Marque-page social
Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre | Les mystères des Ovnis sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
Lorsque certains ufologues s'aventurent dans le domaine du paranormal Aujourd'hui à 21:05Nanou TiLes Belges du forumHier à 23:17Polyèdre57Question sur les météorites.Hier à 22:11Polyèdre57Quand le Pentagone étudie les ovnis dans le plus grand secret. Un article du New York TimesHier à 21:38HocineTo be or not to be.Hier à 19:26JamalM.A.J : JT Ovnis en France du mois de mars 2019 par O.D.H.TvHier à 10:23Loreline(2010) Ovni le 25/07/ dans le 56Dim 24 Mar 2019, 22:50Loreline1970/1974/1996/1997/1998: 5 Observations (le sud de la France)Dim 24 Mar 2019, 16:25StarfullLe METI : Où sont les extraterrestres ?Dim 24 Mar 2019, 13:43elisaliseProjet Camelot / Stargate / Remote viewingDim 24 Mar 2019, 13:25elisaliseNouveau membreDim 24 Mar 2019, 11:09Polyèdre57PrésentationDim 24 Mar 2019, 10:34Polyèdre57Message télépathique et Technologies (1973)Dim 24 Mar 2019, 09:37TikoLe gouvernement Français et le secret sur les OVNIs. Dim 24 Mar 2019, 00:45Polyèdre57(2009) j'ai vu un OVNI triangulaireDim 24 Mar 2019, 00:42angelo85observation du 5 juillet 2002Sam 23 Mar 2019, 23:11StarfullSondage : Quel est le cas le plus intrigantSam 23 Mar 2019, 14:47Polyèdre57Bonjour tout le mondeSam 23 Mar 2019, 14:43Polyèdre57Qu'est-ce que réfléchir sur le sujet OVNI ?Sam 23 Mar 2019, 14:20Nanou TiLe voyage temporel est-il possible?Sam 23 Mar 2019, 05:25Hunuinuile bureau des OVNI britannique nous révèle tout enfin presqueVen 22 Mar 2019, 18:06R-Mès2018: le 13/12 à 18h12 - 2 points lumineux - -Saône-et-Loire (dép.71)Jeu 21 Mar 2019, 23:00Polyèdre57Lumières rouges oranges très vives (22/04/2017-21h32 à 21h47)Mer 20 Mar 2019, 23:28StarfullNouveau venu dans la communautéMer 20 Mar 2019, 23:23Starfull2019: le 14/01 à 19h00 - Lumière étrange dans le ciel - Charneux -Non préciséMer 20 Mar 2019, 11:56Polyèdre57nouvelle venue dans le forumMar 19 Mar 2019, 11:54Polyèdre57La lueur des OVNIs.Lun 18 Mar 2019, 22:19moimoi(2008) le 01/08/08 Triangle noir à 0H15 (prés d'Orleans)Dim 17 Mar 2019, 21:27Polyèdre57Les descriptions de triangles tentative de synthèseDim 17 Mar 2019, 16:11Polyèdre57(2018) "Les apparitions mondiales d'humanoïdes" d'Eric ZURCHERDim 17 Mar 2019, 00:29Loreline
Annonce
Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3106
Réputation : 0

Ovnis Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 18 Fév 2011, 17:57
Rappel du premier message :

Bonsoir,

Ne pouvant pas insérer certains de ces chapitres dans d'autres parties du site (verrouillées), je les regroupe ici. Les thèmes abordés ne sont pas nouveaux, sur ce site, mais peut-être certaines réflexions, et détails, ici et là.

DENSITE REELLE :

Il y a les OVNIs (UFOs) que l'on voit, et tous les autres...

Supposons que leur répartition soit plus ou moins régulière (temporellement et géographiquement), sur notre planète.
Déjà, environ 70 % du globe est constitué d'eau salée, peu fréquentée, hormis les lignes régulières des navires de haute
mer qui sont aux océans ce que sont les couloirs aériens à l'aviation (des zones très étroites et très fréquentées, mais
séparées par de vastes espaces déserts). Et, la nuit, beaucoup de navire sont sur pilote automatique, avec le radar anti-collision activé (au cas où), tandis que tout le monde à bord roupille.

Pour les 30 % de terres émergées, il y a encore les portions quasi-désertiques ou désertiques, où les témoins potentiels
sont rares. Plus celles où l'environnement fait écran (forêts denses, etc.).

Et puis, il y a aussi les zones peuplées mais dont la couverture nuageuse dissimule tout ce qui se passe au dessus (cette
couverture nuageuse occulte également le ciel, en mer...).

Enfin, même en peuplement dense et avec un ciel dégagé, il y a le comportement humain usuel (surtout en ville et dans les
régions occidentales) qui incite peu de gens, peu de fois, à lever le nez vers les cieux, pour les scruter...

Sans oublier qu'à certaines heures, mêmes dans les endroits géographiquement très peuplés, il n'y a guère de gens dehors.

Pour ajouter à cette succession de filtres sélectifs, il semble que certains OVNI aient la faculté d'être visible ou pas,
sans que l'on sache si cette visibilité est liée ou non à une présence physique simultanée (en d'autres termes, peut-être
peuvent-ils être présents physiquement, dans la zone d'observation, sans être visibles).

Et pourtant, en dépit de tous les facteurs limitants cités, le nombre d'observations annuelles crédibles et non-explicables
reste impressionnant...

Qu'en serait-il, de ce nombre, si toutes les contraintes précédentes n'existaient pas (toujours avec l'hypothèse d'une
répartition homogène, à l'échelle macroscopique du temps, sur une année)...

Sans parler de l'utilisation (constatée) du milieu marin, quasiment inobservable à l'oeil, en plus du milieu aérien.



EVOLUTION TECHNOLOGIQUE :

Je ne suis pas le premier à avoir fait ce constat, mais l'OVNI du jour (enfin, de l'époque considérée) semble toujours être
d'une technologie un peu en avance sur celle du moment considéré (cf. les airships au 19ème siècle proches des dirigeables
qui allaient être possibles ; puis les disques classiques dont des recherches en MHD semblent pouvoir bientôt expliquer
certaines performances comme la vitesse supersonique sans "bang" sonique ; puis les modèles pouvant procéder à des
matérialisations/dématérialisations immédiates, etc.).

Comme si ces engins restaient toujours juste assez en avance sur notre technologie pour juste se mettre hors de portée...
Nous serions amenés à inverser les rôles, sur une planète tierce, qu'utiliserions-nous, nous-mêmes, dans l'atmosphère de
cette planète ? Le dernier cri de notre technologie, ou bien des engins démodés chez nous, mais bien suffisants pour tenir
la distance vis à vis de la technologie des habitants du lieu, quitte à monter progressivement en gamme, pour garder cette
marge de sécurité, au fur et à mesure de leur développement...

A moins que, l'aspect de l'engin soit une chose, et la technologie derrière une autre, le premier élément étant choisi pour
des raisons qui nous échappent, mais les principes de propulsion étant les mêmes.

Se contenter d'une technologie juste supérieure, c'est aussi un moyen de ne pas dévoiler les autres...

A moins que... (mais, je vous suggère de relire la fable de La Fontaine "l'aigle et le roitelet", pour ce qui pourrait
constituer une autre explication...).



LES FAUSSES JUSTIFICATIONS DE L'ABSENCE DE REALITE DU PHENOMENE

Je règle d'abord son compte à celle de l'observation visuelle non-corrélée par le radar.

Pendant longtemps, cette non-visibilité radar a été brandie comme la preuve absolue et incontestable de la non-réalité de
l'observation visuelle, au même moment. A l'époque des avions furtifs, qui oserait encore dire : "si ce n'est pas observé
au radar, ce n'est pas là" ? Si nous pouvons le faire, "ils" le peuvent aussi.

Mais, il y a toujours eu une autre raison, soigneusement passée sous silence. Tout le contrôle aérien, depuis environ les
années 1960/1970, repose sur des radars dits "secondaires", c'est à dire dont l'image restituée, et visible par le
contrôleur aérien, a été traitée par des calculateurs. Cette image est à base d'icônes, de symboles divers (code du
transpondeur, altitude, cap, etc., etc.), et ce n'est pas l'écho du radar qui est observé mais sa restitution organisée. Le
calculateur peut être réglé pour ne pas montrer les échos fixes ou à basse vitesse (moins de 40 noeuds, par exemple), ni
les échos d'une vitesse supérieure à une certaines limite, et surtout pour ignorer les échos qui ne répondent pas à
l'impulsion du radar avec l'émission d'un code transpondeur...

Par contre, un radar dit "primaire" montre une image brute de ce que l'antenne capte quand l'impulsion initiale revient à
la station après écho sur des cibles aussi diverses que certains phénomènes météorologiques pluie...), des objets fixes
(grande tour métallique, montagne, par exemple), groupe d'oiseaux ou d'insectes en vol, avions, ballons, etc., etc.
Bref, il montre tout, sans filtrage systématique. S'il y a renvoi d'écho, avec une intensité suffisante, c'est visible sur
le "scope". Ce type de radar primaire est dévolu aux militaires (qui ont aussi des radars secondaires), tandis que le
modèle secondaire est l'outil de travail usuel du contrôle aérien civil.

Quand on dit : rien n'a été observé sur le radar de l'aérodrome local, il faut entendre : rien n'a été observé sur le radar
secondaire paramétré pour ne voir que les avions et les autres aéronefs normaux (avec transpondeur). Certains de ces radars
ont une possibilité de passer en mode primaire, ou bien le contrôleur peut solliciter une image primaire, d'un autre radar,
mais c'est fait dans des circonstances rares et particulières.



Maintenant, je passe à la moquerie systématique dont étaient l'objet ceux qui affirmaient avoir été paralysés par une sorte
"d'arme" brandie par un alien, ou bien avoir entendu qu'on leur parlait "dans la tête". Désormais, l'on connait, et l'on
étudie, les propriétés des micro-ondes radioélectriques, pulsées (en basse fréquence), qui peuvent agir sur les centres
nerveux responsables du contrôle volontaire des mouvements, ou bien influer au niveau de certaines autres aires cérébrales
dont celles liées à l'audition. Nous n'en sommes pas (officiellement) au même niveau de performance que "les autres", mais
on s'en approche.



LES UTILISATEURS

Si l'on pose le postulat que les descriptions physiques faites sont au moins en partie réelles, cette planète est une vraie
plaque tournante de toutes les races environnantes (cf. men in black). Est-ce réellement possible ?

Rien ne s'oppose à ce que l'évolution, sur chaque planète portant la vie, ait suivi ses propres voies pour aboutir aux
formes, tailles, comportements rapportés. Et la dimension de notre simple galaxie, pour ne pas parler des autres, est
suffisante, avec les estimations actuelles (et toutes les découvertes récentes en ce domaine) pour statistiquement avoir
environ 400 planètes de type Terre.

Supposons, toujours, que la Terre est découverte (ou déjà connue) par une seule espèce disposant de la capacité au voyage
interstellaire. Il est évident que si cette espèces dispose de cette capacité, il lui est très facile d'entrer en contact
avec d'autres espèces disposant des mêmes possibilités.

Du coup, ce qui est connu (notre planète) par une espèce l'est aussi de toute les autres, à très brève échéance, ce qui
pourrait expliquer le cosmopolitisme alien apparent, chez nous.

Si l'on fait un croisement entre la densité des observations cumulées sur une année, la variété des engins vus, la
diversité de leurs occupants, on finit par se demander ce que fait toute cette alienité, si souvent, depuis si longtemps,
chez nous...

Et là, tout est envisageable, bien que certaines hypothèses ne tiennent plus guère debout (tout du moins avec notre
logique). Et, tout particulièrement, celle qui avait cours dans les années 1950/1960, et qui sentait bon le
planétocentrisme : la mission d'exploration scientifique (cf. les grandes expéditions humaines des siècles précédents, ou
bien nos propres sondes interplanétaires). Et effectivement, à cette époque 1950/1960, les observations rapprochées avaient
toujours le même parfum : des entités observent le sol, prélèvent des échantillons, etc.

Sauf que, compte tenu de ce que doit être leur propre technologie (à commencer par la télédétection, comparée avec la
nôtre, déjà performante), et à la durée dans le temps de ces actions scientifiques, cette hypothèse n'est plus guère
crédible (et je ne suis, bien sûr, pas le premier à l'avoir pensé, loin de là). Pourquoi ces simulacres, alors ? Il y a
l'explication de Jacques Vallée (et sûrement d'autres)...

Hormis cette raison, qu'est-ce qu'ils font ici ? Quelque chose qui est hors de la portée de notre compréhension, du
tourisme (venez observer les bouseux de la galaxie, tarif réduit pour les familles), de la chasse (cf. Predator...)... Et à
quel titre (sont-ils des représentants : militaires, techniciens..., de sociétés structurées ; ou bien des banis de leur
propre civilisation ; et encore, des sortes de pirates ou de corsaires trafiquant ici et là ; des propriétaires soucieux de
leur troupeau, surtout depuis qu'il est capable de foutre le feu à l'étable...).



LA PERTE DE l'INNOCENCE

Toujours dans les années 1950/1960, il y avait une sorte de paradigme : l'OVNI et ses occupants sont amicaux ou neutres. Il
y avait de nombreux cas où les occupants se permettaient des interactions cordiales avec le témoin (échanges de signes de
la main, etc.). Et, même, de taper sur l'épaule du témoin, etc. (cf. le cas décrit dans ce site, sur le nord de la France
ou la Belgique). Pour un peu, on aurait pu porter des badges "touche pas à mon alien...".

Mais, très vite (et à l'époque cela avait été un peu un choc, cf. certains numéros de la revue du GEPA), il s'est avéré que
l'OVNI (et/ou ses utilisateurs) pouvait nuire et même tuer. Dans certains cas, on peut encore avoir le doute d'un effet
collatéral de la technologie employée, sans certitude d'une volonté délibérée de causer des dégats. Dans d'autres
situations, le doute n'est guère permis, notamment quand l'action nocive et/ou léthale est une réponse à une action
offensive de la part d'un engin (avion de chasse) ou d'un être terrestre (usage d'une arme à feu). Il y aussi d'autres cas
(cf. l'exemple africain, sur ce site) où c'est tout un groupe humain à la fois (un village complet) qui est "terminé", sans
hostilité initiale de leur part.

Si le sujet n'était pas, alors, si tragique, on pourrait ironiser sur les "soucoupes violentes". Et, je n'aborde pas le complexe et délicat phénomène des "abductions"...

Contrairement à mon état d'esprit d'il y a quelques décennies (bon, d'accord, de pas mal de décennies), en cas de situation
de type RR2 ou RR3, je ne risque plus de courir vers eux avec un bouquet de fleur (c'est une image, bien sûr), mais plutôt
de me transformer en élément du paysage (style "tous aux abris"), jusqu'à ce que la voie soit à nouveau libre.


ET NOUS, ET NOUS

Sans risquer de me tromper, on peut dire que nous sommes répartis en trois groupes, sur cette planète : ceux qui savent et
qui se taisent ; ceux qui se doutent et s'interrogent (cf. ce site) ; ceux qui ignorent et qui discourent (les médias)...



By,

Janus

avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3106
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Dim 20 Fév 2011, 17:41
Bonjour Cosmos,

Ces informations me rappellent quelque chose, que j'ai lu dans un livre (ou bien dans le LIVRE) ?

"La réalité dépasse l'affliction..." !!!

Au sujet des aliens, il me vient une drôle de pensée : pourvu qu'ils soient végétariens...



By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
Cosmos
Cosmos
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 76
Nombre de messages : 1673
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement
Points de Participation : 6235
Réputation : 47

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Dim 20 Fév 2011, 19:00




Le végétal, c'est comme l'animal, une vague histoire de mâle...

Certains "sceptiques éclairés" m'ont affirmé il y a bien longtemps,
alors que je m'étonnais de l'arrivée soudaine de notre brave néandertal,
que si son cerveau a brusquement triplé, c'est uniquement
parce qu'il était devenu carnivore... ...
Avant c'était la patate...!!!

Oui espérons avoir affaire à des végétariens! (L'idée est à creuser..!)

Cordialement.
A+

_______________________________________
"Toute technologie suffisamment élaborée, sera considérée
comme de la magie par le primitif"... Arthur C.Clarke.

"C'est une erreur de croire nécessairement faux
ce que l'on ne comprend pas." (MAHATMA GANDHI).

avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3106
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Dim 20 Fév 2011, 19:18
Bonsoir Cosmos,

Quitte à partager un repas avec des aliens, autant savoir, avant d'accepter, si c'est à titre de convive, ou bien de met...



By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3106
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Dim 20 Fév 2011, 19:23
Bonsoir,

Je fais un commentaire rapide sur le témoignage d'un supposé militaire travaillant dans le RM (renseignement militaire), qui est visible dans une vidéo, située sur ce site, dans le cadre d'une observation qui se serait déroulée ici :

https://www.forum-ovni-ufologie.com/t11881-14-01-2011-laroque-des-alberes-4-ovnis-4-temoins

Normalement, ce type d'activité n'est pas de celles que l'on jette à tout vent, sur un média public.

Désormais, de ses voisins à ses amis, en passant par les spécialistes de tous les pays alliés ou ennemis, tout le monde connaît son nom, mais surtout sa tête.

Pour un certain nombre d'activités potentielles, il est désormais "grillé".

S'il a été assez neu-neu pour commettre une telle erreur (ce qui exclue donc une action sur ordre et/ou bien une opération de manipulation) l'on peut s'inquiéter sur les niveaux et les critères de recrutement de la "grande muette" (dont le pseudonyme, à lui seul, rend ce "coming out" encore plus surréaliste).

Petite précision : tout ce qui fait partie du renseignement militaire n'est pas intégré à la DGSE, loin de là, et il existe plein d'autres services, et unités diverses, qui toutes, contribuent à l'activité globale de renseignement (militaire, diplomatique, scientifique, commercial...) de notre pays.

De plus, la DGSE n'est pas complètement kakie, car une bonne proportion (de plus en plus importante, même) de ses personnels sont des civils. Cette dualité est d'ailleurs source de complications internes (des questions de carrières, de salaires, d'avantages, de prérogatives, de hiérarchies, de pouvoirs, etc., différenciées et génératrices de "tensions").

Quand un membre de service de renseignement doit parler de son emploi, il va toujours rester vague, dire qu'il travaille dans l'administration (s'il est en civil), et s'il est en uniforme, il va simplement citer l'arme où il est affecté (la marine, l'armée de l'air, etc.).

Questionné plus avant, il va alors mentionner un service anodin (le bureau de contrôle des traitements informatiques ; le service de réorganisation des affectations...), et s'il est interrogé sur son rôle exacte dans ce service, il s'attribuera une fonction de gratte-papier, de secrétariat, etc., mais au grand jamais il ne mettra les pied dans le plat !

Bref, vous avez mon impression sur le cas.


By,

Janus

N.B. : outre le fait de désigner un dieu grec avec des pouvoirs qui m'ont fait le choisir comme pseudo, le terme "Janus", dans les services de renseignement, désigne un agent-double.

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
Cosmos
Cosmos
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 76
Nombre de messages : 1673
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement
Points de Participation : 6235
Réputation : 47

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Dim 20 Fév 2011, 19:53


Re... Janus!

Bof, rien de grave, c'est plutôt le commentateur qui semble ne pas avoir inventé l'eau chaude!...
Ce jeune militaire travaille très certainement dans une unité de reconnaissance
et de ce fait n'est formé, qu'à reconnaitre sur le terrain les objets agressifs
pour en informer sa hiérarchie.
Les "loupiotes à bougies" ne semblent pas encore faire partie de l'instruction donnée.. Wink

Cordialement.
A+

_______________________________________
"Toute technologie suffisamment élaborée, sera considérée
comme de la magie par le primitif"... Arthur C.Clarke.

"C'est une erreur de croire nécessairement faux
ce que l'on ne comprend pas." (MAHATMA GANDHI).

avatar
Ronis31
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 69
Nombre de messages : 202
Inscription : 03/09/2009
Localisation : Haute Garonne
Emploi : Retraité du monde industriel
Passions : Ufologie, Moto (maxi-scoot), CB DX, Tir, Aéromodélisme etc...etc...
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3734
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Lun 21 Fév 2011, 07:51
Bonjour à tous,

Ayant 2 membres de mon entourage qui ont fait partie de ces forces "spéciales", je confirme ce que dit Janus. La discrétion est la règle N°1 de la sécurité pour ces agents, qu'ils soient sur le territoire ou infiltrés en milieu hostile.

Bien qu'ils aient tous 2 changé d'orientation, l'un étant revenu dans le civil et l'autre continuant sa carrière, 3 ans après, je n'ai toujours pas eu de réponses, ou alors des très vagues, à mes questions concernant leurs activités passées.

Cordialement
Ronis
Franck.b
Franck.b
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 46
Nombre de messages : 518
Inscription : 02/02/2011
Localisation : Région Parisienne
Emploi : Sans
Passions : Cinéma,guitarre basse, informatique
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3912
Réputation : 9

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Jeu 24 Fév 2011, 01:17
J'aime beaucoup lire cette rubrique.
Elle est très agréable et les messages de janus sont vraiment instructifs et toujours amusant (dans le bon sens du terme).
Par contre, Janus n'etait-il pas Romain plutot que Grec ?


Dernière édition par Franck.b le Jeu 24 Fév 2011, 02:12, édité 3 fois
avatar
samuel.B
Nouveau membre
Nouveau membre


Masculin Age : 27
Nombre de messages : 3
Inscription : 10/02/2011
Localisation : liege
Emploi : -
Passions : -
Règlement : Règlement
Points de Participation : 2972
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Jeu 24 Fév 2011, 02:02
Bonjour, en lisant ce poste j'ai remarqué que la discutions débordait sur les service secrets, et lors ce que un agent des service secret nous donne une information, cela signifie qu'il attend bien plus de notre part ou il ne fait pas parti du renseignement mais bien du contre espionnage.

Salutation.
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3106
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Jeu 24 Fév 2011, 13:19
Bonjour,

Horreur et consternation, effectivement je me suis pris les pieds dans la mythologie, entre les dieux grecs et romains, cela m'apprendra à citer de mémoire...

En ce qui concerne les services de renseignement et les OVNI, ainsi que le renseignement appliqué aux OVNI, je devrais pouvoir publier quelques chose d'un peu consistant, sur ces sujets, dans le courant de ce WE.

Vous verrez qu'il n'y a pas autant de débordement (en dehors du thème des OVNI), qu'on pourrait le penser.

"Stay tuned..." (restez à l'écoute).


By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
avatar
Ronis31
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 69
Nombre de messages : 202
Inscription : 03/09/2009
Localisation : Haute Garonne
Emploi : Retraité du monde industriel
Passions : Ufologie, Moto (maxi-scoot), CB DX, Tir, Aéromodélisme etc...etc...
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3734
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Jeu 24 Fév 2011, 14:53
Bonjour,

La pression monte,Janus, j'ai hâte de vous lire.

Cordialement
Ronis
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3106
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Sam 26 Fév 2011, 10:22
Bonjour,

Puisque nous avons abordé, tout récemment, le sujet du renseignement, autant en profiter pour approfondir le sujet, car il est très intimement lié à notre activité (OVNI, UFO, etc.).

Mes propos sont génériques, c'est à dire que je ne fais pas de distinction entre les pays, les différences étant moins nombreuses que les convergences, dans ce que je vais décrire. Il s'agit surtout de degrés divers d'intensité. De plus, je ne fais pas, non plus, de distingo entre services de renseignement extérieurs et intérieurs, organismes militaires et civils, etc.

Ce texte n'est qu'un rapide rappel de faits plus ou moins connus, dans sa première partie, mais qui peuvent intéresser les plus jeunes.

J'y ajoute une information sur l'intérêt de certaines techniques du renseignement, pour l'étude des phénomènes OVNI.

----------------------------------------------------------------------------

Je précise tout de suite que l'intérêt apparent pour le sujet des OVNI, et pour ceux qui s'en occupent, a été traité différemment, selon les époques et les pays, depuis la liberté plus ou moins surveillée, en passant par la surveillance plus ou moins étroite, et pour aboutir jusqu'à l'interdiction totale de s'en mêler. Parfois, l'attitude était différente en interne et en externe (cf. l'URSS, avec une communication, sur le sujet OVNI, plutôt favorable à ce dernier, vers les pays occidentaux, mais, en même temps, un couvercle de censure en interne).

Le phénomène OVNI a vite entraîné, à partir des années 1950, la floraison de toute une série de productions diverses : littératures de différentes qualités, groupements variés (des associations, loi de 1901 ou non, des organismes publics ou privés, des sectes, etc.).

Ce bouillonnement a vite attiré l'attention de divers "services", et il a été l'objet de leur "sollicitude", de fort différentes façons.

* Tout d'abord, l'aspect "ordre public" a été la motivation de cette sollicitude. En effet, aux yeux des "autorités", des énergumènes qui se préoccupent d'engins soit disant spatiaux (spéciaux ?) qui se baladeraient, de ci de là, dans notre espace aérien national, sans autorisation, et qui plus est se permettraient d'atterrir pour laisser apparaître des gens de toute évidence sans papiers en règle, cela faisait désordre...

D'autant plus que cela a commencé en pleine guerre froide..., alors venaient-ils bien de l'espace ces aliens ?

Donc, tout naturellement, mettre son nez dans ces associations (quand même, méritant plus de surveillance que celles qui se contentent de pêche à ligne, de boule lyonnaise, etc.), était sinon une nécessité, au moins une bonne précaution.

Le "nez" évoqué étant plutôt une paire d'oreille, apte à écouter ce qui se disait dans ces cercles. Tout d'abord, pour s'assurer que tout ce petit monde était bien vraiment inoffensif. Pour également vérifier que d'autres "services" mal intentionnés n'auraient pas, eux-mêmes opéré le même genre d'infiltration (et dans l'affirmative, il fallait savoir qui, et avec quels desseins).

Et, puis, savait-on jamais, alors que certains services officiels "ramaient" pour produire des informations pertinentes aux autorités sur ce qui se passait au dessus de nos têtes, peut-être apprendrait-on quelque chose d'utile, parmi tout ce qui se disait dans ces associations.

Donc, selon le cas, l'on utilisait un membre réel de la structure (de certaines structures), pour jouer ce rôle de "rapporteur", ou bien c'est un membre de tel ou tel service qui venait voir lui même, en jouant le pékin lambda. Le plus souvent de façon épisodique (manque de moyens, de temps, de personnel), sauf cas particulier.

Reconnaissons que ce rôle de surveillance de l'ordre public n'était pas toujours un abus, rappelons-nous simplement les débordements plus ou moins récents de certains groupuscules ou sectes, y compris jusqu'au suicide collectif...

* Plus tard, des opérations plus "actives" purent être envisagées, selon les époques, les pays, etc. : instillation de fausses informations, soit pour opérer des expérimentations relevant de la manipulation psychologique (à but expérimental ou bien opérationnel), soit pour neutraliser (discréditer) d'autres sources d'information jugées dangereuses, parce qu'approchant de trop près ce que l'on ne tenait pas à voir révéler.

Bien entendu, tout ce qui précède n'est pas exclusif des associations de curieux sur le phénomène OVNI, mais s'applique aussi à quantité de groupuscules politiques, cercles sociaux particuliers, associations plus ou moins occultes...

En d'autre termes, on a pu juger utile, en ce qui concerne l'ufologie, de semer le doute et la confusion dans les esprits, ou bien simplement de détourner un maximum de gens du sujet, au moins, mais parfois plus, comme effectuer une opération de "brouillage". Le debunking (spontané ou téléguidé) est le cas typique (mais pas exclusif) de ce genre d'action.

Reconnaissons que, désormais, nous sommes dans la bouteille à l'encre : "vrais" OVNI, engins expérimentaux terrestres, pseudo-OVNI (made in Earth), illusions psychologiques ou psysiologiques, etc., difficile de s'y retrouver. Que cette situation se soit développée de son propre fait, ou bien qu'elle est été voulue (sans oublier la troisième voie d'un mix possible entre les deux précédentes), elle est là, et elle nous complique bien les choses.

Ignorant toujours ce qu'est un vrai OVNI, selon des critères pertinents et discernables (à supposer que cela existe), il nous est impossible de faire le tri. A la limite la situation était plus claire dans les années 1950 : si ce n'était pas un appareil classique (avion, hélicoptère), ni un effet naturel raisonnablement plausible (j'exclue tout inflammation de gaz des marais dû à la réflexion de la planète Vénus sur le pare-brise d'un avion de ligne volant au-delà de la ligne d'horizon pendant une éclipse de lune sur la face opposée de la Terre, etc., etc.), alors, c'était un OVNI...

La floraison d'explications avancées, par les uns et les autres (du nuts and bolts spatial, au phénomène parapsychologique, en passant par le voyage temporel, et les entités magiques ou religieuses) ne faisant qu'ajouter à la confusion. Et là encore, allez savoir ce qui est proposé de bonne fois, même si c'est erroné, et ce qui est balancé pour ajouter à la confusion ambiante.

Point important : les développements de la technologie terrestre sont tels, de nos jours, qu'il est de plus en plus facile de créer des phénomènes pratiquement indiscernables de ce que nous supposons être de vrais OVNI (y compris certains des effets physiologiques induits sur les témoins et les perturbations des matériels constatées classiquement)... Cela, contrairement aux années 1950, où l'on pouvait faire des choses, déjà, mais bien plus limitées (en performances) et frustres. Les trucages dont bénéficient le cinéma actuel ne sont qu'une petite partie de ce qui est possible, surtout si l'on a les moyens (matériels, financiers, humains) à disposition. A la limite, il pourrait arriver un moment où l'on ne croirait plus un alien qui se présenterait comme tel, tellement nous aurions été habitués à nous faire "fourguer" des faux...

Il en est de même pour tout ce qui tourne autour des "abductions", et allez faire le tri entre les vraies (il s'est passé quelque chose, il est arrivé quelque chose au témoin) et les fausses (hallucinations, affabulations), entre les "genuines" (le fait des aliens) et les autres (le fait d'autres responsables), entre ce qui s'est réellement passé et ce que l'on en sait à travers les propos du témoin (avec ou sans régression hypnotique), qui peut avoir été soumis à divers conditionnements psychologiques, chimiques, etc., propres à induire de faux souvenirs, et autres biais (que l'abduction soit genuine ou pas). Comme pour les RR1 et les RR2, et même les RR3, les RR4 et au-dessus peuvent être parfaitement (en tout cas à un niveau de non-possibilité de discrimination, pour nous) imitées avec les moyens "terriens" actuels.

Mais, j'en reviens aux "services" et à leur intérêt pour nous. je complète ce qui précède avec le constat qu'il est utile de savoir qui s'intéresse à ce domaine, par principe, surtout si cette personne n'est pas n'importe qui. Cela peut toujours servir plus tard (influence ou manipulation : si je sais ce qui te motive, je sais comment te manoeuvrer). L'on peut aussi juger que cet intérêt est un signe que la personne "a un grain" et cela peut justifier que l'on ne lui confiera pas certaines responsabilités, etc.

Ne tombons pas, non plus, dans la paranoïa intégrale, et la plupart du temps, ces informations ont été dormir dans des classeurs (dans les années 1950) bien rangés et poussiéreux. Mais, il y a "service" et "service". Du simple rapport de routine (parfois basé sur des propos de voisinage, relevés de manière informelle, le saviez-vous ?), au dossier très fouillé, conçu et utilisé pour une opération précise, il y a un monde de conséquences et de risques.

Pour toutes les raisons qui précèdent, une personne voulant balancer des informations "sensibles" sur les OVNI, dans le domaine public, ne le fera sûrement pas dans un cercle de gens qui se connaissent, ni dans un site comme le nôtre, car si ce fait est repéré, et il le sera vite, remonter à la source sera un "jeu d'enfant".

Sauf un "one shot", une fois, un truc énorme, soigneusement "dégriffé" (pas moyen de savoir d'où vient exactement la fuite), et envoyé dans toutes les directions sur le Net, depuis une machine et une connection temporaires et anonymes, et n'amenant donc à personne de précis.

-----------------------------------------------------------------------------

Si le renseignement, vis à vis des personnes intéressées par les OVNI, peut être le plus souvent considéré comme une présence subie, le renseignement, appliqué à l'étude des phénomènes de type OVNI, est un excellent moyen d'avancer dans le sujet.

Avant de poursuivre, dans cette partie du texte, je souligne une révolution assez récente, au moins dans son ampleur : pendant longtemps, le renseignement a été l'apanage des Etats, et de certaines de leurs composantes (services de sécurité, forces armés...). Mais, depuis quelques années déjà, cette sorte de quasi-monopole (il y avait toujours eu des exceptions) n'est plus qu'un souvenir. D'abord, il y a ce que l'on appelle la "veille", "l'intelligence", bref, le renseignement économique, technologique, etc., normalement (et théoriquement, car il existe aussi toutes les sources grises, avec diverses nuances de gris...) limité à la recherche et à l'exploitation de données en libre accès (open source, ou sources blanches), qu'elles soient quelque part sur le Net, ailleurs dans d'autres archives plus traditionnelles, ou bien dans la tête des gens (et accessibles par "l'intelligence sociale").

A cela, il faut ajouter le "dégraissage" des armées (et d'autres institutions) qui ont mis sur le marché du travail de nombreux spécialistes du renseignement militaire, qui ont cré leurs officines privées (cabinets de conseil, de recherche d'informations à la demande...), ont été embauchées par le secteur privé (sécurité interne, renseignement sur la concurrence...), se sont reconvertis comme enseignants dans les écoles publiques ou privées qui forment à la veille et à l'intelligence.

Enfin, les Etats eux-mêmes, ayant de plus en plus besoin d'intelligence" (guerre économique, tensions internationale, complexifications diverses des rapports de force), et limités dans leurs moyens (financiers) de recrutement dans le secteur public, ont été amené (plus ou moins selon les pays) à faire appel à l'aide du secteur privé.

Du coup, pleins de concepts, de méthodologies, de techniques, d'outils, jusqu'ici confinés à des centres de formation très discrets et particuliers, ont été portés à la connaissance des "nouveaux professionnels" du domaine, puis mis à la portée du grand public (plus ou moins, à ce niveau, il ne faut pas rêver, non plus).

Cette introduction faite, pour justifier que ce qui est dit dans la suite de ce document est possible, passons au coeur du sujet :

* Tout d'abord, pour la recherche de l'information sous forme électronique (Web, bases de données, etc.), sous forme imprimée (documents divers), sous forme humaine (témoignages directs et indirects, personnes-ressources, etc.).

Commençons par la recherche d'informations sur le Net, bien plus avant que la simple utilisation des moteurs et des méta-moteurs courants, avec des logiciels plus performants (bien que certains soient gratuits), capables d'entrer dans le "Web invisible" (tout ce qui n'est pas vu et accessible par les moteurs et les méta-moteurs classiques).

Il existe pleins d'astuces, tirées de la pratique et de l'espérience, qui permettent également, à une personne formée et entraînée, de trouver bien plus d'informations, bien plus pertinentes, que les utilisateurs courants du Web. Des logiciels professionnels, extrêmement puissants, peuvent faciliter les choses, mais leur prix ne les rend accessible qu'à de très importantes entreprises, organisations, entités étatiques (qui développent aussi les leurs).

* En tout cas, le Web n'est qu'une partie de ce que l'on appelle les "open sources" (les sources d'information en accès libre), il y a également tout ce qui repose sous une forme imprimée (parfois manuscrite) dans les endroits les plus improbables (universités, archives de presse, associations, archives personnelles de particuliers), y compris en dehors des terres battues de l'ufologie.

Et puis, un autre réservoir, en quasi totalité inconnu, c'est celui des témoins, dont l'on sait que seulement 10 % communique sur ce qu'il a vu, vécu, ou bien qu'on lui a confié. Et, cette fois encore, des techniques existent pour rechercher ces personnes et les amener à révéler ce qu'elles ont gardé pour elles pour les raisons habituelles (crainte moquerie, remise en cause de la réputation, envahissement de la vie personnelle, etc.).

Le renseignement, en matière d'OVNI, c'est savoir définir ce que l'on cherche, savoir comment s'y prendre pour le chercher, le trouver, le récupérer, le trier, l'analyser, l'évaluer (le jauger), le sauvegarder, l'exploiter (en faire quelque chose d'utile, et non le stocker pour le stocker : cf. le GEIPAN). Dans cette chaîne de traitement, la phase "analyse" est importante : deux personnes, parcourent le même document, l'une n'y verra rien de particulier, l'autre repèrera une anomalie (repérage d'une contradiction avec une autre information, dans le même texte ou bien ailleurs, qui mérite creusement ; ou bien il y a une information "en creux", quelque chose qui manque et qui ne devrait pas, et savoir pourquoi peut mener à quelque chose de valable ; une bribe de fait qui s'y trouve, rapprochée d'une autre bribe de fait présente ailleurs, chacune anodine, et leur combinaison "lève un gros lièvre", etc., etc.).

Le renseignement, sur les OVNI, c'est aussi de la psychologie (dont des techniques spécifiques d'entretien, très exploiratoires et non-génératrices de biais), de solides connaissances en sciences et en techniques (dont la météorologie, l'astronomie, les sciences physiques et naturelles...), la pratique de l'informatique, de l'électronique, de l'audiovisuel (vidéographie, photographie, y compris le traitement d'image, etc.).

En plus : un réseau très développé de personnes-ressources (remontées d'informations, conseils techniques, analyses gratuites en laboratoire universitaire, etc.). C'est ce que savent faire les journalistes, surtout ceux d'investigation : avoir un gros carnet d'adresses.

Utile : disposer d'autonomie dans ses déplacements (véhicules, permis, certaines capacités sportives d'intervention dans divers milieux un peu difficiles). Cette liste n'est qu'une première approche, mais si l'on a une bonne partie de ce qui précède, il y a déjà "de quoi faire", avec.

Les gros facteurs limitants, pour la plupart d'entre nous, et comme dans toute entreprise bénévole, c'est le temps que l'on peut y investir, et les moyens dont l'on dispose (véhicule, matériels utiles).

Je ne rentre pas dans les techniques afférentes à toutes ces compétences, ce serait bien trop long et bien trop technique (il y aurait matière à un gros bouquin de facilement 500 pages, rien que pour rédiger un manuel de base, et cela ne remplacerait pas une vraie formation, avec théorie, exercices pratiques, etc.).

By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3106
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Sam 26 Fév 2011, 10:29
Bonjour,

Voici une introduction sur la problématique de l'investigation et de l'étude organisée du phénomène, quand une association décide de se lancer dans le domaine, avec sérieux.

Il va lui falloir recruter un certain nombre de personnes, disponibles, mobiles, disposant d'au moins une compétence technique (et plutôt plusieurs), en tant qu'enquêteurs de terrain (interview, prélèvements), en tant que gestionnaires des informations recueillies (saisie, traitement des données, exploitation, etc.), des experts (analyses chimiques, physiques, audiovisuelles, etc.), et la liste est loin d'être close.

Passons au volet matériel, car pour travailler, il faut du matériel : téléphone portable, walkies-talkies, GPS, caméra vidéo, appareil de prise de vues fixes, magnétophone, appareillages d'analyse sur le terrain ou en laboratoire (système de cryogénisation, détecteur de radioactivité, magnétomètre, instruments d'optique divers : jumelles, loupe binoculaire, prise de vue en spectrométrie...), photocopieur, informatique complète (PC de bureau et portable, imprimante laser quadrichromique, scanner à plat, supports de sauvegarde...) et les logiciels nécessaires (bureautique classique, rédaction de documents techniques, cryptage pour les données sensibles), et cette liste là n'est pas close, non plus, loin de là.

* Prenons simplement le volet de la prise de vue : il faut des boîtiers et des optiques (depuis le grand-angle jusqu'au téléobjectif, mais également de quoi faire de la photomacrographie, sinon de la microphotographie), et aussi veiller à éviter certains pièges.

Nous savons maintenant que les OVNI (j'envisage le cas de la prise de vue au moment du phénomène) intentionnellement ou pas, émettent toute une gamme de rayonnements qui ont pour effet de "bouziller" la qualité des images prises, par des effets connus, affectant aussi bien la pellicule argentique que les dalles CCD ou CMOS.

Parmi ces effets : les UV et les IR à haute intensité qui saturent la pellicule ou bien la dalle, et/ou qui effacent l'image latente argentique. Ajoutons à celà les rayonnements électromagnétiques en bande radio capables de bloquer ou de planter tout appareil de prise de vue (camescope, appareil photographique, téléphone portable) contenant de l'électronique et de l'informatique. On peut essayer de contourner ces effets de différentes façons : filtres anti-IR et anti-UV énergiques et superposés sur l'optique ; utilisation d'un appareil purement mécanique, etc.

Et, ce n'est pas tout, il faut aussi des protocoles pour standardiser les prises de vue (cette fois, je reviens aux images prises après "l'évènement") et harmoniser le matériel est aussi souhaitable (pour des raisons d'uniformisation des performances, à un niveau suffisant de qualité)...

* Faisons un petit tour dans l'entretien avec les témoins, ou bien penchons nous sur les prélèvements : sans protocoles précis, sans formulaires bien conçus, tout ce qui sera obtenu perdra bien de son utilité. Et avoir le matériel, les grilles d'entretien, n'est que la moitié du problème, il y a aussi la qualité des personnes les mettant en oeuvre... Comme je l'évoquais dans un message antérieur, il existe des techniques très efficaces (je reste au niveau de l'échange normal, sans passer par l'hypnose) pour faire dire à des personnes tout ce qu'elles peuvent avoir enregistré (en partie consciemment, en partie inconsciemment) en évitant tout risque d'influencer involontairement leurs propos. Encore faut-il les connaître et savoir les utiliser... Notons, au passage, qu'en France, l'interrogatoire (car pour eux, c'est un interrogatoire) est conduit par les gendarmes, avec leurs techniques, sûrement adaptées aux domaines policiers et judiciaires (et militaire, puisqu'ils le sont), mais à l'enquête scientifique ? (un détail anodin, aux oreilles d'un militaire sans culture scientifique ou technique, ou ufologique, qui est exprimé pendant "l'audition" du témoin, peut avoir une importance capitale, et pourtant être perdu, parce que jugé non-essentiel pour mériter figurer dans le "rapport").

Même chose pour les prélèvements (RR3 et au dessus). Il faut arriver très vite, et avant qu'un troupeau d'éléphants en goguette (les témoins, les amis des témoins, les voisins des témoins, les amis des voisins des témoins, les voisins des amis des voisins des témoins, etc.) n'aient complètement ruiné le site. Pour cela, l'association doit disposer d'un réseau dense d'enquêteurs (très bien équipés et formés), aptes à intervenir de jour comme de nuit, chaque jour de l'année. Et, en début de ce processus, l'association doit évidemment mettre en place un réseau d'alerte capable de signaler tout phénomène. Combien d'association le peuvent ?

* Maintenant, abordons l'archivage des données (qui sera, le plus logiquement, fait par l'informatique). Dès les années 1960, il en a été ainsi, avec des pièges dus aux circonstances de l'époque (cartes perforées limitées en taille des données saisies, supports de peu de capacité et chers, etc.). A cause de ces contraintes, on a été obligé de limiter le nombre de données saisies pour chaque cas (ce qui veux dire que certaines ont été écartées, et elles sont désormais définitivement perdues, sauf si l'on a gardé la version papier des rapports préliminaires). Mais, en plus de limiter le nombre de données conservées, on a été obligé de limiter également les différentes possibilités de chaque données (couleur, forme, etc.) entraînant une nouvelle simplification engendrant un appauvrissement supplémentaire.

Plus tard, les limites ont changé, mais elles ont encore joué : les bases de données traditionnelles ayant des champs (les zones que l'on renseigne : date, heure, lieu, durée, conditions météorologiques, type d'observation, etc.) délimités (10, 20, 30 caractères...), et spécifiques (pour des chiffres, pour des lettres...). Et, les gens saisissant les données brutes devaient parfois jongler pour faire "entrer" ces données dans des champs précalibrés, et en cas d'impossibilité, soit la donnée n'était pas saisie (cas pas prévu, chaîne de caractère trop longue, etc.), soit elle était tronquée (usage d'abbréviations ou bien de simplifications).

Désormais, les bases de données ont gagné en souplesse, mais le principe même de la base de donnée garde ses limites : elle ne gère que ce pour quoi elle a été paramétrée, et en cas de nouveauté, il faut la modifier (quand c'est possible). Quand on l'interroge, il faut le faire selon sa logique, sinon elle ne répondra que partiellement, ou bien à côté...

Il existe (même en version gratuite) des outils permettant de stocker et d'interroger des textes natifs (les rapports rédigés par les enquêteurs, les documents que l'on s'est procuré), de façon bien plus naturelle, et en plein texte (tous les mots, tels qu'ils sont), ce qui est un net progrès, mais les anciennes bases ne peuvent plus donner que ce qu'elles ont conservé de ce que l'on savait à l'époque (parce que consigné dans des rapports écrits). Et certaines données passées à la trappe, peut-être parce que jugées pas importantes à l'époque, ont déjà ou bien auraient eu une grande importance dans le futur...

Voilà, c'étaient quelques petits exemples de la complexité de faire du travail sérieux dans le domaine des OVNI, comme dans toute autre domaine scientique (archéologie, dont certaines techniques ont leur place en enquête de terrain ; écologie, avec le même commentaire ; police scientifique, et oui...).

Comme on le voit, sauf à rester dans le bricolage, il faut de l'organisation (et de la sérieuse), des moyens financiers et humains (avec toute une palette de compétences d'un bon niveau, sinon professionnelles).

A ma connaissance, seules certaines organisations américaines ont été capables d'atteindre ce stade, mais avec d'autres inconvénients (rivalités entre organisations concurrentes, infiltrations diverses et manipulations, querelles d'égos et d'objectifs...) qui les ont empêchées de donner tout ce qu'elles auraient pu (et dû)...



By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
Anonymous
Invité
Invité

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Sam 26 Fév 2011, 11:10
Bonjour Janus,

Si je gagne au loto je vous embauche pour créer cet organisme....

Cordialement
avatar
Janus
Equipe du forum
Equipe du forum


Masculin Age : 66
Nombre de messages : 100
Inscription : 06/02/2011
Localisation : 73
Emploi : ingénieur
Passions : astronomie, météorologie, informatique, audiovisuel, archéologie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3106
Réputation : 0

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Sam 26 Fév 2011, 15:37
Bonjour,

Beaucoup de choses "impossibles" (qui ne peuvent pas être), vont de mieux en mieux, et sont de plus en plus possibles, merci pour elles...

J'avais déjà parlé des applications de la MHD en atmosphère dense, qui prouvera bientôt que des déplacements à vitesse supersonique, sans onde de choc sonique induite et sans effet thermique de frottement, ne sont pas des délires et des impossibilités physiques (permettant notamment de dire que les OVNI ne peuvent avoir ces performances, et donc, exister).

J'avais aussi parlé de la possibilité d'être peu détectable aux radars (à certains radars, pas à tous, et même "nos" avions furtifs ne le sont pas autant que cela).

Et, maintenant, c'est l'invisibilité qui quitte l'imaginaire et la SF, pour entrer dans les laboratoires, d'où elle ne tardera pas à sortir (pour quels usages ?) :

http://en.wikipedia.org/wiki/Metamaterial

http://en.wikipedia.org/wiki/Metamaterial_cloaking

C'est en anglais, désolé pour ceux qui ne peuvent pas le lire, mais pour les autres, cela vaut le détour.

En ce qui nous concerne, cela rendra caduque toute critique scientifique négative sur les observations d'OVNI apparaissant ou disparaissant (même si la technologie utilisée par "eux", n'est pas la même que la nôtre, ce qui est important, c'est que la possibilité technique soit démontrée, et si elle l'est par une voie, et par nous, elle rend possible d'envisager qu'elle l'est également par "d'autres", avec la même ou avec d'autres techniques).

Bref, petit à petit, toute une série de phénomènes liés aux OVNI (vitesses supersoniques en atmosphères denses, en silence, et sans échauffement de frottement grace à la MHD ; apparition et disparition à l'observation visuelle ; actions directes sur le système nerveux des mammifères supérieurs au moyen d'ondes électromagnétiques modulées, y compris l'altération des mouvements volontaires et l'injection de message sonores sans passer par les ondes acoustiques usuelles).

Mais, il en restera encore plein d'autres à découvrir, à commencer par les moyens du voyages interstellaire (qui ne peut être géré par la MHD), à supposer qu'il soit réel (hypothèse de l'alien venant de très loin dans l'espace). Ou bien les observations d'accélérations (positives et négatives) au-delà de ce l'on peut gérer sur cette planète, et sans inertie apparente (que ce soit en virage comme en ligne droite). Encore que certaines astuces terriennes peuvent faire endurer des accélérations déjà très importantes, à des humains (suspension "en ludion" dans un liquide en quasi-équidensité avec notre organisme), mais peut-être pas au niveau de ce que l'on constate avec les OVNI.

Même commentaire sur certains phénomènes induits par les OVNI, comme l'arrêt des moteurs des véhicule, en leur présence. Bon, quand le phénomène se manifeste, l'on peut raisonner sur des champs électromagnétiques classiques venant altérer le fonctionnement du système d'allumage. Et encore, juste pour les moteurs à essence, parce qu'un moteur diesel classique
(sans gestion électronique) est un mécanisme purement physique (compression d'un mélange carburant-comburant, jusqu'à atteindre une pression et donc une température d'autoinflammation), ce qui le rend insensible à un champ électromagnétique connu, même intense.

Et puis, comment expliquer qu'un moteur à allumage électrique ( à essence) reparte tout seul, s'il a vraiment été à l'arrêt complet, après une interruption de l'alimentation électrique (du fait de l'OVNI), mais aussi de la carburation (conséquence de la suspension de la rotation du moteur), et tout simplement la fin du jeu mécanique des organes internes, juste par le fait d'un simple rétablissement de la tension électrique ?

Faites l'expérience (jouez à l'OVNI) : mettez en marche un moteur (dans un véhicule à l'arrêt et la boîte de vitesse au point mort) et coupez ensuite le courant (avec la clé de contact), votre moteur s'arrête effectivement ; maintenant (continuez à faire l'OVNI), remettez le contact, votre moteur ne repart pas, étonnant non !

Comme les témoins, en plus de cette singularité, font souvent le constat ultérieur d'un "trou temporel" (une période de temps dont ils n'ont pas eu conscience de l'écoulement) de quelques secondes à plusieurs minutes, l'on peut se demander si l'arrêt du moteur (ressenti par les témoins) n'est pas une illusion due à une perturbation (une dilatation du temps ?) venant déformer leur réalité (alors qu'en fait, le moteur n'est jamais à l'arrêt, physiquement parlant).

Une fois rendu en ce point, deux voies se présentent : dans la première, l'on va envisager que cette expérience de temps modifié est un phénomène purement psychique (produit par des moyens restant à déterminer), et qu'en fait l'état de la variable temps reste normal ; dans la seconde, l'on part dans la supposition qu'il y a bien une vraie modification de la variable temps, localement (pour les témoins et ce qui leur est proche).



By,

Janus

_______________________________________
"... the Earth is a farm, we are someone else's property..." Charles Fort
Durrmeyer Christian
Durrmeyer Christian
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur


Masculin Age : 60
Nombre de messages : 2044
Inscription : 04/10/2008
Localisation : meurthe et moselle(54) france
Emploi : invalide
Passions : lecture, ciné, aprentissage informatique
Règlement : Règlement
Points de Participation : 6822
Réputation : 16

Ovnis Re: Tutti frutti: mes réflexions sur le phénomène ovni

le Ven 04 Mar 2011, 15:04
Bonjour,je confirme que l'ouvrage de Daniel Mavrakis et Marie-Pierre Olivier "Les Objets Volants Non Identifiables",collection les énigmes de l'univers,Robert Laffont(à couverture noire),1986,préface de J.Vallée,est tout à fait recommandable.
(sur priceminister).
Cdlt.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum