959, Ruppelt - en raison d'un changement de convictions ou peut-être de pressions d'une certaine sorte - a changé sa croyance sur les OVNIS. Mais l'essentiel de son livre est resté toujours sans changement en ce qui concerne l'histoire des recherches effectuées par l'US Air Force.

Il a assuré la direction du projet en septembre 1951 et a continué à en être le chef jusqu'à septembre 1953. Les mémorandums et la correspondance dans les dossiers lorsqu'il a repris le projet ont prouvé que dans les premières années la situation OVNIS a été considérée sérieuse. Les échelons les plus élevés dans l'Armée de l'Air voulaient une réponse rapidement, et une confusion qui s'est parfois élevée jusqu'à la panique a eu cours dans le Projet Sign.

Virages Brusques - Revirements Brutaux
Vers la fin de 1947, cependant, le projet s'était changé en opération routinière.

L'idée que les OVNIS pourraient être des engins volants russe a été rapidement dissipée. Une étude a prouvé qu'aucune structure construite par l'homme ne pourrait tolérer les accélérations rapides et les virages brutaux effectués par les OVNIS, et les corps d'un équipage humain ne le pourraient non plus.

En juillet, 1948, a rapporté Ruppelt, une "évaluation de la situation" a été rédigée. L'évaluation a indiqué que les OVNIS étaient interplanétaires. Elle est remontée vers le haut par les canaux de l'Armée de l'Air, et personne ne l'a arrêtée jusqu'à ce qu'elle aient atteint le défunt Général Hoyt S. Vandenberg, alors chef d'Etat-Major. Vandenberg l'a rejeté.

Aujourd'hui l'Armée de l'Air nie qu'un tel document ait jamais existé. Mais Ruppelt a affirmé l'avoir vu. Il était, a-t-il écrit, un document épais imprimé sur le papier formal Legal, avec une couverture noire avec "Top Secret" imprimé à travers la couverture.

Après que Vandenberg l'ait rejeté, la plupart des copies ont été brûlées. Toutes étaient censés l'être, mais Ruppelt a été convaincu que quelques copies avaient été gardées comme souvenirs. C'était bien après que toutes aient été censés avoir été envoyées à l'incinérateur qu'il a vu une copie.

Dewey J. Fournet Jr., qui travaillait en tant qu'officier de liaison entre l'ATIC et le Pentagone en 1952, a confirmé qu'un tel document a existé et dit qu'il l'a vu. Dans une lettre au Major Donald Keyhoe, directeur du Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens (NICAP), Fournet a indiqué, cependant, que puisqu'il a été classifié, il n'était pas libre d'en indiquer le contenu.

En juillet, 1949, a écrit Ruppelt, la politique de l'Armée de l'Air avait changée. La ligne officielle était maintenant que les OVNIS n'existent pas. Ruppelt fait remonter ceci de nouveau à l'"évaluation de la situation." Ce document avait essayé de prouver qu'ils existent, et avait été rejeté. Maintenant, l'attitude officielle était qu'ils n'existe pas, ce qui, après tout, était plus facile à prouver.

Le Projet Sign est devenu le Projet Grudge [Rancune] le 11 février 1949. Quand Ruppelt a plus tard demandé la raison de ce changement, il lui a été dit que c'était parce que le Projet Sign avait été compromis. Exactement ce en quoi il avait été compromis, personne ne l'a dit.

Rapport Final
Mais le changement de nom n'a fait aucune différence dans la politique. Il se basait toujours sur la décision que les OVNIS n'existent pas. Le Projet Grudge a sombré dans l'inactivité, et le 27 décembre 1949, un communiqué de presse de l'Armée de l'Air a annoncé que le projet avait été clôturé et qu'un rapport final serait rédigé.

Le rapport, quand il est sorti, a montré que 23 pour cent des observations sont des non identifiés. Une annexe au rapport, cependant, a essayé d'écarter la plupart de ceux-ci.

En peu de temps, une lettre est venue du bureau du directeur du Renseignement, précisant qu'il n'y avait eu aucun ordre pour terminer le projet. La réponse était que Grudge n'a pas été réellement arrêté mais que les rapports d'OVNIS étaient maintenant traités par les canaux normaux.

La situation a durée confortablement jusqu'à septembre 1951, quand un rapport sur une observation particulièrement intrigante a réveillé l'intérêt du Général C. P. Cabell, alors directeur du Renseignement. Cabell a demandé à l'ATIC un rapport personnel sur l'observation. Apprenant, pendant le rapport, les conditions dans lesquelles se trouvaient la recherche, Cabell a demandé un examen des 18 derniers mois de son opération. Ruppelt a été invité à en faire le rapport.

Le Projet Grudge a été rétabli le 27 octobre 1951. Puisqu'il avait été affecté à passer en revue le projet, Ruppelt était "l'expert" OVNI et a été assigné comme nouveau chef de projet. Ses ordres: faire le meilleur travail qu'il pourrait pour dépister les rapports d'OVNIS mais ne faire aucune spéculation sauvage.

Staff Of 10
Ruppelt, à ce moment-là, a eu 10 hommes comme personnel, par rapport aux trois cité en 1966 par le comité ad-hoc qui a recommandé la formation d'équipes universitaires pour faciliter les études des OVNIS.

Le nom du projet a été changé en Blue Book en mars 1952.

A ce moment-là, un certain sentiment s'accumulait apparemment dans l'Armée de l'Air pour une considération plus sérieuse du problème. Un groupe d'officiers, a rapporté Ruppelt, a recommandé qu'il était urgent de reconnaitre officiellement que les OVNIS étaient réels et qu'ils n'étaient pas de la terre.

Ils ont également demandé instamment que la classification de sécurité du projet soit augmentée pour conserver le secret jusqu'à ce que l'Armée de l'Air ait eu toutes les réponses, et qu'alors l'information serait donnée au public. Leur recommandation n'a pas eu de suites.

L'Armée de l'Air a assemblé un groupe de scientifiques le 12 janvier 1953, pour peser les preuves des OVNIS accumulées jusqu'ici. Quand le pannel a fini son travail, aucune conclusion n'a été donnée au public. Depuis lors, deux versions contradictoires ont été proposées.

En 1958, cinq ans après que le pannel s'était réuni, l'Armée de l'Air a publié une synthèse de ses recommandations. Selon la synthèse, le pannel avait conclu que les OVNIS ne constituaient aucune menace physique à la sécurité nationale. Il n'y avait aucune preuve "d'objets artificiels étrangers capables d'actes hostiles" et aucun besoin de révision des concepts scientifiques courants. Le pannel a suggéré "un programme intégré pour rassurer le public sur la totale absence de forces hostiles derrière les phénomènes."

Chaque Détail
Ruppelt, en son livre, a indiqué que le panneau a recommandé que le projet soit renforcé, la force investigatrice quadruplée en taille et fournie en personnel d'experts qualifiés, que des instruments de dépistages devaient être installés dans diverses parties du pays et que le public soit informé de tous les détails de cette recherche.

Le NICAP a affirmé que le pannel de 1953 avait été réuni par l'Agence Centrale de Renseignement (la C.I.A), bien qu'il n'ait eu aucune preuve de ceci [Mais ils avaient raison, la CIA ayant déclassifié le rapport de synthèse]. C'était en conformité avec la croyance de quelques autres investigateurs privés d'UFO que la C.I.A. et probablement d'autres agences gouvernementales étaient [aussi] intéressés aux OVNIS que l'Armée de l'Air.

Il y a quelques mois il est devenu évident que la C.I.A a été impliquée au moins dans le pannel de 1953. Sur demande de John Lear, le rédacteur scientifique du magazine Saturday Review, le Major Hector Quintanilla, directeur du projet Blue Book, a demandé la déclassification des minutes du pannel [Une copie avait été vue et lue par le scientifique James McDonald dans les archives de Blue Book]. La demande a été accordée par la C.I.A. [d'abord refusée] qui, cela s'est alors avéré, avait rassemblé le pannel.

