Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous... Merci !!

Partagez | .
 

 vague scandinave 1946

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude.T
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 47
Nombre de messages : 582
Inscription : 15/08/2007
Localisation : dunkerque
Emploi : ..........
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

MessageSujet: vague scandinave 1946   Dim 25 Jan 2009, 21:29

cvwdfb En mai 1946, l'industriel suédois Gosta Carlsson confiait son observation étonnante au journaliste Eugen Semitjov, survenue dans les faubourgs d'Angelholm, non loin de Malmo, dans le sud de la Suède.


"C'était un soir de mai 1946. J'étais sorti pour essayer de trouver du pollen pour mes abeilles, et j'avais pris une lampe de poche car l'obscurité était déjà bien installée.

fssds Soudain je vis une lueur entre les arbres: j'ai alors pensé que quelqu'un venait d'allumer un feu. Mais quand je vis que cette lumière avançer en direction d'une petite clairière, j'ai changé d'avis. Je me suis alors dirigé dans sa direction et arrivé à la lisière de cet espace libre, je vis comme un objet en forme de disque surmonté d'une coupole et posé sur le sol. Sur le dôme, il y avait des sortes de fenêtres ovales et tout au-dessus, était planté une sorte de périscope, comme pour un sous-marin. Sous le disque, on distinguait une grosse " nageoire " oblongue qui s'étendait du centre vers l'extérieur de cette partie latérale. Deux pieds d'atterrissage étaient également visibles, et d'une porte située à coté de l'aile en forme de nageoire, une échelle descendait vers le sol.

L'objet avait approximativement 16 m. de diamètre pour une hauteur maximale de 4 m. Sur le pourtour du disque il y avait une série d'ouvertures, comme des tuyères, et d'ailleurs, lors du départ de l'objet, il en sortit des jets de gaz ou de vapeur qui brûlèrent le gazon.

La lumière qui avait attirée mon attention se trouvait sur l'espèce de mât que j'assimilai à un périscope. Cette tige avait une longueur de 5m. et de son sommet partaient trois antennes. Plus bas, c'est une sorte d'abat-jour qui y était suspendue. C'est de là que sortait cette lueur qui semblait en pulsation, d'une teinte pourpre assez curieuse, et qui éclairait non seulement l'objet, mais aussi un à deux mètres tout autour.


Sur le sol, hors de cette zone éclairée, un homme revêtu d'une combinaison collante blanche se tenait debout. On aurait dit qu'il gardait l'engin, car m'ayant repéré il pointa sa main en ma direction : j'étais à moins de 10 m. de lui et je me suis arrêté net.


L'homme avait ma taille, mais il était beaucoup plus mince que moi. Je vis qu'il y avait d'autres personnes aux abords de l'objet, mais ce qui était étrange, c'est qu 'elles ne disaient pas un mot. Il y en avaient trois qui travaillaient à un des hublots, et deux autres qui se tenaient sur le coté de l'appareil. Je vis également trois femmes. Au total, j'ai ainsi repéré la présence de onze personnes. Ils avaient tous des bottes et des gants noirs, une ceinture de la même couleur autour de la taille et un casque transparents sur la tête.


Les femmes avaient les cheveux cendrés, mais je ne pus voir la teinte de ceux des hommes car ils portaient une sorte de bonnet sombre. Leur peau était brunâtre, comme bronzée par le soleil. Je me suis encore avancé de quelques pas, mais le garde m'a de nouveau arrêté d'un geste de la main. alien


Ce personnage portait une boite noire suspendue par une chaîne autour du cou: on aurait dit un ancien appareil photographique. Il tourna cet appareil dans ma direction et j'ai alors pensé qu'il voulait prendre un cliché de moi ; mais il ne s'est rien passé sinon que j'ai entendu comme un déclic dans ma lampe de poche.


Celle-ci ne fonctionna plus par après, mais cela n'est peut-être qu'une pure coïncidence : rentrant chez moi, j'ai constaté que les piles - bien que neuves - étaient complètement déchargées... Une des femmes sortit de la cabine de l'objet en tenant quelque chose à la main. Elle s'approcha de la limite de la zone éclairée et, au travers de cette sorte de rideau lumineux, elle lança l'objet qu'elle tenait : au même moment elle poussa un rire..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude.T
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 47
Nombre de messages : 582
Inscription : 15/08/2007
Localisation : dunkerque
Emploi : ..........
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: vague scandinave 1946   Dim 25 Jan 2009, 21:37

:é'é('é:

Après ce dernier épisode Carlsson quitta les lieux pour n'y revenir que une demie heure après. Il constata une forte odeur d'ozone et observa peu avant d'arriver à la clairière une intense lumière rougeoyante. Dans un bruit plaintif, le témoin vit le disque s'élever dans les airs et dans un vacillement à environ 500 m. d'altitude, l'objet accéléra brutalement en dégageant la même lumière rouge.


Cette observation préfigurait une des vagues d'ovnis contemporaines parmi les plus énigmatiques. Par la suite en effet et durant cette année 1946, de nombreux cas allaient être signalés dans les pays scandinaves, rentrant dans la postérité sous le nom de " Ghost Rockets " ou "fuséesfantômes "


h,; Le 8 juillet 1946 à Vuoremijoki en Norvège, un témoin entend deux fortes détonations un peu avant minuit et de derrière une colline nommée Kivitunturi, suivi d'un bruit étouffé semblable à celui d'un fer à souder. Un nuage de vapeur se dégage alors, " semblant être une vapeur surchauffée ".


De ce nuage, émergea un objet semblable à une fusée s'élevant dans les airs à un angle de 30 à 40° en direction du sud-ouest. Les témoins observèrent ce phénomène à une distance comprise entre 5 et 8 km. La longueur de la fusée fut estimée entre 10 et 15 mètres, proportion qui sera celle de nombreuses autres observations. La visibilité était très bonne, le soleil s'étant levé.


Les journaux suédois rapportent massivement, l'observation à Stavanger, le 13 juillet 1946, d'un objet lumineux de couleur jaune-rouge se rapprochant, en provenance du sud-est. Il fut décrit comme une fusée, volant en haute altitude à grande vitesse. Il disparut en direction du nord-ouest, en ayant tout du long conservé son altitude.


Le 18 juillet 1946, entre 12h00 et 12h30, plusieurs témoins d'une famille de fermiers, celle de Sigvart Skaug ainsi que les deux frères Nils & Gustav Tosterud, observent deux objets ressemblant à des V-1, arrivant de l'ouest à basse altitude - environ 50 m. - , et fait plus intriguant, à une vitesse jugée manifestement comme très lente.


Les deux objets volaient si bas dans le ciel qu'ils frôlaient la cime des arbres. Ils avaient la forme d'une fusée d'une longueur avoisinant les 2 m.50 et portaient deux ailes d'une envergure totale de 2 m. Lesdites ailes, qui semblaient se déplacer imperceptiblement, étaient disposées latéralement à l'avant de la fusée, à environ un mètre du nez de l'objet.


L'avant et l'arrière de la fusée semblaient être faits d' un métal brillant mais le reste de la fusée était de couleur sombre.


Les fusées, dépourvues de lumières volaient l'une à la suite de l'autre dans le même sillage. Enfin, les deux ovnis tombèrent dans le lac Mjosa à 2 km. de la plage ouest et à 7 km. De Minnesund, soulevant une gerbe d'eau haute de plusieurs mètres, sans qu'aucun bruit d'explosion ne se fasse entendre.


Le jours suivant l'épisode du lac Mjosa, aux abords du Lac Kolmjârv en Suède, Knut Lindback observera un phénomène en tout point semblable, chutant dans l'eau, sans que le fond vaseux du lac ne permit une quelconque recherche.


fdh Le 8 août de la même année, le " Daily Graphic " de Stockholm, annonçait que des " bombes boomerang " avaient survolé l'espace aérien suédois en direction du Nord, pour le sillonner une nouvelle fois de part en part, en direction du sud. Aucune n'avait pu être identifiée comme ayant chutée sur le sol national.


La dernière observation de cette vague scandinave semble être celle survenue en Norvège au gardien de nuit de Bjornebekk Kursted le 7 octobre 1946 à 00h10, lorsque celui-ci remarqua un objet lumineux arrivant du nord-ouest. Il avait la forme d'un cylindre, se déplaçant à une altitude estimée à 1 km., à une vitesse jugée plus rapide que celle d'un avion.


A l'arrière de la fusée, des flammes étaient visibles tandis que le nez conique de l'engin, semblait luminescent. L'ovni fut visible durant une minute avant de tomber au sol et de disparaître de la vue du témoin, sans qu'aucun bruit d'explosion ne se fit, là aussi, entendre.


Ces épisodes marquent bien la contradiction de cette vague scandinave, que certaines caractéristiques rendent ardue à appréhender tandis que certaines autres accréditent une thèse " normative ".


Comme en témoigne cette article du journal " L'Aurore ", l'opinion la plus répandue était que les objets observés étaient une arme soviétique. Une telle ostentation concernant des appareils prototypes secrets apparaît aujourd'hui fortement improbable, l'U.R.S.S. étant vraisemblablement technologiquernent incapable de telles réalisations en 1946 - les premières fusées opérationnelles étant les V2 allemandes -, voire aberrante si tel avait été le cas, puisque les caractéristiques de vol de ces engins secrets auraient ainsi été exposées à toute une population civile et militaire, sans qu'aucun bénéfice n'en soit retiré pour la nation détentrice d'un tel instrument, ce qui est d'autant plus douteux, dans le contexte menaçant d'affrontement des deux blocs occidental et soviétique du sortir de la 2ème guerre mondiale.


" Plus de cinq cent fusées auraient été vues au-dessus de la Suède depuis le début de Juin. Selon les témoins, ces projectiles ressemblent à des avions à réaction mais ils font beaucoup moins de bruit qu'eux...


Ces fusées suivent diverses trajectoires, ce qui fait penser qu'elles sont peut-être téléguidées. Il a malheureusement été impossible de retrouver le moindre de ces V1, la plupart s'étant écrasés dans les lacs... ".



Dans " L'Etoile " du 8 aout 1946, le général Nils Alhgen, commandant la défense aérienne de la Suède, déclarait que " la plupart des phénomènes pourraient s'expliquer par des données naturelles, les témoins devant rapporter soigneusement leurs observations, sans pour cela tomber dans la psychose à la bombe volante ". Le général Alhgen reconnaissait dans un communiqué du 6 août 1946 que les " fusées-fantômes "volaient à basse altitude, manoeuvrant en demi-cercles et venant apparemment du Sud.





fbqdfd Un article du " Figaro " de l'époque, constitue une bonne synthèse de la vague scandinave de 1946:


"Plus de deux mille " fusées-fantômes " ont été observées durant ces derniers mois au-dessus de la Suède. Notre confrère anglais, le Daily Mail, y a dépêché un des ses reporters, Alexander Clifford, pour mener une enquête sur cette affaire. Nous reproduisons ici l'essentiel de ses conclusions. Selon un message envoyé de Stockholm par le reporter britannique, il semble bien que les scientifiques soient plutôt embarrassés par le phénomène ; dans certains milieux, on l'attribuerait même à une hallucination collective.


D'autres pensent plutôt qu'il s'agit de météores ou de ballons lumineux utilisés dans des expériences météorologiques Ils sont en tout cas l'objet de plaisanteries sur les scènes de music-halls, mais les états-majors suédois et danois prennent la chose au sérieux.


M. Clifford rapporte que la majeure partie de ces deux mille ballons lumineux ont été observés par des témoins dignes de foi. Voici les faits, dit-il, sur lesquels ils sont d'accord:


1 - Les projectiles ont la forme de cigares.


2 - Des flammes sont projetées à l'arrière ; leur couleur est orange mais certaines personnes les ont vues vertes.


3 - Ils se déplacent à une altitude comprise entre 300 et 1000 mètres.


4 - Leur vitesse est comparable à celle d'un avion, parfois plus lente.


5 - Ils ne font aucun bruit, sauf parfois un sifflement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude.T
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 47
Nombre de messages : 582
Inscription : 15/08/2007
Localisation : dunkerque
Emploi : ..........
Passions : ufologie
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: vague scandinave 1946   Dim 25 Jan 2009, 21:58



Personne n'a mentionné la présence d'ailes, mais plusieurs témoins ont rapporté avoir vu comme des nageoires. Et c'est là que les scientifiques affirment que c'est impossible: aucun projectile sans ailes ne pourrait voler aussi lentement et aussi silencieusement. M. Clifford ajoute que, durant une certaine période, ces bombes volantes semblaient voyager du sud-est vers le nord-ouest...



Le plus récent rapport vient du Danemark. Une chose étonnante est qu'aucune trace physique du phénomène n'a été retrouvée. Là où des explosions avaient eu lieu, des recherches et des fouilles ont été faites mais elles n'ont conduit à aucun résultat ".





La thèse de Clifford était que ces ovnis correspondaient à des essais de fusées soviétiques certainement lancés de Peenemunde, dans le Golfe de Poméranie, sur la mer Baltique. Cependant, quelques considérations nous incitent à la prudence. L'absence de bruit constatée unanimement par les témoins du phénomène, l'apparente excellence du guidage de ces fusées - celles-ci évoluant parfois à basse altitude -, et l'énigmatique nageoire dont on sait que cet élément sera présent dans nombre d'observations d'ovnis de type cigaroïde, posent question.


Les caractéristiques du phénomène scandinave, mélange d'ostentation et de complète furtivité, tout comme l'absence de traces physiques constatées ou bien le fait qu'aucun de ces objets ne fut intercepté ou recueilli, renvoie à des traits qui furent observés dans des vagues d'ovnis au schéma similaire et que nous avons précédemment évoqué.



Leurre dissimulant une sorte de sonde de nature extraterrestre ou fruit de la technologie soviétique ? La présence, en d'autres points du globe et ultérieurement, d'observations en tout point concordantes à celles scandinaves, ne permet pas de trancher la question fermement, celle-ci n'ayant pas été résolue à l'époque par les autorités militaires, comme les médias d'investigation.





Un article de la " Gazette de Lausanne " du 14 août 1946 se fait écho de cette incertitude:


"Stockholm, 13 août.
Selon certains renseignements provenant de Berlin, les Russes auraient découvert dans leur zone d'occupation en Allemagne, une nouvelle arme du type " V " que les Allemands n'auraient pas eu le temps de mettre au point avant la fin de la guerre. Les ingénieurs russes auraient repris les expériences, avec la collaboration de spécialistes allemands dont plusieurs avaient travaillé, auparavant pour la Wehrmacht.


On peut faire un rapprochement entre ces faits et les informations provenant de Stockholm signalant presque quotidiennement le passage de projectiles mystérieux dans le ciel suédois. Les milieux officiels suédois se refusent à donner la moindre indication sur la provenance de ces projectiles, mais on pense qu'ils sont lancés de la côte allemande de la Baltique. On croit savoir en effet, que les expériences entreprises par les Russes avec les armes " V " se déroulent principalement dans la région de Penemunde.


Des personnalités militaires suédoises ont déclaré " qu'une puissance se sert du territoire suédois comme zone d'essai pour des expériences sur des fusées dirigées à distance ". Toutes les informations parlent de grosses fusées diffusant une lumière bleue aveuglante.


Les autorités militaires suédoises ont constaté que certains de ces projectiles parcouraient plus de 1000 kilomètres au-dessus de la Suède ".






En réalité, le terrain d'action de ces fusées semble bien supérieur aux possibilités de l'époque. En effet, les fusées-fantômes se signalent une nouvelle fois et successivement en Grèce, au Portugal et en Belgique.


Dans la nuit du 1er septembre 1946, des unités militaires britanniques les observent dans le ciel grec. Les autorités de l'ambassade britannique remirent un rapport à L'A.F.P.(Agence France-Presse), faisant état de 13 rapports signalant ces ovnis à une altitude comprise entre 500 mètres et 10 kilomètres, survolant certaines villes de Macédoine et de Salonique.


Au cours d'une interview donnée à Radio-Athènes le 24 février 1967, le professeur Paul Santorini, spécialiste en guidage de missiles, et ayant officié jusqu'en 1965 au laboratoire de physique expérimentale de l'Institut polytechnique d'Athènes, déclara avoir été chargé d'élucider ces observations de Macédoine et de Salonique:


" Nous avons rapidement établi qu'il ne s'agissait pas de missiles. Cependant, avant que nous puissions en savoir plus, l'armée, après avoir conféré avec des officiels étrangers, nous donna l'ordre d'interrompre nos investigations. Des scientifiques étrangers vinrent en Grèce par avion afin d'avoir avec moi des entretiens secrets ".


Cet épisode démontre avant Roswell et la vague américaine de 1947, la forte implication du secret militaire et de certaines agences gouvernementales, au premier rang desquels celles des Etats-Unis, qui s'intéressaient de très près à la question ovni et menaient une politique de secret, autant vraisemblablement, du fait de leur déficit d'explications du phénomène, que pour en préserver par avance les éventuels débouchés et atténuer toute répercussion fâcheuse du phénomène.


Le 12 septembre 1946, un journal hollandais décrit une observation massive de ces fusées dans la province de Twente, aux Pays-Bas, deux jours auparavant:


" La fusée passant dans notre firmament a pu être observée par la population d'Hengelo, Almelo et Enschede, concerne probablement un essai de V-6, modèle amélioré (par les américains) du V-2 ".


La vitesse de l'objet fut estimée à près de 12800 km/h., l'ovni volant silencieusement à une haute altitude estimée à 21 km.


Puis, les fusées-fantômes se déplacent au Portugal, dans la semaine du 14 au 21 septembre, où elles sont aperçues, le 14 près d'Alemtejo, à 100 km. au sud-est de Lisbonne, le 16 dans le ciel de Porto et de Douro où leurs formes cigaroides est mentionnée, et le 18 septembre où deux ovnis se déplaçaient en direction du sud, se présentant comme deux sphères de couleur verte se déplaçant en silence.


A la fin du mois de septembre, ces ovnis devaient se signaler en Belgique, où le ministère de la Défense devait fournir cette explication qui prête à rire et trahit bien la sémantique habituelle utilisée dans le traitement de la question ovni par les gouvernements :


" Ces phénomènes apparemment étonnants ne sont rien d'autre que des fusées éclairantes abandonnées par les Alliés après la guerre et tirées par des enfants. "


Tout semble indiquer que cette vague scandinave, si elle fut dénigrée ou expliquée comme émanant d'essais secrets soviétiques, fut largement prise au sérieux par les états-majors alliés qui avaient parfaitement saisi la dangerosité potentielle et les incohérences du phénomène observé.


Dès le 11 juillet 1946, l'ambassade américaine en Suède fait parvenir une note au département d'Etat qui a été récemment déclassifiée.


" Depuis plusieurs semaines, de nombreux rapports font état d'étranges missiles ressemblant à des fusées, observés dans les cieux de la Suède et de la Finlande... des membres de la légation en ont vu un mardi après-midi.


L'un de ces objets s'est posé sur la plage près de Stockholm ce même après-midi sans causer de dommages, et des fragments, à en croire la presse, sont étudiés par les autorités militaires...


La nuit dernière, l'état-major a publié un communiqué donnant la liste des différents endroits où ces engins ont été observés et incitant le public à rédiger des rapports sur tout phénomène sonore ou lumineux sortant de l'ordinaire...


Notre attaché militaire poursuit ses investigations... Six unités de la flotte Atlantique sous le commandement de l'amiral Hewitt sont arrivés à Stockholm ce matin.


Si les missiles sont d'origine soviétique... leur but peut être politique, soit en rapport avec d'actuelles négociations monétaires... soit pour contrebalancer le prestige que nous retirons de nos récents essais à Bikini ".



Les états-majors scandinaves sont donc fortement impliqués dans l'alerte suscitée par cette vague de fusées, ainsi que ceux alliés. Pour la première fois peut-être, une vague d'ovnis est constitutive de tensions à l'échelon civil, gouvernemental et donc international, ce qui plaide de façon générale pour l'étude du fait ovni, dans la mesure où celui-ci a de concrètes répercussions politiques, outre celles sociologiques et du point de vue des croyances qu'elle soulève naturellement.


Le New-York Times du 13 août 1946 rapporte que l'état-major suédois qualifie la situation d' " extrêmement dangereuse ". Deux généraux, américain et britannique, vont être dépêchés aux cotés du colonel C.R. Kempf, chef de la défense suédoise, les généraux James Doolittle expert en bombardement stratégique à longue distance et David Sarnhoff, spécialiste en combat aérien selon Greslé.


Cette mobilisation des autorités militaires va immanquablement correspondre à l'établissement d'une politique ferme de secret autour du phénomène, afin d'avoir l'exclusivité sur les éventuelles découvertes et pouvoir détenir les clefs de la communication sur le sujet afin de désamorcer les effets néfastes sur la sécurité intérieure du pays.


A ce sujet, un article du " Daily Telegraph " précise: " L'état-major général de Norvège vient de publier un mémorandum à la presse lui demandant de ne plus mentionner les apparitions de fusées au-dessus du territoire norvégien mais de transmettre tous les rapports qu'elle pourrait recevoir au Département du Renseignement du Haut Commandement...


En Suède, l'interdiction se limite aux mentions de lieux où les fusées ont été observées en train de se poser ou d'exploser ".


Le secret officiellement installé, aucune, conclusion formelle ne semble avoir déterminé la nature exacte de certaines des observations de la vague scandinave des fusées fantômes.Mais une fois encore, l'idée du leurre parait soutenable, et la forme de la fusée se prêtait particulièrement à cette hypothèse, en cette période préfigurant le plus grand conflit mondial de tous les temps.






http://thibautcanuti.wifeo.com/1946--la-grande-vague-scandinave.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: vague scandinave 1946   Lun 19 Juil 2010, 00:13

Des missiles comme en Norvège? Je trouve que l'on entend pas assez parlé de cette affaire.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
 

vague scandinave 1946

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Le phénomène Ovni (actualité et débat) :: Discussions et études d'affaires ufologiques-