Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 LES OVNIS ET LES RADIATIONS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: LES OVNIS ET LES RADIATIONS   Dim 19 Oct 2008, 22:48

LES OVNIS ET LES RADIATIONS:

Voici un texte de l'ouvrage "Le Rapport sur les Objets Volants Non Identifiés" par Edward J. Ruppelt, qui était le chef du projet Blue Book de l'US Air Force, un projet ayant pour mission de déterminer pour le public Américain la nature du phénomène OVNI. Le texte nous raconte la manière quasi clandestine avec laquelle des scientifiques ont étudié et mis en évidence l'émission de radiations en rapport avec l'apparition d'OVNIS. Le texte parle de lui-même.

L'histoire des radiations:

L'idée de rassembler un groupe de scientifiques, à qui nous nous sommes référés en tant que notre "panel d'experts," avait été conçue au début de 1952 - dès que l'on a sérieusement parlé de la possibilité que les OVNIS puissent être les vaisseaux spatiaux interplanétaires dans les cercles militaires et scientifiques. En fait, quand le Projet Grudge a été réorganisé pendant l'été de 1951 l'idée avait été mentionnée, et c'était la raison principale pour laquelle la charte de notre projet spécifiait que nous devions seulement être un groupe de recherche de faits. Les gens des projets OVNIS précédent étaient allées trop loin sur les routes de la spéculation au sujet de l'identité des OVNIS; ils ont déclaré d'abord qu'ils étaient des vaisseaux spatiaux, puis plus tard, dans un complet retournement de veste, ils ont pris toute la question des OVNIS comme le sujet d'une rigolade générale. Les deux approches avaient causées des problèmes à l'Armée de l'Air. Pourquoi ils ont fait cela, je ne le sais pas, parce que dès le début nous nous sommes rendus compte que personne à l'ATIC, dans l'Armée de l'Air, ou dans l'institution militaire dans sa totalité n'était qualifié pour donner une réponse définitive, oui ou non, au problème des OVNIS. Donner une réponse finale exigerait une décision sérieuse - probablement l'une des plus sérieuses depuis que l'homme existe.

En 1952 de nombreux ingénieurs et scientifiques fortement qualifiés avait visité le Projet Blue Book et avait passé un jour ou deux à parcourir nos rapports. Certains ont été très impressionnés par les rapports - d'autres avaient toutes les réponses.

Mais tous les scientifiques qui ont lu nos rapports ont aisément admis que mêmes s'ils avaient pu penser que les rapports ont indiqué ou n'ont pas indiqué des visiteurs de l'espace extra-atmosphérique, ils voulaient donner au sujet beaucoup plus d'attention avant de se commettre à conclure quoi que ce soit par écrit. En conséquence les avis des gens, bien qu'ils aient de la valeur, ne nous ont pas donné assez d'assise pour obtenir une décision au moment. Nous avions toujours besoin d'un panel pour étudier à fond notre matériel et pour nous donner des conclusions et des recommandations écrites qui au besoin pourraient être envoyées au Président.

Notre panel d'experts devait se composer de six ou de huit des scientifiques du plus haut niveau aux Etats-Unis. Nous nous sommes entièrement rendus compte que même l'Armée de l'Air n'avait pas assez de "poids" ne serait-ce que pour demander à tout ces gens de laisser tomber les travaux importants dans lesquels elles étaient engagées et de consommer une semaine ou deux pour étudier nos rapports. Et nous ne voulions pas non plus procéder ainsi; nous voulions être sûrs que nous avions quelque chose de valable avant de demander leur temps précieux. Ainsi, travaillant avec d'autres organismes gouvernementaux, nous avons organisé un panel de revue préliminaire de quatre personnes. Tous étaient des scientifiques compétents et nous avons su que leurs réputations étaient telles que si elles recommandaient que certains scientifiques de haut niveau se réunissent en une commission pour passer en revue notre matériel cela se ferait.

Vers la fin de Novembre 1952 le panel de revue préliminaire s'est réuni à l'ATIC pendant trois jours.

Quand la réunion pris fin, le groupe a unanimement recommandé que "une assemblée de plus haut niveau" soit formée pour passer en revue le cas des OVNIS. En une heure leur recommandation a été acceptée par les autorités les plus élevées de l'Armée de l'Air, et ces hommes ont procédé a la recommandation de membres pour notre proposition d'assemblée.

Ils ont sélectionné six hommes qui avaient la réputation d'être des scientifiques pratiques et théoriques et qui étaient connus pour n'avoir aucun avis biaisé concernant les OVNIS.

La réunion du Panel, qui serait tenu à Washington, a été à titre d'essai prévue pour fin Décembre ou début Janvier - dépendant au moment ou tous les scientifiques qui avaient été invités à être présents seraient libres. Au Projet Blue Book l'activité est entrée dans une phase d'accélération pendant que nous faisions les préparatifs pour la réunion. Mais avant que nous ayons été très avancés, nos préparations ont été temporairement déroutés - j'ai obtenu quelques un des faits derrière une rumeur. Normalement nous ne prêtions pas d'attention aux rumeurs, mais celle-ci était d'un ordre différent.

Depuis que l'Armée de l'Air était devenue intéressée par les rapports d'OVNIS, le commentaire de ceux qui avait été consultés pour les regarder de plus près et pour donner une opinion professionnelle était que nous manquions du genre de données "dans lesquelles on pourrait mordre à pleine dents." Même dans nos meilleurs rapports nous avons dû nous reposer sur ce qu'un tiers avait vu. J'ai dit en de nombreuses fois que si nous avions pu avoir un seul élément d'information qui aurait été prouvé par une forme quelconque d'enregistrement - un ensemble de films de cinéthéodolite d'un OVNI, une spectro-photographie, ou tout autre genre de données d'instrument, sur laquelle on pourrait se reposer pour une étude - nous n'aurions eu aucune difficulté à obtenir de presque n'importe quel scientifique intéressé dans le monde qu'il nous aide activement à trouver la réponse à l'énigme des OVNIS.

La rumeur qui m'a fait stopper temporairement nos préparations pour la conférence de niveau élevé concernait des données dans lesquelles nous pourrions mordre à pleine dents.

Voici la manière dont cela s'est passé:

En automne 1949, à un certain endroit non spécifié aux Etats-Unis, un groupe de scientifiques avait installé des équipements pour mesurer le rayonnement de fond, un peu de rayonnement inoffensif qui est toujours présent en notre atmosphère. Ce rayonnement naturel variait à certain degré, mais n'augmentera jamais de quelque quantité appréciable à moins qu'il n'y ait une bonne raison.

Selon la rumeur, deux des scientifiques à l'endroit anonyme observaient l'équipement pendant une journée où, sans aucune raison apparente, une augmentation soudaine de rayonnement a été mesurée. Le rayonnement est demeuré fort pendant quelques secondes, puis revint alors de nouveau à un niveau normale. L'augmentation au-dessus de la normale n'était pas suffisante pour être dangereuse, mais elle était certainement peu commune. Tous les soupçons se sont dirigées vers un défaut de fonctionnement de l'équipement comme explication la plus probable. Un contrôle rapide n'a indiqué aucun ennui visible avec l'équipement, et les deux scientifiques étaient sur le point de commencer un contrôle plus détaillé quand un troisième membre de l'équipe de mesure de radiations s'est précipité dans le laboratoire.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: LES OVNIS ET LES RADIATIONS   Dim 19 Oct 2008, 22:48

Avant qu'ils ne puissent informer le nouveau venu au sujet du rayonnement non expliqué qu'ils avaient juste mesurés, il produisit sa propre histoire. Il était en route vers une ville voisine, et lors de son voyage de retour, alors qu'il se rapprochait du laboratoire de recherches, quelque chose dans le ciel a soudainement attiré son attention. Haut dans le bleu du ciel sans nuages, il a vu trois objets argentés se déplacer en une formation en V. Ils ont semblé être de formes sphériques, mais il n'était pas sûr. Le premier fait qui l'avait frappé était que les objets voyageaient trop rapidement pour être des avions conventionnels. Il freiné brutalement, a arrêté sa voiture, et a coupé le moteur. Aucun bruit. Tout qu'il pouvait entendre était le vrombissement discret d'un générateur dans le laboratoire de recherches. En quelques secondes les objets avaient disparu de la vue.

Après que les deux premiers scientifiques aient informé leur collègue excité au sujet du rayonnement peu commun qu'ils avaient détecté, les trois hommes se sont posés la question à 64 Dollars: Y avait-il un rapport entre les deux incidents? Les OVNIS avait-il causé le rayonnement excessif?

Ils ont vérifié l'heure. Sachant presque exactement quand les instruments avaient enregistré le rayonnement accru, ils ont vérifié combien de temps il fallait pour se rendre du laboratoire au point où les trois objets argentés avaient été vus. Les temps se sont corrélés à une ou deux minutes près. Les trois hommes ont procédé à la vérification complète de leurs détecteurs de rayonnement. Rien n'était erroné.

La rumeur s'est arrêtée ici. Rien de ce que moi ou d'autres au Projet Blue Book ait pu découvrir pour jeter toute autre lumière sur la source d'histoire ne put être localisé. Des gens associés à des projets semblables au laboratoire de recherches qui était mentionné dans la rumeur ont été recherchés et interrogés. Bon nombre d'entre eux avaient entendu l'histoire, mais personne ne pouvaient n'ajouter aucun nouveau détail. Les trois scientifiques inconnus, d'un laboratoire anonyme, dans une région inconnue des Etats-Unis, pouvaient aussi bien ne jamais avoir existé. Peut-être qu'ils n'existaient pas.

Presque un an après que j'aie entendu la première fois l'histoire des radiations d'OVNIS j'ai reçu un appel longue distance d'un ami sur la côte Ouest. Je l'avais vu plusieurs mois avant, lorsque je lui ai parlé au sujet de cette rumeur curieuse et ai exprimé mon souhait de découvrir à quel point c'était authentique. Maintenant, au téléphone, il m'a dit qu'il avait juste été en contact avec deux personnes qu'il a connues et ils connaissaient toute l'histoire. Il m'a dit qu'ils seraient à Los Angeles la nuit suivante et voudraient vraiment beaucoup me parler.

J'ai détesté devoir voler vers la côte Ouest pour ce qui pouvait être une fausse piste, mais je l'ai fait. Je ne pouvais pas me permettre de courir le risque de perdre une occasion de transformer cette vieille rumeur récurrente en fait.

Vingt heures plus tard j'ai rencontré les deux personnes à l'hôtel Roosevelt de Hollywood. Nous avons parlé pendant plusieurs heures dans la nuit, et j'ai obtenu les détails sur la rumeur et beaucoup plus de choses que je n'avais pas demandé. Mes deux informateurs étaient des physiciens travaillant pour la Commission de l'Energie Atomique, et étaient reconnus dans leurs domaines. Ils n'ont voulu aucune publicité et je leur ai promis qu'ils n'en auraient aucune. Un des hommes connaissait tous les détails derrière la rumeur, et a parlé la plupart du temps. Pour tenir ma promesse de respect de l'anonymat, je l'appellerai le "scientifique."

La version de l'histoire des radiations d'OVNIS qui était celle de la rumeur qui s'était diffusée dans l'Armée de l'Air et les cercles scientifiques était en fait correcte dans ses détails, mais elle n'était nullement complète. Le scientifique a dit qu'après que l'observation initiale ait eu lieu la consigne a été diffusée dans le laboratoire de recherches que la prochaine fois que les instruments enregistreraient des quantités anormales de rayonnement, une partie du personnel devait aller immédiatement dehors et vérifier s'il y avait un objet dans le ciel.

Environ pendant trois semaines après le premier incident une répétition s'est produite. Tandis que des rayonnements excessifs s'enregistraient sur les instruments dans le laboratoire, un seul objet sombre a été vu que filant à travers le ciel, là encore les instruments ont été vérifiés mais, comme avant, aucun défaut de fonctionnement n'a été trouvé.

Après cette deuxième observation, selon le scientifique, une étude de recherche a été commencée au laboratoire. Les personnes qui ont fait les observations visuelles n'étaient pas sûres que l'objet qu'elles avaient vu n'aurait pas pu être un avion. Quelqu'un a suggéré que peut-être un certain type d'équipement de radar dans l'avion, si c'est ce qu'était l'objet, pouvait avoir affecté l'équipement de détection de rayonnement. Ainsi des arrangements ont été pris pour faire voler tous les types d'avions au-dessus du secteur avec leur radar en fonction. Rien d'anormal ne se produisit. Tous les types possibles d'équipement de recherches aéroporté ont été envoyés effectuer des vols semblables dans l'espoir qu'un certain avion comportant des équipements spéciaux qui ne sont pas normalement portés s'avérerait avoir causé le pic dans les radiations. Mais rien hors de l'ordinaire ne s'est produit pendant ces essais non plus.

On a faute de mieux fait une tentative de conclusion, continua le scientifique, que les lectures anormalement élevées de rayonnement étaient "officiellement" dues à un certain défaut de fonctionnement capricieux de l'équipement et que les objets aperçus visuellement étaient des oiseaux ou des avions. Un rapport à cet effet a été rédigé pour les autorités militaires, mais puisque la conclusion a déclaré qu'aucune soucoupe volante n'était impliquée, le rapport a été classé dans un certain dossier inconnu. le Projet Blue Book ne l'a jamais obtenu.

Peu de temps après le deuxième épisode de radiation d'OVNI le groupe de recherche a fini son travail. cela avait le moment ou le scientifique qui s'était rendu compte la première fois des incidents me les a rapportés. Un ami à lui, un des hommes impliqués dans les observations, avait envoyé les détails dans une lettre.

Pendant que l'histoire des observations se diffusait elle a été largement discutée dans les cercles scientifiques, avec le résultat que la conclusion, un défaut de fonctionnement d'équipement, a commencé à être remis en cause plus sérieusement. Parmi les scientifiques qui ont estimé que davantage de recherche sur tels phénomènes devait être effectuées, il y avait l'homme à qui je parlais et une partie des gens qui avait fait les observations originales.

Environ un an après le scientifique et ces investigateurs originaux ont travaillés ensemble. Ils ont décidé de faire à quelques essais supplémentaires, sur leur propre temps, mais avec l'équipement de détection de rayonnement conçu de telle manière que la possibilité de défaut de fonctionnement serait presque nulle. Ils ont formé un groupe de personnes qui étaient intéressés par le projet, et ont passé des soirées et des week-ends a assembler et installer leur équipement dans un bâtiment abandonné sur une petite crête de montagne. Pour assurer leur intimité et pour éviter de réveiller un intérêt anormal parmi les gens qui ne faisaient pas partie du projet, le scientifique et ses collègues ont dit à tous qu'ils avaient formé un club de minéralogie. La ruse du "club de minéralogie" a dissimulée leurs expéditions de week-end parce que les "fadas des cailloux" sont connus pour leur penchant à courir les montagnes dans la recherche de spécimens.

L'équipement que le groupe avait installé dans le bâtiment abandonné avait été conçu pour fonctionnement de manière automatique. Des tubes de Geiger ont été arrangés en un pattern de sorte qu'une certaine idée quant à la direction de la source de rayonnement puisse être obtenue. Pendant les observations originales le facteur de défaut de fonctionnement de l'équipement n'avait pas pu être établi ou réfuté avec certitude parce que certaines données critiques n'avaient pas été mesurées.

Pour obtenir des données sur des observations visuels, le "Club minéralogique" a dû compter sur la vigne de soucoupe volante, qui existe dans chaque laboratoire scientifique principal dans le pays.

D'ici la fin d'été de 1950 ils étaient opérationnels. Pendant les trois mois suivants le scientifique et son groupe ont maintenu leur équipement de détection de rayonnement actif vingt-quatre heures sur vingt-quatre, mais les enregistrements n'ont montré rien excepté l'activité habituelle de bruit de fond. La vigne de soucoupe a rapporté des observations dans le secteur général des essais, mais aucune au dessus des équipements au sommet de la montagne.

Le voyage vers la baraque des d'instrument, qui devait être fait tous les deux jours pour changer les bandes, a commencé à devenir fatiguant pour les "chercheurs de cailloux, " et il y eut certaines discussions pour abandonner la surveillance.

Mais la patience finit par payer. Au début de Décembre, vers environ dix heures le matin, la vigne a rapporté des observations d'un objet de forme argentée et circulaire près de la baraque des instruments. L'OVNI a été vu par plusieurs personnes.

Quand les "chasseurs de roches" ont vérifié les bandes d'enregistrement dans leur baraque ils ont constaté que plusieurs des tubes de Geiger avaient été déclenchés à 10:17 du matin. L'augmentation enregistrée des radiations était d'environ 100 fois plus grande que l'activité normale de fond.

Trois fois de plus, durant les prochains deux mois l'équipement du "club minéralogique" a enregistré le rayonnement anormal occasionnellement quand la vigne a rapporté des observations visuelles d'OVNIS. Un des observations visuels a été confirmée par radar.

Après ces incidents le "club Minéralogique" a maintenu ses instruments en fonction jusqu'à juin 1951, mais rien de plus n'a été enregistré. Et, assez curieusement, pendant cette période ou le niveau de rayonnement était demeuré normal, les observations visuelles dans le secteur se sont également taries. Le "club Minéralogique" a décidé de se concentrer pour déterminer la signification des données qu'ils avaient obtenues.

En conséquence, le scientifique et le groupe ont effectué une étude détaillée de leurs résultats de dessus de la montagne. Ils avaient de nombreux amis travaillant sur de nombreux projets de recherche dans l'ensemble des Etats-Unis et parvinrent à les visiter et à conférer avec eux lors de leurs voyages professionnels. Ils ont étudié la possibilité d'activité peu commune de taches solaires, mais les taches solaires avaient été normales pendant les brèves périodes du rayonnement élevé. Ils abandonnèrent les taches solaires comme cause quand leurs enregistrements n'ont montré qu'aucune augmentation des rayonnements quand l'activité de tache solaire avait été anormale.

Les "fanas des cailloux" ont vérifié chaque projet de recherche possible qui pourrait avoir produit un certain rayonnement parasite que leurs instruments auraient pu capter. Ils n'ont rien trouvé. Ils ont vérifié et ont revérifié leurs instruments, mais ne purent trouver aucun facteur qui pourrait avoir induit de fausses lectures. Ils ont laissé d'autres scientifiques vérifier leurs résultats, espérant que ces tiers pourraient mettre le doigt sur des erreurs qui auraient été négligées.

Maintenant, plus d'un an après que les occurrences des incidents mystérieux aient été enregistrés, après un an passé à analyser leurs données, les "fanas des cailloux" n'avaient trouvé aucune réponse.

Selon les meilleurs essais scientifiques qu'ils avaient pu appliquer, les observations visuelles et le rayonnement élevé avaient eu lieu plus ou moins simultanément.

Il est difficile de tuer des idées intrigantes, et celle-ci a eu la vie longue, probablement en raison de l'élément de mystère qui entoure le sujet des soucoupes volantes. Mais l'esprit scientifique s'acharne à retirer le mystère des événements non expliqués, il n'est donc pas étonnant que la recherche ait continué.

Selon mon ami le scientifique, peu de gens en dehors du laboratoire où les "minéralogistes" ont travaillé ont été informées sur les activités "Club," et d'autres ont monté des groupes de détection de rayonnement de leur propre initiative.

Par exemple, deux étudiants diplômés en astronomie d'une université du Sud-Ouest ont mis en route une surveillance similaire, sur une échelle modeste, en utilisant un compteur Geiger standard modifié comme appareil de détection. Ils n'ont pas installé d'enregistreur dans leur équipement, cependant, et par conséquent, ils ont été forcés de surveiller leur équipement sans interruption, ce qui a naturellement réduit le temps où ils étaient en fonction. En deux occasions ils ont censément détecté un pic de radiations élevées.

Bien que la sincérité des deux astronomes n'ait pas été contesté, le scientifique a estimé que l'exactitude de leurs lectures était pauvre plutôt en raison de la mauvaise qualité de leur équipement.

Le scientifique m'a alors parlé d'un effort bien plus impressionnant de vérifier ou réfuter les résultats du "Club Minéralogique." Les nouvelles des "traqueurs de cailloux" et leur travaux s'étaient portées jusqu'à un grand laboratoire dans l'Est. Un colonel de l'Armée de l'Air, en service au laboratoire, a raconté l'histoire à certains de ses amis, et ils ont décidé d'examiner personnellement la situation.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: LES OVNIS ET LES RADIATIONS   Dim 19 Oct 2008, 22:48

Heureusement ces personnes étaient à un emplacement merveilleux pour faire de telles recherches. A leur laboratoire une surveillance exhaustive des environs fut réalisée. Un système raffiné d'équipement de détection de radiations avait été installé pour observer un rayon de 100 milles autour du laboratoire. En outre, les défenses du secteur comportaient un réseau de radars.

Grâce à l'éclat des aigles argentés sur son uniforme, le groupe du colonel a obtenu la permission de vérifier les enregistrements du poste de détection des rayonnements et de consulter les journaux d'activité des stations de radar. Ils ont trouvé des exemples où, au moment même ou des rayonnement dans le secteur avaient été beaucoup plus élevés que la normale, le radar avait eu un OVNI sur son écran. Ces événements s'étaient produits pendant la période débutant en janvier 1951 jusque qu'au 2 Juin 1951 environ.

En apprenant les résultats expérimentaux encourageants que le groupe du colonel avait trouvé dans leurs enregistrements passés, les gens des équipages de détection de rayonnements et ceux des sites de radar se sont intéressées à établir un coopération pour effectuer davantage de recherche. Un lien de communication vers la vigne locale des soucoupes a permis d'établir un contrôle en trois points.

Une soirée de Juillet, juste avant le coucher du soleil, deux personnes du groupe du colonel étaient en train de conduire vers chez eux depuis le laboratoire. Alors qu'ils filaient le long de la route ils ont noté deux voitures arrêtées en avant d'eux. Les occupants se tenaient près de la route, regardant quelque chose dans le ciel.

Les deux scientifiques se sont arrêtés, sont sortis de leur voiture, et ont également scruté le ciel. Bas sur l'horizon oriental ils ont vu un objet circulaire lumineux se déplacer lentement au Nord. Ils l'ont observé pendant un moment, ont pris quelques notes, puis ont conduit de nouveau pour revenir au laboratoire.

Des nouvelles intéressantes les y attendaient. Le radar avait détecté un écho non identifié près de zone où les scientifiques dans la voiture avaient vu l'OVNI, et il avait voyagé au nord. Un chasseur à réaction avait été dépêché vers cet objectif, mais quand il est arrivé dans le secteur concerné, l'écho radar était passé hors de portée. Le pilote entr'aperçut quelque chose qui ressemblait à l'OVNI rapporté, mais avant qu'il puisse vérifier de près il a dû se placer face au soleil pour le rejoindre et il a perdu l'objet de vue.

Plusieurs jours ont passés avant que les rapports sur les radiations de toutes les stations puissent être rassemblées. Quand les rapports sont arrivés ils ont prouvé que les stations à l'Est du laboratoire, sur un parcours approximativement concordant avec la détection de la trace radar, avaient montré l'augmentation la plus élevée des radiations. Les stations à l'Ouest du laboratoire n'ont rien montré.

La signification possible de cet incident bien documenté a stimulé le groupe du Colonel pour prolonger et raffiner leurs activités. Leur idée était construire un instrument de détection de rayonnement dans un réservoir supplémentaire d'avion vide et d'accrocher le réservoir sur un F-47. Alors quand un OVNI serait rapporté ils effectueraient un vol de recherche dans le secteur et essayeraient d'établir si une certaine zone du ciel était plus radioactive que d'autres secteurs. En outre, ils ont proposé de construire un détecteur fortement directionnel pour le F-47 et d'essayer réellement de dépister un OVNI.

La conception d'un tel équipement a été commencée, mais beaucoup de retards se sont accumulés. Avant que le groupe du colonel puisse obtenir la construction d'une partie quelconque de cet équipement, certain des membres quitèrent le laboratoire pour d'autres travaux, et le colonel, qui a faisait avancer l'opération, a lui-même été transféré ailleurs. Tous leurs efforts ont été réduit à néant.

Le scientifique n'a pas été étonné que je n'avais pas été au courant de l'histoire du groupe du colonel. Toutes les personnes impliquées, dit-il, avaient maintenu le silence afin d'éviter le ridicule. Le scientifique a ajouté qu'il serait heureux de me donner toutes les données qu'il avait eues sur les observations de son "Club minéralogique," et il m'a dit où obtenir les informations sur les deux astronomes et le groupe du colonel.

Armé avec les notes du scientifique et les bandes d'enregistrements, je suis parti pour mon bureau à la base aérienne de Wright-Patterson, Dayton.

Avec les bénédictions de mon chef, j'ai commencé à compléter le reste des informations sue le rayonnement. Les données que nous avons eues, particulièrement celles du "Club Minéralogique" du scientifique, avait été complètement analysé, mais nous avons pensé que depuis que nous avions maintenant eu accès à des données plus générales quelque chose de neuf et de plus significatif pourrait être trouvé.

D'abord je suis entré en contact avec l'organisme gouvernemental pour lequel toutes les personnes impliquées dans ces investigations avaient travaillé, les scientifiques qui ont enregistré l'incident original, le scientifique et son "Club Minéralogique," le groupe du colonel, et le reste.

Les gens à l'agence étaient très coopératives mais ont souligné le fait que les activités que j'étudiais étaient strictement des affaires extracurriculaire des scientifiques impliqués, n'avaient eu aucune sanction officielle, et ne devraient pas être rapprochées de l'agence, en aucune manière quelle qu'elle soit. Cette réaction de porte fermée était typique de la façon dont les mots "soucoupe volante" semblent effrayer certains.

Ils m'ont aidé à localiser le rapport sur l'incident original, cependant, et puisqu'il a semblé être la seule copie existante, je me suis chargé pour l'emprunter.

A peu près au même moment nous avions localisé les deux étudiants diplôméS d'astronomie au Nouveau Mexique. Tous deux avaient maintenant eu leur Doctorat et étaient responsables sur des projets fortement secrets. Ils ont répété leur histoire, que j'avais reçue en première main par le scientifique, mais n'avaient gardé aucun enregistrements de leurs activités.

En une occasion, juste avant l'aube dimanche matin, ils étaient sur le toit, faisant quelques observations météorologiques. L'un d'eux écoutait le compteur Geiger quand il a détecté une augmentation nette des déclics.

Juste au moment ou la fréquence des déclics atteignait sa crête plus élevée - presque un bourdonnement régulier - un grand aérolithe, qu'ils ont décrit comme "spectaculaires," a filé à travers le ciel. Les observateurs avaient tous deux plusieurs des aérolithes verts et avaient dit que cet objet leur était semblable de tous points sauf que la couleur était un blanc bleu brillant.

Avec la disparition de l'aérolithe, le compteur s'est une fois de plus remis à son déclic régulier par seconde. Ils ont ajouté que par le passé ils aient détecté une augmentation semblable de la fréquence des déclics mais n'avaient vu rien dans le ciel.

En racontant leur histoire, les deux astronomes ont souligné le point que leurs données étaient ouvertes à de nombreuses critiques, principalement en raison de l'instrumentation limitée qu'ils avaient employée. Nous en avons convenu. Cependant leur travail tendait toujours à confirmer les résultats des investigations plus raffinées et plus systématiques de rayonnement.

Les dieux qui observent d'en haut le projet des OVNIS nous souriaient à ce moment, parce qu'un matin j'ai reçu un appel d'un Colonel de la base aérienne de Wright-Patterson. Il allait être dans notre secteur ce matin et avait prévu de passer me voir.

Il est arrivé en quelques minutes et s'est avéré n'être pas moins que le Colonel qui avait dirigé le groupe qui avait étudié les OVNIS et les radiations au laboratoire dans l'Ouest. Il a répété son histoire. C'était la même que celle que j'avais entendue par le scientifique, sauf quelques différences insignifiantes. Le colonel n'avait aucun dossier concernant les opérations de son groupe, mais savait qui les avait. Il a promis de passer un télégramme à la personne, et il le fit immédiatement.

La réponse était un peu décevante. Pendant les mois de l'expérience les données avaient été dispersées parmi les membres du groupe du Colonel, et quand le groupe s'est dissout, il en fut de même pour les dossiers.

Donc tout ce que nous avions pour nous baser dessus était la parole du Colonel, mais du fait qu'il dirigeait maintenant un projet de niveau supérieur prioritaire à Wright, il serait difficile de ne pas le croire.

Après avoir obtenu le récit du Colonel, nous avons rassemblé toutes les données disponibles au sujet des incidents connus dans lesquels il a semblé y avoir une corrélation entre les observations visuelles d'OVNIS et la présence de rayonnements atomiques excessifs dans le secteur des observations.

Il y avait une dernière chose à faire. J'ai voulu prendre les dates et les heures de toutes les augmentations rapportées de rayonnement et les comparer avec toutes les sources des rapports d'OVNIS. Ce projet demanderait beaucoup de travail et serait assez ingrat, mais j'ai estimé qu'il offrirait les preuves les plus positives et les plus complètes que nous pourrions réunir si une corrélation existait.

En conséquence, nous avons creusé dans nos notes et dossiers, les logs de radars CDA, les dossiers des services de presse, les archives des journaux, et les dossiers des gens qui rassemblent des données sur les soucoupes. A chaque fois que nous avons trouvé un rapport visuel qui était en corrélation avec un pic de rayonnement, nous avons vérifié les conditions atmosphériques, les vols de ballons, les rapports astronomiques, etc.

Aussitôt que toutes les données furent assemblées, je me suis chargé pour qu'un groupe de consultants en la matière de l'Armée de l'Air le vérifie au plus vite. J'ai obtenu la même vieille réponse - les données ne sont toujours pas assez bonnes. Les gens étaient très intéressés par les rapports, mais quand le temps est venu de mettre leurs commentaires par écrit, ils ont dit, "pas assez de preuves concluantes." Si d'une manière quelconque les OVNIS pouvaient avoir été photographié pendant que les détecteurs de rayonnement devenaient comme fous, cela aurait été une histoire différente, m'ont ils plus tard indiqué, mais avec les données que je leur ai confié c'était la seule réponse qu'ils pouvaient donner. Personne ne pouvait expliquer les pics soudains des rayonnement, mais il n'y avait aucune preuve qu'ils étaient associés aux OVNIS.

Le comité directeur avait écrit le dernier mot de cette recherche. J'ai informé le colonel, et il n'a pas aimé la décision. Plus tard j'ai traversé la ville où le scientifique travaillait. Je me suis arrêté au-dessus de quelques heures pour lui communiquer les résultats de la décision du conseil. Il a secoué sa tête en signe d'incrédulité.

Il est intéressant de noter que le Colonel et le scientifique ont réagi de la même manière. "Nous ne sommes pas des imbéciles - nous étions là - nous l'avons vu - eux pas. Que veulent-ils pour preuve?"

http://ufologie.net/indexf.htm

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES OVNIS ET LES RADIATIONS   

Revenir en haut Aller en bas
 

LES OVNIS ET LES RADIATIONS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LES OVNIS ET LES RADIATIONS
» 5/11/1990. Vague d'Ovnis française. Témoignage objet au dessus de Stains.(93)
» Pourquoi si peu de films et de photos d'ovnis (évolution des moyens techniques)?
» Diamagnétisme et sustentation des ovnis près du sol
» OVNIS dans le cambrésis - Nuit 21-22 Août 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: ovni - définition informations et histoire :: Les études et avis scientifiques-