Marque-page social
Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre | Les mystères des Ovnis sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
[SUJET UNIQUE] HessdalenAujourd'hui à 11:21Roland62Quand le Pentagone étudie les ovnis dans le plus grand secret. Un article du New York TimesHier à 22:57Roland62L'odyssée interstellaire #1 : la vie existe-t-elle ailleurs ? | ARTEHier à 22:05eric12De grosses galaxies précocesHier à 20:28eric12La vérite dans les sciences 1/2 par Aurélien BarrauHier à 10:43Roland62Illusions et technologiesHier à 03:55eric12X° Congrès ufologique d'OVNI-Languedoc dimanche 8 septembre 2019Lun 19 Aoû 2019, 20:24OVNI-LanguedocComment des pilotes en colère ont pu forcer la Navy à prendre au sérieux les ovnis, Un article du Washington PostLun 19 Aoû 2019, 11:58Polyèdre57Cas d'Ypsilanti, Michigan, USA 29.07.2019Lun 19 Aoû 2019, 04:57Thierry-BTriangle noir en 1561 ?Dim 18 Aoû 2019, 23:12StarfullDes nouvelles de SIGMA2Dim 18 Aoû 2019, 21:20Polyèdre57Les films sur le thème ovni et extraterrestresDim 18 Aoû 2019, 19:27Nanou TiMystérieux sursauts radio rapides FRBDim 18 Aoû 2019, 17:27LorelineSondage Ovnis, créationDim 18 Aoû 2019, 17:17eric1214 Février 2019 : Des pilotes déconcertés en voyant des OVNIs au-dessus du GloucestershireDim 18 Aoû 2019, 17:16Polyèdre57Champ magnétique ou autres rayonnements.Dim 18 Aoû 2019, 17:10Polyèdre57Peut-on être "croyant" et sceptique à la fois (juste milieu), ou pas?Dim 18 Aoû 2019, 15:37Roland62Sondage : Quel est le cas le plus intrigantSam 17 Aoû 2019, 21:50HocineVotre avis sur cette observation Sam 17 Aoû 2019, 21:34cardoso albertino2015: le 03/07 à aux alentours de 22h30 - Ovni en Forme de triangle - Ovnis à manosque - Alpes-de-Haute-Provence (dép.04)Sam 17 Aoû 2019, 12:23HocinePrésentation de GenuineUFOsVen 16 Aoû 2019, 22:20InvitéChapelet de satellites Starlink: des enseignementsVen 16 Aoû 2019, 21:34Alex Krycek2016: le 16/07 à 22h50 - Ovni cylindrique avec hublots - ALES -Gard (dép.30)Ven 16 Aoû 2019, 21:30Nanou TiLa matière noire toujours aussi obscureVen 16 Aoû 2019, 17:03LorelineLe rover Opportunity photographié à la surface de MarsVen 16 Aoû 2019, 16:41LorelineUne nouvelle façon de chercher la vie dans le CosmosVen 16 Aoû 2019, 16:04LorelineTrombe marine et OvniJeu 15 Aoû 2019, 23:40Roland62Rhône-Alpes: les membres de cette régionMer 14 Aoû 2019, 23:22Polyèdre57 [David Elbaz] L’Univers est-il une illusion ?Mer 14 Aoû 2019, 21:44eric12 Jacques VALLEE : Conférence de l'IMI, 26 juin 2017 (Paris)Mar 13 Aoû 2019, 19:05Polyèdre57
Annonce
Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Anonymous
Invité
Invité

Ovnis Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Dim 13 Fév 2011, 16:00
Rappel du premier message :

Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Captur30


Par Louis D’Hendecourt
Directeur de recherche CNRS, au laboratoire « Astrochimie Expérimentale »
Institut d’Astrophysique Spatiale, Orsa

SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence) est un acronyme célèbre qui recouvre un vaste ensemble de programmes de recherche de signaux, intentionnels ou non, qui révèleraient l’existence d’êtres intelligents, sinon dans l’Univers, du moins dans notre propre Galaxie.

Dans la très grande majorité de la communauté des astrophysiciens, dans la littérature professionnelle comme dans celle à l’usage du grand public, la réponse ne semble faire aucun doute : si la vie procède simplement de lois physiques à priori connues ou en passe de l’être, l’immensité de l’Univers (400 milliards d’étoiles dans notre seule Galaxie), les très longues échelles de temps dont nous disposons (13.7 milliards d’années d’après les plus récentes estimations de l’âge du « Big-Bang ») et les découvertes de plus en plus fréquentes d’exoplanètes, tout laisse à penser que non seulement la vie est un phénomène banal dans l’Univers mais que l’intelligence et, par voie de conséquence, la présence de civilisations technologiques avancées, constituent un aboutissement logique de l’évolution galactique. Cette idée toute préconçue dans la pensée rationaliste et scientifique moderne semble avoir un profond effet sur une vision positiviste de la place de l’Homme dans l’Univers et de son nécessaire futur cosmique où la colonisation de l’espace est perçue comme une nécessité biologique absolue, impliquant une maîtrise de plus en plus complète de son environnement non plus planétaire mais aussi stellaire, galactique et de l’Univers entier.

Pourtant, force est de constater que cet optimiste quasi général se heurte à une série de faits simples qui, si ils ne sont pas irréfutables, devraient nous permettre à tout le moins d’approfondir nos réflexions sur le sens, l’originalité et la finalité de la vie intelligente.

Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Vla006_nrao

The Very Large Array of Radio Telescop

En effet, malgré les efforts réitérés des partisans de SETI, le ciel reste désespérément vide de signaux artificiels, aucune trace de vie n’a été détectée qui soit exogène à la Terre et, malgré d’énormes progrès concernant la biochimie prébiotique, aucun mécanisme « universel » de passage de l’inanimé au vivant n’a pu encore être démontré. Finalement, la vitalité et la pertinence de plus en plus incontournable du Paradoxe de Fermi sont de nature à faire pencher la balance vers une toute autre vision de l’Univers, un Univers dans lequel la vie est rare et l’intelligence « unique ».

Posons nous d’abord la question de la pertinence de SETI en essayant une approche plus critique sur les chances de son succès. La vie existe-t-elle ailleurs dans l’Univers ? Ses ingrédients prébiotiques (carbone réduit, molécules organiques complexes, acides carboxyliques, acides aminés, acides nucléiques) ont été largement identifiés, soit dans des objets naturels extraterrestres (le milieu interstellaire, les comètes, les météorites) soit dans des simulations où différents paramètres plausibles concernant d’éventuelles atmosphères primitives de planètes ou des processus à l’œuvre dans le milieu interstellaire prétendent dupliquer l’évolution chimique de la Galaxie. C’est une certitude, le matériau prébiotique existe en grande quantité dans l’Univers et la fréquence des planètes déduite des observations actuelles garantit à coup sûr une possibilité multiple pour l’apparition de la vie sur de très nombreuses planètes. Toutefois, à l’heure actuelle, l’importance des conditions initiales et surtout de la sensibilité à ces conditions, un paramètre décisif dans les phénomènes non linéaires probablement liés à l’émergence de systèmes auto-réplicatifs, n’est absolument pas comprise, essentiellement parce que ces conditions initiales ne nous sont, pour l’instant, pas accessibles. Que l’on réfléchisse seulement au destin des planètes sœurs de la Terre que sont Venus (une fournaise) et Mars (un désert glacé), en se rappelant que sur cette dernière planète, aucune molécule organique complexe n’a été à ce jour détectée par les expériences pourtant sophistiquées des sondes Viking. Les conditions initiales elles-mêmes sur Mars, vraisemblablement très proches de celles de le Terres semblent, avoir autorisé, aux derniers résultats de la sonde européenne Mars-Express, une rapide divergence d’évolution planétaire ayant mené au monde glacé et sans vie que l’on observe actuellement et pourtant, Mars est indubitablement notre voisine cosmique.

Vient ensuite, une fois la vie démarrée sur une planète, le long cheminement vers l’intelligence qui passe obligatoirement par le développement d’une vie eucaryote (multi-cellulaire). Si la vie semble être apparue très tôt sur Terre (au bout tout de même d’une période de près de 1 milliard d’années !), l’apparition d’organismes pluricellulaires s’est effectuée très tardivement (au cours du cambrien, c’est-à-dire vers il y a environ 1.8 milliard d’années). L’évolution des pro vers les eucaryotes a donc été un processus très lent nécessitant probablement des conditions physiques à la surface de la planète peu changeantes et une grande stabilité des facteurs extérieurs influençant ces conditions (orbite, obliquité, présence d’un champ magnétique, pour ne citer que les conditions « astronomiques »). L’apparition d’une intelligence supérieure ne se fait que dans les derniers 500000 ans (un rapport 10000 avec l’âge de la Terre) et, faut- il le préciser, la civilisation technologique maîtrisant la communication par ondes électromagnétiques n’existe que depuis…100 ans, soit un dix-millionième du temps de vie de la Terre qui aura, pendant la quasi-totalité de ce temps maintenu des conditions physiques décentes pour permettre le développement de cette intelligence qui repose sur des principes de biochimie à base de carbone qui ne tolère somme toute que des écarts de température relativement faibles.

Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Screen-detail

Capture d’écran du logiciel SETI at Home

Bien entendu, le problème crucial qui se pose dans cette réflexion est celui concernant la contingence de l’apparition de l’intelligence. Celle-ci est elle nécessairement la meilleure réponse à la sélection naturelle de type darwinien ? Si il est difficile de répondre à cette question, il est largement permis d’en douter. Combien d’espèces ont-elles existé sur Terre ? D’après le biologiste allemand E. Mayr, on peut tabler sur quelques 50 milliards d’espèces et seule une, la nôtre, a mené à l’intelligence ! Finalement, le caractère « nécessairement » technologique d’une civilisation n’est pas acquis. Sur Terre dans les 10000 dernières années, une bonne vingtaine de civilisations n’ont pas mené à la maîtrise ni des lois physiques concernant l’électromagnétisme, ni à fortiori au développement de moyens de radio-communication. Une autre considération sévère pour SETI vient renforcer le scepticisme à propos des programmes envisagés et interpeller non seulement leurs responsables mais aussi les scientifiques insuffisamment critiques des difficultés du sujet, tient à l’inexorabilité du Paradoxe de Fermi qui ne s’applique pas seulement comme on le croit trop souvent à la présence physique d’extraterrestres de nos jours sur Terre mais aussi à la dramatique absence de détection de tout signal radio artificiel dans une Galaxie qui devrait contenir des millions de civilisations selon le célèbre astronome américain Carl Sagan. La première page du roman de Science Fiction, « Fondation » d’Isaac Asimov constitue à ce sujet une des meilleurs introductions à ce paradoxe.

Le paradoxe de Fermi propose que si on ne constate pas la présence d’extraterrestres sur Terre (et à fortiori si on ne détecte pas d’ondes radio artificielles), c’est tout simplement parce que ceux-ci n’existent pas. Pour se donner une idée de la puissance du paradoxe, il suffit de constater l’accélération fantastique des progrès scientifiques et techniques réalisés au cours des 50 dernières années. Les vols spatiaux sont devenus accessibles (ce qui était impensable durant la seconde guerre mondiale) et les ingénieurs astronautiques envisagent sérieusement la possibilité d’envoyer des sondes interstellaires d’ici un ou deux siècles. La colonisation de la Galaxie, vue de notre civilisation terrestre, semble donc être, une fois notre intelligence acquise, une échéance de quelques millions d’années. Bien entendu, il est plus que probable qu’il existe des millions de planètes fort semblables à la Terre et qui auraient pu permettre le développement de la vie, d’une intelligence et l’apparition de civilisations technologiques bien plus anciennes que la nôtre. L’absence d’évidence serait elle l’évidence de l’absence ?

Dans les discussions sur la résolution du Paradoxe de Fermi ou de l’équation de Drake (une équation simple et pédagogique qui permet de poser le problème du nombre de civilisations présentes en ce moment dans notre Galaxie), il existe une grande inconnue qui est la durée d’une civilisation technologique ou encore la durée de vie d’une espèce animale (nous en l’occurrence). Si une espèce a une courte durée de vie (10000 ans), alors nous sommes seuls dans l’Univers au temps T (c’est-à-dire maintenant). Si cette durée est longue, progressivement, l’équation de Drake autorise des solutions moins désespérantes. Toutefois, bien qu’il soit extrêmement difficile d’évaluer avec certitude la durée de vie d’une espèce (ou d’une civilisation), il faut savoir que l’utilisation du principe de Copernic qui suppose que nous vivons un instant totalement quelconque de notre propre civilisation (et de l’histoire de l’Univers), se traduit par la possibilité d’en estimer l’intervalle de confiance de sa durée effective. Cet intervalle reste court, à l’échelle de la durée de l’Univers, et est compris entre 0.2 et 8 millions d’années (Gott, 1993). Rappelons tout d’abord que le principe copernicien est le fondement même de l’astronomie moderne et est sans cesse donné par les enthousiastes de SETI pour démontrer le bien fondé de leurs conjectures, à savoir que si il y a de la vie sur une planète banale, il doit nécessairement y en avoir n’importe où ailleurs. A l’évidence, l’application du Principe de Copernic est cruel, car il laisse fort peu de place à la possibilité de détecter et surtout de communiquer avec une civilisation extraterrestre, Gott estimant ce nombre de civilisations au plus a 121, avec des hypothèses pourtant particulièrement favorables.

Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 210px-enrico_fermi_1943-49

Enrico Fermi dans les années 1940

SETI est il pour autant inutile ? Il faut noter tout d’abord que le Paradoxe de Fermi conçu initialement sous une forme forte (présence physique d’extraterrestres sur Terre), peut se concevoir sous une forme plus faible (la détection d’ondes radio artificielles), voire même très faible, la simple détection de vie extraterrestre, sur Mars ou sur une exoplanète, deux objectifs à court terme de l’astronomie d’aujourd’hui, et que ce dernier aspect est largement à notre portée. La détection d’ondes radio artificielles, que F. Drake avait annoncé avec une imprudente certitude pour l’an 2000 n’a pas produit le moindre résultat exploitable. Bien entendu de très grandes difficultés stratégiques et techniques propres à SETI restent indécidables, recherche en mode « survey », recherche focalisée sur des étoiles données et proches (cette dernière possibilité étant largement contestable si l’on s’en tient au Principe de Copernic), fréquences à utiliser et signification des signaux à détecter, rendent cette approche particulièrement hasardeuse. Cependant, si SETI est une opération réellement scientifique, non seulement dans sa méthodologie et ses prémisses, elle doit l’être aussi dans son évaluation critique des résultats négatifs. En astronomie, un résultat négatif est toujours pris en considération. L’absence de telle ou telle molécule dans l’enveloppe d’une étoile conduit toujours à remettre en question les modèles, les calculs et parfois même les théories sous-jacentes. Qu’il en soit donc de même pour SETI ! Que les observations dégagent des limites supérieures à la présence de vie intelligente dans notre Galaxie, qu’elles remettent en cause un par un les termes de l’équation de Drake, qu’elles incluent le Principe de Copernic en sa faveur comme en sa défaveur avec honnêteté et humilité.

Il a souvent été souligné que la détection d’intelligence extraterrestre serait la plus grande découverte philosophique offerte à l’humanité. J’adhère entièrement à cette formulation à condition que l’on puisse admettre, sans peur ni à priori, exactement l’inverse. Si nous sommes seuls dans l’Univers, alors il faudra sans doute affronter cette responsabilité ultime, celle de commencer dés à présent à préserver la vie sur notre unique, si unique planète.

Référence :

Gott, R. : 1993, « Implications of the Copernican principle for our future prospecs », Nature, 363, 315-319

Source : SFE

wawack
wawack
Nouveau membre
Nouveau membre
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 28
Nombre de messages : 4
Inscription : 31/03/2011
Localisation : France
Emploi : Etudiant
Passions : Ufologie - Mysteres
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3071
http://mysteresovnis.wordpress.com/

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Dim 03 Avr 2011, 20:09
La galaxie compte compte une centaine de milliards d'étoiles.

Chaque étoiles est un système solaire plus ou moins semblable au notre comprenant elle même des planète.

Avec tous cela je doute énormément qu'on soit seul dans cette galaxie.

De plus combien de galaxie y à t-il dans l'univers ? un nombre indéterminable, elles se comptent par milliards.

_______________________________________

Nous sommes une espèce jeune, un singe technologiquement sophistiqué, bipède doté d'un cerveau, avec un impact planétaire et des aspirations extraterrestres

Site Web : http://mysteresovnis.wordpress.com/
Dailymotion : https://www.dailymotion.com/MysteresOvnis
Pierre31
Pierre31
Equipe du forum
Equipe du forum
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 68
Nombre de messages : 713
Inscription : 21/02/2009
Localisation : Toulouse
Emploi : Ingénieur
Passions : voyages
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4654

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Dim 03 Avr 2011, 23:24
@martin a écrit:Et si vraiment nous étions seuls dans cette galaxie ?

Pour le moment, on ne peut généraliser à partir du seul exemple de planète habitée que l'on connaisse, même si la tentation est grande. On peut seulement faire des hypothèses et essayer d'en évaluer la probabilité.

Pour ce qui est de l'apparition de la vie ailleurs dans notre galaxie, on a quelques arguments car on a découvert

- l'universalité de la chimie du carbone dans l'univers.
- des acides aminés (briques élémentaires de la vie sur terre) dans les nuages interstellaires.
- quelques exoplanètes qui sont dans la zone habitable de leur étoile.

mais guère plus.

En revanche, est ce que cette vie a engendré forcément des civilisations technologiques qui nous ressemblent ? Pour le moment , d'un point de vue scientifique, il n' y a strictement aucun fait établi qui permette d'étayer cette hypothèse.

Wink

_______________________________________
La science ne sert guère qu'à nous donner une idée de l'étendue de notre ignorance, mais c'est encore ce qu'on a trouvé de mieux pour comprendre notre Univers
avatar
martin
Equipe du forum
Equipe du forum
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 67
Nombre de messages : 2215
Inscription : 30/07/2008
Localisation : aigrefeuille
Emploi : educateur sportif retraité
Passions : sport
Règlement : Règlement
Points de Participation : 7827

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Lun 04 Avr 2011, 11:33
Bonjour Pierre 31,

Tu as résumé la situation en fonction de nos connaissances, car nous parlons bien d'une vie organisée et intelligente.

Amicalement
M51M51
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 42
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4666

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Lun 04 Avr 2011, 13:14
L’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence et le fait de ne rien détecter via SETI n’implique pas que nous soyons seuls dans l’univers (cela serait « un beau gâchis d’espace » toujours en référence à « Contact ». ) On trouvera dans l’article récent suivant,
http://arxiv.org/abs/1007.0850

« La faillite de la sérendipité, le Square Kilometre Array aura du mal à épier les intelligences extraterrestres comparables aux humains » une explication probable quant aux silences des cieux. La modélisation s’est faite grâce aux tous derniers résultats notamment dans l’estimation des civilisations évoluées dans la galaxie... Au passage, on retiendra ce mot important pour la période actuelle, « sérendipité » :
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rendipit%C3%A9

Ci-joint une traduction rapide d’une partie des conclusions.

Nous avons utilisé les techniques de simulation de Monte Carlo pour étudier la connectivité des civilisations intelligentes lorsque a) les civilisations sont bruyantes au niveau radio ou sont détectables par d’autres moyens pendant toute leur existence, sans aucunes limitations spatiales de leur détectabilité et b) les civilisations sont comme la civilisation humaine et sont limitées tant dans leurs utilisations des outils de communication (e.g, radar) que des instruments astronomiques, similaires en capacité de détection au Square kilometre Array (SKA) ; Nous faisons l’hypothèse quelles deviennent silencieuse au niveau radio (et donc indétectable) après une 100 d’années, et peuvent être détecter par d’autres civilisations éloignées jusqu’à une distance d’une centaine de parsecs (326 années lumières, en utilisant un télescope comme le SKA). Nos résultats montrent que les civilisations dans le cas a) bénéficient d’une connectivité considérable, permettant des milliers d’échanges de signaux à la vitesse de la lumière. Dans le cas b), la connectivité décroit et devient pratiquement nulle montrant qu’une expérience d’écoute avec le SKA aurait beaucoup de mal à détecter un signal ETI dans la galaxie.
…….

Les conclusions de ce papier ne sont pas nouvelles, et il a été estimé depuis quelques temps que la découverte de radiation émanant de civilisations ayant notre niveau de développement et dans des créneaux temporels étroits serait très improbable. Notre travail met à jour simplement ces arguments en utilisant les prédictions les plus récentes concernant la distribution possible de planètes abritant la vie dans la Galaxie, et la sensibilité probable des nouveaux réseaux radio. Cette conclusion peut être vu aussi comme plutôt pessimiste pour SETI mais comme d’autres, nous voulions souligner que nous seront certains de ne rien trouver si nous abandonnons l’observation. Ce que ces résultats révèlent vigoureusement c’est que SETI doit être une tentative multi longueurs d’onde, conduite avec des horizons élargies (Davies, 2010) et une meilleure compréhension de nos propres limitations.

Mais l’équation de Drake est elle correcte ? Il semble qu’elle soufre d’une simplification excessive. C’est un peu comme essayer de déterminer la vie dans les océans en partant de Nf, le nombre de poissons dans la mer, en multipliant par Rf, le tau de formation des poissons, par Lf la longévité moyenne des poissons, etc. Il y a trop de sorte de poissons différents pour rendre cette simplification utile et je ne parle même pas des crabes, coraux, poulpes et autres méduses.
Simulation de Monte-Carlo :
http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_de_Monte-Carlo
avatar
jérôme38
Culture Scientifique
Culture Scientifique
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 40
Nombre de messages : 179
Inscription : 16/02/2011
Localisation : bourgoin jallieu isère
Emploi : technicien génie climatique/photovoltaïque
Passions : aéronautique
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3393

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Lun 04 Avr 2011, 19:49
Nos résultats montrent que les civilisations dans le cas a)
bénéficient d’une connectivité considérable, permettant des milliers
d’échanges de signaux à la vitesse de la lumière. Dans le cas b), la
connectivité décroit et devient pratiquement nulle montrant qu’une
expérience d’écoute avec le SKA aurait beaucoup de mal à détecter un
signal ETI dans la galaxie.


Ah oui, quelle performance dites moi qu'elles auraient les civilisations "supérieure" dans notre galaxie, rendez vous compte, elles communiques a la vitesse de la lumière ...

Oui bon, ben sauf que nous aussi déja ... Les ondes radios que nous utilisons ne vont pas moins vite que la lumière, étant de même nature !

Ne pas trop se laisser impressionner trop vite, souvent pour les quidams moyens la vitesse de la lumière est si souvent invocable a tort et a travers comme le truc "wow" mais bon en réalité, il faut bien aussi se mettre dans la tête que certaines de nos technologies la maitrise déja et ceux depuis la naissance de la radio électromagnétique ...

Et pourtant, les communications justement a la vitesse de la lumière : sont beaucoup trop lentes pour "communiquer" de manière crédible ne serait ce qu'a l'échelle d'une petite région dans un amas d'étoile qui représente a peine 0.1% du volume d'une galaxie ...

De la terre, il y aurait une civilisation sur alpha centauri l'étoile "relativement" similaire au soleil, la + proche de nous, qui a un potentiel de disposer d'une civilisation ou tout du moins, d'un monde pouvant abriter la vie : les ondes radios ont beau se balader a la vitesse de la lumière, la moindre communication impliquerait pour une conversation + de 8 ans pour une question + réponse ! (alpha centauri étant a 4 Al)

La vitesse de la lumière aussi impressionante soit elle, est une vitesse en réalité obsolète pour communiquer de façon "crédible" même a ces petites échelles régionales dans un amas stellaire local, tout au + elle permet de diffuser malgré des "informations" générales sur une civilisation, de la diffusion technologique codée, voir même des annonces de danger imminent après un cataclysme qui risque de frapper quelques années après ceux qui recevront le message (alerter du danger d'un faisceau gamma intense par exemple ou que sais je et de s'y préparer)

Mais pour une civilisation supérieure qui aurait besoin de communiquer en quasi direct sur de très grande distance : elle se retrouve particulièrement obsolète hélas

Et c'est peut être bien l'une des raisons du silence de l'espace a ce propos, dans de telles conditions : s'il n'existait par exemple pas de solution de communication pouvant s'affranchir de la constante "c" : a quoi bon "communiquer" ?

Il peu aussi donc résider une certaine résignation des civilisations a se renfermer un peu sur leur "propre" bulle électromagnétique



(PS : Pour alpha centauri, j'ai pris cet exemple, mais pour ceux qui auraient pu croire l'inverse, non on a pas encore découvert d'exoplanète dans ce système stellaire complexe a 3 étoiles et très proche de nous a 4 Al (le + proche qui soit notamment pour proxima du centaure la naine rouge la + petite des 3 en orbite lointaine du couple principal) en fait nos techniques de détections actuelles se basent principalement sur l'oscillation d'une étoile pour détecter une exoplanète, et bien qu'on a tenter d'observer qu'est que cela donnerait sur un système double comme alpha centauri a+b (une naine jaune "costaude" au point qu'elle est blanche + une naine orange un peu + petite que le soleil) et hélas, le système double principal des 2 étoiles oscille déja tellement du fait de l'attraction des 2 étoiles entre elles, que pour l'instant on a pas la finesse de lecture et d'interprétation pour une mise en évidence d'exoplanète autour : les oscillations principales du fait des 2 étoiles en orbite autour d'un centre de gravité polluant fortement, des oscillations + petites provenant de planètes ...

Ceci dit, rien n'empêche en théorie qu'un telle système ait un système de planète assez riche, voir très riche : les 2 étoiles principales sont a distance l'une de l'autre suffisante pour autoriser 2 systèmes de planètes séparés, mais pas "étendu" comme le notre (en gros que des orbites allant jusqu'a l'équivalant de mars/ centure d'asteroïde/jupiter peut être) avec une exoplanète en équilibre thermique pour être dans une vaste zone ou l'eau peut être liquide (+ vaste que la zone que permet le soleil) et tout cela selon des études récentes ! Un jour si on parvient a percer dans les oscillations des 2 étoiles, nous pourrions bien avoir une grosse surprise, très grosse surprise d'ailleurs ! Mais aussi peut etre bien rien de bien affriolant ...)
avatar
martin
Equipe du forum
Equipe du forum
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 67
Nombre de messages : 2215
Inscription : 30/07/2008
Localisation : aigrefeuille
Emploi : educateur sportif retraité
Passions : sport
Règlement : Règlement
Points de Participation : 7827

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Lun 04 Avr 2011, 23:14
Il y a aussi un parametre qui s'impose, la durée de vie des étoiles pour l'épanouissement de la vie intelligente et évoluée.
avatar
jérôme38
Culture Scientifique
Culture Scientifique
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 40
Nombre de messages : 179
Inscription : 16/02/2011
Localisation : bourgoin jallieu isère
Emploi : technicien génie climatique/photovoltaïque
Passions : aéronautique
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3393

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Mer 06 Avr 2011, 08:38
@martin a écrit:Il y a aussi un parametre qui s'impose, la durée de vie des étoiles pour l'épanouissement de la vie intelligente et évoluée.


Oui et non en fait, et c'est d'ailleurs l'une des raisons pourquoi tant les programmes SETI, que les programmes d'observations stellaires Corot et Kepler (2 téléscopes spécialisés dans l'observation d'oscillations d'étoiles sur leur centre de gravité pour détecter les exoplanètes qui les provoquent) se sont toujours limités a ne fouiller des champs et amas d'étoiles avec des majorités d'étoiles de "faibles" masses dites "naines" allant jusqu'a environ 2 a 3 x la masse du soleil maximum (et peut être d'ailleurs pas autant, si ça se trouve pas + de 2 masses solaires)

Justement parce que l'observation des étoiles nous montre une rêgle très simple dans la vie d'une étoile : la durée de sa phase de combustion nucléaire dite "stable" est d'autant + "courte" que l'étoile est massive !

Ce qui veut dire que déja on ne va pas s'intéresser aux étoiles trop "massives" selon un certain ordre de grandeur, déja a cause de cette période de combustion "stable" trop courte ...

Mais aussi, tout simplement parce que même durant cette période de combustion stable de l'étoile, aussi courte ou longue qu'elle puisse être : les étoiles massives a partir d'une certaine taille, mènent un véritable enfer a leur propre système par des vents stellaires constants (le soleil aussi a un vent constant, mais acceptable) bien trop intenses, denses, chauds et soutenus au point que même une planète avec un champ magnétique "massif" n'échappera pas a une intense exposition au plasma du vent stellaire de l'étoile ...

Qui est composé d'hélium et d'hydrogène ionisé en particules et d'électrons, ce qui fait que le vent solaire est un quasi rayonement a lui tout seul : de l'hydrogène ionisé par exemple, s'il est en "charge" positif : n'est plus qu'un proton en réalité (puisqu'on lui a retiré le seul électron qu'il disposait et que son noyau n'est rien d'autre qu'un proton) et de l'hélium très fortement ionisé peut dans le même genre de cas de figure n'être plus qu'une particule de rayonnement "alpha" puisque le rayonnement alpha est l'émission d'un noyau d'hélium justement :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Particule_%CE%B1


Déja que dans le cas du soleil, le vent solaire est déja redoutable en concéquence pour la vie, en cas d'absence de protections multiples comme :

_une magnétosphère puissante (le champ magnétique terrestre) pour piéger les particules dans une ceinture dites de "van allen"

_une couche d'ozone (bien que la en réalité il s'agit surtout d'absorber le rayonnement UV qui n'a pas grand chose a voir)

_l'atmosphère (qui absorbe généralement les quelques particules qui réussissent a passer la magnétosphère, de sorte qu'en temps normal au sol sur terre le vent solaire induit une radiation d'environ 10 particules par m² ce qui est tolérable pour la vie, a un facteur 1000 durant une éruption solaire soit environ 10 000 particules par m²)

En sachant ces choses la, et en regardant ce qui l'en est dans le cas du couple terre-soleil dans le rapport vent solaire/éruption/magnétosphère ect pour l'incidence sur la vie terrestre, on en déduit assez rapidement qu'une étoile massive va avoir une activité permanente de vent stellaire que même une planète, qui serait pourtant bien protégé d'une puissance magnétosphère aurait quasi aucune chance d'abriter une vie complexe dans de telles conditions car les étoiles massives ont des vents stellaires permanents qui sont bien + intenses que les pires cas d'éruptions solaires qui dans notre cas sont des situations exceptionnelles !

Du coup a la moindre éruption stellaire "normale" de telles étoiles, la vie sur une des hypothétiques planètes, n'aurait pas la moindre chance, a moins d'être bien planqué profond dans un océan ou dans le sous sol : ce qui est hélas peu compatible avec le développement d'une civilisation avancée

Car une civilisation avancée doit pour se développer avoir le moins de contrainte possible pour sa vie normale en surface de sa planète d'origine, mais aussi pour son "travail" des matériaux pour se développer ect

Un exemple simple, sur une planète ou la vie, ne serait possible qu'au fond des océans a cause d'une intense activité de vents stellaires de l'étoile mère en question, une civilisation qui avec un peu d'imagination pourrait peut être pourquoi pas apparaitre : mais comment pourrait elle parvenir a la maitrise des matériaux dans les conditions sous l'eau ? La fonte des métaux par exemple ...

Du coup, ça limite de champ de recherche : et contraint de chercher, vers des étoiles qui de par leur spectres et leur masses connues ont une vie aussi calme que possible, similaire au soleil, dans l'hypothèse qu'il faut que l'étoile, laisse une chance de développement tant de la vie, que d'une civilisation en surface de la planète

Et ça exclu illico, des étoiles massives ...

Mais il n'y a pas que cela, il y a aussi la quantité de lumière qu'elles sont capables d'émettre, hélas une étoile massive, par exemple 20x + lourde que le soleil, n'émet pas 20x + de lumière ! Mais des centaines de fois + de lumière, de sorte que la zone ou une planète a une t° probable en adéquation avec la vie se retrouve bien + loin de l'étoile : et c'est pas sans poser problème : car c'est dans des zones soumises au fil des millions d'années a trop de facteurs aléatoires ... Parce que les étoiles se croisent, et échangent même parfois des matériaux ce qui implique des bombardements de bolide intense si on est dans des zones éloignées de l'étoile :

Dans ce genre de cas de figure, il vaut mieux pour la vie, d'être sur une planète, ou l'étoile permet un système un minimum resserré sur lui même ou prospérer : et des planètes + massive en arrière plan pour protéger ce monde des bombardements comme jupiter et saturne le fond dans notre système : mais si ces systèmes sont bien + étendus dans le cas d'une étoile massive : rien a faire, il y a aura quasi aucune chance d'être protégé par des planètes géantes encore + loin

Parce qu'il y a encore autre chose : généralement, quand on observe des étoiles massives, on se rend compte qu'elles sont toujours "voilées" dans un nuage qui forme son "système" : en fait, elles sont tellement intenses en activité, t° ect : que les planètes qui se forment autour : ben ne se forment pas en réalité : limite de roche beaucoup + éloignées que le soleil a cause d'une gravité gigantesque (soit donc planète pulvérisée juste par la gravité de l'étoile) et surement plasma des vents stellaires assez denses et chauds pour empécher tout agglomération de matériaux solides + gros qu'une poussière ou un petit caillou :

Du coup autour de telles étoiles, si des planètes se forment : c'est alors dans la banlieue très très très lointaine de l'étoile ... Hors de ce nuage de poussière permanent qui témoigne normalement de l'impossibilité aux planétissimaux de se former autour de telles étoiles a cause de son activité en tout genre ne laissant aucune chance a un système calme de se former, et si malgré s'en forme un : c'est très loin de l'étoile sur son extérieur : la ou la lumière de l'étoile malgré l'intensité de rayonnement a déja trop chuté pour que la planète y jouisse des t° adéquat au cycle de l'eau

Du coup, avant même que ce soit un problème de phase d'étoile de combustion "stable" trop courte pour développer une civilisation : ça implique forcément que c'est une étoile massive, dont l'activité elle même interdit de toute façon la formation d'un système de planètes crédible a la vie elle même

Mais bon, comme je l'ai aussi déja expliqué ailleurs :

Une étoile "naine" qui apporte une stabilité pourtant encore + longue qu'une étoile de type naine jaune comme le soleil, (je veux parler des naines rouges) est pourtant aussi une étoile qui a peu de chance de permettre a une civilisation d'apparaitre comme les massives, a cause de l'activité stellaire contenue trop longtemps elles ont des cycles comme le soleil qui lui a un cycle sur 12 ans éruptif, mais autour des naines rouges a cause de leur champ magnétique + intense que l'activité classique de l'étoile : les cycles y sont beaucoup + longs ...

Avant que les lignes magnétiques cèdent et permettent aux éruptions de faire une sorte de "vidange" des excès de gaz de l'étoile dans l'espace (car une éruption stellaire c'est un peu ça) il se passe beaucoup de temps : et du coup ça déclenche des éruptions peu fréquentes, mais cataclysmiques qui garantissent l'extinction massive de la vie a chaque éruption de l'étoile tout les siècles, millénaires voir même 100 000 ans pour certaines durant lesquelles il n'y a pas d'éruptions !

Et moins une étoile a d'éruptions "régulières" + c'est mauvais signe pour la vie : car quand il y en aura une elle sera insupportable pour la vie, car l'étoile vidangera tout le retard accumulé ... Du coup si tout les siècles c'est une éruption digne d'une extinction massive : on risque pas d'y trouver une civilisation originaire de ce système (par contre une civilisation qui a colonisé provenant d'ailleurs et capable de s'en protéger : pourquoi pas)

Du coup ça limite la recherche a vraiment peu de type d'étoiles qui opposent peu de différences avec le soleil : des naines jaunes et oranges et uniquement, allant jusqu'a 1.5 x la masse du soleil et dans la bande spectrale qui implique leur phase stable de combustion (parce que évidemment, si elles sont en fin de vie en géante rouge bien évidemment : c'est un peu trop tard :) )


Mais l'univers reste malgré tout généreux, malgré toutes ces restrictions, les possibilités dans notre galaxie se comptent toujours par millions, car heureusement les étoiles naines jaunes qui offrent des conditions comme la notre : sont légions
avatar
martin
Equipe du forum
Equipe du forum
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 67
Nombre de messages : 2215
Inscription : 30/07/2008
Localisation : aigrefeuille
Emploi : educateur sportif retraité
Passions : sport
Règlement : Règlement
Points de Participation : 7827

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Mer 06 Avr 2011, 08:54
Merci pour toutes ces explcations Jerôme, si la galaxie grouille de vie, cette vie organisée et intelligente ne doit pas nous faire perdre de vue qu'elle n'est pas aussi répandue que nous le pensons en tout cas dans nôtre proche environnement galactique, nôtre soleil a environ 4,5 milliards d'années sa durée de vie est estimé a 10 milliards d'années il nous reste doncencore beaucoup de temps pour chercher en tenant compte de nôtre jeune évolution, mais si nos OVNI viennent bien d'un autre systéme solaire nous avons vraisemblablement pas cherchés au bon endroit ou, tout simplement nos mdes de communications et de pensés n'ont rie na voir avec eux.

Affaire a suivre.

Amitié, Martin
M51M51
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 42
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4666

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Dim 17 Avr 2011, 10:15
Dans un papier remarquable le professeur Chandra Wickramasinghe (ce n’est pas un débutant, c’est un élève du grand Fred Hoyle) évoque les principaux faits venant appuyer la théorie de la panspermie, faits qui s’appuient sur des observables et comment « la communauté scientifique du paradigme dominant » incrédule, essaye de censurer les évidences et emploie tous les moyens pour faire taire ce nouveau paradigme. On constate alors que cette « science dogmatique» se conduit comme une sorte d’inquisition et que les tenants de cette religion n’ont rien à envier à Torquemada. C’est maintenant Chandra Wickramasinghe qui subit l’ostracisme de cette communauté de loups, ennemis de la société qui préfère collaborer avec le diable (entendez l’armée) pour produire les outils de la destruction du monde, que de faire de la vraie science. Fort heureusement, les Don Quichotte des temps modernes que sont ces chercheurs courageux et intelligents comme Chandra ou Jean-Pierre Petit nous interpellent et nous montrent le chemin de la vraie connaissance.

Devant l’irrésistible poussée des moyens technologiques d’observation venant engranger chaque jour un peu plus les faits venant contredire les dogmatiques théories, le basculement de paradigme est pour très bientôt et il viendra couvrir de ridicule ces tenants de la Terre plate et du géocentrisme de la pensée. En mémoire à Giordano Bruno et que ces faits observationnels viennent percuter ces tenants de l’asinité négative.

http://arxiv.org/abs/1104.1314



Extraterrestrial Life and Censorship

Dans cet article je rappelle une série d’évènements clés importants, parmi lesquels j’ai été personnellement impliqués, et qui relate le développement de la théorie de la vie dans le cosmos. L’interprétation de évènements présentés ici pourrait inviter à ressentir de l’incrédulité de la part du lecteur, mais les faits en eux-mêmes sont irréprochables au regard de leur authenticité. Il est d’un intérêt particulier de se pencher sur l’ensemble des interactions entre les acteurs clés dans le drame en développement de la théorie de la vie dans le cosmos. Les tentatives de censurer les évidences incompatibles avec la théorie de la vie cosmique commencent à paraître futiles et représentent un important retard dans le changement de paradigme qui doit être concédé.


Chandra est un acteur important de la panspermie. Selon cette théorie, la vie s’est crée au tout début de l’univers, peu de temps après le big bang sur les premières planètes qui offraient un ensemble beaucoup plus vaste pour tester et trouver les différentes combinaisons conduisant à la vie. A la fin de ces systèmes ce matériel a été propulsé dans tout le cosmos et est étroitement imbriqué dans chaque corps céleste (astéroïdes, comètes, espace interstellaire etc) qui viennent ensemencer les planètes qui offrent les conditions propices au développement de la vie. Une publication très récente a d’ailleurs mis en évidence une planète orbitant autour d’une très vieille étoile à faible métallicité. Cette publication est passée inaperçue mais est en fait d’une importance fondamentale. Il est aussi intéressant d’associer cette approche avec les récentes découvertes de M Jewitt sur les KBOs (Kuyper Belt Objects) et cette fameuse ultrared matter.

En bref l’univers est grouillant de vie et avec le rythme de découverte des exoplanètes vous pouvez, vous-même, tirer les évidences qui s’imposent. Le diable est sortie de se boîte…



Ne cherchez pas à accéder à l’article. Le fichier est depuis peu vérolé… et Chandra semble faire l’objet d’une attaque en règle de la communauté de l’ânerie négative.



http://www.lankaweb.com/news/items/2011/03/19/chandra-wickramasinghe-dismissed-from-cardiff-university-in-wales/



http://groups.yahoo.com/group/creationevolutiondebate/message/68302
avatar
jérôme38
Culture Scientifique
Culture Scientifique
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 40
Nombre de messages : 179
Inscription : 16/02/2011
Localisation : bourgoin jallieu isère
Emploi : technicien génie climatique/photovoltaïque
Passions : aéronautique
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3393

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Dim 17 Avr 2011, 14:47
@M51M51 a écrit:Dans un papier remarquable le professeur Chandra Wickramasinghe (ce n’est pas un débutant, c’est un élève du grand Fred Hoyle) évoque les principaux faits venant appuyer la théorie de la panspermie, faits qui s’appuient sur des observables et comment « la communauté scientifique du paradigme dominant » incrédule, essaye de censurer les évidences et emploie tous les moyens pour faire taire ce nouveau paradigme. On constate alors que cette « science dogmatique» se conduit comme une sorte d’inquisition et que les tenants de cette religion n’ont rien à envier à Torquemada. C’est maintenant Chandra Wickramasinghe qui subit l’ostracisme de cette communauté de loups, ennemis de la société qui préfère collaborer avec le diable (entendez l’armée) pour produire les outils de la destruction du monde, que de faire de la vraie science. Fort heureusement, les Don Quichotte des temps modernes que sont ces chercheurs courageux et intelligents comme Chandra ou Jean-Pierre Petit nous interpellent et nous montrent le chemin de la vraie connaissance.

Devant l’irrésistible poussée des moyens technologiques d’observation venant engranger chaque jour un peu plus les faits venant contredire les dogmatiques théories, le basculement de paradigme est pour très bientôt et il viendra couvrir de ridicule ces tenants de la Terre plate et du géocentrisme de la pensée. En mémoire à Giordano Bruno et que ces faits observationnels viennent percuter ces tenants de l’asinité négative.

http://arxiv.org/abs/1104.1314



Extraterrestrial Life and Censorship

Dans cet article je rappelle une série d’évènements clés importants, parmi lesquels j’ai été personnellement impliqués, et qui relate le développement de la théorie de la vie dans le cosmos. L’interprétation de évènements présentés ici pourrait inviter à ressentir de l’incrédulité de la part du lecteur, mais les faits en eux-mêmes sont irréprochables au regard de leur authenticité. Il est d’un intérêt particulier de se pencher sur l’ensemble des interactions entre les acteurs clés dans le drame en développement de la théorie de la vie dans le cosmos. Les tentatives de censurer les évidences incompatibles avec la théorie de la vie cosmique commencent à paraître futiles et représentent un important retard dans le changement de paradigme qui doit être concédé.


Chandra est un acteur important de la panspermie. Selon cette théorie, la vie s’est crée au tout début de l’univers, peu de temps après le big bang sur les premières planètes qui offraient un ensemble beaucoup plus vaste pour tester et trouver les différentes combinaisons conduisant à la vie. A la fin de ces systèmes ce matériel a été propulsé dans tout le cosmos et est étroitement imbriqué dans chaque corps céleste (astéroïdes, comètes, espace interstellaire etc) qui viennent ensemencer les planètes qui offrent les conditions propices au développement de la vie. Une publication très récente a d’ailleurs mis en évidence une planète orbitant autour d’une très vieille étoile à faible métallicité. Cette publication est passée inaperçue mais est en fait d’une importance fondamentale. Il est aussi intéressant d’associer cette approche avec les récentes découvertes de M Jewitt sur les KBOs (Kuyper Belt Objects) et cette fameuse ultrared matter.

En bref l’univers est grouillant de vie et avec le rythme de découverte des exoplanètes vous pouvez, vous-même, tirer les évidences qui s’imposent. Le diable est sortie de se boîte…



Ne cherchez pas à accéder à l’article. Le fichier est depuis peu vérolé… et Chandra semble faire l’objet d’une attaque en règle de la communauté de l’ânerie négative.



http://www.lankaweb.com/news/items/2011/03/19/chandra-wickramasinghe-dismissed-from-cardiff-university-in-wales/



http://groups.yahoo.com/group/creationevolutiondebate/message/68302



Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 953369


Affligeant de sotises, on croirait lire un tract politique extrêmiste basé sur je ne sais quelle mauvaise foi et langue de bois politique ...


Déja d'un, j'aimerais bien savoir qui dans la communauté scientifique aujourd'hui réfuterai quoique en quoi que se soit la panspermie ? Surtout que la théorie globale aujourd'hui pour la naissance de la vie dans notre système : c'est panspermie + facteur locaux au système solaire qui avait toutes les chances en lui même d'y faire apparaitre la vie mais enfin bon ...

De deux :

L'auteur de ce "torchon" parce sincèrement, j'ai pas d'autres mots pour le qualifier ...

Doit être bien cancre en astrophysique pour écrire de telles choses ...

Sait il seulement de quoi il parle ? Connait il seulement les bases des populations stellaires de type I, II, III ?

Parce que le papier résume a affirmer bien haut et fort que la vie serait apparue dans l'univers autour d'étoiles de type I : alors je dis bravo ! Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 953369


Est ce que les auteurs de ce "papier" ont ils seulement conscience du travail d'explosions de générations sur générations d'étoiles de type I et II qu'il a fallu, pour que puisse exister aujourd'hui des amas stellaires qui naissent dans des nuages de gaz correctement enrichi en matériaux pour faire naitre des systèmes de planètes "telluriques" et des planetissimaux satellites de géantes de gaz pour déja que la vie puisse y être abritée quelque part ?

Ont ils seulement conscience des milliards d'années d'explosions d'étoiles qu'il a fallu pour que l'univers s'enrichisse assez de matériaux autre que l'hydrogène, l'hélium et le lithium (les 3 éléments primordiaux dont on sait qu'ils sont nés eux avec la nucléosynthèse du big bang : soit les 3 éléments qui furent présent quand sont nées les étoiles de type I et qui n'étaient constituée que de cela)

Parler de panspermie c'est bien, dire des anneries autour : c'est pas terrible ...

C'est bien de parler de "dogme" mais faut il déja vérifier avant d'écrire un torchon, qu'il y a la moindre crédibilité a ce qui est affirmé !


Déja qu'on doute aujourd'hui qu'il puisse y avoir des systèmes de planètes autour d'étoiles de type II avec leur métallicité inférieur d'un facteur 1000 aux étoiles de type III comme le soleil ... Métallicité qui témoigne tout simplement de la richesse et concentration de matériaux divers dans le nuage de gaz dans laquelle étoile est née !


Et la le papier nous parlant d'une période ou l'univers n'était peuplé que de la génération I d'étoiles qui étaient constitué de rien atomiquement parlant au dessus du lithium : puis dont les générations qui ont suivi ont commencé lentement a se concentrer au fil des explosions-reformation d'étoiles successive et re-mélange des nuages de gaz issus des explosions (un peu + concentré en ces nouveaux matériaux que ceux "primordiaux" qui eux n'en ont pas du tout) avec le gaz primordial !

Aujourd'hui encore on voit les nuages de gaz primordiaux rentrer en collision avec les galaxies qui "déconcentrent" le milieu enrichi : et qui témoigne donc du lent travail qu'il a fallu pour arriver a des nuages de gaz "opaque" de poussière de matériaux hétéroclites ...

Que la vie puisse avoir apparu autre part dans l'univers : personne le réfute, même plus l'église ...

Que la vie puisse avoir apparu plusieurs milliards d'année en arrière : personne non plus !

Mais aller jusqu'a affirmer que la vie est apparru au plus tot du travail de générations stellaire :

Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 841956


Ils cherchent a prouver quoi ces gens ? A ce rendre interessant ?


Déja quand on voit l'agressivité du papier ... Hum Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 97613

_______________________________________
L'arracheur de navet, montre le chemin avec un navet ... Kobayashi Issa
M51M51
M51M51
Equipe du forum
Equipe du forum
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 42
Nombre de messages : 252
Inscription : 11/11/2007
Localisation : Paris
Emploi : Divers
Passions : Astronomie
Règlement : Règlement
Points de Participation : 4666

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Lun 18 Avr 2011, 15:02
Jérome38 :

Affligeant de sotises, on croirait lire un tract politique extrêmiste basé sur je ne sais quelle mauvaise foi et langue de bois politique ...



Déja d'un, j'aimerais bien savoir qui dans la communauté scientifique aujourd'hui réfuterai quoique en quoi que se soit la panspermie ? Surtout que la théorie globale aujourd'hui pour la naissance de la vie dans notre système : c'est panspermie + facteur locaux au système solaire qui avait toutes les chances en lui même d'y faire apparaitre la vie mais enfin bon ...



A qui vous adressez-vous exactement ? A l’émetteur de ce billet, c'est-à-dire moi-même ou à Chandra ? Parce, s’il s’agit de moi, passe encore et qualifions ces propos d’ad hominen patents et d’une volonté manifeste de polémiquer, volonté déjà visible sur d’autres billets. S’il s’agit de Chandra, alors j’aurai tendance à prendre sa défense et à trouver cette diatribe plutôt cocasse venant de la part de quelqu’un qui alignent les imprécisions et les perles à longueur de discours fleuves visant à impressionner le lecteur de passage. Voir en [1] quelques exemples non exhaustifs. Il ne m’intéresse pas de polémiquer mais simplement de donner matière à réflexion basée sur des publications récentes . A chacun ensuite de penser par lui-même et de tirer ses propres conclusions. C’est une invite à la réflexion plus que l’énonciation d’une vérité vraie et indéboulonnable, à l’image de ces vérités dogmatiques que nous donnent à lire les revues « science et vie » et consorts en dehors desquelles tout est « torchon », sottises et billevesées conspirationnistes… J’invite le lecteur à bypasser ces vulgarisations orientées et à s’intéresser aux publications directement, c’est passionnant !



Jérome38 :

De deux :
L'auteur de ce "torchon" parce sincèrement, j'ai pas d'autres mots pour le qualifier ...
Doit être bien cancre en astrophysique pour écrire de telles choses ...
Sait il seulement de quoi il parle ? Connait il seulement les bases des populations stellaires de type I, II, III ?
Parce que le papier résume a affirmer bien haut et fort que la vie serait apparue dans l'univers autour d'étoiles de type I : alors je dis bravo !
Est ce que les auteurs de ce "papier" ont ils seulement conscience du travail d'explosions de générations sur générations d'étoiles de type I et II qu'il a fallu, pour que puisse exister aujourd'hui des amas stellaires qui naissent dans des nuages de gaz correctement enrichi en matériaux pour faire naitre des systèmes de planètes "telluriques" et des planetissimaux satellites de géantes de gaz pour déja que la vie puisse y être abritée quelque part ?
Ont ils seulement conscience des milliards d'années d'explosions d'étoiles qu'il a fallu pour que l'univers s'enrichisse assez de matériaux autre que l'hydrogène, l'hélium et le lithium (les 3 éléments primordiaux dont on sait qu'ils sont nés eux avec la nucléosynthèse du big bang : soit les 3 éléments qui furent présent quand sont nées les étoiles de type I et qui n'étaient constituée que de cela)
Parler de panspermie c'est bien, dire des anneries autour : c'est pas terrible ...




Il est un principe en science qui, lorsque l’on n’est pas d’accord avec une théorie, on propose une contre argumentation étayée sur des faits concrets. Il me semble que vous avez bien mal lu le papier de Chandra car celui-ci est illustré par des faits observationnels venant confirmer ses dires. Aussi, plutôt que de vous limiter à une critique basée sur des connaissances bien fragiles, approximatives et des présupposés, je souhaiterais que vous vous prononciez sur chacun des observables mis en évidence par Chandra (il suffit de les reprendre dans son papier et proposer votre argumentation!)



Jérome38 :

C'est bien de parler de "dogme" mais faut il déja vérifier avant d'écrire un torchon, qu'il y a la moindre crédibilité a ce qui est affirmé !
Déja qu'on doute aujourd'hui qu'il puisse y avoir des systèmes de planètes autour d'étoiles de type II avec leur métallicité inférieur d'un facteur 1000 aux étoiles de type III comme le soleil ... Métallicité qui témoigne tout simplement de la richesse et concentration de matériaux divers dans le nuage de gaz dans laquelle étoile est née !
Et la le papier nous parlant d'une période ou l'univers n'était peuplé que de la génération I d'étoiles qui étaient constitué de rien atomiquement parlant au dessus du lithium : puis dont les générations qui ont suivi ont commencé lentement a se concentrer au fil des explosions-reformation d'étoiles successive et re-mélange des nuages de gaz issus des explosions (un peu + concentré en ces nouveaux matériaux que ceux "primordiaux" qui eux n'en ont pas du tout) avec le gaz primordial !




Cela vaut mieux qu’un long discours…quelques subtilités vous auront certainement échappé…



http://arxiv.org/abs/1012.5522

Formation of Planets by Hydrogravitational Dynamics

From hydro-gravitational cosmology, hydrogen-helium gas planets fragmented at the plasma to gas transition 300,000 years after the big bang in million-star-mass clumps. Stars may form in the clumps by mergers of the planets to make globular star clusters. Star-less clumps persist as the dark matter of galaxies as observed by Schild in 1996 using quasar microlensing, and as predicted by Gibson in 1996 using fluid mechanics. Massive plasma structures, at 10^46 kg proto-galaxy-cluster-mass, fragment at 30,000 years when photon-viscous forces match gravitational fragmentation forces at the horizon scale ct of the expanding universe, where c is the speed of light and t is the time. Spinning proto-super-cluster-void and proto-galaxy-void boundaries expand at sound speeds c/3^1/2 producing weak turbulence and linear-clusters of gas-proto-galaxies that are fossils of turbulent-plasma vortex lines. Hubble-space-telescope images of the most distant galaxies support this Gamov 1951 prediction. Vortex spin axes inferred from microwave background anisotropies are interpreted as evidence of a turbulent big bang. A cosmic distribution of life is attributed to hot water oceans of the interacting hydrogen planets seeded by the first chemicals.




http://arxiv.org/abs/1008.4955

Evolution of primordial planets in relation to the cosmological origin of life

We explore the conditions prevailing in primordial planets in the framework of the HGD cosmologies as discussed by Gibson and Schild. The initial stages of condensation of planet-mass H-4He gas clouds in trillion-planet clumps is set at 300,000 yr (0.3My) following the onset of plasma instabilities when ambient temperatures were >1000K. Eventual collapse of the planet-cloud into a solid structure takes place against the background of an expanding universe with declining ambient temperatures. Stars form from planet mergers within the clumps and die by supernovae on overeating of planets. For planets produced by stars, isothermal free fall collapse occurs initially via quasi equilibrium polytropes until opacity sets in due to molecule and dust formation. The contracting cooling cloud is a venue for molecule formation and the sequential condensation of solid particles, starting from mineral grains at high temperatures to ice particles at lower temperatures, water-ice becomes thermodynamically stable between 7 and 15 My after the initial onset of collapse, and contraction to form a solid icy core begins shortly thereafter. Primordial-clump-planets are separated by ~ 1000 AU, reflecting the high density of the universe at 30,000 yr. Exchanges of materials, organic molecules and evolving templates readily occur, providing optimal conditions for an initial origin of life in hot primordial gas planet water cores when adequately fertilized by stardust. The condensation of solid molecular hydrogen as an extended outer crust takes place much later in the collapse history of the protoplanet. When the object has shrunk to several times the radius of Jupiter, the hydrogen partial pressure exceeds the saturation vapour pressure of solid hydrogen at the ambient temperature and condensation occurs.




http://arxiv.org/abs/1012.5519

Recent spacecraft observations exploring solar system properties impact standard paradigms of the formation of stars, planets and comets. We stress the unexpected cloud of microscopic dust resulting from the DEEP IMPACT mission, and the existence of molten nodules in STARDUST samples. And the theory of star formation does not explain the common occurrence of binary and multiple star systems in the standard gas fragmentation scenario. No current theory of planet formation can explain the iron core of the earth, under oceans of water.
These difficulties are avoided in a scenario where the planet mass objects form primordially and are today the baryonic dark matter. They have been detected in quasar microlensing and anomalous quasar radio brightening bursts. The primordial planets often concentrate together to form a star, with residual matter seen in pre-stellar accretion discs around the youngest stars.
These primordial planet mass bodies were formed of hydrogen-helium, aggregated in dense clumps of a trillion at the time of plasma neutralization 380,000 years after the big bang. Most have been frozen and invisible, but are now manifesting themselves in numerous ways as sensitive modern space telescopes become operational. Their key detection signature is their thermal emission spectrum, pegged at the 13.8 degrees Kelvin triple point of hydrogen, the baryonic dark matter (Staplefeldt et al. 1999).




http://arxiv.org/abs/1008.3096

WASP-37b: a 1.8 MJ exoplanet transiting a metal-poor star



http://arxiv.org/abs/1011.3452

(b)What happened to the other Mohicans? Realistic models of metallicity dilution by fingering convection and observational implications[/b]



http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1102/1102.1748v1.pdf

METAL-POOR STARS AND THE CHEMICAL ENRICHMENT OF THE UNIVERSE



http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1011/1011.6376v1.pdf

A Giant Planet Around a Metal-poor Star of Extragalactic Origin



http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/0810/0810.1867v2.pdf

Star Formation at Very Low Metallicity. V. The Greater Importance of Initial Conditions Compared to Metallicity Thresholds

The formation of the first stars out of metal-free gas appears to result in stars at least an order of magnitude more massive than in the present-day case.




http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1011/1011.4938v1.pdf

The visitor from an ancient galaxy: A planetary companion around an old, metal-poor red horizontal branch star



http://arxiv.org/abs/1102.0503

A Planetary Companion around a Metal-Poor Star with Extragalactic Origin



This discovery is unique in three aspects: First, it is the first planet detection around a star with a metallicity much lower than few percent of the solar value; second, the planet host star resides in a stellar evolutionary stage that is still unexplored in the exoplanet surveys; third, the star HIP 13044 belongs to one of the most significant stellar halo streams in the solar neighborhood, implying an extragalactic origin of the planetary system HIP 13044 in a disrupted former satellite of the Milky Way.



Jérome38 :
Aujourd'hui encore on voit les nuages de gaz primordiaux rentrer en collision avec les galaxies qui "déconcentrent" le milieu enrichi : et qui témoigne donc du lent travail qu'il a fallu pour arriver a des nuages de gaz "opaque" de poussière de matériaux hétéroclites ...
Que la vie puisse avoir apparu autre part dans l'univers : personne le réfute, même plus l'église ...
Que la vie puisse avoir apparu plusieurs milliards d'année en arrière : personne non plus !
Mais aller jusqu'a affirmer que la vie est apparru au plus tot du travail de générations stellaire


Ils cherchent a prouver quoi ces gens ? A ce rendre interessant ?
Déja quand on voit l'agressivité du papier ...Hum




Et c’est vous qui parlez d’agressivité !



[1] quelques imprécisions et perles, version non exhaustive



Jerome38 à propos de « La faillite de la sérendipité, le Square Kilometre Array aura du mal à épier les intelligences extraterrestres comparables aux humains »

Et pourtant, les communications justement a la vitesse de la lumière : sont beaucoup trop lentes pour "communiquer" de manière crédible ne serait ce qu'a l'échelle d'une petite région dans un amas d'étoile qui représente a peine 0.1% du volume d'une galaxie ...




Anthropomorphisme patent. Pour commencer qui vous dit qu’une entité extraterrestre aura la même longévité que l’homme. Il existe dans la nature et sur Terre même des organismes offrant des durées de vie astronomiques en comparaison de l’espérance de vie humaine. Par ailleurs, rien ne dit que ces entités extraterrestres continueront d’utiliser le moyen de communication électromagnétique et il y a fort à parier qu’ils auront d’autres systèmes plus performants. Encore une fois il s’agit d’une critique bien engluée dans les dogmes de son époque…c’était d’ailleurs un des points du papier qui évoquait une période transitoire en matière d’utilisation des moyens électromagnétiques avant de passer à autre chose, ce qui rendait par conséquent la détection de ces civilisations très difficile.



Jérome38 :

non on a pas encore découvert d'exoplanète dans ce système stellaire complexe a 3 étoiles et très proche de nous a 4 Al (le + proche qui soit notamment pour proxima du centaure la naine rouge la + petite des 3 en orbite lointaine du couple principal) en fait nos techniques de détections actuelles se basent principalement sur l'oscillation d'une étoile pour détecter une exoplanète, et bien qu'on a tenter d'observer qu'est que cela donnerait sur un système double comme alpha centauri a+b (une naine jaune "costaude" au point qu'elle est blanche + une naine orange un peu + petite que le soleil) et hélas, le système double principal des 2 étoiles oscille déja tellement du fait de l'attraction des 2 étoiles entre elles, que pour l'instant on a pas la finesse de lecture et d'interprétation pour une mise en évidence d'exoplanète autour : les oscillations principales du fait des 2 étoiles en orbite autour d'un centre de gravité polluant fortement, des oscillations + petites provenant de planètes ...




C’est pour le moins inexact et imprécis. Si la méthode de détection des planètes par variation de la vitesse radiale de l’étoile (je pense que c’est ce à quoi vous faites référence) est historiquement celle qui a contribué à la découverte en 1995 de la première exoplanète, il existe aujourd’hui de nombreuses autres techniques qui commencent à apporter leurs moissons, voir graphique joint, le faible nombre de découvertes n’étant imputable qu’à leur jeunesse.



Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Planete



Vous pouvez potasser les techniques ici
http://astro.u-strasbg.fr/goutelas/g2005/chap12-vidalmadjar2.pdf

et là :

http://exoplanet.eu/



Par ailleurs sur ce blog qui suit l’actualité comme son ombre vous trouverez les derniers commentaires sur les potentielles planètes autour de alpha du centaure…

http://oklo.org/category/exoplanet-detection/



Et si tout cela n’est pas suffisant, vous pouvez toujours participer à cette conférence qui se tiendra à la fin du mois d’août 2011 :

http://spie.org/app/program/index.cfm?fuseaction=conferencedetail&conference_id=947534&event_id=894266&list=1



que les programmes d'observations stellaires Corot et Kepler (2 téléscopes spécialisés dans l'observation d'oscillations d'étoiles sur leur centre de gravité pour détecter les exoplanètes qui les provoquent)(/b] se sont toujours limités a ne fouiller des champs et amas d'étoiles avec des majorités d'étoiles de "faibles" masses dites "naines" allant jusqu'a environ 2 a 3 x la masse du soleil maximum (et peut être d'ailleurs pas autant, si ça se trouve pas + de 2 masses solaires)




Ici mauvaise pioche car pour ces deux satellites il s’agit essentiellement de mesures photométriques…rien à voir donc avec les méthodes liées aux variations de vitesse radiale.



Pour COROT:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Corot_(t%C3%A9lescope_spatial)



Corot utilise une des méthodes de recherche des planètes extra solaires, le transit primaire [1]. Le transit primaire est l'occultation d'une partie de la lumière d'une étoile lorsqu'un objet céleste, tel une planète, passe entre l'étoile et l'observateur.




Quant à Kepler :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Kepler_(t%C3%A9lescope_spatial)

Il observera la luminosité d'environ 100 000 étoiles situées dans la constellation du Cygne et de la Lyre pendant trois ans[6]. Une des causes possibles des variations d'intensité est la présence de planète autour des étoiles.




Jérome38 :

Du coup, ça limite de champ de recherche : et contraint de chercher, vers des étoiles qui de par leur spectres et leur masses connues ont une vie aussi calme que possible, similaire au soleil, dans l'hypothèse qu'il faut que l'étoile, laisse une chance de développement tant de la vie, que d'une civilisation en surface de la planète

Une étoile "naine" qui apporte une stabilité pourtant encore + longue qu'une étoile de type naine jaune comme le soleil, (je veux parler des naines rouges) est pourtant aussi une étoile qui a peu de chance de permettre a une civilisation d'apparaitre comme les massives, a cause de l'activité stellaire contenue trop longtemps elles ont des cycles comme le soleil qui lui a un cycle sur 12 ans éruptif, mais autour des naines rouges a cause de leur champ magnétique + intense que l'activité classique de l'étoile : les cycles y sont beaucoup + longs ...




Encore tout faut. Les récentes publications mettent plutôt en exergue la recherche de planètes autour des étoiles de type M qui présentent l’avantage d’offrir une stabilité qui se chiffre en milliard d’années et qui [b]sont les plus nombreuses de la galaxie
. J’avais cité dans un post précédent le programme de recherche de ces M-Earth, je vous donnerai le lien d’une publication récente concernant ces étoiles. Ce qui est amusant et afin de titiller votre confondante et dogmatique conformité, il se trouve que ces étoiles sont sujettes de temps à autre à quelques bouffées énergétiques induisant certainement une magnétosphère et des ceintures de Van Allen très développées pour les planètes orbitant dans leur périmètre. Aurores polaires et sensibilité aux phénomènes électromagnétiques développées pour les intelligences vivant sous ces cieux… C’est marrant parce que c’est exactement ce que l’on trouve dans les lettres ummites…Pour une humanité myope, ne serait-il pas grand temps de développer une certaine nyctalopie !
amilaug
amilaug
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 42
Nombre de messages : 259
Inscription : 06/03/2011
Localisation : Montfermeil
Emploi : infirmier
Passions : sport,astronomie,ovnis
Règlement : Règlement
Points de Participation : 3660

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Mar 26 Avr 2011, 17:07
Information du jour: le programme SETI va etre suspendu dans sa forme actuelle, faute de financement, c'est un coup dur dur dans la recherche de signes extra-terrestre.

_______________________________________
Les découvertes et les innovations sont toujours portées par une minorité!
Julien.B
Julien.B
Administrateur
Administrateur
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 39
Nombre de messages : 4643
Inscription : 16/08/2010
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Diverses
Règlement : Règlement
Points de Participation : 10265
https://www.forum-ovni-ufologie.com

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Mar 26 Avr 2011, 17:42
Amilaug, source svp !

_______________________________________
Avant de participer, merci de bien vouloir prendre connaissance du règlement du forum :
https://www.forum-ovni-ufologie.com/t2585-le-reglement-du-forum-a-lire-obligatoirement-avant-de-participer-au-forum

Pour les débutants, voici la marche à suivre pour poster une image sur le forum
Robert04
Robert04
Equipe du forum
Equipe du forum
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 60
Nombre de messages : 1960
Inscription : 16/02/2011
Localisation : PACA
Emploi : +++++
Passions : +++++
Règlement : Règlement
Points de Participation : 6288

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Mar 26 Avr 2011, 18:31
Bonsoir clanki

Tu peut lire l'info ici:


http://www.cieletespace.fr/node/7155

_______________________________________
Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité.

Albert Einstein
Mathématicien, Physicien, Scientifique (1879 - 1955)
avatar
martin
Equipe du forum
Equipe du forum
Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ? - Page 2 Empty

Masculin Age : 67
Nombre de messages : 2215
Inscription : 30/07/2008
Localisation : aigrefeuille
Emploi : educateur sportif retraité
Passions : sport
Règlement : Règlement
Points de Participation : 7827

Ovnis Re: Un ciel désespérément vide – Faut il (déjà) tirer un bilan de SETI ?

le Mar 26 Avr 2011, 19:08
Salut a tous,

Le programme SETI en arrêt,faute de financement ! a moins que les infos recherchées sur un hypotétique message extraterrestre n'ai trouvé une réponse !!!! dans ma négation ou l'affirmation.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum