Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous... Merci !!

Partagez | .
 

 Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Mer 10 Juin 2009, 13:24

Bonjour,

J'envisage de créer un dossier d'information sur ce sujet dans les semaines à venir:

Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?

Il s'agit d'énumérer tous les éléments qui nous apprennent des choses sur les ovnis. Voir où en sont les recherches.

Pour aider à sa construction, vous pouvez apporter si vous le voulez:


1) Des vidéos et documentaires

2) Des photos et illustrations diverses

3) Des articles de site avec la source

4) Des archives ufologiques personnelles

Pour trouver des documents voici des informations et conseils dans cette rubrique:

http://www.forum-ovni-ufologie.com/recherches-collectives-sur-internet-f157/

Par la suite nous sélectionnerons ensemble les éléments les plus pertinents. Le dossier créé sera alors publié sur le blog afin d'informer les visiteurs.

Merci à l'avance pour vos contributions nombreuses. Je vais pour ma part faire des recherches de mon côté.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Mer 10 Juin 2009, 13:26

Voici un exemple par Exobio:

On sait qu’ils sont matériels


- Cf. Rapports déclassifiés de l’armée Brézilienne pour les évènements de Colares en 1977.

- Rapport de l’ ARMEE DE L’AIR DES FORCES ARMEES BRITANNIQUE dans la forêt de Rendlesham en 1980:
« Il y avait des lumières étranges dans la forêt. Pour moi, au début, cela ressemblait presque à un arbre de Noël, un étalage de Noël. A ce moment nous nous sommes regardés et nous avons décidé que nous ferions bien d’aller voir de plus près car nous ne savions pas à quoi nous avions affaire. Ce que nous voyions était irréel. J’ai commencé à voir une forme définie et je me suis rendu compte à ce moment que ce n’était pas un avion écrasé ni un feu, ni rien de ce genre. L’air était chargé d’électricité. Nous pouvions la sentir sur notre peau alors que nous approchions de l’objet.

Nous avions l’impression d’avancer au ralenti, avec les cheveux qui étaient dressés derrière la tête, nous avions l’impression de contrôler très peu notre corps ».

Penniston, ne percevant pas d’hostilité, s’approcha de l’objet et l’examina. Il avait à peu près la taille d’un réservoir, et il était de forme triangulaire. Sous l’appareil, il y avait une lumière blanche très intense qui en émanait, et il était bordé de lumières rouges et bleues, alternées. En haut et à gauche de l’objet, il y avait une inscription: “Elle mesurait six pouces de haut (15 cm), avec des symboles qui me semblèrent familiers, mais je ne sais pas pourquoi.” Il observa l’objet pendant environ vingt minutes.

« Celui-ci commença à reculer lentement, en se déplaçant entre les arbres… Il s’éleva dans l’air et partit en un clin d’œil ».

-Rapport de gendarmerie de Stephen Michalak en 1967:
“Brusquement, la trappe fut obturée par trois panneaux coulissants et Stephen reporta son attention sur l’objet en passant sa main dessus. Le contact lui évoqua celui du « verre dépoli ». Soudain, la toile des gants que portait le témoin se mit à fondre, l’obligeant à rapidement retirer sa main. Immédiatement, l’objet tourna sur lui-même, et Stephen se retrouva face à une grille d’une trentaine de centimètres de large percée de trous.”

etc

que les occupants des ovnis paralysent les témoins avec un outil technologique

-France, Marius Dewilde le 10 Septembre 1954: “il est aveuglé par une lumière qui le surprend”

-Yves David le 17 Septembre 1954: “Il était épouvanté parce qu’il ne pouvait pas bouger, il est resté un long moment à observer l’objet qui était immobile.

-Venezuela, le 29 Novembre 1954: “une lanterne qui a ébloui Gonzales en l’empêchant de voir pendant un moment ce qui se passait”

-France, 3 enfants, le 9 Octobre 1954: ”une lampe qui lançait des rayons, (…) On avait peur, mais nous pouvions pas bouger (…) Quand il a éteint sa lampe, nous nous sommes sauvés.”
-1er Juillet 1965, Maurice Masse: ”L’un d’eux sortit un tube d’une gaine de sa ceinture et la pointa en direction de Masse. Il fut ainsi complètement immobilisé.”

- Cussac en 1967: Il se retourna vers les petits êtres qui n’avaient pas bougé et leur cria : « Venez jouer avec nous ». Pour toute réponse, les petits êtres s’enfuirent. F. monta instinctivement sur le petit muret de cinquante centimètres qui limite le pré et à côté duquel il se trouvait. Sur le moment, il avait les “yeux lourds”, il était comme paralysé. Il déclare avoir eu le plus grand mal à monter sur une pierre au début de l’observation.

Force est de constater sur ces cas solides la matérialité physique de ces OVNIs ainsi que la cohérence comportementale de ses occupants pour immobiliser les témoins.

Maurice Masse, fin 1979, accorde un entretien à Jacques Vallée. Il en ressort que les êtres venaient “de quelque part ailleurs, mais qu’ils étaient humains”. En 1972, le journaliste René Pacaut, rencontre Masse qui lui dit : “je ne peux pas dire tout ce qu’ai vu. Personne ne me croirait.”

Il semble effectivement difficile d’imaginer que des créatures de 1 mètre de hauteur en combinaison, avec une tête 3 fois plus grosse que la normale, et sans cou, à l’agilité surprenante puissent être humaines. Cette déclaration de 1979 fait sans doute référence à l’aspect anthropomorphique de ces créatures.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Mer 10 Juin 2009, 17:03

Utilisation d'une technologie pour paralyser les témoins

La rencontre de Valensole (1965)



Lorsque je suis arrivé à 7 m d'eux, celui qui était tourné dans ma direction m'a alors aperçu. Il a dû faire un signe à l'autre, tous 2 se sont redressés, celui qui avait le dos tourné a fait volte-face et a pointé un tube dans ma direction qu'il prit dans un étui sur son côté droit; à ce moment-là, j'ai été totalement immobilisé. Je ne ressentais rien, je n'étais pas engourdi ni contracté mais je ne pouvais pas faire un seul geste. J'ai très bien distingué que celui qui m'avait paralysé remettait de la main droite, dans l'étui qu'il portait à gauche, ce fameux tube. Ces 2 êtres sont ensuite restés quelques minutes discuter en me regardant la plupart du temps. J'ai remarqué que leurs yeux bougeaient et j'entendis une sorte de gargouillement provenant certainement de leur gorge. Ils n'avaient presque pas de cou tant leur tête était rentrée dans les épaules. Ils semblaient se moquer de moi, pourtant leurs regards n'étaient pas méchants, tout au contraire. Au bout de 4 à 5 mn, ils retournèrent, avec une agilité surprenante, dans leur appareil en s'aidant de la main droite, puis de la main gauche. Une fois montés à bord, une porte à glissière se referma d'une façon qui m'a semblé automatique, de bas en haut, de la même manière qu'une porte de meuble.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Jean Curnonix
Culture Scientifique
Culture Scientifique
avatar



Masculin Age : 57
Nombre de messages : 1993
Inscription : 31/05/2008
Localisation : France
Emploi : Actif
Passions : Divers
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Mer 10 Juin 2009, 18:46

Bonsoir Benjamin.D,

Le titre de votre dossier étant « Où en sommes-nous en ufologie ? », je vous propose un article intitulé … Wink :

"Où en sommes-nous en ufologie ? "


Cet article, de la lecture duquel vous obtiendrez des réflexions en vue de bâtir ou consolider votre dossier, émane d’Auguste Meessen qui fit des études de physique à l'UCL puis, après son doctorat, fut pendant deux ans "Research Associate" au MIT, USA. En 1962, il a été engagé à l'UCL, où il devint professeur ordinaire. Il y enseigna la mécanique quantique, la physique théorique et mathématique, la physique de l'état solide et la didactique de la physique. Il effectua une série de missions d'enseignement à l'étranger et devint émérite en 1996. Il s'est intéressé surtout aux problèmes qui concernent les fondements de la physique (tels que la quantification de l'espace-temps) et il se préoccupa de problèmes de société qui impliquent la responsabilité des scientifiques (tels que la course aux armements). Depuis 1972, il s'est également engagé dans la recherche d'une solution rationnelle du problème des ovnis, en partant des faits observés et des lois physiques connues.

D’autres publications d’Auguste Messen sont accessibles via :

http://www.meessen.net/AMeessen/


Cordialement,

Jean
-------------------------------
Ma présentation se trouve ici
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Mer 10 Juin 2009, 19:30

Bonjour,

Merci beaucoup Jean pour cet article excellent d’Auguste Meessen. Je vais l'intégrer dans ce dossier qui reste encore à construire. Sans l'intégrer entièrement car Mr Meessen ne veut pas de cela. Je me suis arrangé pour d'autres articles avec lui en ne mettant que le lien. Cela est déjà pas si mal.

Je vais voir si on trouve assez d'éléments.

Bonne soirée

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Althea
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Féminin Age : 37
Nombre de messages : 519
Inscription : 13/02/2009
Localisation : Nord
Emploi : Professeur
Passions : Astronomie, fantasy, country
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Jeu 11 Juin 2009, 19:10

Dossier très intéressant; j'aime bien le "On ne cherche pas de preuves, parce qu'il n'y en a pas encore. Il faudrait peut-être les chercher, pour en avoir [...] Au fond, on refuse d'étudier les faits, parce qu'on ne les comprend pas, mais pour les comprendre, il faudrait d'abord les étudier !" rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Jeu 18 Juin 2009, 13:34

Où en est la recherche officielle ?

OVNI

Depuis Roswell, où il s'est passé quelque chose d'extraordinaire, même si le fait a été nié pendant plus de 40 ans par plus hautes autorités des Etats-Unis, les OVNI ont fait l'objet d'une attention toute particulière de la part des pouvoirs publics.
Différentes commisions d'études ont été mises en place , et en dépit des conclusions officielles qui niaient la réalité du phénomène, elles ont poursuivi constamment leurs investigations comme le prouvent les milliers de documents rendus publics depuis plusieurs années.
Cette "déclassification" des documents détenus par la CIA, le FBI, l'US Air Force, l'US Navy et l'US Army, est la conséquence du "Watergate" qui a permis de renforcer la Loi sur la Liberté de l'Information, le "Freedom Of Information Act", ( FOIA ).
Cependant, tous ces documents sont tellement censurés qu'ils sont inexploitables.
Ils permettent simplement de faire le constat de l'intérêt permanent des institutions américaines pour les OVNI.

Ce "cover up", cette dissimulation, a forcément découragé l'intérêt des scientifiques pour les OVNI.

La recherche se fera donc par les militaires pour les militaires, et bien évidemment, tout reste encore de nos jours secret.

Le phénomène étant planétaire, dans pratiquement toutes les nations démocratiques du monde vont se constituer des associations ufologiques qui vont entreprendre avec plus ou moins de succès la collecte des témoignages.

C'est en France, au milieu des années 70, que sera créée la seule structure civile, officielle, d'étude des OVNI.
Le Groupement d'Etudes des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés ( le GEPAN ), au sein du CNES, le Centre National d'Etudes Spatiales, à Toulouse, cédera sa place au SEPRA, le Service d'Expertise des Phénomènes de Rentrées Atmosphériques, au début des années 80, sous la direction de M. Jean-Jacques Velasco.

Jugeant sans doute encombrante l'association des OVNI avec le CNES, soucieuse de préserver l'image "médiatique" de cet organisme, les directions successives réduiront peu à peu le personnel et les activités du SEPRA.
Dernière péripétie en date du 12 décembre 1999, le SEPRA devient le Service d'Expertise des Phénomènes Rares Aérospatiaux, et se voit donc privé des rentrées atmosphériques.

En 2005, après un audit effectué par François Louange ( directeur de Fleximage/Groupe EADS ), la direction du CNES a décidé de re-formé un Comité de Pilotage pour une relance des activités liées aux PAN et de transformer le SEPRA en GEIPAN dirigé par M. Jacques PATENET.
Voir la page sur le GEPAN/SEPRA/GEIPAN

Site Internet Officiel du GEIPAN



Il faudra attendre l'année 1997 pour voir enfin le tabou lié aux OVNI perdre de sa force.
Du 29 septembre au 4 octobre, à l'initiative de la fondation Rockefeller, sous la direction de Peter Sturrock, professeur de physique à l'université Stanford de Palo Alto en Californie, se réunira à Pocantico ( New-York ) une assemblée de chercheurs de différentes disciplines et de diverses nationalités, la SSE, Society for Scientific Exploration qui concluera à la légitimité de l'étude scientifique sans a priori des OVNI.

En France, en juillet 1999, l'association COMETA, composée d'officiers supérieurs, d'ingénieurs, de spécialistes des sciences physiques, des sciences de la vie et des sciences humaines, va publier son rapport et le transmettre au Président de la République ainsi qu'au Premier Ministre.

Résultat de 3 ans d'études avec le support de divers intervenants et de l'Association des Auditeurs de l'IHEDN, l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale, ce rapport conclut à "la réalité physique quasi-certaine d'objets volants totalement inconnus..".
Il met également en avant l'hypothèse de visiteurs extraterrestres et se termine par 6 recommandations allant dans le sens du renforcement et du développement de l'étude des OVNI.

RESUME de l'IHEDN sur le rapport COMETA :
Le texte de Cometa, association regroupant d'anciens auditeurs de l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) et présidée par Denis Letty, général de l'armée de l'air, reprend une série de témoignages accumulés sur l'apparition d'étranges phénomènes, tant dans le monde qu'en France.
"L'hypothèse extraterrestre, en déduisent les auteurs du rapport, est de loin la meilleure hypothèse scientifique; elle n'est certes pas prouvée de façon catégorique, mais il existe en sa faveur de fortes présomptions, et si elle est exacte, elle est grosse de conséquences."
Même si "aucun accident, et a fortiori aucun acte hostile, n'a eu pour origine certaine, du moins officiellement, un Ovni", la persistance du phénomène, estiment-ils, devrait donner lieu à une "réflexion sur les conséquences stratégiques, politiques et religieuses qu'entraînerait une éventuelle confirmation de cette hypothèse".
Le général Bernard Norlain, ancien directeur de l'IHEDN, souligne, dans sa contribution au dossier, que "des problèmes concrets se posent, qui appellent une réponse en termes d'action".

Il existe donc à ce jour, à ma connaissance, seulement 9 organismes officiels à travers le monde, chargés d'étudier les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés :

*

En France, au sein du CNES, le GEIPAN, Groupe d'Etude et d'Information des Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés.
*

En Uruguay, au sein des Forces Aériennes, le CRIDOVNI , Comision Receptora e Investigadora de Denuncias de Objetos Voladores No Identificados ( Commission de Réception et d'Enquêtes des Témoignages sur les OVNI - crée en 1979 - ). ( Le lien précedent renvoie au site officiel en espagnol et en anglais qui n'est plus en ligne actuellement. Cette page est néanmoins visible sur ce site et n'a donc plus de valeur officielle bien que le cridovni soit toujours en activité : ; une traduction est disponible en cliquant ici Traduction en français )
*

A partir de 1981 il y eu une grande vague d'observations de PAN dans la petite vallée d'Hessdalen au centre de la Norvège. Ainsi, en 1983 fut crée le "Project Hessdalen" ( et en ) afin d'étudier scientifiquement ces centaines d'observations appelée "Hessdalsphenomena" afin de les différencier du mot OVNI que le grand public assimile trop rapidement à "vaisseau spatial extraterrestre", ce que ces lumières ne sont sans doute pas.
*

En Ukraine, le R.I.A.P., Research Institute on Anomalous Phenomena, l'Institut d'Etude des Phénomènes Anormaux ( crée en 1992 ).
Cet institut est composé de scientifiques russes et ukrainiens et de conseillers occidentaux. ( Le lien précedent renvoie au site officiel en anglais ; une traduction est disponible en cliquant ici Traduction en français )
*

Aux Etats-Unis, une organisation de scientifiques, la SSE, Society for Scientific Exploration ( Société d'Exploration Scientifique ). ( voir Pocantico ).
*

Au Chili, au sein de la DGAC, la Direction Générale de l'Aviation Civile, le CEFAA , Comité de Estudios de Fenomenos Aéreos Anomalos ( Comité d'Etude des Phénomènes Aériens Anormaux ), dirigé par le Général Ricardo Bermudez d'octobre 1997 jusqu'au mois d'août 2002 puis par le général H.H. Cobaise. ( Le lien précedent renvoie au site officiel en espagnol ; si vous ne parlez pas cette langue, une traduction est disponible en cliquant ici Traduction en français )
*

Aux Etats-Unis, une organisation de scientifiques, le NARCAP , National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena s'est constituée pour étudier l'impact des phénomènes aériens anormaux sur la sécurité aérienne.
*

En juillet 2000 des scientifiques italiens créerent le CIPH, Comité Italien pour le Projet Hessdalen, ( et en ), afin de supporter et de promouvoir la recherche scientifique des phénomènes lumineux atmosphériques observés un peu partout dans le monde et particulièrement dans la vallée d'Hessdalen en Norvège.
*

Les Forces Aériennes Péruviennes ont crée en décembre 2001 l'OIFAA, Oficina de Investigación de Fenómenos Aéreos Anómalos.
Ce bureau d'enquête sur les Phénomènes Aériens Non-identifiés est dirigé par le commandant Jose Luis Chamorro. Les membres du comité sont : Abraham Ramirez Lituma, doyen de l'Académie des F.A.P., de Fernando Fuenzalida, anthropologue, de Mario Zegarra, médecin et d'Anthony Choy, hypnotiseur.
Le cdt Chamorro a déclaré au journal "Somos" ( supplément de "El Comercio" du 02/02/2002 ) sur l'objet de cette équipe : "Le coeur du problème est la sécurité : si un appareil non-péruvien pénètre dans notre espace sans autorisation, il doit être soit reconnu soit intercepté, qu'il soit équatorien, russe ou martien."

Interview du Cdt Chamorro par M. Lucien O. Chauvin pour le Miami Herald du 28/09/02.
*

Profitant des Premières Rencontres Ufologiques Européennes de Châlons-en-Champagne en octobre 2005, un groupe de 28 scientifiques européens pluridisciplinaires ( 10 nationalités ) ont annoncé la création du EUROPEAN UFO SURVEY.
Cette équipe de chercheurs indépendants se donne pour but de promouvoir l'ufologie internationale au travers d'études et d'actions concrètes.

Soucoupes volantes en Chine

Extrait de l'article paru dans "La Recherche" de mars 2 000 :
"Le gouvernement chinois laisse fleurir la "recherche" sur les OVNI.
Les "sociétés de recherche sur les OVNI" se sont multipliées.
Beaucoup n'acceptent en leur sein que des personnes ayant fait des études supérieures et ayant publié des articles scientifiques.
Parmi les membres de la société de Pékin, 30 % sont des responsables du parti communiste.
Un journal de recherche sur les OVNI est publié par un éditeur scientifique.
La télévision officielle et la grande presse exploitent le phénomène, au premier degré."

L'article sur le site de "La Recherche" :
http://www.larecherche.fr/VIEW/329/03290711.html


http://www.ldi5.com/ovni/recherche.php

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
nacer573
Participation sympathique
Participation sympathique




Masculin Age : 60
Nombre de messages : 11
Inscription : 28/05/2009
Localisation : france
Emploi : maçon
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Jeu 18 Juin 2009, 20:08

bonjour monsieur BENJAMIN D voilà en surfant dans des sites tels que OVNI007 j'ai trouvé un rapport sur un conférencier se disant qu'il était ambassadeur intergalactique, lui même venant d'une planète nommée pléyade, ma question est: pouvez vous confirmer ou infirmer l'existance de cette personne ( être ) ? merçi votre réponse m'aidera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anthony.D
Bonne participation
Bonne participation
avatar



Masculin Age : 25
Nombre de messages : 96
Inscription : 29/04/2009
Localisation : Roquebrune-cap-martin
Emploi : Etudiant
Passions : Jeux vidéo, lécture, astronomie
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Jeu 18 Juin 2009, 20:44

les sites, tels que OVNI007 comme vous dites, ne sont en AUCUN CAS des dossiers fiable AUCUN de ses dossiers n'est assez d'importance pour être étudié ici, car c'est un ramassi de fakes et même un appui pour les sectes... L'ambassadeur intergalactique doit être encore un conférencier fesant partit de la secte de raël ou autre... Bref, soyez attentif sur le genre de site que vous visitez et il est bien évident que certain ne sont là que dans le but d'harponnez le débutant en phénomène ufologique et de l'enrolé dans je ne sais quoi ^^ donc VIGILANCE CONSTANTE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre.B
Equipe du forum
Equipe du forum
avatar



Masculin Age : 35
Nombre de messages : 4160
Inscription : 30/08/2008
Localisation : vendée,france
Emploi : electrotechnicien
Passions : lecture, musique, sciences et technologie,espace,photo
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Jeu 18 Juin 2009, 21:59

nacer573 a écrit:
bonjour monsieur BENJAMIN D voilà en surfant dans des sites tels que OVNI007 j'ai trouvé un rapport sur un conférencier se disant qu'il était ambassadeur intergalactique, lui même venant d'une planète nommée pléyade, ma question est: pouvez vous confirmer ou infirmer l'existance de cette personne ( être ) ? merçi votre réponse m'aidera.

MODERATION
Bonsoir,
Le site auquel vous faite référence dans votre post fait parti de "la liste noire" du forum.
Le site ovni007 ne peut donc servir de référence sur ce forum.

Merci de vous conformer au règlement,
et de parcourir le forum avant de poster.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anthony.D
Bonne participation
Bonne participation
avatar



Masculin Age : 25
Nombre de messages : 96
Inscription : 29/04/2009
Localisation : Roquebrune-cap-martin
Emploi : Etudiant
Passions : Jeux vidéo, lécture, astronomie
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Ven 19 Juin 2009, 11:10

Je trouve qu'en Ufologie le message commence à passer, les personnes qui voyent un phénomène tentent tout de suite de le prendre en photo, de le décrire, etc... alors qu'avant une certaine rétissence était présente (on ne voulait pas passer pour un fou) malgrès qu'actuellement c'est presque toujour d'actualité, le phénomène commence à être prit au sérieux... Malgrès tout, selon moi, les meilleur témoignages sont ceux qui ont été observé il y a longtemp ( 19eme et 20eme Siècle).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur
avatar



Féminin Age : 42
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Ven 19 Juin 2009, 15:53



Ovnis et nucléaire


Contrôle Stratégique Aérien et Installations Nucléaires

Il y aurait un lien entre l’apparition d’Ovni et le nucléaire. En France, nous avons cette histoire au sujet du plateau d’Albion, mais ce n’est pas la seule. Il semblerait que nos visiteurs (s’ils existent bien évidement) s’interessent aux activités nucléaires de notre civilisation. Des conseillers Américains auraient eu l’idée de provoquer des explosions volontairement afin de mesurer le temps que mettaient les OVNI pour arriver sur site. Il est à noter que le site de Roswell n’est pas très loin de la base ou la première bombe atomique fut créée! Des cas français démontrent le même intérêt nucléaire de la part des OVNI, notament une observation au-dessus de la zone de tests atomiques de Colomb-Béchar dans le désert algérien en décembre 1965. Le Projet Révélation (un groupe d’intérêt public de recherche sans but lucratif) a recueilli ses nombreux premiers témoignages, parmi lesquels des gens provenant de l’intérieur des services, dont les documents et les témoignages en faveur de l’existence des OVNI, ces mêmes personnes ayant dirigé des installations nucléaires dites sensibles, depuis au moins les années 50. Jusqu’à ce que les OVNIS ne furent pas hostiles, il était clair qu’ils étaient préoccupés par les armes de destruction massive des humains. Les OVNI ont même, une fois, pris possession de plus d’une douzaine d’engins balistiques intercontinentaux (ICBM) provenant d’une zone de lancement du Commandement des forces aériennes stratégiques hors ligne. Il semblerait que les effets secondaires d’un tir nucléaire soient devenus le maillon faible de nos visiteurs et l’argument d’une stratégie nucléaire globale conduite par la superpuissance américaine. Cette dernière semble préparer les conditions de son protectorat contre les extraterrestres à l’échelle mondiale. Jean-Claude Sidoun fut l’un des rares enquêteurs civils à avoir participé aux activités du GEPAN (Groupe d’Etude des Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés), le prédécesseur du SEPRA. Il veut donc montrer que la « guerre froide », qui perdure encore, est un prétexte, par la surenchère qu’elle entraîne en terme d’investissements militaires, au maintien de la Recherche et du Développement en vue d’aboutir à une défense spatiale globale contre des envahisseurs. Nous constituons donc une menace pour les extraterrestres qui ne semblent pas prêts à accepter l’usage de l’arme nucléaire. N’importe quelle confrontation atomique, pourrait impliquer une réponse venant de l’espace contre l’humanité qui menace collectivement d’autres civilisations. Dans son livre Ovnis et Guerre froide Jean-Claude Sidoun démontre de façon convaincante des points essentiels : – Les ovnis ne sont pas des technologies humaines. – Ils sont apparus massivement avec l’ère nucléaire. – Les ovnis se concentrent sur les sites stratégiques. – Une politique de désinformation est habilement menée aux USA, comme ailleurs. – Les USA n’ont eu de cesse d’alimenter une course mondiale aux armements en provoquant les conflits potentiels et avérés. – Cette politique militaro-industrielle américaine vise à maintenir son leadership planétaire. – Leur but ultime est de faire face à une menace extraterrestre, imminente aujourd’hui.

Témoignages

Plusieurs services militaires et de renseignements savent qui sont les membres du Commandement des forces aériennes
stratégiques et d’autres spécialistes du nucléaire se sont mis en avant pour témoigner sur le fait que les OVNI sont bel et
bien réels et semblent être en corrélation avec notre armement nucléaire :

Capitaine Robert Salas (Officier Responsable du Lancement pour le Commandement des forces aériennes stratégiques 1964-71)
« L’incident relatif á l’Ovni est arrivé le 16 mars 1967, á Oscar Flight, une des cinq installations de control de lancement, sous la garde de la 490eme escadre de missile de lancement. J’ai reçu un appel provenant du garde de la sécurité le plus important… et il m’a dit que lui et quelques gardes ont été les témoins d’étranges lumières flottant près du site et de l’installation de contrôle de lancement. Je lui ai demandé s’il voulait dire Ovni ? Et bien, il a répondu qu’il ne savait pas ce que c’était, mais il y avait des lumières qui flottaient autour de la base. Ce n’était pas des avions, ni des hélicoptères, ils ne faisaient aucun bruit… (peu après) nos missiles ont commencé à s’arrêter de fonctionner un par un. Lorsque je dis s’arrêter de fonctionner, cela veut dire qu’ils affichaient « hors d’état de marche », une condition qui signifie qu’ils ne pouvaient être lancés. Cet arsenal se compose de missiles de type Minuteman one, et étaient bien sûr des missiles nucléaires de charge militaire… cet incident a extrêmement inquiété le quartier général Commandement des forces aériennes stratégiques, car ils étaient dans l’incapacité d’en expliquer les origines. »

Le Colonel Ross Dedrickson (US Air Force, membre de la Commission relative à l’énergie nucléaire)

« Après que je suis parti en retraite de l’armée de l’air des Etats-Unis, j’ai rejoint la compagnie Boeing, j’étais en charge du recensement de toute la flotte nucléaire pour les missiles de type Minuteman. Au cours de cet incident, ils ont bel et bien pris en photo l’OVNI qui suivait le missile, lorsque le dit OVNI montait dans le vide, avec un faisceau lumineux tout autour, et neutralisa le missile. J’ai aussi appris qu’un nombre d’incidents, tel que le cas de quelques armes nucléaires envoyées dans l’espace, puis détruites par les extraterrestres. Notre gouvernement a envoyé une arme nucléaire en vue d’une explosion sur la surface lunaire… (et) les extraterrestres ont détruit l’arme sur sa trajectoire vers la lune. (Apparemment) l’idée de quelconque explosion dans l’espace par quelconque gouvernement terrien était intolérable pour les extraterrestres, et on a eu très souvent la preuve. »

Professeur Robert Jacobs (Lieutenant de l’US Airforce, 1369eme escadron Photo)

« …nous étions en train de tester des missiles balistiques qui devaient larguer des charges nucléaires sur la cible… ma tâche était de superviser les instruments de photographie de chaque missile qui s’échouait sur la tranche ouest de la zone de test… et à l’intérieur de l’écran, quelque chose d’autre fit son apparition. Cela traversa l’écran et heurta un faisceau lumineux sur la charge militaire. Maintenant, vous devez garder en mémoire que tout ces trucs étaient en train de voler à plus de 1000 miles à l’heure, donc, ces objets ont engendré un faisceau lumineux sur la charge militaire, et l’a percutée. La charge militaire a tourbillonné dans l’espace. L’objet, c’est-à-dire les points lumineux que l’on a aperçus, la charge militaire et tout le reste, ont voyagé tout droit à travers la frontière entre l’atmosphère et l’espace, à une distance d’environ 60 miles, et allaient à une vitesse avoisinant entre 11 et 14 milles miles à l’heure, lorsque cette chose a rattrapé son retard sur les missiles, les a traversés, et a flotté tout autour d’eux, puis s’est retirée. »

M. Harland Bentley

« J’ai pris part à un programme d’études supérieures en ingénierie nucléaire… travaillant sous contrat depuis 1963 : la NASA, le Département à l’Energie, et plusieurs industries de l’électronique autour de Washington DC. J’étais en poste dans une installation en Californie… classant des travaux… dont je ne peux pas trop parler… Nos astronautes effectuaient des boucles autours de la lune en 1967 et 1968… Je les ai entendus dire qu’ils possédaient un boggie (terme utilisé pour qualifier les OVNIS)… c’était un autre type de vaisseau. Ils ne pouvaient pas voir à l’intérieur de certaines entrées. Ils ne pouvaient discerner des être de quelque sorte que ce soit. Ils ne pouvaient pas décrire ces êtres, ils jetèrent juste un coup d’œil sur les photographies. Ils ont seulement dit que c’était une soucoupe volante. Puis, ils ont dit : ” Voilà par où ils rentrent, puis il (le boggie) disparu de ma vue presque immédiatement.” »

Lieutenant Colonel Joe Wojtecki (US Air Force, octobre 2000)

Le Lt. Colonel Wojtecki a passé 20 ans dans l’Air Force et s’est retiré en 1988. Il a passé la plupart de son temps avec le “Strategic Air Command” et le “Tactical Air Command”. Une nuit d’avril 1969 lorsqu’il était stationné à Loring AFB dans le Maine, lui et son instructeur de vol ont tous les deux vus trois lumières très brillantes en triangle équilatéral parfait volant silencieusement à travers le ciel. Ils ont estimé que cet OVNI était plus bas que 3′000 pieds (1′000m, Ndt). Il a découvert le matin suivant que pendant six heures, un OVNI avait été vu stationnant au-dessus d’un groupe de B-52 contenant des armes nucléaires. Chaque fois qu’un avion s’approchait des lumières, elles partaient et volaient d’une manière totalement non-conventionnelle. Lorsque les avions partaient, les lumières revenaient de nouveau ensemble et se concentraient au-dessus du groupe de B-52. Plusieurs années plus tard, le Lt. Col. Wojtecki assista à une conférence donnée par SG (Steven Greer, Ndt) et vit une photographie d’un OVNI qui avait exactement la même configuration qu’il avait vu des années auparavant.

Sergent Stoney Campbell (US Air Force, octobre 1999)

Le Sergent Campbell est entré dans l’Air Force en 1966. Pendant l’été 1967, il gardait un B-52 sur une base du SAC dans l’Oklahoma lorsque tout d’un coup, directement au-dessus d’un B-52, une gigantesque brume bleue est apparue. Cela avait la forme d’une aile de boomerang et c’était brillant et pas solide. Cela a été relevé sur le radar et vu par de nombreuses personnes.

Source : http://secretebase.free.fr/ovni/dossiers/nucleaire/nucleaire.htm

_______________________________________
brunehaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur
avatar



Féminin Age : 42
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Ven 19 Juin 2009, 17:53

Ovni : classification



La classification définie par J.Allen HYNEK pour représenter les divers aspects du phénomène OVNI ( ou UFO ) est résumé ci-dessous.

Classification de J. Allen HYNEK


J.Allen HYNEK
Elle se compose de six grandes classes principalement définies en fonction du degré d'étrangeté du cas considéré.

Les prototypes de chacune de ces six classes seront définis plus loin, mais afin de les interpréter correctement, il s'avère indispensable de préciser quelques définitions relatives aux termes couramment utilisés et dont le sens ne doit pas être déformé.

DEFINITIONS PREALABLES :

Rapport ou notification d'UFO :
Déclaration émanant d'une ou de plusieurs personnes considérées, selon les critères communément acceptés, commes responsables et jouissant normalement de leurs facultés mentales, décrivant la vision qu'elles ont eue, directement ou à l'aide d'un instrument, d'un objet ou d'une lumière se trouvant dans le ciel ou au sol ainsi que les effets matériels qu'elles lui attribuent, ladite vision ne pouvant être identifiée à un évenement, un objet ou un processus physique, pas plus qu'à un évenement ou un processus psychologique connu.

Observation ou expérience UFO :
Le contenu d'un rapport ou d'une notification.

Phénomène UFO :
Ce terme englobe tant les observations elles-mêmes que les rapports auxquels elles donnent lieu.

UFO : ( au sens srict )
Le corrélât existentiel, en toute hypothèse, du phénomène UFO ; autrement dit, si cela existe, ce qui existe en soi indépendamment de sa manifestation.

UFO : ( au sens commun )
Nous pouvons définir un UFO ( ou OVNI ) comme la vision, relatée sous forme écrite, d'objets ou de lumières observées dans le ciel ou au sol et dont l'aspect, la trajectoire, le comportement général et la luminescence ne font pas évoquer une explication conventionnelle logique et qui, non seulement ont dérouté ceux qui les ont originellement observés mais encore ne peuvent être identifiés après qu'un examen minutieux de toutes les preuves disponibles a été effectué par des personnes techniquement aptes à procéder à une identification raisonnée, si celle-ci est possible.

CLASSE 1 OU RR1 - LES LUMIERES NOCTURNES :

Une lumière nocturne typique n'émane généralement pas d'une source ponctuelle, elles est brillante, de dimensions variables, de couleurs diverses mais tirant le plus souvent sur le jaune.

Sa course peut être assimilable à celle d'un ballon, d'un avion ou de tout autre objet naturel et donne souvent l'impression d'une commande intentionnelle. Rien n'indique que la lumière soit rattachée à un corps solide mais la chose est présumable.

A part des cas d'exception, les évolutions des lumières nocturnes ne semblent pas d'une façon générale défier les lois de la physique.

CLASSE 2 OU RR2 - LES DISQUES DIURNES :

L'objet ( ou souvent le couple d'objets ) est de forme ovale, discoïdale, ellipsoïdale ou comme un " cornichon rabougri ".

Il est généralement brillant ou lumineux ( mais la source n'est presque jamais ponctuelle ), jaunâtre, blanc ou métallisé.

Son mouvement peut être extrêmement lent ( même a très courte distance du sol ) ou extrêment rapide, leur disparition ne prenant parfois que quelques secondes.

Ce mouvement semble " sous commande intentionnelle " et possède une capacité d'accélération très grande. Jamais aucun bruit intense n'y est associé, ni vrombissements seulement parfois un faible bruissement.

CLASSE 3 OU RR3 - NOTIFICATION RADAR -OPTIQUES : ( mininum 2 témoins )

Observation d'une cible radar non identifié, corrobée par une observation visuelle simultanée pour lesquelles il peut être établi que l'une et l'autre s'appliquent au même objet ou même évenement. L'observation radar mentionne une tache lumineuse définie, ressembalnt à celle qu'engendre caractéristiquement un avion de grande taille, qui ne résulte pas d'un mauvais fonctionnement de l'appareil, et qui ne s'apparente pas à un " phénomène météorologique ".

Quant à l'observation visuelle, elle se ramène spécifiquement à la perception d'une lumière, ou éventuellemnt d'un groupe de lumières avec parfois le contour d'un objet ( si objet il y a ! ) faiblement entrevu dans la luminosité.

Les vitesses sont toujours élevées mais il n'est pas rare d'observer tantôt une allure vertigineuse, tantôt un vol stationnaire.

Un autre signe caractéristique réside dans les " tête-à-queue ", les demis-tours et les virages bruques.Virtuellement tous les cas radar-optiques se produisent la nuit.

CLASSE 4 OU RR4 - LES RENCONTRES RAPPROCHEES DU PREMIER TYPE : ( minimum 2 témoins )

Elles font état " d'objets " ou de lumières vues d'assez près ( en général moins de 150 mètres ) et ne signalent aucune interaction entre l'UFO et l'environnement ou l'observateur.

L'objet est éclairé, parfois très lumineux ( aussi intense qu'un chalumeau oxhydrique, par exemple ) et parfois simplement luminescent comme un tube au néon ou un cadran lumineux.

En second lieu seulement vient la perception de la forme de l' "engin " ; celle-ci est à peu près constamment décrite comme ovoïde, en forme de " ballon de rugby ", et fréquemment surmonté d'un dôme.

Il est souvent question d'un mouvement de rotation de lumières et donc vraisembleblement de l'engin lui-même, dans le sens contraire des aiguilles d'une montre.

Les autres traits communs sont le vol stationnaire, l'absence de son et le départ en trombe sans accompagnement de " bang " sonique.

CLASSE 5 OU RR5 - RENCONTRES RAPPROCHEES DU SECOND TYPE : ( minimum 2 témoins )

L'UFO, relativement semblable, à tous égards, à ceux décrits dans une rencontre rapprochée du premier type, a été vu tandis qu'il atterissait ou qu'il " planait " au voisinage du sol.

Après son départ les témoins découvrent sur le sol une trace circulaire ( quelquefois un cercle presque parfait ) dont invariablement ils soutiennent qu'elle ne s'y trouvait pas auparavant.

De façon générale ces traces demeurent longtemps, de plusieurs jours à plusieurs années.

Le phénomène engendre généralement des effets physiques notoires dont la diversité est grande ( effets électromagnétiques, gravitationnels, thermiques...).

Ces effets peuvent toucher tout l'environnement y compris les plantes, les animaux et les témoins.

CLASSE 6 OU RR6- RENCONTRES RAPPROCHEES DU TROISIEME TYPE : ( minimum 2 témoins )

Elles ne diffèrent pas fondamentalement des autres rencontres rapprochées si ce n'est le fait que des occupants ( humanoïdes...) y sont signalés et que les observateurs qui les signalent ont généralement une formation technique et un " vernis " moindres que dans les catégories précédentes. La taille généralement attribuée aux occupants est soit grande soit petite, avec prédominance de la première. Ils sont souvent décrits comme présentant une tête volumineuse avec peu ou pas de cou et des pieds fuselés.

NB : Cete synthèse se base sur l'ouvrage de J.Allen HYNEK " Les Objets Volants Non Identifiés - Mythe ou Réalité ? " Editions Belfond - 1974




Classification de Jacques Vallée



AN : Phénomènes paranormaux

AN 1 - rassemble les anomalies qui n'ont pas d'effets physiques durables.

AN 2 - regroupe des anomalies avec un effet physique durable.

AN 3 - comprend des anomalies associés avec des êtres.

AN 4 - contient les rapports d'anomalis dans lesquelles le témoin fait l'expérience d'une interaction personnelle avec les êtres dans leur réalité.

AN 5 - les cas de blessures ou mort anormale tels que la combustion spontanée et les blessures inexpliquées.

RR : Rencontre Rapprochée

RR 1 - était la classe d'objets vus au sol ou à une courte distance de l'observateur.

RR 2 - était la classe des rencontres rapprochées dans lesquelles des effets physiques ou des traces étaient présents.

RR 3 - était la classe des rencontres qui comprenaient un contact avec des " êtres " ou " occupants " , une catégorie dont on a exclu les contacys répétés.

RR 4 - elle comprend les rapports d'enlèvements dans lesquels les témoins rapportent non seulement avoir vu les occupants mais encore avoir eu avec eux une interaction prolongée.

RR 5 - qui comprend les rencontres rapprochées dans lesquelles les témoins ont souffert de traumatismes permanents ou autres effets physiologiques.

MA : Descriptions du comportement d'un OVNI, analogue au "lumières nocturnes" et "objet vu le jour" et "détection radar" de la classification Hynek

MA 1 - regroupe les observations d'ovnis qui impliquent un objet avec une trajectoire discontinue, interrompue par une chute ou une manoeuvre ou l'exécution d'une boucle.

MA 2 - comprend les cas qui s'accompagnent d'effets physiques en plus d'une trajectoire discontinue.

MA 3 - contient les cas d'objets ayant une trajectoire discontinue, quand des êtres sont observés à bord d'objet.

MA 4 - couvre les exemples de manoeuvre accompagnées par une trasnformation de la réalité chez les témoins.

MA 5 - est une manoeuvre à la suite de laquelle les témoins souffrent d'un traumatisme permanent ou même létal.

FB : C'est à dire Fly-By ou survols

SU 1 - est une simple observation d'ovnis traversant le ciel. C'est la catégorie d'observation le plus souvent rapportée.

SU 2 - est le survol accompagnée d'évidence physique.

SU 3 - est l'observation d'un objet volant avec des êtres à bord. Bien que rare, ce type d'observation est parfois rapporté.

SU 4 - est l'observation d'un objet volant où le témoin ressent une transformation de sa réalité, dans la réalité de l'objet ou de ses occupants.

SU 5 - est l'observation créant pour la santé du témoin des dommages permanent

CE : Close Encounter, rencontre rapprochée, similaire à la même classe dans le système de Hynek

CE 1 - l'OVNI se rapproche à 500 pieds du témoin, mais il n'y a pas d'effet sur le témoin

CE 2 - CE1 avec traces d'atterrissages ou dommages pour le témoin

CE 3 - Des entités sont observés à bord de l'OVNI

CE 4 - Le témoin est enlevé

CE 5 - CE 4 avec dommages psychologiques permanents ou décès

SVP RATING : Dans son travail, il utilise un code à trois chiffres pour indiquer le " poids " d'une observation.

Chacun de ces chiffres a une valeur entre 0 et 4 définie comme suit :

Premier chiffre : (S). Évaluation de la crédibilité de la source

0. Source inconnue ou source connue mais dont on ne peut pas dépendre.

1. Rapport attribué à une source connue mais dont on ne connaît pas le degré de fiabilité.

2. Source digne de foi, mais de seconde main.

3. Source digne de foi, première main.

4. Interview du témoin en personne, recueillie par un enquêteur calibré dont on peut dépendre.

Deuxième chiffre : (V). Évaluation de la visite du site

0. Le site d'observation n'a pas été visité, ou l'on n'a pas connaissance d'une telle visite.

1. Les lieux ont été visités par une personne qui n'est pas familière avec le phénomène ovni.

2. Les lieux ont été visités par des personnes qui étaient familières avec le phénomène.

3. Les lieux ont été visités par un chercheur spécialisé ayant une grande expérience du phénomène.

4. Un enquêteur chevronné a fait une enquête approfondie sur les lieux.

Troisième chiffre : (P). Évaluation des explications possibles

0. Les données sont concordantes avec une ou plusieurs causes naturelles.

1. Une explication naturelle peut être appliquée si l'on modifie légèrement les données originales.

2. Il serait nécessaire de modifier extensivement un des paramètres afin de pouvoir extaire des données une explication d'ordre naturel.

3. Il serait nécessaire de modifier extensivement plusieurs des paramètres afin de pouvoir extraire des données une explication d'ordre naturel.

4. L'évidence fournie ne permet pas de conclure à une explication naturelle quelconque.


http://www.spica.org/article-173.php

_______________________________________
brunehaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur
avatar



Féminin Age : 42
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Sam 20 Juin 2009, 00:33

LE MIMETISME DES OVNIS:LE VERDICT
par Fabrice Bovin
http://www.extraterrestres.org/mimetisme.pdf


"Ce que les ufologues appellent "le mimétisme" est une réalité.
LES OVNIS prennent une forme qui est en accord-ou qui dépasse de peu-notre technologie du moment(...).
C'est un fait indiscutable qui ne peut être ignoré. Or,cet aspect de l'énigme est étouffée,dissimulé"
l'ufologue britannique Jenny Rendles

_______________________________________
brunehaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Sam 20 Juin 2009, 09:26

merci brunehaut

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Astrid77
Ufologue/enquêteur
Ufologue/enquêteur
avatar



Féminin Age : 63
Nombre de messages : 1350
Inscription : 13/04/2008
Localisation : dammartin en goele
Emploi : Lecteur-Correcteur à domicile
Passions : Lecture, Ufologie
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Sam 20 Juin 2009, 11:51

En effet, ce mimétisme est présent et nous pose de réels problèmes (voir mon enquête MAISON ROUGE).
Cependant, avec une recherche poussée, on arrive à discerner quelques éléments susceptibles de nous orienter vers l'explication "exotique".
Ceci dit, beaucoup de paramètres entre en jeu, que ce soit au niveau du comportement du phénomène (apparence trompeuse de l'objet, situation de l'observation) ainsi que l'observation elle-même (erreur de jugement avec satellite, ISS,etc...)
De toute évidence, une approche nouvelle est à prendre en compte, en se basant évidemment sur les anciennes observations et en faisant des comparaisons.
Méfiance tout de même, certains objets sont d'une conception tout à fait nouvelle et se classe dans la catégorie "évolutionniste" tout comme nous le faisons à l'heure actuelle.
Les formes changent et évoluent, idem chez nous.
Amitiés.
ASTRID
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesmotsetlaplume.e-monsite.com/
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur
avatar



Féminin Age : 42
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Jeu 25 Juin 2009, 17:27

LES ETRANGES FAISCEAUX LUMINEUX DE CERTAINS OVNIS…



L'OVNI de Taizé, France : 11 août 1972






EN ARGENTINE, ETRANGES FAISCEAUX LUMINEUX ET OVNI :
Mise en ligne le 08 mai 2007 :
http://translate.google.com/translate?u=http%3A%2F%2Finexplicata.blogspot.com%2F2007%2F05%2Fsaucers-in-my-backyard-argentinas.html&langpair=en%7Cfr&hl=fr&ie=UTF-8&oe=UTF-8&prev=%2Flanguage_tools

DECOUVERTE DE FAISCEAUX LUMINEUX " FRAGMENTES " EMIS PAR CERTAINS OVNI
Par Christian Macé : ajout de Hervé Clergot
Article mis en ligne le 17 Décembre 2006, sur le site
« UFO DIGEST» :
http://www.ufodigest.com/news/1206/brokenlight.html


MON ARTICLE : « FAISCEAUX LUMINEUX CASSES EMIS PAR CERTAINS OVNIS »

Le 1er janvier 1970, vers les 19 heures. Région méridionale de l’Ile de Vancouver. Canada.
OVNI aperçu par plusieurs personnes situées à Mill Bay. Il ressemblait à un " œuf " en position verticale, et de déplaçait… A un moment, d’après le témoin principal Jim Drummond, citation : " …quelque chose sortit de cet objet… C’était un rayon de lumière pareil à un très mince tube au néon, et il était en morceaux, quelque chose comme les traits et les points de l’alphabet morse. Il descendit selon une courbe puis, dans un éclair, il s’éteignit tout entier… ".
Après cet étrange exploit, l’objet remonta à son altitude première et disparut vers les sud.
Sources : (Défunte) revue française " Phénomènes Spatiaux " n° 27, mars 1971, page 8, qui était la revue du GEPA (Groupement d’Etude de Phénomènes Aériens). L’auteur de ces lignes a été membre du GEPA, de 1970 à 1974. Le GEPA, en tant que tel, a cessé ses activités.

Au sujet de cette affaire de Mill Bay, " Phénomènes Spatiaux " reprenait les informations publiées par la revue canadienne " Canadian UFO Report ", de John Magor, été 1970 (Vo. 1, N° 7). Il y a une représentation dessinée de cette affaire de Mill Bay, par Joël Mesnard, en couverture de ce n° 27 de " Phénomènes Spatiaux ".Joël Mesnard édite actuellement la revue française " Lumières dans la nuit ".


Le 29 décembre 1966, le soir. Au-dessus de la côte du Pérou.
Témoins, le capitaine Robert Millbang et 4 autres membres d’équipage de l’avion DC-8 de la " Canadien Pacifique ".
Affaire survenue lors du trajet Lima (Pérou), à Mexico…Au-dessus de la côte du Pérou, ils aperçoivent " deux lumières blanches " en mouvement…
Citation du capitaine Robert Millbang : " Je continuai à regarder et l’une des lumières se mit à vaciller, indiquant qu’elle changeait d’intensité. Puis je vis deux rayons lumineux venant des lumières et pointant vers l’espace en forme de V. L’objet étrange semblait grossir tout le temps, et à un moment il laissa échapper un faisceau d’étincelles comme on voit sur la queue d’une fusée… Puis l’objet se rapprocha encore et nous pouvions maintenant voir une suite de petites lumières entre les deux grandes… ".
Sources : Livre " J’ai percé le mystère des soucoupes volantes ", par le canadien Henri Bordeleau. Editions " Société Nefer Enregistrée ", Montréal, 1969. Pages 60 à 62.
Sur cette affaire du Pérou, Henri Bordeleau publie intégralement l’article du journal " Montréal –Matin " du 12 janvier 1967. Titre de cet article : " L’équipe d’un aérobus canadien aurait vu un objet mystérieux ".


Le 11 août 1994, le soir, vers 21 h 45. Secteur du nord de la ville de Béziers, département de l’Hérault, France.
Une femme qui circule en voiture voit des " faisceaux lumineux légèrement orangés qui se croisent, et un 3ème qui éclaire le sol ". Ces faisceaux étaient DISCONTINUS !
" Ils prenaient naissance par deux phares, portés par un engin bizarre formé de ces deux masses reliées entre-elles. ".
Sources : catalogue de " Banque OVNI ", et journaliste ayant vérifié ce cas : Jean-Marc Aubert, journal " Midi-Libre " (Montpellier).
Cette observation ressemble beaucoup à celle de l’équipage de l’avion mentionnée ci-dessus !

A noter qu’il y a eu une mini vague d’OVNI dans cette région de l’Hérault ! Plusieurs observations lors des mois d’août, septembre, octobre et novembre 1994…
Voir " Lumières dans la nuit ", n° 327, 328, et 329, 331.
J’ai recensé 13 cas mentionnés par ces numéros cités de cette revue.

CES TROIS AFFAIRES D’OVNI AUX FAISCEAUX " DISCONTINUS " SE SITUENT NON LOIN D’ETENDUES D’EAU ! ! !

Ajout de Hervé Clergot :
Un des lecteurs de la revue ayant eu l'extrême gentillesse de me faire parvenir un volumineux dossier de coupures de journaux de la région Varoise couvrant une période de plus de 40 ans, j'ai découvert un cas qui trouve naturellement sa place dans cet article. L'intérêt de l'observation réside aussi dans le fait qu'il y a eu trois témoins distincts de cette dernière.

La longueur de cette page de journal (pratiquement 60 cm) est impossible à passer brute dans la revue en la scannant. Aussi, afin de ne pas vous priver de cette information intéressante, j'ai tout simplement recopié l'article, scanné les dessins et photos l'illustrant afin de vous donner un aperçu du sujet dont il est question ici.

L'article du journal est signé Gérard Petitjean et les clichés sont de Paul Teulades. Voici donc l'article en question :
Vallée de Rebouillon : la soucoupe "à regarder dans les coins" projetait des rayons brisés.
Ceux qui sont témoins de phénomènes OVNI fournissent souvent des détails incohérents qui "ne s'inventent pas", parce que trop lointains de notre logique terrienne.

Ainsi, dans l'affaire de l'objet volant non identifié de Rebouillon, les témoins ont déclaré que l'appareil émettait des rayons "brisés" en plein ciel. Ces déclarations ont fortement intriguées les gendarmes chargés de l'enquête et, pourtant, une semblable observation de "rayons cassés" était faite quelque mois plus tard en Amérique du sud (Note de H. Clergot : il s'agit du cas mentionné précédemment ayant eu lieu au Pérou en décembre 1966.). L'une accréditait l'autre pour les spécialistes, qui pourtant, ne voyaient pas très clair dans cette histoire de rayons lumineux aux cheminements angulaires.

Ceux qui avaient appris que la lumière se déplace toujours en ligne droite dans un même élément, commençaient à douter des axiomes et la soucoupe à "regarder dans les coins" n'allait pas tarder à faire beaucoup de bruit.

Deux phares dans la nuit
Tout a commencé le 19 juillet 1966, vers 3h 40 minutes du matin.
René Hebre, André Bouchaud et Henriette Guillaume venant de la Martre rejoignaient Draguignan par la N 555. Ils étaient précédés d'une voiture conduite par Georges M.
La nuit était claire, René Hebre venait de franchir les gorges des Frayères et le hameau de Rebouillon quand, brusquement, Bouchaud lui dit : "Arrête-toi il y a une soucoupe volante".
Croyant que son camarade plaisantait il n'a pas obtempéré, mais finalement, sur son insistance, il a stoppé son véhicule.
"C'est alors, déclare-t-il, que je vis légèrement au-dessus de nous la leur de deux gros phares, ils se déplaçaient rapidement dans notre sens de marche. J'ai remis la voiture en route et au cours de la descente nous apercevions les lueurs qui étaient dissimulées quelques fois par les arbres".
"Parvenu peu avant une carrière, alors que j'abordais un virage, j'ai brusquement aperçu dans la nuit un engin bizarre qui était stabilisé au-dessus de nous à une distance de 2 ou 300 mètres.
A ce moment là, mon poste autoradio (sélectionné sur les ondes courtes qui diffusent des programmes toute la nuit) a brusquement cessé toute émission.
J'ai éteint les lumières de ma voiture et me suis arrêté. J'ai regardé mon bracelet-montre, il était 3 h 45. En descendant du véhicule j'ai aperçu une masse ovoïde aplatie sur ses deux faces, grosse comme deux voitures.
L'une des extrémités de l'engin comportait un genre de tige étroite et de faible longueur qui était éclairée.".
Il se deplaçait sans bruit et a projeté ses faisceaux vers le sol
"Je distinguais également sur l'engin quatre hublots. Il semblait tourner sur lui-même et se déplaçait sans bruit. A un moment donné il a perdu de l'altitude ; il est descendu à une vingtaine de mètres de nous.
C'est alors que, soudain, plusieurs faisceaux lumineux se sont allumés à la base de l'appareil et ont brillamment éclairé le sol.
Ceux qui étaient situés à une des extrémités étaient brisés dans le ciel.
Après quelques minutes, les feux se sont éteints et l'engin a poursuivi sa route vers Draguignan. Ensuite, il obliqué vers la droite et est parti en direction de Lentier. Il a franchi la barre rocheuse et a disparu derrière la colline".
Voilà les faits. André Bouchaud et Henriette Guillaume firent séparément à la Gendarmerie les même témoignage insistant sur ces apparitions de faisceaux lumineux cassés. Tous trois fournirent les croquis des trois phases d'apparition (reproduits ici).

Mais, là, intervient un autre élément. Si les croquis en concordent pas dans le détail (ce qui est normal) il apparaît au cours de l'enquête que le M.O.C. (Mystérieux Objet Céleste) n'avait pas, quelques minutes auparavant, la même forme.
Georges M. qui est passé à cet endroit vers les 3 h 35 a aperçu lui aussi un objet bizarre dans la nuit :
"Je venais de passer le hameau de Rebouillon quand j'ai vu à ma droite et à environ 250 mètres dans le ciel un objet circulaire ressemblant à une boîte de camembert. Il devait avoir dix mètres de diamètre et était uniformément éclairé, il se déplaçait et n'émettait aucun bruit.".

Ce témoignage est important, car quelques jours plus tard, un berger M. Marius Gal venait déclarer à la Gendarmerie :
"Dans la nuit du 18 au 19 juillet je faisais paître mes moutons sur le plan d'Heisse, il devait être environ 22 h, j'ai soudain aperçu au-dessus d'un vallon un objet rond et brillant comme la lune. Ce n'était pas la lune car elle se lève dans une autre direction.
Cet engin était immobile à environ 300 mètres dans le ciel. Il était un peu ovale et ensuite est devenu sphérique, puis il a disparu sans bruit.".

Une nuit d'observation autour de Draguignan
Ce changement de forme dans le temps est bien connu des enquêteurs du groupement L.D.L.N. A partir de cet ensemble de témoignages il semble qu'un objet volant non déterminé ait fait un point fixe dans la nuit du 18 au 19 juillet dans la région dracénoise. La première apparition a eu lieu à 22 heures, la dernière à 3 h 50.
A l'issue de ce phénomène, M. Hebre a dû faire remplacer une pièce (le changeur de fréquence) à son poste auto-radio qui était pourtant neuf.
On notera, comme dans beaucoup de cas, que l'engin, après une observation très près du sol, est parti en direction du plateau de Valensole, qui semble être un secteur d'attirance pour les OVNI.
Il est à noter aussi que le départ de l'engin a été en partie conditionné par la manoeuvre de la voiture de M. Hebre qui a précisé : "Quand j'ai éteint les phares de ma voiture, l'objet qui était au-dessus de nous a fait de même, en éteignant ses faisceaux.".
Enfin les vérifications effectuées auprès de l'armée de l'air (E.A.L.A.T.) stationnée au Cannet-des-Maures, ont permis d'affirmer que cette nuit là il n'y avait aucun vol d'appareils militaires dans la région de Châteaudouble-Rebouillon.
Le 21 juillet, soit deux jours après l'observation de la vallée de Rebouillon, un objet indéterminé présentant les mêmes caractéristiques et émettant des rayons "brisés" était vu par plusieurs personnes à l'ouest du Massif Central.

Le 22 du même mois un fait identique était signalé dans la région parisienne.

Nous en conclurons en précisant que les témoins sont des gens sérieux, dignes de foi, et que l'un d'eux, André Bouchaud n'était qu'au début de ses surprises…cinq ans plus tard il allait être témoin de faits encore plus troublants.

Nos photos :

L'objet (en reconstitué dans le ciel) tel qu'il fut aperçu dans la vallée de Rebouillon au-dessus de la "Gragegone".
André Bouchaud : "C'était une masse de la grosseur d'une voiture qui se déplaçait lentement sans bruit au-dessus de nous".
L'engin tel qu'il dessiné par les trois principaux témoins lors de l'enquête effectuée par la Gendarmerie. A gauche vues de haut en bas les trois phases d'apparition d'après M. Hebre, au centre, les mêmes phases d'après André Bouchaud, à droite d'après Melle Annie Guillaume. Malgré quelques variations dans les détails, les principales lignes concordent.
FIN

Article publié dans la revue (en France) récente trimestrielle n° 13
« Beta Tauri », de l'Ami Ufologue Français Hervé Clergot :



« Beta Tauri » :

http://betatauri.ovni.info/

_______________________________________
brunehaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brunehaut
Analyste enquêteur
Analyste enquêteur
avatar



Féminin Age : 42
Nombre de messages : 1959
Inscription : 16/05/2009
Localisation : Soissons
Emploi : ****
Passions : ****
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?   Dim 28 Juin 2009, 18:20

LES OVNI INVISIBLES


Événement du 23 mai 1952, au dessus de la Péninsule du CAP,
Afrique du Sud


Références : Antonio Ribéra "Les 12 mystérieux triangles de la mort, des Bermudes au Japon", éd. De Vecchi, 1978, page 231.
Citation : " …Ce jour-là, les autorités militaires signalèrent à six reprises le passage, au dessus de la Péninsule du CAP, d’un "objet" mystérieux qui volait à 2.045 km /h à une altitude variant entre 1.500 et 4.000 mètres.
Cet engin, repéré au radar par deux officiers, N’ÉTAIT PAS VISIBLE DANS LE CIEL. Donc le radar a enregistré le passage d’une MASSE INVISIBLE !… Dans cette région du globe il y a eu de nombreux "atterrissages" d’OVNI… " Fin de citation.


Autre affaire, en CORSE, très certainement vers les années 1965

Références : Jean-Charles Fumoux "Preuves scientifiques, OVNI l’isocélie", éd. France-Loisirs, 1982.
L’auteur était ancien officier de l’Armée de l’Air Française
Voici l’expérience vécue par l’un de ses collègues, pilote lui aussi, telle qu’il la raconta.
Citation, pages 60 et 61 : " Depuis peu de temps, il était devenu Chef de Patrouille sur Mirage 3. Il avait décollé de Caritat pour effectuer une mission de reconnaissance. Le point d’interception était fixé près de Solenzara, en Corse. Guidés par le contrôle au sol, lui et son second sont arrivés dans le 160 de "Zara" pour 8 nautiques (15 km environ), 1.000 pieds plus bas (300 m environ). Ils n’avaient rien sur leur radar de bord. Puis, un spot apparut. Après avoir mis la p.c., il leur fallut quelques secondes pour arriver à plots confondus. Ils étaient donc très prés de leur "Target". Mais ils n’avaient AUCUN CONTACT VISUEL ; le ciel était absolument VIDE ! Le contrôle leur annonça alors une descente rapide de la cible, de l’ordre de 3.000 pieds par minute. Eux aussi ont amorcé la descente, en se mettant sur le dos, pour mieux tenter de l’apercevoir. RIEN N’ÉTAIT VISIBLE. Le radar de site leur annonçait constamment la différence d’altitude entre la cible et eux. Cette dernière descendait bougrement vite, leur prenant 2.000, puis 3.000 pieds, en quelques dizaines de secondes. Ils arrivaient au ras des vagues et allaient devoir rétablir quand, soudain, ILS ONT VU LA MER S’OUVRIR. Oui, tout se passa, m’a-t-il dit, COMME SI UNE ÉNORME LENTILLE DE VERRE, DE 50 MÈTRES DE DIAMÈTRE ENVIRON, TOMBAIT DU CIEL ET S’ENFONÇAIT DANS LA MER ! Après avoir rétabli, quelques instants plus tard, ils sont repassés à la verticale de l’endroit où la "Lentille" avait disparu. À l’endroit où était entrée cette "Chose", la mer était d’huile et formait un cercle parfait. Tout autour, des vagues de cinq à six mètres s’étaient formées. Ils sont repassés ainsi trois fois de suite à la verticale du point, jusqu’à ce que tout soit redevenu normal.
Eux aussi ont, bien entendu, établi un rapport qui suivit la voie normale…" Fin de citation.


Le cas du 13 mai 1967, sur le terrain d’atterrissage de Colorado-Springs, au Colorado, USA

Références : Major Donald E. Keyhoe "Les Étrangers de l’Espace", éd. France-Empire, 1975, pages 283 et 284.
Citation : " Pour l’État-Major, l’énigme était plus troublante encore. Les spécialistes militaires des radars étaient parvenus aux mêmes conclusions : un engin inconnu avait manoeuvré à grande vitesse, absolument INVISIBLE au-dessus de l’Aéroport. Les Étrangers de l’Espace étaient-ils arrivés à ce degré de Technicité leur permettant de RENDRE INVISIBLE UN VAISSEAU SPATIAL ?... "
L’expert de la commission Condon qui avait analysé ce cas " reconnaissait que c’était bien là le plus extraordinaire des cas révélés par radar, et il ne voyait aucune explication par un quelconque phénomène connu. " Fin de citation.


L’affaire de Dulce

Dulce est un petit village au coeur de la réserve indienne Apache Jicarilla, situé au nord du Nouveau-Mexique, aux USA.
Le matin du 13 juin 1976, découverte d’une vache étrangement mutilée à 16 km environ.
Voici ce qu’en dit Michel Granger dans son remarquable ouvrage "Le grand carnage", éd. Carrere, paru en 1986, p 181 : " Un enquêteur affirma qu’étant retourné seul, un jour, auprès de la carcasse, comme il s’en approchait, il vit "un grand objet noir glisser silencieusement au-dessus du sol et disparaître vers la forêt à toute vitesse".
Burgess et son équipe filmèrent abondamment le site de la mutilation ainsi que les empreintes. Or, sur deux photos du paysage environnant, apparurent au développement "deux choses rondes" qui ressemblaient étrangement à des traces d’émulsion. Burgess s’éleva contre cette possibilité.
Quand ces clichés furent montrés aux témoins d’apparition de ballons OVNI de Dulce, ceux-ci reconnurent les formes circulaires qu’ils avaient observées dans le ciel. De plus, un photographe professionnel de Durango, Colorado, à 80 km à vol d’oiseau de Dulce, prétendit avoir obtenu des images similaires au-dessus d’un grand incendie qui avait eu lieu dans la région.


Autre cas, celui de l’année 1977, en France, région de la Provence

Références : Livre de J. Vallée, "Confrontations", éd. Robert Laffont, 1991, page 141.
Cela s’était passé en plein jour et par beau temps.
Un certain JOSÉ (cousin du célèbre Maurice Masse) conduisait un tracteur, un diesel John Deere. Quand soudain le moteur s’arrêta. Le poste de radio à transistors qui marchait sur piles aussi. Au même moment, sur sa droite, il y eut un "tourbillon", une sorte de "vortex atmosphérique" Le Phénomène s’éloigna, et monta le long de la crête… Mais aucun objet aperçu !!!


http://ufoweb.free.fr/mace15.htm

_______________________________________
brunehaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Dossier: Où en sommes-nous en ufologie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Les dossiers ovni :: Création de dossiers, d'articles et recherches-