Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous... Merci !!

Partagez | .
 

 Dossier: Les poursuites d'Ovnis et inversement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 38
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Dossier: Les poursuites d'Ovnis et inversement   Jeu 03 Déc 2009, 19:27

Les poursuites d'Ovnis et inversement

Dans cette section, il va être question de la prise en chasse d'ovnis par des avions et de la poursuite de personnes par des ovnis. On retrouve ce "jeu du chat et de la souris dans de nombreuses affaires c'est pourquoi il est intéressant de créer ce dossier.


Illustration d'une chasse d'ovni

On parle de combats tournoyants pour caractériser ces affaires de poursuites d'ovnis. Néanmoins, ce n'est pas tant le pilote qui chasse l'ovni que le pilote qui est semé par l'ovni. En effet de part leur technologie hors du commun, ces engins peuvent éviter les tirs de missiles et atteindre des vitesses vertigineuses en quelques secondes. Les tentatives d'interceptions sont donc vouées à l'échec et c'est alors l'avion qui peut être à son tour chassé par l'ovni. En outre, il existe de nombreux cas où des personnes ont été poursuivis alors qu'elles étaient en voiture ou à pied dans un lieu en général isolé. Il n'y a aucun doute possible quant au fait que les ovnis sont contrôlés par une intelligence au vu de ces affaires.

Articles et affaires complémentaires:

Le crash de Thomas Mantell (1948)
La disparition de Moncla et Wilson (1953)
La disparition de Frederik Valentich (1978)
Poursuite avion/ovni: L'Incident de Téhéran, Iran (1976)

Divers: déclarations dans le monde:

Lieutenant D.A. Swimley, USAF commentant son observation de huit disques qu'il observa en compagnie de plusieurs officiers au-dessus de Hamilton AFB, Californie le 3 août 1953. Les OVNIs ont également été repérés au radar. Des avions d'interception F-86 ont été envoyés à la poursuite mais ils ont été semés par les OVNIs

Salvador Teran, Ministre des Transports espagnol (déclaration faite suite à l'observation de deux globes oranges au-dessus d'Ibiza par l'équipage d'un avion de ligne, le 11 novembre 1979. Plusieurs Mirages furent lancés à la poursuite des OVNIs tandis que les enregistrements radars de la tour de contrôle de Barcelone et de l'armée montrent que les OVNIs chutèrent d'une altitude de 12'000 pieds en 30 secondes. L'interception ne fut pas concluante)

Major Tarmo Tukeva, pilote de l'Armée de l'Air Finlandais. En 1980, il est envoyé à la poursuite d'OVNIs.

"Il suivit nos mouvements, montant et descendant en même temps que nous. Puis, sans prévenir, il fonça à une vitesse incroyable vers la droite et s'arrêta net au-dessus de la ville de Santa Cruz sur l'île de Ténériffe. Il couvrit cette distance d'environ 160 km en moins d'une seconde et demie. L'OVNI a été vu par tous les membres de mon équipage".


Ovni  poursuite d'un Mig


L’observation d'Oscar Alfonso Santa Maria Huertas (1980)

Commandant Oscar Alfonso Santa Maria Huertas – Pilote à la retraite de l'Armée de l'Air du Pérou, avec une spécialisation de pilote de chasse.



Le Commandant Huertas a décrit son vol en 1980 à bord d'un avion Sukhoi-22 à la poursuite d'un objet volant sphérique non identifié. Les autorités péruviennes craignaient que l'appareil, volant dans un espace aérien réglementé sans avoir reçu l'autorisation nécessaire, soit un avion espion. « 1 800 hommes étaient en formation à la base aérienne de La Joya, à Arequipa, et ils ont observé l'objet non identifié à une altitude d'approximativement 550 mètres. Le commandant a réalisé pendant le vol que l'objet avait une origine inconnue lorsque son avion s'est approché à une distance d'environ 90 mètres de l'appareil non identifié. Le Commandant Huertas décrit l'objet comme ayant « environ neuf mètres de diamètre » et ayant « un dôme émaillé de couleur crème, avec une large base métallique circulaire ». Après le retour à terre de son avion, l'appareil non identifié « est resté stationnaire dans le ciel pendant deux heures ».



Le combat aérien du lt. George Gorman en 1948

Un des premiers "classiques" de l'histoire du phénomène OVNI fait intervenir le lieutenant George F. Gorman de la Garde Nationale du Dakota du Nord, qui a dit qu'il a effectué un duel aérien de 27 minutes avec un OVNI dans les cieux au-dessus de Fargo.


Illustration

Date: 1er octobre 1948

Lieu: Fargo, North Dakota, Etats-Unis

Gorman, alors directeur d'une compagnie de construction de Fargo, et pilote au sein de la Garde Nationale de l'Air, a raconté cette histoire aux enquêteurs de l'Armée de l'Air US:

Dans la nuit du 1er octobre 1948, il participait à un vol transnational avec son escadrille. Lors du retour vers l'aéroport de Hector dans Fargo, il a choisi de pratiquer un peu le vol de nuit, il est ainsi est resté en l'air après que les autres avions se soient posés. Il faisait voler son F-51 au-dessus du stade de football éclairé et autour de la ville de Fargo et se disposait à se poser vers environ 21:00. La tour de contrôle lui a dégagé la piste, l'informant de la proximité d'un avion de tourisme Piper Cub, le seul autre avion dans les environs, dont il pouvait d'ailleurs voir les feux de positions environ 500 pieds au-dessous de lui. Ce qui a semblé être le feu de position arrière d'un autre avion apparut alors à sa droite, mais la tour insista alors sur le fait qu'aucun autre avion ne volait dans le secteur.

Gorman informa alors la tour qu'il allait étudier l'autre avion et dirigé son F-51 vers le haut, vers la lumière mobile. Il s'en est rapproché à environ 1000 yards et a jeté un coup d'oeil vers l'objet.

    "Cela avait environ six à huit pouces de diamètre, complètement blanc et net. Il clignotait sans relâche. Alors que je m'approchais, la lumière est soudainement devenue régulière et a reculé vers ma gauche en effectuant un virage très serré. J'ai pensé qu'il allait passer vers la tour. J'ai plongé après lui et j'ai utilisé toute ma puissance mais je n'ai pas pu rattraper la chose. Elle a commencé à gagner l'altitude et a encore fait un virage sec vers ma gauche, j'ai mis mon F-51 en virage serré et ai essayé de lui couper la route plus loin. A ce moment nous étions à environ 7.000 pieds.

    Soudainement il a fait un nouveau virage serré et nous nous sommes retrouvés dirigés directement l'un vers l'autre. Au moment même où nous étions sur le point de nous heurter, je pense que j'ai paniqué. Je me suis mis en piqué et la lumière est passée au-dessus de mon cockpit à environ 500 pieds. Puis, elle a fait un cercle à ma gauche à près de 1000 pieds au-dessus de moi, et je lui ai encore donné la chasse."

Gorman a indiqué qu'il a coupé brusquement vers la lumière, qui une fois de plus venait droit vers lui. Quand la collision a encore semblé imminente, l'objet a filé directement vers le haut a angle droit, disparaissant au-dessus de lui. Gorman à de nouveau essayé de la poursuivre lui mais son avion est entré en perte de puissance à environ 14.000 pieds, et il n'a plus revu l'objet. Il était alors 21:27.

Gorman a été tellement secoué par la rencontre qu'il a eu des difficultés à reprendre le contrôle de son avion, bien qu'il ait été un pilote vétéran et un instructeur de vol pendant la deuxième guerre mondiale. Il n'a noté aucun bruit, odeur, ou traînée d'échappement de l'objet pendant le 'duel', et aucun dérèglement de ses instruments. Parfois pendant la chasse, il avait poussé le F-51 à sa pleine puissance, atteignant parfois 400 MpH. Il a décrit l'objet comme rond et légèrement aplati.

Dans la tour de contrôle de l'aéroport, les contrôleurs Lloyd D. Jensen et H. E. Johnson ont également vu une lumière étrange proche du terrain d'aviation:

    "Après être passée à l'est de l'aéroport elle a semblé prendre la direction du nord-ouest,"

déclara Johnson.

    "L'objet étrange semblait être à environ 2.000 pieds et a semblé voyager à une vitesse tout à fait excessive comparée à celle du Piper Cub qui était à l'Est du terrain à ce moment. Aucun contour défini n'a pu être identifié. Les deux objets [l'OVNI et le Piper Cub] étaient visibles simultanément."

Jensen dit que par ses jumelles il a aperçu

    "un objet ou une lumière voyageant à une vitesse très élevé, apparemment sur un cap Sud-Ouest. Le F-51 [l'avion de Gorman] était à une certaine distance à son arrière et l'objet voyageait assez rapidement pour augmenter la distance entre lui-même et le chasseur. L'objet apparaissait simplement comme une lumière ronde, parfaitement formée, sans flou sur ses bords ou halo lumineux. Ses bords étaient en fait nets et clairs. On n'a observé aucune autre forme. La caractéristique la plus frappante était la vitesse élevé à laquelle elle voyagait."

Le pilote du Piper Cub, Le Dr A. E. Cannon, et son passager, Einar Nielson, furent également témoins de la lumière en mouvement pendant qu'ils étaient en communication par radio avec la tour:

    "Alors que nous nous tournions autour du terrain de football à NDAC à 1.600 pieds, la tour de Fargo nous a indiqué qu'il y avait un F-51 en l'air et quelques moments plus tard nous a demandé quel était le troisième avion qu'ils détectaient. Nous avions déjà vu le F-51, et quand nous arrivâmes au-dessus du côté Nord du terrain de Hector, allant à l'ouest, une lumière, apparemment un avion, est passée au-dessus de nous vers le Nord, se déplaçant très vite vers l'Ouest. Nous avons d'abord pensé que c'était le F-51, mais nous avons alors vu les feux du F-51 plus haut. Nous avons atterri sur la piste 3, avons roulé au sol vers le bâtiment administratif, et sommes allés jusqu'à la tour et avons écouté les appels du F-51, qui ont semblait essayer de rattraper l'avion ou la lumière qui se dirigeait alors vers le Sud-Ouest au-dessus de la ville. L'objet se déplaçait très vite, beaucoup plus rapidement que le F-51. Nous avons essayé d'obtenir une meilleure vue avec des jumelles, mais ne pouvions pas les suivre correctement."

Dans son rapport au Major D. C. Jones, commandant du 17ème escadron de chasse à l'aéroport de Hector, Gorman a écrit qu'il était convaincu qu'il y avait une intelligence aux commandes de l'OVNI:

    "Je suis également convaincu que l'objet était soumis aux lois de l'inertie parce que ses accélérations étaient rapides mais non immédiates, et bien qu'il ait pu tourner assez brutalement et à des vitesses considérables, il suivait tout de même toujours des courbes normales."

L'objet pouvait nettement surpasser le F-51 et pouvait atteindre une altitude beaucoup plus élevée et plus rapidement, il pouvait maintenir une distance constante par rapport au F-51.

    "Quand j'ai essayé de virer comme l'objet, j'ai temporairement perdu connaissance en raison de la vitesse excessive,"

ajoute Gorman.

    "Je suis en très bonne forme physique, et je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de pilotes qui auraient pu résister aux virages serrés effectués par la lumière en restant conscient."

ETUDES:

Le Capitaine Edward J. Ruppelt, qui dirigeait le Projet Blue Book de l'US Air Force au début des années 1950, a plus tard estimé que Gorman a pourchassé un ballon lumineux (un avion rattraperait rapidement un ballon, créant l'illusion de passages frontaux), cependant, les vitesses de fuites élevées rapportées par rapport au F-51 créent un problème avec cette réponse. Le Dr James E. McDonald, physicien atmosphérique de l'Université de l'Arizona, indique en 1970:

    "Bien que l'explication par un ballon soit devenue l'explication officielle, il y a un certain nombre de faits explicites dans le rapport du dossier Blue Book qui rendent complètement impossible ce genre d'explication."

Le Dr Donald H. Menzel, un astronome de l'Université de Harvard a reconnu quelques problèmes quant à l'hypothèse du ballon par rapport aux témoignages, et décida qu'il y avait deux objets responsables de l'"illusion", un ballon et la planète Jupiter. Selon lui Gorman voyait parfois probablement un ballon illuminé, et à d'autres moments "un mirage de la planète Jupiter."
CONCLUSION:

Comme souvent, des faits précis rapportés par de multiples témoins sont interprétés à l'aide d'explications "ad hoc" qui omettent de tenir compte des faits. Il est clair que ni un "mirage de la planète Jupiter" ni un "ballon lumineux" ne se meuvent comme les occupants du Piper et les observateurs de la tour de contrôle le rapportent.

Il est tout aussi évident que des "ballons lumineux" ne se promènent pas au-dessus d'aéroports en pleine nuit, et qu'il n'existe pas de "mirages de la planète Jupiter".

George F. Gorman se retira de l'Armée de l'Air en 1969 avec le rang de lieutenant-colonel et s'installa alors dans le Texas.

REFERENCES:

    * Rapport du renseignement aérien 100-203-79, 1949.
    * Projet Blue Book.
    * "Le rapport sur les objets volants non identifiés", Capitaine Edward J. Ruppelt, USAF ret., 1956.

http://www.ufologie.net/htm/gormanf.htm



Une poursuite entre un cigare et des avions à réaction

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France,page 12, le 23 octobre 1954.

SPECTACLE INEDIT DANS LE CIEL GARDOIS"J'AI ASSISTE A UNE
POURSUITE ENTRE UN CIGARE ET DES AVIONS A REACTION"



déclare un automobiliste qui affirme avoir vu disparaître le bolide à une vitesse vertigineuse
Nîmes (C.P.).

Hier, vers 15 heures, un phénomène mystérieux a été observé pendant plus de vingt minutes par M. et Mme Louis, décorateurs à Dardilly (Rhône) qui circulaient sur la route nationale 113, à quelques kilomètres de Nîmes. M. Louis est venu immédiatement nous raconter ce qu'il avait vu.

"Je me trouvais avec ma femme à la lisière d'un pré situé route d'Arles, lorsque je vis, très haut au-dessus de nos têtes un objet de forme allongée qui semblait rouler sur lui-même et présentait tantôt un côté brillant, comme métallisé, tantôt un côté brun-rouge. Au bout de quelques instants, il franchit d'un trait une grande étendue de ciel et disparut derrière un nuage".

Des avions à réaction

"C'est alors qu'apparurent dans le ciel plusieurs avions à réaction qui semblaient manoeuvrer pour lui couper la route. D'après la vitesse comparée, il m'a été assez aisé de calculer qui celui-ci devait faire du 3.000 à l'heure lorsqu'il a a traversé le ciel.

"Au bout de quelques instants l'engin est reparu au-dessus d'un nuage et a retraversé le ciel en prenant de l'altitude, tandis que les réacteurs, continuaient à patrouiller au-dessus. Il est resté quelque temps immobile. C'est alors que nous nous sommes venus vous prévenir."

Nous étant rendus en compagnie de M. Louis sur les lieux mêmes où il avait aperçu le mystérieux engin, nous avons constaté la présence de nombreuses traces de passages d'avions à réaction, laissant supposer que ces appareils avaient patrouillé pendant quelques temps dans une zone restreinte. Cependant, les nuages avaient envahi le ciel, il était impossible de voir l'engin. Les avions invisibles évoluaient au-dessus des nuages.

Engin mystérieux dans le ciel suédois Stockholm (A.C.P.).

Dans les services suédois de la défense, on rapporte que des phénomènes célestes inaccoutumés ont été observés hier en divers points de l'ouest, du centre et du sud de la Suède.

Au village de Sjuhserad, en Suède occidentale, des témoins oculaires ont observé deux globes qui se déplaçaient l'un près de l'autre d'Ouest en Est. Ces globes projetaient une lumière très vive qui devenait rougeâtre sur les bords. Brusquement, les objets ont pris de l'altitude et ont disparu.

Dans un autre village de l'Ouest, Lerdala, plusieurs personnes ont déclaré avoir vu quatre globes se déplaçant deux par deux du Nord-Ouest au Sud-Est. Ils ont précisé que ces objets étaient "plus gros que les plus grosses étoiles" et laissaient des traînées derrière eux.

PRES DE NIMES

Un automobiliste suit pendant 6 kilomètres une boule de feu sur la route
Nîmes (C.P.).

M. Combe, marchand de primeurs, à Saint-Martial, se rendait vers 5 heures, en auto au marché à Nîmes quand il aperçut soudain en abordant les virages de Montpezat, une boule de feu sur la route. Voulant se rendre compte de ce qu'il avait devant lui, M. Combe accéléra, mais l'engin de déplaça rapidement. Puis, pendant plusieurs kilomètres (environ six), estime M. Combe, il précéda l'auto, se tenant à quelques mètres de la chaussée, avant de disparaître d'un seul coup.

UN "DISQUE IRISE" SUR CAVAILLON

Cavaillon (C.P.).

Un de nos concitoyens, M. Léon Dominique, quartier Ratacan, a pu constater "de visu" l'existence de ce phénomène. Il a aperçu hier, au-dessus de la colline Saint-Jacques un disque lumineux qui selon qu'il tournoyait était irisé tantôt bleu tantôt rouge, se dirigeant vers la Fontaine-de-Vaucluse.

http://ufologie.net/

Une escadrille d’avions a été prise en chasse par des Ovnis

Aviateurs Isolés par un Étrange Objet Lumineux

Source : La Presse, 18 novembre 1957

Lisbonne, 18 (AFP) - Une escadrille d’avions à réaction de l’armée portugaise a été prise en chasse par de mystérieux objets lumineux : telle est l’étrange aventure rapportée au journal Diaro Illustrado par un officier de la base d’Ota. L’incident s’est produit le 4 septembre dernier, mais l’officier n’a été autorisé qu’aujourd’hui à en révéler les circonstances.

Le capitaine Lenos Ferreira effectuait, à la tête d’un groupe de trois avions à réaction, un vol d’entraînement entre l’Espagne et le Portugal, lorsque, à la verticale de Grenade, il aperçut un point lumineux, scintillant et passant du vert intense au rouge vif. En même temps que leur chef, les pilotes des autres appareils observaient le même phénomène.

L’objet se maintenait en oscillant à une altitude constante, le chef du groupe ayant ordonné un changement de cap afin de se diriger vers Cordoue et le Tage, il constata que le mystérieux engin suivait son groupe. Au cours de la poursuite, qui dura quarante minutes, l’objet largua quatre anneaux lumineux qui se dispersèrent dans le ciel autour de lui. Soudain, l’objet et ses satellites exécutèrent un vol piqué, jetant la panique dans la formation aérienne, puis ils disparurent. Les quatre avions regagnèrent aussitôt leur base.

Pendant toute la durée de cette aventure, ajoute Diaro Illustrado, les observateurs de la base aérienne notèrent l’interruption de la liaison radio avec les quatre appareils en vol. Le même jour et à la même heure, l’observatoire météorologique de Combre signalait une extraordinaire variation du champ magnétique.

Les quatre aviateurs, dont le journal rapporte le témoignage, sont tous des pilotes chevronnés totalisant un nombre respectable d’heures de vol...

Un OVNI fonce sur un avion brésilien

Les Soucoupes Volantes : Affaire Sérieuse (pages 53 et 54)
Auteur : Frank Edwards

Le capitaine Jean V. de Beyssac, chef pilote d’un avion cargo C-16 des Varig Airlines, avait, dans la nuit du 3 au 4 novembre 1957, décollé de Porto Alegre pour Sào Paulo. Il monta avec son bimoteur à 2 300 m et se maintint à cette altitude, au-dessus d’une couche de nuages irrégulière.

Vers 1 h 30 du matin, il aperçut une étrange lumière rouge au-dessous et à gauche de l’avion. Il dit à son copilote de se pencher, s’il voulait voir une véritable soucoupe volante. Le copilote se pencha et les deux hommes de rire de la plaisanterie. Mais ils ne devaient pas rire longtemps. Quelques instants plus tard, regardant à gauche, de Beyssac s’apercevait que l’objet était toujours là et se rapprochait rapidement. Il vira dans sa direction mais l’objet le battit de vitesse et fonça vers l’avion. Avant que de Beyssac eût pu modifier sa route, l’objet rouge était sur lui. Il y eut une forte odeur de brûlé, bien que les indicateurs d’incendie ne révélassent rien d’anormal et, tout à coup, la lueur rouge de l’objet commença à pâlir. Une rapide vérification fit comprendre à l’équipage que la radio, la magnéto du moteur droit et le radiogoniomètre étaient grillés. Le capitaine de Beyssac fit faire demi-tour à l’avion et le ramena avec un seul moteur à Porto Alegre où il rédigea un compte rendu complet de l’incident. Après l’avoir fait contre-signer par le copilote, «je rentrai, dit-il, chez moi et pris une cuite ».

C’était la seconde fois en moins de trois mois qu’un équipage des Varig Airlines avait un incident avec un O.V.N.I. Le 14 août 1957, à 9 heures du soir, un cargo C-47 qui avait quitté Porto Alegre pour Rio de Janeiro et aux commandes duquel se trouvaient le capitaine Jorge Araujo et son copilote, Edgar Soares, tous deux pilotes confirmés, volait à 250km/h, à 1 700m d’altitude, au-dessus d’une couche de nuages. La visibilité était parfaite. Les deux hommes aperçurent à leur gauche un peu en arrière et au-dessous de l’avion, un objet brillant. Quelques secondes plus tard, l’objet était en avant d’eux et loin sur leur droite, ce qui, aux dires des pilotes, supposait une vitesse fantastique.

Puis l’objet s’était rapproché à toute vitesse de l’appareil.

Pans leur compte rendu écrit de l’incident, les deux pilotes et les trois autres membres de l’équipage décrivirent l’objet comme ayant la forme d’un disque avec une coupole aplatie au sommet.

Au moment où l’O.V.N.I. s’approchait de l’avion, la lumière s’était presque éteinte, les moteurs avaient eu des ratés et la réception de la radio était devenue nulle. Quelques secondes plus tard - des secondes d’anxiété, avouait l’équipage - l’O.V.N.I. avait plongé dans les nuages et l’électricité était redevenue normale, à bord.

Ce compte rendu fit beaucoup de bruit à l’époque, non seulement au Brésil mais dans toute l’Amérique du Sud aussi, quand un nouvel incident du même genre arriva, en novembre, au capitaine de Beyssac, sur un autre appareil des Varig Airlines, la compagnie donna-t-elle l’ordre aux pilotes de s’abstenir désormais de parler de ces rencontres à qui que ce fût en dehors des dirigeants de la société.

SOURCE: http://www.chucara.com/dossiers/air-miss/air-miss02.htm

Un pilote de la Force Aérienne Chinoise prend en chasse un Ovni

(source : dépêche AFP - traduit de l'anglais par Fabien)

SHANGAI, le 5 Nov. 1998 -- (Agence France Presse) Un journal, contrôlé par le gouvernement, a rapporté, ce jeudi, que l'Air Force a eu le mois dernier une expérience de recontre rapproché avec un Ovni qu'un pilote a décrit comme "sorti des films étrangers".

Le rapport du Daily Hebei -- repris dans le journal Baokan Wenzhai -- nous donne le récit d'un jeu de "chat et souris" aérien.

Il est mentionné qu'au moins 140 personnes ont vu l'objet depuis le sol.

L'Hebei Daily rapporte que ces événements ont eu lieu le 19 octobre et qu'une enquète menée par les départements du gouvernement local est encore en cours. Le rapport du journal et des sources militaires montrent une ouverture qui contraste énormément avec le fameux secret entretenu par Washingten au sujet des ovnis.

Il nous indique que la rencontre a commencé alors que quatre radars différents situés au nord de la province d'Heibei ont accroché une cible mouvante inconnue dans l'espace aérien située juste sous une base militaire d'entrainement de vol, à côté de la ville de Changzhou. Pour les observateurs de la base, l'ovni est d'abord apparu comme une "petite étoile" qui ensuite a grossi, et grossi encore. Le rapport nous informe que peut-être l'objet descendait en altitude. Ils ont décrit l'objet comme surmonté d'un dome en forme de champignon, et ayant un fond plat couvert de lumières brillantes et tournant continuellemnt.

Un officier de la base, nommé Li, rapporta ce qui suit à ses supérieurs, qui avaient ordonné une interception aérienne amée (Jianjiao-6) afin de pousuivre l'objet, ayant pris soin de vérifier d'abord qu'il n'y avait pas d'avion civil dans les alentours. Les deux pilotes à bord ont déclaré que l'objet ressemblait très fort à ce qu'ils avaient pu voir dans des films de science fiction.

Quand ils approchèrent à moins de 4 000 mètres de l'ovni, au dessus du conté de Qing, l'objet monta brutalement, échappant ainsi aux possibilités d'approche

L'objet semblait jouer avec le chasseur en le distançant à chaque fois et en réapparaissant juste au dessus, nous on dit les pilotes. Le rapport nous indique qu'une demande de permission de tir au canon depuis l'avion a été refusée par le commandement au sol.

L'intercepteur a été obligé de retourner à la base après être à court de carburant à une altitude de 12 000 mètres. Alors, l'ovni a disparu avant que deux nouveau avions aient pu joindre l'aire d'opérations, nous rapporte l'article. Alors que les tabloïds Chinois rapportent plutôt des phénomènes étranges autour des célébrités ou des crimes, les rapports d'ovnis sont plus rarement plubliés par les journaux officiels comme le Hebei Daily (c) AFP


NOTE DE L'UFOCOM

Grégory, de notre équipe "renseignements", a pris contact avec l'ambassade de Chine à Paris. Après avoir passé quelques minutes à expliquer le terme "OVNI", que sa correspondante avait vraisemblablement du mal à comprendre, l'ambassade n'a pas pu infirmer ou confirmer les faits. Nous essayerons d'en savoir plus prochainement.

http://www.ufocom.org/UfocomS/afp_chine981105.htm

Un garçonnet poursuivi par une soucoupe! Mesples (Allier)

[Ref. 954] JOURNAL "LA MONTAGNE":

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Montagne, de Clermont-Ferrand, en page 5 dans l'édition du 30 au 31 octobre 1954.



J'AI ÉTÉ SUIVI PAR UNE SOUCOUPE VOLANTE

Le récit d'un jeune écolier terrorisé par un mystérieux engin

Montluçon. – Un profond émoi régnait hier matin au cours complémentaire d'Huriel. Les élèves d'habitude bruyants, avaient, pour la plupart, formé un cercle attentif autour d'un de leurs camarades. Jean-Pierre Coubret, âgé de 14 ans, demeurant à Saint-Palais, leur racontait son ahurissante rencontre avec "une soucoupe volante": un disque mystérieux, auréolé de rouge, l'a poursuivi quelques secondes, alors qu'il se rendait à l'école. Deux habitants de Mesples ont également observé le phénomène, mais n'osent formuler aucune hypothèse.

Un disque auréolé de rouge

Jean-Pierre Coubret, élève de cinquième au cours complémentaire d'Huriel, retourne deux fois par semaine à Saint-Palais chez ses parents: les mercredi et samedi soirs. Hier matin, il revenait à l'école à cyclomoteur comme d'habitude. Vers 8 heures, après avoir traversé le bourg de Mesples, en haut de la côte, il aperçoit soudain un grand disque face au soleil. Il n'y prête guère attention et continue à rouler en observant cependant du coin de l'oeil le phénomène. Soudain, le disque bouge, il fait un brusque saut qui le rapproche de la terre. Intrigué, l'enfant s'arrête. "La soucoupe volante" tourne rapidement sur elle-même en se déplaçant dans le ciel. Particularité remarquable, elle n'est pas comme les autres, dans une position horizontale, mais elle évolue verticalement sur la tranche. Elle se présente sous la forme d'un grand disque de couleur argentée qui capte les reflets du soleil. Autour de l'engin une auréole tantôt rose, tantôt tirant sur le violet, laisse une impressionnante traînée lumineuse lorsque le disque se déplace.
"La soucoupe fonce sur moi"

L'enfant regarde avec curiosité le disque, encore loin: mais soudain, l'engin fonce sur lui à toute vitesse. Pris d'une immense frayeur, le jeune écolier enfourche son cyclomoteur et fait précipitamment demi-tour. La peur lui fait perdre le contrôle de sa machine et il cale par deux fois le moteur. Il accélère tant qu'il peut, jetant derrière lui des regards terrorisés.

"J'ai eu la nette impression, nous dit-il, que pendant quelques secondes, la soucoupe m'a poursuivi." Trébuchant et livide, il se précipite dans la première maison qu'il rencontre, au domicile de M. et Mme Gentil, cultivateurs à Mesples. "Venez vite voir, j'ai peur, une soucoupe me poursuit !" Mme Gentil sort à son tour de la maison: "D'abord j'ai été éblouie par le soleil et je n'ai rien vu, nous dit-elle, mais en fixant bien, quand les yeux ont été habitués à la lumière, j'ai aussi aperçu un disque: il était au moins trois fois plus grand que le soleil et entouré de reflets rouges et violets. Il se déplaça assez rapidement, et il est passé plusieurs fois devant le soleil: on aurait dit qu'il tournait rapidement sur lui-même, mais je ne puis pas dire si c'était une "soucoupe" car je ne sais pas comment elles sont faites."

Et soudain le mystérieux engin a disparu sans aucun bruit. Plus rien dans le ciel que le soleil continuant à inonder les champs de ses rayons déjà chauds.
Hallucination?

M. et Mme Gentil se refusent à donner des explications à ce phénomène. Avec un excellent bon sens, ils ne veulent pas "s'embarquer" sur une affaire qui leur paraît bien mystérieuse. Mme Gentil le précise bien aux gendarmes d'Huriel venus sur les lieux. Mais il n'en demeure pas moins qu'elle a aperçu ce disque trois fois plus grand que le soleil.

Quant au jeune Jean-Pierre, il est formel ; et les renseignements que nous donnent ses maîtres sont loin de le présenter comme un enfant déséquilibré: il travaille bien en classe. Il suffit d'ailleurs de regarder son visage ouvert et intelligent pour exclure l'idée d'hallucination.

De plus nos questions l'intimident, ce qui prouve bien qu'il ne s'agit pas d'une farce inventée de toutes pièces par un gamin espiègle. Il n'a d'ailleurs pu feindre hier matin une frayeur aussi intense. Mme Gentil est formelle sur ce point.

La nouvelle s'est naturellement répandue comme une traînée de poudre. Jean-Pierre Coubret est devenu une vedette aux yeux de ses camarades du cours complémentaire.

Beaucoup de gens restent sceptiques devant cette apparition d'une nouvelle "soucoupe volante" dans le ciel montluçonnais. C'est le fait de tous ceux qui ne voient pas ces étranges engins de ne pas croire ce qu'en racontent les autres.

[Ref. 1624] JOURNAL "LE MERIDIONAL":



Un garçonnet "poursuivi""par une soucoupe"!

MONTLUCON. -- Les gendarmes d'Huriel sont venus recueillir le témoignage d'une fermière de Mesples, Mme Gentil, dans la maison de laquelle avait cherché refuge un écolier de 14 ans, s'écriant:

"Venez vite voir, j'ai peur, une soucoupe me poursuit."

Mme Gentil sortit sur le pas de sa porte et ne vit tout d'abord rien. Cependant, scrutant le ciel, elle aperçut à son tour un disque "trois fois gros comme le soleil, teinté de rouge et de violet. L'engin tournait sur rapidement lui-même, puis il disparut brusquement".

Le jeune Jean-Pierre Coudret, demeurant à Saint-Palais (Allier), se rendait à cyclomoteur au cours complémentaire d'Huriel lorsque, selon ses affirmations, vers 8 heures, il aperçut, à la sortie du bourg de Mesples, un grand disque face au soleil qui soudain, se mit en mouvement, se rapprochant à grande vitesse de la terre.

Le garçonnet, intrigué, s'arrêta pour observer le phénomène. La "soucoupe", fait particulier, se tenait verticalement et non dans une position horizontale. Elle se présentait sous la forme d'un grand disque de couleur argentée, auréolé tantôt de rouge, tantôt de violet et laissant dans son sillage une traînée lumineuse.

Le jeune écolier, de plus en plus inquiet, eut alors la nette impression que l'engin piquait sur lui. Terrorisé, il enfourcha son cyclomoteur et fit demi-tour, se dirigeant sur Mesples, où il entra dans la première ferme venue.
Un engin lumineux traverse le ciel de Vals-les-Bains

VALS-LES-BAINS (C.P.).

Un objet de forme ronde émettant une vive lueur rougeâtre-orangée, a traversé à une très grande vitesse le ciel de notre cité.

Ce phénomène a été aperçu par de nombreux habitants des différents quartiers de la ville.

[Ref. 1623] JOURNAL "LE PROVENCAL":



"VENEZ VITE, J'AI PEUR une soucoupe me poursuit"

Montluçon (A.F.P.).

Les gendarmes d'Huriel sont venus recueillir le témoignage d'une fermière de Mesples, Mme Gentil, dans la maison de laquelle avait cherché refuge, vendredi matin, un écolier de 14 ans, en s'écriant "Venez vite voir, j'ai peur, une soucoupe me poursuit."

Mme Gentil sortit sur le pas de sa porte et ne vit tout d'abord rien. Cependant, scrutant le ciel, elle aperçut à son tour un disque "trois fois gros comme le soleil, teinté de rouge et de violet. L'engin tournait sur rapidement lui-même, puis il disparut brusquement".

Le jeune Jean-Pierre Coudret, demeurant à Saint-Palais (Allier), se rendait à cyclomoteur au cours complémentaire d'Huriel lorsque, selon ses affirmations, vers 8 heures, il aperçut, à la sortie du bourg de Mesples, un grand disque face au soleil qui soudain, se mit en mouvement, se rapprochant à grande vitesse de la terre.

Le garçonnet, intrigué, s'arrêta pour observer le phénomène. La "soucoupe", fait particulier, se tenait verticalement et non dans une position horizontale. Elle se présentait sous la forme d'un grand disque de couleur argentée, auréolé tantôt de rouge, tantôt de violet et laissant dans son sillage une traînée lumineuse.

Le jeune écolier, de plus en plus inquiet, eut alors la nette impression que l'engin piquait sur lui. Terrorisé, il enfourcha son cyclomoteur et fit demi-tour, se dirigeant sur Mesples, où il entra dans la première ferme venue.

[Ref. 345] JIMMY GUIEU:

Jimmy Guieu rapporte que le 29 octobre 1954, Jean-Pierre Coubret, un jeune de 14 ans de Saint-Palais dans l'Allier, se rendait à cyclomoteur au cours complémentaire d'Huriel vers 8 heure, quand il a aperçu à la sortie du bourg de Mesple, un grand disque face au soleil.

Le disque s'est soudainement mis en mouvement et s'est rapproché du sol à grande vitesse.

Jean Pierre Coubret a été intrigué et s'est arrêté pour observer le phénomène.

Jimmy Guieu rapporte que le soucoupe volante se tenait verticalement et non pas horizontalement, et se présentait sous la forme d'un grand disque de couleur argenté auréolé tantôt de rouge et tantôt de violet, tout en laissant une traînée lumineuse dans son sillage.

Jean-Pierre Coubret a été de plus en plus inquiet et a eu la nette impression que l'engin piquait sur lui. Il fut pris de panique et remonta sur son cyclomoteur, fit demi-tour et démarra pour rouler jusqu'à Mesple et entrer dans la première ferme du village en criant:

"Venez vite voir! J'ai peur, une soucoupe me poursuit."

Une fermière, Mme Gentil, est accourue et a été également sidérée de voir tourner dans le ciel un énorme disque lumineux teinté de rouge et de violet, qui tournait de plus en plus rapidement, et disparut brusquement, ce en quoi Jimmy Guieu voit une preuve de la possibilité pour les soucoupes de se rendre invisibles.

[Ref. 187:] JACQUES VALLEE:

29 Octobre 1954, 07h45. Mesples (France):

Un enfant (14 ans) chercha refuge en pleurant dans la ferme dont Mme Gentil est propriétaire, en disant qu'il était poursuivi par une soucoupe. Un disque rouge et violet, trois fois plus large comme le soleil, tournoyant sur lui même à grande vitesse, fut aperçu s'approchant rapidement du sol, puis il disparut. Enquête de la police locale. (Personnel).

[Ref. 233] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent qu'à Mesples dans l'Allier vers 8 heures du matin du 29 octobre 1954, après avoir traversé le bourg de Mesples, en haut d'une côte, un adolescent a soudain aperçu un grand disque de couleur argentée captant les reflets du soleil.

Autour de l'engin, une auréole tantôt rosé tantôt tirant sur le violet laisse une impressionnante traînée lumineuse lorsqu'il se déplace. Il est face au soleil; il n'y prête guère attention et continue sa route en l'observant du coin de l'oeil.

Soudain, ce disque bouge et fait un saut qui le rapproche de la terre. Intrigué, l'écolier s'arrête. L'appareil discoïdal tourne rapidement sur lui-même en se déplaçant dans le ciel. L'engin se déplace dans une position verticale, sur la tranche.

Soudain, il évolue vers le témoin à grande allure. Pris d'une intense frayeur, le jeune écolier cale par deux fois le moteur et accélère tant qu'il peut, jetant derrière lui des regards terrorisés.

Trébuchant et livide, il se précipite au domicile d'un couple de cultivateurs à Mesples. "Venez vite voir, j'ai peur, une soucoupe me poursuit!" Ils accompagnent l'enfant, ils observent l'objet qui évolue au-dessus des haies et des genêts, il passe plusieurs fois devant le soleil. Soudain, le mystérieux engin disparaît sans bruit.

Les auteurs indiquent comme sources Vallée, Quincy, et les journaux La Montagne du 30 octobre 1954 et L'Echo Républicain du 1 novembre 1954.

REFERENCES:

[-] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

* [954] Article dans le journal régional "La Montagne", de Clermont-Ferrand, en page 5 dans l'édition du 30 au 31 octobre 1954.
* [1624] Article dans le journal régional "Le Méridional", page 1, 31 octobre 1954.
* [1623] Article dans le journal régional "Le Provençal", page 9, 31 octobre 1954.
* [-] Article dans le journal régional "L'Echo Republicain", 1 novembre 1954.
* [-] Catalogue de Guy Quincy.
* [218] "Black-out sur les soucoupes volantes", livre par Jimmy Guieu, Fleuve Noir éditeur, pp 231-232, 1956.
* [187] "Un siècle d'atterrissages", article par Jacques Vallée, Lumière Dans la Nuit, magazine, numéro 43.
* [187] "Passport to Magonia - On Ufos, Folklore, and Parallel Worlds ", livre de Jacques Vallée, Contemporary Books éditeur, ISBN 0-8092-3796-2, 1969.
* [187] "Chronique des apparitions extra-terrestres", traduction Française de "Passport to Magonia", livre par Jacques Vallée, Denoel éditeur, page 278, 1972.
* [233] "OVNI - premier dossier complet des rencontres rapprochées en France", livre par Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, Alain Lefeuvre éditeur, 1979.

http://ufologie.net/1954/29oct1954mesplesf.htm

Pourchassé par un ovni sur la route

01:30. Fay Knowles et ses 3 fils, accompagnés de leurs 2 chiens, viennent de l'Est de Perth et font route vers Mundrabilla, traversant la plaine de Nullarbor (Australie occidentale). Tout d'un coup, leur autoradio commence à mal fonctionner. 01:45. Le quatuor apperçoit au loin des lumières.



Comme la voiture, une Ford, s'approche, il s'avère qu'il n'y a qu'une seule lumière. Celle-ci stationne sur le côté de la grande route. Sean Knowles, le conducteur, ne réalise pas avant le dernier moment que cette lumière illumine au autre véhicule. Il fait une violente embardée pour éviter l'accident puis fait demi-tour pour voir ce qui se passe. La lumière se déplace au-dessus de la route, poursuivie par le véhicule de Knowles. Puis elle commence à faire marche arrière en direction de la voiture. Sean fait à nouveau demi-tour, mais l'ovni les rattrape. Quelque chose atterrit sur le toit de la voiture avec un bruit sourd et le véhicule semble quitter le sol. Fay Knowles baisse la vitre et sort sa main pour toucher l'objet au-dessus. Elle affirme qu'il était chaud et spongieux, et le comparera à du caoutchouc de ventouse servant à deboucher les éviers. Par ailleurs, c'est le chaos dans la voiture. Un son aigü est entendu. L'un des fils déclarera avoir cru que son cerveau allait lui sortir de la tête.

 Sean, le conducteur, s'évanouit brièvement. Les chiens deviennent fous furieux. De la poussière, entrant par la fenêtre baissée, tourbillonne à l'intérieur et il flotte une odeur de cadavres en décomposition. Puis l'ovni lâche la voiture. Elle retombe avec violence sur le sol et l'un des pneus éclate. Sean le reprend en main, l'arrête, et toute la famille en sort pour aller se cacher derrière l'un des bas-côtés de la route jusqu'à ce que l'ovni s'éloigne. L'ovni est à peu près de la même taille que la voiture, blanc avec un centre jaune. Il émet une sorte de bourdonnement électrique. Lorsqu'il est parti, survient l'une des conséquences les plus bizarres de l'expérience : durant environ 15 mn, la voix de tous devient très aiguë, comme s'ils avaient respiré de l'hélium. Dans cet état, la famille change la roue puis repart en direction de Mundrabilla. La voiture est recouverte d'un dépot semblable à de la suie. Les valises chargées sur la galerie ont disparues.



Au Manor Hotel de Mundrabilla, où la famille se réfugie à environ 40 km de là, un routier du nom de Graham Henley leur dit avoir aperçu au loin une lumière et l'avoir vue planer au-dessus de leur Ford. Il peut constater qu'une odeur de Bakélite imprègne la voiture et que son toit est étrangement bosselé en 4 endroits. Un peu plus tard, les Knowles se présentent au poste de police de Ceduna. Voici ce que le sergent Fred Longlet déclarera à leur sujet : Ces gens avaient vraiment vu quelque chose. Quoi exactement… eh bien, je n'en sais rien. Ils étaient dans un état effrayant, même 5 h après l'incident. Retournés… on peut même dire livides.. et tremblants. La femme remerciat le ciel d'être encore en vie. Ces gens étaient dans un état 1000 fois pire que tous ceux qui m'avaient rapporté des observations d'ovni jusque-là. Il était arrivé quelque chose. Leur voiture, après tous ces km parcourus, était encore couverte de cendre ou poussière noire. Il y en avait même à l'intérieur. D'où pouvait-elle venir ? Là-bas, il n'y a rien d'autre que du sable.




http://rr0.org/data/1/9/8/8/01/index.html

Quatre femmes pourchassées par un OVNI (1994)

Le 24 jullet 1994 à 4h30 Des lumières en formation se font voir, l'OVNI s'approche de plus en plus malgré l'accélération de la voiture. Plus loin elles s'arrêtent devant une ferme et aperçoivent une silhouette qui s'approche d'elles. Malheureusement l'histoire ne s'arrête pas là, elles seront bientôt harcelé chez elles. 






_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici


Dernière édition par Benjamin.d le Sam 26 Juin 2010, 16:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dossier: Les poursuites d'Ovnis et inversement   Mar 19 Jan 2010, 14:27

L'article de ce journal met en évidence l'existence réelle de sphères oranges que certaines personnes veulent à tout prix faire passer pour de vulgaires lanternes thailandaises. Pour ma part, les ayants observés à plusieurs reprises, je suis catégorique quant à leur réalité.
Revenir en haut Aller en bas
 

Dossier: Les poursuites d'Ovnis et inversement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Les dossiers ovni-