Les minutes, telles que publiées, avaient été censurées. Il est impossible de savoir si beaucoup ou peu d-exament a été fait. Les minutes, telles que déclassifiées, rendent évident que la synthèse de 1958 de l'Armée de l'Air était un rapport plus précis que celui Ruppelt [le renforcement de Blue Book dont on l'avait assure n'était que de belles paroles]. Elles ont également rendu évident que les membres du Panel étaient loin d'être unanimes dans leur évaluation de toutes les phases de la situation.

Manque de Personnel
Quelques semaines après que le pannel ait terminé ses travaux, Ruppelt a indiqué qu'il a entendu annoncer que les recommandations (dans sa version) seraient suivies. Elles ne l'ont jamais été. Quand il a essayé de constituer son personnel, aucun personnel n'était disponible. Les projets de stations de détection avec du personnel et des caméras, couplées avec des radars, pour détectées les OVNIS, ont été décommandés.

Il y avait une nouvelle politique: Ne dites rien.

Aucun nouvel historien ne s'est présenter pour remplacer Ruppelt, ainsi l'information détaillée comme il l'a fournie manque après 1953.

Depuis cette époque, l'Armée de l'Air semble déterminée à rassurer le public de ce qu'il n'y a rien à craindre des OVNIS. Pour l'essentiel, les relations publiques sont cordiales, mais peu d'information signicative est disponible. Ceci, explique l'Armée de l'Air, est parce qu'il n'y a aucune information. Presque tous les observations sont expliqués comme étant des phénomènes ordinaires.

Les critiques se plaignent que plusieurs des explications ne sont rien de plus, juste des déclarations conçues pour expliquer les observations d'OVNIS, sans la moindre vraie tentative de les étudier.

Qui vivra verra
Ruppelt a terminé son livre en disant que seul le temps fournirait la réponse. Ls OVNIS pourrait être simplement des objets non identifiés, ou ils pourraient être des vaisseaux interplanétaires.

C'était en 1953. En 1959, Doubleday a publié une deuxième édition du livre. Ruppelt a ajouté trois nouveaux chapitres et en ces chapitres a argué du fait que tout les OVNIS pourraient être expliqué en termes conventionnels.

Pourquoi Ruppelt a-t-il fait cela? Personne ne peut le savoir. Il est mort peu de temps après.

Les critiques de l'Armée de l'Air ont crié "pressions." Mais ce ne sont que des spéculations. Personne ne sait la réponse.

Prochain article: William Van Horn explique ses théories sur les OVNIS.


Dernière édition par le Sam 01 Déc 2007, 20:14, édité 1 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Empty

Masculin Age : 41
Nombre de messages : 13009
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 20033
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1966

le Mer 28 Nov 2007, 15:31
OVNIS AUX ETATS-UNIS, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The New York Times, New York City, USA, le 6 décembre 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 11suge5s
Objet volant traîné sur la Côte

San Francisco, 5 déc. (AP). -- Un officier de la Patrouille Autoroutière de la Californie a dit aujourd'hui qu'il avait traîné un petit objet volant non identifié sur des miles dans la nuit de samedi près de San Carlos.

OVNIS AUX ETATS-UNIS, 1966:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The New York Times, New York City, USA, le 10 décembre 1966.

Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 W05jwo9w

'SOUCOUPE' RAPPORTEE DANS LE NORD DU JERSEY

WANAQUE, New Jersey, 11 oct. (AP). -- Des résidants et des policiers ont dit qu'ils ont vu un objet vol non identifié brillant au-dessus du réservoir de Wanaque la nuit dernière.

Ils ont décrit l'objet comme étant en forme de soucoupe, à peu près de la taille d'une automobile et incandescent d'un blanc brillant. Le réservoir, une partie du système d'approvisionnement en eau de Newark, est à environ 25 miles à l'ouest de Newark.

Le sergent Ben Thompson a dit qu'il a vu l'objet tandis qu'il a conduisait une voiture de patrouille près du réservoir.

"J'ai vu l'objet venir vers moi," a-t-il dit. "Il est allé directement au-dessus de ma tête, s'est arrêté en plein air et a reculé vers le haut. Il a alors commencé à zigzaguer de gauche à droite." "Il était si lumineux je ne pouvais pas en distinguer les caractéristiques," a-t-il ajouté.

Le sergent a dit qu'il a allumé la lumière rouge clignotante du toit de sa voiture.

"A l'instant même où je l'ai fait clignoter, l'objet a filé au loin au-dessus du réservoir et, sans passer derrière l'horizon, a disparu," a-t-il dit.

PIERRE, Dakota du Sud, 11 oct. (AP). -- Des lumières étranges dans le ciel et un bruit "comme une voiture sur une route de gravier" ont déclenché une vague d'intérêt pour les soucoupes volantes dans le Dakota du Sud la nuit dernière.

Les policiers ne voulaient aller jusqu'à dire que l'objet a paru être des soucoupes volantes, mais certains d'entre eux dans un rayon de 100 mile autour de Fort Thompson ont été conduits par des personnes intrigués qui pensaient cela.

L'AFFAIRE DU GAZ DES MARAIS, PAR CLIFFORD D. SIMAK:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Edmonton Journal, d'Edmonton, Alberta, Canada, le 12 décembre 1966.

Croyez-vous aux soucoupes volantes? Y a-t-il des engins d'autres mondes arrivant dans notre atmosphère? Y a-t-il des explications secrètes derrière les observations qui restent classées comme objets volants non identifiés?

Pour le moment, c'est une question de conviction personelle, dit cet auteur scientifique qui a passé des mois de recherches pour préparer une série d'articles qui paraîtront chaque lundi dans notre journal.

Peut-être que ses efforts vous aiderons à vous faire une opinion.

Rapports Luminescents
Le Désaccord Avec Des Conclusions Par L'Armée de l'Air Donne Une Publicité Spectaculaire A l'Observation d'OVNI
PAR CLIFFORD D. SIMAK
Minneapolis Star Science Writer

Les OVNIS sont venus dans le comté de Hillsdale au Michigan il y a environ 18 mois. Depuis lors, 37 observations ont impliqué des objets qui ne peuvent pas être identifiés.

De tous ces observations, seulement un, et celle-ci n'est pas la plus spectaculaire, a eu comme conséquence une large publicité. Ceci est expliqué par la parole donnée aux témoins de l'OVNI par William E. Van Horn, directeur de la défense civile du comté, qu'il ne divulguera pas les noms des gens qui lui fournissent des informations.

Van Horn considère que cela fait partie de son devoir comme chef de la défense civile que d'étudier les observations dans l'intérêt de la sûreté publique. Il a remarqué que dans quelques autres secteurs visités par des OVNIS les témoins rapportant ces incidents avaient été soumis au harcelement et a des humiliations par les agences investigatrices et le public. Cela a rendu Van Horn déterminé a ce que cela ne se produise pas dans son comté. Les gens, ceux qu'il dit croire, ont le droit de rapporter ce qu'ils voient sans courir le risque qu'on les fasse passer pour des imbéciles.

Cette politique a eu comme conséquence la coopération du public dans ses investigations, ce qui n'auraient pas autrement été possible. Les gens du comté de Hillsdale savent que ce qu'ils lui indiquent n'ira pas ailleurs que dans ses dossiers.

Rapport Formel
Celle des observations qui a gagné la publicité l'a gagnée non pas tellement parce qu'elle était particulièrement spectaculaire, mais parce que Van Horn était en désaccord avec des conclusions atteintes par l'Armée de l'Air des Etats-Unis et en a fait part dans un rapport formel défiant les résultats de l'Armée de l'Air.

Souscrivant entièrement au mode de fonctionnement de Van Horn, et coopérant avec lui, Richard Deller est le directeur de la sécurité de la ville de Hillsdale, le siège du comté. Deller est chef administratif de la police, des pompiers et des départements de santé de la ville.

La politique qui traite avec respect la confiance des témoins quant a leur idente et, dans la plupart des exemples, les details des observations, revient a une gestion officielle des informations. Ce peut être une situation de frustration pour un journaliste, mais cela produit des résultats du fait les gens n'ont pas peur de parler à leurs officiels. Le comté de Hillsdale, en conséquence, a un dossier exceptionnel d'information sur les OVNIS.

Pas d'Explications
Comme on aurait pu s'y attendre, on a rapporté beaucoup d'observations qui se sont expliquées comme des avions volant bas et d'autres phénomènes qui, traditionnellement, provoquent des rapports d'OVNIS. Les 37 incidents que Van Horn cite sont ces événements pour lesquels, pour le moment, aucune explication n'existe.

Le comté est agricole avec de larges, riches champs et bâtiments de fermes bien ordonnés. Avec une population de 8.500, la ville de Hillsdale a un certain nombre d'usines industrielles et est un centre marchand pour le secteur agricole environnant. Elle est intensément fière de l'université de Hillsdale, fondé en 1844. Elle a des intérêts culturels larges. Elle est aussi américaine qu'un champ de maïs. Ses habitants sont de solides citoyens du Midwest.

Il n'y a là aucune communauté arriérée où des croyances superstitieuses pourraient être un facteur des observations d'OVNIS. Ni non plus ne peut-on trouver de gens du comté de Hillsdale enclins à des cultismes qui provoquent souvent des contes sur des soucoupe volantes.

Près du Dortoir
Cette observation particulière qui a gagnée une large publicité est survenue dans la nuit du 21 mars passé. Des étudiantes à un des dortoirs à l'université de Hillsdale ont vu un objet avec des lumières incandescentes plonger depuis leurs fenêtres. Plus tard, l'objet, ou un autre infiniment comme lui, est revenu en vol plané au-dessus d'un secteur de parc en arrière du dortoir. Pendant la nuit, 90 à 100 étudiantes l'ont observé. Van Horn, appelé sur les lieux, a trouvé que l'objet était localisé 1.300 à 1.500 pieds du dortoir, et que parfois il a reposé sur ou près de la terre. Deux lumières étaient visibles. L'une qu'il a décrit comme "blanc sale," l'autre comme faiblement orange. Parfois, cependant, le brillant des lumières augmenterait, et le blanc devenait un blanc clair et l'orange un rouge lumineux. Quand ceci se produisait, l'objet montait à une hauteur de 100 à 150 pieds et ensuite revenait lentement de nouveau à sa position originale. Les deux lumières, à tout moment, ont maintenu une distance d'environ 25 pieds.

Van Horn a estimé le taux de montée et de descente à 25 à 30 pieds par minute. Parfois également, l'objet oscillait avec un mouvement latéral sans heurt. A aucun moment il n'a fait un bruit.

A un point pendant son observation, a rapporté Van Horn, une lueur venant du verso de l'objet a jaillie vers le haut, et il pouvait distinguer une surface convexe. Il estime qu'il pouvait voir la surface clairement pendant une période de 30 secondes à une minute.

"Gaz des Marais"
L'objet est demeuré visible pendant environ 5 heures et demie, de 23:00 jusqu'à 04:30 heure du matin. Van Horn a bien pu de pas vouloir publié les nouvelles de l'observation, mais il est difficile de garder le secret quelque chose qui a été vue par jusqu'à 100 personnes. Les nouvelles sont sorties.

Le 24 mars, le Dr. J. Allen Hynek, directeur de l'observatoire de Dearborn de l'Université du Nord-Ouest et consultant en matière d'OVNI de l'Armée de l'Air, est arrivé pour étudier l'observation. Sa conclusion: ce que les étudiants avaient vu était un gaz des marais [alias feu follet]. Egalement, dit-il "certains jeunes hommes avaient joué des farces avec des fusées." L'objet a-t-il dit, avait plané au-dessus de terres marécageuses, ce qui faisait que le gaz des marais semble l'explication la plus probable.

Dans une réponse formelle, Van Horn a répondu point par point à Hynek.

2 Jours Plus Tard
"L'incident de la fusée," a-t-il dit, ne s'est pas produit le 21 mars mais deux jours plus tard, quand deux jeunes hommes, espérant apparemment provoquer une autre "alarme" OVNI, couraient aux environs du secteur de parc avec des torches.

Hynek a pu ne jamais avoir vu de gaz de marais; mais Van Horn en a vu. Il a énoncé franchement que l'objet qu'il avait vu n'était pas du gaz de marais.

Le secteur au-dessus duquel l'objet a plané n'était pas non un marais. C'était, plutôt, un parc adjacent à l'université. Hynek n'avait pas visité le secteur et avait apparemment décidé que c'était un marais.

Hynek a mentionné que des bruits de petites explosions, tels que pourraient en faire des gaz de marais, avait été entendus. Il n'y avait eu, dit Van Horn, aucuns bruits - ni petites explosions ni autres.

Contestation les déclarations de Hynek, Van Horn a indiqué que la météo était bien trop froide pour la formation du gaz de marais et qu'un vent soufflait, suffisamment fort pour dissiper n'importe quel gaz s'il s'en était formé. Il a soutenu son rapport avec des données météorologiques.

Dans une annexe à son rapport, Van Horn a rapporté que l'enquête avait prouvé que le secteur au-dessus duquel l'objet a plané contenait une quantité anormale de radiation, non seulement dans le sol, mais dans les formes de vie animales et végétales trouvées là. Toute la vie microscopique de plantes et d'animaux dans un petit étang dans le secteur était morte.

Des taches blanches flottaient sur la surface de l'étang. L'analyse a montré que ce matériel blanc était du bore. La pureté de l'élément était d'environ 90 pour cent. Des quantités peu ordinaires de bore ont été trouvées dans le sol, également.

Le bore existe dans quelques sols en des quantités tellement minimes qu'on en parle comme d'un oligo-élément. Il est absent même a l'état de traces d'oligo-éléments dans les sols du comté de Hillsdale. Van Horn a demandé: d'où est-ce que ce bore est venu?

Article suivant: Conclusions atteintes par l'Aerial Phenomena Research Organization [APRO].


Dernière édition par le Sam 01 Déc 2007, 20:15, édité 1 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Empty

Masculin Age : 41
Nombre de messages : 13009
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 20033
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1966

le Mer 28 Nov 2007, 15:32
L'ARTICLE DE J. ALLEN HYNEK DANS LE SATURDAY EVENING POST, 1966:

Dans cet article du Saturday Evening Post du 17 décembre 1966, le Dr. J. Allen Hynek parle de ses années passées à examiner le phénomène OVNI. A cette époque, il avait commencé à s'exprimer publiquement sur le fait qu'il demeurait des cas d'observations d'OVNIS qui n'avaient pas pu être expliqués de façon conventionnelle. Cela faisait 18 années qu'il étudiait la question en tant que consultant scientifique de l'US Air Force en matière d'OVNIS sans jamais dire publiquement ce genre de choses. Il se retenait encore de critiquer l'Air Force ou de signaler des faits qui n'étaient pas connus du public (comme l'existence d'observations visuelles confirmées par des observations radar d'engins inconnus qui ne pouvaient être des avions conventionnels), car il souhaitait encore rester en bon terme avec l'Air Force pour rester leur consultant et continuer à avoir accès à ses dossiers d'observations. A ce moment, il pensait encore que le Comité Condon qui venait d'être chargé d'une étude scientifique civile du phénomène OVNI par l'US Air Force allait réellement et sérieusement traiter le sujet, ce que la plupart des personnes étudiant les OVNIS croyaient également. Plus tard, il dut constater que ce ne serait pas du tout le cas.


Dr. J. Allen Hynek

LES SOUCOUPES VOLANTES SONT-ELLES RELLES?

Par J. Allen Hynek

Pendant des années l'Armée de l'Air les a écartées comme étant des canulars, des hallucinations ou des identifications erronées. Maintenant, le propre consultant scientifique des forces aériennes sur les objets volants non identifiés déclare que plusieurs des observations ne peuvent pas être si facilement expliqués.

Le 25 Août 1966, un officier de l'Armée de l'Air responsable d'une équipe de missile dans le Dakota du Nord a soudainement constaté que ses transmissions radio étaient interrompues par des charges statiques. A ce moment, il était abrité dans un abri bétonné à 60 pieds au-dessous de la terre. Tandis qu'il essayait d'éclaircir le problème, du personnel de l'Armée de l'Air sur la surface a rapporté voir un OVNI - un objet volant non identifié haut dans le ciel. Il avait une lumière rouge brillante et il semblait s'élever et descendre alternativement. Simultanément, un équipage de radar sur la terre a détecté l'OVNI à 100.000 pieds.

C'est ainsi que commence un rapport OVNI vraiment embarrassant - un rapport qui n'est pas explicable comme on le fait maintenant pas des causes familières telles que ballons, avions, satellites ou météores. "Quand l'OVNI s'est élevé, les parasites statiques se sont arrêtés," énonçait le rapport rédigé par le directeur des opérations de la base. "L'OVNI a commencé à se balancer et à piquer. Il a alors semblé atterrir à quinze milles au Sud du secteur. Le commandement du site de missiles a envoyé une équipe d'intervention (des gardes fortement armés de l'Armée de l'Air) pour contrôle. Quand l'équipe était à environ dix miles du site de l'atterrissage, le contact par radio a été rompu avec eux par des parasites statiques. Cinq à huit minutes plus tard la lueur a diminué, et l'OVNI a décollé. Un autre OVNI a été visuellement aperçu et confirmé par le radar. Celui qui a été aperçu la première fois est passé sous le second. Le radar a également confirmé ceci. Le premier est parti à bonne altitude vers le nord, et le seconde a semblé disparaître avec une lueur rouge."

Cet incident, qui n'a pas été rapporté dans la presse, est typique des cas embarrassants que j'ai étudiés pendant les 18 années où j'ai servi de consultant en matière scientifique des forces aériennes sur le problème des OVNIS. Ce qui rend le rapport particulièrement frappant est le fait qu'un autre incident s'est produit près de la base quelques jours plus tôt. Un officier de police - un homme digne de confiance - a vu en plein jour ce qu'il a appelé "un objet sur sa tranche flottant en descendant le flanc d'une colline, vacillant d'un côté sur l'autre à environ dix pieds de la terre. Quand il a atteint le fond de la vallée, il s'est élevé à environ cent pieds, toujours incliné sur son bord, et s'est déplacé à travers la vallée vers un petit réservoir."

L'objet, qui avait environ 30 pieds de diamètre, est ensuite apparu comme étant aplati, et un petit dôme a été visible sur sa partie supérieure. Il a plané au-dessus de l'eau pendant environ une minute, s'est alors déplacée vers un petit champ, où il a semblé se poser. Il n'a pas touché la terre, cependant, mais plané à une hauteur d'environ 10 pieds à environ 250 pieds de loin du témoin, qui se tenait prêt de sa voiture de patrouille garée. L'objet s'est alors incliné vers le haut et a disparu rapidement dans les nuages. Une histoire fantastique, pourtant j'ai moi-même interviewé le témoin dans ce cas-ci et je suis personnellement convaincu qu'il est sans reproche.

Pendant les années où j'ai été son conseiller, l'Armée de l'Air a systématiquement argué du fait que les OVNIS étaient des canulars, des hallucinations ou des interprétations fausses de phénomènes normaux. Pour la plupart je serais d'accord avec l'Armée de l'Air. En tant qu'astronome professionnel - je suis Président du département de l'astronomie à l'université du nord-ouest - je n'ai eu aucun mal à expliquer la grande majorité des observations rapportées.

Mais je ne puis pas les expliquer toutes. Des 15.000 cas qui sont parvenus à mon attention, plusieurs centaines sont embarrassantes, et certains des incidents embarrassants, peut-être un sur 25, sont ahurissants. J'ai ai voulu en apprendre beaucoup plus au sujet de ces cas que ce que j'ai pu obtenir par les rapports ou les témoins.

Ces cas spéciaux ont été rapportés par les personnes fortement respectées et intelligentes qui avaient souvent eu une formation technique, astronomes, opérateurs de tour de contrôle d'aéroports, anthropologues, officiers de l'Armée de l'Air, personnel du FBI, médecins, météorologues, pilotes, opérateurs de radar, pilotes d'essai et professeurs d'université. Pendant des années, dans l'Armée de l'Air j'ai argué du fait que ces cas peu communs nécessitaient beaucoup plus d'étude que ce qui était fait. Maintenant, finalement, l'Armée de l'Air a commencé une recherche scientifique sérieuse sur le phénomène des OVNIS.

Le public, je suis certain, veut savoir ce qu'il doit croire - ce qui peut être cru - au sujet des "histoires de soucoupes volantes" qui semblent devenir de plus en plus sensationnelles. En toute loyauté avec l'Armée de l'Air, et avec une appréciation profonde de ses problèmes, je sens maintenant que c'est mon devoir de parler du mystère OVNI entièrement et franchement. Je parle en tant que scientifique avec une expérience unique. Au mieux de mes connaissances, je suis le seul scientifique qui a passé presque 20 ans à suivre la question des OVNIS dans ce pays et dans tous les autres pays et qui a également lu de milliers de rapports et a personnellement interviewé de nombreux observateurs d'OVNIS.

Découvrir la vérité des "soucoupes volantes" a été extraordinairement difficile parce que le sujet engendre automatiquement tant de réactions immédiates et tant de croyances passionnées. Presque tous mes collègues scientifiques, je regrette de le dire, ont ricané aux rapports d'OVNIS comme étant de pures bêtises, bien que cela ait été une réaction des plus anti-scientifique puisque pratiquement aucun d'eux n'avait jamais étudié les preuves. Jusque récemment mes amis en sciences physiques ne parlaient même pas d'OVNIS avec moi. Le sujet, en fait, a été rarement soulevé. Mes amis étaient de toute évidence éberlués de ce que moi, un scientifique, j'ai pu me mêler à des affaires de "soucoupes volantes." C'était comme si j'avais été un chanteur d'opéra qui s'était soudainement mis en tête de faire des show dans un cabaret. C'était tellement inconvenant qu'on ne saurait même pas l'aborder dans une conversation polie.

Tandis que les scientifiques se riaient des OVNIS sous cape, un certain nombre de groupes de citoyens enthousiastes disaient au public que les "soucoupes volantes" existent vraiment. Les croyants des OVNIS ont accusé l'Armée de l'Air de cacher l'existence des "soucoupes volantes" pour éviter une panique publique. Puisque j'étais le consultant en la matière de l'Air Force, ces groupes m'accusent d'avoir trahi ma qualité de scientifique, parce que je n'ai pas admis que les OVNIS existent. J'étais le faire-valoir de l'Air Force, son astronome docile, un homme davantage concerné par la préservation de ses honoraires de conseiller que par la révélation de la vérité au public.

J'ai reçu beaucoup de lettres m'attaquant moi pour ne pas attaquer l'Armée de l'Air. Un auteur typique a précisé qu'en tant que scientifique ma première allégeance était envers "les faits." Il a continué en énonçant, "toute personne qui a de près suivi l'histoire des OVNIS sait que beaucoup de rapports ont reçu des explications de façons telles que ces explications peuvent seulement être qualifiées de risibles."

Une autre lettre typique déclarait: "malgré le fait que l'Armée de l'Air affirme (ou est chargé d'affirmer) que les OVNIS n'existent pas, je pense que le bon sens dit à la plupart d'entre nous qu'ils existent. Il y a eu trop de personnes responsables au cours des années qui ont eu des expériences terrifiantes impliquer des OVNIS. Je pense que notre gouvernement insulte l'intelligence de nos citoyens en gardant pour eux les informations concernant les OVNIS."

La question des OVNIS est devenue une guerre de croyances. Un côté, fidèle à la position de l'Armée de l'Air et soutenu par "l'establishment scientifique," sait que les OVNIS n'existent pas; l'autre côté sait que les OVNIS représentent quelque chose de complètement nouveau dans l'expérience humaine. Et ensuite nous avons le reste du monde, la grande majorité des gens qui, s'ils s'interrogent au moins un peu à ce propos, ne savent pas quoi penser.

La question de si les OVNIS existent ne devrait pas être une bataille de croyances. Ce doit être un sujet d'analyse calme, raisonnée, scientifique.

En 1948, quand j'ai entendu parler pour la première fois des OVNIS, j'ai pensé qu'ils aient été non-sens total, comme tout scientifique le pensait. La plupart des premiers rapports étaient tout à fait vagues: "je suis entré dans la salle de bains pour boire de l'eau et j'ai regardé par la fenêtre et j'ai vu une lumière brillante dans le ciel. Elle se déplaçait en haut et en bas et en longueur. Quand j'ai regardé encore, elle était partie."

A cette époque, j'étais le directeur de l'observatoire de l'Université d'Etat de l'Ohio à Columbus. Un jour j'ai eu une visite de plusieurs hommes du centre technique de la base aérienne de Wright-Patterson, qui était à seulement 60 miles de Dayton. Avec un certain embarras visible, ces hommes ont fini par évoquer le sujet des "soucoupes volantes" et m'ont demandé si je voulais bien servir de conseiller de l'Armée de l'Air à ce sujet.

Le travail n'a pas paru être du genre à prendre trop de temps, j'ai donc été d'accord. Quand j'ai commencé à passer en revue des cas, j'ai supposé qu'il y avait une explication naturelle pour toutes les observations - ou du moins il y en aurait une si nous pouvions découvrir assez de données au sujet des incidents plus embarrassants. J'ai généralement souscrit aux vues de l'Armée de l'Air, que les observations étaient les résultats d'identifications erronées, de canulars ou d'hallucinations.

Pendant les années à venir je n'ai eu aucune difficulté à rejeter la plupart des cas qui m'étaient rapporté à moi, mais quelques-uns étaient assez déroutant pour me faire m'interroger - des cas que l'Armée de l'Air classeraient plus tard comme "non identifié." Laisser moi souligner le point que l'Armée de l'Air prononçait son propre avis sur chaque cas; je donnais simplement une opinion. J'ai bientôt constaté que l'Armée de l'Air avait une tendance à améliorer ses explications préliminaires tout en compilant ses résumés annuels; un avion "possible" est souvent devenu un avion "probable." Je me suis rappelé la légende grecque de Procruste, qui a essayé d'adapter tous les hommes à son lit. S'ils étaient trop longs, il les coupait; s'ils étaient trop courts, il les étirait.

Contrairement à ses déclarations publiques, l'Armée de l'Air n'a jamais vraiment consacré assez d'argent ou d'attention au problème des OVNIS pour arriver à traiter à fond les cas embarrassants. Le programme d'évaluation des OVNIS de l'Air Force, connu sous le nom de "Projet Blue Book", est logé dans une seule pièce à Wright-Patterson. Pendant la majeure partie de son histoire, le Projet Blue Book était dirigé par un capitaine. Ce seul fait indiquera à n'importe qui au courant des procédures militaires la position relative du Projet Blue Book dans l'organigramme de l'Air Force. Le personnel, qui se composait habituellement de deux officiers et d'un sergent, a dû tenter de décider, sur la base des rapports peu précis, des causes de toutes les observations OVNIS rapportées à l'Armée de l'Air. De 1947 à 1965, le Projet Blue Book a passé en revue 10.147 cas. En utilisant les critères de l'Air Force, le projet en a identifié 9.501, en laissant plus de 600 qui ont été classés comme non identifiés.

D'ici 1952 mon sentiment que l'Armée de l'Air n'étudiait pas les rapports assez sérieusement m'a mené à écrire un papier suggérant que le sujet ait mérité une étude beaucoup plus approfondie. En 1953 l'Armée de l'Air a donné aux OVNIS plus d'attention, bien que toujours pas assez, à mon avis. Un panneau de certains des meilleurs scientifiques dans le pays a été assemblé sous la direction de Howard P. Robertson, un physicien distingué de Cal Tech. Le Panel Robertson a discuté OVNIS pendant quatre jours. La plupart des cas, par ailleurs, n'étaient pas aussi embarrassant que certains de ceux que nous avons maintenant. De plus, il a été présenté au Panel seulement 15 rapports pour étude détaillée parmi les quelques centaines qui s'étaient accumulés à ce moment, bien que le Panel ait rapidement passé en revue beaucoup d'autres cas. C'était comme demander à Madame Curie d'examiner une petite fraction du pechblende qu'elle a raffiné et s'attendre à ce qu'elle en sorte le radium.

J'ai été listé en tant que membre associé du Panel, mais mon rôle était vraiment plutôt celui d'un observateur. Après exécution de son bref aperçu, le Panel a conclu que "les preuves présentées sur les objets non volant volants non identifiés n'ont montré aucune indication que ces phénomènes constituent une menace physique directe à la sécurité nationale," et que "nous croyons fermement qu'il n'y a là aucun résidu de cas ce qui indiquent des phénomènes qui seraient attribuables à des objets artificiels étrangers capables d'actes hostiles, et qu'il n'y a aucune preuve que les phénomènes demandent un besoin de révision des concepts scientifiques courants." Il est intéressant de noter l'expression "nous croyons fermement," une expression plus appropriée pour une église qu'à la fraternité scientifique.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Empty

Masculin Age : 41
Nombre de messages : 13009
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 20033
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1966

le Mer 28 Nov 2007, 15:32
Le rapport de Robertson est immédiatement devenu la justification principale de la position de l'Air Force - il n'y a rien dont il faille s'inquiéter - et elle est demeurée telle à ce jour. Je n'ai pas été invité à signer le rapport, mais je n'aurais pas signé si cela m'avait été demandé. J'ai estimé que la question était plus compliquée que le Panel le croyait et que l'histoire pourrait un jour juger que le panel avait agi à la hâte. Les hommes ont pris juste quatre jours pour émettre un jugement sur un sujet de perplexité lequel j'avais fait des recherches pendant plus de cinq ans sans pouvoir y trouver une solution qui me satisfasse.

En 1953, l'année du rapport de Robertson, s'est produit un des cas les plus embarrassants que j'ai étudiés. On l'a rapporté d'abord à Black Hawk dans le Dakota du Sud, et puis à Bismarck, Dakota du Nord, pendant la nuit du 5 Août et tôt le matin du 6 Août. Un certain nombre de gens à Black Hawk ont rapporté voir plusieurs objets étranges dans le ciel. Ce qui a rendu ces rapports particulièrement significatifs était le fait que ces gens étaient des observateurs qualifiés - ils faisaient partie du réseau national des civils qui exerçaient une surveillance pour alerter en cas d'intrusion de bombardiers ennemis.

Approximativement au même moment, des blips non identifiés sont apparus sur l'écran radar de la base aérienne d'Ellsworth, qui se trouve près de Black Hawk. Un chasseur F-84 a été dirigé dans le secteur et a rapporté voir l'OVNI. Le pilote a transmis par radio qu'un des objets a semblé être au-dessus de Piedmont dans le Dakota du Sud, et qu'il se déplaçait deux fois plus rapidement que son chasseur à réaction. Il était "plus lumineux que l'étoile la plus brillante" qu'il ait jamais vu. Quand le pilote a donné la chasse, la lumière "a juste disparu." Cinq civils au sol, qui avaient observé le jet pourchasser la lumière, ont confirmé le rapport du pilote.

Plus tard un deuxième F-84 a été envoyé en l'air et orienté sur l'OVNI, qui était toujours visible sur le radar au sol. Après plusieurs minutes, le pilote a rapporté voir un objet avec une lumière d'intensité variable qui a alterné du blanc au vert. Tandis que le pilote poursuivait l'OVNI, il a noté que le voyant de son viseur avait clignoté, indiquant que le radar de son avion avait effectué un verrouillage sur la cible. L'objet était droit en avant de son avion mais à une altitude légèrement plus haute. Il s'est alors élevé très rapidement. Quand le pilote a vu qu'il perdait désespérément du terrain, il a interrompu la chasse. Les opérateurs radar au sol ont suivi le jet revenant de l'interception, tandis que l'OVNI continuait à voler jusqu'à sortir de la portée du radar.

Pendant que l'objet filait au loin vers le Nord, la base aérienne d'Ellsworth a informé le centre de commande des observateurs à Bismarck, à 220 miles au Nord, où un sergent est sorti sur le toit et a vu un OVNI. L'Armée de l'Air n'avait aucun avion à Bismarck qui pourrait être envoyé à la poursuite de l'OVNI, qui finalement a disparu plus tard cette nuit.

J'ai fait une enquête sur cette observation moi-même et je n'ai pas pu trouver une explication satisfaisante. Dans mon rapport, j'ai noté que "tout l'incident, à mon avis, a trop de ressemblance avec Alice au Pays des Merveilles pour être confortable."

C'était à peu près à cette époque que quelques-uns de ceux qui croyaient fermement aux OVNIS ont étés dégoûtés de l'Armée de l'Air et décidés de prendre l'affaire en main, tout comme les Vigilantes du vieil Ouest; ils se sont organisé "pour faire le travail que l'Armée de l'Air ne faisait pas." Ces groupes composés de personnes de milieux divers, étaient souvent les destinataires des rapports intrigants qui ne sont jamais parvenus à l'attention officielle du Projet Blue Book. Le premier groupe de cette sorte aux Etats-Unis a été l'APRO (Organisation de Recherches sur les Phénomènes Aériens), fondé en 1952 et se portant toujours très bien, de même que le NICAP (Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens) qui a été organisé plusieurs années après.

Au fur et à mesure que les années passaient, j'ai appris de plus en plus de choses sur la nature globale des observations d'OVNIS. D'abord j'avais supposé que c'était un phénomène purement américain, comme avaler des poissons rouges. Mais les rapports d'observations ont continué à arriver de partout dans le monde jusqu'à ce que 70 pays aient été sur la liste. En tant que scientifique, j'étais naturellement intéressé à corréler toutes les données; un zoologiste étudiant les fourmis rouges en Utah veut par exemple savoir ce qu'il en est d'une nouvelle espèce trouvée le long de l'Amazone. Mais quand j'ai suggéré à l'Armée de l'Air que les attachés de l'Air à l'étranger soient employées pour recueillir des rapports sur des observations à l'étranger, on m'a rembarré. Personne en position d'autorité n'a semblé vouloir prendre le temps des officiers avec un sujet si embarrassant.

Graduellement, j'ai commencé à accumuler les cas que je ne pouvais vraiment pas expliquer, des cas rapportés par des gens dignes de confiance et sincères que j'ai souvent interviewé en personne. J'ai constaté que les personnes rédigeant ces rapports ne savaient souvent pas grand chose à propos des OVNIS avant leur expérience, qui les avait déroutés et complètement effrayé. Craignant le ridicule, ils étaient souvent peu disposés à rapporter leur observation et l'ont seulement fait par un sens du devoir et d'un énorme désir d'obtenir une explication rationnelle pour leur expérience irrationnelle. Une lettre typique qui m'avait été envoyée se concluait avec la phrase: "espérant vous ne penserez pas que je suis fou, mais tant pis si vous le pensez, sincèrement votre."

Nous avons eu beaucoup de rapports de personnes de bonne réputation, pourtant nous n'avons eu aucune preuve scientifiquement incontestable - des films authentifiés, des spectrogrammes des lumières rapportées, des "matériaux" - sur quoi nous aurions pu émettre un jugement. Il n'y a aucune photographie correctement authentifiée pour prouver aucune des descriptions vives et éloquentes des observations visuelles. Certaines des prétendues "photographies" sont des canulars avérés. D'autres montrent peu de détail; elles pourraient être quelque chose. Certains montrent une quantité considérable de détails, mais ne peuvent pas être authentifiées.

Les indices des OVNIS, alors, étaient entièrement sans preuve physique. Mais est-ce que tous ces citoyens responsables qui ont fait des rapports étaient dans la confusions ou victimes d'hallucinations? C'était une question scientifique intrigante, pourtant je ne pouvais trouver aucun scientifiques pour en discuter.

L'opinion générale des scientifiques était que les OVNIS ne pouvaient pas exister, donc ils n'existent pas, donc moquons-nous de l'idée. Ceci, naturellement, est une violation des principes scientifiques, mais l'histoire de la science est remplie de tels exemples. Quelques scientifiques ont refusé de regarder les taches solaires par le télescope de Galilée, expliquant que "puisque le soleil était parfait, il ne pouvait pas avoir des taches, et donc il était inutile de regarder." D'autres scientifiques ont refusé de croire en l'existence des météorites; qui serait assez idiot pour penser qu'une pierre pouvait tomber du ciel?

De temps en temps j'invitais l'Armée de l'Air à effectuer une étude plus complète du phénomène, mais rien n'en est jamais sorti. J'ai commencé à me sentir réellement frustré. Tandis que les années s'écoulaient, j'ai continué à trouver des cas qui m'ont embarrassé tandis que j'examinais des rapports pour le Projet Blue Book. Les gens qui avaient peur que l'Armée de l'Air ricane de leur leurs rapports ont commencé à m'envoyer des lettres qui étaient souvent détaillées et bien écrites au sujet de leurs expériences. L'Armée de l'Air n'a jamais essayé d'influencer mon opinion sur aucun des cas, mais de temps en temps le service négligeait mes évaluations. Et en plus, je n'ai pas été consulté sur quelques cas principaux. (un des plus récente était l'incident très bien publié faisant participer deux policiers à Ravenne, Ohio, le printemps dernier.)

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Empty

Masculin Age : 41
Nombre de messages : 13009
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 20033
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1966

le Mer 28 Nov 2007, 15:32
Puis, de 1958 à 1963, les rapports d'OVNI ont commencé à diminuer en qualité comme en quantité, et j'ai estimé que peut-être l'ère des "soucoupes volantes" était enfin sur le déclin et qu'elles disparaîtraient bientôt. Mais depuis 1964 il y a eu une forte augmentation dans le nombre des observations embarrassantes. Les cas plus impressionnants semblent correspondre à un pattern. Les OVNIS avaient eu une lueur rouge brillante. Ils planaient à quelques pieds au-dessus du sol, émettant un gémissement aigu. Des animaux à proximité ont été terrifiés, souvent avant que l'OVNIS ne soit vu par les gens qui ont plus tard rapporté l'incident. Quand les objets se décidaient à disparaître, ils le faisaient en quelques secondes.

Un paradoxe très réel commençait maintenant à se développer. En tant que consultant de l'Air Force en matière d'OVNIS, j'avais acquis dans l'oeil du public une réputation d'être un debunker d'OVNIS. Cependant, en privé, je devenais de plus en plus préoccupé par le fait que des gens avec de solides réputations, qui n'ont eu aucun espoir possible de gagner quelque chose en rapportant un OVNI, ont continué à décrire des incidents "d'outre-monde."

En juillet, 1965, j'ai écrit une lettre à l'Armée de l'Air appelant encore à une étude systématique du phénomène. "Je sens qu'il est de ma responsabilité de préciser," ai-je écrit, "qu'assez d'observations troublantes ont été rapportées par des personnes intelligentes et souvent techniquement compétentes pour justifier une attention plus particulière que celle que le Projet Blue Book pourrait donner au sujet à l'heure actuelle."

Puis, en mars de cette année, sont venus les rapports des observations maintenant célèbres des "gaz des marais" dans le Michigan. Lors de deux nuits différentes, en des endroits séparées par 63 miles, presque 100 personnes ont rapporté voir des lumières rouge, jaune, et vertes incandescentes au-dessus de secteurs marécageux. Quand j'ai reçu les premiers comptes rendus de ces OVNIS, j'ai identifié immédiatement que mes dossiers comportaient des observations bien meilleures, plus logique et plus articulés que ces dernières observations. Néanmoins, l'incident avait suscité une attention tellement grande dans la presse que je me suis rendu dans le Michigan avec l'espoir qu'il y aurait là un cas que je pourrais employer pour attirer l'attention des scientifiques sur le problème des OVNIS. Je voulais que les scientifiques prennent le phénomène en considération.

Mais quand je suis arrivé dans le Michigan, j'ai bientôt découvert que la situation était tellement chargée d'émotions qu'il était impossible que je fasse la moindre recherche vraiment sérieuse. L'Armée de l'Air m'a laissé presque totalement tout seul, ce qui voulait dire que j'ai du parfois me tailler un chemin à travers les foules de journalistes qui encerclaient les témoins principaux que je devais interviewer.

La région entière a été quasiment saisie d'hystérie. Une nuit à minuit je me suis retrouvé dans une voiture de police filant vers le lieu d'une observation rapportée. Nous étions en contact par radio avec d'autres voitures de patrouille dans le secteur. "Je le vois" disait une voiture, "il est là," disait une autre, "il est à l'est du fleuve près de Dexter" une troisième. De temps en temps je pensais même le voir moi-même.

Finalement plusieurs voitures de patrouilles se retrouvées au même carrefour. Les hommes jaillissaient des voitures et montraient le ciel avec excitation. "Regardez, il est là! Il se déplace!"

Mais il ne se déplaçait pas. "Il" était l'étoile Arcturus, indéniablement identifié par sa position par rapport à la poignée de la grande ourse. Une démonstration attristante pour moi.

Au milieu de cette confusion, j'ai reçu un message de l'Armée de l'Air: il y aurait une conférence de presse, et je publierais un rapport au sujet de la cause des observations. Cela ne m'a rien valu de protester, de dire que je n'avais eu jusqu'ici aucune vraie idée ce qui avait causé les observations rapportées dans les marais. Je devais tenir une conférence de presse, prêt ou pas.

En recherchant une explication justifiable des observations, je me suis rappelé un appel téléphonique d'un botaniste de l'Université du Michigan, qui a attiré mon attention sur le phénomène du "gaz de marais" ou feu-follet. Ce gaz, provoqué par le pourrissement de la végétation, était connu pour s'embraser spontanément et pour jeter une lumière clignotante. La lueur est bien connue dans la chanson et dans les contes comme "jack-o-lantern," "feu de renard," et "wil-o'-the-wisp." Après en avoir appris plus au sujet des gaz de marais par d'autres scientifiques du Michigan, j'ai décidé que c'était une explication "possible" que j'offrirais aux journalistes.

La conférence de presse, cependant, s'est avérée n'être aucunement l'endroit pour des discussions savantes: c'était un cirque. Les cameramen de TV me voulaient à un endroit, les hommes de la presse écrite en un autre, et pendant un moment les deux groupes me tiraient réellement par les bras. Chacun exigeait une explication simple et spectaculaire pour les observations. Ils voulaient de petits hommes verts. Quand j'ai distribué un rapport discutant des gaz de marais, plusieurs des hommes ont simplement ignoré le fait que j'ai dit que ce pouvait être une raison "possible." J'ai observé avec horreur pendant qu'un reporter parcourait la page, y trouvait l'expression "gaz de marais," l'a soulignée, et s'est précipité vers un téléphone.

Un trop grand nombre d'articles de journaux du lendemain ont non seulement dit que les gaz de marais étaient certainement la cause des observations dans le Michigan, mais ont aussi impliqué que c'était aussi la cause d'autres observations d'OVNI. Je suis sorti de la ville aussi rapidement et aussi tranquillement que je l'ai pu.

J'ai supposé que l'incident du gaz des marais, qui est devenu le sujet de bandes dessinées qui m'ont beaucoup fait rire, était le point le moins important de mon association avec les OVNIS. L'expérience était une preuve très évidente que l'excitation publique avait atteint un point tel qu'il était ridicule d'attendre d'un professeur, le seul travaillant dans ce domaine, qu'il puisse conduire une recherche savante. Nous avions tout à fait clairement atteint une nouvelle phase dans le problème des OVNIS.

Trois semaines après l'incident du Michigan j'ai comparu dans une audition à propos des OVNIS qui a été conduite par le Comité des Forces Armées de la Chambre. J'ai précisé au comité que j'avais un dossier de "vingt cas en particulier d'OVNIS correctement rapportés que, en dépit du caractère, de la compétence technique et du nombre de témoins, je n'ai pas pu expliquer. Une dizaine de ces rapports ont été rédigés par des scientifiques ou par les individus fortement qualifiés, cinq ont été faits par des membres des forces armées ou de la police, et cinq ont été faits par d'autres personnes dignes de confiance. Le comité a invité l'Armée de l'Air à donner une attention continue à ce sujet et a été assuré que ce serait le cas par le Ministre de l'Air le Dr. Harold Brown.

Une enquête sérieuse dans la nature d'OVNIS serait à mon avis déjà justifiée juste sur la base des cas embarrassants qui ont été rapportés pendant les deux dernières années. Il me semble qu'il y a maintenant quatre explications possibles pour les phénomènes:

Un, ils sont un non-sens total, le résultat de canulars ou d'hallucinations. Ceci, naturellement, est la position qu'un certain nombre de mes collègues scientifiques ont adoptée. Je pense qu'assez d'indices accumulés exigent maintenant que le fardeau de prouver ceci incombe aux critiques qui crient à la fraude. Et si les OVNIS sont simplement des hallucinations, ils méritent toujours un étude intensive; nous devons apprendre comment les esprits de tant d'hommes tellement différents peuvent être ainsi trompé pendant tant d'années.

Deux, les OVNIS sont une certaine sorte d'arme militaire testée secrètement. Cette théorie est facilement éliminée. Les engins secrets sont habituellement testés dans des secteurs géographiques très limités. Pourquoi les Etats-Unis, ou un autre pays, devraient-ils les tester dans une masse de nations? Le problème d'empêcher une brèche dans la sécurité serait impossible.

Troisièmement, les OVNIS viennent vraiment de l'espace. Je suis d'accord avec l'Armée de l'Air. Il n'y a aucune preuve incontestable, dans la mesure où je puisse le voir, pour dire que nous avons des visiteurs extraterrestres. Mais il serait idiot d'éliminer totalement cette possibilité.

Juste pour les besoin de la discussion, laissez-moi énoncer le cas dans sa lumière la plus favorable. Nous tous souffrons du provincialisme cosmique - la notion que nous sur cette terre sommes d'une façon ou d'une autre uniques. Pourquoi notre soleil devrait-il être la seule étoile dans l'univers à soutenir une vie intelligente, quand le nombre d'étoiles est un 1 suivi de vingt zéros?

Des étoiles naissent, vieillissent et meurent, et il semble maintenant que la formation des systèmes planétaires fasse partie de ce processus évolutionnaire. Vous compteriez trouver des planètes autour d'une étoile tout comme vous trouvez des chatons autour d'une chatte ou des glands autour d'un chêne. Supposez que seulement une étoile sur 10 soit entourée par un système planétaire qui abrite la vie, vie; cela signifie que le nombre d'étoiles supportant la vie dans l'univers serait 1 suivi de 19 zéros.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
Les ovnis dans la presse en 1966 - Page 2 Empty

Masculin Age : 41
Nombre de messages : 13009
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 20033
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1966

le Mer 28 Nov 2007, 15:33
Nous savons également que certaines étoiles sont de beaucoup de millions d'année plus anciens que notre soleil, ce qui signifie que la vie ailleurs dans l'univers a pu avoir évolué beaucoup de millions d'années au-delà de notre état actuel. Cela pourrait signifier que d'autres planètes dans d'autres systèmes solaires ont pu avoir résolu le problème du vieillissement, que nous commençons à attaquer aussi maintenant. Si une durée de vie atteignait 10.000 ans, disons, un voyage de l'espace de 200 à 300 ans serait relativement court. Dans ce temps il serait possible d'atteindre quelques systèmes planétaires éloignés du nôtre.

Une civilisation fortement avancée, telle que celle je postule, garderait naturellement un oeil sur le progrès de la vie ailleurs dans sa galaxie. Tous les signes de progrès scientifique inhabituel pourraient être assez de raison pour envoyer un véhicule de reconnaissance découvrir ce qui se passe. Il s'est bien passé ces dernières années que nous avons fait une avance très importante de cette sorte; le développement de l'utilisation de l'énergie nucléaire.

C'est toujours de la "science-fiction," naturellement, mais laissez moi prolonger l'histoire d'un cran. Certains des sceptiques qui ricanent aux observations d'OVNIS rapportés demandent souvent pourquoi les "soucoupes volantes" n'essayent pas de communiquer avec nous. Une réponse pourrait être; pourquoi le devraient-ils? Nous n'essayerions pas de communiquer avec une nouvelle espèce de kangourou que nous pourrions trouver en Australie; nous observerions simplement ces animaux.

Y a-t-il un raccordement entre les observations rapportés d'OVNI et la probabilité scientifique de la vie ailleurs dans notre galaxie? Je ne sais pas. Je ne trouve aucune preuve absolue que ce soit le cas, mais je ne le rejette pas d'emblée.

La quatrième explication possible des OVNIS est que nous traitons un certain genre de phénomène naturel dont jusqu'ici ne pouvons pas trouver l'explication ni même la concevoir. Réfléchissez à la façon dont notre connaissance de l'univers a changé en 100 ans. En 1866 nous ne savions rien du tout au sujet de l'énergie nucléaire, nous ne savions même pas que l'atome a un noyau. Qui aurait rêvé il y a 100 ans que la télévision serait inventée? Qui peut dire quels faits étonnants nous découvrirons sur notre monde dans les 100 années à venir?

Toutes ces possibilités méritent une considération sérieuse et maintenant, enfin, elles l'obtiendront. En Octobre l'Armée de l'Air a annoncé qu'une recherche complète sur les OVNIS sera menée à l'Université du Colorado par une équipe de scientifiques distingués, dirigée par le Dr. Edward Condon, l'ancien directeur du Bureau National des Normes.

Je ne puis pas m'empêcher de ressentir un petit parfum de triomphe et de revanche personels. La nuit où ceci a été annoncé, mon épouse et moi sommes sortis et avons bu un verre pour le célébrer.

Je suis particulièrement heureux que le comité de Condon aura le temps de travailler sur le problème parce que je ne puis pas imaginer que quiconque de qualifié pour parler avec autorité de tout le phénomène d'OVNI sans avoir au moins lu au moins quelques rapports originaux (et non pas des résumés) parmi les quelques milliers existant, et soit complètement au courant de la nature globale des observations d'OVNIS rapportées. Les cas vraiment embarrassants et les rapports exceptionnels d'OVNI sont peu nombreux comparés à la masse des rapports faibles.

Récemment j'ai dîné avec plusieurs membres du comité de Condon. Quel plaisir c'était que de s'asseoir avec des hommes qui avaient une ouverture d'esprit au sujet d'OVNIS, qui ne m'ont pas regardé comme si j'étais un Martien moi-même. Pour la première fois d'autres scientifiques, qui apparemment s'étaient tous posé la question, ont ouvertement parlé des rapports. Un scientifique majeur m'a écrit l'autre jour: "depuis un certain temps maintenant j'ai été convaincu de la réalité de ce phénomène, me basant sur des rapports dans les médias d'information générales. Il m'a semblé que même avec un grand nombre de rejets, il y a un noyau d'observations fiables que nous ne pouvons pas écarter. Deux fois dans les dernières semaines, j'ai énoncé mes vues sur le sujet dans de petits groupes informels d'amis respectables et savants, et j'ai constaté qu'ils étaient stupéfaits que je prenne ce sujet au sérieux. C'est pourquoi je sais qu'il vous a fallu un certain courage pour en parler."

Je voudrais suggérer deux étapes supplémentaires pour aider à résoudre le problème des OVNIS:

D'abord toutes les données valables que nous avons accumulées - de bons rapports venant de partout dans le monde - doivent être informatisées de sorte que nous puissions rapidement comparer de nouveaux observations aux patterns de comportement d'OVNIS des cas anciens.

En second lieu, nous avons besoin de bonnes photographies d'OVNIS. Bien que l'Armée de l'Air ait probablement fait moins de dépenses consacrées aux OVNIS jusqu'ici qu'elle n'en a fait pour son budget corbeilles à papier. Je me rends compte qu'il est impraticable de s'attendre à ce que le service installe un système coûteux de surveillance des "soucoupe volantes" à travers le pays. Quand un OVNI est repéré, le témoin terrifié prend habituellement immédiatement le téléphone et appelle la police locale, qui a manqué des douzaines d'occasions dans le passé d'enregistrer les phénomènes sur film. Je recommande que chaque chef de la police dans le pays s'assure qu'au moins une de ses voitures de patrouille emporte dans sa boîte à gant un appareil photo chargé avec une pellicule couleur. Les appareils photo, qui pourraient également être employés pour le travail habituel de la police, pourraient être fournis par des groupes civiques ou de service. (Je porte un appareil photo dans ma serviette à tout moment.)

En conclusion, je voudrais souligner mes vues sur ce sujet controversé. Pendant toutes mes années d'association avec l'Armée de l'Air, je n'ai jamais vu n'importe quelle preuve pour l'accusation au sujet des OVNIS la plus souvent formulée contre ce service: celle qu'il y aurait là une dissimulation délibérée de leur connaissance de visiteurs de l'espace pour empêcher le public de paniquer. Toute l'histoire de l'Armée de l'Air et des OVNIS peut être comprise seulement si nous nous rendons compte que le Pentagone n'a jamais cru que les OVNIS pourrait être quelque chose de neuf, et qu'ils ne le croient toujours pas. L'hypothèse de travail de l'Armée de l'Air a été que le stimulus derrière chaque rapport d'OVNI (indépendamment des quelques canulars et de quelques hallucinations) est une identification erronée d'un objet conventionnel ou d'un phénomène naturel. C'est aussi simple que cela.

Maintenant après qu'un retard de 18 ans, l'Armée de l'Air et la science américaine sont sur le point d'essayer pour la première fois, pour de bon, de découvrir ce que nous pouvons croire au sujet des "soucoupes volantes."

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum