Marque-page social
Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre | Les mystères des Ovnis sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
Ovnis, les 4% du mystère (1975)Aujourd'hui à 06:55TikoPeut-on vraiment dire que l'on ne sait rien sur les OVNIS?Aujourd'hui à 05:47TikoQuand le Pentagone étudie les ovnis dans le plus grand secret. Un article du New York TimesAujourd'hui à 02:03GarfCe soir Elisabeth de Caligny chez Thierry Ardisson Aujourd'hui à 01:03anakin_nEo2019Présentation anakin_nEo2019Hier à 21:16XPDavyOvni: Les témoins en live !Hier à 20:54Polyèdre57Que pensent les politiques du phénomène Ovni?Hier à 09:46Polyèdre57Le bureau des OVNI Britannique nous révèle tout enfin presque...Sam 25 Mai 2019, 14:16elisaliseLes extra-terrestres ont-ils Internet ?Sam 25 Mai 2019, 10:46GenuineUFOsLes enlèvements extraterrestres RR4 que peut-on penser? Ven 24 Mai 2019, 20:23LorelineNelson Monfort raconte son observation ovniJeu 23 Mai 2019, 20:46Nanou TiUne étoile venue d’ailleurs repérée dans notre galaxieMer 22 Mai 2019, 10:23LorelineQuel agenda derrière les enlèvements extraterrestres ? Mar 21 Mai 2019, 20:45Polyèdre57(sujet unique) Remarques et problèmes constatésMar 21 Mai 2019, 18:43Lorelineprésentation Mar 21 Mai 2019, 12:12Franck.l(1996) Ovnis - Soirée Thème-Débat ArteMar 21 Mai 2019, 07:09Franck.lM.A.J. Languedoc-Roussillon: les membres de cette régionMar 21 Mai 2019, 07:00Loreline(Bertrand Méheust) Un phénomène installé dans la durée Lun 20 Mai 2019, 22:23Polyèdre57Lorraine: les membres de cette régionLun 20 Mai 2019, 21:21Polyèdre57Les films sur le thème ovni et extraterrestresLun 20 Mai 2019, 01:09HocineNord-Pas-de-Calais: les membres de cette régionDim 19 Mai 2019, 15:11Buckaroo_BanzaiMon témoignage en vidéo....Dim 19 Mai 2019, 13:02Nanou TiRobert Hastings (2005)Sam 18 Mai 2019, 17:10GenuineUFOs(2016) OANI / OVNI : Enquête, méthode, réflexion, de Sylvain MatisseSam 18 Mai 2019, 10:38Polyèdre57Alsace: les membres de cette régionVen 17 Mai 2019, 23:05Polyèdre57Les observations d'ovnis triangulaires analysées par la SCUVen 17 Mai 2019, 18:41Hocine Promenade sceptique dans le paranormalVen 17 Mai 2019, 13:55GenuineUFOsLes faisceaux lumineux émis par les OvniJeu 16 Mai 2019, 22:11guernsey1Lac Chauvet, l'enquête et l'analyse par IPACOJeu 16 Mai 2019, 21:22GenuineUFOsprésentationJeu 16 Mai 2019, 18:43Polyèdre57
Annonce
Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3168
Réputation : 0

Ovnis Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 18 Fév 2011, 17:57
Rappel du premier message :

Bonsoir,

Ne pouvant pas insérer certains de ces chapitres dans d'autres parties du site (verrouillées), je les regroupe ici. Les thèmes abordés ne sont pas nouveaux, sur ce site, mais peut-être certaines réflexions, et détails, ici et là.

DENSITE REELLE :

Il y a les OVNIs (UFOs) que l'on voit, et tous les autres...

Supposons que leur répartition soit plus ou moins régulière (temporellement et géographiquement), sur notre planète.
Déjà, environ 70 % du globe est constitué d'eau salée, peu fréquentée, hormis les lignes régulières des navires de haute
mer qui sont aux océans ce que sont les couloirs aériens à l'aviation (des zones très étroites et très fréquentées, mais
séparées par de vastes espaces déserts). Et, la nuit, beaucoup de navire sont sur pilote automatique, avec le radar anti-collision activé (au cas où), tandis que tout le monde à bord roupille.

Pour les 30 % de terres émergées, il y a encore les portions quasi-désertiques ou désertiques, où les témoins potentiels
sont rares. Plus celles où l'environnement fait écran (forêts denses, etc.).

Et puis, il y a aussi les zones peuplées mais dont la couverture nuageuse dissimule tout ce qui se passe au dessus (cette
couverture nuageuse occulte également le ciel, en mer...).

Enfin, même en peuplement dense et avec un ciel dégagé, il y a le comportement humain usuel (surtout en ville et dans les
régions occidentales) qui incite peu de gens, peu de fois, à lever le nez vers les cieux, pour les scruter...

Sans oublier qu'à certaines heures, mêmes dans les endroits géographiquement très peuplés, il n'y a guère de gens dehors.

Pour ajouter à cette succession de filtres sélectifs, il semble que certains OVNI aient la faculté d'être visible ou pas,
sans que l'on sache si cette visibilité est liée ou non à une présence physique simultanée (en d'autres termes, peut-être
peuvent-ils être présents physiquement, dans la zone d'observation, sans être visibles).

Et pourtant, en dépit de tous les facteurs limitants cités, le nombre d'observations annuelles crédibles et non-explicables
reste impressionnant...

Qu'en serait-il, de ce nombre, si toutes les contraintes précédentes n'existaient pas (toujours avec l'hypothèse d'une
répartition homogène, à l'échelle macroscopique du temps, sur une année)...

Sans parler de l'utilisation (constatée) du milieu marin, quasiment inobservable à l'oeil, en plus du milieu aérien.



EVOLUTION TECHNOLOGIQUE :

Je ne suis pas le premier à avoir fait ce constat, mais l'OVNI du jour (enfin, de l'époque considérée) semble toujours être
d'une technologie un peu en avance sur celle du moment considéré (cf. les airships au 19ème siècle proches des dirigeables
qui allaient être possibles ; puis les disques classiques dont des recherches en MHD semblent pouvoir bientôt expliquer
certaines performances comme la vitesse supersonique sans "bang" sonique ; puis les modèles pouvant procéder à des
matérialisations/dématérialisations immédiates, etc.).

Comme si ces engins restaient toujours juste assez en avance sur notre technologie pour juste se mettre hors de portée...
Nous serions amenés à inverser les rôles, sur une planète tierce, qu'utiliserions-nous, nous-mêmes, dans l'atmosphère de
cette planète ? Le dernier cri de notre technologie, ou bien des engins démodés chez nous, mais bien suffisants pour tenir
la distance vis à vis de la technologie des habitants du lieu, quitte à monter progressivement en gamme, pour garder cette
marge de sécurité, au fur et à mesure de leur développement...

A moins que, l'aspect de l'engin soit une chose, et la technologie derrière une autre, le premier élément étant choisi pour
des raisons qui nous échappent, mais les principes de propulsion étant les mêmes.

Se contenter d'une technologie juste supérieure, c'est aussi un moyen de ne pas dévoiler les autres...

A moins que... (mais, je vous suggère de relire la fable de La Fontaine "l'aigle et le roitelet", pour ce qui pourrait
constituer une autre explication...).



LES FAUSSES JUSTIFICATIONS DE L'ABSENCE DE REALITE DU PHENOMENE

Je règle d'abord son compte à celle de l'observation visuelle non-corrélée par le radar.

Pendant longtemps, cette non-visibilité radar a été brandie comme la preuve absolue et incontestable de la non-réalité de
l'observation visuelle, au même moment. A l'époque des avions furtifs, qui oserait encore dire : "si ce n'est pas observé
au radar, ce n'est pas là" ? Si nous pouvons le faire, "ils" le peuvent aussi.

Mais, il y a toujours eu une autre raison, soigneusement passée sous silence. Tout le contrôle aérien, depuis environ les
années 1960/1970, repose sur des radars dits "secondaires", c'est à dire dont l'image restituée, et visible par le
contrôleur aérien, a été traitée par des calculateurs. Cette image est à base d'icônes, de symboles divers (code du
transpondeur, altitude, cap, etc., etc.), et ce n'est pas l'écho du radar qui est observé mais sa restitution organisée. Le
calculateur peut être réglé pour ne pas montrer les échos fixes ou à basse vitesse (moins de 40 noeuds, par exemple), ni
les échos d'une vitesse supérieure à une certaines limite, et surtout pour ignorer les échos qui ne répondent pas à
l'impulsion du radar avec l'émission d'un code transpondeur...

Par contre, un radar dit "primaire" montre une image brute de ce que l'antenne capte quand l'impulsion initiale revient à
la station après écho sur des cibles aussi diverses que certains phénomènes météorologiques pluie...), des objets fixes
(grande tour métallique, montagne, par exemple), groupe d'oiseaux ou d'insectes en vol, avions, ballons, etc., etc.
Bref, il montre tout, sans filtrage systématique. S'il y a renvoi d'écho, avec une intensité suffisante, c'est visible sur
le "scope". Ce type de radar primaire est dévolu aux militaires (qui ont aussi des radars secondaires), tandis que le
modèle secondaire est l'outil de travail usuel du contrôle aérien civil.

Quand on dit : rien n'a été observé sur le radar de l'aérodrome local, il faut entendre : rien n'a été observé sur le radar
secondaire paramétré pour ne voir que les avions et les autres aéronefs normaux (avec transpondeur). Certains de ces radars
ont une possibilité de passer en mode primaire, ou bien le contrôleur peut solliciter une image primaire, d'un autre radar,
mais c'est fait dans des circonstances rares et particulières.



Maintenant, je passe à la moquerie systématique dont étaient l'objet ceux qui affirmaient avoir été paralysés par une sorte
"d'arme" brandie par un alien, ou bien avoir entendu qu'on leur parlait "dans la tête". Désormais, l'on connait, et l'on
étudie, les propriétés des micro-ondes radioélectriques, pulsées (en basse fréquence), qui peuvent agir sur les centres
nerveux responsables du contrôle volontaire des mouvements, ou bien influer au niveau de certaines autres aires cérébrales
dont celles liées à l'audition. Nous n'en sommes pas (officiellement) au même niveau de performance que "les autres", mais
on s'en approche.



LES UTILISATEURS

Si l'on pose le postulat que les descriptions physiques faites sont au moins en partie réelles, cette planète est une vraie
plaque tournante de toutes les races environnantes (cf. men in black). Est-ce réellement possible ?

Rien ne s'oppose à ce que l'évolution, sur chaque planète portant la vie, ait suivi ses propres voies pour aboutir aux
formes, tailles, comportements rapportés. Et la dimension de notre simple galaxie, pour ne pas parler des autres, est
suffisante, avec les estimations actuelles (et toutes les découvertes récentes en ce domaine) pour statistiquement avoir
environ 400 planètes de type Terre.

Supposons, toujours, que la Terre est découverte (ou déjà connue) par une seule espèce disposant de la capacité au voyage
interstellaire. Il est évident que si cette espèces dispose de cette capacité, il lui est très facile d'entrer en contact
avec d'autres espèces disposant des mêmes possibilités.

Du coup, ce qui est connu (notre planète) par une espèce l'est aussi de toute les autres, à très brève échéance, ce qui
pourrait expliquer le cosmopolitisme alien apparent, chez nous.

Si l'on fait un croisement entre la densité des observations cumulées sur une année, la variété des engins vus, la
diversité de leurs occupants, on finit par se demander ce que fait toute cette alienité, si souvent, depuis si longtemps,
chez nous...

Et là, tout est envisageable, bien que certaines hypothèses ne tiennent plus guère debout (tout du moins avec notre
logique). Et, tout particulièrement, celle qui avait cours dans les années 1950/1960, et qui sentait bon le
planétocentrisme : la mission d'exploration scientifique (cf. les grandes expéditions humaines des siècles précédents, ou
bien nos propres sondes interplanétaires). Et effectivement, à cette époque 1950/1960, les observations rapprochées avaient
toujours le même parfum : des entités observent le sol, prélèvent des échantillons, etc.

Sauf que, compte tenu de ce que doit être leur propre technologie (à commencer par la télédétection, comparée avec la
nôtre, déjà performante), et à la durée dans le temps de ces actions scientifiques, cette hypothèse n'est plus guère
crédible (et je ne suis, bien sûr, pas le premier à l'avoir pensé, loin de là). Pourquoi ces simulacres, alors ? Il y a
l'explication de Jacques Vallée (et sûrement d'autres)...

Hormis cette raison, qu'est-ce qu'ils font ici ? Quelque chose qui est hors de la portée de notre compréhension, du
tourisme (venez observer les bouseux de la galaxie, tarif réduit pour les familles), de la chasse (cf. Predator...)... Et à
quel titre (sont-ils des représentants : militaires, techniciens..., de sociétés structurées ; ou bien des banis de leur
propre civilisation ; et encore, des sortes de pirates ou de corsaires trafiquant ici et là ; des propriétaires soucieux de
leur troupeau, surtout depuis qu'il est capable de foutre le feu à l'étable...).



LA PERTE DE l'INNOCENCE

Toujours dans les années 1950/1960, il y avait une sorte de paradigme : l'OVNI et ses occupants sont amicaux ou neutres. Il
y avait de nombreux cas où les occupants se permettaient des interactions cordiales avec le témoin (échanges de signes de
la main, etc.). Et, même, de taper sur l'épaule du témoin, etc. (cf. le cas décrit dans ce site, sur le nord de la France
ou la Belgique). Pour un peu, on aurait pu porter des badges "touche pas à mon alien...".

Mais, très vite (et à l'époque cela avait été un peu un choc, cf. certains numéros de la revue du GEPA), il s'est avéré que
l'OVNI (et/ou ses utilisateurs) pouvait nuire et même tuer. Dans certains cas, on peut encore avoir le doute d'un effet
collatéral de la technologie employée, sans certitude d'une volonté délibérée de causer des dégats. Dans d'autres
situations, le doute n'est guère permis, notamment quand l'action nocive et/ou léthale est une réponse à une action
offensive de la part d'un engin (avion de chasse) ou d'un être terrestre (usage d'une arme à feu). Il y aussi d'autres cas
(cf. l'exemple africain, sur ce site) où c'est tout un groupe humain à la fois (un village complet) qui est "terminé", sans
hostilité initiale de leur part.

Si le sujet n'était pas, alors, si tragique, on pourrait ironiser sur les "soucoupes violentes". Et, je n'aborde pas le complexe et délicat phénomène des "abductions"...

Contrairement à mon état d'esprit d'il y a quelques décennies (bon, d'accord, de pas mal de décennies), en cas de situation
de type RR2 ou RR3, je ne risque plus de courir vers eux avec un bouquet de fleur (c'est une image, bien sûr), mais plutôt
de me transformer en élément du paysage (style "tous aux abris"), jusqu'à ce que la voie soit à nouveau libre.


ET NOUS, ET NOUS

Sans risquer de me tromper, on peut dire que nous sommes répartis en trois groupes, sur cette planète : ceux qui savent et
qui se taisent ; ceux qui se doutent et s'interrogent (cf. ce site) ; ceux qui ignorent et qui discourent (les médias)...



By,

Janus

Anonymous
Invité
Invité

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 04 Mar 2011, 19:40
Bonjour,

Acheté et lu, merci pour ces références, ce livre vaut la lecture....Encore merci !!!
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3168
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 18 Mar 2011, 15:25
Bonjour,
Voici une nouvelle compilation, dans laquelle j'espère que vous trouverez matière à information, réflexion...

LA THEORIE DU COMPLOT

Vous connaissez tous ce que l'on appelle la théorie du complot : les Aliens sont là, le gouvernement (USA) le sait, et même, il collabore avec eux, etc.

Je laisse à chacun son opinion, à ce sujet, mais je propose une réflexion, un petit "kriegspiel", basé sur cette hypothèse, juste pour voir comment une telle chose serait (je dis bien "serait"), concrètement et pratiquement, possible (depuis si longtemps, etc.).

Un petit coup de sagesse populaire, pour commencer : "... on peut mentir longtemps à un petit groupe de personnes, on peut mentir quelques temps à beaucoup de gens, mais on ne peut pas mentir longtemps à un grand nombre de gens...". En fait, ici, il s'agirait plus de dissimulation que de mensonge (ou bien alors, c'est par omission), bien que le mensonge fasse partie de la manoeuvre.

Un petit rappel historique :

Le projet Manhattan (la fabrication des premières bombes atomiques), de 1942 à 1945, a été conduit sans que l'activité ne soit connue du grand public (jusqu'à l'utilisation de la deuxième bombe atomique sur Hiroshima, la première ayant préalablement été testée sur le sol des USA, à Alamogordo). Cette opération a mobilisé 130 000 personnes, sur une trentaine de sites (dont certains secrets, à l'époque).

Le secret n'a pas été absolu, puisque notamment l'Union Soviétique à été vite au courant de ce qui se passait, mais du côté des forces de l'Axe (Allemagne / Italie / Japon...) rien n'a filtré.

Un autre cas :

Le débarquement Allié, en Normandie, qui a nécessité des mois de prépartion, sans que les Allemands n'aient pu être sûrs et certains du lieu, jusqu'au dernier moment, et même au-delà (en leur faisant croire que c'était une opération de diversion).


Comment, à chaque fois, une presque complète confidentialité a-t-elle été possible, avec tant de gens impliqués dans tant d'endroits différents ?
Tout d'abord, via les consignes de mutisme qui sont classiques en temps de guerre (du genre : "...taisez-vous, méfiez-vous, des oreilles ennemies vous écoutent...).

Ensuite, avec la règle du "need to know" (besoin de connaître), qui consiste à ne donner à chaque personne que les informations qui lui sont absolument nécessaires pour qu'elle exécute correctement son travail, juste au moment où elle en a besoin, mais rien de plus.

Plus, le recours à la compartimentalisation (chaque unité, chaque bâtiment, chaque étage, chaque service, chaque bureau, est isolé des autres, et ignore ce qui s'y passe. Et, l'on évite même que les gens puissent se rencontrer en dehors de ce qui est sous contrôle et nécessaire (celà peut aller jusqu'à organiser des heures d'embauche et de débauche échelonnées afin d'éviter le mélange des personnes ; de prévoir des cafétérias et des parkings différents, etc.).

Sans oublier, la parcellisation des tâches, où chacun travaille sur un si petit bout de toute l'opération, qu'il est dans l'impossibilité, à travers elle, de comprendre où et à quoi cela servira.

Autre protection : les gens travaillant sur ces petits bouts sont régulièrement changés, avant que leur travail, sur la durée cumulée, ne puissent les amener à finir par comprendre de quoi il retourne vraiment.

Mais, ce n'est pas tout, on peut encore renforcer la sécurité, de diverses façons :

Avec ce que l'on appelle le "false flag", où l'on fait croire aux gens qui travaillent sur un projet que ce dernier est un autre que celui pour lequel ils oeuvrent vraiment : on paie une université pour une prétendue étude psychologique sur l'irrationnel chez les gens, destinée à des professionnels, dans le cadre de leur clientèle, alors que les résultats de l'étude seront en fait utilisés pour renforcer le "black-out" sur les OVNI en améliorant le travail de "debunking".

Autre exemple : on crée une association officiellement dédiée à l'étude des OVNI et à apporter la preuve de leur réalité, alors qu'en fait, cette association a été montée pour obtenir le résultat contraire, en canalisant et en neutralisant les informations qui pourraient efficacement apporter des preuves. Du coup, les gens motivés, qui travaillent dans cette association, agissent en fait (et involontairement) contre leurs intérêts...

On peut aussi améliorer la protection contre les fuites, en "contrôlant" (passé) ou bien en "mouillant" (présent) les personnes impliquées, c'est à dire en ayant des moyens de rétorsion contre elles (erreurs de jeunesse, grosses entorses à la loi ou bien à la déontologie professionnelle, éléments de la vie privée devant rester secrets...). En plus, on peut les amener à franchir la ligne rouge (commettre des actes répréhensibles, dans le cadre des recherches confidentielles conduites au sein de l'organisme qui les emploie). Si elles parlent, cela ressortira en plein jour, et elles risquent alors de perdre leur emploi, leur situation sociale, leurs crédits de recherche, leur notoriété professionnelle... C'est un peu comme la comptine enfantine : "... je te tiens, tu me tiens par la barbichette..."

Toutefois, le contrôle et l'implication ne sont pas des moyens absolus de régulation, car il y a toujours le risque de la personne qui décide de tout déballer, malgré les conséquences inévitables pour elle, en fonction de divers éléments (culpabilité, vengeance, etc.).

Alors, on peut tenter de contrer ce risque en utilisant un moyen d'effacer les informations stockées dans le cerveau des gens qui savent (traitement chimique, conditionnement hypnotique, ou bien des mesures plus radicales...), quand l'on n'a plus besoin d'eux. Reste à savoir si ces moyens sont sûrs (avec les technologies actuelles), à l'exception de la mesure la plus radicale, bien sûr... Comme je le disais dans un autre thème, c'est une chose de monter sur le dos du tigre endormi (commencer à mettre son nez, à oeuvrer, dans une opération qui doit rester confidentielle), et c'en est une autre de redescendre de son dos sans dommage (sortir de cette opération, par choix ou bien par obligation, en restant en bonne santé).

En fonction de tout ce qui précède, c'est à chacun de se demander si tout cela rend possible, plausible, la théorie du complot, au sujet des OVNI, sur un plan technique (est-ce suffisant pour expliquer que rien de concret n'a jamais filtré, depuis les années 1945). Et, sur un plan social et politique, sans oublier le plan éthique (est-il possible que des gouvernements, des organismes publics et/ou privés, des individus aient décidé de dissimuler la réalité du phénomène OVNI à leurs populations respectives), c'est encore à vous d'en décider...

N'oublions cependant pas que le "pacte faustien" reste valable : il y a toujours eu des gens prêts à vendre leur âme (au sens figuré, ou au sens propre), plus leur honneur, pour du pouvoir, de l'argent, de la gloire, à moins que ce ne soit pour alimenter de la mégalomanie, du fanatisme, etc., même si c'est au détriment du reste de l'humanité... L'histoire l'a déjà amplement montré, et hélas, elle continue(ra)... Petit proverbe asiatique : le poisson commence toujours à pourrir par la tête...

En tout cas, si la théorie du complot, telle qu'elle est indiquée en début de ce texte, est vraie, c'est bien le plus grand "cover up" (acte de dissimulation), par son ampleur et sa durée, à moins que...



SCIENCE-FICTION ET OVNI

Je pense que vous serez d'accord avec moi pour estimer qu'un policier a bien le droit de lire des romans policiers, sans que cela mette en doute sa compétence professionnelle ; tout comme, dans le cas d'un agent de renseignement qui apprécierait de se divertir de films d'espionnage ; ou bien encore, un archéologue qui se plongerait dans des romans historiques ; sans oublier, un astronome qui aimerait les ouvrages de science-fiction.

Tant mieux (et heureusement) pour eux, mais pour la personne témoin d'un phénomène OVNI, il en va tout autrement : toute personne qui relate une manifestation de ce type et qui avoue s'adonner à la science-fiction est aussitôt décridibilisée, et l'on attribuera ses "visions" à l'abus de telles lectures... Il a même existé des organismes qui écartaient systématiquement tout témoignage d'un individu dont l'ont pouvait savoir qu'il mettait son nez dans la science-fiction. Deux poids, deux mesures...

Petite annecdote, au sujet des romans d'espionnage : ils sont lus et analysés par les "services", soit pour les bonnes idées qui pourraient s'y trouver (et qui pourraient être réutilisées), soit pour y trouver des traces de ce qui pourrait signifier une fuite d'informations... Pour ceux qui ont vu le film "Les trois jours du Condor", c'est le début de l'histoire.

De la même façon, les romans de science-fiction sont parfois analysés, car l'imagination de certains auteurs peut parfaitement évoquer un dispositif méritant d'être sérieusement étudié et développé.



MORALE ET ALIENS

Il est souvent dit que le non-contact, de la part des Aliens, est dicté par la volonté de respecter notre indépendance, autonomie de développement, etc. Personne, à supposer qu'ils soient bien là, ne peut savoir, en fait, ce qui motive leur attitude, envers nous. Par contre, il est légitime de dire que, vu de notre côté, leur attitude n'est pas éthique (selon notre culture).

D'abord, parce qu'ils font ce qu'ils veulent, dans notre environnement (y compris les abductions, si elles sont réelles), sans notre consentement.

Ensuite, parce que leur présence est suffisamment visible pour déjà influer sur notre culture (cf. films, TV, produits dérivés, etc.), ce qui annule donc le présupposé juste précédent, celui de l'attitude morale de non-contact, pour ne pas perturber notre évolution. Et l'objection qui consiste à dire qu'ils ne voient pas les choses comme nous, pour expliquer cette contradiction, n'est pas plus fondée : quand on veut laisser tranquille une civilisation, on le fait par rapport aux règles de cette civilisation, et pas par rapport aux siennes...

Donc, le non-contact pour raison éthique n'est pas crédible (il l'aurait été si leur présence nous avait été toujours et totalement ignorée).



L'ETUDE DES OVNI EST OBLIGATOIREMENT UTILE

L'études des OVNI devrait être sérieusement menée, qu'ils existent ou pas, qu'ils soient ce que l'on suppose qu'ils sont ou pas. Dans tous les cas, l'on est gagnant.

S'ils existent et sont ce que la plupart des gens pensent (présence de races extraterrestres), il semble plus que nécessaire d'en savoir plus, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité...

S'ils existent et sont autre chose que ce qui précède, là encore, le découvrir ne peut qu'être utile, dans notre intérêt, à commencer par le fait de pouvoir écarter la première supposition.

Et si les OVNI sont totalement irréels (ce qui est de plus en plus difficile à croire), et bien il est quand même très utile de les étudier...

Pourquoi ? Parce qu'il est connu, en sciences, que quand on cherche quelque part, on finit toujours par trouver quelque chose, n'ayant souvent pas de rapport avec l'objet initial de la recherche, et ouvrant parfois des paquets de nouvelles connaissances.

Vous pensez ce que vous voulez de certaines choses comme l'astrologie, l'alchimie, etc. Même ceux qui considèrent que ces disciplines n'ont aucune réalité, doivent admettre que la première à été le socle de l'astronomie, tandis que la seconde à initié la chimie, ce qui n'est pas rien, en termes de retombées utiles...



TROIS DIMENSIONS PLUS UNE

Depuis Einstein, la notion d'espace quadridimentionnel (au moins...) est du domaine public. Toutefois, la quatrième dimension est une dimension différente des autres. D'abord, elle ne peut être mesurée directement. Et oui, quand on mesure une longueur, une surface, un volume, on le fait réellement (tout comme pour une pression ou une masse), avec des accessoires (règle, odomètre, vase gradué, compteur volumique, manomètre, poids, etc.) qui sont comparés à des objets physiques (solides, liquides, gaz, etc.) lors d'interactions diverses (juxtaposition, passage à travers, transvasement, et autres effets).

Par contre, le temps n'est pas mesuré : ce n'est pas du temps qui traverse votre montre et la fait tourner. Le temps est en fait évalué à partir de mécanismes qui mesurent l'évolution d'un phénomène physique qui change avec le temps (l'écoulement de l'eau d'une clepsydre ; la détente d'un ressort de montre ; le changement d'état de particules dans une horloge atomique, etc.).

Autre différence, celle du déplacement. Que vous marchiez sur un tapis roulant qui est à l'arrêt, ou bien que vous vous laissiez emporter par lui quand il fonctionne, vous êtes capable de faire la différence entre ces deux situations (vous marchez, ou pas). Pour le temps, pensez-vous que c'est vous qui le traversez, comme défile un paysage qui est fixe, tandis que vous y progressez ; ou bien estimez-vous que le temps s'écoule autour de vous, comme l'eau d'une rivière pour la personne qui se tient fixe au milieu du courant ?

Quel rapport avec les OVNI ? Tout ce qui fait référence à d'apparentes modifications locales de l'espace-temps, ce qui justifierait de travailler le sujet, plus avant.



BETAIL HUMAIN

Pensons au bétail d'une ferme, qui peut voir certains de ses membres disparaître, emmenés par le fermier, de temps en temps, sans jamais manifester plus de quelques secondes ou minutes de perturbation, avant de reprendre ses activités coutumières. Jamais un élément de ce bétail (de la poule au cheval) n'est capable de comprendre ce que sont devenus ces assimilés qui sont partis, et d'en tirer des conclusions puis des actions. Serait-ce le cas, il y a longtemps que tous ces animaux, qui ont un instinct de survie aussi développé que le nôtre, auraient pris la fuite...

Dans la faune sauvage, c'est le même fatalisme : un lion, par exemple, tue une gazelle, et les autres gazelles continuent à brouter, pas loin, sans se poser la question que demain, la prochaine fois, ce sera à leur tour...

Nous savons que ces animaux sont simplement dépourvus des capacités cognitives d'inférence, de déduction, de conceptualisation, dont nous disposons. Ce qui explique que nous, si nous voyions, par exemple, l'un de nos semblables se faire attaquer par quelque chose, nous agirions pour nous défendre, fuir, etc., pour ne pas avoir le même sort, plus tard. Il en serait d'ailleurs de même vis à vis d'un phénomène naturel dangereux.

Par contre, nous avons, face au phénomène OVNI, une passivité (je parle de 99 % des humains) qui est quand même étonnante...

Elle me fait un peu penser à l'attitude des Elois vis à vis des Morlocks (cf. H.G. Wells "The time machine")...

Pourquoi ? Par manque d'appréhension et de compréhension de ce phénomène et de ses implications pour nous ?

Pourtant, nous nous mobilisons pour des choses bien plus anodines, non ? Comme le programme SETI, qui est bien moins impliquant pour nous (en terme de proximité, si des résultats positifs sont obtenus), mais qui bénéficie de bien plus de gens et de moyens matériels.

Pour la science officielle, c'est : inutile d'étudier un phénomène qui n'existe pas (et qui n'est pas près d'exister si l'on ne l'étudie pas...).

Pour le grand public, c'est une curiosité plus ou moins mâtinée de scepticisme (ou de croyance aveugle), le plus souvent.

Depuis des centaines de milliers d'années, ce qui nous a permis de survivre, c'est notre capacité à scruter notre environnement, à y détecter toute anomalie (étrangeté), et à agir immédiatement si ce changement n'a que la plus petite probabilité d'être une menace (ou bien une opportunité). Pour cela, nous avons optimisé nos capteurs (surtout la vue), développé notre système de traitement des informations (le cerveau), et développé deux caractéristiques complémentaires et pourtant divergeantes : la curiosité et la prudence.

Cette curiosité s'est institutionnalisé, et elle est devenue la Science, dont le rôle est justement de chercher, identifier, analyser, comprendre, expliquer, ce qui ne l'est pas encore. Et là, pour le sujet qui nous préoccupe, rien, en apparence, sauf des prises de positions qui n'ont que peu à voir avec la Science, comme le déni par principe, ou bien le détour du regard (cachez cet OVNI que je ne saurais voir...).

Cela me rappelle une anecdote, lors des débuts de l'exploration de la Nouvelle Guinée : des explorateurs blancs progressent sur un sentier et tombent nez à nez avec des autochtones qui n'ont jamais vu de blancs (pour qui, selon leurs croyances, ce ne peuvent être que des fantômes, en plus). Que vont faire ces indigènes ? Fuir, attaquer, établir le contact ? Non, ils continuent à avancer et croisent ces "extraterrestres" de blancs comme s'ils ne les voyaient pas, comme s'ils n'existaient pas, avant de disparaître au détour de ce sentier...

Cette rencontre avait un tel degré d'étrangeté, pour eux, qu'ils l'ont gérée ainsi : faisons comme si cela n'était pas là et passons notre chemin sans un regard.



COSMOGONIE

Petit à petit, de nouveaux développements de la Science viennent apporter des façons différentes d'interpréter le phénomène OVNI et certaines de ses manifestations.

Il commence à être envisagé que notre univers (dont nous ne pouvons observer qu'une très faible partie, par rapport à ses dimensions réelles), n'est pas le seul, mais un parmi bien d'autres, et dont certains pourraient avoir des lois physiques différentes de celles qui prévalent dans le nôtre (enfin, dans la partie observable du nôtre).

Comme l'une des hypothèses de la présence des OVNI n'est pas le voyage depuis une lointaine étoile ou galaxie, mais la venue d'un univers parallèle, le fait que certaines lois physiques y soient différentes pourrait être une explication plausible des effets parfois constatés en présence d'OVNI, et qui sont étrangers à notre environnement usuel. Par exemple, les faisceaux de lumière qui traversent les corps solides et opaques ; les apparitions et disparitions subites, etc.

Notons toutefois que ces phénomènes peuvent également avoir leur cause dans des technologies très avancées, tout en respectant les lois locales de la physique.



CROYANCES ET OVNI

Ailleurs sur ce site, se trouve un thème bien fourni, sur ce sujet. Les manifestations considérées comme relevant des déités, d'une part ; et certaines manifestations liées aux OVNI, d'autres part ; cela pose bien des interrogations :

Dans le passé, et même le présent, avec la possible assimilation des OVNI à des manifestations de déités.

Autre sujet de rapprochement : les similitudes de certains phénomènes, dans les deux cas, comme la lumière traversant des éléments normalement opaques, la lévitation, l'apparition/disparition soudaine, les distorsions spatio-temporelles, les guérisons spontanées, la prémonition, les poltergeists, les stigmates, etc.

La maxime populaire, qui dit : "mêmes causes, mêmes effets", n'est pas une règle absolue. Ce n'est pas parce que deux manifestations entraînent de mêmes observations que ces deux manifestations relèvent du même principe. Donc, des manifestations différentes, de par leur nature, peuvent donner les mêmes résultats observables. Toutefois, une règle connue, en science, dit qu'entre plusieurs explications, la plus probable est la plus simple (la plus probable, mais pas la seule, ni obligatoirement la bonne)...

Par exemple, et pendant longtemps, la lumière artificielle a été liée à la combustion (chandelle, torche de bois, etc.). Désormais, la lumière peut être toujours liée à la combustion (allumette, lampe à pétrole...), mais aussi à plein d'autres phénomènes physiques (lampe électrique, tube fluorescent, diode LED, bioluminescence, phosphorescence, etc.). Dans tous les cas, le résultat est bien le même (production de lumière), mais les principes mis en jeu sont complètement différents.

On pourrait élargir la comparaison (entre les manifestations de déités et les OVNI), à tous les autres phénomènes relevant du paranormal et des sciences occultes, car l'on y retrouve encore certaines similitudes (celles citées précédemment).

Pourquoi ? Voilà une question encore plus difficile, pour l'instant, que de répondre à celles que nous nous posons déjà sur les seuls OVNI.

En tout cas, un point intéressant à noter, dans certains cas étudiés (et s'ils sont exacts), c'est cette activation, chez le sujet ayant été en interraction avec un OVNI, de certaines facultées classées comme paranormales (prémonition, transmission de pensée, poltergeist), plus la présence de guérisons "spontanées". Egalement à souligner : le fait que si les guérisons sont durables, les capacités paranormales acquises ne le sont que temporairement (avec parfois des résurgences ultérieures), et souvent leur annulation se fait graduellement (au fil des jours, des semaines, des mois), comme si l'interraction avec l'OVNI avait "activé" temporairement quelque chose chez le sujet. Pour les sigmates, ils semblent durer très longtemps, mais pas de façon continue (il y a des phases avec et des phases sans).

Peut-être que cela n'a aucun rapport, mais je viens de faire le rapprochement avec le célèbre cas du Brésil (mentionné sur le site, et que je commente dans des messages précédents, de ce même thème). Il est dit que l'un des aliens aurait communiqué avec l'équipe de soins qui s'occupait de lui, notamment sur le fait que son espèce était capable d'autoguérison spontanée (en cas de blessures) de façon individuelle ou collective. Serait-ce quelque chose à rapprocher des cas de guérison spontanée de sujets ayant été à proximité d'un OVNI ?

Précisons finalement que les cas de guérisons spontanées à proximité d'un OVNI sont très rares (en tout cas pour ce qui est d'en être informé), par contre les cas d'effets négatifs et même mortels, du fait d'une trop grande proximité entre un OVNI et un témoin (ou plusieurs) sont très nombreux.
Ces effets sont semblables à ceux (connus) résultants d'expositions à des rayonnements hyperfréquences, infrarouges, ultraviolets, ionisants.

Comment expliquer ces divergences, dans les effets (parfois bénéfiques, le plus souvent très néfastes) sur les humains ? L'on ne peut qu'envisager des hypothèses, dont l'une serait que la technologie utilisée par l'OVNI est différente, d'un appareil à l'autre (ou d'une civilisation alienne à l'autre).



LATENCE ET TECHNOLOGIE

Entre le moment où une société dispose de certains moyens matériels et d'un certain niveau de connaissance, et le moment où ces deux facteurs donnent des résultats tangibles, il peut s'écouler un temps bien plus long qu'on ne le pense.

Par exemple, la poudre noire aurait pu parfaitement être utilisée du temps des Romains, et leur degré de développement technologique était suffisant pour qu'ils soient capables d'en fabriquer, avec une qualité correcte. Pourtant, la concrétisation de cette possibilité ne se fera que quelques siècles plus tard.

Donc, dès aujourd'hui, et sans que nous le sachions, nous avons tous les moyens matériels de concevoir des technologies qui en fait ne verront le jour que dans bien plus longtemps, faute d'avoir déjà les connaissances nécessaires à leur activation. Parmi ces technologies (qui sont reportées à plus tard), sûrement certaines qui nous permettraient de mieux comprendre ce qui se passe "là-haut", parce qu'elles seraient identiques.

Toutefois, une erreur commune serait de systématiquement considérer qu'ils nous dépassent obligatoirement dans tous les domaines.

C'est incontestable, en matière de véhicule atmosphérique ; et s'ils viennent de très loin, c'est encore plus incontestable, en matière de véhicules spatiaux. Cela semble aussi être le cas pour ce qui est de certaines armes (paralysantes ou léthales) et de protection individuelle (immunité aux tirs effectués avec des armes classiques). Encore que, pour ce qui est des armes paralysantes, les recherches et les résultats s'accumulent déjà sur cette planète, tout comme pour les armes léthales à rayonnement (laser X), tandis que des moyens (différents) de protection individuelle contre les armes à projectiles existent aussi chez nous.

Mais, ce qui précède n'est pas obligatoirement la preuve absolue qu'ils nous surclassent dans tous les autres domaines.

Pour illustrer ce fait, je vais prendre un exemple de chez nous (faute de mieux) et bien connu : celui de la Deuxième Guerre Mondiale. A son début, les savants et les chercheurs des deux protagonistes (l'Axe et les Alliés) étaient à peu près aux mêmes niveaux de connaissances et de technologies maîtrisées. En a peine une demi-décennie de conflit, il s'était produit une nette divergence des progrès scientifiques et techniques.

Aux Etats-Unis : l'accès à l'arme atomique.

Chez les Alliés (GB et USA, mais bien aidés par les Polonais, au début) : l'accès aux moyens de décryptage automatisés des codes diplomatiques, stratégiques, tactiques de l'Axe (Allemagne, Italie, Japon) ; plus, l'utilisation des ondes électromagnétiques de très courtes longueurs d'onde (radar, radio...).

En Allemagne : une nette avance en matière d'applications des infrarouges, de technologie aérienne (V1, avions à réaction), sub-spatiale (V2), sous-marine (modèles spéciaux de sous-marins de la toute fin du conflit).

Imaginons les écarts et les différences de progrès qui auraient pu exister, si ces évolutions séparées avaient duré non plus cinq années environ, mais un siècle, deux, trois...

Il n'est donc pas absurde d'envisager que ce phénomène existe aussi, entre civilisations différentes et sans contacts. Les unes ayant une nette avance en matière de voyage spatial, d'autres sur l'armement, encore d'autres en biologie, en mathématiques, etc.

Corrollaire de cette hypothèse : il est peu probable qu'une civilisation domine toutes les autres sur tous les champs de connaissances, et leurs applications technologiques. Sauf, si elle dispose d'une avance sur un point très particulier qui lui permet de s'approprier, totalement et en continu, les connaissances et les avances des autres (dans leurs domaines d'excellence respectifs), en force ou en discrétion, au fur et à mesure de leurs apparitions.

Pour ce qui est de chez nous, et de nous, il n'est donc pas exagérément orgueilleux de penser que, peut-être, ceux qui sont ici ont découvert que, dans certains domaines (et aussi arriérés que nous soyons dans d'autres : ceux où ils nous dominent), nous avions des connaissances qui leur faisaient défaut. Je dis bien qui leur faisaient défaut, parce que, depuis le temps qu'ils traînent dans les parages, ils ont eu tout le loisir de se mettre au courant, et de combler un éventuel retard...



ABDUCTIONS

Wikipédia en anglais est une très intéressante source d'informations. Par exemple ici : http://en.wikipedia.org/wiki/Alien_abduction.

Il s'y trouve un bon article sur les enlèvements, et même un historique succinct qui fait remonter la trace écrite la plus ancienne (pour l'instant) à 1897...

Dans la littérature adéquate, on constate que le schéma : enlèvement, examen, délivrance, n'est pas le seul. Il existe aussi le schéma définitif : enlèvement sans retour...

Contrairement au premier cas, l'enlèvement sans libération (tout comme son importance numérique) est bien plus difficile à évaluer, pour une raison évidente : sauf présence d'un témoin tiers, personne ne le saura jamais. On constatera bien l'absence de la personne concernée (où bien des personnes concernées, car les disparitions simultanées et multiples existent aussi), et encore, surtout dans les sociétés les plus structurées, et pour les personnes ayant des proches pour s'en inquiéter. Mais, une fois le constat fait, comment savoir la raison exacte de cette absence (décès accidentel ou pas, enlèvement par des humains pour des raisons diverses, volonté de refaire sa vie ailleurs, ou bien intervention alienne ?).

Je pense à ce cas symptomatique : un couple d'américains avec leur enfant qui partent pour un voyage, aux USA, dont l'on retrouve plus tard la voiture sur le bas côté de la route, en pleine nature, portières ouvertes, de l'argent resté dans un sac posé sur le siège, et des traces de leurs pas (visibles dans le sol meuble) qui s'éloignent de la voiture, sur une dizaine de mètres, et... plus rien...

On a des données chiffrées sur les observations d'OVNI, qui sont des valeurs minimales (songez à toutes les fois où il n'y a personne pour observer, ou bien à tous ceux qui décident de se taire et que l'on estime à peut-être 90 % de toutes les observations).

Pour les enlèvements avec "restitution", on a aussi des chiffres (eux aussi au plancher, car au moins autant de gens que dans le cas précédent décident de ne pas en parler, auxquels il faut ajouter ceux qui ne se souviennent de rien...).

Avec la disparition définitive, et de par sa nature même, il est quasiment impossible de chiffrer le nombre de gens, toutes les années, qui partent contre leur gré pour une destination inconnue en compagnie d'êtres dont nous ignorons totalement les intentions à notre égard...

Bien sûr, on pourra objecter, avec raison, que comparé à tout ce qui est infligé aux humains, sur cette Terre, à titre individuel ou collectif, par d'autres humains, on peut considérer que ce drame est marginal. Toutefois, je considère que nos propres ignominies n'excusent en rien celles des "autres"...



PANNES D'OVNI

S'il y a bien des observations qui donnent une "matérialité" aux OVNI, ce sont celles d'OVNI en difficulté, allant parfois jusqu'à la destruction complète. En effet, les étoiles, la planète jupiter, les gaz des marais..., ne tombent pas en panne. Les objets manufacturés oui, aussi technologiques qu'ils puissent être. Nous avons bien des objets très performants, mais ils tombent toujours en panne, tôt ou tard, comme leurs prédécesseurs, depuis que nous avons une technologie minimale, et il est probable que cela continuera. Un engin jamais en panne ce serait comme le mouvement perpétuel, une négation de l'entropie.

Alors, si nous avons des pannes avec nos produits, il n'y a pas de raisons qu'"ils" n'en aient pas avec leurs matériels. Ces derniers sont fiables (les accidents observés sont rares, par rapport au total des observations) mais ils sont faillibles (d'où les crashs et autres explosions en vol). S'ils sont sujets à des pannes, ils sont probablement accessibles à des attaques, c'est toujours bon à savoir...

A moins que ces "accidents" ne soit que des simulacres, pour renforcer, chez nous, cette impression de matérialité ? On pourrait l'envisager, s'il n'y avait pas les traces matérielles recueillies au sol (de l'engin en gros morceaux : le mythique Roswell, selon certains témoins de l'époque ; ou bien, le cas du Brésil très connu, avec des parties nécessitant l'intervention d'une grue pour être enlevées ; en passant par les autres circonstances et les débris de petite taille).

Toutefois, il y a une "anomalie" statistique, dans tous ces accidents, et quand ce sont des crashs plus que des explosions avec quasi-destruction complète. Il devrait arriver que certains de ces crashs se passent de telle façon qu'il s'écoule du temps avant que l'on trouve l'épave (zone très sauvage de notre planète), et aussi que cette découverte fortuite soit le fait de personnes lambda (qui passerait un moment à inspecter l'épave, à éventuellement en faire des photographies, etc.). Or, les rares cas qui nous sont connus ne sont pas de ce type : ce sont toujours les "officiels" qui sont sur site, et toujours sur des crashs très récents (quelques heures tout au plus). Est-ce dû à un effet statistique, lié à un nombre encore insuffisant de cas de crashs, pour que les circonstances que j'évoque n'aient pas eu encore le temps de se produire, ou bien est-ce pour une autre raison ?

En complément à cette réflexion, en voici une autre : ils ont des technologies supérieures (à nos équivalents) qui sont avérées, dans quelques domaines que je viens de citer (engins aériens et certaines armes), mais cela ne signifie pas qu'ils en ont la maîtrise. En clair, ils utilisent ces technologies mais il n'est pas obligé qu'ils en détiennent tous les tenants et les aboutissants. Ils peuvent disposer de ces engins mais dépendre d'autres pour les leur fournir.

Je prends un exemple terrestre, avec les armements et les véhicules qui ont été fournis aux combattants afgans, lors de la guerre d'Afganistan. Des équipements dont ils ont vite su tirer le meilleur parti, sans pour autant en avoir la moindre connaissance technologique (missile Stinger, etc.).

De la même façon, le fait que des Aliens (au moins certains d'entre eux, parmi ceux dont l'on rapporte la présence) utilisent une technologie avancée, chez nous, n'est pas la preuve qu'ils la détiennent vraiment (qu'ils en sont concepteurs et fabriquants). On peut imaginer qu'ils se la sont procurée (de diverses façons) ou bien qu'elle leur a été fournie (pour diverses raisons) par d'autres Aliens. Ce qui mettrait une couche supplémentaire entre nous et les réels maîtres du jeu qui se déroule ici...

Au fait, notre technologie évolue de plus en plus vite, et quand l'on compare nos parcs de matériels divers (terre, air, mer), les différences d'aspects et de performances sautent aux yeux des moins technophiles. Et les OVNI, eux, ils semblent toujours relever des formes standardisées du cigare, de la soucoupe, de l'oeuf, du triangle. Au moins depuis la deuxième partie du 20ème siècle, et peut-être depuis bien plus longtemps, si l'on prend en compte certains témoignages historiques (bien que leur interprétation soit toujours délicate).

C'est curieux, cette technologie alienne qui traverserait les décennies, sinon les siècles, inchangée ou presque (au moins en apparence, et en performances). C'est comme si nous, nous utilisions toujours des biplans pour voler dans le ciel d'une autre planète, depuis un siècle. Les Aliens vivraient-ils dans une société où les technologies n'évoluent plus, ou peu, à l'échelle des décennies (au minimum) ? Utiliseraient-ils de vieilles technologies ici, parce qu'elles sont encore suffisantes pour faire la différence, tandis que des engins plus perfectionnés sont mis en oeuvre ailleurs ? L'aspect extérieur est-il conservé alors que l'intérieur (le "moteur", les équipements, les performances) sont en évolutions constantes ?

Petite annecdote technologique, faite en rapprochant des cas d'atterrissages d'OVNI, distants dans le temps et pour ce qui est de la localisation géographique, tout en concernant des "modèles" d'OVNI différents : la pression au sol, mesurée après coup, arrivait à la même valeur de masse (environ une trentaine de tonnes, pour une taille d'une dizaine de mètres)...



L'EXPLORATION COLONIALE

C'est un peu ce que pensent des gens au sujet des raisons possibles de "leur" présence, ici. Ils sont là pour observer la faune, la flore, nous, etc. Cette explication me semble un peu douteuse, pour diverses raisons dont une que j'ai déjà développée : depuis le temps qu'ils sont là, ils auraient déjà eu tout le délai nécessaire pour explorer cette planète de fond en comble, et l'étudier, ainsi que ses occupants (des plus simples aux plus développés)...

Songeons simplement à ce que nous pourrions déjà accomplir de similaire, avec nos moyens actuels, vis à vis d'une autre civilisation, même déjà bien avancée, comme nous l'étions nous-mêmes au 19ème siècle, et même au tout début du 20ème siècle. Il nous faudrait peu de temps pour nous informer, en toute discrétion, et sans que les autochtones ne soupçonnent jamais notre présence, avec l'emploi de télescopes spatiaux (sans oublier les drônes), le placement de systèmes d'écoute et d'observation visuelle comme ceux que nous avons actuellement, qui sont tellement miniaturisés et performants (et camouflables) qu'ils seraient indétectables par les gens du cru. Quant au prélèvements de faune et de flore, sur le terrain, il nous serait aisé de les effectuer sans jamais tomber sur quelqu'un, grâce à la surveillance thermique à longue distance (ou en altitude) de la présence d'espèces à sang chaud dans les environs.

Nous le pouvons déjà, et "ils" devraient au moins pouvoir en faire autant (observer sans se faire jamais repérer). Mais non, ils agissent de telle façon que l'on n'arrête pas de tomber dessus, en vol, au sol, etc. Coïncidences malheureuses et rencontres imprévues, pour des entités qui font tout pour nous éviter, mais il y a des fois ou cela rate ? J'ai plus que des doutes ! Avec un minimum de précautions, il est facile de se tenir juste hors de portée d'une civilisation (accidents non-compris), et de ne pas être détecté comme une manifestation anormale dans l'environnement.

Prenons le cas de cette planète, la nôtre. Pendant des siècles, tout Alien en visite pouvait s'y déplacer sans être exposé au moindre risque de confrontation, dans l'espace aérien (et aussi maritime). Et sans être détecté visuellement, à condition de garder une certaine altitude, ou bien en utilisant les couches nuageuses (puisque pas de radar sur la planète), et cela au moins jusque vers les années 1930. Après, pour rester hors de portée et de détection, il lui suffisait de se replier sur l'espace proche (orbite terrestre), et à partir des années 1960, de se repositionner sur la Lune. Plus tard, il lui aurait été possible d'en faire autant sur l'autre planète tellurique possible, sur les satellites et sur les gros astéroïdes de notre système solaire se prêtant à un séjour, en gardant constamment cet écart entre nos propres possibilités d'exploration (et de rencontre) et lui...

Et pour un OVNI (et ses occupants), même en restant sur la planète Terre, de nos jours, faire des trajets à très haute altitude (10 000 mètres et plus) est toujours un moyen efficace d'échapper à l'observation visuelle (ou bien à plus basse altitude, par temps couvert). Et utiliser le milieu marin serait encore plus efficace (plus de détection, ni visuelle, ni radar) pour se dissimuler, à condition de veiller à une profondeur minimale (au moins une trentaine de mètres). Alors, s'il y avait une volonté de ne pas se faire repérer, même tout près de nous, ce serait possible. Si ce n'est pas fait, pourquoi ? Et je ne parle pas de la possibilité apparente d'apparition/disparition sur place, mentionnée par certains témoins.

En résumé, et autant que nous puissions savoir, nous surveiller en toute discrétion aurait été possible, et ce n'est pas le cas. Par limitation technique, par décision délibérée, par nécessité ? Encore des points d'interrogation...

Au fait, et avant de terminer cette contribution, la présence de base permanentes sur Terre, ou bien dans l'espace proche (le système solaire), juste évoquée, et d'où seraient issus les OVNI, est une réponse aux objections faites à partir de l'impossibilité des voyages interstellaires... Ou en tout cas, sur la nécessité d'un flux constant de déplacements de ce type, c'est à dire sur très longues distances, entre notre planète et d'autres.



By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3168
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 18 Mar 2011, 15:28
Bonjour,

Après avoir conseillé un premier livre (cf. l'un de mes messages antérieurs), j'en propose un autre : "Epistémologie du phénomène ovnien ou cinquante ans de déni scientifique", de Jacques Costagliola, chez L'Harmattan, collection Conversciences, en 1998).

L'on y trouve de bonnes questions qui sont soulevées et discutées, avec des réponses possibles qui ne sont pas dénuées de sens ; on y apprend que le plus grand danger avec les Aliens pourrait être ailleurs que dans la supériorité technologique des OVNI ; on s'y interroge sur le risque potentiel d'étudier ce sujet ; on y lit une compilation de cas remarquables, depuis les Romains jusqu'à récemment.

Seuls deux thèmes finaux me semblent peu fondés à avoir un lien direct avec les Aliens et leurs engins : les stations à chiffres et les phènomène lumineux transitoires lunaires.

Dans le premier cas, cherche sur le Net avec les mots clés "stations à chiffres" et mieux encore avec les mots clés "number stations", permet d'en apprendre pas mal, et de constater que les Aliens n'ont probablement rien à voir avec le sujet.

Dans le deuxième cas, là aussi, il est peu probable que, sauf exception, les Aliens soient impliqués (bien d'autres cause naturelles peuvent suffire).
Globalement, une lecture intéressante, bien que le sujet soit plus analysé dans le premier livre conseillé ("Les objets volants non-identifiables").



By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
Cosmos
Cosmos
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 76
Nombre de messages : 1690
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement
Points de Participation : 6351
Réputation : 50

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 18 Mar 2011, 15:45
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 574469

Merci à toi Janus!
Excellent travail d'information qui tient parfaitement la route! Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 21698

Cordialement. Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 237265
A+

_______________________________________
"Toute technologie suffisamment élaborée, sera considérée
comme de la magie par le primitif"... Arthur C.Clarke.

"C'est une erreur de croire nécessairement faux
ce que l'on ne comprend pas." (MAHATMA GANDHI).

Anonymous
Invité
Invité

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 18 Mar 2011, 19:04
Bonsoir Janus,

J'avais déjà lu Costagliola "l'épistémiologie", je l'ai bien aimé il est enrichissant, j'aime bien sa critique des scientifiques !!

Puis sur vos conseilles j'ai acheté et lu Mavrakis, franchement bien, un peu semblable au "noeud Gordien" de Penvidic (avant qu'il soit bien sceptique), ces deux livres abordent le phénomène de façon éclectique

J'en conseille donc également la lecture !! A noter que leurs bibliographies est top !!

Je vous conseille HETG de Mr LAVAT...

Merci janus pour vos conseilles éclairés, c'est vraiment enrichissant, sans fayotter Razz

Cordialement
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3168
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 18 Mar 2011, 20:20
Bonsoir,

Tant mieux, si mes contributions vous satisfont, et merci pour vos commentaires, ainsi que pour le conseil de lecture (HETG).

By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3168
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 18 Mar 2011, 20:23
Bonsoir,

Un peu de bricolage, pour ceux qui veulent pratiquer la veille optique humaine.

En matière d'observation des cieux et de ce qui pourrait s'y passer, la plupart du temps c'est pratiqué la nuit, parce que, normalement, c'est jugé plus facile (ça reste à prouver).

De jour, l'on est très gêné par la luminosité du ciel, sauf si l'on utilise un accessoire :

Procurez-vous un masque de ski (occasion, emmaüs, etc.), et enlevez l'écran d'origine.

Remplacez-le par un écran rouge foncé (feuille de plastique teintée, à surfaces parallèles et de qualité optique, à découper selon la forme de l'écran d'origine).

Avec ce masque sur le visage, vous pouvez maintenant scruter les cieux, même en plein été, bien plus efficacement.

D'abord, le masque atténue fortement la brume qui gêne l'observation lointaine (vers l'horizon sur des angles peu élevés ; à haute altitude sur des angles plus élevés). Ensuite, il augmente fortement les contrastes, en assombrissant le fond du ciel diurne et en détachant les moindres traces de vapeur ou de glace.

En été, un écran rouge très sombre est nécessaire (ou bien, mettre des lunettes de soleil, en plus, si le masque le permet).

Dans ce cas, l'addition des deux filtres (rouge du masque et vert des lunettes de soleil) renforce encore l'efficacité du système.

L'usage d'un filtre rouge foncé est également pratique, dans les mêmes circonstances, si l'on veut pratiquer la prise de vues à très longue distance (téléobjectif). Le seul inconvénient est une perte de la résolution maximale (du fait d'une prise d'image dans les grandes longueurs d'onde du spectre visible), par rapport à la lumière du jour normale.

Je profite de ce texte pour signaler, à ceux que cela intéresse, qu'il existe déjà des systèmes automatiques de surveillance optique du ciel nocturne, capables de faire une veille à grand champ, et d'y détecter tout mouvement n'étant ni celui d'un avion de ligne, ni celui d'une micro-météorite (étoile filante). Il y a alors passage en mode pointage et poursuite, avec basculement sur zoom puissant et prises automatiques de vues (images fixes ou vidéo, plus enregistrement du spectre lumineux de la source).

Voir : http://www.ufo-science.com/wpf/?cat=7

Je pense qu'un mode d'enregistrement en lumière polarisée serait également utile, pour la raison expliquée dans un des messages précédents, du même thème.



By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
Anonymous
Invité
Invité

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 18 Mar 2011, 20:38
Voir : http://www.ufo-science.com/wpf/?cat=7

Je pense qu'un mode d'enregistrement en lumière polarisée serait également utile, pour la raison expliquée dans un des messages précédents, du même thème.

Leurs en avez vous parlez ?Si non, les gars de ufo sciences sont ouvert aux idées intéressantes !!

Cordialement
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3168
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Sam 19 Mar 2011, 18:35
Bonsoir,

J'ai pensé que comme ils doivent visiter ce site, il tomberont d'eux-mêmes sur cette suggestion...



Je viens de lire "Les Dossiers des O.V.N.I. Les soucoupes volantes existent", d'Henry Durrant, chez Robert Laffont

Ca ne date pas d'hier, mais ça tiens encore bien la route, avec des cas connus et d'autres moins, et surtout des détails pas toujours mentionnés dans des reprises ultérieures d'autres auteurs. Il y a aussi quelques informations précieuses, par ci par là, et les commentaires sont aussi pertinents que raisonnables et raisonnés.

By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
avatar
Mathieu.A
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 34
Nombre de messages : 732
Inscription : 25/05/2009
Localisation : Région toulousaine
Emploi : Technicien aéronautique
Passions : Astronomie, Spectroscopie, Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés; Aéronautique;
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4866
Réputation : 22

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Lun 21 Mar 2011, 07:31
@Janus a écrit:Et, alors que jusqu'ici les témoignages faisaient simplement mention de la luminosité pulsante des OVNI, la personne ayant ces lunettes a constaté que ce qu'elle voyait (avec ces verres) différait de ce qu'elle voyait à l'oeil nu : la lumière de l'OVNI était polarisée, et certaines caractéristiques de cette lumière (la rotation de zones sombres et de zones claires, avec des dimensions angulaires) permettait d'en déduire, si l'on était physicien, que l'OVNI était dans un champ magnétique très puissant, et tournant, et bien plus intense que tout phénomène naturel connu.

L'utilisation d'un réseau de diffraction permettrait également de détecter la présence d'un puissant champs magnétique entourant une source lumineuse, par le biais de l'observation d'un "éclatement" des raies spectrales en trois composantes. : l'Effet Zeeman

Voir affiches en bas de cette page : http://www.ufo-science.com/wpf/?p=2462

Mathieu

_______________________________________
"Tout envisager, ne rien croire" Aimé Michel
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3168
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Lun 21 Mar 2011, 08:06
Bonjour,

Dans ce cas, dont j'aurais dû me souvenir, il est effectivement inutile de doubler le spectrographe d'un système d'analyse de la polarisation, pour vérifier ce phénomène de champ magnétique.

Toutefois, l'analyse indépendante de la polarisation de la lumière peut encore éventuellement servir, si cette polarisation est due à un autre effet (réflexion sur certaines surfaces, dont le verre), notamment lors d'observations diurnes où justement des effets de réflexions lumineuses, parfois spéculaires, sont signalés.

By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3168
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Sam 26 Mar 2011, 17:51
Bonjour,
Une nouvelle livraison de réflexions diverses sur le sujet OVNI et Aliens.

DE LA SUPERIORITE AUX SUPERIORITES

Quand on considère la présence (plus que) probable d'Aliens dans notre environnement immédiat, nous avons tendance à nous les représenter comme issus d'une (ou de plusieurs) civilisation(s) qui nous est (sont) supérieure(s).

Et comment (pourquoi) estimons nous donc qu'"ils" nous sont supérieurs ?

Et bien, parce qu'ils sont là, tandis que nous, nous ne sommes pas allé chez eux. Et que chez nous, ils font ce qu'ils veulent sans que nous puissions les en empêcher (en matière de déplacements aériens, notamment). Pour le dire autrement, parce qu'ils disposent d'engins que nous n'avons pas et dont les performances surclassent celles de nos propres appareils aériens (sans parler de leur supériorité en matière d'engins spatiaux, s'ils utilisent bien le voyage interstellaire pour venir ici).

Je vous propose de réfléchir un peu plus sur cette notion de "supériorité" que nous leurs attribuons d'office, car elle est très questionnable.

Tout d'abord, en raisonnant comme je viens de le décrire, nous faisons de la partie un tout : nous attribuons à ces espèces (et à leur civilisation) une supériorité globale, alors que jusqu'ici elle n'est prouvée que dans un seul domaine : la technologie.

Et encore, sur ce point précis de la technologie, nous recommençons à faire de la partie un tout : nous leurs attribuons une supériorité technologique générale alors qu'elle n'est prouvée que dans un domaine très précis : l'évolution en espace aérien (plus le milieu marin) ; et qu'elle doit aussi exister dans le milieu spatial (de nouveau si leur venue est bien liée au voyage interstellaire, ce qui reste à prouver).

Rien ne permet, pour l'instant, de savoir, ni de penser, encore moins de décider, qu'ils nous sont supérieurs dans tous les autres domaines technologiques, possibles et imaginables. On peut le craindre, mais c'est tout.

On peut donc très bien concevoir que ces Aliens ont développé une science et une technologie très en avance sur nous dans le domaine du voyage spatial comme semble le prouver leur présence (toujours s'ils viennent bien de loin), et aussi dans le domaine du déplacement aérien (qui lui, est évident), sans pour autant qu'ils soient très avancés dans d'autres contextes.

Mais, d'autres Aliens peuvent (doivent ?) avoir fait des progrès énormes dans d'autres domaines technologiques,avec des résultats qui nous seraient encore plus extraordinaires, sans pour autant être du même niveau que les premiers, pour ce qui est du voyage spatial. Et sans que les second doivent être estimés inférieurs aux premiers, sauf à établir une hiérarchie, un classement, entre divers champs technologiques, dont les uns seraient supérieurs aux autres.

Même pour venir jusqu'à nous, que ce soit du fin fond de l'espace ou bien d'autres univers ou d'autres dimensions, rien ne dit que tous les Aliens qui sont présents ici le font avec les mêmes moyens, ni qu'ils sont en provenance des mêmes "endroits". Dit autrement, certains doivent avoir des capacités supérieures à d'autres (en vitesse, distance, provenance).

Sans tomber dans la SF, cela peut aller du voyage au sens trivial du terme, et comme nous le pratiquons, avec un appareil et la consommation d'énergie liée à un déplacement tridimensionnel ; en passant par l'utilisation de propriétés spatio-temporelles inconnues ; jusqu'à la téléportation directe des Aliens (dans cet univers, ou bien depuis d'autres), sans usage d'un véhicule au sens commun du terme. Et tout ce qui pourrait exister d'autre, et que sommes bien incapables de simplement imaginer...

LA CLASSIFICATION IMPOSSIBLE

Ce que je dis des technologies est aussi applicable aux sciences : quelles sciences seraient supérieures à d'autres, et selon quels critères ?

Pour les mathématiciens, par exemple, rien ne supasse leur discipline, et pour eux, une civilisation arrivée le plus loin dans ce domaine est au top niveau. Mais, allez dire cela à un physicien, un chimiste, un biologiste..., et vous verrez qu'il ne sont pas d'accord...

A supposer qu'une telle classification soit possible, elle ne serait de toutes les façons pas objective et générale. Une civilisation agressive mettrait en haut de la liste tout ce qui tourne autour de la guerre et de l'armement ; une autre civilisation, plus pacifique, rangerait ces domaines tout en bas de la liste...

Ce qui est déjà déraisonnable (une classification objective et universelle) pour les technologies et les sciences, le devient encore plus (si c'est possible) pour la notion de degré de civilisation. Comment (et à partir de quoi) dire qu'une civilisation est "supérieure" à une autre ?

* Parce qu'elle domine et impose sa volonté aux autres ?

C'est raisonner en termes de supériorité militaire et d'usage de la force. Et cela signifie que le pouvoir qu'ont eu les Romains sur les autres peuples qu'ils ont soumis, dans les territoires qu'ils ont conquis ; ou bien le pouvoir qu'ont eu les civilisations occidentales, sur d'autres pays, peuples, civilisations, notamment au 19ème siècle ; les désignent comme intrinsèquement "supérieures", ce qui prête largement à discussion...

* Parce qu'elle dispose de technologies supérieures à celles des autres ?

C'est raisonner en termes uniquement matérialistes, et considérer que la civilisation la plus évoluée c'est celle qui a les plus performantes machines, qui produit et consomme le plus d'énergie, qui fait tout, et a tout "the biggest in the world"... Là encore, on lie une supériorité hypothétique à une seule composante, parmi tous les éléments qui peuvent faire la "grandeur", la "supériorité" d'une civilisation.

Notons au passage que cette course au toujours plus n'est possible que tant que les prélèvements sur l'environnement (matériaux, énergie, surface, volume) arrivent à suivre et à fournir les quantités nécessaires à la poursuite de cette consommation. Si (quand) la courbe des besoins coupe et dépasse celle des moyens, ça implose...

Ce biais matérialiste est bien ancré dans nos civilisations occidentales, et l'on retrouve son influence dans le monde actuel (les nations "supérieures" sont celles qui ont les technologies dominantes, les grandes armées, les gros PIB, etc.). Mais on le retrouve aussi dans l'enseignement de l'histoire et dans l'archéologie.

Les "grandes civilisations" anciennes sont celles qui ont eu des empires (Rome, Alexandre le Grand...), et/ou qui ont laissé des monuments (Grèce, Rome, Egypte, Incas, Aztèques, Mayas...).

C'est d'ailleurs curieux, cette tendance à ne voir comme grande qu'une civilisation qui a bâti en dur, une sorte "d'effet Bouigues" : comme s'il y avait une corrélation absolue entre la taille, le volume, le nombre de constructions réalisées, et la grandeur comme le degré de civilisation des peuples anciens.

Ce travers a longtemps fait considérer comme négligeables ou inexistantes des civilisations n'ayant pas eu cette "fièvre du BTP", alors que rien ne dit qu'elles n'ont pas été supérieures aux autres, en matière d'art, de philosophie, et tout simplement d'humanité... Du coup, l'on a mis longtemps à accepter que des zones considérées comme dénuées de toute civilisation remarquable (puisque sans monuments en dur), pouvaient en fait rivaliser avec d'autres, de leur temps (ce fut longtemps le cas du continent Africain, par exemple).

Le degré de civilisation n'a rien a voir avec le degré de technologie, la puissance militaire, la taille de l'empire. Sinon, et avec ce raisonnement, il faut considérer que Rome était supérieure à la Grèce. Dès que l'on juge sur d'autres indicateurs (sciences mathématiques, philosophie, littérature, autres arts...), le rapport s'inverse vite, au profit de la Grèce (bien sûr on pourra objecter qu'il y avait Sparte, dans la même logique que Rome, mais Sparte n'était pas "la Grèce", juste l'une des variantes de la Grèce et qui a duré moins longtemps que d'autres, dont Athène...).

* Parce qu'elle est spirituellement ou philosophiquement supérieure ?

Le terrain devient alors encore plus glissant : comment juger impartialement, objectivement, en ces domaines ? A partir de quoi dire que telle religion ou telle croyance est au dessus d'une autre, que tel système philosophique est meilleur qu'un autre ?

* Parce qu'elle est socialement ou moralement supérieure ?

Cette fois encore, le jugement sera lié au système de référence du "juge". Prenons l'exemple d'un dialogue (peut-être apocryphe) entre un prêtre catholique et un prêtre aztèque, à qui le premier reprochait au second les sacrifices humains, et qui se vit répondre : "... vous remplissez vos églises de tout l'or que vous nous extorquez ; nous, nous donnons à nos dieux notre sang ; chacun donne ce qu'il a de plus précieux...". Et un autre exemple (dont la réalité est plus facile à montrer), avec la venue, en France, d'un chef de tribu amérindienne (qui eut l'occasion de s'entretenir avec certains des penseurs de cette époque), à qui, pour prouver la grandeur et la puissance du pays, et du roi, l'on montra les villes, les monuments, les manufactures, les ports, etc. Interrogé sur ses impressions, il déclara ceci :"... vous me dites que vous êtes un grand pays et un grand peuple, que votre roi est très important et respecté, et vous m'avez fait voir bien des choses impressionnantes. Mais, si vous êtes un si grand pays, pourquoi avez-vous encore des gens si pauvres et qui n'ont pas de nourriture pour manger à leur faim ; chez nous, après la chasse, il y a de quoi se restaurer pour tous, et nous ne sommes qu'une toute petite tribu...".

Supposons que, comme dans le cas des Aztèques, nous explorions l'espace, pour tomber sur une civilisation qui pratique aussi les sacrifices de certains de ses membres. Nous serions tentés d'intervenir, au nom de notre conception du respect de la vie, etc. Mais, si cette même civilisation se livrait à l'exploitation de ses membres pour en tirer profit, comme cela se passe aussi ici, parfois, aurions nous la même obligation d'intervenir (et le même droit moral de le faire) ? Présumons que si nous avions un intérêt à le faire (annexer leurs richesses) nous trouverions bien une raison pour changer les choses chez eux, sans le faire chez nous...

POUR NE PAS CONCLURE

Où, dans cet univers (et dans d'autres, si nécessaire) est l'étalon absolu qui permettrait de classer les civilisations sur une échelle de supériorité qui soit admissible par toutes les civilisations impliquées dans cette classification ? Nul doute que si les Aliens nous ont ainsi évalués, ils l'ont fait selon leur point de vue, tout comme ce serait le cas de notre part, si nous en savions un peu plus sur eux.

Aurions-nous accès à ces autres civilisations, qui semblent s'incruster chez nous, nous aurions sûrement autant de raisons de nous étonner, que de nous révolter, que d'admirer, selon certains aspects de la vie chez eux. Nous aurions peut-être des raisons d'être fiers de certaines choses de chez nous, et aussi d'être honteux d'autres, par rapport à ce que nous constaterions (et en comprendrions), mais toujours à travers le filtre de notre propre civilisation (avec ses concepts, ses aspirations, ses croyances, ses codes...).

Certains témoignages (lors de RR3 et plus) semblent indiquer, chez les Aliens cotoyés, une structure sociale et des comportements que nous pourrions rapprocher de ce qui existe dans certaines colonies animales terrestres (abeilles, fourmis, termites). Si c'est bien le cas, comment estimer que notre organisation sociale, et les interactions inter-individuelles qui en découlent, c'est mieux ou moins bien que les leurs, dans l'absolu ?

Ce qui est sûr, de notre point de vue, c'est que la très grande majorité de nous tous ne serons pas volontaires pour entrer dans leur système. A supposer qu'ils nous en laissent le choix, mais ça, c'est un autre sujet...

Peut-il exister une relation "saine" et fructueuse entre deux civilisations étrangères ? Uniquement, je pense, si elles sont relativement proches sur différents plans (psychique et psychologique, culturel, technique, social et philosophique, sans oublier l'apparence physique). En cas d'écart trop prononcé, on est en situation d'incompréhension réciproque irrésoluble, d'incommunicabilité totale, et même de rejet viscéral.

L'idéal, pour chacun d'entre nous, à titre individuel, serait de pouvoir trouver, parmi toutes les civilisations existantes, ici ou là, celle qui nous conviendrait le plus (et le mieux) afin de pouvoir y vivre (à supposer que ce soit possible). Si les civilisations extraterrestres sont au moins aussi nombreuses et diversifiées que celles qui ont existé sur notre planète (je dis "ont existé", parce que la grande uniformisation est déjà bien avancée), il devrait y avoir de quoi faire pour chacun... Resterait à trouver l'agence de voyage...

CROP-CIRCLES ET MUTILATIONS DE BETAIL

Voilà bien deux domaines où c'est la vraie bouteille à l'encre, entre les cas relevant de la manifestation tout ce qui a de terrienne et d'autres possibilités : phénomènes naturels et surtout plaisantins (pour les crop-circles), manipulations diverses (expérimentations..., pour les mutilations de bétail) mais bien terriennes, éventuels extraterrestres...

Bien doué (ou bien informé) celui qui peut (sait) faire le tri, entre toutes les explications possibles. Notons simplement que les premiers cas signalés, de mutilations et d'enlèvements de bétail (dont certains sont directement couplés avec des observations simultanées d'OVNI), remontent aussi loin dans le temps (19ème siècle), que ceux d'abductions.

ILS SONT "BANQUABLES"

Qu'ils existent ou pas (ou plutôt : qu'ils soient ici ou pas, car ils existent probablement quelque part dans l'univers, ou un autre), ils sont déjà bien représentés sur cette planète : livres, BD, films, et tous les produits dérivés, du slip au poster en passant par la lampe de chevet ou la tasse de café, il y a un Alien-business qui marche bien. Et même un folklore (au double sens du terme : production culturelle ; mais aussi : manifestation un peu ridicule et superficielle).

PRESENCE HISTORIQUE

Elle est encore plus élusive que leur présence actuelle, du fait de la rareté des sources, de leur caution toujours floue, et de leur interprétation exacte sujette à bien des questionnements. Le principe de l'absence de preuve, comme preuve de l'absence, ne joue pas que dans le passé. Le débunking et l'autocensure d'aujourd'hui seront les prétextes de la réfutation de demain.

TESTS ET CONFRONTATIONS

La présence des OVNI, qu'elle que soit leur origine, et notamment à proximité de zones sensibles, s'apparente à ce que les militaires appellent le "probing", ou la reconnaissance agressive : faire réagir l'entité que l'on stimule (la défense aérienne, les installations protégées) pour l'obliger à réagir et pouvoir étudier ses protocoles de gestion de telles "intrusions". En plus, en répétant ces stimulations, on finit par provoquer une forme de désensibilisation : petit à petit, l'entité ainsi testée devient indifférente à ces intrusions, si elles ont une certaine fréquence, et surtout si elles n'ont pas de conséquences révélatrices de dangerosité.

L'ORIGINE TERRESTRE

Un spécialiste des OVNI français répondait, à une question sur le fait que les USA pourraient avoir développé des technologies aliennes, par l'argument que, dans un tel cas, ils ne continueraient pas à dépenser les sommes importantes qui sont consacrées à l'espace, avec les moyens classiques d'exploration. L'argument est attaquable : si cette hypothèse était fondée (les USA disposeraient bien de technologies aliennes), ils auraient tout intérêt à ce que cet avantage demeure secret. Et un des meilleurs moyens d'y parvenir serait de continuer à déployer une activité spatiale conventionnelle. Dans le cas contraire (un arrêt de toutes les activités spatiales), il ne faudrait pas longtemps pour que les autres pays se doutent que cet arrêt dissimule quelque chose. De plus, un tel arrêt mettrait au chômage des pans entiers du tissu industriel de ce pays, alors que continuer assure deux choses : maintien du secret, et business "as usual".

OVNI EN TEMPS DE GUERRE

S'il est bien un moment où l'observation potentielle des OVNI est à son maximum, c'est pendant une guerre, car alors, tous les moyens disponibles sont tendus vers un objectif : détecter du mieux possible, le plus précisément possible, le plus vite possible, ce qui est en provenance de l'adversaire. Mais, cette période est aussi celle où la confidentialité sur de telles observations est à son maximum (secret général sur les informations qui circulent, et besoin d'éliminer des circuits d'information tout fait qui n'est pas directement utile à la conduite de la guerre).

PASSER A L'OFFENSIVE

En science, il est connu que le meilleur moyen d'apprendre quelque chose, sur un phénomène, c'est de prendre l'initiative, de le provoquer, de le pousser à ses limites, de le déstabiliser. Par exemple, on en sait beaucoup plus sur un mécanisme, quand on a procédé à ce que l'on appelle un essai destructif, que si l'on se contente de l'observer dans son fonctionnement normal. Et cela reste valable dans toutes les autres disciplines, que ce "passage à "l'offensive" porte sur des éléments matériels (physique, chimie, biologie...) ou bien des idées (psychologie, mathématiques...). On avancerait peut-être un peu plus si l'on en faisait autant avec les OVNI, au lieu de rester dans l'attitude passive qui prévaut : on attend qu'il se passe quelque chose, quelque part, pour l'observer quand et où il se manifeste, et souvent même en arrivant après que cela se soit passé... Bref, sortons de la "cueillette" passive.

ALIENS, OVNI, ANIMAUX

Beaucoup de circonstances où des OVNI ou bien des Aliens ont été impliqués, ont aussi mis en jeu des animaux. Ces derniers ont alors le plus souvent montré des réactions très nettes et négatives (agitation, panique, fuite...), dans de tels contextes. Notoirement, avant que les humains ne prennent eux-mêmes conscience du phénomène (ce qui exclue donc une action du type : transmission de l'inquiétude de l'humain à l'animal). Les réactions des animaux se produisent même quand ils sont enfermés dans un local d'où ils ne peuvent pas voir l'OVNI, ce qui implique une détection indépendante des organes de la vision. Dans les rares cas de manipulation par un Alien, on a rapporté une absence de réaction de fuite, et une passivité contraire à ce qui serait le cas avec un humain. En tout cas, les animaux sont des détecteurs d'OVNI efficaces, et faciles à se procurer.

UNE PRESENCE INVISIBLE

Si des Aliens avaient une apparence humaine, et étaient dotés de facultés à la fois de lecture de pensée et d'infuence sur le comportement humain (comme certains cas de RR3 et plus semblent le signaler), ils seraient indétectables et ne pourraient être interceptés. Leur faculté de lire les pensées leur permettrait de détecter toute attention dont ils seraient l'objet, et leur intervention sur les actes des humains empêcherait toute action à leur encontre. Ils auraient toujours le moyen d'éviter la confrontation et même la simple investigation. Seules des circonstances comme un accident les affectant pourraient révéler leur identité, pour peu qu'ils ne soient plus en mesure d'effectuer ces opérations sur notre psychisme, et à condition qu'un examen médical conduit alors puisse révéler des différences physiologiques notoires.

DIFFERENCE DE NIVEAU OU DE FOND

Comme déjà mentionné précédemment, selon certains témoignages, des effets considérés comme paranormaux sont parfois liés à des interactions avec des OVNI ou bien des Aliens : prémonition, poltergeist, télépathie, mais aussi stigmates et autoguérisons. Soit immédiatement, soit suite à ces interactions, avec des intensité et des durées variables.

De tels effets ont été signalés, sur cette planète, bien avant qu'on les relève comme couplés au phénomène OVNI/Aliens.

Prenons les poltergeists, les prémonitions, la télépathie, autant de manifestations tantôt attribuées à des "esprits", ou bien à des propriétés inconnues de certains humains. Même commentaire pour les autoguérisons, qui se divisent en deux composantes : les guérisons "miraculeuses" (attribuées à une intervention divine) et les guérisons spontanées (non-attribuées à une intervention divine), et concernant des affections qui normalement ne peuvent se résoudre et disparaître d'elles-mêmes. On pourrait également ajouter les cas de guérisons (ou bien les autoguérisons) induites par des personnes tierces (magnétiseurs, etc.), si les résultats constatés ne sont pas totalement explicables par la simple autosuggestion (et encore, même dans ce cas, on retombe dans l'autoguérison).

Puisque l'on attribue aussi aux Aliens des facultés de lecture de la pensée et de communication par la pensée, mais également d'autoguérison (cf. le cas brésilien, avec le témoignage de l'équipe médicale) ; et que des expositions à des OVNI ont déclenché, chez certains témoins, des activations des capacités de prémonition, télépathie, autoguérison, etc., on en vient à se poser les questions suivantes (bien entendu, si tout ce qui précède a le moindre fondement) :

Si les Aliens utilisent facilement certaines de ces facultés citées (transmission de pensée, autoguérison), et que des humains semblent aussi en bénéficier (plus ou moins efficacement), on pourrait envisager que ces facultés sont intrinsèques aux psychismes des êtres vivants supérieurs (eux et nous, mais avec des degrés différents de développement).

Pour ce qui est des très rares cas de guérison spontanée par l'action d'un OVNI, la question à se poser est : est-ce la conséquence d'une action volontaire sur le sujet humain, ou bien est-ce un effet non-voulu mais simplement causé par le fonctionnement de l'OVNI ?

En parallèle avec ce sujet, il y a celui des "abductions", dont certaines seraient récurrentes, pour certains sujets. Dans ce cas, pouquoi ne s'est on pas (officiellement) intéressé au fait de savoir si ces personnes, particulièrement visées, avaient des critères (biologiques, psychologiques, etc.) particuliers, dont l'identification pourraient aider à comprendre pourquoi ils sont l'objet de cette "attention". Et surtout, ces critères pourraient permettre de supposer à quoi servent ces "abductions" à répétition.

LES ALIENS AU CINEMA

Il en est des Aliens au cinéma made in USA, comme il en fut des Amérindiens au cinéma made in USA. Dans les débuts de cette filmographie, ce sont essentiellement des méchants qu'il faut trucider sans pitié (c'est surtout l'époque des films de SF des années 1950/1960 : "la chose d'un autre monde", "la guerre des mondes"...), et plus tard, la série des "Alien" et autres "Predator" ; puis vient la période où ils sont, en fin de compte, sympathiques ("Rencontre du 3ème type", "E.T."...) ; enfin, on arrive à celle où ils sont comme nous, avec des défauts et des qualités et leur étrangeté irréductible ("District 9") ; plus les pochades où ils sont des "comiques" (enfin, plus ou moins, comme avec "Men in Black", et "Paul", qui vient de sortir)...

SF ET ALIEN

Dans le livre "épistémologie du phénomène ovnien", l'auteur évoque le fait que la littérature de SF semble, plus que les lois du hasard et de la coïncidence ne le permettent, devancer les observations que l'on fait ultérieurement au sujet des OVNI. Si cette "anticipation" de certains critères du phénomène était bien autre chose qu'une simple coïncidence, il faudrait lui trouver une explication. Mais laquelle, par rapport à toutes celles qui sont envisageables ?

* Une simple prémonition de l'auteur, quand il décrit, dans son récit, des armes, des technologies, des formes, des performances, etc. ? Dans ce cas, c'est le phénomène de prémonition qui se trouve confirmé, et il serait intéressant de savoir comment il fonctionne.

* Une preuve que tout cela ne relève donc que de l'imaginaire des témoins qui ne font que recycler ce qu'ils ont lu dans cette littérature, sans se souvenir de l'y avoir lu ? Cette fois, c'est une voie royale d'étude du fonctionnement de notre esprit, et de l'influence de la chose écrite sur l'inconscient, qui mérite investigation.

* Une preuve d'une manipulation, par des gens qui puisent dans cette même littérature les thèmes dont ils vont se servir pour nous faire croire à des phénomènes qui n'existent que par leur volonté de nous le faire croire ? Il est alors plus qu'indispensable que cette supercherie soit démasquée, tout comme ses auteurs et leurs intentions (plus que probablement malveillantes à notre égard).

* Le résultat de la décision de certains auteurs de SF d'utiliser ce médium pour nous informer discrètement de faits dont ils auraient connaissance, en évitant de se mettre trop à découvert, avec toutes les conséquences qui s'en suivent pour ceux qui communiquent ouvertement sur le sujet (de la ridiculisation aux attaques en règles) ? Voilà qui serait plus qu'intéressant, car d'où tiendraient-ils ces informations...

* Un phénomène lié à l'inconscient collectif, c'est une hypothèse avancée par certains, où l'esprit humain, surtout s'il bénéficie d'un effet de masse (beaucoup de gens pensent à la même chose), serait capable, par un mécanisme inconnu, de donner une certaine forme de réalité à ce qu'il imagine ? Voilà qui justifie des recherches, car ce phénomène pourrait avoir des effets dangereux : si trop de gens pensent à des choses terribles, elles vont prendre réalité... Inversement, ce phénomène, à supposer qu'il ait la moindre réalité, pourrait expliquer pourquoi l'on ne voit plus de farfadets, de gnomes, de fées, etc., c'est parce que plus personne n'y croit, ni n'y pense...

PAS ASSEZ D'EXPLICATIONS OU TROP D'HYPOTHESES

Face à ce phénomène OVNI en général, on ne manque pas d'hypothèses, et c'est même le trop plein, on croule sous les supputations avec des "effets de mode", on a commencé par le "nuts and bolts" (l'engin spatial, et son équipage), puis il y a eu la période psychologisante (hallucinations, rêve éveillé, etc.), et ensuite la phase paranormale (monde parallèle, spiritisme...), enfin l'explication impliquant les univers parallèles, etc., etc. Et, l'on n'a pas avancé d'un pouce (officiellement, parce que derrière le décor, tout est possible). Pour toute preuve qui plaiderait pour un type d'explication, on peut en avancer une autre qui justifierait une autre explication...

Comme évoqué dans un message précédent, le phénomène était peut-être plus "pur" au début, et donc facile à étudier, dans les années 1945-1955, avant que les illuminés, les affabulateurs, les débunkers, les manipulateurs, et aussi les expérimenteurs bien terrestres, ne viennent tous brouiller les choses, et noyer le vrai phénomène dans toute la masse que l'on y a ajouté.

L'AVOCAT DU DIABLE

Parmi les explications (plutôt les hypothèses) les plus récurrentes, il y a, par ordre d'étrangeté croissante :

* Les Aliens en provenance de l'espace conventionnel (voyage interstellaire).

* Les Aliens en provenance d'une origine non-conventionnelle (temps, univers parallèle, etc.).

* Les phénomènes paranormaux et surnaturels autonomes (non créés par nous).

* Les phénomènes paranormaux et surnaturels induits (créés par nous).

Dans tous les cas, cela mérite étude et compréhension.

Et supposons que tout ce que je viens de dire est faux, n'a pas de réalité, n'en a jamais eue, et est le pur produit de notre imagination ou de nos esprits dérangés... Et bien, même dans ce cas, il y a bien encore "quelque chose", et ce quelque chose mérite aussi étude, non ? Au moins pour des raisons de santé publique...

Formellement et définitivement, il y a encore plus à apprendre sur nous, en étudiant ce phénomène (quel qu'il soit, et même s'il n'existe pas), qu'il n'y a à en apprendre sur lui, et donc, celà justifie amplement que l'on y consacre des moyens humains et matériels suffisants, en lieu et place de haussements d'épaules désinvoltes, ricanements divers et pseudo-explications débiles. Notre intérêt direct et total le dicte.

Avec ce troisième grand message, sur la troisième page de ce thème, je termine provisoirement, sur les sujets qui y ont été abordés.

By,
Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3168
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Lun 25 Avr 2011, 19:29
Bonjour,

Quelques réflexions sur les OVNI, et notre rôle vis à vis de ce sujet.

A QUI APPARTIENNENT-ILS ?

Exprimé autrement, et selon leur nature, qui est en droit de se les approprier, dans le contexte de la science ?

* OVNI = objet manufacturé :

Dans ce cas, il est du ressort des physiciens, pour ses principes de fonctionnement ; et la propriété des ingénieurs pour les technologies qui y sont appliquées.

* OVNI = phénomène naturel :

Il est encore une fois du ressort des physiciens, ou bien des chimistes, pour les réactions qui le produisent.

* OVNI = phénomène biologique :

Donc, il appartient aux biologistes, naturalistes, physiologistes...

* OVNI = phénomène psychologique :

C'est au tour des psychologues, des neurologues, des psychiatres, d'entrer en lice, et de s'approprier la "bête".

Notons qu'il ne nous appartient jamais... C'est à dire qu'une fois le phénomène OVNI reconnu, étudié, puis identifié par la science, il ne nous appartiendra plus. Si l'on nous laisse "jouer" avec, actuellement, c'est qu'il n'est pas admis comme un thème sérieux et scientifique. Mais, si cette situation devait évoluer, un jour, il nous sera retiré comme étant trop important pour être laissé à des amateurs...

En effet, une fois dans les "mains" de la science, l'OVNI sera transformé en équations, en formules, en théories, en concepts, etc. Bref, en autant de choses que nous sommes incapables de produire, nous tous, de ce site, à quelques exceptions près, faute d'un bagage mathématique et scientifique suffisant.

Et cela, d'autant plus que si l'OVNI est un engin technologique, il doit sûrement mobiliser des lois scientifiques que nous ignorons tous, même les plus savants des Terriens (sinon, nous en aurions nous-mêmes, des OVNI).

Quand l'on voit le bagage scientifique dont il faut disposer, de nos jours, pour vraiment comprendre les mathématiques les plus avancées, les recherches physiques les plus pointues, il est aisé de deviner que nous sommes exclus du jeu dans "la cour des grands".

Il n'en a pas toujours été ainsi, et par exemple, la totalité de la science de la Renaissance nous serait facilement compréhensible. Et d'ailleurs, une bonne partie de la science de cette époque se retrouve (sous une forme moderne) dans les programmes scolaires de la troisième environ (ou bien un peu au-dessus).

La science du dix-huitième siècle nous serait encore également compréhensible, avec un niveau de terminale scientifique actuel. Mais, ce serait déjà plus difficile pour celle du dix-neuvième siècle, sauf avec un niveau universitaire autour du DEUG ou de la Licence, sinon de la Maîtrise, voire du DESS.

Et, comprendre, par exemple, le sens mathématique des équations de la relativité restreinte, ou de la relativité générale, ou bien de la physique quantique, c'est une chose. Mais, accéder à toute la signification et à toutes les implications de ce que l'on comprend, c'est encore une autre chose... Et, être capable d'extrapoler efficacement à partir de là...

Même si un bricoleur chanceux tombait, par intuition ou par hasard, sur un phénomène en lien avec les OVNI, en bidouillant dans son petit laboratoire (à supposer que des principes liés aux OVNI soient effectivement trouvables avec des moyens d'amateur), ce bricoleur serait bien incapable d'en déduire (exactement), et d'en comprendre (réellement), les lois et les règles qui expliquent le dit phénomène.

Je fais le même commentaire pour ceux d'entre nous qui trouveraient un oVNI dans leur jardin, ou dans une clairière, même en parfait état, et avec "les clés de contact sur le tableau de bord". Qu'en ferions-nous, et qu'en comprendrions-nous, même en le démontant pièce par pièce (en espérant ne pas tout faire sauter, ainsi) ? Sûrement rien de plus que ce que tirerait un aborigène de l'accès à une navette spatiale abandonnée...

Nous sommes donc condamnés, avec le phénomène OVNI, à n'être que des observateurs, comme il existe des observateurs bénévoles (et amateurs) en astronomie, en météorologie, en faune, en flore, etc. Pouvant, tout au plus, procéder à des consignations précises et utiles (pour les "vrais scientifiques") de ce que nous aurions observé, mais bien incapables "d'interpréter", par nous-mêmes, ces observations (d'en extraire des lois scientifiques et des explications physiques nouvelles). Donc, nous sommes réduits à être, tout au plus, des supplétifs de la science, comme les autochtones qui sont mobilisés pour chercher des fossiles, des artéfacts archéologiques, des animaux ou des plantes encore inconnus. Autre comparaison, celle avec les préparateurs et les manipulateurs des laboratoires...

De nos jours, il est plus facile de contribuer réellement à l'avancement de certaines disciplines (essentiellement les sciences dites "molles" : histoire, ethnologie, archéologie, psychologie...), que d'autres disciplines (celles des sciences désignées comme dures : mathématiques, physique, chimie...). Entre les deux seraient aussi, alors, des sciences demi-dures ou demi-molles : géologie, géographie, biologie, écologie...

Que tant de jeunes se détournent de certaines études scientifiques est peut-être, d'ailleurs, dû à cette faible accessibilité des niveaux où l'on peut vraiment (donc autrement que marginalement) contribuer à de vraies avancées, dans le secteur des sciences dures. Et du coup, ils se tournent vers les sciences dites molles.
Ce qui est sûr, c'est que dans les mathématiques et la physique, pour être un acteur de premier plan, il faut plutôt être tout en haut, ce qui n'est pas donné à tous, tandis que dans d'autres disciplines, on peut apporter une contribution réelle et reconnue, même de plus bas.

Par exemple, en archéologie, en histoire, on peut faire avancer certains domaines, sans avoir besoin d'être arrivé au doctorat ou même au post-doctorat. En astronomie, même si l'on ne peut espérer atteindre le niveau de docteur en astrophysique, on peut être reconnu comme observateur de talent (je ne parle pas, ici, des observateurs bénévoles évoqués précédemment), par exemple. Il y a même des responsables de la photographie, dans certains observatoires, qui ont fini par acquérir une reconnaissance internationale, et participer à des travaux comme à des congrès...

Je doute que ce que je viens juste de rédiger ne déclenche pas des réactions vives de la part de certains lecteurs. Je reconnais avoir eu la "main" un peu lourde, mais je pense que mes propos ne sont pas, non plus, complètement irréels.

Je précise bien ne pas du tout partager cette séparation (un peu méprisante, de la part de ceux qui sont dans les sciences dures) entre les sciences dites molles et les sciences prétendument dures. Tout comme le fait de certains, de distinguer entre ce qui est "vraiment utile" (ce n'est pas moi qui le dit, bien sûr) : la technologie, la banque, le commerce... ; et ce qui est plus "futile" (encore une fois, ce n'est pas mon avis) : la littérature, la musique, la poésie, l'ikebana, la cérémonie du thé, le aïku, et tout ce que vous voudrez bien ajouter...

Pour résumer, sur les OVNI : ils nous échappent actuellement de par leur furtivité relative, ils nous échapperons demain, une fois reconnus, de par leur technicité. Quand je dis "nous", je parle des 95% d'inscrits sur ce site (et dont je fais partie), pour les raisons que je viens de développer.

Nous pourrons toujours nous consoler, le jour où les OVNI seront reconnus, avec la pensée que nous aurons eu raison avant tous les autres. Mais, sur cette planète, avoir raison trop tôt, c'est avoir tort, et l'on pourra aussi nous objecter que nous avions effectivement raison, mais pas pour les bonnes raisons...

By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
Franck.b
Franck.b
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 46
Nombre de messages : 518
Inscription : 02/02/2011
Localisation : Région Parisienne
Emploi : Sans
Passions : Cinéma,guitarre basse, informatique
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3974
Réputation : 9

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Lun 25 Avr 2011, 20:09
Bonsoir, cette contribution me parait tres pertinente.
De plus, elle répond à une question que je me posais et à laquelle on m'avait répondu plus laconiquement (plus ou moins dans le meme sens).
Chapeau bas monsieur.


Dernière édition par Franck.b le Lun 25 Avr 2011, 22:43, édité 1 fois
Robert04
Robert04
Equipe du forum
Equipe du forum
Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni - Page 4 Empty

Masculin Age : 60
Nombre de messages : 1947
Inscription : 16/02/2011
Localisation : PACA
Emploi : +++++
Passions : +++++
Règlement : Règlement
Points de Participation : 6187
Réputation : 18

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Lun 25 Avr 2011, 20:31
Bonsoir Janus


Bravo.c'est toujours un grand plaisir de vous lire.

Et tout à fait d'accord avec vous sur vos déductions

_______________________________________
Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité.

Albert Einstein
Mathématicien, Physicien, Scientifique (1879 - 1955)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum