Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous... Merci !!

Partagez | .
 

 Une découverte fondamentale: les nanobes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Une découverte fondamentale: les nanobes   Mer 26 Sep 2007, 16:03

Une découverte fondamentale: les nanobes, des "intra-terrestres"



Dernière mise à jour: 9/2/2007

Dans la quête des formes de vies les plus anciennes, nous sommes aidés par une découverte fondamentale qui est restée " très discrète" jusqu'à ce jour dans les journaux d'expression française: les nanobes. De quoi s'agit il? Tout simplement de micro-organismes de très petite taille, de l'ordre de la dizaine de nm seulement. Ce sont les plus petits êtres vivants non parasites connus. Leur découverte est très récente, effectuée par des géologues, et est loin d'être acceptée car ses nanobes implications peuvent se révéler à proprement parler révolutionnaires!


Ces organismes ont tout d'abord été identifiés dans des carbonates précipitant au niveau de sources thermales chaudes (Folk, 1992).
Observés sous la forme de filaments ou de sphéroïdes, leur nature biologique est alors seulement suspectée. Plusieurs auteurs (Folk, 1993, Pedone, 1996, Vasconcelos, 1997) identifient ensuite des structures semblables, interprétées comme étant les fossiles de formes de vies primitives, toujours associées fortement à des minéraux tels que les argiles, les sulfites, les silicates...

Ces "structures biomimétiques" semblent impliquées dans de nombreux processus de minéralisation. Elles ont été identifiées dans le sang (Akerman, 1993), au niveau des calculs rénaux (Kajander & Çiftçioglu, 1998), des plaques athéromatheuses (Kajander, 1998) et, probablement, dans la plaque dentaire. Cependant, leur étude, leur identification difficile et leur rôle exact dans les pathologies humaines sont à l'origine d'une polémique (voir Cisar & al., 2000).
En effet, les nanobes, identifiés au départ sur des critères purement morphologiques, voient leur statut biologique nié par des chercheurs les considérant comme des artefacts ou des formations d'origine strictement minérale (Harvey, 1997). Le découvreur des nanobes, le Pr Folk, signale qu'ils sont tellement nombreux dans certains échantillons de roches qu'il est fort possible que la biomasse des nanobes surpasse celle de toutes les espèces vivant à la surface du globe!

Le statut biologique des nanobes marque des points en 1998 grâce à une étude parue dans American mineralogist (Uwins P.J.R & al., 1998), décrivant des nanobes provenant de grès recueillis lors de forages pétrolier off shore à plus de 4000 m sous la surface océanique, soit à des températures d'environ 150°C et des pressions de 2000 atmosphères (ce qui donne une idée de la résistance de ces "organismes)!. L'étude du Pr. Uwins montre:

- morphologiquement, une structure se rapprochant de celles d'un mycélium, avec des spores et des nodosités pouvant être des sites de reproduction.
- une composition chimique à base de carbone, d'azote et d'oxygène, excluant une origine purement minérale.
- une réaction positive avec trois marqueurs différents de l'ADN
- une ultrastructure laissant entrevoir une paroi amorphe, minérale, un cytoplasme et une région plus foncée correspondant à du matériel génétique (vu la taille de ces organismes, même le microscope électronique ne donne pas beaucoup de détails!).
Ci dessus, nanobes sur un échantillon de grès. Photo P. Uwins, Queensland university.
ll s'agit donc très probablement de micro-organismes inconnus jusqu'à ce jour... Le milieu scientifique Français est, à propos de cette découverte, d'un silence éloquent... (La seule trace que j'ai trouvée est un entrefilet d'une quinzaine de ligne dans le n° 251 de Pour la Science, p 17, concernant la possible origine infectieuse des calculs rénaux, ainsi qu'un bref article dans Science & vie de janvier 2000 - j'ai donc écrit un article à ce sujet dans la revue Effervescience: Les nanobes : des organismes vivants en deça du micron. R.Raynal - Effervescience 20, Oct. 2001, 4-8).

Pourquoi cette discrétion? Tout simplement parce que les nanobes sont trop petits pour contenir la machinerie moléculaire assurant la vie des bactéries. leur biochimie dit donc être considérablement différente de celle des autres organismes que nous connaissons, ce que nombre de scientifiques ne considèrent pas (contre les faits expérimentaux!) comme étant possible. Un autre élément explique peut être ce silence gêné: les structures découvertes par Mc Kay sur la météorite ALH ont été considérées comme non probantes à cause, entre autres, de leur taille insuffisante... Si l'on ajoute que des formations évoquant des nanobes fossilisés ont été identifiés dans les météorites ALH (Folk, 1997), d'Allende, de Murchison (Folk, 1998 ) et de Tataouine (Gillet, 2000, nuançé par Benzerrara, 2003, qui y voit des cristaux de calcites inhabituels), on est en présence d' un faisceau d'indices convergents visant à établir l'existence de formes de vies primitives, liées aux minéraux, et probablement répandues dans tout le système solaire.

Afin d'obtenir davantage d'informations, j'ai pris contact avec le Pr. Uwins, une scientifique aussi charmante qu'aimable. Avec son accord, voici la traduction du résumé de sa publication de 1998:

"Nous annonçons dans cet article la découverte de colonies de nano-organismes (nanobes) vivants dans des grès du Trias, du Jurassique ainsi que dans d'autres milieux. Les nanobes ont une structure cellulaire étonnamment similaire, morphologiquement, a celle des actinomycétes et des champignons (spores, filaments et corps reproducteurs) si ce n'est qu'ils sont d'un diamètre au moins dix fois inférieur (20 nm au lieu d'1 µm). Les nanobes ne sont pas des structures cristallines, minérales et sont composés de carbone, d'oxygène et d'azote. Des coupes ultrafines de nanobes montrent l'existence d'une couche extérieure ou d'une membrane pouvant être identifiée à une paroi cellulaire. Celle ci entoure une région opaque aux électrons correspondant à un cytoplasme et une petit région centrale dense qui pourrait représenter une zone nucléaire. Les nanobes montrent une réaction positive vis à vis de trois colorants de l'ADN (4',6 diamidino-2 phenylindole (DAPI), orange d'acridine et Feulgen), ce qui suggère fortement que les nanobes contiennent de l'ADN.
Les nanobes sont capable de contaminer différents milieux et se développent dans des conditions aérobies, à la pression atmosphérique et à température ambiante. Bien que présentant une morphologie différente, les nanobes sont dans la même gamme de dimension que les nanobactéries fossiles controversées décrites par d'autres dans de nombreuses roches ainsi que dans la météorite martienne ALH 84001.


Ultérieurement, le Pr. Uwins a bien voulu me tenir au courant de ses recherches actuelles, en voie de publication. Je peut donc (" en exclusivité ! ") vous réveler que la nature biologique des nanobes se confirme. Bien que la préparation de ces organismes très résistant et hydrophobe pour la microscopie électronique à transmission soit très ardue, l'équipe du Pr. Ewins a obtenu, en améliorant ses techniques, les résultats suivants:

- les nanobes ont une paroi très résistante de structure voisine de celle des bactéries Gram + , doublée d'une membrane plasmique
- les nanobes ont une zone nucléaire contenant un matériel nucléaire, dur (en parti minéral? Cela expliquerai bien des choses...), divisé en lobes
- des acides nucléiques sont bel et bien présents dans les nanobes, mais leur séquencage demande, du fait de l'extrême résistance des nanobes, la mise au point de protocoles nouveaux. Une grande quantité de ces organismes a pu être obtenue par culture, ce qui permettra de disposer d'assez de matériel pour séquencer les acides nucléiques.

Outre les équipes de Folk et d'Uwins, d'autres scientifiques a travers le monde commencent à étudier sérieusement les nanobes:

- Une équipe de l'université d'Ulm (Sommer & al., 2002) à apporté un nouvel argument en faveur de la nature biologique des nanobes en étudiant leur réaction à la lumière: bien que la "carapace" d'apatite qui entoure ces structures soit seulement translucide, ils ont soumis des cultures de nanobes à diverses sources de lumière, polarisées ou non. Ils ont observé que la lumière blanche polarisée accélérait la croissance et la réplication des nanobes, comme si elle constituait pour ces "organismes" une source d'énergie (les sources lumineuses utilisées ne produisaient pas de chaleur susceptible de fausser les résultats). Certains nanobes seraient ils phototrophes ? Quel serait l'interêt d'une telle capacité métabolique alors qu'ils vivent des les profondeurs du sous-sol?

- Dès 2000, Philippe Gillet, de l'ENS de Lyon, a réussit en collaboration avec des microbiologistes du CEA à cultiver des micro-organismes nanométriques à l'origine terrestre reconnue.

- En Mai 2004, l'équipe du Dr J. Lieske (Miller & al., 2004), de la Mayo clinic, a obtenu (à la suite des résultats controversés obtenus par Kajander & Ciftcioglu à l'université Finlandaise de Kuopio) des cultures de nanobactéries isolées à partir de tissus humain minéralisés, comme par exemple des artères calcifiées (après athérosclérose) où des valves cardiaques défectueuses. Cette équipe à mis en évidence:
- une autoreproduction des particules isolées à partir de ces tissus, stérilisés préalablement par ultrafiltration.
- leur identification possible par réaction antigène-anticorps, avec un anticorps fournit par une autre équipe et ne se fixant que sur les tissus malades.
- leur coloration spécifique par des marqueurs d'acides nucléique
- l'absorption d'uridine, un des acides nucléiques de l'ARN, pendant la croissance des nanobes, à des taux plus élevés que ceux résultant d'une simple fixation sur un support minéral comme l'apatite par exemple.

De nombreuses critiques portent sur la non identification d'ADN dans les nanobes. Si, comme je le suppose, les nanobes sont les descendants des toutes premières formes de vie, alors il est possible qu'ils n'utilisent pas d'ADN mais un simple précurseur de l'ARN adsorbé sur support minéral (cf "théorie synthétique de l'origine de la vie"). En tout état de cause, il semble bien qu'une nouvelle forme de vie, aussi minuscule qu'énigmatique, ait bien été découverte dans les dernières années du vingtième siécle...


-
Le 22 décembre 2006, une équipe de l'université de Berkeley publie dans Science un article (Baker & al., 2006) dans lequel ils annoncent la découverte d'une lignée d'archéobactéries isolée dans une Mine de Richmond (Californie) parmi des biofilms se développant à des pH variant entre 0,5 et 1,5 (et ensuite, certains seront persuadé qu'un "milieu habitable" doit obligatoirement avoir un pH voisin de 7!). Ces micro-organismes ont été caractérisé à partie de la ARN ribosomal (ce qui confirme pour moi, le rôle primordial des ribosomes en tant que fossiles de premières formes de vie). Leur taille est inférieure à 0,45 µm et leur volume est voisin de 0,006 µm3 (bien que pour les éléments les plus petits, circulaires, la présence d'ADN ne soit pas encore établie) . Observée en microscopie électronique (voir photos ci contre, avec l'aimable autorisation de J. Bansfield, de l'Université de Berkeley), les cellules se révèlent de formes variées, avec de curieuses expansions membranaires (qui les font ressembler, superficiellement à des acritarches). Leur nature biologique ne fait aucun doute alors que certains de ces organismes ont un diamètre de 50 nm
seulement. Ces formes de vies doivent posséder, vu leur taille, un métabolisme dont nous n'avons pas idée.


http://www.exobiologie.info/extraterrestre/page16/page16.html

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
 

Une découverte fondamentale: les nanobes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Etrange découverte à Paimpont
» Kaguya : découverte de la première "caverne" lunaire
» Parcours de Découverte des Formations et des Métiers
» Jérusalem : Découverte d'une inscription mystérieuse...
» découverte d'une grotte sépulcrale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Rubriques Thématiques :: Thématiques Sciences :: Recherche de la vie extraterrestre (exobiologie)-