Marque-page social
Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre | Les mystères des Ovnis sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
Lorsque certains ufologues s'aventurent dans le domaine du paranormal Aujourd'hui à 18:40Loreline1970/1974/1996/1997/1998: 5 Observations (le sud de la France)Aujourd'hui à 16:25StarfullLe METI : Où sont les extraterrestres ?Aujourd'hui à 13:43elisaliseProjet Camelot / Stargate / Remote viewingAujourd'hui à 13:25elisaliseNouveau membreAujourd'hui à 11:09Polyèdre57PrésentationAujourd'hui à 10:34Polyèdre57Message télépathique et Technologies (1973)Aujourd'hui à 09:37TikoM.A.J.Le thème: Ovni ou L(lueur)vni? par O.D.H.TvAujourd'hui à 07:59TikoLe gouvernement Français et le secret sur les OVNIs. Aujourd'hui à 00:45Polyèdre57(2009) j'ai vu un OVNI triangulaireAujourd'hui à 00:42angelo85observation du 5 juillet 2002Hier à 23:11StarfullSondage : Quel est le cas le plus intrigantHier à 14:47Polyèdre57Bonjour tout le mondeHier à 14:43Polyèdre57Qu'est-ce que réfléchir sur le sujet OVNI ?Hier à 14:20Nanou TiLe voyage temporel est-il possible?Hier à 05:25Hunuinuile bureau des OVNI britannique nous révèle tout enfin presqueVen 22 Mar 2019, 18:06R-Mès2018: le 13/12 à 18h12 - 2 points lumineux - -Saône-et-Loire (dép.71)Jeu 21 Mar 2019, 23:00Polyèdre57Quand le Pentagone étudie les ovnis dans le plus grand secret. Un article du New York TimesJeu 21 Mar 2019, 20:00AntigravitronTo be or not to be.Jeu 21 Mar 2019, 00:27Polyèdre57Lumières rouges oranges très vives (22/04/2017-21h32 à 21h47)Mer 20 Mar 2019, 23:28StarfullNouveau venu dans la communautéMer 20 Mar 2019, 23:23Starfull2019: le 14/01 à 19h00 - Lumière étrange dans le ciel - Charneux -Non préciséMer 20 Mar 2019, 11:56Polyèdre57nouvelle venue dans le forumMar 19 Mar 2019, 11:54Polyèdre57La lueur des OVNIs.Lun 18 Mar 2019, 22:19moimoi(2008) le 01/08/08 Triangle noir à 0H15 (prés d'Orleans)Dim 17 Mar 2019, 21:27Polyèdre57Les descriptions de triangles tentative de synthèseDim 17 Mar 2019, 16:11Polyèdre57(2018) "Les apparitions mondiales d'humanoïdes" d'Eric ZURCHERDim 17 Mar 2019, 00:29LorelineUne émission sur BTLV : « Les Ovnis dans l’Histoire » par Egon Kragel : Ovnis, un sujet brûlantSam 16 Mar 2019, 17:58marsouin55Documentaire 06: "Enlevés" de Stéphane AllixSam 16 Mar 2019, 13:53elisaliseLe phénomène OVNI en Argentine :Ven 15 Mar 2019, 21:08Hocine
Annonce
Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 13006
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 19909
Réputation : 85
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Les ovnis dans la presse en 1954

le Lun 26 Nov 2007, 20:38
Rappel du premier message :

LA VAGUE FRANCAISE DE 1954 DANS LA PRESSE:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien, le 2003. France Dimanche, le Dimanche 10 Octobre 1954, page 4.


Les cas de la vague Française de 1954 sont documentés ici.

A 400 kilomètres de distance, c'est la même soucoupe qu'ont vue, semble-t-il, M. Cyprien Bacqué (ci-dessus, à gauche) et M. Georges Gatey (ci-contre, à droite en médaillon). Les dessins qu'ils ont fait l'un et l'autre du phénomène qu'ils ont observé (ci-dessus au centre) se ressemblent, en effet, étonnamment. M. Bacqué, ingénieur architecte, a vu l'engin mystérieux au-dessus de Pau, à dix milles mètres d'altitude, en même temps que des milliers de Palois. M. Gatey, chef de chantier, l'a vu à un mètre au-dessus du sol et à quinze mètres de distance au bord d'une carrière, près de Marcilly-sur-Vienne, en même temps que les six ouvriers qui travaillaient avec lui. Pour M. Bacqué, qui l'aperçut à onze heure, le 30 Septembre, il s'agissait d'une sphère évoluant dans les stratus, de couleur rouge, d'où sortaient quatre tubes. L'ingénieur l'observa au télescope pendant trois quart d'heure avant qu'elle ne disparaisse vers l'ouest. C'est, il y a huit jours, à 16 h 30, que M. Gatey vit soudain l'engin arrêté. Devant la soucoupe se tenait un petit homme de 1 m 50 avec un casque de cuir et des bottes (Ci-dessus, à droite) Un rayon cloua le témoin sur place. L'homme regagna l'engin qui s'éleva par petite saccades et disparut. M. Bacqué et M. Gatey ne se connaissent pas.

LA VAGUE FRANCAISE DE 1954 DANS LA PRESSE:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Charente Libre, France, page 2, le 11 octobre 1954.



De mieux en mieux

A Tourriers, une trentaine de témoins ont vu pendant près de vingt minutes un "cigare volant"
Les douze coups de minuit venaient de sonner. Dans la salle du café-restaurant du "Relais des as du volant", situé en bordure de la Nationale 19, à la sortie de Tourriers, des consommateurs attardés bavardaient vendredi soir avec le barman. Six jeunes gens d'Angoulême, parmi lesquels se trouvaient le fils de M. Alexandre, jouaient au billard. La conversation portait, bien entendu, sur les soucoupes volantes. Une demi-heure avant, un routier, chauffeur de la maison Guillot, de Poitiers, n'avait-il pas dit avoir vu en passant près des carrières des Chauvauds, cinq points lumineux sur le sol.

M. Pruneau, le patron du Relais, avait écouté son récit en souriant, puis, haussant les épaules: "Moi, ces histoires de soucoupes volantes, avait-il dit, je n'y crois guère! Tant que je n'en aurais pas vu une..." Et il était monté se coucher.

C'est alors qu'un routier devait faire irruption dans la salle: "Venez, les gars, venez voir ce qu'il y a au-dessus de la route!" Il expliqua qu'en descendant la pente qui conduit à Tourriers, quand on vient de Poitiers, il avait aperçu dans la lueur de ses phares une grosse masse qui s'était élevée du bord gauche de la route puis s'était arrêtée à une certaine hauteur où elle se trouvait encore.

Si une salle de café fut jamais rapidement évacuée, ce fut bien celle du Relais cette nuit là. Bientôt tous les habitants de la maison d'ailleurs, étaient sur la route, certains pieds nus ou en tenue légère. Il y avait là, en dehors des routiers et des consommateurs du bar, M. et Mme Pruneau, réveillés par leur commis, Henri Brigandet et Tony Blanc, chauffeurs des usines Dassault de Paris, les chauffeurs de la maison Duboué de Bordeaux, ceux de la maison Lachin, d'Oléron Sainte-Marie, ceux des Docks des Alcools de Paris et bien d'autres encore arrivés sur ces entrefaites et qui s'étaient arrêtés, intrigués par tous ces gens, le nez en l'air.

C'est ainsi qu'environ 30 personnes virent distinctement - la nuit étant relativement claire - une sorte de gros ballon de rugby (ce sont les propres termes employés par M. Pruneau) immobile à environ une quarantaine de mètres du sol. L'engin sur lequel on de distinguait aucune lumière portait à sa pointe comme deux petites ailettes. Il pouvait mesurer environ 4 m. 50 de long et 1 m. 50 à 2m de diamètre.

Il demeura ainsi sans le moindre mouvement, sans émettre le moindre bruit pendant près de vingt minutes.

A un certain moment, les spectateurs médusés de cet étrange spectacle eurent l'impression que l'engin redescendait vers la route. Ils se précipitèrent tous en courant, mais à ce moment précis le "cigare" remonta, mais cette fois beaucoup plus haut qu'avant.

Bientôt d'ailleurs, il devait, toujours silencieux, se mettre en mouvement, puis prendre de la vitesse et disparaître à l'allure d'un avion commercial, dans la direction d'Angoulême.

Inutile de dire quel est, depuis samedi, le principal objet de toutes les conversations à Tourriers et que M. Pruneau - sans toujours croire, bien sûr, aux "soucoupes volantes" et aux histoires de Martiens - se demande tout de même avec perplexité quel pouvait bien être l'engin mystérieux qu'il n'y pas été le seul à voir.

UN ENGIN LUMINEUX A SAINT-CLAUD
M. Puygelier, 24 ans, chauffeur chez M. Prévotel, à Saint-Claud, rentrant de son travail au volant de son camion, a aperçu, dans la nuit du 8 au 9 octobre, vers 23 heures, au lieu dit Bel-Air, à 500 mètres du bourg, un engin lumineux de forme allongée, ressemblant à un oeuf gigantesque. M. Puygelier vit l'engin descendre, puis se balancer quelques instants à faible hauteur, pour finalement se poser derrière une haie, à quelques mètres de la route.

Saisi d'une grande frayeur, il poursuivit son chemin jusqu'à St-Claud. Puis, remis de ses émotions, il revint accompagné d'un témoin. L'engin avait disparu, mais au même endroit ils distinguèrent une silhouette humaine immobile, sur le talus et d'une taille qu'ils ne sauraient préciser, vu l'obscurité!

Le lendemain matin, de nombreux St-Claudais se rendirent sur les lieux où ils purent voir une traînée longue d'environ trois mètres et où l'herbe était complètement brûlée. Alentour, le gazon était fortement piétiné.

On se perd en conjecture et toutes les hypothèses sont émises...

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France, le 11 octobre 1954.



UN AUTOMOBILISTE CALAISIEN A VU

Un grand disque bleuté surmonté d'une coupole se déplaçant sans bruit au-dessus de la route
Calais (A.F.P.).

Plusieurs habitants de Calais ont aperçu samedi matin, vers 9 h. 45 un engin brillant qui évoluait dans le ciel en adoptant, selon les témoins, de curieuses formes.

D'autre part, un automobiliste de Calais a vu, dans la nuit de vendredi au-dessus de la route de Boulogne-sur-Mer, un engin non identifié qu'il croit être une soucoupe volante.

Il était 21 h. 15, a raconté l'automobiliste lorsque vers la gauche, j'aperçus une lueur venant des champs et pouvant être celle que produit la dynamo d'un vélo. La lueur, soudain, piqua vers la route, dans ma direction et un engin de très grandes proportions m'apparut. Il était de couleur bleutée, comme celle que dégageait, pendant la guerre, des vitres peintes en bleu. J'ai freiné net et éteint mes phares. L'engin passa au dessus de la route, c'était bien un disque bleu comportant au dessus et se dégageant nettement une coupole. L'engin se déplaçait sans bruit. Il survola la route, vira et fila en direction de Calais. Je l'ai vu disparaître et à ce moment la

Suite en page 8 sous le titre: LES SOUCOUPES



LES SOUCOUPES
Suite de la première page

lueur primitive bleutée fit place à un phare blanc tel qu'il m'était apparu à l'origine.

Le ciel d'Alès a eu sa soucoupe volante
Alès (C.P.).

Hier à 11 h 45, plusieurs personnes passant sur le Pont Vieux à Alès ont aperçu une soucoupe volante qui après avoir paru demeurer immobile, tournoya sur elle-même, et disparut soudain à l'horizon en prenant de l'altitude.

Parmi les témoins pour la [illisible] citons le nom de M. Taurelle garçon de salle au Riche Hôtel.

Une soucoupe volante au-dessus d'un aérodrome égyptien
Alexandrie (A.C.P.).

De source officielle on déclare qu'un engin mystérieux a séjourné dans les airs au-dessus de la tour de contrôle de l'aérodrome de Muzha pendant une heure, samedi soir.

L'engin ayant la forme d'une "soucoupe" allongée, a changé de couleur, passant du rouge à l'orange, puis du vert au gris, avant de s'éloigner à une vitesse foudroyante.

SOUCOUPES ET OCCUPANTS DANS LE MONDE EN 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Delphos Daily Herald, USA, le 11 octobre 1954.



Des rapports de soucoupes volantes viennent de l'étranger
Une vague soudaine de rapports de soucoupe en vol est venue simultanément aujourd'hui de personnes d'au moins cinq régions différentes du monde, y compris un d'Allemagne qui a prétendu avoir vu des créatures de moins de quatre pieds débarquer d'un engin en forme de cigare.

Des personnes en Allemagne, Belgique, Egypte, Argentine, Liban et au Cameroun français ont affirmé avoir vu des disques mystérieux dans le ciel.

A Münster, en Allemagne, le projectionniste de 42 ans Franz Hoge a indiqué à l'agence de nouvelles DPA qu'il a vu atterrir une "soucoupe volante" dans un champ et des créatures étrangement formées en sortir.

SOUCOUPES ET OCCUPANTS DANS LE MONDE EN 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Public News-Post, de Baltimore, Maryland, USA, le 11 octobre 1954.



Des rapports de soucoupes volantes viennent de l'étranger
Une vague soudaine de rapports de soucoupe en vol est venue simultanément aujourd'hui de personnes d'au moins cinq régions différentes du monde, y compris un d'Allemagne qui a prétendu avoir vu des créatures de moins de quatre pieds débarquer d'un engin en forme de cigare.

Des personnes en Allemagne, Belgique, Egypte, Argentine, Liban et au Cameroun français ont affirmé avoir vu des disques mystérieux dans le ciel.

A Münster, en Allemagne, le projectionniste de 42 ans Franz Hoge a indiqué à l'agence de nouvelles DPA qu'il a vu atterrir une "soucoupe volante" dans un champ et des créatures étrangement formées en sortir.

Hoge a indiqué qu'il a remarqué des lumières bleues brillantes et a d'abord pensé qu'elle venait d'un avion qui s'était écrasé.

Par un examen plus rapproché, a-t-il déclaré, il a découvert un engin "en forme de cigare" flottant à peu près à six pieds au-dessus de la terre et dégageant une radiance bleu brillante qui l'a presque aveuglé.

PUIS, a-t-il ajouté, il a soudainement aperçu quatre créatures d'environ trois pieds et demi de taille. Il a dit qu'ils avaient eu "des corps trapus, des têtes surdimensionnées et des jambes grêles" et ont porté un habillement du genre caoutchouc.

Hoge a indiqué qu'il a observé l'engin et ses occupants pendant environ 10 minutes d'une distance d'environ 60 mètres, mais qu'il n'a pas eu le courage de s'approcher plus près.

Des rapports de soucoupes volantes sont venus également de Frankfort, Allemagne; Namur, Belgique; Buenos Aires, Alexandrie, Beyrouth et Yaoundé dans le Cameroun français.

BERGERAC, FRANCE, 1 OCTOBRE 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Nouvelle République, France, 11 octobre 1954.

Ce cas de la vague française de 1954 est détaillé ici.

Dans la rubrique: soucoupes, cigares et cylindres. A Bergerac, des champignons mystérieux poussent et disparaissent entre les "pieds" d'une soucoupe! Deux témoins craignant d'avoir été victimes d'une hallucination simultanée, n'avaient pas osé parler plus tôt de l'étrange vision qu'ils eurent vendredi soir 1er octobre, à 22 h.

Monsieur Jean Dufix, pompier à Bergerac, rentrait chez lui, lorsque, en levant les yeux, il aperçut une lueur extraordinaire dans le ciel. Rentré chez lui, il eut l'impression d'un embrasement général dans le jardin, il vit un engin se lever de terre: ce dernier ayant la forme d'un disque, serait devenu lumineux et partit à une vitesse vertigineuse. Le lendemain matin de très bonne heure, Monsieur Dufix alla trouver son voisin immédiat

Monsieur Jean Labonne, 61 ans, retraité, à qui il demanda si il n'avait rien vu d'extraordinaire dans son jardin. Après bien des réticences, car il avait peur qu'on se moque de lui, Monsieur Labonne, encore ému, confirma point par point l'étrange vision de Monsieur Dufix.

C'est en allant fermer la porte de son jardin, vers 22 h qu'il fut brusquement cloué sur place par une forme mystérieuse et qu'il aperçut entre un pêcher et sa tonnelle, dans une partie non ensemencée, un disque lumineux d'environ trois mètres d'envergure, qui semblait reposer sur trois béquilles. Presque immédiatement, l'engin décolla du sol et disparut à une grande vitesse.

Les deux hommes allèrent à l'emplacement indiqué par Monsieur Labonne et aperçurent sur le sol, quelques traces imprécises près desquelles venaient de pousser une vingtaine de champignons d'une espèce inconnue. Ces champignons auraient disparu aux premières lueurs du soleil.

LA VAGUE FRANCAISE DE 1954 DANS LA PRESSE:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Var-Matin - République, France, le 12 octobre 1954.

Un cigare volant?

Un de nos confrères bastiais aurait aperçu dans le ciel d'Ajaccio, un cigare volant. En réalité, il s'agissait tout simplement d'un avion à réaction qui laissa, lundi soir, une longue traînée blanche, laquelle intrigua bien des gens. La ville discute des soucoupes volantes depuis qu'on a vu un engin inconnu s'immobiliser au-dessus des Iles Sanguinaires. Mais elle est moins surprise par la visite de ce cigare qui avait la forme d'un avion à réaction.


Dernière édition par le Mar 27 Nov 2007, 12:16, édité 6 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici

Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 13006
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 19909
Réputation : 85
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1954

le Lun 26 Nov 2007, 21:51
LA PRESSE AFRICAINE, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Daily Gleaner, de Nairobi, Kenya, Jamaïque, le 25 octobre 1954.

Des visiteurs de l'espace pourraient cartographier la terre
Par RONALD BATCHELOR
Correspondant Reuters

NAIROBI -- Des visiteurs de l'espace extra-atmosphérique sont probablement en train d'observer et de cartographier la terre et ont dirigé leurs attentions récentes vers l'Afrique de l'Est.

Ceci, en tout cas, est l'opinion mûrement pesée d'un des principaux astronomes dans ce secteur, le vice-président de l'Association d'Astronomie du Kenya, M. G. Duncan Fletcher.

Il propose cette suggestion étonnante et étrange après un déluge de rapports d'une masse d'observateurs dans l'ensemble de l'Afrique de l'Est, qui prétendent avoir vu des "soucoupes volantes."

Ces rapports ont inondé des bureaux de journaux dans les trois territoires de l'Est Africain de l'Ouganda, du Kenya et du Tanganyika.

Des Européens, des Asiatiques et des Africains ont prétendu avoir vu des objets dans le ciel: stationnaires; filant au-dessus de l'horizon; de couleur changeante de blanc à rouge, de bleu au vert; de forme elliptique; et prolongé avec des projections droites à l'une ou l'autre extrémité.

Les premiers rapports des "soucoupes volantes" sont venus de Dar-es-Salaam, la capital du Tanganyika sur la côte de l'Océan Indien, et ont été rapidement suivis par des "observations" à Mombasa, Kampala et notre ville.

Ici, à Nairobi, les citoyens ont téléphoné aux commissariats de police locaux pour dire qu'ils avaient repéré des "soucoupes" faisant des cercles autour des banlieues. Plus d'une voiture de patrouille de la police, envoyées pour étudier, ont rapporté voir suivi le cours d'"objets lumineux mystérieux" dans le ciel. Deux Européens en service à l'aéroport international ici ont observé "un objet aérien" à travers des jumelles.

M. Fletcher dit qu'il a récemment observé quelque chose dans le ciel au-dessus de Nairobi de son observatoire bien équipé ici.

"C'était à environ 19:40 quand j'avais quatre amis dans mon observatoire," a-t-il dit. "Très bas et vers l'Est, il y avait une grande lumière dans le ciel qui n'avait aucun rapport avec quoi que ce soit d'astronomique, avec les lumières de Verey ou de l'avion qui avait juste atterri à l'aéroport."

L'altitude de "l'objet" de M. Fletcher était environ 2.000 pieds, il était stationnaire au début quand il a été repéré par lui et ses quatre compagnons et "a émit une lumière orange brillante." Cette lumière a éclairé d'une couleur jaunâtre et l'objet s'est élevé, s'est laissé tomber et s'est alors élevé à nouveau, pour finalement disparaître dans les nuages, énonce-t-il.

M. Fletcher dit qu'il pense qu'il n'y a aucune doute au sujet de l'authenticité des rapports au sujet des "soucoupes volantes, qui ont "été fournis par des observateurs très expérimentés" dans toutes les régions du monde.

"Les Américains et Britanniques qui ont vu ces objets volants non identifiés ne souffrent pas tous d'hallucinations," déclare-t-il.

La chose la plus encourageante au sujet des rapports d'objets volants non identifié (ou OVNIS, comme ils sont étiquetés officiellement ici), a ajouté M. Fletcher, est que "ils semblent être amicaux envers les habitants de cette planète."

"D'après l'ensemble des informations disponibles, ils cartographient avec zèle chaque partie de notre terre," conclut-il.

Des raisons innombrables, pense-il - et il cite le Dr F. Hoyle, professeur d'astrophysique à Cambridge et monsieur James Jeans - peuvent être données sur pourquoi il devrait y avoir beaucoup plus de planètes, ou de corps, dans l'univers, capable de soutenir la vie.

Cette vie différerait probablement énormément de la vie connue sur terre. "Il est possible que tandis que nous avons besoin d'oxygène et d'autres éléments pour soutenir la vie sur cette planète, des éléments entièrement différents pourraient soutenir la vie sur d'autres planètes," déclare M. Fletcher. "En fait, les formes de vie pourraient être complètement différentes de ce que nous pouvons imaginer."

"Si les êtres visitant maintenant la terre depuis l'espace extra-atmosphérique sont petits ou grands, s'ils ont du sang dans des leurs veines, ou s'ils ont seulement des veines, ceci devra attendre leur contact avec les êtres humains ici," dit-il, impliquant que "les hommes de l'espace extra-atmosphérique" décideront un jour de débarquer de leurs "machines" et tenteront de communiquer avec des hommes de la terre.

Ce peut être une pure coïncidence, dit M. Fletcher, mais il précise que ces autres êtres semblent avoir été intéressés aux activités sur terre depuis la période de la première explosion atomique il y a environ sept ans.

"Il ne semble y avoir aucun doute qu'ils sont à des kilomètres en avance sur nous par leurs méthodes de propulsion, et des rapports ont été rédigés par les observateurs qui ont vu ces objets non identifiés volant au-dessus des usines atomiques, des docks, des terrains d'aviation, des bases navales et certaines des plus grandes villes du monde," dit-il.

"Leur approche de nous est, je le suggère, semblable à ce que notre propre approche serait si les rôles étaient inversés et que nous devions visiter Vénus, je ne pense pas que nous atterririons avant d'avoir fait toutes les vérifications possibles."

"La chose évidente est que nous devrions cartographier, photographier si possible et effectuer des recherches complètes avant que nous ne risquions nos vies par [illisible] précipité, il n'est pas déraisonnable, donc, que qui que ce soit qui contrôle les objets volants non identifié fasse exactement cela."

M. Fletcher est convaincu que les objets viennent de l'espace extra-atmosphérique et déclare que "leur comportement ne peut pas être confondu avec une météorite qui, en entrant en contact avec notre atmosphère, est attiré à une vitesse toujours croissante par la gravitation vers la terre. La vitesse devient si grande que les objets brûlent en raison de la chaleur intense produite par frottement avec notre atmosphère."

"Une météorite ne tourne pas ou ne reste pas stationnaire dans le ciel. Son chemin est une courbe parabolique semblable à celle d'un obus tiré par un canon. Par conséquent les choses que nous avons vues sont assurément des objets volants non identifiés."

LA VAGUE FRANCAISE DE 1954 DANS LA PRESSE:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France, page 12, 26 octobre 1954.




Du Nord au Sud, le ciel italien est sillonné de soucoupes
Rome (A.P.).

De nombreuses "soucoupes volantes" ont été observées hier en Italie.

Le Cotanzaro, dans le sud de la Calabre, à Pesaro, sur l'Adriatique, dans le Nord de l'Italie, d'étranges engins volants ont été signalés.

Des pêcheurs croisant au large de San Bernardino, de Fano de Pesaro et même d'Ostie, aux environs de Rome, ont déclaré avoir vu un "objet" rouge et vert traversant le ciel à une vitesse terrifiante.

Des "soucoupes" ont également été observées à Urbino Chieti et Forlimpopoli.

Selon certains témoins, elles étaient suivies d'une traînée verte. Selon d'autres, elles avaient la forme d'un champignon avec une queue [descriptions évidentes de météores].

A Chieti, l'engin observé était circulaire d'un diamètre d'une dizaine de mètres et se déplaçait à basse altitude.

A Pesaro au nord d'Ancône sur l'Adriatique, de nombreuses personnes ont déclaré avoir vu un globe rouge incandescent, avec une traînée bleuâtre.

Plus de 2.000k m. à l'heure
A Trieste une vingtaine de témoins ont déclaré avoir observé hier matin un disque volant à haute altitude, en direction du Nord-Est, et laissant derrière lui une traînée lumineuse.

Samedi soir, les services aéronautiques du ministère des affaires étrangères italien ont annoncé que certaines personnes spécialisées ont observé des "objets étranges" se déplaçant à plus de 2000 kilomètres à l'heure, le long de la côte thyrénienne au crépuscule et pendant la nuit.

Un "objet non identifié" dans le ciel entre Vedène et Le Pontet
Avignon (C.P.).

Dans la soirée de samedi, entre 18 h. 30 et 18 h. 45, une jeune fille d'Entraigues, Mlle Marcelle Espiard, qui roulait à vélo sur la route entre Vedène et Le Pontet, aperçut à une distance d'environ un kilomètre, en direction de l'Est, un objet sphérique qui paraissait s'élever puis redescendre dans le ciel en passant du rouge vif au blanc.

Prise de frayeur la jeune fille appela des passants qui, eux aussi, repérèrent nettement l'objet.

Celui-ci disparut totalement vers 18 h. 45. D'autres personnes l'auraient cependant aperçu quelques instants plus tard. Sans être très affirmative, Mlle Espiard a eu, à un moment donné, l'impression que d'autres boules lumineuses plus petites flottaient durant quelque temps autour de la première.

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Républicain Lorrain, de Nancy, France, le 26 octobre 1954.

La ronde des soucoupes



Un "couvercle de lessiveuse" choisit un champ de carottes pour se poser

LUNEVILLE. -- Y aurait-il une corrélation entre un fait constaté il y a quelques jours par un Lunévillois qui possède un jardin sur le territoire de la petite commune limitrophe de Rehainviller et l'apparition d'une "soucoupe volante", dimanche, sensiblement à la verticale du lieu où l'on découvrit des traces suspectes?

Dimanche matin, une douzaine d'habitants des cités Ste-Anne à Lunéville ont aperçu vers 7 h. 30 un engin de forme ellipsoïdale de couleur grise qui planait dans le ciel de Rehainviller. MM. Jean-Marie et Raymond Jandel, demeurant 11, cité Ste-Anne, se trouvaient sur le pas de leur porte quand le premier s'écria: "Une soucoupe". Il désigna à plusieurs personnes un objet en forme de "couvercle de lessiveuse" semblant se balancer au gré du vent, au-dessus de la route de Rehainviller, à quelques kilomètres de là.

M. Haudry, boucher rue de Lorraine à Lunéville, Mme Klein et sa famille, d'autres personnes encore, demeurant aux cités Ste-Anne, furent les témoins de ce phénomène. La soucoupe qui évolua ainsi pendant trois ou [sic] émettait des volutes de fumée quatre minutes puis disparut au-dessus de la forêt de Rehainviller, non sans couvrir sa retraite d'un épais nuage de fumée.

Une autre personne affirma: "Ce n'est pas un bolide construit par des martiens, mais tout simplement un engin téléguidé terrestre qui s'est posé."

Mais où s'était-il posé? Peut-être le lieu sera-t-il découvert ces prochains jours par un cultivateur de la localité. En tout cas, l'on peut établir dès à présent, une corrélation à quelques jours d'intervalle, entre cette apparition vue par une douzaine de personnes dignes de foi et la précédente découverte d'un emplacement marqué sur un champ de carottes qui a été photographié récemment sous tous les angles par des enquêteurs chargés de lever le voile qui plane sur les "soucoupes."

Revenons à cette découverte. M. Edmond Schluk, tôlier, demeurant rue Béatricet à Lunéville, possède un jardin potager entre la voie ferrée et la Meurthe à proximité de la route qui va de Lunéville à Rehainviller par Chaufontaine. Un chemin de terre mène à ce jardin de petite superficie où sont plantés des carottes et des oignons.

Mercredi M. Schluk constata avec stupéfaction qu'une partie de sa plantation avait été détruite. Au beau milieu du champ, sur une quinzaine de mètres carrés, les plants de carottes étaient littéralement écrasés, la partie saccagée ayant la forme d'une ellipse. Au cntre, en deux endroits de quelques centimètres carrés, également distants des bords de l'ellipse et nettement séparés, les fanes de carottes étaient intactes comme si le fond de la masse qui s'était posée lourdement dans le jardin, avait recelée deux excavations profondes.

Il y avait de quoi provoquer une enquête. Ces constatations posaient nombre de questions, personne n'ayant remarqué au cours de la journée et de la nuit précédentes, une "soucoupe" ou un "cigare" volants, évoluant dans les parages.

Point de traces de pas autour de l'endroit désigné. A l'extérieur de l'ellipse et d'un seul côté, les fanes des légumes avaient été soufflées violemment. Couchées ou arrachées, elles semblaient avoir été aplaties par l'échappement libre d'un moteur. Pourtant, aucune projection de gaz brûlé ni de matière minérale, n'a pu être relevée à cet endroit comme ailleurs. Voilà donc en quelques lignes, le premier fait constaté avant l'apparition dimanche matin, du fameux "couvercle de lessiveuse."

OBSERVATION A BREST, 21 OCTOBRE 1954:



L'article ci-dessous est paru dans le quotidien régional Ouest France, France, le 26 octobre 1954.

A Brestun officier supérieur ingénieur de la marine aperçoit dans le ciel
un "disque très lumineux"

BREST, 25 (de notre rédaction). -- Dans la région brestoise, un témoignage digne de foi sur les soucoupes volantes a été enregistré.

Il vient en effet d'un officier supérieur, ingénieur de la Marine, qui tient à garder l'anonymat.

Jeudi, vers 8 heure, cet ingénieur apercevait dans le ciel au-dessus des collines, entre Plougastel et Landernau, un disque "très lumineux", qui semblait stationner à 8.000 mètres d'altitude.

Large d'un mètre, à l'oeil nu, ce disque apparaissait comme une lentille bi-convexe.

L'épouse de l'officier observa, elle même, le point lumineux, tandis que son mari allait chercher des jumelles. Mais, au retour de l'ingénieur, un nuage cachait le disque.

"Il ne s'agissait certainement pas d'un phénomène atmosphérique, nous a dit l'ingénieur. Et mes connaissances scientifiques ne me permettent pas d'expliquer logiquement une telle vision."


Dernière édition par le Mar 27 Nov 2007, 13:50, édité 2 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 13006
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 19909
Réputation : 85
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1954

le Lun 26 Nov 2007, 23:18
SOUCOUPE A SAINT-HILAIRE-LES-LOGES, FRANCE 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Midi Libre, France, le 26 octobre 1954.



DANS UNE FERME DE VENDEE

Toute la famille se barricade et passe une nuit blanche

parce qu' "une soucoupe les regardait"
Fontenay-le-Compte, 25 octobre. -- La hantise des soucoupes volantes continue à faire des ravages. Le plus bel exemple en est fourni par une famille de Fermiers de Saint-Hilaire-les-Loges (Vendée), qui, terrorisée, a vécu une nuit dramatique.

Mme Boeuf venait de traire ses vaches à la nuit tombée quand, sortant de l'étable, elle aperçut un disque lumineux immobile et à une altitude difficile à déterminer.

- "La soucoupe semblait me regarder", devait dire plus tard la fermière.

Plantant là ses seaux de lait, Mme Boeuf courrut prévenir son mari et ses trois enfants. Ils purent contempler le phénomène dont l'intensité était telle qu'il "éclairait comme la pleine lune." La soucoupe semblant manifester l'intention de se rapprocher du sol, Mme Boeuf émit l'idée que des "Martiens" pourraient débarquer.

Prise de panique, elle décida de se barricader dans le bâtiment de la ferme.

Ainsi fut fait. On éteignit toutes les lumières et toutes persiennes closes, on se réfugia dans la salle commune. C'est seulement aux premières lueurs du jour que des voisins, étonnés du silence qui régnait dans la maison, se risquèrent dans la ferme.

Après avoir apaisé la famille Boeuf et réconforté la fermière d'un petit verre de Marc, chacun reprit ses occupations.

Le disque meaçant avait d'ailleurs disparu sans laisser de traces.

LA VAGUE FRANCAISE DE 1954 DANS LA PRESSE:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Libre Poitou, France, le 27 octobre 1954.




POITIERS La VERITE sur les SOUCOUPES et les MARTIENS

par l'Abbé LARGEAC

Faut-il croire aux soucoupes volantes?

- C'est pour répondre à l'émotion générale, en même temps qu'à la demande des Recherches scientifiques, que j'écris ces lignes documentaires.

Les phénomènes stellaires, atmosphériques et même telluriques sont tellement nombreux et parfois fréquents [sic!] sous la calotte des cieux, qu'il ne faudrait pas s'imaginer que les soucoupes et marmites volantes sont une invention exclusive de notre siècle atomique.

Il y a eu, à toutes les époques - quelques noms qui leur soient donnés - des feux célestes, plus ou moins développés, étincelants et parfois terrifiants, qui, descendant en trajectoires verticales ou obliques [redondance] ont attiré les regards stupéfaits des hommes, en prenant dans leur chute sur le globe terrestre les formes les plus sensationnelles et les plus fantastiques, très capables de troubler l'opinion publique.

La Librairie Celtique de Paris nous a fait connaître récemment dans un ouvrage des plus documentés, ce qu'étaient au Moyen Age, en Bretagne, les apparitions de poêlons volants.

C'étaient des phénomènes célestes qui se multipliaient autant au dedans de l'imagination des hommes que dans la réalité, et auxquelles la frayeur populaire attachait des présages de mort et de catastrophes [météores et comètes].

Ces phénomènes lumineux éclataient surtout dans les nuits très sombres, prenant la forme de cierges flamboyants [l'auteur est éclésiastique] qui s'allumaient, s'éteignaient, s'envolaient et disparaissaient mystérieusement.

Tantôt ils prenaient la forme de chandelles brillantes qui se plantaient et flottaient sur un étang [feux follets]; tantôt ils ressemblaient à des cierges vacillants qui brûlaient la tête en bas.

Mais ces cierges n'étaient que de petites lueurs en comparaison des "étavas" aux flambeaux énormes, brillant comme des étoiles, et qui avaient la forme sphériques de grandes poêles à frire [météores].

Leur lumière était d'un bleu verdâtre ou d'un jaune de safran, ou encore d'une rouge violacé, s'unissant aux couleurs assombries [?] de l'arc-en-ciel.

Leur forme se confondait souvent, avec celle du disque des poêlons munies d'une queue, et cette queue [la traînée des météores] elle-même semblait briller d'étincelles stellaires, comme la queue d'une comète.

De l'apparition des disques lumineux aux phénomènes planétaires, il n'y avait qu'un pas, facile à franchir.

Aussi l'opinion publique y voyait très rapidement des avertissements du ciel et des présages de malheur.

Il me suffira d'avoir évoqué ces visions de jadis pour faire comprendre qu'il y a eu de tout temps des phénomènes célestes lumineux, d'une forme souvent troublante, qui ont défrayé les conversations et effrayé les esprits crédules.

On peut ajouter qu'il se forme, à ces époques, de véritables épidémies de voyants qui, dans leur trouble plutôt que dans la possessions d'eux-mêmes, sont portés à transformer les disques lumineux qu'ils peuvent apercevoir en poêles, en cierges, en flambeaux, en cigares, en marmite et même en chariots volants.

Du chariot on passe facilement à la conception d'un conducteur, même accompagné de camarades, comme dans la soucoupe volante, nécessairement moins volumineuse [!], on prétend avoir vu quelque petit nain, d'un autre monde.

C'est ainsi qu'il y a mille ans et plus, les poêlons lumineux étaient dirigés occasionnellement par des pygmées poilus, aux yeux effrayants de lumière étincelante.

Donc, peu de changements parmi les voyants d'aujourd'hui, dont quelques-uns se vantent d'avoir vu des Martiens, bardé de fer blanc ou d'aluminium, qui parlent russe, espéranto ou congolais.

Il semble bien par conséquent que notre siècle l'emporte quand même sur les époques précédentes par les susdites apparitions, ou plutôt par les conceptions imaginaires de spectateurs facétieux. Tant il est vrai que l'homme malgré lui, se tourne obstinément vers le surnaturel [la notion de visiteurs martiens ne relève pas du surnaturel] en raison de cette parole d'Alfred de Musset: "l'infini nous tourmente!"

Il est temps de voir ce que recèlent de vrai ou de faux tous les récits de soucoupes volantes du XXe siècle [ufologie].

J'extrais de l'amalgame les histoire les plus abracadabrantes, qui nous ont été rapportées par les gazettes, quelques exemples qui suffiront [erreur] à nous permettre d'analyser à souhait la valeur intrinsèque ou extrinsèque des engins lumineux qui nous sont présentés.

Premier cas. -- Trois ouvriers agricoles ont vu, dans le ciel de l'Allier, un énorme cigare volant qui après diverses évolutions montantes et descendantes, s'est abattu en flèche sur le sol pour éclater, à la manière d'un obus, dans un nuage de poussières. Vision classique [non].

Deuxième cas. -- Deux automobilistes ont aperçu tout près d'Orléans sur l'heure de minuit, un disque lumineux qui semblait tout d'abord se balancer à travers les nuages, apparaissant et disparaissant, pour prendre tout à coup la verticale et venir éclater au sol en merveilleux feu d'artifice. Autre exemple classique [non], très vraisemblable.

Troisième cas. -- Un cycliste rentrant chez lui à deux heures du matin, l'autre dimanche, s'est rencontré avec un Martien qui l'a figé sur place, en lui sautant au cou et en lui donnant l'accolade de ses lèvres d'aluminium, pour s'enfuir en un coup de vent sur la propre bicyclette de notre homme médusé. -- Burlesque et ridicule, pour ne pas dire absurde [certes, typique d'inventions et d'inventions journalistiques comme celle-ci par l'auteur de l'article lui-même, qui fabrique complètement ce cas à partir de l'histoire Mazaud et quelques autres!].

Quatrième cas. -- Cet exemple est le bouquet humoristique [choisi justement pour cela], qui l'emporte sur toutes les imaginations!

Un Mosellan, Pierre Bardou, des environs de Metz, ouvrier d'usine, ouvrait sa porte, au début d'octobre, vers cinq heures du matin, pour se rendre à son travail lorsqu'il a été on ne peut plus surpris d'apercevoir devant lui ... un joli petit clerc en soutane (tombé de la lune en soucoupe volante) qui lui chantait de sa voix cristalline, sur l'air très connu:

"-Au clair de la lune,
Mon gentil Pierrot,
Prête-moi ta plume
Pour écrire un mot. Dans ma sphère volante
Je suis effondré.
J'écris à ma tante
Que j'suis enterré! ...

Le petit lunaire disparut, et le Mosellan s'évanouit de stupeur!
Nouvelle géographie: Mais aux environs de Marseille! [?]

Conclusion. -- Il y a certainement des observateurs d'occasion qui regardent, admirent, et voient des choses se rapprochant des réalités lumineuses possibles.

Mais il en est d'autres qui voient certainement, les yeux fermés, afin de mieux faire parler toutes les conceptions de leur imagination et leurs plaisanteries tartarinesques. Voilà le résumé de toutes [non] les histoires de soucoupes volantes, les unes vraisemblables [Certes.], les autres complètement imaginaires [certes.].

De quoi s'agit-t-il donc? [discussion venant après la conclusion.] Quelle peut être la base des véritables disques lumineux - qu'ils portent un nom ou un autre - qui semblent apparaître la nuit [non] à diverses époques?

Lisez bien. Il est au-dessus de nos têtes une voûte immense [non] appelée le firmament.

Ce firmament est parsemé d'astres, de planètes et d'étoiles.

Les astres sont d'énormes corps célestes lumineux [!], dont la photographie nous donne une idée. Mais le mot astres se rapporte aussi à des corps lumineux du firmament. Il se dit même de la Lune:

"Et l'astre de nuit
Dont les faibles rayons nous guident sous l'ombrage."

(C. Delavigne)

Mais on dit plus scientifiquement [!] du soleil:

"Sur les flots agités par les vents et l'orage,
L'astre brillant de jour ne peint pas son image."

(Delilla)

Les planètes sont des corps célestes qui n'ont pas de lumière propre, la recevant du soleil autour duquel elles gravitent [Certes.].

Les huit grandes planètes visibles à l'oeil nu sont, à partir du Soleil: Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. [M. l'Abbé dit vrai.] Il y a un certain nombre également de planètes secondaires.

Les étoiles, à l'encontre des planètes, sont des astres fixes, qui brillent d'une lumière propre: Sirius est une des plus brillantes parmi les étoiles qui peuvent, à leur tour, comme le soleil, être le centre d'autres systèmes planétaires. Leur nombre est indéfini [En effet; il y a plus de 100 000 000 000 étoiles dans notre galaxie.].

(A suivre.)

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Centre-Matin, de Montluçon, France, en page 1 le 28 octobre 1954.

Les soucoupes volantes viennent d'une planète que ses habitants appellent "LA LUMIERE DU MILIEU DU CIEL"



déclare une célèbre voyante extra-lucide grecque

Peu de soucoupes, hier. La plupart affectent la forme classique avec variante "cigares" ou "4 CV Renault". Pour M. Djorkovich, directeur-adjoint de l'observatoire de Belgrade, il peut s'agir d'une arme secrète inventée par les Américains ou les Russes.

Tout cela ne sort pas du domaine courant, mais du nouveau nous vient de Grèce. Un journaliste tels ses ancêtres allant consulter l'oracle de Delphes, est allé voir Mme Katy Konstandinou, voyante extra-lucide, et lui a demandé ce qu'il fallait penser des soucoupes et des Martiens.

Après être entrée en transe, la moderne pythie a murmuré d'une voix lointaine, "Je m'élève avec difficulté très haut dans le ciel. Je vois les hommes des soucoupes. Ce sont d'étranges créatures qui ressemblent aux humains mais sont plus petits et ont des têtes beaucoup plus grosses. Ils viennent d'une autre planète où l'atmosphère est très raréfiée et c'est la raison pour laquelle il ne restent sur la terre que quelques secondes, sans quoi ils risqueraient d'être écrasés par la pression de notre atmosphère."

"Les soucoupes volantes sont faites d'un alliage métallique très résistant, et dotée [sic] d'un système de pressurisation. Elles viennent d'une planète que ses habitants appellent "La lumière au milieu du ciel." Il y a longtemps que les hommes des soucoupes souhaitaient visiter la terre."

Selon Mme Konstantinidou, ces "Martiens" communiquent par télépathie. De ce fait, ils vivaient en parfaite intelligence, aucun acte criminel ne leur était permis puisque leurs pensées sont connues de tous. Ils vivent dans des casernes en bois léger, se nourrissent d'une sorte de crème toujours la même et la même pour tous; ne dorment que deux ou trois heures par jour et se reproduisent comme les hommes. Ils n'ont ni religion ni clergé et communiquent par la pensée avec l'Etre Suprême. Quand ils meurent, leur âme émigre vers un monde supérieur et leur corps se désintègre aussitôt. Passionnés par notre monde, ils l'observent sans cesse dresseront bientôt la synthèse des observations de leurs voyageurs et établiront des plans concrets pour entrer en relation avec nous. Mais il s'écoulera longtemps avant que le contact soit établi.


Dernière édition par le Mar 27 Nov 2007, 13:52, édité 1 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 13006
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 19909
Réputation : 85
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1954

le Lun 26 Nov 2007, 23:30
ALLEYRAT, FRANCE, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien régional La Montagne, de Clermont-Ferrand, en page 4, le 28 octobre 1954.

Mes dossiers concernant la vague des rapports de 1954 en France sont ici.

Faits divers

AU RAYON DES SOUCOUPES D'où vient cet être au pouvoir exceptionnel?

Guéret. – Enfin, la Creuse a reçu la visite d'une soucoupe volante et d'un être au pouvoir magique.

Après Mme Alice Paquet, de Saint-Pardoux-le-Neuf, qui affirme avoir vu évoluer au-dessus d'elle un engin mystérieux et silencieux, un habitant de la Vaureille, commune d'Alleyrat, M. Bousard, 47 ans, a précisé les faits suivants au maire d'abord, aux gendarmes ensuite:

"S'étant rendu dans la soirée, à la mairie d'Alleyrat, pour y retirer un papier, il était reparti du bourg vers 22 h 30 à bicyclette. Vers 22 h 45 il se trouvait au lieu dit "La Badière", lorsqu'il aperçut soudain quelqu'un qui se trouvait sur le bas-côté de la route."

"Je me suis arrêté, dit-il, pour voir de quoi il s'agissait tout en restant toutefois à califourchon sur ma bicyclette. J'eus l'impression que j'avais affaire à un homme: comme je me baissais, celui-ci se relevait brusquement en braquant sur moi deux puissantes lampes projetant une lumière très intense, couleur bleu clair. Cet être avait également de chaque côté de la tête, une lampe émettant une lumière verte, beaucoup plus faible que les deux précédentes. D'une taille de 1 m 60 environ, il était vêtu comme un scaphandrier. Comme il se levait, je sentis une pression que je ne puis définir mais comparable à un souffle extrêmement violent qui me projeta de l'autre côté de la route."

"Je suis resté environ 10 minutes sans pouvoir crier ne pouvant appeler au secours. Pendant ce temps les deux lampes qui émettaient une lumière bleue, étaient braquées dans ma direction. Ensuite l'être traversa la route et disparut subitement sans qu'il me soit possible de voir la direction prise par lui. J'eus très peur. En tombant sous les effets des lampes, je ressentis – et je ressens toujours – des douleurs dans la jambe et la main droite."

"J'affirme que je n'étais pas ivre: qu'il ne s'agit nullement d'une hallucination et que je n'eus pas affaire à un habitant du pays."

Les gendarmes qui ont enregistré cette curieuse déposition disent que M. Bousard paraît effectivement souffrir des deux membres indiqués et qu'il donne l'impression de subir une assez forte gêne. Sa main droite est enflée et il éprouve des difficultés à écrire. Le vélo ne porte aucune trace de chute ou de collision.

Sur le lieu indiqué par le cultivateur, la terre était fraîchement remuée comme par un frottement circulaire de 0 m 70 de diamètre. Aucune marque de pas n'est visible aux alentours.

Comme bien on pense ce fait extraordinaire fait l'objet de tous les commentaires des habitants d'Alleyrat. Les uns croient fermement à la venue en ce lieu d'un être inconnu, qu'ils ne sont pas éloignés de prendre pour un "Martien". La grande majorité reste toutefois quelque peu sceptique bien que M. Bousard ait la réputation d'un homme sensé.

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Haut-Marnais Républicain, de Chaumont, France, page 1, le 29 octobre 1954.



SOUCOUPES VOLANTES!

M. le Maire ne plaisante pas, aussi les "soucoupes ou cigares atterrissant à Chateauneuf-du-Pape seront mis en fourrière si le garde champêtre les attrape"
Avignon. -- M. Lucien Jeune, maire de Châteauneuf-du-Pape, vient de prendre l'arrêté suivant qui a été approuvé par le préfet du Vaucluse et rendu exécutoire:

Le Maire de Châteauneuf-du-Pape arrête:

Article 1er. -- Le survol, l'atterrissage et le décollage d'aéronefs, dits soucoupes volantes ou cigares volants, de quelques nationalité que ce soit, sont interdits sur le territoire de la commune.

Article 2. -- Tout aéronef, dit soucoupe volante ou cigare volant, qui atterrira sur le territoire de la commune, sera immédiatement mis en fourrière.

Article 3. -- Le garde-champêtre et le garde particulier sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêt.

LA VAGUE FRANCAISE DE 1954 DANS LA PRESSE:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Petit Mâconnais, de Mâcon, France, le 29 octobre 1954.



Un engin étrange a été observé par un scooteriste vichyssois

Vichy. -- Les soucoupes volantes, toujours à l'ordre du jour, viennent encore défrayer la chronique régionale puisque, mercredi soir, vers 21 heures, un engin non identifiable a été observé dans le ciel bourbonnais entre Effiat et Plozut.

Un agent d'assurance habitant dans la banlieue Vichyssoise, et qui désire garder l'anonymat, revenant de Clermont-Ferrand, se dirigeait à scooter sur Vichy, quand, vers 21 heures, il vit dans un champ, à 40 mètres sur sa gauche, un étrange objet ayant la forme d'un oeuf s'élever doucement et sans bruit.

L'engin laissait derrière lui une traînée brillante et jaunâtre avec trois points verdâtres.

D'après les déclarations de ce témoin digne de foi, au moment où il s'approchait de l'engin, le phare de son scooter d'éteignit et le moteur se mit à cafouiller avant de caler sur place. Ce n'es qu'après la disparition de l'engin en direction du nord, vers Moulins, que l'agent d'assurances put remettre son moteur en marche et continuer sa route.

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Monde, Paris, France, page 16, le 29 octobre 1954.



A Florence DES "DISQUES VOLANTS" INTERROMPENT UNE PARTIE DE FOOTBALL
De notre correspondant particulier
JEAN D'HOSPITAL

Rome, 28 octobre.

Depuis une semaine on voit un peu partout de ces engins mystérieux aux couleurs scintillantes de jour et de nuit, dans les nuées ou au ras du sol. Ils semblent se complaire particulièrement sur le centre de la péninsule. Ils pullulent entre Rimini et Pise, sur Sienne, Pérouse, Bologne et Florence.

Les témoignages de gens de bonne foi qui les ont aperçus - marins qui n'ont pas la berlue, professeurs qui doutent de la pluralité des mondes habités, bourgeois et prolétaires aux nerfs solides - se chiffrent par centaines et sont impressionnants par leur concordance et leur précision. Où plutôt ils se chiffraient par centaines jusqu'ici. Depuis hier ils sont beaucoup plus.

Un match de football amical se déroulait mercredi après-midi au stade de Florence devant une assemblée d'environ quinze mille spectateurs. En plein feu de la partie, à 16 heures exactement, trois personnes se sont levées brusquement dans une tribune et, pointant le doigt vers le ciel, se sont écriées: "Des disques!"

Aussitôt, de rang en rang, les nez se sont levés. Pas d'erreur c'était bien des disques. Ils passaient très haut et très vite en projetant une lueur jaune. Tout le stade en est resté pantois.

Les deux disques et d'autres encore, qui ont été aperçus par de nombreux Florentins circulant dans les rues de la ville, ont laissé dans leur sillage des traînées de substance cotonneuse, formée de fils d'une extrême finesse.

A Rome l'épisode florentin a causé quelque surprise. On y a interviewé des savants de toute obédience en leur faisant remarquer que comme phénomène d'illusion collective - s'il s'agit de cela - c'est un record, du moins en ce qui concerne les voltiges des Martiens présumés. L'un d'eux nous a déclaré:

"Ce n'est rien. Un million de bipèdes sains de corps et d'esprit, rassemblés dans un espace restreint, ne sont pas à l'abri d'une telle illusion.

- Cependant, si vous vous étiez trouvé à Florence, vous, et si ma foi vous aviez vu ce qu'ils ont vu, parleriez-vous avec autant d'assurance?

Oh! pour moi, a répondu l'homme de science, c'est bien simple: j'ai sagement décidé, à froid, que s'il m'arrive d'en voir je n'en croirais pas mes yeux."

SOUCOUPES INTERDITES, FRANCE, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien l'Est Républicain, France, le 29 octobre 1954.

Interdiction aux soucoupes volantes de survoler Châteauneuf-du-Pape
Avignon - M. Lucien Jeune, maire de Châteauneuf-du-Pape, vient de prendre l'arrêté suivant qui a été approuvé par le préfet du Vauclude et rendu exécutoire.

"Le maire de Châteauneuf-du-Pape arrête :

"Article premier. - Le survol, l'atterrissage et le décollage d'aéronefs dis soucoupes volantes ou cigares volants, de quelque nationalité que ce soit, sont interdits sur le territoire de la commune.

"Art. 2. - Tout aéronef dit soucoupe volante ou cigare volant qui atterrira sur le territoire de la commune sera immédiatement mis en fourrière.

"Art. 3. - Le garde champêtre et le garde particulier sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté."

OBSERVATION AVEC CHEVEUX D'ANGES, ROME, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Tribune de Sherbrooke, Canada, page 1, 29 octobre 1954.

Un phénomène céleste est aperçu à Rome: une soucoupe volante?
ROME, (PA). -- Quelque chose d'étrange, que des chauffeurs de taxi disent être des soucoupes volantes, a passé au-dessus de Rome, jeudi après-midi et un jeune journaliste et Mme Clare Booth Luce, ambassadeur américain, l'ont aperçu.

Le jeune journaliste est Mauriozio Andreolo, de la Presse Associée, qui décrit la "chose" comme une pièce d'argent brillante. Mme Luce dit: "J'ai vu quelque chose, mais je ne sais pas de quoi il s'agit." Le phénomène est passé au-dessus de la ville juste avant le crépuscule. De la Via Veneto, où se trouve l'ambassade américaine, ce semblait être une espèce de lune qui filait dans le ciel à une vitesse vertigineuse. "Le truc" volait silencieusement et nous semblait de la dimension d'une pièce de 50 centimes", dit le journaliste Andreolo. Il ajoute qu'il vit en réalité trois phénomènes, se suivant l'un l'autre. Quelques minutes plus tard, des chauffeurs de taxi ont affirmé avoir vu des brins de laine ou coton qui tombaient du ciel et s'accrochaient aux fils téléphoniques. Le même phénomène s'est produit en Toscane. Le GIORNALE D'ITALIA de Rome propose l'explication suivante: ces fils pourraient bien être une nouvelle forme de "brouillage" radar, semblables aux bandes de fer blanc que laissaient tomber les bombardiers durant la dernière guerre, "brouilleurs" qui seraient testés par l'aviation italienne ou alliée.

Notes:
La thèse "brouillage radar" du GIORNALE D'ITALIA est périmée depuis longtemps pour ce type de retombées.

Deux thèses restent en lice et peuvent s'appliquer ici:


les fuites de liquides de dégivrage des avions à réaction peuvent former des filaments au contact du froid de l'air. Ceci se produisait parfois à cet époque particulièrement. Arrivés au sol, ils fondent très vite.
certaines araignés produisent des soies lègères qui leur permettent de migrer en dérivant dans le ciel, emportées par les vents.


Dernière édition par le Mar 27 Nov 2007, 13:54, édité 1 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 13006
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 19909
Réputation : 85
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1954

le Lun 26 Nov 2007, 23:38
L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Journal du Centre, France, le 29 octobre 1954.



Un "engin" dans le ciel de Vichy

VICHY. -- Revenant en Vespa de Clermont-Ferrand, un de nos concitoyens, M. Jean Lalle, 25 ans, demeurant rue du Sport à Vichy, aperçut à 21 h. 15 sur la route d'Effiat à Vichy, à peu de distance de la borne marquant la limite entre les départements de l'Allier et du Puy-de-Dôme, un engin s'élever à la verticale et sans aucun bruit. Il paraissait décoller d'un pré à une cinquantaine de mètres de la route; il était éclairé et, détail curieux, le moteur du scooter de M. Lalle s'arrêta lorsque les feux de l'engin s'allumèrent.

Après avoir pris de l'altitude, l'engin eteignit ses feux et disparut dans la nuit noire.

Ayant pu après le départ de l'engin remettre en marche le moteur de son scooter sans aucune difficulté, M. Lalle reprit sa route pour Vichy et à son arrivée alla faire enregistrer sa découverte au commissariat de police à l'inspecteur de garde.

M. Lalle qui est un garçon équilibré juge qu'il n'a pas été victime d'une hallucination. Pour plus de tranquilité, il alla hier matin faire le même chemin: sa Vespa ne s'arrêta pas même qu'il air un passager sur le tan-sad. M. Lalle retrouva facilement l'endroit de décollage de l'appareil mystérieux mais ne retrouva pas de traces. Il interrogea également les propriétaires d'une ferme voisine: ceux-ci n'avaient rien vu, et pour cause, ils étaient couchés à cete heure tardive (pour la campagne).

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Montagne, de Clermont-Ferrand, en page 5 dans l'édition du 30 au 31 octobre 1954.

J'AI ÉTÉ SUIVI PAR UNE SOUCOUPE VOLANTE

Le récit d'un jeune écolier terrorisé par un mystérieux engin
Montluçon. – Un profond émoi régnait hier matin au cours complémentaire d'Huriel. Les élèves d'habitude bruyants, avaient, pour la plupart, formé un cercle attentif autour d'un de leurs camarades. Jean-Pierre Coubret, âgé de 14 ans, demeurant à Saint-Palais, leur racontait son ahurissante rencontre avec "une soucoupe volante": un disque mystérieux, auréolé de rouge, l'a poursuivi quelques secondes, alors qu'il se rendait à l'école. Deux habitants de Mesples ont également observé le phénomène, mais n'osent formuler aucune hypothèse.

Un disque auréolé de rouge
Jean-Pierre Coubret, élève de cinquième au cours complémentaire d'Huriel, retourne deux fois par semaine à Saint-Palais chez ses parents: les mercredi et samedi soirs. Hier matin, il revenait à l'école à cyclomoteur comme d'habitude. Vers 8 heures, après avoir traversé le bourg de Mesples, en haut de la côte, il aperçoit soudain un grand disque face au soleil. Il n'y prête guère attention et continue à rouler en observant cependant du coin de l'oeil le phénomène. Soudain, le disque bouge, il fait un brusque saut qui le rapproche de la terre. Intrigué, l'enfant s'arrête. "La soucoupe volante" tourne rapidement sur elle-même en se déplaçant dans le ciel. Particularité remarquable, elle n'est pas comme les autres, dans une position horizontale, mais elle évolue verticalement sur la tranche. Elle se présente sous la forme d'un grand disque de couleur argentée qui capte les reflets du soleil. Autour de l'engin une auréole tantôt rose, tantôt tirant sur le violet, laisse une impressionnante traînée lumineuse lorsque le disque se déplace.

"La soucoupe fonce sur moi"
L'enfant regarde avec curiosité le disque, encore loin: mais soudain, l'engin fonce sur lui à toute vitesse. Pris d'une immense frayeur, le jeune écolier enfourche son cyclomoteur et fait précipitamment demi-tour. La peur lui fait perdre le contrôle de sa machine et il cale par deux fois le moteur. Il accélère tant qu'il peut, jetant derrière lui des regards terrorisés.

"J'ai eu la nette impression, nous dit-il, que pendant quelques secondes, la soucoupe m'a poursuivi." Trébuchant et livide, il se précipite dans la première maison qu'il rencontre, au domicile de M. et Mme Gentil, cultivateurs à Mesples. "Venez vite voir, j'ai peur, une soucoupe me poursuit !" Mme Gentil sort à son tour de la maison: "D'abord j'ai été éblouie par le soleil et je n'ai rien vu, nous dit-elle, mais en fixant bien, quand les yeux ont été habitués à la lumière, j'ai aussi aperçu un disque: il était au moins trois fois plus grand que le soleil et entouré de reflets rouges et violets. Il se déplaça assez rapidement, et il est passé plusieurs fois devant le soleil: on aurait dit qu'il tournait rapidement sur lui-même, mais je ne puis pas dire si c'était une "soucoupe" car je ne sais pas comment elles sont faites." Et soudain le mystérieux engin a disparu sans aucun bruit. Plus rien dans le ciel que le soleil continuant à inonder les champs de ses rayons déjà chauds.

Hallucination?
M. et Mme Gentil se refusent à donner des explications à ce phénomène. Avec un excellent bon sens, ils ne veulent pas "s'embarquer" sur une affaire qui leur paraît bien mystérieuse. Mme Gentil le précise bien aux gendarmes d'Huriel venus sur les lieux. Mais il n'en demeure pas moins qu'elle a aperçu ce disque trois fois plus grand que le soleil.

Quant au jeune Jean-Pierre, il est formel ; et les renseignements que nous donnent ses maîtres sont loin de le présenter comme un enfant déséquilibré: il travaille bien en classe. Il suffit d'ailleurs de regarder son visage ouvert et intelligent pour exclure l'idée d'hallucination.

De plus nos questions l'intimident, ce qui prouve bien qu'il ne s'agit pas d'une farce inventée de toutes pièces par un gamin espiègle. Il n'a d'ailleurs pu feindre hier matin une frayeur aussi intense. Mme Gentil est formelle sur ce point.

La nouvelle s'est naturellement répandue comme une traînée de poudre. Jean-Pierre Coubret est devenu une vedette aux yeux de ses camarades du cours complémentaire.

Beaucoup de gens restent sceptiques devant cette apparition d'une nouvelle "soucoupe volante" dans le ciel montluçonnais. C'est le fait de tous ceux qui ne voient pas ces étranges engins de ne pas croire ce qu'en racontent les autres.


Dernière édition par le Mar 27 Nov 2007, 13:55, édité 1 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 13006
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 19909
Réputation : 85
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1954

le Mar 27 Nov 2007, 00:00
L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France, page 12, 30 octobre 1954.



Bolides lumineux dans le ciel de Bagnols et de Connaux (Gard)
Bagnols (C.P.).

Des observateurs dignes de foi nous ont signalé avoir observé jeudi soir, vers 21 heures, dans le ciel de Bagnols et de Connaux des phénomènes lumineux dont ils donnent la description suivante.

Il s'agissait d'une flamme bleue, d'un bleu se rapprochant de la flamme de combustion de l'hydrogène observée aux appareils de soudure. Le phénomène qui se déplaçait à grande vitesse d'Est en Ouest laissait derrière lui une courte traînée rouge. Son passage au-dessus de Bagnols a duré 5 secondes environ il a brusquement disparu.

Les observations sont concordantes, deux personnes nous ayant fait des déclarations se trouvaient place des Perières, la troisième dans la cour de l'école de garçons.

Une autre personne a observé un pareil phénomène à Connaux à peu près à la même heure.

UN ETRANGE OBJET DANS LE CIEL DE BESSEGUES
Bessègues (C.P.).

Hier vendredi, à 20 heures, M. Albert Rivière, radio-électricien, 28, rue de la République, à Bessègues, revenait de Molières-sur-Cèze en voiture avec un ami, lorsque, au hameau de Revesty [sic, Revety], son attention fut attirée par une lueur nettement visible dans le ciel, dans la direction de Malbosc. Pendant une demi-heure les témoins observèrent le phénomène.

L'objet mystérieux, d'une couleur orange tirant sur le rouge sous un gros volume - plusieurs fois celui d'une étoile - devenait soudain plus petit, en prenant une teinte bleutée. Il paraissait également changer d'altitude avec une facilité déconcertante.

Signalons que dans un quartier du Travers, une quinzaine de personnes ont déclaré avoir aperçu à la même heure un disque lumineux évoluant dans le ciel. Leurs constatations rejoignent exactement celles de M. Rivière et de son compagnon de route.

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Courrier de Saône-et-Loire, France, le 30 octobre 1954.



UN SCOOTER STOPPE PAR LE PASSAGE D'UN ENGIN LUMINEUX

CLERMONT-FERRAND. -- M. Jean Lasse [Jean Lalle], de Vichy, s'est rendu au commissariat de police de la ville et a fait le récit suivant:

- Je revenais à scooter de Clermont-Ferrand lorsque mon moteur eut des ratés inexplicables. Je rétrogradais alors, pensant à une mauvaise carburation. Mais le moteur s'arrêta net. A ce moment, une lueur jaune partit des arbres de la forêt toute proche, puis devint rouge et un engin ovoïde s'éleva silencieusement, laissant derrière lui trois points verts; et tout disparut. Sans aucune intervention, mon moteur redémarra.

Le jeune homme, qui est bien équilibré, affirme ne pas avoir été victime d'une hallucination. On se demande toutefois comment son moteur a pu se remettre en marche, sans qu'il a actionné [reste manquant]

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Quotidien de la Haute-Loire, le 30 octobre 1954.

UN "MARTIEN" SEME LA PANIQUE AU DEPOT DE CREIL

C'était un cheminot déguisé avec un bidon, un imperméable et une lampe verte. La gare de Creil a vu l'autre soir ses entrepôts devenir le théâtre de la plus belle panique qui s'y soit déroulée de mémoire de cheminot. L'un d’eux en effet, un lampiste, George Olivier, pour faire une bonne farce à ses camarades, s'était déguisé en pilote de soucoupe volante. S'étant taillé une sorte de houppelande dans un vieil imperméable en Nylon, affublé d'un casque confectionné dans un vieux bidon d'huile percé de trois trous, nanti d'une lampe électrique dont l'ampoule était peinte en vert, de deux antennes, George Olivier pénétra dans le dépôt. L'apparition dans la nuit de cet être fantasmagorique aux yeux phosphorescents produisit un effet stupéfiant. Des cheminots, un instant cloués sur place, s'enhardirent et se lancèrent à la poursuite du gnome. Attrapez-le, cria un chef de train qui avait pris la direction des opérations, il y a un journal qui donne une prime d'un million. Sur le point d'être encerclé, le Martien fit feu des quatre fers, se rua sur ses poursuivants, en poussant des glapissements et fit donner le fameux rayon vert paralysant. Les vingt et quelques poursuivants eurent cependant assez de forces pour amorcer un mouvement de repli éperdu jusqu'à la gare où ils tinrent incontinent un conseil de guerre. Ils étaient en train d'apprêter une nouvelle tactique quand George Olivier, débarrassé de son accoutrement, vint les rejoindre. "Tu n'as pas vu le martien?" Lui demandèrent ses collègues. "Si je l'ai vu, je l'ai même touché, répondit Olivier". "Et tu ne l'as pas pris?" "Non, puisque le martien, c'est moi." Et le farceur, plié en deux, savoura un long moment l'étonnement et la déception de ses camarades. Les chefs de service du joyeux lampiste de la S.N.C.F. ont, parait-il, diversement apprécié la plaisanterie. Mais George Olivier avait eu soin de se livrer à cette farce avant l'heure normale de sa prise de service.

L'ATTERRISSAGE DES SOUCOUPES INTERDIT A CHATEAUNEUF-DU-PAPE PAR UN ARRETE MUNICIPAL

M. Lucien Jeune, maire de Chateauneuf -du-Pape, vient de prendre l'arrêté suivant qui a été approuvé par le préfet du Vaucluse et rendu, hier, exécutoire.

Art. premier. Le survol, l'atterrissage et le décollage d'aéronefs dits soucoupes volantes ou cigares volants de quelque nationalité que ce soit, sont interdits sur le territoire de la commune.
Art 2. Tout aéronef, dit soucoupe volante ou cigare volant qui atterrira sur le territoire de la commune, sera immédiatement mis en fourrière.
Art 3. Le garde champêtre et le garde particulier sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté...

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Méridional, France, page 1, le 31 octobre 1954.



Un garçonnet "poursuivi""par une soucoupe"!

MONTLUCON. -- Les gendarmes d'Huriel sont venus recueillir le témoignage d'une fermière de Mesples, Mme Gentil, dans la maison de laquelle avait cherché refuge un écolier de 14 ans, s'écriant:

"Venez vite voir, j'ai peur, une soucoupe me poursuit."

Mme Gentil sortit sur le pas de sa porte et ne vit tout d'abord rien. Cependant, scrutant le ciel, elle aperçut à son tour un disque "trois fois gros comme le soleil, teinté de rouge et de violet. L'engin tournait sur rapidement lui-même, puis il disparut brusquement".

Le jeune Jean-Pierre Coudret, demeurant à Saint-Palais (Allier), se rendait à cyclomoteur au cours complémentaire d'Huriel lorsque, selon ses affirmations, vers 8 heures, il aperçut, à la sortie du bourg de Mesples, un grand disque face au soleil qui soudain, se mit en mouvement, se rapprochant à grande vitesse de la terre.

Le garçonnet, intrigué, s'arrêta pour observer le phénomène. La "soucoupe", fait particulier, se tenait verticalement et non dans une position horizontale. Elle se présentait sous la forme d'un grand disque de couleur argentée, auréolé tantôt de rouge, tantôt de violet et laissant dans son sillage une traînée lumineuse.

Le jeune écolier, de plus en plus inquiet, eut alors la nette impression que l'engin piquait sur lui. Terrorisé, il enfourcha son cyclomoteur et fit demi-tour, se dirigeant sur Mesples, où il entra dans la première ferme venue.

Un engin lumineux traverse le ciel de Vals-les-Bains
VALS-LES-BAINS (C.P.).
Un objet de forme ronde émettant une vive lueur rougeâtre-orangée, a traversé à une très grande vitesse le ciel de notre cité.

Ce phénomène a été aperçu par de nombreux habitants des différents quartiers de la ville.

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France, page 12, le 1er novembre 1954.

Soucoupes Volantes
Suite de la première page



l'aspect du verre et un autre encore celui d'un disque qui s'est arrêté deux fois en projetant des rayons lumineux dans toutes les directions.

Dans le ciel Berlinois

Berlin (A.F.P.).
Les berlinois ont à leur tour eu le privilège d'observer de soucoupes volantes à deux reprises [illisible] Berlin-Ouest furent témoins du phénomène.

La première fois, samedi, vers neuf heures, dans l'arrondissement de Spandau, deux "objets ronds et éblouissants", se déplaçant à très grande vitesse en direction de l'Ouest, sont apparus à altitude moyenne.

Puis, à la fin de la même journée, vers 21 heures, l'attention de plusieurs piétons de la Halleschestor, au centre de Berlin, fut attirée pendant quelques minutes par un "corps extrêmement brillant semblable à une étoile" qui se déplaçait également à très grande vitesse et sans bruit dans la direction Sud-Ouest - Nord-Est en décrivant un vaste cercle. Il est possible, estime-t-on, que ce soient les mêmes engins observés le matin qui regagnaient leurs bases.

OBJET LUMINEUX AU-DESSUS DE ST-GENIE-DE-COMOLAS (GARD)

Saint-Genies-de-Comolas (C.P.).
Jeudi, vers 20 h 30, alors qu'il sortait pour aller chercher [illisible] chevaux, M. André Melkior aperçu dans le ciel un phénomène lumineux. Aux cris poussés par lui, sa femme et une voisine accoururent pour contempler un objet de forme allongée couleur orange, allant d'Est en Ouest et laissant derrière lui comme des étincelles de plusieurs couleurs.

Son passage au-dessus du village, a duré environ 20 secondes. C'est la première fois qu'un phénomène de ce genre est signalé dans la région.

UN DISQUE BLANC TRAVERSE LE CIEL DE MEYREUIL

Meyreuil (C.P.).
MM. Nègre, entrepreneur de travaux publics et Paul Pausset mineur, tous deux domiciliés à Meyreuil (Bouches-du-Rhône), ont aperçus, hier, à 18 h. 30, un disque blanc dans le ciel de la localité. Ce disque se déplaçait à vive allure et laissait derrière lui une vive lueur. Il venait du côté de Martigues et se dirigeait vers le massif de Saint-Victoire.

MARTIENS DE BOIS, 1954:
L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Quotidien de la Haute-Loire, le 1 novembre 1954.


LA HANTISE DES MARTIENS


Un cultivateur en voit un et décharge son fusil sur un arbre

Un cultivateur de Montabon conduisait récemment, la nuit tombée, ses boeufs dans un pré. Arrivé à l'enclos, il aperçut soudain à quelque distance un martien qui le regardait fixement, il planta là les deux boeufs et courut au pays. Il eut vite fait d'appeler à la rescousse deux de ses voisins, et les voilà partis tous trois, l'un portant une lanterne, les deux autres le fusil à l'épaule... Le martien était à la même place regardant toujours fixement les arrivants qui ne purent s'empêcher de lui envoyer en guise de bienvenue deux coups de 7 retentissants. Mais le martien restait impassible. Ceux-ci s'avancèrent en fixant toujours ironiquement les terriens. Courageusement cependant ils arrivèrent bientôt au pied du tronc d'un vieil arbre ayant quelque peu forme humaine et dont un ver-luisant imitait l'oeil du Martien. ...

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Paris-Normandie, France, le 2 novembre 1954.



Les soucoupes volantes réapparaissent

Nous écrivions hier notre doute de jamais voir silloner le ciel fécampois par un de ces engins surnommés ici et là soucoupes volantes: nous voici pourtant détrompés puisque ce phénomène vient de se produire à plusieurs reprises.

Une quinzaine de témoins, dont un chef de service de l'Administration municipale, ont, en effet, affirmé avoir contacté à deux reprises ces apparitions insolites; la première à 20 h. 44, concernait deux engins se déplaçant au Nord-Ouest de Fécamp; lumineux, au point d'être confondu avec les feux de position d'un navire, ils laissaient bientôt apparaître une forme ovoïde émettant une traînée lumineuse, opposée au sens de leur marche.

Cette première constatation faite à la jumelle par l'un des témoins, cinq de ces "soucoupes" apparaissent une deuxième fois à 21 h. 51, à l'Ouest de Fécamp cette fois, pour tracer, par des mouvements divers, un curieux ballet d'une durée évaluée à plusieurs minutes.

Précisons pour terminer, que les contours de ces apparitions sont floues et cette caractéristique peut nous garder de conclure trop vite à la manifestation d'une oeuvre humaine en quête d'une bizarre publicité.

Coupures de presse - Daily Mail - novembre 1954300 SOLDIERS SEE "FLYING SAUCER"



BERNE, Sunday. - Three hundred Swiss soldiers saw a "flying saucer" last week, the Swiss Army announced today. The men, on manoeuvres near Grandvillard, South-Western Switzerland, say it was a disc-shaped object with a red glow on its silvery surface. It was about 10.000ft up and motionless.-B.U.P

Traduction :

BERNE, Dimanche. - trois cents soldats suisses ont vu une "soucoupe volante" la semaine dernière, l'armée suisse l'a annoncé aujourd'hui. Les soldats, faisaient des manoeuvres près de Grandvillard, sud -ouest de la Suisse, disent que c'était un objet en forme de disque argenté avec une lueur rouge sur sa surface. C'était à environ 10.000 pieds d'altitude et immobile.

British United Press


Dernière édition par le Ven 21 Déc 2007, 10:07, édité 2 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 13006
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 19909
Réputation : 85
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1954

le Mar 27 Nov 2007, 17:59
SOUCOUPES A MARSEILLE

Les Martiens des Martigues.

Voila exactement dix ans personne n’avait entendu les deux expressions qui sont maintenant les plus prononcées dans toutes les langues du monde : bombe atomique et soucoupe volante. Mais si la bombe atomique s’avère une terrible réalité, le moins qu’on puisse dire est que l’unanimité n’est pas faite sur l’existence des soucoupes.
L’Europe pendant quelques années, sembla curieusement épargnés par les engins mystérieux. Puis à partir de 1950, les témoignages commencèrent à s’y multiplier. En 1951, deux pilotes français de « Vampire » entamèrent une poursuite vaine au-dessus des Alpilles. De mois en mois, le ciel de France, d’Italie, d’Allemagne, d’Angleterre, s’est peuplé (pour certains) d’engins fulgurants. Favorisés peut-être par notre été pluvieux, les apparitions se sont multipliées depuis dix jours, cependant que la mousson en apportait quelques échantillons jusqu’aux Indes.
Au point qu’un député de la Seine, M. de Léotard, vient d’adresser une question écrite au ministère de l’Air « concernant les récents témoignages qui n’ont pas manqué d’intriguer, sinon d’inquiéter, l’opinion publique », et réclamant une observation systématique de ces phénomènes « afin qu’il soit établi qu’il s’agit d’hallucination ou s’il y a lieu d’en tenir compte au point de vue de la sécurité et de la défense nationale ».

Ainsi la France, à son tour, va donner au problème un intérêt national.
Mais déjà nous versons au dossier les premières photos prises en France. Toutes trois ont été prisent par deux correspondants de notre journal, MM L. Alyons et J. Ates. Le fait qu’elles aient été photographiées dans le ciel de Marseille ne permet de rien inférer quant à la nature du phénomène.

Celle de gauche, prise le 26 mai dernier, à 18h30 « énorme, est restée fixe à basse altitude en faisant vibrer les carreaux de la pièce » avant de foncer soudain. En haut à gauche : le 7 juin, cet engin s’est prêté complaisamment au téléobjectif. A droite : le 22 août, cet engin ressemblant, lui aussi, comme un frère à une soucoupe a hésité longtemps, tantôt descendant jusqu’à 100 mètres et tantôt remontant à la verticale, à se poser sur les collines de Marseilleveyre pour le pastis du soir. L’indifférence manifestée par les Marseillais a-t-elle semblé suspecte aux mystérieux voyageurs ?
Plus résolus, semble-t-il, ont été ceux qui, à Dizes, près d’Auxerre, se sont posés : « Le temps, a précisé notre correspondant particulier, de laisser une trace sur la rosée… »

Comment ne pas terminer sur cette note poétique ? Mais dans un de nos prochains numéros, nous exposerons à l’opinion française, les éléments de craindre, de sourire ou d’espérer…









(Les photos sont postées dans l'ordre cité dans l'article)

Source :Semaine du Monde : semaine du 1er au 07 octobre 1954 n° 99.


L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France, page 9, le 2 novembre 1954.



BOULES ...
Yssingeaux (A.F.P.). Un négociant d'Yssingeaux a aperçu, dimanche soir vers 21 h., dans le ciel, une grosse boule terminée par une queue produisant des étincelles. L'engin descendant à une allure vertigineuse l'observateur crut qu'il s'agissait d'un avion tombant en flammes. Mais subitement, il suspendit sa course, s'éloigna et disparut. Le phénomène avait duré de 10 à 15 minutes.

... ET CROISSANTS VOLANTS
Clermont-Ferrand (A.F.P.).
Des habitants de

ROSA LOTTI, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Quotidien de la Haute-Loire, le 4 novembre 1954.

LES MARTIENS AIMENT LES OEILLETS
Mme Rosa Lotti, paysanne habitant dans un village près de Florence (Italie), s'est présentée hier à la gendarmerie, en proie à une terreur manifeste et a déclaré qu'elle avait rencontré deux martiens. Mme Rosa Lotti traversait un champ pour aller à l'église. Elle avait un gros bouquet d'oeillets dans les bras. Tout à coup deux êtres d'un mètre de haut vêtus d'une sorte de scaphandre surgirent devant elle et après avoir prononcé quelques mots incompréhensibles, s'emparèrent des fleurs.

LA VAGUE FRANCAISE DE 1954 DANS LA PRESSE:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France, page 12, le 5 novembre 1954.



"J'ai vu un disque voler à plus de 3.000 kilomètres à l'heure"

AFFIRME UN CHASSEUR GARDOIS
DONT LA DECLARATION EST CONFIRMEE
PAR PLUSIEURS PERSONNES
Nîmes. (O.P.).
Plusieurs chasseurs nîmois ont aperçu, dimanche soir, un engin volant.

Nous sommes allés voir M. Nouguier, qui est employé à l'usine à gaz et nous a expliqué dans quelles conditions il avait aperçu ce phénomène:

"Je me trouvais, nous a-t-il dit, en compagnie de MM. Nouvel, fabriquant de chaussures, et M. Mathieu Joseph, à l'orée du bois de Mittau, lorsque nous vîmes dans le ciel, alors que la nuit tombait (il était environ 18 h. 30), quelque chose ressemblant à une bouteille applatie aux deux pôles. Cet engin était d'un jaune pâle très brillant et se dirigeait vers les collines derrière lesquelles il disparut au bout d'environ un quart de minute. A mesure qu'il prenait de l'éloignement, sa teinte devenait plus sombre, et lorsqu'il disparut, il était d'un rouge orange foncé".

M. Astier, travaillant également au Gaz de France, et qui se trouvait à environ 500 mètres de M. Nouguier, nous a dit la même chose. Il a vu à la même heure le même phénomène.

Pour nous faire une démonstration, M. Nouguier s'empara d'un petit réservoir hémisphérique sur une table de l'usine et nous reconstitua la trajectoire de l'objet. Il nous fit ensuite un croquis schématique des lieux. Selon lui, l'engin volait à une vitesse supérieure à 3.000 kilomètres-heure, compte tenu de l'espace franchi en quelques secondes. "Il m'a paru très gros, nous dit en terminant M. Nouguier, environ 25 mètres de diamètre."

Il ne s'agit pas là d'un phénomène atmosphérique, ni d'une illusion, l'engin ayant été observé par plusieurs personnes au même moment, dont M. Astier qui ainsi que nous l'avons dit plus haut, ne se trouvait pas avec M. Nouguier lors de l'observation.

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France, page 9, le 13 novembre 1954.



Soucoupe volante dans le ciel du Nord
Lille (A.F.P.).

A Cousolre, près de Maubeuge, M. et Mme Leclerq ont déclaré avoir vu, hier matin, peu avant le lever du jour, au-dessus d'un pré distant de moins de 100 mètres de leur habitation, un engin diffusant une lueur rougeâtre, ayant tantôt la forme d'un cigare, tantôt celle d'un disque. Après avoir évolué quelques minutes, l'engin prit rapidement de la hauteur et disparut vers le Sud-Ouest.

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Quotidien de la Haute-Loire, le 18 novembre 1954.

A L'ACADEMIE DE MEDECINE LES SOUCOUPES VOLANTES, "PSYCHOSE COLLECTIVE"

L'académie de médecine a entendu, hier après-midi, une note de M. Heuyer sur les psychoses collectives. La notion de psychose collective peut se rattacher, selon l'orateur, à la description du "délire à deux" faite par Fabert. Ce psychiatre avait montré en effet l'existence d'un délire, c'est-à-dire d'une conviction fausse et irréductible au raisonnement. Le délire à deux apparaît déjà comme un délire collectif, selon M Heuyer.

L'exemple des témoins du christ de Montfavet est un témoignage du délire collectif.

L'étude de ces groupes délirant, rappelle l'orateur, a été exposé par un savant du nom de Dupré, dont les déductions rejoignent celles de Fabert. Gustave Lebon, dans "la psychologie des foules" a montré, de son côté que la foule est menée bien plus par un état affectif et passionnel que par un raisonnement et l'intelligence. Actuellement il y a une psychose des soucoupes volantes, elle est venue on ne sait d'où, d'une illusion et d'interprétations fausses développées par les moyens immenses de l'information moderne. Elle s'intensifie dans le monde entier. Ses témoignages sont burlesques et accablants. Chez des simples d'esprit, elle entraîne la conviction d'un espionnage et peut-être de l'agression des martiens. Les éléments psychologiques sont provoqués par les idées fausses, la peur et les conditions du groupe et du milieu. Dans la question des soucoupes volantes l'idée fausse apparaît évidente à M. Heuyer. Ce dernier relate qu'un astronome a donné au comité des sciences de la radiodiffusion, des arguments contre l'existence des fameuses soucoupes.

Il ne peut être question, d'après cet astronome, que de phénomènes lumineux se passant dans le ciel. Pour le rapporteur, la peur peut s'installer facilement quand on pense au très grand nombre de cerveaux débiles. L'exposant, en terminant, souligne qu'il a simplement voulu, par son exposé révéler le danger, pour la santé morale des collectivités; des psychoses nées des soucoupes volantes. Divers académiciens prirent la parole, à la suite de cette communication se déclarant d'accord avec M. Heuyer. L'un deux rapporta même que, dans une école on avait donné pour sujet de devoir "décrivez une soucoupe volante".

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France, page 9, le 18 novembre 1954.



Un objet mystérieux dans le ciel aptésien
Apt. (C.P.).
Dimanche, vers 20 h. 30, des personnes dignes de foi habitant le quartier du Plan, à Apt, ont aperçu dans le ciel, une énorme boule de feu, laissant derrière elle une longue traînée lumineuse semblable à une queue.

Durant sa progression dans l'espace, pendant une minute environ, l'engin en question changeait de couleur, passant du blanc à l'orange et vice-versa.

Après avoir subi une trajectoire horizontale. la boule monta verticalement et disparut aux yeux des observateurs.

DES MARTIENS EN ANJOU, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Les Nouvelles de Bretagne et du Maine, le Vendredi 26 Novembre 1954, page 4.



Des "Martiens" en Anjou! En plein jour, ils ont pris ...des oignons à une fermière

Notre confrère "Le Courrier de l'Ouest" raconte l'étrange aventure qui vient d'arriver à une fermière de Blaison (Maine-et-Loire), Mme Besnier. Voici le récit de notre confrère:

Mme Besnier revenait de quérir des oignons et quelques gousses d'ail dans son grenier lorsqu'au bas de l'escalier de pierre qu'elle venait de descendre elle fut mise en présence de visiteurs de l'espace. Mystification? Hallucination? Nous ne saurions le dire et pour cette raison il nous a paru utile de nous rendre au lieu de cette brève rencontre et de faire préciser à Mme Besnier son témoignage. C'est une femme tranquille d'une soixantaine d'années qui n'a peur de rien et n'a entendu parler de soucoupe volante que par des bribes de conversation.

- A quelle heure "la chose" s'est-elle produite? Lui avons-nous demandé.

- En plein après-midi, vers 15h, 15h30 tout au plus.

- Comment avez-vous vu l'engin?

- En sortant du grenier, j'ai vu dans la cour un objet circulaire de la taille d'une bonne table ronde. Etait-il en bois, en aluminium ou autre, je n'en sais rien.

- Et alors?

- Alors, au moment où je descendais la dernière marche, un petit "mannequin" de la taille d'un enfant s'est précipité sur moi et a pris les oignons que je tenais dans un pan de mon tablier.

- Avait-il l'apparence humaine?

- Oui. Ils étaient habillés d'un costume marron qui les enveloppait entièrement. Sur leur bouche, une sorte de tuyau était fixé qui prenait naissance dans une sorte de hotte, comme une petite sulfateuse qu'ils avaient sur le dos.

- Comment était leur visage?

- Leur peau était jaune et leurs yeux petits, noirs et perçants.

Sans aucune hésitation, Mme Besnier a répondu aux questions que nous lui posions sans relâche. Elle ne vit pas les étranges "mannequins," comme elle les appelle, remonter dans leur soucoupe; mais "arrivée dans la cour après m'être relevée - j'étais en effet tombée à la renverse en les voyant et souffrais des reins - j'ai regardé en l'air dans le ciel et j'ai vu très haut une étoile brillante qui s'élançait dans le ciel."

Les voisins, le maire de Blaison, auxquels nous avons demandé leur avis sur l'étrange rapport, ont été unanimes. "Ce n'est pas une histoire. Cette personne est des plus calmes et n'a jamais fait parler d'elle." Et comme preuve ultime qu'elle a bien vu quelque chose, Mme Besnier n'a pas mangé pendant 48 heures, et tremblantes, transie de froid et de saisissement, elle est restée alitée quelque temps.

ATTERRISSAGE EN ESPAGNE, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provencal, France, page 12, le 6 décembre 1954.



UNE "SOUCOUPE
volante carrée"
se pose, en Espagne
Zuaga (Province de Badajoz) (A.F.P).
Douze ouvriers ont affirmé, hier, avoir vu se poser sur le sol, un aéronef étrange, de forme carrée et d'une dizaine de mètres de côté.

Les ouvriers s'approchèrent de l'engin qui s'éleva verticalement à une allure vertigineuse et disparut en ligne droite vers le Sud.

LA VAGUE FRANCAISE DE 1954 DANS LA PRESSE:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Quotidien de la Haute-Loire, le 9 décembre 1954.

UN PHENOMENE LUMINEUX DANS LE CIEL DE BEAUZAC

De nombreuses personnes ont vu évoluer dans le ciel de Beauzac (Haute-Loire), mardi matin [7 décembre 1954], un objet lumineux couleur rouge sang de la grosseur d'un ballon de football. Il était environ 06h15 et les ouvriers des ateliers Mécaniques de la Madeleine ont pu le regarder pendant plus d'un quart d'heure. Malgré ses lunettes d'approche. M. François Louions n'a pu dire exactement de quoi il s'agissait. Si cet engin a été vu du bourg, les paysans des villages ont pu eux aussi le regarder tout à leur aise. Ainsi M. Grangeon, des Bernaud a donné la même version que les gens du bourg. Les paysans des villages vu un gros globe de lampe. Il est certain que tous ces gens n'ont pas été victimes d'une hallucination. D'autre part ils n'ont pas pu se concerter, puisque habitant à plus de quatre kilomètres les uns des autres.

Source: ufologie.net


Dernière édition par le Dim 06 Jan 2008, 12:17, édité 2 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Benjamin.d
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 13006
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
Points de Participation : 19909
Réputation : 85
http://ovni-extraterrestre.com/

Ovnis Re: Les ovnis dans la presse en 1954

le Mar 27 Nov 2007, 18:02
L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Provence, France, le 15 décembre 1954.



Bolide... ou soucoupe au dessus de la région marseillaise?

Un contre-maître de l'E.D.F., M. Mauro, qui passait hier, vers 7 h. 15, sur le boulevard Longchamps, a signalé qu'il avait aperçu, dans le ciel de Marseille, un phénomène inexplicable.

"J'ai vu une sorte de boule de couleur vert fond de mer, suivie d'une courte traînée orange. Le ciel était si clair, malgré l'heure matinale, que j'ai pu suivre aisément cette boule, mais elle a subitement disparu, sans laisser la moindre trace..."

M. Mauro ne tire pas de conclusions, il se demande tout simplement s'il s'agissait d'un bolide, d'une soucoupe et s'il a été le seul à observer l' "objet".

Réponse affirmative peut lui être faite en ce qui concerne cette dernière question puisque plusieurs personnes nous ont confirmé l'existence de l'objet insolite. C'est ainsi qu'une dame qui se trouvait sur la plateforme supérieure de Notre-Dame de la Garde a vu nettement la lueur en question. Il en est de même pour M. André Boyer et ses camarades de travail, électriciens à l'usine Nestlé, à Saint-Menet, qui ont vu l'engin traverser le ciel.

Enfin, à Camp-Major, un autre témoin, M. Gilbert Marius, attendait le car pour se rendre à son travail lorsqu'il a aperçu "une boule de feu de couleur rouge-orangé qui allait plus vite qu'un avion mais en se dirigeant tout droit et non pas comme une étoile filante". Elle disparut assez rapidement en prenant une teinte verte.

Ce récit a été confirmé par une autre habitante de Camp-Major, Mme Seire, qui habite au vallon des Caussettes.

LES OVNIS DE 1954 DANS LA PRESSE:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Pays d'Auge - Tribune, France, le 31 décembre 1954.



Chronique interplanétaire

Une "soucoupe volante" dans le ciel de Surville

A la suite de l'information que nous avons publiée relativement à l'atterrissage d'une soucoupe volante à Clarbec, un habitant de Surville - qui désire conserver l'anonymat - nous a signalé que dans la nuit du 26 au 27 août, alors qu'il guettait le passage du Tour de France Automobile, il entendit soudain, vers 1 heure 10 du matin, un bruit indéfinissable - sorte de chuintement - qui se prolongea decrescendo pendant quelques secondes.

La personne qui nous a rapporté ce fait se porta à la fenêtre de son habitation située en bordure de la route de Caen à Rouen.

Mais le brouillard intense qui régnait alors ne lui permit pas d'apercevoir l'engin dont il entendait le bruit. D'après ce que ce témoin auriculaire nous a précisé, "l'appareil serait descendu à très basse altitude au-dessus de la ligne de chemin de fer, puis après cette "glissage" il se serait dirigé vers Saint-Benoit-d'Hérbetot, en faisant entendre un cliquetis. Précisons que vers la fin de l'été un propriétaire de Hotot-en-Auge, entendit - également vers 1 heure du matin - un léger cliquetis, comparable à celui que produit un épouvantail métallique - que l'on place dans les plantations de haricots - lorsque celui-ci est agité par le vent. Intrigué, l'agriculteur s'était levé et avait observé, dissimulé derrière sa fenêtre - et pendant plus d'un quart d'heure - un volumineux engin en forme de soucoupe d'où il n'avait vu sortir aucun être vivant.

L'appareil avait ensuite décollé à la verticale et disparu à une allure vertigineuse sans émettre de son.

Dans l'un et l'autre des cas, nous avons affaire à d'honorables personnes dont la bonne foi ne saurait être mise en doute.

A propos des "soucoupes volantes"
La "Tribuna da Imprensa" annonce que les mystérieux engins sont faits d'une substance inconnue qui présente la particularité de rétrécir comme peau de chagrin,

Un villageois de Campinas (Etat de Sao-Paulo) [Brésil] avait aperçu dans le ciel, il y a trois jours, trois objets coniques dont un laissait derrière lui une traînée lumineuse. Il recueillit un morceau d'une substance incandescente qui était tombée dans son jardin et le confia aux chimistes d'une usine voisine.

Après examen, les spécialistes ont déclaré que cette substance était constituée par de l'étain sous une concentration inconnue jusqu'à présent. Ils ont précisé que la proportion était de 88,91 pour cent d'étain pur et de 11,09 pour cent d'oxygène. Aucune trace de fer, de plomb, d'antimoine ou de magnésium n'a été décelée.

Le plus curieux est que le volume de cette substance qui semble se désintégrer diminue constammant d'une manière perceptible à l'oeil.

AU CANADA
Une "soucoupe" triangulaire
COBALT (Ontario). -- La police annonce qu'elle enquête sur les déclarations de 6 personnes qui affirment avoir vu évoluer pendant cinq heures dans le secteur du lac Temiskaming, un objet qui semblait être une soucoupe volante de forme triangulaire.

Un veilleur de nuit à la mine Agaunico, Willis Saint-Jean, a déclaré que l'objet était passé au-dessus de lui, et brillait tant qu'il en avait été presque aveuglé.

Un reporter du "Nord Bay Nugget", John Hunt, et Mrs Hugh Montgomery ont

OBJETS VOLANTS, VIENNE, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Bridgeport Telegram, de Bridgeport, Connecticut, USA, le 31 décembre 1954.



OBJETS VOLANTS

VIENNE -- (INS) Plusieurs personnes ont rapporté avoir vu des objets volants non identifiés filant à travers le ciel à grande vitesse au-dessus de la capitale du Vieux Danube. Les autorités Autrichiennes prendraient ces observations au sérieux. La police a reçu l'ordre de rapporter tout objet volant étrange.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog Ovni et vie extraterrestre :http://ovni-extraterrestre.com/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum