Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 (1952) La vague d'observation d'ovni à Washington,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: (1952) La vague d'observation d'ovni à Washington,   Ven 04 Déc 2009, 22:39

Vague d'observation à Washington (1952)


Les OVNIS sont repérés par radar et vus par de nombreux témoins sur Washington. Bien souvent on dit qu'il faudrait que les ovnis survolent la maison blanche pour que l'on y croit. C'est exactement ce qui s'est passé en 1952 et bien évidemment les sceptiques n'en parlent jamais. Les faits sont sérieux ce qui n'est pas le cas des explications ridicules de l'armée. Comme d'habitude tout est bon pour éclipser le problème des soucoupes volantes.




En 1952 c'est une année record en terme d'observations d'ovnis aux USA . En avril et en mai, les observations se montent à trois par jour, puis au double en juin. Dans la première moitié de l'année, il y eut 300 rapports restés inexpliqués, soit quatre fois plus que dans toute l'année précédente, et le summum fut atteint dans le deuxième semestre. Les 19 et 26 juillet n'échappent pas au phénomène. Cependant le soir de ces journées vont marquer les esprits plus encore, avec des observations visuelles confirmées par radar au-dessus de la capitale et un véritable carrousel (merry-go-round) au-dessus de Washington.

 


 

Survol de Washington par des ovnis

Il y eut trois nuits d'activités particulièrement intenses au-dessus de Washington, le 19-20 juillet, le 26-27 Juillet et le 2-3 août: les cieux au dessus de la capitale du pays étaient littéralement encombrés par des ovnis qui survolaient la Maison Blanche, le Capitole, le Pentagone.


Un ovni photographié prés du Capitole

 

Ils ont été vus depuis le sol, ils ont aussi été détectés par les radars des tours de contrôles de l'Aéroport National de Washington, par les radars de la base de l'US Air Force de Bolling au-dessus du Potomac, et par la base de l'Air Force d'Andrews. Les opérateurs radar ont communiqué téléphoniquement en temps réels pour vérifier qu'ils poursuivaient les mêmes cibles, et c'était bien le cas. En de nombreuses occasions, des pilotes de lignes ont pu confirmer visuellement ce que les radars détectaient.



Les chiffres


Les trois premières semaines de juillet montrent une moyenne de 8 rapports par jour, la plupart provenant de pilotes de chasseurs à réaction envoyés à la poursuite d'OVNIS détectés visuellement ou par radar depuis le sol. Entre le 22 et le 29 Juillet, la moyenne monte à 27 cas inexpliqués par jour! A la fin de l'année 400 rapports ont été collectés, soit bien plus que dans n'importe quelle année précédente.


L'enquête des militaires


Le Capitaine Edward J. Ruppelt (debout), directeur du projet Blue Book, et le Major General Samford, chef du renseignement de l'armée de l'air. Photo provenant de United Press International. 


Le bureau du projet Blue Book office à Wright Field, Dayton, dans l'Ohio, était dirigé par le Capitaine Edward J. Ruppelt, dont l'équipe minuscule, deux personnes, était totalement débordée. Les rapports arrivaient par courrier, télétype, téléphone et messagers beaucoup plus vite qu'ils ne pouvaient les traiter, encore moins ouvrir une enquête. Ils s'accumulaient dans l'espoir d'une accalmie, il existait un vague plan pour enquêter ultérieurement, mais quand les choses finalement se calmèrent, la plupart de ces rapports ne firent l'objet d'aucune enquête.

 

La liste des observations inexplicables en 1952 des archives du projet Blue Book reflète ces changements cliquez-ici

 

Détection radar des ovnis


Ce soir-là à 22 h, 5 lueurs étranges manœuvrent au-dessus de la Maison Blanche, de la ville et de ses environs. A 23 h, 8 contrôleurs aériens prennent leur quart de 8 h à l'aéroport national de Washington. Parmi eux, Ed Nugent, Jim Ritchey, James Copeland, dirigés par Harry G. Barnes. La nuit est claire.

Ils sont notamment détectés par le radar de la CAA à l'aéroport.



Le 19 Juillet: les 8 ovnis détectés par le radar de l'aéroport National de Washington

 

A 23 h 30, Barnes arrive au bureau du superviseur, laissant Ed Nugent sur l'écran principal.


Echos radars enregistrés par le radar de l'Aéroport National de Washington le 20 Juillet 
 
A 23 h 40, 7 échos apparaissent soudainement (A) sur le cadran Sud-Ouest de l'écran, juste à l'Est et un peu au Sud de la base de Edwards :

 

 soit ils arrivent depuis une haute altitude, soit ils ont pénétré dans la zone en moins de 10 s (le temps de rafraichissement de l'écran radar). Nugent demande à Copeland d'aller chercher Barnes. Les deux consoles affichent les mêmes échos. Barnes appelle la tour et a Howard Cocklin : ce dernier indique qu'ils détectent les mêmes cibles et qu'il peut même voir un des objets dans le ciel nocturne sous la forme d'une lumière brillante orange. Maintenant réellement alarmé, Barne appelle l'ADC.

 

Lorsqu'il revient sur l'écran principal les objets se sont séparés. 2 sont au-dessus de la Maison Blanche, un autre près du Capitole (B).


Echos radars enregistrés par le radar de l'Aéroport National de Washington le 20 Juillet 


Diagramme des OVNIS poursuivis par les radars de l'aéroport de Washington National le 20 Juillet 1952. En A, 7 objets approchent de la capitale du pays par le Sud, en B, certain sont repérés au-dessus de la Maison Blanche et du Capitole. En C, ils apparaissent au-dessus de la base de l'US Air Force de Andrew. En D un OVNI suit un avion de ligne, en E l'un d'entre eux effectue un virage à angle brutal. Source: UFOs - A Pictorial History From Antiquity to the Present, par David C. Knight. (McGraw Hill Book Co., 1979.)


A minuit, le Pentagone est survolé par des objets semblables, repérés et enregistrés sur les échos radars de la base de Newcastle. Les objets volent à une vitesse variant de 160 km/h (100 miles/h) à 480 km/h, accélérant brusquement à des vitesses phénoménales (7200 miles/h).


Ils apparaissent au dessus de la base de l'US Air Force de Andrews (C)


Contact de Andrews

 


Barnes, sans quitter ses yeux de l'écran, contacte la base de Andrews, à travers le Potomac dans le Maryland. Andrews confirme les cibles, aux mêmes endroits.

L'observation de l'aéroport national de Washington est confirmée par un autre radar local, et la base USAF de Andrews est contactée :

 

— Tour de Washington : Tour de Andrews, voyez-vous ? Avez-vous un avion en vue à l'Ouest-Nord-Ouest ou à l'Est de votre aéroport se déplaçant vers l'Est ?


— Andrews : Non, mais nous venons juste d'avoir un appel du centre. Nous le recherchons.


— Washington : Nous avons une grande cible qui apparaît sur notre zone. Il vient juste sur le flanc Ouest de notre aéroport - le flanc Nord-Ouest de son eastbound. Il va passer juste à travers la portion Nord de votre terrain en direction de l'Est. Il est à environ un quart de mile de la piste Nord-Ouest - juste au-dessus du côté de votre piste Nord-Ouest maintenant.


— Andrews : Qu'est-ce qui se passe avec votre cible maintenant ?


— Washington: Elle est toujours en direction de l'Est. Elle est venue directement au-dessus des terrains de Andrews et est maintenant à 5 miles à l'Est.


— Andrews : D'où est-elle venue ?


— Washington : Nous l'avons repérée à environ 7 miles à l'Est, légèrement Sud-Est, et nous la suivons depuis. Le Centre la suit depuis plus longtemps.


— Andrews : Est-ce qu'elle a une trajectoire erratique ?


— Washington : Elle maintient une trajectoire droite, en direction de l'Est.


— Andrews : Ici Andrews. Notre repérage radar indique qu'il a eu une grande et grosse cible ici au Nord-Est d'Andrews. Il indique qu'il en a 2 autres plus au Sud du terrain.


— Washington : Oui, eh bien le centre en a environ 4 ou 5 autour de la station de Portée de Andrews. Le Centre travaille sur un avion des lignes nationales - le centre le travaille et le vectorise autour de sa cible. Il est venu autour d'Andrews. Il a vu l'un d'entre eux - ressemblant à un météore. (Garbled).. Went by him.. or something. Il dit qu'il en a un à environ 3 miles de son aile droite à présent. Il y a tellement de cibles autour d'ici qu'il est difficile de dire parce qu'elles ne se déplacent pas très vite.


— Andrews : Et son altitude ?


— Washington : Eh bien, il doit être au-dessus des 8000 pieds puisque nous ne l'avons plus sur le radar.


Prise en chasse


Barnes demande si ils envoient des jets. Les jets de Andrews sont à NewCastle, Delaware (près de Wilmington) alors que leur piste est en travaux. Barnes dit aux autres contrôleurs que des jets doivent venir de Delaware, ce qui veut dire à au moins une demi-heure. Pendant plusieurs minutes ils suivent les objets.


 

Ritchey qu'un d'entre eux suit à vol de ligne Capital qui vient de décoller. Le pilote, le capitaine "Casey" Pierman, est dirigé vers l'objet (D). Lorsqu'alors, la vitesse de l'objet était de 130 miles/h. Soudain, à l'étonnement des contrôleurs, la cible disparaît. Juste après Pierman rappelle : il indique avoir vu la chose, mais qui a disparu d'un trait en 3 à 5 s. Cela indique que l'objet est passé d'une vitesse de 130 à 500 miles/h en un temps très court.

La base d'Andrews prévient l'ADC. Deux chasseurs nocturnes F-94 reçoivent l'ordre de décoller, mais des réparations retardent leur mission pendant plusieurs heures. Après leur décollage, les objets mystérieux ont disparu. Les chasseurs réatterrissent, mais les objets apparaissent à nouveau sur les écrans radar. Dans les heures qui suivent, les chasseurs poursuivent des cibles illusoires, but to no avail. Ils parviennent à voir les ovnis, mais les lumières des objets inconnus s'assombrissent alors qu'ils s'approchent. Une communication constante est maintenue avec le radar au sol, et alors que les pilotes ont les ovnis en vue, ils sont également visible par le radar au sol. Les ovnis sont également observés par des membre de l'équipage d'un B-29, ainsi que des vols commerciaux.

 

Par la suite un écho fait un virage à 90° (E). Un autre objet inverse le sens de sa course : depuis une vitesse de 100 miles/h, l'objet s'est complètement arrêté et changé de direction en moins de 5 s.

L'opérateur de la tour Joe Zacko, sur l'écran ASR conçu pour détecter les objets à grande vitesse, signale des objets voyageant à une vitesse incroyable au-dessus de la base du terrain Andrews vers Riverdale. Zacko appelle Cocklin et tous deux calculent la vitesse de 2 miles/s, soit 7200 miles/h. D'après le trajet il semble clair que l'objet est descendu verticalement dans le rayon de l'ASR, est resté à niveau quelques secondes, puis est remonté à nouveau à une vitesse effarante.


Les jets n'arrivent toujours pas. Les objets tournent autour de Washington (D. C.) depuis 2 heures. Des hommes de la tour et des pilotes font des observations visuelles. Par deux ou trois fois Barnes note que les objets partent au loin au moment où il indique aux pilotes les directions à suivre pour l'interception. Pas une fois les pilotes ne sont assez près pour voir les lumières.

 

Les ovnis disparaissent, et il est environ 2 h du matin quand les jets de l'USAF arrivent à Washington. 5 mn après le départ des jets, les ovnis reviennent partout au-dessus de Washington. L'un d'eux suit l'avion de ligne Capital (D) près de l'aéroport, puis part au loin.

 

A 3 h 30 du matin, des jets d'interception, envoyés par NewCastle et retardés par une précédente enquête sur des ovnis au New Jersey, arrivent sur les lieux. Les ovnis disparaissent, puis réapparaissent après leur départ au-dessus de la Maison Blanche et du Pentagone. A un moment, des opérateurs qui suivent les événements depuis la base d'Andrews voient une imposante sphère orange brillante, en vol stationnaire au-dessus de la base.

 

A 5 h du matin, c'est la fin des observations.


Le 26 Juillet

 


Le 26 Juillet 1952 à partir de 20 h, les opérateurs radar de divers aéroports ainsi que des pilotes de ligne signalent de nombreux échos radar non-identifiés au-dessus de la région de Washington, à différentes vitesses. Les pilotes repèrent des lumières non-identifiées [cas Blue Book non expliqué].

 

A 21 h, Entre 6 et 12 lueurs paraissent de nouveau, à une telle vitesse qu'il ne peut s'agir d'avions, si rapides soient-ils.

 

A la base de l'USAF de Andrews (Maryland, Washinton, D. C.), on continue d'observer et de détecter des ovnis dans la zone de Washington, D.C. tout au long de la nuit [cas Blue Book n° 1661 non expliqué].

 

L'apparition d'objets volants non identifiés dans l'espace aérien au-dessus de la zone la plus centrale pour le gouvernement des Etats-Unis causa un grand embarras pour le ministère de la défense, dont une des responsabilités est de garantir le pays contre les intrusions par voie des airs. Un déluge de question de la part des journalistes obligea l'US Air Force à tenir une de ses plus importantes conférence de presse, qui surtout la plus embarrassante et la plus confuse qu'elle ait jamais eu a donner depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

 

La conférence eut lieu dans la salle 3E-369 du Pentagone, et fut présidée par le Chef des services de renseignements de l'US Air Force, le Major General John Samford. L'essentiel de l'explication de la vague d'observation au-dessus de Washington fut de deux mots brefs jamais entendus auparavant: "inversion de température". On expliqua que des "inversions de températures" conduisent à des mirages, en général au sol, mais le General Samford suggéra que des lumières au sol avait du fait de "l'inversion de température" projetés des mirages dans le ciel. Comme ont lui fit remarquer que les mirages ne se détectent pas au radar, il ajouta que l'"inversion de température" avait sans doute dupé les radars en courbant les rayons lumineux venant du sol. C'était la première fois qu'une telle idée faisait son apparition et elle allait faire long feu dans les cas ultérieurs. Il s'agit bien entendu d'une explication ad-hoc quasiment improvisée pour la circonstance, personne dans la communauté scientifique n'ayant la moindre idée sur ce que pouvait bien être une "inversion de température" radar-visuelle, et les radaristes sachant parfaitement ce qui pouvait être un écho causé par la propagation anormale et ce qui ne pouvait pas l'être. Pour le grand public, il y eut deux chocs, le premier, celui que des OVNIS avaient été détectés par des radars, ce que l'Air Force n'avait jamaist mentionné auparavant, et cette notion que les "inversions de températures" expliquaient tout ceci. Il en fut retenu que les OVNIS ne se détectent pas au radar car "ce sont des inversions de températures," et cette idée là reste toujours tenace 50 ans plus tard.

 

Et de fait, en 1969 une étude scientifique réalisée par l'US Air Force à démontré qu'aucune inversion de température assez marquée pour réaliser ce que l'on avait observé en 1952 ne pouvait se produire dans l'atmosphère terrestre. Mieux, il fut conclut qu'aucun rapport d'observation d'OVNI radar/viseul n'avait probablement jamais été causé par ce phénomène d'inversion de températureni aucun autre effet de mirage.

(Bien entendu, il arrive que de l'air chaud soit sous de l'air froid, mais le front de gradient termique ainsi crée ne génère comme échos de propagations anormales que de vagues taches floues et immobiles bien connues des radaristes, et aucunement des échos ponctuels qui manoeuvrent. Même s'il arrive très exceptionnellement que de telles inversions renvoie des échos vaguement défini de véhicules au sol, on ne les voit pas visuellement dans le ciel, évidemment. Dans les cas de Washington 1952, les conditions météo ne permettaient aucunement de tels phénomènes, qui n'auraient pas expliqué les observations visuelles depuis le sol et depuis l'air.)

En 1952, peu de gens comprenaient de quoi il retournait vraiment et ce que pouvaient et ne pouvaient pas réaliser les "inversions de températures. Parmi ces peu de gens, se trouvait le Major retraité des Marines, Donald E. Keyhoe, qui expliqua tout ceci mais ne fut évidemment entendu que de ceux qui voulaient bien entendre.

 

Le jour même ou le General Samford tenait sa conférence de presse, la roue tournait à la CIA. Un mémo de Ralph Clark, Acting Assistant Director pour le renseignement scientifique déclara:

 

"Dans les dernières semaines, un certain nombre d'observations et de détections par radar d'objets volants non identifiés ont été rapportés. Bien que nos services aient toujours pris soin de traiter ce genre d'observations dans les trois dernières années, un groupe d'étude spécial a été formé afin de revoir le sujet jusqu'aux événements récents."

 

Voyez le rapport de la CIA qui montre l'inquiétude de l'agence à propos des OVNIS à cette époque: "... tant qu'une série de rapports restent 'inexplicables' (des aspects interplanétaires et une origine intelligente extra terrestre ne pouvant pas être exclues) la prudence recommande que le renseignement continue à couvrir le sujet."

 

Le Capitaine Edward J. Ruppelt (debout), directeur du projet Blue Book, et le Major General Samford, chef du renseignement de l'armée de l'air. Photo provenant de United Press International.  
Diagramme des OVNIS poursuivis par les radars de l'aéroport de Washington National le 20 Juillet 1952. En A, 7 objets approchent de la capitale du pays par le Sud, en B, certain sont repérés au-dessus de la Maison Blanche et du Capitole. En C, ils apparaissent au-dessus de la base de l'US Air Force de Andrew. En D un OVNI suit un avion de ligne, en E l'un d'entre eux effectue un virage à angle brutal. Source: UFOs - A Pictorial History From Antiquity to the Present, par David C. Knight. (McGraw Hill Book Co., 1979.)   


L'affaire dans la presse


Une "soucoupe" échappe à un Jet, révélation d'un pilote (1952)

Article du Washington Post le Lundi 28 Juillet 1952.



L'Enquête en Cours sous Secret Après une Chasse Au-dessus de la Capitale

Des Échos de Cible Radar Semblables à des Appareils pendant Presque Six Heures - A Seulement 1700 Pieds de haut

Par Paul Sampson , Journaliste du Post.

Le secret militaire dépose son voile sur une enquête sur les objets aériens mystérieux et brillants qui apparurent sur les écrans radar dans la région de Washington la nuit de Samedi pour la 2ème semaine consécutive.

Un pilote de jet envoyé par le Commandement de la Défense Aérienne pour investiguer sur les objets a indiqué être capable de rattraper les lumières en mouvement près de la base Air Force de Andrews.

La CAA rapporta que les objets voyageaient à des niveaux plutôt bas - environ 1700 pieds - le 19 Juillet.

Le porte-parole de l'Air Force déclara hier qu'une enquête était seulement effectuée sur les observations des objets sur l'écran radar du Centre de Contrôle des Routes Aériennes de la CAA à l'Aéroport National de Washington, et sur 2 autres écrans radar. Les méthodes de l'enquête étaient classées secret, comme le porte-parole l'indiqua.

Nous n'avons aucune preuve qu'il s'agit de soucoupes volantes; à l'inverse nous n'avons aucune preuve qu'il ne s'agit pas de soucoupes volantes. Nous ne savons pas de quoi il s'agit, ajouta un porte-parole.

La même source rapporte qu'un expert du Centre de Renseignement Technique Aérien de la base aérienne de Wright-Patterson, Dayton Ohio, était ici la semaine dernière pour enquêter sur les objets observé le 19 Juillet.

L'expert a été identifié comme étant le capitaine E. J. Ruppelt. Joint par téléphone chez lui à Dayton hier, Ruppelt déclara ne pouvoir faire aucun commentaire quant à son activité à Washington.

Le capitaine Ruppelt confirma qu'il était à Washington la semaine dernière mais indiqua qu'il n'était pas venu pour enquêter sur les objets mystérieux. Il se souvint avoir fait une enquête après avoir entendu parler des objets, mais ne put dire quel était l'objet de son enquête.

Un autre porte-parole de l'Air Force indiqua ici hier que l'Air Force prenait toutes les mesures nécessaires pour évaluer les observations. Les gens du renseignement, expliqua ce porte-parole, ont envoyé quelqu'un sur le centre de contrôle au moment des observations et ont fait tout ce qui était nécessaire pour faire une évaluation appropriée.

Interrogé sur la possibilité que l'équipement radar puisse avoir été défectueux, le porte-parole déclare : le radar, comme le compas, n'est pas un instrument parfait et est sujet à des erreurs. Il pensa, cependant, que l'enquête devrait être faite pas des personnes aguéries aux problèmes de radar.

Deux autres écrans radar dans la région repérèrent les objets. Un employé de la tour de contrôle de l'Aéroport National indiqua que la couverture radar avait repéré ici de très faibles "blips" des objets. Le radar de la tour est de courte portée et n'est pas aussi puissant que celui du centre. Le radar de la base aérienne d'Andrews enregistra également les objets à près de 7 miles au Sud de la base.

Un porte-parole du centre de contrôle de traffic indiqua que la nature des signaux sur l'écran radar excluait toute possibilité qu'il proviennent de nuages ou de toute autre perturbation météo.

Les retours que nous avons reçu des objets non identifiés était semblables et analogues à des cibles représentant des appareils en vol, a-t-il dit.

Les objets, soucoupes volantes ou ce que vous voudrez, sont apparu sur la couverture radar au centre de l'aéroport à 21 h 08. Variant entre 4 et 12 en nombre, les objets sont apparus sur l'écran jusqu'à 3 h du matin, où ils disparûrent.

A 23 h 25, 2 chasseurs jet F-94 de l'escadron de l'Air Defense Command, à New Castle Delaware, capable de vitesses de 600 miles/h, décolèrent pour examiner les objets.

Des pilotes de ligne, civils et militaires décrivirent les objets comme ayant l'apparence de l'extrémité d'une cigarette ou d'un groupe de lumières oranges et rouges.

Un pilote de jet observa 4 lumières dans le voisinage de Andrews Air Force Base, mais ne put les dépasser, et elles disparurent au bout de 2 mn environ.

Le même pilote observa une lumière blanche fixe au voisinage du Mont Vernon à 23 h 49. La lumière, à environ 5 miles de lui, baissa d'intensité en 1 mn. Les lumières furent également observées au voisinage de Beltsville (MD). A 1 h 40 du matin, 2 autres chasseurs à réaction décollèrent et inspectèrent la région jusqu'à 2 h 20 du matin, mais ne firent aucune observation.
Doublement visible

Bien que les "objets non identifiés" aient été repérés au radar précédemment, les incidents des 2 derniers samedis sont considérés comme les premiers à avoir été détectés au radar tout en étant visibles à l'oeil humain.

En plus des pilotes, qui virent les lumières samedi dernier, une femme vivant sur Mississippi Avenue déclara au Post avoir vu une lumière très brillante filant à travers le ciel vers la base de l'Air Force de Andrews vers 23 h 45. Puis un 2ème objet avec une traînée comme une comète passa à côté et quelques secondes plus tard, un 3ème passa dans une direction différente vers Suntland, dit-elle.

Les opérateurs radar enregistrèrent la vitesse des visiteurs du samedi soir entre 30 et 90 miles/h, mais un pilote de jet signala des vitesses supérieures pour la lumière qu'il vit.

Le pilote de jet signala qu'il n'avait aucune "vitesse de fermeture" apparente lorsqu'il tenta de rejoindre les lumières qu'il vit près de la base aérienne d'Andrews. Cela signifie que les lumières se déplaçaient au moins aussi rapidement que son plafond de vitesse — un maximum de 600 miles/h.

Une personne qui vit les lumières lorsqu'elles apparurent dans cette région ne les vit pas la nuit dernière. Il s'agit de E. W. Chambers, un ingénieur de la station radio WRC, qui repéra les lumières alors qu'elles étaient à l'oeuvre au petit matin du 20 Juillet à la tour de Hyattsville de la station.

Chambers déclara avoir été désolé de voir les lumières parce qu'il était sceptique au sujet des "soucoupes volantes" auparavant. Aujourd'hui il déclare, he sort of merveilles et s'inquiète à propos du sujet en général.

Leon Davidson, 804 South Irving St. Arlington, un ingénieur chimiste qui mena une étude exhaustive des "soucoupes volantes" comme un passe-temps, déclara que les rapports d'hier sur les soucoupes dans l'Est, avait été relativement rares.

Davidson étudia le rapport officiel sur les soucoupes, y compris certaines des parties secrètes jamais rendues publiques, et analysa l'ensemble des données du rapport.

Davidson, dont l'étude sur les soucoupes est impressionnamment détaillée et scientifique, déclara penser que les lumières sont des produits de l'aviation américaine — probablement des ailes volantes circulaires exploitant un nouveau type de moteurs à réaction permettant une accélération rapide et des vitesses relativement basses. Il pense qu'il s'agit, soit de nouveaux chasseurs, soit de missiles téléguidés, ou de missiles guidés pilotés.

Il cite certains des chasseurs à réaction récents, dont le nouveau F-4-D de la Marine, qui dispose d'une "aile de chauve-souris" radicale, ainsi que des exemples de ce à quoi les objets pourraient resembler.

Davidson pense que le fait que les lumières aient été vues dans cette région indique que les autorités pourraient être sur le point de révéler le nouvel appareil dans un futur proche. Auparavant, la plupart des soucoupes vérifiées ont été observées au-dessus de régions peu habitées, explique Davidson, et maintenant, lorsqu'elles apparaissent ici, cela peut indiquer que le "secret" n'est plus si important.

Time magazine, 4 août 1952, p. 40


Des blips sur les écrans

Le traffic aérien était léger à l'aéroport de Washington à minuit la semaine dernière, et l'écran radar de l'Autorité Aéronautique Civile était pratiquement vide. A 0 h 40 un groupe de blips brillants se montrèrent. L'opérateur estima qu'ils se trouvaient à peu près à 15 miles au sud-ouest de Washington. Plus les blips disparurent brusquement et réaparurent queqlues secondes plus tard au-dessus du nord-est de Washington. L'opérateur appela son chef, le contrôleur sénior Harry Barnes, 39 ans, un diplômé de l'Institut Technique de Buffalo qui avait travaillé pour la CAA comme expert en électronique depuis 1941. L'opérateur dit à Barnes: Voilà des soucoupes volantes pour vous.

Barnes rit d'abord, mais les blips continuaient à s'afficher sur tout l'écran. Parfois ils stationnaient, parfois ils volaient lentement et parfois incroyablement vite. Les techniciens vérifièrent le radar ; il fonctionnait correctement.

Au-dessus de la Maison Blanche

Barnes commença à s'inquiéter lorsqu'il vit les blips apparemment voler au-dessus de la Maison Blanche et d'autres zones interdites. Il appela la tour de contrôle de l'aéroport. Pour sûr, sa radar montrait les étranges blips, lui aussi. Lorsque les hommes de la tour mesurèrent la vitesse d'un blip rapide, ils trouvèrent qu'il avait volé sur 8 miles à 7200 miles/h.

Maintenant les blips sur l'écran de Barnes se déplaçaient vers la base aérienne d'Andrews à environ 10 miles à l'est. Barnes appela la tour d'Andrews. Rien d'étrange n'était visible sur son radar, mais des hommes de la tour et un engagé sur le terrain virent une lumière unique, ronde et orange, dérivant dans le ciel du sud. C'en était assez pour Barnes. Il appela le Commandement de la Défense Aérienne et signala qu'un objet non identifié se trouvait au-dessus de la région de Washington. Puis il dit à un pilote de ligne, C. S. Pierman des Capital Airlines, qui s'apprêtait à décoller pour Pittsburgh, de regarder s'il voyait des objets mystérieux. Pierman grimpa à 6000 pieds et se dirigeait au nord-ouest. Barnes & Co. virent un groupe de blips étranges autour du blip fait par l'avion de Pierman et Pierman repéra une lumière blanche comme une étoile filante. Elle fonça au loin, et son blip disparût de l'écran de Barnes.
L'Air Force à la rescousse

Venant d'une base de Delaware arriva un vol de chasseurs à réaction F-94 équipés de radars. Avant qu'ils aient atteint Washington, tous les blips s'étaient éteints. Les jets ne virent rien du tout. Mais lorsque les jets partirent les blips réapparurent, jouant sur tout l'écran. Barnes dit : comme un groupe de gamins. Il appela tous les avions de ligne volant près de Washington, et demanda à leurs pilotes de signaler tous objets étranges. 1 pilote vit une lumière blanche, se déplaçant rapidement. Mais pendant tout ce tumulte, d'autres radars près de Washington (e.g. Quantico et Fort Meade) ne virent rien d'inhabituel.

Tout le reste de la semaine, quelques blips étranges apparurent [now & then]. Puis la nuit de samedi ils [broke out all over], quadrillant la capitale comme ils l'avaient fait la semaine d'avant. Cette fois, le radar d'Andrews voyait les choses lui aussi. 1 blip s'accrocha au-dessus de Bolling Field, à travers le Potomac depuis l'aéroport, mais des observateurs à Bolling ne virent rien dans le ciel. Certaines pilotes de ligne virent des lumières mystérieuses ; d'autre ne virent rien.
Les soucoupes volent à nouveau

Depuis Delaware décolla un autre vol de chasseurs de nuit. Cette fois les blips ne s'éteignirent pas. Ils restèrent sur les écrans au sol tandis que les jets fonçaient parmi eux. Mais seul 1 pilote vit une lumière, 1 autre vit un blip douteux sur son écran. Il s'éteignit avant qu'il puisse tirer.

Qu'étaient les mysterieux blips ? L'Air Force, à moins qu'elle n'essaie de cacher quelque mystérieux gadget en sa possession (e.g. une contre-mesure radar), était aussi baffled que quiconque d'autre. Comme on pourrait l'attendre l'invasion fantôme touched off a whole new rash d'histoire de soucoupes volantes. Mais si les hommes de Mars étaient vraiment au-dessus, la partie la plus étrange de toute l'histoire fut le fait que parmi tous les signalements conflictuels, aucun radar au-delà d'un rayon de 10 miles à Washington ne signala voir quoi que ce soit d'inhabituel à aucun moment.

http://www.rr0.org/Documents/Articles/1952-08-04_Time_BlipsOnTheScopes.html


Le new york times, 22 juillet 1952

L'article ci-dessous est apparu dans le New York Times le 22 juillet 1952.



ETRANGES OBJETS DANS LE CIEL US OBSERVATION PAR RADAR

WASHINGTON, 22 JUILLET

Les officiels de l'Armée de l'Air des Etats-Unis, qui ont effectué des vérifications sur des rapports récents de "soucoupes volantes" qui leur ont été soumises depuis diverses parties du pays, étudiant aujourd'hui des rapports que sept à 10 "objets aériens non identifiés" ont été notés sur les écrans de radar ici dès le début de dimanche matin. Ces objets ont semblé être au-dessus de la base aérienne d'Andrews, dans le Maryland.

L'Armée de l'Air a annoncé la nuit passée que les objets étaient apparus sur l'écran de radar au centre de contrôle du trafic aérien à l'aéroport National, d'abord sur une section de l'écran, et puis, bientôt ensuite, sur une autre section, qui les a montrés se déplaçant dans une direction différente. Leur vitesse était seulement de 100 à 135 miles à l'heure, ce qui est très lent pour des "soucoupes volantes." Un pilote a observé les objets pendant environ 12 minutes pendant qu'il pilotait de Washington à Martinsburg, en Virginie Occidentale. Un autre pilote a rapporté qu'une lumière brillante avait suivi son avion de Herndon, en Virginie jusqu'à moins de quatre miles de l'aéroport National.

"Alexandria Gazette" du 29 juillet 1952

Les radars pistent des OVNIS autour de Washington, 1952:

Tel que rédigé par William Daffron pour le journal "Alexandria Gazette" du 29 juillet 1952. Le Alexandria Gazette est le journal le plus ancien aux Etats Unis. Les événements de Washington et alentours en 1952 firent les premières pages de tous les grand journaux US.



DES OVNIS A NOUVEAU OBSERVES CE MATIN:

Les soucoupes volantes ont cerclée le Nord de la Virginie ce matin à nouveau.

Le CAA (1) indique que ses radars ont détecté des soucoupes volantes aux alentours de 6 heures ce matin alors qu'elles tournaient autour de Herndon, et du terrain d'aviation de Andrews.

Un fonctionnaire de la CAA a estimé que les objets voyageaient à des vitesses entre 100 et 200 miles par heure (2) dans leurs vols de ce matin. Simultanément l'Armée de l'Air vexée par l'incapacité de ses jets supersoniques à intercepter les soucoupes volantes de la nuit de samedi, a annoncé qu'elle équiperait ses avions avec des appareils photo spéciaux pour aider à résoudre le mystère (3).

Les pilotes de jets du 142e escadron d'intercepteurs de Newcastle, Delaware, ont depuis un certain temps maintenant des ordres pour abattre n'importe quel avion "non identifié" qui ignore les "ordres" d'atterrir. Un porte-parole de l'Armée de l'Air du Pentagone a refusé de dire si les soucoupes volantes entrent dans la catégorie des "avions." (4) Il a déclaré que les avions ont été en alerte 24 heures sur 24 pour défendre les cieux depuis les débuts de la guerre de Corée et les pilotes n'ont reçu aucun ordres précis pour abattre des "soucoupes."

Des experts en matière de soucoupes du terrain de Wright, Ohio ont été appelés à Washington pour une conférence spéciale sur le phénomène. Le groupe a été programmé pour arriver la nuit passée, mais a été retardé par des ennuis d'avions et se rassemblera aujourd'hui. (5) On s'attend à ce que des fonctionnaires du Pentagone publient un rapport sur les résultats des recherches jusqu'ici.

Un officier haut fonctionnaire de l'Armée de l'Air a réitéré hier que les soucoupes volantes ne sont PAS quelque expérience spéciale conduite par "sa" branche du service. Il a déclaré que "si l'armée, la marine, la Commission d'énergie atomique, ou n'importe quel autre organisme gouvernemental entreprenait de telles expériences notre service le saurait." "Une chose que je voudrais faire est de dissiper la croyance par certains que nous cacherions quelque chose," a-t-il dit. "Nous ne le faisons pas."

Des scientifiques, des portes-parole de l'Armée, et des citoyens privés continuent à offrir une grande variété d'explications pour les observations des radars à National Airport et à la base aérienne d'Andrews. Un officiel de l'Armée de l'Air a indiqué que les taches sur l'écran pourraient avoir été provoquées par des lâchers de feuilles d'aluminium par un bombardier B-36 dans les exercices récents de défense aérienne dans le Nord. Les bandes d'aluminium sont employées pour "opacifier" des écrans de radar. (6) Les scientifiques ont admis avoir peu de connaissances sur des phénomènes célestes tel que les rayons cosmiques et les forces électromagnétiques, mais disent qu'ils pourraient causer des réactions des radars. (7)

Une troisième explication donne comme origine aux "blips" enregistrés sur des écrans de radar l'utilisation intensives des téléviseurs dans le secteur pendant la convention. (8) A Alexandrie, James H. Gillis, observateur en chef pour le poste des Observateurs Volontaires de la Défense Aérienne à Russell Roadd, déclara que son équipe n'a vu aucune soucoupe volante, et n'a reçu aucun ordres spécifiques pour observer des soucoupes volantes. "Nos ordres sont de rapporter tous les objets étranges dans le ciel," a-t-il dit. "Nous transmettons nos rapports à la station de filtrage à Baltimore qui alerte ensuite les avions d'interception." Gillis dit que son équipe, censé opérer sur une base de 24 heures sur 24, manque de volontaires, et qu'il lutte pour maintenir une surveillance du ciel de 16:00 à 22:00.

L'Armée de l'Air a indiqué que ces dernières années ils ont reçu et évalué puis de 1000 observations "d'objets volants non identifiés." De ces derniers seulement une petite partie est demeurée inexplicable après recherches. De nouveaux rapports arrivent suite à l'étrange "poursuite dans le ciel" au dessus du Mont Vernon dans la nuit de Samedi. Sylvanus Jones, 25, un commis du Département d'Etat de Washington, dit qu'il a vu "une petite lumière" flotter dans l'espace au-dessus de la capitale. Il a dit qu'il était sûr que ce n'était pas une étoile ou une lumière d'avion.

La Police d'Etat à Indianapolis, Indiana, dit qu'ils ont observé trois soucoupes volantes se promenant dans le ciel hier. Les appareils photos de nouveau type étant installés dans les intercepteurs à réaction sont particulièrement conçus pour photographier "le phénomène lumineux," déclare l'Armée de l'Air. Ils opèrent selon le même principe utilisé par des astronomes pour déterminer la composition des étoiles.

Les scientifiques de l'Armée de l'Air espèrent déterminer le maquillage physique des lumières étranges et identifier de ce fait leur source.

NOTES:

Les notes de bas de pages sont de l'auteur de ce site et non pas parties de l'article original.

    * (1) L'administration de l'aviation civile des Etats-Unis (Civil Aviation Administration).
    * (2) Le texte original est ambigu et il pourrait aussi s'agir de "entre 100 et 200.000 miles par heure" en toute rigeur.
    * (3) Les jets de l'USAF étaient bien entendu déjà équipés d'appareils photos, la suggestion concerne l'ajout d'appareils "spéciaux", équipés de prisme pour la spectroscopie. Mais, comme l'explique le Capitaine Ruppelt de "Blue Book," ceux qui furent livrés étaient inutilisables, ce projet ne fur jamais mené à son terme, et il n'arriva pas que ces photos soient diffusées auprès du public, qu'elles soient des photos classiques ou "spéciales."
    * (4) Une remarque sarcastique typique qui indique bien à quel point la presse ne voulait plus croire les balivernes de l'USAF suite aux cas de 1952 à Washington.
    * (5) Les "experts" sont en fait le Capitaine Ruppelt du Projet Blue Book de l'USAF, qui a du s'inviter lui-même, la raison du retard est qu'on lui a refusé une voiture pour des raisons de grade insuffisant.
    * (6) Personne ne crut à un telle sottise: les feuilles d'aluminium ne volent pas autour des aéroports à des centaines de miles à l'heure, et si l'armée ne cache pas de projets secrets, elle ne se laisse pas non plus berner par ses propres exercices de brouillages radar, en envoyant des chasseurs à la poursuite de feuilles d'alu de brouillage radar au dessus de tout le Nord des US y compris au dessus de Washington.
    * (7) En substance, ces scientifiques disent "nous ne connaissons rien sur ces phénomènes mais ils expliquent les soucoupes volantes."
    * (8) Une "explication" qui avait pu rassurer à l'époque mais que l'on n'oserait certes plus proposer aujourd'hui. La "convention" faisant l'objet de l'attention des TV fut la convention du parti Démocrate, laquelle perdit la primeur des premières pages à cause des OVNIS.

The Bridgeport Post, Connecticut, USA, le 28 juillet 1952

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Bridgeport Post, Connecticut, USA, le 28 juillet 1952.



Les Intercepteurs à Réaction n'Arrivent Pas à Faire le Contact Avec les Fantômatiques 'Soucoupes' Au-Dessus de la Capitale

WASHINGTON, 28 juillet -- (AP) Le radar, qui normalement ne montre pas quelque chose qui n'est pas là, a détecté des "soucoupes volantes" près de la capitale de la nation pour la deuxième fois en une semaine.

Les pilotes des chasseurs à réaction ont fouillé les cieux sans entrer en contact direct avec quoi que ce soit pendant les six heures où quatre à 12 objets non identifiés sont apparus par intermittence sur des écrans de radar à l'Aéroport National de Washington et à la base aérienne voisine d'Andrews.

Décrits comme des 'lumières'

Un pilote a dit qu'il a vu quatre lumières approximativement à 10 miles de distance et légèrement au-dessus de lui. Mais elles ont disparu avant qu'il n'ait pu les rattraper, dit Associated Press. Plus tard, a dit le même pilote, il a vu "une lumière blanche régulière" à cinq miles au loin qui a disparu en environ une minute.

Dans la mesure où a pu être déterminé, c'était la première fois que des jet ont été envoyés à la poursuite de tels fantômes de ciel.

Les officiels ont soigneusement évité de mentionner des "soucoupes volantes," juste comme ils l'avaient fait quand les radar ont détecté sept ou huit objets non identifiés près de Washington lundi passé. Mais on s'est attendu à ce que l'Armée de l'Air ajoute le rapport à sa longue liste d'observations de soucoupes, dont les officiels déclarent qu'elles surviennent plus fréquemment que jamais depuis la vague initiale en 1947.

Un porte-parole de l'Air Force a dit que toutes les mesures nécessaires sont en train d'être prises pour évaluer ce tout réentes phénomène.

Plus tard, un porte-parole de l'Air Force a dit:

"Nous n'avons aucune preuve que ce sont des soucoupes volante. Inversement, nous n'avons aucune preuve tangible que ce ne sont pas des soucoupes volantes. Nous ne savons pas ce que c'est."

Il n'y avait aucun accord si les rapports récents sont les premiers de tels objets mystérieux apparaissant sur les radars. Au moins, les officiels ont convenu qu'ils sont peu ordinaires.

Le radar n'enregistre normalement rien qui ne soit pas matériel - tel que la lumière. Mais il peut détecter des choses telles qu'un oiseau en vol ou un groupe de nuages. Et un expert a dit que le radar n'est pas infaillible.

L'Armée de l'Air a signalé qu'entre quatre et 12 objets non identifiés sont apparus à 21:08 samedi sur l'écran de radar au centre du trafic aérien gérépar l'administration civile de l'aéronautique. Leur position a été estimée à 10 miles à l'est du Mont Vernon, en Virginie, qui est proche de l'aéroport de National de Washington.

Les jets n'arrivent pas à établir le 'contact'

Cela a été signalé à l'Armée de l'Air, qui a envoyé vers le ciel deux avions de chasse et d'interception à réaction depuis une base à Newcastle, Delaware, à environ 90 miles de Washington.

Quand les avions sont apparus sur leurs écrans de radar approximativement à 23:25, le CAA a essayé sans succès de guider les avions vers un contact avec les objets mystérieux. C'était pendant cette recherche que le pilote a fait ses deux observations des lumières.

Les avions sont repartis vers leur base à 1:40 heure du matin et deux autres jets leur ont succédé et sont restés dans le ciel jusqu'à 2:20 heure du matin sans faire de contacts.

Le pilote qui a aperçu les lumières a dit qu'elles "se déplaçaient réellement" - plus rapidement que 600 miles par heure. Mais les opérateurs de radar à la base aérienne d'Andrews ont dits [... ] "à une vitesse lente" - [... ] miles par heure. C'était plus ou moins le même schéma que les observations de la semaine dernière - des objets se déplaçant lentement avec des pointes de vitesse.

Une femme à Washington a rapporté qu'elle a vu "une lumière très brillante à travers le ciel vers la base d'Andrews à environ 12:15 P.M. Plus tard elle a dit qu'elle a vu un objet avec une queue comme une comète filer et quelques secondes plus tard une troisième dans une autre direction.

http://ufologie.net/press2/bridgeportpost28jul1952f.htm

Grand Haven, Michigan, USA, le 28 juillet 1952

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Grand Haven Tribune, de Grand Haven, Michigan, USA, le 28 juillet 1952.



Vision d'Objets Etrangess Dans les Cieux du Michigan

BATTLE CREEK. -- Des habitants su Centre-Sud du Michigan ont rapporté avoir vu des objets volants mystérieux dans le ciel la nuit dernière.

Une personne a dit avoir vu un objet qui a ressemblé à "une ampoule géante." D'autres ont dit que les objets étaient "en forme de ballon de rugby."

On a également rapporté avoir vu des objets dans la région de Detroit.

Des observateurs volontaires de l'"Opération Skywatch" de la Civil Air Patrol à l'aéroport d'Ionia ont rapporté avoir vu les objets entre 22:15 p.m. et 23 heures.

Ces heures concordaient avec des rapports d'observations à Battle Creek au sud de là.

http://ufologie.net/press2/grandhaventribune28jul1952f.htm

The Observer-Dispatch, d'Utica, Etat de New York

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Observer-Dispatch, d'Utica, Etat de New York, USA, le 28 juillet 1952.





New Reports of Saucers Above State and Washington Quoi Qu'il soient, Les [...] du Ciel SONT Là (Disent les Radars)

Compiled by the Observer-Dispatch From Press Association Dispatches

Le radar, qui normalement ne montre pas quelque chose qui n'est pas là, a détecté des "soucoupes volantes" près de la capitale de la nation pour la deuxième fois en une semaine.

Les pilotes des chasseurs à réaction ont fouillé les cieux sans entrer en contact direct avec quoi que ce soit pendant les six heures où quatre à 12 objets non identifiés sont apparus par intermittence sur des écrans de radar à l'Aéroport National de Washington et à la base aérienne voisine d'Andrews.

Un pilote a dit qu'il a vu quatre lumières approximativement à 10 miles de distance et légèrement au-dessus de lui. Mais elles ont disparu avant qu'il n'ait pu les rattraper, dit Associated Press. Plus tard, a dit le même pilote, il a vu "une lumière blanche régulière" à cinq miles au loin qui a disparu en environ une minute.

Dans la mesure où a pu être déterminé, c'était la première fois que des jet ont été envoyés à la poursuite de tels fantômes de ciel.

Les officiels ont soigneusement évité de mentionner des "soucoupes volantes," juste comme ils l'avaient fait quand les radar ont détecté sept ou huit objets non identifiés près de Washington lundi passé. Mais on s'est attendu à ce que l'Armée de l'Air ajoute le rapport à sa longue liste d'observations de soucoupes, dont les officiels déclarent qu'elles surviennent plus fréquemment que jamais depuis la vague initiale en 1947.

LE NORD DE L'ETAT DE NEW YORK a eu un autre rapport de mystérieuses "choses" du ciel à nouveau, également.

Il est venu de Nat Marsh, 27 ans, propecteur. Marsh a indiqué que lui, son épouse et leur fils de 13 ans Wallace roulaient vers leur maison en venant de Binghampton à environ 7 h la nuit passée quand son fils a attiré son attention sur un disque argenté dans le ciel.

Le disque se déplaçait vers le sud à ce qu'il a décrit comme une "vitesse fantastique." Il dit que lui et les membres de sa famille l'ont observé pendant plusieurs minutes avant qu'il n'ait disparu. Il était sûr que l'objet n'était pas un avion.

"NOUS NE SAVONS PAS ce qu'ils sont, mais nous l'étudions", a dit un porte-parole de l'Armée de l'Air du rapport de Washington.

"Nous n'avons aucune preive que ce sont des soucoupes volante. Inversement, nous n'avons aucune preuve tangible que ce ne sont pas des soucoupes volantes."

Il n'y avait aucun accord si les rapports récents sont les premiers de tels objets mystérieux apparaissant sur les radars. Au moins, les officiels ont convenu qu'ils sont peu ordinaires.

Le radar n'enregistre normalement rien qui ne soit pas matériel - tel que la lumière. Mais il peut détecter des choses telles qu'un oiseau en vol ou un groupe de nuages. Et un expert a dit que le radar n'est pas infaillible.

L'Armée de l'Air a signalé qu'entre quatre et 12 objets non identifiés sont apparus à 21:08 samedi sur l'écran de radar au centre du trafic aérien gérépar l'administration civile de l'aéronautique. Leur position a été estimée à 10 miles à l'est du Mont Vernon, en Virginie, qui est proche de l'aéroport de National de Washington.

Cela a été signalé à l'Armée de l'Air, qui a envoyé vers le ciel deux avions de chasse et d'interception à réaction depuis une base à Newcastle, Delaware, à environ 90 miles de Washington.

Quand les avions sont apparus sur leurs écrans de radar approximativement à 23:25, le CAA a essayé sans succès de guider les avions vers un contact avec les objets mystérieux. C'était pendant cette recherche que le pilote a fait ses deux observations des lumières.

Les avions sont repartis vers leur base à 1:40 heure du matin et deux autres jets leur ont succédé et sont restés dans le ciel jusqu'à 2:20 heure du matin sans faire de contacts.

Le pilote qui a aperçu les lumières a dit qu'elles "se déplaçaient réellement" - plus rapidement que 600 miles par heure. Mais les opérateurs de radar à la base aérienne d'Andrews ont dits [... ] "à une vitesse lente" - [... ] miles par heure. C'était plus ou moins le même schéma que les observations de la semaine dernière - des objets se déplaçant lentement avec des pointes de vitesse.

Une femme à Washington a rapporté qu'elle a vu "une lumière très brillante à travers le ciel vers la base d'Andrews à environ 12:15 P.M. Plus tard elle a dit qu'elle a vu un objet avec une queue comme une comète filer et quelques secondes plus tard une troisième dans une autre direction.

http://ufologie.net/press2/observerdispatch28jul1952f.htm

The Sheboygan Press

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Sheboygan Press, de Sheboygan, Wisconsin, USA, le 4 août 1952.

Cette fois il est difficile d'écarter ces mystérieuses "soucoupes"



[Photo légendée:] La salle de contrôle radar de la CAA à l'aéroport de Washington a dépisté les objets étranges sur le grand écran au centre au premier plan. Il montre la position des avions dans un rayon de 70 milles.

[Photo avec légende:] Le pilote de ligne aérienne S.C. a vu six "objets" en même temps que le radar de la CAA les a vus.

[Photo avec légende:] L'homme de la tour de contrôle Howard Cocklin après observation d'un des objets, est sûr que ce n'était pas une étoile.

Par DOUGLAS LARSEN Correspondant de l'agence NEA

WASHINGTON (NEA) -- Les soucoupes volantes sont de retour.

Et leur retour en premières pages a été le résultat d'un nouveau développement étonnant:

Pour la première fois, de nombreuses observations visuelles simultanées ont été franchement confirmées par des observations officielles des radars de l'Administration Civile de l'Aéronautique. Ceci s'est produit deux fois dans des circonstances presque identiques deux nuits de samedis successifs.

Jusqu'ici les debunkers officiels et non officiels des soucoupes avaient produit des théories crédibles pour expliquer des observations visuelles comme étant des phénomènes naturels.

Ils ont fait de même pour des rapports d'observation de radars individuel. Mais aucun de ces raisonnements n'explique d'une manière satisfaisante des observations visuelles totalement confirmées par les radars.

Ce remarquable nouveau chapitre dans d'histoire étrange des soucoupes volantes a été écrit dans les cieux au-dessus de Washington pendant six heures avant l'aube de dimanche, le 20 juillet, et à nouveau une semaine plus tard. Les détails et les implications de ce qui a eu lieu sont maintenant confirmés par la CAA et l'Armée de l'Air.

Depuis, l'Armée de l'Air a tranquillement indiqué qu'elle refusait à la presse sa section spéciale au terrain de Wright à Dayton, dans l'Ohio, qui étudiait les rapports de soucoupes volantes. En outre, toute l'information au sujet du personnel, des activités et du budget de ce groupe est maintenant strictement classifiée.

Des détails complets de ce qui s'est produit la première nuit sont indiqués pour la première fois par le Service de l'agence NEA.

La suite de cet article ici

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1952) La vague d'observation d'ovni à Washington,   Ven 04 Déc 2009, 22:41

Voici les faits:

Commençant peu de temps après le minuit, et continuant jusqu'à l'aube, huit opérateurs de radar expérimentés de la CAA et les techniciens, gérant le centre de contrôle du trafic aérien dans le hangar numéro 6 à National Airport, ont dépisté de sept à dix objets non identifiables et mystérieux effectuant des girations étranges dans les cieux au-dessus de Washington dans un rayon de 30 miles.

Harry G. Barnes, qui est à la CAA depuis neuf années, la plupart du temps travaillant au radar, était le responsable du groupe. Après s'être assuré que l'objet n'étaient pas un avion connu et que le radar fonctionnait parfaitement, il a contre-vérifié ses résultats avec les opérateurs de radar dans la tour de contrôle. Ils ont immédiatement confirmé ce qu'il a vu et ont continué à le faire. Les deux radars sont des appareils complètement distincts.

Plus tard le radar à la base aérienne voisine d'Andrews a également confirmé les observations.

Quand le radar central a montré un des objets non identifiés à une basse position dans le ciel du nord-ouest, les opérateurs dans la tour pouvaient le voir. Un d'eux, Howard Cocklin, qui est à la CAA depuis cinq années, l'a décrit:

"C'était une lumière de bonne taille, du jaune à l'orange en couleurs. D'abord cela a ressemblé à une grande grande étoile. Ensuite il a commencé à se déplacer d'une telle manière qui vous a incité à réaliser que cela ne pouvait pas être une étoile. Il n'y avait aucune vitesse inhabituelle dans son mouvement et parfois il a semblé être stationnaire. Nous pouvions le voir se déplacer aux alentours comme cela pendant environ 15 minutes. Il a simplement disparu du ciel du nord-ouest."

Il n'y a aucune fenêtre dans le centre où Barnes opérait. Aucun des huit hommes ne pouvait partir pour aller dehors essayer d'examiner leurs propres observations de radar.

Comme il est normal à cette heure-là, le trafic aérien était très réduit. Mais à la première occasion un opérateur dans le bureau de Barnes a contacté un pilote ce Capital Airlines, le capitaine S.C. Pierman.

"Avant l'autre nuit j'ai toujours rejeté les soucoupes volantes comme étant un phénomène atmosphérique. Mais j'ai maintenant réellement vu quelques objets étranges en action, qui défient l'explication. "

Un autre pilote de Capital Airlines a également rapporté voir une lumière au large de son aile, qui est apparue dans cette position l'écran radar. D'autres pilotes dans le ciel cette nuit, indique Barnes, ont semblé être peu disposé à discuter de ce sujet avec lui sur la radio.

Le mystère des soucoupes volantes a eu son début le 24 juin 1947, quand un homme d'affaires de Boise, Idaho, Kenneth Arnold, pilotait son avion privé au-dessus des crêtes déchiquetées du Mont Rainier dans l'Etat de Washington. Quand il a atterri, il à rapporté, le souffle coupé, avoir vu "une série de neuf objets formés comme des soucoupes jouant dans le ciel à ces vitesses fantastiques."

Depuis lors il y a eu des milliers d'observations partout dans le monde, beaucoup évidemment rapportés par des cinglés. Mais un nombre substanciel ont été si étranges et décrits de façon fiable, que même l'Armée de l'Air a dû admettre qu'ils étaient inexplicables.

Beaucoup de livres ont été écrits sur le sujet. Des centaines d'articles de magazine ont traité tous les aspects de la question. Cependant, un examen de la plupart de ce qui a été écrit et rapporté officiellement sur le sujet met en évidence plusieurs aspects uniques des observations récentes de Washington:

C'est la première fois que trois ensembles séparés de radar ont rapporté des observations identiques.

C'est la première fois qu'ils sont restés sous observation dans un secteur pendant un temps tellement long.

C'est la première fois que tellement d'hommes complètement responsables, y compris des opérateurs de radar, et des pilotes, ont tous observés et rapportés la même chose en même temps, avec tous les rapports se corroborant aussi exactement.

Les deux nuits ont connu une masse de récits officieux venant des gens dans le secteur qui prétendent avoir vu une ou plusieurs lumières étranges se déplacer environ le ciel.

Saul Pett, un journaliste de service de nouvelles de River Edge, New Jersey, a écrit une histoire détaillée sur celle qu'il a vue juste avant que sept objets soient apparus sur l'écran de radar de la CAA à National Airport. Il a dit:

"Cela a ressemblé à une sphère, colorée de façon tellement profondément orange qu'il est apparu presque comme de la nuance de la rouille. Egalement, il se déplaçait trop rapidement pour être un ballon. J'ai vu une soucoupe volante et vous ne pourrez plus me convaincre que ces bêtes là n'existent pas."

Il a dit qu'il a disparu dans la direction de Washington.

L'Armée de l'Air a la responsabilité de déterminer ce qu'il en est des rapports de soucoupe. Après étude de deux ans, elle a finalement rapporté en 1950.

"Toutes les évidences et analyses indiquent que les rapports des objets volants non identifiés sont les résultats de: (1) interprétation fausse de divers objets conventionnels; (2) une forme douce d'hystérie de masse; (3) ou des canulars."

Le Lieutenant-Colonel DeWitt R. Scarles, un officier de presse de l'Armée de l'Air, a reçu la mission de nier officiellement l'existence des soucoupes depuis lors. Son dossier sur le sujet a été étiqueté "la mort des soucoupes."

On June 17 of this year, however, Col. Searles was forced to reveal a slight alteration in the Air Force stand on saucers. He issued a statement which said: Le 17 juin 17 de cette année, cependant, Le Col. Searles a été forcé d'indiquer un léger changement de la position de l'Armée de l'Air sur les soucoupes. Il a publié un rapport qui a indiqué:

"Aucune preuve concrète ne nous a encore atteints pour prouver ou réfuter l'existence des dénommées soucoupes volantes. Cependant, il reste là un certain nombre d'observations qui n'ont pas été expliquése d'une manière satisfaisante. Aussi longtemps que ce sera vrai, l'Armée de l'Air continuera à étudier les rapports de soucoupes volantes."

La réaction de l'Armée de l'Air aux observations récentes de Washington a été curieuse, et ses rapports avaient été contradictoires. Quelques minutes après que la CAA ait confirmé ses observations le 20, ils ont rapporté le fait à l'Armée de l'Air en suivant la voie qui est normale, aussi bien que classifiée..

Dans les plusieurs jours suivants, l'Armée de l'Air a prétendu que son radar à la base aérienne voisine d'Andrews n'a pas confirmé les résultats du radar de la CAA. Plus tard, cependant, l'Armée de l'Air a admis que son radar d'Andrews a eu des observations pratiquement identiques aux deux autres pendant toute la soirée.

La première nuit aucun avion de chasse n'a décollé pour aller étudier les observations. Une semaine plus tard, cependant, l'Armée de l'Air a fait décoller des jets pour essayer de voir les objets de plus près.

Le seul rapport des pilotes de chasse a été qu'ils ont vu les lumières étranges, se déplaçant trop rapidement pour que les jets volant à 600 miles par heure ne puissent les arrêter.

Un autre rapport contradictoire de l'Armée de l'Air concerne un expert en matière de soucoupe qui est maintenant hors d'accès à l'unité de Dayton, le capitaine E. J. Ruppelt. Il s'est "trouvé" justement en ville à ce moment. Un porte-parole de l'Air Force a dit qu'il interviewerait toutes les personnes impliquées dans les observations.

Une semaine plus tard, cependant, le capitaine Ruppelt a quitté la ville et n'avait pas contacté une seule des personnes de la CAA impliquées. Le Colonel Searles a signalé qu'il avait pris une copie du bref compte rendu succinct de Barnes A main levée par le téléphone le jour suivant. Cela constitue la seule reconnaissance officielle de l'Air Force des événements du 20. L'Air Force, cependant, promet maintenant de faire une recherche complète sur les événements des deux nuits.

Dans la catégorie des études non-officielles des soucoupes, il y a la théorie du Dr Donald H. Menzel, un professeur d'astrophysique de Harvard. Il semble être celui qui a eu le plus d'effet dans le debunking des soucoupes parmi les experts.

Il dit que les observations visuelles pourraient être des lumières ordinaires quand elles sont reflétés par des couches d'air chaud. Et il dit que le radar peut produire un faux spot de la même manière.

Selon plusieurs experts à Washington, qui ont demandé à ne pas être cité, la théorie de Menzel n'explique pas les observations simultanément visuelle et radar.

De plus, il n'est pas vraisemblable que la moindre couche d'air chaud soit demeurée constante pendant une période tellement longue au-dessus de Washington cette nuit là.

Coïncidant avec les observations récentes de Washington et le plus grand nombre de rapports de soucoupes partout dans les États-Unis cet été, il y a eu des rumeurs croissantes autour du Pentagone et d'autres organismes gouvernementaux essayant d'expliquer les soucoupes. Et elles semblent venir de sources plus fiables, bien que ces sources continuent de ne pas se laisser identifier.

La plus persistante des rumeurs est que la compagnie d'avions Boeing à Seattle, Etat de Washington, est soit celle qui fabrique les soucoupes, soit celle qui a la responsabilité de la technologie du programme.

La rumeur raconte que des pièces très petites des soucoupes sont fabriquées par des sous-traitants largement répartis et que les éléments finis ont été assemblés à un certain emplacement distant.

Un porte-parole de Boeing à Seattle dément catégoriquement cette rumeur, de même que l'Armée de l'Air.

Les descriptions de celle des soucoupes qui ont été aperçues indique qu'une certaine source d'énergie radicalement serait nécessaire pour faire se déplacer les objets aussi rapidement qu'ils l'ont fait.

Si c'était vrai il ne semble pas raisonnable que l'Armée de l'Air dépenserait de tels efforts gigantesques pour améliorer ses moteurs des jets actuels, qui seraient rendus complètement désuets par la nouvelle source d'énergie. Ni non plus que l'Armée de l'Air serait susceptible de faire s'exercer à ses soucoupes de telles manoeuvres tôt dans la matinée de dimanche autour de Washington.

Dans la catégorie des plus étranges des rumeurs, il y a celle que les soucoupes sont soit Russes soit d'une autre planète et que plusieurs d'entre elles se sont écrasées et ont été prises par l'Armée de l'Air. Cela continue par la théorie que l'Armée de l'Air a pu réparer certaines d'entre elles et les faire fonctionner et en même temps essaye d'en construire par elle-même pareilles à celles-ci.

Ceci expliquerait pourquoi l'Armée de l'Air étant extrêmement intéressée par certaines observations, et apparemment pas intéressée par d'autres.

Le Colonel Searles, qui a eu plus d'expérience à nier les soucoupes que n'importe qui au Pentagone, rit tout simplement de l'idée.

Mais personne ne rit vraiment des objets étranges dépistés par le radar au-dessus de la capitale de la nation.

OVNIS DANS LE MICHIGAN, 1952:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Ypsillanty Press, de Ypsillanty, Michigan, USA, le 28 juillet 1952.



'Choses' dans le Ciel Ici Dimanche Paraissant Etre des Soucoupes Volantes

Les habitants d'Ypsilanti "ont vu des choses" aussi, dimanche, ajoutant à l'accumulation de l'évidence que des soucoupes volent vraiment là. D'autres secteurs au Michigan central du sud ont également rapporté les objets.

Mme. A. M. Vandersall, vivant à l'est d'Ypsilanti et au sud de la nouvelle Ecole George a eu à une bonne vue dimanche nuit dernière.

Incapable de dormir en raison de la chaleur, elle était sortie dans son jardin à approximativement 11 heures. Elle a décrit les visiteurs du ciel comme lumineux, avec une lumière blanche et l'avant arrondis et l'arrière en loque ou brumeux, quelque chose comme l'échappement d'avions à réaction. D'abord, elle en a vu trois ensemble rapprochés et trois autres à la traîne. Tous ont voyagé à une vitesse incroyable.

Les Wandersall habitent tout près de l'aérogare et sont au courant des divers types d'avions y compris les avions à réaction. C'était beaucoup plus rapides que les avions à réaction décollant du terminal ici. Le croquis d'accompagnement a été dessiné par elle pour indiquer le cotour approximatif des objets étranges. Elle les a aperçus à travers deux cimes d'arbre, assez bas dans le ciel et en allant du nord aux sud. Tous ont semblé avoir une forme plate et ovale.

Dimanche matin à environ 10:15, Warren Erlewine, 437 Owendale, a été effrayé de voir un disque argenté parcourir le ciel au-dessus des avions à réactions, se déplaçant n un arc avant de s'éloigner. Il n'y avait pas de nuages alors et il avait entendu des avions allants au sud et a vu leur traînée.

Il a estimé que la "soucoupe volante" avait entre 200 et 300 pieds de large et elle volait plus rapidement que les avions à réaction. Cela a semblé être circulaire et a d'abord été remarqué au nord des avions à réactions. Il l'a vu à l'est sud-est de sa résidence, apparemment à proximité de l'aérogare.

D'autres résidants du Michigan central du sud ont également rapporté voir des objets volants, mystérieux, dans le ciel la nuit passée.

Une personne a dit avoir vu un objet qui a ressemblé à "une ampoule géante." D'autres ont dit que les objets étaient "en forme de ballon de rugby."

On a également rapporté avoir vu des objets dans la région de Detroit.

Des observateurs volontaires de l'"Opération Skywatch" de la Civil Air Patrol à l'aéroport d'Ionia ont rapporté avoir vu les objets entre 22:15 p.m. et 23 heures.

Ces heures concordaient avec des rapports d'observations à Battle Creek au sud de là.

Mme Herman Zanders et Mme Ray Martin, en service à l'aéroport d'Ionia, ont été les premiers à les rapporter à ce point. Les observations des femmes ont été confirmés par James et Jack Hall, également observateurs de skywatch.

Ils ont dit que les objets étaient "en forme de ballon de rugby" et semblaient ressembler à des étoiles filantes. Allant vers le sud-ouest, ils ont été rapportés vus deux fois, la deuxième fois à une basse altitude. Les frères de Hall ont exercé leurs jumelles sur eux.

Mme R. D. Davis, femme au foyer de Battle Creek, a dit qu'elle a vu 14 objets très lumineux, brouillés sur les bords, aux environs de 22:15.

Harrison Howes, un comptable vivant de l'autre côté de sa rue, est sorti de la maison à temps pour voir un des objets. Il a dit qu'il a ressemblé à une ampoule électrique géante.

Lloyd Rainier, un machiniste de chez Marshall, a dit qu'il a vu ce qui a semblé être une lumière blanche brillante planant dans le ciel quand il a regardé vers le haut à Lyons Lake, au sud de Marshall.

Mme Davis a reconnu qu'elle avait entendu les rapports des objets inconnus mystérieux détectés par radar au-dessus de Washington avant qu'elle ait vu les lumières. Mais elle a insisté que ce que ces rapports n'ont eu rien à voir avec ce qu'elle a vu et elle a insisté sur le fait qu'elle avait bu "seulement du thé glacé."

A Detroit, plusieurs citoyens ont rapporté voir "des choses jaunâtre-oranges" planer dans le ciel.

Les descriptions des "choses" ont variée de la forme de cigare à ressemblant à des soucoupes volantes.

L'Armée de l'Air à la base de Selfridge où une partie des "choses" a été censément vue s'est refusée à commenter.

Les autorités de l'Armée de l'Air à la base locale de radar n'ont rapporté aucun signe des "soucoupes volantes" sur leur écran. Ils ont déclaré, cependant, qu'elles pourraient être le bombardier de dimanche [... ] de Detroit et ont déclaré que des bombardiers B-36, qui ont participé à cette "incursion" ont volé au-dessus de ce secteur à des altitudes élevées.

"L'attaque" surprise sur Detroit par des bombardiers à réaction B-36 a culminé en tant que premier exercice de défense aérienne jointe sur la frontière Etats-Unis Canada, l'exercice *poteau de signalisation."

Des habitants de Detroits par douzaines se sont transformés en observateurs de l'incursion et ont appelé la police pour rapporter les batailles simulées dans le ciel par les énormes bombardiers apparus au-dessus de Detroit.

Une vague des pseudo-attaquants a volé directement au-dessus du secteur de boucle, laissant de spectaculaires traînées de vapeur.
Vu à la capitale

Washington, 28 juillet. -- AP -- Le radar - qui normalement ne montre pas des choses qui ne sont pas là - a détecté des "soucoupes volantes" près de la capitale de la nation pour la deuxième fois en une semaine.

Les pilotes d'avions de chasse à réaction ont fouillé les cieux sans entrer en contact direct avec quoi que ce soit pendant les six heures durant lesquelles quatre à 12 objets non identifiés sont apparus par intermittence sur des écrans de radar à l'Aéroport National de Washington et à la base aérienne voisine d'Andrews.

Un des pilotes a dit qu'il a vu quatre lumières approximativement à 10 miles de distance et légèrement au-dessous de lui mais elles ont disparu avant qu'il n'ait pu les rattraper. Plus tard, le même pilote a dit qu'il a vu "une lumière blanche fixe" cinq miles loin qui a disparu en environ une minute.

Pour autant qu'il a pu être déterminé, c'était la première fois que des avions à réactions ont été envoyés sur la trace de tels fantômes du ciel.

Wilkes-Barre Record, Pennsylvanie

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Wilkes-Barre Record, Pennsylvanie, USA, le 28 juillet 1952.



Les Chasseurs à Réaction de l'Air Force
N'Arrivent Pas à Attraper les Objets
Volant Au-dessus de Washington

'Les Choses' Vues Deux Fois en 7 Jours

Un Pilote Rapporte Avoir Vu
Des Lumières Que Son Engin
Est Incapable de Suivre

Washington, 27 Juillet, UP. -- Des avions de chasse à réaction ont exploré le ciel nocturne au-dessus de Washington la nuit passée et tôt aujourd'hui après que des objets aériens inconnus aient été repérés par intermittence sur des écrans de radar sur une période de six heures.

Aucun contact n'a été fait avec aucun de ces sujets, dont les pilotes disent qu'ils ont ressemblé à des "lumières."

C'était la deuxième fois en une semaine que des objets volants non identifiés dans le ciel avaient été dépistés par le radar dans la région de Washington.

L'Armée de l'Air a indiqué ce soir que les derniers objets inconnus ont été repèrés sur des écrans de radar à l'aéroport National de Washington pendant au moins six heures.

Ils ont été détectées la première fois à 21:08 samedi par le Centre de Contrôle du Trafic Aérien à l'aéroport.

L'Armée de l'Air a été prévenue.

Entre quatre et 12 objets non identifiés au-dessus du voisinage de Washington ont été détectées par le radar, a rapporté l'Armée de l'Air.

Deux avions de chasse-intercepteurs à réaction ont été envoyé et ont fouillé le secteur, et plus tard une autre paire a assuré la recherche.

Mais ni l'un ni l'autre groupe n'a fait n'importe quel contact direct avec les objets inconnus, qui sont apparus à un pilote comme étant quatre lumières qui ont disparu avant qu'il n'ait pu les rattraper.

Après que les avions soient revenus à leur base, les objets inconnus ont continué à être observés pendant un certain temps sur les écrans de radar à l'aéroport, a dit l'Armée de l'Air.

Les pilotes des avions à réaction n'ont donné aucune description de ce que les objets aériens pourraient être au-delà d'en avoir dit qu'ils ont ressemblé à des lumières.

Les avions à réaction sont venus de Newcastle, Delaware, approximativement à 90 miles de Washington.

Ces pilotes sont apparus sur les écrans radar du CAA à approximativement 1:25 et ont été guidés vers plusieurs des objets inconnus.

L'Armée de l'Air a indiqué dans son rapport:

"Un des pilotes de jet a rapporté apercevoir quatre lumières dans l'avant approximativement à 10 miles et légèrement au-dessus de lui mais il a rapporté qu'il ne gagnait apparamment aucun terrain vers elles. Elles ont disparu avant qu'il n'ai pu les rattraper." Plus tard, le même pilote a rapporté une lumière régulière qui a disparu en environ une minute."

Les observations de choses non identifiées dans le ciel par le radar indiquent que quelque chose de matériel était impliquée, pas seulement de la lumière. Cela pourrait, cependant, être petit ou grand, car le radar est capable de détecter un oiseau en vol. Le radar peut également détecter des choses telles que des formations de nuages.

Le centre de contrôle du Trafic Aérien a fait plusieurs autres tentatives par ses observations radar des objets non identifiés pour guider les jets vers le contact. Cela n'a pas réussi, a dit l'Armée de l'Air, jusqu'à environ 23:49, quand le même pilote qui a rapporté le premier contact visuel a encore rapporté apercevoir ce qu'il a décrit comme une "lumière blanche régulière." La lumière a disparu en une minute environ, a dit l'Armée de l'Air.

L'opérateur de radar de la CAA au centre de contrôle du trafic, situé à l'aéroport national de Washington, a calculé la position de l'objet inconnu comme étant à approximativement 10 miles à l'est du Mont Vernon, en la Virginie, qui est près de l'aéroport.

Le pilote a dit que cette lumière était à environ cinq miles en avant de son avion.

L'Armée de l'Air dite qu'aucun autre contact, ni visuel ou par le radar, n'a été fait par les avions, bien que les "inconnus" aient encore été apparents à 2:20 heure du matin sur l'écran radar de la CAA.

http://ufologie.net/press2/wilkes-barrerecord28jul1952f.htm


REFERENCES:

 

The Report on Unidentified Flying Objects, livre de Edward J. Ruppelt, Capitaine, USAF ret., Doubleday & Co., 1956.
Ce que les radars nous apprennent à propos des soucoupes volantes, article de Donald E. Keyhoe, USMC ret., TRUE Magazine.
Transcription de la conférence du General Samford au Pentagone, 29 juillet 1952.
Mémo de la CIA au Directeur adjoint du renseignement scientifique, 29 juillet 1952, re "Recent Sightings of Unexplained Objects."
Mémo informel de la CIA au Deputy Assistant Director/SI,, re "Flying Saucers," 1er août 1952
"Report of the Scientific Panel on Unidentified Flying Objects", rapport, CIA (Central Intelligence Agency), janvier 1953.


http://ufologie.net/htm/usa1952f.htm

http://www.rr0.org/Dossier/1952-07-26_Washington/index.html


_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
 

(1952) La vague d'observation d'ovni à Washington,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (1952) La vague d'observation d'ovni à Washington,
» La Vague Belge d'observation d'ovni (1989-1992)
» Présentation de la vague d'observation de 1954
» Vague d'observation d'OVNI en 2008?
» 2010: Le 12/06 entre 22h30 et 00h00 - Nouvelle observation d'ovni - (Belgique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Base de données: les cas d'observations d'ovni classés par type :: Les affaires importantes dans l'histoire de l'ufologie :: I/ Cas "classiques" de l'ufologie-