Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Mar 02 Oct 2007, 17:58

Le modèle sociopsychologique

Le mouvement sceptique contemporain privilégie le modèle sociopsychologique et critique vivement l'hypothèse extraterrestre (une partie des sceptiques, dite modérée, ne rejette pas catégoriquement l'HET, mais refuse simplement de se prononcer pour ce qui est des cas inexpliqués) et l'hypothèse paranormale (nommée aussi l'Hypothèse extraterrestre au second degré).

Les défenseurs du modèle sociopsychologique considèrent que toutes les observations ont une origine prosaïque connue ou pas (méprise, phénomène sociopsychologique, etc.). Claude Maugé a proposé d'utiliser à la place du terme de modèle sociopsychologique celui deThéorie Réductionniste Composite[67]. Un ouvrage écrit par David Rossoni, Éric Maillot et Éric Déguillaume (de l'Observatoire Zététique), intitulé Les ovnis du CNES – 30 ans d’études officielles[68], et présentant des explications pour certains cas inexpliqués par le CNES sortira durant l'été 2007. Un certain nombre de chapitres sont cependant déjà disponible en ligne sur internet (extraits de l'ouvrage).

Aux États-Unis, le modèle sociopsychologique est défendu par le Committee for Skeptical Inquiry (anciennement Committee for the Scientific Investigation of Claims of the Paranormal ou CSICOP). Il s'agit d'une des organisations les plus importantes du mouvement sceptique contemporain, avec la Skeptics Society. Les sceptiques définissent le phénomène ovni comme étant « le fait que des personnes témoignent avoir vu quelque chose qui volait et qu'elles n'ont pas su identifier ». Le modèle sociopsychologique consiste essentiellement à appliquer la méthode scientifique et la pensée critique au phénomène ovni, technique connue sous le nom de debunking (démystification). Les sceptiques travaillant dans le cadre du modèle sociopsychologique considèrent généralement l'ufologie comme une pseudo-science et l'HET comme une croyance, croyance adaptée à notre culture post-moderne où la technologie tient une place prépondérante. Bertrand Méheust parle à ce propos de « merveilleux technologique ». Ils fondent leur raisonnement en partie sur le principe du rasoir d'Ockham, selon lequel l'explication la plus simple à un phénomène a priori inexplicable ou paranormal est toujours la meilleure et doit être privilégiée au détriment de thèses plus compliquées, particulièrement lorsqu'elles incluent des éléments non prouvés comme par exemple des visites extraterrestres de la Terre.

Un point essentiel du débat entre défenseurs du modèle sociopsychologique et défenseurs de l'HET est le manque de preuves matérielles en faveurs de l'hypothèse extraterrestre. Une preuve concluante de visite extraterrestre de la Terre pourrait par exemple être du matériel biologique extraterrestre examinable par l'ensemble de la communauté scientifique (comme un extraterrestre mort ou vif) ou un vaisseau spatial extraterrestre. Les rares débris d'objets écrasés au sol présentés ont été largement remis en cause par la communauté scientifique, comme celui de l'incident de Roswell.

Les sceptiques émettent aussi des doutes sur la possibilité qu'une civilisation extraterrestre puisse visiter la Terre en se basant sur la théorie de la relativité (selon laquelle il est a priori impossible d'atteindre une vitesse supraluminique, ce qui rend les voyages interstellaires beaucoup trop longs) et sur le paradoxe de Fermi.

Enrico Fermi a émis la supposition de l'existence d'une seule civilisation extraterrestre capable de voyage intersidéral (à une vitesse toutefois inférieure à la vitesse de la lumière). Il a supposé cette civilisation intéressée à la conquête de la galaxie (quels qu'en soient les buts) et progressant par bonds, colonisant une planète pendant quelques centaines ou milliers d'années, puis envoyant des dizaines de vaisseaux vers de nouvelles conquêtes. Le problème est que, après seulement quelques centaines de milliers d'années, l'ensemble de la Galaxie devrait être sous l'emprise de cette civilisation extraterrestre (la faible vitesse de déplacement des vaisseaux est largement compensée par l'augmentation exponentielle du nombre de vaisseaux de colonisation). Enrico Fermi se demanda donc : « Si les extraterrestres existent, mais où sont-ils donc ? ». Plusieurs hypothèses ont été faites pour expliquer ce paradoxe :


  • les civilisations extraterrestres n'existent pas,
  • les civilisations extraterrestres existent mais ne peuvent nous contacter,
  • les civilisations extraterrestres existent mais ne veulent pas nous signaler leur présence,
  • les civilisations extraterrestres existent et les ovnis en sont une manifestation.

Arguments sociopsychologiques


  • Méprises et méprises complexes


Les statistiques issues de différentes études publiques ou privées sur le phénomène ovni indiquent que la plupart des observations d'ovnis sont la conséquence d'une méprise involontaire avec des engins terrestres ou avec des phénomènes astronomiques (comète, bolide, etc.), météorologiques (foudre en boule, altocumulus lenticularis par exemple) ou avec des objets volants d'origine humaine (avion, ballon sonde, etc.). La planète Vénus est souvent associée à un objet artificiel. En effet sa luminosité est de magnitude -4, c'est-à-dire extrêmement brillante. Quand on la fixe un certain temps, on peut avoir l'impression qu'elle bouge. Dans certaines conditions particulières, il arrive que le scintillement d'une étoile prenne des proportions extraordinaires : on décrit ainsi des « étoiles qui dansent ». Les perturbations des hautes couches de l'atmosphère sont responsables de ces phénomènes.

Gravure du XIXe siècle illustrant le phénomène de foudre en boule




Dans certains cas, il existe aussi le phénomène de méprise complexe qui désigne les cas où le témoin a confondu un objet prosaïque avec un ovni, mais qu'il a cependant soucoupisé [69](voir aussi illusion d'optique et phénomène optique). Sa perception transforme le stimulus qui sert de support à l'observation en lui ajoutant des détails, augmentant par là son degré d'étrangeté, et le rapprochant du prototype ovni (soucoupe volante, triangle de la Vague Belge, etc.) véhiculé par la culture ambiante. Ainsi, il a été démontré que dans de nombreux cas des témoins peuvent prendre des étoiles (ou la lune, un nuage, etc...) pour des vaisseaux spatiaux extraterrestres.


  • Contagions sociologiques et hystéries collectives


Philip J. Klass a proposé une hypothèse générale pour les vagues d’ovnis : « Lorsque la couverture médiatique conduit le public à croire qu'il y a des ovnis dans les environs, il y a de nombreux objets naturels ou artificiels qui, particulièrement lorsqu'ils sont vus la nuit, peuvent prendre des caractéristiques inhabituelles dans l'esprit d'un observateur plein d'espoir. Leurs observations d'ovnis s'ajoutent en retour à l'excitation de masse, ce qui encourage encore plus de témoins à chercher à voir des ovnis. Cette situation se nourrit d'elle-même jusqu'à ce que les médias perdent leur intérêt pour le sujet, et alors le phénomène retombe. » [70]. Ce phénomène de contagion sociologique est assez proche de l'hystérie collective.


  • Interaction entre enquêteur et témoin
Certains enquêteurs peuvent influencer volontairement ou involontairement le témoin en posant des questions guidantes. Il suffit que l'enquêteur pose des questions « orientées » pour fausser le témoignage et le rendre plus étrange. Ce phénomène de distorsion du témoignage est bien connu des psychologues et a été abondamment étudié expérimentalement, notamment par Elisabeth Loftus.


  • Manque de fiabilité du témoignage humain

La problématique ovni est intimement liée à celle du témoignage. La vision humaine, de par la faible distance entre les deux yeux, a une parallaxe faible et donc ne peut estimer correctement la profondeur de champ (et les distances) que dans un environnement immédiat. Très souvent il arrive au témoin de donner plus de poids à ce qu'il a vu, ou cru voir, en amplifiant certaines parties de son récit.


  • Absence d'artéfacts


L'un des arguments des sceptiques concerne l'absence du moindre artéfact extraterrestre. Il peut en effet être troublant de constater que les ovnis et leurs occupants ont pendant près de 60 ans sillonné la Terre sans pour autant laisser sur le terrain le moindre objet extraterrestre.
Néanmoins, les ufologues considèrent que cet argument n'en est pas un. Premièrement parce qu'un gouvernement récupérant des débris d'ovnis n'irait pas « le crier sur les toits » pour des raisons stratégiques, militaires et politiques évidentes. Cet argument relève selon les sceptiques de la Théorie du complot, car non prouvé. Deuxièmement parce que penser qu'on puisse récupérer des objets abandonnés sur le terrain revient à considérer les éventuels extraterrestres comme des étourdis, chose difficile à croire de la part d'expéditionnaires en mission sur une planète étrangère.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ovni

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Cosmos
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 75
Nombre de messages : 1563
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Mar 02 Oct 2007, 20:24

:flower:

Le modéle socio-psy impose péremptoirement sa façon de voir car,
n'ayant absolument rien étudier et ne sachant rien de l'ufologie ,
il réfute toutes les argumentations qui contrarient sa façon de penser.

Le modéle socio-psy n'a absolument pas le courage
d'étudier d'autres sciences trés pointues.

Comment une personne qui n'a jamais étudié l'optique
peut-elle comprendre ce qu'est un hologramme?:scratch:

Comment une personne qui n'a jamais étudié l'aeronautique,
peut-elle comprendre un pilote et la formation d'un bang sonique?:scratch:



Ce ne sont que des exemples simples mais ils sont suffisants
pour comprendre où le "bât" blesse.
D'ailleur,les socio-psy le savent trés bien et refusent
systématiquement de discuter avec le moindre ingénieur.:bball:

Leur méthode est toujours la même:
Eliminer systématiquement les mesures physiques enregistrés
lors par exemple, des observations visuelles/pilotes.
drunken

Depuis les années 54,nous avons technologiquement progressé
et nous pouvons comprendre certaines observations
qui n'ont rien de psychique.

Les socio-psy sont comme les journalistes,complétement handicapés
par leurs trés mauvaises connaissances en technologie.

Faites l'expérience en parlant d'écho radar.Vous constaterez
que c'est une mesure physique "incontestable" et "incontournable"
en ufologie.

Le socio-psy va donc "volontairement" l'oublier pour pouvoir expliquer
que c'est le pilote qui a vu un reflets
ou qui a du subir une panne d'oxygéne (Emission FR3!!)...Rolling Eyes
Je ne parlerai pas des observations des astronautes
et des cosmonautes..!!Laughing .................

Le Pére MASSE est paralysé en 1965.....
Ok,nous savons realisé le "Tazer" en 2007....:scratch:

Un ovni est observé....Il disparait brusquement sur place...!!
Le témoin affabule car il prend des médicaments pour le coeur..
Hélas,en 2007,nous savons que l'invisibilité est tout à fait possible..:scratch:

Des traces chimiques,des pressions mesurées au sol (+ de 30 tonnes!)
des enregistrements de champs magnétiques de plus de 2900 Mégahertz,
des accélérations enregistrées de plus de 30g..etc..etc...!!:scratch:

Il y a tant de détails qui nous prouvent que nous avons affaire
à une "super technologie" ,que tout homme équilibré et honnéte
se doit de se poser la question suivante:

-Pourquoi ne pas étudier "scientifiquement" ce phénoméne?

Commencer à comprendre "à quoi" nous avons affaire,
oblige à de trés longues études dans de nombreuses branches scientifiques.

Comment voulez vous qu'un individu qui n'a jamais quitté ses études socio-psy
puisses appréhender cet énigmatique phénoméne
en lisant ses bouquins de médecine ou en se documentant sur le web..?

Hélas,Il cherche plus des malades ,que des explications techniques
qu'il ne pourra comprendre...No

LA QUESTION RESTE DONC POSEE..!!

Cordialement.



A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cosmos
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 75
Nombre de messages : 1563
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Mer 03 Oct 2007, 14:02

:flower:

LA PREUVE:




Un exemple constaté par Benzemas lui-même
sur un site constestant la realité du phénoméne:

"Campèche, c'est de l'histoire ancienne. A part quelque illuminés qui fantasment encore dessus (sur des "corrélations" entre ce qui est filmé et les détections radars qui n'existent que dans leurs têtes), le cas fait partie de l'histoire de l'ufologie, dans le rayon des cas démystifiés."

.........................

Observation de Campéche par l'Armée Mexicaine:


"
L'observation de Campeche (2004)






Home > Ufologie > Enquête > Dossiers




Image infrarouge de la caméra FLIR du Merlin C26/A à 17 h
03, orientée à -133,7 °




Le 5 mars, le 501ème escadron de la FAM effectue une patrouille de routine dans un avion bimoteur de surveillance Merlin C26/A, entre





Copalar, Chiapas et la Ciudad del Carmen, au Sud de l'état côtier de Campeche (Mexique), à la recherche de trafiquants de drogue près du Golfe du Mexique.
A 16 h 45, à [url=javascript:void(0);]11 480[/url] pieds (niveau 105 d'altitude), le lieutenant Germán Marín Ramírez, opérateur du radar de l'avion (Telephonics AN/APS 143 Bravo (V)3 Ocean Eye de surveillance en mer, bande X, d'une portée de [url=javascript:void(0);]50 miles nautiques[/url]) détecte 3 échos non identifiés dans les environs, puis 8 de plus, juste au-dessus de la Ciudad del Carmen (Nord 18° 26,60', Ouest 90° 45,69'). Pensant à des narco-traficants, il avertit son supérieur le major Magdaleno Castañón Muñoz [nommé Magdalena Jasso Núñez dans d'autres media], capitaine de l'appareil, qui se dirige vers la position en suivant les indications de l'opérateur radar.
A la position indiquée par le radar, rien à signaler en visuel. Ordre est alors donné au lieutenant Mario Adrián Vázquez Téllez, opérateur de l'équipement infrarouge, d'activer la caméra FLIR Star SAFIRE II (avec une échelle de -40 à 1500 °C). Durant quelques minutes rien n'apparaît, puis bientôt arrive 1 source de chaleur, puis 3, puis jusqu'à 11 (16?) en vol. Nous ne sommes pas seuls ! C'est si étrange, crie un des pilotes. A un moment les objets, toujours invisibles à l'oeil nu, changent de direction pour venir entourer l'avion à 3 km (au moins 2 miles) de distance environ. Les pilotes commençent à s'inquiéter : il y a eu un moment où... les écrans montraient qu'ils étaient derrière nous, à la gauche et devant nous. C'est à ce moment-là que je me suis senti un peu tendu, répond Castañón à Jaime Maussán, qui a obtenu le film de l'armée. De fait, Castañón préfère couper toutes les lumières de son appareil à ce moment-là : J'ai fait cela peut-être en suivant un instinct, pensant que cela pourrait peut-être aider d'une certaine manière. En tant que commandant de vol, j'ai senti que je devais prendre une mesure parce que le signal que j'avais reçu était que nous étions suivis et en éteignant notre lumière, je m'attendais à une réaction similaire de leur part. C'était un instinct. Ramirez, lui, déclare :Est-ce que j'avais peur ? Oui. Un peu peur parce que nous faisions face à quelque chose qui n'était jamais arrivé avant. Et Vázquez d'ajouter : Je ne peux pas dire ce que c'était... mais je pense qu'ils sont tout à fait réels, insistant sur le fait qu'il est impossible d'altérer ces images. Castañón indique que les jets de l'armée ont pris les lumières en chasse et je pense qu'ils pouvaient sentir que nous étions à leur poursuite. Lorsque les jets ont arrêté de les poursuivre, les objets ont disparu, ajoute-t-il. En tous, les objets ont été observés plus de 30 mn, tantôt sur radar, tantôt en infrarouge. Castañón a calculé la taille d'un des objets à 15 m, sur la base de la caméra infrarouge.

Ref:RRO.

L'operateur radar constate bien des echos OUI ou NON ?...

"A 16 h 45, à [url=javascript:void(0);]11 480[/url] pieds (niveau 105 d'altitude), le lieutenant Germán Marín Ramírez, opérateur du radar de l'avion (Telephonics AN/APS 143 Bravo (V)3 Ocean Eye de surveillance en mer, bande X, d'une portée de [url=javascript:void(0);]50 miles nautiques[/url]) détecte 3 échos non identifiés dans les environs, puis 8 de plus, juste au-dessus de la Ciudad del Carmen (Nord 18° 26,60', Ouest 90° 45,69'). Pensant à des narco-traficants, il avertit son supérieur le major Magdaleno Castañón Muñoz [nommé Magdalena Jasso Núñez dans d'autres media], capitaine de l'appareil, qui se dirige vers la position en suivant les indications de l'opérateur radar. "


CQFD.cheers


A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Mer 03 Oct 2007, 14:22

@Cosmos a écrit:
:flower:

LA PREUVE:




Un exemple constaté par Benzemas lui-même
sur un site constestant la realité du phénoméne:

"Campèche, c'est de l'histoire ancienne. A part quelque illuminés qui fantasment encore dessus (sur des "corrélations" entre ce qui est filmé et les détections radars qui n'existent que dans leurs têtes), le cas fait partie de l'histoire de l'ufologie, dans le rayon des cas démystifiés."

.........................

Observation de Campéche par l'Armée Mexicaine:


"
L'observation de Campeche (2004)






Home > Ufologie > Enquête > Dossiers




Image infrarouge de la caméra FLIR du Merlin C26/A à 17 h
03, orientée à -133,7 °




Le 5 mars, le 501ème escadron de la FAM effectue une patrouille de routine dans un avion bimoteur de surveillance Merlin C26/A, entre





Copalar, Chiapas et la Ciudad del Carmen, au Sud de l'état côtier de Campeche (Mexique), à la recherche de trafiquants de drogue près du Golfe du Mexique.
A 16 h 45, à [url=javascript:void(0);]11 480[/url] pieds (niveau 105 d'altitude), le lieutenant Germán Marín Ramírez, opérateur du radar de l'avion (Telephonics AN/APS 143 Bravo (V)3 Ocean Eye de surveillance en mer, bande X, d'une portée de [url=javascript:void(0);]50 miles nautiques[/url]) détecte 3 échos non identifiés dans les environs, puis 8 de plus, juste au-dessus de la Ciudad del Carmen (Nord 18° 26,60', Ouest 90° 45,69'). Pensant à des narco-traficants, il avertit son supérieur le major Magdaleno Castañón Muñoz [nommé Magdalena Jasso Núñez dans d'autres media], capitaine de l'appareil, qui se dirige vers la position en suivant les indications de l'opérateur radar.
A la position indiquée par le radar, rien à signaler en visuel. Ordre est alors donné au lieutenant Mario Adrián Vázquez Téllez, opérateur de l'équipement infrarouge, d'activer la caméra FLIR Star SAFIRE II (avec une échelle de -40 à 1500 °C). Durant quelques minutes rien n'apparaît, puis bientôt arrive 1 source de chaleur, puis 3, puis jusqu'à 11 (16?) en vol. Nous ne sommes pas seuls ! C'est si étrange, crie un des pilotes. A un moment les objets, toujours invisibles à l'oeil nu, changent de direction pour venir entourer l'avion à 3 km (au moins 2 miles) de distance environ. Les pilotes commençent à s'inquiéter : il y a eu un moment où... les écrans montraient qu'ils étaient derrière nous, à la gauche et devant nous. C'est à ce moment-là que je me suis senti un peu tendu, répond Castañón à Jaime Maussán, qui a obtenu le film de l'armée. De fait, Castañón préfère couper toutes les lumières de son appareil à ce moment-là : J'ai fait cela peut-être en suivant un instinct, pensant que cela pourrait peut-être aider d'une certaine manière. En tant que commandant de vol, j'ai senti que je devais prendre une mesure parce que le signal que j'avais reçu était que nous étions suivis et en éteignant notre lumière, je m'attendais à une réaction similaire de leur part. C'était un instinct. Ramirez, lui, déclare :Est-ce que j'avais peur ? Oui. Un peu peur parce que nous faisions face à quelque chose qui n'était jamais arrivé avant. Et Vázquez d'ajouter : Je ne peux pas dire ce que c'était... mais je pense qu'ils sont tout à fait réels, insistant sur le fait qu'il est impossible d'altérer ces images. Castañón indique que les jets de l'armée ont pris les lumières en chasse et je pense qu'ils pouvaient sentir que nous étions à leur poursuite. Lorsque les jets ont arrêté de les poursuivre, les objets ont disparu, ajoute-t-il. En tous, les objets ont été observés plus de 30 mn, tantôt sur radar, tantôt en infrarouge. Castañón a calculé la taille d'un des objets à 15 m, sur la base de la caméra infrarouge.

Ref:RRO.

L'operateur radar constate bien des echos OUI ou NON ?...

"A 16 h 45, à [url=javascript:void(0);]11 480[/url] pieds (niveau 105 d'altitude), le lieutenant Germán Marín Ramírez, opérateur du radar de l'avion (Telephonics AN/APS 143 Bravo (V)3 Ocean Eye de surveillance en mer, bande X, d'une portée de [url=javascript:void(0);]50 miles nautiques[/url]) détecte 3 échos non identifiés dans les environs, puis 8 de plus, juste au-dessus de la Ciudad del Carmen (Nord 18° 26,60', Ouest 90° 45,69'). Pensant à des narco-traficants, il avertit son supérieur le major Magdaleno Castañón Muñoz [nommé Magdalena Jasso Núñez dans d'autres media], capitaine de l'appareil, qui se dirige vers la position en suivant les indications de l'opérateur radar. "


CQFD.cheers


A+

Oui lol j'ai trouvé ce forum il y a pas longtemps Laughing tu connais?
Ils sont sceptiques sur ce cas moi je vais faire des recherches.

à plus et merci cosmos

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Cosmos
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 75
Nombre de messages : 1563
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Mer 03 Oct 2007, 16:31

:flower:

Oh que oui...!!

C'est un forum trés constructif pour débunker.
Ils sont pires que sceptiques..:joker:
Il n'y a pas un seul cas UFO qui obtienne grâce à leurs yeux.:scratch:



Soit c'est religieux...Soit c'est pathologique..!!
Des angoissés de la Terre plate...On se croirait en 1600 APJC...lol!

Amuses toi bien,mais sois prudent.!!!Wink

Preuves radar:

"Question: Il y avait eu un moment où ces objets vous ont entouré.

Réponse: Oui, nous pouvons voir les choses comme cela parce que nous avons eu l'information d'une cible à l'avant, une autre légèrement vers la droite, une dans le dos, et selon le FLIR plusieurs autres de notre côté gauche. Ainsi, nous avons estimé que nous avons été entourés.

(Note: le radar indique une cible radar à 12:00, cible radar à 01:00 et une autre cible radar à 06:00 à peu près (derrière) relativement à 12:00. Le FLIR indique des objets multiples à la gauche. Aucune déclaration au sujet d'une détection par le FLIR des objets en avant ou à la droite ou derrière.)

Question: Les mouvements d'objets sur le radar étaient-ils hors de l'ordinaire?

Réponse: Absolument. Notre information sur les données - surtout, les icônes (blips, signalétique), les faisceaux - étaient toujours là sur l'écran, mais l'information sur leurs mouvements changeait constamment. Leurs changements de vitesse étaient soudains, 60 - 120 - 300 noeuds, selon l'information des radars. "

REF:Ufo net



A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude.T
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 47
Nombre de messages : 582
Inscription : 15/08/2007
Localisation : dunkerque
Emploi : ..........
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Lun 22 Oct 2007, 13:28

bonjours a tous.

Warren conclut objectivement : "L'utilité de la sociologie comme base pouvant expliquer ces phénomènes, présumés du ressort des sciences physiques, a été démontrée. Aucune donnée ne rejette la possibilité que quelques individus ont, en fait, observés des objets issus d'un autre système solaire ou que toutes les observations soient des phénomènes terrestres mal interprétés. La science empirique, la sociologie en particulier, ne se considère pas comme l'ultime vérité".

voici un site, avec une etudes de l'ufologie point de vue sociologique.
l'etude comporte plusieur pages.
bonne lecture.
http://www.astrosurf.com/luxorion/ovni-sociologie.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Lun 22 Oct 2007, 14:46

Bonjour

Le modèle « socio-psy » s'applique à des paramètres connexe à l'ufologie, c’est d'ailleurs une approche qui peut effectivement être utile pour analyser divers mouvances ou l'on retrouve certains aspect folklorique en ufologie.
Tel que les contactés, les croyants pur et dur à l’imminence d’un débarquement, les passionnés de conspirations et autres "lunatic fringe".

Dans cet aspect les études qui ont été faite là-dessus ont été utiles pour analyser les interprétations en particulier dans les milieux ruraux.

D’ailleurs Monnerie, Meurger, Brucker et les autres l'ont souvent appliqué à certaines couches de groupes sociaux.

Mais c’est en effet obsolète quand on en vient à des observations corroborées par des radars, traces, et des comptes rendu de militaires, ingénieurs, astronomes ou des pilotes tout simplement.

Meheust quand à lui c'est véritablement attaqué aux phénomènes des "enlèvements " en y voyant une connexion entre la science fiction des années 50 et de "supposer" enlèvement.
Meurger aussi d'ailleurs, mais en aucun cas ceci est applicable pour des civilisations qui fonctionnent sur des principes traditionnel et qu’y n'ont pas obligatoirement accès aux données moderne.
Il reste pour cette partie une interprétation religieuse, un peu comme quand les incas voyaient une éclipse solaire.

Je rappel que nombres de sceptiques ne sont pas obligatoirement ignare en ufologie, Monnerie était un ancien enquêteur et Barthel aussi.
Le problème c'est qu'ils ont analysé l'aspect folklorique en englobant l'ensemble des données, erreur d'objectivité de leur part puisqu’ils n’ont pas su dissocier le bon du mauvais cas.

Aujourd’hui c'est tout de même une hypothèse qui a un peu vieillis et qui n’a pas obligatoirement de « relève », les zétéciens feraient plus partie du nihilisme ufologique ou le but est de protéger la sacro-sainte science de toute données n’étant pas conforme à leur aspiration ou celle de leurs chantres.


Je les appels d'ailleurs "les moines soldat de la pensée réductrice",
leur but initial etant lié à une approche dogmatique de la science.

cordialement

Revenir en haut Aller en bas
Cosmos
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 75
Nombre de messages : 1563
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Mer 21 Nov 2007, 13:05

:flower:



"............Je rappel que nombres de sceptiques ne sont pas obligatoirement ignare en ufologie, Monnerie était un ancien enquêteur et Barthel aussi.
Le problème c'est qu'ils ont analysé l'aspect folklorique en englobant l'ensemble des données, erreur d'objectivité de leur part puisqu’ils n’ont pas su dissocier le bon du mauvais cas.

Aujourd’hui c'est tout de même une hypothèse qui a un peu vieillis et qui n’a pas obligatoirement de « relève », les zétéciens feraient plus partie du nihilisme ufologique ou le but est de protéger la sacro-sainte science de toute données n’étant pas conforme à leur aspiration ou celle de leurs chantres.


Je les appels d'ailleurs "les moines soldat de la pensée réductrice",
leur but initial etant lié à une approche dogmatique de la science.

cordialement


..................................................................

Excellent..!!


Nous sommes éffectivement "confrontés" à de biens étranges personnages qui sont :

-soit des "aigris" d'une ufologie qu'ils ne comprennent pas...
-soit des "ignorants" des realités de ce phénoméne....

Tous les enregistrements en mesures physiques effectuées
ne sont volontairement pas prise en compte.
Les témoins sont systématiquement ridiculisés,
quelquesoit leur compétence.
L'on peut même comprendre un certain intégrisme religieux
de la part des plus virulents.

En conclusion:

L'on peut donc supposer que ces "pauvres gens" qui contestent avec tant d'agressivité, sont pathologiquement touchés
par tous ces constats de la realité du phénoméne et souffrent alors, d'une sorte d' angoisse caractérielle vis à vis de ces fameux ovni.


A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cosmos
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 75
Nombre de messages : 1563
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Mer 21 Nov 2007, 17:45

:flower:


Déjà en 1997,je me doutais de cette "angoisse"





:fdbfxb:



A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cosmos
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 75
Nombre de messages : 1563
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   Jeu 22 Nov 2007, 10:09

:flower:

Exemple de désinformation d'un "écrivain" qui n'a jamais connu la "guerre froide"...!!!

.......

"LCI.fr : L'armée a donc contribué à semer le doute en évoquant une "soucoupe volante"...

P. L. : En 1947, ce terme n'a pas l'histoire qu'il a aujourd'hui et ne désigne pas un vaisseau extra-terrestre. A l'époque, on appelle "soucoupes volantes" des trucs vus dans le ciel, sans que cela soit précis. Le colonel Blanchard qui a donné l'ordre de rédiger la dépêche n'a pas réfléchi à la portée de ses propos. Et il ignore que dans la base voisinne d'Alamogordo on lance en secret des grappes de ballons dans le cadre d'un programme secret destiné à espionner les Soviétiques. Une fois les débris parvenus à la base de Fort Worth, on se rend compte de la méprise et on enterre l'histoire en évoquant un banal ballon sonde.

FAUX:
Le Colonel Blanchard commandait la 1° base au monde de bombardier nucléaire.Ce n'etait donc pas un imbécile comme le "petit Lagrange" OSE le penser; Il était convaincu d'avoir "récupéré" pour l'U.S.Army, un engin secret soviétique.(Pas un engin d'origine ET)
Ce n'est qu'aprés l'analyse des débris par le Pentagone,que le Colonel Blanchard
est obligé de démentir cette découverte....

LCI.fr : Quand recommence-t-on à parler de Roswell ?

"L'Armée reconnaît
avoir dissimulé
ses essais de
ballons sondes"

Pierre Lagrange

P. L. : Dans les années 80, quand Stanton Friedman et William Moore, deux ufologues, enquêtent sur le témoignage de Jesse Marcel. Après avoir fouillé les archives et interrogé des chercheurs, un autre ufologue, Robert Todd conclut que l'armée a voulu cacher ses essais de ballons espions. L'affaire enfle dans les années 90 avec la série X-Files et la fausse autopsie de l'extra-terrestre.

FAUX:Les archives de Roswell ayant "mystérieusement disparues",
ce n'est que par une information discrete que S.Friedman rencontre le Major Marcel le 20 fevrier 1978.
(Marcel avait été obligé de mentir par le General Ramey, en montrant des ballons meteo aux journalistes!!)
Encore de la désinfo ou de la méconnaissance du sujet de la part du novice Lagrange.

Saisi par ses concitoyens, le Sénateur du Nouveau-Mexique demande au G.A.O. (General Accounting Office), l'équivalent américain de la Cour des Comptes, de faire la transparence sur Roswell. L'Armée publie alors deux rapports, en 1994 et 1997, et reconnaît avoir voulu dissimulé ses essais de ballons sondes. Le problème, c'est qu'en 1997, la presse américaine titre sur le 50e anniversaire de Roswell. Du coup, cette affaire masque l'anniversaire des observations qui en 1947 ont véritablement lancé le débat sur les soucoupes volantes. On assiste alors à une sorte de réécriture de l'histoire.

Nous avons donc ici,une fois de plus,la démonstration de l'incompétence
d'un petit écrivaillon français qui joue au sceptique par méconnaissance totale
des faits lors de cette fameuse période de "guerre-froide".

Ce petit "sociologue" veut donc donner des leçons en 2005 à des chercheurs qualifiés
comme S.Friedman, qui ont eux, en 1978,enquété sur le terrain
et récupéré des témoignages auprés des véritables acteurs.

Il vaudrait mieux alors se poser la question de savoir pourquoi écrire un livre
de désinformation sur l' ovni de Roswell, sans même être allé enquéter sur place
ni oser y rencontrer les derniers témoins.

Cette attitude bizarre dénote plus une volonté de lucre et de désinfo
que de recherches sérieuses sur le fait ovni.

A méditer.


A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni.
» Modèle sociopsychologique du phénomène ovni
» Emission quebecoise: Constatations du phénomène Ovni
» Topic unique: Vente, Echanges et recherches de livres sur le phénomène ovni
» ovni tv radio: Les Médias et le phénomène ovni: pourquoi tant de trouble?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Rubriques Thématiques :: Thématiques Ovni :: Sociologie, science-fiction et ovni-