Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 D’étranges découvertes à Périllos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: D’étranges découvertes à Périllos   Lun 15 Oct 2007, 22:28



D’étranges découvertes à Périllos



Des statues anormales retrouvées sur ce territoire Plusieurs statues ont été découvertes à Périllos au fil des années… Fort heureusement nous avons eu la chance de pouvoir en récupérer quelques unes, toutes de formes, de représentations et sans doute d’époques différentes.
Deux sont quasiment entières, bien que la plus importante ait été retrouvée brisée et dont, malheureusement, il nous manque deux ou trois morceaux pour la compléter.
Cette dernière, la plus haute, mesure près de 20 centimètres… et semble être ce que beaucoup décriraient comme une sorte de représentation d’une « créature extra-terrestre ». En effet, il apparaît une certaine ressemblance avec les statues découvertes à Eridu (Sumer), datant de la période d’Ubaid (4500-4000 avant JC). Ce type de statue est souvent décrit comme « reptilien » et quelques auteurs les ont interprétées comme des déités sumériennes antiques - qu’elles ont également classifiées comme ‘êtres extraterrestres’.





D’abord, notons que la statue n’a aucun pied clairement identifiable, qui semble absent sur ce secteur de la statue qui lui à servi de base.
Les deux mains de la figurine sont placées sur chaque côté du ventre. Autour de son torse supérieur, on distingue nettement un collier en relief, ou la base d’un masque ou casque muni de rivet sur la collerette.
Le visage a deux oreilles prolongées, des yeux saillants, une arête de nez qui va jusqu’au dessus de la tête, une bouche surdimensionnée, avec de petites bandes au-dessus de la lèvre supérieure, suggérant une moustache.
Il n’y a rien d’humain dans la face du personnage… et tandis que certains peuvent qualifier d’ « extra-terrestre » cette créature, nous dirions que son profil suggère qu’elle soit plus animale que « ET ».
Ajoutons que cette réalisation est creuse et ouverte sous son ‘socle’. Il est possible qu’elle ait été prévue pour orner, et s’enfoncer sur une sorte de hampe, ou simplement creusée pour en faciliter la réalisation et le modelage. Le matériau qui la compose est une sorte d’argile d’un gris sombre légèrement craquelé et souligné plus sombrement par endroit.

Une des autres statues est de type féminin: elle a un ventre prononcé et les deux mains tiennent ce que sont clairement des seins. Sa tête est absente ainsi que ses pieds ou bas de jambes qui sont tenus serrés. La facture de cet objet est assez soigné et morphologiquement bien représentée. L’auteur avait donc une connaissance de l’anatomie féminine suffisante pour les détails des seins et du sexe… et pourtant nous remarquons que le sujet est dépourvu… de nombril ! Faut-il comprendre que le sujet représenté soit suggéré matriciel (sexe) mais non issu d’une filiation habituelle (absence d’ombilic) ? S’agirait-il d’un personnage féminin du type ‘Eve’ capable cependant d’engendrer ?... où sommes nous en présence d’une divinité dont les particularités sont oubliées ? Le sujet est modelé dans de l’argile rouge avec une cuisson parfaite.





Une troisième statue, plus petite mais entière et non détériorée semble masculine, et représentée une tête surdimensionnée sur l’arrière du crâne. Le modèle est plein et sans aucun orifice apparent. Ajoutons qu’il ne parait pas prévu pour tenir debout… Ses mains sont le long de son corps. Sa tête semble, là encore, porter un casque, l’arrière de la tête dépassant largement le prolongement arrière du torse. Le dos de la statue est orné de 14 trous, placés sur quatre lignes : une horizontalement sur la tête, deux verticalement le long des bras et une ligne verticale, suggérant l’épine dorsale. La terre utilisée est de couleur ocre terne ayant subi une cuisson de finition. La dimension de l’objet n’excède pas treize centimètres.
Enfin, il reste un quatrième sujet énigmatique. Ici les détails sont peu soulignés et ne permettent pas d’identification masculine ou féminine. En réalité rien ne représente le corps, des bras ou des jambes. On peut la décrire comme une sorte de barre, ou bâton, cylindre maladroit orné d’une tête à son extrémité. L’objet est trop fortement érodée pour distinguer avec précision les traits caractéristiques du faciès qui peut-être également celui, très vague d’un oiseau. La finition n’est pas de bonne qualité et non lissée.
Origines ?
L’origine de ces statues se situerait dans « la vieille Europe », comme en attestent les livres sur le sujet. La « vieille Europe » est définie comme la région s’étendant de l’Italie méridionale à l’ouest, au littoral de la Turquie à l’est, Crète et Malte dans le sud et la Tchécoslovaquie, la Pologne méridionale et l’Ukraine occidentale dans le nord.
Ce terme fait référence au nom d’une civilisation européenne autochtone, ayant existé de 7000 à 3500 avant JC. Son apogée date de 5000 avant JC, mais dès le 6ème millénaire, ce peuple utilise des navires. Il utilise le cuivre et l’or pour des ornements ainsi que des outils et semble même avoir conçu une écriture rudimentaire.
De fait, nous notons immédiatement que ces statues doivent, en effet, représenter ici les déités de cette culture antique. En outre, nous notons que l’identification de ces statues serait en relation avec la prétendue « culture de Vinca ».

La culture de Vinca était une culture précoce de l’Europe (entre le 6ème et le 3ème millénaire avant JC), s’étendant le long de Danube en Roumanie, en Serbie, en Bulgarie et dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine, bien que des traces puissent être trouvées également tout autour des Balkans. Elle doit son nom de Vinca qui est une banlieue de Belgrade, où en 1908, plusieurs objets façonnés ont été trouvés lors des premières fouilles archéologiques de l’équipe de Miloje M. Vasi. Après la première guerre mondiale, les fouilles ont été reprises depuis 1924. Vinca a retenu l’attention de la société archéologique européenne entre 1929 et 1931.
On peut dés lors dire formellement que les statues trouvées à Périllos ne sont pas à leur place. Il est plutôt rare de trouver ces statues en dehors de la vieille Europe. En outre, la cachette de Périllos où on été retrouvées ces représentations concerne au moins quatre statues différentes, et non pas seulement une.
En conclusion, il est clair qu’il doit y avoir eu une bonne raison pour laquelle quelqu’un – à une date non déterminée – a décidé de laisser ces statues dans le secteur de Périllos.

Comparaison
Comme nous l’avons dit, les statues de Périllos sont caractéristiques de la culture de Vinca ; du type de tête (considérée comme un masque ou casque protégeant toute le crâne) au « type de cheminée » (précédemment désigné sous le nom de « bâton cylindrique ») de la statue, qui est normalement décrite comme ornée par un « masque d’oiseau ». Même le modèle, perçé sur le dos, est typique des vieux dessins européens. Un exemple d’yeux identiques peut être trouvé dans Crnokalacka Bara, au sud-est de la Yougoslavie, aussi bien qu’à Medvednjak, au sud-est de Belgrade.
La “statue de cheminée” est semblable à celle trouvée à Porodin, près de Bitola, en Yougoslavie, datée du 5000 avant JC.
Une statue de Youg tient ses mains dans la même position que celles de la première statue.







Interprétation
Selon Gimbutas, ce style d’antiques statues européennes montre un changement de culture. On y trouve notamment un désir que les statues soient habillées, non seulement avec un masque, mais également par des vêtures. Considérant que les statues étaient dénudées, le changement remarquable qui s’est produit en Europe, durant cette période, fut que quelques statues soient montrées habillées.
Le dispositif le plus frappant des statues est le masque ou casque. Pour citer Gimbutas : « l’artiste du Vinca a attaché un intérêt particulier pour le masque. Ce sont les aspects distinctifs et peu communs de ses masques sculpturaux qui rendent si unique la statuaire de Vinca. »
La statue en forme de cheminée est souvent interprétée comme une description de la déesse d’oiseau. Certaines ont été trouvées fixées au toit de certains types de tombeau. Ce sont les types de tombeaux de petite taille. La cheminée est typique, comme celle trouvée par exemple dans le monticule néolithique de Porodin près de Bitola. Elle est normalement décorée d’une déesse avec un bec, de larges yeux et décorée d’un collier. La divinité était censée étendre sa « protection » au-dessus du toit du tombeau, en conformité parfaite avec les descriptions égyptiennes postérieures d’une déité femelle – ange – étendant son aile en signe de protection.
Vers Périllos
Les objets façonnés ont été découverts dans le secteur de la grotte de la Caune qui est une caverne impressionnante et profonde dans la vallée entre Opoul et Perillos, au pied de Montalhou Perillou, la plus haute montagne de la région (env. 800 mètres).
Que les objets façonnés aient été découverts dans ce périmètre ne semble pas être une coïncidence. Gimbutas elle-même souligne que le culte de la Vieille Europe est très semblable à celui de la Crète.
Ici, nous trouvons également une vénération spécifique aux cavernes, qui sont souvent identifiées aux dieux… spécifiquement à Zeus. Ces cavernes sont souvent désignées sous le nom du lieu de naissance ou du tombeau d’une déité, bien que parfois on les trouve également comme endroit d’abri, par exemple Zeus se cachant de son père. Des cavernes ont été souvent interprétées comme vulva – le ventre – de la Terre, et ainsi la présence des statues des dieux, ou étant destinés à leur culte, était normale.

Gimbutas précise que les stalagmites, dans ces cavernes, ont été souvent choisis pour un culte spécifique. C’est le cas en Crète, mais il est clair que la caverne de la Caune à Périllos est également dotée de ce dispositif.
Un secteur vers la gauche en bas de la grande cavité (depuis l’entrée) est celui où d’autres objets façonnés (pas forcément antiques !) ont été récupérés. C’est un endroit de la grotte où l’on trouve une très forte concentration de croix de différents types (arbalétiforme, cloisonnée, anthropomorphe), ainsi qu’une très impressionnante concrétion en forme de tête (vu de profil) surmontant une sorte de toge ou vêture.
L’homme de Tautavel (le plus vieil homme d’Europe) a prouvé que ce secteur fut très tôt habité par nos premiers ancêtres. Ce ne devrait pas être une surprise que La Caune, comme la caverne de Tautavel à quelques kilomètres, aient été choisies pour un culte très spécifique, et ceci depuis plusieurs milliers d’années.
Une dévotion particulièrement forte, qu’il nous restera à déterminer, du secteur a pu être la raison d’être des statues de la Vieille Europe trouvées à Périllos et ceci, naturellement, entrerait d’une manière logique dans l’approche géographique sacrée que nous avons vue dans la disposition des divers sanctuaires de Périllos… dont le site de La Caune est un élément majeur.

Filip Coppens & André Douzet
Nos remerciements à Odile Martinez

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Samyaza
Participation sympathique
Participation sympathique




Masculin Age : 30
Nombre de messages : 15
Inscription : 22/08/2007
Localisation : Belgique
Emploi : Etudiant
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: D’étranges découvertes à Périllos   Jeu 08 Nov 2007, 00:45

Ce matériel statuaire retrouvé à périllos que l'on compare à Eridu, n'est pas sans rappelé les êtres anthropomorphiques à tête de reptile chez les Dogons. (Dont le crédit de l'auteur(Marcel Griaul) ayant rapporté ces croyances est difficile à mettre en doute ). En effet nous avons affaire à des êtres amphibiens qui une fois accomplit leur mission de civilisateur, comme beaucoup de dieux africains, s'en vont sans jamais revenir. Il serait intéressant de comparer les caractéristique morphologiques des divinités mythiques dogons avec la statuaire de Périllos et d'Eridu.

La raison pour laquelle le nombril du type féminin n'est pas représenté, est que cette figuration fait partie des fameuses "Vénus", ce sont des statuettes très shématiques, dont le but est de mettre en valeur les éléments sexuelles féminins en les accentuants et qui sont liées au culte de la fertilité. Cette idée est d'autant plus vrai qu'en Afrique les déesses mères liées à ce culte sont représentées tenant leurs seins.

Pour le groupe composé d'êtres anthropomorphiques à têtes allongées, c'est assez étrange, dans un cas(celui de profil), la protubérance semble être un couvre-chef conique marqué par une ligne de séparation, et dans l'autre plus effilé, la protubérance semble faire partie intégrante du corps.

Le bâton cylindrique renvoi à la forme que l'on pourrait interprété comme un phallus, quant à la statue de Youg, elle est vraiment étrange, d'une part par un crâne que l'on pourrait apparenté à un reptile mais surtout au niveau du détail technique apporté à la représenation du vêtement.

C'est un sujet intéressant, qui mérite d'être débattu sérieusement, et non purement relégué comme le font souvent les archéologues à des "formes abstraites", explication qui est à mon goût trop facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

D’étranges découvertes à Périllos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» D’étranges découvertes à Périllos
» Sectes : d'étranges découvertes
» Une étrange forme rectangulaire découverte sur la Lune
» D'étranges peintures préhistoriques découvertes dans une grotte reculée en Inde
» Chronologie de l'Histoire de l'Humanité et des Grandes Découvertes Archéologiques étranges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Rubriques Thématiques :: Thématiques Ovni :: Archéo-ufologie: Cas d'observation d'ovni dans l'histoire :: Archéologie mystérieuse-