Un site d'ufologie consacré à l'étude sérieuse des Ovnis et de leur histoire (informations sur le phénomène ovni)
 
Ovni Accueil site PortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Partagez | .
 

 (1967) La rencontre trop rapprochée de Steven Michalak à Falcon lake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum




Masculin Age: 36
Nombre de messages: 12577
Inscription: 11/03/2007
Localisation: France
Emploi: Privé
Passions: Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: (1967) La rencontre trop rapprochée de Steven Michalak à Falcon lake   Ven 04 Déc 2009, 21:49

La mésaventure de Steven Michalak (1967)


Steven Michalak s'est approché d'une soucoupe volante au sol et a été victime d'une éjection de gaz brûlant. Ses brûlures ont été soignées mais continuaient à réapparaître de façon inexplicable sur plusieurs années après son étrange aventure dans la nature canadienne. Il s'agit d'une affaire extraordinaire qui mérite l'attention de tous.


Photo de Stephen Michalak montrant les marques de brûlure géométriques

Le 19 Mai 1967 à 12:15 P.M., Stefan Michalak, qui faisait de la prospection géologique amateur près du lac Falcon, sur la frontière du Manitoba et de l'Ontario au Canada, fut stupéfait de voir deux objets en forme de cigare avec des "bosses" sur eux, rouges incandescent et en train de descendre. Un des objets s'est arrêté en plein air, stationnaire, et est ensuite silencieusement monté et a disparu dans les nuages. L'autre objet, d'environ trente-cinq pieds de diamètre et douze pieds de haut, a atterri à environ 160 pieds de Michalak.


Une porte s'est ouverte dans le côté de l'engin et Michalak a entendu des voix sifflantes. Il a appelé en anglais, russe, et d'autres langues, mais n'a obtenu aucune réponse. Il a pu marcher jusqu'à l'engin et le toucher réellement, mais il a décollé au moment où il se tenait près de lui, mettant sa chemise en feu et brûlant sa poitrine. Il s'est rendu chez un médecin, qui a trouvé un pattern de marques de brûlure en grille sur son thorax. Il a souffert de nausées, de vomissements, de diarrhées, de perte de poids etc... Une contamination radioactive sur les lieux a fait l'objet de nombreux débats et la véracité de son récit encore plus.

Les évènement

 

Pendant le week-end du Jour de Victoria, le canadien Stephen Michalak de Winnipeg, un mécanicien, a décidé de prospecter dans le parc provincial de Whiteshell. Michalak était un géologue amateur et avait prospecté dans ce secteur à de nombreuses reprises. D'autres avaient trouvé plusieurs veines de quartz près du lac Falcon, qui étaient associées à des dépôts argentifères, et Michalak avait eu lui-même l'occasion de trouver quelques emplacements prometteurs. Ainsi, le 19 Mai 1967, il a voyagé de Winnipeg à Falcon Lake, où il a passé la nuit dans un motel sur la route Trans-Canadienne.


 

Michalak a quitté son motel à 5:30 du matin et s'est dirigé au nord dans le décor sauvage du parc. A environ 9:00 heures du matin, il a trouvé une veine de quartz près d'une petite rivière. A 11:00 heure du matin, il a pris son déjeuner, puis a continué à examiner la formation de quartz. A 12:15 de l'après-midi sa concentration a été troublée par le caquetage de quelques oies. Il a regardé en l'air et a été étonné de voir deux objets en forme de cigare rougeoyants descendant à un angle de 45 degrés. Tandis qu'ils se rapprochaient, leur aspect est devenu plus ovale, puis en forme de disque.

 

Pendant qu'il observait, un des objets s'est arrêté et a plané, alors que l'autre descendait et atterrissait sur une grande roche plate à environ 160 pieds de lui. Après que quelques moments l'objet dans le ciel soit parti toujours, changeant de rouge en orange puis en gris tandis qu'il volait vers l'Ouest et disparaissait derrière les nuages. L'objet sur la terre a également tourné du rouge au gris et finalement à la couleur de "l'acier inoxydable chauffé," entouré par une lueur dorée. Michalak avait mis des lunettes de soudeur quand il ébréchant du quartz pour protéger ses yeux contre les éclats, et maintenant ces lunettes ont rempli la fonction additionnelle de protéger ses yeux contre une lumière pourpre brillante qui était émise par des ouvertures dans les objets. L'objet au sol faisait un bruit de sifflement et un bruit de vrombissement, et il dégageait une odeur sulfureuse.

 


Dessin par Steven Michalak 


Pendant plusieurs minutes, Michalak est resté où il était et a dessiné l'objet. Après environ une demi-heure, une porte s'est ouverte dans le côté de l'objet, mettant en évidence un intérieur éclairé. Michalak a décidé de se rapprocher, et quand il fut approximativement à soixante pieds de l'objet, il a commencé à entendre deux voix par-dessus les autres sons venant de l'objet.

 

Pensant que l'objet était un engin américain expérimental secret d'une certaine sorte, Michalak a appelé en anglais. Il n'y avait aucune réponse, alors il a essayé le russe, l'allemand, l'italien, le français, l'ukrainien, et puis à nouveau l'anglais. Il n'y eut pas plus de réponse.

 

Rassemblant ses esprits, Michalak a approché la porte ouverte et a collé sa tête à l'intérieur. Là il a vu un labyrinthe de lumières sur ce qui a semblé être un panneau, et des faisceaux de lumière en des patterns horizontaux et diagonaux. Il y avait également un faisceau de lumières clignotantes en un ordre aléatoire

 

"comme sur un ordinateur."

 

Ne voyant personne, il a retiré sa tête et a attendu. Soudainement, trois panneaux ont glissé ensemble, clôturant complètement l'ouverture. Michalak a alors examiné la surface externe de l'objet, notant qu'il était comme en verre coloré fortement poli sans aucune coupures ou raccords dans sa surface. Il l'a touché, et son gant a fondu.

 

Sans avertissement, l'objet s'est déplacé, et quelque chose comme une grille d'échappement était maintenant devant lui. Cela avait environ neuf pouces de haut par six pouces de large, et a contenait un alignement uniforme de trous ronds, chacun d'environ 1/16 pouce de diamètre. Un souffle du gaz chaud s'est échappé ces trous vers son thorax, mettant sa chemise et son maillot de corps en feu et lui causant une grave douleur. Il a arraché ses vêtements brûlants et les a jetés à terre. Il a regardé en l'air juste à temps pour voir l'engin partir comme le premier, et a senti les mouvements de l'air pendant qu'il montait.

 

Après que l'objet soit parti, Michalak a remarqué une odeur forte d'isolation électrique brûlant avec l'odeur sulfureuse qu'il avait remarquée plus tôt. De la mousse sur la terre avait été brûlée par ses vêtements jetés en feu, et il les a éteintes.

 

La zone où l'objet avait atterri semblait comme si elle avait été proprement balayée, mais empilé vers le haut en un cercle de 15 pieds, il y avait une collection d'aiguilles de pin et de débris. Pendant qu'il regardait aux alentours, il a été pris d'un grave mal de tête, a été pris de nausées et de sueurs froides. Sa nausée s'est aggravée, et il a bientôt vomi. Il a décidé de se diriger de nouveau vers le motel, et sur le chemin du retour il a dû s'arrêter plusieurs fois en raison de vomissements.

 

Finalement, après avoir demandé l'aide d'un officier de la Police Montée qui passait, ce qui lui a été refusé, il a atteint le motel. A 16:00, il est entré dans le Coffee Shop et a demandé où il pourrait trouver un docteur. On lui a dit que le docteur le plus proche était à Kenora, dans l'Ontario, à 45 miles à l'Est de Falcon Lake. Michalak a décidé de retourner à Winnipeg plutôt que d'entrer dans l'Ontario.

 

Le prochain autobus vers Winnipeg ne se présentait pas avant environ 20:45, donc il est revenu à sa chambre et a appelé son épouse. Il lui a dit de ne pas s'inquiéter, mais qu'il avait eu un accident, et qu'elle devrait envoyer leur fils à sa rencontre à l'arrivée du bus. Il est arrivé à Winnipeg à environ 22:15, et son fils l'a immédiatement emmené à l'hôpital de Misericordia, où son mal de tête et nausée ont été traités et les marques de brûlure curieuses sur son thorax, dessinant une forme de grille, ont été notées.

 

Un des enquêteurs de la Police Montée Royale Canadienne (RCMP) a essayé de faire penser que les brûlures que Michalak avait sur son torse avaient été faite sur le gril d'un barbecue. Cependant, le pattern des brûlures était contraire à ce qu'il aurait été dans ce cas. Il y avait une tour de surveillance des incendies tout près, mais les surveillants n'ont censément rien vu ce jour là. Michalak n'a jamais gagné le moindre argent du fait de son expérience. En réalité, il a dû payer toutes ses propres dépenses médicales, y compris un voyage à la clinique de Mayo dans le Minnesota. Un petit livret qu'il a édité à compte d'auteur pour relater son expérience lui a fait perdre encore un peu plus d'argent.

 

Dans les deux années qui ont suivies, Michalak a été examiné par plus d'une douzaine de médecins aux Etats-Unis et au Canada. Des enquêtes sur le terrain ont été menées par des membres de la Police Montée, la RCAF (Royal Canadian Air Force), des fonctionnaires du gouvernement et de nombreux civils. Parmi ceux qui se sont rendus à l'emplacement avec Michalak se trouvaient des représentants des quartiers généraux du commandement de la formation de la RCAF, du CFB (Canadian Forces Base) de Winnipeg, de la CID (Division criminelle d'investigations) de la RCMP; du ministère fédéral de la santé et le département de la santé provincial du Manitoba. En outre, le Comité Condon de l'Université du Colorado Condon a étudié le cas, des journalistes du magasine LIFE se sont rendus dans le Manitoba et deux groupes d'ufologie civils, l'APRO (Organisation de Recherches sur les Phénomènes Aériens) et le CAPRO (l'APRO Canadien), se sont impliqués.

 

En conclusion, le département fédéral des mines et des ressources naturelles se sont également intéressés au cas, de même que l'établissement de recherches nucléaire de Whiteshell (WNRE), l'institut du Cancer de Manitoba, la clinique de Mayo, et une foule d'autres établissements médicaux.

 

Le Canadien Chris Rutkowski a étudié ce cas à fond, et donne les détails de ses investigations dans "Too Close an Encounter," "une rencontre trop rapprochée."

 
Une rencontre trop rapprochée, par Chris Rutkowski


Une rencontre trop rapprochée: le cas de Falcon Lake


Abstract


Dans toute la littérature ufologique, il y a beaucoup d'histoires d'effets physiologiques allégués associés aux rencontres d'OVNIS. Il y a plusieurs examens de ces cas, publiés, comme Aggen (1969), Crain (1971), Tokarz (1978) et la somme définitive pasr MaCampbell (1987). En outre, les examens de cas de rencontres rapprochées incluent souvent des détails de réactions médicales et d'effets associés aux expériences OVNIS. Le cas avec effets physiologique le plus connu et le plus étudié dans l'histoire ufologique récente avait été la rencontre de Cash-Landrum, dans laquelle deux femmes disent qu'elles ont été confrontées à un objet en forme de diamant et ont souffert de divers dommages en conséquence (Schuessler 1984).

 

Un des cas les plus intrigants de dommages sérieux attribués à une expérience OVNI est celui de Stefan Michalak. Il est revenu chez lui d'une expédition de prospection avec de sérieux effets néfastes dont il a affirmé qu'ils étaient le résultat d'une extraordinaire rencontre d'OVNI (Rutkowski 1981a).

 

L'incident s'est produit le 20 mai 1967, dans un secteur près de Falcon Lake, Manitoba, Canada, approximativement à 75 kilomètres au nord de la frontière américaine dans le bord rocheux du grand bouclier canadien. Falcon Lake est une ville touristique à la frontière méridionale du parc provincial de Whiteshell. Le parc est une nature sauvage en grande partie inhabité, d'une taille à peu près identique à celle de l'état de Rhode Island. Whiteshell est connu pour différents dépôts de minerai, et plusieurs petites mines ont été établies dans la région environnante. Stefan Michalak était un géologue amateur et avait souvent parcouru le secteur. Quelques prospecteurs avaient trouvé plusieurs veines de quartz dans les environs, qui étaient associés à des dépôts argentiques, et Michalak avait même revendiqué quelques concessions lui-même. Le 19 mai 1967, il a voyagé de sa maison de Winnipeg à Falcon Lake, où il a passé la nuit dans un motel sur la route Trans-Canadienne. Il comptait tirer parti d'un tranquille week-end de prospection.


La rencontre


Stefan Michalak est parti de son motel à 05:30 du matin s'est et dirigé au nord dans le bush. A 09:00 heure du matin, se déplaçant circulant sous un ciel lumineux et sans nuages, il avait trouvé une veine de quartz près d'un secteur marécageux, près d'un petit ruisseau. A 11:00 heure du matin, il a pris son déjeuner, puis est retourné à son examen de la formation de quartz. A midi 15, sous le soleil haut et des nuages se rassemblant dans l'ouest, Michalak a été surpris par quelques oies qui caquetaient, qui étaient de toute évidence dérangées par quelque chose. Il a regardé en l'ai et a été étonné de voir deux objets en forme de cigares, rouge incandescents, avec des "bosses" sur eux, une altitude angulaire estimée de 45 degrés, qui descendaient. Pendant qu'ils s'approchaient, ils ont semblé plus ovales et ensuite en forme de disques.

 

Soudainement, le plus éloigné des deux s'est arrêté en plein air, alors que l'autre approchait et semblait atterrir sur une grande roche plate qui a plus tard été déterminée être à environ 160 pieds de distance. Celui dans le ciel a plané pendant un bref moment puis est ensuite parti, changeant de rouge en orange en gris pendant qu'il volait vers l'ouest, où il a disparu derrière les nuages. Concentrant son attention sur l'objet au sol, Michalak a vu que celui-ci aussi tournait du rouge au gris, jusqu'à ce qu'il ait finalement pris la couleur "de l'acier inoxydable chaud," entouré par une lueur dorée. Tandis qu'il observait l'objet, il s'est mis à genoux près d'une roche où il avait ébréché du quartz. Il avait porté des lunettes de soudure pour protéger ses yeux contre des projections d'éclats de roche. Ces lunettes se sont avérées très utiles, car une lumière brillante sortait des ouvertures dans l'objet, qui l'aveuglait et créait des phosphènes rouges dans ses yeux.

 

Pendant la demi-heure qui a suivie, il est resté près de la roche, faisant un croquis de l'objet et notant diverses caractéristiques. L'engin était en forme de soucoupe, avait environ 40 pieds de diamètre et approximativement 10 pieds d'épaisseur. Sa coupole ou son dôme supérieure lui ajoutait trois pieds de haut en plus. Michalak s'est rendu compte qu'il y avait des vagues d'air chaud rayonnant de l'engin, accompagnées d'une "odeur de soufre." Il a également entendu un vrombissement qui a ressemblé à celui d'un moteur électrique rapide, et un sifflement, comme si de l'air étaient aspiré ou expulsé.

 

Une porte s'était ouverte dans le flanc de l'engin, indiquant quelques lumières à l'intérieur. Cette porte avait une taille d'environ deux pieds sur trois. Michalak s'est approché à moins de 60 pieds de l'engin, et a entendu deux voix semblant humaines, l'une avec un timbre plus haut que l'autre. Il était sûr que l'engin était un véhicule expérimental américain, et a marché plus près de lui, demandant ironiquement, "ok, les Yankees, vous avez des ennuis? Sortez donc et nous verrons ce que nous pouvons faire à ce sujet." N'obtenant aucune réponse (les voix s'étaient éteintes), et commençant à être perplexe, il a demandé avec précaution en russe, "vous parlez russe?" Il n'y eut aucune réponse, donc il a renouvelé ses salutations en allemand, italien, français et ukrainien, puis en anglais.

 

En ce moment, sa curiosité l'a emporté, et il s'est rapproché de l'engin, pour se retrouver directement devant lui. Poussant sa tête dans l'ouverture, il a vu un labyrinthe de lumières sur ce qui a semblé être un panneau, et des faisceaux de lumière en des patterns horizontaux et diagonaux. Il y avait également un faisceau de lumières clignotant dans un ordre aléatoire "comme sur un ordinateur."

 

Pendant que Michalak faisait un pas loin de l'engin, il a vu que sa paroi était environ 18 pouces d'épaisseur. Soudainement, trois panneaux ont glissé au-dessus de l'ouverture, la scellant "comme un obturateur d'appareil photo." Il a examiné l'extérieur de l'engin et en a touché le côté sa main gantée. Il n'y avait aucun signe de soudures ou de joints; la surface était fortement polie, paraissait comme du verre coloré avec la lumière se reflétant dessus, et faisait des "reflets argentés" à partir de la lumière du soleil. Retirant son gant, il a vu qu'il avait été brûlé et avait fondu quand il l'avait passé sur le côté de l'objet.

 

Inopinément, l'engin a changé sa position en tournant, et il faisait face à un passage d'échappement comme une grille qu'il avait vu auparavant à sa gauche.


Ce passage était d'environ neuf pouces de haut par six pouces de large, et portait un pattern régulier de trous ronds, chacun d'environ 1/16 pouces de diamètre. Un souffle du gaz chaud a été éjecté de ces trous vers son torse, mettant le feu à sa chemise et à son maillot de corps et lui causant une sévère douleur. Il a arraché ses vêtements brûlants et les a jetés à terre. Il a regardé vers le haut juste à temps pour voir l'engin partir comme le premier, et a senti des flots d'air pendant qu'il montait.

 

Les suites


Quand l'engin fut parti, Michalak a noté une forte odeur de circuits électriques brûlés mélangée à l'odeur originale du soufre. Regardant vers le bas, il a vu que des mousses avait pris feu à cause de ses chemises qui se consumaient lentement, et il les a alors piétinés. Il a marché vers l'endroit où il avait laissé ses affaires, et a vu que l'aiguille de sa boussole tournait n'importe comment; après quelques minutes, cela s'est arrêté. Il est retourné de nouveau à l'emplacement de l'atterrissage et s'est immédiatement senti nauséeux avec une montée subite de douleur venant d'un mal de tête.



Les vêtement brulés de Michalak
 

 

Le point d'atterrissage semblait être comme s'il avait été proprement balayé (aucunes brindilles ou pierres). Cependant, empilé vers le haut en un cercle de 15 pieds de diamètre, il y avait des tas d'aiguilles de pins, de saleté et de feuilles. Pendant qu'il regardait aux alentours, son mal de tête s'est aggravé, il s'est senti plus nauséeux et a subi un accès de sueur froide. Se sentant très faible et étourdi, il a vomi. Il a décidé de rentrer au motel. Sur le chemin du retour, il a vomi encore plusieurs fois et a dû s'arrêter pour reprendre des forces.

Quand il a finalement atteint la route, il était à environ un mille de là où il était entré dans les bois, ainsi il a commencé à descendre la route dans cette direction. Il a vu une voiture de la police montée venir vers lui et a essayé de lui faire des signes de s'arrêter. Elle a passé près de lui, apparemment pour aller faire demi-tour, parce que quelques minutes plus tard, Michalak a entendu une voix appeler près de lui. Michalak a raconté à l'officier de la Police Montée ce qui s'était produit. Michalak indique que l'officier l'a écouté mais il se rappelle ce que l'agent peu coopératif lui a répondu: "désolé, mais j'ai d'autres choses à faire." Alors l'officier est remonté dans sa voiture de patrouille et est parti.

 

Après avoir marché pendant ce qui lui a paru être une éternité, Michalak a atteint le motel. Pensant qu'il avait été en quelque sorte contaminé de façon ou d'autre, il n'est pas entré, mais est resté dehors près d'un bouquet d'arbres. Il a essayé d'obtenir de l'aide aux sièges sociaux voisins du parc mais ils étaient fermés. A 16:00, il s'est finalement aventuré vers le motel et est entré dans le café pour demander si si un docteur était disponible, car sa douleur s'était considérablement aggravée. On lui a dit que le docteur le plus proche était à Kenora, Ontario, 45 milles à l'est de Falcon Lake. Ne voulant pas rouler encore plus loin de la maison, Michalak a décidé de retourner à Winnipeg.

 

Pensant qu'il pourrait y avoir danger pour d'autres visiteurs du parc et que sa rencontre était certainement digne des informations, il a appelé le bureau des nouvelles du Winnipeg Tribune. Il s'était attendu à ce qu'ils envoient quelqu'un pour le prendre et l'amener chez un docteur, écoutant son histoire sur le chemin. Mais comme c'était un samedi, le département des nouvelles était à court de personnel et peu disposé à satisfaire à sa demande, d'autant plus qu'il voulait l'aide "mais aucune publicité." Il est allé à sa chambre, où il a attendu jusqu'à ce que le prochain autobus vers Winnipeg soit arrivé à environ 20:45. Il a appelé son épouse, lui disant qu'il avait eu un accident et qu'elle ne devait pas s'inquiéter, mais envoyer leur fils pour le chercher au terminus du bus. Quand il est arrivé à Winnipeg autour de 22:15, son fils l'a immédiatement emmené à l'Hôpital Misericordia.

 

Tout au long des deux années à venir, Michalak a été examiné par plus d'une douzaine de médecins aux Etats-Unis et au Canada. Des investigations sur le site ont été menées par des membres de la Police Montée Royale Canadienne [RCMP], la Force Aérienne Royale Canadienne [RCAF], des fonctionnaires du gouvernement et de nombreux civils. Le nombre de services gouvernementaux et de fonctionnaires qui ont été impliqués dans ce cas-ci est vertigineux. Dans le groupe qui s'est rendu avec Michalak à l'emplacement, il y avait des représentants des: Quartiers Généraux du Commandement de la Formation de la Force Aérienne Royale Canadienne; du CFB (Base des Forces Canadiennes) de Winnipeg; de la CID de la RCMP (la Division Criminelle D'Investigations); du Ministère Fédéral de la Santé et du Bien-être; du Département Provincial de la Santé et du Bien-être du Manitoba. En outre, le Comité Condon de l'Université du Colorado a mené une enquête, des journalistes du Magasine Life sont venus dans le Manitoba et deux groupes civils distincts mais se connaissant, l'APRO (Aerial Phenomena Research Organization) et le CAPRO (l'APRO Canadien), se sont impliqués. En outre, le Département Fédéral des Mines et des Ressources Naturelles a été intéressé, de même que l'Etablissement de Recherches Nucléaires de Whiteshell (WNRE), l'institut du Cancer du Manitoba, la clinique Mayo, et une foule d'autres établissements médicaux.


La portée de cette recherche intense ne peut pas être minimisée. Le cas de Falcon Lake pourrait être l'un des intensément étudié et bien documentés.

Le cas présente un certain nombre d'éléments d'intérêt particulier pour les chercheurs:

Les brûlures de Michalak et autres effets physiologiques;

les traces au sol trouvées sur le site;

la radioactivité dite associée au site; et de mystérieux fragments de métal trouvés sur le site.

Toutes les données disponibles associées à chacun de ces éléments seront examinées à leur tour.

Personnalité du témoin


Au moment de l'incident, Stefan Michalak était un employé d'un service industriel de Winnipeg. Il était un mécanicien industriel, avec une connaissance des machines, de la soudure, et du travail de métallurgie. En ce qui concerne l'état mental de Michalak, un psychiatre à la clinique Mayo qui l'a examiné a remarqué:

"Je n'ai trouvé aucune indication d'hallucinations [ou] de rêves ... Le MMPI n'était pas extraordinaire... Je ne puis trouver aucune évidence manifeste de maladie mentale ou émotive significative." [Mayo Clinic 1968: 2]



Michalak n'a jamais auparavant rapporté avoir observer quoi que ce soit comme l'OVNI il a rencontré en 1967. Pendant la deuxième guerre mondiale, il avait été un officier du renseignement et était très au courant de l'aspect et du comportement des véhicules militaires.

Dans le rapport de la Force Aérienne Royale Canadienne sur l'incident, beaucoup a été dit sur l'association de Michalak avec un homme appelé Gerald Hart (RCAF 1967s) Hart été connu de la RCMP en tant qu'individu "subversif", ainsi quand Michalak leur a indiqué que Hart l'avait aidé à sa recherche de l'emplacement de sa rencontre, les fonctionnaires sont devenus soupçonneux. (Entre d'autres excentricités, Hart refusait de payer l'impôt sur le revenu et a en fait écrit un livre populaire sur la façon dont on peut éviter de payer quoi que ce soit au gouvernement.)

En outre, les actions des investigateurs ufologues civils étaient sujets d'inquiétude dans les esprits des fonctionnaires. En particulier, Barry Thompson, décrit par un ancien membre du CAPRO comme "l'homme de liaison entre le CAPRO et l'APRO," était:

"... un compagnon constant de M. Michalak et lui a semblé être le porte-parole de M. Michalak pendant certaines des entrevues. L'officier d'investigation et le professeur Craig [du Comité Condon] ont été d'accord qu'il semblait y avoir des intentions de gain monétaire dans ces rapports personnels." [Force Aérienne Royale Canadienne 1967a: 4]

Cependant, il n'y avait jamais eu le moindre "gain monétaire" de l'incident. Le compte rendu rédigé par Michalak a été publié en privé vers la fin de 1967. Son manuscrit, écrit en Polonais, a été traduit et a imprimé sous forme de livret de 40 pages qui a été rapidement épuisé. Mais Michalak n'a pas vu grand argent après les coûts de publication, et à ce jour il est amer de ce que "d'autres ont fait de l'argent à partir de mon expérience, mais pas moi" (Michalak 1980). En fait, en raison du nombre d'exemplaire publiés et de la diffusion limitée, est qu'on pense que l'éditeur a perdu de l'argent. (un investigateur civil du cas a voulu au début des années 70 faire retraduire le manuscrit et réimprimer le livret, mais ceci ne s'est jamais produit.)

Le Chef d'Escadron Paul Bissky du la Royal Canadian Air Force était l'officier enquêteur sur le cas. Ses rapports aux quartiers généraux des forces canadiennes sont remarquables dans leurs détails et commentaires francs au sujet de ses investigations. Mais pour compliquer ses rapports, il y avait le fait que Bissky était un sceptique dévot, et a indiqué aux chercheurs dits qu'il "ne croit pas en ces choses [les OVNIS]" (Bissky 1980). On se sait pas à quel point ses avis personnels ont pu avoir influencé ses rapports.

Dire que Bissky pensait que Michalak était un menteur est une sous-estimation. A un point pendant sa recherche, il a brusquement demandé a Michalak s'il avait bu le jour de l'expérience. Il pensait que Michalak avait des hallucinations en raison de quelque stupeur alcoolique. Bissky a semblé sûr que l'alcool était impliqué d'une façon ou d'une autre dans le cas, et il a habilement manoeuvré Michalak pour prouver que celui-ci ne buvait pas que du thé. Dans son premier rapport, Bissky a noté:

"Bien que l'authenticité du rapport de M. Michalak n'ait pas été remise en cause jusqu'à la deuxième recherche, il avait semblé véritablement sincère et son histoire convainquait ceux qui l'entendaient pour la première fois, quelques doutes ont surgi pendant la dernière recherche.... M. Michalak avait fermement nié avoir consommé des boissons alcooliques à tout moment tandis qu'il était à Falcon Lake. Pourtant, un témoin digne de confiance à Falcon Lake a informé qu'il a personnellement servi à M. Michalak 4 ou 5 bouteilles de bière la nuit avant le voyage dans le bush." [Force Aérienne Royale Canadienne 1967a: 2]

C'est une note étrange, puisque le "témoin digne de confiance" était évidemment un barman, et Bissky n'a pas énoncé comment le propre sérieux de sa source avait été établi. Bissky a semblé vouloir prouver qu'il y avait au moins une contradiction ou un mensonge dans le témoignage de Michalak, et la question de consommation d'alcool a semblé être une cible bien choisie. (Rétrospectivement, même si Michalak admettait boire plusieurs bières, il resterait le problème des autres évidences physiques et physiologiques; que Michalak ait bu n'a probablement pas de conséquences sur le cas lui-même.)

Dans son rapport ultérieur, Bissky a noté plusieurs "contradictions" dans l'histoire de Michalak, y compris le passage détaillé suivant qui nous donne certains éclaircissements sur les recherches de Bissky pour la Force Aérienne Royale Canadienne:

"Il a été prouvé que M. Michalak consomme des boissons alcoolisées, en fait jusqu'à un degré considérable. Après être revenu de l'emplacement allégué, M. Michalak a été exprès au même bar où il avait consommé les cinq bières la nuit avant sa rencontre initiale le 20 mai 67. Bien qu'il ait refusé de la bière qu'on lui a offert (il n'a pas pu être déterminé si cela était parce qu'il n'a pas aimé la bière ou pas), il a accepté l'offre de plusieurs "Presbytériens" (un cocktail moitié eau moitié ginger ale et bière anglaise), en fait il est même allé jusqu'à payer une tournée de boissons pour le groupe. Il a semblé tenir son alcool raisonnablement bien, bien qu'on ait noté qu'il s'est détendu après la troisième boisson et est devenu tout à fait gai, racontant de nombreuses histoires. Une fois interrogé au sujet de la grande contradiction au sujet de la direction dans laquelle l'objet est parti, il a juste haussé les épaules et a ri. Quand il a été laissé, il était dans une humeur joviale, restant au bar, pour attendre vraisemblablement l'arrivée de ses deux aides de Winnipeg. Par conséquent il est très possible que M. Michalak ait pu avoir eu une partie privée la nuit du 19 mai, qui à son tour pourrait avoir causé des hallucinations le jour suivant." [Force Aérienne Royale Canadienne 1967b: 4]

Bissky était convaincu que Michalak avait bu fortement la nuit avant son expérience alléguée, le faisant avoir imaginé toute la rencontre OVNI dix à douze heures plus tard. Cependant, Bissky a décrit une théorie alternative à cet auteur: Michalak avait bu et s'était brûlé sur un gril de barbecue chaud. Le soutien de cette nouvelle théorie est venu d'autres sources anonymes mais "fiables" de Bissky, dans ce cas-ci une femme qui a été réveillée par le Michalak tambourinant sur la porte de son bungalow à 2:00 heure du matin. Malheureusement, Bissky a indiqué que la femme était à Falcon Lake pour un "cinq a sept" et ne pourra pas en parler publiquement. Il est intéressant que cette explication n'ait été jamais mentionnée dans n'importe quel rapport officiel, et n'a aucune autre évidence pour la soutenir (Bissky 1980). en dépit de toutes ses tentatives de trouver des failles dans l'histoire de Michalak, Bissky a été forcé de concéder que:

"... il y a certains faits, tels que la maladie de M. Michalak et les brûlures et le cercle très visible restant à l'emplacement, qui sont inexplicables." [RCAF 1967b: 5]

Même sous l'examen minutieux intense des investigateurs militaires baisés, le cas est apparu comme sain. En date de la période de cette écriture (janvier 1994), Michalak défend toujours son histoire originale et insiste toujours sur le fait que son expérience s'est produite comme il l'a décrite.

Effets physiologiques

Quand le docteur examinant lui a demandé comment il avait été blessé, Michalak a dit qu'il "avait été frappé par l'échappement sortant d'un avion." Dans le récit de son compte rendu, Michalak a expliqué qu'il n'avait pas parlé de l'OVNI au docteur parce que ni lui ni le médecin (Chinois) n'étaient assez à l'aise en anglais pour qu'il lui fasse comprendre le fantastique récit, et parce que Michalak était très fatigué et voulait rentrer chez lui. Il lui a été donné un sédatif et il est allé à sa maison, où il a pris un bain pour nettoyer ses blessures est alors allé au lit. (Michalak 1967: 23) Le matin suivant, Michalak avait toujours des douleurs et sa famille a remarqué qu'il avait une odeur corporelle et une haleine extrêmement mauvaises. Il ne pouvait conserver aucune nourriture, mais il n'avait de toute façon pas faim. Il a dit que selon la balance de salle de bains, il avait perdu six livres durant les deux jours précédents, et il est devenu inquiet.

Ce n'est pas avant cette soirée que son propre médecin, le Dr. R. D. Oatway, a examiné Michalak et l'histoire de soucoupe. Michalak a noté: "il m'a examiné avec ce qu'on peut appeler une discrétion professionnelle " (Michalak 1967: 24). Oatway a détaillé le rapport, préparé pour le Dr. Horace Dudley, consultant en la matière de l'APRO, décrivant l'état physique de Michalak à ce moment-là:

"Il s'est plaint d'un mal de tête du type barre, d'avoir le front chaud, de l'anorexie et de la nausée, de sentiments d'évanouissement. A l'examen, il a semblé plutôt dépressif, troublé, apathique, mais raisonnable et logique. Il y avait des brûlures des cheveux sur le front à la lisière des cheveux et sur le bas du sternum et de la région abdominale supérieure. Sur le haut de l'abdomen, au milieu et particulièrement à la gauche de la ligne médiane, il y avait de nombreuses lésions rougeâtres, légèrement irrégulières, ovales, légèrement en relief, disposées avec leurs axes en longueur principalement dans la direction transversale. Ces lésions ont semblé être conformées à une brûlure au premier degré. Comme je me le rappelle, elles étaient douloureuses et tendres mais pas sévèrement. J'ai également observé le maillot de corps brûlé qui avait des trous avec des bords carbonisés (ou noirci) correspondant à l'emplacement de la brûlure." [Oatway 1968]

Oatway a examiné les brûlures et a prescrit des comprimés contre les nausées et des antidouleurs à la codéine. Plus tard, il a référé Michalak à un dermatologue qui lui a donné une certaine pommade antibactérienne pour les brûlures. Pendant les deux semaines suivantes, l'état de Michalak s'est amélioré graduellement. Il a tenu un journal intime de sa santé pendant ce temps. Il a noté que son poids a diminué de 180 livres avant sa rencontre OVNI jusqu'à 158 livres le 27 mai, une semaine plus tard.

Malheureusement, puisque Michalak n'avait pas vu son médecin personnel pendant plus d'une année avant sa rencontre OVNI, il n'y avait aucun enregistrement officiel de son poids d'avant la rencontre. Pendant ce temps, il a également éprouvé plusieurs moment de sensation d'évanouissement, ce qu'il n'avait jamais eu avant dans sa vie. Il a continué à vomir de temps en temps, mais son appétit est lentement revenu à la normale. En raison de l'incitation par des enquêteurs ufologues civils, Michalak est allé voir un radiologue le 23 mai. Aucune indication de traumatisme radioactif n'a été trouvée.

Le 30 mai, Michalak a été emmené par un ufologue à l'Etablissement de Recherches Nucléaire de Whiteshell, où il lui a été fait un examen du corps entier. Là encore, rien au-dessus des lectures normales n'a été trouvé. Pendant la période juste après sa rencontre, Michalak a eu une légère baisse dans le compte des lymphocytes sanguins, de 25% à 16%.

Comme remarqué par un investigateur, les valeurs spécifiques et les temps correspondants étaient:

24 mai 1967 16%
30 mai 1967 21%
15 janvier 1968 31%
[Cannon 1970]

Après quatre semaines, le décompte des globules blancs était censément de nouveau à un niveau normal. Pendant ce temps les décomptes des plaquettes sanguines avaient été uniformément normaux. Si Michalak avait été affecté par des radiations, comme il l'a été suggéré, les décomptes auraient changé plus sensiblement. Brin Cannon, un fondateur du CAPRO, a rapporté aux adhérents de ce groupe que l'atténuation des brûlures de Michalak était "un trait caractéristique des brûlures radioactives" (canon 1968). Un rapport de l'hématologue, cependant, n'a indiqué "aucun résultat physique anormal," bien que Michalak ait eu "quelques cellules lymphoïdes atypiques dans la moelle plus une augmentation modérée du nombre de cellules du plasma sanguin" (Oatway 1968). Ces variations mineures ne soutiennent pas quelques comptes rendus publiés qui affirment que Michalak a eu des impuretés dans son sang (Naud 1978).

Mais le Dr Horace Dudley, un radiologue et conseiller de l'APRO à l'Université du Mississippi méridional, a observé que Michalak avait...

"... de la nausée et vomissements suivis de diarrhée et de perte de poids, ce qui est une image classique d'irradiation grave de tout le corps [exposé à] des rayons X ou gamma. J'estimerai que M. Michalak reçu de l'ordre de 100 à 200 roentgens. Il est très chanceux que cette dose de rayonnement ait seulement duré très peu de temps sinon il aurait certainement reçu une dose mortelle." [Lorenzen et Lorenzen 1968: 40-41]

D'autres n'ont pas cru que les symptômes de l'empoisonnement par radioactivité étaient présents, et le problème jamais n'a été entièrement résolu (Michalak 1967: 27-28; Les problèmes de peau de Rutkowski 1981b). Michalak a également eu différentes interprétations. Le haut de son torse, ayant été diagnostiqué comme thermiquement brûlé, a guéri assez rapidement. Son abdomen, où le dessin de la grille est apparu, est passé par des périodes d'effacement et de réapparition. On avait suggéré que ces trépointes aient été des brûlures de radiations.

Michalak a également eu une éruption qui a éclaté sur le haut de son torse. Un investigateur a dit que ceci était dû à des morsures d'insecte, et ceci est soutenu par le fait que des investigateurs ont été en effet mordus par un grand nombre de mouches noires sur le site. Cependant, il s'avère que Michalak a eu plus que juste un simple de tache de morsures. Les dossier médicaux notent des infections de la peau qui étaient "des secteurs comme le dessin de ruche avec des centres impétigineux " (Oatway 1968). Dans un autre rapport, il a eu un "urticaire généralisé" (Oatway 1967). Avec la répétition de l'éruption et de l'urticaire, Michalak a rapporté le sentiment de faiblesse, d'étourdissement et de nausée, et il a subi un engourdissement et un gonflement de ses articulations (Michalak 1967: 35-36).

Il est possible que Michalak ait eu une réaction allergique à quelque chose dans l'environnement. Le 21 septembre 1967, quatre mois après son expérience OVNI, Michalak était au travail quand il est devenu très malade. Il a senti une sensation brûlante sur son torse et cou, sa gorge s'est resserrée et il est devenu très malade ("suis devenu tout violet"). Ses mains ont enflé "comme un ballon," il est devenu étourdi, puis s'est évanoui (Michalak 1967: 35). A l'examen, les médecins ont conclu que Michalak avait eu une réaction allergique d'une certaine sorte. Cependant, considérant qu'il n'avait jamais eu de telles réactions avant sa rencontre, l'on pourrait se demander ce qui avait déclenché ces épisodes.

Michalak a graduellement récupéré de ses dommages et a cessé d'avoir ses réactions allergiques récurrentes. A ce jour, cependant, la rangée étrange de ses brûlures peut encore être sentie sous la peau de son abdomen inférieur.
 
La Clinique Mayo

En août 1968, Michalak est allé à la clinique Mayo à Rochester, Minnesota. Le but de sa visite était de subir des tests afin de déterminer exactement ce dont quoi il souffrait, puisque les médecins de Winnipeg ont semblé être inutiles. Il est important de noter ce Michalak a payé les tests de Mayo entièrement de sa poche, car l'assurance-maladie canadienne ne couvrirait pas un tel voyage. Il a voyagé au sud et est resté pendant deux semaines à un motel près de l'hôpital, venant tous les jours à la clinique en tant que patient. Il a rapporté qu'il lui a été fait un examen physique et psychologique complet par de divers médecins, puis il a été renvoyé chez lui.

Michalak a attendu plusieurs semaines, mais n'a pas reçu le moindre mot sur ses résultats. Il s'en est plaint à son propre docteur et a parlé aux représentants du CAPRO de l'absence des résultats. Les investigateurs du CAPRO ont lancés un appel à l'APRO pour de l'aide. Par la suite, l'ufologue John Keel est intervenu et en conséquence, le Dr Berthold Schwarz, un psychiatre et ufologue, a apporté son aide en envoyant une lettre d'enquête à la clinique Mayo, s'enquérant des rapports médicaux. En réponse, il lui a été retourné ce qui a été appelé la "lettre de démenti." Daté (peut-être de manière significative) du 1er avril 1969, la lettre indiquait brutalement:

"J'ai vérifié auprès de notre bureau d'enregistrement et je constate que nous n'avons jamais eu un patient de ce nom inscrit à la clinique Mayo. S'il avait été un patient, je suspecte que je n'aurais pas pu vous envoyer l'information sans son autorisation, les lois de l'état étant ce qu'elles sont, mais je peux vous dire que nous ne savons rien à son sujet." [Barry 1969]

Ceci a immédiatement stimulé des protestations contre un "cover-up!" de quelques individus qui ont appris l'existence de la lettre, et c'était juste, car ceci est apparu comme une tentative délibérée de tromper la recherche. Cependant, Schwarz a fait une nouvelle tentative avec une tactique différente; il a demandé à Michalak de signer un formulaire d'autorisation de consultation de ses dossiers et a expédié cela à la clinique Mayo en janvier 1970. Les rapports sont venus immédiatement.
 
Michalak s'était avéré être en bonne santé mais avec une neurodermatite et des syncopes simples (des crises d'évanouissement en raison de pertes soudaines de tension artérielle cérébrales). La syncope a été suggérée comme ayant quelque chose à voir avec de l'hyperventilation ou un débit cardiaque altéré (Rovelstad 1970). C'est intéressant, car Michalak a en effet eu des problèmes de coeur pendant la décennie passée. En outre, le rapport de la clinique de Mayo a décrit des problèmes physiologiques de Michalak avec plus de détails:
 
"Depuis mai 1967, il a eu des répétitions et recrudescences de lésions érythémiques et pruritiques sur son torse et ses jambes. Parfois ceux-ci se sont produits à intervalles d'approximativement 112 jours, mais cela n'a pas été régulier. Depuis janvier 1968, les ré-occurrences ont été plus fréquentes mais les symptômes étaient de durée plus brève. D'une façon générale, les lésions du torse apparaissent comme de petits points ou "grains," grandissant progressivement à la taille d'un quart ou d'un demi dollar, et étant très pruritique... Le temps entre l'apparition et la disparition initiales allait de quelques jours à plusieurs semaines. Les divers médicaments n'ont pas été utiles." [Clinique Mayo, 1968: 1]

Son état a été considéré comme étant tout à fait sérieux, particulièrement, l'information suivante fournie:

La raison principale pour laquelle M. Mechallack [sic] est venu à la clinique Mayo est maintenant en raison des maux de tête et les "crises d'évanouissement" qui ont accompagné les autres symptômes depuis qu'il avait été sévèrement malade en janvier 1968. Les maux de tête sont principalement bitemporals, réguliers, et très douloureux. Les problèmes de peau se produisent en même temps. Les crises d'évanouissement ne sont pas soudaines mais ne peuvent pas être prévues assez exactement pour lui permettre de conduire pendant les périodes symptomatiques (il craint de de se blesser ou de blesser d'autres). Graduellement, sa vue commence à baisser jusqu'à ce que tout soit noir. Il a le temps de s'asseoir mais est... sans connaissance pendant quelques minutes ou plus. Prétendument, son épouse l'a regardé pendant ces dernières crises et il ne se rappelle aucun symptôme suggestif des crises. Il déclare qu'il ne peut pas entendre pendant les crises." [Mayo Clinic 1968: 1]
 

La suite c'est ici


_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici


Dernière édition par Benjamin.D le Ven 04 Déc 2009, 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum




Masculin Age: 36
Nombre de messages: 12577
Inscription: 11/03/2007
Localisation: France
Emploi: Privé
Passions: Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1967) La rencontre trop rapprochée de Steven Michalak à Falcon lake   Ven 04 Déc 2009, 21:49

Radiations:

"Il ne m'a pas juste emmené là bas mais il m'a aidé dans les recherches. Je regardais dans la forêt pour retrouver des roches que j'avais vues avant, examinant des encoches que j'avais fait dans les rochers et finalement, après six heures, nous avons retrouvé l'endroit." [Michalak 1967: 31]

Ils ont trouvé un anneau de débris, dont ils pensaient qu'il a été fait quand l'objet a décollé. En outre, ils ont trouvé des bouts de la chemise et du ruban à mesurer que Michalak avait laissé. Quand ils sont revenus à Winnipeg, ils ont informé la Force Aérienne Royale Canadienne de leurs résultats.

Le 2 juillet, les investigateurs de la RCMP, de la Force Aérienne Royale Canadienne et du CAPRO ont accompagné Michalak à l'emplacement, recueillant des échantillons et prenant des photographies. Les analyses des échantillons par la RCMP ont montré des mesures de radiations sensiblement élevées. Sur leur recommandation, il a été envisagé de mettre un cordon de sécurité autour du secteur du fait d'un risque sanitaire possible.

Ceci a été noté dans un rapport d'incident d'un inspecteur du laboratoire de criminologie de la RCMP à Ottawa, le résultat des essais sur quelques échantillons envoyés par la RCMP au département de la santé et du bien-être nationaux. Ils ont trouvé:

"... une valeur de radiation de 3 microcuries dans l'échantillon de sol... le rayonnement vient d'une source de radium et est un possible risque sanitaire sérieux." [RCMP 1967]

Des échantillons prélevés de l'emplacement par Michalak et Hart ont été par la suite examinés par la Division de Radioprotection du Département Canadien de la Santé et du Bien-être Nationaux. Ils ont examiné des échantillons de "sol, de chemise brûlée et de bande d'acier pour une contamination radioactive possible." L'analyse gamma initiale a montré des niveaux significatifs de "Ra 226 ou équivalent."

Dans un rapport préparé par Stewart Hunt pour A. K. DasGupta, le Chef de la Section d'Evaluation et de Contrôle de la Sûreté, des détails de l'évaluation de radioactivité ont été décrits. Hunt a décrit très clairement et avec précaution les raisons pour lesquelles sa Division était impliquée:

"La tâche d'évaluer le risque d'irradiation du grand public et à l'emplacement d'atterrissage n'avait pas montré au début que la Division doive s'impliquer dans la recherche de la RCMP et du DND. Cependant, il est devenue évident... que la collecte et la coordination de toute l'information de fond étaient dues essentiellement à ce qui suit: a. Le manque apparent de coopération des principaux avec les militaires et la police. b. L'endroit exact de l'observation n'avait pas été établi à l'heure de la participation initiale de la Division." [Hunt 1967: 1]
 
Hunt a volé vers Winnipeg et a rencontré divers autres fonctionnaires le 26 juillet 1967. Ils ont eu une session de réflexion, pendant laquelle ils sont arrivés à un plan d'action compliqué qui a inclus une recherche complète sur l'emplacement, des analyses des effets physiques et un contrôle détaillé de fond non seulement du témoin principal mais également des investigateurs civils. En tant qu'élément de leur recherche, l'équipe a voyagé à East Braintree, dans le Manitoba, près du Whiteshell, où des déchets dangereux de l'Institut de Cancérologie du Manitoba avaient été enterrés. La raison de ceci était la suggestion que quelqu'un "avait semé" sur l'emplacement d'atterrissage du radium commercialement produit. Si il ne venait pas d'un cadran de montre en radium, ont-ils raisonné, alors il devait provenir d'une décharge de déchets nucléaires. Là encore, le sérieux avec lequel le cas a été considéré est évident. Trifouiller dans une décharge de déchets nucléaire est une chose très grave. Aucune indication du trifouillage n'a été trouvée, cependant.

L'équipe a également visité le lieu de travail de Michalak pour voir si ils employaient du radium dans l'un quelconque de leurs produits. Ils ont ensuite rendu visite à Michalak à sa maison pour vérifier les radiations dans les échantillons qu'il avait mis dans son sous-sol. Hunt remarque:

"Une fouille du sous-sol n'a montré trace de la moindre contamination. Les champs de rayonnement provenaient de façon discernable des sachets en plastique contenant le sol et les restes brûlés de la chemise de Michalak... M. Michalak n'a aucun respect pour les matériaux souillés. Il a manipulé le sol souillé avec ses mains nues, et a il a été d'une grande difficulté de lui faire se laver les mains." [Hunt 1967: 2]

Hunt était à la fois horrifié et soupçonneux. Comment un géologue amateur et un ingénieur qualifié peut-il ne pas être soucieux au sujet de débris radioactifs? La visite de Hunt était ce qui aidé à convaincre Michalak de visiter l'emplacement avec Bissky et les autres. Hunt est allé avec eux vérifier que la radioactivité était présente. Il a trouvé que:

"Un petit secteur s'est avéré être contaminé. Ceci a été situé à travers la couronne de la roche. Il y avait une souillure de contamination d'environ 0,5 pieds 8,0 pouces d'un côté de la fente. Il y avait également un certain lichen et la végétation de la terre qui était contaminé juste au delà de cette souillure. Le secteur souillé en totalité n'était pas plus grand que 100 pouces carrés. Tous les écoulements d'eau du secteur ont été examinées pour déceler une contamination possible, mais rien n'a été trouvé." [Hunt 1967: 2]

Après avoir examiné l'emplacement, il a estimé qu'il n'y avait "aucun risque sanitaire sérieux impliqué." Le fait que seul un petit secteur était radioactif était en contradiction avec le fait que la bande de mesure en acier de Michalak était radioactive, alors qu'elle avait pourtant été trouvée à "40 pas" de l'emplacement. L'explication offerte pour ceci était que tout ce qui avait été pris de l'emplacement avait été laissé ensemble en une pile dans le sous-sol de Michalak, de sorte que les articles non affectés aient pu être contaminés après le fait.

Dans une feuille non datée de compte rendu de réunion du Ministère de la Défense Nationale, un officiel du le bureau de l'Etat Major de la défense à Ottawa note:

"Il y a un certain doute sur le fait que les échantillons de sol contenaient réellement du "226" c'est à dire du radium pur. Cette question de doute est une évaluation scientifique au-delà de cette enquête. La quantité de "226," notamment 0,5, est égale approximativement à 1/3 de celle associé à une montre-bracelet moyenne. Cependant, la quantité, bien que convenable, n'explique pas comment cette "souillure" est arrivé sur la roche à l'emplacement allégué d'atterrissage. C'est ce qui tracasse les scientifiques." [Canadian Department of National Defence 1967?]

L'aspect peut-être le plus intéressant du scénario de "semage de radium" était la visite de Hunt au laboratoire environnemental provincial d'hygiène à Winnipeg:

"Des échantillons provenant de l'emplacement OVNI et ceux pris à la résidence de Michalak ont été vérifiés sous une lumière ultra-violette... Les échantillons prélevés à l'emplacement OVNI ont donné une indication qu'ils ont été souillés avec de la peinture luminescente au radium. Les échantillons provenant de la maison de Michalak n'ont pas répondu à la lumière UV." [Hunt 1967: 3]
 
Ceci était troublant. Si Michalak ou Hart avait semé le radium, alors ils auraient sûrement eu une certaine peinture luminescente dans leurs propres échantillons radioactifs. Pourtant c'était présent seulement dans les échantillons ultérieurs.

Encore d'autres détails rendant les choses confuses ont été trouvés quand Hunt a visité la maison de Barry Thompson, l'investigateur de l'APRO. Hunt a vérifié certain échantillons de sol et de de végétation que Thompson avait en sa possession. Thompson avait reçu ces échantillons de Michalak quand il l'a accompagné pendant une visite séparée à l'emplacement le 17 juillet 1967. La chasse a noté qu'un de ces échantillons:

"...s'est avéré radioactif. Des niveaux jusqu'à 1mR/h ont été détectés... L'échantillon a été scellé dans un sachet en plastique. Un contrôle de contamination a été fait du secteur où les échantillons étaient, en utilisant la lumière ultraviolette. Le secteur a était très encombré d'équipement photographique et beaucoup de fatras. Plusieurs secteurs ont répondu à la lumière UV, mais ceux-ci ne se sont pas avérés être des endroits contaminés, plus probablement des éclaboussures d'émulsion photographique. Thompson semble être un travailleur très peu soigneux." [Hunt 1967: 5]

Ceci soulève la possibilité que des "éclaboussures d'émulsion" étaient également la cause de la luminosité trouvée dans les échantillons de la Force Aérienne Royale Canadienne provenant de l'emplacement d'atterrissage. Hunt a appris que Thompson avait donné quelques échantillons à George Dyck, un technicien du département de médecine nucléaire de l'hôpital général de Winnipeg. Sur son propre temps, Dyck avait examiné les échantillons en utilisant l'équipement standard du laboratoire de son département. On a dit qu'un échantillon montrait un "pic de 1.4 MeV" et deux autres des pics plus faibles. Hunt a visité Dyck et a été présentée au Dr F. Helmuth, spécialiste en médecine nucléaire, qui avait examiné les brûlures de Michalak quand il lui avait été amené pour suivre ses autres tests médicaux. Hunt a également interviewé d'autres spécialistes en médecine nucléaire à l'hôpital. Le Dr R. Walton, directeur exécutif de la Clinique de Cancérologie du Manitoba, a été apparemment embarrassé de laisser impliquer son organisation dans de tels tests parce que " ils n'étaient pas particulièrement intéressés à être mêlés dans un travail de cette nature." Le stigmate de la recherche sur les OVNIS était plus que ce que l'établissement médical pouvait accepter.

Le Métal:

Entre juillet 1967 et mai 1968, l'emplacement d'atterrissage a été visité par une variété d'individus. Un de ces derniers était M. E. J. Epp, qui a fouillé le secteur à la recherche de radioactivité en tant qu'élément d'un contrôle par le département provincial des mines et des ressources naturelles. Ils étaient inquiets que Michalak ait pu égarer les premiers chercheurs premiers pour protéger ses sites de trouvailles minéralogiques. Cependant, non seulement Epp n'a pas trouvé la moindre radioactivité, mais Michalak n'a enregistré aucune revendication de trouvaille géologique avant la fin de 1967.
 
Le manque de radioactivité à ce moment est important, parce que le 19 mai 1968, Michalak a encore visité l'emplacement avec un ami. Dans son rapport au Comité Condon, Roy Craig a indiqué que Michalak a trouvé:
 
"... des morceaux massifs de matériel radioactif dans une fissure de la roche dans le "cercle d'atterrissage." Qui ... se sont composés de deux barres de métal en forme de W, de chacun environ 4,5 pouces de long, et de plusieurs plus petits morceaux de forme irrégulière. On a dit que ces articles ont été trouvés à environ 2 pouces au-dessous d'une couche de lichen dans la fissure de roche.... les deux fragments se sont chacun composés d'une partie massive centrale en métal qui n'était pas radioactive. Un de ces derniers était de 93% d'argent et l'autre de 96%. Ils contenaient du cuivre et du cadmium, et ont eu une composition semblable à cela trouvée dans l'argent des livres sterling ou dans les feuilles d'argent disponibles dans le commerce. Le métal était enduit d'une couche serrée fortement adhérente de sable de quartz, semblable à celui utilisé comme sable de fonderie. Celui-ci n'était également pas radioactif. La radioactivité était contenue dans une couche adhérant lâchement de minerais à grain fin contenant de l'uranium. Cette couche a pu être enlevée aisément par lavage et brossage. Les minerais étaient de l'uranophane et de la pechblende dépourvue de thorium, caractéristiquement trouvé dans des gisements en veine." [Condon 1969: 323]


"Tous les objets montrés ont été soumis au compteur Geiger et la majorité ont montré des mesures du même niveau que celui d'une montre-bracelet à cadran du service avec le même compteur." [Bissky 1968]

Là encore, il y avait des spéculations que le radium a été impliqué dans la radioactivité du métal. Il est ironique qu'il soit venu de la propre montre de Bissky. Bissky a également observé que:

"De plus grands objets ont semblé avoir été moulés pour une conception spécifique et M. M. a indiqué qu'il en avait bien plus en sa possession mais ne le laisserait pas regarder ou n'indiquerait pas leur nombres exacts bien qu'il ait admis que certains étaient en forme de "S" inversé."
 
Il a alors:

 "... essayé de piquer un des morceaux plus grands avec un couteau et a trouvé le métal très résistant au couteau bien qu'il n'y ait eu aucun son métallique normal une fois heurté par un autre objet métallique ou contre une pierre." [Bissky 1968]

Cette dernière observation est curieuse, puisqu'un gros morceau de quatre pouces de métal dense ne sonnerait pas nécessairement une fois frappé. Le souci de Bissky de ce que l'affaire était toujours très louche était évident quand il a conclu:
 
"... si on devait trouver que le métal est d'une matière première peu ordinaire, estime que la NRC devrait être mise à contribution pour une expertise. Il se peut que les métaux soient de grands dépôts d'argent naturel ou d'autres matières composites que l'on trouve dans ce secteur."

Et, ce qui est très important:

"... c'est intéressant que ces articles ont été situés au point exact de l'atterrissage allégué d'OVNI. Si ceci est un canular, quelqu'un se donne vraiment beaucoup de mal pour le perpétrer." [Bissky 1968]
C'est peu dire, en effet!

Un certain nombre d'établissements ont exécuté des analyses sur les morceaux en métal. Biospace Associates ont apparemment fait tester quelques échantillons par l'Université d'Etat du Colorado. Ils ont noté que:

"Cet alliage particulier est fait d'argent, sans les impuretés métalliques discernables par l'analyse de fluorescence sous rayon X." [Kachur 1968]

Dans une note de l'UFO Research Institute, situé à Pittsburgh, le Dr J. Roesner a rapporté que:

"Les spectres gamma étaient complexes; 15 énergies distinctes s'étendant de 0,11 MeV à 2,57 MeV ont pu être résolues. Les trois contribuants principaux à toute la radioactivité gamma ont eu des énergies de 0,61 MeV, de 1,10 MeV et de 1,53 MeV et se désintégraient avec des périodes de ~14 jours, 8 jours et 21 jours, respectivement.... Une analyse chimique semi-quantitative... a prouvé que 95 pour cent du spécimen est de l'argent. La quantité de cuivre dans le spécimen a été déterminée comme étant de 0,5 pour cent.... Les énergies et les périodes des rayons gamma émis par le spécimen ne sont pas conformes à l'affaiblissement prévu des produits d'activation argentiques formés dans une réaction (n, g) sur l'argent naturel." [Weitzel 1968]

Dans son rapport au Comité Condon, Craig a cité la conclusion de R. J. Traill, chef de la branche de minéralogie du National Research Council of Canada, qui a passé en revue les résultats du WNRE:
 
"J'interpréterais les spécimens comme étant des morceaux de mince feuille d'argent lesquelles ont été tordues, froissées, en partie fondues et laissés tomber ou autrement placées en contact avec le sable presque pur de quartz tandis qu'encore chaud. Ils ont été plus tard couverts d'un matériel radioactif lâchement adhérent qui se compose de minerai de pechblende écrasé, très chargé en uranophane et contenant l'hématite qui lui est associée." [Traill 1968: 2]

Craig a de plus noté:
 
"En raison de la perfection des recherches antérieures sur l'emplacement pour trouver du matériel radioactif, il est improbable que les particules découvertes un an après aient été manquées si elles avaient étées présentes quand les recherches antérieures ont été faites." [Condon 1969: 323]

Cependant, le CAPRO disait au contraire:

"Le fait est qu'il y a des évidences accablantes que le métal avait été là, au moins depuis juillet 1967. Quand le métal a été localisé, et puisqu'il a été pris du milieu de la roche, nous avons examiné les échantillons de sol enlevés du site en juillet 1967. Ces échantillons contenaient également les fragments minuscules du même métal et il n'y a aucun doute que les échantillons prélevés par les autorités contiennent ces pièces également." [CAPRO 1969: 6]

Brian Cannon, un investigateur civil pour le CAPRO, était avec raison soucieux de ce que les échantillons en métal ont semblé miner la crédibilité du cas. Cela semblait comme si les barres en métal étaient indépendantes de l'expérience de Michalak. Pour vérifier ceci, le CAPRO a fait examiner les barres en métal pour la vérifier la présence de radium. Selon leur rapport:

"Les analyses ont confirmé la présence du radium 226, la même source que celle qui a été trouvée dans les échantillons de sol. La théorie de la peinture de cadran de montre lumineuse s'est considérablement affaiblie." [Cannon 1969c]

Ce dernier point dérange en particulier. Les techniciens nucléaires expérimentés pourraient-ils avoir fait une telle erreur? L'affaire devient plus curieuse quand on considère les résultats de ré-analyse par la Ufology Research of Manitoba (UFOROM) durant 1977 à 1983. Des échantillons de sol provenant de l'emplacement de Falcon Lake ont été fournis par un ancien représentant du CAPRO et examinés par l'UFOROM à l'Université du Manitoba. Les échantillons ont montré une activité d'uranium naturel mais aucune signature de radium. Ceci a suggéré que les premières indications de la présence du radium aient été erronées.

Dans un mémorandum interne du Whiteshell Nuclear Research Establishment, l'analyste de laboratoire de J.D. Chen a rendu compte de "matière carbonisée," d'argent naturel, de fragments minéraux, de fragments de brindille et d'aiguilles de pin Jack pine. Il a écrit que:

"Les spectres gamma ont montré à un pic anormalement grand de 190 KeV dont on a pensé qu'il serait dû à l'enrichissement de l'U 235. Cependant, l'extraction chimique de l'uranium de l'échantillon et l'analyse suivante par spectrométrie de masse ont indiqué que les échantillons contenant l'uranium étaient de contenu normal de U 235. Des expériences sont poursuivies pour identifier la cause du grand pic de 190 KeV." [Chen 1968]

Une autre analyse d'un échantillon de sol a été faite en 1994 par l'associé de l'UFORUM Greg Kennedy, de Montréal. La spectroscopie par rayons gamma a trouvé quatre radionucléides: l'U235, le Pb214 [plomb], le Bi214 [bismuth] et le Cs137. Le césium était probablement dû aux retombées radioactives des essais d'armes nucléaires. Là encore, aucun uranium enrichi n'a été trouvé, et aucunes particules de métal.
 
Le sol était simplement naturellement riche en uranium, une conclusion typique dans la région de Whiteshell. Les échantillons de sol originaux du site retrouvés contenaient seulement une radioactivité naturelle. Cependant, le radium 226 a été détecté par quelques investigateurs. Il n'est pas clair si c'ait été une erreur. Les échantillons en métal, d' autre part, sont certainement mystérieux et ne semblent pas naturels. Pour résoudre le puzzle, il serait des plus utile d'obtenir un petit échantillon du métal pour nouvelle analyse.

Enquête sur le Site:

Le rapport le plus scientifique sur le cas a été publié par le fameux Comité Condon. Le Dr Roy Craig et Mary Lou Armstrong de l'Université du Colorado on tous deux visités Michalak en juin 1967. Les accompagnant, il y avait John Fried du magazine Life, qui voulait faire un article sur l'incident. Malheureusement, quand Michalak a essayé de les mener à l'emplacement le 4 juin, il n'y a pas réussi.

Comme il l'a expliqué:

"La nature change rapidement à ce moment-là de l'année et la forêt était très différente... de ce qu'elle avait été avant au moment où j'avais été là.... La même chose s'est produite plus tard quand les membres de la Force Aérienne Royale Canadienne... et du RCMP sont allés avec moi rechercher l'endroit. Nous avons même utilisé un hélicoptère, mais c'était inutile. On aurait dit que l'endroit avait disparu de la face de la terre." [Michalak 1967: 29-30]
 
Michalak a noté que les investigateurs "ont été désenchantés" par son incapacité à trouver l'emplacement. Qui aurait pu les blâmer? Leur première visite était seulement deux semaines après l'incident, et déjà l'histoire avait une faille sérieuse. (c'est probablement pour cette raison que le cas n'a pas été considéré très solide par le Comité de Condon et l'U.S. Air Force. En effet, si le magazine Life la vie avait trouvé l'emplacement, l'histoire aurait attiré beaucoup plus d'attention et aurait pu être plus soigneusement documentée.)

Les demandes d'accès à l'information de plusieurs ufologues (y compris cet auteur) ont permis la découverte de documents qui fournissent plus de lumière sur l'incident mais soulèvent également beaucoup plus de questions. Dans certains cas, il y a de totales contradictions entre les dossiers civils et les dossiers gouvernementaux ou militaires des investigations. Le rapport officiel original de la RCAF ne porte pas de date mais est estimé avoir été soumis en mi-juin 1967 par le Squadron Leader Paul Bissky.

Bissky avait noté qu'il a mené un premier groupe de recherche à Falcon Lake le 25 mai, mais il n'a pas pu trouver l'emplacement. Le 30 mai, il a visité Michalak pour voir s'il se sentait bien assez pour accompagner une équipe de recherche. Michalak a décliné, mais il a dessiné un croquis du secteur, décrit l'emplacement en détail et identifié le secteur comme il pourrait apparaître sur une photographie aérienne. Le 31 mai, quatre membres de la RCMP, deux de la Force Aérienne Royale Canadienne et un autre investigateur, dans un hélicoptère H112, ont recherché l'emplacement, sans succès. Dans son rapport, Bissky a écrit:
 
"Le RCMP est revenu à Winnipeg ce soir là et a persuadé M. Michalak de les accompagner à Falcon Lake le jour suivant. Pensant il peut pouvoir localiser rapidement l'emplacement depuis le ciel, M.. Michalak a été emmené au-dessus du secteur en hélicoptère mais il n'a trouvé aucune caractéristique reconnaissable. Il a déclaré qu'il pourrait faire probablement faire mieux depuis le sol. La recherche s'est alors poursuivie avec lui menant le groupe au sol, avec l'hélicoptère surveillant les progrès à partir du ciel. À l'aide des radios portatives de la RCMP, un lien air sol était possible et ceci a considérablement aidé à diriger le groupe au sol vers les secteurs qui semblaient ressembler à ce que M. Michalak avait décrit. Après une après-midi de frustration et une recherche en soirée... M.. Michalak a insisté sur ce que le groupe au sol avait été très très près de l'endroit recherché au moment où il identifiait plusieurs caractéristique et secteurs physiques où il avait ébréché des roches pendant sa dernière visite de prospection." [RCAF 1967a: 2]

On doit se rappeler que c'était une fouille jointe par des officiers militaires et de police, armés d'un équipement sophistiqué de secours et de détection. Leur recherche du 2 juin avait également échouée. L'équipe de la Force Aérienne Royale Canadienne n'est pas revenue au secteur avant le 28 juillet, quand ils avaient convaincu Michalak de les mener à l'emplacement que lui et Gerald Hart avaient trouvé le 25 juin. Dans son rapport supplémentaire, daté du 1er septembre 1967, Bissky a écrit:

"Après un rapport informel de la RCMP qui disait que les échantillons soumis au CFHQ pour l'analyse se sont avérés contenir une radioactivité considérable, et qu'un représentant du service de la santé et du bien-être nationaux était envoyé pour étudier plus avant, tous ceux concernés ont été contactés et la décision a été prise de a) interroger M. Michalak à nouveau en vue de s'assurer des possibilités que sa maison et lui-même aient été contaminés par les matériaux qu'il avait rapporté comme échantillons; et b) étudier l'emplacement allégué d'atterrissage de l'objet, puisque M. Michalak avait maintenant été sur le site deux fois depuis sa rencontre initiale. [Note de l'auteur: avec Hart et avec Thompson] bien que M. Michalak ait précédemment été des moins coopératif pour ce qui était d'amener les militaires ou la RCMP au site, une fois que la gravité et les implications possibles lui ont été indiquées clairement, il a offert de mener une fouille dans le secteur." [RCAF 1967b: 2]

En d'autres termes, l'opinion de Bissky était que Michalak n'a pas voulu amener les officiels à l'emplacement avant qu'ils ne l'aient convaincu que la contamination radioactive était une possibilité sérieuse. La méfiance de Michalak à l'égard des officiels et son hésitation a été également notée dans le rapport précédent de Bissky:

"Une fois demandé de fournir l'endroit de l'emplacement, M. Michalak a objecté très fortement sur la base que pendant sa chasse du 25 juin où il en fait avait localisé ce qu'il avait recherché à l'origine et jusqu'au moment où il pourrait revendiquer son droit, il n'a eu aucune intention de faire venir qui que ce soit près de ce secteur. On lui a précisé qu'il n'y avait aucune intention de lui subtiliser sa concession et que c'était dans l'intérêt du public canadien qu'il montre l'emplacement au S/L Bissky. M. Michalak a déclaré que peu importait ce que l'on penserait de lui, il ne coopérerait pas avant que sa concession ne soit enregistrée. Il s'avère, cependant, qu'il doit maintenant partager sa concessions avec son nouvel associé, M. Hart, qu'il n'avait jamais rencontré avant. Ceci était particulièrement étonnant puisqu'il était très sensiblement soupçonneux de la RCMP pendant la visite, au point qu'il n'ait pas invité la RCMP dans sa cave pour examiner une partie [des] derniers échantillons rapportés de la dernière "trouvaille." [RCAF 1967a: Addendum]

Cependant, quand ils finalement ont convaincu Michalak de les mener à l'emplacement juillet 28, ils ont été surpris par son aspect et sa localisation.

"M. Michalak a mené avec succès le groupe au site, en approximativement 45 minutes passant la le bush, la brousse et de la broussaille épaisse considérable. L'emplacement était à moins de 50 yards d'où le groupe au sol avait fait les recherches le 1er juin 67, mais n'était pas visible à ce moment-là en raison du bush épais situé entre les deux secteurs." [RCAF 1967b: 2]

En d'autres termes, il y avait une explication raisonnable de pourquoi l'emplacement n'avait pas été trouvé par de premiers chercheurs. Ceci a semblé apaiser quelques doutes basés seulement sur l'incapacité à localiser l'emplacement. Ils ont trouvé:

"... le contour d'un cercle d'approximativement 15 pieds de diamètre sur la surface de roche où la couverture de mousse et de terre avait été dégagée jusqu'à la surface de roche par une force telle que celle produite par avion à vitesse très élevée." [RCAF 1967b: 2]

Les investigateurs ont pris des échantillons de la saleté, de la roche et de la végétation et ont également examiné des arbres à quelques yards du cercle. Ce dernier point, parce qu'il y avait un souci de ce que la taille alléguée de l'OVNI (35 à 40 pieds de diamètre) aurait fait qu'il aurait abîmé plusieurs arbres. Il n'y avait aucune indication de brûlures ou d'autres "perturbations." Ceci était curieux en soi, puisque Michalak a dit qu'il a frotté l'engin, brûlant son gant. Il semble logique que, pour le moins, quelques feuilles ou débris auraient été desséchés ou cassés.

"Vu la taille de l'objet allégué (35-40 pids de large), il est fortement peu probable qu'il aurait pu avoir fait une descente et une montée à partir du secteur recherché sans avoir fait contact avec certains des arbres environnants. Même si il n'était pas complètement échauffé sur sa surface, il devrait y avoir eu des indications d'avoir frôlé un arbre ou raclé certaines écorces. Pourtant il n'y avait aucune indication du tout." [Force Aérienne Royale Canadienne 1967b: 3]

Une explication possible est que les feuilles brûlées sont tombées et se sont délabrées pendant les deux mois depuis l'événement. Aucun des investigateurs n'était phytopathologue, ainsi des indications pourraient leur avoir échappé. Cependant, quelques investigateurs (et Michalak) insistent sur le fait que quelques arbres avaient été endommagés et que les évidences ont été ignorées. Ceci est confirmé par la description qui suit de l'emplacement dans le bulletin du CAPRO:
"La clairière se compose de trois affleurements rocheux principaux couverts de la couverture de lichens et de mousse habituelle. Un de ces affleurements, celui au-dessus duquel l'objet a plané, a été intensivement altéré et avait une légère radioactivité... Le lichen et la mousse qui a couvert l'autre roche dans le groupe ont été clairement soufflés et étaient accumulées en un anneau autour des bords de la roche au-dessus de laquelle on a dit que l'objet a plané. Un petit arbre qui croissait à travers une fissure dans la roche avait été plié et cassé à la base et s'étendait maintenant sur le côté. Les feuilles de cet arbre se sont décolorées de la façon suivante: sur chaque feuille il y avait un cercle rond de brun dans lequel était un secteur de rouge au centre duquel il y avait un trou. Cet échantillon a été confisqué par l'investigateur envoyé par le National Research Council." [Cannon 1968: 4]

Comme cet arbre n'a pas été mentionné dans le rapport officiel, ce problème n'a pas été encore résolu. Mais Craig avait noté qu'il n'y avait aucun signe d'aucune perturbation sur les arbres ou toute autre flore. Quand Michalak a visité l'emplacement à nouveau en automne de 1967, il a trouvé des indications suffisantes que quelque chose s'était produit là:

"Le 30 septembre, je suis revenu à l'endroit où l'engin avait atterri - pour voir s'il y avait d'autres changements. Je ne pouvais pas croire ce que j'ai vu. Les feuilles dans le secteur ont semblé comme si elles avaient été pulvérisées avec un certain produit chimique mortel. Toutes étaient défraîchies et mortes. Aucune végétation n'a poussé dans un rayon de 50 pieds de l'emplacement d'atterrissage. Le secteur où l'engin avait atterri était encore évident." [Michalak 1967: 36]

Si quelqu'un avait essayé de faire paraître le site "valable," l'embellissement d'un cercle de végétation affectée aurait certainement été une excellente idée. Ce qui n'a pas échappé aux investigateurs, c'était l'absence complète de traces physiques à part l'anneau des débris:

"... le déplacement complet de toute indication à l'emplacement le rend fortement suspect qu'il n'avait jamais été là. On aurait pu penser qu'une partie déchiquettée ou des lambeaux brûlés ou des particules brûlées de chemise seraient demeurées, même après les deux mois de temps écoulé." [RCAF 1967b: 4]

Hart et Michalak ont semblé avoir pris les indications confirmatoire qui pourraient avoir soutenu la crédibilité de l'histoire. Cependant, si des "particules de chemise brûlée" avaient été trouvées, elles auraient probablement tout autant donné lieu à des pensées soupçonneuses, ayant peut-être été placées là par quelqu'un pour soutenir le cas. On peut se demander si la moindre évidence aurait été considérée bona fide, étant donné la conviction personnelle de Bissky que le cas était un canular.

Le Gouvernement s'y intéresse:

Le gouvernement canadien a semblé refuser l'accès aux informations sur l'incident de Falcon Lake quand une question a été soulevée à la Chambre des Communes en 1967. le 29 juin 1967, on a signalé qu'un parlementaire, Edward Schreyer, s'est enquis des investigations sur les OVNIS, particulièrement en ce qui concernait le cas de Michalak. L'orateur de la Chambre a immédiatement "interrompu le sujet sans réponse gouvernementale." Le 6 novembre 1967, Leo Cadieux, ministre de la défense, a énoncé:

"... ce n'est pas dans les intentions du ministère de la défense nationale que de rendre public le rapport sur l'observation alléguée." [House of Commons 1967]

C'était en réponse aux demandes par plusieurs membres du conseil d'obtenir l'information sur l'incident. Le 11 novembre 1967, Schreyer a formellement déposé une question écrite à la chambre demandant l'information sur les OVNIS. Cependant, la question n'a pas suscité de réponse utile. Le 14 octobre 1968, le Chef de la Chambre Donald MacDonald a encore refusé à un Membre du Parlement, cette fois Barry Mather, l'accès aux rapports sur le cas de Michalak. Cependant, le 6 février 1969, Mather a eu la permission par un membre du Conseil des Privilèges d'examiner leur dossier sur les OVNIS "duquel quelques pages ont simplement été enlevées." Il a été signifié que rendre public le rapport "ne serait pas dans l'intérêt public," et pourrait créer un précédent dangereux "qui ne contribuerait pas à la bonne administration des affaires du pays." (Chambre Communes 1969).

Bondarchuk (1979) a rapporté que des "parties du rapport complet du gouvernement sont disponibles pour l'examen minutieux public " au National Research Council à Ottawa. Cependant, sont "remarquablement manquantes l'étude de la RCMP des objets brûlés [de Michalak], aussi bien que la conclusion finale du gouvernement, si il en existe effectivement une."

Possibles Rapports Corroborants:


Quand l'expérience de Michalak a été couverte par les médias locaux, beaucoup de gens ont rapporté leurs propres observations d'OVNIS à peu près dans la même période et le même secteur. Le 19 mai 1967, des résidants de Lockport, près de Winnipeg, ont rendu compte d'un OVNI avec "un anneau incandescent de chaleur" se déplaçant "à une vitesse indescriptible." Le 21 mai, trois personnes ont observé "un objet incandescent rougeâtre rond au niveau de la cime des arbres" depuis leur petite maison au lac Eleanor à Whiteshell. Ils l'ont rapporté à la RCMP le 23 mai, après que l'histoire de Michalak ait été publiée. Deux hommes ont observé un "grand objet, en forme de cigare à travers l'horizon à une vitesse énorme" le 25 mai. Cette même nuit, un grand objet orange, en forme d'oeuf a été vue près de Souris, et deux autres témoins ont vu "deux étoiles très brillantes à proximité étroite l'un de l'autre" au-dessus de Winnipeg. (Tous ces cas sont dans les dossiers de l'UFOROM.)

En 1978, un homme est entré en contact avec UFOROM avec des informations sur sa rencontre à West Hawk Lake lors d'une nuit en mai 1967. Bien qu'il n'ai pas pu se rappeler la date exacte, il a affirmé que cela s'était produit "en même temps que Michalak." Lui et un compagnon marchaient de West Hawk Lake à Caddy Lake le long d'une route. Ils avaient marché trois ou quatre miles vers leur destination quand son compagnon s'est arrêté pour refermer son lacet. L'homme, regardant droit devant, a été stupéfait de voir un grand objet en forme de disque glisser silencieusement à sa vue au-dessus des arbres et passer au-dessus de la route. Il a volé au-dessus des arbres vers l'autre côté de la route et a été perdue de vue. Inutile de le dire, le compagnon de l'homme n'a pas regardé en l'air à temps pour voir l'objet. Le croquis détaillé de l'objet par l'homme avait de la ressemblance avec les schémas de Michalak, avec quelques contradictions.
 
En juillet 1992, une femme a appelé l'UFOROM avec l'information qu'elle et sa fille avaient observé un OVNI pendant qu'elles voyageaient vers leur maison de Falcon Lake le long de la route Trans-Canada le même week-end que le cas de Michalak. Autour de 16:00, elles avaient laissé leur petite maison de Star Lake et allaient vers l'ouest quand elles ont vu "une soucoupe volante parfaite" au-dessus des arbres du côté du nord de la route. Elle avait une forme de chapeau, avec des fenêtres sur son extrados qui dégageaient une lumière "rosâtre-mauve." Le reste de l'objet était argenté, et il a semblé tourner dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. Sa fille a esquissé l'objet, et pendant qu'ils observaient, "il a disparu en plein air." Les croquis indépendants de l'objet par les deux témoins sont correspondant dans leurs détails et semblent montrer un engin semblable à celui rencontré par Michalak.

Mystères Non Résolus:

En 1989, un producteur de l'émission Unsolved Mysteries de NBC a contacté les Michalak et d'autres personnes (cet auteur y compris) pour information concernant le cas de Falcon Lake. En juin 1992, M. et Mme Michalak, leur fils Stan et l'auteur ont été transporté par avion par NBC vers un set loin au dans le Dakota du Sud pour une récréation de la rencontre de Michalak et de l'OVNI. La séquence a été diffuée le 4 novembre 1992.

Le jour de la diffusion, 22 appels ont été reçus par UFOROM et 20 ont été reçus par les opérateurs NBC en Californie. Aucun des appels locaux n'a fourni la moindre information concernant directement le cas de Falcon Lake, mais sept spectateurs ont rapporté leurs propres expériences OVNI. Un visiteur a rapporté avoir vu une lumière orange brillante au-dessus de Winnipeg "la même nuit que Michalak." Le jour suivant, le 5 novembre 1992, l'auteur a été interviewé sur une émission de radio pour un entretien consacrée au cas. Seulement un visiteur a fourni une information appropriées. Cette femme a affirmé qu'elle était une ancienne employée à l'Etablissement de Recherches Nucléaire de Whiteshell à l'époque de l'incident. Elle a dit que ses surveillants ont candidement noté que l'emplacement de Falcon Lake était "très radioactif." L'émission Unsolved Mysteries a été rediffusée le 17 mars 1993, avec des résultats semblables. Aucune piste nouvelle solide n'a été reçue.

Conclusions

Dans le rapport du projet OVNI commandité par le gouvernement des Etats-Unis, l'expérience de Michalak a été décrite comme un "inconnu," ce qui veut signifier qu'il n'y aucune explication. Leurs remarques de conclusion étaient impressionnantes:

"... si [la rencontre OVNI de Michalak] était physiquement réelle, elle montrerait l'existence de machines volantes étrangères dans notre environnement." [Condon 1969: 323]

Que s'est-il vraiment produit à Falcon Lake? Il n'y a aucune doute qu'un certain niveau de radiation a été trouvé à l'emplacement où Michalak a indiqué qu'il a eu son expérience. De même, il a montré quelques maux très peu communs, y compris la perte de poids rapportée, les marques particulières de brûlure sur son torse et estomac, les cheveux carbonisés, une éruption étrange et les vertiges récurrents.

Certain ufologues ont dit qu'il avait rencontré des êtres extraterrestres; certains indiquent qu'il est tombé sur un secret du gouvernement ou un engin militaire secret. Les sceptiques ont proposé la seule autre explication qui expliquerait plusieurs des faits: un canular. Le seul commentaire publié par un sceptique au sujet de l'incident a été celui de Donald Menzel et Ernest Taves, qui ont rejeté le cas en notant:

"D'abord, l'investigateur du projet et le prospecteur ensemble on été incapables de localiser le lieu de l'événement. En second lieu, la "maladie" a semblé avoir été provoquée par rien de plus exotique que des morsures d'insectes. Et troisièmement les tentatives du projet d'établir la réalité de l'événement ont indiqué "beaucoup de contradictions et incongruités... [par conséquent] nous considérons le cas comme un canular mal réalisé." [Menzel and Taves 1977: 104]

Puisque la Force Aérienne Royale Canadienne a concédé qu'il était difficile de trouver l'emplacement et puisque la maladie de Michalak était essentiellement plus que des morsures d'insecte, ce rejet semble quelque peu brutal. Et, tandis qu'il y a certainement beaucoup d'incongruités dans le cas, ceux-ci tendent à intensifier le mystère et non pas en forcer le rejet par eux-mêmes. Même si le cas était un canular, il n'est pas clair quant à qui pourrait avoir été responsable, ce qui en aurait été le motif, ou le bénéfice. En fait, même Bissky a concédé le canular était d'un calibre élevé.

Si c'était un canular, son exécution était tout à fait raffinée, car il a dupé plusieurs niveaux différents de recherche, et il reste beaucoup de questions sans réponse aujourd'hui. Si l'incident est un canular, il y a plusieurs possibilités pour l'identité du perpétrateur. Si seul Stefan Michalak était le fraudeur, il aurait eu besoin de beaucoup de ressources en plus du point de départ pour coller à son histoire sous les interrogations intenses pendant plus de 25 années.

Les fragments argentés trouvés au site sont certainement douteux. Le fraudeur aurait dû avoir visité l'emplacement au moins une fois avant d'y placer ces articles afin de localiser une position appropriée pour les cacher. Le fraudeur aurait également dû avoir eu accès au minerai de pechblende et une manière de mouler les barres argentées afin de donner l'aspect "trouvé" des objets. (Pour sa récréation de l'incident, Unsolved Mysteriesa employé un amalgame de soudure et d'autres matériaux pour faire des reproductions convaincantes des morceaux de métal.) En outre, le fraudeur aurait su que quelqu'un avec un compteur de Geiger reviendrait à l'emplacement de sorte que les articles aient pu être découverts. Puisque les barres en métal n'ont pas été découvertes après une recherche complète du secteur par les investigateurs officiels en 1967, le hoaxer avait pris plusieurs mois pour préparer l'emplacement pour la découverte par Michalak en 1968. Pendant cette période, des douzaines de personnes ont probablement eu accès à l'emplacement.

D'autres contradictions rendent l'histoire problématique. Il est intéressant que l'endroit de la rencontre ait été dans la vue d'une tour de garde de forêt. Craig signale que le garde forestier en service au moment de l'incident n'a pas observé l'atterrissage ou le vol des OVNIS, ni la fumée qui a résulté du feu de végétation. Ceci semblerait efficacement contredire l'histoire de Michalak, bien que l'individu dans la tour pourrait ne pas avoir regardé constamment dans la direction de l'emplacement. Mais puisque l'objet avait été au sol pendant au moins 45 minutes, et s'il brillait au soleil ou émettait "une intense lumière pourpre" (comme il a été dit qu'il le faisait), le pourquoi l'individu dans la tour ne l'a pas vue est intrigant.

Un autre problème que le rapport de Condon a noté était la direction dans laquelle l'objet est parti. Cette direction était de 255 degrés, ce qui aurait fait passer l'objet à moins d'un mile du terrain de golf local. Aucun objet n'a été rapporté par n'importe qui depuis le terrain de golf, bien que si la vitesse de l'OVNI avait été élevée, ce ne soit pas nécessairement problématique. Craig a noté qu'une espace ouvert dans les arbres au nord était contradictoire avec le cap de 255 degrés. Cependant, Michalak a clairement déclaré que l'objet est monté verticalement avant de partir.

Si Michalak avait inventé l'histoire, pourquoi serait-il donné tellement de mal pour la faire paraître authentique? Le rapport psychiatrique de la clinique Mayo a conclu que Michalak n'était pas le genre de personne qui inventent des histoires de cette nature. S'il "était tombé sur un barbecue" (suggéré par un sceptique) et s'était brûlé en faisant la fête à Falcon Lake, pourquoi serait-il nécessaire de prétendre que c'était le résultat d'une rencontre avec un OVNI? S'il voulait en donner une bonne image, est-ce qu'il ne se serait pas assuré que l'emplacement puisse être trouvé facilement, particulièrement puisque le magazine Life allait donner de la publicité d'histoire? Un fraudeur de ce calibre aurait certainement voulu ce genre d'attention.

Une autre possibilité est que Michalak a eu une vraie rencontre avec quelque chose, mais que quelqu'un d'autre a décidé d'améliorer les évidences de sorte que le cas paraisse meilleur. Etant donné le nombre de personnes impliquées dans les enquêtes militaires et civiles, c'est beaucoup plus probable qu'une tentative solo de canular de la part de Michalak. Le problème est dans l'élimination des suspects.

En conclusion, une note devrait être faite au sujet de l'utilisation de l'hypnose dans la recherche sur le cas. Les investigateurs du CAPRO ont localisé deux cliniciens qui employaient l'hypnose dans leurs pratiques. Dans un des exemples les plus ancien de l'utilisation de l'hypnose en ufologie, Michalak a subi au moins une session d'hypnose vers la fin des années 60. Récemment, un enregistrement sur bande d'une session a été rendu disponible pour étude. Malheureusement, peu d'information que Michalak ne 'était pas déjà rappelée consciemment ont été découverte pendant la session. (La question est compliquée par le fait qu'un des hypnotistes nie maintenant que Michalak a jamais subi l'hypnose, pourtant la bande enregistrée indique clairement qu'une telle session a eu lieu.)

Si nous supposons que l'histoire de Michalak est véridique, alors nous avons un bon rapport d'un atterrissage d'OVNI, accompagné d'effets physiques et physiologiques. Mes entrevues personnelles avec les Michalak les ont montrés comme étant des personnes sincères. Ils sont intelligents, ce sont des individus équilibrés, éduquées sur beaucoup de sujets. Leur ennui quant à leur notoriété est évident, et leur défensive contre d'autres tracas prouvent qu'ils ont été soumis au ridicule et à la critique graves depuis que l'incident a frappé la première fois les médias en 1967. Il est probable que beaucoup plus d'informations sur le cas soient toujours dans les divers fichiers perdus, caché ou autrement indisponible aux chercheurs rassemblant le puzzle de cette après-midi en 1967. On peut espérer que quelqu'un lisant ce rapport réexaminera ses dossiers et peut-être fera des recherches avec l'UFOROM, le CUFOS ou d'autres organisations ayant connaissance de matériel pertinent.

Les investigations continuent. Si les fonctionnaires étaient convaincus que Michalak était un fraudeur, pourquoi n'a-t-il pas été poursuivi pour dommages et intérêts? Il y avait certainement des évidence vers cette extrémité. Ce certainement aurait été une affaire en jugement intéressante, argumentant au sujet de l'existence d'OVNIS. Il est même possible que Michalak aurait gagné.

Remerciements:

Il s'est avéré très difficile de récupérer les documents utiles et de rassembler les enquêtes sur Falcon Lake. Je voudrais remercier les personnes suivantes de leur coopération et aide aimable dans la préparation de cet article: Roy Bauer, George Eberhart, Greg Kennedy, Maria Michalak, Stanley Michalak, Stefan Michalak, Mark Rodeghier, Berthold Schwarz, Vladimir Simosko, et Michael Sword.

Références:

Aggen, Erich A., Jr.
1969 Further Aspects of the Hostility Theory. Flying Saucers, No. 67 (December): 14-15.
Barry, Maurice J., Jr.
1969 Letter to Berthold E. Schwarz. April 1.
Bissky, Paul
1968 Teletype to D. F. Robertson. May 22.
1980 Personal communication.
Bondarchuk, Yurko
1967 UFO Sightings, Landings and Abductions. Toronto: Methuen. pp. 37-45.
Canadian Aerial Phenomena Research Organization (CAPRO)
1969 The Outcome of the Falcon Lake Landing. CAPRO Bulletin, Vol. 2 (January/February): 4-7.
Canadian Department of National Defence
1967? "Confidential" Minute Sheet. Signed by D. F. Robertson. Undated.
Cannon, Brian C.
1968 UAO Lands at Falcon Lake. CAPRO Bulletin, Vol. 1 (January): 3-4.
1969a Strange Case of Falcon Lake, Part 1. Canadian UFO Report, Vol. 1 (March-April): 10-12.
1969b Strange Case of Falcon Lake, Part 2. Canadian UFO Report, Vol. 1 (May-June): 11-12.
1969c Strange Case of Falcon Lake, Part 3. Canadian UFO Report, Vol. 1 (July-August): 24-26.
1970 Letter to Berthold E. Schwarz. January 24.
Chen, J. D.
1968 Memorandum to R. B. Stewart. July 23.
Condon, Edward U, scientific director
1969 Scientific Study of Unidentified Flying Objects. New York: Bantam. "Case 22," pp. 316-24.
Crain, T. Scott, Jr.
1971 Flying Saucer Casualties. Flying Saucers, No.73 (June): 7-9.
House of Commons (Canada)
1967 Debates. November 6. Ottawa: The Queen's Printer. p. 3919.
1969 Debates. February 6. Ottawa: The Queen's Printer. pp. 5234-36.
Hunt, Stewart E.
1967 Determination of Possible Radiation Hazards to the General Public from the Alleged Landing Site of an Unidentified Flying Object near Falcon Lake, Manitoba, in letter to A. K. DasGupta. September 13.
Kachur, Victor
1968 Letter to Jim Lorenzen. September 26.
Lorenzen, Carol, and Jim Lorenzen
1968 UFOs over the Americas. New York: Signet.
McCampbell, James
1987 Effects of UFOs upon People. In Hilary Evans and John Spencer (eds.), UFOs 1947-1987: The 40-Year Search for an Explanation. London: Fortean Tomes. pp. 200-210.
Mayo Clinic
1968 Psychiatric Report on Mr. Stephen Michallack [sic]. August 6.
Menzel, Donald H., and Ernest H. Taves
1977 The UFO Enigma. New York: Doubleday.
Michalak, Stephen
1967 My Encounter with the UFO. Winnipeg: Osnova Publications. 1980 Personal communication.
Naud, Yves
1978 U.F.O.s and Extraterrestrials in History. Geneva: Editions Fermi. Vol. 3: 147-56.
Oatway, R. D.
1967 Confidential report for Dr. E. P. Cardera, CFB Winnipeg. September 19.
1968 Letter to Horace Dudley. March 22.
Rovelstad, Randolph
1970 Letter to Berthold E. Schwarz. January 13.
Royal Canadian Air Force (RCAF)
1967a Report of an Investigation into the Reported UFO Sighting by Mr. Stephen Michalak on 20 May 67 in the Falcon Lake Area. Submitted by S/L P. Bissky. Approx. mid-June.
1967b Supplemental Report: UFO Investigation_Falcon Lake. September 1. Royal Canadian Mounted Police (RCMP) 1967 Incident Report. Canadian Forces Operations Centre. July 26.
Rutkowski, Chris
1981a The Falcon Lake Incident: Part 1. Flying Saucer Review, Vol. 27, no. 1: 14-16.
1981b The Falcon Lake Incident: Part 2. Flying Saucer Review, Vol. 27, no. 2: 15-18.
Schuessler, John F.
1984 Cash-Landrum Case: Speculation about the Medical Effects. In Walter H. Andrus and Dennis W. Stacy (eds.), MUFON 1984 UFO Symposium Proceedings. Seguin, Tex.: Mutual UFO Network. pp. 108-19.
Tokarz, Harry
1978 Are UFOs Boon or Curse to Medicine? Canadian UFO Report, Vol. 4 (Summer): 8-11, 13.
Traill, R. J.
1968 Memorandum to S. C. Robinson. June 13.
Turner, W.
1967 Letter to Stewart E. Hunt. September 5.
Vezina, Allan K.
1968 Canada 1967_A Big Year for UFO Research. Flying Saucers, No. 58 (June): 8-10.
Weitzel, William
1968 Letter to Jim Lorenzen. October.

DEUIL: STEFAN MICHALAK:

Obituary: Stefan Michalak Chris Rutkowski 30 Octobre 1999

C'est avec grande tristesse que je rapporte le décès de Stefan Michalak, la semaine dernière, à l'âge de 83 ans.

Michalak a été connu des ufologues comme témoin dans une des rencontres rapprochée de deuxième type embarrassante et bien documentée. Sa rencontre rapprochée avec un engin non identifié dans le désert Canadien en 1967 l'a laissé physiquement marqué. Les examens médicaux par des médecins Canadiens et Américain n'ont pas pu offrir une explication définitive de ses blessures et de leurs suites.

Jusqu'à récemment, en dépit de la quantité incroyable d'éléments probants à l'appui de l'expérience qu'il affirme avoir vécue, il n'y avait eu aucune explication offerte par des sceptiques en ce qui concerne "ce qui s'est vraiment produit." Seulement deux travaux publiés ont traité le cas de manière détaillée, offrant deux explications considérablement contrastées. Un sceptique a simplement noté que Michalak doit avoir été un falsificateur, sans se confronter à aucun des détails principaux du cas, alors que l'autre impliquait que Michalak doit avoir été la victime d'une expérience aérospatiale secrète. Ni l'une ni l'autre explication n'étaient satisfaisantes.

J'ai rencontré la première fois Michalak dans ma jeunesse, quand un de mes amis m'a indiqué que son père avait été brûlé par une soucoupe volante. A cette époque, j'étais plus intéressé à faire du vélo et à jouer au base-ball avec mes amis d'école que je ne l'étais pour le père de mon ami étendu malade dans son lit. Quand j'ai atteint l'université et que j'ai commencé à prendre connaissance des OVNIS et d'autres polémiques scientifiques, je me suis rendu compte qu'aucune étude complète n'avait été jamais faite sur ce que j'ai pensé être le cas d'OVNI le plus significatif en Amérique du Nord. J'ai rétabli le contact avec mon ami d'enfance et sa famille, et j'ai passé beaucoup d'heures a parler avec eux au sujet de leur expérience partagée. Je dis une expérience partagée, parce que la famille entière de Michalak a été affectée par ce qui s'était produit. Ils ont parlé amèrement au sujet de leur traitement par les médias et des enquêteurs, et ont tout naturellement souhaité que le monde les laisse simplement seuls. Cependant, Michalak lui-même a obstinément refusé de céder à la pression, et a hardiment et inlassablement raconté son expérience à des visiteurs, et encore des visiteurs. De manière plus significative, il n'a pas changé les détails de son histoire avec chaque récit, et il n'a pas cru qu'il avait vu un engin d'un autre monde. Il disait, de façon réaliste, qu'il n'a pas su ce qu'avait été l'objet.
 
Quand Michalak est allé à la clinique de Mayo à la suite de son expérience, il y est allé en tant que patient, puisque l'assurance maladie canadienne ne couvrirait pas ses frais. Mais, lui-même, a voulu savoir ce qui n'allait pas chez lui. On peut demander, logiquement, pourquoi un prétendu falsificateur se lancerait dans de tels ennuis et dépenses. En tout état de cause, l'évaluation psychiatrique de Michalak s'est avérée des plus intéressantes; le médecin examinant a trouvé que Michalak est un individu particulièrement stable et équilibré, sans psychopathologie ou indication qu'il serait enclin à inventer des histoires.

Je me rappelle très bien un incident qui indique le caractère de Michalak. Quand NBC a fait voyager sa famille et moi-même pour l'émissions "mystères non résolus,* j'ai eu l'occasion de passer beaucoup d'heures avec sa famille. Nous avons parlé de beaucoup de choses, et je suis en outre devenu convaincu que sa famille était aussi mystifiée par son expérience que n'importe qui d'autre. Mais l'événement le plus éloquent a eu lieu tandis qu'ils tournaient pour l'émission.

Juste avant le film de roulement, le directeur a voulu que Michalak soit détendu et se sentir plus à l'aise devant les caméra. Il a commencé à parler avec lui au sujet du temps, de son travail, du Canada et d'autres sujets courants. Puis, le directeur a dit, "bien, Steve, je devine que votre brûlure par l'OVNI a été la chose la plus incroyable qui s'est jamais produite dans votre vie." A la surprise de tous sur le plateau, Michalak a répondu "Oh, non, ça ne l'était pas." Interrogé plus avant, Michalak a bravement raconté l'histoire de ses expériences des camps de la mort de Nazi, parlant franchement et sans détoures au sujet des atrocités dont il avait été un témoin direct. Personne n'a osé interrompre son histoire, et quand il eu terminé, le plateau est resté frappé et silencieux; toute l'équipe était terriblement impressionnée. Plus tard, un des membres de l'équipe m'a dit, "ce type est le plus crédible que nous ayons jamais interviewé. Qu'est-ce que d'être brûlé par une soucoupe volante, comparé aux fours des Nazi?" A partir de ce moment, Michalak a été traité avec beaucoup de respect et de dignité, justement mérités. L'interrogatoire concernant l'OVNI a changé de "cela s'est-il vraiment produit?" à "qu'est ce qui s'est produit?"

Je ne sais pas ce qui a atterri lors de cette après-midi de printemps sur le bouclier Canadien. Je sais ce que Michalak m'a indiqué, et je sais qu'il n'était pas le genre de personne à composer des contes de fées. Je crois que tous les corps d'enquêtes ont été vraiment embarassés par le cas, et ont désespérément saisis des fétus de pailles qui répondraient à certaines des questions. Seul Michalak sait, et nous pouvons ne jamais avoir de réponse à toutes nos questions.

Je présente des condoléances à sa famille, non seulement de ma part mais de toute la communauté ufologique. J'ai été honoré de connaître Stefan Michalak, et il sera regretté.

Chris Rutkowski, 30 octobre 1999.

 



REFERENCES:

"My Encounter with the UFO", par Stephen Michalak Osnova Publications Brian Cannon, 1967.
"Determination of Possible Radiation Hazards to the General Public from the Alleged Landing Sight of a UFO near Falcon Lake", Manitoba Royal Canadian Air Force, 1967.
"Report of an Investigation into the Reported UFO Sighting by Mr. Stephen Michalak on 20 May 67 in Falcon Lake area", soumis par S/L P. Bissky, mi-juin, 1967.
"Supplemental Report: UFO Investigation Falcon Lake", 1 septembre 1967, RCMP Incident Report, Canadian Forces Operations Center", Chris Rutkowski, 1967.
"The Falcon Lake Incident: part 1", article dans le magazine d'ufologie "Flying Saucer Review", Vol.27, no. 1 pp 14-16, 1981.
"21 mai 1967 aux environs de Falcon Lake canada", article dans le magazine "Lumières dans la Nuit", Contact Lecteurs 5e série, N.4, novembre 1972.
"UFO Lands at Falcon Lake", dans CAPRO bulletin Vol. 1 (January) 3-4 Stewart Hund, 1968.
"The UFO Files - The Canadian Connection Exposed", livre de Palmiro Campagna, 1997.
"The UFO Book", livre de Jerome Clark, Visible Ink éditeur, 1998.


http://ufologie.net/htm/michalak67f.htm#events


_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
 

(1967) La rencontre trop rapprochée de Steven Michalak à Falcon lake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni ufo les mystères du phénomène ovni ::  ::  :: -