Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil

Partagez | .
 

 Les observations d'Objets Aquatiques Non Identifiés (O.A.N.I.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 38
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Les observations d'Objets Aquatiques Non Identifiés (O.A.N.I.)   Jeu 11 Fév 2010, 14:25

Les Objets Aquatiques Non Identifiés (OANI)  


Cela ajoute une caractéristique technique de plus aux engins observés, ils ne se contentent pas de voler à des vitesses extraordinaires mais il peuvent aussi explorer les océans. Cela peut également suggérer que ces ovnis aient des bases sous marines ce qui expliquerait les observations fréquentes et les disparitions inexpliquées de navires.
 

 

En guise de préambule, il me paraît absolument indispensable de préciser: ( n.d.a ).

 

les O.A.N.I. signifient à la fois Objets Aériens Non Identifiés et Objets Aquatiques non Identifiés sont (a) des objets et (b) non identifiés. les dits objets se comportent d’après les témoins d’une manière ‘’intelligente’, c’est- à- dire comme le font des machines construites, téléguidées ou pilotées par des entités vivantes ou robotisées.

Ces objets manifestement solides entrent dans les mers et les océans et en émergent sans parler des lacs et des cours d’eau. ces objets qui sortent de l’eau et y plongent peuvent également sortir de notre atmosphère pour évoluer dans ce que nous appelons l’espace ou le cosmos.  Ceci posée, sans toutefois remonter au déluge, voici une série de rapports très significatifs concernant des observations d’O.A.N.I..


Voici une affaire emblématique Le crash de Shag Harbour (1967)



Cette émission permet d'illustrer le sujet malgré sa présentation "américaine" et quelques défauts:


 

Ainsi dans les Anales Russes, des siècles éloignés, l’on trouve un cas considéré comme le plus inattaquable des observations d’O.A.N.I.

 

Le 15 août 1663, entre 10 heures et midi (heure locale) on entendit un bruit fort et au nord, du ciel clair et ensoleillé surgit un grand objet flamboyant de 40 mètres de diamètres (la hauteur d’un grand immeuble de 12 étages).

 

Se dirigeant vers le sud, cette objet se mit à glisser au-dessus de la surface du Rob-Ozéro.

De la partie avant de l’objet sortaient deux jets de feu et de deux cotés de l’objet on voyait une fumée bleuâtre. Après avoir survolé une partie du lac, l’objet disparut dans des circonstances restées obscures.

Sa deuxième apparition se termina peu après par la diminution de la vivacité de sa luminescence et par sa disparition. Quelques temps après, très vite, à 500 mètres plus à l’ouest, le même objet incandescent apparut plus grand plus éblouissant, plus effrayant.

 

Ensuite l’objet s’obscurcit et disparut.

 

Le temps total de la présence de ce corps étrange au dessus du lac fut d’une heure et demie. Les dimension du lac ne sont pas grandes: deux kilomètres de longueur sur un kilomètres de largeur. Au moment de l’apparition de ce corps, des pécheurs se trouvant dans leurs barque voulurent s’approcher de lui. Mais il renoncèrent à ce projet, la chaleur à sa proximité étant insupportable. La lumière que le corps émettait était si forte qu’on voyait le fond à la profondeur de huit mètres et les poisons se sauvant de cette lumière.

 

Là ou le feu effleurait l’eau en se déplaçant, sur la surface apparut un film brun qui faisait penser à la rouille.

L’authenticité des archives d’ou provient ce document ne fait aucun doute (1).

 

Quant à la véracité des détails, il n’y pas de doute non plus, le rapport ayant été consigné par le scribe du monastère de Saint Cyrille, après la confirmation des faits par les prêtres se trouvant sur la place d’observation. Cette prudence était tout à fait normale, puisque le scribe répondait sur sa tête de ce qu’il envoyait aux supérieurs; l’église russe de l’époque ne plaisantant pas sur les phénomènes considérés comme des manifestations diaboliques.

 

Naturellement, tout cela a été compris par les témoins comme ’’un signe de Dieu’’

 

Voici un autre incident extraordinaire et beaucoup plus récent s’étant produit dans le Pacifique nord-est, au cours de l’été 1945.

 

Ce cas concerne un grand O.A.NI. émergeant de l’eau et observé par des membres d’équipage du transport U.S. Delarof, chargé de munitions et de matériels pour l’Alaska.

 

Le témoin, auteur du rapport, est Robert S. CRAWFORD qui servait à bord en qualité de radio militaire.

 

En voici l’essentiel:

 

Le bateau, retournant à Seattle (État de Washington) se trouvait au large de l’île Adak. Le soleil allait se coucher et CRAWFORD se tenait à bâbord, près de la cabine radio, quand il a entendu crier des hommes d’équipages. Il s’est retourné et a vu un grand objet rond qui venait de surgir de la mer. (Plusieurs homme d’équipages ont même vu l’O.A.N.I. apparaître sous la mer à un mille environ du Delarof) L’engin inconnu se découpant en silhouette sombre sur le soleil couchant, est monté presque à la verticale pendant quelques instant, puis il a courbé son vol pour venir à l’horizontal et s’est mis à décrire des cercles autour du bateau.

Tout les observateurs étaient convaincus que c’était un très grand objet. En le comparant à la largeurs d’un doigt tenu à bout de bras, CRAWFORD a estimé qu’il devait avoir de 45 à 75 mètres de diamètres.

En tournant autour du Delarof, l’objet volant était à portée facile de ses canons. Mais les canonniers n’ont pas tirés, tout en guettant tout signe d’hostilité. L’O.A.N.I. a fait deux ou trois fois le tour du bateau, volant régulièrement et sans aucun bruit.

 

Tout les témoins ont estimé qu’il était auto-propulsé, autrement le vent violent qui régnait aurait visiblement affecté ses mouvements. Au bout de plusieurs minutes, l’objet volant a disparu vers le sud ou le sud-ouest. Soudain l’équipage a vu trois éclat de lumières venant de l’endroit ou il avait disparu.


