Marque-page social
Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre | Les mystères des Ovnis sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
Métamatériaux, artefacts et récolte d'échantillons présumés exotiquesAujourd'hui à 18:25LorelineLes scientifiques et les Ovnis, frustration ou mépris?Aujourd'hui à 17:12Polyèdre57presentationAujourd'hui à 00:21anakin23Le nouveau Directeur du GEIPANHier à 21:06anakin23RAPPORT MILITAIRE DE 1954 : L'OVNI QUI ACCREDITE UNE RR3 ?Hier à 21:02anakin23Sondage : Quel est le cas le plus intrigantHier à 20:50HocineLe Crash Ovni de Roswell qu'en pensez-vous?Hier à 17:34snotgobblerLa France a-t-elle récupéré un ou plusieurs OVNI?Hier à 15:33Polyèdre57(2006) Extraterrestres l'enquête par Stephane AllixHier à 15:07Polyèdre57Bonjour de BretagneHier à 12:09LorelineOvni en dordogneHier à 11:53Polyèdre572019: le 18/09 à 7H10 - Ovni en Forme de triangle - METZ -Moselle (dép.57)Hier à 09:57Polyèdre57Les différents types d'avions dans le mondeHier à 03:44Thierry-B Jacques VALLEE conférence, interview, échantillonsJeu 17 Oct 2019, 23:02Polyèdre57Moi et les ovnisJeu 17 Oct 2019, 22:46shubaka42Si les extraterrestres existent, pourquoi aucun contact?Jeu 17 Oct 2019, 18:24Polyèdre57(2018) "Les Apparitions Mondiales d'Humanoïdes" d'Eric ZURCHERJeu 17 Oct 2019, 15:11Polyèdre57 "Rendez-vous" d'ODHTv!Jeu 17 Oct 2019, 11:26Polyèdre57Spéculations autour de la Zone 51 ou "Dreamland"Mar 15 Oct 2019, 19:20Polyèdre57Les projets et systèmes de détection d'ovnisMar 15 Oct 2019, 16:04Polyèdre57Alexeï LeinovMar 15 Oct 2019, 15:51Polyèdre57Interview audio frank Marie, thierry GarnierMar 15 Oct 2019, 10:53Polyèdre57La base de Malmström refait parler d'elle Mar 15 Oct 2019, 09:51Hector01Un lac sur le satellite de SaturneMar 15 Oct 2019, 09:19Loreline2019: le 08/09 à 10h05 - Engin blanc aplati avec sorte d'aileron - Tenerife -Mar 15 Oct 2019, 03:25TikoQuand le Pentagone étudie les ovnis dans le plus grand secret. Un article du New York TimesLun 14 Oct 2019, 23:20Polyèdre57Peut on parler de théorie du complot à propos de l'idée d'un secret OVNI ?Lun 14 Oct 2019, 18:45martinLa Nasa filme un trou noir avalant une étoile.Lun 14 Oct 2019, 14:57XPDavyA la rencontre des extraterrestres. 6 Août à la Cité de l'Espace à Toulouse.Dim 13 Oct 2019, 22:43Polyèdre57Hypothétique technologie d’ovni...Dim 13 Oct 2019, 20:13Hocine
Annonce
Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Pierre.B
Pierre.B
Administrateur
Administrateur
Francis Rocard nous explique Maven, explorateur de l'atmosphère de Mars Empty

Masculin Age : 37
Nombre de messages : 4347
Inscription : 30/08/2008
Localisation : Vendée,France
Emploi : Electrotechnicien R&D
Passions : lecture, musique, sciences et technologie,espace,photo
Règlement : Règlement
Points de Participation : 9967

Ovnis Francis Rocard nous explique Maven, explorateur de l'atmosphère de Mars

le Mer 17 Nov 2010, 22:26
Francis Rocard nous explique Maven, explorateur de l'atmosphère de Mars

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences

Dans un entretien accordé à Futura-Sciences, Francis Rocard, spécialiste de Mars et responsable des programmes d’exploration du Système solaire au Cnes, revient sur les grands objectifs de la mission Maven et le rôle du Cnes.

Les découvertes importantes de ces dernières années, auxquelles la France a largement contribué, ont renforcé l’intérêt de remonter plus loin dans le passé de Mars que ne le permettent aujourd’hui les missions en activité autour et sur la Planète rouge. En effet, en localisant des sites où affleurent les roches les plus intéressantes pour l’exobiologie, les scientifiques poussent les agences spatiales à planifier des missions susceptibles de s’y poser pour y découvrir des traces de matières organiques, voire de la vie.

Les réponses à cette question passionnante ne sont pas seulement au sol. Un des aspects souvent méconnus de l’exobiologie martienne concerne son atmosphère. Comme le souligne le professeur Jean-Pierre Bibring de l’Institut d’Astrophysique spatiale (CNRS d’Orsay), « Les conditions d’habitabilité d’une planète ne se résument pas seulement à sa distance à son étoile ». La température sur Terre est due moins à sa distance au Soleil qu'à la composition de son atmosphère. « La Terre pourrait se situer dix fois plus loin du Soleil qu’elle ne l’est aujourd’hui, pour peu que son atmosphère ait les bons gaz à effet de serre, la vie pourrait perdurer ».

La formation de la vie dépend de l'atmosphère

Ce qui est vrai pour la Terre l’est tout autant pour Mars. L’étude de son atmosphère pourrait nous en apprendre beaucoup sur les conditions d’habitabilité qui ont prévalu pendant la première centaine de millions d’années de sa formation. Sur cette question, les scientifiques sont peut-être à l’aube d’avancées considérables. C’est du moins le pari fait par la Nasa, qui vient de donner son feu vert au développement de la mission Maven (Mars Atmosphere and Volatile EvolutioN Mission). Il s’agit d’une sonde qui sera lancée en 2013, spécifiquement conçue pour étudier l’atmosphère martienne et ses interactions avec le vent solaire à travers quatre grands objectifs :

établir l'échappement atmosphérique et son rôle sur l'atmosphère de Mars au cours du temps ;
déterminer l'état actuel de la haute atmosphère, l’ionosphère, et son interaction avec le vent solaire ;
évaluer les taux actuels d'échappement des atomes et molécules neutres et des espèces ionisées ainsi que les mécanismes qui les contrôlent ;
identifier les rapports isotopiques des composés stables de l'atmosphère martienne.
Francis Rocard nous explique Maven, explorateur de l'atmosphère de Mars RTEmagicP_cyledeleau_esa_medialab_txdam17338_3b24b7
Mars a-t-elle connu un cycle de l'eau similaire à la Terre ? C'est une des questions auxquelles devra répondre Maven. © Esa/Medialab

Il s’agit d’un projet ambitieux auquel participe le Cnes, qui finance au Centre d’études spatiales des rayonnements (CESR – CNRS) la fourniture d’un spectromètre d’électrons SWEA (Solar Wind Electron Analyser). Cet instrument, qui est une contribution à un instrument américain plus complet constitué de différents spectromètres, va s’intéresser à l’environnement ionisé de la planète.

Pour le comprendre, « on a besoin de connaître cet environnement en terme d’électrons et d’ions, à la fois sur un plan qualitatif et quantitatif » explique Francis Rocard, responsable des programmes d’exploration du Système solaire au Cnes, à qui nous avons demandé de nous éclairer sur les attentes des scientifiques.

Pourquoi l'eau à l'état liquide de Mars a disparu ?

Aujourd’hui, l’atmosphère de Mars est ténue et la pression au sol si faible « qu’elle rend l’eau à l’état liquide instable, ce qui explique pourquoi elle existe seulement à l’état gazeux et sous forme de glace ». On suppose que très peu de temps après sa formation, Mars était entourée d’une atmosphère dense, épaisse et humide avec un cycle de l’eau complet et donc « une présence de l’eau à l’état liquide en surface, comme le suggère fortement la découverte récente d’argiles ». Cette disparition de l’état liquide de l’eau s’expliquerait par la perte de l'atmosphère. L’effet de serre s’est alors beaucoup atténué, la pression et la température ont baissé, ce qui a eu pour effet de perturber le cycle de l’eau. Concrètement, tous les processus liés à l’eau liquide ont disparu et Mars est devenue une sorte de désert glacé, morne et désolé.

Pour avancer sur l’histoire primitive de Mars, les chercheurs veulent comprendre pourquoi et comment cette atmosphère s’est progressivement amoindrie. Pour y parvenir, Maven « va mesurer quantitativement le taux de perte des composés atmosphériques qui en quelque sorte « s’échappent » dans le milieu interplanétaire ». « Ces mesures seront ensuite intégrées dans un modèle afin de pouvoir extrapoler aux taux d'échappement tout au long de l’histoire de la planète et de comprendre le ou les mécanismes prépondérants qui ont été à l’œuvre depuis la formation de Mars ». Ces processus, ou mécanismes d'échappements, « sont très complexes et s’imbriquent les uns aux autres ». On en dénombre 4 ou 5 qui peuvent aboutir à une perte de l’atmosphère. Mais le paramètre clé est certainement l’absence de champ magnétique protecteur (*, voir les notes en bas de page) qui explique cette perte de matière de l’atmosphère. Aujourd’hui, Mars n’a pas de champ magnétique dipolaire interne, de sorte que son atmosphère « se trouve en contact direct avec le vent solaire. Celui-ci entre en contact avec la haute atmosphère de Mars à des vitesses importantes (de 400 à plus 1.000 km/s en fonction de l’activité du Soleil) ». Le rôle du vent solaire est fondamental, car il produit « un certain nombre d’interactions qui vont aboutir à ce phénomène de perte de composés atmosphériques ». Des ions atomiques et moléculaires, des atomes neutres et des électrons vont ainsi s’échapper dans des proportions que l’on ne connaît pas aujourd’hui. « On s’attend à ce que Maven détermine quelle est la masse d’atmosphère qui s’échappe par seconde dans l’espace et la nature des matériaux qui s’y perdent ».

Tout comme il est difficile de disserter sur le passé de l’atmosphère martienne, son futur est également imprévisible, il est bien difficile « de dire aujourd’hui si cela va aboutir à la perte totale de l’atmosphère. Mais Maven devrait nous donner la réponse ».

La question de la vie en filigrane


Bien que la mission Maven ne dispose pas d’une instrumentation permettant de détecter des traces de vie avérée ou même des vestiges, une meilleure connaissance de l’histoire de l’évolution de l’atmosphère et notamment de son environnement primitif peut nous éclairer sur l’habitabilité de cette planète. Ce que l’on peut dire aujourd’hui, c’est « que de nombreux indices laissent penser que la vie sur Mars a pu trouver des conditions favorables pour se développer ». L’étude des roches sédimentaires montre « que de l’eau à l’état liquide a vraisemblablement coulé jusqu’à 700 millions d’années après la formation de la planète (**) ». Les résultats de la mission Maven concernant l’atmosphère pourraient donc renforcer la crédibilité de ces hypothèses, incitant les scientifiques à multiplier les missions ultérieures pour réaliser des analyses au sol.

Notes

* : L’histoire de l’atmosphère martienne ne peut pas être dissociée de celle du champ magnétique de la planète. Aujourd’hui, des indices solides montrent que Mars possédait un « champ magnétique dipolaire interne relativement intense qui créait une magnétosphère qui la protégeait des rayonnements solaires et autres radiations spatiales ». En raison de sa petite taille, le cœur de Mars s’est refroidi rapidement et a fini par se figer de sorte que l’effet dynamo, induit par des mouvements de convection de la matière au voisinage du noyau, s’est arrêté. La convection s'arrêtant, le champ magnétique interne s’est éteint. Il ne subsiste plus aujourd’hui que des reliques de ce champ interne sous la forme de régions magnétisées en surface.

** : On sait que sur Terre la vie serait apparue vers 500 millions d’années. Et certains scientifiques supposent même qu’elle a pu apparaître à plusieurs reprises durant cette période tourmentée, de sorte qu’une centaine de millions d’années pourrait s’avérer suffisante pour que la vie apparaisse si les conditions environnementales sont remplies.

Francis Rocard nous explique Maven, explorateur de l'atmosphère de Mars Maven_PerteAtmosphereMars_nasa
La mission Maven doit aider à étudier les interactions entre le vent solaire et l'atmosphère martienne. Ce vent qui souffle en continu à travers tous le Système solaire est une des principales causes à la perte de matière de l'atmosphère. © Nasa

Source : Futura-sciences -->http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/francis-rocard-nous-explique-maven-explorateur-de-latmosphere-de-mars_26049/

_______________________________________
"L’océan et l’espace, deux dimensions encore largement inconnues, sont à la fois nos origines et notre futur»
Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l’ESA
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum