Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous... Merci !!

Partagez | .
 

 (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur
avatar



Féminin Age : 41
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

MessageSujet: (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort   Sam 20 Fév 2010, 15:43

(1919) "Le livre des damnés" Charles Fort



"Une procession de damnés. Par les damnés j'entends bien les exclus.
Nous tiendrons une procession de toutes les données que la Science a jugé bon d'exclure."

Résumé:
Cailloux, poissons et grenouilles qui tombent du ciel.
Pluies de sang. Outils de pierre lilliputiens et empreintes de géants. Marques de ventouse sur les montagnes de tous les continents. Processions de corps célestes et éclipses mystérieuses. Quarante mille notes récupérées dans les catacombes de la Science ont abouti à une enquête troublante parmi les faits étranges, derrière le miroir des apparences. Jamais plus vous ne regarderez le ciel et la terre de la même manière.
http://www.decitre.fr/livres/Le-livre-des-damnes.aspx/9782922976090

Charles Hoy Fort dit Charles Fort (né à Albany, USA, le 9 août 1874 et mort à New York le 3 mai 1932)est un écrivain inclassable, visionnaire peut-être et un mythe sûrement. Il est le père fondateur du mouvement fortéen (le néologisme fortéen a été forgé sur base du nom de Charles H. Fort) et le précurseur sans doute du réalisme fantastique. Assez méconnu dans les milieux intelectuels francophone, il jouit, le monde anglo-saxon 'une très grand réputaion. Le magazine Fortean Times est la publication la plus importante de ce mouvement. Les lecteur français pourront, quant à eux, découvrir LA GAZETTE FORTÉENNE.

Son œuvre s'est attachée à recenser et documenter des phénomènes non expliqués ou extraordinaires (pluies de grenouilles, apparitions de crocodiles sur les côtes anglaises, chute lente de météorites ultra-légères, vestiges archéologiques liliputiens, observations d'engins volants non-identifiés, etc.) et à proposer des hypothèses quelquefois singulières. Dans l'introduction du Livre des damnés, Charles Fort se décrit comme un "intermédiariste". "Nous vivons une quasi-existence" écrit-il, dans "un état intermédiaire entre le réel et l'irréel.")

Toutefois, Charles Fort est le premier chercheur « sérieux » sur les phénomènes paranormaux, les ovnis, et toutes sortes de sujets inexpliqués. Mais il se singularise de ses descendants, par son ton mordant, humoristique, provocant et, paradoxalement sceptique. Pour lui, on ne peut rien prouver, on observe seulement, on constate. Robert Benayoum a assez bien défini sa méthode : « la connaissance par l'absurde ». "Peut-être, suis-je le pionnier d'une littérature à venir dont les traîtres et les héros seront des raz-de-marée et des étoiles, des scarabées et des tremblements de terre." C.H. Fort (traduction de Robert Benayoun, 1955)

http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites/index.php/2007/07/24/57002-charles-fort-le-livre-des-damnes

_______________________________________
brunehaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur
avatar



Féminin Age : 41
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort   Sam 20 Fév 2010, 16:10

"Les pouvoirs inconnus de l'homme"
Les apparitions


Chapitre V
"Des roues sur la mer" par Charles H. Fort


Un cas typique de « roue marine »
« Votre excellente revue Knowledge se spécialisant dans les phénomènes météorologiques, je suis tenté de vous demander l'explication du suivant, dont j'ai été témoin à bord du steamer Patna, de la Compagnie des Indes britanniques, lors d'un voyage dans le golfe Persique. En mai 1880, par une nuit très sombre, vers 11 h 30, apparurent soudain dans le ciel de part et d'autre du navire, deux énormes roues lumineuses pivotant sur elles-mêmes, et dont les rayons semblèrent frôler le navire au passage. Ces rayons mesuraient de deux cents à trois cents mètres de long et ressemblaient aux verges des maîtresses d'école. Et bien que chaque roue dût avoir cinq cents ou six cents mètres de diamètre, on apercevait toujours distinctement les seize rayons qu'elle comportait. Sans autre lumière visible dans l'air au-dessus de l'eau, cette lueur phospho¬rescente sembla glisser à plat sur la surface de l'océan. L'apparence de ces rayons peut être presque exactement imitée en agitant, d'une barque, une lanterne horizontalement au-dessus de l'eau, et en lui faisant décrire (les cercles concentriques. Les roues ont escorté le navire vingt minutes durant. Ont assisté, à part moi, au-dit phénomène : le capitaine Avern, du Patna, et M. Manning, troisième officier.

Lee Fore Brace.

Globes lumineux en mer

J'emprunterai ma première donnée à une publication puritaine, Science qui ne nous a fourni que peu de matériel : les puritains se dévergondent rarement. D'après un rapport adressé au Bureau hydrographique de Washington (branche californienne), à minuit, le 24 février 1885, par 37° lat. N. et 170° long. E., quelque part entre Yokohama et Victoria, le capitaine de l'Innerwich fut réveillé par son second, qui avait vu dans le ciel une chose anormale. Le temps de se réveiller (cela peut être long), le capitaine gagna le pont du navire et vit le ciel en feu. « Soudain une large masse enflammée apparut au-dessus du navire, aveuglant complètement les spectateurs », et tomba dans la mer. Sa taille peut être évaluée, d'après le volume d'eau qu'elle souleva, et qui se rua sur le navire avec un bruit assourdissant, le submergeant «sous une écume blanche et rugissante ». Le capitaine, un vieux marin plein d'expérience, déclare que l'horreur du spectacle défiait toute description. On dit que cette « grosse boule de feu » s'éleva près du cap Race à cent cinquante mètres de hauteur. Certains l'identifièrent à un « éclair en boule » 2, mais Flammarion la décrivit comme de taille énorme. Le capitaine Moore, du vapeur anglais Siberian, déclare que l'objet se déplaça « contre le vent » avant de disparaître et qu'il avait déjà, au même endroit, vu de telles apparitions.

Le 18 juin 1845, à bord du brigantin Victoria, à mille trois cents kilomètres d'Adalie, en Asie Mineure, par 36° 40' 56" de lat. N. sur 13° 44' 36" de long. E., on vit trois corps lumineux sortir de l'océan à quarante mètres du navire et rester visibles dix minutes durant. Le Pr Baden-Powell a publié une lettre d'un correspondant du mont Liban qui décrit le même prodige mais ne cite que deux corps lumineux cinq fois plus gros que la Lune, et dotés d'appendices « en forme de voiles » ressemblant «à de grands drapeaux gonflés par la brise ». La notion importante en ce cas précis est celle de durée. Un météore dure quelques secondes, rarement plus de quinze, bien que certains aient atteint une demi-minute. Les objets du mont Liban furent visibles une heure. Les appendices ne ressemblaient pas à des traînes de météores, car « leur lueur semblait provenir des corps eux-mêmes ». A Adalie, Asie Mineure, à mille trois cents kilomètres du Victoria et au même moment, le révérend F. Hawlett, cité par le Pr Baden-Powell, assista au spectacle dont il évalua la durée à une demi-heure. Le phénomène fut également signalé de Syrie et de Malte, sous la forme de deux corps « étroitement liés » 5.

A Cherbourg, en France, le 12 janvier 1836, un corps lumineux représentant les deux tiers de la Lune sembla pivoter comme sur un axe : il portait en son centre une cavité sombre. Le 20 décembre 1893, un corps lumineux traversa la Virginie, la Caroline du Nord et la Caroline du Sud, d'ouest en est; à 15° au-dessus de l'horizon, il resta immobile un quart d'heure durant. Il ressemblait, dit-on, à une énorme roue blanche, et pour écarter toute possibilité d'une illusion d'optique, on rappelle que le bruit de son passage dans l'air fut très remarqué. Au bout de vingt minutes, il disparut ou explosa dans le plus grand silence. De vastes constructions en forme de roue seraient adaptées tout spécialement à traverser un milieu gélatineux d'une planète à l'autre. Parfois elles pénètrent par erreur de calcul dans l'atmosphère terrestre, et sous menace d'explosion, doivent plonger au fond des eaux, y demeurent un temps, puis émergent à proximité des navires. Leur route habituelle semble se situer aux latitudes proches du golfe Persique.

Le 4 avril 1901, à 8 heures 30 du matin, dans le golfe Persique, le capitaine Hoseason, du vapeur Kilwa, voguait en pleine mer. « L'eau n'était pas phosphorescente », retenez bien ceci. Soudain de vastes « ondulations » lumineuses apparurent à la surface des eaux. Elles n'émettaient qu'une faible lumière et s'éteignirent au bout d'un quart d'heure environ, après avoir évolué à dix kilomètres à l'heure. On incrimina cette fois l'éternelle sauvegarde de la Vieille Dominante : des bancs de méduses.
Le 5 juin 1880, au large de la côte de Malabar, le commandant Harris, du vapeur Shahjehan, vit, à dix heures du soir, sur une mer calme et par un ciel sans nuage, un objet si étrange qu'il fit arrêter son navire. Il décrit des vagues entre-espacées de lumière brillante, et une substance non identifiable flottant sur les eaux : elle n'illuminait rien, mais semblait éclairée, avec le restant de la mer, par de gigantesques rayons lumineux. « Onde sur onde se succédaient, en l'un des spectacles les plus grandio¬ses et les plus solennels qui se puisse imaginer. »
L’extrait d'une lettre de M. Douglas Carnegie, de Blackheath, Angle terre : « Au cours de ce voyage, j'ai assisté à l'une des plus extravagantes manifestations électriques que j'ai jamais vues. » Dans le golfe d'Oman, il aperçut une nappe phosphorescente apparemment calme. Mais à vingt mètres de l'endroit décrit, « des rayons de lumière aveuglante vinrent frapper l'avant du navire à une vitesse prodigieuse qu'on peut estimer de cent à deux cents kilomètres à l'heure ». Les ondes avaient trois mètres d'écartement. « Je recueillis un seau d'eau et l'examinai au microscope, sans rien détecter d'anormal. Les rayons semblaient prove nir des profondeurs marines. Ils nous frappèrent d'abord par le travers, et je remarquai qu'un navire voisin ne brisait pas leur trajectoire : on aurait dit qu'ils le traversaient d'outre en outre 3. » Le golfe d'Oman est à l'entrée du golfe Persique.
Mr. S.-C. Patterson, second du vapeur Delta, raconte que, le 14 mars 1907, dans le détroit de Malacca, il vit pendant une demi-heure « des rayons qui semblaient pivoter sur un centre, comme les rayons d'une roue : ils semblaient mesurer trois cents mètres de long ». Le capitaine Evans, hydrographe de la marine anglaise, signale que le commandant Pringle, du navire Vulture, a remarqué par 26° 26' de lat. N. sur 53° 11' de long. E., dans le golfe Persique, le 15 mai 1879, des ondes lumineuses ou des pulsations aquatiques se déplaçant à grande vitesse. Précision appréciable, il souligne que les ondes lumineuses passèrent sous le Vul¬ture. « En regardant vers l'est, on aurait dit une roue pivotant sur son axe, et dont les rayons s'illuminaient, pendant que, vers l'ouest, une roue identique avançait dans le sens opposé. Les ondes de lumière s'éten¬daient de la surface aux profondeurs marines. » Le commandant Pringle pense que les rayons venaient d'une seule roue, et que le dédoublement était pure illusion. Il estime que les objets avaient quarante mètres de large, étaient espacés de cent cinquante mètres, et se déplacèrent à qua¬tre vingts kilomètres à l'heure pendant trente-cinq minutes, à 9 heures 40 du soir. Après leur passage, le bateau traversa de larges nappes d'une substance flottante qui ressemblait à « des bancs de frai huileux » . A la page 48 de la même publication, E.-L. Moss dit qu'en avril 1875 il a vu sur le Bulldog, à quelques kilomètres au nord de Vera Cruz, une série semblable de lignes lumineuses. S'il parle de Vera Cruz, au Mexi¬que, c'est là notre seul cas situé dans les eaux de la côte orientale.

Une odeur de soufre

L'Annuel Météorologique rapporte un « singulier phénomène » aperçu par le capitaine Gabe, du vapeur danois Bintang. A 3 heures du matin, le 10 juin 1909, en plein détroit de Malacca, le capitaine vit une roue lumineuse pivoter au ras de l'océan. Le centre étant proche de l'horizon, on n'en pouvait apercevoir que la moitié, qui demeura visible quinze minutes. Les mouvements de cette roue n'étaient pas synchrones de ceux du navire 2. L'Institut danois cite un autre cas : le capitaine Breyer, du vaisseau hollandais Valentijn, vit, à minuit, le 12 août 1910, dans le sud (le la mer de Chine, une rotation d'éclairs. « On eût dit une roue horizon Iule, tournant rapidement au-dessus de l'eau », et produisant sur l'équipage « un profond sentiment de malaise. »
Je recommande aux sceptiques de méditer sur la localisation (à une Meule exception près) à l'océan Indien et ses eaux adjacentes, golfe Persi que d'un côté, mer de Chine de l'autre. Bien qu'Intermédiariste, je trouve irrésistible l'attrait d'une tentative d'approche positiviste du Complet.
Enfin, à la réunion de l'Association britannique, en 1848, sir W.S. Harris lut le compte rendu d'un navire vers lequel « avaient tourbil- tonné deux roues de feu, que l'équipage compara à des meules de flam mes » . Dès qu'elles s'approchèrent, un affreux craquement retentit : les mâts de hune furent pulvérisés. On dit qu'il y eut une forte odeur de souffre.

Charles H. Fort


1.L'Astronomie, 1887, 76.
2.Nature, 37-187.
3.La Foudre et le Tonnerre, p. 68.
4.Meteorological Journal, 6-443.
5.Rept. of the Brit. Ass., 1860, 82.
6.Rept. of the Brit. Ass., 1860.77. Autres données de roues lumineuses : Nature,22-617 et 225, Monthly Weather Review, 1883, 264.
7.L'Astronomie, 1894, 157.



source: "les pouvoirs inconnus du l'homme- Les apparitions", chapitre V, Des roues sur la mer. Charles H. Ford.

_______________________________________
brunehaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Ratapinhata
Passionné
Passionné




Féminin Age : 106
Nombre de messages : 106
Inscription : 05/09/2011
Localisation : Nice
Emploi : Homeschooler mother
Passions : lecture, Histoire,
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort   Mar 23 Oct 2012, 18:45

Ah ah, j'ai déniché ce bouquin dans un marché en haute Savoie... Sa lecture a été l'occasion de découvrir qu'il avait été considérablement été pillé, par nos "gloires nationales"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Buckaroo_Banzai
Très bonne participation
Très bonne participation
avatar



Masculin Age : 42
Nombre de messages : 169
Inscription : 05/05/2013
Localisation : Nord
Emploi : Impression numérique
Passions : Anomalies
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort   Dim 12 Mai 2013, 16:05

Je suis vraiment d'accord sur le fait que Charles Hoy Fort est un précurseur dans l'étude des phénomènes étranges (en rapport avec les ovnis).
Il fait pour moi partie des auteurs les plus intéressants en recherches "paranormales". Aymé Michel, Jacques Vallée, Bergier et Pauwels, Guy Tarade...
Je recommande la lecture des 4 livres qu'il a commis : "le livre des damnés", "lo! le nouveau livre des damnés", "Nouvelles terres" et "Enquêtes insolites" si je ne me trompe pas.
Cet homme a de l'humour et de la jugeote, il en faut en ufologie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durrmeyer Christian
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur
avatar



Masculin Age : 59
Nombre de messages : 2041
Inscription : 04/10/2008
Localisation : meurthe et moselle(54) france
Emploi : invalide
Passions : lecture, ciné, aprentissage informatique
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort   Mer 15 Mai 2013, 18:08

Bonjour,ily a un autre "grand Ancien" méconnu,il s'agit du biologiste US d'origine écossaise,Ivan Sanderson,qui a écrit au moins un (peut-etre plus) bouquin sur les ovnis et particulièrement les USO (unidentify submerged objects),c-à-d les "lumières" vues sous la mer et les ovnis entrant ou sortant de l'eau.

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=ivan%20sanderson&source=web&cd=14&cad=rja&sqi=2&ved=0CIgBEBYwDQ&url=http%3A%2F%2Fwww.amazon.fr%2FInvisible-Residents-Reality-Underwater-UFOs%2Fdp%2F1931882207&ei=N7GTUdbdD_Oc0wWBpoDABA&usg=AFQjCNGdORp3DoOUNxDtp7b2bgNxRbHyww

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=ivan%20sanderson&source=web&cd=1&cad=rja&ved=0CDQQFjAA&url=http%3A%2F%2Ffr.wikipedia.org%2Fwiki%2FIvan_T._Sanderson&ei=KbOTUafBD5OY1AWssoCYCA&usg=AFQjCNEyUJTnrzAKhzmJFMSoxQfcr4dniw&bvm=bv.46471029,d.d2k
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Buckaroo_Banzai
Très bonne participation
Très bonne participation
avatar



Masculin Age : 42
Nombre de messages : 169
Inscription : 05/05/2013
Localisation : Nord
Emploi : Impression numérique
Passions : Anomalies
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort   Mer 15 Mai 2013, 19:47

Bonsoir,
je me suis trompé, c'était "Talents insolites" de Charles Fort, le titre exact.
Par contre je m'intéresserais à ce Ivan Sanderson, que je ne connais pas.
Merci pour le tuyau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quentin62
Equipe du forum
Equipe du forum
avatar



Masculin Age : 29
Nombre de messages : 1148
Inscription : 15/12/2009
Localisation : Calais
Emploi : ------
Passions : Dessin, Ufologie, Art
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort   Jeu 16 Mai 2013, 13:32

Très intéressant ! Tout ces livres me donne envie :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Buckaroo_Banzai
Très bonne participation
Très bonne participation
avatar



Masculin Age : 42
Nombre de messages : 169
Inscription : 05/05/2013
Localisation : Nord
Emploi : Impression numérique
Passions : Anomalies
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort   Jeu 16 Mai 2013, 17:50

Personnellement j'aime bien sa façon d'aborder les choses.
Je ne trouve pas que ça soit de la "démonstration par l'absurde", surtout si on lit bien ses livres. C'est plus une phase d'acceptation des phénomènes que de vouloir à tout prix expliquer scientifiquement ou religieusement les cas : science et croyance ferment les autres possibilités selon lui.
Enfin, on peut débattre longtemps là dessus, c'est tout l'intérêt de son travail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Buckaroo_Banzai
Très bonne participation
Très bonne participation
avatar



Masculin Age : 42
Nombre de messages : 169
Inscription : 05/05/2013
Localisation : Nord
Emploi : Impression numérique
Passions : Anomalies
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1919) "Le livre des damnés" Charles Fort   Jeu 16 Mai 2013, 18:59

Quelqu'un a-t 'il déjà lu "la gazette fortéenne" ?
J'aimerais avoir des avis sur la teneur des recherches faites par ceux qui la publient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(1919) "Le livre des damnés" Charles Fort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Archives sur le phénomène Ovni :: Les archives ufologiques importantes :: Bibliothèque ufologique: livres ovni-