Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil

Partagez | .
 

 (1953) Le cas radar visuel multiple de Ellsworth AFB.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 38
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: (1953) Le cas radar visuel multiple de Ellsworth AFB.   Lun 01 Oct 2007, 21:51

Le cas radar/visuel de Ellsworth AFB (1953)


Ce cas visuel multiple, radar multiple, est également connu sous les noms de cas de Rapid City, Black Hawk, Black Hills, en raison des lieux où des observateurs l'ont repéré.



Discussion du cas:


Un membre du Ground Observer Corps rapporte un OVNI vu depuis Blackhawk:


Le 5 Août 1953, à 20:05 peu de temps après la tombée de l'obscurité, une femme, Mme Kellian, membre volontaire du Ground Observer Corp, le Corps des Observateurs au Sol sous tutelle de l'USAF Force, était à son poste à Blackhawk, dans les Black Hills, Dakota du Sud, à environ 10 miles à l'ouest de la base de l'US Air Force d'Ellsworth. Elle fut la première personne à voir une lumière rouge incandescente dans le ciel.

 

Le temps était clair avec une excellente visibilité, c'était une nuit sombre et sans lune, dans des conditions météo stables, de légères inversions de température et une légère conduction des ondes radio.

 

Elle a vu que la lumière était basse sur l'horizon au nord-est de sa position. Elle a fait son rapport par téléphone au centre de filtrage du Ground Observer Corps de Rapid City, exactement de la manière dont les membres de GOC sont supposés le faire. Son appel a été mis passé au contrôleur de radar de Ellsworth AFB, et pendant le reste de son observation elle était au téléphone avec cet opérateur radar en service, auquel elle a décrit les mouvements du phénomène.

 

Elle a rapporté que l'objet était "une lumière rouge incandescente stationnaire," qui a bientôt commencé à se déplacer d'environ 30 degrés vers sa droite, a alors filé "droit vers le haut," puis s'est déplacée vers la gauche et est revenue à sa position originale, et alors a commencé à se déplacer au sud vers Rapid City.

 

Par la suite, l'enquêteur pour le Rapport Condon a déclaré qu'une personne qui observait le ciel avec pense que c'était "juste la lumière rouge de la tour, la lumière d'avertissement de la tour émettrice de radio FM normalement juste visible depuis leur emplacement." Aucune indication n'est donnée dans le Rapport Condon au sujet de la source de ceci, il n'y en a pas de mention dans le mémoire d'Edward Ruppelt ni dans le rapport de l'Armée de l'Air.

 

En outre, le Dr. J. Allen Hynek nous rappelle un point important: "ce qui a rendu ce rapport particulièrement significatifs était le fait que ces personnes étaient des observateurs qualifiés - elles faisaient partie du réseau national des civils qui exerçaient la surveillance pour repérer des bombardiers ennemis."

 

En effet, il n'y a que peu de sens dans l'idée du rapport Condon qu'un observateur du GOC rapporterait comme événement anormal une lumière rouge sur une tour d'émetteur radio, il y a encore moins même moins de sens à croire qu'un observateur du GOC décrirait les manoeuvres de la lumière d'une tour d'émetteur radio comme se déplaçant de 30 degrés vers sa droite, ou comme commençant "à se déplacer vers Rapid City dans le sud," et revenir à sa position initiale etc.." par la suite.


 

L'observation des aviateurs à la base d'Ellsworth:


Une fois informé de l'observation par téléphone, le contrôleur des radars de Ellsworth AFB a écouté la femme du GOC, qui lui a dit que l'objet ou la lumière se dirigeait maintenant vers Rapid City. Il a envoyé 3 aviateurs qui étaient sur l'emplacement de radar à l'extérieur pour le repérer visuellement. Ils ont rapporté une lumière se déplaçant généralement du nord au sud à une vitesse élevée.


Le rapport du radariste de la base d'Ellsworth, USAF:


Quand l'observatrice du GOC a fait son rapport au centre de filtrage du GOC de Rapid City, le centre du GOC avait appelé la station de radar d'Ellsworth AFB. Le radariste en service là a dit plus tard au Capitaine Ruppelt, investigateur de l'Armée de l'Air, qu'il y avait une cible indiquée par le radar exactement là où la dame a rapporté que la lumière se trouvait. Ruppelt a écrit dans ses mémoires:

 

"L'officier de garantie, qui était le contrôleur en service pour la nuit, m'a dit qu'il a étudié la cible pendant plusieurs minutes. Il savait que la météo pouvait affecter les radars mais cette cible était "bien définie, solide, et claire. "Elle a semblé se déplacer, mais très lentement. Il a réclamé une lecture de sont altitude, et l'homme du radar de mesure des altitudes a vérifié sonr écran. Il a également détecté la cible - elle était à 16.000 pieds."  


Le rapport du projet Blue Book note que "à ce moment le contrôleur a observé 2 blips aller au sud sur son écran. Il ne pouvait pas obtenir un tracé complet à cause de l'image de fond de la terre dans le secteur." D'abord, il y avait eu un écho sur la portée de radar, et une confirmation de cet écho sur un autre radar destiné à mesurer les altitudes. En second lieu, l'investigateur du Rapport Condon et les sceptiques plus tard ont interprété que le tracé de son déplacement n'était pas distincte en raison de l'image de fond du sol, ce qui n'a rien de peu commun intrinsèquement, comme indication qu'il n'y avait aucun écho du tout, ce qui n'est pas ce qui est signifié dans le rapport de Bluebook.

 

L'investigateur du Rapport Condon a ignoré la mesure d'altitude et l'expérience du radariste au sujet des effets habituels de conditions atmosphériques particulières sur les ondes des radars, et a conclu que l'écho était dû à une couche d'inversion de la température. Dans le Rapport Condon, une couche d'inversion tout à fait habituelle de basse altitude est rapportée pour cette soirée et ces lieux, cependant, la notion qu'elle aurait comme conséquence une mesure de cible à 16,000 pieds avec détecteur d'altitude à l'endroit exact où le radar a localisé le phénomène est de la simple pseudo-science. En outre, les couches d'inversion de température ne créent pas de "cible définie, pleine et claire", elles produisent simplement plus d'image de fond du sol et rarement, créent des échos flous, intermittents, immobiles ou se déplaçant à la vitesse du vent, et certainement pas mesurés à 16.000 pieds pour une hauteur si basse de l'inversion de température, ni visibles comme des objets lumineux.

 

Parce que le rapport de l'Armée de l'Air note que le radariste insistait vraiment sur le fait qu'il y avait un écho radar corroborant l'observation visuelle par la femme du GOC, un petit nombre de sceptiques et le Rapport Condon ont proposé que le rapport du radariste soit dû à sa croyance aux soucoupes volantes. Leur point est logique et idiot en même temps, sonnant comme "si vous repérez un OVNI, ne signalez pas sur le moment, parce que quelqu'un d'autre peut le voir, ce qui démontre simplement que quelqu'un d'autre que vous croit aussi aux soucoupes volantes (qui n'existent pas, bien entendu)." Dans ce cas particulier, suivre la logique des sceptiques exigerait que la femme du GOC n'aurait pas du rapporter voir la lumière rouge, car cela a rendu hystérique le radariste, que le radariste n'aurait pas du avoir regardé son écran radar, car étant hystérique, il allait forcément y imaginer des choses, et qu'il n'aurait du envoyer personne dehors pour un contrôle visuel etc... Il y a en effet un équilibre délicat entre demander à d'autres de confirmer une observation au moment où ces autres personnes auraient une chance de la corroborer, et créer des conditions pour que les personnes croient que si elles voient quelque chose, ce doit être une confirmation d'un événement étrange. Cependant, dans ce cas-ci, le sceptique doit supposer que chacun impliqué dans le cas - la femme du GOC, le radariste et son collègue au radar de détection d'altitude, et plus tard les deux pilotes du F-84 etc. - étaient des "croyants au soucoupes volantes," tous assez pour voir des choses visuellement ou sur radar qui étaient en fait toutes "des étoiles et un météore et des effets de propagation anormale des ondes radar etc..."


 

La première tentative d'interception par un jet F-84:


Dans les quelques minutes le poste du GOC à Blackhawk a de nouveau appelé parce que la lumière était revenue presque à sa position originale, ce qui est certainement un comportement étrange pour une étoile ou la lumière d'une tour d'émetteur de radio FM. Les trois aviateurs à Ellsworth AFB ont également rapporté que l'objet a décrit une courbe autour de Rapid City et est revenu vers sa position originale.

 

Le radariste a alors appelé le pilote d'un avion de chasse à réaction F-84 qu'il avait en patrouille à l'ouest d'Ellsworth AFB, lui a dit de se tenir prêt pour une interception et l'a dirigé vers la cible, qui était stationnaire à 16,000 pieds d'altitude au sud de la base, à environ 15 milles au nord-est de Blackhawk.

 

Le pilote a vu la lumière à l'endroit indiqué par le radariste à partir de son écran radar et s'en est rapproché à environ 3 miles. A ce moment, l'objet a commencé à se déplacer. Le Capitaine Ed Ruppelt dit dans ses mémoires:

 

"Il a commencé à se déplacer. Le contrôleur a vu qu'il commençait à se déplacer, l'observatrice au sol a vu qu'il commençait à se déplacer et le pilote a vu qu'il commençait à déplacer - tous en même temps." 
 

Et le rapport officiel de Blue Book indique:

 

"Un F-84 en vol a été dirigé vers le secteur et après une recherche a établi le contact visuel. Le F-84 a été dirigé vers l'écho. Le contrôleur a dit qu'il pense que ce que le pilote F-84 a vu était la cible qui était sur son écran. Peu de temps après l'observation visuelle par le pilote, la cible a commencé à se déplacer sur un cap d'environ 320 degrés magnétique. Quatre bons blips ont été obtenus; des photos de cette trace ont été prises mais l'appareil photo n'a pas bien fonctionné et les photos n'étaient pas bonnes. Le dernier blip s'est produit à 70 milles et à ce point l'avion a été renvoyé à la base. L'observateur du GOC a rapporté voir l'avion et l'objet, et tous les deux se déplaçaient. L'objet a semblé distancer le F-84."


On n'en sera pas surpris, le Rapport Condon qui a précédemment suggéré que l'objet est la lumière rouge d'une tour d'émetteur par radio, et a ensuite expliqué l'objet comme étant un météore, ne mentionne rien de précis de tout ceci et l'explique comme si c'était un objet différent, l'étoile Capella!

 

En outre, certains auteurs tardifs ont incorrectement interprété les "quatre blips" mentionnés dans le rapport de l'Armée de l'Air. Un blip est la tache lumineuse montrée sur le radarscope à chaque passage de l'antenne; quatre blips indiquent que l'antenne a fait quatre passages sur l'objet, et non pas qu'il y a eu là étaient quatre échos de quatre cibles différentes.

L'objet s'est déplacé rapidement et s'est dirigé vers le nord, suivi du F-84. Ruppelt écrit:

 

"Le pilote notera que la lumière devenait plus lumineuse, et il appelait le contrôleur pour le lui dire. Mais la réponse du contrôleur sera toujours identique, "Roger, nous pouvons le voir sur notre écran."


Ruppelt, qui a interviewé le contrôleur de radar, dit également:

 

"Le contrôleur m'a indiqué que c'était juste comme si l'OVNI avait eu une certaine sorte de radar d'avertissement automatique lié à son alimentation d'énergie. Quand quelque chose venait trop près de lui, il reprenait automatiquement de la vitesse et s'écartait. La distance de séparation est toujours demeurée environ 3 milles." 


L'investigateur du Rapport Condon propose que puisque la trace radar de l'objet et celle du F-84 gardent une distance constante de trois miles, alors la trace radar de l'objet doit être un écho de la trace radar du F-84 provoquée par la propagation anormale des ondes de radar à cause d'une couche d'inversion de la température cette nuit. Cependant, les échos du jet et de l'objet sont demeurés sur l'écran jusqu'à ce que les deux objets soient sortis de la portée du radar, à 120 miles au Nord d'Ellsworth AFB.

 

Car en effet la chasse a continué jusqu'au Dakota du Nord, à 120 miles du point de départ à proximité de Rapid City. Ceci n'est pas précisé dans l'interprétation du Rapport Condon de l'incident, son lecteur est laissé sur l'impression que la poursuite était simplement quelques passages par le jet.

 

Le Rapport Condon indique au sujet de la première poursuite:

 

"Le chasseur dans ce cas pourchassait probablement une autre étoile, dont l'image a pu avoir été légèrement tordue. Le rapport du pilote que l'OVNI visuel le "suivait" semble avoir renforcé la croyance de l'opérateur de radar qu'il dépistait réellement l'OVNI, et pas un écho fantôme. L'étoile dans ce cas peut très bien avoir été Mirfak (magnitude 1,9), qui, à 20:40 LST, était à l'azimut 15° et à peur près à une altitude angulaire de 5° à 7°."
 

Leur proposition est que le radariste a observé un écho fantôme tandis que le pilote chassait une étoile. Naturellement, il y a une étoile dans cette direction générale; mais après tout, dans quelle direction il n'y aurait-il pas une étoile?

L'OVNI et le F-84 étaient sortis de la portée du radar, mais en quelques minutes le jet était de retour dessus, se dirigeant vers sa base avant d'être à court de carburant, et l'OVNI était toujours vu sur l'écran de radar quand il a réintégré la couverture radar lui aussi, seulement cette fois il était de 10 à 15 miles derrière l'avion, et non plus à 3 miles comme lors de la poursuite vers le Nord. Ruppelt raconte:

 

"Quand l'OVNI et le F-84 sont arrivés à environ 120 miles au nord, le pilote a vérifié son carburant; il devait revenir. Et quand je lui ai parlé, il a dit qu'il était sacrément heureux qu'il ait manqué de carburant parce qu'être seul dehors au-dessus d'un pays plutôt désolé avec un OVNI peut causer un certain souci."  


Apparemment, le pilote pensait avoir poursuivi quelque chose de plus impressionnant qu'une étoile. Cela se lit dans le rapport de l'Armée de l'Air:

 

"Le pilote qui était sur la première CAP [interception] a été interviewé après. Il a déclaré qu'il avait fait des passages sur un B-36 au nord de Rapid City, quand le GCI [contrôle radar à Ellsworth AFB] l'a appelé et a indiqué qu'ils avaient une cible à l'ouest de Rapid City. Il a recherché environ 20 minutes à l'ouest et au sud de Rapid City et n'a rien vu. Il est revenu à la base et était sur le point d'atterrir quand il a observé une lumière au nord-ouest de la base. Il s'est alors dirigé vers elle sur un cap de 350 degrés magnétique, l'objet était haut (30 degrés - 45 degrés) à 11 heures à partir de lui. Il a vérifié la possibilité d'une réflexion et a déterminé que ce n'était pas la cause. Il a continué son cours gardant l'objet à 11 heures pour en avoir une meilleure vue. Après environ 30 secondes, elle a disparu et est alors réapparue pendant encore 30 secondes au bout desquelles elle s'est abruptement fanée et n'a plus été vue. L'objet était de couleur argentée et a changé en intensité. Il a semblé "s'écarter" parce qu'il est devenu plus petit. Le commentaire quant à la taille était qu'il était "plus lumineux que l'étoile la plus lumineuse que j'ai jamais vue." 
 

La deuxième tentative d'interception par un deuxième F-84:


Pendant que le premier F-84 projetait d'atterrir, le contrôleur a reçu un appel de l'escadron d'intercepteurs à réaction de la base. Ruppelt raconte:

 

"Les pilotes de veille à l'escadron avaient entendu les conversations sur leur radio et ne les ont pas crues. "Qui est le cinglé qui est là haut?" fit le commentaire qui est passé des pilotes vers les gens du radar. Il y avait un F-84 sur la piste prêt à décoller, à dit l'homme au téléphone, et un des pilotes, qui a fait la deuxième guerre mondiale et était un vétéran de la guerre de Corée, a voulu monter et voir une soucoupe volante. Le contrôleur a dit, "OK, go."  


Le résumé du cas dans le Rapport Condon dit:

 

"Le deuxième pilote, étant interviewé par le Dr. Hynek, a déclaré qu'il sentait bien qu'il avait chassé une étoile, bien qu'il y ait eu quelques aspects de l'aspect de l'objet qui l'ont dérangé."  


Mais le rapport original de l'U.S. Air Force fournit des informations plutôt différentes:

 

"Il [le deuxième pilote] a déclaré qu'il a décollé et a commencé à s'élever quand le GCI lui a indiqué que le GOC a vu une lumière. Il était au nord d'Ellsworth AFB sur un cap de 360 degrés magnétique quand il a vu une lumière à 30-40 degrés à sa droite et à son niveau. Il a pensé que c'était une étoile ou une planète mais à un moment où il avait regardé ailleurs elle a semblé "sauter" de 15-30 degrés en altitude. (note: En raison de la vitesse de l'avion et le fait de ce que le pilote a eu l'intention d'identifier l'objet, il n'était pas exactement sûr de ses positions. Toutes les positions sont sujettes à une certaine erreur.) La lumière a semblé se mettre en parallèle à son cours. La première chose que le pilote a fait a été de vérifier les réflexions dans l'habitacle (c.-à-d., la verrière, la tête du viseur, etc.). Il était sûr que la lumière n'était aucunement une réflexion dans l'avion. La lumière, que le pilote a estimé être considérablement plus brillante qu'une étoile, a changé en intensité et changé en couleurs de blanc en vert. Quand l'objet a été aperçu la première fois, l'avion était à 15.000 pieds. Le pilote a commencé à s'élever et la lumière a semblé s'élever plus rapidement. C'était parce que l'angle de l'altitude a augmenté. Il s'est élevé à 26.000 pieds. Pendant tout ce temps le blip de l'objet et celui de l'avion étaient portés sur radar et le pilote parlait au contrôleur sur UHF."  


Le pilote a explicitement dit que la lumière était "considérablement plus brillante qu'une étoile" et le rapport Condon n'indique rien d'autre sur la deuxième interception que: "il a pensé qu'il avait pourchassé une étoile."

Ruppelt a écrit dans son article pour TRUE Magazine:

 

"Il [le pilote du deuxième F-84] a été dirigé vers la position par la voix et a repéré la chose visuellement au-dessus de lui. Il est allé jusqu'à 20.000 pieds, a rapporté qu'il était de niveau avec la lumière, et l'objet s'est encore enlevé vers le nord avec le jet à sa poursuite. Et cette fois encore on a observé la poursuite avec le radar au sol, l'OVNI et le jet tout deux clairement montrés sur l'écran."

 

"Lors de la deuxième poursuite, le pilote a fait un certain nombre d'essais pour éliminer certains des phénomènes communs qui ont été pris à tort pour "des soucoupes volantes." Il a arrêté toutes ses lumières d'instrument et a donné des à-coups à l'avion pour s'assurer qu'il ne chassait pas une réflexion de verrière. Ce n'était pas le cas. Il a observé l'objet soigneusement par rapport aux étoiles, et jure que l'objet s'est déplacé par rapport à elles, de ce fait éliminant la possibilité qu'il chassait une planète ou une étoile. En conclusion, alors qu'il a pensé qu'il se rapprochait de l'objet, il a mis en route le radar de visée de son canon. Ce type de jet a une lumière sur le tableau de bord qui s'allume pour indiquer un "verrouillage" avec la cible par le viseur radar. La lumière s'est allumée."
 


Le pilote a explicitement déclaré qu'il a observé la lumière se déplacer par rapport au fond des étoiles ce qui exclut également que la lumière pourrait être une étoile. Ce n'est pas mentionné dans le Rapport Condon, et parce qu'il est évident que l'investigateur du Rapport Condon a lu le rapport de l'Armée de l'Air sur ce cas (des lignes entières en sont copiées dans le rapport Condon comme si elles avaient été écrites par l'investigateur de Condon), il semble évident que la recherche du Rapport Condon sur ce cas n'a eu aucune ambition de faire une évaluation objective mais a filtré les informations originales de sorte que seulement ces caractéristiques menant à leur explication, celle que le pilote a chassé une étoile, apparaissent dans leur rapport. Il semble évident qu'il y avait un désir intentionnel de duper le lecteur en cachant des informations importantes.

 

Le rapport de l'Air Force déclare clairement:

 

"Après la poursuite, sur le trajet du retour, la lumière a clignoté en marche et en arrêt plusieurs fois indiquant un défaut de fonctionnement possible. Le viseur n'a pas été vérifié par les gens de l'entretien au retour et n'a pas été vérifiée depuis."
 


L'investigateur du Rapport Condon n'a pas manqué ce fait important, et l'indique:

 

"Il a également déclaré que le verrouillage du radar de visée, qu'il avait rapporté par la radio pendant la poursuite, était dû à un défaut de fonctionnement de l'équipement, et que le radar de visée a continué à mal fonctionner sur son trajet de retour à la base. Cet équipement n'a jamais été examiné par la suite pour déceler un mauvais fonctionnement (c.-à-d., ni avant ni pendant l'enquête officielle de l'Air Force sur l'incident)."
 


Cela ne surprendra personne, le "défaut de fonctionnement possible" indiqué dans le rapport de l'Armée de l'Air est devenu un défaut de fonctionnement établi dans le Rapport Condon. Il est encore clair que l'investigateur du Rapport Condon a un désir de changer le rapport original pour l'adapter à ses théories. Cela dit, il doit être noté que les soupçons et les indices d'un défaut de fonctionnement du radar de visée du deuxième F-84 ne sont pas mentionnés dans la plupart des versions popularisées par la suite de cet incident dans la littérature OVNIS.

 

Je comprends de ce qui précède que:


L'Armée de l'Air a fait un bon travail de recherche. Ils ont fourni beaucoup de faits qu'ils auraient pu aisément dissimuler, que ces faits nous dirigent vers une explication conventionnelle ou vers une théorie audacieuse. Mon impression globale est que les investigateurs de l'Air Force ont fait de leur mieux pour rester objectifs.


Les investigateurs du Rapport Condon ont passé sous silence presque tous les faits qui vont à l'encontre de n'importe quelle explication conventionnelle; et en même temps ils ont insisté sur et exagéré tous les faits qui favorisent n'importe quelle explication conventionnelle possible. Plus grave, ils ont présenté des informations tout à fait distordue, dont une partie mérite le qualificatif de mensonge. Mon impression globale est que leur investigateur ne s'est pas inquiété d'étudier le cas d'une façon neutre et objective mais a essayé pour montrer que l'OVNI était n'importe quoi sauf un OVNI.


La littérature OVNI par la suite a souvent atténué ou passé sous silence les indices que le radar de visée du deuxième F-84 avait donné des signes de défaut de fonctionnement et liste souvent son verrouillage comme une des preuves de la réalité de l'objet. C'est illégitime. Les comptes rendus récapitulatifs tardifs contiennent des erreurs, par exemple la confusion entre quatre blips d'un objet sur l'écran du radar et quatre échos de quatre objets différents. C'est malheureux et évidemment dû à un manque d'expertise. Mon impression globale est que les auteurs de livres sur les OVNIS ne s'en tiennent pas tous aux événements documentés originaux mais peut-être volontairement, peut-être par manque de référence aux sources originales, ajoutent des caractéristiques qui n'ont pas existé dans le dossier du cas ou passent sous silence des caractéristiques qui ne sont pas en faveur d'une explication non conventionnelle. C'est regrettable, et plus grave, cela tend à convaincre le lecteur peu informé que le cas est plus probant de la théorie des visites extraterrestres de notre planètes qu'il ne l'est vraiment, et le lecteur a demi instruit sera convaincu que le dossier original du cas est moins impressionnant qu'il ne l'est, ainsi il sera convaincu qu'il n'y a rien d'intéressant dans l'ufologie tout entière.


Philip Klass, un auteur sceptique populaire dans un magazine d'aviation, s'est souvent amusé à récrire un rapport d'OVNI sous un angle moqueur de "premier degré," et je vais maintenant jouer à cette même technique à propos de l'explication du Rapport Condon:

 

Une dame qui est évidemment hystérique parce qu'elle voit des choses dans le ciel et en est saisie d'excitation voit une lumière rouge au dessus d'une tour d'émetteur radio. Elle en est tellement excitée qu'elle prend le téléphone et alerte les militaires à ce sujet, croyant que cela est quelque chose d'anormal, et de ce fait croyant que la lumière se déplace aux alentours dans le ciel. Les militaires deviennent bien trop passionnés et sont saisis d'hystérie. En raison de toute cette hystérie et en particulier parce qu'elle est contaminée par l'hystérie militaire, elle commence à imaginer que la lumière rouge de la tour d'émetteur commence à voyager dans la direction de Rapid City, à 15 miles de son lieu d'observation.

Puisqu'il est encore plus surexcités en entendant ceci, le radariste se met à regarder son écran et par hasard il voit des blips là où la dame en pleine confusion croit que se trouve un OVNIS. Ces blips sont naturellement provoqués par des inversions de la température. Le radariste est tellement hystérique qu'il envoie 3 aviateurs de sa base aérienne sur le toit pour "observer l'OVNI."

 

Puisqu'ils sont invités à trouver un OVNI, les 3 aviateurs croient qu'ils l'ont repéré; mais c'était en fait un météore qui a volé dans le coin à ce moment. Ils ne peuvent pas l'interpréter correctement. Le radariste demande à son collègue de détecter l'altitude de l'OVNI qui est en réalité une inversion de température et le radar de mesure de l'altitude est dupé par l'inversion de température d'une telle manière que la hauteur de cette inversion de température peut être mesurée. Le radariste maintenant totalement hystérique demande un jet pour l'intercepter.

 

Le pilote d'un premier jet commence à rechercher l'OVNI et parce qu'il est invité à en trouver un, son sens critique est anéanti par l'excitation et il repère une étoile et commence à la pourchasser, croyant que ce n'est pas une étoile. Il la pourchasse sur une distance de 120 miles et il est tellement hystérique qu'il croie que l'étoile se déplace. C'est parce qu'il y a beaucoup d'étoiles dans toutes les directions dans le ciel, donc partout où il veut "trouver l'OVNI" il peut repérer une étoile et la confondre avec une soucoupe volante.

 

Le radariste appelle des observateurs au sol à 120 miles vers le haut de nord là où l'étoile était encore poursuivie par le pilote, et les gens là rapportent une lumière bleue allant au nord, mais ils étaient simplement en train de rapporter des phénomènes sans aucun rapports à cause de l'hystérie et de l'excitation communiquée par le radariste.

Pendant la chasse, le radariste voit un deuxième écho devant le jet sur son radar, ce qui doit être causé par une inversion de la température qui se déplace. Quand le pilote du jet revient au sud à la base aérienne, l'inversion de la température change aussi de direction.

 

Quand le pilote de jet doit se réapprovisionner en combustible, un deuxième jet est envoyé et son pilote excité repère également une étoile, il est tellement affolé par toute l'affaire qu'il croit que l'étoile est considérablement trop lumineuse pour être une étoile et qu'elle se déplace. Le déplacement allégué de l'étoile dans la perspective de trois autres étoiles est une interprétation due à l'hystérie du pilote: cela peut être expliqué si les trois étoiles sur lesquelles il se repère sont en fait 3 météores qui sont passé là au même moment.

 

Puisque son radar de visée est par hasard défectueux à ce moment-là, il obtient un verrouillage radar qui est par accident dans la direction de l'étoile mal interprétée. Quand le pilote rapporte la lumière à un endroit différent, ce n'est pas parce qu'elle s'est déplacée, mais parce que chaque fois il a vraiment vu une étoile différente et l'a pris pour un vaisseau spatial extraterrestre, en raison de son hystérie.

 

Opinions:


Major Lawrence Tacker:

Le Major Laurence Tacker, U.S. Air Force, Division de l'Information au Public, a non seulement confirmé ce cas, mais il a écrit à un membre du NICAP et lui a dit que l'Armée de l'Air a eu des photos de la caméra de canon du F-84 et des photos des traces de l'objet sur l'écran de radar au sol. (FSTS, p243)

 

Francis Ridge:

Francis Ridge, du NICAP, a indiqué:

"Le compte rendu dans le Rapport Condon est trompeur parce qu'en attribuant faussement les observations de Rapid City à des ÉTOILES il omet intentionnellement le fait que le 2ème pilote du combattant F-84 a rapporté qu'il a observé le MOUVEMENT de l'OVNI SUR LE FOND DES ÉTOILES, en particulier de 3 étoiles spécifiques sur lesquelles il a concentré son attention." 
(Francis Ridge, site web du NICAP)

 

NICAP:

Le NICAP écrit:

"L'officier de garantie en service à la station de radar a été en contact téléphonique direct avec l'observateur, et ils ont comparé leurs remarques pendant environ deux minutes. Au milieu d'une phrase, la femme a soudainement dit que l'objet commençait à se déplacer vers Rapid City. L'écran de radar a confirmé ceci, et l'officier de garantie a envoyé deux hommes dehors pour un contrôle visuel. Ils ont rapporté une grande lumière bleuâtre-blanche se déplaçant vers Rapid City. Les trois groupes - les gens au radar, les hommes à l'extérieur, et la femme des Observateurs - ont observé l'OVNI faire un tour rapide autour de Rapid City et puis retourner vers sa position originale. L'officier de garantie a alors appelé un chasseur à réaction en patrouille et l'a mis sur un cours d'interception. La lumière était toujours à 16OOO pieds. Le pilote a repéré la lumière visuellement, et s'était déplacé jusqu'à trois miles d'elle, quand la lumière s'est enlevée vers le nord vers les Badlands. Le pilote l'a suivie sur 120 milles, avec la lumière restant à quelques miles en avant; et puis, avec son carburant s'épuisant, le jet est rentré - avec l'OVNI à sa suite!"
"L'escadron de chasse à la base aérienne a alors déclaré qu'ils envoyaient un autre F-84, avec comme pilote un vétéran de la chasse la deuxième guerre mondiale et la Corée sceptique. Une fois qu'il fut en l'air, le radar l'a dirigé vers l'OVNI. Le pilote a rapidement rapporté un contact visuel, et a manoeuvré pour se placer au-dessus de la lumière. La lumière s'est dirigée vers le nord-est, avec le F-84 derrière mais à plusieurs milliers de pieds au-dessus de lui. Le pilote, quoique obtenant les rapports du radariste et voyant la lumière, était encore sceptique. Une fois loin de la région de Rapid City, il a arrêté toutes ses lumières pour voir si c'était une réflexion sur sa verrière. La lumière était toujours là. Ensuite il a fait tanguer son avion, pour voir si une certaine lumière au sol passée inaperçue causait l'OVNI. La position de la lumière n'a pas changé. Après il a vérifié son mouvement en prenant comme repère trois étoiles brillante - l'OVNI s'est déplacée relativement à elles. Il s'est alors figuré que si l'objet est réel, son radar de visée devrait le détecter. Il a activé ses caméras de canon, a branché son radar et a obtenu un blip net. A ce moment il a été plutôt effrayé - et rappelez-vous, c'était un des meilleurs pilotes qui avait combattus les avions de Hitler et avait lutté contre les MIG 15 au-dessus de la Corée. Mais cette grande lumière brillante, bleuâtre-blanche était plus qu'il ne voulait poursuivre plus longtemps. Il a demandé et a reçu la permission d'abandonner la chasse. L'OVNI s'est dirigé au loin vers Fargo, dans le Dakota du Nord, et les journaux de la base montrent que quelques minutes plus tard les postes d'observateurs entre Rapid City et Fargo avaient vu et avaient rapporté une lumière rapide et bleuâtre-blanche. Donc coilà où vous en êtes - deux visuels en série, un verrouillage d'un radar aérien, les observations de deux radars au sol, de nombreux visuels au sol depuis plusieurs endroits, et un film de caméra de canon qui, une fois développé, a montré un objet flou. Aucuns détails - juste une source lumineuse."
 

(Site web du NICAP)

 

Professeur James E. McDonald:

 

"On doit noter qu'il y a beaucoup de manières dont des faux échos de radars peuvent être vus sur les écrans radar, résultant non seulement de la canalisation de retours au sol mais également de l'interférence avec d'autres radars voisins, avec des signaux électroniques internes dans l'ensemble radar, des anges et des insectes (retours faibles), etc... Par conséquent chaque cas doit être examiné indépendamment. Après avoir étudié un certain nombre d'évaluations officielles de cas radar d'OVNIS, j'obtiens l'impression qu'il y aurait probablement plus d'inconnus de radar s'il y avait moins de tendance à les écarter en hâte par des arguments qualitatifs qui ignorent les aspects quantitatifs convenables. Même dans ce cas, il y a trop d'inconnus concédés dans les dossiers officiels pour que l'on puisse les ignorer. Un cas célèbre dans les annales des OVNIS concerne un B-29 au-dessus du Golfe du Mexique, où plusieurs inconnus ont été dépistés sur les écrans de radar de l'avion et ont été simultanément vus par les hommes d'équipage, se déplaçant sous l'avion pendant qu'ils passaient près (Réf. 4, 10, 25). Ce cas là est également toujours classé comme non identifié dans les dossiers officiels. Un autre cas, toujours radar-visuel combiné, célèbre, que Hynek a nommé "un des cas les plus embarrassants que j'ai étudié," s'est produit entre Rapid City et Bismarck le 5 Août 1953. Il a impliqué à la fois un radar aéroporté et des observations visuelles au sol et depuis le ciel, mais est beaucoup trop long et complexe pour être récapitulé ici."

"Peut-être ce qui précède suffit-il à indiquer que les OVNIS sont parfois vus sur les radars et qu'ils y ont été vus depuis de nombreuses années. La question de savoir pourquoi nous n'entendons pas beaucoup parler de telles observations, particulièrement avec des radars de surveillance nouveaux et plus raffinés, est une question légitime. Certaines des réponses à cette questions sont posées par le rapport du Dr. Robert M. L. Baker, Jr, dans ces procès verbaux. D'autres parties de la réponse doivent être omises ici." 


(Déclaration de James E. McDonald, Physicien Senior, Institute of Atmospheric Physics, et professeur, Departement de Météorologie, The University of Arizona, Tucson, Arizona, to the House Committee on Science and Astronautics at July 29, 1968, Symposium on Unidentified Flying Objects, Rayburn Bldg., Washington, D.C.)

 

Michael David Hall:

 

"C'est en 1953 que s'est produit l'un des cas les plus mystérieux qu'il m'ait été donné d'étudier. Dans la nuit du 5 août, plusieurs personnes de Blackhawk, dans le Dakota du sud, signalèrent qu'elles avaient aperçu plusieurs objets étranges dans le ciel. Des échos non identifiés apparurent sur l'écran radar d'une base aérienne voisine. Un chasseur à réaction F 84, guidé par radio, s'envola dans leur direction. Bientôt, son pilote signala qu'il en voyait un, plus brillant que la plus brillante des étoiles, et qui allait deux fois plus vite que son avion. Lorsqu'il le prit en chasse, la lueur disparut purement et simplement. Au sol, cinq civils avaient assisté à la poursuite. Ils confirmèrent les dires du pilote. Un peu plus tard, on envoya un deuxième F 84 vers l'objet, qui continuait d'apparaître sur le radar au sol. Cette fois, le pilote vit une forme, qui émettait une luminosité variable. Quand il fonça dans sa direction, le voyant de son viseur s'éclaira: le radar de bord avait repéré l'objectif, mais aussitôt, la chose prit de l'altitude et fila vers le nord. La base aérienne avertit le centre d'observation de Bismarck, dans le Dakota du nord, à 350 km de là. Un sergent monta sur le toit, aperçut l'objet qui, bientôt, disparut. Je me suis occupé moi-même de cette affaire, sans pouvoir trouver d'explication." 
(Michael David Hall in "Ufo's: a Century of observations", Galde Press Inc. 1999, p 210)

 

Conclusion:
C'est là une série d'observations visuelles multiples de divers points et d'observations multiples de radar d'un objet dont le comportement de vol est incompatible avec nos avions de ce temps, dont le comportement a des caractéristiques de contrôle intelligent. L'explication multiple par le Rapport Condon (hystérie, lumière de tour de radio, inversion de la température capable de créer des effets visuels et radars, défaut de fonctionnement de radar, étoiles multiples et au moins un météore), même si l'on ignore leur dissimulation des faits les plus importants, demande des efforts d'acceptations énormes et aurait été considérée comme une collection de stupidités, s'il s'était agi de quoi que ce soit d'autre à traiter qu'un cas d'OVNI.

 

REFERENCES:

"Project Blue Book Status Report 12", USAF, pp 20-23, 1956.
"The Report on Unidentified Flying Objects", livre par le Capitaine Edward J. Ruppelt, ret., New York, Ace Books, pp 304-308, 1956.
"The World of Flying Saucers", livre par Donald H. Menzel et Lyle G. Boyd, New York, Doubleday, pp 167-170, 1963.
"Are flying saucers real?", article par le professeur J. Allen Hynek, dans le Saturday Evening Post, 17 Décembre 1966.
"The TRUE report on flying saucers", numéro spécial de TRUE Magazine, 1967.
"Optical and radar analyses of field cases", Gordon D. Thayer, in Daniel S. Gillmor, (ed.), dans Scientific Study of Unidentified Flying Objects, aka "The Condon Report," New York, Bantam Books, pp 196-201, 1969,
"Soucoupes Volantes: 20 ans d'enquêtes", livre par Charles Garreau, Mame, pp 52-53, 1971.
"The Hynek UFO Report", livre par le professeur J. Allen Hynek, London, Sphere Books, 149-151, 1978.
"The UFO Handbook", livre par Hendry Allan, Londres, Sphere Books, pp 120-121, 1980.
"In search of the real UFOs", article par John Harney, dans Magonia magazine #49, Juin 1994.
"UFOs: a Century of observations", livre par Michael David Hall, Galde Press Inc., p 210, 1999.
"UFOs - Past, Present, & Future", livre par Robert Emenegger, Chapter 8.

 

http://ufologie.net/htm/ellsworth53f.htm#doc

LE CAS DANS LES DOSSIERS DU PROJET BLUE BOOK DE L'US AIR FORCE:


Ceci est le rapport officiel de l'enquête de l'USAF sur ce cas, le Project Blue Book Status Report 12, pages 20 à 23.

5 Août 1953

 

Rapid City, Dakota du Sud

 

Description


Puisque cette observation était un cas combiné radar-air-visuels, terre-visuels, air, et un rapport de radar au sol, il a été décidé que le Projet Blue Book enverrait un enquêteur sur les lieux. Le contrôleur en service au moment de l'incident a été interviewé. Son compte rendu de l'incident était presque identique à celui donné dans le message initial. Il était en service à 2005 MST quand un observateur en poste du GOC a appelé à propos d'un objet volant non identifié aperçu au nord-est de son poste à Blackhawk, Dakota du Sud. (note: crépuscule 1920 coucher du soleil MST 33 minutes.) Elle a fait son rapport en passant par le centre de filtrage de Rapid City. Elle a rapporté que l'objet était stationnaire, s'est ensuite déplacé au sud vers Rapid City. Quand le contrôleur a obtenu l'information que l'objet ou la lumière se dirigeait vers Rapid City, il a envoyé 3 aviateurs de l'emplacement de radar pour le rechercher visuellement. Ils ont rapporté une lumière se déplaçant généralement du nord au sud à une vitesse élevée. A ce moment contrôleur observait deux échos allant vers le Sud sur son écran. Il ne pouvait pas obtenir un tracé net de leur parcours à cause de l'image de fond du sol dans le secteur. En quelques minutes le poste du GOC à Blackhawk a appelé parce que la lumière était de retour presque à sa position originale. Un F-84 qui était en vol a été dirigé vers le secteur et après une recherche a établi le contact visuel. Le F-84 a été dirigé vers l'écho qui était stationnaire en restant à environ 15 miles au nord-est de Blackhawk. Le contrôleur a dit qu'il a pensé que ce que le pilote du F-84 voyait était la cible qui était sur son écran. Peu de temps après l'observation visuelle par le pilote, la cible a commencé à se déplacer sur un cap d'environ 320 degrés magnétique. Quatre bons échos ont été obtenus; des photos de ces éChos ont été prises mais l'appareil photo a mal fonctionné et les photos étaient inutilisables. Le dernier écho s'est produit à 70 miles et à ce moment l'avion a été renvoyé à sa base. L'observateur du GOC a rapporté voir l'avion et l'objet, et tous les deux se déplaçaient. L'objet a semblé distancer le F-84. Dès que le F-84 a atterri, un autre F-84 a décollé pour CAP. Juste à ce moment, le poste de Blackhawk GOC a appelé pour déclarer que pour la troisième fois l'objet était de retour. Il n'y avait rien sur l'écran (il y avait probablement une cible dans l'image de fond au sol), donc le F-84 a été dirigé sur lui en fonction du rapport visuel. Le pilote a bientôt obtenu un visuel et a commencé une interception. A peu près à ce moment, le contrôleur a détecté une cible inconnue et le F-84. Tous deux allaient sur un cap d'environ 360 degrés magnétique. L'écho a semblé rester environ 5-10 milles en avant du F-84. La chasse a continué jusqu'à ce que l'avion ait été environ 80 milles de distance, alors l'interception a été interrompue. La cible a continué en sortant de l'écran. A ce moment le centre de filtrage de Bismarck a été alerté pour qu'ils recherchent des objets volants non identifiés. Quand le pilote est revenu à sa base, il a vu une autre lumière. Ceci n'a pas été détecté sur l'écran, mais le contrôleur a obtenu un retour sur un équipement de détection d'altitude dans la direction générale de la lumière, il était à 8000 pieds. À 0023 MST, Bismark a commencé à appeler avec des rapports.

 

Le pilote qui était sur la première CAP a été interviewé après. Il a déclaré qu'il avait fait des passages vers un B-36 au nord de Rapid City quand le GCI a appelé et a indiqué qu'ils ont une cible à l'ouest de Rapid City. Il a recherché pendant

environ 20 minutes à l'ouest et sud de Rapid City mais n'a rien vu. Il est revenu à sa base et était sur le point d'atterrir quand il a observé une lumière au nord-ouest de la base. Il s'est dirigé vers le cap de 350 degrés magnétiques, l'objet était haut (30 degrés - 45 degrés) à 11 heures à partir de lui. Il a vérifié la possibilité d'une réflexion et a déterminé que ce n'était pas la cause. Il a continué son cours en gardant l'objet à 11 heures pour une meilleure vue. Après environ 30 secondes, elle a disparue puis est alors réapparu pendant encore 30 secondes au bout desquelles elle s'est brutalement éteint et n'a plus été vu. L'objet était de couleurs argentées et a changé en intensité. Il a semblé "s'écarter" parce qu'il est devenu plus petit. Le commentaire quant à la taille était qu'il était "plus lumineux que l'étoile la plus brillante que j'ai jamais vue."

 

Le pilote qui a piloté au cours de la deuxième CAP a été interviewé après. Il a déclaré qu'il a décollé et a commencé à s'élever quand le GCI lui a indiqué que le GOC a vu une lumière. Il était au nord d'Ellsworth AFB sur un cap de 360 degrés magnétique quand il a vu à 30 40 degrés une lumière à sa droite et a son niveau. Il a pensé que c'était une étoile ou une planète mais quand il a regardé ailleurs elle a semblé "sauter" de 15-30 degrés en altitude. (note: En raison de la vitesse de l'avion et du fait que l'intention du pilote était d'identifier l'objet, il n'était pas exactement sûr de ses positions. Toutes les positions sont sujettes à une certaine erreur.) La lumière a semblé se mettre en parallèle sur son trajet. La première chose que le pilote a fait a été de vérifier les réflexions dans l'habitacle (c.-à-d., la verrière, la tête du viseur, etc.). Il était sûr que la lumière n'était aucunement une réflexion dans l'avion. La lumière, que le pilote estimé être considérablement plus lumineuses qu'une étoile, a changée en intensité et changé en couleurs de blanc en vert. Quand l'objet a été aperçu la première fois, l'avion était à 15.000 pieds. Le pilote a commencé à s'élever et la lumière a semblé s'élever plus rapidement. C'était parce que l'angle de l'altitude a augmenté. Il s'est élevé à 26.000 pieds. Pendant tout ce temps l'écho radar de l'objet et celui de l'avion étaient sur l'écran et le pilote parlait au contrôleur sur ultra-haute fréquence. Quand le pilote s'était dirigé vers la lumière lors du début de son observation, il a allumé son viseur de radar. Pendant qu'il approchait la cible, le voyant d'alerte s'est allumé. Aucune distance n'a été obtenue puisque le viseur commence à fournir des mesures de distance à environ 4.000 yards. Tout ceci pourrait indiquer était que quelque chose était au delà de 4.000 yards. La lumière est demeurée détectée jusqu'à ce que la chasse ait été interrompue. Après la chasse, sur le chemin du retour, la lumière a clignoté en marche et en arrêt plusieurs fois indiquant un défaut de fonctionnement possible. Le viseur n'a pas été vérifiée par l'entretien après le retour et n'avait pas été vérifiée depuis.

 

Le F-84 a poursuivi la lumière pendant environ cinq minutes, soit à environ 80 miles au nord de la base. La lumière a semblé faire des changements lents de sa couleur et de son intensité. Le pilote a déclaré que la lumière s'est avec certitude déplacée par rapport aux étoiles. Après que l'interception ait été interrompue, l'avion est retourné vers la base.



_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 38
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: (1953) Le cas radar visuel multiple de Ellsworth AFB.   Dim 22 Nov 2009, 19:24

A environ 20 miles de sa base il a obtenu un visuel sur une lumière semblable qui a changée de rouge en blanc. Il était sur un cap de 180 degrés magnétique à 12-14.000 pieds et la lumière était à 10 degrés plus bas vers sa droite. Il a pensé que c'était les lumières d'une voiture circulant dans les collines mais a changé d'avis quand les lumières rouges et blanches étaient d'intensité égale. Cette cible était dans l'image de fond du sol au radar mais quelque chose à 8000 pieds a été détecté par le radar de détection d'altitude. La lumière s'est alors lentement éteinte puis est revenue. Elle a semblé être à l'ouest et se déplacer puisque l'avion a été maintenu sur un cap constant et que l'angle ou l'azimut et l'altitude ont augmenté. Il a observé d'abord la lumière pendant 30 secondes, elle s'est éteinte, est réapparue, s'est alors éteinte encore après 30 secondes.

 

Pendant que le pilote venait en tournant autour du côté occidental de la base aérienne et allant vers lecôté est de la base, il a vu une autre lumière et a tourné vers elle les caméras de canons. (Les photos étaient mauvaises).

 

Discussion


Une visite a été faite à la station du bureau de la météo à l'aéroport municipal de Rapid City pour vérifier la météo et les lâchers de ballon (note: La base aérienne ne lance aucun ballon). Le service des observateurs a recherché la piste de ballon pour le ballon qui a été lancé à 2000 le 5 août 1953 et il est allé au sud de l'aéroport municipal. Ceci le met hors du secteur de l'observation. Les données sur des inversions n'étaient pas disponibles car elles avaient été expédiées à Asheville, Caroline du Nord. (note: Le parcours du ballon et la météo pour le 5 Août ont été demandées à Asheville.)

Aucune tentative n'a été faite de contacter les observateurs de GOC à Blackhawk. Ils avaient été interrogés par le personnel de la base et ils étaient "tout excités." On a estimé qu'un enquêteur leur parlant les exciterait seulement encore plus et inutilement. Toutes les observations à Bismarck sont douteuses. La station d'AC&W a appelé le centre de filtrage de Bismarck et leur a dit de "rechercher les soucoupes volantes," une mise en scène parfaite pour voir chaque étoile se balader aux alentours.

 

Les ballons de haute altitude de Lowry ont été vérifiées. Deux ballons ont été perdus et pourraient avoir été dans le secteur lors de l'observation.


Quelques commentaires sur les sources peuvent être faits:

 

Le contrôleur a laissé l'impression qu'il essayait de prouver l'existence d'un objet volant non identifié. Il est très malheureux qu'aucune photo de l'écran n'ait été disponible pour corraborer son récit. Il a vu des cibles sur son écran, il n'y a aucun doute à son sujet, mais si elles ont agi exactement comme indiqué, est inconnu.

Les deux aviateurs qui sont allés dehors pour observer l'objet qui était suivi sur le radar et rapporté par le GOC n'étaient pas sûrs de ce qu'ils ont vu, du moins ceci est l'impression qu'ils ont laissée. On leur a dit de sortir et pour rechercher une lumière et donc ils ils en ont vue une. Leurs descriptions correspondent à celle d'un météore. Ils ont seulement vu une "strie" dans le ciel. Ils ne l'ont pas vu retourner au nord, seulement aller au sud.

 

Le premier pilote a seulement obtenu un aperçu d'une lumière, ainsi il ne pouvait pas ajouter grand chose.

Le deuxième pilote a donné l'impression d'être "sur les nerfs." Il est évident qu'il essayait de se convaincre que la lumière était une étoile, mais cela lui était difficile. Il a adopté une approche réaliste et avait fait du raisonnement logique. Il était troublé du fait que la lumière se soit déplacée relativement aux étoiles.

 

UNCLASSIFIED

T53-11156

22

 

En éliminant les observations douteuses, la seule chose qui peut être raisonnablement assurée est qu'un poste du GOC a observé une lumière. Ceci a pu être un ballon ou une étoile. Le radar a détecté quelque chose dans le secteur général du poste de GOC et a envoyé un avion vers lui. Le pilote a vu une lumière et l'a poursuivie. Il a obtenu un verrouillage radar là-dessus, mais ceci pourrait avoir été un défaut de fonctionnement. L'étoile Capella est probablement le bas sur l'horizon au nord et le pilote pourrait avoir vu ceci. En attendant davantage d'étude, cet incident est porté comme non résolu.

 

Conclusion
Non résolu.

 

NON CLASSIFIE

T53-11156

 

http://ufologie.net/htm/ellsworth53bluebookf.htm#doc


Les événements, par le Capitaine Ed Ruppelt, USAF, chef du projet Blue Book

 

J'ai entendu parler pour la première fois de l'observation à environ deux heures du matin le 13 Août 1953, quand Max Futch m'a appelé de l'ATIC. Quelques minutes avant un télégramme prioritaire était arrivé pour signaler que les États-Unis ont été attaqués. Max n'avait jamais été appelé par l'OD de l'ATIC pour voir le rapport, et il a pensé que je devrais le voir. J'hésitais un peu à m'habiller et aller à la base, alors j'ai demandé à Max ce qu'il pensait du rapport. Sa réponse classique entrera dans l'histoire des OVNIS, "Capitaine," fit Max de sa voix traînante lente et pure de la Louisiane, "vous savez que pendant une année j'ai lu chaque rapport de soucoupe volante qui est arrivé et que je n'ai jamais vraiment cru ces choses." Alors il a hésité et a ajouté, tellement rapidement que je pouvais à peine le comprendre, "mais vous devriez lire ce télégramme." La vitesse avec laquelle il a proféré cette dernière affirmation était en soi assez pour me convaincre. Quand Max parlait rapidement, quelque chose d'important avait lieu.

 

Une demi-heure plus tard j'étais à l'ATIC - juste à temps pour recevoir un appel du Pentagone. Quelqu'un d'autre était sorti du lit pour lire sa copie du télégramme.

 

J'ai employé les autorisations d'urgence que j'avais toujours conservé dans mon bureau et j'ai attrapé le premier avion de passagers allant de de Dayton à Rapid City, dans le Dakota du Sud. Je n'ai pas appelé le 4602e parce que j'ai voulu étudier de cas-ci personnellement. J'ai parlé à chacun de ceux qui étaient impliqué dans l'incident et j'ai reconstitué une histoire étonnante.

 

Peu de temps après la tombée de l'obscurité dans la nuit du douze, la station de radar du commandement de la défense aérienne de Ellsworth AFB, juste à l'Est de Rapid City, avait reçu un appel du centre local du corps des observateurs au sol. Un observatrice de Black Hakw, à environ 10 miles à l'Ouest d'Ellsworth, avait rapporté une lumière extrêmement brillante bas sur l'horizon, au loin au Nord-Est. Le radar avait balayé un secteur vers l'occiden, suivant une chasseur à réaction dans quelques patrouille d'entraînement, mais quand ils ont obtenu le rapport ils ont déplacé le balayage d'un quart de cercle vers le secteur du nord-est. Il y avait un écho exactement là où la dame qui a rapporté la lumière l'indiquait. L'officier de garde, qui avait la responsabilité du contrôle pour la nuit, m'a dit qu'il a étudié la cible pendant plusieurs minutes. Il savait que la météo pouvait affecter les radars mais cette cible était "bien définie, solide, et lumineuse." Elle semblait se déplacer, mais très lentement. Il a demandé une lecture d'altitude, et l'homme sur le radar de mesure des altitudes a regardé son écran. Il a également eu la cible - elle était à 16.000 pieds.

 

L'officier de garde a pris le téléphone et a demandé au centre de filtrage de le relier à l'observatrice. Ils l'ont fait, et les deux ont comparé leurs notes sur la position de l'OVNI pendant plusieurs minutes. Mais en plein milieu d'une phrase la dame s'est soudainement interrompue et a dit avec excitation, "elle commence à se déplacer - vers le Sud-Ouest en direction de Rapid."

 

Le contrôleur a regardé vers son écran et la cible commençait à prendre de la vitesse et a se séplacer vers le Sud-Ouest. Il a hurlé à deux de ses hommes de courir dehors et de jeter un coup d'oeil. En une seconde ou deux l'un d'eux a crié en retour qu'ils pouvaient tous les deux voir une grande lumière blanche bleuâtre se déplacer vers la ville de Rapid. Le contrôleur a regardé vers son écran - la cible se déplaçait vers la ville de Rapid. Alors que chacune des trois parties a observé la lumière et a maintenu une conversation régulière pendant la description, l'OVNI a fait un rapide tour tout autour de la ville de Rapid et est revenu à sa position originale dans le ciel.

 

Un sergeant principal qui avait vu et avait entendu les événements m'a dit que dans toutes ses années de service - opération des radars en combat en Europe et Corée - il n'avait jamais été tellement complètement abasourdi par quoi que ce soit. Quand l'officier de garde avait hurlé vers lui et lui a demandé lui ce qu'il devrait faire, il est juste resté figé. "Après tout," m'a-til dit "que diable pourrions nous bien avoir plus faire? ce truc était plus grand que nous tous."

 

Mais l'officier de garde a fait quelque chose. Il a appelé un pilote de F-84 qu'il avait en l'air en patrouillede combat à l'ouest de la base et lui a dit d'être prêt pour une interception. Il a dirigé le pilote autour du sud de la base et lui a donné une correction de cours qui le dirigerrait droit dans la lumière, qui était toujours à 16.000 pieds. A ce moment le pilote l'avait repérée. Il a fait le virage, et quand il s'est rapproché à environ 3 miles de la cible, elle a commencé à se déplacer. Le contrôleur l'a vu commencer à se déplacer, l'observatrice au sol l'a vu commencer à se déplacer, et le pilote l'a vu commencer à se déplacer - tous en même temps. Il n'y avait maintenant aucun doute que tous observaient le même objet.

 

Une fois qu'il commençait à se déplacer, l'OVNI a pris de la vitesse, rapidement, et a commencé à s'élever, se dirigeant vers le Nord, mais le F-84 était exactement à sa suite. Le pilote avait noté que la lumière devenait plus brillante, et il appellea le contrôleur pour lui en parler. Mais la réponse du contrôleur serait toujours identique, "Roger, nous pouvons le voir sur notre écran."

 

Il y avait toujours une limite au delà de laquelle le jet ne pouvait pas se rapprocher, cepemdant. Le contrôleur m'a indiqué que c'était juste comme si l'OVNI a eu une sorte de radar d'avertissement automatique lié à son alimentation d'énergie. Quand quelque chose arrivait trop près de lui, elle reprennait automatiquement de la vitesse et s'écartait. La distance de séparation est toujours demeurée d'environ 3 milles.

La chasse a continué sur le nord - hors de la vue des lumières de la ville rapide et de la base - dans une nuit très noire.

 

Quand l'OVNI et le F-84 se sont trouvé à environ 120 milles au nord, le pilote a vérifié son carburant; il devait rentrer. Et quand je lui ai parlé, il a dit qu'il était fichu heureux qu'il ait manqué de carburant parce qu'être dehors au-dessus d'un secteur désolé avec un OVNI peut causer un certain souci.

L'OVNI comme le F-84 étaient sortis de la portée du radar, mais en quelques minutes le gicleur était de retour sur les écrans, se dirigeant vers sa base. Puis à 10 ou 15 milles derrière lui, suivait l'écho de l'OVNI revenant également.

 

Tandis que l'OVNI et le F-84 revenaient vers la base - le F-84 projetait d'atterrir - le contrôleur a reçu un appel de l'escadron de chasse à réaction sur la base. Les pilotes alertés de l'escadron avaient entendu les conversations sur leur radio et ne les croyaient pas. "Qui est ce qui débloque là haut?" fut le commentaire qui est passé par téléphone depuis les pilotes vers le personnel des radars. Il y avait des F-84 sur la piste prêts à écoller, a dit l'homme au téléphone, et un des pilotes, un vétéran de la deuxième guerre mondiale et de la Corée, voulait décoller et voir la soucoupe volante. Le contrôleur a dit, "Ok, allez-y."

 

En une ou deux minute le F-84 était en l'air et le contrôleur l'a dirigé vers la lumière. Le pilote l'a vu tout de suite et s'est rapprochée. A nouveau la lumière a commencé à s'élever, cette fois davantage vers le Nord-Est. Le pilote a également commencé à s'élever, et d' ici peu la lumière, qui d'abord était à environ 30 degrés au-dessus de sa ligne de vision horizontale, était maintenant au-dessous de lui. Il a fait piqué le F-84 vers l'OVNI en bas pour prendre de la vitesse, mais ce fut la même vieille histoire - dès qu'il de rapprochait à moins de 3 miles de l'OVNI, celui-ci accélérait brutalement et se remettait hors de portée.

 

Bien que le pilote ait pu voir la lumière et entendre le contrôleur au sol lui dire qu'il était au-dessus de lui, et alternativement se rapprochant ou perdant le contact, il ne pouvait pas encore le croire - il doit y a une explication simple. Il a arrêté toutes ses lumières - ce n'était une réflexion d'aucune lumières de son avion parce qu'il était toujours là. Une réflexion d'une lumière au sol, peut-être. Il a fait tanguer l'avion - la position de la lumière n'a pas changé. Une étoile - il a sélectionné trois étoiles lumineuses près de la lumière et les a observé soigneusement. L'OVNI se déplaçait par rapport aux trois étoiles. Bien, a-t-il a pensé à se, si c'est un vrai objet là dehors, mon radar devrait le détecter également; donc il a mis en route le radar de son armement. En quelques secondes la lumière rouge clignotait sur son écran, quelque chose de vrai et de solide était devant lui. Alors il a été effrayé. Quand je lui ai parlé, il a aisément admis qu'il avait été effrayé. Il avair rencontré des Me 109, FW 190 et Me 262 au-dessus de l'Allemagne et des MiG-21 au-dessus de la Corée mais la grande lumière bleuâtre, brillante, l'avait effrayé - il a demandé au contrôleur s'il pouvait interrompre l'interception.

Cette fois la lumière n'est pas revenue.

 

Quand l'OVNI est sorti hors de la portée radar il se dirigeait vers Fargo, dans le Dakota du Nord, donc le contrôleur appelé le centre de filtrage de Fargo. "Avez vous des rapports des lumières non identifiées?" a-t-il demandé. Ils n'en avaient pas eu.

 

Mais en quelques minutes un appel est revenu. Des observateurs sur une ligne Sud-Ouest Nord-Est à quelques milles à l'ouest de Fargo avait rapporté le déplacement rapide d'une lumière blanche bleuâtre lumineuse.

Ca, c'était un inconnu - le meilleur.

http://ufologie.net/htm/ellsworth53ruppeltf.htm#doc


ARTICLE IN TRUE MAGAZINE, BY CAPTAIN EDWARD J. RUPPELT, USAF RET.,:


Captain Edward J. Ruppelt was the head of Project Blue Book, the US Air Force UFO study at the time of this case and he investigated it. This is what he told about this case in TRUE Magazine. Le Capitaine Edward J. Ruppelt était le chef du projet Blue Book, l'étude des OVNIS par l'Armée de l'Air des USA au moment de ce cas et il l'a étudié. Ceci est ce qu'il a écrit à propos de ce cas dans le magazine TRUE.

 

"Pourquoi est-ce que ces fichus machins ne sont pas sur l'eau -
on pourrait alors faire en sorte que ce soit la Marine qui doivent s'en occuper!"

 

by
Capt. Edward J. Ruppelt USAFR


"Voici comment un enquêteur de l'Armée de l'Air a résumé son exasperation en tentant de faire le tri entre les faits et les fantaisies au sujet des OVNIS. De 1951-53, l'auteur a dirigé le Projet Blue Book, la recherche officielle maintenant célèbre sur les OVNIS. Voici ce qu'il a appris."

 

[Photo, avec cette légende:]

 

Les officiers de L'Armée de l'Air en 1952 mettant en place une batterie de 200 appareils photo à travers le pays en réponse à beaucoup d'observations.

 

De gauche à droite:


Le Capitaine R. L. James, expert radar; Le Major Général Roger Ramey, chef des opérations adjoint; l'auteur, le Capiane Edward Ruppelt; Le Major Général John A. Samford, chef du renseignement aérien; le Colonel Donald L. Bowan, et l'expert civil B. L. Griffing.

 

LE 12 AOÛT 1953, une femme du corps des observateurs au sol dans les Black Hills dans le Dakota du Sud voit une lumière planant dans le ciel à l'est de sa position. Deux opérateurs d'une station de radar sont sortis pour vérifier la chose tandis que la femme était toujours au téléphone. Tandis qu'ils balayaient le ciel, la femme a rapporté que "la chose commence à se déplacer au-dessus de Rapid City." En même temps, les deux hommes du radar ont observé la chose commencer à se déplacer. Ils sont revenus à leur radar pour la détecter, et la femme a rapporté que l'objet se déplaçait de nouveau vers sa position originale. Le radar a pu le détecter à cet endroit.

 

Un F-84, qui était alors dans le ciel, a été dirigé vers la cible. Le pilote de jet a aperçu la lumière visuellement et a commencé à la suivre. L'objet s'est dirigé vers le nord avec le jet à sa suite, et les opérateurs de radar ont observé la poursuite sur leur écran. L'objet volant non identifié est resté en avant du jet et a semblé prendre de la vitesse à chaque fois que le pilote a expédié a accéléré gicleur. Après avoir chassé l'objet sur 120 miles, le pilote a été à court de carburant et il lui a été donné permission de revenir. Quand le gicleur a fait demi-tour, l'OVNI a également fait demis tour et l'a suivi sur le retour.

 

Après que le premier jet ait atterri, un deuxième F-84 est allé l'étudier. Il a été guidé par voix vers la position de l'OVNI et a repéré la chose visuellement au-dessus de lui. Il est allé jusqu'à 20.000 pieds, a rapporté qu'il était au même niveau que la lumière, et l'objet a encore filé vers le nord avec le jet à sa poursuite. On a encore observé la chasse sur le radar au sol, avec l'OVNI et le jet se montrant parfaitement sur l'écran.

 

Dans cette deuxième poursuite, le pilote a fait un certain nombre d'essais pour éliminer certains des phénomènes communs qui ont été pris pour des "soucoupes volantes." Il a arrêté toutes ses lumières d'instrument et a donné des à coups à l'avion de côté pour s'assurer qu'il ne chassait pas une réflexion de verrière. Ce n'était pas cela. Il a observé l'objet soigneusement par rapport aux étoiles, et jure qu'il s'est déplacé par rapport à elles, de ce fait éliminant la possibilité qu'il chassait une planète ou une étoile. En conclusion, quand il a pensé qu'il se rapprochait de l'objet, il a alimenté son viseur radar. Ce type de gicleur a une lumière sur le tableau de bord, laquelle indique un "verrouillage" avec la cible par le viseur radar. La lumière s'est allumée.

 

Le deuxième gicleur a chassé la lumière sur 160 miles vers le nord avant d'abandonner la poursuite. Cette fois l'OVNI a continuer à voler vers le Nord. Le centre de filtrage du corps des observateurs au sol en a été alerté, et les observateurs là ont rapporté une lumière filant vers le Nord.

 

C'était en effet une occurrence étonnante. Il y avait des observations visuelles simultanés depuis deux emplacements au sol reliés par le téléphone, des observations radars et visuelles simultanés entre radar au sol et aéroporté, les observations visuelles depuis les jets, une poursuite dans laquelle l'OVNI a surpassé le jet, une inversion dans son cours, une deuxième observation visuelle depuis le jet confirmée par le radar au sol, un verrouillage par un radar aéroporté et finalement une observation depuis le sol à des centaines de miles plus loin.

 

Quel était l'objet? Pendant deux années, de 1951 à 1953, j'ai volé 200.000 miles, conférés avec des douzaines de scientifiques américains de haut et une collection exotique de cinglés, trébuché dans les marais de palétuvier de la Floride, me suis traînée hors du lit à 3 heures du matin pour répondre à des appels téléphoniques transatlantiques, inspectés des montagnes de photographies étranges et observés un film d'amateur quatre vingt dix sept fois dans un effort de répondre cette question et des questions semblables.

 

Mes collègues et moi étions hués par des concitoyens américains pour cacher la plus grande nouvelle dans l'histoire de l'homme moderne, et par Radio Moscou pour préparer le terrain pour la guerre atomique.

J'ai été traité de dupe ignorant, de Charlie McCarthy manoeuvré par les puissantes forces du Pentagone. J'ai été consulté par la Maison Blanche, et j'ai donné des conférences aux gens du plus haut niveau dans l'Armée de l'Air, qui m'ont écouté avec respect et m'ont laissé parler sans m'interrompre.

 

Pendant deux années, avec l'aide des meilleurs cerveaux dans le pays, nous avons travaillé à un puzzle géant qui était soit tout à fait sans signification soit de nature à faire basculer le monde.

Pour chaque morceau du puzzle que nous arrivions à mettre à sa place, nous avons constaté que deux pièces de plus avaient été ajoutées au tas des pièces du puzzle.

[...]
 

http://ufologie.net/htm/ellsworth53ruppelttruef.htm#doc


LE DR. J. ALLEN HYNEK, ASTRONOME ET CONSULTANT OVNIS DE L'US AIR FORCE:


Dans "cet article du journal Saturday Evening Post du 17 décembre 1966, le Dr. J. Allen Hynek parle de ses années passé à examiner le phénomène OVNI. A cette époque, il avait commencé à s'exprimer publiquement sur le fait qu'il demeurait des cas d'observations d'OVNIS qui n'avaient pas pu être expliqués de façon conventionnelle. Cela faisait 18 années qu'il étudiait la question en tant que consultant scientifique de l'US Air Force en matière d'OVNIS sans jamais dire publiquement ce genre de choses. Il se retenait encore de critiquer l'Air Force ou de signaler des faits qui n'étaient pas connus du public (comme l'existence d'observations visuelles confirmées par des observations radar d'engins inconnus qui ne pouvaient être des avions conventionnels), car il souhaitait encore rester en bon terme avec l'Air Force pour rester leur consultant et continuer à avoir accès à ses dossiers d'observations. A ce moment, il pensait encore que le Comité Condon qui venait d'être chargé d'une étude scientifique civile du phénomène OVNI par l'US Air Force allait réellement et sérieusement traiter le sujet, ce que la plupart des personnes étudiant les OVNIS croyaient également. Plus tard, il dut constater que ce ne serait pas du tout le cas.

 

Au cours de l'article, il explique ce qu'il a pensé du cas de 1953 à Ellsworth AFB.

 

L'article en version intégrale se trouve ici, cette page en reprend uniquement ce qui se rapporte au cas traité ici.

[...]

 

En 1953, l'année du rapport de Robertson, s'est produit un des cas les plus embarrassants que j'ai étudiés. On l'a rapporté d'abord é Black Hawk dans le Dakota du Sud, et puis à Bismarck, Dakota du Nord, pendant la nuit du 5 Août et tôt le matin du 6 Août. Un certain nombre de gens à Black Hawk ont rapporté voir plusieurs objets étranges dans le ciel. Ce qui a rendu ces rapports particulièrement significatifs était le fait que ces gens étaient des observateurs qualifiés - ils faisaient partie du réseau national des civils qui exerçaient une surveillance pour alerter en cas d'intrusion de bombardiers ennemis.

 

Approximativement au même moment, des blips non identifiés sont apparus sur l'écran radar de la base aérienne d'Ellsworth, qui se trouve près de Black Hawk. Un chasseur F-84 a été dirigé dans le secteur et a rapporté voir l'OVNI. Le pilote a transmis par radio qu'un des objets a semblé être au-dessus de Piedmont dans le Dakota du Sud, et qu'il se déplaçait deux fois plus rapidement que son chasseur à réaction. Il était "plus lumineux que l'étoile la plus brillante" qu'il ait jamais vu. Quand le pilote a donné la chasse, la lumière "a juste disparu." Cinq civils au sol, qui avaient observé le jet pourchasser la lumière, ont confirmé le rapport du pilote.

Plus tard un deuxième F-84 a été envoyé en l'air et orienté sur l'OVNI, qui était toujours visible sur le radar au sol. Après plusieurs minutes, le pilote a rapporté voir un objet avec une lumière d'intensité variable qui a alterné du blanc au vert. Tandis que le pilote poursuivait l'OVNI, il a noté que le voyant de son viseur avait clignoté, indiquant que le radar de son avion avait effectué un verrouillage sur la cible. L'objet était droit en avant de son avion mais à une altitude légèrement plus haute. Il s'est alors élevé très rapidement. Quand le pilote a vu qu'il perdait désespérément du terrain, il a interrompu la chasse. Les opérateurs radar au sol ont suivi le jet revenant de l'interception, tandis que l'OVNI continuait à voler jusqu'à sortir de la portée du radar.

 

Pendant que l'objet filait au loin vers le Nord, la base aérienne d'Ellsworth a informé le centre de commande des observateurs à Bismarck, à 220 miles au Nord, où un sergent est sorti sur le toit et a vu un OVNI. L'Armée de l'Air n'avait aucun avion à Bismarck qui pourrait être envoyé à la poursuite de l'OVNI, qui finalement a disparu plus tard cette nuit.

 

J'ai fait une enquête sur cette observation moi-même et je n'ai pas pu trouver une explication satisfaisante. Dans mon rapport, j'ai noté que "tout l'incident, à mon avis, a trop de ressemblance avec Alice au Pays des Merveilles pour que je me sente à l'aise."

 

C'était à peu près à cette époque que quelques-uns de ceux qui croyaient fermement aux OVNIS ont étés dégoûtés de l'Armée de l'Air et décidés de prendre l'affaire en main, tout comme les Vigilantes du vieil Ouest; ils se sont organisés "pour faire le travail que l'Armée de l'Air ne faisait pas." Ces groupes composés de personnes de milieux divers, étaient souvent les destinataires des rapports intrigants qui ne sont jamais parvenus à l'attention officielle du Projet Blue Book. Le premier groupe de cette sorte aux Etats-Unis a été l'APRO (Organisation de Recherches sur les Phénomènes Aériens), fondé en 1952 et se portant toujours très bien, de même que le NICAP (Comité National d'Investigations des Phénomènes Aériens) qui a été organisé plusieurs années après.

[...]
http://ufologie.net/htm/ellsworth53hynekf.htm#doc


LES EVENEMENTS, PAR ROBERT EMENEGGER:

 

L'extrait provient de l'ouvrage "OVNIS - Passé, Présent, et Futur," Chapitre 8, par Robert Emenegger.

Cette même année, 1953, les militaires ont étudié un autre incident. Cette fois il c'était à Bismarck, dans le Dakota du Nord. L'événement a lieu sur deux nuits. Non seulement quelques quarante cinq citadins alarmés en ont été témoin, mais également le personnel militaire du système de défense aérienne.

 

Les ingrédients de l'histoire ajoutent encore une autre dimension d'étrangeté à notre portrait des OVNIS.

L'objet a été d'abord observé par Mlle Kellian à 20:05. Il a été vu comme une lumière incandescente rouge faisant de longs mouvements rapides. L'information a été transmise par relais au centre de filtrage de la défense aérienne de Bismarck dans le Dakota du Nord. Le Sergent Harry, a peu près une heure plus tard, voit l'objet depuis le toit. L'observant, il suit son cours irrégulier pendant qu'il danse entre les lignes téléphoniques. D'autres qui sont en service regardent la lumière mobile qui serait visible dans le ciel nocturne pendant environ trois heures. Le Sergent Harry l'a décrite de cette façon: "elle restait stationnaire - puis bondissait ensuite vers le haut de plusieurs degrés très rapidement - presque instantanément."

 

Un autre témoin ajoute, "elle s'arrêtait... bougeait vers la gauche et puis faisait un écart vers le bas dans une sorte de mouvement incliné, répétant ces manoeuvres plusieurs fois."

 

A minuit, trois objets supplémentaires sont apparus dans le ciel nocturne du Dakota, comme si ils allaient rejoindre le premier objet. "Tout le monde au centre de filtrage a eu le sentiment que quelqu'un nous observait."

 

Avant d'être aperçu à Bismarck, deux F-84s avaient été envoyés dans le secteur au-dessus de Blackhawk, dans le Dakota du Sud. Les objets et les jets ont été surveillés sur radar. Un pilote a eu le contact visuel pendant vingt à trente secondes. Sur l'intercom vous pouviez entendre sa description: "il est plus lumineux que l'étoile la plus lumineuse que j'ai jamais vue." Tandis que le pilote lui donnait la chasse, la lumière a disparu de façon inexplicable. Maintenant le lieutenant Needham, le deuxième pilote, a repéré un des objets à 15.000 pieds. Il était au-dessous de lui vers sa droite. L'objet s'est déplacé de manière spasmodique de haut en bas, changeant de couleurs de blanc au vert. Lors de la poursuite, lieutenant Needham s'est élevé à 26.000 pieds et a changé son cours de 360 degrés. Après avoir maintenu le cap sur 360 degrés pendant une courte période, le voyant du verrouillage radar de Needham sur son canon A-4 l'a verrouillé et a conservé le "lock on." L'objet était en avant de lui. Il a augmenté sa vitesse et s'est déplacé rapidement en avant et s'est élevé.

 

La poursuite était suivie sur l'écran radar en arrière à la salle de commandement. Le radar a clairement prouvé que l'OVNI restait à cinq à dix milles en avant de Needham et de son F-84. Finalement, le lieutenant Needham a dû renoncer à la poursuite et est rentré à sa base. L'objet continué son chemin et a été repéré par le centre de filtrage à Bismarck.

 

A 01:09 du matin un Globemaster C-124 de l'Armée de l'Air a volé au-dessus de Bismarck. Pendant que l'avion s'approchait, l'objet le plus proche de l'avion a semblé envoyer un signal en clignotant en rouge et en vert. Ce signal a été alors pris par les trois autres objets. Un observateur l'a décrit de cette manière: "c'était comme si une 'vague' passait de l'un vers l'autre."

 

Un effet de signalisation - une description qui mènerair le Dr. Hynek à conclure, dans son rapport de l'Armée de l'Air à cette époque secret, "l'incident entier, à mon avis, a trop d'une saveur d'Alice au Pays des Merveilles pour que l'on se sente en position confortable." Hynek le confirme encore aujourd'hui: "c'est exactement comment je le ressentais à ce moment."

 

L'Armée de l'Air a offert beaucoup de possibilités quant à la cause des observations, mais dans l'analyse finale les objets demeureraient dans les dossiers comme étant des "inconnus." 

http://ufologie.net/htm/ellsworth53emeneggerf.htm#doc


 


_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
 

(1953) Le cas radar visuel multiple de Ellsworth AFB.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Base de données: les cas d'observations d'ovni classés par type :: Les affaires importantes dans l'histoire de l'ufologie :: II/ Cas aeriens et détection radar-