Marque-page social
Marque-page social yahoo  Marque-page social google      



Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre sur votre site de social bookmarking

Derniers sujets
Quand les soucoupes volantes déferlaient sur le mondeHier à 16:41LorelineMAJ :Orbital News - Novembre 2018* OVNIS-OANIS DANS L'HISTOIRE avec les vidéos d'O.D.H.TvHier à 15:33Loreline[Mise à jour) Les nouveaux articles du blogHier à 13:12LorelineLes scientifiques et les Ovnis, frustration ou mépris?Hier à 12:01Polyèdre57...Analyse du cliché de la Bataille de Los Angeles...Hier à 11:51Polyèdre57La SF du début du 20ème siècle : prémonitoire ?Hier à 10:48Yvon CédricSETI & OVNI, un espoir ?Hier à 10:35Yvon CédricQue pensez-vous de la théorie des anciens astronautes?Hier à 10:27Yvon CédricQuand le Pentagone étudie les ovnis dans le plus grand secret. Un article du New York TimesMar 11 Déc 2018, 21:34elisaliseOvni à la Reunion: une soucoupe volante au dessus de Sainte-SuzanneMar 11 Déc 2018, 21:05halikaLe nouveau livre d'Eric Zurcher Les apparitions mondiales d'humanoïdesLun 10 Déc 2018, 20:43elisaliseQue valent les affirmations de Thierry Jamin?Lun 10 Déc 2018, 18:09OberonL’origine des cercles de fées enfin dévoiléeDim 09 Déc 2018, 21:27martin4 objets triangulaires en PennsylvanieDim 09 Déc 2018, 20:50Polyèdre57 "Rendez-vous" d'ODHTv!Dim 09 Déc 2018, 14:14Polyèdre57Etude de textes anciensSam 08 Déc 2018, 10:29Polyèdre57Les ovnis, ça n'existe pas selon france tv qui lutte contre les fake news Sam 08 Déc 2018, 10:03Polyèdre57(Topic unique): Etude des méprises vos documents et expériencesVen 07 Déc 2018, 15:12Jean-Marc Watdivulgation allemandeVen 07 Déc 2018, 11:36Polyèdre57Dossier OVNI/NUCLÉAIREVen 07 Déc 2018, 11:06martinÎle-de-France: les membres de cette régionJeu 06 Déc 2018, 19:57Polyèdre57Carl SaganJeu 06 Déc 2018, 19:09Polyèdre5724 novembre 2018 - Observation d'un ovni au dessus du Nunavut (Canada)Mer 05 Déc 2018, 19:23Polyèdre57(1956) L'affaire de l'aéroport d'Orly un ovni sur le radarMer 05 Déc 2018, 18:15GenuineUFOsPrésentation de GenuineUFOsMar 04 Déc 2018, 23:47StarfullAnalyse Photo: cliché de Wanaque, 1952Mar 04 Déc 2018, 12:55Jean-Marc WatDoit-on croire la théorie de MeessenMar 04 Déc 2018, 12:30Polyèdre57Analyse photo / Clementine StructureMar 04 Déc 2018, 11:54Polyèdre57Publication d'un livre dur les ovnis de forme triangulaire.Mar 04 Déc 2018, 11:46Guillaume84Salut c'est Phi01Lun 03 Déc 2018, 18:05Phi012011: le /08 à Entre 23 heures et 2 heures du matin - Un phénomène ovni troublant - Ovnis à Bourgogne - Yonne (dép.89)Dim 02 Déc 2018, 17:36Polyèdre57Passivité de l'humain face au phénomène PANDim 02 Déc 2018, 12:51Charles1960L'observation de Taizé (1972)Sam 01 Déc 2018, 16:02Polyèdre57Le mystère de la photo du petit rechain élucidé : "Une supercherie"Ven 30 Nov 2018, 22:59LorelineDes lumières rouges dans le ciel samedi soir (témoignage audio)Ven 30 Nov 2018, 12:04Guillaume84première vision extraordinaireVen 30 Nov 2018, 11:51Guillaume84MAJ : -Ovnis et mégalithes :L'UFOLOGIE DE TERRAIN avec ODHTvVen 30 Nov 2018, 08:31LorelineComment informer nos proches et la population au sujet des Ovnis?Jeu 29 Nov 2018, 17:06gve332018: le 09/11 à 18h30 - objet volant, ailé avec lumieres blanches alignées - Ovnis à grenoble -Isère (dép.38)Mar 27 Nov 2018, 22:23twing38Le phénomène ovni est il un phénomène paranormal?Lun 26 Nov 2018, 22:00Charles1960Détection radar des ovnis (objets volants non identifiés)Lun 26 Nov 2018, 20:36Benjamin.dOvni007.com: Bienvenue sur n'importe quoi landLun 26 Nov 2018, 19:21Polyèdre57Bugarach le point de rencontre des sectes apocalyptiquesLun 26 Nov 2018, 19:09Polyèdre57Les Crop Circles (Cercles de Cultures) et les OvnisLun 26 Nov 2018, 18:58Benjamin.dBilly Meier le charlatan suisse et ses canulars photosLun 26 Nov 2018, 17:46HocineA propos du cropcircle de RauwillerLun 26 Nov 2018, 17:27Polyèdre57Devenez rédacteur/rédactrice: proposer des publications pour le blog Lun 26 Nov 2018, 17:12Benjamin.dQuel film de science fiction préférez-vous? (liste non exhaustive)Lun 26 Nov 2018, 15:37Benjamin.dMise en garde: Les sectes autour du culte des Ovnis Lun 26 Nov 2018, 12:49Benjamin.dSCEAU: Sauvegarde et Conservation des Etudes et Archives UfologiquesDim 25 Nov 2018, 16:44Polyèdre57Hypothétique technologie d’ovni...Dim 25 Nov 2018, 14:52micladCrop Circles et Ovnis messages ou arnaques?Dim 25 Nov 2018, 12:38JJPLa France a-t-elle récupéré un ou plusieurs OVNI?Dim 25 Nov 2018, 11:32StarfullL'armée US disposent de plusieurs scénarios en cas d'invasion E.TDim 25 Nov 2018, 11:24Polyèdre57Une nouvelle mode qui discrédite à l'ufologie: les pseudos photos-surprisesDim 25 Nov 2018, 11:20Polyèdre57Comment lutter contre les sectes ?Dim 25 Nov 2018, 11:18Polyèdre57Les extraterrestres reptiliens le délire continue sur internetDim 25 Nov 2018, 10:47Polyèdre57La vie avec les extra-terrestre et reaction humaine...Dim 25 Nov 2018, 10:27Polyèdre57Ovni du Col de Vence une zone de canulars fréquentsDim 25 Nov 2018, 10:24Benjamin.d1976: le / à 12h05 - Une soucoupe volante - Ovnis à Denonville -Eure-et-Loir (dép.28)Dim 25 Nov 2018, 10:18Polyèdre57
Menu du Site










Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur


Féminin Age : 43
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

Ovnis Exposé de Christel Seval lors de la conférence du 16 - 17 octobre à Strasbourg

le Dim 13 Mar 2011, 23:08

Christel Seval 1/2 par kuriltai


Christel Seval 2/2 par kuriltai

Exposé de Christel Seval (ancien ingénieur informatique au ministère de la Défense française et membre d'UFO-science) sur le sujet OVNI lors de la conférence du 16 - 17 octobre à Strasbourg.

_______________________________________
brunehaut
avatar
Tom.J54000
Bonne participation
Bonne participation


Masculin Age : 35
Nombre de messages : 96
Inscription : 09/07/2008
Localisation : Troyes
Emploi : Technicien Télécom
Passions : ciné,informatique,technologie et bien sûr ufologie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Ven 01 Avr 2011, 00:04
Merci pour ces vidéos enfin ... la première est au format vidéo, la deuxième au format audio, mais ça ne fait rien car c'est le contenu le plus important.

Ses propos reflètent exactement mes pensées concernant tout le sujet ovni.

Où puis-je me tenir informer des conférences de ce genre ???
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 21 Mai 2011, 00:10

Depuis quelques temps je me dis qu’il devient urgent de faire de la prospective sur cette affaire de contact extraterrestre et d’essayer de penser « l’impensable », une sorte « d’intelligence stratégique » afin de se projeter dans les possibles pour mieux atterrir lorsque le contact deviendra une réalité indiscutable.
Partant de l’adage populaire qu’un « homme averti » (étendu bien entendu à la gent féminine) en vaut deux, se préparer en envisageant différents scénarios de contact, même si au final ceux-ci se révèlent complètement à côté de la plaque aura au moins le mérite d’ouvrir notre esprit et d’éviter des réactions « binaires » de rejet ou de croyance en de nouveaux dieux, voir de sombrer dans une sorte de dépression collective en constatant l’insignifiance de l’humanité au regard de civilisations qui pourraient avoir quelques millions d’années d’avance sur la notre en terme de développement.

C’est à l’humanité de trouver son chemin dans les étoiles et non d’attendre les bras croisés que ce chemin lui soit tracé.
Mais vous me demanderez certainement, comment procéder ? Et bien, je n’ai pas la science infuse mais en m’inspirant du Ménon de Platon à propos du chemin qui conduit à Larisse,
Si quelqu'un sachant le chemin qui conduit à Larisse, ou en tel autre endroit qu'il te plaira, se mettait lui-même dans cette route, et servait de guide à d'autres; n'est-il pas vrai qu'il les conduirait bien? Mais un autre qui se ferait une opinion juste de ce chemin, quoiqu'il n'y eût pas été et qu'il ne le sût pas, ne conduirait-il pas bien aussi ?
Et tandis qu'il aura une opinion vraie sur les mêmes objets, dont l'autre a une pleine connaissance, il ne sera pas moins bon conducteur que lui, quoiqu'il atteigne le vrai, non par la science mais par conjecture.
Ainsi l'opinion vraie ne dirige pas moins bien que la science par rapport à la rectitude d'une action.
Ainsi l'opinion vraie n'est ni inférieure à la science, ni moins utile par rapport aux actions; et à cet égard celui qui a l'opinion vraie ne le cède point à celui qui a la science
Je me dis simplement qu’il convient de s’intéresser à ceux qui nous ont précédé et qui se sont déjà posés cette question et de faire un inventaire de ces possibles qui bien entendu ne sera pas exhaustif mais qui aura au moins le mérite de brasser, toutes disciplines confondues (car en ces matières, le néxialisme[1] est de rigueur) ces champs du possible.
J’espère que ce sujet vous intéressera et suscitera votre participation.
A titre d’exemple anecdotique et pour montrer s’il le fallait que quelque chose a changé dans ce monde, voici quelques vidéos d’une conférence récente. De quoi discute t’on dans un séminaire dédié à la compétitivité globale (même le champ économique est impacté !) :
https://www.youtube.com/gcfchannel#p/u/93/4S98WGpzW1Q
https://www.youtube.com/gcfchannel#p/u/97/7lP9eTSVWlM
Les esprits chagrins pourront toujours dire qu’ils sont allés chercher leur chèque (ou leur Cheikh ?) , ceci dit, l’avalanche de découvertes que produit l’observation de notre univers avec des moyens toujours plus sophistiqués conduit petit à petit la communauté scientifique à prendre conscience de l’universalité de la vie et, par voie de conséquence, de l’intelligence dans le cosmos.
Rendons à césar ce qui appartient à césar, ces hommes n’ont pas la primeur d’une conférence à vocation scientifique sur le sujet et saluons au passage M Pradine qui est à ma connaissance le premier à avoir organisé un tel évènement. Encore qu’en cherchant bien il me semble que des scientifiques russes et américains s’étaient déjà rencontrés en 1971 à l’observatoire de Byurakan dans l’URSS de l’époque pour aborder le thème du CETI (un clin d’œil sans doute à mira CETI et cette belle constellation de la baleine) acronyme pour Communication with ExtraTerrestrial Intelligence déclarant que des récentes découvertes avaient transféré ce sujet du royaume de la spéculation au royaume de l’expérimentation et de l’observation. A cette occasion, le caractère interdisciplinaire de cette recherche CETI était reconnu, les conférenciers envisageant qu’un cercle élargi de spécialistes allant des astrophysiciens aux historiens devait participer et contribuer activement.
Voilà pour cette introduction du sujet que je ne manquerai pas de développer dans les prochains jours. En attendant je vous laisse méditer ces paroles du poète Ibn Arabî
Regarde les détails de ma constitution et l’ordonnance de ma forme ! Je suis la Connaissance, le Connu et le Connaissant. Je suis la Sagesse, l’œuvre sapientale et le Sage. Je suis le Verger mûr et la Récolte totale ! Lève maintenant mes voiles, et lis ce que contiennent mes instructions. »
[1] Il me semble que ce terme apparait pour la première fois dans un roman de science fiction de A.E. Van Vogt, « la faune de l’espace ».
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nexialisme
Cela désigne une méthode scientifique consistant à articuler les savoirs de manière composite pour trouver des solutions originales aux problèmes posés et dégager de nouvelles pistes.
En fait le véritable découvreur de ce concept est Alfred Korzybski dont A.E Van Vogt s’est inspiré à plusieurs reprises dans ces romans de S.F et notamment « le monde du A ». Comme il vaut mieux avoir à faire à l’original qu’à la copie, je vous suggère de découvrir cet auteur dans son chef d’œuvre de 1933 « Science and Sanity », malheureusement ce bouquin n’est disponible qu’en anglais à ma connaissance.
Sa démarche n’est pas étrangère au sujet qui nous préoccupe et j’aurai même tendance à dire qu’elle pourrait constituer les fondements d’une nouvelle logique.
avatar
lialin
Passionné
Passionné


Masculin Age : 27
Nombre de messages : 119
Inscription : 23/12/2010
Localisation : nantes
Emploi : étudiant
Passions : ufologie, économie, histoire, sf, ...
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 22 Mai 2011, 00:16
Depuis quelques temps je me dis qu’il devient urgent de faire de la
prospective sur cette affaire de contact extraterrestre et d’essayer de
penser « l’impensable », une sorte « d’intelligence stratégique » afin
de se projeter dans les possibles pour mieux atterrir lorsque le
contact deviendra une réalité indiscutable.

Tout à fait d'accord avec vous, on peut spéculer sur des approches différentes de ce contact pour mieux se préparer, je vous laisse débuter les pistes à suivre... Tant d'écart entre deux civilisations (sachant que la nôtre semble technologiquement moins développé) est dangereux pour nous (et peut être pour eux aussi, à long terme) et mérite que l'on s'y attarde.


Citation:Le néxialisme désigne une méthode scientifique consistant à articuler les savoirs de manière composite pour trouver des solutions originales aux problèmes posés et dégager de nouvelles pistes.

En même temps, cela se fait depuis longtemps mais de manière de plus en plus vaste; un physicien est aujourd'hui toujours mathématicien, mais aussi peut être astrophysicien, etc... Connaître une multiplicité de domaines permet d'avoir une vision plus large des problèmes et ainsi trouver les solutions adéquates.
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Mar 24 Mai 2011, 13:20
Concernant la logique de présentation des articles dans ce fil, veuillez ne pas trop tenir compte de l’aspect décousu qui pourrait s’en dégager. J’essaye simplement de présenter les éléments comme ils me viennent et de reconstituer une réalité qui s’échappe dès que l’on pense trouver une explication qui pourrait permettre de tout comprendre, un peu comme ces pelures d’oignon, qui lorsqu’on le décortique n’enrobe pas celui-ci mais plonge en son centre, recouvertes par d’autres pelures qui semblent elles plus étendues en apparence et ainsi de suite. C’est pourquoi, pour ces sujets comme pour bien d’autres, il me semble qu’une approche « rhizomique » ( en s’inspirant de l’ouvrage de Gille Deleuze et Félix Guattari, »Mille plateaux ») me parait plus appropriée. Aussi je vous parlerai aujourd’hui du Zoo cosmique. Parmi les scénarios retenus pour expliquer le paradoxe de Fermi, une des solutions est dénommée « l’hypothèse du Zoo cosmique ». Peut-être convient-il d’expliquer plus en détail ces deux points :
Le paradoxe de Fermi :
Je reviendrai sur ce paradoxe et montrerait pourquoi il est bien mal nommé, Fermi n’ayant pas eu la primeur de ce raisonnement et ne s’est jamais vraiment penché sérieusement sur la question. De quoi s’agit-il ? En gros, si l’échelle temporelle d’apparition d’une civilisation qui accède aux voyages dans l’espace et visite la galaxie est beaucoup plus faible que l’âge de la galaxie, alors ils devraient nous visiter. Pourquoi ne les avons-nous pas encore rencontrés ou du moins aperçus quelques signes de leur présence ? On trouvera dans un papier de M Hart « An explanation for the Absence of Extraterrestrials on Earth » [1] une présentation plus détaillée de ce paradoxe et notamment ceci :
En faisant l’hypothèse que nous envoyons des expéditions d’exploration vers chacune des 100 étoiles les plus proches, (elles sont toutes dans un périmètre de 20 années-lumière autour du soleil), chacune de ces colonies a le potentiel d’envoyer éventuellement leurs propres expéditions, et ces colonies à leur tour peuvent envoyer les leurs et ainsi de suite. S’il n’y a pas de pause entre les voyages, la frontière d’exploration de l’espace ressemblerait à la surface d’une sphère dont le rayon croitrait à la vitesse de 0,1 fois la vitesse de la lumière (hypothèse de travail retenue [2]). A cette vitesse la galaxie serait traversée en 650 000 ans environ. Si nous faisons l’hypothèse que le temps entre deux voyages est du même ordre de grandeur que le temps du voyage, alors le temps nécessaire pour s’étendre dans la galaxie est en gros doublé, soit 1,3 Million d’années.
Ce qui vous en conviendrez est faible en regard de l’âge de notre planète- 5 milliards d’années, de l’âge de la galaxie- 10 milliards d’années -et du temps de rotation de celle-ci 200 millions d’années pour faire un tour! Il s’agit ici de retenir l’ordre de grandeur du temps nécessaire à la conquête. Cette valeur peut être plus importante si l’on part d’une hypothèse de vitesse de voyage plus faible qu’un dixième de la vitesse de la lumière. Continuons avec Hart :
Nous voyons que s’il y avait d’autres civilisations avancées dans notre galaxie, ils auraient largement le temps de nous atteindre, à moins qu’ils aient commencé leur exploration spatiale il y à moins de deux millions d’années. Il y aurait effectivement dans ce cas peu de chance que le soleil soit accidentellement visité. Même si les habitants d’un système planétaire proche nous ignorent, en quelques années, une expédition d’une de leurs colonies, ou d’un autre système planétaire proche nous rendrait visite.
Le Zoo Cosmique :
Pour expliquer cette absence et répondre à ce paradoxe de Fermi qui est loin d’être une problématique triviale, les chercheurs ont imaginé des tas de solutions que nous passerons en revue dans ce fil allant de la possible existence d’un processus de synchronisation de la vie dans l’univers à des hypothèses comme par exemple le Zoo cosmique que je vous propose d’aborder aujourd’hui
Il se trouve qu’une publication récente vient remettre ce scénario au devant de la scène[3] De quoi s’agit-il ? Le concept est le suivant :
L’humanité a été délibérément isolée ou ignorée par la communauté galactique, soit parce que les humains sont jugés trop primitifs, soit parce qu’interférer avec des civilisations de notre niveau de développement est dangereux, ou simplement parce que nous constituons un exemple intéressant d’une civilisation en voie de développement pour des extraterrestres anthropologues ou historiens (Ball 1973- [4]). Nous devons nous attendre à ce que cette politique soit appliquée dans les deux circonstances suivantes :
1 Une seule civilisation extraterrestre existe à portée de contact.
2 Une règle universelle ou un traité existe qui empêche les signataires d’interférer (voir Freitas 1977 pour la description d’une possible loi globale concernant la Terre).
Hair (2011) a étudié plus en détail la seconde circonstance. Si un tel traité existe, une uniformité de mobiles est nécessaire au sein de la communauté galactique, quelque chose qui se réduit de plus en plus au fur et à mesure que de nouvelles civilisations surviennent. Après tout, une seule civilisation peut enfreindre le traité pour interférer avec le développement de la Terre, transformant l’hypothèse du Zoo cosmique en hypothèse soft (en utilisant les définitions de Cirkovic 2009).
Pour maintenir une uniformité de mobiles, toutes les civilisations doivent évoluer vers des standards et des conduites similaires, éventuellement fortement assisté s’il existe une culture dominante déjà présente. Hair propose que la première civilisation galactique puisse fournir cette culture dominante. Cette première civilisation peut-être présente à la naissance des autres civilisations, les escortant vers une culture commune et vers l’uniformité de mobiles requis.
Hair étudie la distribution du premier temps « entre arrivée » (appelé ci après IAT1)
IAT1 = t2 - t1
Où ti est le temps où la civilisation i devient intelligente (c'est-à-dire où elle construit son premier radio télescope ou l’équivalent, et peut recevoir des messages interstellaires). Si ti est distribué comme une Gaussienne, il peut être démontré que IAT1 est représenté par une distribution exponentielle inverse (Snyder & Miller, 1991). Dans ce modèle simplifié, Hair montre que la première civilisation peut exister pendant plus de 300 millions d’années seule dans la galaxie[4]. Ceci peut permettre à la « chaine de culture » d’être mise en place, mais comment cette chaîne peut-elle être brisée ? Pour que l’hypothèse du Zoo cosmique soit forte, il faut que cette hégémonie soit transmise d’une civilisation à l’autre sans que la chaine soit brisée.
Une fois qu’une civilisation apparaît, la vitesse maximum à laquelle elle peut développer son influence est la vitesse de la lumière dans le vide[5]. Une limite temporelle est alors imposée- Si IATi+1 entre les civilisations i et i+1 est faible en comparaison de leur séparation spatiale, alors la chaîne de culture sera brisée- La civilisation i+1 arrivera avant que la civilisation i puisse communiquer son identité culturelle, et son uniformité de mobiles échouera probablement.
Il est vrai que l’hégémonie peut continuer si la première civilisation est suffisamment pérenne pour que t3-t1 soit grand par rapport à la séparation relative des civilisations 1 et 3, et ainsi de suite avec des nombres plus élevés de civilisations. Nous verrons aussi plus tard dans ce papier, que l’hégémonie totale impliquera que la première civilisation (ou du moins une des civilisations initiales) puisse persister pendant une période extrêmement longue[4], affaiblissant un peu plus cette variante de l’hypothèse du Zoo, comme nous ne pouvons rien dire de concluant actuellement sur la durée de vie des civilisations. Dans ce travail, je me suis focalisé sur l’alternative plus sévère- la chaine de culture n’est pas imposée par une civilisation individuelle en particulier, mais plutôt par toutes les civilisations à leur tour. La chaine de culture est donc aussi forte que son plus faible lien[5].
Alors que le temps « entre arrivée » est un paramètre important et nécessaire de toute étude de l’hypothèse du Zoo, nous ne pouvons oublier les contraintes imposées par la distribution spatiale des civilisations (Freitas 1980). Ce papier examinera les contraintes spatio temporelles dans deux études séparées. La première considérera un « modèle-jouet » simple et de façon analogue à celle de Hair (2011), en ajoutant les contraintes de distribution spatiale. Dans ce modèle, les temps d’arrivée et les localisations spatiales de chaque civilisation ne sont pas corrélés.
La seconde étude utilisera un ensemble de données plus réalistes, puisées à partir de simulations menées selon l’algorithme de Monte Carlo de la vie et de l’intelligence dans la voie lactée (Forgan, 2009 ; Forgan & Rice, 2010). Compte tenu de la prise en compte explicite de l’histoire de la formation des étoiles de la voie lactée, de la relation âge-métallicité et des gradients de métallicité, les temps d’arrivée et les localisations spatiales de chaque civilisation seront quelque part corrélés.
Les résultats de ces deux études indiquent que les contraintes ajoutées par la localisation spatiale conduisent à briser l’hégémonie établie par la première civilisation, et que la chaine de culture est en fait constituée de plusieurs chaines de culture séparées. Bien que cela n’éradique pas complètement la possibilité que l’hypothèse du Zoo soit correcte, elle s’en trouve sérieusement affaiblie. Si une hégémonie partielle recommande une ingérence et commence à le faire, cela réduit la solution du Zoo de la même manière que lorsque les civilisations individuelles font un choix similaire.
L’auteur du papier développe alors un paramètre, Hi = c2 *(IATi )2- Iri+1-ri I 2 (ou IATi est le temps « entre arrivée » , c la vitesse de la lumière et ri le vecteur décrivant la localisation de la civilisation i par rapport au centre de la galaxie) qui mesure l’influence de la civilisation i sur la civilisation i+1, pour imposer son hégémonie. Si Hi = x (dans ces unités où la distance est en parsec et le temps en millions d’années), nous pouvons dire que la civilisation i est capable d’émettre des signaux à la civilisation i+1 pendant un temps égal à racine carré (x)/c exprimé en millions d’années avant que la civilisation i+1 deviennent suffisamment intelligente pour recevoir un tel signal.
L’hégémonie peut-être établie dans les cas suivants :
Valeur positive de Hi, la civilisation i peut envoyer un signal à la civilisation i+1 avant que celle-ci ne devienne intelligente) ou valeur nulle (le signal de la civilisation i arrive en même temps que la civilisation i+1 devient intelligente) .
Par contre si Hi <0, l’hégémonie elle est brisée (la civilisation i ne peut envoyer de message à i+1 avant que celle-ci ne devienne intelligente.)
Dans le « modèle-jouet » , la location spatiale et temporelle des civilisations est décorrélée, et l’établissement d’une « chaine de culture » constante est brisée rapidement et facilement. En fait, en moyenne, le paramètre d’hégémonie H, qui mesure la séparation spatio temporelle de l’arrivée de deux civilisations, est régulièrement négatif avec des valeurs jusqu’à 3 sigma, impliquant que l’hégémonie n’est jamais vraiment établie dans ces circonstances. Ces résultats demeurent constant malgré la variation des paramètres de la distribution du temps « entre-arrivée » , et semble éliminer l’hégémonie totale de toute culture.
Ces tendances sont aussi trouvées dans les données provenant des simulations de Monte Carlo, malgré la faible corrélation entre la localisation spatiale et temporelle. L’hégémonie totale est brisée à la fois dans le cas où il y a peu de civilisations et dans le cas où la galaxie est pleine de monde. Ce qui semble plus établi, c’est que des hégémonies partielles sont établies par plusieurs civilisations – le nombre total d’empires dans ce cas n’est pas clair et demande des analyses ultérieures. Nous devons aussi envisager la possibilité que les intelligences extraterrestres ne mènent pas des logiques d’empires car celles-ci sont insoutenables économiquement (Cirkovic, 2008 ; Haqq-Misra & Baum, 2009). Ceci mis à part, le plus d’hégémonies existent, le moins probable est l’établissement d’une uniformité de mobiles (comme si, d’une manière exactement similaire, des civilisations non connectées essayaient d’établir une uniformité sans contact ni échange culturel). Dans ce modèle révisé, les hégémonies sont l’unité de base de la civilisation, où une « civilisation » regroupe beaucoup de sous-civilisations différentes (à l’image de l’empire Romain qui comprenait d’autres civilisations tel que les grecs ou les bretons).
La seule exception à ces conclusions c’est lorsqu’une civilisation survit pendant un temps suffisamment long pour réparer la chaine de culture partout où elle est cassée. Supposé une telle civilisation affaiblit l’hypothèse du zoo en demandant son apparition tôt dans la chaine, ce qui réduit sa probabilité de façon significative. Bien entendu, le grand nombre de galaxies dans l’univers augmentera l’apparition irréfutable d’un événement si peu probable, permettant aux circonstances spécialement demandées pour l «angoissant silence »[6] d’exister dans quelques galaxies (Davies, 2010). Ainsi, la solution du Zoo est seulement défendable en utilisant le principe anthropique faible (superficiellement, « les choses sont ce quelles sont parce que nous les observons »). Donc, nous ne pouvons invalider l’hypothèse du Zoo, mais c’est, sans aucun doute, une solution « molle » et de ce fait, insatisfaisante en tant que solution au paradoxe de Fermi.


[1]« An explanation for the Absence of Extraterrestrials on Earth ». Reprinted from the Quaterly Journal of the Royal Astronomical Society, 16, 128-33, 1975.
[2] Cette valeur ne semble pas complètement absurde. Voir « Interstellar Propulsion Systems » de Freeman Dyson présenté au symposium qui s’était tenu à l’université du Mariland sur le thème « Where are they ? » le 2 et 3 novembre 1979. Ce papier date déjà de plus de 30 ans et est à mettre en parallèle par exemple avec ceci qui est beaucoup plus récent :
http://wn.com/aneutronic_fusion
http://www.crossfirefusion.com/nuclear-fusion-reactor/overview.html
http://www.crossfirefusion.com/spacedrive-electric-propulsion/phase-displacement-space-drive.html
http://gltrs.grc.nasa.gov/reports/2005/TM-2005-213998.pdf
The potential benefits of breakthrough propulsion cannot yet be calculated with certainty, but crude introductory assessments show that the performance gains could span from a factor of 2 to a factor of 10150 improvement in the amount of energy required to move an object from one point to another.
[3]Spatio-temporal Constraints on the Zoo Hypothesis, and the Breakdown of Total Hegemony. Duncan H.Forgan.
http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1105/1105.2497v1.pdf
[4]Ces points ne sont pas sans rappeler le dossier ummite où l’on retrouve de façon étonnantes ces éléments éparpillés dans les lettres. Je ne polémiquerai pas sur l’origine de ces lettres constatant simplement le fait troublant suivant que des choses écrites dans les années soixante prennent sens à la lecture d’un papier scientifique de 2011…
[5]
Ce papier est fort intéressant, cependant il me semble pécher sur au moins les deux points suivants (à noter aussi que le concept de zone habitable pour la galaxie - à déployer peut-être au niveau de l’univers ?- est peut-être trop restrictif ici :
1 La vitesse de l’information
L’hypothèse qui consiste à prendre la vitesse de la lumière comme limite de la propagation de l’information dans notre univers. Elle semble correcte car conforme aux théories actuelles , ceci dit il est permis d’imaginer que ces civilisations avancées aient découvert un moyen de voyager plus vite que la lumière (Cf théories sur les univers gémellaires ou sur la variabilité des constantes universelles). Dans ce cadre, il ne serait pas difficile d’imaginer que la première civilisation émergente puisse établir au sein de la galaxie l’hégémonie en question. Cela soulève alors le point concernant l’existence de cette civilisation « primordiale », la première au sein d’une galaxie à accéder aux voyages interstellaires rapides et qui bénéficie d’un statut particulier sauf à imaginer un processus de synchronisation qui met un peu tout le monde sur un pied d’égalité (mais quelques million d’années de retard dans l’évolution, c’est vite attrapé surtout si l’on a la malchance de se trouver dans un système planétaire chahuté) dans cette course à l’échalote de l’intelligence et où nous aurions alors l’interpénétration de sphères d’influence. Ce dernier point débouche sur un autre papier que j’évoquerai ultérieurement à propos de simulations faisant intervenir des modèles de percolation. En poursuivant le raisonnement, la même démarche peut s’appliquer aux voyages intergalactiques et ainsi de suite. Peut-on alors établir un classement des civilisations galactiques(si ces dernières existent) en se référant notamment à la première des premières, celle qui accède au voyage intergalactique ? J’ai l’impression que c’est encore plus compliqué…
2 Le concept d’hégémonie
En fait, plutôt que de parler d’hégémonie, le développement des civilisations planétaires serait peut-être étroitement corrélé, voir conditionné par le développement d’une certaine éthique/ spiritualité que j’appellerai éthique cosmique. Celle-ci permettrait d’assurer une croissance et une évolution harmonieuse et éviterait l’autodestruction des civilisations émergentes. Une phase dans laquelle nous nous trouvons et qui n’est pas encore complètement révolue…En bref cette éthique cosmique, bien qu’émanant de civilisations au parcours complètement différent tendrait vers des concepts homogènes sous tendus par le développement de la vie, une représentation moderne des miroirs d’Amoli illustrant cette histoire de l’un et du multiple dans une relation autoconfigurante.

Dans ce cadre, plutôt que de parler d’hégémonie il faudrait évoquer l’accès à une éthique en quelque sorte universelle, je trouve malheureusement ce terme trop réducteur et peu adapté, l’universalité rimant bien trop souvent avec totalitarisme ou « toutité ». Voir à ce propos une indispensable lecture pour aborder ces sujets, « L’univers des totalitarismes » de Robert Jaulin.
[6] The Eerie Silence
http://www.amazon.co.uk/gp/product/1846141427?ie=UTF8&tag=markvernoncom-21&linkCode=xm2&camp=1634&creativeASIN=1846141427
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 29 Mai 2011, 09:28

https://www.dailymotion.com/video/xrk3n_fleetwood-mac-dreams_music
De façon assez surprenante la question « Y a-t-il de la vie dans l’univers en dehors de la Terre ? » n’ a été posée, en des termes rationnels et à travers les âges, que dans la littérature occidentale, c’est du moins ce que le papier suivant tend à démontrer :
The Extraterrestrial Life debate in different cultures- Jean Schneider
http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1003/1003.0277v1.pdf
Je me demande cependant si l’auteur n’est pas lui-même victime d’un biais cognitif par un phénomène d’embourbement culturel. Ceci dit un point important me semble être mis en exergue, la notion de décentration, de distanciation via le développement et la production des concepts, dont il est vrai, la culture occidentale est assez prolifique mais c’est loin d’être la seule.
Au passage on notera que cette problématique de la vie extraterrestre et du contact n’est pas apparue après la vague de 1947 mais était déjà bien présente et depuis des lustres si j’ose dire, dans notre culture planétaire et en particulier occidentale. Ce papier fourmille de références que je me permets d’extraire tant elles ne sont pas monnaie courante dans tous ces débats sur nos possibles altérités. Si cela peut aider à la réflexion.
Commençons par une citation puisée dans la littérature Juive, « Le guide des égarés » de Moise Maimonides (1135- 1204) :
« L’humanité entière dans son existence présente… et toutes les autres espèces d’animaux, constituent une partie infinitésimale de l’univers permanent… Il est très important que l’homme connaisse sa condition, et ne s’imagine pas de façon erronée que tout l’univers n’existe que pour lui ».
Maimonide connaissait très bien les travaux des grecs anciens et il participait au courant philosophique du moyen âge avec les philosophes Michael Scot (1175-1235) et Albertus Magnus (1193-1280) supportant l’idée de la vie extraterrestre (oui vous avez bien lu), ce qui, vous en conviendrez, à l’époque de la Terre plate et d’une instrumentation astronomique des plus limitée, était assez remarquable d’anticipation en terme de concept. De quoi faire pâlir nos pseudo sceptiques engluées dans une logique aristotélicienne antédiluvienne et justifiant peut-être la comparaison avec les Ichtyosaures :

Poursuivons ce voyage en prenant soin de mixer les chronologies afin de rester fidèle à cette approche rhizomique que je préconise et penchons nous sur la tradition hindou dans cet extrait du Mahabharata (le texte a été écrit entre 400 avant Jésus Christ et 400 après, autant dire que c’est pour le moins imprécis) , Bhrigu dit au chapitre 9 :
Le ciel que tu vois est infini. Il est la demeure de souverains couronnés de réussites ascétiques et d’êtres divins. Il est merveilleux et se compose de régions diversifiées. Sa limite ne peut être établie. Le soleil et la lune ne peuvent voir, dessus ou dessous, hors de portée de leurs propres rayons. Là où les rayons du soleil et de la lune ne peuvent arriver se trouvent des phares qui sont radieux eux-mêmes et qui possèdent la splendeur identique à celle du soleil ou du feu. Sache le, O donateur d’honneurs, qui est doté de grande splendeur et de renommée, même ces dernières ne regardent pas les limites du firmament, conséquence de l’inaccessibilité et l’infinité de ces limites. Cet espace que même les dieux ne peuvent mesurer est plein de mondes lumineux et étincelants, chacun au dessus des autres. Au-delà des limites de la terre sont les océans. Au-delà des océans se trouve l’obscurité. Au-delà de l’obscurité l’eau est là de nouveau, et au-delà du dernier se trouve le feu. Vers le bas, au-delà des régions infernales est l’eau. Au-delà se trouve la région appartenant aux grands serpents. Au-delà, c’est le ciel à nouveau, et au-delà du ciel, l’eau est encore là. Ainsi même, le ciel et l’eau alterne sans fin ».
Dans la Chine ancienne, il semble qu’il y ait seulement deux allusions à la pluralité des mondes. Dans le chapitre Qianxiang ( les cieux) de la grande encyclopédie « Gujin ushu Jicheng » qui se reporte à Yi Shizhen , écrivant autour de 1300 après Jésus-Christ la chose suivante :
Les hommes et les choses sont sans limite, et il en est de même pour la Terre et les Cieux. A titre de comparaison, quand un parasite se trouve dans l’estomac d’un homme, il ne sait pas qu’en dehors de cet homme, il y a d’autres hommes ; Un homme étant lui-même dans l’estomac de la Terre et des Cieux, il ne sait pas qu’au-delà de la Terre et des Cieux il y a d’autres Terres et d’autres Cieux ».
Et dans le livre de Po Ya Ch’in, Deng Mu écrit autour de 1000 ans après Jésus-Christ :
« Le Ciel et la Terre sont grands, pourtant dans tout l’espace vide il y a un petit grain de riz… C’est comme si tout l’espace vide était le tronc et le Ciel et la Terre un de ses fruits. L’espace vide est comme un royaume et le ciel et la terre ne sont pas plus qu’une simple personne appartenant à ce royaume. Sur un arbre, il y a beaucoup de fruits, et dans un royaume beaucoup de gens. Ne paraitrait-il pas déraisonnable de supposer qu’en dehors de la terre et du ciel que nous pouvons voir, il y a pas d’autres cieux, ni d’autres terres ! »

On retrouve enfin quelques références à des êtres non humains dans certaines cultures africaines et dans la culture Hopi, mais il s’agit plutôt d’êtres « surnaturels » comme des anges par exemple.
En ce qui concerne la culture occidentale, la question de la vie extraterrestre dans la littérature depuis les Grecs a été rassemblée dans des livres remarquables comme « Le débat sur la vie Extraterrestre de 1750 à 1900- l’idée de la pluralité des mondes depuis Kant à Lowell (Crowe 1986) » et « le débat sur la vie extraterrestre, de l’antiquité à 1915 (Crowe 2008) ». L’observation la plus importante, bien que flagrante, du livre de Crow c’est que tous les auteurs cités sont Européens et après 1800 Nord Américain.
Il est étonnant de constater que la plupart des auteurs qui sont entrés dans ce débat ont exprimé que l’existence de la vie extraterrestre leur semblait naturelle. Parmi les auteurs les plus célèbres, les quelques exceptions sont Aristote (Tiens cela ne m’étonne vraiment pas tant cet homme a pollué la pensée avec sa logique du tiers exclus), Augustine, Hegel, Schopenhauer et d’une certaine façon Platon (Là je reste plus circonspecte). Il y a donc très peu de sceptiques parmi des centaines d’optimistes. Une autre curiosité, c’est que si le débat s’est développé en intensité parmi la communauté scientifique jusqu’ à la fin du XIX siècle, presque aucun philosophe après Schopenhauer n’était plus concerné par ce sujet. Henri Bergson dans son « Evolution créatrice » et plus vaguement chez C.S Peirce et W.James mentionnèrent la question de la vie extraterrestre. C’est étrange parce que plusieurs philosophes au début du XX ième siècle comme Husserl, Cassirer, Wittgenstein étaient très bien informés des développements scientifiques de leur temps. Pour l’auteur du papier, ce fait reste un mystère qui ne peut être expliqué par l’ignorance : beaucoup de romanciers comme Charles Cros, H.G.Wells, G.Flaubert, A.Strindberg, Marconi, Stapledon et Tristan Bernard contribuèrent à porter le débat de la vie extraterrestre dans la culture générale. Ce n’est seulement que dans la seconde partie du XX ième siècle que Paul Watzlawick, un des plus grands spécialistes de la communication, une pointure de l’école de Palo Alto, Psychologue, psychothérapeute, psychanalyste et sociologue ( que je soupçonne d’avoir participé à quelques black programmes américains... ) posa sérieusement la question de la communication avec les extraterrestres (Watzlawick 1976) [1]. Son décès récent est passé complètement inaperçu.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Watzlawick

Paul Watzlawick, né le 25 juillet 1921 à Villach (Autriche) et mort le 31 mars 2007 à Palo Alto (Californie) est un théoricien dans la théorie de la communication et le constructivisme radical. Psychologue, psychothérapeute, psychanalyste et sociologue, ses travaux ont porté sur thérapie familiale et la psychothérapie générale.

Il est a noté que le débat sur la vie extraterrestre a bien été initié dans une zone en forme d’arc allant de l’inde à la Grèce et plus tard en Europe. Ce qui est curieux, soulève Jean Schneider , auteur du papier, c’est que la question « Pourquoi ce débat est-il essentiellement limité à la littérature occidentale ? » n’a jamais été discuté à sa connaissance. Il attribue cette situation au fait que les notions « d’ailleurs » et « d’étrangers » demandent une distanciation, voir une différentiation. Selon l’auteur, il existe deux types de distanciation : La distanciation entre les concepts et leurs objets empiriques, et la distanciation spatiale. L’auteur considère la culture occidentale comme la culture des concepts avec leur mathématisation et les contraintes logiques qu’ils imposent. Les concepts sont créés par les mots les nommant[1]. Cette vue est illustrée par exemple par les idées de nominalisme (Abelard) et le fameux idéalisme Berkeleysien (pour lequel, le prétendu matérialisme n’est en fait qu’un vrai idéalisme car nous n’expérimentons jamais vraiment la matière elle-même mais seulement des perceptions et ce que le langage en fait ! De quoi aussi rappeler les notions de trompe l’œil épistémologique évoquées par Miora Mugur-Schächter dans ce bouquin remarquable « L’infra-Mécanique Quantique » que j’évoquerai ultérieurement, tant les idées qui s’y trouvent sont novatrices et me semblent proposer une voie qui est aussi intéressante pour l’étude qui nous préoccupe).
En bref selon Jean Schneider, l’apparition du thème de la vie extraterrestre dans la zone Indo-Européenne, et son couronnement en Grèce est liée à l’apparition de la géométrie Euclidienne et au fameux logos Grec.

[1] Où il devient urgent de lire ou relire « Science and Sanity » d’Alfred Korzybski.
Mot/ étiquette(la carte n’est pas le territoire, cf Korzybski) désignant un concept (l’essence du concept est d’introduire une distanciation entre eux et ce qu’ils évoquent. Le concept peut aussi induire une représentation totalement erronées du monde (cf la Terre plate) . Comment accéder à la compréhension de ce concept de façon quasi immédiate sans ambiguïté, sans induire de mauvaises interprétations, des représentations erronées? Notre langage est plein d’ambiguïtés, de mots chapeau qui recouvrent pour une même chose (physique ou immatérielle) des « réalités » différentes imbriquées dans notre background social et notre parcours de vie. D’où la nécessité de développer une sorte de langue fonctionnelle « universelle » qui permette de s’affranchir de ce point d’achoppement. Mais comment ? Une des voies ne serait-elle pas de partir du concept de « frontière », surface d’échange qui délimite « mon être intérieur » de mon environnement, le moi de l’autre, une biosphère de l’espace et des autres biosphères ? Le principe pouvant être étendu aussi dans le domaine spirituel avec la notion de noosphère développée par Teilhard de Chardin. Une sorte de point nodal, cuspidal multiple à l’extérieur comme à l’intérieur, cette surface, frontière d’échange est unique, (Surface, face au dessus, limite de mon étant étant la frontière du firmament. Multiple à l’intérieur comme à l’extérieur. Point nodal, cuspidal dont jaillit le temps qui égrène les flux et reflux, sablier, voie d’échange de mon corps complexe avec le reste du monde) à l’image de cet un et du multiple des miroirs d’Amoli de la vie.

Philosophie exotique ou d’inspiration Spinoziste ?
Nos visiteurs potentiels ont passé un cap important de leur évolution, celui de ne pas s’autodétruire, aussi nous devrions regarder cette altérité éloignée non pas comme le reflet de nos peurs et de nos fantasmes mais bien plutôt comme le miroir de notre devenir.
En cette période troublée où nous sommes assiégés par la rampante dictature de la toutité, peut-être devrions-nous faire appel au paradoxal, comme le commandant de la forteresse d Hochosterwitz, pour renouveler notre façon de penser le monde et de construire des alternatives aux impasses thanatologiques que l’on nous impose en vérité absolue.

Changements de P. Watzlawick, J.Weakland/ R.Fisch : ISBN 2.02.005871.5
Lorsqu en 1334, la duchesse du Tyrol, Margareta Maultasch, encercla le château d Hochosterwitz, dans la province de Carinthie, elle savait trop bien que la forteresse, juchée au sommet d un rocher incroyablement escarpé, dominant la vallée d une grande hauteur, résisterait à toute attaque de front et ne serait prise que par un long siège. A la longue, la situation des assiégés se fit effectivement intenable : ils étaient réduits à leur dernier bœuf et à deux sacs d‘ orge. Mais la situation de Margareta devenait également critique, pour d autres raisons : ses troupes commençaient à s agiter, le siège semblait devoir durer une éternité, d autres expéditions armées se faisaient tout aussi urgentes. C est alors que le commandant de la forteresse se résolut à une action désespérée qui dut passer pour de la pure folie auprès de ses hommes : Il fit abattre le dernier bœuf, remplir sa cavité abdominale des deux derniers sacs d orge, et il ordonna que la carcasse fût ainsi jetée du haut du rocher dans un champ devant le camp de l ennemi. Lorsqu’ elle reçut ce message méprisant, la duchesse découragée, leva le siège et partit.

http://en.wikipedia.org/wiki/Hochosterwitz_Castle

Mais comment communiquer ?
"Imaginons que deux individus munis chacun d un émetteur-récepteur radio veuillent entrer en communication. Ils peuvent le faire qu’à condition de s’être mis préalablement d accord sur les données techniques telles que fréquence, code, signaux d appel, horaires de transmission. Sans cet accord sur le comment de leurs émissions, leurs chances d’entrer en contact seraient pratiquement nulles. On remarquera pourtant que le quoi ne présente pas de problème ni n’exige de coordination préalable : ils comprennent la langue dans laquelle sont envoyés les messages (en recourant éventuellement à un traducteur) ; comme tous les deux sont des êtres humains, vivant au même moment dans le même univers physique et partageant une somme d informations presque infinie sur leur condition et leur environnement, ils n’auront nulle besoin de trouver une base de compréhension mutuelle. Mais dans le cas de la communication extra-terrestre, c est à la fois le comment et le quoi qu’il faut découvrir et instaurer."
Paul WATZLAWICK, La réalité de la réalité (1978)

Ce passage du livre de Paul WATZLAWICK énonce ce qui semble "aller de soi": Créer une information compréhensible, exprimée dans une langue intelligible et communiquée suivant des procédures préalablement définies entre producteurs et utilisateurs. Alors poursuivons avec les notes de lecture de Sophie Guéneau à propos de Paul. Un trésor d informations pertinentes notamment sur la communication "géométrique"(Crop Circle) et surtout concernant l’histoire de la constellation "Bootis", finalement temporellement proche d’une autre plus célèbre.
http://www.limsi.fr/Individu/jps/research/weakaliens/index.html
2) Semantic Heterogeneity based approaches claim that
a) the Great Global Ontology is an utopia because of the term "Global",
b) in every day life, Semantic Heterogeneity is the basic rule,
c) Semantic Heterogeneity can be overcome at a local level.

17 La communication extra-terrestre
Au-delà de notre système solaire, une vie intelligente pourrait exister et sa forme devrait ressembler à celle de la vie sur terre, car il est pratiquement démontré que les quatre mêmes éléments fondamentaux qui composent notre terre composent la Voie lactée. Il existe dans notre Voie lactée un milliard de planètes qui sont comparables à la nôtre et pourraient abriter une vie semblable à la nôtre.
Le désir d'entrer en communication avec les organismes qui pourraient y vivre pose deux types de questions :
 Comment entrer en communication ? Quelle technique utiliser ? Les distances concernées empêchent d'envisager tout déplacement physique. Il en va différemment de la radiodiffusion qu'elle soit active (le plus grand radiotélescope situé à Porto Rico est capable de détecter toute impulsion qui proviendrait d'un instrument analogue dans notre galaxie) ou passive (notre planète est devenue une source de pollution électromagnétique dont des extraterrestres assez avancés technologiquement pourraient facilement repérer les signaux).
 Quel message transmettre, alors que nous ignorons leur façon de parler, de penser, et de ponctuer leur réalité de second ordre (donc, d'interpréter) ?
Si, techniquement, nous pouvons envoyer et recevoir des messages à l'aide d'un radiotélescope, il nous est impossible d'entrer en communication avec d'autres êtres si nous ne pouvons nous mettre en accord avec eux sur la fréquence sur laquelle nous pouvons communiquer. Or, comment se mettre en accord avec eux, sans être entré en communication ? Watzlawick nous ramène à la question de l'interdépendance

Anticryptographie
Nous avons vu qu'en absence de communication préalable à une décision interdépendante, les acteurs doivent émettre une hypothèse tacitement partagée ou baser leur hypothèse sur un élément unique, tellement évident qu'il ne puisse faire aucun doute sur son sens. De nombreux chercheurs ont imaginé de tels éléments :
 En 1820, le mathématicien Carl Friedrich Gauss proposa de faire un gigantesque triangle rectangle, dans les forêts de Sibérie (des bandes de forêts, larges de 18 km en constitueraient le tracé, et des champs de blé en auraient constitué l'intérieur, ainsi que trois carrés situés sur les côtés du triangle). Cette forme serait visible des plus lointaines planètes et selon Gauss, elle serait évidente pour les astronomes et mathématiciens extra-terrestres.
 Charles Cros, au XIXème siècle, imagina de construire un immense miroir qui aurait reflété les rayons du soleil et aurait fait fondre le sable censé recouvrir la planète Mars. On aurait pu ainsi, graver d'énormes inscriptions à sa surface.
 En 1840, Joseph Johann von Littrow suggéra de creuser un trou de 40 km de diamètre dans le Sahara, qu'on remplirait d'eau avant d'y verser du kérosène qu'on enflammerait la nuit, pendant plusieurs heures.
Ces projets ont l'intérêt de présenter des messages dont le décodage présente peu de difficultés, et qui pourraient donc être efficaces. L'art d'encoder les messages avec clarté et transparence s'appelle anticryptographie, en référence à la cryptographie, qui est la science de l'encodage et du décodage de message (et qui permet de dissimuler le sens de messages, et de ce fait de créer la désinformation). Si nos éventuels partenaires sont en mesure d'accéder à ces messages, cela signifierait qu'ils disposent d'une technologie comparable à la nôtre et que nous avons en commun une réalité de premier ordre, qui permettrait d'entamer une communication.

Le projet Ozma
Au-delà des projets, une expérience a été accomplie dans ce domaine, en 1960. L'astronome Frank Drake, en Virginie, choisit deux étoiles qui semblaient éligibles aux astronomes et qui pendant trois mois furent traquées par un radiotélescope. Aucun signal témoignant d'un dispositif artificiel ne fut capté. Cette expérience passive (aucun message n'était envoyé) a le mérite d'avoir existé et a entamé une série d'autres tentatives.

Propositions pour un code cosmique
Envoyer ou capter des impulsions électriques ne représente qu'une partie du problème. Un autre problème restant est le code que l'on peut utiliser comme langage. Les projets présentés ci-dessus reposaient sur des images. Or, le seul langage que l'on peut imaginer utiliser repose sur des impulsions électriques, ce qui suppose l'utilisation d'un code binaire. Ces deux données peuvent être combinées, car il est possible d'encoder une image en impulsions binaires et de la transmettre par radio. C'est cette forme de code qui a été choisie pour un message, enterré en 1965 lors de l'Exposition Universelle, à New York, et qui doit être ouverte dans 5000 ans. Cette forme d'encodage présente l'avantage de fournir non seulement des informations factuelles, mais également, une méthode de communication susceptible d'être utilisée par nos éventuels partenaires. En revanche, un facteur de taille pose problème : les distances qui nous séparent de ces partenaires. Comment imaginer entamer le début d'une conversation, même si nos messages peuvent circuler à la vitesse de la lumière?

Radioglyphes et Lincos
Deux propositions de langage cosmique avaient déjà été faites, avant les années 60 :
 Lancelot Hogben a élaboré une syntaxe qui repose sur le concept de nombre et qu'il appelle les radioglyphes. Le nombre est pour lui le concept le plus universel car il a été l'élément que les hommes ont utilisé dès qu'ils ont tenté de communiquer à distance. Si le nombre est le premier idiome d'une compréhension interstellaire mutuelle, il est suivi par l'astronomie. Car, pour ce chercheur, les faits astronomiques sont ceux qui, après les nombres, sont connus des extra-terrestres et de nous-mêmes.
 Hans Freudenthal a proposé un autre langage appelé Lincos qui est destiné à être transmis par impulsions électriques, et qui est également fondé sur la communication de nombre. Il rajoute à ces éléments premiers :
1- Des suites numériques (en introduisant l'arithmétique)
2- Le concept de temps
3- Le concept de comportement
4- L'espace, le mouvement et la masse
Pour Watzlawick, son erreur est de penser qu'on pourrait enseigner aux extra-terrestres notre conception de la réalité.

Un message de l'année 11000 avant Jésus-Christ ?
Le professeur Ronald Bracewell, de l'Université de Stanford a émit l'hypothèse que des sondes inhabitées pourraient circuler en orbite autour de la terre, destinées à recevoir les radiations artificielles émanant de cette dernière et à les retransmettre à leur planète d'origine. Ces sondes répèteraient également les messages interceptés, sur la même fréquence, et renverraient cet écho comme témoignage de leur existence. Pour le scientifique, après avoir renvoyé cet écho afin que nous découvrions son existence, la sonde enverra alors un message et certainement une image de constellation.
De tels événements se sont produits à Oslo, en 1927, qui font encore aujourd'hui l'objet de recherches approfondies. Un opérateur reçut des signaux d'une station radio et 3 secondes plus tard, leur écho. Le même phénomène recommença un an après, devant témoins. Un désarroi naquit de ce phénomène, qui provoqua un état d'incertitude et de désinformation, et l'on tenta de trouver un ordre qui puisse expliquer les faits :
Les messages envoyés furent reçus en écho, sur la même fréquence, mais avec des retards différents (8, 11, 15, 8, 13 secondes). Ces retards furent considérés par Duncan A. Lunan, comme une suite de nombres non pas arbitraire, mais au contraire comme une suite logique. En projetant les temps de retard sur un graphe, il découvrit que ce dernier représentait la constellation Bootis, telle qu'on la voit de la terre, et le troisième écho de la séquence, plus précisément la position exacte de l'étoile Epsilon Bootis. La position des étoiles de la constellation telle qu'elle figurait dans ce message ne correspond pas à celle que nous pouvons voir aujourd'hui, mais à celle qui existait il y a 13000 ans, ce qui signifierait que la sonde serait arrivée dans notre système solaire 11000 ans avant Jésus Christ.

La plaque de Pioneer 10
Cette plaque fut lancée le 3 mars 1972, fixée sur le flanc de Pioneer 10. Elle est censée fournir des informations sur notre monde à une autre civilisation galactique si tant est qu'elle soit récupérée.
Le professeur Carl Sagan, auteur du message, y a fait figurer à gauche ce qui sera reconnu comme les périodes caractéristiques des pulsars (qui permettraient à toute autre civilisation scientifiquement avancée de positionner notre système solaire).

Des réalités inimaginables
Il semble impossible pour l'homme d'imaginer d'autres réalités de deuxième ordre, virtuellement présentes dans l'espace. Pour Watzlawick, l'humanité est tellement jeune, qu'elle est loin de pouvoir tirer des conclusions sur l'évolution des civilisations, s'il y en a. L'auteur suppose que l'impact psychologique et social qu'aurait sur nous l'arrivée d'informations provenant de civilisations plus avancées que nous pourrait être de deux ordres, comme le montrent les expériences cliniques où un être est en présence d'une disponibilité soudaine d'un savoir supérieur, confronté à des informations d'une dimension insoutenable :
 Ignorer leur existence
 Prendre congé de la réalité toute entière, ce qui est l'essence de la folie.

La communication imaginaire
Watzlawick, à l'image d'un mathématicien dont le travail consiste, selon lui, à "dériver des théorèmes d'hypothèses postulées", s'attache dans cette dernière partie à traiter de contextes de communication purement imaginaires, et qui sont sources de situations paradoxes, tels qu'on a pu déjà en croiser notamment avec l'exemple du dilemme des prisonniers.

Le paradoxe de Newcomb
C'est précisément en tentant de résoudre ce dilemme que le Docteur William Newcomb, physicien, rencontra un nouveau paradoxe, établi sur une communication avec un Etre imaginaire qui a la faculté de prévoir le choix des hommes avec "une précision presque absolue". Cet Etre vous présente deux boîtes : la boîte 1 contient 1000$, et la boîte 2 contient soit 1 million de $, soit rien. L'Etre vous propose soit de prendre les deux boites, auquel cas la boîte 2 est vide, soit de prendre uniquement la boîte 2, auquel cas, cette dernière est pleine (car il aura prévu votre choix). Les événements s'enchaînent de la façon suivante :
1- L'Etre fait sa prévision
2- Il remplit ou pas la boîte 2 selon cette prévision
3- Il nous communique ses conditions
4- Nous faisons notre choix.
Selon Newcomb, l'un des deux choix vous apparaît comme évident, et pourtant deux raisonnements différents ont leurs défenseurs. Pour certains, il est évident qu'il ne faut choisir que la boîte 2. Pour les autres, comme l'Etre a fait sa prévision avant que vous ayez pris votre décision, le million de dollars est ou n'est pas dans la boîte 2. S'il y est et que vous prenez les deux boîtes, vous aurez 1 million et mille $. S'il n'y est pas, vous aurez 1000 $. Vous recevrez, selon cette théorie toujours 1000 $ de plus qu'en prenant seulement le contenu de la boîte 2. Les premiers basent leur raisonnement sur un rapport logique et atemporel entre votre choix et le contenu de la boîte 2 (votre décision conditionne le contenu de la boîte 2), alors que les autres raisonnent sur une relation causale et temporelle (le choix ne peut modifier une décision qui a eu lieu avant lui).
Watzlawick évoque ici divers éléments évoqués dans l'ouvrage pour les faire converger vers un sujet commun : la question du déterminisme ou du libre-arbitre. Nous savons qu'il nous est essentiel de savoir si notre réalité a un ordre ou non.
1- Si elle n'en a pas, la réalité est confusion et chaos.
2- Je compense cet état de désinformation par l'invention d'un ordre qui devient ce que j'appelle la réalité. Dans ce cas, je crois en mon libre-arbitre, et mes choix créent ma réalité.
3- L'autre réponse possible est qu'il y a un ordre, qui est indépendant de nous, dépendant d'un Etre supérieur dont nous dépendons. Dans cette hypothèse, la communication avec cet Etre devient un but essentiel pour l'homme. Dans ce cas, peu importe la nature de mon choix puisqu'il est le seul que je puisse faire.
Pour Watzlawick, les positions 2 et 3 sont intenables, et on ne peut vivre exclusivement selon l'une ou l'autre de ces positions, car si tout est préalablement déterminé, à quoi bon prendre des risques ? D'autre part, si je suis maître de mes décisions, sur quoi sont-elles fondées ? Uniquement sur des données aléatoires et non sur des causes passées ?
De nombreux philosophes et scientifiques ont proposé des réponses au dilemme du libre-arbitre. Dostoievski, lui, n'en donne aucune, mais donne forme à ce dilemme dans le récit d'Aliosha : Jésus y représente le libre-arbitre, et le grand inquisiteur, le déterminisme.
Pour Watzlawick, nous préférons ne pas considérer les deux pendants du dilemme, et ignorer cette contradiction pour tenter de "mieux s'adapter à la réalité et sauvegarder ce qu'on appelle "la santé mentale".

Voyage dans le temps
Notre conception du temps est liée à l'expérience quotidienne que l'on en fait et à ses trois aspects que sont le passé, le présent et le futur. Elle est liée à l'idée de causalité qui implique que si un événement est la cause d'un autre, il s'est obligatoirement déroulé avant l'autre, dans le temps.
Mais la notion de temps est relative : imaginons que la vie d'un homme soit filmée du début à la fin. Pour cet homme, la notion de passé, présent, futur, sera liée à l'instant vécu. Sur la bobine figureront tous les événements qui ont constitué la vie de cet homme. Pour le spectateur, chacune des images n'est passé, présent ou futur que selon qu'elle a ou non défilé dans le projecteur. Le film est l'analogue d'un univers sans temps, que Parménide qualifie de "total, unique, immuable et sans fin; pas plus qu'il ne fut jamais, ni ne sera, puisqu'il est maintenant tout ensemble, un et continu". Cette conception du temps va à l'encontre de la perception émotive que nous en avons, dans laquelle ne peuvent coexister le passé, le présent et le futur dont la somme totale constitue ce que l'auteur appelle le "phénomène temps".
Dans l'exposé du paradoxe de Newcomb, l'Etre imaginaire est en mesure de prédire notre décision, car il peut "voyager dans le temps": une fois qu'il a constaté votre décision, il revient en arrière pour remplir ou non la boîte 2. Le temps n'est que le déroulement d'un film où tout libre choix est illusion. En revanche, si le temps se déroule librement, chaque instant contient une infinité de possibilités qui s'ouvrent à lui, auquel cas, il existe un nombre infini d'univers.
Pouvoir voyager dans le futur ne résoudrait pas ce dilemme si toutes nos actions étaient prédestinées, et ne le résoudrait pas non plus s'il était possible de modifier notre ligne de conduite en fonction de ce que nous y verrions. Watzlawick, sur ce sujet, se rallie à l'héroïne de La fin de l'Eternité, roman d'Isaac Asimov, selon laquelle le fait de prévenir les échecs et les misères des hommes les empêcherait de trouver leurs propres solutions, ces dernières naissant de "la conquête des obstacles".
Imaginer voyager dans le passé déstabilise également notre sens commun. Si une information peut circuler dans le sens inverse du temps suppose que l'on prend connaissance des événements avant qu'ils ne se produisent, que les réponses arrivent avant que les questions ne soient formulées, que les conclusions arrivent avant que les expériences n'aient lieu.
De la même façon, pouvoir voyager dans le passé revient à créer autant de nouvelles réalités qui coexistent, que de voyages. En effet, revivre une période de son existence reviendrait à vivre une deuxième vie, différente de la première, à la même période que nous vivons la première.
Notre langage et nos processus de pensée sont limités aussitôt que nous touchons à la notion de temps, car ils sont fondés sur la définition que nous avons de la réalité, déterminent et perpétuent en retour cette définition. Dans son article "On the Contradictions of Time Travel", paru en 1974, Martin Gardner a traité de toutes les contradictions que soulèvent en nous les voyages dans le temps, quand ils permettent l'interaction, la communication entre des données du présent avec celles du passé ou celles du futur. En conclusion de son article, Gardner revient au dilemme déjà évoqué du libre-arbitre et du déterminisme : "l'histoire est-elle un film préenregistré, projeté sur un écran quadridimensionnel de notre espace-temps ? ou bien le futur est-il ouvert et indéterminé, n'existant en aucun sens, jusqu'à ce qu'il arrive effectivement ?"

L'instant éternel
Il ne nous est possible de concevoir le temps qu'à travers une image d'écoulement. Il existe pourtant des situations qui ont été décrites de multiples fois qui relatent que l'esprit peut, dans des circonstances particulières, saisir le temps comme le décrit Parménide : "total, unique, immuable et sans fin". Les états qui correspondent à ces situations sont souvent qualifiés de mystiques, d'anormaux. Dans cet ouvrage, l'auteur nous a montré comment notre réalité est faite de bon nombre de suppositions, croyances, hypothèses, superstitions. Se délivrer de ces liens avec le passé ou le futur serait caractéristique de ces expériences. Des états induits par le mysticisme, l'intoxication par prise de drogues peuvent engendrer ce type d'expériences, mais ne sont pas les seuls. Ainsi, les situations de grand danger peuvent les provoquer. Watzlawick cite l'écrivain Arthur Koestler, qui dans "The Invisible Writing"décrit cette sensation, vécue dans une cellule de condamnés d'une prison espagnole : "J'ai dû rester plusieurs minutes, en transe, avec une conscience indicible que "cela est parfait". Puis, j'étais sur le dos, flottant à la surface d'un fleuve de paix qui venait de nulle part, et ne s'écoulait nulle part. Puis, le je avait cessé d'exister et quand je dis "le je avait cessé d'exister, je me réfère à une expérience concrète aussi incommunicable verbalement que la sensation ressentie à l'écoute d'un concerto pour piano, et pourtant tout aussi réelle – seulement beaucoup plus réelle. Sa marque est que cet état est plus réel que tout autre éprouvé auparavant."
Cet instant, que Watzlawick appelle "l'instant pur", ne peut être exprimé à l'aide de notre langage et toutes les tentatives en ce sens ont échouées.
Mais, notre langage est inadéquat pour exprimer ce que Watzlawick appelle "l'instant pur", et toutes les tentatives en ce sens de ceux qui l'ont vécu ont échouées. Ce qui constitue le dernier paradoxe sur lequel l'auteur conclut son ouvrage. Les expériences qui atteignent les limites de l'esprit humain ne peuvent trouver dans le langage humain le moyen de les exprimer.

A propos de la Lingua Cosmica, déjà une communication établie?
http://en.wikipedia.org/wiki/Lincos_
Lincos (an abbreviation of the Latin phrase lingua cosmica) is an artificial language first described in 1960 by Dr. Hans Freudenthal in his book Lincos: Design of a Language for Cosmic Intercourse, Part 1. It is a language designed to be understandable by any possible intelligent extraterrestrial life form, for use in interstellar radio transmissions. Freudenthal considered that such a language should be easily understood by beings not acquainted with any Earthling syntax or language. Lincos was designed to be capable of encapsulating "the whole bulk of our knowledge."


https://www.youtube.com/watch?v=_Dsh9M6qnhE
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 05 Juin 2011, 23:17

Ne nous attachons pas à ce que l’homme peut produire de plus vil mais bien plutôt à la beauté qui peut émaner de ses créations, de ses représentations de l’univers selon la talité[1] de l’humanité. Ce n’est pas celle des PORCS de la monnaie contrairement à ce que l’on voudrait nous faire accroire.
Ce n’est pas un gage de bonne santé que d’être bien intégré dans une société profondément malade. » J.Krishnamurti.
Afin de progresser dans le débat qui nous intéresse, vous trouverez ci-joint une traduction rapide d’un article remarquable de M Guillermo A. Lemarchand publié 2006. J’ai essayé de rester fidèle à l’auteur tout en ajoutant quelques commentaires et en modifiant parfois l’ordre de certains passages.
http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/0807/0807.4518.pdf
Counting on Beauty: The role of aesthetic, ethical, and physical universal principles for interstellar communication.
Compter sur la beauté: Le rôle de l’esthétique, de l’éthique et des principes physiques universaux dans la communication interstellaire par Guillermo A.Lemarchand, 2006.
Dans cet article passionnant, M Lemarchand émet l’hypothèse que la communication avec des intelligences extraterrestres pourrait être établie sur la base d’une sorte de « Lingua Cosmica » , langue de la sagesse cosmique, qui permettrait à chaque espèce de partager ses propres perceptions, sensations, émotions. Mais quelles seraient les bases épistémiques de cette langue interstellaire ?
L’auteur introduit alors une notion intéressante avec le terme de carte cognitive (attention toutefois et toujours en référence à Korzybski, la carte n’est pas le territoire ! La carte ne couvre pas tout le territoire, les mots ne couvrent pas tout ce qu’ils représentent. La carte est auto réflexive, avec le langage, nous pouvons parler du langage lui-même) Une bonne façon de progresser dans ce domaine est de faire appel à l’outil développé par Alfred, le « Structural Differential » [2] ). Je vous laisse découvrir cette publication.


2.Les bases épistémiques pour un langage extraterrestre.

La cartographie cognitive, terme utilisé en philosophie des sciences, fait référence aux processus par lesquels un organisme établit des représentations de son environnement dans son propre système de référence. Les caractéristiques de l’environnement physique sont seulement quelques parts significatives des cartes cognitives humaines. Nos cartes cognitives représentent des objets aussi variés que les êtres vivants et leurs comportements, les abstractions linguistiques, les jugements esthétiques et les valeurs éthiques.
Avec l’émergence du langage symbolique, les environnements peuvent être décrits avec des mots. , Le langage, qui n’est pas seulement limité à la cartographie des perceptions sensorielles, permet aussi la cartographie des concepts. Avec les langages et leurs règles, chacun peut reconstruire des événements qui se passent dans le temps et l’espace. A travers le langage, nos espèces apprennent comment coopérer dans l’espace et le temps. Pour créer un tel langage interstellaire, nous devons proposer un ensemble de conjectures transformant nos cartes cognitives humaines en des universaux cognitifs.

Chaque espèce intelligente doit développer des systèmes de symboles pour représenter les objets, les causes et les buts, formuler et se souvenir des procédures qu’elles développent pour atteindre leurs buts. Durant son évolution, chaque espèce découvrira éventuellement certaines idées très spéciales qui sont plus simples que d’autres pour le même usage. Aussi, nous devons nous attendre à ce que les extraterrestres connaissent l’arithmétique, le raisonnement causal et l’optimisation des processus.
Une Lingua Cosmica devrait être un instrument permettant la coopération inter espèces. D’un point de vue éthique, celle-ci peut être possible comme conséquence d’une sorte de principe de fraternité universelle[3] , selon lequel les sociétés intelligentes avancées choisissent d’aider d’autres espèces afin de maximiser le développement des potentialités de toutes les expressions de la vie dans l’univers.

Benjamin Whorf (1847-1941) montra que les langues en particulier, à travers leurs structures grammaticales, influencent les types de pensées que les gens ont [4], leurs façons de percevoir le monde, et leurs façons de se concevoir eux-mêmes (réflexivité). Le processus d’apprentissage d’une langue recrée dans une nouvelle génération, les façons de penser, les catégories d’interprétation, les schémas de comportement qui typifièrent leur société dans le passé. L’acquisition du langage est vitale pour former les cartes cognitives, aussi il ouvre une nouvelle dimension dans les structures cognitives. Chaque langue humaine cartographie l’environnement de ses locuteurs, avec des informations linguistiques s’accumulant sur de nombreuses générations. Chaque langue, par conséquent, reflète les particularités de l’environnement dans lequel les personnes qui la parlent vivent. Un élargissement aux différents environnements galactiques peut représenter un important problème d’incommensurabilité pour échanger des informations de base à travers différentes cartes cognitives[5]. Les intelligences exotiques seront peut-être incorporées dans des formes différentes, et elles auront des besoins, des perceptions et des comportements différents, [6]. Les extraterrestres pourraient habiter des environnements dans lesquels aucune science ni technologie n’est nécessaire pour survivre. La science d’une civilisation extraterrestre pourrait refléter leurs façons particulières de percevoir la nature, résultats de leur histoire évolutive particulière dans des environnements différents de ceux rencontrés par les précurseurs des humains. Si eux et nous, utilisons des cartes cognitives très différentes, nous ne pourrons peut-être jamais être capables d’apercevoir leurs manifestations d’intelligence.

Les chercheurs de SETI pensent que les principes de base de notre science et de la science des êtres extraterrestres devraient être fondamentalement les mêmes, et que nous devrions être capables de communiquer avec eux en se référant à ces éléments que nous partageons, comme les principes des mathématiques, de la physique et de la chimie. Cette approche fait l’hypothèse qu’il y a une seule façon de conceptualiser les lois de la nature. En conséquence, les mathématiques et le langage de la nature devraient être universels.

En revanche, Kuhn (1962) envisageait des situations selon lesquelles deux conceptions théoriques sont si différentes que les controverses entre elles, ne peuvent pas être résolues. Dans de telles situations, les deux coutumes sont dites être sans commune mesure. Le problème selon Kuhn c’est que chaque conception de la science utilise ses propres méthodes pour évaluer ses théories. De plus, les théories elles mêmes affectent les observables qui sont utilisés pour supporter les paradigmes scientifiques. Kuhn démontra son analyse avec les études de cas historiques comme les révolutions scientifiques. Par exemple, il examina la transition entre l’astronomie Ptolémaïque et celle de Copernic, ainsi que le passage de la mécanique Newtonienne à la relativité restreinte.
Réciproquement, les normes de preuve, d’interprétation et de compréhension dictées par la carte cognitive terrestre d’un côté, et par la carte cognitive extraterrestre de l’autre, peuvent être si différentes que la compréhension mutuelle est pratiquement impossible. Pour appréhender une vue scientifique radicalement différente, on doit adopter une conception du monde entièrement nouvelle, complétée avec ses propres standards caractéristiques de rationalité. Sans des standards de rationalité indépendants des théories, il n’y aurait aucune base pour la communication.

Deux types différents d’incommensurabilité peuvent limiter l’échange d’informations intelligibles entre les cultures humaine et extraterrestre. Une incommensurabilité méthodologique, aucune méthode rationnelle ne peut être trouvée pour échanger des informations intelligibles à cause de différences dans l’observation et dans les méthodes scientifiques. Une incommensurabilité sémantique, l’utilisation des mêmes termes dans deux cartes cognitives différentes ou paradigmes qui ont des significations très différentes selon des visions du monde épistémologiquement différentes.

Par exemple, les instances du terme « masse » sont incommensurables en mécaniques Newtonienne et relativiste.
Mais peut-être que ce scepticisme épistémologique extrême est injustifié dans le cas de SETI. Nous n’avons pas besoin d’envisager tous les extraterrestres possibles, mais seulement ceux qui nous ressemblent assez pour créer des transmetteurs radio ou laser. La seule voie que nous avons pour trouver des preuves d’intelligences extraterrestres est à travers la détection de signaux artificiels générés par des activités technologiques, et beaucoup de types d’universaux cognitifs peuvent être conjecturés en considérant les conditions nécessaires à la fabrication d’équipements pour émettre et recevoir les signaux électromagnétiques. Des extraterrestres technologiques auront évolué à travers des processus et des stratégies de communication qui rencontreront les notre suffisamment pour nous permettre de les comprendre.

[b3 ]A la recherche de la langue cosmique :[/b]

L’origine du langage est clairement reliée à la capacité cognitive. Chomsky suggère que le langage a une base biologique, les contraintes de celle-ci conduisent à certains universaux dans les langues humaines. Pouvons- nous étendre notre carte cognitive terrestre à un système symbolique [7] pour échanger des informations avec des cultures alienigènes ? Peut-on faire l’hypothèse qu’un principe de Médiocrité existe, selon lequel les modèles trouvés dans l’émergence et l’évolution du langage humain devraient être monnaie courante dans la galaxie ? S’il y a une convergence évolutive parmi ces chemins, une analyse des origines et du développement du langage humain doit apporter quelques lumières sur l’émergence des langues extraterrestres, qui en échange, devrait nous permettre de créer une lange Cosmique plus intelligible. De façons significatives, nos spéculations sur les formes probables des messages extraterrestres peuvent être limitées par notre propre expérience comme êtres linguistiques – que ces expériences soient ou non vraiment universelles. Considérez, par exemple, comment les enseignements appris du développement de l’enfant sur Terre pourraient affecter nos attentes à propos de tout message que nous recevrions d’intelligences extraterrestres.
Piaget (1955) observa que les enfants passent beaucoup de temps à parler entre eux. Même la conversation entre enfants est souvent un « monologue collectif ». Bienque deux enfants ou plus puissent paraître se répondre, en réalité, ils peuvent seulement être en train de poursuivre leurs monologues, sans prendre en compte les réactions des autres (Merleau-Ponty,1973). Comme Piaget le nota, les premières paroles sont égocentriques. Le dialogue semble secondaire. Ce fait terrestre pourrait-il influencer les types de messages que nous anticipons à propos des civilisations extraterrestres ?

Souligner les dimensions d’une langue cosmique :

L’acronyme SETI n’est pas le bon. Il est impossible de détecter une quelconque évidence d’intelligence à des distances interstellaires ; mais nous pouvons trouver les traces de sources artificielles générées par des activités technologiques. Aussi, le programme de recherche est centré sur la recherche des activités technologiques extraterrestres (Search for Extra Terrestrial Activities SETTA (Lemarchang 1992).

Avec SETTA, comme avec l’astronomie conventionnelle, les distances cosmiques sont si importantes que le chercheur peut seulement regarder au loin, étant entièrement dépendant des supports d’information qui traversent l’univers. Selon notre carte cognitive des lois physiques, les supports d’information ne sont pas infinis en variété. Toute l’information que nous avons actuellement sur notre univers au-delà du système solaire nous a été transmis par le moyen d’ondes électromagnétiques (radio, infrarouge, optique, ultraviolet, rayons X et rayons Gamma), rayons de particules cosmiques (électrons et noyaux atomiques), et plus récemment, par les neutrinos (Lemarchand, 1992, 1994a).

Le diagramme suivant résume, selon notre carte cognitive de l’univers, les supports d’information possibles qui nous permettrons peut-être de trouver la première preuve de civilisation technologique extraterrestre.

En utilisant l’approche épistémologique de Imre Lakatos dans le cadre du programme de recherche SETTA et selon « le noyau dur » de cette interprétation particulière de la réalité , il y a deux hypothèses :
1) Le principe de médiocrité.
2) Les lois physiques de la nature qui caractérisent les supports d’information sont universelles.
C’est que, les lois physiques sont indépendantes de toute position particulière dans l’espace et dans le temps. Toute l’astrophysique moderne est basée sur cette dernière hypothèse et la considère comme irréfutable.

Nous continuons de tester d’autres théories physiques qui constituent une ceinture de protection autour du noyau dur. Dans notre cas, la ceinture de protection inclut la liste complète des supports potentiels d’information. Nous voyons alors quels aspects de la ceinture protective nous pouvons conserver, et ceux que nous devons éliminer pour protéger nos hypothèses de base à propos de l’universalité des lois de la nature et du principe de médiocrité. En faisant abstraction du support d’information utilisé, afin de détecter qu’un signal existe et qu’il est d’une origine artificielle, nous définissons « une heuristique positive », pour la sélection du support d’information approprié suivant ces exigences : Le signal reçu doit suffisamment dépasser le bruit de fond naturel, le signal doit montrer des propriétés qui ne se trouvent pas dans les sources naturelles, il doit demander la plus faible puissance rayonnée, il ne doit pas être absorbé par le milieu interstellaire ou les atmosphères planétaires, il ne doit pas être dévié par les champs galactique, il doit être facilement

produit et détecté, il doit voyager à grande vitesse. Selon notre carte cognitive, les ondes électromagnétiques satisfont toutes ces exigences. En utilisant une heuristique négative, nous pouvons rejeter comme utilisable pour la communication interstellaire plusieurs des supports d’information, comme l’astronomie gravitationnelle, l’astronomie pneumatique et l’astronomie particulaire avec une exception possible concernant les neutrinos (Lemarchand, 1992, 1994a). Une approche similaire, en utilisant les deux heuristiques, a été utilisée récemment quand l’institut SETI a identifié ses priorités de recherche pour les deux décennies à venir (Ekers et al.,2002).
Chaque technique d’observation agit comme un filtre. Seule une fraction (généralement faible) de l’information complète peut être rassemblée. La diversité de ces filtres est considérable. Ils dépendent de la technologie disponible à un temps donné. Aussi, les cartes cognitives à propos des caractéristiques supposées d’un message extraterrestre ont changé avec le temps. Au début du XXième siècle, les scientifiques, dont Einstein, spéculaient à propos de l’utilisation de signaux lumineux pour contacter les martiens. Plus tard, Marconi, Tesla et Todd proposèrent l’utilisation des ondes radio pour faire la même chose. A la fin des années 1950, Cocconi, Morrison, Drake et Shklovskii commencèrent la recherche radio astronomique moderne pour la communication interstellaire, alors que ces dix dernières années nous avons commencé la recherche d’impulsions laser d’une durée de l’ordre de la nanoseconde. Ces quelques exemples montrent comment les hypothèses à propos des meilleurs moyens pour la communication interstellaire ont évolué avec les avancées technologiques terrestres.

La meilleure stratégie de recherche serait basée sur un ensemble d’universaux cognitifs connus par toute culture extraterrestre.

Ces universaux cognitifs devraient refléter l’essence de la structure physique d’un signal artificiel d’hypothétiques extraterrestres ; ils devraient aussi fournir les principes fondamentaux pour élaborer une Lingua Cosmica. Bien sur, quelque soit les précautions prises dans nos tentatives pour essayer d’identifier les concepts universaux, nous devrons faire face aux biais liés à notre culture (Ethnocentrisme) et à notre nature humaine (homocentrisme). En fait, il est peut-être impossible d’éviter ces biais, et nous ne pourrons jamais connaître comment ils affectent notre capacité-ou même la rendre impossible- de reconnaitre, de décoder et de répondre aux communications d’intelligences extraterrestres.

Notre carte cognitive de l’univers et nos meilleurs jugements à propos de la technologie appropriée pour la communication interstellaire peuvent être décrits par un ensemble de possibilités cosmiques composé de plusieurs dimensions. Le nombre important de combinaisons des différentes dimensions de ces possibles innombrables demande le développement d’une méthodologie pour trouver les universaux cognitifs ou la clé pour une langue cosmique.

Nous utilisons une heuristique positive et négative pour identifier les principes scientifiques, technologiques, esthétiques et éthiques optimums pour la communication interstellaire. En appliquant les deux heuristiques aux supports d’informations présentés dans le diagramme 1, nous faisons l’hypothèse que seule les ondes électromagnétiques satisfont les critères requis pour échanger de l’information à travers les distances interstellaires.

La nature de la communication interstellaire peut être décrite à travers l’interaction complexe des différentes dimensions de l’ensemble des possibilités cosmiques. Nous pouvons localiser des signaux extraterrestres dans le temps et l‘espace en constatant quand le signal a été envoyé, en identifiant la distance de la source du signal, et en localisant la source sur une carte du ciel via les deux coordonnées que les astronomes appellent ascension droite et déclinaison. Comme la source du signal peut être localisée dans le temps et l’espace, il en est de même pour la nature du signal. En faisant l’hypothèse que les ondes électromagnétiques sont le meilleur support de l’information, selon notre carte cognitive, nous pouvons explorer les propriétés physiques de ce type de signaux. En particulier les caractéristiques pertinentes su signal comporte sa fréquence, sa largeur, sa polarisation, la méthode par laquelle il a été modulé pour transmettre l’information, et le débit auquel l’information est transmise. Le contenu de toute information convoyée par le signal est influencé par le type d’information, la signification qui doit être communiquée, et le schéma d’encodage. L’interaction entre ces 12 dimensions suggère de nombreuses approches possibles pour la communication interstellaire, chacune basée sur les contraintes cognitives probablement reconnues à la fois par les extraterrestres et les humains.

Cette approche constitue le principe d’anti-cryptographie de Dixon (1973), qui suggère qu’un signal interstellaire destiné à établir le contact doit être conçu et transmis de façon à maximiser les chances de découverte, à la fois par des recherches intentionnelles ou par des découvertes opportunes, par example, par des astronomes étudiant des observations anormales. Pour faciliter la découverte du signal, l’envoyeur peut réduire le nombre d’inconnus dans les dimensions énumérées ci après. Ce principe aide à la génération d’heuristiques positive et négative, qui à leur tour aident à dépasser les différences entre les cartes cognitives des terrestres et des extraterrestres.
Pour identifier les caractéristiques des signaux optimaux, nous pouvons commencer par construire une matrice qui prend en compte toutes les alternatives possibles des 12 dimensions de la pile des possibles cosmiques, versus les restrictions imposées par les contraintes scientifiques, technologiques, esthétiques et techniques. Il en résultera un ensemble de propositions, chacune satisfaisant le principe d’anti-cryptographie. Ces propositions scientifiques et techniques, dessinées selon les contraintes cognitives universelles probables pour identifier les meilleures heuristiques dans la conception des messages interstellaires doit pouvoir éviter beaucoup de nos travers homocentriques.

La table 2 reprend les 12 dimensions de la pile des possibles cosmiques avec un ensemble de contraintes scientifiques, technologiques, esthétiques et éthiques, pour le développement de stratégies de recherche basées sur des universaux cognitifs qui constituent les fondements de la réalisation de messages anti-cryptographiques.


Loin d’être complète, la table 2 représente une première tentative pour élaborer une méthodologie holistique pour trouver les universaux cognitifs. Compte tenu du manque de place de cette publication, cette table montre seulement les 3 dernières dimensions (code, sémantiques, et le type de contenu). La version complète de la table avec une analyse complète de toutes les 12 dimensions et les 34 propositions qui découlent de la matrice peuvent être obtenues de l’auteur.

5 Les contraintes éthiques :

Afin d’améliorer la durée de vie d’une civilisation technologique, il n’est pas possible de disposer d’une science et d’une technologie supérieures avec des règles de vie morales inférieures. Cette combinaison est dynamiquement instable et nous garantie l’autodestruction dans les durées de vie des civilisations avancées (10000 à 1 million d’années ?). La société de la Terre a souvent été décrite comme étant dans une étape d’adolescence technologique. Luttant encore avec des menaces environnementales et sécuritaires qui menacent l’existence de la vie de perdurer sur notre planète, nous devrions nous demander si les extraterrestres avancés ont suivi des chemins évolutifs équivalents. Les extraterrestres montreraient-ils aussi la même disparité entre le développement technologique et la maturité sociale que nous voyons sur Terre ?

Quand une civilisation atteint son adolescence technologique, elle doit soit être ou devenir socialement responsable, soit affronter l’autodestruction. Autrement, l’extinction globale serait très probable, avec une durée de vie trop courte pour commencer un dialogue interstellaire long terme.

Si des individus dans une société extraterrestre peuvent apprendre à coexister en paix avec les autres, pourraient-ils aussi étendre cette attitude de bienveillance aux civilisations des autres planètes ? Leur propre succès d’avoir survécu aux menaces d’une extinction planétaire devrait leur enseigner des leçons vitales à propos du respect des autres qui pourraient être généralisées au-delà de leur propre monde.

Conscients du caractère unique de l’évolution historique de chaque planète, nous devrions nous attendre à ce que les extraterrestres avancés s’interdisent d’interférer dans le développement des espèces moins avancées, se traduisant par une quarantaine galactique guidée par une Lex Galactica (Lemarchand 2000). Une conséquence de cette quarantaine galactique peut-être le principe de fraternité universelle, qui peut être utilisé par les extraterrestres pour élaborer le type de contenu informatif d’un message extraterrestre et définir une politique pour aider les autres espèces à maximiser le développement de leurs propres potentialités.


Si de telles contraintes dans les relations inter espèces sont de rigueur, quelles implications auraient-elles pour le SETTA ? Premièrement, nous pourrions nous attendre à ce qu’il soit donné aux civilisations jeunes des informations très limitée sur la science et la technologie, par peur de fournir des outils pour l’auto destruction.

Pour les civilisations plus avancées que les nôtres, de telles contraintes pourraient ne pas être aussi rigides. Les civilisations plus anciennes, ayant passé l’épreuve du temps, pourraient être capables d’assimiler l’information d’autres mondes sans faire face aux mêmes menaces pour leur stabilité et leur longévité.

Les terriens auraient du mal à fournir les preuves que nous sommes prêts pour apprendre des technologies avancées. Nos signaux involontaires, se répandant à partir des émissions radio de la Terre et des émetteurs de télévision, annoncent notre existence aux autres mondes des étoiles relativement proches. Au-delà d’environ 70 années lumière de la Terre, les êtres intelligents n’auront pas encore reçu les signes de la technologie Terrestre. Comme résultat, ils ne seraient pas capables de nous envoyer des messages interstellaires appropriés à notre âge. Ne voulant pas partager des informations potentiellement dangereuses avec nous, nous devrions nous attendre à ce que les signaux provenant d’autres mondes soient relativement pauvres en terme de contenu.
La symétrie comme un universel cognitif esthétique pour l’art et la science [8]

Lemarchand et Lomberg (1996) introduisirent l’utilisation de principes esthétiques pour évaluer les stratégies de recherche pour un contact interstellaire. Nous avons attiré l’attention sur quelques propriétés de la symétrie qui peuvent peut-être être utilisées, pas seulement dans le codage et la signification des messages, mais aussi sur d’autres aspects du signal. Nous avons aussi analysé l’universalité de modèles particuliers d’esthétiques, comme le nombre d’or et la symétrie radiale dans la nature, l’art, et la science.
La symétrie indique souvent la structure profonde des choses, qu’elles soient des phénomènes naturels ou des créations d’artistes ou de scientifiques. Nous trouvons la symétrie plaisante, et sa découverte est souvent surprenante et instructive. Comme ceci a été précédemment évoqué dans une des hypothèses du noyau dur du programme de recherche SETTA. Vraiment, l’hypothèse selon laquelle les lois de la nature sont universelles est basée sur des notions de symétries spatio-temporelles. Par exemple, Earman (1978) identifia plusieurs caractéristiques épistémologiques des lois universelles de la nature : Elles ne font pas référence à des localisations ou à des coordonnées spatio-temporelles spécifiques, elles sont sans limite dans l’espace et le temps, et elles sont invariantes par rapport aux translations spatio-temporelles. Donc, la symétrie est une condition nécessaire pour considérer une loi de physique universelle.

La symétrie sert aussi de pont entre l’art et la science. Plusieurs scientifiques très en vue considèrent l’esthétique et la symétrie lorsqu’ils choisissent entre les théories. Inspirer par les vues d’Albert Einstein (1879-1955) et Hermann Weyl (1885-1955), plus que tout autre physicien moderne Paul Dirac (1902-1984) était préoccupé avec le concept de beauté mathématique comme une caractéristique intrinsèque de la nature et comme un guide méthodologique pour ses recherches scientifiques. Parlant à propos l’esthétique de la science, il nota que « une loi physique doit avoir une beauté mathématique » et « une belle théorie mathématique a plus de chance d’être correcte qu’une affreuse qui cadre avec quelques données expérimentales ». Ces vues à propos de l’esthétique de la science et de la vérité peuvent fournir une contrainte additionnelle dans l’élaboration des messages interstellaires.
Les symétries représentent aussi un type d’invariance par rapport aux transformations, ce qui implique que les objets symétriques possèdent des redondances. Donc, quelquefois l’information nait dans les ruptures de symétrie. Il semblerait que l’information comme la beauté sont les produits de l’interaction entre la symétrie (thèse), l’asymétrie (antithèse), et la dissymétrie (synthèse).
….

6.1 Le nombre d’or dans le monde physique

Le nombre d’or et la suite de Fibonacci apparait dans le monde réel dans plusieurs phénomènes physique et biologique. Les exemples du monde physique incluent :
Si un rayon de lumière tombe sur deux feuilles de verre qui sont en contact, il y aura des réflexions multiples. Le nombre de rayons qui émergeront des feuilles de verre dépend du nombre de fois que le rayon est réfléchi. Le nombre de rayons émergents est toujours un nombre de Fibonacci.
Une spirale peut être formée à partir des points de lignes adjacentes et perpendiculaires, si la proportion d’une ligne à la suivante est le nombre d’or. Cette adorable spirale se retrouve dans les plus belles galaxies spirales comme M74, M101 et M51
http://trucsmaths.free.fr/nombre_d_or.htm#spirale
[1] Talité
http://perso.numericable.fr/robert.marty/semiotique/semantic-fr-ns/talite.htm
"Suchness" est le terme utilisé par Peirce pour désigner la qualité sui generis d'un objet quelconque qu'il soit simple ou complexe comme une pièce de Shakespeare par exemple. En considérant la définition duale de la totalisation, au sens de la théorie des catégories, nous pouvons approcher formellement cette notion.
[2]« Structural Differential »

http://esgs.free.fr/uk/sd.htm
[3] Homme Libre
A titre anecdotique et sans préjuger de l’origine de ces courriers, cette idée de fraternité cosmique universelle transparait dans les lettres ummites, ces derniers nous désignant régulièrement sous l’appellation de « Frères ». Allez faire un tour par exemple dans les D75 à D81, c’est passionnant ! Par une coïncidence dont la nature a le secret, je suis tombée par hasard sur la représentation de l’homme libre dans la culture berbère ce qui a déclenché chez moi une épiphanie que j’essaye de vous faire partager ici :

Le nom berbère vient du latin barbarus, lui-même issu du grec ancien bárbaros- βάρϐαρος – pour désigner l’étranger, une sorte d’ « alien » finalement que l’on ne comprend pas bien et qui s’exprime par onomatopées un peu comme Chewbacca, le Wookie de la guerre des étoiles. Veuillez noter qu’il n’y a ici aucune connotation péjorative concernant le peuple berbère que j’admire plutôt pour son amour de la liberté et ses connexions spirituelles, mais simplement une intuition de ce que pourrait-être une langue fonctionnelle, une Lingua Cosmica et qui sait, peut-être de ses dijecta membra dans la culture terrestre, expression d’un lointain contact.
[4] Le rôle du langage dans notre représentation du monde
A ce propos, vous pourrez écouter la conférence de Lera Boroditsky (en anglais) intitulée
“Languages are Parallel Universes” , tout un programme, qui illustre parfaitement la variabilité de ce que l’on peut trouver sur Terre dans l’approche de notre environnement et la façon dont nous pensons. Et encore il ne s’agit ici que de langues humaines ! Essayez d’Imaginer donc le cas d’une langue extraterrestre.
http://longnow.org/seminars/02010/oct/26/how-language-shapes-thought/
Pour rester fidèle à Korzybski, on trouvera dans cet article (en anglais) « THE ROLE OF LANGUAGE IN THE PERCEPTUAL PROCESSES » une approche intéressante concernant cette boucle de rétroaction et une invite à nous départir de cette véritable plaie que constitue la logique aristotélicienne si nous voulons progresser (Pour vous rendre compte des dégâts provoqués par la pratique de cette doctrine depuis plus de 2000 ans, allez faire un tour sur les sites Zètes, c’est affligeant d’âneries négatives au sens de Giordano Bruno). On trouve dans « Science and Sanity » un paragraphe complet pour se former « On Non-Aristotelian Training », chapitre XXiX, Science and Sanity 5 th edition pages 469-490.
http://esgs.free.fr/uk/art/ak3.htm

http://esgs.free.fr/uk/art/ak3.htm
[5]Des Intelligences aux parcours fort différents.
Pour illustrer ce point je pendrai deux exemples hautement spéculatifs puisqu’ils sont le fruit de mon imagination.
Exemple 1 : Du collectif à l’individu et son contraire.
1 – Le cheminement vers l’intelligence. Imaginez par exemple que l’intelligence extraterrestre soit issue d’une évolution d’une collectivité, du genre communauté d’insectes sur Terre comme les fourmis, les abeilles ou les termites. Ici l’individu n’est qu’un maillon de la collectivité, cette collectivité se dote d’un cerveau fonctionnant en réseau qui petit à petit évolue vers le « break even » , c'est-à-dire l’intelligence et la conscience de soi, mais que veut dire soi lorsque l’on est multiple ? Par rétroaction ce cerveau alimente ses parties de cette prise de conscience et la « fourmi » devient un individu à part entière. Mouvement du collectif vers l’individu, du multiple vers l’un selon Amoli.
2- Prenons maintenant à l’inverse l’homme, l’individu. Ce dernier intégré dans une société toujours plus contraignante, sorte de termitière, tend à troquer son individualité au profit d’une collectivité/ toujours plus entreprenante. Mouvement de l’individu vers le collectif, de l’un vers le multiple selon Amoli.
Comment croyez-vous que ces deux intelligences, au parcours fondamentalement différents puissent-communiquer et surtout comment échanger ?
Ce n’est donc plus le « je pense donc je suis » cartésien du Cogito Ergo Sum mais bien plutôt le « « Je » pense donc « je » est un autre, ou « je » devient un autre » que l’on peut décliner à titre individuel ou collectif, c’est selon. Cette nouvelle formulation est une sorte de philtre magique pour conjurer le tout à l’ego totalitaire de notre actuelle civilisation occidentale.
Exemple 2 : Une histoire de système digestif !
Et si la position de votre système nerveux par rapport à votre système digestif conditionnait votre perception du monde si bien que les intelligences pourraient se dissocier en deux grandes classes/ catégories:
La famille des Epineuriens à laquelle appartient l’humanité qui possède un système nerveux en position dorsale (au-dessus du tube digestif ou derrière pour les animaux redressés, comme l'humain), le système nerveux est dans ce cas un cordon nerveux issu de l'ectoderme et bien séparé de l'épiderme.
Les hyponeuriens qui eux disposent d’un système nerveux ventral , comme sur Terre, la famille des Arthropodes, criquets, écrevisses etc.
Gageons que ces deux voies de la nature conditionnent à travers le système nerveux des perspectives fort différentes qui, en montée en complexité et en intelligence, doteraient ces êtres d’un système du monde qui n’aurait pas grand-chose à voir avec le notre. A n’en pas douter la communication entre des espèces issues de ces deux phylums (à supposer que l’on retrouve ailleurs que sur Terre des processus d’évolutions similaires, ce qui n’est pas évident) fort différents devrait poser quelques soucis.
[6]Communiquer avec nos voisins terrestres
Il est à se demander si la priorité des priorités en matière de communication extraterrestre ne serait pas finalement de regarder ce qui nous entoure, notre biosphère tout simplement et d’essayer de comprendre les animaux qui partagent notre monde. Nous avons peut-être sous la main tout ce qu’il faut pour mieux comprendre ce qui pourrait caractériser une communication avec une altérité éloignée et cela permettrait à l’homme d’acquérir un peu plus de sagesse et d’humilité en prenant conscience :
- qu’il n’est pas le seul à bénéficier de la montée en complexité et de l’intelligence
- de l’impact qu’il a sur les autres espèces.

A cette fin, 3 exemples non exhaustifs devraient nous interpeler :
La mouche
Le lecteur attentif notera aussi un lien des plus passionnants vers le site suivant.
http://tononi.psychiatry.wisc.edu/research_overview.html

On y apprend, entre autre, que les mouches peuvent rêver ! A quoi peut bien ressembler le paysage onirique d’un insecte ? L’activité onirique serait donc un phénomène commun partagé par de très nombreuses espèces conscientes et ayant atteint un certain degré de complexité ? Ce monde onirique, ne serait-il par un de ces univers frontières, s’alimentant des expériences oniriques de chaque individus et renvoyant les archétypes et formes spirituelles convergentes d’une espèce ? Quelque chose comme un réservoir d’informations, un monde imaginal en reprenant la pensée d’Henri Corbin, bien « réel », intriqué avec la matière, expression de la noosphère et partie intégrante de notre univers! Je sais, tout cela est très spéculatif mais mérite d’être étudié de façon plus sérieuse. Je constate avec intérêt que des scientifiques confirmés se penchent sur les problèmes de la conscience et de ce que cela implique.
According to it, consciousness corresponds to a system’s capacity to integrate information. This is indicated by two key phenomenological properties of consciousness: differentiation - the availability of a very large number of conscious experiences; and integration - the unity of each such experience. The theory claims that the quantity of consciousness is determined by the capacity to integrate information, which can be measured as the Φ value of a complex of elements. Φ is the amount of causally effective information that can be exchanged across the minimum information bipartition of a complex (its informational weakest link). A complex is a subset of elements with Φ>0 and no inclusive subset of higher Φ. The theory also claims that the quality of consciousness is determined by the effective information matrix of a complex, which specifies all informational relationships among its elements. Finally, each particular conscious experience is specified by the value, at any given time, of the variables mediating informational interactions among the elements of a complex.
Les oiseaux
Il semble bien que la culture et la langue ne soit pas l’apanage de l’humanité sur cette planète. D’autres espèces semblent avoir développé des systèmes embryonnaires ! Jetez un coup d’œil sur ceci concernant les oiseaux où la « langue » et la culture est un chant ( le fameux langage des oiseaux peut-être?) :
Two basic requirements for a theory of evolution are variability and heritability in the units of change. These requirements are fulfilled in cultural systems, and therefore it is possible to construct a theory of cultural evolution. In many species of birds, song is aquired by social learning, and bird song is often cited as one of the best examples of a culturally aquired trait in animals. As such, it provides a good subject to develop a model of cultural evolution.
http://www.semioticon.com/virtuals/imitation/alynch.html
Les dauphins
Et nos cousins éloignés, les dauphins, ont peut-être développé un langage « images », une mémétique de l’image pour communiquer qui ferait de la géométrie et des symétries un outil fort utile pour appréhender en synesthésie « son/image » les beautés de notre univers.
Dans la compréhension de l’alphabet dauphin, une étape importante vient d’être franchie. Des scientifiques anglo-saxons ont réalisé La première image haute définition de l’empreinte sonore que fait un dauphin dans l’eau. Ces « CymaGlyphes », ainsi qu’ils ont été nommés, sont des modèles reproductibles qui devraient former la base d'un lexique de la langue des dauphins, chaque glyphe représentant un « mot » image.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/vivant/20081231.OBS7894/parler_dauphin.html


http://www.cymascope.com/cetacean.html

N’est-ce pas une invitation à observer et essayer de comprendre cette altérité qui fait partie de notre biosphère? Nous disposons aujourd’hui à travers la réalité virtuelle, d’un fantastique outil pour appréhender, émuler cette altérité et approcher la compréhension de mondes et cultures qui nous échappent complètement. Une façon peut-être de se préparer à cette altérité des années-lumière? Quelle fantastique « ouverture » pour nos systèmes de représentations et de croyances.
Dans un recueil de 8 nouvelles de science fiction, « Demain les chiens », Clifford Donald Simak trace les contours d’un futur où la communication inter espèce deviendrait la règle et ou l’humanité, dans son contact avec l’altérité éloignée retrouverait le règne animal. Insolite et passionnant.

[7] Sur quelques régimes de signes. Mille Plateaux : Gilles Deleuze – Félix Guattari.
Un régime de signes n’a pas seulement deux composantes. Il y a en fait quatre composantes, qui font l’objet de la Pragmatique. La première, c’était la composante générative, qui montre comment la forme d’expression, sur une strate langagière, fait toujours appel à plusieurs régimes combinés, c'est-à-dire comment tout régime de signes ou toute sémiotique est concrètement mixte. Au niveau de cette composante, on peut faire abstraction des formes de contenu, mais d’autant mieux qu’on met l’accent sur les mélanges de régimes dans la forme d’expression : on n’en conclura donc pas à la prédominance d’un régime qui constituerait une sémiologie générale et unifierait la forme. La seconde composante, transformationnelle, montrait comment un régime abstrait peut être traduit dans un autre, se transformer dans un autre, et surtout se créer à partir d’autres. Cette seconde composante est évidemment plus profonde, parce qu’il n’y a aucun régime mixte qui ne suppose de telles transformations d’un régime à un autre, soit passées, soit actuelles, soit potentielles (en fonction d’une création de nouveaux régimes). Là encore, on fait ou on peut faire abstraction du contenu, puisqu’on s’en tient à des métamorphoses intérieures à la forme d’expression, même si celle-ci ne suffit pas à en rendre compte. Or la troisième composante est diagrammatique : elle consiste à prendre les régimes de signes ou les formes d’expression pour en extraire des signes-particules qui ne sont plus formalisés, mais constituent des traits non formés, combinables les uns avec les autres. C’est là le sommet de l’abstration, mais aussi le moment ou l’abstraction devient réelle ; tout y passe en effet par des machines abstraites réelles (nommées et datées). Et si l’on peut faire abstraction des formes de contenu, c’est parce que l’on doit en même temps faire abstraction des formes d’expression, puisqu’on ne retient que des traits non formés des unes et des autres. D’où l’absurdité d’une machine abstraite purement langagière. Cette composante diagrammatique est évidemment plus profonde à son tour que la composante transformationnelle : les transformations-créations d’un régime de signes passent en effet par l’émergence de machines abstraites toujours nouvelles. Enfin, une dernière composante proprement machinique est censée montrer comment les machines abstraites s’effectuent dans des agencements concrets, qui donnent précisément une forme distincte aux traits d’expression, mais pas sans donner aussi une forme distincte à des traits de contenu- les deux formes étant en présupposition réciproque, ou ayant une relation nécessaire non formée, qui empêche une fois de plus la forme d’expression de se prendre pour suffisante (bien qu’elle ait son indépendance ou sa distinction proprement formelle).

Une autre approche qui a inspiré Korzybski concerne les fonctions doctrinales qui sont peut-être les prémisses d’une langue fonctionnelle.
The doctrinal functions of the late Professor Cassius Keyser. Mathematical philosophy: a study of fate and freedom. New York: E. P. Dutton & Co., Inc., 1922.
[8] Contact
"C'est un poète que l'on aurait du envoyer"


avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Mer 22 Juin 2011, 23:36
Quel rapport peut-il y avoir entre l’équation de Drake et la révolution « Kantienne » cachée au sein du XVIII ième siècle ?
Réponse : La pluralité des mondes habités, celle de Fontenelle et que la science redécouvre petit à petit en ce début du XXI ième siècle avec des observables. C’est l’équivalent d’une révolution Copernicienne à la puissance dix ou aux puissances de dix [1] .
Commençons par l’équation de Drake. Celle-ci est souvent évoquée dans le cadre des OVNI. Il convient de rappeler que cette équation a évolué avec le temps .
1 L’originale :

Pour commencer, intéressons- nous à l’équation originale de Drake en prêtant une attention particulière à son dernier terme qui est souvent mal interprété. L’équation de Drake se lit de la façon suivante, N représentant le nombre de civilisations ayant la possibilité de communiquer en ce moment :
N = R*f( p)*n( e )*f(l)*f(i)*f(c )*L
R est le taux de formation des étoiles dans notre galaxie.
f (p )est la fraction des étoiles ayant des planètes.
n(e) est le nombre de planètes par étoile susceptibles d’accueillir la vie.
f (l) représente la fraction des planètes sur lesquelles se développe la vie.
f( i) est la fraction des planètes abritant la vie où se développe une vie intelligente.
f ( c ) est la fraction de cultures intelligentes qui développent des moyens de communication radio que l’on peut détecter.
Enfin L est le temps moyen passé par une civilisation pour communiquer de cette façon et non pas la durée de vie de cette civilisation
Ce dernier facteur est important car il vient d’être redécouvert dans une publication scientifique récente :

http://arxiv.org/abs/1007.0850

La faillite de la sérendipité, le Square Kilometre Array aura du mal à épier les intelligences extraterrestres comparables aux humains » une explication probable quant aux silences des cieux.
La modélisation s’est faite grâce aux tous derniers résultats notamment dans l’estimation des civilisations évoluées dans la galaxie.

2 Les évolutions

Shostak
L’équation a été ensuite modifiée par Shostak et en particulier le terme f( c) qui devient la fraction des civilisations qui disposent d’une technologie et de la volonté de communiquer

SETI 1
En 1999, le SETI produisit une autre version ou N représente le nombre de civilisations communicantes dans la galaxie dont les radio communications sont détectables .
R est ici la fraction des étoiles qui conviennent.
f (p )est la fraction des étoiles ayant des planètes.
n(e) représente alors le nombre de « Terres » par système planétaire.
f (l) représente la fraction des planètes sur lesquelles se développe la vie.
f( i) représente la fraction des sites de vie où se développe une vie intelligente.
f ( c ) est la fraction de planètes où se développe la technologie.

SETI 2
Un révision ultérieure de cette équation était présentée dans le rapport SETI de 2020 publié en 2002 ou cette fois n(e) représente le nombre de planètes par système planétaire, [b]offrant un environnement approprié à la vie ; f ( c ) est la fraction de civilisations qui développent une technologie qui diffuse des signes de leur existence dans l’espace ; et L est [b] la durée moyenne pendant laquelle de telles civilisations émettent des signaux détectables dans l’espace
Même révisée, l’équation de Drake se focalise sur les civilisations qui émettent des signaux électromagnétiques que nous pouvons détecter. Ce ne sont par conséquent pas toutes les civilisations !

Ward et Brownlee [2]
Ils proposèrent de modifier l’équation de façon à ce que le facteur biologique clé soit le pourcentage de la durée de vie d’une planète qui est marquée par la présence de vie multicellulaire. Ils ajoutèrent d’autres facteurs comme la fraction de planètes disposant d’un gros satellite (stabilisant leur rotation), la fraction de systèmes solaires avec des planètes de la taille de Jupiter (pour protéger les planètes plus petites des gros astéroïdes) et la fraction de planètes avec un faible nombre d’extinctions de masse.

Papagiannis et Mauldin [3] quant à eux ont remarqué que l’équation négligeait le facteur temps. Il est fait l’hypothèse que tous les facteurs sont inchangés sur les milliards d’années que la vie utilise pour développer une civilisation, alors que des processus catastrophiques se produisent dans la galaxie à une échelle de 100 millions d’années, ce qui peut être la cause d’une surestimation de la durée de vie des civilisations.
Enfin, l’équation de Drake est basée sur le présupposé que le mode de contact est la détection de signaux électromagnétiques d’étoiles distantes. Elle néglige la possibilité que des civilisations technologiques aient pu s’étendre au-delà de leur système. L’équation ne tient aucun compte de civilisation ayant pu développer l’exploration interstellaire, la colonisation interstellaire et le contact direct ! [4]


Poursuivons avec cette révolution cachée au cœur du XVIII siècle dont les ferments résonnent dans notre XXIième siècle débutant.

Si Copernic avait resitué la Terre dans le système solaire et de ce fait changé notre vision du monde, ce n'est rien en comparaison de cette révolution concoctée par 3 esprits éclairés du XVIII siècle, Wright, Kant et Lambert.

Cette révolution là comporte 3 actes:
• Le soleil est une étoile comme un autre immergée dans un ensemble, disque ou spirale dont la trace se traduit sur notre voute céleste par la voie lactée.
• D'autres disques, spirales, univers iles existent. Ils sont une multitude.
• D'autres systèmes comme le système solaire sont légions. La pluralité des mondes n'est pas une utopie, c'est la vie et le principe "anthropique" doit être généralisé et reformulé en principe d'êtres intelligents intriqués dans leurs biosphères respectives, un principe de vie, partout présent dans l'univers, si bien que l'altérité est une donnée première de l'infinité et par conséquent de l'humanité.
Il faudra un quatrième larron, Teihlard de Chardin, pour comprendre dans ce sinistre XX ième siècle, ce siècle de la mort, qu'une quatrième dimension doit être envisagée dans cette cosmophère, celle de la noosphère rebouclant ainsi le fabuleux dessin de ce fils de charpentier, Wright, légué à l'humanité. "L'œil était dans la galaxie et regardait la vie"!


Il est plus que temps de nous réveiller. La nature nous a donné un cerveau non pour consommer, ou sommer d'être cons mais pour penser!
[1] Les puissances de dix. Les ordres de grandeur dans l’univers- Philip Morrison, Phylis Morrison et l’agence Charles & Ray Eames.
[2]
http://en.wikipedia.org/wiki/Rare_Earth_hypothesis
[3] Michael Papagiannis « Colonies in the Asteroïd Blt, or the Missing Term in the Drake Equation” in Hart and Zuckerman, editors 77-84.
[4] Dyson et G.Seth Shostak. Third Decennial US-USSR Conference on SETI, Astronomical Society of the Pacific, 1993, 1994.
Louis591
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 49
Nombre de messages : 560
Inscription : 15/06/2010
Localisation : Nord
Emploi : Juridique
Passions : Plusieurs.
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Ven 01 Juil 2011, 19:42
Bonsoir,

Réflexion intéressante M51.(merci pour ce post)...même si la conclusion me semble un peu élitiste.

Nous avons un cerveau pour penser....mais la société nous incite à consommer et surtout...à dormir tranquille....on s'occupe de tout pour nous.

Alors dormez bien brave gens.

Cordialement,
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Lun 11 Juil 2011, 23:19


Le visage des années lumière induit une machine abstraite déclenchant une nouvelle sémiotique, une langue fonctionnelle, une éthique de l’univers non pas repliées sur elles-mêmes mais déroulées dans l’espace et le temps de cette mesure qui les associe, l’année-lumière. A travers ce visage de l’autre si différent s’articulent les notions nouvelles et hétérodoxes spiralant et brisant une conformité totalitaire. « Il n’y a plus de mesure d’écart par rapport à une hypothétique normalité mais bien la pleine et entière mesure de la perception de l’étranger comme un autre.» (cette dernière phrase est extraite de « Gens de soi, gens de l’autre » de Robert Jaulin.)

Merci Louis591 pour votre intervention. Je ne pense pas que le questionnement sur la pluralité des mondes, les communications implicites qui en découlent et la question du contact et de ses conséquences soient une problématique élitiste. Il me semble que nous avons tous été pourvus par la nature d’une tête et d’un cerveau. Libre à chacun de nous de le cultiver (cultiver son jardin comme disait Voltaire) ou de le laisser en jachère afin que d’autres s’en servent et utilisent ce temps de cerveau disponible pour mieux nous asservir et nous transformer en cerfs veaux. Personnellement, je conçois plutôt cette problématique comme une magnifique machine à penser et de fait à résister à l’ânerie collective ambiante dont la propension à l’entropie généralisée semble marquer du sceau de l’infamie notre période actuelle, nous ne sommes pas très loin de nouveaux charniers identiques à ceux qu’a produit ce siècle de la mort, j’entends le XXième siècle. Aussi il me plait à penser que cette problématique du contact est en quelque sorte salvatrice, non parce que nous attendrions les bras croisés un hypothétique Eden apporté par des « êtres de lumière » mais bien plutôt en provoquant par effet miroir un questionnement intérieur à l’humanité qui lui permettrait de trouver les voies d’un développement harmonieux. N’attendons pas d’autrui du tout cuit, il faut nous retrousser les manches, bosser et comme le dit le fameux dicton populaire :

« Aide toi et le ciel t’aidera ». Aussi je me permets de développer ici les points de ma précédente intervention qui faisais référence à 3 génies que ce XVIII siècle a connus et qui contribuèrent chacun à leur façon à mettre en selle la conception de la pluralité des mondes habités, j’entends l’anglais Wrigth[1], le Français Lambert[2] et l’allemand Kant [3] avec pour le premier la prise de conscience de la dimension spirituelle (dimension spirituelle qui sera redécouverte pas Teilhard de Chardin au XX ième siècle dans le groupe Zoologique humain, la notion de noosphère et d’évolution orientée), le second la dimension scientifique, le dernier la dimension cosmique et éthique, une éthique non pas limitée aux êtres humains mais qui embrasse l’ensemble des êtres « rationnels » selon Kant.

Et oui, quel étonnement de constater que ces trois génies, malgré la faiblesse des moyens d’observation de l’époque ont eu l’intuition fantastique:

  • Que les étoiles étaient d’autres soleils et qu’elles devaient aussi accueillir d’autres systèmes planétaires. Ces systèmes accueillant potentiellement d’autres planètes similaires à la Terre et d’autres mondes habités !
  • Que les étoiles se rassemblaient en un grand ensemble, disque, dont la voie lactée représentait la trace sur notre voûte céleste, en fait l’empreinte de notre galaxie.
  • Qu’il devait exister d’autres galaxies comme la notre !


N’est-il pas incroyable de constater la portée de ces concepts. Voilà ce que je nomme une révolution cachée au coeur du XVIII siècle, révolution qui semble être passée inaperçue, car diluée, trop en avance sur son temps et par trop radicale où les ferments résonnent (pour nous inciter à raisonner) dans notre XXIième siècle débutant. Si Copernic avait resitué la Terre dans le système solaire et de ce fait changé notre vision du monde, ce n'est rien en comparaison de celle-ci qui débouche sur la pluralité, l’altérité, une cosmogénèse révolutionnaire et une éthique des années lumière. Ce qui va se passer et qui va véritablement percuter notre réalité, c’est que l’intuition géniale de ces précurseurs va être mise en évidence par la science du XXI ième siècle, les pièces tombent les unes après les autres. Le développement des techniques est tel qu’il permet d’envisager à courte échéance la découverte d’exoterres jusqu’à permettre l’analyse de leur atmosphère et par voie de conséquence la mise en évidence de biotopes, voire d’activités intelligentes. A titre d’exemple non exhaustif, voila à quoi pensent déjà les scientifiques pour mettre en évidence ces intelligences éloignées, la mise en évidence d’une activité minière…

Extrasolar Asteroid Mining as Forensic Evidence for Extraterrestrial Intelligence Duncan H. Forgan and Martin Elvis, March 29, 2011

http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1103/1103.5369v1.pdf

Et je ne parle même pas des changements de paradigmes en cours concernant la conception de notre univers et cette nouvelle physique qui se développe dans les très hautes énergies. Lorsque je lis ici ou là que nos « experts sceptiques » n’envisagent même pas la possibilité du voyage interstellaire, je me dis que ces gens là sont bien imbus de « leurs sciences » et qu’ils doivent avoir une connaissance intime des lois qui régissent l’univers pour professer de telles affirmations. En bonne sceptique fidèle à Sextus Empiricus, je me permets de douter et je considère la pertinence de ces propos comme équivalente aux déclarations positivistes du distingué Auguste Comte sur la nature des étoiles.

Une piste d’investigation et de recherche intéressante pour approcher les changements en cours me semble être donnée par cette astronomie des rayons X très durs et de l’astronomie gamma qui curieusement est un cheval de bataille de beaucoup de nations dans les prochains temps à travers les programmes spatiaux Asto-H, NuStar, Simbol-X, SRG, Xeus, Con-X, etc.

L’utilisation du gamma pour retrouver le point Omega de Teilhard de Chardin, ce n’est peut-être pas uniquement un jeu de mot mais il nous appartient que cela ne devienne pas de nouveaux maux.

Enfin dans un fil précédent que vous trouverez sur ce site, j’avais souligné à travers 3 films comment le cinéma contribuait à alimenter cette question extraterrestre et la problématique de l’altérité. Je me demande sincèrement si un processus d’acculturation concernant ces sujets n’est pas déjà en cours via le cinéma et la culture de masse (cf films récents et publicité, prenez celle par exemple sur les produits laitiers), tendances résultant d’un inconscient collectif auto entreprenant ou plus prosaïquement « d’un collège invisible » préparant le contact. J’en veux pour preuve un petit bijou du genre que j’ai vu récemment et que je ne saurai trop vous conseiller quelles que soient vos croyances. Deux nerds, passionnés de science fiction et de Bd traversent les Etats-Unis en camping car. Ils rencontrent, chemin faisant, un alien tout droit échappé de la zone 51. Le film est drolatique, plein de références cinématographiques mais pas seulement (on sent que l’équipe du film a particulièrement été bien conseillée pour qui connaît ces dossiers), de quoi faire un ET bullshit bingo pour identifier la road map en cours et pour penser « out of the box ». Tout en ayant l’air d’une blague de potaches, le film aborde de façon magistrale toute une palette de problématiques liées au contact y compris la religion. Un OVNI du cinéma pour passer un bon moment tout en s’initiant à des réflexions non triviales…










Bonne lecture, j’ai fait un peu long cette fois.

[1] Thomas Wright

Thomas Wright de Durham est un pionnier de l’astronomie sidérale. Il est né en 1711, mort en 1786 dans l’indifférence générale bien qu’il ait publié de nombreux livres et notamment son « Original Theory of the Universe » ou son livre magnifiquement illustré, le Clavis Coelestis dans lequel on trouve les premières références aux étoiles qualifiées « de grands globes de feu similaires au soleil qui peuvent être probablement les centres d’autres systèmes planétaires ». Dans son livre « An Original Theory or New Hypothesis of the Universe (1750), Wright évoque la voie lactée et cite ces lignes d’Edward Young :

« One sun by day, by Night ten Thousand shine, And light us deep into the Deity”
(Night Thoughts, Edward Young).
Il évoque dans la préface un passage du Cosmotheoros de Huygen mentionnant l’importance de la spéculation et rappelle une citation extraite du livre “Essay on Man” de Pope venant appuyer la pluralité des mondes. L’univers selon Wright consistait en une vaste infinité de mondes peuplés d’êtres vivants, chacun tendant selon leur talité, à la perfection. Parmi les neuf lettres qui constituent l’ouvrage de Wright, la première est un plaidoyer en faveur de la pluralité des mondes soutenu par des références à Bruno, Milton, Huygens, Newton, Pope et Young. La seconde est destinée à justifier le raisonnement analogique si importants pour les pluralistes. Wright déclare l’universalité des créatures rationnelles et des peuples de l’infini. La troisième apporte des éléments sur les planètes, Wright les considérant comme des corps similaires à la Terre, et reflétant la lumière du soleil. La quatrième évoque les étoiles comme étant des soleils entourés de planètes citant Joseph Addison :


When I consider that infinite Host of Stars… with those innumerable sets of Planets or Worlds, which were then moving round their respective Suns; when I still enlarge the Idea, and supposed another Heaven of Suns and Worlds rising still above this which we discovered; and these still enlightened by a superior Firmament of Luminaries, which are planted at so great Distance, that they may appear to the Inhabitants of the former as thestars do to us; in short, whilst I pursued this Thought, I could not but reflect on that little insignificant Figure which I myself bore amongst the Immensity of God’s Works...”
(Addison’s Spectator of July 9, 1714).


http://books.google.fr/books?jtp=645&id=K1cdAAAAMAAJ#v=onepage&q&f=false

Les lettres cinquième et sixième de Wright concernent les étoiles, leur distance, spéculant sur leurs mouvements et s’interrogeant sur leur distribution spatiale.

L’astronomie de Wright était enrichie du principe de plénitude et des notions pluralistes étroitement connectées avec la technique et la science. On doit à Wright cette envolée :

What ! a vast Idea of endless Beings must this produce and generate in our Minds; and when we consider them all as flaming Suns, Progenitors, and Primum Mobiles of a still much greater Number of people Words, what less than an Infinity can circumscribe them, less than an Eternity comprehend them, or less than Omnipotence produce and support them?


Dans sa lettre septième, Wright expose sa théorie sur la voie lactée, il montre que si nous sommes localisés un groupe d’étoiles aplati et étendu, alors nous verrions les étoiles comme elles apparaissent dans la voie lactée.

Les lettres 8 et 9 sont plutôt orientées vers la spiritualité, Wrigth mélangeant matière et spiritualité dans certaines de ses représentations très élaborées, notamment la planche XXXII où il représente de nombreuses étoiles et leurs systèmes avec en leur centre l’œil de la providence ou plutôt celui de la noosphère auto créée !

On trouvera sur le site suivant,

http://media4.obspm.fr/public/AMC/pages_18e/impression.html

une description sommaire de l’approche de Wright et de sa cosmogonie époustouflante pour l’époque.

Publié en 1750, il s'intitule On Original Theory or New Hypothesis of the Universe.

L'auteur cherche avant tout à proposer une œuvre pionnière et novatrice. Du point de vue théologique, Wright est d'une grande prudence, puisqu'il explique que la recherche d'autres mondes participe à l' « adoration » du Créateur.

Thomas Wright suppose donc que notre position d'observateur nous fait percevoir deux catégories d'étoiles : celles qui font partie de la Voie Lactée et celles qui sont en dehors. Pour le savant britannique, l'ensemble des astres s'organiserait selon un seul et même plan d'ensemble. ….

On Original Theory or New Hypothesis of the Universe, Londres, 1750, p. 130). Par analogie, Thomas Wright souhaite montrer que c'est désormais la place centrale du Soleil qu'il convient de remettre en cause dans l'organisation de l'univers. L'un des arguments de Wright consiste à relativiser notre position d'observateur dans l'univers. Cette dernière nous donne à voir une forme particulière d'organisation du monde, mais ne nous permet pas d'en percevoir l'architecture d'ensemble.

  • La première considère que toutes les étoiles « se déplacent de la même façon, et ne dévient jamais du même plan comme le font les planètes dans leur mouvement héliocentrique autour du Soleil ». Ce modèle est à la fois circulaire et planaire. Bien que Wright ne le précise pas, ce modèle n'est pas celui qu'il préfère.
  • « La seconde méthode pour résoudre le phénomène, est par un ordre sphérique d'étoiles, se déplaçant toutes dans des directions différentes autour d'un centre commun, comme les planètes et les comètes tournent autour du Soleil, dans une sorte de coquille, ou orbite concave ». (Thomas Wright, On Original Theory or New Hypothesis of the Universe, Londres, 1750, p. 138). Les étoiles sont donc insérées dans une strate mince, animée d'un mouvement de rotation. Wright soutient que le centre de rotation de l'ensemble des étoiles est un centre divin. L'image de la Voie Lactée que nous percevons est produite par la position particulière du système solaire dans la strate stellaire.


L'ouvrage de Thomas Wright se termine sur une perspective plus générale concernant l'organisation de l'univers.

Dans la 8e lettre, l'auteur assure que la Voie Lactée comporte soixante millions de mondes planétaires comme le nôtre. Ces « mondes habitables » sont supposés être « d'une nature terrestre » et « occupés par des êtres d'espèces humaines ». Outre cette pluralité des mondes semblables à la Terre, Wright considère, dans sa neuvième et dernière lettre, qu'il existe aussi d'autres systèmes semblables à la Voie Lactée. On mesure donc à quel point les propositions de Wright constituent une matrice particulièrement féconde des approches cosmologiques
Ce qu’il y a de plus troublant, c’est qu’il semble avoir partagé cette intuition géniale de façon concomitante et indépendante avec deux autres personnages célèbres de son époque. Comme souvent en science, il semble qu’il existe une sorte de convergence qui conduit quelques esprits éclairés à tracer les contours du futur.

[2] Jean-Henri Lambert

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Henri_Lambert

Jean-Henri Lambert est arrivé à la même conclusion que Wright sur la voie lactée et la pluralité des mondes de façon indépendante. La plupart des écrits significatifs de Lambert sur le sujet sont présentés dans son livre « Cosmologische Briefe über die Einrichtung des Weltbaues » de 1761. Il écrit notamment à propos de son intuition sur la nature de la voie lactée :

Un soir de 1749, je regardais le ciel étoilé de ma fenêtre et en particulier la voie lactée. J’écrivis sur une feuille de papier l’idée qui me vint selon laquelle la voie lactée pourrait être un ensemble d’étoiles vu par l’écliptique.


Il partagea plus tard (1761) sa vision avec Kant et notamment cette idée de disque galactique et l’approche que certaines nébuleuses (Andromède) soient des systèmes indépendants comparables à la voie lactée.

Lambert était aussi un avocat de la cause pluraliste et les discussions sur la vie extraterrestre abondent dans ses lettres. Lambert déclarait d’ailleurs à Frédéric le grand que le public considérait ses lettres comme le second volume de la pluralité des mondes de Fontenelle et un professeur de physique Italien, Rev. Giuseppe Toaldo, le tenait pour le livre pluraliste le plus accompli.

Ce qu’il y a d’encore plus troublant dans le cas de Lambert, c’est qu’il s’intéressait aussi de très près aux comètes, considérant qu’il existait des milliers voir des millions de comètes circulant dans notre système solaire (le nuage d’Oort avant l’heure…) et par analogie dans d’autres systèmes comme le notre que ces comètes pouvaient circuler pour certaines d’entre elles de systèmes en systèmes et qu’elles pouvaient abriter la vie voir être utilisées comme un véhicule pour les voyages intersidéraux ! William Herschel considérait Lambert comme quelqu’un doué de la plus fertile imagination. Voici ce que Lambert écrivait à Herschel à propos des comètes :

I rank highest the astronomers which, you, Sir, place on such celestial bodies. Their route proceeds from suns as we go from city to city on earth, and when in our case a few days go by they count in myriads of our years… Our greatest measures are their differentials, and our millions can hardly suffice as their table of multiplication. They know the warmth and brightness of each sun, and with a single conclusion they determine the general characteristics of the inhabitants of each planet which orbits around it at a given distance. Their year is the time from one sun to another. Their winter falls in the middle of the intervening space, or of the journey which they make to another sun, and they celebrate the moment when their fomer course turns into a new one. The perihelion of each course is their summer.


Lorsque l’on jette un coup d’œil à la science contemporaine et notamment aux productions de ses spécialistes, Dave Jewitt et son « ultrared matter » et Chandra Wickramasinghe élève du grand Fred Hoyle et de la panspermie, c’est, comment dire, étourdissant, époustouflant d’anticipation !

http://www.answers.com/topic/johann-heinrich-lambert

The suggestion that there might be further galaxies beyond our own was first made by him and this was subsequently confirmed observationally by William Herschel. Lambert was the first to invent an accurate way of measuring light intensities and the lambert, a measurement of light intensity, was named for him


[3] Emmanuel Kant

C’est dans son ouvrage « Histoire générale de la nature et Théorie du ciel » de 1755 que le jeune Kant va développer une conception correcte de la structure de notre Galaxie, étendant ses investigations au royaume des nébuleuses extragalactiques, et développant ce que la postérité appellera la théorie des « Univers-îles ». C’est aussi dans ce livre qu’il évoque la pluralité des mondes. Vous trouverez une traduction de son ouvrage ici et quelques extraits sélectionnés qui me plaisent bien : http://fr.wikisource.org/wiki/Histoire_naturelle_g%C3%A9n%C3%A9rale_et_th%C3%A9orie_du_ciel

Le Mémoire de M. Wright, de Derham, dont j'ai eu connaissance par les Freye Urtheile und Nachrichten, de Hambourg, pour l'année 1751, m'a conduit à considérer les étoiles fixes, non comme une fourmilière disposée sans ordre apparent, mais comme un sys­tème qui a la plus grande ressemblance avec celui des planètes, si bien que, de même que les planètes se trouvent au voisinage d'un plan commun, de même aussi les étoiles se rapprochent autant que possible d'un plan que l'on doit se figurer mené à travers tout le ciel, et, par leur amoncellement dans ce plan, produisent la frange lumineuse que l'on appelle la Voie lactée. Je me suis assuré que notre Soleil doit se trouver aussi presque exactement dans ce plan, par la raison que cette zone illuminée par d'innombrables soleils a presque exactement la forme d'un grand cercle. En examinant de plus près la cause de cette distribution des étoiles, j'ai trouvé fort vraisemblable l'opinion que les étoiles dites fixes sont bien plutôt des astres errants d'un ordre supérieur, animés d'un mouvement propre très lent. Comme confirmation de cette idée, que l'on trou­vera exposée en son lieu dans la suite de mon travail, j'invoquerai ici une page extraite d'un écrit de M. Bradley sur le mouvement des étoiles fixes. « S'il est permis de se prononcer à ce sujet, (l'invariabilité ou la variation de position des étoiles), d'après les résultats de la comparaison de nos meilleures observations modernes à celles qui ont été faites antérieurement avec un degré tolérable d'exactitude; il semble qu'il s'est produit un chan­gement réel dans les positions relatives de quelques étoiles fixes; et ce changement paraît être indépendant de tout mouvement de notre système et ne pouvoir être attribué qu'à un déplacement des étoiles elles-mêmes. Arcturus en est un exemple probant : car la comparaison de sa déclinaison actuelle avec celle que lui assigne Tycho ou Flamsteed fait ressortir une différence beaucoup plus grande que celle qui peut être attribuée à l'incer­titude des observations



Tous les soleils du firmament sont donc animés de mouvements orbitaires, soit autour d'un centre unique commun, soit autour de plusieurs centres. Et par analogie avec ce qui se remarque dans notre monde solaire, on doit croire que, comme la cause qui a communiqué aux planètes la force centrifuge en vertu de laquelle elles, décrivent leurs orbites a en même temps donné à ces orbites une position très voisine d'un même plan; de même aussi les causes, quelles qu'elles soient, qui ont donné l'impulsion aux soleils des mondes supérieurs, et en ont fait autant de planètes d'ordres plus élevés, ont en même temps amené leurs orbites à coïncider dans un même plan, en ne leur permettant que des écarts très limités. D'après cette conception, on peut se représenter le système des étoiles comme un système planétaire énormément agrandi. Si au lieu des six planètes entourées de dix satellites, on en imagine des milliers, et au lieu de 28 ou 30 comètes qui ont été observées, si l'on en suppose des centaines et des mille ; si l'on se figure en outre ces corps lumineux par eux-mêmes; le spectateur, qui de la terre considérera cet ensemble, aura devant les yeux l'apparence des étoiles de la Voie lactée. Car ces planètes supposées, par leur proximité d'un plan commun, dans lequel se trouve aussi la Terre, produiront une zone illuminée par d'innombrables étoiles, qui suivra un grand cercle de la sphère céleste. Cette traînée lumineuse sera toujours en tous ses points suffisamment garnie d'étoiles, quoique, selon notre hypothèse, il s'agisse d'étoiles en mouvement, et non d'un amoncellement d'étoiles immobiles; car leur transport même amènera toujours en chaque point assez d'étoiles pour remplacer celles qui auront abandonné cette position. La largeur de cette zone lumineuse, qui figure une sorte de bande zodiacale, sera déterminée par les différents degrés d'écart des étoiles égarées de part et d'autre du plan relatif et par l'incli­naison de leurs orbites sur cette même surface. Comme d'ailleurs le plus grand nombre reste au voisinage de ce plan, elles sont de plus en plus rares à mesure qu'on s'en éloigne



Mais les comètes, qui occupent toutes les régions du ciel, couvriront de tous côtés les espaces célestes. L'aspect du ciel étoilé est donc dû à une distribution systéma­tique des étoiles, qui reproduit en grand ce qu'est en petit notre système planétaire; l'ensemble des soleils forme un système, dont le plan général est la Voie lactée ; les soleils qui échappent à l'at­traction restent à côté de ce plan, ils sont pour cette raison moins condensés, largement dispersés et rares. Ce sont pour ainsi dire les comètes du système stellaire. Cette nouvelle conception conduit à attribuer aux étoiles un mouvement de progression, et pourtant tout le monde les consi­dère comme immobiles et fixes dans l'espace depuis leur origine

.…

Supposons un sys­tème d'étoiles ramassées aux environs d'un plan commun, à la ma­nière de celles de la Voie lactée, mais situé si loin de nous que la lunette même ne puisse nous faire distinguer les astres dont il se compose; supposons que sa distance soit à la distance qui nous sépare des étoiles de la Voie lactée, dans le même rapport que celle-ci à la distance de la Terre au Soleil ; un tel monde stellaire n'apparaîtra à l'observateur qui le contemple à une si énorme dis­tance que comme un petit espace faiblement éclairé et sous-tendant un très petit angle; sa figure sera circulaire, si son plan est perpen­diculaire au rayon visuel, elliptique s'il est vu obliquement. La fai­blesse de sa lumière, sa forme et la grandeur apparente de son diamètre différencieront d'une manière évidente un pareil phéno­mène des étoiles isolées qui l'environnent. Il n'y a pas à chercher longtemps dans les observations des astronomes pour rencontrer de semblables apparences. Elles ont été vues par divers observateurs. On s'est étonné de leur rareté ; on a imaginé sur leur compte et l'on a admis tantôt les fantaisies les plus étonnantes, tantôt des conceptions plus spécieuses, mais qui n'avaient pas plus de fondement que les premières. Nous voulons parler des nébuleuses, ou plus exactement d'une espèce particu­lière de ces astres, que M. de Maupertuis décrit ainsi (') : ce sont de petites plaques lumineuses, un peu plus brillantes seulement que le fond obscur du ciel; elles se présentent dans toutes les ré­gions; elles offrent la figure d'ellipses plus ou moins ouvertes; et leur lumière est beaucoup plus faible que celle d'aucun autre objet que l'on puisse apercevoir dans le ciel.

Je citerai volontiers ici la boutade satirique d'un spirituel écri­vain de la Haye, qui, après avoir passé en revue les nouvelles géné­rales des Sciences, exposait plaisamment l'hypothèse de l'habita­tion nécessaire de tous les astres. « Les créatures, disait-il, qui habitaient les broussailles de la tête d'un gueux s'étaient habituées à regarder leur demeure comme une sphère immense, et à se con­sidérer elles-mêmes comme le chef-d'œuvre de la création; lors­qu'un jour une d'entre elles, que le ciel avait douée d'un esprit plus fin que les autres, un petit Fontenelle de son espèce, aperçut à l'improviste la tête d'un gentilhomme. Aussitôt elle rassemble les fortes têtes de son quartier et, d'un ton convaincu, leur dit : Nous ne sommes pas les seuls êtres vivants de la nature : voyez, voici un nouveau monde, sur lequel il y a encore plus de poux que chez nous. » Cette conclusion fait rire ; et pourtant le raisonnement de cet insecte ne diffère pas beaucoup de celui des hommes et repose sur des motifs tout semblables. Mais l'erreur nous paraît plus excu­sable de notre part que de la sienne.

Et pourtant examinons les choses sans prévention. Cet insecte d'abord ne me parait pas mal choisi comme terme de comparaison ; par ses mœurs et le dégoût qu'il inspire, il représente très bien une classe d'hommes trop nombreuse. Parce que, dans son esprit, la nature est infiniment intéressée à son existence, il tient tout le reste delà création pour négligeable, dès qu'elle n'a pas son espèce comme but unique et direct. L'homme, placé lui aussi infiniment au-dessous de l'essence des Etres supérieurs, n'est pas moins ridi­cule lorsque sa vanité se complaît dans la pensée de la nécessité de son existence. L'infini de la création comprend en soi, au même degré de nécessité, toutes les créatures que produit sa surabon­dante richesse. Depuis la classe la plus sublime des êtres pensants jusqu'au plus vil insecte, aucun membre n'est indifférent; aucun ne pourrait manquer sans altérer la beauté de l'ensemble, qui a sa source dans l'enchaînement des êtres.



En fait, l'insecte de tout à l'heure peut nous paraître aussi infime qu'on voudra : la nature est certainement plus intéressée à la conservation de son espèce entière qu'à l'existence possible sur quelque région déserte d'un petit nombre de créatures plus excellentes, dont il existe ailleurs un nombre infini. Par cette raison qu'elle est inépuisable dans la production de ces deux espèces de créatures, elle aban­donne sans souci leur conservation et leur mort à l'action des lois générales.

….

Il n'en est pas moins vrai que la plupart des planètes sont certai­nement habitées et que celles qui ne le sont pas le deviendront un jour. Comment varient maintenant les caractères des habitants de ces astres, suivant la position de leur demeure dans le monde rela­tivement au centre du système, d'où émane la chaleur qui vivifie tout? Il est bien certain que cette chaleur, agissant diversement sur les matériaux de ces astres en proportion de.la distance, établit entre leurs propriétés des rapports déterminés (une définition avant l’heure des zones habitables, Terrestrial Haitable Zone ?). L'homme, qui, de toutes les créatures raisonnables, est celle que nous connaissons le mieux, quoique sa nature intime soit encore pour nous un mystère insondable, doit nous servir de base et de point de repère général pour cette comparaison. Nous n'avons pas d'ailleurs à le consi­dérer ici au point de vue de ses propriétés morales ni même de sa conformation physique; nous avons seulement à voir jusqu'à quel point et comment la faculté de penser raisonnablement et le mou­vement de son corps obéissant à la pensée sont limités par les propriétés de la matière à laquelle l'homme est uni, propriétés qui sont elles-mêmes en relation avec la distance au Soleil

.…

Si l'on recherche les causes des obstacles qui retiennent la nature humaine dans un si profond abaissement, on les trouve dans la grossièreté de la matière dans laquelle sa partie spirituelle est sub­mergée, dans la rigidité des fibres, l'inertie et l'immobilité des fluides qui doivent obéir aux excitations de l'âme. Les nerfs et les liquides de son cerveau ne lui apportent que des perceptions gros­sières et indistinctes; et comme il ne peut opposera l'excitation des sensations extérieures que des conceptions trop peu puissantes pour maintenir l'équilibre dans l'intérieur de sa faculté pensante, il se laisse entraîner par ses passions, étourdir et troubler par le tumulte des éléments dont est formée sa machine. Les efforts de la raison pour lutter contre les passions et pour en dissiper les ténébreuses erreurs par la lumière du jugement ne sont que des éclats fugitifs d'un soleil dont d'épais nuages interceptent et obscur­cissent incessamment la clarté.…

L'homme est bâti pour recevoir les impressions et les émotions que le monde doit éveiller en lui, par l'intermédiaire du corps, qui est la partie visible de son être, et dont la matière non seule­ment sert à imprimer à l'âme invisible qui habite en lui les pre­mières connaissances des objets extérieurs, mais aussi intervient inévitablement dans ce commerce intérieur qui consiste à répondre aux impressions et à les combiner, en un mot dans l'acte de la pensée (une conception que ne renieraient pas les ummites…)

S'il est, parmi les créatures pensantes qui habitent notre planète, des êtres assez dégradés pour ne pas sentir le vif attrait de ce sublime sujet de méditations et lui préférer l'esclavage des vains plaisirs ; oh ! Combien malheureuse est la Terre qui a enfanté de si misérables créatures! Mais, par contre, quelle heureuse destinée est la sienne, lorsqu'elle voit s'ouvrir devant elle une voie qui doit la conduire, dans les conditions les plus agréables, à des hauteurs et à une félicité qui dépassent infiniment les préro­gatives les plus excellentes que la nature a pu donner aux planètes les plus favorisées !



On pourrait dire qu’il s’agit d’une œuvre de jeunesse de Kant et qu’elle n’est pas représentative de la pensée de ce grand philosophe. C’est faux ! Kant ne reniera pas sa position pluraliste dont il se fera l’avocat dans ses publications ultérieures et notamment,

Dans « L’unique fondement possible d’une démonstration de l’existence

de Dieu» publié en 1763 qui contient non seulement un passage résumant ses principales doctrines astronomiques mais aussi le sentiment qu’il éprouva lorsqu’il fit l’expérience du microscope qu’il l’étendit au télescope (encore une histoire de puissance de dix !)

http://www.goodreads.com/book/show/1541774.The_One_Possible_Basis_for_a_Demonstration_of_the_Existence_of_God

…when I see the intrigue, power and a scene of turmoil in a bit of matter and then turn my attention from that to boundless space, swarming with worlds like bits of dust, no human language can express the feeling such reflection excites and all subtle metaphysical analyses fall far indeed from the grandeur and value that are part and parcel of such a vision.


Ou encore plus tard dans la Critique de la raison pure (1781)

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en%7Cfr&u=http://ebooks.adelaide.edu.au/k/kant/immanuel/k16p/part2.2.html

I should not hesitate to stake my all on the truth of the proposition- if there were any possibility of bringing it to the test of experience — that, at least, some one of the planets, which we see, is inhabited. Hence I say that I have not merely the opinion, but the strong belief, on the correctness of which I would stake even many of the advantages of life, that there are inhabitants in other worlds.


Ce qu’il y a de plus prodigieux, ce sont ses réflexions sur les bases d’une éthique qui ne serait non plus uniquement humaine mais qui embrasserait les peuples du cosmos, éthique qu’il envisage dans son Fundamental principles of the Metaphysic of Moral (1785) dans lequel il décrit que son but est de formuler une éthique applicable à tous les êtres rationnels quels qu’ils soient. Prodigieux !

http://philosophy.eserver.org/kant/metaphys-of-morals.txt



Enfin dans la « Critique de la raison pratique » (1788) il aura cette phrase fantastique qui est une invite à redécouvrir Kant sous cet angle pluraliste et cette éthique des années lumière dont les hommes de ce XXIième siècle feraient bien de s’inspirer :

« Deux choses remplissent mon esprit d’une admiration et d’un respect incessants : le ciel étoilé au dessus de moi et la loi morale en moi. »


Bienqu’au terme de morale connoté, je préfère plutôt substituer le mot d’éthique.

Ce n’est donc pas un hasard si Mme Mioara MUGUR-SCHÄCHTER (voir chapitre 1.4 du document cité en référence) et son infra mécanique quantique nous invite à redécouvrir Kant et à nous départir de nos trompe-l’œil conceptuels pour aborder le réel et notamment l’inconnu qui frappe à notre porte, qu’il s’agisse de comprendre « l’invalidation conceptuelle du théorème de localité de Bell » ou plus simplement ces fameux OVNI ! C’est de la science en mouvement !

http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/0903/0903.4976.pdf

Ce livre s’adresse à tous ceux qui désirent pénétrer jusqu’aux racines de la conceptualisation humaines et former une vue sur la manière dont y émergent les descriptions de microétats incorporées à l’état cryptique dans le formalisme mathématique de la mécanique quantique fondamentale. Sa lecture aura également l’effet de les rendre immédiatement réceptifs à l’exposé de la méthode générale de conceptualisation relativisée (Mugur-Schächter [2006]), une épistémologie qualitative mais formalisée, solidement fondée dans la pensée scientifique actuelle et qui couvre les processus de génération de connaissances depuis l’encore jamais conceptualisé et jusqu’à la frontière entre le connu et le métaphysique.


La ligne de fuite sur la question extraterrestre est un rhizomique questionnement aux frontières de notre entendement. Il s’agit de tracer les cartes d’un devenir dont les singularités tracent les lignes d’un futur aux antipodes de la conformité. Il ne s’agit plus de raisonner sur un signifiant acquis mais de résonner, vibrer sur des quantas de sens qui filent, s’effilochent en lignes molaires, segments de possibles; en fait tracer les contours d’une cartographie exotique, incarnation d’une déterritorialisation/reterritorialisation de la pensée, la construction d’un compossible.



avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 31 Juil 2011, 08:44
Dans cette approche imaginant un futur contact exotique, on pourrait se poser la question de savoir quelles seraient les notions ou concepts qui « supporteraient » notre réflexion et nous aideraient à passer ce cap difficile, ce nouveau paradigme remisant bien des idées reçues au panier ; des concepts qui nous permettraient d’établir une sorte de pont cognitif/ « sémantique » avec une réalité et des connaissances exogeognosologiques.
A titre d’exemple on pourrait être amené à s’interroger comme le fait Renaud Barbaras sur le rapport entre le vivant et l’inerte

http://execo.univ-paris1.fr/spip.php?article294
…on se trouve confronté à une autre question, très difficile, celle du rapport entre le vivant et l’inerte, le sujet vivant et la nature physique. Y a-t-il un sens à distinguer l’organique de l’inorganique ? C’est notamment pour cela que je m’intéresse à Whitehead, qui propose une cosmologie ou une philosophie de l’organisme, puisqu’il refuse la distinction même de l’organique et de l’inorganique. Il cherche par conséquent à penser un mode d’être qui soit, là encore, plus profond que la différence de l’organique et de l’inorganique.
Au fil de mes lectures, il m’est apparu que certaines avancées de contemporains ou de géniaux précurseurs pouvaient nous montrer le chemin et nous aider dans cette approche. J’entends les notions de time binding/Extelligence, de cadacualtez, de semovience , de conatus, d’énaction et d’analogons. Que sa quo ? me demanderez-vous avec juste raison tant ces notions/mots/concepts sont peu usités dans notre langage courant et pourtant quelle puissance! Ne voyez ici aucune volonté d’étaler des connaissances (j’ai conscience d’avoir fait un peu touffu, mais vous voyez bien que ce sujet dépasse de très loin le carcan stérilisateur des « petits hommes verts » de la représentation commune) mais bien plutôt une sorte de partage de pistes qui me paraissent très fécondes dans la problématique qui nous intéresse. C’est aussi une invite à penser différemment et quelque part à résister à l’« anthropologie ganglionnaire » de cette société entropique actuelle qui nous conduit tout droit vers une impasse monstrueuse [0]. En bref de faire acte de résistance en inventant un autre cogito qui serait plutôt « Je pense donc, je peux » sinon tout, au moins quelque chose comme par exemple de ne plus accepter l’inacceptable et d’exprimer ce que la vie nous a donné!

Time Binding /Extelligence:
Commençons par cette notion de Time Binding en saluant ce véritable génie méconnu du XXième siècle, Alfred Korzybski, que j’ai déjà évoqué au début de ce fil. En lisant Manhood of humanity, écrit en 1921 (qui est un prélude au chef d’œuvre « Science and sanity » ) on trouve deux observations remarquables (Manhood of humanity appendix II, page 224, biology and time-biding).
-L’homme dispose par rapport aux autres êtres vivants de la planète d’une faculté bien spécifique qu’il appelle le time-binding. Le time-binding correspond à notre capacité d’ « accumuler » les savoirs, enseignements de nos prédécesseurs (science, culture, idées, etc.) et à passer le relai à nos descendants. Cette noosphère de l’intelligence progresse de façon exponentielle à condition que cette faculté de time-binding soit utilisée correctement et avec sagesse. Il fait le parallèle, dans le cheminement vers le complexe, avec le monde végétal doué de « Chemical-binding » (maitrise de la chimie nécessaire à la biosphère) et le monde animal doué de la maitrise de l’espace (space-binding). Encore faut-il que l’homme reconnaisse et utilise cette faculté de time-binding et ne reste pas coller au stade « animal » du space binding que l’on retrouve dans tous les comportements de prédation, de guerre de territoire, de sélection du meilleur qui semblent marquer l’époque actuelle, nos élites, nos cornacs. Après la lecture de « Manhood of Humanity » et « Science and Sanity », on comprend d’ailleurs mieux pourquoi, ce genial Alfred Korzybski est resté si méconnu et si confidentiel. Les méthodes qu’il propose d’utiliser en matière d’enseignement mettraient à jour très rapidement la structure délirante du monde actuel et provoqueraient une révolution des consciences que nos psychopathes désincarnés ne peuvent pas tolérer.
- Notre modèle de société basé sur la conquête de territoire (au sens propre comme au figuré) et de nouvelles frontières à dépasser ne peut fonctionner en monde clos et c’est pure folie que de continuer à le promouvoir. Nous devons troquer les modèles économiques et politiques actuels hérités du space binding et développer notre sagesse grâce aux savoirs transmis par nos ancêtres. C’est la condition sine qua non de notre évolution et on ne nous permettra pas de quitter ce berceau qui est la Terre sans avoir fait cette révolution des cerveaux.
Il m’est apparu qu’il pouvait peut-être exister une autre échelle dans la maîtrise de l’univers, la faculté de l’Imaginal- binding ou virtual-binding ou encore spiritual-binding qui correspondrait à la capacité d’orienter sa/les noosphères, l’espace imaginal. L’homme n’en serait pas forcément doté. Je reviendrai ultérieurement sur ce côté « imaginal » de notre univers qui selon moi est une « réalité » à part entière et qui pourrait aussi donner lieu à de la recherche scientifique au même titre que notre univers matériel.
Il est intéressant de constater que cette notion de time-binding semble être redécouverte sous cette notion d’extelligence[1][2]. Je reprends un passage du très bon papier « Where are the Dolphins ? » de Jack Cohen et Ian Stewart (traduction rapide et approximative et quelques commentaires personnels entre parenthèses)
Une question clé de la xénobiologie est la question de l’intelligence. L’intelligence est-elle universelle ? La réponse n’est pas claire. Le niveau d’intelligence humaine n’est arrivé qu’une seule fois sur Terre (là, je ne m’aventurerai pas aussi loin), aussi, selon des critères normaux, elle devrait être considérée comme très locale. D’un autre côté, notre intelligence n’est pas si différente de celle qui peut être trouvée chez les grands singes, les cétacés et les pieuvres. Les cochons sont excellents aux jeux vidéo, les perroquets ont des facilités étonnantes pour les langues, et mêmes les poissons épinoches et les crevettes mantes peuvent résoudre des problèmes. L’intelligence apparaît être un universel car elle semble offrir des avantages évolutifs majeurs, quelque soit le contexte. Cependant, l’ingrédient le plus important pour des aliens techniquement compétents et doués de perception n’est pas l’intelligence, mais plutôt une propriété que nous avons partout appelé « extelligence ». C’est l’analogue contextuel de l’intelligence individuelle. L’hypothèse d’une domination globale de l’humanité est une histoire d’extelligence : Le langage, les archives permanentes d’information comme les livres, et la communication dans toutes ses formes technologiques. Comparée à toutes autres formes de vie, notre intelligence est marginalement plus grande que celle des chimpanzés : C’est notre extelligence qui a conduit notre croissance culturelle et technologique. L’extelligence humaine est bien plus puissante que celle de toute personne, mais nous pouvons y contribuer collectivement, puiser en elle et l’exploiter.
Compte tenu des évidences disponibles, L’extelligence peut être aussi un particularisme. Mais de nouveau, il semble qu’elle procure un tel avantage généralisé que nous pourrions être tentés de la considérer comme universelle. Des aliens technologiquement avancés posséderont, par définition, l’extelligence comme l’intelligence (et peut-être aussi bien d’autres choses !). C’est là où quelques espèces intelligentes de la Terre semblent déficientes. Les dauphins par exemple, sont capables de communiquer entre eux, mais ne semblent pas être extelligents- Nous ne voyons pas la technologie des dauphins. Il reste possible que les signes ne la technologie des dauphins existent mais dans une forme qui nous est tellement étrangère que nous ne pouvons pas la reconnaitre, mais pour le moment, nous considérons cela comme peu probable(Et si la « technologie » des dauphins se trouvait dans ce monde « imaginal » ?)

Voilà encore une histoire de l’un (intelligence individuelle contribuant à l’intelligence collective) et du multiple qui est un (intelligence collective inspirant l’intelligence individuelle) comme un va et vient incessant d’actions, de rétroactions et d’énactions dans ce miroir d’Amoli de la vie.
Cadacualtez :
J’avoue que pour cette notion, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois et lire et relire pour essayer de m’imprégner de ce concept étrange mais qui est paradoxalement, quelque part, notre « cœur » intérieur. La Cadacualtez pourrait se traduire en français par quelque chose comme « l’unicité de chacun »
Dans chaque conscience, existence, psyche, âme ou esprit existant dans la nature (c'est-à-dire non dans la représentation cognitive de son identité, mais dans son ontologie d’appui quelle qu’elle soit), la cadacualtez désigne le fait que chaque psyché diffère des autres avant même de se différencier à partir des contenus mentaux.
La cadacualtez est un concept voisin de la notion de Jemeinigkeit proposée par le philosophe Martin Heidegger tout en étant différente de celle-ci. Le concept de cadacualtez fait l’hypothèse que dans la nature une diversité de psychés se trouve localisé dans les organismes vivants comme les êtres humains, les chiens, les singes – mais pas dans les montagnes ou les pins, ni dans une subjectivité générale ou âme du monde (une thèse appelée panpsychisme, la vue selon laquelle toute matière a une conscience). Comme il est largement connu, les psychés, les esprits ou les existentialités trouvés dans la nature diffèrent entre elles comme elles développent des contenus mentaux différents. Par exemple, chaque être humain apprend des choses différentes, un chien ou phoque est familier avec une certaine personne et a appris certaines compétences que ne posséderont pas d’autres chiens ou phoques.La notion de cadacualtez insiste sur le fait que avant même d’être différencié par leur développement, les psychés différent déjà entre elles et sont quelque part uniques [3]
La cadacualtez est la singularité intrinsèque, l’unicité, la non répétabilité, l’incommunicabilité de tout être vivant et pour résumer, le fait de naître dans un corps spécifique à l’exclusion d’un autre, au sein d’une famille particulière et à une époque donnée.
Semovience
la « Semovience », c’est à dire le fait pour quelqu’un de pouvoir initier une nouvelle séquence de causalités ou d’actions, simplement en le voulant, l’habilité inhérente de chaque esprit trouvé dans la nature (c'est-à-dire dans chaque psyché ou finitude existentielle composant un organisme ) de commencer de nouvelles séries causales et de ne pas simplement continuer des séquences causales qui sont transmises d’ailleurs. La sémovience transcenderait la mort physique en permettant, à des existentialités finis d’être opératives post mortem, quelque chose qui pourrait se rapprocher de ce monde imaginal d’Henri Corbin et de l’approche soufiste et qui pourrait-être développée en créant un pont (cinvat ?) entre une spiritualité des « lumière » ou des années lumière et la science, condition sine qua non d’une évolution positive. L’univers dans lequel nous interagissons serait en fait constitué de deux paires d’univers, une paire réelle dans laquelle se déplacerait notre corps physique, une paire « imaginaire » dans laquelle s’ébrouerait notre esprit (cf travaux récents de Jean-Pierre Petit). Pour être tout à fait complet, on pourrait lier cette approche aux travaux de Jean E.Charon sur la relativité complexe et notamment son livre « l’esprit cet inconnu » dont j’extrais les trois citations ou passages suivants :
Une citation d’Alexis Carrel
Nous devons libérer l’homme du cosmos créé par le génie des physiciens et des astronomes, de ce cosmos dans lequel il a été enfermé depuis la Renaissance. Malgré sa beauté et sa grandeur, le monde de la matière inerte est trop étroit pour lui.
Une citation de Pierre Teilhard de Chardin :
Le moment est venu de se rendre compte qu’une interprétation, même positiviste, de l’Univers doit, pour être satisfaisante, couvrir le dedans aussi bien que le dehors des choses- l’Esprit autant que la Matière. La vraie Physique est celle qui parviendra, quelque jour, à intégrer l’Homme total dans une représentation cohérente du monde. »
Et enfin ceci de Jean E. Charon :
Jusqu’au jour où tous nos « Je » éoniques réunis dans une immense structure plus néguentropique que toutes celles du passé, nous serons arrivés là où le temps semble s’arrêter, là où toute cette gigantesque évolution a finalement conduit l’Esprit, dans les verts pâturages où l’Univers retient enfin son souffle, prêtant l’oreille à cette musique secrète qui court maintenant comme un chant éthéré, entre les formes mouvantes des éons de cette fin du monde.

Conatus :
S’il est un philosophe qui nous montre le chemin à suivre, c’est bien Spinoza, tant son éthique est une invitation à la connaissance de la vie, finalement quelle qu’elle soit y compris dans une approche non anthropomorphique, ce qui, soit dit en passant, est un véritable tour de force de la part du génial Spinoza, qui bien que « projeté » dans son humaine condition élabore les fondations d’une éthique des années-lumière. Prodigieux de trouver cette approche au cœur du XVII ième siècle!
http://www.spinozaetnous.org/wiki/Conatus
J’ai apporté quelques compléments au texte entre parenthèse
Le conatus est un terme latin habituellement rendu par "effort", que nous pouvons comprendre comme exercice de la force d'exister d'un être (d'une essence singulière, possédant une nature propre). C'est chez Spinoza l'affect fondamental : "l'effort" d'exister, autrement dit de persévérer dans l'être constitue l'essence intime de chaque chose (Ethique démontrée suivant l’ordre géométrique : Troisième partie- De l’origine et de la nature des passions-Proposition 7)
Cette idée est valable pour l'homme mais comme l'indique aussi cette citation, toute autre chose : un chat, une araignée, un brin d'herbe, un grain de sable. Toutes, nous dit Spinoza sont "animées à des degrés divers" (Ethique démontrée suivant l’ordre géométrique : Troisième partie- De l’origine et de la nature des passions-Proposition 13, scholie) La vie étant justement la force par laquelle les choses persévèrent dans leur être (Pensées métaphysiques, deuxième partie, chapitre VI, de la vie de Dieu-au sens de WOA ?).
….
Et pour cause, chaque chose singulière est mode de la substance unique, ce qui revient à dire que chaque chose est Dieu d'un point de vue déterminé ou encore une expression de la puissance d'un de ses attributs, comme l'extension (en longueur, largeur, profondeur...) ou la cogitation (intelligence, raisonnement, affectivité...). Comme Dieu est puissance infinie d'exister, chaque chose est donc puissance d'exister d'un point de vue déterminé. Puissance d'exister est alors à comprendre autant comme effort de conservation de son essence que comme augmentation, extension indéfinie de cette essence.
Analogons
Il s’agit d’un des mots clés de « L’imaginaire » de Sartre qui l’utilise dans le sens « d’un équivalent à la perception ». Sa fonction consisterait à « tracer la ligne de division entre le monde sensible et le monde intelligible, d’établir les relations entre la réalité et l’apparence. L’analogon faciliterait cette rencontre avec la réalité du monde dans la diversité de ses manifestations, dans un intense effort de compréhension de l’autre qui est consubstantiel à toute pensée , comprendre le monde en tant que rapports de transcendance avec un monde réel : en tant que consciences singulières, à tout moment contraintes de se dépasser vers un indépassable » ! [4]
Selon Sartre, Husserl ne nie point l’existence de données visuelles ou tactiles qui font partie de la conscience comme éléments subjectifs immanents. Mais elles ne sont pas l’objet : la conscience ne se dirige pas sur elle ; à travers elles, elle vise la chose extérieure. Cette impression visuelle qui fait présentement partie de ma conscience n’est pas le rouge. Le rouge est une qualité de l’objet, une qualité transcendante. Cette impression subjective qui, sans doute, est « analogue » au rouge de la chose, n’est qu’un quasi-rouge » : c’est-à-dire qu’il est la matière subjective, la « hylé » (signifiant les données des sens avant l’intervention de l’activité intentionnelle de l’esprit qui leur confère un sens) sur laquelle s’applique l’intention qui se transcende et cherche à attraper le rouge hors de soi.
http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/23206/DIDASKALIA_1994_3_109.pdf?sequence=1
Les analogons sont des pièces significatives entrant dans la composition d'une construction analogique.
….
.., c'est le genre de conclusion que l'on peut tirer de la lecture de Judith Schlanger (Stengers & Schlanger, 1991) sur la pensée inventive. EIIe place la conception des idées neuves au centre de la réflexion scientifique et montre que ce sont surtout les modèles métaphoriques (iconiques, analogiques ou théoriques) qui sont le plus directement liés à la conceptualisation inventive.
A propos de la communication analogique, l’auteur fait référence à Paul Watzlawick (que j’avais déjà évoqué à propos de communication extraterrestre), je me suis permise d’ajouter quelques références.

Sur le plan sémiologique iI est proposé dans cette théorie de considérer deux véhicules de communication pour servir de substrat aux messages que s'échangent les humains. En d'autres termes, il y aurait lieu de distinguer deux matériaux d'encodage : les signes analogiques et les signes digitaux (alpha-numériques). Ainsi, pour désigner les objets, il est possible d'utiliser quelque chose qui leur ressemble comme un dessin (l'analogique) ou bien de leur donner un nom (le digital). Or, si le matériau analogique a des rapports directs avec ce qui est représenté - ce qui est le plus souvent le cas pour des maquettes - le digital se sert d'un mot qui est arbitraire et résulte d'une convention sémantique.

L'analogique est considéré ici comme étant en fait toute communication non verbale ; le verbal étant pour sa part le digital avec lequel d'ailleurs on produit ces figures de style que sont les analogies.
Enfin un passage particulièrement intéressant concernant le rôle de l’analogie comme processus cognitif. J’ai mis en gras ce qui me parait très important.

L'étude de l'induction occupe une place importante dans la didactique des sciences, et l'analogie y jouerait un rôle prépondérant. L'induction peut être définie comme un procédé de la pensée pour produire des inférences. Celles-ci sont des prédictions faites au sujet de changements anticipés dans l'environnement. Quand c'est la pensée déductive qui produit des inférences, leur validité est garantie par un formalisme rigoureux. Par ailleurs, la validité des inférences inductives est assurée par le feedback du succès ou de l'échec des prédictions. Comme le signalent Holland et al. (1986), l'étude de l'induction se résume donc à l'étude de la façon dont la connaissance est modifiée à partir de son utilisation.
L'induction intègre des connaissances acquises afin de modéliser une situation nouvelle. Ainsi, devant une situation, l'induction fournirait tout d'abord
un modèle général par défaut-toujours d'après Holland. Si celui-ci ne fonctionne pas, alors des sous-modèles sont proposés pour des cas particuliers. S'il n'y a toujours aucun modèle qui soit opérationnel, alors s'engage la résolution de problèmes. Et c'est ¡ci qu'entre en jeu l'analogie, cette fois-ci non pas comme support de communication mais comme processus cognitif. Nous ne décrirons pas tout le détail des explications sur la source et la cible dans la production ou l'utilisation d'une analogie. Dans le contexte de l'étude des maquettes il nous importe de mentionner que l'analogie peut être un moyen privilégié pour la construction de modèles concrets ou de modèles conceptuels.
La maquette analogique peut constituer une forme de représentation intermédiaire entre le réel perçu et le modèle conçu. EIIe sert d'interface entre ces deux aspects, et la mise en évidence des correspondances entre la maquette et l'objet étudié constitue une première forme d'abstraction, antérieure à la généralisation et à la décontextualisation des relations amenant à induire le modèle formel.. Les règles illustrées par l'intermédiaire de l'analogie continuent de se modifier au fur et à mesure que de nouveaux exemples peuvent leur être associés, amenant ainsi de nouvelles inductions.
C’est à se demander si, à travers ces courriers ummites, nos mystérieux correspondants ne nous donnent pas des éléments de base pour fabriquer une « maquette » de ce que pourrait-être une intelligence exotique, histoire de nous donner les éléments pour l’établissement d’une « représentation intermédiaire » facilitant l’atterrissage de cette réalité exotique !

Sartre « voulait rencontrer la réalité du monde « dans la diversité de ses manifestations », dans un intense effort de compréhension de l’autre qui est consubstantiel à toute sa pensée ; et, enfin, il voulait comprendre les hommes « en tant que rapports de transcendance avec le monde réel : en tant que consciences singulières, à tout moment contraintes de se dépasser vers un indépassable ». Les lettres ummites nous y invitent finalement d’une certaine façon.

Enaction:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Enaction
La perspective de l'enaction proposée par le biologiste, neurologue et philosophe chilien, Francisco Varela est un paradigme qui défend l'idée que la cognition est d'abord incarnée et qui essaye ainsi de dépasser le piège de « la représentation ».
Ainsi le monde n'est ni totalement objectif, une réalité prédonnée à laquelle nous accédons à travers des représentations, ni totalement subjectif, pure projection création ex nihilo d'un monde de représentations.
Dire que la cognition est incarnée c'est prendre en considération le fait que chaque espèce a son propre Umwelt (Jacob von Uexküll) comme diraient les biosémioticiens. Espèce-spécifique (specie-specific) Umwelt qui a été enacté à travers l'évolution. L'évolution est prise, non comme un processus clairement finalisé mais comme « dérive naturelle » pour reprendre le terme de Varela.
S'inspirant de la phénoménologie de Merleau-Ponty et de Heidegger, Varéla entend concrétiser la relation entre l'expérience humaine et la science.
http://jerome.grondin.pagesperso-orange.fr/enaction.htm

Dans un petit essai intitulé « Quel Savoir pour l’éthique ? » Francisco Varela met en exergue l’étroite corrélation entre perception et action. Je cite :
Les structures cognitives « supérieures » émergent aussi des schémas récurrents de l’action guidée par la perception. Ainsi, la cognition n’est pas affaire de représentation mais d’actions incarnées. En corollaire, nous pouvons dire que notre monde n’est pas prédéterminé : Il est énacté grâce à notre histoire du couplage structurel , et les charnières temporelles qui articulent l’énaction sont enracinées dans un certain nombre de micromondes possibles activés dans chaque situation. Ces possibilités sont à l’origine du sens commum et de la créativité dans la cognition.
Pour illustrer cette affaire de façon concrète, Francisco Varela évoque l’expérience de Held et Hein (une sorte de caverne de Platon pour les chatons !). « Ils ont élevé des chatons dans l’obscurité et ne les ont exposés à la lumière que dans des conditions contrôlées. Les chatons furent répartis en deux groupes : Le premier pouvait se déplacer normalement, mais il était attelé à un chariot où le second groupe était installé. Les deux groupes partageaient donc la même expérience visuelle, mais le second était entièrement passif. Lorsque les animaux furent libérés après quelques semaines de ce traitement, les chatons du premier groupe se comportèrent normalement, mais ceux qui avaient été transportés se comportèrent comme s’ils étaient aveugles : ils se cognaient et tombaient. »
On peut penser que cette approche fonctionne tant dans le monde réel que dans ce monde imaginal précédemment évoqué. A l’image des chatons et en faisant un parallèle, finalement que vaut-il mieux ? Se faire balader et rester passif ou passer à l’action et énacter avec notre(nos) univers ?

[0]L’anthropologie ganglionnaire, un psychovirus démasqué. Mariela Szirko.
http://www.scribd.com/doc/28499356/L%C2%92anthropologie-ganglionnaire-un-psychovirus-demasque-M-Szirko

[1] Where are the dolphins? JACK COHEN AND IAN STEWART, Mathematics Institute, University of Warwick, Coventry CV4 7AL, UK [/b]

[2] Stewart, I. & Cohen, J. Figments of Reality (Cambridge Univ. Press, Cambridge, 1997).[/b]
http://web.cecs.pdx.edu/~mm/figments-of-reality-review.pdf

[3]Cadacualtez
http://knol.google.com/k/cadacualtez-or-why-one-is-not-another#

[4] Ce passage est trés largement inspire de la communication de Nathalie Bittoun-Debruyne au XLIX congrés de l’Association, le 10 juillet 1997 « Sur l’imaginaire : Sartre et Hursserl ». Je me suis permise quelques petites modifications.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_1998_num_50_1_1325
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Mar 02 Aoû 2011, 22:06

Histoire de poursuivre dans la philosophie et de mettre en lumière un penseur hors du commun que j’ai déjà évoqué sur ce fil, je vous livre une récente découverte littéraire. Il me semble que les choses évoluent lentement sur le front de l’exotique même s’il s’agit d’un prétexte pour, peut-être, s’interroger sur notre propre sort. J’en veux pour preuve cet ouvrage récemment publié, « Kant, chez les extraterrestres » de Peter Szendy qui traque les autres mondes dans la philosophie de Kant.

Je me permets de reproduire ici quelques critiques de l’ouvrage
Ceci :
http://www.sophieslovers.com/fr/livre/?GCOI=98222100241460
« Kant, oui, a parlé des extraterrestres ». Ainsi pourrait s'ouvrir ce petit traité de philosofiction (comme on parle de science-fiction). Ce qu’il s’agit avant tout d’interroger, avec ces aliens que Kant a dû prendre au sérieux comme nul autre dans l’histoire de la philosophie, ce sont les limites de la mondialisation. C’est-à-dire ce qu’il nommait le cosmopolitisme. Toutefois, avant de lire les considérations kantiennes sur les habitants des autres mondes, avant de suivre son aliénologie raisonnée, on en passe par l’analyse de la guerre des étoiles qui fait rage au-dessus de nos têtes.
Et l’on envisage d’abord les actuels traités internationaux réglant le droit de l’espace, ainsi que la figure de ces cosmopirates que Carl Schmitt a pu évoquer dans ses écrits tardifs. A suivre ensuite les allées et venues des extraterrestres dans l’oeuvre de Kant, il apparaît qu’ils sont la condition nécessaire pour une introuvable définition de l’humanité. Infigurables, échappant à toute expérience possible, ils sont pourtant inscrits au coeur même du sensible.
Ils en sont le point d’Archimède, depuis lequel se trame son partage. Lire Kant, le lire en le faisant dialoguer avec des films de science-fiction qu’il semble avoir vus d’avance, c’est le faire parler des questions qui nous pressent et nous oppressent : notre planète menacée, l’écologie, la guerre des mondes… Mais c’est aussi tenter de penser, avec lui ou au-delà, ce qu’est un point de vue.
Ou ceci :
http://www.leseditionsdeminuit.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=2665
L'Ovni, please l"ovni. Peter Szendy traque les autres mondes dans la philosophie de Kant
Kant, n'étant jamais sorti de Königsberg, avait apparemment moins de chance d"aller sur la lune que Cyrano ou Fontenelle, lequel se rendit au moins de Rouen à Paris. Ou peut-être, justement, rester sur place fut pour Kant la condition nécessaire à la proximité la plus grande avec le plus lointain.

Arrivé à Kant, Szendy reprend la célèbre question du sentiment esthétique dans la Critique du jugement. On sait à quel point elle est politique, Kant n’ayant «cessé de vouloir penser la faculté de juger comme adoption du regard de l’autre, voire de tout autre comme étant chaque fois le tout-autre». Affirmer «ceci est beau», c’est poser la souveraineté du jugement certes autonome, mais également «orienté par la perspective de son partage universel». Traquant longuement et habilement l’«effiction» (la fiction comme efficace) chez Kant, Szendy en arrive aux extraterrestres (bon, n’exagérons rien, à«l’extraterrianité», disons) pour montrer que «nous les Terriens, nous les humains […], nous n’avons de point de vue qu’à le laisser hanter par le tout-autre», qu’il décrit comme«l’écart du voir au voir».
Lire aussi sur le même site la critique de Thérèse Moro.

Mais sortons temporairement de la philosophie pour aborder ce sujet par un angle, comment dire, plus ethnologique. Les spéculations sur les conséquences d’un contact extraterrestre ont été dominées par les occidentaux, en particulier les anglo-saxons avec des contributions importantes de plusieurs pays européens. Bien que les soviétiques soient à l’origine de nombreuses idées, la Russie d’aujourd’hui contribue assez peu au débat.
Ce débat manque de la contribution de la région la plus peuplée de la planète, le continent asiatique. Si des travaux ont été menés dans les langues asiatiques, peu ont été traduits et sont disponibles à l’ouest. Cela parait doublement malheureux compte tenu de la longue tradition historique de l’Asie en matière de religions, de philosophies et de conceptions du monde.
Certains défendent ce biais occidental en le justifiant comme Paolo Musso, prétextant que la culture occidentale est la plus à même de faire l’expérience d’un premier contact et de prendre les premières décisions sur la façon de le conduire Personnellement, il me semble qu’il s’agit d’une belle ânerie ! En effet, je pense qu’il est particulièrement important de provoquer un changement paradigmatique de nos conceptions et quoi de mieux que de commencer à explorer cette possibilité du contact à travers le filtre d’autres cultures humaines et en particulier celles qui offrent différentes métaphysiques et épistémologies, où les humains n’ont pas occupé traditionnellement la place centrale de l’univers ! Cette démarche ferait peut-être apparaître quelques invariants sous-jacents qui nous guideraient certainement le jour venu où le contact sera d’actualité. C’est un peu comme faire l’état des lieux de la science à travers des cultures différentes ou pour prendre un exemple plus concret de découvrir que les mathématiques (ethnomathématiques cf « Mathematics across Cultures, the history of the Non-Western Mathematics ») sont aussi présentent dans les cultures non occidentales depuis la nuit des temps. On pourrait appeler cette approche une sorte Ethno xéno prospective. En poussant le raisonnement encore plus loin on pourrait s’intéresser aux cultures embryonnaires animales et procéder de même en focalisant sur comment « l’autre », l’alien est perçu qu’il soit de la même famille ou d’une autre espèce, un champ d’étude peut-être à créer s’il n’existe pas déjà ?
En attendant, penser que l’autre moitié du monde se croisse les bras en attendant le contact, et que l’occident est le plus avancé dans cette course à l’échalote, c’est peut-être faire fausse route. Au fil de mes pérégrinations, je suis tombée sur ceci dont je vous traduis rapidement quelques passages. Je pense que ce n’est pas un hasard :

http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1105/1105.3794.pdf
THE FIVE-HUNDRED-METER APERTURE SPHERICAL RADIO TELESCOPE (FAST) PROJECT
Le radio telescope sphérique de 500 m d’ouverture appelé FAST pour Five hundred meter Aperture Spherical Radio Telescope est un projet de méga science chinois pour construire le plus grand radio télescope du monde. Son concept technique innovatif et sa conception marque la nouvelle route pour réaliser une antenne parabolique énorme de la façon la plus efficace. FAST représente aussi la contribution chinoise dans les efforts internationaux pour construire le square kilometer array (SKA). En étant le radio telescope le plus sensible, FAST permettra aux astronomes d’adresser plusieurs buts scientifiques, comme par exemple surveiller l’hydrogène neutre dans la voie lactée et dans d’autres galaxies, détecter les pulsars faibles, chercher les premières étoiles, écouter les signaux éventuels d’autres civilisations., etc.

L’idée d’installer une grande antenne parabolique dans une dépression karstique est née avec le télescope d’Arecibo. FAST est une antenne de type Arecibo avec 3 aspects remarquables : La taille de la dépression karstique utilisée qui est suffisamment grande pour accueillir le télescope de 500 mètres et profonde pour permettre un angle au zénith de 40 °, le réflecteur principal actif corrigeant l’abération sphérique au sol pour permettre une polarisation complète et une large bande sans impliquer des systèmes d’alimentation complexes ; et la cabine d’alimentation légère conduite par des cables, un servoméchanisme et un robot parallèle comme système secondaire ajustable pour se déplacer avec une grande précision. Les études de faisabilité de FAST ont été menées pendant 14 ans, supportées par la Chine et les communautés astronomiques mondiales. Le financement de FAST a été approuvé par le Développement National et la Commission de la Réforme en juillet 2007 avec un budget d’investissement de 700 million RMB. La durée du projet est de 5,5 ans à partir du commencement des travaux en mars 2011 (cela a déjà démarré !) et la première lumière est attendue pour 2016.

Bonne lecture…


avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Mar 09 Aoû 2011, 07:22
Dans son dernier livre, « les OVNIS et la Science », Jean-Pierre Petit émet une idée totalement révolutionnaire, celle consistant à dire qu’une des fonctions de la technologie serait de rendre possible le voyage interstellaire, voyage interstellaire qui aurait comme objet de nous permettre de rencontrer les « autres », des intelligences extraterrestres. Le problème c’est que cette même technologie qui mènerait aux années lumière pourrait aussi nous conduire directement vers le néant dans un dépassement de finalité vénérant le veau d’or entropique, expression de la connerie anthropique. Ce dépassement hypertélique ne pourrait être conjuré que par le développement d’une éthique/ spiritualité chevillée à la vie et dont « l’autre » serait une composante.

Je me permets de citer un passage qui se trouve à la fin de cet ouvrage :
Comparez l’homme et le singe, sur Terre. Leurs génomes ne présentent que des différences minimes. Tous deux ont quatre membres, une tête, les mêmes organes sensoriels. Deux yeux, un nez, une bouche. Et pourtant une immensité de conscience les sépare, au point d’interdire pratiquement toute communication, tout véritable échange entre deux espèces, l’une ne pouvant que manipuler l’autre.
On évalue à cent milliards le nombre de galaxies présentes dans l’Univers accessible aux observations. S’il y a un million de planètes hébergeant une vie organisée dans chaque galaxie, comment voulez-vous que sur les cent millions de milliards de planètes porteuses d’une vie organisée qui peupleraient l’univers nous soyons la plus évoluée ? Et dans ces conditions, si une espèce plus avancée dans l’évolution nous visitait serions-nous capables d’appréhender les connaissances de tels êtres pourraient posséder ? Ne nous retrouverions-nous pas comme nos singes, totalement incapables d’imaginer la façon nous concevons l’Univers.
C’est le dernier saut que, pour le moment, les scientifiques se refusent à franchir, tant il les terrorise. Personnellement, je vous l’ai dit, j’incline à penser que la technologie des voyages interstellaires ne se situe pas à une très grande distance de notre futur. Cela va de pair avec la maîtrise des énergies nécessaires, ce qui n’était pas le cas avant l’entrée dans l’ère nucléaire ».
Cela expliquerait la recrudescence des visites, qui signifierait « Ne faites pas les imbéciles ! Vous êtes près de nous rejoindre, de pouvoir communiquer avec vos voisins. Au besoin, nous pourrions vous aider en ce sens. Mais arrêtez vos chamailleries de cour d’école, devenues cette fois fort dangereuses ! »
Selon Paul Heyller (voir déclarations de 2009 en fin d’ouvrage) ils ont tenté de le faire à la fin des années quarante, et n’ont récolté que des volées de plomb.

En développant cette idée de Jean-Pierre Petit et en la situant du côté de l’altérité, on pourrait dire que cette rencontre avec « l’autre » que permet la technologie du voyage interstellaire permettrait d’enrichir nos noosphères respectives [0]. Je m’explique, comme évoqué précédemment dans ce même fil, le monde pourrait être en fait constitué d’une infinité de quadruplets dont notre univers serait un quadruplet particulier (+1 : Notre univers matériel, -1 : Notre jumeau matériel permettant le voyage interstellaire, la vitesse de la lumière y serait plus importante, + i : notre monde imaginal, monde spirituel, -i : le complémentaire de ce monde imaginal, pendant de l’antimonde matériel) [1] . Et au milieu de tout cela nous et les autres, les êtres doués de conscience qui chevaucheraient (ou le subiraient ou l’énacteraient, en fait en fonction de notre attitude, de notre être au monde, être le monde-cf Robert Jaulin) la bête à quatre pattes, ce pégase des cieux, ce quadruplet (paire matérielle via nos sens, paire imaginale via notre âme ou notre esprit).
Les noosphères se façonneraient réciproquement dans ce monde imaginal, s’inter-féconderaient dans cette deuxième paire d’univers. Cette épiphanie d’autrui dans ce que Levinas nomme le « visage », je l’étendrais au visage des années lumière et celle-ci nous conférerait d’emblée une responsabilité, une structure constitutive de notre devenir, une relation primordiale essentielle. La rencontre avec l’Autre suppose un rapport immédiat et direct qui est autant conscience de la distance et de la différence, que conscience de l’infini et de la transcendance d’Autrui manifestées par son visage. Ce face à face, cette rencontre du Je avec Autrui est le point de départ d’une relation éthique situé dans l’espace métaphysique dans « un regard et une parole qui maintiennent à distance et interrompent toutes les totalités »(Jacques Derrida ) et leur corollaire, l’égocentrisme totalitaire dont l’impasse mène au néant.
Il m’est apparu que cette idée était peut-être le deuxième étage d’une « fusée de la vie ». Je m’explique. Le premier étage de cette fusée pourrait concerner la paire d’univers matériel à travers l’épandage des briques de la vie complexe via les « transporteurs » que sont les météores, comètes et autres astéroïdes. Une sorte d’harmonisation panspermique de la vie dans l’univers au niveau matériel (cf les travaux du disciple de Fred Hoyle) ou dit d’une autre façon, le façonnage de l’univers matériel vers l’intelligence afin de permettre, chaque fois que les conditions seraient réunies et le permettraient, l’éclosion, l’épanouissement d’une biosphère/noosphère (Vernadsky/Teilhard de chardin[2]) qui viendrait constituer grâce à la technologie le deuxième étage de cette fusée de la complexité. J’avais déjà évoqué en partie ce point dans le fil
https://www.forum-ovni-ufologie.com/t12199-un-ciel-desesperement-vide-faut-il-deja-tirer-un-bilan-de-seti#ixzz1UE8FJRSo
Cet article est important car il apporte des éléments concrets en faveur de la panspermie. Il montre aussi s’il le fallait, l’ostracisme d’une communauté scientifique dont les méthodes et les comportements n’ont vraiment rien de rationnels. Ils s’apparentent plus à des techniques mafieuses voir dignes de la sainte inquisition. Ce qui est aussi intéressant, c’est de remarquer que la plupart des chercheurs qui innovent, sortent des sentiers battus (Petit, Benveniste, etc ) subissent les foudres de ces bandar logs qui par tous les moyens essayent d’empêcher le changement de paradigme en cours. Les mêmes qui vous explique doctement que la vie est peut-être unique dans l’univers et qu’elle se trouve uniquement sur la Terre (Cf Gould). Nous serions donc les seuls…la même argumentation d’avant 1995 concernant les exoplanètes et les autres terres…Le temps passe mais il n’y a pas d’évolution sémantique du discours, les affirmations péremptoires s’effilochent pourtant avec le temps! Peine perdue, devant le développement exponentiel de nos techniques d’observation, la moisson des faits qui viennent contredire les dogmes est tel que les rafistolages, rapiéçages à coup de « matière noire », « supercordes », « M théorie » et autres épicycles du XXième siècle vont proprement voler en éclats. Le brouillard va enfin se dissiper et laisser la place à une période d’une furieuse « création » jusqu’à l’établissement du prochain paradigme.
EXTRATERRESTRIAL LIFE AND CENSORSHIP de N. Chandra Wickramasinghe
http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1104/1104.1314.pdf
Dans cet article je rappelle une série d’évènements clés importants, parmi lesquels j’ai été personnellement impliqué, et qui relate le développement de la théorie de la vie dans le cosmos. L’interprétation de évènements présentés ici pourrait inviter à ressentir de l’incrédulité de la part du lecteur, mais les faits en eux-mêmes sont irréprochables au regard de leur authenticité. Il est d’un intérêt particulier de se pencher sur l’ensemble des interactions entre les acteurs clés dans le drame en développement de la théorie de la vie dans le cosmos. Les tentatives de censurer les preuves incompatibles avec la théorie de la vie cosmique commencent à paraître futiles et représentent un important retard dans le changement de paradigme qui doit être concédé.
….
Naissance de la censure
Mon premier soupçon concernant la censure relative à la vie extraterrestre vint lorsque nous fîmes le saut intellectuel de la prébiologie dans l’espace à une biologie arrivée à maturité en dehors de la Terre ((Hoyle and Wickramasinghe, 1976, 1982; Hoyle et al, 1984). En partant de l’hypothèse que les grains interstellaires n’étaient pas seulement des polymères organiques abiotiques mais des cellules bactériennes se trouvant à divers états de dégradation, nous fîmes la prédiction que les poussières interstellaires dans la région du spectre infrarouge devaient avoir la signature des bactéries (Hoyle et al, 1982). Les sources infrarouges proches du centre galactique furent une première cible de cette recherche et nos instigations pour obtenir du temps d’observation au (AAT- Anglo Australian Telescope) furent faites auprès des comités du Télescope Anglo-Australien pour tester selon toute apparence notre hypothèse sauvage. Une demande de temps d’observation pour ce projet fut faite par mon frère Dayal T.Wickramasinghe et David Allen et fut refusée comme prévu comme « n’ayant pas de valeur scientifique » (Wickramasinghe, 2005). Dans l’éventualité, Dayal, qui avait du temps alloué sur le AAT pour un projet totalement différent, trouva une raison pour étudier de façon illicite le spectre de la source GC-IRS7 du centre galactique. Quand il le fît, il découvrit une étonnante similarité entre notre courbe des absorptions prévues pour les bactéries- une prédiction émise bien 3 mois avant l’observation faite ( Hoyle et al, 1982) voir figure 1.

Depuis 1982 à aujourd’hui, les observations astronomiques des poussières interstellaires et des molécules dans les longueurs d’onde allant du lointain ultraviolet à l’infrarouge ont continué à supporter l’origine biologique. Il apparaitrait qu’une grande portion des grains interstellaires et des molécules devraient avoir une provenance biologique, impliquant que la vie microbienne existerait à grande échelle dans la galaxie et même au niveau cosmologique (Wickramasinghe, 1994, 2010 ; Hoyle et Wickramasinghe, 2000J.Wickramasinghe et al, 2010; Gibson and Wickramasinghe, 2010; Gibson, Schild and Wickramasinghe, 2010))
Après 1982, quand l’évidence de la vie cosmique et de la panspermie acquirent un statut proche de l’irréfutable, les possibilités de publication qui étaient jusqu’alors disponibles se fermèrent brusquement. Avec la découverte inattendue que les comètes ont une composition organique, avec des poussières cométaires possédant des spectres infrarouges cohérents avec du bio matériel (Hoover et al, 1986 ; Hoyle et Wickramasinghe, 1986a, b) les attitudes se durcirent jusqu’à rendre la panspermie et les questions associées comme tabou par tous les institutions et journaux respectables. Le système de « peer review » qui était appliqué servait non seulement à exclure les travaux de faible qualité mais aussi de filtrer délibérément les publications de tout travail qui remettait en question la théorie standard sur les origines de la vie.

La saga des microfossiles dans les météorites.
Cette campagne de désaveu et de censure peut avoir commencé entre 1962 et 1965 lorsque des microorganismes furent récoltés de la stratosphère en utilisant des ballons volant à des altitudes entre 20 et 43 km. Bien que les altitudes les plus faibles dans cette gamme n’étaient pas suffisantes pour exclure une contamination terrestre, la relation entre la densité et la hauteur de récupération des particules était consistante avec un tau de chute de 10 puissance 19 cellules par année (Greene et al, 1962-65). Ce travail de pionnier important , mené par la NASA à l’aube de l’âge spatial, fit tinté quelques alarmes auxquelles les autorités devaient réagir, et réagir ils le firent surement. Leslie Hale, un scientifique de l’atmosphère du Penn State University, m’informa que ce programme de travail excitant fut brusquement arrêté, le financement ayant été retiré. Rien de plus ne fut dit.
Des journaux comme Nature et Science ont servi pendant très longtemps comme les loyaux gardiens des paradigmes régnant dans toute la science, chevauchant la cosmologie et la biologie, agissant, en un sens, comme les « protecteurs séculier de la foi ». Néanmoins, les contraintes imposées par un tel rôle de ces journaux leur faisaient en fait publier, occasionnellement, des travaux novateurs qui contredisaient les paradigmes régnant. Quelquefois ils publiaient des travaux très controversés et invitaient au débat et à la réfutation.
Les premiers rapports de la détection de fossiles microbiens dans les météorites furent publiés dans les colonnes de Nature par Claus, Nagy et d’autres ((Claus and Nagy, 1961; Nagy et al, 1962,
1963). Aussitôt après ces publications, une campagne vigoureuse de réfutation et de dénis fut organisée par Anders et d’autres, et aussi dans les colonnes de Nature (Anders, 1962;
Anders and Fitch. 1962; Fitch et al, 1962). Avec un impitoyable et très puissant dénigrement de ces revendications basé sur une contamination présumée, la saga des microfossiles s’effaça de la vue pendant près de 20 années pleines. Et avec une véritable armée de défaitistes brayant de façon si stridente que le monde fut convaincu que c’était un bourbier dans lequel on ne devait pas s’aventurer.

Les premiers pionniers de la découverte des microfossiles furent donc silencieux et n’avaient d’autre choix que de se désavouer. On me raconta, par un témoin fiable, que Claus fut violemment persécuté jusqu’à la capitulation, et Nagy fit aussi retraite continuant toutefois à signaler dans ces écrits qu’il pourrait en être ainsi, à la manière des chuchotements de Galileo Galilei « E pur si mouve » et pourtant elle tourne.
Alors que de tels grondements continuaient, les premiers travaux de Claus et Nagy furent dépassés en qualité par les recherches menées par Hans Dieter Pflug en 1981. 20 après, avec des techniques de préparation d’échantillon améliorées, la microscopie électronique et des sondes spectroscopiques laser, le rapport signal sur bruit de la détection de microfossiles était amélioré d’au moins un ordre de grandeur. En 1980, Hans Pflug échangea avec Fred Hoyle et moi-même pour nous informer que ses nouvelles études corroboraient les nôtres, revendications maintenant plébiscités de la vie microbienne extraterrestre. Dans son enquête concernant la météorite de Murchison, des tranches ultra fines de météorite furent placées sur une membrane parfaitement propre et la matrice minérale lessivée avec de l’acide hydrofluoridrique, laissant donc toute structure organique incluse intacte. Pflug découvrit de nombreuses structures organiques étrangement similaires aux microorganismes terrestres ; et avec la sonde laser et les analyses EDAX il trouva que leurs compositions chimiques et leurs formes étaient compatibles avec des fossiles microbiens.

J’invitai Hans Pflug à nous visiter à Cardiff et le 26 novembre 1981 il donna une conférence, introduite par Fred Hoyle, qui laissa l’audience sans mot. Le poster de la conférence et quelques unes de ses images clé sont montrées en figure 2. La réponse aux découvertes de Pflug différe nettement des premières attitudes envers Claus et Nagy. Pflug n’était pas attaqué sur le terrain de la contamination ou des artéfacts, mais on lui donnait ce que nous pourrions décrire comme « le traitement du silence ». C’était de la même manière que mes propres collaborations avec Hoyle étaient reçue. Il y avait des chuchotements étouffés dans les sales communes de l’université, mais rien en matière de critique bien formulée sur le plan technique ne fut jamais imprimé.

Chandra nous fait alors vivre la mémorable conférence au Sri Lanka où il visait la reconnaissance de l’origine cosmique de la vie. Intitulée « Etudes fondamentales et le futur de la science » cette conférence rassemblait plusieurs des participants clé du domaine et notamment Fred Hoyle qui inaugura la conférence avec une intervention intitulée « Du virus à l’homme » suivi par Hans Pflug présentant son travail sur les microfossiles des météorites. C’est alors que Gustaf Arrhenius, le petit fils de Svante Arrhenius exécuta Pflug implacablement en l’accusant de faire revivre l’ignominieuse saga des microfossiles de 1960 (Ce qui au passage est assez cocasse, son ancêtre étant un des pères de la panspermie !). Il ajouta, « qu’il ne fallait pas faire attention à la morphologie. Tout cela était possible dans les processus de formation des météorites à travers la catalyse, la chimie et la minéralogie. Ce que Hans Pflug nous a montré à Colombo était en fait des artéfacts ! Cela ressemble à la vie mais ce n’est pas la vie ! » Il s’ensuivit de chaudes discussions … En résumé, malgré le poids des faits, les évidences présentées et l’humour qui prévalait, peu admirent d’avoir changé de point de vue. Comme Jules César déclarait « Les gens croient volontiers ce qu’ils veulent croire… ».
Au titre des éléments appuyant la panspermie, Chandra évoque ensuite les nombreux développements récents montrant s’il le fallait, la solidité de cette approche. Que les détracteurs répondent aux faits présentés par des critiques construites. En attendant, la liste des éléments en faveur de la panspermie donnés par Chandra :
-

- Etudes complémentaires et observations approfondies des poussières interstellaires, des comètes, des débris cométaires et des météorites (J.Wickramasinghe et al, 2010; Smith et al, 2007).
- Observations astronomiques utilisant de nouveaux télescopes et des instruments fournissant des données spectroscopiques qui confirment la prépondérance des molécules organiques complexes similaires à la dégradation de produits biologiques dans les nuages interstellaires et même dans des galaxies distantes à fort décalage vers le rouge (Wickramasinghe et al 2004; Wickramasinghe, 2010; Gibson and Wickramasinghe, 2010)
- Théorie dynamique hydro gravitationnelle (HGD) supportant la panspermie cométaire et la formation de vie complexe très tôt, dans les océans d’eau chaude des planètes d’hydrogène que formèrent les premières étoiles (Gibson, Schild and Wickramasinghe 2010; Gibson, Wickramasinghe and Schild, 2011).
- Etudes extensives des comètes après le passage au périhélie de la comète de Halley. La mission Giotto montra, à la consternation de beaucoup d’astronomes que les poussières cométaires contenaient une grande proportion de complexes organiques avec des spectres ressemblant à des biomatériaux.
- Récupération de poussières cométaires dans le cadre de la mission Stardust vers la comète Wild 2 qui confirma aussi la présence de produits issus de la dégradation de la vie ou des blocs de construction du vivant dans les trainées laissées par le freinage des particules de poussière à haute vitesse Malheureusement, comme l’aérogel était non stérilisé , aucune inférence ne put être tirée.
- La mission Deep Impact vers la comète Tempel 1 en 2004 confirma de nouveau la composition organique des comètes mais aussi mit en évidence la présence de minéraux argileux, cohérent avec la présence d’eau liquide très tôt dans l’histoire de la comète (A’Hearn et al, 2005; Lisse et al, 2006). C’est important car cela prouverait que les comètes pourraient-être des habitats pour la réplication des bactéries cosmiques-faisant donc de ces corps célestes des habitations viables pour la vie.
- Les études de 2001-2009 ISRO-Cardiff de poussières récupérées en utilisant des ballons volant à des altitudes de 41 km dans la stratosphère montrèrent non seulement la présence de cultures viables de microorganismes résistants aux UV, mais aussi des preuves d’amas d’organismes dormants de la taille de 15-20 microns (Narlikar et al, 2003; Wainwright et al, 2003). La possibilité d’une contamination terrestre était virtuellement exclue, la hauteur de 41 km étant trop haute pour héberger de grands amas de matériaux terrestre depuis la surface, et donc nous amena à conclure que c’était ici une preuve de l’intrusion continue de microorganismes depuis l’espace. D’après nos statistiques, nous estimâmes un apport journalier de biomatériaux viables d’environ 0,1 tonne en moyenne sur toute la Terre.
- C’est avec cette toile de fond que l’on devrait approcher le réexamen récent des microfossiles de la météorite de Murchison (Hoover, 2005, 2011). En utilisant le nec plus ultra de la technologie Hoover conclut que les fossiles microbiologiques existent sans aucun doute possible en grande quantité. La fureur qui accueillit cette nouvelle publication, avec des condamnations bruyantes des journaux scientifiques et des responsables de la Nasa, montre que les premières tactiques de rejet par le silence ont été maintenant remplacées par des harangues stridentes et des insultes personnelles. Si nous vivions au moyen âge, il n’y aurait pas de doute que Richard B Hoover, et peut-être Fred Hoyle, Pflug, et moi aussi, nous finirions mal, subissant le sort de Giordano Bruno en 1600 !

Pourquoi selon vous cette histoire de panspermie est-elle battue en brèche ? Tout simplement parce qu’elle ouvre la porte à un univers grouillant de vie et en corollaire, d’intelligences et de consciences! A l’heure où il ne se passe pas une journée sans la découverte de nouvelles exo planètes, ces bio matériaux qui se baladent dans l’espace et qui viennent ensemencer ces astres froids sont autant de graines des futures noosphères en devenir ! En bref, vous ouvrez la boite de Pandore.
La période que nous traversons est peut-être la plus importante de l’histoire de l’humanité et par voie de conséquence de notre biosphère/noosphère. Par analogie avec le déplacement dans l’atmosphère et le mur du son, nous avons un mur de la « complexité » à passer, mur de la »complexité » que je détaillerai à l’occasion en m’inspirant des travaux de Sander van der Leeuw et de sa conférence remarquable “The Archaeology of Innovation”. Ce mur de la complexité est directement lié au développement hypertélique de la technologie et des modifications que nous faisons subir à notre biosphère. Pour sans sortir, notre alternative est de contrebalancer cet éléphantiasis technologique par le développement éthique, une sorte de verrouillage de cette raison de progression géométrique thanatonique. Il semble que la distance à franchir soit immense tant l’actualité nous donne à voir et à attendre d’horreurs et de malheurs qui nous font douter de la nature humaine et de la capacité (de nuisance ?) de nos effendi actuels à apporter des solutions concrètes. Nous pourrions être envahis par un pessimisme qui pave cette impasse menant au néant et que l’on retrouve par exemple chez Freud avec cette « pulsion de mort » ou incarné dans ce nihilisme totalitaire et le monstre Nechayev (Cf Robert Paine, « Zero the story of terrorism ») mais la vie est aux antipodes de ces marchands d’enfer. Elle est acte de néguentropie, énaction d’une cadacualtique conscience et il me plait à penser que nous sommes peut-être dans un état de surfusion de la conscience globale qui ne demande qu’à cristalliser d’un bloc à la reconnaissance de notre fragilité et de nos responsabilités. « L’autre » dans ce cadre pourrait-être un déclencheur au même titre que ces impuretés qui provoquent la prise en masse soudaine de la glace.
[0] Noosphère
La noosphère, selon la pensée de Vladimir Vernadsky1 et Pierre Teilhard de Chardin, désigne la « sphère de la pensée humaine »2.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Noosph%C3%A8re
Je me permettrai une modification de cette définition en « sphère » de la pensée des êtres doués de conscience d’un astre froid. Par analogie d’ailleurs avec les étoiles, chaque esprit doué de conscience pourrait être assimilé à une étoile, ceux-ci se rassembleraient et pourraient former des amas « ouverts » ou « globulaires » , puis des noosphères à l’échelle planétaire et ainsi de suite par un jeu de poupées russes s’emboitant pour dessiner une structure à grande échelle de l’univers « imaginal » à l’image du Bolchoï

A l’échelle terrestre, des scientifiques et ingénieurs de l’université de Princeton tentent de mettre en évidence cette noosphère à travers le projet « Global Consciousness Project ».
http://noosphere.princeton.edu/
[1] La logique aristotélicienne serait complètement inadaptée pour appréhender ces deux paires d’univers et il faudrait la troquer contre une approche tétravalente. Dans un petit livre curieux intitulé « Le secret de la lettre de Ryad » son auteur, D.F.B Seco de Lucena (un nom d’emprunt sans doute) évoque une approche de la tétralité. Entre théorème de Fermat, langage et paradoxe de Russel, un livre intelligent et étrange.
[2]Vernadsky
La première page de l’ouvrage « La biosphère dans le cosmos » de Vernadsky s’ouvre sur une vision à la fois étrange et prémonitoire :
La face de la Terre, son image dans le Cosmos, perçue du dehors, du lointain des espaces célestes infinis, nous parait unique, spécifique, distincte des images de tous les autres corps célestes. La face de la Terre révèle la surface de notre planète, sa biosphère, ces régions externes , régions qui la séparent du milieu cosmique. Cette face terrestre devient visible grâce aux rayons lumineux des astres célestes qui la pénètrent, du soleil en premier lieu. »
Rien d’extraordinaire me direz-vous de tenir ces propos aujourd’hui étayés par les magnifiques photographies de notre orange bleue prises par les nombreuses missions spatiales. L’unique différence, c’est que Vernadsky formule cette vision en 1926, invention qui précède de trente ans ce moment inédit dans l’histoire de l’humanité où les premiers cosmonautes feront la découverte de notre planète depuis leur vaisseau spatial !
Il inspirera Teilhard de Chardin lors des conférences et séminaires donnés à la Sorbonne durant sa période parisienne (1922  1926).
avatar
Jean Curnonix
Culture Scientifique
Culture Scientifique


Masculin Age : 58
Nombre de messages : 1993
Inscription : 31/05/2008
Localisation : France
Emploi : Actif
Passions : Divers
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Mar 09 Aoû 2011, 08:53
Bonjour M51M51,

Au moins ne peut-on pas exprimer que vous ne phosphorez pas le sujet, que vous ne le "chiadez" pas, même ! Wink (… pardon pour cette réminiscence d’argot estudiantin, qui, bien évidemment, n’a rien de péjoratif).

Cordialement,

Jean
-------------------------------
Ma présentation se trouve ici
.
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Jeu 25 Aoû 2011, 23:22
Merci Jean. J’essaye de faire de mon mieux pour montrer en quoi ce sujet est loin d’être banal et trivial mais qu’il est au contraire une fantastique source de réflexion et d’anticipation. Je pense même qu’il peut conduire/provoquer un changement de paradigme en percutant les idées reçues et en modifiant l’équilibre de la stérilisante conformité. Nous sommes ici aux antipodes des usurpateurs du scepticisme qui « ne croient que ce qu’ils voient » sans se rendre compte qu’ils ne voient qu’à travers le filtre de leurs croyances qu’ils érigent en principe fondateur d’une réflexivité totalitaire. De cette boucle infernale, de cette spirale du malheur, il me semble qu’il y a bien des chemins pour désorbiter et trouver dans l’espace de nouvelles vues plus prometteuses pour l’espèce. C’est pour cela que j’aime bien le terme « percuter » car il donne l’impulsion nécessaire pour évoluer et j’invite tout un chacun à percuter ces âneries négatives qui nous sont données comme des vérités inoxydables, des cocons de conneries nous empêchant de déployer nos ailes. Je devrai compléter sous peu ce dossier.
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 28 Aoû 2011, 22:06
Afin de poursuivre cette enquête, je vous propose :
- De visiter quelques passages de nos anciens. Comme déjà évoqué, la problématique de la vie extraterrestre et de la pluralité des mondes n’est pas récente et limitée à l’après observation d’Arnold et de ses fameuses soucoupes volantes. On estime à pas moins de 170 ouvrages traitant du sujet entre la période grecque et 1917, citant l’historien Michael Crowe (Paul Davies : Are we alone ? Philosophical Implication of the discovery of Extraterrestrial life) et de mettre cela en parallèle avec les travaux de Christopher Rose et Gregory Wright, une sorte de panspermie dirigée…
- De découvrir aujourd’hui une toute nouvelle discipline à la confluence de nombreuses sciences et que son créateur, Jim Pass, a designé par le sobriquet d’Astrosociologie (Cela commence comme astrologie mais vous verrez, c’est bien différent). N’est-ce déjà par l’amorce, en poussant la pensée un peu plus loin d’une « Xénosociologie », sorte de nexialisme (« La faune de l’espace de A.E Van Vogt mais surtout son inspirateur Alfred Korzybski) du XXIième siècle, une éristique permettant d’aborder la problématique du contact Extraterrestre et de ses acteurs à partir de nombreux points de vue pas forcément convergents ? En attendant, je vous laisse découvrir cette astrosociologie et quelques extraits d’articles que j’ai trouvés particulièrement pertinents dans le cadre de ce sujet.
- De constater à partir d’un article récent et comme je l’avais mentionné, que la Sérendipité semble être un paramètre important dans la recherche des intelligences extraterrestres dans le cosmos.
- De faire une plongée dans le monde de la science fiction à travers les ouvrages de Robert A. Heinlein « Stranger in a Strange Land » et « Gulf » écrit en 1949 et 1961 (chronologie respectivement inversée correspondant à une période de la planète que je qualifierai d’historique. A noter que Robert A.Heinlein fut lui aussi inspiré par Korzybski). Je me centrerai aujourd’hui sur « Stranger in a strange land ».
- De terminer cette balade par une proposition de changement d’organisation politique qui nous prédisposerait favorablement au contact et qui pourrait remplacer la démocratie. Bien entendu il ne s’agit là que d’une proposition alimentant le champ des possibles, rien de plus.

Je suis désolée, j'ai fait un peu long...

I Les anciens: Epicure/Lucrèce :

Parmi les auteurs anciens et dans le débat qui nous intéresse, une attention particulière doit être apportée à Epicure (vers 342-271 avant Jésus Christ) dont malheureusement nous ne disposons que de quelques écrits (lettres, maximes) vraisemblablement apocryphes, la source principale demeurant le poème de Lucrèce, De Natura Rerum[0] (vers 50 avant Jésus Christ, ce qui en fait un presque contemporain du Christ !). En effet il développe selon moi, trois axes fondamentaux nous montrant le chemin des étoiles qui sont : La prise de conscience de la pluralité des mondes, la théorie de la connaissance (les prémisses ou une amorce de logique tétravalente basée sur les images, la géométrie ?), l’éthique (qui sera un prélude à l’éthique de Spinoza).

I.1 Pluralité des mondes :

Selon Epicure, la quantité d’atomes et le vide sont illimités en conséquence de quoi, il pose l’existence des mondes innombrables dans le tout, existence qui sera supportée ultérieurement (notamment par Lucrèce) par 3 principes que nos chers faux sceptiques ont tendance à passer sous silence ou à utiliser à leurs convenances lorsqu’ils nous débitent leurs âneries, j’entends le principe d’unité de la nature (les lois de la nature sont les mêmes dans tout l’univers, donc les phénomènes qui ont conduit à la vie sur Terre peuvent se reproduire ailleurs), le principe de plénitude (tout ce qui est possible dans la nature tend à être réalisé), le principe de médiocrité aussi dénommé principe de Copernic (La Terre n’occupe pas une place privilégiée dans l’univers, c’est une planète typique tournant autour d’un soleil typique dans une galaxie typique etc, si bien qu’il doit exister dans l’univers une foultitude de mondes comme le notre).
Je me suis permise d’extraire ce passage de « De la nature » que je trouve fantastique tant il est précis et d’une modernité « extraordinaire ». En effet, on y trouve successivement la rotondité de la terre, la panspermie, la pluralité des mondes, l’intuition d’une convergence en terme de forme des espèces intelligentes, etc. et tout cela écrit il y a plus de 2000 ans! J’en viens à me demander si Epicure et/ou Lucrèce n’auraient pas eu accès à un corpus exotique, mais je dois sans doute divaguer…
Maintenant prête ton attention à la doctrine de vérité : C’est une idée singulièrement nouvelle qui va frapper ton oreille, un nouvel aspect des choses qui va se révéler à toi. Mais s’il n’y a pas d’opinion si aisée qui n’apparaisse comme incroyable au premier abord, il n’y a pas non plus de merveille qui ne cesse avec le temps de nous surprendre ; ainsi le clair et pur azur du ciel et tout ce qu’il renferme en lui, les feux errants des astres et la lune et l’éclat incomparable du soleil, si tous ces objets apparaissaient aujourd’hui pour la première fois aux mortels, s’ils surgissaient à l’improviste et brusquement à leurs regards, que pourrait offrir la nature de comparable à ce spectacle et qu’aurait-il pu y avoir de plus hardi à concevoir pour l’imagination ? Rien, à mon sens ; tant étonnerait le prodige ! Eh bien, déjà personne qui ne soit fatigué et blasé du spectacle, personne qui daigne encore lever les yeux vers la voute lumineuse du ciel ! Toi, cesse donc, sous prétexte que la nouveauté te fait peur, de rejeter mon système ; mais n’en aiguise que mieux ton jugement, pèse mes idées ; et si elles te semblent vraies, rends-toi ; ou bien si tu n’y vois que mensonge, arme toi pour les combattre. Ce que l’esprit recherche dans l’espace infini qui s’ étend au delà des limites de notre monde , c’est ce qu’il peut bien y avoir dans cette immensité que l’intelligence scrute à son gré, et vers laquelle s’envole la pensée, libre d’entraves.
Tout d’abord, nulle part, en aucun sens, à droite ni à gauche, en haut ni en bas, l’univers n’a de limite ; je te l’ai montré, l’évidence le crie, cela ressort de la nature même vide. Si donc de toutes parts s’étend un espace sans limites, si des germes innombrables multipliés à l’infini voltigent de mille façons et de toute éternité, est-il possible de croire que notre globe et notre firmament aient été seuls créés et au-delà qu’il n’y ait qu’oisiveté pour la multitude des atomes ? Songe bien surtout que ce monde est l’ouvrage de la nature, que d’eux-mêmes, spontanément, par le seul hasard des rencontres, les atomes, après mille mouvements désordonnés et tant de jonctions inutiles, ont enfin réussi à former les unions qui, aussitôt accomplies, devaient engendrer ces merveilles : la terre, la mer, le ciel et les espèces vivantes. Il te faut donc convenir, je le redis, qu’il s’est formé ailleurs d’autres agrégats de matière semblables à ceux de notre monde, que tient embrassé l’étreinte jalouse de l’éther.
Toutes les fois d’ailleurs qu’une abondante matière se tient prête, qu’un espace l’attend et que rien ne fait obstacle, il est évidemment fatal que les choses prennent forme et s’accomplissent. Et si par surcroit les germes sont en telle quantité que tout le temps de l’existence des êtres ne suffirait pas à les compter ; si la même force subsiste et la même nature pour rassembler en tout lieux et dans le même ordre que les atomes de notre monde, il faut admettre que les autres régions de l’espace connaissent aussi leur globe, leurs races d’homme et leurs espèces sauvages.
A cela s’ajoute que dans la nature il n’y a pas un être qui soit isolé, qui naisse et grandisse unique et seul de son espèce : chacun rentre dans une famille, beaucoup font partie d’une espèce nombreuse. Tout d’abord vois les êtres vivants : C’est dans ces conditions que furent créés les fauves errant sur les montagnes et la race des hommes, ainsi que les troupes muettes de poissons couverts d’écailles et toutes les espèces ailées. Le même principe nous persuade que le ciel et la terre, le soleil, la lune, la mer et tout ce qui vit, loin d’être unique de leur sorte, existe au contraire en nombre infini ; car leur existence a son terme inflexible et leur essence est mortelle comme celle de tous les corps qui abondent en chaque espèce terrestre.
De la nature, Lucrèce, livre deuxième : 1017 -1096.

I. 2 La théorie de la connaissance

En lisant la canonique (qui s’attache aux critères ou canons de vérité) d’Epicure, je me suis demandée si nous n’avions pas là une amorce de logique multivaluée basée sur notre perception sensible et où l’image joue un rôle clé. Que nous dit effectivement Epicure :
Que la perception sensible est la pierre de touche de la vérité. «En effet, tout ce que l’esprit connait, soit par observation directe, soit par intuition de la pensée est seul vrai. » C’est par la répétition des images ou des impressions que l’on atteint aux prolepseis (préconcepts) qui forment les fondements de la pensée rationnelle. Si les opinions formées par la raison se rapportent au perceptible, elles peuvent :
- Etre vérifiées par la perception sensible et valoir comme vraies.
-S’opposer à la perception sensible ou ne pas être vérifiées, et ainsi être rejetées comme « opinion vide ».
Si elles se rapportent à l’imperceptible, elles sont :
-Fausses lorsqu’elles s’opposent au perceptible.
-Vraies lorsque rien ne les contredit dans l’expérience sensible.
En bref le vrai, le faux et l’indécis dans le perceptible et l’imperceptible dépendant de nos sens et donc de l’être! Ceci soulève d’ailleurs un point intéressant car comme les êtres vivants ne sont pas tous dotés des mêmes « équipements sensoriels », ils ne produiront donc pas les mêmes visions du monde, ni les mêmes logiques. La rencontre avec « l’autre » sera d’autant plus intéressante qu’il soit d’ici ou d’ailleurs. En corollaire, on devrait s’attendre aussi à une certaine variabilité dans l’espèce humaine de ces « visions/logiques » « structurant/codant » les langues et les représentations, y compris au sein d’une population à priori homogène. Une étude du sens commun à l’échelle microsociale et de sa « variabilité » permettrait peut-être d’identifier quelques invariants.
L’autre point fondamental souligné par Epicure est l’importance de l’image dans cette théorie de la connaissance et que, toujours par connexion rhizomique, je mets en rapport avec une étude menée par Ladislav Kvasz sur l’histoire de la géométrie et le développement de la forme de son langage. Selon le Tractatus de Wittgenstein, la forme d’un langage consiste en ces signes et ces expressions qui n’ont pas de réelle signification. Elles ne désignent pas des choses, mais leur fonction est de rendre la signification possible. Ladislav Kvasz examine alors le langage iconique des figures, des images de la géométrie et essaye de trouver le développement de ses formes (au sens de Wittgenstein) à travers les représentations picturales des différentes époques jusqu’à aujourd’hui. Ce travail, époustouflant d’érudition, nous amène à une meilleure compréhension du développement de la géométrie (et des changements de paradigmes associés) de Desargues, Lobatchewsky et Beltrami à Cayley, Klein et Poincaré. Un exemple de nexialisme ou art, science et philosophie se conjoignent pour enrichir notre vision du monde. Un invite à pousser plus loin une logique géométrique ?
http://enslyon.free.fr/rapports/info/Laurent_Braud_2.pdf

Poursuivons avec EPICURE. Il nous dit ceci :
Que nous ne rechercherions pas ce que nous cherchons si nous ne l'avions d'abord connu, et nous ne pouvons nommer aucune chose si nous n'en avions acquis d’abord l'image générale par l'anticipation
(que l’on peut assimiler à la mémoire d'une chose extérieure qui s'est souvent présentée à nos sens). Mais alors comment interpréter quelque chose de tout à fait nouveau et qui sort du cadre de nos connaissances, de notre univers cognitif ? Pour rester dans le sujet qui nous intéresse, on écoutera avec attention le témoignage de ces deux notables (en 5 :40), au lieu dit le Vauriat relatant une observation du 29 aout 1962. Qu’est-ce que Monsieur Chimène et son collègue ont bien pu observer ce jour là ?
http://leweb2zero.tv/video/elboz_684a4364b8b189e
Ce qui est intéressant c’est que chacun des intervenants décrit la rencontre avec cet « inconnu » dans son vocabulaire/ son système de références, descriptions précises et langage soutenu pour les notables, bon sens paysan pour l’homme de la terre. A noter le trouble et l’émotion qui se dégagent des dires des témoins face à cette rencontre insolite. Il n’y a pas de mots pour décrire correctement les objets observés et l’on navigue entre entomologie, génie civil et culture paysanne.
J’ai alors fait le lien avec le concept de déférence sémantique dans la théorie du langage (cf Recanati, Hilary Putnam, Tyler Burge)[1] et de la problématique de la confrontation avec un inconnu qui ne dispose d’aucun référentiel dans le/les systèmes de croyances des témoins de ces phénomènes.
Je pense en effet qu’une clé de la problématique OVNI est liée à notre perception et représentation du monde et à notre/nos système(s) de croyances associées. Comment décrire et rapporter un inconnu pour lequel / le(s) système(s) de représentation du monde ne dispose d’aucune référence. Pour faire un parallèle avec notre sujet, la découverte de l’Amérique et la perception par les autochtones de l’arrivée des conquistadors. A ce propos, il y a une séquence du film « What the BLEEP Do We Know!? » (film que je vous conseille de regarder) où l’on aperçoit le chaman d’une tribu d’indiens observer avec attention la mer. Il la voit s’agiter mais n’arrive pas à coller une forme à ces objets qu’il n’a jamais vu ! C’est à force d’observation et d’attention qu’il va enfin « construire » une image de ces galions et coller un nom (une étiquette) à cette nouvelle entité, nom/concept aussitôt partagé avec ces frères qui pourront alors « voir » ce qui auparavant n’existait pas dans leur construction sociale de la réalité.
www.whatthebleep.com/
L'erreur ne peut se rencontrer dans les sensations pures :Epicurus omnes sensus veri nuntios esse dixit

La fausseté et l’erreur sont toujours dans l’opinion que nous avons sur l’objet qui vient émouvoir nos sens… C’est donc selon ce mouvement mêlé à la conception de l’image et impliquant un jugement que nait l’erreur, si le témoignage n’est pas confirmé ou s’il est contredit, et que nait la vérité, s’il est confirmé ou s’il n’est pas contredit.

I.3 L’Ethique et conception ontologique de l’être


Le principe fondateur de l’éthique d’Epicure est le plaisir. Chaque être vivant recherche naturellement le plaisir et fuit la douleur. Le plaisir est défini comme l’absence de douleurs et de troubles. Une des techniques employées par Epicure pour fuir la douleur est d’utiliser « l’image » des plaisirs passés qui par une sorte d’autosuggestion restaure dans l’organisme les bons moments et leurs cortèges d’émotions, une technique qui, pratiquée régulièrement, permettrait de court-circuiter tout ou partie des circuits neurosensoriels et d’atteindre la fameuse ataraxie, la vie droite sans inquiétudes.
Il me semble qu’Epicure introduit se faisant deux notions importantes :
Celle de l’idée en tant que représentation d’une réalité objective à travers l’image, fut elle virtuelle et,
le mode de pensée en tant que non représentatif qui sera nommé affect comme par exemple la volition.
De plus chaque idée a, en tant que telle, a un certain degré de réalité ou de perfection, une réalité formelle puisqu’elle est elle-même quelque chose en tant qu’idée. En citant Deleuze :
ce degré de réalité ou de perfection est lié à l’objet qu’elle représente, mais ça ne se confond pas: la réalité formelle de l’idée, à savoir la chose qu’est l’idée ou le degré de réalité ou de perfection qu’elle possède en soi, c’est son caractère intrinsèque. La réalité objective de l’idée, à savoir le rapport de l’idée à l’objet qu’elle représente, c’est son caractère extrinsèque.
Il me semble qu’Epicure plante là les prémisses de ce qui deviendra plus tard l’éthique de Spinoza, laquelle éthique me parait être fondamentale pour la période actuelle et les challenges qui nous attendent. Nous devrions lire et/ou relire Epicure et Spinoza pour diffuser cette éthique dans notre corps y compris social.
Enfin pour terminer, Epicure introduit un autre problème d’une actualité brulante, celui de la problématique corps/esprit et de la conception ontologique de l’être (Si mon cerveau est un système physique, sujet aux mêmes lois de la physique que les objets du monde qui m’entourent, alors mon cerveau fera ce qu’il fera de toute façon, qu’il y ait ou non un « moi » à l’intérieur pour le conduire, le piloter. Donc comment des esprits ou des « êtres » peuvent-ils vraiment faire quelque chose sans violer ou suspendre les lois de la physique ? C’est le problème)
Imaginons d’autres êtres pensant distincts de nous, en se focalisant, pour simplifier, sur des êtres ayant une structure physiologique identique à la notre, une copie de notre « moi » mais dont les structures mentales sont configurées d’une autre façon (Ceux-ci peuvent être des ETI ou tout simplement des habitants de la Terre avec une autre culture, aux antipodes de la nôtre…). Ceux-ci essayeront de « penser-le-cosmos » et ce faisant, ils modifieront leur être dans une sorte de symbiose (boucle de rétroaction) entre leur être intérieur et la réalité extérieure qui se pliera à leurs processus mentaux et sera modifiée, un peu comme en mécanique quantique. Dès que cette réalité est observée, est évaluée, elle est modifiée de sorte que leur image/représentation du cosmos sera différente de la notre, un peu comme l’image optique captée par un insecte diptère est différente de celle perçue par la rétine humaine. Non seulement l’image la représentation de ce cosmos sera différente par l’intervention de processus mentaux configurés d’une autre façon que les nôtres, mais en plus l’essence même de ce cosmos, de l’être sera perturbé.
Supposons que nous ordonnions de façon symbolique toutes les possibilités ontologiques du complémentaire de mon moi, il s’agira alors d’un ensemble ou d’une série de possibilités non tautologiques, de possibilités d’existence que nous pouvons codifier de façon encore plus synthétique par S1, S2, S3, …..Sn
S1, S2, S3, …..Sn ne représentent pas « l’univers intrinsèque en tant que tel » (j’ai du mal à exprimer cet indicible, mais je pressens que c’est en rapport avec cette relation du multiple vers de l’un), mais bien plutôt ce qui résulte du couple (moi, le reste du monde-tout ce qui est transcendant au moi- quelle que soit la nature de ce dernier). Aristote nous dit que seules S1 (existe) ou S2 (n’existe pas) sont les deux seules possibilités. Vous voyez dors et déjà les dégâts provoqués par cette logique…. Non seulement on ne comprend pas l’univers dans lequel on se trouve mais en plus on se mutile volontairement en supprimant les possibilités S3 et suivantes. Les individus d’une même espèce devraient développer des séries S1,..Sn équivalentes avec toutefois une certaine variabilité liée à la culture (d’où peut-être l’importance fondamentale d’étudier ces univers des possibles et d’en extraire les invariants déjà sur Terre-cf Ethnométhodologie) mais aussi peut-être au niveau de chaque individu une certaine variabilité pourrait exister (densité de probabilité des possibilités, fonction d’onde associée et théorème de Noether).
Par contre une autre espèce intelligente captera le cosmos en une série de possibilités Sk+1, …Sk+n totalement différentes des nôtres ou qui peut-être se recouvriront partiellement.[2]

I. 4 La panspermie dirigée

Epicure évoque ces « germes innombrables multipliés à l’infini qui voltigent de mille façons et de toute éternité » ! De mille façons effectivement et pourquoi pas de façon dirigée comme le suggère Christopher Rose qui pointe du doigt qu’il serait beaucoup plus efficace pour des extraterrestres d’envoyer des artefacts contenant de l’information que finalement des signaux électromagnétiques, ce qui va à contre courant des idées reçues et de la logique SETI. Christopher, qui ne semble pas être un illuminé ni un débutant, il est diplômé du prestigieux MIT s’est même fendu d’un papier dans « Nature » le 02/09/2004 qui ne semble pas avoir eu beaucoup d’écho.
http://www.winlab.rutgers.edu/~crose/
http://www.winlab.rutgers.edu/~crose/papers/nature.pdf

Traduisons approximativement la fin : Message in a bottle mais ce n’est pas police

Bien que les émetteurs radio à bande étroite puissent être très efficaces pour des messages courts « nous existons », si une civilisation veut envoyer plus que quelques bits d’information à une distance importante dans la galaxie, alors on est contraint par les lois de la physique de construire de très grandes antennes- aussi larges que la Terre si l’on utilise les microondes- ou envisager d’envoyer un message inscrit dans la matière. Bien que nous ne connaissions pas le niveau de ressource nécessaire pour construire un système de communication interstellaire, nous pouvons dire que si de longs messages sont souhaités, l’implacable dépense d’énergie reflétée par l’équation (3) –Voir le papier- devient très importante et favorise la matière encodée.
Si des messages interstellaires encodés dans la matière sont vraiment plus efficaces, alors il est naturel de se demander où ils pourraient-être trouvés dans notre système solaire. Les messages conçus pour attendre leurs découvertes pourraient rester sur des orbites de stabilité gravitationnelle long terme, ou à la surface d’objets se trouvant sur de telles orbites. Les points de Lagrange stables (L4 et L5) de Jupiter et du Soleil, L4et L5 de la Terre et de la Lune, les orbites proches du soleil, les orbites à faible excentricité dans la ceinture principale des astéroïdes et peut-être des orbites semblables de la ceinture de Kuiper offrent de telles zones de refuge dynamique. Les surfaces de divers corps du système solaire sont aussi des possibilités.
Tout message arrivé après que le système solaire soit devenu habitable (c'est-à-dire, après que tous les débris protoplanétaires aient été nettoyés), donc quelle que soit ce qui a transporté le message devrait être moins érodé par les impacts qu’un astéroïde. Le radar interplanétaire devrait chercher des objets avec des signatures radars fluides. D’un autre côté, un message pourrait disposer d’un retro réflecteur attaché pour produire un important écho radar anormal. Bien sur, une stratégie encore plus simple consisterait à utiliser un signal radar puissant pour illuminer ces régions et voir si quelque chose répond. Des message plus actifs ( graines écologiques ou sondes) sont aussi concevables, mais ne sont pas nécessaires pour exploiter l’efficacité du codage dans la matière.
Nos résultats suggèrent que chercher attentivement dans notre arrière-cour planétaire peut être aussi efficace pour révéler l’existence de civilisations extraterrestres que d’étudier des étoiles distantes avec les télescopes.

http://www.winlab.rutgers.edu/~crose/papers/lbl.pdf
Supplementary Discussion for ET Might Write Not Radiate
http://www.winlab.rutgers.edu/~crose/papers/SI.pdf
On pourrait même pousser ce raisonnement encore plus loin et imaginer que le message ET se trouve carrément dans nos gènes ! Trouvez l’Alien qui est en vous, soyez attentifs aux régimes de signes car un déclencheur peut être discret et s’activer selon certaines circonstances…
Kolmogorov Complexity, String Information, Panspermia and the Fermi Paradox
http://arxiv.org/abs/physics/0508010

[b]II Astrosociologie:


L’astrosociologie a été fondée en juillet 2003 par le docteur Jim Pass. L’astrosociologie est un champ relativement récent concernant l’étude des phénomènes astrosociaux (c'est-à-dire les schémas sociaux, culturels et de comportements relatifs à l’espace). L’astrosociologie est à la fois une sous discipline de la sociologie et une démarche multidisciplinaire qui inclut mais n’est pas limitée aux disciplines et champs suivants : La psychologie, l’anthropologie, l’économie, la psychologie sociale, la science politique, l’histoire de l’espace, la loi concernant l’espace, la politique de l’espace, la philosophie comme les arts. L’astrosociologie est donc beaucoup plus large que l’approche sociologique et elle n’est pas limitée à l’étude des phénomènes astronomiques. Donc, l’astrosociologie ne s’intéresse pas spécifiquement aux innovations technologiques ou aux découvertes astronomiques elles-mêmes, mais plutôt comment ses découvertes et innovations affectent les divers éléments d’une société, leurs impacts et leurs importances pour les différents groupes sociaux et les institutions. L’astrosociologie étudie les connexions entre les activités reliées à l’espace (science, technologie et activités humaines) et les sociétés humaines, les activités relatives à l’espace extérieur devenant de plus en plus importantes pour les citoyens ordinaires. On pourrait résumer en donnant la définition suivante :
L’astrosociologie est définie comme l’étude sociologique d’une relation bidirectionnelle entre les phénomènes astrosociaux et les autres aspects de la société (c'est-à-dire les phénomènes non-astrosociaux ou les autres phénomènes sociaux) aux différents niveaux de la réalité et de l’organisation sociale. Le concept de phénomènes astrosociaux appartient à toutes les conditions sociales, forces sociales, activités organisées, buts et objectifs, et comportements sociaux directement ou indirectement reliés à l’exploration ou aux vols spatiaux, aux sciences de l’espace (astronomie, cosmologie, astrobiologie, astrophysique). Elle comprend toutes les conséquences de ces phénomènes dans la forme de découvertes scientifiques et des applications technologiques, les nouveaux paradigmes de la pensée dans les secteurs astrosociaux et non astrosociaux de la société, ainsi que tous les changements résultant des valeurs et normes sociales dans les structures sociales d’une société particulière.
On trouve dans le schéma graphique suivant une représentation à une macro échelle, des interactions entre les secteurs astrosociaux et non astrosociaux. Il faut comprendre que cette ligne de démarcation est dynamique et un peu arbitraire, une même organisation par exemple pouvant interagir des deux côtés.

Le champ de l’astrosociologie :
Les 5 principaux thèmes de l’astrosociologie concernent :
1 La ligne de démarcation séparant les phénomènes astrosociaux de ceux non astrosociaux (en incluant le comment chacun interagit avec l’autre, l’influence) qui est la base des 4 thèmes suivants (la société étant séparée en deux secteurs, comme montré sur la figure 1).
2 L’impact des phénomènes astrosociaux (c'est-à-dire les découvertes et les nouvelles technologies, les politiques de l’espace, les activités astrosociales de tous les types) sur les changements sociaux et culturels dans les autres domaines de la société (l’impact du secteur astrosocial sur le secteur non astrosocial).
3 Comment les diverses forces non astrosociales (en incluant les normes et les valeurs) se combinent pour influencer les forces astrosociales en terme d’orientation, de priorités et des autres aspects du changement astrosocial (l’impact de secteur non astrosocial sur le secteur astrosocial) ;
4 Comment les activités astrosociales sont organisées et menées par les gens, les organisations, les institutions sociales, les sociétés dans leur ensemble, et les consortiums globaux (milieu et microsociologie dans le secteur astrosocial) et ;
5 Comment les interactions entre les secteurs astrosociaux et non astrosociaux—en incluant la coopération, l’adaptation et le conflit— contribuent aux diverses forces de changement social générées par la société pour façonner les valeurs et les normes culturelles à grande échelle, et donc les activités futures, les priorités et les politiques (interactions entre les secteurs).
Vous pouvez, pour plus de détail, allez visiter le discours de la conférence inaugurale de cette nouvelle science et discipline.
http://www.astrosociology.org/Library/Iessay/iessay_p1.pdf
http://www.astrosociology.org/Library/Iessay/iessay_p2.pdf
Le site dispose d’ailleurs de nombreuses références qui méritent toutes le détour dans le cadre du débat qui nous intéresse. Par exemple cet article de H.David Froning Jr sur « l’impact de la sociologie terrestre et astronautique sur l’évolution du voyage dans l’espace par les civilisations dotés de moyens spatiaux ». En résumé l’auteur nous explique que l’état actuel du monde et notamment la dynamique sociale négative des caractères humains tant au niveau collectif qu’individuel est quelque part un frein retardant le développement des technologies nécessaires pour révolutionner le voyage spatial et les problèmes d’énergie et de transport de la planète. L’auteur insiste ensuite sur les solutions basées sur les systèmes générant la force et l’énergie par l’action des champs au lieu de la combustion de matière. Le papier comprend un passage sur le voyage interstellaire et son impact sur l’astrosociologie. On y évoque le voyage à des vitesses plus lentes et puis plus rapides que la vitesse de la lumière de façon sérieuse mais la clé de ces voyages FTL (Faster Than Light) ne semble pas avoir été trouvée même si des pistes sont évoquées. Le galion des mers interstellaires n’est pas encore prêt mais je ne serais pas étonnée le jour où il sera conçu qu’il porte l’un de ces noms, La Pinta, La Nina ou la La Santa Maria. Il en va tout autrement de la chaloupe permettant le débarquement sur un astre froid. On trouve en page 366, dans le paragraphe «“HYBRID” AND “PURE” FIELD POWER AND PROPULSION SYSTEMS » une description du surfeur d’argent, résultats des études menées par l’US air force dont on nous dit qu’il sera en service entre 2025 à 2030. Décalez de 30 ans dans le passé ce programme et je pense que vous avez là ce qu’a pu produire une crytoscience au service du complexe militaro industriel. On notera au passage l’idée d’utiliser un équipement concentrant un plasma dense permettant une fusion aneutronique propre à partir du bore 11 et des noyaux d’hydrogène. Vous remarquerez que l’engin est assez similaire à celui décrit dans le livre de Jean-Pierre Petit « OVNIS et Armes secrètes américaines, page 52-53

Autant dire que si une culture (la culture humaine) qui dispose d’un passé technologique très récent envisage le voyage interstellaire, alors quid des autres civilisations qui peuvent avoir quelques millions d’années d’avance sur nous ?
Impacts of Terrestrial and Astronautical Sociology on the Evolution of Spaceflight by Spacefaring Civilizations
http://www.astrosociology.org/Library/PDF/Froning_SPESIF2009.pdf
Propulsion and Power Generation Capabilities of a Dense Plasma Focus (DPF) Fusion System for future Military Aerospace Vehicles
http://www.dtic.mil/cgi-bin/GetTRDoc?Location=U2&doc=GetTRDoc.pdf&AD=ADA446973
Mais le côté le plus sombre de cette affaire est peut-être la monopolisation de ces technologies par le complexe militaro industriel, non pour venir assister une humanité qui en aurait bien besoin, notamment au niveau énergétique, mais bien plutôt pour fabriquer des armes qui n’ont rien à envier à la science fiction !
The baseline details were then kept constant and the values of Q and ηprop were varied to evaluate excess power generation for communication systems, pulsed-train plasmoid weapons, ultrahigh-power lasers, shielding/cloaking devices and gravity or time-distorting devices.
http://scitation.aip.org/getabs/servlet/GetabsServlet?prog=normal&id=APCPCS000813000001001224000001&idtype=cvips&gifs=yes&ref=no
Si bien qu’avec cette mentalité des cavernes, ces rejetons d’Aristote[3] nous préparent soit notre propre autodestruction, soit notre destruction parce qu’en militarisant l’espace et en se comportant comme un éléphant dans un magasin de porcelaine ils ne viennent à modifier des équilibres très subtils.

III La Sérendipité

La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l'intelligence. D’un point de vue sociologique et bien qu’en apparence éloigné du sujet du contact extraterrestre (en fait nous avons là une description assez fidèle de l’évolution de la société planéraire qui se concentre dans les villes), je vous engage à lire ce passionnant article reprenant l’intervention d’ Ethan Zuckerman en mai 2011 qui clôturait la conférence CHI 2011 à Vancouver.
http://owni.fr/2011/08/13/recherche-serendipite-desesperement-villes-reseaux-sociaux/

Mais la sérendipité se retrouve aussi à l’usage dans le SETI car comme le dit Louis Pasteur , “dans les champs de l’observation, le hasard ne favorise que les esprits préparés.” Jetez un coup d’œil à cet article récent :
http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1108/1108.3374v1.pdf
[quote] A brief history of the search for extraterrestrial intelligence and an appraisal of the future of this endeavor.
L’idée que des recherches crédibles d’intelligences extraterrestres (ETI) pourraient être menées était exposée dans le papier (maintenant classique) de Morrison et Cocconi (1959). Ils suggérèrent d’utiliser la bande radio pour ces recherches. Depuis lors, des recherches radio ont été menées par plus de soixante groupes différents. Aucun signal en provenance d’ETI n’a été détecté. Beaucoup de recherches n’avaient pas une grande sensibilité et il n’est pas surprenant qu’aucun signal ETI n’ait été détecté. Il est important de noter, toutefois, que ces programmes, en développant de nouvelles capacités techniques, étaient instrumentaux et ils aidèrent à générer un intérêt grandissant pour ce champ. Dans ce papier, je discuterai brièvement des recherches les plus sensibles qui ont été menées et d’autres recherches qui sont sans doute très innovantes ou ont été très influentes d’une autre façon..
A Berkeley, je démarrai un projet SETI (appelé SERENDIP, un acronyme pour Search for Extraterrestrial Radio Emissions from Nearby Developped Intelligent Populations) en 1980. Notre stratégie était d’utiliser les données obtenues dans un observatoire régulièrement programmé pour des programmes astronomiques. Les données acquises étaient analysées off line au laboratoire des sciences de l’espace de Berkeley. Un programme SETI parasite comme celui-ci n’est pas libre de choisir les fréquences et les coordonnées célestes. Toutefois, compte tenu de la pléthore des régimes de fréquence candidats à la communication interstellaire et du grand nombre des sites potentiels qui ont été suggérés pour les civilisations, ce n’est pas forcément un désavantage.
Le programme SERENDIP commença avec un ensemble de matériel avec des capacités limitées. Mais c’était un commencement à un moment où très peu de recherches tentaient de se faire, et celles qui étaient menées, l’étaient seulement de façon intermittente. Nous fumes capables d’obtenir un temps d’observation substantiel et nous collectâmes de grandes quantités de données. Ce qui était encore plus important, c’était notre travail continu pour développer de l’instrumentation plus puissante et des logiciels de détection de signal. Notre premier instrument utilisa des données du Telescope Hat Creek de l’université de Californie. Comme les capacités de nos instruments progressaient, nous eûmes la chance d’obtenir du temps d’observation sur le télescope de 300 pieds du NRAO au Green Bank de West Virginia. Nous opérâmes avec cet équipement de 1986 jusqu’à son effondrement du à une anomalie structurelle en 1988. (La presse Tabloïde attribua l’effondrement du télescope à des forces aliens qui se sentaient traqués par notre instrumentation).
La combinaison de notre instrumentation SERENDIP II avec ce grand télescope permit une recherche à très haute sensibilité. En fait, nos recherches ont été systématiquement les plus sensibles. Dans le tableau 1 (réédité par Bowyer (2011)), je fournis une comparaison de notre recherche au Green Bank avec d’autres instrumentations fonctionnant à la même période.

En 1991 nous installâmes une version améliorée de notre instrument au télescope radio d’Arecibo à Puerto Rico. Nous avons poursuivi les observations à cet observatoire où notre équipement le plus sophistiqué continue de collecter des données.
Un groupe à l’institut de Radio Astronomie de Bologne, en Italie, conduit par Stelio Montebugnoli a commencé des recherches SETI considérables. Dans ce travail, ils utilisèrent le système SERENDIP IV que je m’étais disposé à leurs transférer quand nous retirâmes l’instrument du télescope d’Arecibo pour le remplacer par notre système SERENDIP V. Les observations de Bologne commencèrent en 1998 et continuent aujourd’hui. Elles sont menées essentiellement à partir de l’antenne de 32 m de Medicina en Italie. Ce groupe est pionner dans l’utilisation de la transformée de Karhunen-Loeve [4] pour extraire les signaux du bruit. Malheureusement, cette transformée est extrêmement gourmande en temps machine. La simple implémentation d’un système utilisant cet algorithme demande une augmentation exponentielle de puissance de calcul en fonction de l’augmentation de la quantité des données à traiter. C’est clairement intenable. Le groupe de Bologne a rencontré quelques succès pour résoudre ce problème. Une description plus détaillée de cette recherche est fournie par Montebugnoli (2011).
Les études pour mener un programme SETI à l’observatoire Ames de la NASA commença à la fin des années 1970. Ce programme était mis en œuvre pour examiner les divers systèmes possibles pour mener des recherches SETI. Une autre partie importante de cet effort était la mise en œuvre d’un programme de développement des systèmes d’analyse des données. Le développement de l’instrumentation se fit à travers différentes configurations comme des problèmes techniques étaient découverts dans les diverses approches qui furent mis en œuvre. En 1991, le développement de l’instrument était sérieusement commencé avec le financement de plusieurs millions de dollars par an. Le programme passa par des noms différents commençant lorsqu’un groupe de l’observatoire du JPL de la Nasa rejoignit le programme, et de nouveau lorsque le financement de la NASA fut retiré en 1993. Des financements privés furent trouvés pour soutenir la recherche et l’instrumentation développée fut placée sur nombre de télescopes différents. Il n’est certain du quand commencèrent les observations avec cette instrumentation (à l’opposé des essais tests) mais des recherches importantes furent finalement menées. Une description de cette recherche et de ces capacités une fois pleinement implémentée et installée sur le télescope Allen (décrit ci-dessous) a été fourni par Tarter (2011).
Paul Allan (le co-développeur de Microsoft) finança le développement de ce qui était envisagé comme le projet du plus grand télescope SETI du monde. Cet équipement était une tentative de rassembler 350 antennes radio travaillant en coordination. Du à un nombre important de difficultés techniques dans le développement de ce réseau, le financement d’Allan fut épuisé après seulement que 20 de ces télescopes soient capables d’être opérationnels en une unité. Ce réseau fut officiellement inauguré fin 2007 et des observations tests commencèrent. Le système d’analyse des données développés au laboratoire Ames de la Nasa était destiné à utiliser les données de sortie de ces observations. Dramatiquement, au début de 2011, la NASA arrêta le financement de ce programme. De nouveaux financements privés furent recherchés pour ce programme mais aucun ne put être trouvé. Finalement cette recherche dut se terminer.

Autre Types de recherches.

Chercher des signaux ETI dans d’autres bandes du spectre électromagnétique a été proposé. Des propositions vont de la recherche de pulsations dans le flux optique d’étoiles à la recherche de signaux dans la distribution du flux des antineutrinos. De toutes ces propositions, les seules recherches non-radio actuelles qui ont été menées sont les recherches des pulsations optiques émanant des étoiles. Alors que l’on peut émettre des arguments en faveur de ces recherches optiques, je crois que ces arguments ne sont pas convaincants. Ils demandent en général que d’énormes progrès soient réalisés dans les technologies d’émission laser, très au-delà de ce qui était envisagé dans les programmes les plus ambitieux de la guerre des étoiles.
De plus la proposition basée sur le fait que de super mega lasers doivent être développés repose sur l’espoir que des miroirs optiques très grands soient faisables. Une proposition consiste à construire un miroir parabolique sur la lune en utilisant comme matériau réfléchissant un couche ultrafine d’argent sur une solution de sels fondus en rotation lente. Je ne discuterai pas ces projets optiques dans ce papier.

Une évaluation personnelle du futur de cette tentative.

Depuis 2010 plusieurs recherches radio étaient en route ou étaient proches d’être finalisées qui auraient fournies une énorme augmentation des capacités de détection. De plus, une découverte majeure d’apport était la découverte d’un nombre surprenant de systèmes planétaires. Ceci accroit les sites potentiels pour les intelligences extraterrestres. Toutefois, les systèmes qui ont été découverts montrent que la formation d’un système planétaire est complexe et donnent lieu à de nombreux systèmes instables. Dans le pire scenario pour SETI, il y aura beaucoup d’étoiles avec des systèmes planétaires mais peu de planètes avec des orbites stables. Une complexité additionnelle est le besoin, sur des bases générales solides, que l’eau est nécessaire au développement de la vie. Mais l’origine de l’eau sur la Terre apparait être le résultat d’un ensemble de circonstances singulières qui ne se produiraient pas de façon commune. Malgré ces incertitudes beaucoup de travailleurs du domaine continuent à être optimistes concernant la probabilité de la détection éventuelle d’un signal ETI.
Tragiquement, la recherche qui devait être menée avec le télescope Allen à l’observatoire d’Hat Creek fut annulée pour des raisons de financement. D’autres recherches sont aussi annulées. Cependant, le travail continue par des groupes développant de nouvelle instrumentation et de nouveaux types de logiciel d’analyse de données. On attend de ces programmes qu’ils donnent lieu finalement à des recherches plus sensibles.
Le projet Argus, un programme de recherche coordonné par la ligue SETI à but non lucratif, encourage le développement de recherches SETI par les amateurs. Ces systèmes utilisent typiquement les petites antennes TV. Aujourd’hui la ligue SETI coordonne les programmes de plus de 150 recherches opérationnelles à travers le monde. Une description complète de ce programme est fourni par Shuch (2011).
Le programme SERENDIP de Berkeley continue d’acquérir de grandes quantités de données très sensibles. Eric Korpela conduit un programme (décrit dans ce symposium) pour développer de nouvelles techniques d’analyse de données. Ce travail a été couronné de succès à plusieurs niveaux mais la réduction et l’analyse des ensembles de données du moment progressent lentement.
Robert Dixon à l’observatoire radio de l’état de l’Ohio développe un nouveau type de télescope SETI. C’est un réseau omnidirectionnel à haut gain. Il est par nature moins cher qu’une antenne et n’a pas de grandes parties mobiles. Il n’a pas de tolérances mécaniques élevées et ne demande pas de maintenance mécanique. Le réseau lui-même est seulement adapté à la recherche SETI. Le défi en utilisant ce type de réseau est qu’il est extrêmement gourmand en puissance de calcul. Dixon a développé un réseau avec 24 éléments mais il n’y a pas de moyen d’extraire les signaux du flux de données en utilisant les capacités actuelles de calcul. Le groupe recherche diverses approches qui réduiront les besoins de calcul de ce système à un niveau raisonnable. Une description plus détaillée de ce travail est proposé par Dixon (2011).
En conclusion, il est possible que l’une des recherches opérant actuellement puisse détecter un signal ETA. Toutefois, compte tenu de la limitation intrinsèque de ces recherches, ce résultat semble peut probable. Cependant, il est raisonnable de penser qu’à long terme (disons dans 50-100 ans) l’instrumentation et les plans de calcul (en utilisant peut-être quelques unes des techniques discutées ici) auront été développés au point que de grandes parties du ciel puissent être scannées avec une grande sensibilité et efficacité. Alors, on peut être raisonnablement optimiste qu’un véritable signal ETI sera découvert.
Cet article me laisse un gout amer. J’ai l’impression que chaque fois que l’on se rapproche du but, on s’arrange pour stopper les projets si bien que la poursuite de ceux-ci ne dépend que de la bonne volonté de chercheurs passionnés qui sont prêts à utiliser les moyens du bord et finalement le citoyen lambda (sans connotation péjorative) pour aller de l’avant. On va certainement me taxer de conspirationiste (la nouvelle formule pour éviter de penser) mais je trouve cela curieux. A l’heure où il n’y a pas de limite à la foutrerie militaire qui consiste à investir de l’argent pour tuer des gens, que l’on ne soit pas capable de dégager un financement pour une recherche aussi fondamentale me semble complètement effarant!

IV Stranger in a Strange land: de Robert A.Heinlein.


Ce livre est passionnant car c’est une plongée dans ce qui pourrait-être notre futur dans cette dimension du contact. Bien entendu cette histoire n’est pas à prendre au pied de la lettre mais bien plutôt comme un essai prospectif pour baliser d’une certaine façon un futur potentiel, une sorte de parabole. Nous avons Ici, finalement, un humain jouant le rôle d’interface entre deux cultures complètement différentes, un pont permettant l’échange. Michel Valentine Smith un humain élevé par les martiens (faites abstraction de la planète, celle-ci pourrait-être n’importe quelle exoplanète habitée par une intelligence extraterrestre) en adopte la culture, les savoirs-faire et les aptitudes qui sont orientés sur des valeurs fort différentes de celles de la Terre ( spiritualité étendue, concept de l’unité de la vie, empathie élargie à tous les êtres vivants ce qui permet d’établir un rapport de symbiose permettant de mieux comprendre, communiquer et partager l’expérience du monde. Ceci est résumé dans un mot, « Groker » dont l’image est donnée par cette action de boire de l’eau, liquide très rare sur Mars, symbolisant comment deux entités séparées créent quelque chose de nouveau qui est plus que la somme de ses parties, l’eau devient une partie du buveur, le buveur devient une partie de l’eau, chacun « Groke » l’autre et deux réalités séparées viennent s’imbriquer, s’intriquer dans la même expérience du réel, une sorte de « communion » . Michel Valentine Smith revient sur la Terre et découvre un monde dominé par un consumérisme exacerbé, par très loin finalement de notre situation actuelle. Le choc sera brutal. Je passe sur ses tribulations, ce qui est plus intéressant c’est qu’il fondera une sorte de nouvelle religion syncrétique (l’église de tous les mondes) en puisant d’une part les éléments dans l’équivalent d’une secte terrestre (l’église de la nouvelle révélation) et une religion ésotérique matinée de culture martienne et façonnée par la langue de Mars. Les membres de cette nouvelle église devront prendre les rênes du monde et reformer la société humaine et ses cultures.

V Symbiocratie

Dans ce voyage vers l’autre, peut-être nous faudra t’il changer notre organisation politique et inventer autre chose ? Par exemple en passant de la démocratie à la symbiocratie ! J’ai alors fait le parallèle avec cet article récent trouvé sur le site d’Astrosociologie évoqué plus haut et intitulé:
« La symbiocracie : La structuration des nouvelles sociétés dans l’espace basée sur les principes du Mutualisme et de la Symbiotisation.
‘Symbiocracy’: The Structuring of New Societies in Space Based on the Principles of Mutualism and Symbiotization
http://www.astrosociology.org/Library/PDF/Lockard_Symbiocracy.pdf
Lisons l’introduction qui semble fort pertinente :
En l’absence de structure sociale préexistante dans l’espace- ainsi qu’habiter dans un environnement à partir duquel nous n’avons pas évolué- le rôle crucial de toute institution sociale proposée devra être surtout la survie des premiers colons de l’espace. Donc tous les facteurs critiques pour la survie doivent être identifiés et considérés exhaustivement, comme toutes inadvertances qui pourraient conduire à l’extinction de l’implantation. Les institutions sociales qui existent aujourd’hui sur la Terre ne seront pas viables pour les sociétés de l’espace, comme il n’y a pas d’infrastructure sociale existant sur laquelle construire, et les conditions physiques ne correspondent à rien de celles dans lesquelles nous avons évolué ou dont nous avons fait l’expérience avant. Contrairement à la Terre, le modèle de vie dans l’espace doit être développé comme un modèle déterminant. Cette communauté initiale pionnière sera en effet l’arche de Noé du système solaire.
L’objectif de ce papier est de soutenir que les structures sociales prédominantes basées sur la hiérarchie, la compétition et la conquête doivent être laissées de côté au profit de modèles basés exclusivement sur la coopération et les systèmes de réseaux collaboratifs. Nous ne pouvons plus penser en terme de « conquérir l’espace » mais bien plutôt de co-habiter avec lui. La notion de symbiocratie , dérivée de la combinaison des processus biologiques de symbiose et des principes sociaux-politiques de la démocratie, sera essentielle pour ce modèle.
….
La sélection naturelle éradique les organismes qui ne sont pas couronnés de succès dans un esprit de compétition, à la fois en termes de survie individuelle et de perpétuation d’une lignée génétique ; alors que la symbiose conforte et renforce la collaboration entre les organismes individuels (en assurant la survie immédiate) et les espèces (en assurant la survie collective long-terme), permettant de développer de plus nombreuses relations que ne le font les pratiques compétitives. La compétition est nihilistique vis-à-vis des relations, et en réduisant la population, son processus est de façon inhérente, soustractif. D’un autre côté, la symbiose est essentiellement additive, un processus construisant des liens.
On trouve dans l’article 4 stratégies préalables à la mise en place d’un système symbiocratique de gouvernance dont l’abolition de la compétition figure en priorité.

[0] De Natura Rerum
Il existe de cet ouvrage une édition bien curieuse. Celle-ci est agrémentée de nombreux dessins et représentations artistiques sur … plaques de cuivre ce qui est pour le moins original et étrange pour un livre et me fait penser à la plaque de cuivre installée sur la sonde Pioneer. Les représentations ne laissent aucun doute quant aux conceptions de l’univers qui ont inspirées ces œuvres. La spirale est souvent représentée…

[1] Sur la déférence sémantique :
http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/08/39/47/PDF/DefSemantique.pdf
L’opérateur déférentiel est comme un élément de la syntaxe mentale : chaque fois que j’ai une pensée au sujet d’une chose (objet, propriété, relation) dont je n’ai qu’une conception incomplète, l’opérateur déférentiel intervient automatiquement et procure ainsi à ma pensée un contenu au sens plein du terme (sinon, j’aurais une « quasi-pensée » au contenu incomplet, mais qu’est-ce ?).
Dans la parole, l’opérateur déférentiel n’est pas explicité syntaxiquement. Il n’intervient que comme constituant non-articulé de mon énoncé.
Un constituant non-articulé est un élément des conditions de vérité d’un énoncé (ou de ce qui est dit par l’énoncé) qui n’a aucune contrepartie syntaxique dans la phrase. Il ne s’agit donc pas d’une ellipse (puisque l’ellipse laisse une trace dans la structure syntaxique). La contribution des constituants non-articulés n’est pas régie par la signification d’une expression linguistique ; elle dépend entièrement du contexte d’énonciation et relève donc de la composante pragmatique, non sémantique, de l’interprétation.
“Epistemic Dependence”, Journal of Philosophy, 7, pp. 335-349.
http://web.utk.edu/~jhardwig/EpDep.pdf

[2] Ce passage est largement inspiré du livre « El misterio de Ummo » d’Antonio Ribera, page 52 et 53. J’ai apporté quelques touches personnelles.

[3]
Ces gens sont les dignes héritiers d’un nihilisme dévastateur dont les conséquences sont illustrées par les pires périodes et moments du XX ième siècle et dont le cœur se trouve dans ce culte du dieu « hasard » corrélé avec une progression géométrique de l’égo, le tout mâtiné d’un vernis de science , de compétition darwinienne (c’est le meilleur qui gagne et qui survit) et d’un rationalisme intransigeant qui ne sont que l’expression en fait d’une religion antique qui puisse son inspiration chez Aristote, celle de l’entropie, celle du néant aux antipodes de la vie. Cette logique du tiers exclus est leur bébé. Concernant le contact extraterrestre et finalement, en regardant de près leur argumentation on constate qu’il n’y a pas eu d’évolution sémantique sur ces sujets depuis les propos d’Aristote dans son traité du ciel… Les mêmes âneries négatives érigées en principe fondamentaux ; ces gens sont englués depuis plus de 2000 ans dans les mêmes discours, la même logique, et parce qu’ils sont regroupés en « tribus d’opinions », ils fabriquent les dogmes, la doxa et le monde dans lequel nous vivons. Vous aurez sans doute reconnu les valeurs dominantes actuelles où concussion, népotisme et prévarication sont les valeurs cardinales au sommet de l’état… Ces mêmes dangereux prédicateurs préparent, si nous n’y prenons pas garde, les nouveaux charniers de l’apocalypse. Fort heureusement, des voix se sont élevées pour dénoncer à travers les âges ces travers et clament encore aujourd’hui la différence face à ces docteurs es savoirs frelatés. Ces voix sont celles d’hommes qui soufrent car aller à contre courant demande beaucoup d’énergie et d’efforts mais leurs actions sont salutaires car elles illuminent d’autres chemins dans l’univers des possibles. Oui, Il existe d’autres voies que celle de ce matérialisme egocentrique sordide et nous devrions être attentifs aux productions de ces clair voyant. A la mémoire de Giordano Bruno, Spinoza, Korzybski, etc et de tous les Don Quichotte de ce monde qui contribuent à leurs façons à provoquer les changements nécessaires et salutaires. Le changement de paradigme comme la si bien décrit Khun est en cours et tous ces observables insolites qui viennent frapper à la porte de la science officielle sont autant de coups de boutoir susceptibles de faire basculer l’humanité dans un nouvel âge d’or, une sorte de renaissance des années lumière qui balaiera « ces nouvelles dictatures antiques d’intelligentsia ».

[4] Karhunen-Loeve
http://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_en_composantes_principales
ll s'agit d'une approche à la fois géométrique (représentation des variables dans un nouvel espace géométrique selon des directions d'inertie maximale) et statistique (recherche d'axes indépendants expliquant au mieux la variabilité - la variance - des données).
En lisant ceci, je me demande, mais c’est peut-être complètement idiot, si le passage à la moulinette de cette transformée des données d’observations d’OVNI ne produirait pas quelque chose d’exploitable ?
avatar
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur


Féminin Age : 43
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 18 Sep 2011, 12:25
Bonjour,

Voici un ouvrage paru en 2006 et dont je recommande chaudement la lecture:




Présentation de l'éditeur

Que se passerait-il si demain des extraterrestres prenaient officiellement contact avec l'humanité terrestre ? Cette question n'est pas anachronique. Des études officielles ont été menées dans ce sens des deux côtés de l'Atlantique. Ce livre s'appuie sur des rapports aussi sérieux que celui du Brooking Institution, commandé par la Nasa, du Cometa, en France, ou encore du Mutual UFO Network. Il puise également dans des sources plus confidentielles émanant de chercheurs indépendants ou du dossier Ummo que l'auteur a étudié de façon particulièrement approfondie. Quels seraient les impacts d'un tel contact sur la sphère émotionnelle, religieuse, socio-économique, politique, technologique ou militaire ? Un contact avec des extraterrestres bienveillants serait-il suffisant pour assurer la pérennité de notre société ? Autant de questions auxquelles répond Christel Seval dans ce livre qui bat en brèche beaucoup d'idées reçues.

Biographie de l'auteur

Christel Seval est informaticien au Ministère de la défense. Il a publié plusieurs livres aux éditions JMG : Ummo, un dieu venu d'ailleurs (2003), Le plan pour sauver la Terre (2005), Les extraterrestres et l'avenir de l'humanité (2006), La Vierge et les extraterrestres (2007). Il s'intéresse également aux problèmes de société et a publié chez le même éditeur : Les autruches, ce que les politiques refusent de voir.

_______________________________________
brunehaut
avatar
Jean Curnonix
Culture Scientifique
Culture Scientifique


Masculin Age : 58
Nombre de messages : 1993
Inscription : 31/05/2008
Localisation : France
Emploi : Actif
Passions : Divers
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 18 Sep 2011, 17:45
Bonsoir brunehaut, bonsoir toutes et tous,

S’il était nécessaire d’appuyer votre conseil de lecture, brunehaut, on pourrait proposer d’écouter ici Christel Seval présentant son ouvrage "Contact et Impact", le résumant en avant-première au cours d’une conférence de 56 minutes qui fut l’objet d’un enregistrement public à Châlons-en-Champagne, le 16 octobre 2005.

La thèse de Christel Seval présente de manière crédible et argumentée l'ethnocide qui suivrait un contact frontal entre une ou des civilisations extraterrestres et nos fragiles équilibres sur Terre.

Envisageons en effet, en toute honnêteté intellectuelle, mais avec une extrême lucidité, qu’aujourd’hui un "engin venu d’ailleurs" se pose par exemple sur l’esplanade du siège new-yorkais de l'ONU et que des êtres en sortent pour établir avec nous des relations bilatérales : tous les équilibres précaires que nous confèrent nos organisations et leurs autorités, quelle qu’en soit la nature – gouvernementale, politique, militaire, judiciaire, policière, religieuse, sociale, économique, industrielle, financière, monétaire, médicale, scientifique, enseignante, etc. – seraient rompus et nous connaîtrions l’anarchie, le chaos, c'est-à-dire un ethnocide, suivant le concept plus particulièrement formulé par Robert Jaulin, ethnologue, directeur de recherche au CNRS – décédé en 1996 – dont une définition simple est la destruction d’un peuple, d’une société sur le plan culturel.

Pour schématiser et aller à l’essentiel :
« Le génocide assassine les peuples dans leur corps, l’ethnocide les tue dans leur esprit. » [Pierre Clastres – Encyclopædia Universalis France (1999)]

Nous ne sommes aujourd'hui pas prêts à supporter le choc culturel que cela représenterait.

Nos équilibres précaires et interdépendants s’effondreraient par effet domino en raison du choc perturbateur de ce contact.

Dans le cadre de l’hypothèse de l’origine extraterrestre de celles des observations résistant à toutes les explications naturelles ou artificielles de facture humaine, en l’état actuel de nos connaissances, il est aisé d’imaginer que des exocivilisations maîtrisant le voyage interstellaire puissent potentiellement disposer de moyens de dissuasion, de défense, d’attaque, de destruction en comparaison desquels nos plus puissantes armes à fusion, bombes H de 50 mégatonnes équivalent TNT, font figure de "pétards du 14 juillet".
Si elles nous visitent, c’est qu’elles ne se sont pas autodétruites, ou entredétruites, témoignant d’un degré de conscience collective que nous n’avons pas atteint, loin s’en faut, nos bulletins d’information nous en fournissant la preuve au quotidien.

Nous pouvons alors concevoir que ces exocivilisations nous visitent et nous observent en rationnelles qu’elles sont, en éthologues, l’éthologie étant l’étude scientifique d’une espèce dans son milieu naturel, interférant le moins possible avec nous, avec une ingérence minimale, éthique et déontologie obligent en regard de l’ethnocide d’une espèce.

Dans le cadre de notre réflexion, celui de l’HET, seuls ceux à l’origine des visites qu’il semblerait que nous constations seraient en mesure de nous faire connaître leurs véritables intentions, leurs réelles motivations à nous visiter, à "abducter" certains d’entre-nous, etc., – c'est-à-dire de répondre à nos « Pourquoi ? » philosophiques – alors que les réponses aux « Comment ? » scientifiques sont à notre portée à partir des lois de notre univers observable que nous avons découvertes et de celles que nous découvrirons grâce à l’étude approfondie, scientifique (= une ufonomie à créer), de ce "phénomène ovni".

Le jeu de cache-cache, difficile de l’appeler autrement, auquel se livreraient les auteurs de ce phénomène en interférant le moins possible avec nous, avec une ingérence minimale tout en montrant de temps en temps le "bout de leur nez", est un stimulant de nos performances intellectuelles avec un problème qui n'excède que de peu nos capacités et nous prépare petit à petit au contact officiel qui ne manquera pas de se produire quand le degré de nos connaissances et celui nécessaire à notre conscience collective seront atteints qui nous permettront alors de digérer ce qui ne sera plus le choc qu’il serait aujourd’hui en provoquant un ethnocide, c'est-à-dire l’annihilation des cultures de notre espèce humaine.

Ces exocivilisations continueront leurs intrusions fugitives tant que nos cultures ne seront pas à la hauteur des concepts nécessaires au contact au grand jour, ce que nous rejetons aujourd'hui, notamment les représentants de la "science académique", par un phénomène "psycho-socio-immunologique" de tabou réalisant une homéostasie toute naturelle à conserver nos équilibres de fonctionnement en dépit des contraintes extérieures, dont, ici, celles constituées par l’ovni en tant que facteur perturbateur.

Cordialement,

Jean
-------------------------------
Ma présentation se trouve ici
.
avatar
Quentin62
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 31
Nombre de messages : 1148
Inscription : 15/12/2009
Localisation : Calais
Emploi : ------
Passions : Dessin, Ufologie, Art
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 18 Sep 2011, 20:04
Je comprend ce point de vue et suis en partie d'accord avec ce raisonnement.

Mais aurons nous le temps d'arriver a ce stade, avec ce qui se passe dans le monde, que se soit au niveau écologique, économique etc... bref...

Peut être qu'au final se serais moins préjudiciable pour nous pour l'avenir qui ne s'annonce pas rose du tout :/





avatar
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur


Féminin Age : 43
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Lun 19 Sep 2011, 12:54
Bonjour Jean, bonjour à tous,

@Jean Curnonix a écrit:

Le jeu de cache-cache, difficile de l’appeler autrement, auquel se livreraient les auteurs de ce phénomène en interférant le moins possible avec nous, avec une ingérence minimale tout en montrant de temps en temps le "bout de leur nez", est un stimulant de nos performances intellectuelles avec un problème qui n'excède que de peu nos capacités et nous prépare petit à petit au contact officiel qui ne manquera pas de se produire quand le degré de nos connaissances et celui nécessaire à notre conscience collective seront atteints qui nous permettront alors de digérer ce qui ne sera plus le choc qu’il serait aujourd’hui en provoquant un ethnocide, c'est-à-dire l’annihilation des cultures de notre espèce humaine.


Je rajouterais que pour certains d’entre nous, le phénomène ovni pousse à nous voir davantage tels que nous sommes. Du jour où l’on sait, ou que l’on envisage que quelque part dans l’univers, des entités intelligentes plus évoluées que nous existent, l’on ne peut plus, dès lors, se considérer comme étant l’espèce souveraine (j’entends par là, au sommet de la « hiérarchie du vivant »), et de ce fait, les effets d’une telle rencontre nous obligent en quelque sorte à percevoir et accepter que nous ne sommes encore que des entités animales. Certes, nous sommes doués d’une intelligence nous rendant capables d’accomplir de grandes choses (le pire comme le meilleur, d’ailleurs), néanmoins des organismes biologiques soumis à nos instincts, nos émotions et sentiments, notre environnement, nos besoins vitaux, nos hormones, nos gènes, notre patrimoine au sens global, etc... Ce qui ne contribue pas nécessairement à de sages agissements, à être totalement lucides, sensés, dénués de tout excès émotionnel. D’ailleurs, il n’y a qu’à voir le nombre de similitudes, d’un point de vue comportemental, que nous avons avec les grands singes.

Je n’espère qu’une seule chose, c’est que nous arrivions à ne pas nous autodétruire en s’obstinant sur cette voie de la croissance (économique comme démographique), facteur probablement le plus enclin à notre perte prochaine.

Sur ce, je m’empresse d’avaler une bonne quantité de chocolat, le magnésium qu’il contient étant un excellent anti dépresseur ! klkk

Cordialement,



_______________________________________
brunehaut
avatar
Verveine
Ufologue/enquêteur
Ufologue/enquêteur


Masculin Age : 61
Nombre de messages : 2197
Inscription : 01/07/2011
Localisation : Bouches du Rhône
Emploi : Artisan
Passions : Plongée
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Lun 19 Sep 2011, 16:33
Bonjour,

Pour ma part je pense aussi à peu près la même chose. Le problème c'est qu'actuellement nos références nos socles nos autorités et la confiance qui y est mise foutent le camp les uns après les autres, et très vite.
On est déjà dans un effet domino conduisant à cette espèce de chaos ethnocidaire. Alors une rencontre officielle finalement loin d'être une politique du pire pourrait peut être agir comme un contre feu.

_______________________________________
Pour ceux qui cherchent midi à quatorze heures, la minute de vérité sera longue à venir . Pierre Dac

Le contraire de l'Erreur n'est pas la Vérité mais le Doute. Lucien Jerphagnon


Dites le avec des fleurs . Dryas
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 24 Sep 2011, 01:11
Du nouveau sous le soleil de SETI. L’actualité semble apporter quelques frémissements dans la recherche de l’altérité éloignée, quelques pulses d’espoir dans le silence des années lumière. Wow[0], pas de quoi crier victoire et trouver le signal au coin de la rue cosmique mais peut-être un clin d’œil des intelligences éloignées pour nous tenir éveillés… Nous ne sommes pas seuls, non vraiment pas et plus que jamais cette équation de l’espace nous est indispensable pour passer cette difficile transition de l’impensable qui s’entrelace dans notre quotidien. Ce n’est plus une lubie d’esprits ravis, c’est tout simplement le chemin de la vie faisant un pied de nez au néant sur la route de l’infini.
Aujourd’hui un état des lieux des recherches SETI à l’université de Berkeley[1], un retour sur le projet SETI@Home [2], une histoire de petit fantôme[3] pour optimiser la conception d’instruments et un retour sur une des détections historiques qui nous a laissé sur notre faim. Mais croyez-vous vraiment qu’une intelligence maitrisant le voyage interstellaire et certainement bien d’autre chose utiliserait les signaux radio ou optiques pour communiquer avec nous ? C’est un peu comme si les conquistadors avaient utilisés les signaux de fumée pour dialoguer avec les indiens. A l’évidence ils choisirent un moyen bien plus rapide et direct mais effectivement plutôt dévastateur, la maitrise des mers ne nécessitant pas le développement d’une éthique particulière comme celle du respect de l’autre mais est plutôt centrée sur des logiques d’appropriation et de prédation, les prémisses de cet immonde monde marchand dont on peut constater toutes les abominations aujourd’hui. On peut supposer que, sans faire d’anthropomorphisme, la maitrise du voyage interstellaire passe peut-être par une évolution éthique et spirituelle, étape indispensable à chaque altérité afin de permettre cette sortie du cocon stellaire et d’échapper à l’enfer du néant autodestructeur. C’est un peu comme le cheminement de Dante dans la divine comédie, où l’humanité, au milieu du chemin de la vie, se trouverait dans une forêt obscure, car elle a perdu la voie droite. Quelques guides de passage, à l’image de Virgile peuvent peut-être, sans pour autant nous conduire, indiquer quelques passages pour sortir de cet enfer et retrouver le chemin du purgatoire et de l’empyrée.
« La gloire de ce [4] qui met tout en mouvement pénètre l’univers entier, et resplendit davantage ici et moins ailleurs. Au ciel qui reçoit le plus de sa lumière, moi je suis allé ; et j’ai vu des choses que ne sait, ni ne peut redire qui descend de là-haut ; car, en s’approchant de l’objet de son désir, notre intelligence se perd en de telles profondeurs, que la mémoire ne peut la suivre[5]

Il me semble que notre histoire est jalonnée de ces épisodes étranges où de curieuses rencontres insufflent de nouveaux possibles. Prenez par exemple cette affaire de la vierge de Guadalupe remarquablement mise en exergue dans l’excellent livre de Christel Seval « Contact et Impact» (que je vous conseille de vous procurer avant qu’il ne devienne introuvable). La date de l’apparition, le 12 décembre 1531, intervient 10 ans après la conquête de Tenochtitlan par Cortès. L’occident se pose une question d’éthique fondamentale : Les indigènes sont-ils des êtres humains achevés et véritables, des créatures de Dieu (en référence à l’époque où il valait mieux déclarer sa foi que ses doutes si l’on ne voulait pas terminer sur le bucher- cf Giordano Bruno quelques années plus tard)
Je me permets d’extraire le passage du bouquin :
Le 12 décembre 1531, la Vierge apparaît à Juan Diego, un indien Aztèque fraichement converti au catholicisme, qui ne parle que le Nahualt. Elle se présente sous le nom de Virgen de Guadalupe , en référence aux apparitions qu’elle avait effectuées deux siècles plus tôt près de la rivière de Guadalupe en Espagne, et dont un indien ne pouvait connaître l’histoire, ce qui constituerait une preuve d’authenticité aux yeux de l’évêque du lieu. Avec de surcroît une signification pour les indiens Aztèques puisqu’en langue Nahualt, Cuahtlapcupeuh signifie : Celle qui vient en volant de la région de la lumière. Marie lui demande de bâtir une chapelle. Juan Diégo accède à ses demandes, mais encore faut-il, lui, pauvre indien ne parlant pas un mot d’espagnol, convaincre Monseigneur Zumarraga. L’évêque, en effet, reste sourd aux simagrées de Juan. L’oncle de Juan Diego est miraculeusement guéri de la peste, et celui-ci annonce à son neveu que Marie de Guadalupe lui est apparue pour lui annoncer sa guérison, et qu’il faut que Diego aille cueillir séance tenante des roses sur la colline de Tepeyac. En plein hivers, sur une colline dénudée. Juan s’y rend. Au milieu des massifs de roses, Notre Dame l’attend. Elle précise que ce sont des roses de Castille qui rappelleront à Monseigneur Zumarraga son jardin de Madrid, Juan Diego en cueille une douzaine et les enroule dans sa tunique avant d’aller voir l’évêque suspicieux. Monseigneur reçoit un hidalgo et une famille d’esclaves indiens sollicitant son arbitrage. Juan Diego rapporte sa rencontre et déplie sa tilma, sa tunique d’agave devant l’assistance pour montrer les roses qui prouveront ses dires L’assistance est stupéfaite. Elle l’est moins par les roses qui embaument que par l’image de la vierge qui est imprimée sur la tunique, ce que découvre Juan ahuri. Plus tard, une source jaillira sur le lieu précis de l’apparition.
Ce qui est extraordinaire, littéralement, c’est que la tunique conservée jusqu’à nos jours défie la science. A de multiples reprises elle a fait l’objet d’investigations poussées ; un nombre considérable d’anomalies restent inexplicables, l’image de la vierge ne pourrait, à l’aide de nos connaissances, être reproduite par la technologie contemporaine.

Voilà une bien étrange histoire qui laisse du concret puisque la relique est toujours conservée et à ce jour personne n’est vraiment capable d’expliquer comment une pareille représentation est possible ! N’est-ce pas une façon de passer un message du type « l’autre, bien que fondamentalement différent, est comme vous ». Une sorte de koan à méditer et à ressasser pour pouvoir atteindre l’illumination (la lumière au sens propre) des années-lumière. Cela va à l’encontre d’une démarche qui consisterait au contraire à vous éloigner de ces sujets « sulfureux » qui recèleraient des dangers et des pièges dont il vaudrait mieux se protéger en restant… ignorant ! La belle affaire.
Sans faire preuve d’un angélisme béat et sans pour autant voiler le caractère « risqué » voir « nuisible » de ces études (non peut-être du fait des altérités qui interviennent mais bien plutôt pour des raisons bien « humaines » et « Terrestres », ce sujet étant confisqué par un complexe militaro industriel dont l’objet est de fabriquer toujours plus d’armes…et de maintenir cette planète dans un tel délabrement éthique que nous sommes en transhumance sinistre sur cette autoroute qui nous mène au néant. L’équation des années lumière fait voler en éclat cette chape de plomb qui nous confine dans l’ignorance. Elle nous montre d’autres voies, d’autres possibles dont les quelques infimes pourcents de loups qui dirigent ce monde et qui souhaiteraient maintenir le statu quo ne sont effectivement pas forcément présents (qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs).

Bonne lecture.

[0]
Ci-joint traduction rapide de quelques éléments d’un article paru dans « The Astronomical Journal » du 10 janvier 2001.
Il y une description précise notamment de cet événement « Wow » et de ses caractéristiques. Ce qui me perturbe c’est la chose suivante.
Il est dit au début de l’article qu’après la détection du « Wow », l’observatoire de l’Ohio State fit environ 100 scans ultérieurs de la région en question, scans infructueux avant de passer à autre chose. Pourtant les coordonnées du premier pic étaient connues avec précision ! Il faut attendre quelques 25 ans pour que soit mener une étude approfondie de la zone. Mes questions sont donc les suivantes :
Voulait t’on vraiment confirmer l’origine de ces signaux?
Un organisme non public a t’il pris le relai ? Les résultats de ces investigations seraient-ils restés quant à eux très confidentiels?
En effet, il n’est pas du tout certain que la découverte de signaux, émissions extraterrestres soit partagée et la nouvelle diffusée à la planète entière. En se référant au livre de Michael A.G.Michaud, « Contact with Alien civilisation » on trouve notamment au paragraphe « Everyting will be made public » page 288 quelques exemples d’évènements qui ont pris du temps pour percoler dans la sphère publique, et même aujourd’hui je ne suis pas sûre qu’ils soient diffusés très largement (cf Vela que l’on rapprochera pour le fun à la SN du même nom ; encore une étrange coïncidence). Michaud cite :
La détection des pulsars en 1967. Au lieu d’appeler la BBC ou le London Times, la découverte resta confinée de longs mois avant de trouver une explication « plus rationnelle » que l’émission d’un signal extraterrestre. On découvrit qu’il s’agissait en fait d’un certain type d’étoiles.
La découverte par les militaires des flashes gamma en 1967 non pas émanant de la Terre suite à l’explosion de bombes nucléaires mais provenant de l’espace profond. Les données ne furent analysées qu’en mars 1969 et communiquées à la communauté astronomique qu’en 1973 (peut-être devant l’incapacité des militaires à trouver une explication rationnelle).
Dans un autre document dont il faudra que je retrouve les références et le passage exact il est fait mention des scénarios envisagés en cas de détection d’un signal extraterrestre. Parmi les scénarios évoqués, l’annonce publique ne fait pas partie des premières actions. Il est fait mention d’analyses préliminaires confidentielles afin de s’assurer de la réalité intrinsèque de la détection et du signal!

A VLA SEARCH FOR THE OHIO STATE ““WOW
http://iopscience.iop.org/0004-637X/546/2/1171/pdf/0004-637X_546_2_1171.pdf

En 1977, une recherche d’intelligence extraterrestre menée à l’observatoire radio de l’université de l’état de l’Ohio enregistra une forte émission apparemment intermittente, dans une bande étroite près de la raie d’hydrogène de 21 cm. La détection montra la signature type de l’antenne d’une source radio céleste passant mais elle ne fut pas répétée dans les observations suivantes. L’événement a été considéré par certains comme un candidat potentiel de signal interstellaire et rejeté par d’autres comme une interférence probable ; aucun essai indépendant pour reproduire l’événement avec une résolution spectrale comparable à celle de l’état de l’Ohio n’a été rapporté. Nous utilisâmes le Very Large Array pour chercher la source possible sous-jacente- artificielle ou naturelle- qui pourrait être retenue pour la détection par des illuminations occasionnelles dues à la scintillation, à une variabilité intrinsèque, ou à quelques autres mécanismes. Avec une sensibilité 100 fois plus importante que les observation originelles, nous trouvâmes deux sources continues à l’intérieur de la marge d’erreur des coordonnées mesurées par l’état de l’Ohio, mais elles ne montraient aucune caractéristique spectrale insolite, ni aucun signe de variabilité du flux, elles donnèrent des raies spectrales normales basée sur des observations complémentaires à 6 cm et étaient trop faibles pour rendre compte de la détection de l’Ohio state. Aucune source ponctuelle de largeur de bande étroite ne fut détectée sur une bande de 1,5 MHz jusqu’à un flux limite de 20 mJy aux coordonnées nominales. Nous concluons que le « Wow » n’était pas dû à une source continue habituellement plus faible de plusieurs jansky que le seuil de détection de l’Ohio State dont le flux s’accroitrait occasionnellement d’un facteur de l’ordre de moins de 100. Notre étude ne limite pas de façon significative la possibilité de sources intermittentes car nous demeurions seulement 5-22 minutes par champ.

Le 15 aout 1977 (le jour de la fête de la Vierge ! Cet incommensurable régime des signes) le radiotélescope de l’observatoire de l’université de l’état de l’Ohio enregistra donc une émission apparemment intermittente forte (30 sigma) dans une bande étroite (=< 10 kHz) près de la raie HI de 21 cm (Kraus 1979). La détection persista pendant 6 périodes d’intégration totalisant 72 secondes afficha la signature caractéristique d’une radio source transitant, bien que juste sur un seul des deux faisceaux, suggérant qu’elle pouvait être intermittente ou variable. Sa fréquence était notée à 1420, 356 +- 0,005 MHz (J.D.Krauss 1990, suite à une communication privée) et dans une analyse ultérieure donnée à 100 kHz (Ehman 1998)- dans tous les cas près de la fréquence de 1420,405 MHz de la raie d’émission HI, corrigée du standard local de repos (vitesse moyenne de la matière dans la galaxie au voisinage du soleil), une fréquence qui a été suggérée pour les messages interstellaires (Cocconi et Morrison 1959 ; Drake et Sagan 1973). La bande étroite, la correspondance avec le motif d’antenne et l’intensité forte évoquaient tellement un signal radio interstellaire qu’un des scientifiques affecté au projet écrivit « Wow ! » sur l’enregistrement imprimé qui devint le nom de l’événement.
Les coordonnées apparentes de l’émission était R.A = 19h22m22s ou 19h25m12s (les deux +- 5s) et la déclinaison -27°03’+-20 s (1950) (J.D. Kraus 1990, communication privée).
Ci après, la région du ciel concernée et un agrandissement avec les objets se trouvant dans les parages.


En conclusion, l’article mentionne que les observations menées étaient suffisamment sensibles pour détecter une source supposée à la base de l’émission en bande étroite environ 500 fois plus faible que les 60 Jy de l’émission Wow. Le fait de n’avoir rien trouvé est une preuve solide que la détection du Wow ne provenait pas d’une source continue, naturelle ou artificielle, augmentée par la scintillation pour permettre à l’observatoire de l’état de l’Ohio de la détecter seulement une fois, parce que la probabilité d’avoir un gain de scintillation de l’ordre de 100 est excessivement faible. En couvrant une gamme de fréquences trois fois plus grande que celle des observations de l’Ohio State, nos observations réduisent aussi la possibilité que la détection originale soit due à une source dérivant en fréquence sur une gamme d’approximativement 1,5 MHz. Nos observations ne réduisent pas la possibilité d’une émission très fortement intermittente car nous ne nous attardâmes pas plus de 22 minutes sur chaque champ.

[1] Status of the UC-Berkeley SETI Efforts
http://arxiv.org/pdf/1108.3134v1
Status des recherches SETI de l’UC-Berkeley.
Nous résumons les programmes de recherche SETI de l’université de Californie de Berkeley. La recherche de pulses optiques SEVENDIP traque les pulses d’un durée de l’ordre de la nanoseconde (ns) en longueur d’onde visible. Elle utilise un télescope automatisé de 30 pouces, 3 tubes d’amplification photométrique ultra rapides et un détecteur d’événement. La liste cible inclus des étoiles de type F, G, K et M, des amas globulaires et des galaxies.
L’étude du ciel en cours SERENDIP V.v examine les signaux radio au télescope d’Arecibo de 300 m. La configuration installée actuellement prend en compte 128 millions de canaux sur une largeur de bande de plus de 200 MHz avec une résolution spectrale de 1,6 Hz. Le saut en fréquence permet au spectromètre de couvrir la totalité des 300 MHz des récepteurs de la bande L d’Arecibo. La configuration définitive permettra de surveiller simultanément toutes les données des 14 récepteurs du L-band Focal Array d’Arecibo avec plus de 1,8 milliard de canaux.
SETI@Home utilise les PC de bénévoles pour analyser plus de 160 TB de données prises à Arecibo. Plus de 6 million de bénévoles ont fait tourné SETI@home pendant ses 10 ans d’histoire. L’étude du ciel SETI@home est 10 fois plus sensible que SERENDIP V.v mais elle couvre seulement une bande de 2,5 MHz, centrée sur 1420 MHz. SETI@home recherche une palette d’écarts de paramètre beaucoup plus large, incluant 14 octaves de largeur de bande du signal et 15 octaves de période de pulsation avec des corrections du décalage Doppler de -100 Hz à + 100 Hz/s. SETI@Home va être développé pour analyser les données collectées pendant les observations des objets d’intérêt pour Kepler de mai 2011.
Le projet d’Astropulse est la première recherche SETI d’impulsion de durée de l’ordre de la micro seconde dans le spectre radio. Parce que les impulsions de courte durée sont dissipées par le milieu interstellaire, et que l’importance de cette dissipation n’est pas connue, Astropulse doit chercher à travers 30 000 dispersions possibles. Une puissance informatique conséquente est nécessaire pour conduire ce type de recherche, aussi le projet utilise les bénévoles et leurs ordinateurs personnels pour mener à bien le traitement (en utilisant du calcul distribué similaire au programme SETI@home).

Les programmes de l’université de Berkeley :



[2]Candidate Identification and Interference Removal in SETI@home
http://arxiv.org/abs/1109.1595
SETI@home, une recherche des signaux provenant d’intelligences extraterrestres, a enregistré des données au radio télescope d’Arecibo depuis 1999. Ces données sont envoyées via Internet aux ordinateurs personnels de bénévoles qui ont fait le don du temps machine inexploité de leurs ordinateurs pour cette recherche.
A ce jour, les bénévoles ont détecté plus de 4,2 milliards de signaux potentiels (j’avoue rester interloquée par ce nombre car si l’on considère que 99,999 % des signaux correspondent à des interférences et autres pollutions qui non rien à voir avec un message ET, il reste tout de même près de 42 000 signaux dignes d’intérêt, ce qui rejoint un point je crois cité par Anakin !) Bien que tous ces signaux potentiels soient essentiellement dus à des processus de bruit aléatoire, d’interférences en fréquence radio (RFI), ou d’interférences dans les processus de l’instrumentation du SETI@Home, il est possible que de vraie transmission extraterrestre existe dans cette base de données. Nous décrivons ici les processus pour éliminer les interférences étant implémentés dans les traitements ultérieur du SETI@Home, ainsi que les méthodes utilisées pour identifier les candidats valables pour des investigations ultérieures.

[3] CASPER
Non CASPER n’est pas le gentil fantôme imaginé par Joe Oriolo mais plutôt une ressource de premier intérêt pour partager et/ou standardiser les hardware et software utilisés dans le traitement du signal en radio astronomie, ensembles nécessaires pour équiper les outils de recherche et de traque des ectoplasmiques messages de nos frères de l’espace.
Pour être un peu plus technique, l’acronyme CASPER signifie
Collaboration for Astronomy Signal Processing and Electronic Research.
https://casper.berkeley.edu/
Le but principal de CASPER est de rationaliser et de simplifier la conception de l’instrumentation de radio astronomie en favorisant une conception réutilisable à travers le développement de plateformes indépendantes, de sofware et Hardware « Open source » (c’est à dire au code source libre, ou aux conceptions matérielles libres )
En fournissant des bibliothèques de programmes paramétrables et indépendants de plateforme qui tournent sur des blocs de composants matériels modulaires et reconfigurables. Nous laissons de côté les détails de l’implémentation de base et permettons aux astronomes de rapidement concevoir et déployer de nouveaux instruments.

[4]Dante, la divine comédie, chant premier prologue du paradis.

[5] Je ne me lasse pas de ce passage !
J’ai vu tant de choses, que vous, humains, ne pourriez pas croire... De grands navires en feu surgissant de l’épaule d’Orion, j’ai vu des rayons fabuleux, des rayons C, briller dans l’ombre de la Porte de Tannhaüser. Tous ces moments se perdront dans l’oubli, comme les larmes dans la pluie. Il est temps de mourir.
Blade Runner, Roy Batty.
anakin_nEo
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 56
Nombre de messages : 287
Inscription : 14/08/2011
Localisation : namur begique
Emploi : economiste
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 24 Sep 2011, 18:37
bonjour m51m51, une série de réflexions très intéressantes !



je note en particulier

"
Il est a noté que le débat sur la vie extraterrestre a bien été initié dans une zone en forme d’arc allant de l’inde à la Grèce et plus tard en Europe. Ce qui est curieux, soulève Jean Schneider , auteur du papier, c’est que la question « Pourquoi ce débat est-il essentiellement limité à la littérature occidentale ? " à mon sens il ya eut des contacts dans le passé et ils se pourrait donc que l'intérêt des philosophes et des "cités" soit alors potentiellement lié à ces contacts

de nos jours encore les cas ovnis évitent les pays arabes et africains, ce qui ne veut pas nécessairement dire qu'il n'y a pas de cas chez eux, mais davantage qu'ils ne s'y intéressent pas ou qu'ils ont uine autre explication pour ces phénomènes , ce qui à mon sens est le cas en afrique où les "religions"' sont très vastes et les "esprits" nombreux et hélàs ces traditions sont verbales et secrètes . nos sociétés sont davantage technologique aussi et ouvrent donc naturellement la voie vers le ciel plûtôt que sur terre où bon nombre de choses sont expliquées.. "scientifiquement"

on peut donc penser à un phénomène purement social , néanmoins un contact ne peut se faire que si les deux parties sont "ouvertes" au contact . il me paraît évident que dans certaines cultures ce contact est moins possible pour des raisons essentiellement religieuse, pour etre clair l'islam nie le phénomène ovni en soi le plus souvent, pour l'islam les ovnis sont des démons, des djinn point barre et pour certaines cultures africaines de même les ovnis sont des démons ou des esprits

sur que le contact est plus complexe à envisager...
anakin_nEo
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 56
Nombre de messages : 287
Inscription : 14/08/2011
Localisation : namur begique
Emploi : economiste
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 24 Sep 2011, 20:04
Pour suivre



"
Compter sur la beauté: Le rôle de l’esthétique, de l’éthique et des principes physiques universaux dans la communication interstellaire par Guillermo A.Lemarchand, 2006.
Dans cet article passionnant, M Lemarchand émet l’hypothèse que la communication avec des intelligences extraterrestres pourrait être établie sur la base d’une sorte de « Lingua Cosmica » , langue de la sagesse cosmique, qui permettrait à chaque espèce de partager ses propres perceptions, sensations, émotions. Mais quelles seraient les bases épistémiques de cette langue interstellaire ? "


et
"la « Semovience », c’est à dire le fait pour quelqu’un de pouvoir initier une nouvelle séquence de causalités ou d’actions, simplement en le voulant"

on pourrait alors envisager le contact alien non comme une rivalité territoriale mais comme une capacité de nouer des liens en dehors d'une notion de territoire ou dit autrement à quoi servirait il de combattre un alien sans enjeux territoriaux, il faut pour cela s'assurer que l'alien n'a lui non plus pas de visée territoriale ou ressources

et
"La perspective de l'enaction proposée par le biologiste, neurologue et philosophe chilien, Francisco Varela est un paradigme qui défend l'idée que la cognition est d'abord incarnée et qui essaye ainsi de dépasser le piège de « la représentation »"

nos langages et nos représentations sont liés à nos sens et donc incarnées au sens physique du terme, cependant nos représentations et nos concepts sont désincarnés, essayer d'atteindre le "vrai" réel en gommant le filtre des sens est complexe et sans doute hard à voir. au sens inacceptable tel quel.. biologiquement l'homme n'est qu'un amas d'atome en interaction, philosophiquement et humainement parlant cet amas n'a aucun intérêt

mais si un "amas" peut générer une "âme" alors iol doit en être de même pour tout système biologique complexe et donc la question est quelle sinteractions peut il y avoir entre ces "âmes" dès qu'en contact







anakin_nEo
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 56
Nombre de messages : 287
Inscription : 14/08/2011
Localisation : namur begique
Emploi : economiste
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 24 Sep 2011, 20:11
et concept majeur selon moi


"
L'induction intègre des connaissances acquises afin de modéliser une situation nouvelle. Ainsi, devant une situation, l'induction fournirait tout d'abord
un modèle général par défaut-toujours d'après Holland. Si celui-ci ne fonctionne pas, alors des sous-modèles sont proposés pour des cas particuliers"




si on suit cette idée, deux espèce n'ayant aucun référentiel commun ou aucun langage commun y compris la gestuelle non verbale pourrait néanmoins communiquer si chaque espèce sur base de son propre modèle peut y trouver dans le modèle de l'autre certaines analogies, ce croisement entre deux mondes possibles offre alors un référentiel commun de communication

exemple; imaginons que la main tendue chez l"homme signifie paix et chez l'alien la guerre, imaginons qu'un premier contact montre ce fait, l'ahomme tend la main et l'alien a une action négative ou fatale. L'homme déduira que la main tendue signifie guerre chez l'alien et l'alien paix chez l'homme après x itérations que l'on souihaite réduites.. :-) bref un référentiel commun se constitue par les effets de la mise en avant de signes de communication

au delà l'homme pourrait également déduire que la main n'a pas la même focntion organique chez l'alien un peu comme si un homme montrait ses fesses. Une communication pourrait se faire aussi sur base de constantes biologiques, hypothese 0 : l'homme mange et l'alien aussi , à l'occasion de l'observation de ces actes de manger chez l'homme et chez l'alien on peut aussi déduire que l'acte de manger est ou non commun, cad validation ou non de h0, si h0 n'est pas validee on concoit que la communication sur ce point fondamental n'est pas possible

etc etc

anakin_nEo
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 56
Nombre de messages : 287
Inscription : 14/08/2011
Localisation : namur begique
Emploi : economiste
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 24 Sep 2011, 20:17
finalement la pyramide de maslow est un bon chemin pour amorcer la communication où l'on part des besoins de bases et de leurs équivalents pour monter progressivement dans les échelles de la pyramide

pour rappel pour ceux qui savent pas c'est ca maslow

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pyramide_des_besoins_de_Maslow



cette classification des besoins humains définit aussi des niveaux différents de communication et /ou des attentes, si il ya décallage de niveau des attentes ca risque d'être brutal...
exemple; si le besoin alien est de bouffer et le besoin humain de communiquer. on comprend la suite et inversément
si le besoin humain est de comprendre le sens de la vie et le besoin alien de même sur qu'un contact serait moins brutal
anakin_nEo
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 56
Nombre de messages : 287
Inscription : 14/08/2011
Localisation : namur begique
Emploi : economiste
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 24 Sep 2011, 20:28
et



"
Arrivé à Kant, Szendy reprend la célèbre question du sentiment esthétique dans la Critique du jugement. On sait à quel point elle est politique, Kant n’ayant «cessé de vouloir penser la faculté de juger comme adoption du regard de l’autre, voire de tout autre comme étant chaque fois le tout-autre». Affirmer «ceci est beau», c’est poser la souveraineté du jugement certes autonome, mais également «orienté par la perspective de son partage universel». Traquant longuement et habilement l’«effiction» (la fiction comme efficace) chez Kant, Szendy en arrive aux extraterrestres (bon, n’exagérons rien, à«l’extraterrianité», disons) pour montrer que «nous les Terriens, nous les humains […], nous n’avons de point de vue qu’à le laisser hanter par le tout-autre», qu’il décrit comme«l’écart du voir au voir»."

l'homme chercherait dans le cosmos une confirmation de ses "affirmations", car sans repère l'homme définit et classe les choses selon ses référents acquis cumulativement mais paradoxalement définir une chose c'est poser un acte de la retirer du monde pour la reconnaitre comme tel, ainsi l'homme a la capacité prodigieuse de définir essentiellement une chose par ce qu'elle n'est pas ainsi la vie est souvent définie par ce qui n'est pas mort et la mort par ce qui n'est pas vie.. l'incapacité de l'homme à capturer le réel dans son instantaétité le pousse à simplifier

et si l'homme lance sa définition il attend de l'univers tout entier qu'il lui dise c'est vrai ou faux alors qu'en fait sa définition n'est qu'un des possibles du réel le plus souvent. ainsi on peut décrire le vivant comme un amas de cellules en fonctionnement , mais on peut aussi définir le vivant comme des atomes "vivants" en réalité les échelles sont différentes, l'entité biologique vit 100 ans , les atomes qui nous composent vachement plus longtemps.; alors c'est quoi un homme ou un alien dans ce bazard ? et même en cas de biologie alien par exemple basée sur la silice le principe reste le même l'alien est composé d"atomes

à moins que non ? ... un être vivant est il forcément composé d'atomes en voilà une question iconoclaste non ? moins simple qu'il n'y semble si on pose que au delà des limites "physiques de" l'univers il ya quoi exactement ? le vide ?

on sait que le vide n'est pas vide mais un espace parcouru de tas de choses, le vide dit asbolu existet il même dans l'univers ? ou juste en dehors de cet univers ?
anakin_nEo
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 56
Nombre de messages : 287
Inscription : 14/08/2011
Localisation : namur begique
Emploi : economiste
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 24 Sep 2011, 20:40
"La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l'intelligence. "

moi j'appelle cela une synchronicité ;-)

la majorité des inventions majeures suivent ce schéma ....mais àa l fondamentale nuance près que le hasard ne parlera pas à un esprit non préparé.. entendez à un esprit non curieux ou en constante réflexion ,car le fait observé doit "parler" et il ne parle que si on ecoute , l'intelligence est donc ici une capacité d'observation et d'écoute au sens large si on étend l'observation à un autre sens que la vue

on peut aussi "écouter" avec son nez... sans rire
avatar
Invité
Invité

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 24 Sep 2011, 20:46
Nous rentrons ici dans des champs fondamentaux du questionnement humain....

J'adores !!!
Car nous sommes tous égaux devant celui-ci (peut importe nos origines !), si l'on se donne la peine d'y réfléchir, l'humilité se retrouve à portée de la main !

N'y aurait il que la "mort" pour nous donner ces réponses ?
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Jeu 06 Oct 2011, 00:39

Bonsoir Anakin et merci pour vos interventions toujours pertinentes et un brin synchronisées.

A se demander si vous ne lisez pas un peu dans mes pensées.

mais si un "amas" peut générer une "âme" alors iol doit en être de même pour tout système biologique complexe et donc la question est quelle sinteractions peut il y avoir entre ces "âmes" dès qu'en contact
C’est effectivement une des questions que je me pose et c’est d’ailleurs une des raisons évoquées par certains visiteurs dans les fameux courriers décriés. Dans cet univers de la « quaternité », comment résonne notre aura qu’elle soit individuelle ou collective au sein du macrocosme et finalement comment raisonne un cerveau humain ? Les choses ne sont certainement pas simples et les interactions entre chaque volet de cette quaternité doivent laisser la place à des zones de contact diverses et variées, de synaptiques connexions au plus profond de notre être !


« Tout cela est une seule chose que j’adore et qui est dans cette forêt. Le crépuscule sur le lac, mon Annonciation. La montagne : une ligne. Ecoute ! Il va se passer quelque chose, oui. L’attente est immense »
[1]


On peut se demander si la forme humaine ne constituerait pas une sorte d’attracteur étrange, l’univers se révélant à lui-même dans sa forme adamique, l’Anthropos céleste évoqué dans la prééternité, et qui est sa propre image. Attention tout ceci est très spéculatif et n’est en aucune façon une dérive anthropocentrique, ou plutôt terrestrocentrée. Il s’agit simplement d’envisager une explication à ce dénominateur commun que l’on retrouve dans les observations rapprochées des Ovniautes où la forme humaine semble être souvent observée. Sur un versant, celui matériel, l’ « objet » « homme » (qu’il soit d’ici ou d’ailleurs) est qualifié d’étrange en raison de sa structure « pointilliste »/ atomique et de sa nature fractale. D’où qu’on parte, on se retrouve toujours sur l’attracteur, c’est le côté prévisible de l’évolution. Où se trouve-t-on exactement sur l’attracteur ? Il est impossible de répondre à cette question, c’est le côté imprévisible de l’évolution.

Sur un autre versant[2], celui de l’imaginal (j’entends par imaginal cet espace de l’âme si bien décrit par Henri Corbin, le mundus imaginalis inspiré du soufisme

[3]), c’est moins la forme que le champ qui est en action. L’homme, un peu comme le dauphin qui se partage entre le milieu aquatique et milieu aérien serait un être de l’interface. Il interfèrerait en priorité avec le monde matériel mais respirerait son « air » dans l’imaginal (et cet air peut-être vicié…).

Ces deux domaines coexistent, s’interpénètrent et interagissent selon des lois de la nature encore à découvrir et qui pourraient donner lieu à de véritables recherches scientifiques [4] (en entendant par science non pas la « religion rationaliste » de la pire espèce, cette fille du néant, ce Monsanto de l’évolution mais bien plutôt ce fantastique outil d’investigation et de connaissance de notre univers, cette Sarasvatī, béquille de l’humanité révélée. Encore faut-il que nous nous rappelions, comme il était indiqué en conclusion de ce film superbe « Planète Interdite »- un phare dans la nuit - que la science ne fera jamais de nous des dieux. Au régime de la peur, ce n’est pas l’autre qu’il faut craindre mais nous mêmes et nos productions quelles soient matérielles, spirituelles et qu’elles s’autoalimentent en prenant forme comme dans la mésaventure que vécut le peuple Krell.

http://gillesbonafi.skyrock.com/

Anakin :

on pourrait alors envisager le contact alien non comme une rivalité territoriale mais comme une capacité de nouer des liens en dehors d'une notion de territoire ou dit autrement à quoi servirait il de combattre un alien sans enjeux territoriaux, il faut pour cela s'assurer que l'alien n'a lui non plus pas de visée territoriale ou ressources


Tout à fait en phase avec vous. Je pense qu’une des composantes du contact est l’échange, l’interaction de parties dissemblables ou chacun apprend mutuellement de l’autre, comment l’autre interagit avec son environnement dans toutes ses composantes, comment l’autre chevauche les quatre pattes du cheval comos, etc. Chacun étant le reflet d’une kaléidoscopique vérité (une image de l’un, l’un étant l’image de l’autre, n’est-il pas?) qui s’intègre en une fractalité incarnée. D’où l’intérêt du contact pour progresser justifiant l’adage bien connu que le tout est plus que la somme des parties y compris dans l’estomac d’un Alien (je plaisante bien entendu... )

à moins que non ? ... un être vivant est il forcément composé d'atomes en voilà une question iconoclaste non ? moins simple qu'il n'y semble si on pose que au delà des limites "physiques de" l'univers il ya quoi exactement ? le vide ?


Judicieuse remarque, Anakin et qui rejoint finalement le côté spirituel que j’évoquais précédemment. Peut-être suffirait par exemple d’établir le lien entre les électrons et ce monde imaginal, lien qu’a tenté de faire le physicien Jean-Emile Charon et sa théorie de la « relativité complexe » dont on ne peut pas dire quelle soit très populaire.

on sait que le vide n'est pas vide mais un espace parcouru de tas de choses, le vide dit asbolu existet il même dans l'univers ? ou juste en dehors de cet univers


Anakin, vous faites bien de soulignez l’importance du concept du vide. Ce point est souvent oublié dans l’histoire des sciences et dans les révolutions paradigmatiques qui accompagnent nos visions renouvelées de l’univers. Dans un livre brillant et fort bien documenté, « the book of nothing », l’auteur, John D.Barrow (qui a aussi produit le bouquin « theories of everything »… ) nous fait voyager des stoiciens à Lucrèce, de Shakespeare à Sartre dans cette notion du vide à travers l’histoire et de découvrir finalement que trois fois rien c’est déjà quelque chose! On retrouve d’ailleurs dans cette histoire l’esprit de nos brillants pseudo sceptiques que l’on peut assimiler aux tenants de l’aristotélicisme ou du cartésianisme (ceux là même qui expliquaient doctement et « scientifiquement » que le vide ne pouvaient exister car la nature le ferait disparaître illico, les mêmes qui aujourd’hui nous inondent de matière noire, sombre pour tout expliquer. Nous avons beau changé d’époque, cet esprit des cavernes perdure !) que le baron Von Guericke viendra pourfendre avec son expérience des hémisphères de Magdeburg. Vous me direz, quel rapport avec les ET ? Et bien justement, ce n’est peut-être qu’une intuition, mais il me semble qu’au cœur du vide et du néant se trouve l’infinité et une révolution de nos conceptions tant en terme de physique, que de logique. Ces révolutions débouchent sur une vision renouvelée du cosmos tout à fait novatrice dans laquelle le voyage interstellaire n’est plus une impossibilité et l’autre, comme « le facteur, sonne toujours deux fois ». Entre fractalité, infinité et espace éthéré, j’ai le pressentiment que le chemin vers l’autre passe aussi par cette voie.

Les pistes :

L’être et le néant de Jean-Paul Sartre.

La lettre à Louis Meyer de Spinoza.

Capilotracté ? Pas plus que les énormités grotesques de nos pseudo sceptiques champions toute catégorie du debunking stupide. Décernons leurs une couronne pour enterrer de plein pied cette absurdité né qui va se faire percuter!

Antony, je ne suis pas certaine d’avoir compris votre point de vue aussi ne voyez aucune ironie dans mes propos. Si nous sommes effectivement tous égaux, disons qu’il appartient à chacun de faire fonctionner ce que la nature lui a donné en héritage. Nous en sommes tous dotés, chacun à notre façon et point besoin d’attendre la mort pour mettre en service cette fantastique machinerie au grand dam de nos bourreaux ! J’engage tout un chacun à commencer l’exercice.

Après la découverte récente de la planète circumbinaire Kepler-16 , découverte dont les implications, selon moi n’ont pas été mesurées à leurs justes valeurs[5], voilà les bactéries et la panspermie.

Attaquons nous aux autres facteurs de l’équation de Drake:

La science fiction semble être parfois le reflet de l’actualité. Au début du film, « le jour ou la Terre s’arrêta », et pour ceux qui sont observateurs, la bactérie Deinococcus Radiodurans est mise à l’honneur, avec juste raison, pour évoquer la panspermie. J’ai déjà évoqué ce sujet et vous trouverez dans la conférence suivante de Craig Venter : “Joining 3.5 Billion Years of Microbial Invention” une description plus détaillée de cette fameuse bactérie ce qui permet au passage de mesurer la fantastique inventivité et puissance créatrice de la vie (En conséquence de quoi nous devrions être beaucoup plus prudents dans nos bricolages à la Frankenstein cellulaire pour éviter tout effondrement catastrophique de notre biosphère!).

http://longnow.org/seminars/02008/feb/25/joining-3-5-billion-years-of-microbial-invention/

Analyse de survie comparative des bactéries Deinococcus Radiodurans et Haloarchaea Natrialba Magadii et Haloferax Volcanii, exposées au vide et à une irradiation ultraviolette.

Ximena C. Abrevaya1; Ivan G. Paulino-Lima2, Douglas Galante3, Fabio Rodrigues4, Pablo J.D. Mauas1,5, Eduardo Cortón6, and Claudia de Alencar Santos Lage2

Les bactéries Haloarchaea Natrialba Magadii, Haloferax Volcanii, ainsi que la bactérie résistante aux radiations Deinococcus Radiodurans furent exposées au vide et aux radiations UV (V-UV) au Laboratoire Brésilien de Lumière Synchrotron (LNLS). Des monocouches de cellules (contenant de 100 000 à 1 million de cellules par échantillon) furent préparées sur des filtres de polycarbonate et irradiées sous un vide important (10-5 Pa) avec un rayonnement synchrotron polychromatique. N. magadii était remarquablement résistante au vide poussée avec une fraction de survie de 3,77 % +- 0,76 plus grande que celle de D.radiodurans (1,13 % +- 0,23). La fraction de survie des haloarchaea H.volcanii, de 0,036 +- 1,8 % était beaucoup plus faible. Les profils de résistance aux radiations étaient similaires entre la haloarchaea et D.radiodurans pour des irradiations jusqu’à 150 J.m-2. Pour des irradiations plus importantes que 150 J.m-2 il y avait une diminution significative dans la survie des haloarchaea et en particulier les H.volcanii ne survivaient pas. La survie pour les D.radiodurans était de 1 % après une exposition aux flux d’ultraviolet V-UV ( 1350 J m-2) alors que N.magadii avait un taux de survie plus faible que 0,1 %. De telles fractions de survie sont discutées dans le cadre de la possibilité du transfert interplanétaire de micro-organismes viables et de l’existence possible de vie microbienne dans les environnements salés comme sur la planète Mars et le satellite de Jupiter, Europa. C’est le premier travail évoquant la survie de haloarchaea dans des conditions simulées du milieu interplanétaire.


Et les conclusions de l’étude :

Nos résultats indiquent que les cellules non protégées de D.radiodurans, la survie chute à 1 % à 1350 Jm-2, alors que N.magadii survie à 0,1 % dans les mêmes conditions d’exposition. H. volcanii, d’un autre côté ne survie pas au-delà de flux de 150 Jm-2. Ces fractions de survie montrent que les bactéries de H.volcanii et N.magadii pleinement exposées au vide et à l’irradiation UV à la surface d’une planète ou dans des météorites devraient rapidement décroître d’au trois ordres de magnitude. Cependant, plusieurs cellules peuvent survivre, et des temps d’exposition beaucoup plus longs doivent être testés pour voir si au moins un faible nombre de cellules de N.magadii et D.radiodurans pourraient survivre les flux V-UV et les dommages présent dans l’espace sans protection.


Rappelons à ce propos les conditions d’expérience. Les échantillons à tester étaient mis dans une chambre à vide et étaient exposés à une pression décroissante pendant environ 3 heures (temps nécessaire pour atteindre un vide poussé comparable au milieu interplanétaire). La pression était maintenue pendant 1 h, temps de l’ exposition au flux UV ».

On pourrait en s’inspirant de Jacques Derrida[6] et en rebondissant non plus seulement sur l’aspect matériel mais sur les « quatre ailes de notre cosmos « odonates » » et notamment son versant spirituel qu’« un spectre hante le monde du XXI ième siècle – le spectre de l’altérité éloignée »

[1]

Henry Corbin, « Théologie au bord du Lac », Henry Corbin, Cahier de l’Herme.

[2]Pour compléter, imaginez que chacun de ces versants dispose de son image dans un « miroir » si bien que nous avons alors deux paires mutuellement jumelles, chaque particules de ce monde (et à fortiori chaque amas de particules) est orienté selon ces quatre versants un peu comme une libellule qui oriente ses ailes pour se mouvoir dans son milieu. La somme des interventions serait une constante.

[3]

http://www.moncelon.com/urqalya.htm

« La fonction du mundus imaginalis et des Formes imaginales se définit par leur situation médiane et médiatrice entre le monde intelligible et le monde sensible. D’une part, elle immatérialise les Formes sensibles, d’autre part, elle « imaginalise » les formes intelligibles auxquelles elle donne figure et dimension. Le monde imaginal symbolise d’une part avec les Formes sensibles, d’autre part avec les Formes intelligibles. C’est cette situation médiane qui d’emblée impose à la puissance imaginative une discipline impensable là où elle s’est dégradée en « fantaisie », ne secrétant que de l’imaginaire, de l’irréel, et capable de tous les dévergondages. »



« Que l’on entende pas le mot « images » au sens où de nos jours on parle à tort et à travers d’une civilisation de l’image ; il ne s’agit jamais là que d’images restant au niveau des perceptions sensibles, nullement de perceptions visionnaires. Le mundus imaginalis de la théosophie mystique visionnaire est un monde qui n’est plus le monde empirique de la perception sensible, tout en n’étant pas encore le monde de l’intuition intellective des purs intelligibles. Monde entre-deux, monde médian et médiateur, sans lequel tous les événements de l’histoire sacrale et prophétique deviennent de l’irréel, parce que c’est en ce monde-là que ces événements ont lieu, ont leur « lieu ».


[4]

Encore faut-il que nos chercheurs n’aient pas oublié ce que sont la science et ses productions. Entendu sur France culture cette semaine à propos de la science et des nouveaux paradigmes, le commentaire affligeant suivant « Une théorie fabrique des faits ! » Non, il me semble qu’une théorie explique des faits constatés et propose, prédit d’autres observables.

Pas étonnant qu’avec cet état d’esprit dans la communauté l’on traine depuis plus de 30 ans une théorie des cordes (on peut d’ailleurs s’interroger sur les faits que « cette théorie a fabriqué », juste pour rigoler), certes fort compliquée, mais qui ne fait en rien progresser notre connaissance de l’univers. Heureusement que ce dernier se rappelle à nous et de façon toujours plus marquante grâce aux progrès technologiques accomplis en matière d’observation. Le problème, c’est que l’on ne comprend plus ce que l’on observe et ce n’est pas en invoquant la matière noire comme Aristote invoquait « la force naturelle agissant contre le vide » que nous progresserons dans notre compréhension de l’univers.

Il a fallu des Torricelli et Pascal pour monter des expériences et démontrer que le vide existait vraiment tout en introduisant la notion de pression. Un petit tour sur Wiki permet de mesurer s’il le fallait le désarroi de la communauté scientifique à cet égard. Je cite en mettant en gras ce qui m’interpelle :
« Malgré la quasi unanimité apparente des cosmologistes autour de l’idée d’accélération de l’expansion, la réalité de cette accélération ne sera établie que lorsque le phénomène pourra être inclus dans un cadre théorique solide, lequel fait encore défaut. »
.Tiens, à ce propos et pour aérer un peu c’est air confiné, vous trouverez ci-joint un texte d’un certain professeur John P. Lynch. Ce texte curieux est extrait d’un document plus long qui se présente un peu sous la forme d’une publication scientifique. Je ne l’ai pas traduit afin de ne pas induire de contresens ou déformations involontaires. Il me semble bien ancré dans l’actualité des nobels.


Extraits du document « Symptoms of the Universe » du professeur John P. Lynch.

Dimensional Energies

Gravity and acceleration show us that there are invisible non-physical forces at work in our world. Gravity and void interact with matter, but they are not matter. They are energy, but it is non-material energy. Matter is three-dimensional energy, gravity and anti-gravity show aspects of being non-three-dimensional energies. They are energy, and they are all around us, but in another dimension (so we do not experience them directly). According to acceleration, the cosmos has more non-material energy (96%) than material (4%), thus our visible universe of physical matter is just a part of a cosmos of various types of dimensional energies. Unfortunately, non-material non-three-dimensional energies can never be truly proven scientifically due to their non-material nature, so evidence of their existence must come from their interactions with matter .

To understand what other dimensions look like, we only have to paraphrase Carl Sagan in Cosmos. The first dimension is an infinite straight line. If you go at a right angle to that, then you are in the second dimension of the flat plain. Go at a right angle to that and you arrive in the familiar three dimensional world of spheres (and up and down). Go at a right angle to that (in and out at the same time) and you are in the incomprehensible fourth dimension, and so on.

One-dimensional energy is observable in electro-magnetic force, which we experience as photons. The most common photons emanate from the electrons of atoms in a star, they are the waves of varying frequencies (gamma rays, x-rays, ultraviolet light, visible light, infrared light, micro-waves, and radio waves) which zoom straight through the void at the speed of light. Other photons are held around the electrons of certain atoms and compounds, becoming electricity and magnetism (which gives this energy its name).

Two-dimensional energy is observable in the force of gravity, which we experience in the many disks created by gravity wells. According to Einstein, gravity is a bend in space. The bend forms a two-dimensional plane, which we observe everywhere in the universe as a disk, from our solar system to our galaxy (and many just like them). The disk also appears in the event horizon of a black hole (as well as the double plume of black hole consumption observed in some galaxies).

Three-dimensional energy is observable in the strong force of the atom. The energy of matter forms quarks, and quarks are the building blocks of atoms (which are the building blocks of the three-dimensional universe of matter). There are three quarks in each proton and three quarks in each neutron, as well as the quark gluon which orbits the center to create the strong force of the atomic nucleus (giving us our familiar three-dimensional spheres).

Four-dimensional energy is observable in the void. It is the nothing which make everything possible. It is the inverted emptiness of the void which lets the rays fly free, it lets gravity well, it makes matter possible, and it allows for all of them to interact. At the micro-level, our bodies are mostly nothing as they are made from atoms in space. At the mezzo-level, the night sky shows the cosmos to be mostly empty nothingness. At the macro-level, the void energy holds the three-dimensional universe in a not-so-three-dimensional shape (which is why the universe appears to have no center and no end to us). At the quantum-level, the fourth dimension lies just below absolute zero.

Five-dimensional energy is observable as time, which travels away from us at the speed of light, back to the beginning (which is all around us and coming at us from every direction). Time waves are why we appear at the center of the universe with the Big Bang coming at us from all directions, and it would be the same view no matter which galaxy you inhabited. And, the sixth dimension is the space everything exists in, and beyond that it is unknowable (as is any dimensional energy beyond that).

The dimensional anomaly is weak force, because it shows traits of both matter and void. The electron shell seems to be three-dimensional, but it can appear in several positions at once, so electrons can be more accurately described as somewhat three-dimensional. The weak force of the electron also has properties of the fourth-dimension as electrons are leptons, which seem to be Aldo Piana’s space quanta forming a three-dimensional bubble (similar to rays acting like they are second-dimensional gravity in magnetism, or first-dimension cosmic rays from quarks), like neutrinos and the percolating void. Weak force is neither 3D nor 4D, and yet it is both.

Weak Force & Everything

Albert Einstein actually discovered the Theory of Everything but disclaimed it and called it a blunder, but his cosmological constant shows that there is a struggle between the force of gravity and the force of an anti-gravity (which was later to be discovered as dark energy). The struggle between the two forces is the reason for everything, as the strong force of physical matter repels the anti-gravity dark energy of the void, and the weak force electron shell is the result.

The inflation which preceded the Big Bang must have begun by the strong force and dark energy repulsion. The CBR shows infinitely hot matter coming into contact with absolute zero void. The material energy plasma split up into quarks in space, but the void and matter repel one another, so the quarks were enveloped by weak force (the force of the repulsion), and the first atoms were formed with the basic one proton, one neutron and one electron of hydrogen.

The primordial atoms acted like atoms and gravitated into mega-quasars with mega-super-black holes inside them annihilating matter and transforming it into dark energy. Thus the dark energy grew in strength. When the void reached the dimensional breach after around 300,000 years, it was sealed and the cosmos exploded in the Big Bang. The CBR shows a lot more matter than void, so gravity must have annihilated most of itself very quickly, as it has been almost 14 billion years later and dark energy is now 74% of the energy of the cosmos (and accelerating).

After the early annihilation, the universe has become somewhat more stable. The stability of the universe comes from the stability of the atoms themselves. They are very stable due to the balance between strong force, weak force and the anti-gravity of the cosmological constant. The three-dimensional energy quarks in the nucleus create a positive strong force. The positive strong force repels the void energy space quanta outwardly to create the negative electron shell which is stabilized by the cosmological constant (into the fractal dimension of p), and immortality is obtained (as atoms can only be destroyed by annihilation). Thus, the repulsion created and maintains everything, just as Einstein predicted (and then rejected).

Gravity Bubbles

The weak force repulsion between the nucleus of the atom and the end of the electron shell creates a true vacuum inside the atom. Since the void energy is being pushed out, there is no void energy. In the absence of anti-gravity lies the beginning of gravity. With the anti-gravity force repelled, every atom becomes a gravity bubble. Each atom is not powerful alone, but in massive quantities (such as a planet or star) they turn the anti-gravity void effervescent, and going at a right angle down, it gets turned into two-dimensional energy (somewhat akin to what Einstein said about the bending of space), which gives us our familiar gravity wells and poles. Gravity is created from a negative energy, thus it is also a negative energy (which is why it is non-material).

Surfing the Waves of Time

The cosmos is collapsing. According to the acceleration, it seems to be collapsing from zero to infinity (since it is accelerating in that direction). The collapse should have been instantaneous but it was interrupted by the repulsion between 3D matter and 4D void. The repelling slowed the collapse down, but did not stop it. The collapse continues as a fifth-dimensional wave we are riding now as the perpetual now (or time).

Photons are riding the waves of time as well. They are rays of one-dimensional energy but they are neither infinite nor straight because they are being restricted by the force of time. The wave of time which the photon is behind keeps it from being straight by slowing it down to the speed of light, which bends the ray into a wave. The wave turns the ray into a three-dimensional photon, which is how they can be both physical and non-physical, and it also allows them to interact with matter. The wave of time after it keeps the photon from being infinite by nipping it off, thus the waves of time are as long as a photon, and the speed of light is actually the speed of time.

The waves of time stir the dark energy to create a percolating void, as no void is truly a void. Even in the nothingness, there is something because tiny leptons pop in and out of existence all the time, everywhere. So many in fact, that they must be accounted for in the force of gravity (opposed to anti-gravity). The waves of time also stir the energy inside the atom, as even when a lone atom is in the absolute zero of space it still has motion and energy. The repulsion can push the void energy out of the atom, but not time (thus they are separate energies).

The speed of time may be a constant speed right now, but is it a constant? The accelerating universe means that time is getting faster. We have already been cut off from parts of our history by the acceleration, as we can only see back around 12 billion years and then it goes dark. We are cut off from almost two billion years of time because we have accelerated passed the light coming from then back to the Big Bang. It is still there, but it has gone down in frequency to a microwave (the CBR). So, the accelerating universe is why we have a black sky at night.

After Forever

After Edwin Hubble discovered that the universe was expanding, it was believed that it would eventually contract due to the force of gravity, but the accelerating universe discovery means that the anti-gravity force is winning the struggle against the force of gravity (and may eventually succeed). The speed of time has been accelerating, and it will continue to accelerate because black holes will continue to annihilate matter (as gravity is its own worst enemy). The collapse of time will continue until everything has been annihilated, and the cosmos goes at a right angle out of this existence, and is gone. The collapse will be complete, leaving true nothingness.


[5]

En effet, il se trouve que la proportion d’étoiles doubles ou multiples est bien plus importante que les étoiles simples. Bien entendu l’exemple ne fait pas loi mais trouver une planète orbitant autour de deux étoiles cela ouvre la porte d’un univers grouillant littéralement de planètes et par voie de conséquence, le facteur f(p) de l’équation de Drake devrait être proche de 1! Quand je pense à ces indécrottables pseudos sceptiques qui faisaient il y a encore peu de la possible rareté des planètes autour des étoiles un argument en faveur de la probable unicité de l’espèce humaine dans l’univers (voir par exemple l’ouvrage « Extraterrestrials, where are they ? » de Michael Hart de 1979 où l’on trouve un article de J.Patrick Harrington sur « The frequency of planetary systems in the galaxy » dont la conclusion était « We still cannot dismiss the proprosition that planetaty systems are extremely rare ». Et bien 32 ans après, c’est fait et de façon scientifique! On peut maintenant éliminer définitivement cette proposition…et passer à la suite.

[6]Jacques Derrida, Spectres de Marx, Galilée, 1993

anakin_nEo
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 56
Nombre de messages : 287
Inscription : 14/08/2011
Localisation : namur begique
Emploi : economiste
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Jeu 06 Oct 2011, 14:43
merci bien donc :-)

toujours un plaisir de vous lire

je note " On peut se demander si la forme humaine ne constituerait pas une sorte d’attracteur étrange"

idée tout à fait intéressante où si l'on part de l'idée que la marche de l'univers a un sens, l'apparition même du temps quelques micro secondes après le big bang participant de ce sens non inversable de la conquête de la matière sur le rien, alors le sens du big bang serait de generer quelque chose. et en effet une des formes pourrait bien être l'homme et ou pas son aboutissement , l'attracteur étrange il est vrai peut être lui même varié, sur quel point sommes nous ? notre part animale me laisse penser que nous ne sommes pas encore l'aboutissement de mère nature dans son expansion "matérielle"

maintenant l'être humain étant mi bête mi homme ne fut ce qu'au plan de ses trois cerveaux en couche, l'interface évoquée va de soi, il ya une part sacrée on va dire transcendante et une part nettement moins... ainsi l'homme peut aussi bien écouter les démons que les anges et peut servir d'interface entre la concrétisation matérielle de mère nature et cet obsure réalité cachée dans le vide qui n'est pas vide. j'aime penser que l'humanité est une sorte de champion grec que des dieux et déesses amusés regardent évoluer avec intérêt, seront ils à la hauteur des attentes de mère nature ou sa plus grande déception ? de notre propre sort collectif évoluera ton vers un nouveau chemin chaotique voir un nouvel attracteur ? mère nature revoyant sa copie.. mmm l'homme bof ca foire, belle interface c'est vrai mais le côté animal est trop instable pour une évolution ? ou ? comme dans dune un jour.. l'émergence d'un homme ayant maîtrisé son instinct ?

un être alors capable de transcender le matériel et de replier l'univers lui même qui en fait n'existe que dans un rêve

d'ou je rejoins " the book of nothing », l’auteur, John D.Barrow
" qu'il faudra que je lise

spinoza et nietsche après tout ont osé tué dieu en somme pour affirmer que le rien existait bel et bien et que l'homme n'etant pas rien il avait ce droit de se prendre en charge seul.. nietsche a quand même eut du mal a accepter ce nihilisme jusqu'au bout puisqu'il est devenu fou... et si on suit son raisonnement on ne peut qu'être pris de terreur et de vertige de se dire que rien n'a de sens . Il fallait vraiment oser penser et écrire cela comme il l'a fait...la conscience du rien est parfaitement insupportable cependant et c'est en cela que finalement l'homme se définit le mieux. l'homme est "celui qui est" sans offence au christ... qui était un sage avant que d'être une icone moderne dévoyée...on l'oublie souvent..l'"homme est alors que certaines choses "ne sont pas"

bref certains doutent des ovnis et d'autres doutent des dieux, certains doutent de l'existence de vie en dehors de notre planète tandis que d'autres doutent encore plus de l'existence de vie intelligente en dehors de notre planète. Le rien est ailleurs le tout est sur terre.. pourtant depuis le big bang la flèche va dans toutes les directions et notre "émergence locale" humaine au sens mi matière mi "autre chose" n'est certainement pas une exception systémique, d'où le grand intéret en effet des échanges et un renforcement presque "chaotique" de l'attracteur universel cette fois dont l'homme ne serait qu'un des possibles

et

"cette fameuse bactérie ce qui permet au passage de mesurer la fantastique inventivité et puissance créatrice de la vie"

j'aime aussi la morale de jurassic parc où la vie trouve toujours un chemin et en effet à force de faire joujou avec la génétique l'homem ne rsique til pas de perdre son status de champion local ? héradiqué bêtement par ses propres expériences. tué par une chimère en bocal ..je pense d'ailleurs que la nanobouffe est déjà en train de nous transformer, sans oublier les particules nucléaires des essais atmo des années 50 où les plastiques et autres additifs alimentaires et bains d'onde. Bref l'homme moderne comem dit cabrel tient davantage du mutant , du nouvel homme qui ne sait même plus qui il est que le champion de mère nature

https://www.youtube.com/watch?v=zmYVgMDDM1U

évolution ou dévolution ? que devient l'âme dans un corps malade ? mmm se reconstruit elle ?

"Pour compléter, imaginez que chacun de ces versants dispose de son image dans un « miroir » si bien que nous avons alors deux paires mutuellement jumelles,"

en fait c'est un de smoteurs de mères natures.. la division cellulaire et la reproduction adn est un principe d'une simplicité affligeante

1 devient deux et par décallage 2 permet de regénérer 1

le génie de mère nature est de créer deux par simple copie initiale

de ce fait notre matérialité n'est en effet peut etre qu'une des copies et que "l'autre morceau" est caché. ;certains pensent par exemple que notre corps enregistre toute une série de chose pendant notre vie et que cette information est renvoyée à la mort pour "traitement".. et que chaque chose dans l'univers a cette capacité. Ainsi une chose m'a toujours intrigué dans une cellule dite indifférenciée à la naissance comme cette cellule "sait elle" qu'elle doit devnei un bras ou un cerveau ?mmm ? il reste donc une "information" à mon avis présente partout dans l'univers , une espèce de bain d'onde cosmiqe qui "donne l'information" aux choses , apèrs tout les particules élémentaires communiquent bien à distance sans qu'on sache comment

je pense fondamentalement que la dualité matière esprit est donc présente au plan subatomique et qu'une forme d'information nous étant inconnue est bien formalisée. Vu la réplication j'ai envie de penser que cette information est codée sous la forme d'une matrice de position des particules elle même au temps t et ou sur un ensemble des possibles des positions de ces particules. on el evoit bien dans les collisions, l'espace n'est pas rempli uniformément, du coup la matières et bridée par les forces élémentaires mais surtout par un ensemble des possibles , une sorte d'attracteur étrange de géométrie grecque très simple, une sorte de nombre d'or à découvrir et qui définit les choses dans leurs formes. Le nombre d'or lui même sous cet angle serait aussi une loi informative générale qui devrait aussi s'appliquer aux aliens et donc la diversité des formes aliens ne serait pas si grande que cela...

bref cela fait longtemps que je me dis que e=mc2 est en fait une equation où m la masse dépend d'un facteur informatif obligeant les particules à s'aligner selon des schémas définis dans un ensemble des possibles et rien d'autres

une sorte de nouvelle physique des formes, et avec un facteur d'échelle de sorte que ce qui est en haut est comem ce qui est en bas, l'homme est une galaxie en miniature avec ses vides et ses pleins, ses interactions , je rejoins votre schema m51m51 du lien entre neurone set univers

l'homme est un univers et l'univers et un homme parce que les formes matérielles sont contraintes, les théories des surfaces minimales vont dans ce sens. La théorie des cordes sera donc à mon sens un jour remplacée par les 4 forces actuelles et une cinquième force qui est l'information d'interaction et de "positionnement géométrique au sens des formes de bases ou pourquoi pas de spin ? ) entre ces 4 forces on sait en effet que la hiérachie des forces change selon le niveau d'analyse

au plan humain la force gravitationelle est évidente , elle est différente au niveau atomique et différente au niveau galactique

idem pour les 3 autres forces

donc e=mc2 est en fait une loi locale au plan humain , elle change à chaque échelle et l'organisation de ces forces et donc des possibles matériels qu'elle autorise aussi

des choses impossibles au plan humain sont alors possibles à d'autres échelles

sous cette réflexion l'univers ne serait pas multiple mais en "echelles" , on n'est pas loin de l'echelle de jacob ou de la torah où l'homme tend à monter dans la hiérarchie pour atteindre ange et autre niveau... car n'etant que matière il est une autre question.. si en tant qu'être humain je suis un agrégat de molécules atomes.. pourquoi ne suis pas une grenouille ? pourquoi les cellules "savent" ou et comment elles se situent les unes par rapport aux autres ? l'adn uniquement ? ou une autre forme d'information ? plu sloin... que serait l'homme au micron ? ou quel est son équivalent au micron ?

qu'est ce qu'un alien ? un être sur la même échelle ou un être répondant à un autre système de structuration physique ?

je suis celui qui est mais qui suis je ? je suis un possible parmi les possible et je sais aussi , je me souviens de ce que mon espèce a déjà généré comme possible avec ma mémoire d'espèce.. comem dans le chaos, la valeur au temps t dépend de la valeur au temps t-1 , on appelle cela l'évolution.. moi j'appelle cela l'apprentissage chaotique autour d'un attracteur étrange, si l'attracteur change on ne parle plus d'évolution mais de révolution, en sommes nous éloigné ? certains parlent de surhommes et de dons ? mère nature va t elle doter ses champions de nouveaux dons ? peut être... peut être pas et si oui les aliens ont ils des dons ? et où sont ils dans l'évolution générale ?
Louis591
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 49
Nombre de messages : 560
Inscription : 15/06/2010
Localisation : Nord
Emploi : Juridique
Passions : Plusieurs.
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 09 Oct 2011, 21:53
bonsoir,

Merci pour ces réflexions (j'adore !)

je n'ai pas écrit que le questionnement sur la pluralité des mondes, les
communications implicites qui en découlent et la question du contact et
de ses conséquences soient une problématique élitiste.

Mon propos est juste de faire remarquer que pour s'intéresser ou intéresser le monde à ces réflexions (Thinking outside the box !) il faut juste percuter la structure sociétale actuelle : société de consommation =no thinking.


Celui qui (quel que soit son statut social/condition) arrive à s'en détacher fait partie de cette élite.

Je précise, pour éviter tout quiproquos, que élite ne veut pas dire plus intelligent, ou supérieur.

Et comme vous l'écrivez .....il faut nous retrousser les manches, bosser et comme le dit le fameux dicton populaire.

Cordialement,
Louis.




avatar
Tom.J54000
Bonne participation
Bonne participation


Masculin Age : 35
Nombre de messages : 96
Inscription : 09/07/2008
Localisation : Troyes
Emploi : Technicien Télécom
Passions : ciné,informatique,technologie et bien sûr ufologie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 22 Oct 2011, 00:50
Bonjour,

Pour ma part je pense aussi à peu près la même chose. Le
problème c'est qu'actuellement nos références nos socles nos autorités
et la confiance qui y est mise foutent le camp les uns après les autres,
et très vite.
On est déjà dans un effet domino conduisant à cette
espèce de chaos ethnocidaire. Alors une rencontre officielle finalement
loin d'être une politique du pire pourrait peut être agir comme un
contre feu.


Oui, et je rajouterais qu'il ne serait peut-être pas plus mal pour l'humanité de repartir sur de bonnes bases. Il est évident que LA rencontre de notre temps serait un bouleversement culturel pour la quasi majorité des Hommes, mais si elle est vraiment bouleversante, ne serait-ce pas plutôt due au fait que nos coutumes sont facilement ''"boulversables"''.

En partant de ce principe, pourquoi ne pas élever dès maintenant le niveau de conscience collective afin de se préparer au mieux au jour-j. (même si nous, nos enfants voire nos petits enfants risquons(ent) de ne jamais connaitre ce jour ! ). Le besoin de savoir et la recherche de l'inconnu que nous venons trouver sur ce forum atteste déjà de ce début de prise de conscience ... Malheureusement seulement pour quelques passionnés par le sujet.
avatar
Okapi
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 76
Nombre de messages : 396
Inscription : 01/09/2011
Localisation : Paris
Emploi : Retraité heureux
Passions : Généalogie, Musique classique, HighTech
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 22 Oct 2011, 14:09
@Jean Curnonix a écrit:Nous ne sommes aujourd'hui pas prêts à supporter le choc culturel que cela représenterait.
Nos équilibres précaires et interdépendants s’effondreraient par effet domino en raison du choc perturbateur de ce contact.
Est-ce si sûr ? L'affirmation est assez abrupte, pour ne pas dire péremptoire. Est-ce que les aborigènes d'Australie ont connu un tel ethnocide après l'arrivée des Européens (même s'il y a eu quelques conséquences néfastes) ?
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 30 Oct 2011, 08:01
Ci-joint la référence de l’article concernant la survie des bactéries Deinococcus Radiodurans et consort que j’avais oubliée de donner.
Comparative Survival Analysis of Deinococcus Radiodurans and the Haloarchaea Natrialba Magadii and Haloferax Volcanii, Exposed to Vacuum Ultraviolet Irradiation
http://arxiv.org/abs/1109.6590
Merci Louis,
Désolée si j’ai mal interprété vos propos. Je suis convaincue que cette problématique du contact extraterrestre est au cœur de notre société actuelle et peut être considérée comme une fantastique remise en question de nos modèles, de notre situation « cosmique ». C’est un appel à la désobéissance civique devant une société atteinte par le cancer de la « nullité », celle bulle de néant que l’on nous vend pour de l’argent, cette société de la peur qui conjugue le malheur, pilotée par des atrophiés du bulbe qui font de la gonflette avec des champignons atomiques,

des robots sans âme qui cultivent un monde à leur image. Ces dangereux prédateurs qui font de leur EGO la raison de leur lego vital cultivent leur personne et leurs folies comme des nénuphars sur l’étang de la vie. Ces champions de l’entropie sont des ennemis de la vie. L’équation du nénuphar on la connaît et elle se termine par l’asphyxie. Cette problématique ET, c’est justement ce reflet de l’autre qui transparait dans l’immensité qui peut éveiller en nous une vague de coresponsabilité et qui nous ferait CRIER « C’EST ASSEZ !», car nous sommes comme des baleines à l’agonie dans l’océan du déni. Pour lutter contre cette folie, une des armes est une prise de conscience éthique piloter par l’encéphale et le cortex qui enrobera les pulsions/émotions pour mieux les contrôler. Tout le contraire de ce que nos cornacs veulent mettre en œuvre pour nous conduire à l’abattoir (je vous invite à vous intéresser de près aux travaux récents sur les émotions et leur utilisations multiples…).
Pour illustrer mes propos voici un article intéressant :
« Ciencia para la paz y en beneficio de la humanidad : El concepto del Juramento Hipocratico para Cientificos » - Guillermo A. Lemarchand.
http://arxiv.org/pdf/1006.3527v1
qui fait un constat accablant sur la situation du monde et en parallèle sur la montée de cette conscience éthique qui passerait par la science comme dans cette nouvelle utopique du philosophe anglais Francis Bacon « La nouvelle Atlantide » (Aurait-il eu connaissance de quelques sources antiques ?) qui envisageait une civilisation très avancée qui était organisée et gouvernée uniquement par la science (tiens, tiens, cela me rappelle encore les courriers décriés). Les habitants de cette véritable république de la science, disposaient de mécanismes d’autorégulation très stricts qui interdisaient aux scientifiques de révéler des connaissances ou des inventions potentiellement dangereuses pour la société : « Nous organisons des rencontres pour déterminer quelles sont les inventions et les expériences découvertes qui doivent être connues et celles qui doivent être tues. Ensuite, on s’engage tous à garder secret celles qui doivent l’être, et parfois certaines sont révélées à l’état et d’autres non ».
Cela sent un brin l’alchimie, ne trouvez-vous pas? L’histoire nous donne l’exemple de tels comportements. Prenez Léonard de Vinci. Bien que Leonard de Vinci ait contribué à son époque au développement des armements, on peut noter cependant une prise de conscience des implications potentielles de ses inventions. Par exemple, lorsqu’il perçut les applications militaires potentielles d’une de ses créations (le sous-marin), il prit la sage décision d’en détruire tous les plans retardant ainsi l’arrivée de cette arme stratégique de quelques siècles. Dans un de ses manuscrits, on peut lire la justification de cette destruction « Compte tenu de la nature perverse des hommes qui pourraient l’utiliser (le sous-marin) depuis le fond de la mer pour assassiner les équipages complets des bateaux en détruisant les parties immergées des embarcations ».

Depuis, cette utopie ne semble pas de mise sur la Terre où malheureusement les méthodes scientifiques furent employées par les différents départements de la guerre pour aboutir au développement exponentiel d’un complexe militaro industriel dont la science et les techniques sont le levain. Pour comprendre l’impact énorme des connaissances scientifiques et techniques dans le développement des nouveaux armements et de leur capacité destructrice en l’espace de 150 ans, le graphique suivant parle de lui-même :
[IMG]http://img.over-blog.com/459x600/0/31/61/40/image4/Capture-d-ecran-2011-10-15-a-17.54.15.png[/quote]
Ici on montre l’évolution temporelle du « coefficient de létalité » (mesurant le nombre de victimes humaines qu’une arme déterminée peut causer) de l’armement le plus représentatif de chaque époque. Le croissement du coefficient de létalité est exponentiel (et encore on ne considère que le développement de l’armement nucléaire conventionnel et on ne tient pas compte de l’armement chimique, biologique ou de je ne sais quelles horreurs que nos docteurs Folamour[0] nous ont concoctées « socialement » dans leurs labos!). Notre époque détient le record, ayant multiplié le coefficient d’un facteur 60 millions au XX ième siècle et continuant de progresser en ce début du XXIième, des nombres qui donnent le tournis! Nous avons donc la capacité de nous autodétruire ainsi que d ‘éradiquer notre biosphère. Quel progrès! Si l’on prend le cas de l’armement nucléaire, Il est à remarquer que compte tenu du vieillissement des systèmes d’alerte, des erreurs humaines et les bogues des logiciels, les statistiques publiques (voir les études de M Wallace et al.1986 et Blair 1993) montrent que durant la guerre froide le taux des fausses alarmes était effarant et que fort heureusement ces fausses alertes furent détectées à temps. Il faut je pense resituer les passages d’OVNI sur les installations nucléaires dans ce contexte et se demander si par hasard, nos visiteurs, ne venaient tout simplement pas nous mettre en garde contre ces diaboliques pétards susceptibles de se déclencher par inadvertance[1]. La grande muette pourrait nous le dire de façon formelle ayant je pense fait ce rapprochement. Il est à remarquer que les cas les plus connus font état de perturbations électromagnétiques qui venaient désactiver les missiles (une façon de souligner la fragilité intrinsèque de ces épées de Damoclès!). Et ne croyez pas que les risques de dérive se résument au nucléaire. Compte tenu de l’utilisation des biotechnologies à des fins civiles ou militaires, il est extrêmement difficile de mettre en place des garde-fous encadrant les recherches dans ces domaines et éviter tout développement qui ne serait pas une application pacifique (voir les travaux de Nixdorff et Bender 2002 à ce sujet) [2]. Il en est de même dans le domaine neural[3]. Cela soulève le questionnement suivant, comment des scientifiques pourtant éduqués pour aider l’humanité (serment d’Hippocrate par exemple) peuvent-ils utiliser leurs connaissances pour créer des armements qui tueront aussi bien les militaires que les populations civiles? Voilà donc une première incohérence qu’il convient d’aborder très rapidement compte tenu de la croissance exponentielle des armements (voir graphique joint, des chiffres qui donnent le tournis et qui sont au de là de la capacité de perception du commun des mortels.)

Pour illustrer l’énormité de ces dépenses, les dépenses militaires de la seule année 2008 représentent, à coûts équivalents, les coûts de fonctionnement des Nations Unis pendant 732 ans ou celui de l’Unesco pendant plus de 4364 ans ! 9% des seules dépenses militaires permettraient de financer totalement les programmes qui permettraient d’atteindre les objectifs du millénaire proposés par les Nations Unis (Voir les travaux de Hartley-2006, Setter et Tishler-2006, Trajtenberg-2006) Voilà donc une deuxième incohérence de ce système et leurs fidèles collaborateurs, acolytes, les politiques qui se moquent bien du bien être du citoyen et des peuples mais visent bien plutôt leurs morts! Le graphique suivant est une comparaison entre l’attribution des ressources totales entre 1945-2008 pour favoriser la paix à travers l’éducation, la science et la culture (c’est à dire à la sortie du deuxième conflit mondial jusqu’à notre époque, l’expérience ne semble pas beaucoup inspirer !) des états membres de l’UNESCO avec les dépenses militaires des pays du monde durant la même période.
Un facteur 310.000 !

Entre 10 et 15 % de ces dépenses étaient destinées exclusivement à des tâches d’investigation et de développement à des fins militaires et pratiquement 20% au développement exclusif de nouveaux armements nucléaires. On estime que 20 % des scientifiques dans le monde, était directement ou indirectement impliqué dans ce type de recherche
Et ne croyez pas que le sujet OVNI fasse exception. Il suscite l’attention des militaires pour avant tout fabriquer encore et toujours des nouvelles armes[4] là où il faudrait bien plutôt s’appliquer à comprendre et à envisager la signification, l’implication de ces phénomènes.
De telles démarches nous conduisent si nous n’y prenons pas garde à franchir la ligne rouge[5], que celle-ci soit celle de notre propre autodestruction, ou que par nos agissements nous en venions à faire l’objet de mesures de rétorsion.
« Etant donné que les guerres naissent dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent s’ériger les bastions de la paix » et l’on ne pourra pas dire « Je ne savais pas » pour éluder notre responsabilité dans cet état du monde. D’une certaine façon, la situation actuelle est bien pire que celles de tous les génocides de l’histoire de la planète réunis car elle nous touche au plus profond de notre être, de notre vie collective et nous conduit très probablement vers notre mort prochaine si nous ne réagissons pas. Notre responsabilité est immense.
Nous devrions méditer les paroles d’un sage, Vladimir Vernadsky que j’ai déjà évoqué sur ce fil. Celui-là même qui établit le fameux paradoxe qui devrait porter son nom et non celui de Fermi et qui écrivait déjà en 1922 : « Il n’est pas loin le jour où l’homme arrivera à dominer l’énergie atomique, une source de puissance qui lui permettra de construire sa vie selon ses désirs. Sera t’il capable d’utiliser cette force et de la diriger vers le bien, ou au contraire, la dédiera t’il à son autodestruction? Est-il suffisamment mur pour savoir employer la puissance que la science lui octroie inévitablement? » Répondant pratiquement à Vernadsky, le père de la mécanique quantique, Louis de Broglie, soutenait que pour pouvoir survivre au développement de leurs connaissances, les êtres humains devaient trouver dans l’élévation de leurs idéaux moraux, la sagesse de ne pas abuser de leurs forces accrues.
Mais parfois d’une étincelle de prise de conscience peut surgir le rêve évolution (une neuroéthique ?), l’utopie d’un « nouveau monde » [6] , la révolution, une sorte d’effet papillon spirituel. Des scientifiques montrent la voie :

Le serment de Buenos Aires
Prenant conscience que la science et en particulier ses résultats peuvent nuire à la société et à l’être humain lorsque les contrôles éthiques sont absents :
Prêtez-vous serment que la recherche scientifique et la technologie que vous développerez sera pour le bénéfice de l’humanité et en faveur de la paix, que vous vous impliquerez fermement à ce que vos capacités comme scientifique ne serviront jamais à des fins qui blessent la dignité humaine, vous guidant par vos convictions et vos croyances personnelles, basées sur une connaissance véritable des situations qui vous entourent et des conséquences possibles des applications qui peuvent être dérivées de votre travail, ne mettant pas en avant la rémunération ou le prestige, ni en vous subordonnant aux intérêts de vos employeurs ou des dirigeants politiques ? Si c’est ainsi, vous ne le ferez pas, votre conscience vous le demande.
Buenos Aires, le 15 avril 1988.
Un appel à la résistance qui, s’il ne fonctionne pas avec les adultes car ils sont peut-être trop embourbés dans leur prison quotidienne des conventions peut s’exprimer par la bouche de nos enfants et gageons que dans ce dernier cas la résistance sera alors farouche créant une rupture entre génération. Les prémices ?
https://www.youtube.com/watch?v=xPx5r35Aymc&feature=player_embedded#!
Cette conscience éthique collective, arrivera-t’elle à temps pour juguler l’expression de notre folie collective? Optimiste de base j’ai la faiblesse de penser par l’affirmative, cette tribu de loups qui nous dirigent n’est pas représentative de l’ensemble de l’humanité mais représente plutôt les quelques « cellules cancéreuses » d’un système en voie de généralisation, « cellules cancéreuses » qui se cooptent et se développent en diffusant au sein de l’humanité une culture du néant à travers les médias. A notre charge de percuter ces champions du néant par une contre culture basée sur l’intelligence, l’entraide et la solidarité en défonçant sans concession leurs « mèmes délétères », une sorte de chimiothérapie spirituelle. S’ils ont l’avantage de la puissance, ils ne sont finalement pas très nombreux, ce qui vu de loin paraît absurde et intriguant, qu’une si petite minorité puisse tant nuire. Il faut positionner ce combat sur le versant Ethique et spirituel pour le plus grand nombre et ils tomberont comme les fruits pourris de l’arbre de leurs délires lorsque leurs combinationes seront vues et comprises dans leur intégralité, l’humanité découvrant qu’elle peut suivre une autre voie que l’impasse de ces porcs (et encore, c’est faire injure à cet animal intelligent.
Anakin :
je pense fondamentalement que la dualité matière esprit est donc présente au plan subatomique et qu'une forme d'information nous étant inconnue est bien formalisée. Vu la réplication j'ai envie de penser que cette information est codée sous la forme d'une matrice de position des particules elle même au temps t et ou sur un ensemble des possibles des positions de ces particules. on el evoit bien dans les collisions, l'espace n'est pas rempli uniformément, du coup la matières et bridée par les forces élémentaires mais surtout par un ensemble des possibles , une sorte d'attracteur étrange de géométrie grecque très simple, une sorte de nombre d'or à découvrir et qui définit les choses dans leurs formes. Le nombre d'or lui même sous cet angle serait aussi une loi informative générale qui devrait aussi s'appliquer aux aliens et donc la diversité des formes aliens ne serait pas si grande que cela...
Je vous répondrai par le passage suivant du livre de Jean E. Charon « L’Esprit cet inconnu ». Il me semble assez proche de vos remarques et devrait nous inspirer dans cette problématique extraterrestre. J’ai extrait ces passages dans le chapitre « Une évolution néo-teilhardienne » qui se trouve en page 97. C’est un peu long mais non dénué d’intérêt, une façon de retrouver aussi l’équation de l’un et du multiple, tout en un c’est un tout en tout cas!
Nous avons déjà mainte fois cité Pierre Teilhard de Chardin, quand il s’est agi de l’association de la Matière à l’Esprit. Mais nous aurions pu tout aussi bien remonter beaucoup plus loin dans l’histoire. Thalès, fondateur de l’école de Milet, en Ionie au VIiè siècle avant Jésus-Christ, affirmait déjà que « toutes choses sont pleines de dieux », ce qui était une autre manière d’exprimer une sorte de psyché, une émanation des dieux, complémente toujours la subtance matérielle et la conduit vers des buts que les dieux seuls connaissent. Empédocle, vers la même époque, avant de se jeter dans l’Etna, professait de son côté que l’Amour et la Haine sont depuis l’origine les moteurs qui animent toute matière. L’Amour et la Haine, ne sommes-nous pas ici en présence de qualités de nature spirituelle ? Anaxagore quant à lui, soutiendra que les grains de matière se meuvent grâce au nous, qui est à nouveau une sorte de psyché ou d’Esprit. Après le Moyen Age, des idées analogues furent reprises par les plus grands physiciens : c’est Descartes avec ses « esprits animaux », ou Leibniz avec ses « monades » ou encore Newton avec ses très nombreuses recherches « alchimiques (que les rationalistes qui l’ont suivi voudraient bien faire oublier, comme nous l’avons précédemment souligné) Plus près de nous, on trouve Bergson, avec son « élan vital ». Mais nul mieux que Pierre Teihlard de Chardin ne me semble avoir su donner à cette idée d’une « psyché » associée aux corpuscules élémentaires de matière une forme convaincante pour l’esprit scientifique lui-même.
Teilhard n’était pas physicien, mais anthropologue. Il n’a donc pas tenté d’appuyer sa conviction sur des recherches de Physique théorique concernant la structure des particules élémentaires. Mais il a su approcher ce problème avec une logique toute scientifique, en descendant du général au particulier, au moyen d’une étude minutieuse de l’évolution de l’Univers entier, du minéral au Vivant, et du Vivant au Pensant.
Et la conclusion de Teilhard, que nous citerons à nouveau est celle-ci (cf le Phénomène humain) : « Nous sommes logiquement amenés à conjecturer dans tout corpuscule de matière l’existence rudimentaire (à l’état d’infiniment petit, c’est-à-dire d’infiniment diffus) de quelques psyché. »
Pour Teilhard donc, il existe déjà quelque chose comme ce que nous nommons Esprit dans les éléments les plus simples de la Matière, c’est-à-dire dans les protons, les neutrons et les électrons qui entrent dans toute matière durable. Mais ce « quelque chose » est si léger, si diffus, par rapport à l’Esprit tel que nous le percevons, à travers la pensée humaine par exemple, qu’il ne peut être considéré que comme un « germe » ; c’est ce germe qui, avec le temps, donnera ensuite l’arbre, les feuilles, les fleurs et les fruits. Et ce cheminement aura lieu, graduellement, à travers les milliards d’années de toute évolution, avec des passages de « seuils » où l’Esprit, brusquement, passe une étape différenciante le faisant pénétrer dans une phase nouvelle, sans commune mesure avec la phase précédente. On aurait ainsi le seuil séparant la matière organique de la matière minérale, avec apparition de la première cellule vivante. Puis, au cours du cheminement du Vivant, on assisterait au franchissement d’un nouveau seuil, avec l’apparition du Pensant. Ce sera avec l’Homme que Teilhard saluera ainsi la venue de la pensée dans l’Univers. Teilhard aperçoit pour l’avenir un être « ultra-pensant », continuation évolutive de l’Homme. Ce développement progressif du Pensant convergeait finalement vers un état de l’Univers à pure spiritualité, qu’il nomme le « point Oméga » : ce qui n’est qu’un autre nom que Teilhard donne au Dieu des chrétiens.
Comment donc progresse, pour Teilhard, l’Esprit de la Matière ? A travers une multitude d’essais infructueux, fruits non pas du hasard seul mais de cette psyché très élémentaire associée à toute particule, la Matière édifierait des structures de plus en plus complexes, avec l’objectif de faire croitre ce que Teilhard nomme la « conscience » des choses créées. Il y aurait, selon Teilhard, comme une grande loi de complexité-conscience : certaines structures complexes, produites généralement par l’assemblage de structures simples, mise au point par la Matière au cours du temps, auraient pour effet de produire une espèce de « résonance » de cette psyché propre à chaque particule, et intensifieraient ainsi l’Esprit de chaque particule du corps de Matière, au moins pour le temps pendant lequel elle continue d’appartenir à la structure complexe. Cela peut être illustré, par exemple, par le passage de la matière inerte à la matière contenue dans une cellule vivante. L’assemblage des éléments compensant la cellule vivante provoque soudain un être tout nouveau, dont la conscience a subi une brusque intensification par rapport à la conscience de l’ensemble vient se réfléchir sur chacun des éléments matériels formant l’ensemble : au point qu’on est obligé de dire que chacun des éléments matériels d’une cellule vivante n’est plus de la matière inerte, mais de la matière « vivante ». Mais retirez cet élément de matière vivante du milieu enfermé dans la cellule, sortez-le du « système », et il sera alors revenu au niveau diffus de psyché élémentaire dont Teilhard reconnaît la présence, depuis le début du monde, dans chaque particule isolée de Matière.
Une autre illustration de la manière dont progresse la conscience en même temps que la complexité, est celle dont Teilhard nous parle pour le futur de l’évolution humaine, au cours duquel l’Homme passerait du niveau pensant à un niveau ultra-pensant. Nous assistons, avec le progrès des techniques de communication, à une tendance à mettre la totalité de l’information disponible sur la Terre à disposition de chaque homme ; par ailleurs, il n’est pas interdit de penser au moment où l’action individuelle de chacun pourra s’incorporer de manière harmonieuse dans l’action de l’ensemble de l’humanité. Bref, on peut admettre que notre humanité terrienne, où chacun « tire » encore un peu de son côté(c’est le moins qu’on puisse dire) verra un jour se conjuguer tous les efforts pour participer aux mêmes « nobles » objectifs. Alors, sera créée sur Terre une Humanité (avec un grand H), qui constituera un véritable nouvel être évolutif par rapport à chacune des cellules vivantes de son corps.
Mais ajoute Teilhard, si cette Humanité est vraiment un nouvel être évolutif, cela se reconnaître au fait qu’elle sera psychiquement « ultra-pensante » : c’est-à-dire qu’elle disposera, par l’effort conjugué des pensées fonctionnant en harmonie de tous ses éléments humains, d’une pensée plus « consciente » (plus élevée, plus efficace) que celle de l’Homme «d’avant l’Humanité ». Et, par une sorte de réflexion du Tout vers l’Un, l’homme individuel composant cette Humanité disposera alors, tant qu’il appartiendra au milieu Humanité, de ces qualités ultra-pensantes dont a su faire preuve l’Humanité considérée comme un tout.
J’ai longtemps moi-même, à la suite de Teilhard, défendu ce modèle de l’évolution, basé sur la loi de la complexité-conscience. J’ai cependant aujourd’hui un point de vue très différent, consécutif à mes propres recherches sur la structure de l’Esprit à l’intérieur de la Matière, et je vais ici m’en expliquer.
Il y a d’abord quelque chose de logiquement choquant, à mieux y regarder, dans l’idée teilhardienne selon laquelle ce qui est « moins conscient » serait capable, avec l’aide du temps, de créer quelque chose de « plus conscient ». On aurait plutôt, me semble t’il, tendance à penser exactement le contraire. Je sais bien qu’il est possible de faire intervenir le hasard : la Matière élémentaire, avec sa minuscule psyché, serait « en attente » de hasard satisfaisant : si les lois physiques permettent une telle structure « favorable », ne serait-ce que pour un instant, alors la psyché élémentaire serait capable de se souvenir des « plans » de cette structure nouvelle, pour lu donner « aussitôt » une durée de vie prolongée, puis pour la reproduire dans l’avenir. Cela paraît d’abord acceptable : mais, à un examen plus minutieux, on est contraint de reconnaître que les lois physiques, à elles seules, même le hasard aidant, n’ont tendance qu’à dégrader l’information (c’est à dire aussi la conscience) contenue dans la Matière. On veut bien admettre que, si on suppose le problème résolu, c’est-à-dire si une structure plus complexe et plus consciente est réalisée par les jeux du hasard, alors une telle structure sera capable « de faire des petits »et de marquer un pas en avant dans l’évolution vers plus de conscience. Mais on ne voit pas comment l’élémentaire pourrait résoudre le problème de créer une première fois (ou même simplement reconnaître) une structure plus consciente que lui-même.
Prenons l’exemple de la création par les hommes actuels d’une Humanité ultra-pensante : tant que cette Humanité n’existe pas encore, les humains ne sont que des êtres pensants (et non ultra-pensants). Je ne vois absolument pas comment, dans la pratique, chacun de nous pourrait franchir brusquement un seuil, et deviendrait ultra-pensant, simplement parce que nous avons réussi à constituer, tous les hommes ensemble, un système harmonieux sur cette planète. Je crois dans la pensée humaine, il sera d’abord progressivement acquis au cours du temps par chacun de nous, par le développement de l’instruction notamment, ou par des entrainements à certaines approches spirituelles permettant de mieux utiliser les possibilités potentielles de nos facultés psychiques. Puis ensuite, et ensuite seulement, quand une grande partie d’entre nous seront devenus des « sages », quand nous auront presque tous acquis ces qualités d’esprit qui mériteraient le nom d’ultra-pensantes, alors nous serions peut-être capables tous ensemble, de constituer un nouvel être, au fonctionnement harmonieux, qu’on nommera Humanité (avec un grand H).
En bref, je crois aujourd’hui que, contrairement à ce qu’en dit Teilhard, il est plus « naturel » de penser que l’évolution enrichit toujours l’esprit de l’élémentaire, et que c’est seulement quand les qualités de psychisme élémentaire (c’est-à-dire quand le contenu informationnel de l’élémentaire) auront atteint le niveau « néguentropique » suffisant que, alors, il sera capable d’édifier une structure complexe nouvelle qui constituera un nouvel « outil » pour accroître encore le rythme d’acquisition et la qualité des informations (c’est-à-dire) pour accroître toujours plus rapidement son niveau néguentropique).
Pourquoi ce changement de perspective par rapport à Teilhard est-il particulièrement important ? Parce que, finalement, chez Teilhard, l’élémentaire n’est rien dans l’évolution : dès que les éléments matériels appartenant à une cellule vivante sortent de la membrane cellulaire alors, nous dit Teilhard, ils ont perdu toutes les qualités de conscience propres au Vivant, ces qualités qu’ils possédaient tant qu’ils appartenaient au corps cellulaire. La conscience de l’élémentaire retourne à cette minuscule « psyché diffuse » que cet élémentaire possédait, selon Teilhard, dès l’origine du monde…en attendant de participer à nouveau au corps d’un autre être vivant. En somme, toute l’aventure spirituelle du monde est ici polarisée et portée par cet infime nombre de structures organisées et à vie si courte qu’on appelle, sur la Terre, des hommes. Même si l’on admet, comme je le fais d’ailleurs volontiers, que le phénomène humain n’est pas limité à notre Terre, mais est largement répandu dans tous l’Univers, je ne peux m’empêcher de me sentir très mal à l’aise devant cette conception de l’ « Homme porteur de toute l’aventure de l’Univers ». Et je serais d’ailleurs tout aussi mal à l’aise si les Hommes, ou les êtres pensants ou ultra-pensants d’autres planètes, étaient cent ou mille fois plus nombreux par étoile que ce que nous constatons dans notre système solaire.
L’aventure spirituelle de l’Univers ne peut pas être axées sur cet être fragile et éphémère ressemblant à un Homme. L’Homme fait partie de cette aventure, mais il ne peut en constituer l’axe. Une telle attitude me paraît, à la réflexion, être une fois encore une attitude anthropocentriste, consécutive à la myopie du regard que nous jetons habituellement sur le monde.
L’aventure spirituelle de l’Univers ne peut être axée qu’autour de l’élévation de l’Esprit de ce qui constitue, de manière visible ou invisible, pratiquement la totalité de ce qui existe dans l’Univers ; elle ne peut, par ailleurs, être axée que sur des êtres ou des objets qui « vivent » dans le temps une durée à l’échelle de la durée de la vie de l’Univers entier lui-même. Bref, il n’y a que la Matière, et plus précisément les particules élémentaires de Matière, qui sont susceptibles d’être sérieusement, logiquement et scientifiquement considérées comme capables d’êtres « porteuses » du destin spirituel de l’Univers.
J’ajouterais, si je devais encore douter de la conclusion précédente, que le point de vue de Teilhard, qui met le plus organisé (et non l’élémentaire) au centre de l’aventure spirituelle de l’Univers est incompatible avec une part importante des résultats que j’ai obtenus sur le plan de la Physique qui précisent que l’électron possède toutes les qualités requises pour être la particule porteuse de l’Esprit dans l’Univers.
Ces résultats confirment bien, certes, la conviction teilhardienne d’une psyché associée aux particules élémentaires de Matière. Mais ces mêmes résultats nous disent aussi que le micro-univers électronique possède un espace dont le contenu informationnel ne peut pas régresser (évolution à néguentropie non décroissante). Cela veut dire que cette matière qui entre dans la constitution d’une structure vivante, ou pensante, et qui possède pendant la courte durée de vie de cette structure la « conscience » de la structure vivante ou pensante tout entière, ne peut pas retourner simplement à sa psyché diffuse initiale au moment de la mort du système auquel elle a appartenu pour la durée d’une vie. Ce qui est acquis par l’élémentaire au point de vue informationnel, au point de vue de la « conscience » du monde, est acquis à tout jamais, rien ne pourra provoquer une régression de conscience de l’élémentaire après ce que nous désignons comme la mort de la structure complexe organisée. L’élémentaire, le voudrait-il, qu’il ne le pourrait pas, pas plus que nous ne pouvons, dans notre espace de Matière, faire jouer à l’envers la loi d’entropie croissante ; pas plus que nous ne pouvons inverser le sens du temps.
Dès que nous avons bien compris et accepté ce point de vue, alors, et alors seulement, comprendre aussi comment s’élève progressivement le niveau psychique de l’ensemble de l’Univers : cela a lieu au cours des « expériences vécues successives » de matière élémentaire, qui participe pour de plus ou moins brèves périodes ici au minéral, là au Vivant, là au Pensant, et qui n’oublie jamais le contenu informationnel acquis pendant ces expériences vécues successives.
Nous sommes alors d’accord avec Teilhard pour dire que ce contenu informationnel de particules de Matière en augmentation constante chez chaque particule et à l’échelle de l’Univers entier, permet à cette Matière de donner naissance à des structures toujours plus complexes permettant, comme nous l’avons noté, d’accroître sans cesse le rythme d’acquisition de l’information, et la qualité de cette information : et donc, par un retour des choses, d’accroître encore toujours plus l’état néguentropique de chaque particule élémentaire.
L’Homme, et je suis encore d’accord ici avec Teilhard, est sans doute la « machine » permettant à l’élémentaire, au moins sur notre Terre, l’acquisition de l’information la plus élaborée, et peut-être aussi au rythme le plus rapide. Mais l’aventure spirituelle de l’Univers est naturellement bien loin d’être arrivée à son terme ; et nous ne savons pas si la « machine » la plus sophistiquée de demain pour accroître l’Esprit du monde aura encore une tête humaine ; et nous savons encore bien moins quelle forme revêt l’Esprit « supérieur » dans d’autres coins du cosmos, à des millionsou des milliards d’années-lumière de notre « ciron » terrestre.

Anakin, je suis désolée de constater que vous ayez fait le choix de fermer votre site. Votre travail est exceptionnel, remarquable et plus que jamais utile dans la période actuelle. Il est dommage que finalement les fossoyeurs de l’ufologie et de l’étude des OVNI obtiennent gain de cause si facilement. Ce chemin de croix fait en quelque sorte partie d’une épopée chevaleresque épique qui peut (par double lecture s’entend) s’associer au Don Quichotte de Cervantes. Elle est aussi dans l’esprit de cette chevalerie spirituelle décrite par Henri Corbin (L’homme et son ange. Initiation et chevalerie spirituelle). L’ange est en effet le double céleste de la psyché terrestre, être de lumière qui se fond dans notre réalité d’âme. L’ange est le principe transcendant de notre individualité. Notre destin d’Homme est unique et voué à l’unique, mais un unique qui n’est tel que pour chacun.

Enfin, je vous propose de terminer cette intervention avec cette idée d’un contact extraterrestre qui pourrait se faire par l’intermédiaire des… machines. Celles-ci agiraient alors comme des ambassadeurs numériques d’une réalité aux altérités pléthoriques. Quel meilleur moyen de contact, des plus discrets que celui qui passerait par le web pour une altérité ici présente et qui veut pouvoir échanger sans pour autant effrayer ni « ethnocider »! Une façon de partager tout en mesurant les réactions à travers une communauté web. Une sorte de programme « SoCS » (Social Computational Systems) adapté à l’humanité qui aurait pour objet de révéler les propriétés que possèdent les systèmes conjoints d’organisations sociales et d’ordinateurs dans leurs rapports avec une altérité exotique. Le programme aurait pour but de développer des modèles de compréhension théoriques et pratiques. Une façon de créer des comportements émergents qui seraient la clé de voute d’une relation ultérieure plus directe.
Qui nous dit finalement que parmi toute cette littérature disponible sur le web nous ne trouverions pas quelques marqueurs exotiques permettant d’identifier sans ambiguïté une origine extraterrestre, signes d’une interaction discrète mais toutefois bien présente? A méditer.

[0]
https://www.dailymotion.com/video/x2exmm_dr-folamour-strangelove_shortfilms



[1]
Par exemple le 5 octobre 1960, le système d’alerte du NORAD indiquait avec une certitude de 99,9% que les Etats-Unis étaient l’objet d’une attaque nucléaire alors que le signal était généré par l’écho sur la lune d’un radar situé au Groenland !
Le 9 novembre 1979, un enregistrement avec des données de simulation fut connecté par une erreur de l’opérateur au système du NORAD. Pendant les 6 minutes de l’alerte, 10 bombardiers décolèrent des bases du nord des Etats-Unis.
Le 3 juin 1980, une défaillance d’un microprocesseur du système généra de façon aléatoire de nombreux missiles en direction des Etats-Unis. Pour donner la fréquence de ce type d’évènements, entre 1977 et 1984 il y eu 1152 fausses alarmes d’attaque nucléaire, soit une moyenne de 3 fausses alarmes par semaine! Si l’on considère qu’il faut environ 30 minutes pour les missiles intercontinentaux et seulement 10 minutes pour les missiles lancés des sous-marins pour atteindre leurs cibles, les responsables ne disposent que de la moitié de ce temps pour vérifier l’authenticité de l’attaque et décider de lancer des représailles.
Un vrai miracle que nous soyons encore là pour en parler. Certains diront qu’il s’agit d’histoires anciennes. Et bien aujourd’hui, avec une meilleure connaissance des phénomènes atmosphériques on sait que seulement 100 bombes nucléaires (cadre d’un conflit régional entre par exemple l’Inde et le Pakistan) de la taille de celle d’Hiroshima (qui représente 0,4 % de l’arsenal mondial) lancées sur des villes et centres industriels seraient susceptibles de provoquer un hivers nucléaire et annihiler le système agricole mondial sans compter la réduction du taux d’ozone dans l’atmosphère et de l’augmentation du rayonnement UV que mettent en évidence les calculs modernes, transformant les modèles originaux d’hivers nucléaires en véritables « printemps nucléaires ». La situation est potentiellement bien pire!

« La bombe atomique a réellement converti les relations entre la société et la science en un problème de vie ou de mort » (Fernandez Buey, 2010).

[2]
Ces derniers identifièrent quatre catégories de manipulations ou modifications des microorganismes et de leurs produits qui ont fait l’objet de débat quant à leurs possibles applications militaires : 1 Le transfert à ces microorganisme de la résistance aux antibiotiques, 2 La modification des propriétés anti génétiques des microorganismes, 3 La modification de la stabilité du microorganisme vis à vis du milieu ambiant et 4 le transfert de propriétés pathogènes aux microorganismes. Cela ne vous rappelle t’il pas une actualité récente?

[3]
Les dernières idées des docteurs Folamour en neuroscience, un inventaire à la Prévert versus Jonathan Moreno, un brin Scifi mais malheureusement bien réel :
Interface cerveau-machine (prothèses neuronales) qui permettraient aux pilotes et aux soldats l’utilisation des armes de haute technologie à travers la pensée.
Développement de casques de rétroalimentation cognitive pour implémenter la perception à distance de l’état mental des soldats.
Technologies de résonance magnétique utilisées durant les interrogatoires, les inspections dans les aéroports ou dans la détection des terroristes.
Développement d’armes neurologiques perturbatrices qui provoqueraient des dégâts dans le cerveau des soldats ennemis.
Développement d’agents biologiques pathogènes pour produire la libération de neurotoxines.
Développement de nouvelles drogues qui permettraient aux soldats de ne plus dormir, de ne plus avoir peur et de supprimer les inhibitions psychologiques qui nous empêchent de tuer.

La plupart de ces idées ont fait l’objet de productions hollywoodiennes, le hasard sans doute ou l’expression d’un complexe militaro industriel préparant les esprits aux horreurs qu’il développe? Ces sujets font débats au sein de la communauté scientifique (Canli et al. 2007, Resnik 2007 ; Rosenberg et Gehrie 2007, Marchant et Gulley 2010)
N’est-il pas temps de donner à la société civile un SIGNAL (Stanford Interdisciplinary Group in Neuroscience And Law) fort pour provoquer une indispensable prise de conscience salutaire?

[4]
A ce sujet, il est intéressant de constater que la représentation de l’ET au cinéma est avant tout un ennemi (modèle du genre « Independance day »), justifiant ainsi et de façon implicite le développement de nouveaux armements et de ce cancer de l’humanité, le complexe militaro industriel déjà dénoncé par Eisenhower.
Fort heureusement, quelques « pépites » viennent brouiller cette vision linéaire !(Cf District 9 dénonçant toutes les perversions et horreurs dont sont capables certains hommes pour comprendre le fonctionnement des armes. Remplacer l’ET par l’humain et vous n’êtes pas loin!). Elles sortent du schéma commercial classique.

[5]
La ligne rouge de Terrence Malik

[6]
« Le nouveau monde », ce film magnifique de Terrence Malik ou la parabole du contact. Film à voir ou revoir en ayant à l’esprit cette fois le contact potentiel avec une altérité et des soucoupes à la place des bateaux. Incongru ? Pas forcément dans le message passé.

Louis591
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 49
Nombre de messages : 560
Inscription : 15/06/2010
Localisation : Nord
Emploi : Juridique
Passions : Plusieurs.
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 30 Oct 2011, 11:23
bonjour M51,

L'on retrouve dans vos propos un lointain (?) écho du siècle des lumières ou l'accent révolutionnaire a véhiculé des idées nouvelles.

Mais la mondialisation a généralisé cette tendance pour en faire une vertu globalisée.

- Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il
ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir(Jean-Jacques Rousseau, Le contrat social).....patience !

Le
printemps arable en est une illustration....même si dame nature n'est
probablement pas celle qui a allumée l'étincelle de la révolte, le
résultat est le même.

Comme je connais bien ces idées...."Un appel à la résistance qui, s’il ne fonctionne
pas avec les adultes car ils sont peut-être trop embourbés dans leur
prison quotidienne des conventions
peut s’exprimer par la bouche de nos
enfants
et gageons que dans ce dernier cas la résistance sera alors
farouche créant une rupture entre génération. Les prémices ?
"

- Occupavi te, Fortuna, atque cepi; omnesque aditus tuos interclusi, ut ad me aspirare non posses (En sortant de mes mains, il ne sera, j’en conviens, ni magistrat, ni
soldat, ni prêtre
; il sera premièrement homme : tout ce qu’un homme
doit être, il saura l’être au besoin tout aussi bien que qui que ce
soit ; et la fortune aura beau le faire changer de place, il sera
toujours à la sienne
) :

extrait du même auteur dans son livre "Emile ou de l'éducation".

La clé nous est connu, l'éducation.
La mise en oeuvre en est ardue car l'art du pouvoir corrompt tout.....et
il est assurément plus facile de promettre pour accéder au pouvoir que
d'éduquer le coeur des hommes :

Mais du moment qu’ils préfèrent une étoffe parce qu’elle est riche,
leurs cœurs sont déjà livrés au luxe, à toutes les fantaisies de
l’opinion ; et ce goût ne leur est sûrement pas venu d’eux-mêmes
"...(toujours JJ.R)

Or l'éducation telle que la décrit JJR qui doit former " le coeur des hommes" faisait souvent défaut hier :

- Mais que fait cet homme riche, ce père de famille si affairé, et forcé,
selon lui, de laisser ses enfants à l’abandon ? Il paye un autre homme
pour remplir ces soins qui lui sont à charge. Ame vénale! Crois-tu
donner à ton fils un autre père avec de l’argent
? Ne t’y trompe point ;
ce n’est pas même un maître que tu lui donnes, c’est un valet. Il en
formera bientôt un second
.

Précepteur hier, Etat aujourd'hui, (votre/le) constat est le même.

Comme aujourd'hui....

L'Etat utilise l'éducation - de consommation - pour former ses valets.
Mais
l"exactitude matérielle des faits parle aussi d'elle même, ces idées
nouvelles d'hier liberté, égalité, le contrat social, etc.... sont
latentes et profondément enracinées dans notre psyché....d'hier, elle
existe toujours de nos jours.....

Toutefois,....nous avons progressé (oui dans la douleurs et en gaspillant nos ressources).

La prise de conscience interviendra quant l'Etat par sa pression touchera "le coeur de chaque homme",....quand la pression deviendra collectivement insupportable....les idées seront actions.
L'action n'est pas forcément violente, autre temps autre moeurs.

Printemps pour l'arabie, Crise de foi(e) économique pour l'Europe.....nous verrons.

L'implication du contact se doit d'être subtile, non officielle, éducative, et surtout....furtive parce qu'a défaut .....:


Les uns y verront l'esclavage de demain, justifiant la production d'arme aujourd'hui.

Les autres, un nouveau précepteur, a quoi bon? puisque eux dont déja la solution ?......:

"Le plus dangereux intervalle de la vie humaine est celui de la
naissance à l’âge de douze ans
. C’est le temps où germent les erreurs et
les vices
, sans qu’on ait encore aucun instrument pour les
détruire ;
et quand l’instrument vient, les racines sont si profondes, qu’il n’est
plus temps de les arracher (...) La première éducation doit donc être
purement négative. Elle consiste, non point à enseigner la vertu ni la
vérité, mais à garantir le cœur du vice et l’esprit de
l’erreur..."'..(toujours et encore JJR)...nous y sommes ! 12
ans....l'âge de l'humanité.

Enfin, nombres d'initiatives (souvent plus ou moins individuelles) sortent du schéma éducatif classique (COMETA, les OVNSI et la défense à quoi doit-on se préparer?).

Rien n'est jamais le fruit du hasard.......

Merci pour votre rafraichissante réflexion M51....c'est toujours un plaisir.
Cordialement,
Louis.









Le pilote atrophié du bulbe qui font (fait) de la gonflette avec des champignons atomiques, (remise dans son contexte historique) a toujours existé.
avatar
tonton.matt
Bonne participation
Bonne participation


Masculin Age : 38
Nombre de messages : 74
Inscription : 13/06/2010
Localisation : quimper
Emploi : moniteur d'auto-école
Passions : astronomie , sciences
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 30 Oct 2011, 12:29
Antony s a écrit:

N'y aurait il que la "mort" pour nous donner ces réponses ?

euuuuuuuuuh mieux vaut se dire que oui , au moins tu sais que tot ou tard tu auras toutes les réponses a toutes les questions car c'est pas sur que de notre vivant on est ces réponses là .
La Ratapinhata
Passionné
Passionné


Féminin Age : 108
Nombre de messages : 106
Inscription : 05/09/2011
Localisation : Nice
Emploi : Homeschooler mother
Passions : lecture, Histoire,
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Mer 02 Nov 2011, 02:30
@ LOuis 591: Vos réflexions sont étonnantes sur un Forum consacré à l'Ufologie...

Puisque vous êtes juriste, vous savez donc qu'en France, l'Instruction en Famille est légale (loi du 28 mars 1882 modifiée ...), et si la pseudo-éducation imposée par l'Etat ne vous agrée pas, vous prenez vos mômes sous le bras et vous les instruisez vous-mêmes...
De plus en plus de familles se lancent dans cette aventure, avec des résultats très satisfaisants, bien meilleurs que ceux prévus par l'E.N, qui mesure ses performances à l'aune de l'origine sociologique des élèves.
Louis591
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 49
Nombre de messages : 560
Inscription : 15/06/2010
Localisation : Nord
Emploi : Juridique
Passions : Plusieurs.
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Jeu 03 Nov 2011, 22:59
Bonjour Rapapinhata,

Le sujet est....implications du contact extraterrestre....et je réponds en partie à M51.

Il faut remettre mon propos dans son contexte....et surtout dans la réflexion (intéressante) de M51.

L'éducation fait partie (comme la liberté, l'égalité, etc.) de concept qui agiront sur la société et donc sur l'individu.

Sauf que du concept à la réalité.......tout est question de méthode et de "norme" (ça ne me convient pas par rapport à quoi?).

JJR évoque l'éducation non de l'état vers le citoyen mais du père sur l'enfant "innocent" dont on va corrompre l'état naturel (je fais bref),...,.

Le système éducatif Français me convient tout a fait, mais il n'est pas suffisant ou auto-suffisant pour sortir du dogmatisme (de
plus vous confondez l'éducation étatique d'un enseignement visant à
acquérir des connaissances à l'éducation conceptuel de Jean-jacques
Rousseau qui parle de l'éducation du Pêre vis à vis de l'enfant et ce
concernant des "valeurs", de la morale, le bien/mal, qui feront que
l'enfant sera un "homme"
).......l'ensemble des hommes.....la société.

Mon analogie est celle de la méthode éducative de l'état vers le citoyen en comparaison de la critique de JJR sur le concept d'éducation tel qu'il l'évoque.

Cette méthode (eh oui, c'est la démocratie) comporte les même limites :

En clair, le dogmatisme (c'est la vie de JPP) et la création de la société de consommation (vous sortez dans la rue et posez la question suivante : vous avez le choix entre une travailler pour avoir un écran plasma 16/9 de 107cm ou travailler pour une obtenir une étude scientifique sur la réalité des ovnis : que choisissez vous?).......c'est ça la société de consommation.

M51 va beaucoup plus loin dans sa réflexion, ego, pouvoir, ordre social,etc.

Cordialement,
Louis.

PS/prendre mes mômes sous le bras? et les instruire moi même? eh! oh? eh qui va payer leurs console de jeux ?
La Ratapinhata
Passionné
Passionné


Féminin Age : 108
Nombre de messages : 106
Inscription : 05/09/2011
Localisation : Nice
Emploi : Homeschooler mother
Passions : lecture, Histoire,
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Ven 04 Nov 2011, 01:05
Mais pas du tout, je ne confonds pas...

La plupart des parents qui choisissent l'instruction en famille le font bien pour prendre en main l'éducation de leurs enfants, et beaucoup sont des rousseauistes avancés, plutôt que pour leur faire passer le bac à 11 ans.
Et d'ailleurs, l'Article 16 alinea b, de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme reconnait aux parents la priorité dans le choix de l'éducation de leurs enfants. Les professionnels, entre autre ceux de l'E.N, eux, ravalent les parents au rang de co-éducateur... A chacun d'apprécier...

Acquérir des connaissances ça s'appelle s'instruire.

Mais pour en revenir à vos réflexions: c'est peut-être parce qu'ils sortaient du schéma éducatif classique que mes enfants ont été capables d'analyser un phénomène inhabituel, une nuit d'été... En épluchant régulièrement tous les témoignages de ce forum, je m'aperçois qu'ils étaient drôlement perspicaces, mes ados de 13 et 15 ans.

Depuis, nous avons eu des discussions sur le sujet du contact... ils sont très prosaïques... sans doute parce que gavés de SF, de space opera, d'héroïc fantasy et prévenus par Stefen Hawking, quand les générations précédentes, elles, étaient formatées et par l'histoire religieuse et par le scepticisme officiel.
S'il devait y avoir un contact, c'est leur génération qui sera concernée et ce ne sera pas la destructuration que certains imaginent...
avatar
Okapi
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 76
Nombre de messages : 396
Inscription : 01/09/2011
Localisation : Paris
Emploi : Retraité heureux
Passions : Généalogie, Musique classique, HighTech
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Ven 04 Nov 2011, 18:52
@La Ratapinhata :
euh, y'aurait pas une p'tite erreur sur votre année de naissance ? Wink
Louis591
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 49
Nombre de messages : 560
Inscription : 15/06/2010
Localisation : Nord
Emploi : Juridique
Passions : Plusieurs.
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Ven 04 Nov 2011, 20:29
Bonsoir,

C'est votre point de vue et je le respecte..... (Bravo en tout cas pour vos enfants !).
Mais l'ouverture d'esprit de vos enfant n'est pas ou ....pas uniquement, la cause de leur éducation scolaire ou de votre choix éducatif en particulier.

si vous le souhaitez nous pouvons continuer cette discussion en MP (nous nous éloignons du sujet....).

Cordialement,
Louis.
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Dim 06 Nov 2011, 22:10
Je me permets d’ajouter l’image qui n’était pas passée et qui me semble très importante pour la compréhension du sujet précédent :

Bonsoir tonton.matt :
euuuuuuuuuh mieux vaut se dire que oui , au moins tu sais que tot ou tard tu auras toutes les réponses a toutes les questions car c'est pas sur que de notre vivant on est ces réponses là
tonton.matt, je ne suis pas certaine de bien entendre votre point de vue. Si je vous comprends bien, vous partez de l’hypothèse qu’à notre mort nous aurions accès à la connaissance du tout et que par conséquent nous aurions réponse à toutes ces questions. Rien n’est moins sûr et par défaut, je vous proposerais plutôt en vertu d’une sorte de pari pascalien inversé d’employer notre vivant dans cette quête plutôt que d’attendre une hypothétique révélation dans les champs élyséens.

Bonsoir La Ratapinhata :
Mais pour en revenir à vos réflexions: c'est peut-être parce qu'ils sortaient du schéma éducatif classique que mes enfants ont été capables d'analyser un phénomène inhabituel, une nuit d'été...

S'il devait y avoir un contact, c'est leur génération qui sera concernée et ce ne sera pas la destructuration que certains imaginent...
Vous soulignez là un point qui me semble important. Nos conceptions de la réalité héritées de notre « être au monde » (éducation, famille, environnement, etc.) joueraient le rôle de filtres à la fois dans la perception du phénomène et dans son interprétation. Pour compléter cette idée vous trouverez ci-joint un passage de l’ouvrage de Laura Knight- Jadczyck, « L histoire secrète du monde », chapitre « le temps », page 703. Gare aux illusions qui nous sont présentées, celles-ci méritent d’être décortiquées à l’aura de la pensée, c’est notre espace de liberté que de rejeter ce qui nous est imposé comme avéré.

Un sujet avait été averti alors qu il était sous hypnose, que lorsqu’il s’éveillerait il serait incapable d’apercevoir un troisième homme qui se trouvait dans la pièce, car cet homme était devenu invisible. Toutes les suggestions adéquates furent faites pour faire avérer cette circonstance : « vous ne verrez pas untel », etc. Quand le sujet s éveilla, ô surprise les suggestions n’ont pas fonctionné.
Pourquoi ? Parce qu’elles allaient à l’encontre des convictions du sujet : il ne croyait pas qu’une personne puisse devenir invisible. Dés lors, un autre essai fut mis au point. Le sujet fut hypnotisé à nouveau et il lui fut dit que le troisième homme allait quitter la pièce et qu’il avait été appelé à l’extérieur pour une affaire urgente, et la scène de cet homme reprenant son manteau et son chapeau fut décrite avec force détails et sons appropriés : la porte fut ouverte et fermée, etc., puis le sujet fut sorti de sa transe.
Devinez ce qui est arrivé. Il a été incapable de voir le troisième homme. Pourquoi ? Parce que ses perceptions avaient été modifiées selon ses propres convictions. Certains « censeurs » ont été activés dans son cerveau de manière acceptable pour son « ego de survie ».

Concernant votre deuxième point, pourriez-vous être plus explicite quant à cette « déstructuration que certains imaginent… ». Merci d’avance.

Bonsoir Louis ,
Merci pour votre référence à Rousseau et notamment au contrat social. J ‘avais évoqué sur ce même fil l’indispensable « révolution » de nos systèmes politiques pour aborder cette problématique extraterrestre du contact. L’incompatibilité des systèmes politiques actuels (dont les fondements sont antinomiques avec les valeurs et fondamentaux susceptibles de favoriser « l’atterrissage d’un contact ») avec la réalité exotique est peut-être à l’origine du rejet homéostasique et de la folklorisation du sujet OVNI, ceux-ci jouant alors le rôle d’anticorps sociaux afin que cette « infection » d’étrangeté ne vienne pas perturber l’ordre établi.
J’avais donné à titre d’exemple non exhaustif la référence à ce système susceptible de remplacer un jour nos démocraties (d’ailleurs ne faut-il pas plutôt parler de démocrature ou de dictocratie ?), la « symbiocratie ». Vous faites bien de citer Rousseau[1]. Le chapitre IV du livre III est une véritable manne pour l’esprit et O combien actuel!



http://classiques.uqac.ca/classiques/Rousseau_jj/contrat_social/Contrat_social.pdf

De la démocratie
Celui qui fait la loi sait mieux que personne comment elle doit être
exécutée et interprétée. Il semble donc qu'on ne saurait avoir une meilleure constitution que celle où le pouvoir exécutif est joint au législatif : mais c'est cela même qui rend ce gouvernement insuffisant à certains égards, parce que les choses qui doivent être distinguées ne le sont pas, et que le prince et le souverain, n'étant que la même personne, ne forment, pour ainsi dire, qu'un gouvernement sans gouvernement.

Il n'est pas bon que celui qui fait les lois les exécute, ni que le corps du peuple détourne son attention des vues générales pour les donner aux
objets particuliers. Rien n'est plus dangereux que l'influence des intérêts
privés dans les affaires publiques, et l'abus des lois par le gouvernement est un mal moindre que la corruption du législateur, suite infaillible des vues particulières.

Alors, l'État étant altéré dans sa substance, toute réforme
devient impossible. Un peuple qui n'abuserait jamais du gouvernement
n'abuserait pas non plus de l'indépendance ; un peuple qui gouvernerait
toujours bien n'aurait pas besoin d'être gouverné.
A prendre le terme dans la rigueur de l'acception, il n'a jamais existé de
véritable démocratie, et il n'en existera jamais. Il est contre l'ordre naturel que le grand nombre gouverne et que le petit soit gouverné.

On ne peut imaginer que le peuple reste incessamment assemblé pour
vaquer aux affaires publiques, et l'on voit aisément qu'il ne saurait établir pour cela des commissions, sans que la forme de l'administration change.

En effet, je crois pouvoir poser en principe que, quand les fonctions du
gouvernement sont partagées entre plusieurs tribunaux, les moins
nombreux acquièrent tôt ou tard la plus grande autorité, ne fût-ce qu'à
cause de la facilité d'expédier les affaires, qui les y amène naturellement.
D'ailleurs, que de choses difficiles à réunir ne suppose pas ce gouvernement !

Premièrement, un État très petit, où le peuple soit facile à
rassembler, et où chaque citoyen puisse aisément connaître tous les autres;
secondement, une grande simplicité de moeurs qui prévienne la multitude
d'affaires et de discussions épineuses ; ensuite beaucoup d'égalité dans les rangs et dans les fortunes, sans quoi l'égalité ne saurait subsister longtemps dans les droits et l'autorité ; enfin peu ou point de luxe, car ou le luxe est l'effet des richesses, ou il les rend nécessaires ; il corrompt à la fois le riche et le pauvre, l'un par la possession, l'autre par la convoitise ; il vend la patrie à la mollesse, à la vanité ; il ôte à l'État tous ses citoyens pour les asservir les uns aux autres, et tous à l'opinion.

Voilà pourquoi un auteur célèbre a donné la vertu pour principe à la
république, car toutes ces conditions ne sauraient subsister sans la vertu;
mais, faute d'avoir fait les distinctions nécessaires, ce beau génie a manqué souvent de justesse, quelquefois de clarté, et n'a pas vu que l'autorité souveraine étant partout la même, le même principe doit avoir lieu dans tout État bien constitué, plus ou moins, il est vrai, selon la forme du gouvernement.

Ajoutons qu'il n'y a pas de gouvernement si sujet, aux guerres civiles et aux agitations intestines que le démocratique ou populaire, parce qu'il n'y en a aucun qui tende si fortement et si continuellement à changer de forme, ni qui demande plus de vigilance et de courage pour être maintenu dans la sienne. C'est surtout dans cette constitution que le citoyen doit s'armer de force et de constance, et dire chaque jour de sa vie au fond de son coeur ce que disait un vertueux Palatin (a) dans la diète de Pologne : Malo periculosam libertatem quam quietum servitium.

S'il y avait un peuple de dieux, il se gouvernerait démocratiquement. Un
gouvernement si parfait ne convient pas à des hommes."

Pour revenir à nos préoccupations, je me demande si Rousseau n’est finalement pas un précurseur d’une conscience collective qui émergerait et qui serait munie d’une éthique d’inspiration spinoziste ou pour parler comme Rousseau, d’une « morale sensitive » équivalente à un « matérialisme » du sage. En reprenant Gille Deleuze et pour clarifier le sujet :

La morale - mais attention : La morale sensitive. La morale sensitive - sensitive - ou le matérialisme du sage. Voyez : morale, oui, mais sensitive. Par opposition à la morale tout court. Le sage, oui, mais : matérialisme du sage. Or, qu’est-ce que c’est, la morale sensitive ou le matérialisme du sage ? On n’est pas étonné d’y voir, là, un ton et un thème, à la lettre - là j’exagère pas, c’est d’après la lettre même du texte - un ton et une lettre vraiment spinozistes. Car tout le thème de cette morale que Rousseau voulait faire et qu’il a jamais pu faire, consistait à dire ceci : la morale, c’est pas intéressant. Pourquoi la morale c’est pas intéressant ? Parce que elle vit toute entière sur un thème qui est absolument un faux thème. C’est le combat de la vertu et de l’intérêt. Combat de la vertu et de l’intérêt... Et ce que la morale ne cesse de mimer, et ce à quoi elle ne cesse de nous appeler, c’est à cette lutte de la vertu et de l’intérêt, où la vertu est censée devoir l’emporter sur notre intérêt. Il faut que nous nous fassions nous-mêmes les agents de la vertu et de la justice, au besoin contre notre intérêt. Et c’est ça la morale. Rousseau, il dit : ça a jamais marché, une chose comme ça. Et Rousseau, il lance une chose à laquelle il croit énormément - et qu’il y croit d’autant plus qu’au début, ça le fait beaucoup rire, et ensuite ça va le faire énormément - ça va l’angoisser beaucoup. Mais au début il trouve ça très, très drôle. Il dit : « mais vous serez méchant, et vous serez vicieux, tant que vous aurez intérêt à être vicieux et méchant. » Y’a jamais de lutte de la vertu et de l’intérêt. La vertu, elle suit. Elle s’arrange - c’est même ça qui fait les hypocrites. Elle s’arrange toujours, elle suit l’intérêt, la vertu. Y’a jamais de conflit justice/intérêt, vertu/intérêt. C’est pas vrai ça. Il dit : « moi j’en sais quelque chose, moi, jamais, dit Rousseau... » Il dit tout, là, dans les Confessions. Il dit très bien : « moi, j’ai posé, pourtant, à la morale, j’ai posé à l’être moral, je suis connu pour ça, mais je peux vous le dire d’autant plus : la vertu, elle suit toujours l’intérêt, et j’en sais quelque chose. »
Alors, que faire si la vertu suit toujours l’intérêt ? Eh ben, il dit : « voilà, nous sommes dans des situations » - c’est ça le matérialisme, c’est, vraiment, l’être-en-situation. Nous sommes dans des situations. Eh ben, dans des situations, y’a toujours des choses - ou y’a toujours des éléments de la situation - qui nous donnent intérêt à être méchant. La morale sensitive, c’est : sélectionner dans la situation, éliminer les éléments qui nous donnent intérêt à être méchant. Si vous avez intérêt à être méchant, vous le serez, vous aurez beau vous le cacher, vous le cacher même à vous-même, le cacher aux autres, le cacher à vous-même, vous serez lâche et méchant. Donc, c’est pas là qu’il faut lutter. Faut pas lutter là. Même, à la limite, faut pas lutter du tout. Faut instaurer des situations où vous n’avez pas intérêt à être méchant ou bien sélectionner dans la situation en éliminant les éléments qui vous donnent intérêt à être méchant.
Et une des façons de créer ces conditions, ne serait-elle pas de s’appuyer sur la loi et la justice dépouillées de tout soupçon de corruption, une justice qui ne serait plus asymétrique mais d’une précision et d’une justesse toute mathématique, redoutable pour nos cornacs prédateurs! Il se trouve qu’il y a quelque temps un intervenant d’un forum zète (forum brusquement disparu, il faut dire qu’y était étalé au grand jour toute l’asinité négative développée par cette doctrine de la certitude au carré- j’emprunte ici cette formule que je trouve particulièrement bien trouvée) nous avait proposé un sujet intitulé « Les mathématiques appliquées au droit », le (SDCS = Système de Droit Constitutionnel Scientifique) . Je me permets de redonner le lien vers cette ressource intéressante qui me semble préfigurer un possible peut-être pas si lointain.
http://membres.multimania.fr/emmanule/presentation-sdcv.htm
Ce système juridique peut être décrit méthodiquement, en essayant d’être précis et simple, de la manière suivante.
(SDCS = Système de Droit Constitutionnel Scientifique)
Nature du SDCS :
Le SDCS se revendique comme un projet technologique, de même nature que la station M.I.R., le TGV, une centrale nucléaire ou l’ Airbus A380, c’est-à-dire à mettre en œuvre selon le même genre de protocoles intermédiaires, donnant lieu par étapes à l’évaluation de performances quantifiables et mesurables, (de type : baisse du taux de suicide, chute du taux de divorces, hausse des compétences en calcul et en lecture, baisse de la violence, etc…, pour une population donnée) jusqu’à un recoupement suffisant d’expérimentations partielles convaincantes pour procéder à leur issue à une « mise sur le marché ».
Au plan de sa conception théorique, il revendique l’utilisation permanente de la
méthode scientifique de la physique, ou méthodologie des sciences exactes (ou simplement « méthode scientifique »).
A ceci près qu’il complète cette méthode par trois innovations dans le domaine de l’épistémologie (ici au sens de « science des sciences ») :

trois innovations en épistémologie :

- La prise en compte et la modélisation de l’inconscient et ignorance de l’opérateur en sciences et de l’inconscient et ignorance collectifs dans sa culture d’appartenance dans l’élaboration de l’épistémologie.
- La prise en compte de l’ignorance et des erreurs scientifiques dans la définition même de la méthode scientifique.
- Le calcul mécanique des critères de signification dans le contexte ethnologique de la pratique scientifique.
(Habituellement considérés du domaine de la philosophie, sous-entendus, ou non exprimés dans la pratique scientifique occidentale, les critères de signification sont actuellement abandonnés ou confiés à la « conscience » (pas nécessairement toujours scientifique) du commanditaire ou financeur de la recherche.
Le calcul scientifique des critères de signification a pour conséquence mécanique, entre autres effets positifs, la prise en compte de tous les effets secondaires positifs ou nuisibles prévus, prévisibles, possibles, imprévus et imprévisibles de la pratique scientifique.

Le SDCS avait même fait l’objet d’un commentaire sur le site très riche « Automates intelligents ». Je ne sais pas si l’on peut encore retrouver cette information sur leur site mais comme je suis conservatrice, voilà :
Cette proposition de recherche a été formulée par un de nos lecteurs, Emmanuel Leenhardt, qui voudrait mettre en évidence afin de les supprimer les incohérences entre règles de droit. L’ambition n’est pas neuve. La multiplication des textes, dans les droits nationaux ou au niveau international, principalement dans les 4 domaines du droit constitutionnel, droit civil, droit commercial et droit pénal, augmente sans cesse les risques de contradiction ou de déni de droit. Ces contradictions rendent les textes difficiles à comprendre par les citoyens et plus difficiles encore à appliquer par les magistrats. En dehors des travaux classiques de codification et toilettage, peut-on espérer de la part des sciences cognitives et des méthodes collectives de solution de problèmes par conférences de consensus de meilleurs outils pour, dans un premier temps, faciliter la relecture des grands textes en mettant en évidence certains défauts logiques. Ce premier travail permettrait ensuite d’envisager certaines réécritures, à l’occasion de travaux de mise à jour. Notre lecteur le croît, comme il l’explique dans le document ci-dessous. Il prend en exemple la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme . On dira que peu importent les textes car ils ne sont jamais appliqués au pied de la lettre, mais le plus souvent interprétés voire fraudés. Cependant dans les démocraties européennes qui se veulent des Etats de droit, l’argument n’est pas recevable. Plus les règles sont bien faites, mieux elles sont respectées.


Outil pour aborder le mur de la complexité qui nous guette. Si la loi de complexité-conscience nous entraine toujours plus loin dans notre intervention sur notre réalité, notre biotope, notre humanité, ne devrions nous pas nous protéger de nous mêmes? Mais comment ? Peut-être par cette « morale sensitive » et comme nous sommes faillibles peut-être aussi à travers des machines qui seraient comme des béquilles nous permettant d’apprendre à marcher dans la voie lactée? Des machines qui nous diraient par exemple : « attention les gars, en continuant dans cette voie, vous avez 99,999 % de chance de vous autodétruire, nous vous préconisons les solutions suivantes : etc… »

Je ne parle bien entendu pas ici de cette folie que constitue la transhumanité et qui consiste, pour des raisons de tout à l’égo totalitaire, à diluer son humanité dans la machine, chemin qui nous mène tout droit à la station d’épuration. Non je parle ici d’outils, d’alliés conscients de la complexité et de ses conséquences, capables de la calculer dans ses probabilités d’occurrence et de nous guider dans ce maquis dantesque pour passer ce mur de la complexité. En fait un Virgile numérique nous guidant à travers les enfers et nous préparant de façon coadjointe à notre révolution éthique. Ce cybion nous restituera ce que nous lui aurons donné : une carte pour naviguer dans ce brouillard épais et retrouver la lumière en sortant de cette nuit qui se prépare ou du sang, des larmes et des plaies pour l’éternité (à chacun son cercle) s’il est alimenté par le « diable », cet empereur du Léthé.

Et comme le sujet du contact extraterrestre a aussi une résonnance dans nos croyances, je vous propose ce texte de Steven j. Dick[2], malheureusement incomplet, qui date déjà de l’an 2000 mais qui me semble plutôt bien fait et ouvrir sur la perspective d’un XXI iéme spiritualoscientifique. J’ai essayé de traduire rapidement ce texte important (je ne crois pas qu’il soit disponible en français) mais ce n’était pas particulièrement facile.



Chaque vision scientifique du monde traverse de grandes étapes, comme présenté ici concernant les vues cosmologiques du monde. La Galactocentrique qui se rapporte à la localisation périphérique du système solaire par rapport au centre de notre voie lactée. L’Extraterrestre/La Biophysique est la vue du monde qui postule un univers plein de vie. Chaque vision importante du monde a de larges implications, et il en sera ainsi de l’univers biologique qui sera peut-être l’aboutissement de l’évolution cosmique. De bien des manières, l’univers biologique est une extension d’une vue darwinienne du monde, du royaume terrestre au royaume cosmique. Cf Dick « Conséquences du succès de SETI ». San Francisco. Astronomical Society of the Pacific 1995.

http://books.google.fr/books?id=Ve9KPE9djY8C&pg=PA200&lpg=PA200&dq=steven+dick+cosmotheology&source=bl&ots=UuyBIQUhJ1&sig=6YWidJqkkvXKlNLKeEfnrQvLtdI&hl=fr&ei=8r-tTrTkGIXP4QTfooX9Dg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CCUQ6AEwAQ#v=onepage&q=steven%20dick%20cosmotheology&f=false

Cosmothéologie
La cosmothéologie consiste à l’utiliser notre connaissance croissante de l’univers pour modifier, étendre ou changer complètement nos théologies actuelles, quelles qu’elles soient. En résumé la cosmothéologie prend en compte ce que nous connaissons du cosmos. Commençons avec quelques principes généraux de toute cosmothéologie, en examinant le rôle possible de Dieu dans la cosmothéologie, et aborder les implications extraterrestres dans la destinée humaine. Finalement, je suggère qu’une feuille de route de la cosmothéologie encouragerait une étude plus systématique.

Les principes de la cosmothéologie.
La cosmothéologie doit être distinguée de l’astrothéologie du 18 ième siècle de Derham[3] dans le fait que la principale portée de la première n’est pas d’offrir une preuve de l’existence de Dieu ou des attributs de dieu, mais d’utiliser la nature pour influencer une large gamme de discussions théologiques. L’histoire du débat sur la vie extraterrestre nous donne quelques idées des éléments d’une cosmothéologie comme perçue par nos prédécesseurs. Bien que nous ne devions pas être paralysés par leurs limites, les problèmes du nouvel univers sont assez clairs pour la Chrétienté, et ils deviendront encore plus clairs pour d’autres religions lorsque leurs attitudes à l’égard de la vie sur les autres mondes deviendront mieux connues. Quels que soient les dogmes d’une religion spécifique, nous offrons 5 principes généraux pour la cosmothéologie :
1 La cosmothéologie doit prendre en compte le fait que l’humanité n’est en aucune façon physiquement centrale dans l’univers ; nous nous trouvons sur une petite planète autour d’une étoile à la périphérie de la galaxie voie lactée. Bien que nous sachions cela depuis maintenant plus d’un siècle, et bien que cela soulève de façon urgente les questions religieuses (et spécialement celle de l’Incarnation) posées dans le sillage de la théorie Copernicienne, cette révélation n’a donné suite à aucun changement de doctrine parmi toute les religions anthropocentriques du monde.

2 La cosmothéologie doit prendre en compte que le fait que l’humanité n’est probablement pas centrale biologiquement. Nous sommes peut-être uniques dans le sens que Loren Eiseley[4] écrivait si poétiquement lorsqu’il disait :
« Nulle part dans tout l’espace ou sur un millier de mondes il y aura des hommes pour partager notre solitude. Il y aura peut-être de la sagesse ; il y aura peut-être de la puissance; quelque part à travers l’espace de grands instruments, maniés par d’étranges organes préhensibles, pourront fixer attentivement et vainement notre nuée flottante de goémon, leurs propriétaires espérant ce que nous espérons. Cependant, nous avons eu notre réponse dans la nature de la vie et dans les principes de l’évolution. Des hommes, ailleurs et au delà, il n’y en aura aucun et pour toujours. [5]
Mais l’unicité de la forme ne nous rend pas central dans l’histoire de l’univers. Ni, comme on pourrait le penser, nous ferait-elle l’objet d’une attention particulière d’une quelconque déité.
3 La cosmothéologie doit prendre en compte le fait que l’humanité est probablement plus près du bas, ou au mieux à mi-chemin, dans la grande chaine des êtres intelligents de l’univers. Ceci résulte de l’âge de l’univers et de la jeunesse de notre espèce. L’univers a plus de dix milliards d’années. Le genre humain évolua il y a seulement deux millions d’années, et l’archaïque homo sapiens il y a seulement 500 000 ans. L’homo sapiens sapiens est considérablement plus jeune que cela, et la civilisation terrestre et son histoire couvrent seulement quelques millénaires. Même en tenant compte du fait que l’univers a eu besoin de milliards d’années pour générer les ingrédients de la vie, si la nature se dirige vers l’intelligence, elle l’a probablement ainsi fait sur de nombreux sites avant que nous arrivions sur la scène[6].
Ceci est certainement pertinent par rapport à la question de notre relation à toute déité universelle.
4 La cosmothéologie doit être radicalement ouverte à toutes les nouvelles conceptions de Dieu, pas nécessairement le Dieu des anciens, ni le Dieu de l’imagination humaine, mais le Dieu chevillé dans l’évolution cosmique, l’univers biologique, et les 3 principes déclarés ci-dessus.
5 La cosmothéologie doit avoir une dimension morale, étendue de façon à inclure toutes les espèces de l’univers- Un grand respect et une estime pour la vie que nous avons du mal à promouvoir sur la Terre. Alors que le défi de ce principe ne devrait pas être sous estimé, il permettra peut-être ainsi de réaliser que l’homo sapiens est un, après tout, malgré les différences superficielles.
Selon moi, les religions s’ajusteront sur ces principes cosmothéologiques car sinon l’alternative est l’extinction. L’ajustement sera plus douloureux pour ces religions monothéistes qui voit l’homme à l’image de Dieu (Judaïsme, Christianisme et Islam), une relation un à un avec un seul seigneur. Cela sera moins dévastateur pour les religions de l’est qui enseignent le salut à travers l’illumination individuelle (Bouddhisme et hindouisme) plutôt qu’à travers un sauveur, ou qui sont de ce monde (Confucianismes) plutôt que d’un autre monde. L’ajustement ne se fera pas dans le monde physique, comme dans le Copernicianisme, ni dans le monde biologique, comme dans le Darwinisme, où l’homme descendit des singes mais resta cependant au sommet du monde terrestre. L’ajustement se produira plutôt dans l’univers biologique, dans lequel les intelligences sont probablement supérieures à nous pour les raisons évoquées ci-dessus.
Un dieu Naturel ? Le rôle de dieu dans la Cosmothéologie.
Il est fort possible qu’en réfléchissant sur les changements des doctrines théologiques de religions particulières nous développions une mentalité de clocher dans notre pensée. Dans le chapitre « sur la signification de la vie » dans un univers biologique, j’écrivis :
« Finalement, l’effet sur la théologie et la religion peut être très différent de tout impact sur les doctrines religieuses étroites qui ont été discutées durant le vingtième siècle. Il se peut qu’en apprenant des religions aliens, les façons dont les aliens se réfèrent aux êtres supérieurs, le champ de la religion terrestre soit grandement étendu selon des voies que nous ne pouvons prévoir. »
Ceci est, en fait, très probable, et nulle part plus que dans notre concept basique de Dieu, qui doit peut-être avoir besoin de subir une transformation radicale. La base de ce nouveau concept pourrait être trouvé dans la discussion sur l’intelligence extraterrestre ; vraiment, d’une certaine façon le SETI peut être vu comme une quête religieuse. Ce n’est pas une caractérisation que les partisans de SETI apprécient, mais le SETI est, après tout, une recherche d’une intelligence supérieure, pour la connaissance (l’omniscience ?), pour la sagesse, et peut-être pour le pouvoir (l’omnipuissance ?). La différence principale est que l’intelligence n’est pas surnaturelle. Ceci nous amène au concept de « Dieu naturel » opposé au Dieu surnaturel du Judéo-Christianisme et des traditions Islamiques.
Le concept de Dieu naturel- un Dieu dans l’univers plutôt qu’en dehors de lui-semble si anormal aux esprits humains (spécialement dans le monde occidental) car nous avons été conditionnés à croire autrement ; vraiment, c’est hérétique à la plupart des religions monothéistes établies. Cette idée d’un Dieu surnaturel est, bien sur, un artefact historique, un produit de l’évolution de la pensée humaine. C’était la grande innovation de la tradition Judaïque, qui commença il y a 4000 ans, de concevoir au fil des siècles un Yahweh unique, omnipotent et surnaturel. Ce concept fut développé dans le contexte de la politique, de l’économie, et des conditions sociales de l’ancien moyen orient. Bien qu’il ait été éprouvé comme un concept résistant et flexible, un Dieu surnaturel n’est pas différent d’autres idées puissantes développées au cours de l’histoire, dans le sens qu’il est utile, persistant, et sujet à changer. De plus en considérant la divergence des idées humaines de Dieu, il n’y a pas de base pour attendre une convergence des idées théistiques par des intelligences d’autres planètes à travers l’univers. A moins, qu’il y ait quelques bases scientifiques pour cela.
La propagation ultérieure de l’idée de ce Dieu surnaturel, et ses réformes dans les traditions Chrétienne et Islamique, ont été le sujet de nombreux livres pendant des siècles. On a de la peine à dire cependant, que l’évolution historique de cette idée, et de son acceptation largement répandue dans les cultures Judaïque, Chrétienne et islamique ne la rend pas pour autant vraie. Pourquoi, pouvons-nous bien nous demander, Dieu ne pourrait-il pas être naturel ? Bien que cela soulève le spectre du panthéisme, le Dieu naturel que nous avons à l’esprit n’est pas le Dieu de Spinoza pour lequel Dieu était présent dans la nature. Notre Dieu naturel est compatible avec le concept d’Einstein, pour qui Dieu « ne joue pas aux dés » ni ne se préoccupe pas du destin et des actions des hommes. Mais le Dieu d’Einstein apparaît comme le monde physique lui-même, avec ses structures infiniment merveilleuses opérant au niveau atomique avec la beauté d’une montre bracelet d’artisan, et au niveau stellaire avec la majesté d’un imposant cyclotron.
Proche de ce que nous désignons par un Dieu naturel se trouve le concept élaboré il y a 15 ans dans un travail apprécié par l’iconoclaste astronome britannique Fred Hoyle. Dans son livre « l’univers intelligent » Hoyle proposa que Dieu puisse être une intelligence supérieure qui connaît le monde, et il utilisa le concept pour expliquer pourquoi l’univers est prévu pour la vie et pourquoi la vie se développe en complexité par rapport à tout ce qui l’entoure, qui tourne au chaos ou au dépérissement. Nous n’avons pas besoin d’accepter cette interprétation pour postuler l’existence d’un Dieu naturel muni de beaucoup de caractéristiques identiques à celles du Dieu du Judaïsme, du Christianisme, et de l’Islam, avec l’exception capitale que le Dieu de la nature est, par définition, ni surnaturel, ni transcendent comme étant en dehors du monde.
Un effet important du concept de Dieu naturel est qu’il a la capacité de réconcilier la science et la religion. Pour ceux qui ont un intérêt particulier dans le Dieu surnaturel de la plupart des religions traditionnelles, c’est peut-être un sacrifice trop important pour une réconciliation. Mais considérons les avantages. Un Dieu naturel est une intelligence dans et du monde, un Dieu s’accommodant des méthodes scientifiques ou du moins accessible par celle-ci. Un Dieu surnaturel intègre un concept que tous les scientifiques rejettent par rapport à leurs sciences. Pour certains, c’est peut-être précisément le point : Que Dieu ne peut-être, et ne devrait pas être, accessible par la science. Mais pour Einstein et beaucoup d’autres scientifiques (peut-être exprimé d’une façon différente pour ces derniers) « le sentiment religieux cosmique est le motif de recherche scientifique le plus noble et le plus fort ».
Un tel changement radical dans le concept de Dieu soulève la question suivante « Dieu est-il nécessaire ? » En d’autres mots, si nous nous « replions » vers un Dieu naturel, pourquoi avoir un Dieu finalement ? Ceci est analogue à la question posée à l’aube de la théorie de la gravitation de Newton : Si la gravitation gardait le système solaire en fonction, quel besoin y avait-il de Dieu ? C’était une question difficile à répondre, mais les Newtoniens répliquèrent en faisant la promotion de la théologie naturelle- L’idée que la beauté de l’univers était le reflet de la beauté et du pouvoir du Créateur. Nous n’avons pas besoin d’adopter une stratégie similaire ; Le fait est que les intelligences extraterrestres avancées pourraient disposer de nombreuses caractéristiques similaires attribuées aujourd’hui au Dieu surnaturel du Judéo-Christianisme et des traditions Islamiques. Des intelligences si avancées pourraient avoir réglé les constantes de la physique, expliquant donc l’énigme du principe anthropique. En principe, elles pourraient même « intervenir dans l’histoire humaine », c’est la loi standard de la foi chrétienne, sans parler des défenseurs des OVNI et des « abductés » par les aliens.
Mais, je me dépêche d’ajouter, il n’y a pas de preuve reconnue d’une intervention alien au niveau cosmique ou terrestre. Il se peut que Dieu soit nécessaire seulement d’un point de vue social ou psychologique ; si c’est le cas, nous pouvons aussi bien avoir un Dieu naturel à l’intérieur du royaume du monde réel, plutôt qu’un surnaturel avec des caractéristiques si souvent à la source de l’agonie personnelle, de la culpabilité et des guerres de religion. Que Dieu soit nécessaire ou pas, il se peut bien qu’un autre millénaire d’évolution de théologie montre la futilité de la division actuelle entre les Cieux et la Terre-les uns la demeure de Dieu, l’autre celle de l’humanité- de la même façon qu’il fallut deux mille ans pour rejeter la dichotomie céleste-terrestre aristotélicienne dans la science. L’idée du saint, du sacré, et du divin, et la recherche d’un autre monde, resteront toutefois probablement comme une partie de la nature humaine.
Le succès du programme SETI dans lequel l’information est échangée permet d’accélérer cette évolution dans la pensée humaine. Dans « l’univers biologique » je spéculais « qu’il est possible que la religion dans un sens universel soit défini comme la recherche sans fin par chaque civilisation d’autres plus évoluées qu’elle. Si cela est vrai, alors SETI est peut être de la science dans la recherche de la religion, et l’astrothéologie (équivalente à la cosmothéologie dans ce passage) est peut être l’ultime réconciliation de la science avec la religion. » Le besoin d’une intelligence supérieure, mais pas surnaturelle, peut rester au cœur de la recherche religieuse, avec le lien entre l’humanité et l’intelligence évoluée radicalement changé en matière des théologies d’aujourd’hui.

Au delà de la Cosmothéologie : La destinée humaine.
Finalement, la théologie s’attelle aux questions de sens et de but, et donc aux questions de notre place dans l’univers. En demandant si nous serons « chez nous dans l’univers », selon les mots de Stuart Kauffman[7], la réponse doit être que nous ne savons pas, car nous ne savons toujours pas où nous nous situons dans la grande chaine du vivant. Nous ne savons rien du bien et du mal dans l’univers dans le contexte des civilisations extraterrestres. Donc, le sens et le but de l’univers ne seront pas connus jusqu’à ce que nous en sachions plus si oui ou non il y a un univers biologique. Le fameux passage du prix Nobel de physique Steven Weinberg selon lequel « plus l’univers semble compréhensible, plus il semble aussi absurde » ne prenait pas en compte les possibilités inhérentes à l’univers biologique. Le sens et le but dans l’univers devraient être certainement très différents selon que nous soyons sa seule vie ou que nous ne soyons qu’une parmi les nombreuses races douées de sensations. Et par conséquent les théologies devraient être très différentes. La destinée humaine devrait être très différente aussi ; si nous sommes seuls, c’est peut-être notre destinée que de remplir l’univers de vie. Si l’intelligence extraterrestre est abondante, c’est alors notre destinée que d’interagir avec cette intelligence, que cela soit pour le bien ou pour le mal, pour la vie qui cherche la vie.
C’est ici que le cinquième principe cosmothéologique vient en jeu. La dimension morale- une révérence et un respect pour l’intelligence extraterrestre qui peut être morphologiquement très différente des formes de vie terrestres- qui lancera certainement un défi à une espèce qui est parvenu à surmonter les différences nationales et raciales superficielles. Si nous sommes sages, l’humanité réalisera que notre espèce est une, une prise de conscience nécessaire avant d’avoir un quelconque espoir d’échanger avec des êtres extraterrestres d’une façon moralement responsable. Que l’intelligence soit rare ou abondante, que la vie soit d’un ordre plus ou moins élevé que l’homo sapiens, la destinée humaine est intimement connectée avec l’évolution cosmique. Notre message premier, confirmé par Arthur C.Clarke, va répétant : Toute théologie qui ignore les faits de l’évolution cosmique compris depuis le dernier siècle fait cela au péril d’être déconnectée de la réalité.

Le chemin au devant :
J’indique que c’est le moment pour nous de considérer sérieusement la cosmotheologie, de voir comment les religions et leurs théologies qui les accompagnent devraient changer à la lumière de ce que nous connaissons maintenant de l’univers, et de ce que nous connaîtrons probablement dans le futur: Nous ne sommes pas les seules créatures vivantes de l’univers, et très probablement pas les plus supérieures, et surement pas uniques de quelque façon que ce soit exception faite de nos renseignements biologiques. Le temps est peut-être même venu pour une théologie totalement nouvelle basée sur un concept de Dieu modifié.
La question est alors comment procéder. Personne ne niera que toutes les discussions passées accouchèrent de suggestions sporadiques, mais pas de cosmothéologies systématiques. Aucun Thomas d’Aquin de la cosmothéologie n’est encore apparu pour réconcilier la doctrine courante avec les nouvelles visions du monde. Il n’est pas évident que cette réconciliation soit notre première besogne. Comme je l’ai suggéré, peut-être que nous devons aller au delà de la théologie courante, faire un pas en arrière et nous demander ce que nous devrions faire si nous recommencions à zéro, étant donné ce que nous connaissons maintenant de l’univers.
Ce n’est pas comme les projets spatiaux avec des échéances, la théologie n’est pas habituée aux feuilles de route pour ouvrir la voie. Mais dans le but d’encourager une discussion systématique, quelque chose d’analogue à la feuille de route pour la cosmothéologie, les grandes lignes des questions importantes et les approches possibles pour y répondre, n’est peut-être pas hors de portée. Dans ce papier j’ai donné des approches possibles de la cosmothéologie en tant qu’historien des sciences. Mais une feuille de route compréhensible doit prendre sa source de beaucoup de points de vue différents. Une aspiration importante pour toute discipline est la discussion systématique sans, toutefois, exclure des idées bien considérées. Il est important que nous envisagions le débat de façon élargie, selon les grandes lignes de quelques feuilles de route, n’hésitant pas à sortir des sentiers battus. Au moins nous pouvons définir les paramètres du problème, remarquer les principales zones de préoccupation, et peut-être établir un agenda pour le futur.
L’année 2000 est le quatre centième anniversaire de la mort de Giordano Bruno, brulé sur un bucher en 1600. Le bucher de Bruno se produisit juste un peu plus de la moitié d’un siècle après l’introduction de la théorie Copernicienne, qui alimenta sa vision du nouvel univers. Nous sommes aujourd’hui à peu près au même point après les premières inspirations d’une nouvelle vision du monde connue comme l’évolution cosmique, les débuts de l’univers biologique. L’anniversaire de Bruno, un symbole de la nécessité pour la science et la religion de s’engager dans des discussions rationnelles à tous les niveaux, est un moment approprié pour faire le point sur les implications du nouvel univers pour la théologie. Bruno sera en train de regarder au dessus de nos épaules collectives, étonné lui même du nouvel univers, mais optimiste que ses implications soient acceptées d’une façon plus rationnelle qu’en son temps, lorsque la vision du monde scientifique prenait naissance en occident. Le pape Jean Paul II donna une impulsion à cela lorsque, à l’occasion du quatre centième anniversaire de la reforme du calendrier grégorien, il écrivit :

« Il est nécessaire que la relation entre la croyance et la science soit constamment renforcée et que tous incidents historiques passés qui peuvent être interprétés comme étant dommageables pour cette relation, soient revus par toutes les parties comme une opportunité de réforme et pour poursuivre une communication plus harmonieuse. En bref, ce doit être le désir sincère de tous d’apprendre de l’histoire de façon à gagner en perspicacité dans la direction positive que nous devons prendre ensemble dans le futur. »

Les leçons de l’histoire et de la science peuvent nous amener plus loin que ce que le pape projetait, mais nous ne devrions pas nous dérober devant la pensée rationnelle.
Pour ceux qui débattraient sur le fait que la théologie excède les frontières de la pensée rationnelle, je termine avec les mots de la fin du magistral «Une histoire de Dieu » de Karen Armstrong :
« Les êtres humains ne peuvent pas supporter le vide et la désolation ; ils remplissent le vide en créant de nouveaux foyers de signification. Les idoles du fondamentalisme ne sont pas de bons substituts de Dieu ; Si nous devons créer une nouvelle foi vibrante au XXI ième siècle, nous devrions peut-être, pondérer l’histoire de Dieu par quelques leçons et avertissements. »
Le cosmos moderne peut servir certainement comme un nouveau foyer de signification ; c’est déjà le cas pour beaucoup, et les nombres sont croissants. Certainement l’histoire de Dieu nous enseigne que le concept persistera, mais qu’il devra être ajusté à nos connaissances de l’univers. L’histoire démontre certainement que la véritable signification de Dieu n’est enterrée dans aucune culture humaine unique, mais dans les meilleurs éléments d’une pensée d’un autre monde dans toutes celles-ci. Dans ce corps de pensée nous devons maintenant ajouter la vision scientifique du monde, dans lequel l’univers, ou le multivers, est assez grand pour…

Pour terminer je vous propose une bizarrerie :

Il y a parfois dans les bouquins traitant du sujet OVNI des informations pour le moins étranges et troublantes. Vous trouverez ci-joint une scan d’une page qui m’a interpellée, notamment la légende associée au premier dessin reprenant des signes pour le moins cabalistique. On peut lire :
« Sur cette mystérieuse pierre il y a neuf signes et un espace qui pouvait en contenir un autre en plus. En suivant l’ordre de la gauche à la droite et de haut en bas, les significations clés de ces signes sont les suivantes : Opposition et dualisme, harmonie (arc en ciel), zig zag, adaptation, tourbillon, aide, déviation, syntonie, uniformité (mort) et vide (la liberté). Apparemment, ils constituent la base primaire d’un langage « cosmographologique » universel.
Le deuxième dessin et la légende qui l’accompagne semble un peu plus à l’ouest tout en mentionnant cependant une histoire d’antimatière…ce qui en réfléchissant bien n’est pas si idiot que cela.


Qui sommes nous ? ‪The Who‪ - Won't Get Fooled Again‬
https://www.youtube.com/watch?v=SHhrZgojY1Q
Alors, besoin d’une révolution pour changer la face de cette mono élite ? une révolution impulsée par un monolithe ? Une chose est sure, il ne s’agit pas de faire du surplace et de changer un tyran par un autre, la révolution dont je parle se situe plutôt dans les circonvolutions de notre encéphale, une révolution de la pensée !
Résister à la barbarie qui s’en vient en s’inspirant du Philosophe Alain.

[1]
Rousseau, un auteur qui porterait à quelques siècles d’intervalle, cette montée de la conscience et de la spiritualité pour venir en aide à une humanité déboussolée ? La révolution des consciences ne serait-elle pas déjà en route ?
La spiritualité de Jean-Jacques Rousseau de Béatrice Arboux.
Aurait-on pu imaginer que la pensée de Jean-Jacques Rousseau n'était peut-être pas tout à fait celle qu'on nous décrit si abondamment dans nos écoles ? Dans cet opus, Béatrice Arboux nous ouvre ainsi à une interprétation proprement ""révolutionnaire"" des idées du grand homme, le concept de base étant que l'être humain, en se connaissant d'abord lui-même, accède alors à une authentique compréhension du monde. Pour appuyer sa démarche, l'auteur procède ici à une mise en parallèle avec la pensée typiquement orientale que personnifie la doctrine du Védanta, où l'homme est lui-même son outil de connaissance de l'univers. Vous assisterez tout au long de ces pages à une brillante réflexion fondée sur la maxime qui fut autrefois gravée sur le frontispice du temple de Delphes : « Connais-toi toi-même, et tu connaîtras l'univers et les dieux ». Le phénomène de la Conscience est considéré comme central dans cet essai, à l'instar de ce qu'ont professé Gurdjieff, Steiner, Graf Durkheim et bien d'autres. Il n'y a ainsi, pour Béatrice Arboux, « [ ] plus de place [pour] la contradiction sociologique fondamentale des civilisations actuelles, qui naît de l'impossibilité de choisir entre Mystique et Cité. La Vie ne peut trouver d'élan que dans la synthèse rationnelle des deux. » C'est là, en d'autres termes, la réconciliation du Vertical et de l'Horizontal. Qu'on le veuille ou non, et par-delà les soubresauts pitoyables d'une certaine civilisation qui se meurt, les nouveaux paradigmes sont en marche !

[2]
Steven J. Dick est un astronome américain, auteur et historien des sciences plus connu pour son travail dans le champ de l’astrobiologie. Il est membre de l’académie internationale d’astronautique. Il a travaillé pour la NASA. Je dirai qu’il doit être particulièrement bien au fait de ces sujets.

[3]
William Derham est un homme d’église et un philosophe naturaliste britannique du XVIII siècle.
http://openlibrary.org/books/OL18087341M/Astro-theology
Voir notamment la partie concernant la pluralité des mondes.

[4]
Loren Eiseley est un anthropologue de l'université de Pennsylvanie, il fut président de l'Institut américain de Paléontologie. Il était particulièrement intéressé par la nature et la cosmologie. A lire « The Unexpected Universe »

[5]
Peut-être pas si nous tenons compte des éléments que j’évoquais précédemment sur la forme humaine qui pourrait constituer une sorte « d’attracteur étrange », une forme vers laquelle convergerait les espèces dans ce chemin vers la complexité/conscience, forme quelque part qui serait à l’image du créateur. Bien entendu l’habit ne fait pas le moine et ce n’est pas parce que les formes se ressemblent que l’être est identique, mais cela pourrait-être l’expression encore une fois de cette équation de l’un et du multiple (cf miroir d’Amoli).
Je me suis toujours demandée si l’être, la conscience n’entretenaient pas une relation réflexive avec la matière, la façonnant à son image et inversement, et ce à plusieurs niveaux d’où l’importance de la géométrie. Mais quelle est l’image de la conscience ?
Une nuée d’oiseaux a t’elle conscience d’elle-même (Swarm intelligence) ?
https://www.youtube.com/watch?v=5OVvJOeUdUs

http://interstices.info/jcms/c_7083/lintelligence-en-essaim-ou-comment-faire-complexe-avec-du-simple
et question subsidiaire, quid de la nuée humaine ?


[6]


[7]
Stuart Alan Kauffman est un biologiste américain (biologie théorique) et un chercheur sur les systèmes complexes concernant l’origine de la vie sur Terre. Il est un des chercheurs connus qui défendent l’hypothèse selon laquelle les systèmes biologiques complexes et les organismes seraient le fruit d’une auto organisation évoluant loin des conditions d’équilibre dynamique. Dans le papier suivant qui fait référence aux travaux de Kauffman on trouve une nouvelle définition de la pensée qui peut-être appliquée aux humains, aux cétacés, aux intelligences artificielles et aux intelligences extraterrestres quels que soient leurs substrats :
« Penser est l’apparition, la transformation et le stockage dans un esprit ou un cerveau (ou une simulation en lieu et place) de structures transportant de l’information (représentations) d’un type ou d’un autre, comme les pensées, concepts, perceptions, idées, impressions, notions, lois, schémas, images, phantasmes ou représentations sous personnelles. »
« La conscience pourrait-elle être codée dans l’ADN ? »
Is Your Gut Conscious? Is an Extraterrestrial?
http://journalofcosmology.com/JoC16pdfs/25_Post%20-%20Copy.pdf
La Ratapinhata
Passionné
Passionné


Féminin Age : 108
Nombre de messages : 106
Inscription : 05/09/2011
Localisation : Nice
Emploi : Homeschooler mother
Passions : lecture, Histoire,
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Lun 07 Nov 2011, 00:53
@M51M51

Qu'est-ce que j'entend par destructuration ? Et bien , en parcourant ce Forum j'ai lu à plusieurs reprise que la "révélation" d'un contact bouleverserait tout, que c'était incompatible avec notre modèle... culturel, religieux, politique etc...
Franchement, je ne vois pas en quoi... vu que les modèles sont déjà en plein effondrement...

On n' est quand même plus dans la société qui brûlait Giordano Bruno.. au moins en Occident, la religion ne joue plus aucun rôle pour la majeure partie de la population, d'ailleurs le pape et ses jésuites ont dit qu'une vie extraterrestre n'était pas incompatible avec la catholicisme...

Pour ce qui est de l'organisation politique de la planète...qu'est-ce que vous voulez que ça change ? A moins qu'on est à faire à des hostiles qui vont armer les uns contre les autres... mais si c'était leur objectif, ils l'auraient déjà fait...

Vous pensez que notre auto-satisfaction occidentale va en prendre un coup ? Qu'on sera humilié intellectuellement , philosophiquement, etc... Je ne sais pas si vous regardez le monde autour de vous, mais en ce qui me concerne, je suis déjà humiliée...

De toute façon, du point de vue des jeunes générations, le monde tel qu'on le gère n'est pas une réussite... et peut-être ne seraient-ils pas mécontents qu'une civilisation avancée les aide à remettre tout d'aplomb...

Un contact, pour quoi faire ? des échanges, du commerce ? si nos visiteurs ne sont pas hostiles, ça ouvrirait des perspectives,... et s'ils sont hostiles, pourquoi aujourd'hui et pas hier ?
guillaume.E
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 56
Inscription : 31/08/2009
Localisation : viroflay
Emploi : jardinier
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Jeu 10 Nov 2011, 12:53
bonjour,

merci pour le sujet dont je souhaite qu il fasse l effet d une bombe a l interieur de nos consciences.je suis frustré de ne pas pouvoir ,par manque de connaissance,echangé mes idéés avec vous tous. je suis demandeur de vos refflexions.merci encore une fois.

bonne journéé.
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 12 Nov 2011, 17:32
Guillaume.E
Merci mais surtout n’hésitez pas à intervenir. Ce sujet mérite l’intervention de chacun avec sa sensibilité et il n’y a pas de parole autorisée. Auriez-vous par hasard un lien quelconque avec cet historien zète qui considère certains faits comme non recevables car trop anciens ?
La Ratapinhata
Qu'est-ce que j'entend par destructuration ? Et bien , en parcourant ce Forum j'ai lu à plusieurs reprise que la "révélation" d'un contact bouleverserait tout, que c'était incompatible avec notre modèle... culturel, religieux, politique etc...
Franchement, je ne vois pas en quoi... vu que les modèles sont déjà en plein effondrement...

Lorsqu’à une échelle nanométrique sur un forum rassemblant des personnes déjà sensibilisées au sujet (ce forum par exemple) vous observez les polarisations qu’un brin d’étrangeté vient précipiter, vous comprenez alors que le sujet n’est pas si anodin et qu’il déclenche toute sorte de réactions allant du rejet homéostasique à la croyance radicale (que cela soit dans la science « vraie » type « Science et vie », dans la doctrine sceptique usurpée (cf zètes), dans la croyance « religieuse » aux êtres de lumière type new age, etc). Ce sujet touche aux fondements mêmes de nos constructions de la réalité.
On peut avoir peut-être une première idée des conséquences d’un contact et de l’impact que celui-ci pourrait générer en regardant ce qui s’est passé dans l’histoire de l’humanité lorsque des civilisations se sont rencontrées. Et encore, ces « pilotes » mettaient en relation des civilisations « homogènes » en terme d’origine planétaire (enfin je crois). Pour se documenter sur le sujet, vous pouvez lire le très bon bouquin de Christel Seval « Contacts et Impacts », livre que j’ai déjà cité sur ce fil. Je pense que Christel Seval s’est en fait inspiré des travaux de Robert Jaulin et notamment des ouvrages « La paix blanche : Introduction à l’ethnocide » (féroce réquisitoire contre notre immonde monde marchand et ce totalitarisme rampant qui se masque des vertus démocratiques et qui nous conduit tout droit au néant) et « L’univers des totalitarismes »ou essai d’ethnologie du « non-être ». Ces deux ouvrages sont à mon avis deux pierres angulaires pour la compréhension de ces phénomènes du contact.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1972_num_13_4_2115
Le plus dramatique dans cette « paix blanche », c’est le nettoyage au karsher via la sainte trinité « intérêts, marché, monothéisme imposé » de la diversité sociale et culturelle humaine. Ces communautés humaines toutes différentes et qui ont chacune développé leur « être au monde » se trouvent embarquer sur le train de la « modernité » pour mieux converger vers cet horizon du champ des totalitarismes. Cet appauvrissement culturel et social est dramatique car dans ces exemples vivants de communautés humaines se trouvent peut-être éparpillés les recettes et ferments d’un contact réussi avec l’altérité. Leur disparition réduit d’autant notre richesse collective et par voie de conséquence nos champs des possibles (solutions) dans cette problématique du contact.
A titre d’exemple de problématique qui peuvent se poser et pour rejoindre le côté spirituel évoqué lors de la précédente intervention, l’historien Jason T. Kuznicki nous dit que si nous avons de bonnes raisons de penser que certaines notions de spiritualité sont partagées à travers les différentes civilisations de l’univers, elles peuvent l’être d’une façon différente de celles terrestres. Pour prendre un exemple plus terre à terre si j’ose dire, Kuznicki dans « The Inscrutable Names of God : The Jesuit Missions of New France as a Model for SETI-Related Spiritual Questions » cite le cas du premier contact entre les jésuites français et les Montagnais, Hurons et Iroquois dans ce qui est maintenant la partie Est du Canada. Les jésuites s’attendaient à ce que leurs interlocuteurs conçussent l’âme comme immortelle et unitaire. Au contraire, les Iroquois voyaient les personnes comme ayant plusieurs attributs différents et séparés, ce que les jésuites voyaient eux comme un tout unifié dans une âme unique, avec les transformations de ces âmes se produisant à des périodes variées et de façons différentes. De façon similaire, ce que la plupart des religions nord américaines appellent le « Grand Esprit », d’une certaine façon analogue à dieu, est plus probablement le résultat de croyances syncrétiques ultérieures qu’une représentation fidèle de la spiritualité originelle indienne.
Finalement, Kuznicki note que même dans les descriptions communes du monde, les catégories indigènes et européennes transportent avec elles des hypothèses philosophiques sur la nature des objets, des actions auxquels elles se réfèrent. Kuznicki conclut que dans une communication interstellaire aussi, les catégories qui semblent fondamentales à une culture peuvent très bien ne pas être même conçues par l’autre! Si deux branches de l’humanité avec un héritage génétique partagé ont de telles difficultés à se comprendre dans une relation directe, nous devrions nous attendre à un chemin pavé d’embuches et de confusion dans notre relation avec les intelligences extraterrestres. Il en découlerait certainement des perturbations importantes qui contribueraient, quelque part, à la « clochardisation » de l’humanité.
On n'est quand même plus dans la société qui brûlait Giordano Bruno.. au moins en Occident, la religion ne joue plus aucun rôle pour la majeure partie de la population, d'ailleurs le pape et ses jésuites ont dit qu'une vie extraterrestre n'était pas incompatible avec la catholicisme...

En êtes-vous vraiment certaines ? Peut-être que les buchers ont pris une autre forme parfois moins violente mais tout aussi efficace et il y a effectivement des places plus calmes que d’autres. Quant à la religion, je n’ai vraiment pas le sentiment que tout le monde s’en fout sauf à limiter votre raisonnement peut-être au catholicisme.
La religion catholique est intéressante car elle semble avoir pris un virage ces derniers temps concernant la problématique de la vie extraterrestre. Cette religion n’est peut-être pas condamnée, comme on le lit trop souvent, en cas de révélation. En effet, « l’incarnation » de la « divinité » (sans préjuger en aucune façon de la réalité que pourrait recouvrir ce mot) pourrait faire partie d’une étape standard de l’évolution de chaque système planétaire. Etrangement on trouve cette idée encore une fois dans les fameux courriers décriés.
Concernant l’état du monde, je partage votre humiliation mais je pense que vous l’aviez déjà noté dans mes propos.

L’année 1947 est une année singulière dans l’histoire de l’ufologie car elle est celle qui a été marquée par deux des évènements emblématiques de l’histoire des OVNI :
L’observation par Kenneth Arnold de neuf objets volants singuliers près du Mont Rainier dans l’état de Washington, le 24/06/1947.
L’affaire de Roswell où le 04/07/1947 William Mac Brazel découvre des débris sur ses terres.
Quel n’a pas été mon étonnement de constater qu’en ce début d’année 1947, dans l’hebdomadaire paraissant le jeudi, « le monde illustré », on trouve, un semestre jour pour jour avant l’affaire Roswell, dans l’édition du 04/01/1947, un article intitulé « La vie dans l’espace » du journaliste Alexandre Ananoff [0] qui fut un précurseur remarquable et un éclaireur de cette nouvelle branche « l’astronautique ». Il reconnut notamment très tôt le génie de Konstantin Tsiolkovski qui mériterait vraiment d’être réhabilité tant son apport dans le domaine qui nous concerne est significatif et précurseur. Je ne résiste pas à l’envie de partager avec vous cet article, qui même s’il est émaillé de quelques perles liées aux connaissances de l’époque, est d’une modernité qui me laisse pantois ! Le dieu hasard sans doute…



« Tout cet univers n’est pas unique dans la nature, et nous devons croire qu’il y a, dans d’autres régions de l’espace d’autres terres, d’autres êtres et d’autres hommes… ». Ainsi s’exprimait Lucrèce il y a 2000 ans. Aujourd’hui encore le curieux se pose la même question sans pouvoir y répondre.
Si l’on reconnaît en chaque étoile un Soleil immense éclairant des systèmes planétaires analogue au nôtre, on admettra que la question de l’habilité des planètes étend le problème puisque dès lors, la vie n’est plus limitée à notre infime univers mais qu’elle se situe jusque sur les lointaines terres du ciel.
Telle qu’elle se présente communément, la question pose deux problèmes :
Le premier est de savoir si la vie telle que nous la concevons, animale ou végétale, peut exister sur les planètes de notre système présentant des analogies avec la Terre ;
Le second : sur des planètes offrant au Terrien des conditions inhabituelles de vie, des êtres de conformation spéciale peuvent-ils trouver refuge ? Pour répondre à la première question nous recourrons à la Science ; pour la seconde, à l’imagination et à la logique.
Mais peut-on, en vérité, parler de la vie sur les autres mondes sans l’avoir d’abord étudiée sur Terre ? Pour brève qu’elle soit, cette étude nous montrera combien variée est la vie et divers les milieux où elle se manifeste.
La physico-physiologie, l’anatomie comparés et la paléontologie mettent en évidence, entre l’homme et l’animal, les différences uniquement quantitatives. L’homme crée des barrières, soit pour satisfaire son orgueil, soit pour rendre certains phénomènes plus explicites, barrières qui s’évanouissent devant la Science. Cette vérité devient surtout évidente lorsqu’on descend aux espèces inférieures.
Ces êtres microscopiques constitués d’une seule cellule, les Flagellés, ont des caractéristiques aussi bien animales que végétales. Aussi les naturalistes crurent-ils tourner la difficulté en les classant en deux catégories : les Flagellés-animaux (Zooflagellés), les Flagellés-plantes(Phytoflagellés), division qui s’est avérée insuffisante lors de la découverte d’espèces qui, au cours de leur cycle vital, passent d’une catégorie à l’autre.
Ceci nous montre la précarité et l’insuffisance de classifications qui demeurent arbitraires.
En descendant l’échelle des êtres, nous arrivons aux sources mêmes de la vie. Tout le monde connaît les Bactéries, êtres extrêmement simplifiés et de très petite taille (de l’ordre d’un millième de millimètre), dont l’importance biologique est considérable. En dépit de leur petitesse, les Bactéries ont encore une structure définie, une organisation. Elles se composent d’un grand nombre de molécules et ont les mêmes constituants chimiques que les autres cellules.
Depuis quelques années – et surtout depuis la découverte du microscope électronique, les biologistes étudient avec intérêt des êtres plus petits encore : les infra-microbes. L’un d’entre eux, le virus filtrant, a même pu être photographié ; il est la cause de certaines maladies (rage, variole, poliomyélite). Ces êtres infimes, qui ne peuvent pas être cultivés en laboratoire, résistent à la dessiccation. A cette échelle, une organisation comparable à celle des bactéries n’est plus possible ; l’analyse chimique montre qu’ils contiennent encore de l’acide thymo-nucléique, des protéines et des glucides, mais n’ont plus d’activité respiratoire et fermentaire. « Et pourtant, nous dit M. Dragesco, ils ont les caractères de la vie puisqu’ils se reproduisent et se transmettent ».
Les Bactériophages sont encore plus extraordinaires ; leur taille varie de 100 à 8 millions de millimètre ; ils détruisent les bacilles et résistent à une température de 75°, à l’acétone, à l’alcool, à l’éther et à la dessiccation ; ils nous amènent donc à la conception d’une organisation cellulaire simplifiée à l’échelle moléculaire.
Il y a mieux encore : Les protéines-Virus qui sont les agents des viroses, maladies de certaines plantes. Aussi petites que les Bactériophages, les Protéines-Virus ont pu être obtenues cristallisées ; leurs cristaux restent virulents après quinze recristallisations successives. Elles ont un poids moléculaire énorme, sont solubles dans l’alcool et l’acétone et se multiplient comme tout être vivant. On a même pu provoquer une mutation, c’est à dire une race de virus à propriétés changées par l’action des rayons X. Les mutants avaient des propriétés chimiques différentes.
Les infra-microbes font donc la liaison entre les molécules et les êtres vivants. « La nature passe insensiblement des formes animées aux inanimées »…disait Aristote il y a 2000 ans ; nous ne pouvons pas mieux conclure aujourd’hui.
M. Dragesco affirme que « la différence entre la vie et la non-vie dépend de la complexité structurale ». Un des mérites de la biologie moderne est précisément d’avoir supprimé la barrière qui séparait la vie du monde physico-chimique. Au fond, le critère le plus général pour définir la vie est le suivant : oxydation de matières organiques avec libération d’énergie.
Dans ces conditions l’apparition de la vie sur une planète est une des phases de l’évolution géochimique de l’astre en question.
Les biologistes considèrent que les êtres vivants-tout au moins sur Terre- se sont formés à partir de la photosynthèse de l’aldéhyde formique, grâce au rayonnement ultra violet. Par la suite, l’élimination de l’oxygène arrêta l’ultra-violet, nocif à la vie des cellules. Les premiers êtres vivants se sont développés dans les océans chauds, qui contenaient de l’oxygène, du CO2 et de l’ammoniac. Par la suite la vie évolua et les conditions changèrent. L’atmosphère devint de plus en plus riche en oxygène et la température baissa.
Plusieurs conditions semblent nécessaires au maintien de cette vie. M. Dragesco considère que les êtres vivants ont d’abord besoin d’aliments.
Mais pour que la vie se maintienne sur une planète, de nombreuses conditions sont nécessaires. Outre les aliments, la plupart des êtres exigent des composés organiques synthétisés par d’autres cellules. Heureusement les végétaux se contentent de produits plus simples : eau, carbone, azote et sels minéraux. L’eau, l’acide carbonique et l’azote sont indispensables à l’entretien des êtres organisés supérieurs.
La plupart des êtres vivants ont besoin aussi de respirer ; par conséquent l’atmosphère de la planète doit contenir de l’oxygène et de l’ozone pour empêcher les radiations ultraviolettes d’arriver au sol.
La chaleur est indispensable. L’adaptation est pourtant fort réduite dans le cas des températures élevées, les êtres supérieurs ne pouvant supportés de températures dépassant 60° ; en somme, nous pouvons admettre que les êtres vivants ne résistent qu’à des températures comprises entre -31° et +90°.
Quant à la pression, cet agent physique semble jouer un rôle assez effacé.

En somme, pour être renseigné sur l’habitabilité d’une planète, il faut se documenter au préalable sur ses principales caractéristiques.


Des corps célestes se trouvant dans notre voisinage, tels Venus et Mars, semblent réunir tous les suffrages. Pourquoi ? Parce que la température de Venus ne paraît pas excéder + 64° ; elle est localement atténuée par des montagnes de 80 000 m de haut ; la présence d’eau permet d’admettre l’existence de végétation ; son atmosphère en effet ne diffère de la nôtre que par une très forte proportion de gaz carbonique, ce qui n’est pas incompatible avec l’existence de végétaux utilisant ce gaz carbonique pour leur fonction chlorophyllienne.


Les conditions qui règnent à la surface de Mars s’opposent à la survie d’êtres constitués comme nous ; elles ne sont pas défavorables à l’existence d’une végétation assez abondante dans certaines régions, ainsi qu’à l’épanouissement d’une vie animale spécialement adaptée au climat.
Si ces deux planètes présentent des analogies avec la Terre, un grand nombre d’autres sont bien différentes. Ainsi la température calculée pour Jupiter, d’après le rayonnement que cette planète reçoit du soleil, est de -210° ; sur ce monde glacé il n’y en a pas moins un océan, des continents- plus exactement d’immenses îles flottant à la dérive-une atmosphère agitée. Mais cet un océan de méthane sur lequel flottent des continents d’ammoniac solidifiés ; l’atmosphère est formée outre les vapeurs de méthane, d’azote et d’hydrogène. Ainsi les conditions physico-chimiques sont elles différentes de celles qui régissent notre globe. Des êtres vivants peuvent-ils malgré cela y exister ?


Si chaque être ne peut vivre que dans des conditions bien déterminées, le principe même de la vie est absolument indépendant des conditions physico-chimiques ; il réclame seulement la présence d’un grand nombre de ces conditions en un même lieu…Le docteur Lefébure considère en effet que des systèmes doués de catalyse, d’osmose, de cristallisation, peuvent aussi bien pousser sur des rochers d’ammoniac baignés dans des vagues de méthane que les algues qui croissent sur nos côtes terrestres.
En effet, comme les organismes sont constitués d’association de cellules, chaque cellule, selon cette théorie, est formée d’un grand nombre de systèmes organiques, simples, présentant le cycle de croissance limitée, - reproduction illimitée. Ce sera un des grands enseignements de l’Astronautique d’infirmer ou de confirmer cette théorie par la découverte d’êtres vivants sur diverses planètes.
Si donc on admet l’existence d’être vivants dans des conditions totalement différentes des nôtres, peut-on en dégager les caractéristiques ?- Morphologiques, sans aucun doute. On voit que, malgré des différences physico-chimiques profondes entre les planètes, leur forme extérieure est à peu de chose près semblable.
Si Jupiter est plus aplati aux pôles que la Terre, c’est minime comparativement à la température par exemple. La morphologie apparaît donc comme un élément stable. Et ce qui est vrai pour les astres l’est également en biologie. Ainsi il existe dans les eaux chaudes et sulfureuses de Barèges une bactérie ; elle est la seule à pouvoir croître et se multiplier à une telle température et dans une telle proportion de soufre. Or, dans les conditions habituelles, elle meurt. Sa morphologie est simplement celle d’une grosse bactérie et rien dans sa forme ne permettrait de soupçonner qu’elle vit dans des conditions anormales. Là encore la morphologie apparaît plus constante que les caractéristiques physico-chimiques. Il est donc fort possible, comme le conclut le docteur Lefébure, que les êtres vivant sur d’autres planètes ne soient pas tellement différents par leurs formes des êtres vivant sur terre. En outre l’aspect extérieur de tous les animaux est à peu près symétrique par rapport à un plan vertical médian. On voit mal pourquoi cette loi qui découle des meilleures conditions d’équilibre pour des êtres doués de locomotion ne serait pas vraie sur les mondes les plus lointains.
Enfin, en zoologie nous savons que tous les êtres possèdent obligatoirement trois éléments essentiels : tête, tronc, membres.
La tête est généralement ovoïde, les membres seront rectilignes, du moins longilignes. La tendance sphéroïde réalisée au maximum dans l’œil, la longiligne dans les doigts de l’espèce humaine, ces deux polarités morphologiques paraissant liées d’une part à la fonction sensitive, d’autre part à la fonction motrice. Il y a tout lieu de supposer que cette loi n’est pas seulement terrestre parce que résultant de nécessités mécaniques ; et s’il y a des êtres sur d’autres planètes, ils doivent posséder également des yeux, puisque toutes les planètes sont éclairées et que ces yeux sont sphériques, des membres et des doigts, qui seraient longilignes. Par contre les caractères secondaires-coloration par exemple-seront très variés et imprévisibles, dépendant du chimisme local.
En guise de conclusions nous pensons amusant de reproduire ci-dessous le résultat des savants calculs de sir Thomas Dick, publiés en 1837, sur la population disséminée à travers notre système solaire.


Je milite en faveur d’un accès direct aux articles scientifiques sans pour autant passer par le filtre de journalistes qui de façon consciente ou inconsciente caviardent l’information importante pour la rendre plus conforme « aux croyances du moment, comme par exemple ici où l’on nous dit en substance : il y a peut-être de la vie dans l’univers mais ce n’est que dans quelques dizaines d’années que nous aurons la réponse ». Je crois qu’Internet, loin d’être une ressource dédiée aux détraqués en tout genre, pédophiles et consorts, régulièrement dénoncé par nos médias est avant tout un fantastique outil de connaissance et de communication (Jusqu’à quand ?) Afin d’apporter de l’eau à mon moulin je vous propose de comparer l’article de « Futura Science » concernant une publication récente, qui a déjà été évoquée sur ce site:
https://www.forum-ovni-ufologie.com/t13976-extraterrestres-leurs-lampadaires-pourraient-trahir-leur-presence
et la publication originale que je me suis permise de traduire rapidement. Bonne lecture.
Progrès récents en matière de détection.
http://arxiv.org/pdf/1110.6181v1
Détection technique d’objets éclairés artificiellement en dehors du système solaire et au delà.
Les télescopes optiques terrestres et les investigations peuvent détecter des objets artificiellement éclairés comparables en brillance totale à une ville terrestre dans les faubourgs du système solaire. Les paramètres orbitaux des objets de la ceinture de Kuiper (KBOs) sont régulièrement mesurés pour atteindre une précision inférieure au millième. Ici nous proposons de mesurer la variation du flux observé F de tels objets en les reliant aux changements de leur distance orbitale D. Les objets éclairés par la lumière du soleil montreront une courbe logarithmique alpha qui est équivalente à (dlogF/dlogD) =-4 alors que les objets éclairés artificiellement devraient montrer alpha = -2. Si des objets avec alpha = -2 sont trouvés, des observations ultérieures avec des grands télescopes pourront mesurer leurs spectres pour déterminer s’ils sont illuminés par un éclairage artificiel. Cette méthode ouvre une nouvelle fenêtre dans la recherche des civilisations extraterrestres. La recherche peut être étendue au delà du système solaire avec de nouvelle génération de télescopes au sol et dans l’espace, qui seraient capables de détecter la modulation de phase due à des éclairages artificiels très forts sur la face nocturne des planètes lorsqu’elles orbitent autour de leurs étoiles mères.
La recherche d’intelligence extraterrestre (SETI) a été principalement conduite dans la bande radio (Wilson, 2001 ; Tarter, 2001 ; Shostak et al., 2011), avec en marge une attention aux signaux exotiques dans le domaine optique (Howard et al., 2007 ; Horowitz et al., 2001) et dans le domaine thermal infrarouge (Dyson, 1960). Les cibles usuelles des observations radio SETI ont été les signaux potentiels de balise diffusés intentionnellement par une autre civilisation pour signaler sa présence comme la « fuite » de radiation, produite par la communication ou d’autres buts (par exemple le radar).
Comme les technologies évoluent sur Terre, les attentes concernant les signaux extraterrestres plausibles changent. Par exemple, le pouvoir radio émissif de la Terre a décliné de façon importante durant les décades récentes compte tenu de l’utilisation des câbles, des fibres optiques et des autres avancées dans les technologies de la communication, indiquant qu’écouter les civilisations avancées distantes pourrait être plus difficile que ce qui était pensé auparavant (Forgan et Nichol 2011).
Ici nous sommes guidés plutôt par la notion selon laquelle les créatures biologiques préfèrent probablement tirer avantage de l’éclairage naturel fourni par l’étoile autour de laquelle orbite leur planète mère. Dès que de telles créatures développent la technologie nécessaire, il leurs serait naturel d’éclairer artificiellement l’objet qu’ils habitent durant ses phases nocturnes.
Notre civilisation utilise deux classes de base pour l’éclairage : Le thermique (les ampoules incandescentes) et le quantique (lumière émise par les diodes(LEDs) et les lampes fluorescentes). De telles sources artificielles d’éclairage ont des propriétés spectrales différentes de la lumière solaire. Le spectre des lumières artificielles sur les objets lointains devrait les distinguer de l’éclairage des sources naturelles, comme de telles émissions seraient très rares dans les conditions thermodynamiques naturelles présentent à la surface d’objets relativement froid. Du coup, l’éclairage artificiel peut servir comme un réverbère qui montre l’existence de technologies extraterrestres et donc de civilisations. Ces techniques sont-elles réalistes pour rechercher la fuite d’éclairage artificiel dans la bande optique ?
Il est pratique de normaliser tout éclairage artificiel en unité de flux de 1% de l’éclairage solaire quotidien de la Terre, fterrestre est équivalent à 1%(Lsolaire/4piD2terrestre) = 1,4 104 erg s-1, ou Dterrestre = 1,5 1013 cm équivalent à une unité astronomique qui est la distance Terre-Soleil. Grossièrement parlant, cette unité correspond à l’éclairage d’un bureau brillamment éclairé ou celui fourni par le soleil sur la Terre au moment du lever ou du coucher dans un ciel clair.
2 Eclairage des objets de la ceinture de Kuiper.
Nous examinons en premier la faisabilité de cette nouvelle technique du SETI à l’intérieur du système solaire, qui offre les meilleurs candidats pour détecter intrinsèquement des sources de lumière faibles.
Le flux observé provenant de la lumière solaire clairsemée d’un objet situé à une distance D >> une unité astronomique bascule comme D -4. Donc, le flux d’un objet qui est éclairé artificiellement à un niveau de f terrestre devrait être plus important que le flux du au réfléchissement de la lumière solaire par un facteur de (A/1%)-1 (D/1 AU)2, ou A est l’albédo (coefficient de réflexion) d’un objet au soleil.
Plus de mille petits corps ont déjà été découverts à une distance allant de 30 à 50 unités astronomiques, connus comme la ceinture de Kuiper du système solaire(Petit et al., 2011). Le nombre connu d’objets de la ceinture de Kuiper (KBOs) va s’accroître d’un ou deux ordres de magnitude pendant la prochaine décade à travers les programmes Pan-STARRS et LSST. Les tailles des KBOs connus (entre 1 - 1000 km) sont généralement déduites à partir d’un albédo de référence (Grundy et al,2005) de A proche de 4 à 10 %. (L’albédo d’un KBO peut quelquefois être calibré plus fidèlement en se basant sur les mesures de son émission thermique infrarouge.) Pour A = 7 % et la distance D de 50 unités astronomiques, un objet artificiellement éclairé comme f terrestre serait plus brillant par un facteur 360 par rapport à l’éclairage par la lumière du soleil. Ceci implique qu’une surface illuminée au flux terrestre fterrestre devrait fournir le même flux observé F qu’un objet éclairé par la lumière du soleil à cette distance, si c’est le cas, équivalent à racine carré (360) = 19 fois plus petit en taille. Exprimé autrement, une surface éclairée de la même façon que le flux terrestre de 53 km (comparable à l’échelle d’une ville importante) devrait apparaître plus lumineuse qu’un objet de 1000 km qui réfléchit la lumière du soleil avec A = 7 %. Comme des objets de 1000 km ont déjà été trouvés à des distances supérieures à 50 unités astronomiques, nous en déduisons que nos télescopes existants et les surveillances pourraient détecter la lumière artificielle d’une région suffisamment lumineuse, grossièrement de la taille d’une ville terrestre, situé sur un KBO.
Un éclairage artificiel plus faible d’un facteur epsilon < 1 comparable au standard de « 1 % de la lumière du jour sur Terre » représenté par f terrestre, devrait baisser le flux observé du même facteur, puisque les niveaux des flux observés F sont proportionnels à epsilon. Par conséquent, l’objet de taille équivalente nécessité par l’éclairage artificiel pour produire le même flux observé suite à l’éclairage par la lumière du soleil, devrait s’accroître de epsilon -1/2. Cependant, les télescopes existants pourraient détecter des régions faiblement éclairées (epsilon voisin de 1 %) de la taille de centaines de km à la surface d’un gros KBOs.
L’éclairage artificiel courant sur la face nocturne de la Terre a une magnitude absolue dans la bande r d’environ 43,5 (correspondant à 1,7 * 10 13 lumens produits par environ 2*10 12 Watts de puissance électrique). Les télescopes existants pourraient voir la face artificiellement éclairée de la Terre à une distance d’environ 1000 AU, où la brillance de la lumière solaire diffuse et l’éclairage artificiel (aux niveaux courants) sont tout à fait par hasard, à peu près égaux. Une mégapole terrestre d’aujourd’hui, comme Tokyo par exemple, a une magnitude absolue de 47,9 dans la bande r avec des magnitudes apparentes de 16,2 à la distance de une unité astronomique, 23,7 à 30 AU, 26,3 à 100 AU et 31,3 (environ équivalent aux plus faibles objets détectés par le Télescope à champ ultra profond Hubble) à 1000 AU.
Donc, les observatoires astronomiques optiques existants sont capables de détecter l’éclairage artificiel à des niveaux couramment employés sur Terre pour des constructions extraterrestres supposées de la taille d’une mégapole terrestre ou plus grande à la frontière du système solaire.
3 Une signature Flux-Distance de l’éclairage artificiel.
Les paramètres orbitaux des objets de la ceinture de Kuiper (KBOs) sont mesurés régulièrement avec une précision inférieure au millième grâce aux observations astrométriques (Petit et al., 2011). Une méthode simple et robuste mais très efficace pour identifier les objets éclairés artificiellement consiste à mesurer la variation du flux observé F comme une fonction de sa distance changeante D au cours de son orbite. Les objets éclairés par la lumière du soleil montreront une courbe logarithmique avec alpha identique à (dlogF/dlogD) = -4 alors que les objets éclairés artificiellement devraient montrer un alpha egal à -2. La précision photométrique nécessitée de plus d’un pourcent pour de telles mesures (sur une échelle de temps de plusieurs années) peut être facilement atteinte par les télescopes modernes.
Si les objets avec alpha = -2 sont découverts, des observations de suivi avec de longues durées d’exposition sur des télescopes de 8 à 10 m peuvent déterminer leur spectres et tester si ils sont éclairés par un éclairage artificiel thermique (incandescent) ou par des sources de lumière LED ou à fluorescence. Une recherche de suivi complémentaire avec des signaux radiaux artificiels peut être menée avec les observatoires radio (Loeb et Zaldarriaga, 2007), comme le GMRT, LOFAR, MWA, et PAPER, qui devraient être capables de détecter des émissions radio de niveaux extrêmement faibles avec les standards terrestres courants.

Les KBOs varient en brillance pour des raisons autres que leur distance changeante par rapport à la Terre et au soleil. En particulier, un angle de vue changeant (dû principalement au mouvement orbital de la Terre) peut conduire à des changements dans les contributions provenant d’une retro-diffusion cohérente, d’ombre de surface (Rabinowitz et al., 2007 ; Schaefer et al., 2009), et d’éjection de gaz ; la rotation d’objets de formes non sphériques ou des variations de l’albédo de surface peuvent produire des variations à court terme (typiquement quelques heures à un jour) ; et pour quelques objets l’occultation par un compagnon binaire peut aussi contribuer à une variabilité assez rapide. Pour ces raisons, il devra être avantageux de suivre la brillance des KBO fréquemment et pour une période de plusieurs années de façon à moyenner et éliminer les autres contributions à la variabilité et permettre à la tendance séculaire liée au changement de distance d’émerger. Heureusement, LSST (Ivezic et al.,2008) obtiendra des données complètes et de très haute qualité de cette nature précisément pour d’autres buts sans rapport et plus conventionnels. Aussi, le programme que nous proposons peut identifier les KBO (ou les astéroïdes) candidats par un suivi intensif sans aucun investissement additionnel de ressources observationnelles.
Nous notons que les lumières artificielles pourraient aussi varier sur des courtes périodes, lié à leurs mises en marche, dû au rayonnement, ou dû à l’apparition et la disparition de taches lumineuses sur le limbe des objets en rotation.
4 Conclusions
Des KBOs éclairés artificiellement près d’autres étoiles pourraient émaner de civilisations. En particulier, quelques petits corps peuvent avoir voyagé de la ceinture de Kuiper dans l’espace interstellaire après avoir été éjectés dynamiquement par d’autres systèmes planétaires (Moro-Martin et al.,2009). Ces objets peuvent être reconnus par leurs orbites hyperboliques. Une origine encore plus hypothétique pour les KBOs éclairés artificiellement implique des objets composés de rock, d’eau et de glace (astéroïdes ou planètes de faible masse) qui furent originellement dans la zone habitable du soleil, développèrent une vie intelligente, et furent plus tard éjectés par diffusion gravitationnelle avec d’autres planètes (comme la Terre et Jupiter) dans des orbites hautement excentriques. De telles orbites passent la plupart de leur temps à leur plus grande distance (revirement), Dmax. Si cette distance correspond à la ceinture de Kuiper, alors la dernière fois que ces objets passèrent près de la Terre c’était il y a plus de 500*( Dmax/100 AU)3/2 années, avant que l’âge moderne de la science et de la technologie ne commença sur Terre.
Les générations suivantes de télescopes terrestres (EELT, GMT et TMT) ainsi que les télescopes spatiaux (JWST, Darwin, et TPF) seront capables de rechercher les éclairages artificiels des planètes extra-solaires (Riaud et Schneider, 2007). La recherche de la modulation de phase orbitale (temps) du flux observé provenant de l’éclairage artificiel de la face nocturne de Planètes similaires à la Terre lorsqu’elles orbitent autour de leur étoile serait-elle d’un intérêt particulier ?
Une détection photométrique préliminaire grand champ pourrait être améliorée par l’utilisation de filtres à bande étroite qui seraient accordés aux caractéristiques spectrales des sources de lumière artificielles (comme les LEDs). Pour que cette signature soit détectable, le côté nuit doit avoir un éclat artificiel comparable à l’éclairage naturel de la face diurne. Clairement, la civilisation extraterrestre correspondante devrait employer des éclairages artificiels plus brillants et plus étendus que ce que nous utilisons aujourd’hui puisque le contraste global entre le côté jour et le côté nuit est un facteur de 6*105 par rapport à la Terre aujourd’hui.
Résumons nous. Nous disposons dès aujourd’hui des capacités techniques pour détecter des objets de la ceinture de Kuiper qui disposeraient d’un éclairage artificiel similaire à celui utilisé sur la Terre. Cette recherche consiste simplement à suivre dans la durée les objets de cette ceinture de Kuiper et corréler leur distance versus leur magnitude. Une loi simple et rapide permet de faire la différence entre un éclairement artificiel et un éclairement naturel correspondant à la réflexion de la lumière solaire. Des phénomènes parasites peuvent perturber l’interprétation mais ceux-ci ne résistent pas à une observation suivie et régulière des objets. Une fois un candidat potentiel détecté, des observations complémentaires avec de grands télescopes pourront être menées afin de prendre des spectres et déterminer la nature exacte du rayonnement. Enfin une écoute radio ultra sensibles prendra le relai à l’aide des observatoires GMRT, LOFAR, MWA, et PAPER. En fait, au moins un observatoire au monde a commencé cette recherche et il s’agit justement de l’observatoire Pan-Starrs dont l’un des prototypes est rentré en service en juin 2006 et qui a terme devrait comprendre 4 télescopes au total. Je m’étais toujours demandée pourquoi l’USAF [1] participait au financement de cette ressource (participation qui n’est plus aussi clairement affichée sur leur site que par le passé) invoquant tour à tour la détection de satellites et la caractérisation de leurs orbites (et pourquoi pas la détection des OVNI avec un tel engin), la protection de la planète par un système de détection anticipée des NEOs (un des objectifs affichés), l’utilisation de ces mêmes NEOs en tant « qu’armes naturelles » (ici j’extrapole mais les mêmes techniques qui permettent de dévier un caillou peuvent être mises à profit pour faire de ces mêmes cailloux des armes fantastiques), la cartographie de notre banlieue stellaire dans une optique prochaine de voyage interstellaire (j’extrapole aussi mais je crois bien que nous ne sommes pas si loin de cet « eldorado » et les préparatifs sont déjà en route en matière de cartographie. Car ce n’est pas le tout de savoir se déplacer, encore faut-il se repérer une fois sur place). Je crois que l’on peut rajouter sans peine la surveillance et la détection potentielle de visiteurs dans notre banlieue Terrestre via des techniques proches de celles évoquées et décrite dans cette récente publication.


Une autre idée intéressante est évoquée dans l’article, en conclusion. La possibilité qu’un de ces objets de la ceinture de Kuiper soit en fait une ancienne planète qui se trouvait dans la zone habitable autour du soleil, sur laquelle s’est développé la vie intelligente. Elle a subi une perturbation gravitationnelle qui l’a propulsée dans la ceinture de Kuiper mais elle viendrait refaire surface de temps en temps. Une formule est même donnée et je me suis appliquée à calculer le temps nécessaire au retour de cette « Nemesis », car il faut bien appeler un chat un chat : Si je ne me suis pas trompée, un peu moins de 16 000 ans pour une distance Dmax de 1000 AU !
Enfin l’article donne un panorama assez exhaustif des observatoires existants et à venir que je me permets de vous restituer ici car ils me semblent tous d’une importance clé dans ce sujet du contact. Avec cette évolution exponentielle des techniques qui va révolutionner notre vision de l’univers, sans être visionnaire, on peut estimer que la révélation (si l’information nous est communiquée) est à prévoir dans les dix prochaines années. Je suis impatiente de voir comment nos pseudo-sceptiques vont retourner leur veste et quelles contorsions « intellectuelles » ils vont devoir pratiquer.
Tout d’abord un blog à surtout suivre de très près :
http://www.ps1sc.org/blog/
Relation magnitude absolue Diamètre :
http://www.minorplanetcenter.org/iau/lists/Sizes.html
GUIDEBOOK ON ENERGY EFFICIENT ELECTRIC LIGHTING FOR BUILDINGS
http://lightinglab.fi/IEAAnnex45/guidebook/guidebook_summary_report.pdf
Observatoires :
http://pan-starrs.ifa.hawaii.edu/public/home.html
http://www.lsst.org/lsst/
http://www.eso.org/public/teles-instr/e-elt.html
Observatoires radio ultra sensibles :
http://gmrt.ncra.tifr.res.in/
http://www.lofar.org/
http://www.mwatelescope.org/
http://astro.berkeley.edu/∼dbacker/eor/
et ensuite indiquer PAPER dans le champ search et sélectionner le premier lien donné.
Observatoires à venir :
Opérationnel dans les 10 ans qui viennent:
http://www.gmto.org/
http://www.tmt.org/
http://www.jwst.nasa.gov/
http://www.jwst.nasa.gov/videos_general_3.html
http://www.esa.int/esaSC/120382_index_0_m.html
http://planetquest.jpl.nasa.gov/TPF/tpf index.cfm
[0]

Alexandre Ananoff (1910-1992)
 
Ecrivain et conférencier d'origine russe, né à Tbilissi, en Géorgie, il contribua largement à faire connaître l'astronautique naissante.
Enthousiasmé par la lecture des écrits du précurseur russe Konstantin Tsiolkovski, il consacre plus de trente ans de sa vie à la promotion des activités spatiales auprès de la communauté scientifique et du grand public.
[1]
http://www.defenseindustrydaily.com/8M-for-Astronomy-Asteroid-Assessment-04828/
guillaume.E
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 56
Inscription : 31/08/2009
Localisation : viroflay
Emploi : jardinier
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Mar 15 Nov 2011, 12:25
bonjour,

m51m51:
Auriez-vous par hasard un lien quelconque avec cet historien zète qui considère certains faits comme non recevables car trop anciens ?


non,dsl.
La Ratapinhata
Passionné
Passionné


Féminin Age : 108
Nombre de messages : 106
Inscription : 05/09/2011
Localisation : Nice
Emploi : Homeschooler mother
Passions : lecture, Histoire,
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Mar 15 Nov 2011, 23:39
@M51M51:

Merci pour ces infos... donc, si j'ai bien compris tous ces observatoires en chantier , dont un des buts avoués est la mise en évidence de phénomènes artificiels (lumière..) sont la preuve que la communauté scientifique, en toute discrétion, tient pour acquis que la recherche d'une vie intelligente extraterrestre est un sujet respectable... et pas seulement une obsession de farfelus enthousiastes et rêveurs...
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Sam 03 Déc 2011, 00:38
Le Seti est une langue utilisée en Papouasie nouvelle Guinée parlée par environ 164 personnes. Si l’on prenait une image et si l’on comparait la Terre à l’univers, pensez-vous que les messages envoyés par cette tribu au monde entier (l’univers) seraient compréhensibles?
Guillaume.E :
Merci pour ces précisions.
La Ratapinhata :
Merci pour ces infos... donc, si j'ai bien compris tous ces observatoires en chantier, dont un des buts avoués est la mise en évidence de phénomènes artificiels (lumière..) sont la preuve que la communauté scientifique, en toute discrétion, tient pour acquis que la recherche d'une vie intelligente extraterrestre est un sujet respectable... et pas seulement une obsession de farfelus enthousiastes et rêveurs...
Effectivement et vous ne croyez pas si bien dire. Pour compléter et étayer mes propos voici encore deux articles très récents, un de Jacob Haqq-Misra et Ravi Kumar Kopparapu[0] venant évaluer la probabilité de détecter des objets artificiels non terrestres dans le système solaire (je vous livre la traduction rapide des conclusions de l’article)
« On the likelihood of non-terrestrial artifacts in the Solar »
http://arxiv.org/abs/1111.1212

Si d’autres civilisations technologiques existent vraiment dans la galaxie, alors nous devons admettre la possibilité qu’ils aient peut-être choisi d’explorer à distance notre système solaire en utilisant des sondes sans pilote. De telles sondes sont envisagées pour l’exploration humaine des système stellaires proches et devraient avoir une taille limite de 1 à 10 mètres. Bien que nous puissions être capables d’écarter la surface de la Terre comme un site qui abriterait actuellement ces NTAs (Non Terrestrial Artifact), le reste du système solaire n’a pas été exploré avec une résolution suffisante pour trouver de telles sondes, si en fait elles existent. L’exploration continue de la lune et des surfaces martiennes accroitra lentement notre confiance en l’absence de NTAs, de même d’autres missions du système solaire qui examinent de près les corps planétaires (par exemple la sonde Huygens se posant sur Titan), gravitationnellement stable aux points de Lagrange, ou les débris de la ceinture d’astéroïdes. Les analyses de données de satellites en orbite, tel que LRO, peuvent aussi aider à contraindre cette probabilité en recherchant des anomalies thermiques ou compositionnelles qui sont compatibles avec la présence d’une NTA. Néanmoins, l’immensité de l’espace implique qu’il faudra quelque temps avant que même des objets proches puissent être assimilés à des NTAs.
En présentant cette analyse, nous n’essayons pas d’argumenter que la recherche de NTAs dans notre système solaire doivent bénéficier d’une quelconque préférence par rapport aux autres missions astronomiques plus conventionnelles. Notre intention est de présenter un cadre dans lequel nous pouvons estimer la complétude de notre recherche des NTAs, qui augmentera inévitablement comme nous continuons à explorer la lune, Mars, et d’autres régions proches de l’espace. La découverte de technologie extraterrestre devrait certainement être une des trouvailles les plus importantes de l’histoire de l’humanité ; même si cette technologie n’était pas fonctionnelle, elle nous donnerait quelques certitudes que la vie – l’intelligence- s’est développée ailleurs. Avec des endroits si nombreux pour des sondes observationnelles si petites qu’elles pourraient se cacher dans notre arrière cour nous devons garder les yeux bien ouverts.
et un de Keith B.Wiley intitulé « The Fermi Paradox, Self-Replicating Probes, and the Interstellar Transportation Bandwidth ».
http://arxiv.org/pdf/1111.6131v1
Il est important d’associer ces deux articles car ils se répondent comme dans un jeu de miroir… d’Amoli peut-être ?
Quelques exemples ? Prenez dans ce dernier papier la page 2, on trouve à la fin du paragraphe 2.1 une estimation du nombre de SRPs (acronyme pour Self Replicating Probes ou les sondes spatiales susceptibles de s’auto répliquer plus communément appelées sondes auto réplicantes de Von Neumann. Elles n’ont pas le vent en poupe en ce moment, l’auteur se payant même le luxe d’établir un « formule de Drake » [Le nombre de sondes Nr est égal à Ns*fr*nr*Gr où Ns est le nombre total de sociétés stellaires en incluant les colonies, fr la fraction de ces sociétés qui envoient des SPRs, nr le nombre de missions initiés et Gr la fraction de la galaxie que chaque mission atteint] pour en estimer le nombre dans nos parages). Lisons le passage (traduction rapide) :
Lorsque nous complétons l’équation selon les estimations haute et basse, cela mène à une valeur de Nr entre 100 et 100 milliards de SPRs (de sondes !) dans notre système solaire en ce moment. L’absurdité de ce résultat souligne l’énorme bazard du paradoxe de Fermi et démontre pourquoi beaucoup de partisans optimistes de la cause ETI ont fui les plus modestes considérations en matière de SRPs.

Mais si vous pensez à des sondes de taille métrique voir plus petites (et pourquoi pas nanométrique ?) en référence au premier papier ou aux UFOs, est-ce vraiment si absurde, ne devrait-on pas être dans la fourchette d’estimation?
Le papier de Keith est par ailleurs très intéressant car il évoque la possibilité d’une colonisation de la galaxie par ce qui est appelé « une intelligence informatisée », en fait l’association d’une intelligence artificielle et des entités qui l’ont fait naitre (modèles récents d’exploration galactique par Bjork, Corra et Morrales[1]). Ce ne serait donc pas uniquement des sondes automatiques que nous pourrions rencontrer mais aussi leurs propriétaires et leurs cymbions numériques (des « petites tasses » de connaissances numériques autonomes et douées de libre arbitre). On pourrait d’ailleurs se demander si ces cymbions ne se connecteraient pas de temps en temps à notre web sous quelques pseudos anodins histoire de prendre la température évolutive des sociétés humaines.
Ce papier offre un autre idée pertinente appelée « light cage » ou cage de lumière. En fait, selon l’auteur, deux paramètres antagonistes viennent jouer sur la taille de la sphère d’expansion d’une société d’ETI dans la galaxie. Le taux d’expansion dans la galaxie et le taux de croissance de sa densité de population (supposé être exponentiel ici). Lorsque la croissance exponentielle de la population ne peut plus être compensée par l’exploration de nouveaux territoires [monde clos versus mythe de la frontière] la société s’effondre. N’est ce pas un peu ce que nous vivons ici, en ce moment, sur Terre? D’où peut-être l’importance d’un changement de système ?)
Selon l’auteur, la seule façon d’éviter la catastrophe serait de passer d’une croissance exponentielle (vous savez ce moteur de la sacro sainte consommation…) à une croissance logistique (je ne sais pas trop ce qu’il entend par là mais je crois comprendre qu’il s’agit d’une croissance contrôlée voir d’une décroissance si cela est nécessaire)
En faisant l’hypothèse d’une croissance annuelle de 1 % et une sphère initiale de la taille de la Terre, McInnes[2] à partir d’une vitesse d’expansion de l’ordre de 0,05 c (une estimation assez commune à partir de vaisseaux interstellaires propulsés par la fusion type Dedalus[3]) calcule que le rayon de la « cage de lumière » sera de l’ordre de 15 années lumière atteinte en 7000 ans avant que la société ne collapse (ce qui avec 52 étoiles dans une sphère de 15 al de diamètre autour du soleil donne finalement assez peu de possibilités). Cette colonisation ressemblera à un arbre, un graphe (d’ou peut-être l’importance de la théorie des graphes concernant ce sujet, encore une piste donnée par les courriers décriés) ou plutôt un rhizome pour rebondir sur un terme évoqué au début de ce fil. Mc Innes explique donc le paradoxe de Fermi par cette expansion limitée qui se termine avec l’effondrement de la société mère. Le modèle de croissance exponentielle est dans ce cas le cœur du problème et il n’est pas impossible qu’une des étapes préalables à une expansion stellaire d’une ETI(en tout cas de l’humanité) soit la remise aux oubliettes de ce modèle au profit d’une croissance « intelligente » et contrôlée dans le berceau de cette civilisation avant même qu’elle ne parte à la conquête des étoiles (Haqq-Misra et Baum, 2009).
Un peu plus loin, l’auteur du papier évoque la possibilité d’un singleton galactique (je reviendrai un peu plus tard sur cette notion que je trouve féconde) les autres civilisations devenant des satellites du singleton avec une très relative autonomie.
Enfin l’auteur développe un concept novateur qu’il nomme l’IBT, acronyme pour l’Interstellar Transportation Bandwidth que l’on pourrait traduire en français par la bande passante du transport interstellaire et qui est en fait le nombre d’entités (généralisons) passant d’un système stellaire à un autre par unité de temps. L’auteur fait l’hypothèse que cet IBT (finalement très peu de monde se déplace) est suffisamment faible pour protéger chaque système stellaire de la pression de ses voisins. Le ITB pourrait être en fait une réelle limite à la pression sociale interstellaire. Une civilisation galactique pourrait donc mourir sans pour autant infecter (encore faudrait-il s’entendre sur la signification de cette infection d’un point de vue psychologique et sociologique d’une espèce extraterrestre, et en disant cela je me rends compte de la mélasse conceptuelle dans laquelle je m’ébroue en employant des notions finalement très anthropocentriques) ses proches voisins et de donner à l’échelle de la Terre l’exemple intéressant de l’île de Pâques, qui était trop isolée du reste du monde et du fait n’a pas eu « l’opportunité » de transmettre son « échec » de civilisation au reste de la planète.
En page 11et 12, Jean Curnonix trouvera une critique du papier de Bezsudnov et Snarskii, je passe car c’est un peu technique.
Ce que je trouve plus intéressant est le commentaire en fin de page 12 et qui rejoint le problème de la détection de l’autre papier que je me permets de traduire rapidement :
La théorie la plus convaincante à ce jour qui permet l’existence d’ETI intragalactique est celle de Freitas qui explique que des sondes exploratrices pourraient très bien avoir atteint notre système solaire et que nous avons surestimé la facilité de les détecter (Jr., 1983&). Cette théorie impose encore des restrictions sur la nature des ETI, en cela quelle permettrait de s’adapter à quelques SRPs non détectés, il n’est pas clair comment elle pourrait supporter les millions de SRPs potentielles (décrites en paragraphe 2.1). De même, cette théorie exclut strictement la colonisation envahissante car nous pouvons tous être d’accord qu’un tel effort ne nous a pas atteint(est-ce vraiment sûr ?). Néanmoins, c’est incontestable et a des implications pour les programmes futurs de SETI : Nous devrions chercher de façon plus agressive à l’intérieur de notre système solaire.
Enfin, l’auteur insiste sur le fait que nous devrions aussi chercher en dehors de notre galaxie…et que finalement parmi les 3 possibilités de recherche qui nous sont offertes : le système solaire, à l’intérieur de la galaxie, hors de notre galaxie nous avons privilégié jusqu’à présent la deuxième instance qui finalement est celle qui donnerait le résultat le moins probant compte tenu de ce concept d’IBT ! Nous devrions donc privilégier les programmes de recherche visant la recherche d’ETI à l’intérieur du système solaire et en dehors de notre galaxie et de proposer de s’intéresser en particulier aux galaxies spirales qui se trouvent bien au dessus du plan de la voie lactée comme par exemple M31, M33, NGC300, NGC2403, M51(ce n’est pas une blague), M81, M101 et beaucoup d’autres !
Bonne lecture. En attendant le cadeau de Noël en préparation et pour indiquer une des pistes probables pour la suite de ce sujet tant je pense qu’il nous faut appuyer sur le champignon (non pas atomique) mais de la révélation pour contrebalancer les tendances thanatoniques , je vous propose cette charade
Mon premier est la première lettre de l’alphabet Grec.
Mon deuxième désigne le loup en anglais
Mon troisième ne va pas vite ou est une composante indispensable de mon ordinateur
Mon tout est un moteur de connaissances et de savoir.
Accompagnée de cette statistique sans plus de commentaire.

Réponse :
http://www.wolframalpha.com/
[0]
https://www.facebook.com/haqqmisra
http://arxiv.org/pdf/0906.0568
http://keithwiley.com/resume.shtml
[1]
http://arxiv.org/abs/astro-ph/0701238
http://arxiv.org/abs/0907.0345
Cotta, C., Morales, A., 2009. A computational analysis of galactic exploration with space probes: Implications for the fermi paradox. Journal of the British Interplanetary Society 62, 82–88.
http://www.lcc.uma.es/~ccottap/publications.html
[2]
http://strathprints.strath.ac.uk/view/author/465821.html
McInnes, C., 2002. The light cage limit to interstellar expansion. Journal of the British Interplanetary Society 55, 279–284.
http://www.centauri-dreams.org/?p=8130
[3]
http://en.wikipedia.org/wiki/Project_Daedalus
avatar
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 41
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement

Ovnis Re: Les implications d'un éventuel contact avec des Extraterrestres

le Mer 14 Déc 2011, 07:13
https://www.youtube.com/watch?v=FUwEKpd58H0&feature=player_embedded
Nous disions combien il était important de provoquer dans l’esprit humain la révolution radicale. La crise est une crise de conscience, une crise qui ne peut plus accepter les vieilles normes, les vieux modèles, les anciennes traditions. Et, en considérant que le monde est maintenant, avec toute la misère, les conflits, la brutalité destructive, l’agression, et ainsi de suite…l’Homme est resté comme il était. Il est toujours brutal, violent, agressif, cupide, compétitif et il a construit une société sur ces bases.
Décidément, ce mois de décembre est riche en publications et me permet de vous faire partager quelques idées très récentes sur le sujet. Ce n’était pas exactement le cadeau auquel je pensais mais finalement les faits me donnent l’occasion de tenir doublement mes promesses. Voici 3 publications (dont deux sont françaises !) que je trouve intéressantes car elles donnent quelques pistes de réflexion non orthodoxes émanant de différents secteurs de la recherche ce qui au passage est un bon indicateur de ce nexialisme nécessaire et indispensable à la compréhension de cette problématique de la vie extraterrestre et du contact :
A Stochastic Process Approach of the Drake Equation Parameters
http://arxiv.org/pdf/1112.1506v1
Ce papier met en exergue le caractère très simplifié de cette équation et surtout sa totale absence de prise en compte du facteur temps ce qui exclut les effets de l’histoire physico-chimique de la galaxie (j’avais d’ailleurs évoqué à ce sujet sur ce fil je crois l’idée d’un mécanisme « synchronisateur » pour la création de la vie à l’échelle du cosmos qui pourrait par exemple être lié à la température du fond cosmologique, questionnement qui pourrait faire le lien avec le deuxième et le troisième papier, ce qui au passage contredirait en partie l’hypothèse de travail de celui-ci ou alors il faudrait en tenir compte comme mécanisme global donnant le top départ…). L’équation de Drake ne fournit aucune estimation d’erreur sur les quantités mesurées. L’idée du papier est de proposer un premier traitement des aspects évolutifs en modélisant un processus stochastique simple (Un processus de poisson est un processus stochastique continue dans le temps où les évènements se produisent de façon continue et individuelle les uns des autres, un exemple de ce type de processus est donné par le processus de la radioactivité, l’évolution des protéines) qui permettra d’introduire à la fois la dimension temporelle dans l’équation de Drake et une première mesure de l’erreur standard. On trouve aussi en annexe une estimation récente de tous les paramètres de l’équation de Drake. Traduction rapide de l’introduction et d’une partie de la conclusion.

Le nombre N de civilisations extraterrestres détectables (c’est à dire communicantes) dans la galaxie est habituellement donné en utilisant l’équation de Drake. Cette équation fut établi en 1961 par Frank Drake et était la première étape pour quantifier le champ du SETI. Pratiquement, cette équation est plutôt une simple expression algébrique et sa nature schématique la laisse ouverte à de fréquentes réexpressions. Un problème supplémentaire de l’équation de Drake est son indépendance par rapport au temps dans ses termes, qui par exemple exclut les effets de l’histoire physico-chimique de la galaxie. Récemment, il a été démontré que le principal défaut de l’équation de Drake est son manque de structure temporelle, c’est à dire qu’elle échoue à prendre en compte les processus évolutifs variés. En particulier, l’équation de Drake ne fournit pas d’estimation d’erreur à propos des quantités mesurées. Ici, nous proposons un premier traitement de ces aspects évolutifs en construisant un processus stochastique simple qui sera capable de fournir à la fois la structure temporelle de l’équation de Drake( c’est à dire d’introduire le temps dans la formule de Drake afin d’obtenir quelque chose comme N(t) ) et une première évaluation de l’erreur standard.

Conclusion :
Le modèle proposé permet une première estimation analytique de l’écart type du nombre estimé de civilisations galactiques. De plus, il fournit une structure temporelle de l’équation de Drake qui peut aider à étudier l’influence de plusieurs effets sur le nombre estimé de civilisations galactiques. Un cas important est la notion de mécanisme de régulation globale (c’est à dire de processus dynamique empêchant une émergence uniforme et le développement de la vie dans toute la galaxie ; Annis 1999 ; Vukotic et Cirkovic, 2008. Vukotic et Cirkovic (2007) investiguèrent les effets de mécanismes globaux de régulation particuliers, les flashes gamma galactiques (GRBs, des explosions colossales provoquées par l’effondrement final d’objets supermassifs ou la fusion de système binaire d’étoiles à neutron) sur la distribution temporelle de planètes habitées hypothétiques, en utilisant une simple expérimentation numérique de Monte Carlo.
Ici, le GRB est clairement juste un des processus physiques possibles qui réinitialise les horloges astrobiologiques. Ils se trouvent que les temps nécessaires à l’évolution biologique sur des planètes habitables de la voie lactée sont très fortement corrélés. Plus précisément, en utilisant des simulations d’observations astronomiques (Bromm et Loeb, 2002), ils démontrèrent que la corrélation (et donc la covariance cov(tb, t*)) entre
l’échelle de temps biologique tb et l’échelle de temps astrophysique t, n’est pas nulle.
En utilisant la distribution de GRB en fonction du temps, une approche analytique devrait déterminer par itération le temps aléatoire du dernier événement GRB.

Néanmoins, ce travail est principalement une première approche pour modéliser l’apparition d’AIC (AIC = Advanced Intelligent Civilisation) ou civilisation intelligente avancée sur des planètes habitables qui devrait être corrélée avec l’histoire de la formation des étoiles de la galaxie (Heavens et al, 2004 ; Juneau et al.,2005 ; Vukotic et Cirkovic, 2007) et l’emplacement de la zone habitable galactique (Gonzales et al., 2001 ; Gowanlock, 2011 ; Lineweaver et al., 2004 ; Prantzos, 2008). Par exemple, la formation de planète et la formation d’étoile pourraient être incluses dans le premier modèle d’apparition d’ AIC en extrayant les paramètres de Drake R*, fp et de ne à lambda et les laisser varier avec le temps.

Le deuxième papier évoque l’impact de la synchonicité technologique sur les perspectives de CETI par Marko Horval, Anamari Nakic, Ivana Otocan.
http://arxiv.org/pdf/1112.0423v1
Impact of technological synchronicity on prospects for CETI
Depuis plus de 50 ans, les astronomes ont cherché dans le ciel les preuves de signaux de civilisations extraterrestres qui ont atteint ou dépassé notre niveau de développement technologique. Bien que souvent surestimée ou donnée pour évident, l’utilisation parallèle d’une technologie de communication équivalente est un prérequis pour établir le contact dans les deux stratégies d’envoi de message de façon délibérée ou par fuite. Les progrès de la civilisation, en particulier le changement accéléré et la croissance exponentielle, amenuisent la perspective d’un statut technologique simultané des civilisations mettant donc des contraintes importantes sur la probabilité d’un dialogue. Dans ce papier, nous considérons la probabilité mathématique d’une synchronicité technologique de notre propre fait et d’un certain nombre d’autres civilisations extraterrestres hypothétiques et nous explorons les scénarii les plus probables pour leur occurrence concurentielle. Si les projets SETI se basent sur une détection fortuite de signaux interstellaires issus de fuite (aussi appelé « écouter aux portes ») alors avec un minimum d’hypothèses préalables N >= 138-4991 des civilisations semblables à la civilisation terrestre doivent exister en ce moment dans la galaxie avec une probabilité de synchronicité de l’utilisation technologique p >= 0,95 dans les 20 prochaines années. Nous montrons aussi que depuis l’émergence de la vie complexe, cohérente avec l’hypothèse d’une zone galactique habitable, N>= 1497 de civilisations extraterrestres devraient être créées dans la galaxie de façon à atteindre la même probabilité estimée dans le cas d’une synchronicité technologique qui correspond au scenario d’un message intentionnel.

Nous avons vu que la synchronicité technologique est un problème à multiples facettes mais il est aussi important pour le SETI qu’un prérequis pour la détection des signaux ET. Nous avons divisé le problème de la synchronicité en deux classes : une classe plus générale de la détention synchronisée des technologies, et – la classe qui est plus intéressante pour l’effort du SETI/CETI – l’usage synchronisé des technologies. Ces classes de problèmes sont analysées avec un modèle mathématique basé sur la probabilité géométrique avec un objectif de probabilité >= à 95 % de réception d’un signal ET dans les deux prochaines décennies.
Dans le contexte d’une détection positive selon le scenario de la fuite nous pourrions nous attendre à trouver un grand nombre de civilisations technologiques similaires et un signal intentionnel tient compte d’un plus petit nombre de civilisations plus avancées. Ceci rendrait la détection d’un message délibéré riche en information plus probable mais seulement si les civilisations ET utilisent vraiment ces ressources pour cet effort.

De plus, nous avons vu que seulement une poignée de civilisation ET (N>= 138-4991) vivant dans la galaxie en ce moment sont suffisantes pour avoir une opportunité sensible d’une synchronisation technologique accidentelle, encore que jusqu’à présent aucun signal extraterrestre n’ait été détecté.


Enfin ce troisième papier :
http://arxiv.org/pdf/1112.0222v2
« Philosophy and problems of the definition of Extraterrestrial Life1 » de Jean Schneider.
La philosophie et les problèmes de la définition de la vie extraterrestre.
Quand nous essayons de rechercher la vie extraterrestre et l’intelligence, nous devons suivre des directives. La première étape est de clarifier ce que l’on entend par « vie » et « intelligence », c’est à dire une tentative de définir ces mots. Le mot définition fait référence à deux situations différentes. Premièrement, il signifie une convention arbitraire. D’un autre côté il désigne aussi une tentative de clarifier le contenu d’un mot préexistant pour lequel nous avons quelques préconceptions spontanées, quelles que soient leurs racines, et de capter une « essence » (illusoire) de ce qu’il définit. Il est alors fait usage de mots du langage préexistants quelconques qui transportent un contenu préscientifique à priori introduisant probablement quelques confusions dans l’esprit du lecteur. La complexité du problème sera analysée et nous montrerons que quelques préjugés philosophiques sont inévitables. Il y a deux types de philosophie : « La philosophie naturelle », cherchant quelque essence des choses, et « la philosophie critique (ou analytique) », dédiée à l’analyse des procédures par lesquelles nous prétendons construire une réalité. Une extension de la philosophie critique, l’épistémo-analyse[0](c’est à dire la psycho-analyse des concepts) est présentée et appliquée à la définition de la vie et à l’Astrobiologie.
….
Dans la littérature contemporaine des sciences naturelles une définition fait essentiellement référence à deux situations différentes. Premièrement, elle signifie une convention arbitraire, comme par exemple le néologisme « pulsar ». D’un autre côté, elle désigne souvent une tentative pour clarifier le contenu d’un mot préexistant pour lequel nous avons des préconceptions supposées, quelles que soient leurs racines, et capter une essence (illusoire) de ce qui est défini. Il est alors fait usage des mots du langage courant préexistants qui transportent un contenu à priori pré-scientifique (qui peut être révélé par l’epistémo-analyse) susceptible d’introduire des confusions dans l’esprit du lecteur. Dans une approche récente, Rosch (1973) essaye de mettre, grâce à la notion de prototype, les définitions en pleine lumière, même quand elles sont vagues. Mais cette approche ignore le fait empirique selon lequel les mots (quand ils ne sont pas de pures conventions), et leurs contenus inconscients (et donc quelque part obscur) révélés par l’epistémo-analyse, préexistent à toute définition. La théorie du langage moderne a remarqué la nature performative des mots. Ils ne désignent pas vraiment les choses préexistantes, ils font créer dans une première étape ce qu’ils désignent comme extérieur et dans une seconde étape comme préexistant à eux. Depuis que la définition construit ce qu’elle définit, il n’y a pas de définition absolue, seulement une définition dépendant de la procédure par laquelle elle construit le definiendum. Dans cet esprit, il y a une relativité essentielle des définitions.
Dans la partie restante de ce papier, nous traiterons de deux définitions de la vie : Une définition basée sur l’objet – relation et une définition basée sur la biochimie de laboratoire standard (et plus généralement de la physique).

La vie comme une construction et son caractère arbitraire.
Comme vu plus haut, la vie n’est pas un attribut objectif, c’est toujours une construction, basée sur un objet-relation dans la signification commune du nom la Vie, ou basé sur des concepts physicochimiques comme dans la Biologie. Donc, la Vie, vue par l’Astrobiologie, n’est pas la Vie dans le sens objet-relation. De plus, la Vie dans le sens objet-relation, c’est à dire comme un attribut des relations émotionnelles (inconsciemment), ne peut être construite à partir de concepts purement physico-chimiques. Les astrobiologistes, comme les physicochimistes travaillant dans les observations célestes, font donc un usage impropre du mot la Vie qui transporte inévitablement un contenu émotionnel de l’objet-relation impliqué dans le sens primitif du mot. En faisant cela, ils trompent le lecteur. Une analogie pertinente est donnée par la question « Quand l’embryon humain devient-il un être humain ? » ou « Quand les pré-hominidés deviennent-ils humains ? » Le temps auquel cette transition se produit est, inévitablement, un choix arbitraire. Pour produire un éclairage différent sur ce problème, nous notons une similarité avec la physique quantique. Dans la théorie quantique, les observables, (représentés par des opérateurs linéaires dans un espace vectoriel) ne peut être construit à partir de l’état du vecteur représentant la structure de l’appareil de mesure. Ils sont sui-generis comme le remarqua Ulfbeck et Bohr (2001).

La vie organique.
Il n’y a pas d’essence de la Vie, même organique. La Vie, qui est la revendication que telles ou telles observations révèlent qu’elles sont produites par un être vivant est une construction arbitraire. L’expérience consiste seulement, comme dans la relation objet-relation, dans des relations avec les objets (construites à partir des observations) que nous déclarons (et voulons croire) qu’ils sont vivants. Les astrobiologistes veulent déclarer comme vivant des objets qui sont suffisamment complexes et dont la complexité est stable et auto-régénérée. Mais de telles propriétés existent aussi pour des objets recyclant la matière comme les étoiles, qui ne sont pas conçues comme vivantes. Elles montrent juste une amplification des fluctuations de l’entropie locale vers moins d’entropie. Donc des objets déclarés comme vivants dans le sens astrobiologique de structures auto-organisées, ne sont pas nécessairement vivantes dans le sens objet-relation (c’est à dire émotionnellement). Il y a une analogie ici avec la lumière. Quand les physiciens font une analyse spectrale de celle-ci, ils trouvent une longueur d’onde autour de 675 nm et il y a toujours une corrélation entre le mot du langage commun « rouge » et 675 nm. Mais il n’y a pas de couleur associée avec les longueurs d’onde plus grandes que 750 nm et plus petites que 400 nm. Pareillement, il n’y a peut-être pas de vie dans le sens objet-relation associée avec des structures complexes très différentes de nos organismes terrestres.

La vie intelligente
Pour la vie intelligente, nous faisons face en plus au paradoxe qui consiste à essayer de définir l’étranger, c’est à dire l’intelligence non humaine en termes de concepts humains. C’est un genre de paradoxe comme le paradoxe de Zénon : Comment analyser le déplacement avec des termes statiques, j’ai nommé une série de positions statiques. Dans le déplacement il doit exister quelque chose au delà des positions statiques. C’est pareil avec l’intelligence extraterrestre : L’intelligence humaine est une sorte de prison dont nous avons à nous échapper. Cette situation est expérimentée dans le SETI où les astrobiologistes prévoient d’interpréter les signaux SETI avec des concepts humains. Le seul espoir est de trouver en nous mêmes les ressources allant au delà de l’intelligence standard, comme l’inconscience (psycho-analytique) est au delà de la conscience.

Conclusion opérationnelle.
Il est compréhensible que les astrobiologistes commencent avec quelques préjugés à propos de l’exo-vie comme directives de leurs observations. Mais, en même temps nous devrions garder nos esprits ouverts et faire éventuellement autant que possible des observations variées et sélectionner à partir d’elles celles avec lesquelles nous pouvons avoir des relations intéressantes. Comme en bioéthique dans laquelle le choix de savoir si l’embryon est humain ou pas est arbitraire, la revendication que telles ou telles observations viennent d’êtres vivants sera arbitraire. Peut-être aurions nous besoin un jour de comités exo-bioéthiques, similaires aux comités bioéthiques actuels.

Ici l’auteur nous emmène sur des chemins plus philosophiques. Comme quoi, ce sujet de l’exo est aussi un fantastique moteur dans le cadre d’une évolution de la philosophie et notamment de la philosophie de la connaissance. L’auteur nous indique qu’il existe deux types de philosophies de la connaissance, la philosophie naturelle et la philosophie critique.
La philosophie naturelle est basée sur la croyance qu’il existe une « Réalité » et que la connaissance doit attraper son essence dans des affirmations appelées « la Vérité », une sorte d’identification entre l’esprit du sujet et l’essence intime de la nature, basée sur des opinions et des convictions, comme finalement dans la religion et la foi, plutôt que sur l’analyse et la critique. Il en résulte une tendance à projeter les sentiments humains sur le monde extérieur si bien que la philosophie naturelle se rapproche de l’animisme. Ceci a d’ailleurs été remarqué par Bachelard dans son livre « La formation de l’esprit scientifique » [1]. L’esprit scientifique permet de se débarrasser de ses croyances et de ses préjugés à condition bien entendu de ne pas tomber de Charybde en Scylla. La philosophie critique commence avec l’analyse des procédures par lesquelles nous expliquons, grâce au langage naturel, nos expériences diverses. Cette approche a été développée méticuleusement dans la « Critique de la raison pure » de Kant et réexaminée dans le contexte de la science moderne par Ernst Cassirer dans la philosophie des formes symboliques. [2] Le langage naturel est un instrument inévitable pour expliquer notre expérience. Notre connaissance est toujours une construction, avec l’aide du langage, d’une prétendue réalité qui ne préexiste pas et non pas la découverte d’une essence de choses préexistantes. L’idée d’une réalité comme source de perception est donc purement métaphysique. C’est en un sens un idéalisme. Voilà ce que l’on devrait avoir à l’esprit lorsque l’on prend connaissance de témoignages d’observation d’OVNI.
Je trouve dommage que l’auteur n’évoque pas un des champions de cette approche, un auteur peu cité et un brin méconnu, mais qui mériterait d’être inscrit au panthéon des génies de l’humanité, j’entends Alfred Korzybski, déjà évoqué sur ce fil et de son chef d’œuvre au titre évocateur de « Science and Sanity ». Dans cet ouvrage remarquable, Alfred nous invite à nous départir de nos habitudes et de nos préjugés justement et de faciliter l’accès à la réalité intime en utilisant un outil appelé le « structural differential » ou différentiel structurel. [3] Tout n’est pas forcément exprimable avec des mots et ce que l’on ne peut dire, il faut le taire. Lisons Korzybski, Science and Sanity chapitre XXVII « Higher Order Abstractions ».
L’utilisation du « Structural Differential » est nécessaire, car certains niveaux sont indicibles. Nous pouvons les voir, les manipuler, les sentir, mais en aucune façon nous ne pouvons les atteindre par la parole seule. Nous devons donc, avoir un diagramme, de préférence en trois dimensions qui représente les conditions structurelles empiriques, et qui indique le niveau indicible par quelques autres moyens que la parole. Nous devons dans le cas le plus simple, montrer du doigt l’objet, en insistant en silence, ou nous devons exécuter physiquement quelque activité et de la même façon insister en silence, car l’exécution et les sentiments ne sont pas des mots.

Dans ce cadre ne faudrait-il pas apprendre un autre référentiel « linguistique » comme le « Langage des sourds muets » pour améliorer nos facultés d’abstraction et développer nos capacités de projection dans l’univers de l’impossible ? Car finalement l’impossible est un possible. Dans cette quête du Graal de la réalité pourquoi ne pas s’inspirer de ce photographe aveugle[4] et cadrer cette réalité extraterrestre avec de nouveaux outils ?

Revenons à Korzybski et toujours en rapport avec l’article, citons un passage que je trouve fondateur pour notre futur et pour cette question extraterrestre. Ce passage fait partie du chapitre XXIX « On non-aristotelian training » page 469 Science and Sanity cinquième édition et concerne cette formation non aristotélicienne
Le but principal est d’acquérir la conscience d’abstraction souhaitée, sur laquelle l’évaluation sans illusion est basée, et qui devient le fondement des états non pathologiques et de l’équilibre mental. Comme nous traitons avec différents aspects d’un processus organique qui travaille par nature comme un tout, tous ces aspects apparaissent strictement interconnectés. Nous avons trouvé par analyse deux aspects principaux qui sous-tendent les autres. Il apparaît que la structure aristotélicienne conduit à des états sémantiques qui peuvent être formulés comme le sentiment de la toutité, et que, à travers le « est » de l’identité, il conduit à la confusion des ordres d’abstraction. Donc, par formation, le programme est facilement ébauché : Nous devons premièrement éliminer la toutité ; puis nous devons révéler la stratification particulière de la connaissance humaine qui conduit au rejet du « est « de l’identité ; en d’autres mots, éliminer l’identification. Il devient aussi évident qu’une théorie de la santé mentale ne peut-être séparée d’un système non-aristotélicien.
Nous pourrions aussi poursuivre cette digression en faisant appel à l’infra mécanique quantique de Mme Mugur-Schächter[5] qui me semble parfaite pour venir compléter cette refondation des modes humains de conceptualisation et j’invite l’auteur du papier à se pencher sur cette approche dans le cadre de la réflexion qu’il a entamée. Voilà des pistes qui me semblent rénover notre approche et qui permettraient de dépoussiérer un sujet qui mérite un plan « Marshal » de la pensée pour cette recherche et ces investigations incorporant de multiples disciplines. Pour terminer avec l’article de Jean Schneider, signalons le passage mettant en lumière la problématique du langage naturel et des multiples significations et préconceptions qui se cachent derrière les mots dont il faudrait prendre conscience pour aborder cette problématique de la vie extraterrestre. Nous sommes confrontés à des questions sans réponse d’une part et qui font polémique car nous mélangeons allègrement les niveaux d’abstraction et d’autre part nous essayons de définir une classe « étrangère » à la Terre en utilisant des concepts humains ! De cette tautologie de l’esprit, là où il nous faudrait désorbiter et changer de niveau d’entendement nous spiralons dans la toutité humaine, cadre très limité de la pensée. Peut-être que parmi les solutions à notre disposition pour sortir de cette boucle infernale et penser hors du cadre, il faudrait s’inspirer de ce fabuleux auteur du XXième siècle qui me semble avoir lui aussi planté les ferments d’un entendement différent. James Joyce et ce Finnegans wake qui nous emmènent en voyage avec ces mots-valises. Les significations s’entrechoquent, se pénètrent, entrent en osmose en mariant les contraires pour finalement déboucher sur du nouveau, de l’inconnu. C’est la métaphysique de Giordano Bruno revisitée par Joyce dans ce parcours initiatique en boucle près de la rivière Liffey (ou Life Faith ? Vie et foi/croyance) une sorte de divine comédie qui se terminerait là où elle commence, qui débuterait là où elle se finit, des humains orbitant autour du néant. Finnegans wake, un précurseur de cette lingua cosmica, clé du contact ? Joyce aurait-il été inspiré par une quelconque altérité et Finnegans wake serait-il une sorte de message codé nous montrant le chemin ? C’est une proposition osée, une ligne que je ne franchirai pas mais heureux qui comme « Ulysses » a fait un beau voyage. [6]
La planespèce peut-elle se satisfaire d’un globe limité perdu dans l’immensité ou doit-elle arpenter l’esparestre pour exprimer sa xénomanité et son extratérité ? Il faudra avant tout faire la révolution matérituelle pour accéder aux réalités spiritérielles qui seules peuvent permettre d’échanger et de communiquer, d’ échaniquer ou de communanger. Qui sait de quoi demain sera fait ?

Au coin du feu soleil, l’humanité veille près de cette cheminée alchimique, creuset de la vie. C’est la veillée de l’humanité en attendant le prochain événement, ce flash gamma qui renvoie de l’Omega à l’Alpha. Il nous faut abandonner ce chemin de croyance pour la rue de l’inconnu éclairée par les réverbères de la noosphère. Dans cette route vers l’altérité, la communication repose sur un invariant logé au cœur de notre être, cœur dans le sens de notre intériorité, expression de notre quiddité, pivot du contact futur, miroir de notre être vivant, renvoyant l’image de l’un et du multiple. Ce chemin est inscrit en chacun, il faut éviter de prendre les impasses du mal sain, seing au cœur de notre heure et qui nous perd cupidement. Nous orbitons autour du néant, ce n’est pas pour y retomber. Donnons l’impulsion nécessaire, écoutons notre corps, faisons confiance à notre cerveau pour, comme unis et en syntonie, provoquer le changement.
[0]
http://luth7.obspm.fr/~schneider/15mai.html
[1]
http://www.meirieu.com/COURS/texte11.pdf
Quand on cherche les conditions psychologiques des progrès de la science, on arrive bientôt à cette conviction que c'est en termes d'obstacles qu'il faut poser le problème de la connaissance scientifique. Et il ne s'agit pas de considérer des obstacles externes, comme la complexité et la fugacité des phénomènes, ni d'incriminer la faiblesse des sens et de l'esprit humain : c'est dans l'acte même de connaître, intimement, qu'apparaissent, par une sorte de nécessité fonctionnelle, des lenteurs et des troubles. C'est là que nous montrerons des causes de stagnation et même de régression, c'est là que nous décèlerons des causes d'inertie que nous appellerons des obstacles épistémologiques. La connaissance du réel est une lumière qui projette toujours quelque part des ombres. Elle n'est jamais immédiate et pleine. Les révélations du réel sont toujours récurrentes. Le réel n'est jamais "ce qu'on pourrait croire" mais il est toujours ce qu'on aurait dû penser .

Face au réel, ce qu'on croit savoir clairement offusque ce qu'on devrait savoir. Quand il se présente à la culture scientifique, l'esprit n'est jamais jeune. Il est même très vieux, car il a l'âge de ses préjugés. Accéder à la science, c'est spirituel- lement rajeunir, c'est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.
[2]
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ernst_Cassirer
Ernst Cassirer est une piste à suivre pour ce questionnement sur l’altérité. Outre le fait qu’il s’intéressa à la relation de l’homme avec le cosmos (Individu et Cosmos à la renaissance) il est intervenu dans la théorie de la connaissance sur des sujets particulièrement porteurs :
C'est avec Les concepts de substance et de fonction (1910) que Cassirer commence à tracer son propre chemin. Il montre que les concepts utilisés en mathématiques et dans les sciences de la nature ne sont pas des concepts désignant des choses, mais des relations. L'objet de connaissance est abordé comme un tissu de relations. Versé dans les théories en physique contemporaine, Cassirer réévaluela relation de l'espace et du temps à la lumière de la théorie de la relativité (1921) d'Einstein, mais aussi de l'intuitionnisme mathématique (Brouwer) et des paradoxes de la théorie des ensembles (Russell).

C'est dans la Théorie des formes symboliques, élaborée et publiée dans les années 1920, que Cassirer développe une tentative originale pour unifier les modes de pensée scientifique et non-scientifique. Grâce à l'exploration des « formes symboliques », sortes d'invariants de la culture humaine, le philosophe espère réunir la science et les autres productions culturelles de l'esprit dans une même vision philosophique.
http://formes-symboliques.org/article.php3?id_article=174
[3]
http://www.interpc.fr/mapage/westernlands/roger1.html
Le DIFFERENTIEL STRUCTUREL DE A.K. met en lumière l'ordre dans lequel les niveaux d'abstraction apparaissent. Sa compréhension, dans un premier temps, puis son intégration, nécessairement progressive, dans un deuxième temps, sont fondamentales pour qui souhaite une adaptation la plus nuancée possible à ce qui est, démarche qui s'inscrit dans un "principe sain d'incertitude", synonyme d'ouverture à l'univers des possibles.
[4]
http://www.myspace.com/video/vid/102926307#pm_cmp=vid_OEV_P_P
[5]
Je ne résiste pas à l’envie de vous redonner les références de ce texte fondateur
http://www.mugur-schachter.net/pdf/inframecanique.pdf
[6]
http://en.wikipedia.org/wiki/Ulysses_(spacecraft)

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum