Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 Cassini : première carte globale de l’atmosphère de Titan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre.B
Equipe du forum
Equipe du forum
avatar



Masculin Age : 35
Nombre de messages : 4166
Inscription : 30/08/2008
Localisation : vendée,france
Emploi : electrotechnicien
Passions : lecture, musique, sciences et technologie,espace,photo
Règlement : Règlement

MessageSujet: Cassini : première carte globale de l’atmosphère de Titan   Sam 06 Juin 2009, 16:18

Cassini : première carte globale de l’atmosphère de Titan


L’étude de la climatologie de Titan, seul satellite du Système solaire à posséder une atmosphère dense, permettra de mieux comprendre comment fonctionne une atmosphère planétaire, y compris celle de la Terre.


La première carte globale de la couverture nuageuse de Titan vient d’être publiée dans Nature du 4 juin 2009 par des chercheurs des laboratoires AIM (CEA, INSU-CNRS, Université Paris Diderot) LPGN (INSU-CNRS, Université de Nantes), et GSMA (CNRS, Université de Reims), associés à l'équipe scientifique de l'instrument VIMS (Visual and Infrared Mapping Spectrometer) à bord de la mission Cassini-Huygens.

La sonde Cassini-Huygens lors de son insertion en orbite autour de Saturne (vue d'artiste). Source Nasa/Esa

Comme sur Terre, la météorologie de Titan se base sur un cycle composé de trois étapes essentielles : évaporation depuis les lacs sous l’effet de la chaleur, formation et circulation de masses nuageuses, et précipitations.

Comme la Terre aussi, Titan subit l’influence de saisons nettement marquées en raison de l’inclinaison de 27° de son axe de rotation. Mais les similitudes s’arrêtent là, car le rôle de l’eau y est joué par le méthane (et dans une moindre mesure par l’éthane), et l’année de Titan durant 29 ans, ce sont des saisons de 7 années terrestres qui rythment son existence.

Depuis l’arrivée en orbite de la sonde Cassini-Huygens autour de Saturne, Titan a été régulièrement survolée et scrutée au moyen de l’instrument VIMS (Visual and Infrared Mapping Spectrometer), qui a permis d’assurer le suivi de son atmosphère et de ses formations nuageuses depuis 2004 jusqu’à ce jour. Une analyse très détaillée a été effectuée sur la période 2004-2007, qui a permis de conformer le seul modèle climatique prédisant la distribution nuageuse de Titan, avec quelquefois quelques nuances.

Cartes nuageuses établies par VIMS durant la période juillet 2004 - décembre 2007. Les nuages se répartissent en trois zones bien distinctes, autour des deux régions polaires, et sur une bande centrée autour de la latitude 40°S. La carte de fond a été réalisée par l'instrument VIMS de Cassini. Crédit : Nasa/JPL/Université d'Arizona/Université de Nantes


Une climatologie presque terrestre, mais complexe


Si le schéma général d’évaporation-précipitation depuis les multiples lacs de méthane est bien confirmé, la circulation atmosphérique globale de Titan joue aussi un rôle primordial. Dans l’hémisphère correspondant à la saison d’été, les nuages se forment essentiellement à proximité du pôle, et autour des 40° de latitude, provoqués par le réchauffement du méthane liquide formant les lacs. Puis cet air chargé de méthane gazeux est entraîné par la circulation atmosphérique générale, conduisant à la formation de nuages de condensation à des latitudes et des altitudes bien déterminées.

L’hémisphère d’hiver se couvre aussi de formations nuageuses, mais d’une nature différente. La circulation d’air y est en effet descendante au-delà des 60° de latitude, et apporte de façon continue de l’éthane depuis les plus hautes altitudes. Celui-ci se condense et forme des nuages de plus basse altitude, au niveau des régions les plus froides.

Le lac Ontario sur Titan, vu par Cassini lors de son 38e survol en décembre 2007. Le méthane qui s’en évapore durant l’été contribue à la couverture nuageuse du satellite. Source Nasa/Esa

Les observations effectuées tout au long de la période 2004 à 2007 ont permis de confirmer ce modèle climatique, aussi bien sur la période d’hiver (alors hémisphère nord) que d’été (hémisphère sud). En revanche, si la répartition et la circulation des masses nuageuses sont à présent bien comprises, ce n’est pas le cas pour leur évolution dans le temps.

Les prédictions de l’évolution du climat liée au changement de saison pronostiquaient la disparition des nuages de l’hémisphère sud, soit entre le pôle et 40° de latitude, suite au basculement de saison autour de l’équinoxe, puis leur apparition dans l’hémisphère opposé. Selon les modèles, ces nuages auraient dû commencer à disparaître progressivement depuis 2005, à l’approche de la saison d’automne, plus froide et aride.

Or, les astronomes constatent que les nuages de l’hémisphère sud continuaient à apparaître de façon régulière au cours de l’année 2007, signe d’un été beaucoup plus tardif que prévu, anormalement chaud et humide. Du moins selon les prévisions.

Nuage imagé par VIMS le 26 mars 2007 lors d'un survol de Titan par Cassini (on observe encore l'activité nuageuse au pôle Sud alors que l'on s'attendrait à la voir disparaître). Crédit : Nasa/JPL/Université d’Arizona/Université de Nantes

La cause de ce qui pourrait être considéré comme un dérèglement climatique, mais qui n’est probablement qu’un processus naturel, n’est pas encore identifiée. Elle serait peut-être liée à une inertie du système climatique de Titan plus importante que prévu, elle-même provoquée par un sol restant chaud suffisamment longtemps pour continuer à évaporer le méthane des lacs alors que l’éclairement du Soleil se réduit.

Cassini, dont on espère qu’elle pourra rester opérationnelle jusqu’en 2017, poursuit ses observations. Les données transmises par l’instrument VIMS s’avéreront cruciales, car elles permettront de suivre dans le détail le processus de basculement des saisons sur Titan, qui est en train de se produire en ce moment même.

La connaissance de l’évolution de la couverture nuageuse de Titan au cours d’un changement saisonnier rapide permettra de mieux modéliser ce processus et d’obtenir une meilleure compréhension de la dynamique d’une atmosphère planétaire, et par comparaison, de celle de la Terre.

Source: Par Jean Etienne, Futura-Sciences
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cassini : première carte globale de l’atmosphère de Titan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La première carte globale complète de Mercure
» Cassini: Première carte topographique globale de Titan
» La première carte globale de Titan
» Première carte météo d’une naine brune
» Carte de Cassini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Rubriques Thématiques :: Thématiques Sciences :: Astronomie et Astrophysique-