Le capitaine du Delarof a posté une bordée de quart supplémentaire quand le bateau est repassé plus tard par ce secteur, mais rien n’a été vu.

 

Soit dit en passant, ce témoignage et de nombreux autres similaires, apportent la preuve de l’origine extra-terrestre des O.A.N.I.

 

En effet à l’époque, aucun Pays de notre planète ne possédait (tout comme aujourd’hui d’ailleurs) d’appareils en service ou expérimentaux apte à exécuter des manœuvres aussi fulgurantes, tant dans l’élément aérien que sub-aquatique.

 

Sachez maintenant, qu’un nombre important de rapports ‘’O.A.N.I’’ les signalent dans des lacs naturels ou de retenue, des cours d’eau, y plongeant, en sortant, ou y demeurant.

 

Quant aux lacs naturels, voici un cas d’un intérêt exceptionnel. Il concerne les lacs TITICACA et HUAYPO, situés:

pour le premier à la frontières du PEROU et de la BOLIVIE,

pour le second au PEROU à 12 kilomètres au nord de CUZCO, la vieille capitale INCA.

 

En voici le condensé:

 

En novembre 1969, le chroniqueur Carlos COMENA, journal du soir ‘’ Ultima Hora’’ de Lima, est allé voir le commandant du port du lac TITICACA, le Senor Mario DELGADO.

 

Selon les déclarations de ce dernier ‘’ce n’est plus un secret qu’a Puno les O.V.N.I.S. passent à chaque moment en direction du lac et y disparaissent ‘’.

 

(PUNO est une ville portuaire situé sur la rive occidentale du lac, un des plus grand lac de montagne du monde).

Une entrevue avec deux officiers de marine de seconde classe, les Senores Genaro AGUILAR et Juan VALLE, lui a permis d’apprendre qu’en une autre occasion, divers objets volants non identifés arrivèrent lentement en formation triangulaire et disparurent dans le lac (lequel est à 3812 mètres d’altitude et a une surface de 8340 km²).

 

On a observé dans le lac HUYPAO des phénomènes semblables.

 

Ainsi, courant 1968, selon Monsieur Ruben TIZZIANI, correspondant de la revue argentine ‘’2001’’, les originaires du lieu certifient que tous les samedis soir, un étrange corps lumineux s’immerge dans les eaux du lac pour en ressortir les lundis matin (2).

 

Quant aux lacs de retenue, ils occupent une place relativement importante dans l’histoire des O.A.N.I. d’eau douce.

 

(2 )Référence: article de M Ruben TIZZIANI paru dans le n° 6 de la revue ‘’2001’’ en date du 20 décembre 1961 (page 34 à ) et ayant pour titre ‘’OVNIS sobre CUZCO: cotiadiano y real’’, soit en français ‘’OVNI sur CUZCO: quotidienne réalité’’.

 

A titre d’exemple, en octobre 1966, la presse locale de la grande banlieue de NEW-YORK (U.S.A.) fut submergée de rapports de ‘’soucoupe volantes’’ alias Flying Saucers, observées autour et au dessus d’un vaste lac de retenue, dans le nord-est du New Jersey, appelé lac WANAQUE, alimentant JERSEY CITY. L’affaire fut reprise par les agences de presse et s’enfla démesurément et dura prés de deux ans.

 

Quand les premiers O.A.N.I. furent signalés, des milliers sinon des dizaines de milliers de personnes envahirent la région toutes les nuits pour guetter (et souvent observer) les mystérieux objets illuminés.

Parmi les curieux, il y eut des journalistes en nombre, des scientifiques sceptiques au départ, des ufologues et également des militaires qui pour d’excellentes raisons furent les premiers sur les lieux (3).

Plus tard, en avril 1969, à la demande d’un ami haut gradé de l’US. Navy, s’occupant du dossier O.A.N.I.. AU SEIN DU PENTAGONE, le nommé Ivan T. SANDERSON et son adjoint se rendirent sur les lieux.

 

Lors d’une rencontre organisée par la police d’État du New Jersey avec le responsable chargée depuis 30 ans de certains aspects de la sécurité, au barrage et au réservoir, tout deux eurent confirmation du fait que de mystérieuse lumières et des objets solides illuminés étaient observés dans la région depuis plus d’un demi- siècle et apprirent de surcroît qu’en plusieurs occasions, ces incidents concernaient des O.A.N.I. plongeant, émergeant ou ayant été recherchés dans le lac de retenue par des plongeurs disposant d’un important mais discret matériel de l’US Army !

 

Voici enfin un cas très remarquable (de source civile) s’agissant d’un objet manifestement matériel plongeant dans un cours d’eau.

 

Le 31 octobre 1963, Rute de SOUZA (8 ans), fille d’Elidia de SOUZA qui habite près d’Iguape au BRÉSIL, entendit un étrange grondement, de plus en plus fort et, cherchant d’ou venait le bruit, elle vit avec terreur un objet argenté approchant de la riviére, près de sa maison. L’objet survola le toit, puis elle-même, heurta la cime d’un palmier et se mit à ’’se tortiller ’’ et à se débattre en l’air au-dessus de la rivière. Il tomba enfin dans la Peropava, près de la rive opposée.

 

Rute courut dans la maison pour avertir sa mère et la croisa qui sortait. Mrs de SOUZA avait également entendu le bruit et se précipitait dehors pour voir ce que c’était . Peu après, Paul de SOUZA ? Le père de Rute, arriva à son tour. Lui aussi, il avait entendu le grondement alors qu’il travaillait à une centaine de mètres de la maison. Tous trios regardèrent avec stupéfaction l’eau ’’ se soulever en bouillonnant ’’ à l’endroit ou le disque état tomber. L’eau continua de monter puis il y eut un jaillissement d’eau boueuse et enfin de boue.

Sur la berge opposée, des pêcheurs parmi lesquels le Japonais Tetsuo IOSHIGAWA , avaient été témoins de l’événement et ce fut par IOSHIGAWA que les enquêteurs et les reporters obtinrent une description suffisante qui leurs permit d’estimer la taille de l’objet à environ 7,60 mètres de diamètres. Tous décrivirent le disque comme une ’’cuvette’’ d’aluminium poli. L’objet semblait se trouver à 7 mètres d’altitude quand il heurta le palmier.

 

Jusqu’alors, il avait volé en ligne droite et après le choc, il entama des girations qui firent penser aux témoins qu’il avait des ennuis.

 

(3)WANAQUE est une zone extrêmement surveillée, car c’est une partie vitale de l’adduction d’eau de JERSEY-CITY et de son complexe d’industries et de services essentiels.

 

Au cours des semaines suivantes, divers plongeurs tentèrent une opération de récupération, Au début des plongeurs avec de simples masques s’y essayèrent, mais échouèrent, puis ce furent des plongeurs avec scaphandres autonomes et enfin un scaphandrier professionnel de profondeur, avec sa combinaison et son compresseur d’air, qui tenta de localiser le disque. Au dernières nouvelles, rien n’a été trouvé et tous les plongeurs se plaignent d ‘être gênés par la vase au fond de la rivière. La Peropava est profonde de 4 mètres à l’endroit ou le disque sombra et son fond de vase est composé d’environ 5 mètres de boue et d’argile.

 

Si le disque plongea dans l’eau, pus dans la vase, comme semble l’indiquer le bouillonnement suivi de jaillissement de boue, il a traversé la couche de vase jusqu’au rocher est en dessous.

Afin de mesurer pleinement la signification de l’incident tel qu’il s’est produit, comme tout le prouve, l’on doit prendre tous les facteurs en considération.

 

Bien que des détecteurs de mines aient été utilisés et que le génie civil du BRESIL ait tenté de retrouver et de récupérer le disque les rapports ne signalent pas le moindre succès, pas même l’emplacement du disque. De ce fait, l’on peut envisager la possibilité que le disque, après s’être heurté au fond, s’est éloigné grâce à un moyen de propulsion quelconque, de son pont de chute initial. De plus sa taille indique qu’il pouvait être habité et qu’alors des réparations ont pu être effectuées sous l’eau, et l’évasion de la rivière et de la vase réussie pendant la nuit dans un lieu plus isolé que celui ou il avait coulé (4).

 

A noter que certains des O.A.NI. qui plongent dans l’eau douce paraissent en détresse.

 

Dans ce cas, si vous étiez un pilote d’O.A.N.I. et aviez des ennuis mécaniques ou tout autres désagrément, la meilleure issue serait de vous planquer dans le lac; la rivière, ou le fleuve le pus proche, en attendant de l’aide ou de réparer en toute discrétion.

 

De toute ce qui précède, plusieurs remarques s’imposent.

 

La première :le personnel naval qui entre vraiment en contact avec le domaine sous-marin, ce sont les gars du radar et du sonar, tant dans les sous-marins qu’a la surface. Ils sont pratiquement les seuls à pénétrer en profondeur dans cet élément, et notez bien, c’est précisément d’eux qu’émanent les rapports les plus circonstanciés concernant les O.A.N.I.

 

Seconde remarque: 72% de notre planète est recouvert d’eau, si l’on tient compte de tout les lacs, cours d’eau ,etc... Ceci explique tout naturellement le pourcentage élevé d’observations d’O.A.N.I. dans ou au dessus de l’élément liquide.

 

Troisième remarque: De nombreuse expériences et édifications en milieu aquatique ont amplement prouvé que vivre sous l’eau est parfaitement possible. Même pour des entités respirant du gaz (de l’air) sans parler de celles qui respirent du liquide (eau).

 

Références: The A.P.R.O. Bulletin, janvier 1964 (page 1) organe de l’Aerial Phenomenon Research Organization, fondée en 1952.Fate, mai 1964 (page62-65).

 

En fonction de tout ce qui précède, il y a donc de sérieuses raisons de penser que toutes choses résidant sous la surface de notre hydrosphère ont été initialement développées ailleurs et sont venues s’installer ici ou viennent en visites depuis longtemps, régulièrement ou non.

 

Par ailleurs, de l’avis autorisé de spécialiste du renseignement naval, notamment ceux de l’O.N.I. (Office of Naval Intelligence de l’US Navy) (5) et de la branche marine du G.R.U. le Service du Renseignement Militaire Russe) (6), rien ne s’oppose, bien au contraire, à la présence d’êtres intelligents et industrieux vivant au fond de des mers et océans, notamment dans de vastes habitacles forés dans les flancs des grandes chaînes de montagnes sous-marines et peut être aussi dans les couches supérieurs de la lithosphère qui se trouvent au-dessous(7).

 

Pour conforter ce point de vue, sachez par exemples que des informations concordantes, extraites de livres de bord de sous-marins nucléaires d’attaque de l’U.S Navy, font mention de ‘’nids’’ O.A.N.I. repérés dans la fosse abyssale de PORTO RICO.

 

Noter, que cette fosse océanique qu'est l’atlantique occidental, atteint par endroit, plus de 9000 mètres de profondeur et s’allonge sur près de 1500 kilomètres, à la limite nord de l’île du même nom.

Plus près de nous, des marins pêcheurs corses du secteur de PORTO RICO, localité proche d’AJACCIO, m’ont discrètement informé qu’ils observèrent à diverses reprises et observent encore maintenant des engins volants inconnus émergeant des flots ou y plongeant, tels des habitués du coin.

 

A ce propos je tiens à rappeler que la Méditerranée est une mer intercontinentale profonde (moyenne 1500 mètres).

 

Par ailleurs, d’aucuns affirment que l’État Major de la Marine Nationale est au parfum de ces ’’incidents’’ à proximité de l’île de Beauté.

 

A noter que le nouveau patron (texte octobre 1994) de la Royale est l’Amiral Jean-Charles LEFEBRE (56 ans) qui depuis juin 1992 commandait la force d’action Navale (F.A.N.)et pourrait, pourquoi pas, apporter d’utiles précisions quand aux observations et détections d’O.A.N.I., non seulement concernant la Région Maritime Méditerranée, mais également, celles de l’Atlantique et de la Manche et Mer du Nord(8).

 

Reste encore à aborder la questions cruciale des origines ’’vraies’’ des possesseurs d’O.A.N.I., fréquentant notre planète et autres lieux.

 

Ceci est une autres histoire beaucoup plus complexe que celles de leurs agissements parmi les gens d’ici bas

 

(9).

5 - Le contre-amiral Michael W.CRAMER, directeur pour le renseignement de l’état major général de l’U.S Navy (j2) exerce depuis Septembre 94 les fonctions de directeur de l’O.N.I.

6 - Pour l’anecdote, le bâtiment de neuf étages qui abrite le cœur est le cerveau du G.R.U. est baptisé ‘’l’Aquarium’’ par les initiés.

7- La lithosphère est une zone formant l’une des enveloppes concentrique du globe terrestre caractérisée par sa rigidité, son épaisseur est de l’ordre de 50 kilomètres sous les océans et environ du double sous les continents.

8 - C.E.MA.M.-2 rue Royale– 75008 PARIS-Tél.42.92.10.00 et 44.58.70.OO.

9 - Agissement: façon d’agir plus ou moins blâmable pour arriver à un but  (Réf. dictionnaire Larousse).

 

 

Comité de recherche UFOLOGIQUE 

            
http://oani.ifrance.com/oani.htm

 

Ovni sous marin dans le sud du Vietnam
 
Joseph Foster écrit : "En 1970, mi avril, nous faisions ancrage a bord de notre bateau de gardes cotes américain . Le capitaine nous autorisa a nager a la fin de l'après midi et je tenais la garde avec un M-16 sur le pont d'envol pour veiller aux requins.


Les nageurs plongeaient du pont principal et nageaient jusqu'à un radeau. Huit d'entre nous ainsi que le capitaine étions en train de regarder les 20 nageurs quand notre attention a été attirée par une grand objet sous marin qui se déplaçait lentement directement sous le bateau.


L'objet ressemblait a une ombre noire de forme elliptique. Il était a environ 50 pieds de profondeurs et se déplaçait perpendiculairement a l'axe de notre bateau. L'observation totale n'a pas durée plus de 20 ou 30 secondes.


Les hommes dans l'eau n'avaient aucune idée qu'un grand objet passait sous eux. Nous avons refusé la possibilité d'un requin blanc ou d'une baleine car il n'y avait aucun aileron ou appendice visibles.
Notre équipage a eu aussi des observations d'ovnis. Durant notre mois de juillet, nous avons eu un contact radar avec trois cibles voyageant a une vitesse supérieure a 3000 miles/heure. Huit hommes d'équipage ont vu trois lumières blanches voyageant vers le sud ouest et dans une formation en " V ".


Un rapport fut établi.


Notre seconde observation prit place en mai 1970, pendant que nous étions a 600 miles a l'est de Guam. Une de nos fonctions était la navigation céleste. Je devais cibler les étoiles du soir et du matin. J'étais avec le capitaine quand nous avons remarqué une sphère parfaite brillante et qui semblait avoir la consistance du mercure liquide. L'objet voyageait vers le sud ouest a une altitude de 2500 pieds.


A Honolulu, je suis devenu ami avec un " yeaman fleet intelligence " qui déclara "Nous recevons des centaines de rapports sur des ovnis provenant des bateaux de l'US Navy. les ovnis sortent et entrent dans l'eau et volent directement devant nos bateaux. "


Ovnis dans les eaux soviétiques

 


Le Centre de Recherche Ufologique russe a une collection d'observations "d'aspect liquides ". Les dossiers secrets de la Marine russe contiennent beaucoup d'informations valables sur des observations d'ovnis. Les chercheurs militaires russes sont plutôt sérieux. Les dossiers sont largement inaccessibles, même après la chute de l'URSS.


 Mr Krapiva s'occupait des lectures données par des vétérans des sous-marins nucléaires Soviétiques. Ils avaient servi dans le Nord de la Russie, dans des bases et installations navales secrètes. Quelques fois les lectures déviaient des présentations prévues, et beaucoup de captivantes histories furent racontées.
 

Sous-Marin

 

Par exemple, les opérateurs sonars soviétiques "entendaient " d'étranges cibles.
Leurs sous-marins étaient pourchassés par d'autres "sous-marins ". Les poursuivants changeaient leur vitesse comme bon leur semblaient, des vitesses bien plus rapides que tout autre bâtiment de cette époque.
 Le lieutenant commandant Oleg Sokolov informa confidentiellement les étudiants que pendant qu'il était en mission dans son sous-marin, il observa à travers le périscope un étrange objet a travers l'eau. Il ne fut pas capable de l'identifier parcequ'il le voyait à travers le système optique du périscope. Cette rencontre sous-marine eut lieu dans le début des années 60.
 

Sevastopol


Il y a quelques années V.V Krapiva rencontra le professeur Korsakov de l'Université d'Odessa. Le professeur Korsakov lui raconta une conversation qu'il avait eu avec un ami a lui, un officier de la marine soviétique, qui avait servi dans la base navale de Svastopol.


 Dans les années 50, cet officier vit personnellement un ovni. L'objet se déplaçait vers le haut, a l'arrière de son croiseur de guerre. L'officier avait l'impression que l'objet avait surgi des profondeurs de la mer noire. Le professeur Korsakov a une photographie de l'objet.
 

Rapports de témoins

 

En août 1965, l'équipage du navire a vapeur RADUGA, alors qu'il naviguait dans la mer rouge, observa un phénomène inhabituel. A deux miles de distance, une sphère ardente surgit de la mer et survola la surface de l'océan, l'illuminant. La sphère faisait soixante mètres de diamètre, et elle survolait la mer a une altitude de 150 mètres. Une gigantesque colonne d'eau rose surgit alors que la sphère émergée de la mer et s'écroula un moment plus tard.


 En décembre 1977, pas très loin de l'île de Novy Georgy ( ?), l'équipage d'un chalutier, le VASILY KISELEV, observa aussi quelque chose de sensiblement extraordinaire. S'élevant à la verticale de l'eau se trouvé un objet en forme de beignet. Son diamètre était entre 300 et 500 mètres. Il volait sur place a une distance de 4 ou 5 kilomètres. La station radar du chalutier fut immédiatement rendue inopérante. L'objet survola la zone pendant 3 heures, et ensuite disparu instantanément.


Le témoignage d'Alexander G.Globa, un marin du GORI, un bateau citerne soviétique, a été publié dans le magazine Zagadki Sfinksa (numéro 3, 1992). En juin 1984, le GORI était en Méditerranée, a 20 nautiques de Gibraltar. A 16h00, Globa était en faction. Avec lui se trouvait le second du commandant S.Bolotov. Ils regardaient le cote gauche du pont quand les deux hommes observèrent un étrange objet polychromatique. Quand l'objet fut a l'arrière, il stoppa soudainement. S.Bolotov était enthousiasmé, secouant ses jumelles et criant : " c'est une soucoupe volante, une vraie soucoupe, mon dieu, vite, vite, regardes ! ".


Globa regarda l'objet a travers ses jumelles (il lui rappela la partie haute d'une casserole). L'ovni luisait d'une brillance métallique grise. La partie la plus basse de l'appareil avait une forme ronde précise, son diamètre ne dépassait pas les 20 mètres. Autour de la partie basse, Globa observa des " vagues " de protubérances sur la plaque extérieure.


La base du corps de l'objet consistait en deux semi-disques, le plus petit au-dessus. Ils tournaient lentement dans des directions opposées. Sur la circonférence du disque le plus bas, Globa vit de nombreuses lumières, lumineuses, comme des gouttes. L'attention du marin fut attirée par la partie supérieure de l'ovni. Elle semblait être complètement lisse et douce, sa couleur était jaune d'œuf et en son milieu Globa discerna un rond, une tache comme un noyau. Sur le bord de la partie inférieure de l'ovni, laquelle était clairement visible, se trouvait quelque chose qui ressemblait à un tuyau. Il brillait d'une lumière rose non naturelle, comme une lampe néon. Le haut du disque central était entouré par quelque chose en forme de triangle. Cela semblait bouger dans la même direction que le disque inférieur, mais a une vitesse plus lente.


Tout a coup, l'ovni sauta plusieurs fois, comme s'il était déplacé par une vague invisible. Beaucoup de lumières illuminaient la portion de dessous. L'équipage du GORI essaya d'attirer l'attention de l'objet en utilisant le projecteur a signaux lumineux. A ce moment la, le capitaine Sokolovky était dans son bureau avec ses hommes. Ils regardaient intensément l'objet. Toutefois, l'attention de l'ovni fut détournée par un autre bâtiment, approchant l'autre bord. C'était un cargo arabe, en route pour la Grèce. Les Arabes confirmèrent que l'objet survola leur bateau. Une minute et demi plus tard, l'objet changea sa trajectoire de vol. Les marins soviétiques l'observèrent alors qu'il traversait les nuages, apparaissant et disparaissant à nouveau. De temps en temps il brillait grâce aux rayons du soleil. Alors le vaisseau s'évanouit, comme une étincelle, et parti instantanément.
 

Quelques histoires

 

La plus ancienne mention d'êtres géants est apparue dans les débuts des années 1900. Plusieurs garçons de Géorgie (empire russe) découvrirent une cave a l'intérieur d'une montagne, avec des squelettes de type humains complets. Chaque squelette faisait trois mètres de hauteur. Pour aller dans la cave, les garçons devaient plonger dans un lac. George Papashvili et sa femme se rappellent l'incident dans un livre publié a New York en 1925.


Vladimir Georgiyevich Ajaja est de nos jours une personnalité importante dans l'Association Ufologique russe. Mais il n'est pas toujours était un ufologue, et quand il en ai devenu un, il a gagné la colère du parti communiste comme tous ceux qui étudiaient des sujets interdits. Avec l'aide d'un copain au placé dans la marine, il fut capable d'écrire une pièce a propos du triangle des Bermudes pour Nauka I Zhizhn, un magazine scientifique soviétique respecté. Apres tout, il était un chercheur marin qui, a de nombreuses occasions, avait étudié les profondeurs de l'océan atlantique a bord de sous-marin soviétique. Les autres océanologues soviétiques ne touchaient pas un sujet si "discutable ". Dans sa recherche d'information, deux sources l'aidèrent: Le livre de Charles Berlitz sur le triangle des Bermudes qui mentionnait les ovnis et le vice amiral Y.V Ivanov, chef de la Direction des Renseignements Maritimes. Ajaja trouva que les renseignements maritimes avaient depuis longtemps considéraient les ovnis comme un sujet sérieux d'enquête.


Les efforts de Ajaja pour étudier et promouvoir l'ufologie en firent une cible pour la science bureaucratique et les fonctionnaires du parti. Son nom fut sali dans les médias soviétiques. Le travail d'Ajaja fut mis sur liste noire. Ses lectures furent proscrites. Il fut renvoyé de plusieurs travailles, et interdit de parler publiquement.
A nouveau, son ami de la marine l'aida a trouver un travail, et a écrire sur les ovnis, pour leur utilisation pratique. Dans sa brochure : ATTENTION :OVNIS, il statua que la vague d'ovnis en 1989, et qui durait toujours en 1991, quand elle fut publiée, avait balayé l'idéologie et les barrières de la censure qui étaient placées contre l'ufologie en URSS. Mais à cause de ces années de silence, le pays n'était pas préparé au phénomène ovni. Donc il demanda l'aide de l'organisation SOYUZUFOTSENTR pour promouvoir l'enquête scientifique sur le phénomène ovni. Ajaja était convaincu que les responsables de la recherche ufologique de l'Academie de Sciences soviétiques évitaient de dire la vérité et bloquaient la recherche.


A.Gorbovsky, un historien soviétique publia un livre intitulé " Enigmes de l'histoire ancienne " dans le début des années 70. Pour beaucoup de gens, dans l'Union Sovietique, ce livre était une introduction au monde interdit de l'ufologie, du paleocontact ( un terme russe pour l'hypothèse des anciens astronautes), et les mystères de notre histoire ancienne. Gorbosky mentionna un incident qui prit place dans l'ancienne Méditerranée ou les gens observèrent un étrange véhicule sous les eaux et faisant surface à très grande vitesse. L'objet s'éjecta de lui-même de l'eau, et disparu peut après.


B.Borovikov chassa les requins dans la mer noire pendant des années. Alors quelque chose arriva et qui mit fin a son hobby. Plongeant dans la région de Anapa, il descendit à une profondeur de 8 mètres. Il vit des êtres géants s'élevants de dessous. Ils étaient comme laiteux, mais avec des faces humanoïdes, et quelquechose comme une queue de poisson. L'être a la tête de ses compagnons vit Borovikov, et s'arrêta. Il avait des yeux bulbeux géants et des sortes de lunettes. Les deux autres le rejoignirent. Un deux tendit sa main, une main avec des membranes, vers le nageur. Tous approchèrent le plongeur, et s'arrêtèrent à petite distance. Alors ils tournèrent autour de lui, et nagèrent au loin. L'expérience de Borovikov fut publiée en 1996.


D.Povaliyayev était en train de faire du parachute au-dessus de Kavgolov (région de Leningrad) dans le début des années 1990. Il y avait des lacs, et dans l'un d'eux, le parachutiste nota trois " poissons " géants. Il descendit, et fut capable de discerner les " nageurs " dans leurs costumes argentés. Il mentionna l'épisode dans son livre Letuchi Gollandets (1995). Il y a eu beaucoup d'observations d'ovnis dans cette région.


http://home.tiscali.be/frederic.staes3/xovnis1.htm

Document CIRVIS mai 1969 Un Objet Sous-marin Non Identifié

 

 

 

TRADUCTION


Commandant, Commandement Maritime,

Monsieur;


Re : XXXXXXX – Compte Rendu concernant un objet non identifié


Vous trouverez ci-joint les comptes-rendus des 5 juin et 24 juin 1969 établis par le détachement de St John ainsi que la copie du mémorandum adressé à ce détachement le 17 juin 1969 par l'Officier Commandant la Subdivision de St John.

 

2. L'explication présentée dans le paragraphe 2 du rapport daté du 24 juin 1969 semble acceptable, cependant, il n'y aucun moyen de savoir à coup sûr si l'objet observé par les trois filles à St. Philips était une forme éphémère de vie marine. Cette correspondance vous est donc adressée pour information et dans l'éventualité où ce sujet pourrait vous intéresser.

 

3. Les trois filles qui ont fait l'observation n'étaient pas entièrement d'accord concernant la taille de l'objet ou concernant la lumière, mais en recoupant leurs déclarations, il s'avèrerait que l'objet avait approximativement une circonférence de 15 pieds.

 

Veuillez agréer etc..

NR Forward
Officier responsable

 

XXXXXXX – Compte Rendu au sujet d'un Objet Non identifié

 


Le 26 mai 69


1. A la susdite date XXXXXXX est entré en contact avec ce bureau téléphoniquement et a déclaré que sa fille XXXXXXX âgée de XXXXXXX ans XXXXXXX accompagnée par deux autres amies a vu une lumière sous l'eau à Conception Bay près de St. Phillips. Le sujet a déclaré que sa fille lui a dit que la lumière voyageait bers le bas de la Baie et augmentait de temps à autre d'intensité. Le plaignant nous a aussi informé que les filles n'ont pas vu de bateau dans le secteur à cette heure et qu'aucun objet n'était visible à la surface de l'eau.

 

2. Je me suis rendu jusqu'à la maison du plaignant dans laquelle XXXXXXX a été interrogée et une déclaration rédigée. Le contenu de sa déclaration est le suivant:

 


DÉCLARATION de XXXXXXX

 

Ce matin le 26 mai 1969 vers 13h45, mes amies, XXXXXXX et moi même quittaient la maison de XXXXXXX pour venir chez moi.

 

Soudainement XXXXXXX nous a demandé si nous voyions une lumière dans l'eau. XXXXXXX et moi avons regardé et nous pouvions voir la lumière mais nous avons pensé que ce devait être la lune, cependant, comme le temps était couvert nous ne pouvions pas voir la lune.

 

La lumière est devenue plus brillante et ensuite s'affaiblit. Elle commença à se déplacer et à ce moment augmenta et se mis à briller de plus en plus. La lumière se déplaça vers la mer et disparu complètement.

Nous n'avons pas entendu de moteurs et nous n'avons pas vu de bateaux dans le secteur. Le temps était assez clair pour voir Bell island et il n'y avait pas de brouillard au-dessus de l'eau. La lumière était à deux cents pieds du rivage et semblait être plus brillante dans sa partie dirigée vers le large. Sa forme n'était pas circulaire mais semblait être de forme carrée.

 

Je ne peux pas dire d'où la lumière venait, cependant, il m'a semblé qu'elle venait juste légèrement du dessous de la surface de l'eau. Nous avons observé la lumière pendant environ dix minutes.

 

3. Une patrouille a été faite à XXXXXXX date à laquelle nous avons contacté XXXXXXX à cet égard. Une déclaration a été obtenue de XXXXXXX dont le contenu est le suivant :

 

 

 

DÉCLARATION de XXXXXXX

Le 26 mai 69, mes amies, XXXXXXX et XXXXXXX et moi même avons quitté St. Philips, C. Bay Nflg. autour de 13h30.

 

XXXXXXX signala qu'il y avait une lumière sur l'eau dans Conception Bay. Nous avons observé la lumière et il nous a semblé qu'elle devenait plus brillante. Elle est restée comme cela pendant environ deux minutes et ensuite elle a semblé s'éloigner vers l'océan. La lumière semblait être légèrement de forme circulaire et de couleurs blanchâtre. Elle semblait être un peu sous la surface de l'eau.

 

Nous avons pensé en premier que cela pouvait être une réflexion de la lune, mais il n'y avait pas de lune à cette heure. Il faisait très sombre mais l'eau était claire et sans brouillard. Nous n'avons pas vu de bateaux, et nous n'avons pas entendu non plus de moteurs dans le secteur. Je n'ai aucune idée d'où la lumière venait et nous n'avons pas vu quoi que ce soit autour qui puisse avoir reflété la lumière.


Le 30 mai 69


4. J'ai patrouillé St. Phillips, C. Bay, Nfld. à cette date et j'ai interrogé XXXXXXX. Une déclaration a été obtenue de XXXXXXX dont le contenu est le suivant :

 

 

DÉCLARATION de XXXXXXX

 

Lundi matin le 26 mai 69 tôt le matin, XXXXXXX et moi même étions à l'extérieur de ma maison, quand quelqu'un a dit "regardez la lumière dans l'eau." Ce devait être autour de 1h30 du matin.

 

Nous avons tous regardé dans l'eau et nous pouvions voir une lumière dans l'eau qui semblait être diffuse et éblouissante. La lumière semblait venir du littoral et devenait de plus en plus brillante. Elle était de couleur jaune verdâtre. Elle est ensuite partie vers le centre de la Baie et je l'ai perdu de vue.

 

Sa forme était légèrement circulaire et opaque. Nous n'avons pas vu de bateaux ou entendu un quelconque bruit de moteur. Nous n'avons rien vu au-dessus de l'eau. Elle semblait être sous la surface de l'eau.

5. Le quartier en question, est situé dans une petite crique bien éclairée par les lumières de la rue. L'eau doit être partout à une profondeur de cinquante à cent pieds et est d'habitude tout à fait claire. Il est possible que les lumières de la rue aient causé une réflexion de cette nature mais cela n'explique pas la mobilité de la lumière. Toutes les trois filles ont déclaré que le temps était nuageux à ce moment, et il n'y avait aucune condition de brouillard à l'époque.

 

Les trois filles ont mentionné dans les paragraphes précédents qu'elles allaient toutes, cette année à la Memorial University. Elles ont déclaré aussi qu'elles ne buvaient pas et qu'il n'y avait aucune lumière qui pourrait avoir été reflétée dans l'eau et qui puisse sembler causer un déplacement. Les trois filles sont âgées de plus de XXXXXXX, mais cependant, leur sérieux ne peut pas être déterminé, bien que l'on sache que toutes les trois soient des adultes mûrs et responsables.

 

Au vu de ce qui précède on considérera ce fichier comme ci-dessous mentionné à moins que des instructions contraires ne soient reçues.

 

DOSSIER CLOS

 

Source: Photovni



Observations militaires classifiées d'Extranéens et d'OVNIs

Rencontres de militaires soviétiques avec des extranéens et des OVNI sous-marins. Ceci est un exemple de ce que l'on peut trouver dans des rapports officiels et on ne peut plus sérieux de témoins responsables et sous autorités compétentes.

Le chercheur Paul Stonehill écrit qu'il existe de nombreux rapports soviétiques concernant des rencontres avec des objets étranges sous la mer. Durant l'été de 1982, Mark Shteynberg et le lieutenant-colonel Gennady Zverev dirigeant les entraînements périodiques des plongeurs de reconnaissance (hommes-grenouilles) des régions militaires du Turkestan et de Centre Asie. Les entraînements avaient lieux au lac Issyk-Kul, un lac profond dans la région des Ala-Taou Transiliens [NDT : 42°30'N par 77°30'E, près de la frontière chinoise]. Le général-major V. Demyanko, commandant le Service des Plongeurs Militaires des Forces du Génie du Ministère de la Défense, rendit à des officiers une visite impromptue. Il venait les informer d'un événement extraordinaire qui s'était produit en Sibérie. Des hommes-grenouilles avaient été confrontés à des nageurs sous-marins semblables à des hommes mais de grande taille (environ 3 mètres de haut) ! Ces nageurs, malgré l'eau glacée, étaient vêtus de combinaisons collantes argentées. Par 50 mètres de fond, ces êtres ne portaient pas d'appareils respiratoires, mais des casques sphériques masquant leurs têtes. Alertés par ces rencontres, le commandant militaire local décida de capturer une de ces créatures. Dans cette intention, un groupe spécial de plongeurs poursuivit un des étranges nageurs. Lorsqu'ils tentèrent de la coiffer avec un filet, le groupe entier fut projeté par une force puissante hors des eaux profondes vers la surface.

Les hommes-grenouilles étaient en danger de mort, parce qu'ils leur auraient fallu observer des paliers de décompression. Tous les membres de cette malheureuse expédition furent atteints d'embolie gazeuse. Le seul traitement envisageable était de les placer en caisson de décompression. Malheureusement le seul disponible à proximité ne pouvait contenir que deux personnes. On en serra cependant quatre dans le caisson, les trois autres périrent et les quatre devinrent des invalides. Le général-major s'était précipité à Issyk-Kul pour prévenir contre toute semblable initiative casse-cou. Bien que le lac Issyk-Kul soit moins profond que le lac Baïkal, des créatures mystérieuses se trouvaient dans les deux.

Peu de temps plus tard, les militaires du Turkménistan reçurent un ordre du commandant en chef des Forces Terrestres. Il s'agissait d'une analyse détaillée des événements du lac Baïkal. Les documents contenaient des rapports des Forces du Génie, énumérant les apparitions de créatures sous-marines dans de nombreux lacs, de disques géants et de sphères rentrant et sortant des lacs, de lumières puissantes provenantdes fonds, etc. Les documents étaient classés très secrets et avaient pour objet "d'éviter les rencontres inutiles". Mark Shteynberg était en service près du lac Sarez, dans les monts Pamir. Ce lac a une profondeur d'environ un kilomètre et demi. Des radars sophistiqués ont suivi les satellites US SDI depuis cette région. Ces radars repéraient régulièrement des objets discoïdes qui plongeaient et disparaissaient dans le lac Sarez, puis refaisaient surface et décollaient.

Les dossiers du Centre Russe de Recherches Ufologiques contiennent des rapports similaires émanant d'officiers de marine et d'agents de renseignements. L'information la plus intéressante sera publiée dans le nouveau livre des co-auteurs Paul Stonehill & Philip Mantle. Les dossiers secrets de la marine soviétique contiennent énormément d'informations précieuses sur des observations d'OVNIs ; les chercheurs soviétiques étaient extrêmement consciencieux. M. Krapiva assista à des conférences données par des sous-mariniers soviétiques , ceux-ci firent état de repérage au sonar d'objets sous-marins se déplaçant à très haute vitesse. Les techniciens en hydroacoustique "entendaient" d'étrange "cibles" à grande profondeur. Leurs sous-marins étaient en fait suivis par d'autres "sous-marins". Les poursuivants modifiaient à volonté leurs vitesses et celles-ci étaient de très loin supérieures à tout ce que pouvait atteindre n'importe quel autre vaisseau au monde. Le lieutenant-colonel Oleg Sokolov informa ses étudiants que, dans les années 1960, tandis qu'il était en service comme navigateur à bord de son sous-marin, il avait observé, par son périscope, un objet étrange sortir de l'eau et décoller. Le professeur Korsakov de l'Université d'Odessa, rapporta que, dans les années 1950, des officiers soviétiques de la base navale de Sevastopol avaient observé et photographié, en mer Noire, un OVNI qui s'élevait de derrière un croiseur de bataille.

En août 1965, l'équipage du vapeur Raduga qui naviguait en mer Rouge aperçut une sphère flamboyante qui jaillit hors de l'eau. Tandis que la sphère s'éleva de la mer, elle créa un énorme pillier d'eau qui monta de la surface et s'effondra quelques instants plus tard. La sphère avait un diamètre de 60 m, elle plana à 150 m au dessus du navire en illuminant l'océan.

En décembre 1977, non loin de l'île de Géorgie du Sud, l'équipage du chalutier Vasily Kiselev observa un objet de forme torique montant de la mer. Son diamètre se situait entre 300 et 500 m et il provoqua l'arrêt du radar de bord. L'objet survola la région pendant trois heures, puis disparut soudainement.

En juin 1984, le matelot Alexandre G. Globa était en Méditerranée à bord du pétrolier Gori, à 20 miles du détroit de Gibraltar. A 16h00, Globa était de quart auprès du premier officier S. Bolotov lorsqu'ils observèrent un objet polychrome étrange. Passé sur l'arrière, l'objet s'immobilisa brusquement. Très excité, Bolotov secouait ses jumelles en hurlant :"c'est une soucoupe volante, une vraie, mon Dieu ! regardez, vite, vite !" Regardant à travers ses jumelles; Globa vit, vers l'arrière, un onjet assez plat qui ressemblait à une poêle à frire à l'envers. L'OVNI brillait de reflets gris mettaliques. La partie inférieure avait une forme ronde, nette, d'environ 20 m de diamètre. Tout autour de la base de cette partie, Globa observa des protubérances "ondoyantes" sur la paroi. Le corps de l'objet était constitué de deux demi disques, le plus petit étant au dessus, qui tournaient lentement en sens opposés. A la circonférence du disque inférieur, Globa aperçut un grand nombre de points brillants comme des perles de lumière. La partie inférieure de l'OVNI semblait régulière et lisse, de couleur jaune d'oeuf, et au centre Globa discerna la trace d'une sorte de tuyau circulaire. Au bord du fond de l'OVNI, apparaissait nettement une sorte de tuyau qui brillait d'une lueur rosée, étrangement brillante, comme un tube au néon. Le dessus du disque médian était couronné de quelque chose de triangulaire qui semblait en mouvement dans le même sens que le disque inférieur, mais beaucoup plus lentement. [NDT : la description d'origine manque de cohérence, nous nous sommes efforcés de la rendre aussi claire que possible]. Brusquement, l'OVNI sauta plusieurs fois, comme soulevé par une vague invisible. De nombreuses lumières illuminèrent sa partie inférieure. L'équipage du Gori essaya d'attirer son attention à l'aide d'un projecteur de signalisation [NDT : une lampe Aldis]. Entre temps, le capitaine Sokolovsky était arrivé sur le pont avec tous les hommes ; le premier officier et lui observaient l'objet avec concentration.

Cependant, l'OVNI fut apparemment dérangé par un autre navire qui approchait par bâbord, c'était un vraquier arabe en route vers la Grèce. Les arabes confirmèrent que l'objet avait survolé leur navire. Une minute et demi plus tard, l'objet changea de trajectoire, s'inclina sur la gauche, accéléra et monta rapidement. Les marins soviétiques observèrent qu'en apparaissant et disparaissant tandis qi'ils traversait les nuages, il brillait par moments au soleil. Alors l'OVNI s'embrasa comme une étincelle et disparut instantanément.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
 

Les observations d'Objets Aquatiques Non Identifiés (O.A.N.I.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Les dossiers ovni-