Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous... Merci !!

Partagez | .
 

 Aurora avion secret mythe ou réalité?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Dim 18 Mai 2008, 15:56

Bonjour Cosmos et merci d'intervenir sur ce forum!
Votre contribution sur le thème "des avions anciens et nouveaux" en 2007 est parfaitement valide.
J'ai relevé une erreur d'un de vos contradicteurs: un plasma même "froid" c'est-à-dire dilué dans un gaz est conducteur de l'électricité (c'est d'ailleurs pourquoi il réagira à l'effet MHD). Or un conducteur électrique interfère avec les ondes radar en absorbe et... en réémet. Ce qui fait qu'un aéronef nappé par un plasma n'est PAS furtif.

Un autre contributeur a énoncé une contre-vérité:
La fusée A4 du national-socialiste déçu Werner von Braun, rebaptisée V2 par Goebbels et le ministère de la Propagande pour "arme de représailles 2" afin de remonter le moral en berne des Allemands à la fin de la guerre, n'a jamais atteint 15 000 km/h.

Voici ses caractéristiques données par Wikipédia:
* Hauteur : 14 m
* Poids au lancement : 13 000 kg
* Moteur-fusée à propergols liquides
o alcool méthylique (méthanol) (3 710 kg)
o oxygène liquide (4 900 kg)
* Autres fluides : eau oxygénée (130 kg) ; permanganate de sodium (16 kg) ; azote (15 kg)
* Poussée au décollage : 26 000 kg
* Temps de combustion : 65 s
* Vitesse maximale : 5 400 km/h
* Altitude maximale : 96 km
* Portée : 320 km
* Charge explosive : 738 kg avec le problème de l'échauffement lors du vol (jusqu'à 1 200 °C en surface)

On notera le très faible temps de propulsion, le reste du vol étant balistique comme pour un obus. L'imprécision de l'impact était tel (un rayon d'un km au moins) que l'intérêt tactique de la fusée était nul.

La nouveauté révolutionnaire de l'A4 était l'utilisation d'oxygène liquide en réservoir thermiquement super isolé. Elle sera reprise par von Braun travaillant pour les Américains après la guerre et par les Soviétiques qui auront capturé des collaborateurs et des prototypes intacts.
La deuxième étape-clé sera l'utilisation de l'hydrogène cryoliquide, beaucoup plus délicate à maîtriser.
la fusée Ariane utilise aussi ces techniques. Cependant les fusées à poudre sont toujours utilisées pour les charges nucléaires, évidemment
la vitesse maximale de l'A4 n'était pas à la hauteur de la conquête de l'espace: toutes les fusées capables de mettre en orbite un satellite autour de la terre doivent atteindre 28 000Km/h et toutes celles qui veulent quitter sa banlieue comme pour aller sur la lune par exemple doivent atteindre 40 000Km/h.
Revenir en haut Aller en bas
Cosmos
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 74
Nombre de messages : 1562
Inscription : 04/04/2007
Localisation : Sud/Ouest
Emploi : Techno aero/Science
Passions : Histoire Antique/ufologie de base
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Dim 18 Mai 2008, 17:51

:flower:

Merci Alain!! hreh

C'est surtout moi qui te remercie de ta précieuse présence.
Avoir ici l'aide d'une personne "compétente" en aero et sur un tel forum, est une aide précieuse.

J'ai aidé au début, notre Webmaster à construire certaines rubriques pour pouvoir structurer
une vraie recherche ufologique. Hélas, remettant trop souvent nos jeunes réveurs à leurs places,
je me suis attiré la vindicte de certains intervenants plus séduits
par tous les "gouroux" du web.:gj,dgh:

"La vraie recherche ufo est bien trop précieuse pour être confiée à des personnes sans expérience" (F.Einstein!) .gbnf n gbnf n gbnf n
................






Le mythe de la MHD a donc encore du chemin à parcourir avant d'être vraiment efficace.
L'avantage de notre respectable JPP, c'est surtout d'avoir expliqué comment pénétrer
notre atmosphére sans Bang sonique. Mais la source d'énergie à la base se devrait d'être précisée.

L'on peut trés bien comprendre la solution pour un S.M nucleaire.. Mais pour un aeronef,
la récupération d'énergie par anodes pariétales dans le flux, me semble un peu légére.
Les essais actuels aux US, réalisés par les labos financé par la DARPA, sont trés décevants.
En conclusion,tester un proto pour remplacer éventuellement le SR-71 a certainement été fait,
car il existe des réacteurs au méthane pour M 4,5. Mais le mur de la chaleur semble
encore être un bel obstacle.... (Voir X-43).

Je pense donc qu'a deux, il nous sera bien plus facile de faire passer une bonne info sur des bases solides.

Amicalement.


A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrid77
Ufologue/enquêteur
Ufologue/enquêteur
avatar



Féminin Age : 63
Nombre de messages : 1350
Inscription : 13/04/2008
Localisation : dammartin en goele
Emploi : Lecteur-Correcteur à domicile
Passions : Lecture, Ufologie
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Dim 18 Mai 2008, 20:57

Alain et Cosmos, merci de vos interventions.
Amitiées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesmotsetlaplume.e-monsite.com/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: L'aurora mythe ou réalité?   Mar 18 Nov 2008, 14:54

L'aurora mythe ou réalité?



De plus en plus d'experts sont persuadés que le gouvernement américain a développé et déployé en secret un avion de reconnaissance capable de voler à environ Mach 6, II remplacerait le SR-71 de Lockheed, et serait un complément à la constellation des satellites de reconnaissance américains.

Cet avion militaire secret serait un avion à très grande vitesse. Le nom "Aurora" lui a été donné, parce qu'il a été accidentellement publié dans une proposition de budget pour l'année 1985, sur une ligne budgétaire entrant dans la même catégorie que l'U-2 et le SR-71: 80 M$ ont été affectés pour 1986, 2,27 Md$ pour 1987, puis la ligne disparaît les années suivantes. Pourtant, au mois de décembre dernier, l'ancien secrétaire d'état à l'Air Force, Donald Rico, a nié l'existence de tels avions. Les premiers rapports sur "Aurora" paraissent au début de 1988, quand le New-York Times rapporte qu'un avion de reconnaissance Mach 6 est en développement.

Puis, en 1990 et 1991, divers journaux aéronautiques proches de l'industrie publièrent une série d'articles sur des phénomènes étranges. Il s'agit de ''bangs" supersoniques d'origine inconnue, et de traînées de condensation inhabituelles surnommées "beignets sur une corde" (donuts on a rope) car elles ressemblaient à des anneaux de vapeur autour d'une tramée centrale droite.

(Image : Adrian Mann site)

En décembre 1992, une revue britannique reproduit le témoignage de Chris Gibon, technicien sur une plate-forme pétrolière et surtout vieux spécialiste en reconnaissance d'avions ayant appartenu au Royal Observer Corps. En août 1989, il aperçoit un avion non-identifié au dessus de la Mer du Nord. L'appareil de forme triangulaire effectue un ravitaillement en vol derrière un KC-135. Et est accompagné de deux F-111. La taille et la forme de cet avion inconnu décrites par le témoin coïncident parfaitement avec la longue série de dessins d'avions hypersoniques américains, y compris ceux relatifs aux études non-classifiées sur des avions de reconnaissance à long rayon d'action. Et pourtant l'observateur n'était pas informé de ces projets.

Les bangs supersoniques ou ondes de choc enregistrés et analysés en Californie et dans le nord de l'Europe sont des indices supplémentaires de l'existence d'avions secrets. Les événement californiens ont été collationnés depuis l'été 1992,. De son côté l'Inspection Géologique Britannique (British Geological Survey) a noté plus d'une douzaine de phénomènes semblables, alors que le gouvernement hollandais a analysé en détail un incident de ce genre survenu le 19 août 1992. De façon générale les bangs sont suffisamment intenses pour provoquer des plaintes aux stations de radio et aux autorités locales. Les témoins rapportent qu'ils ont entendu un grondement, une gêne bruyante, très différent du bruit de percussion du bang d'un avion de chasse. Généralement ils pensent avoir à faire à un tremblement de terre.

La plupart des bangs supersoniques peuvent être rattachés à un avion bien précis car ils ne s'entendent pas au delà de 40 km de la route de l'avion. Pour cette raison il est habituellement facile de contenir les bangs en dehors des régions habitées. Mais beaucoup de ces bangs mystérieux ont été détectés dans des villes à plus de 80 km à l'intérieur des terres, loin des zones où les appareils sont autorisés à dépasser Mach l.

Le Pentagone n'avait pas fait de recherche sur les bangs californiens, du moins jusqu'à ce que la presse suggère qu'ils étaient associés aux essais d'un avion secret. L'Air . Force a alors commandé une étude au Laboratoire Lincoln du MIT (Massachussets Institute of Technology), unité de recherche qui a des liens très étroits avec le Pentagone. Et I'USAF a annoncé que le laboratoire Lincoln avait associé une des ondes de choc, à un chasseur de la Marine américaine impliqué dans un exercice de défense aérienne à Point Mugu.

Mais depuis, quelques chercheurs de l'institut de recherche CalTech ont réouvert le dossier. Ils pensent que pour provoquer ces phénomènes, un chasseur aurait dû voler en supersonique, contrairement aux règlements.

En outre l'US Navy a été incapable de leur donner le moindre détail sur le vol qui, selon le laboratoire Lincoln, aurait provoqué le bang. Ils sont plutôt d'avis que la perturbation originelle était un bang beaucoup plus fort dont le point d'origine était situé au large. Ce qui fut entendu à Los Angeles était une onde de choc secondaire ou réfléchie, comme celle associée au vol du Concorde. Néanmoins l'USAF a continué à dire aux média que tous les bangs entendus en Californie étaient dus à des exercices de l'US Navy. De leur côté les chercheurs hollandais éliminèrent les bangs supersoniques habituels, ainsi que des explosions ou des météorites. Ils conclurent qu'un avion hypersonique - Aurora - est à l'origine de ces ondes de choc.



Tous les rapports sur les bangs supersoniques viennent de la Californie et de la Mer du Nord. Ceci donne de la consistance à la théorie qui veut que la source de ces ondes de chocs est un avion volant à très haute altitude. Des études suggèrent qu'un avion hypersonique croisant au dessus de 100000 pieds (30 km) ne produit pas d'onde de choc perceptible au sol. Au décollage un avion hypersonique monterait très vite à son altitude de croisière, ce qui confinerait l'onde de choc dans une zone relativement petite.

Lors de la décélération et de la descente, l'appareil doit rester dans une enveloppe de vitesse et d'altitude bien définie pour respecter ses limites thermiques et structurelles, et pour économiser du carburant. Par conséquent le bang est le plus souvent audible lors des phases de descente pour l'atterrissage (au dessus de la Californie et du Nevada), ou pour le ravitaillement en vol au dessus de la Mer du Nord.

Cet avion hypersonique est presque certainement destiné à la reconnaissance. En effet, au mois de mars 1990, l'US Air Force a retiré ses avions SR-71 du service, éliminant apparemment sa capacité à effectuer des vols de reconnaissance au dessus de régions "hostile '''' sinon par satellites. L'armée de l'air a dit que ce retrait était dû à des mesures d'économies. Et aussi parce que les satellites étaient devenus si perfectionnés, qu'ils pouvaient satisfaire tous les besoins nationaux. Ces deux arguments sont contestés.


http://jpcolliat.free.fr/aurora/aurora-1.htm

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici


Dernière édition par Benjamin.D le Jeu 24 Déc 2009, 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Léon.D
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 68
Nombre de messages : 2141
Inscription : 21/10/2007
Localisation : charleroi
Emploi : pensionné
Passions : peche ,bricolage,poules naines .témoin vague belge
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Mar 18 Nov 2008, 15:37

Je ne sais pas si c'est un mythe ou réalité ,ce que je peux dire c'est que ça n'a aucune ressemblance aux ovni observés en belgique .Ils ne restent pas sur place a basse altitude ,n'atterrissent pas doucement a la verticale en se faufilent dans la nature ,les ovni observés n'emmettaient aucun bruit ,cela n'a rien a voir avec les ovni .Puisque le triangle trés bas que nous avons eu la chance de bien voir ne faisait que plus ou moins 7 m de coté a une hauteur de plus ou moins 10 mètres au dessu de nos tetes .En plus il y aurait déja eu beaucoup de prototypes observés sur une soirée .Amicalement .
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Mer 19 Nov 2008, 22:09

Pour ma pars, Aurora est une réalité. Je suis
un lecteur de Jean-Pierre Petit, je lui fais confiance a 200%
et d'après ces sources sûr, Aurora serait la copies de l'épave retrouvée à Roswell. Pour se qui est des prototypes américains en forme de triangle, il y a le TR-3A et le TR-3B

TR-3A





TR-3B



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Mer 19 Nov 2008, 22:47

TR3A - TR3B - ARV
ENGINS VOLANTS SECRETS MILITAIRES
Bombe à anti-matière !
Retombées futures sur le civil.
Tout cela est révélé par Jean-Marc Roeder, ingénieur en aéronautique et optique*.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalila
Participation excellente
Participation excellente
avatar



Féminin Age : 35
Nombre de messages : 252
Inscription : 21/08/2008
Localisation : belgique
Emploi : employée
Passions : le dessin , la décoration, ufologie, ancienne civilisation, la science
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Jeu 20 Nov 2008, 14:44

Bonjour,

Merci ovni c'est très interressant ,bn,vb ,on nous cache tellement de truc .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Dim 23 Nov 2008, 10:33

Oui et aucune hypothèse n'est à exclure.

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc.F
Très bonne participation
Très bonne participation
avatar



Masculin Age : 54
Nombre de messages : 187
Inscription : 18/04/2008
Localisation : cannes
Emploi : prof liberale
Passions : lecture, astronomie, nature, dessin,enigmes
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Dim 23 Nov 2008, 14:21

Citation :
Les bangs supersoniques ou ondes de choc
enregistrés et analysés en Californie et dans le nord de l'Europe sont
des indices supplémentaires de l'existence d'avions secrets.

Si c'est bien le cas on peut éliminer le fait qu'ils soient équipés d'un système MHD destiné à remédier au problème du bang sonique.. système qu'envisageait Northrop dès 1968 , selon un article de janvier 1968 d' Aviation Week & Space Technology..

Lire l'article
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Dim 23 Nov 2008, 22:23

Sans MHD il ne pourrais pas aller aussi vite, le frottement de l'air sur les bord d'attaque provoquerais la dislocation complète de d'appareil. Aurora possède la MHD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc.F
Très bonne participation
Très bonne participation
avatar



Masculin Age : 54
Nombre de messages : 187
Inscription : 18/04/2008
Localisation : cannes
Emploi : prof liberale
Passions : lecture, astronomie, nature, dessin,enigmes
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Lun 24 Nov 2008, 08:23

cela je ne l'ignore pas (sinon je n'aurais pas mis le lien avec l'article d'aviation week de 1968), je soulignais uniquement que si l'on prétend identifier des avions secrets par des bang soniques inexpliqués, on ne peut leur attribuer un système mhd. Après, connaitre les capacités techniques réelles d'aurora c'est le flou, qu'on se rappelle qu'avant de connaitre les caractéristiques du F117 on nous à abreuvé d'exploits de maniabilité et de discretion notamment à basse vitesse qu'il n'a jamais eu..au point que certains pensèrent à l'epoque que cet appareil était responsable de la vague belge..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Lun 24 Nov 2008, 09:03

Bonjour darkangel, je comprend bien que par-rapport a se qui était écris sur les bangs hypersoniques, tu en déduisais l'absence de MHD car cela est une évidence, mais si ces personnes ont entendus des Bangs hypersoniques c'est que ça n'est pas Aurora qu'ils ont entendu. Dans l'affaire de la traîner en pointillé laisser par l'avion Aurora, le témoin qui a photographier cette dernière a affirmé que l'avion se déplaçais d'après les calcules fait par Jean-Pierre Petit à une moyenne de 10.000 km/h et ce sans un bruit, pas de bang ou quoi que se soit. Donc si sur l'article des personnes parle de bangs inexpliquées, c'est qu'ils ont entendu des essaies autre que celui de l'Aurora, du TR-3A ou du TR-3B.
Amitié.
Je te conseil vraiment de lire
OVNI et Armes secrètes Américaine
De Jean-Pierre Petit.
J'ai lu dans d'autres postes que certaine personnes critiques Jean-Pierre Petit comme quoi nous le prendrions comme un Dieu ou un guru, mais comme le dis Jean-Pierre Petit
"je suis un guru de secours"
(rire)





hreh hello hreh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc.F
Très bonne participation
Très bonne participation
avatar



Masculin Age : 54
Nombre de messages : 187
Inscription : 18/04/2008
Localisation : cannes
Emploi : prof liberale
Passions : lecture, astronomie, nature, dessin,enigmes
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Lun 24 Nov 2008, 13:34

j'ai lu les livres de jean pierre petit..sauf le petit dernier..
sinon par exemple pour l'emploi l’EHD sur le B2 pour améliorer entre autre la furtivité. l'info était déjà disponible pour le grand public en 2001 dans le livre " the hunt of zero point" du journaliste aéronautique Nick Cook.
Citation :
The B-2, three times the size of the F-l 17, would be 100 percent radar-invisible if it worked as advertised with its plasma cloak activated [..] Soon afterward, Northrop won the contract to build the B-2A Stealth Bomber, based on its use of electrostatics to make it ultrastealthy.The technique, first developed by Brown, also improved its aerodynamic efficiency and reduced its drag. It represented a phenomenal breakthrough—a development that would give the U.S. a tenyear lead, maybe more, over the Soviet Union.
Page 137
notons qu'il s'agit d'améliorer la furtivité ( pour les radars classiques mais pas pour les systèmes de type HAARP, nostradamus et même comme cela était déjà suggéré en 1991 par l'exploitation d'antennes radio-TV comme pour détecter les bolides qui rentrent dans l'atmosphère par le biais de leur ionisation) et d'améliorer sa pénétration dans l'air ainsi que de diminuer fortement les turbulences sur les bords d'attaque) sans pour autant éliminer le bang sonique..
si un Aurora opérationnel il y a, il se pourrait qu'il se contente de cette application EHD sans pour autant avoir une torche à plasma.. d'où le bang sonique qui lui est systématiquement attribué , à moins que l'identification à un bang sonique ne soit une erreur et que ces bangs soient originaires d'une propulsion de type PDE : Moteur à ondes de détonation pulsées ou de pulsoréacteurs, d'où peut être des capacités de vol en hyper .
Alors rumeur ou pas difficile de statuer, après tout northrop bosse sur cette problématique depuis 40 ans, si un résultat dans ce domaine n'est pas déraisonnable il demeure néanmoins non prouvé.
Pour les trainées en pointillés (de type pulsée), les premières Photos de ce type datent de 1973 et 74 il me semble.


photos prisent par l'équipe d'Harley Rutledge, physicien et président de l'académie des Sciences de Missouri. les 18 et 14 mai 1973. Ce sont ces photos + les déclarations de stanton friedman de 1968 sur un lien entre MHD et OVNI, qui en 1973 avaient poussé Auguste Meessen , à envisager la PEP (PROPULSION PAR ACTION ELECTROMAGNETIQUE PULSEE) pour les OVNI.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Lun 24 Nov 2008, 16:30

Re, merci pour ces informations, mais si vous avez lu le livre de Jean-Pierre Petit, vous constaterez que le témoin qui a vu l'avion passer à 10000km/h environ n'as pas du tout évoqué de Bang hypersonique se qui intègre d'après JPP la MHD. Je ne remettrais pas en cause les dires de se personnage au parcoure bien charger en connaissances scientifiques.
chacun son travail.
fhd



Je site:Extrait du Livre
OVNI et Armes secrète Américaines.

Il y a, en outre, un cliché que j'ai apporté avec moi. Dans le début des années 1990, un Américain avait vu un objet traverser le ciel à une vitesse exceptionnelle, y inscrivant se qui semblait être une traînée de condensation. Vous avez déjà vu mille fois ce genre de traînée, laissée à 10 000-12 000 mètres d'altitude par des jets. Ceux-ci mettent une bonne dizaine de minutes à parcourir le ciel, ce qui veut dire, et c'est logique, qu'à une telle altitude on peut les suivre par temps claire sur plus de 100 kilomètres. Dans le cas de ce cliché, pris au Nevada, le témoin prétend que la traînée s'est inscrite en moins d'une minute. L'engin devait donc aller dix fois plus vite, c'est à dire à près de 10 000 Km/h. A cette époque, mon amie l'astronome Pierre Guérin, aujourd'hui décédé, m'avait harcelé de question à propos de ce cliché. Nous savions tous les deux que cela ne pouvait être une météorite effectuant une trajectoire rasante comme cela fut de rares fois observé et même filmé: l'objet aurait émis de la lumière. L'engin était aussi nécessairement dans l'atmosphère sinon, en plein jour, il n'aurait pas laissé dans le ciel une traînée de condensation. Nous savions tous les deux que les limites de l'atmosphère terrestre sont classiquement fixées à 80 kilomètres d'altitude. Au-delà, on considère que débute le "vide spatial".
- Pourquoi cette traînée en pointillé? m'avait demandé Guérin. Pourrait-il s'agir d'une combustion pulsée?
-Ma foi, je n'en sais rien.
-Nos informateurs aux États-Unis parlent sans cesse de MHD

hreh
¨
Pour la suite, je vous suggère de vous procurer cette mine d'information.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Lun 24 Nov 2008, 16:50

Voici un lien très intéressant qui nous donnerais raison a nous deux chère darkangel06. Lisez et vous trouverez un article complet sur Aurora en bas de page très instructif.

http://www.ovni.ch/~kouros/emhd.htm

hreh hreh hreh
hreh hreh
hreh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Lun 24 Nov 2008, 18:52

La question initiale de ce thème de discussion était: "l'Aurora mythe ou réalité?". Comme sous-titre on aurait pu poser une seconde question: « Sachant que leur budget n'est pas illimité, les chefs d'états-majors de l'USAF sont-ils prêts à dépenser des milliards de dollars pour faire développer et commander un avion de reconnaissance hypersonique? » Et la réponse est: « Non, parce que cela ne présente aucun intérêt! »
Trois types d'adversaires peuvent se dresser un jour devant les USA entraînant en retour des demandes de renseignements du gouvernement étatsunien auprès de l'armée de l'air US.
Le premier est la Russie qui a été humiliée par le gouvernement Bush à travers différentes manœuvres. L'objectif était que la présence continuée d'un ennemi de guerre froide continue de justifier les invraisemblables dépenses militaires des USA au plus grand profit du complexe militaro-industriel.
Avec l'arrivée prochaine de l'équipe Obama-Hillary Clinton, cette permanente provocation « gratuite » (enfin pas pour le contribuable US!) devrait prendre fin.
Le deuxième est constitué par les « états-voyous » du même Bush comme la Corée du nord et l'Iran.
Dans les deux cas, une politique moins arrogante et belliciste, une attitude plus équitable au Proche-Orient, permettrait aux USA de retrouver un poids diplomatique suffisant pour qu'un grand nombre de pays, dont des pays émergents, acceptent d'appliquer unanimement des mesures qui dissuaderaient les dirigeants de ces deux pays de continuer leur politique d'armement nucléaire.
Le troisième est constitué par le terrorisme, singulièrement par le terrorisme fascisto-islamiste. Avec lui, la lutte ne cessera pas. Mais sa faiblesse stratégique et sa dispersion sont tels que ce ne sont pas des avions hypersoniques qui pourraient en apprendre le plus au commandement US.
C'est d'abord et avant tout l'infiltration par des agents au-dessus de tout soupçon pour leurs ennemis, donc nés dans les régions concernées par ce terrorisme.
C'est ensuite l'utilisation de moyens techniques renforcés pour surveiller Internet et d'une façon générale, l'écoute électronique solidaire, « mondialisée » par la mise en commun des moyens, y compris des pays concernés: si l'on surveille les téléphones portables au Pakistan on aura de meilleurs résultats que si les antennes sont en Angleterre.
C'est enfin l'utilisation de drones, c'est-à-dire de robots volants, contre les maquis et les déplacements nocturnes. Ces machines doivent être capables de rester en l'air une nuit entière au-dessus d'une zone de montagne, à suffisamment haute altitude pour que le bruit de l'appareil se confonde avec celui du vent et éventuellement de frapper en autonomie l'ennemi détecté ou diriger une frappe rapide sur lui. Le dispositif pourra être alimenté en information par des détecteurs au sol camouflés et à « éclipse » pour demeurer invisibles dans la journée.

Comment détruire un avion hypersonique qui a été détecté, par exemple, par un radar passif, éventuellement « trans-horizon », (type HAARP) et donc longtemps à l'avance, d'autant plus que l'altitude de vol est élevée?
La solution, déjà envisagée pour détruire des satellites, pourrait être de tirer des missiles sol-air qui disperseraient devant l'avion un nuage de « tétrapointes » en alliage de métal très dense et très dur (carbure de tungstène ou mieux uranium appauvri) de faible dimension (hauteur 2-3mm, peut-être moins). La faible dimension permettant de multiplier le nombre d'obstacles et donc les chances d'un impact.
La collision avec l'avion serait tellement violente qu'une seule tétrapointe en perforant profondément une partie de l'avant de l'appareil (carlingue ou bord d'attaque de l'aile) entraînerait inévitablement une déchirure de son enveloppe du fait de la pression de l'air sur la zone de turbulence ainsi créée.
Certes, en retombant sur le sol du pays « tireur », les tétrapointes en uranium appauvri poseraient un problème de sécurité nucléaire. Mais comme ce tir n'aurait lieu qu'une fois, il est probable que les militaires concernés l'effectueraient avec l'accord discret des politiques.

Si un avion type « Aurora » a pu être réellement étudié, par exemple dans le but de maintenir à niveau les équipes d'ingénieurs-concepteurs, c'est un mythe de croire qu'il sera jamais opérationnel, parce que d'autre systèmes réussiraient mieux que lui sa mission. Sans risquer, en plus, de tuer un pilote ou, pire, qu'il devienne prisonnier de « l'ennemi », comme en son temps Gary Powers...
Revenir en haut Aller en bas
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Mar 25 Nov 2008, 11:49

Je précise que Aurora surferais sur son onde de choc et de plus il pourrait se satelliser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Mar 25 Nov 2008, 19:09

L'onde de choc est toujours plus lente que l'avion supersonique (à plus forte raison hypersonique) donc elle est rattrapée par l'avion, qui doit « perforer » cette zone de haute pression artificielle et écarter l'air « circulairement ». C'est pourquoi le nez d'un avion supersonique doit être le plus parfaitement pointu possible. Pour cette raison, les Britanniques avaient envisagé pour un missile hyper rapide de façonner cette pointe dans un rubis artificiel avec une précision au micron près. J'ignore s'ils l'ont réalisée en série, vu son prix.
Mais même soignée la pointe s'échauffe rapidement à grande vitesse dans l'air dense: le mur de la chaleur se dresse d'abord devant le nez brûlant de l'avion.
Le dessin d'Aurora qui nous est présenté au début du thème n'a cependant plus ce nez ridicule d'un modèle précédent et qui présentait un « tranchant » perpendiculaire à la marche. Un tel dispositif aurait entraîné la formation de turbulences catastrophiques pour la stabilité de l'avion et sa pénétration dans l'air. Sa forme n'est pas sans rappeler l'anche de roseau biseautée de l'embouchure des saxophones qui, dans la veine d'air soufflée par l'instrumentiste, provoque des turbulences rapides; lesquelles se transforment en vibrations de l'air qui constituent le son initial de l'instrument.
En revanche les réacteurs sont toujours aussi courts sur le deuxième dessin alors que la combustion correcte du carburant à ces vitesses demande un « tube » aussi long que possible. Leur entrée d'air est aussi toujours beaucoup trop grande: les pales du compresseur, indispensable aux basses vitesses, attaquées par l'air en périphérie serait « enfoncées » par la vitesse. Et ne parlons pas de la traînée d'un telle appendice, si saillant.
Quant à la double dérive c'est une absurdité aérodynamique: nous n'avons pas affaire à un chasseur de combat tournoyant.
Puisque l'avion perfore l'onde de choc qui s'écarte autant au-dessus de l'appareil qu'au-dessous, (et sur les côtés) il n'est pas concevable que l'appareil « surfe » dessus. De toute façon, à cette vitesse, les ailes calibrées pour un décollage sont inutilement porteuses avec une assiette parfaitement horizontale. Pour voler à altitude constante, il faut en réalité « piquer d'un cheveu ».
Surfer sur l'air n'est intéressant que si on manque de portance: c'est le cas au décollage et à l'atterrissage où l'on exploite effectivement un « surf » sur l'air qui « roule » sur lui-même « pris en sandwich » entre l'aile et le sol. C'est « l'effet sol » qui est d'autant plus sensible que l'aile est « basse » comme c'était le cas pour la « Caravelle » d'antan.
Outre qu'il n'est pas envisageable de se satelliser avec un propulseur aérobie (la vitesse de satellisation soit 28 000 km/h (!!!) ne peut pas être atteinte dans l'air même raréfié (on voit bien le freinage extrême lors des rentrées dans l'atmosphère), il y aurait un problème une fois en orbite: comment revenir sans rétrofusées? Et puis où est le bouclier thermique indispensable à la rentrée?

Les Étatsuniens ont appris des Britanniques, pendant la Seconde Guerre mondiale, l'intérêt de l'intoxication. Pas de succès pour Overlord sans le succès préalable de Fortitude. La nouveauté, c'est qu'eux l'utilisent pour masquer la fin de leur prééminence technique non seulement pour les publics étrangers (dont les Européens) mais aussi pour leurs propres compatriotes afin que ceux-ci demeurent convaincus de la supériorité du modèle social et économique qui règne sans partage dans leur pays.
Revenir en haut Aller en bas
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Mar 25 Nov 2008, 21:22

Pour se qui est de l'onde de choc d'Aurora, elle ne se situe absolument pas au nez de l'appareil mais sous le dessous de l'appareil. Je te conseil vivement de lire le livre Alain car a première vu tu n'as aucune idée du fonctionnement de l'appareil qu'est Aurora...
Comme le dessus de l'appareil est entièrement plat, l'onde de choc se produit sous le dessous de l'appareil et surf sur son onde de choc c'est se qu'on appel wave-rider ceci est très bien expliquer dans cette vidéo de JPP voici le lien et on reparle de tout ça ensuite merci.

http://www.terre.tv/indexvod.php?case=1&ref=00271

fhd



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Mer 26 Nov 2008, 11:34

Ovni, je suis ennuyé. Vous m'êtes sympathique mais je ne comprends pas cette idolâtrie envers JP Petit dont la marginalité intellectuelle n'est malheureusement pas un gage d'infaillibilité.
C'est vrai que si l'appareil est cabré, l'onde de choc qui prend naissance autour de sa partie la plus en avant, celle qui perturbe la première l'air immobile, le nez, se trouve renforcée au-dessous surtout si celui-ci est plat.
Cette attitude induit certes un supplément de portance mais aussi une formidable traînée! C'est l'attitude typique des appareils à ailes delta type Mirage III ou du Concorde avec son aile « ogivale » … à l'atterrissage! Le cabrage compense le faible allongement des ailes pour permettre le vol à basse vitesse (relativement « basse » vitesse. Si je me souviens bien, le Concorde atterrissait et décollait à 300km/h. Ses pneus fabriqués aux USA, bêtement mono-chambres, étaient fortement sollicités. La considérable force centrifuge les rendait moins tolérants aux chocs avec des objets traînant sur la piste. C'est cela qui a occasionné la catastrophe entraînant l'arrêt des vols.)
Le problème est que l'air en surpression tend à fuir sur les côtés et la portance de l'intrados (le dessous de l'aile) n'est pas aussi grande qu'on aurait pu l'espérer. Heureusement, la dépression sur l'extrados (le dessous de l'aile) est considérable, l'air ayant un très long chemin pour venir combler le « trou » ainsi formé par cette avance « oblique ». L'aile est davantage « aspirée » par cette dépression qu'elle n'est portée par la surpression.
Sauf qu'il ne faut pas que cette dépression soit trop grande car les trop grandes différences de pression provoque la formation d'innombrables tourbillons rapides, avec une forte composante verticale de haut en bas. Ces tourbillons chaotiques viennent alors « combler le trou » efficacement. La portance de l'extrados s'effondre, c'est le décrochage et le crash.
Les ingénieurs français qui ont dessiné la silhouette de l'avion franco-britannique ont combattu ce phénomène en ne faisant pas un bord d'attaque droit au « delta ». La savante sinuosité de l'aile, qualifiée « d'ogivale », a eu pour effet de créer deux vortex bien réguliers, un pour chaque aile qui en « balayant » l'extrados a empêché la formation de ces oscillations chaotiques catastrophiques malgré un fort cabré maintenu jusqu'à atteindre 600km/h environ.
L'aile du Mirage III était trop petite pour qu'un bord d'attaque sinueux soit capable « d'ordonner » l'air de l'extrados durant les cabrés. Pour diminuer la vitesse d'atterrissage, les Mirage F1 qui suivirent, reprirent le système classique comprenant des volets d'atterrissage sur les ailes et un empennage. Mais cela induisait un supplément de traînée en vitesse de croisière.
Pour permettre au Mirage 2000 d'avoir une vitesse d'atterrissage inférieure à celle du Mirage III et la bonne aérodynamique que confère l'aile delta, on l'équipa de petits plans, delta aussi, en avant des ailes et destinés à créer, comme pour Concorde, un beau vortex sur l'extrados. Afin de minimiser la traînée de cet appendice en vol de croisière, il est mobile sur le Rafale, piloté par ordinateur. Les missiles air-air en bouts d'ailes et leur berceau jouent le rôle de winglets pour gêner le « contournement » du bout d'aile par l'air, en surpression dessous et dépression dessus, particulièrement nuisible durant les cabrés.

Sur le croquis que vous présentez, Ovni, et qui diffère de celui qui figure au début du thème, rien de ces subtilités. C'est l'ancien schéma avec un bord d'attaque pour le nez sans flèche donc ultra-affûté... comme l'anche des saxophones, générateur naturel d'instabilités... et de bruit! La minceur de la carlingue-aile ne permet pas de stocker les énormes réserves de carburant nécessaires au vol hypersonique: la consommation augmente en proportion du carré de la vitesse, ne l'oublions pas! Décupler la vitesse multiplie la consommation de carburant par 100!!! Un avion hypersonique serait surtout un réservoir de carburant, comme l'est une fusée aussi d'ailleurs.
Consommation multipliée avec un vol cabré en permanence, qui je le répète encore une fois, induit une traînée considérable. Alors qu'un avion bien conçu doit voler « à plat ». Si vous allez à la piscine, vous verrez des gens qui nagent presque verticaux dans l'eau alors que d'autres au contraire se couchent au maximum. Devinez ceux qui vont le plus vite!
De toute façon, le terme « surfer » n'est pas approprié. Dans ce sport, la planche est inclinée vers l'avant et reçoit la poussée de la vague qui vient derrière. Il faudrait plutôt parler d'un effet « ski nautique » ou « hors-bord » avec escalade de la vague d'étrave. Et cela n'a d'efficacité techniquement que parce que l'eau est 635 fois plus dense que l'air et qu'il est donc souhaitable d'en « sortir » au maximum si l'on est à l'interface. Sous l'eau ou dans l'air, cette méthode n'offre plus d'intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Mer 26 Nov 2008, 19:22

Bon et bien alors, comment pouvez vous imaginer une seul seconde que Jean-Pierre Petit n'est pas pensé à tout se que vous exposer? vous le prenez pour un étudient? croyez moi que Jean-Pierre Petit ne parle pas d'Aurora sans en avoir étudié scientifiquement la crédibilité de ses dire? Je ne comprend vraiment pas comment vous pouvez contredire tout les travaux de se scientifiques qui a un parcoures vraiment exceptionnel, alors pourquoi remettez vous en cause tout les travaux de Jean-Pierre Petit ?.?.?.

D'ailleur en parlent de contredire on attend toujours vos dessins?.?.?.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Jeu 27 Nov 2008, 15:59

Ovni77280, réalisez-vous que vous parlez de Jean-Pierre Petit comme d'un gourou infaillible qui vous dispense de vous forger une pensée personnelle?
Je vais vous donner mon point de vue -non sollicité- de sexagénaire: sur le plan intellectuel, je ne méprise personne, je n'admire personne. Je n'admire que des résultats de travaux. La bonne idée ainsi que l'erreur peut jaillir dans n'importe quel cerveau.
Si ce monsieur était le surhomme que vous dites, il aurait déjà prévu pour sa théorie d'univers gémellaire « asymétrique » (asymétrique parce que qui ce passe dans une partie n'est pas ce qui se passe dans l'autre), un effet non prévu par les théories concurrentes et vérifiable par l'expérience ou l'observation.
La Relativité a prévu et prouvé l'existence des lentilles gravifiques, impossibles dans la théorie de Newton. La théorie des quanta(s) a prévu et vérifié les inégalités de Bell relatives aux photons intriqués, inexplicables selon la théorie d'Einstein et même en contradiction avec elle.
Qu'a prévu la théorie de Petit qui soit inexplicable par ces trois théories et confirmé par l'expérience?

Si la production de la MHD aéronautique était « rentable sur le plan énergétique » , ce n'est pas en faisant du sustentateur-propulseur l'aile et l'habitacle de l'aéronef, ni en lui donnant la forme de deux assiettes creuses jointes par leur plus grande section qu'on tirerait le meilleur parti de la MHD mais plutôt celle d'une aile delta « déformable » de manière à combiner sa portance avec celle de l'aérodynamique du déplacement. Le mieux étant pour la sécurité, d'utiliser trois « sustentateurs-propulseurs » de même forme liées par des poutrelles profilées « porteuses », autour d'une nacelle centrale. En croisière l'appareil devrait tenir l'air malgré la panne d'un propulseur pour être certifié.
La qualité principale d'une telle machine serait d'associer la capacité de décollage et d'atterrissage courts (éventuellement verticaux en faible charge) avec celle de voler en haut subsonique (au moins 600 km/h). Son utilisation essentielle serait le transport de commandos pour les militaires, et le secours, notamment en mer et peut-être le transport de luxe des personnes.
Si j'avais à concevoir un drone hypersonique de reconnaissance, je lui donnerais plutôt la forme d'un V à branches longues articulées autour d'une carlingue très profilée abritant un turboréacteur à post-combustion, à entrées d'air réglables jusqu'à l'occultation totale. Ce drone serait éventuellement largable en vol d'un (très) gros porteur, ou mieux « ravitaillable » en vol grâce à un pilote automatique recevant des informations fines de capteurs optiques et télécommandable à partir de l'avion ravitailleur. Le plein ainsi fait en altitude, il approcherait assez furtivement sa cible en subsonique à haute altitude, à la façon de l'U2, propulsé par son turboréacteur classique utilisant du kérosène (Les frais de mise au point d'un tel moteur bien connu seraient réduits. Peut-être même pôurrait-on utiliser un modèle sur le marché).
Accélérant à l'approche du territoire ennemi, grâce à la post-combustion, le drone replierait progressivement ses ailes en un V plus fermé en atteignant mach 1,2-1,5.
Ces ailes contiendraient chacune, longitudinalement, les trois longs tubes jumeaux d'un statoréacteur. Elles auraient un profil « super-critique », afin de stocker aussi les tonnes de carburant nécessaire (chargées lors du ravitaillement en vol elles n'auraient pas imposé de contraintes trop fortes à ces ailes), mais avec un bord d'attaque « tranchant » adapté, avec une forte flèche, aux très hautes vitesses (Le plus délicat de toute la conception serait sans doute de déterminer le meilleur profil de cette aile volante hypersonique, nécessairement « épaisse »).
Le carburant, sans doute de l'alcool, serait mis en contact avec le bord d'attaque, devenu brûlant à un nombre élevé de machs, de manière à être vaporisé avant d'être injecté dans le réacteur .
L'air pénétrant dans un tube par l'avant, viendrait, du fait son inertie, se « tasser » sur le côté arrière de ce tube, oblique par rapport à la marche de l'aéronef et qui lui aurait imprimé une accélération latérale. La surface de ce tube pourrait être plus ou moins « rugueuse » pour créer un effet de collision supplémentaire. Du fait de cette compression et de cette collision, la température de cet air s'élèverait ainsi fortement . Phénomène qui accélérerait la réaction chimique d'oxydation du carburant déjà lui-même vaporisé, au point que la combustion serait parfaitement terminée avant l'éjection.
A la sortie, une tuyère coudée, en défléchissant le flux chaud vers l'arrière, recevrait ainsi, par réaction, une forte poussée vers l'avant. Le rendement de cette tuyère « aplatie » serait excellent surtout si, entre les trois tubes, arrivait de l'air « frais » qui les refroidirait quelque peu. Ainsi réchauffé, cette air, accéléré, créerait un complément de poussée en passant, entre les intervalles, dans un « venturi », formant un micro-statoréacteur sans combustion.
Notre statoréacteur « démarrerait » à mach 1,2 (ou 1,5?) seulement, grâce à des ondes sonores de grande amplitude générées à haute fréquence dans les tubes ainsi transformés en « tuyaux d'orgue », par des « hauts-parleurs » dont l'énergie proviendrait de l'électricité obtenue grâce à un générateur couplé au turboréacteur sus-mentionné (et dont le compresseur serait protégé contre le choc direct de l'air aux vitesses hypersoniques). À vitesse de croisière, le phénomène pourrait être auto-entretenu par le mouvement d'air, comme à l'embouchure d'une flûte traversière, ce qui permettrait d'arrêter le turboréacteur et d'économiser sur son kérosène.
Le rôle des ondes sonores pour abaisser la vitesse de démarrage des statoréacteurs à été testé avec succès par les Allemands à la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans la perspective de rendre les successeurs des V1 supersoniques. La capitulation du Reich a mis fin aux essais prometteurs. Officiellement du moins, car il semblerait que les traînées « en forme de beignets de pomme » rapportés par des témoins soit le signe que ce n'est pas seulement la technique des V2 qui aient traversé l'atlantique en 1945.
Après avoir épuisé son alcool, le drone, doté alors de considérables énergies cinétique et potentielle, pourrait planer discrètement (sans traînée) sur un nombre indéterminé de centaines de kilomètres, ouvrant le V de ses ailes à mesure qu'il ralentirait et perdrait de l'altitude. Il ne rallumerait son turboréacteur que pour la phase finale d'approche et d'atterrissage. Vu son relativement faible poids à vide et sa grande envergure, le drone pourrait se poser sur un terrain « rustique », mais très discret, avec sa cargaison de photos ou de films (optique, infrarouge, radar).

C'est vrai que je remets constamment à plus tard le travail qui consiste à faire des dessins, les scanner, les faire enregistrer sur un site et les reprendre sur le forum, tout ça pour démontrer qu'il y a « erreur sur la marchandise », sinon exploitation de la naïveté du public, avec l'aéronef MHD de JP Petit!
Dois-je perdre des heures pour uniquement créer de la désillusion, autrement dit du déplaisir, parmi les quelques lecteurs du forum qui s'intéressent à cette question technique d'aéronautique et que j'aurai fait changer d'avis?
J'ai beaucoup de choses importantes et urgentes à faire en sus d'écrire pour le forum qui, sur certains thèmes comme « Aurora », tourne en rond de mon point de vue. Je dois faire des choix.

Oublions, pour revenir à cet avion, les instabilités permanentes causées sur l'extrados par cette absurdité aérodynamique qu'est le nez « carré » à « pan coupé », et cette absurdité énergétique qu'est le vol en cabré perpétuel, attitude foncièrement dangereuse de plus car elle pourrait se terminer avec le centre de traînée en avant et au dessus du centre de poussée en une chandelle fatale. Un très court essai de maquette en soufflerie (seulement supersonique) aurait mis en évidence ces erreurs de conception, s'il avait été effectué.
Si seulement quelqu'un me démontre que l'avion dessiné par Jean-Pierre Petit, en principe avion de reconnaissance monoplace ou biplace, hypersonique/haute altitude, et dont il exhibait un modèle réduit simplifié lors d'une émission de télévision, peut contenir assez de kérosène (50 tonnes? Ou plutôt 100?) pour décoller d'abord puis voler à mach 10 sur disons 8 000km (il semble qu'il n'y ait pas de ravitaillement en vol de prévu) et loger en même temps un pilote (dont le logement n'apparaît pas) … et un train d'atterrissage robuste compte-tenu de la vitesse d'atterrissage (et de décollage), dans sa carlingue extra mince, alors, oui, je rouvrirai le dossier « JPP ». Avec priorité absolue.
Mais, pour l'instant je l'ai fermé. En saluant cependant le travail pédagogique, sur la géométrie en particulier. En approuvant les propos sur certaines mentalités universitaires. Et en applaudissant à la reconnaissance « militante » du phénomène ovni...
Revenir en haut Aller en bas
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Jeu 27 Nov 2008, 18:53

Bon et bien je jette mes livre de JPP et j'attends la sortie de votre livre a vous car apparemment vous avez beaucoup a me réapprendre, cela dis je suis ici pour ça. Et croyez moi que pour se qui est des dessins, il y a quelques personnes qui les attendent car vous les avez promis alors a vous de nous les faire partager. Même si il ne m'apporteront rien, certaines personnes sur se forum sont impatients de visionner vos superbe dessins révélateur de l'absurdité de l'aéronef de Jean-Pierre Petit. Sur se, je ne vous contredirais plus car comme vous le dite ont tournes en rond...
yckjgc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damien
Participation exceptionnelle
Participation exceptionnelle
avatar



Masculin Age : 27
Nombre de messages : 925
Inscription : 14/08/2008
Localisation : othis
Emploi : Actif
Passions : Astronomie, ufologie, auto, science.
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Aurora avion secret mythe ou réalité?   Mar 02 Déc 2008, 13:43

Bonjour, voici le CV de l'homme qui se trompe et qui ne pense pas avant de donner une théorie.

cliquez sur le lien ci-dessous

http://www.rr0.org/personne/p/PetitJeanPierre/

fhd
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Aurora avion secret mythe ou réalité?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

 Sujets similaires

-
» Aurora avion secret mythe ou réalité?
» 1997: LA CIA PRETEND QUE LES OVNIS SONT L'AVION SECRET U2:
» (1974) Les OVNIs Mythe ou Réalité J Allen Hynek
» Les OVNI, mythe ou réalité ? Université populaire du bassin d'Arcachon
» Les 10% d'utilisation de notre cerveau, mythe ou réalité?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Rubriques Thématiques :: Thématiques Sciences :: Sciences: aéronautique, technologies de pointe, découvertes-