Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 Le Project Camelot veut nous vendre sa camelote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maxou
Bonne participation
Bonne participation
avatar



Masculin Age : 51
Nombre de messages : 81
Inscription : 15/12/2007
Localisation : Jarny Lorraine
Emploi : Libraire en ésotérisme
Passions : musique
Règlement : Règlement

MessageSujet: Le Project Camelot veut nous vendre sa camelote   Mar 15 Juil 2008, 00:38

Il était environ 1h3O du matin, le 5 Juillet 2008. Kerry Cassidy co-fondatrice du Project Camelot avec Bill Ryan, témoigne qu’elle vient d’observer distinctement un immense engin éclairé au-dessus d’une petite ville suisse, près du Lac de Genève.


Bill Ryan rendait visite à un ami, et il est sorti trop tard de quelques minutes. Ils n’ont pu filmer l’objet en vidéo, mais Bill a enregistré les réactions de Kerry, encore impressionnée, juste après l’évènement.

“J’étais à peine sortie dans la rue, quelqu’un m’a fait lever les yeux vers le ciel. Il y avait des lumières. Je discernais mal les contours de cet objet, qui était plus grand que ma main, à bras tendu. Cependant le centre était bien visible. Je me demande pourquoi, après qu’il se soit montré de manière aussi ostensible, il a commencé à s’estomper.

C’était comme si cette chose s’était rendu compte qu’il y avait toujours des gens en bas, malgré l’heure tardive, pour la regarder. Le plus remarquable, c’était de le voir se fondre progressivement dans la nuit. J’ai d’abord pensé à un engin terrestre. Le fait que les lumières ne disparaissent pas instantanément pouvait aussi suggérer une haute technologie aliène, parce qu’en fait il était toujours là.“

http://projectcamelotportal.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.artsdivinatoires.com
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le Project Camelot veut nous vendre sa camelote   Mer 09 Mar 2011, 14:19

Citation :
Le "Projet Camelot" a pour vocation d'informer le public sur les grands enjeux exopolitiques actuels en rassemblant différents témoignages de spécialistes de ces sujets. Parmi ces témoignages figure celui d'un physicien, haut fonctionnaire américain très impliqué dans la question des relations du gouvernement des États-Unis avec les extraterrestres. Il a utilisé le pseudonyme d'Henry Deacon pour décrire l'incroyable technologie développée dans l'ombre par les "black programs" américains : voyages spatio-temporels, portes des étoiles, colonisation de Mars, armes climatiques et contrôle démographique, et surtout pour en dénoncer les méfaits.

Rectification c'est Henry Ducon son pseudonyme svp ils sont fous ces américains et dire qu'il y a des gens pour marcher là dedans.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le Project Camelot veut nous vendre sa camelote   Mer 09 Mar 2011, 14:25

Voici la présentation de ce pseudo projet réalisé par des gens qui n'ont pas toute leur tête:

Citation :
La réalité va bien au-delà des fictions les plus audacieuses, puisqu'il s'avère que ces technologies ont déjà provoqué des fissures au niveau de notre trame spatio-temporelle. Le problème de ces ruptures dans notre espace-temps est qu'elles ouvrent la voie à des choses et même à des êtres "indésirables" qui risquent de nous compliquer la tâche au cours de notre Transition vers l'Âge d'Or.

Voici donc le témoignage d'Henry Deacon recueilli par Bill Ryan et Kerry Cassidy du Projet Camelot. Il avait accepté de les rencontrer en septembre 2006.

Responsables du Projet Camelot : Parlez-nous de vous-même, dans les limites de ce que vous pouvez dire.

Henry Deacon : Je suis fonctionnaire au sein d'un organisme gouvernemental bien connu dont le sigle se compose de trois lettres... Il se peut que je prenne un certain risque à vous parler, encore que je n'ai pas l'intention de vous communiquer des informations que j'estime classées secrètes ou relevant de la sécurité nationale. J'ai été impliqué dans de nombreux projets, au sein de nombreuses agences différentes et durant plusieurs années.

Pour commencer par l'essentiel, je pense être un "walk-in", c'est-à-dire une âme ayant remplacé au cours de son incarnation celle d'un collégien de quatrième. J'ai des souvenirs d'une autre planète qui se mélangent dans un certain désordre avec mes souvenirs d'enfance. Ce que je ressens est bizarre et difficile à expliquer. J'ai toujours eu, intuitivement, la capacité de pénétrer des informations scientifiques complexes et de comprendre des systèmes savants sans avoir reçu de formation préalable. Je travaille principalement sur ces systèmes. En toute modestie, je dois vous dire que je suis en possession d'une grande masse d'informations scientifiques avancées ; mais je ne peux rien révéler à ce sujet pour le moment.

P.C. : Pourriez-vous donner (via l'enregistrement) quelques indices quant à vos employeurs ?

H.D. : Non, pas sur un enregistrement, je ne peux me le permettre.

P.C. : Quelle information importante estimez-vous avoir à donner au monde ?

H.D. : Il y en a tant, je ne sais par où commencer. Par exemple, concernant le 11 septembre, j'étais au courant deux ans avant, pas en détail, mais dans les grandes lignes. On en parlait, il fallait un événement susceptible de changer la donne. Je sais qu'une guerre est prévue pour 2008 entre les États-Unis et la Chine. C'est de la géopolitique et cela n'a rien à voir avec les opérations secrètes [black ops]. Voilà deux sujets dont j'ai eu vent au passage, mais je n'ai pas d'information détaillée.

P.C. : Vous voulez dire que les États-Unis et la Chine travaillent à un projet de guerre simulée ?

H.D. : Le Pentagone s'y est mis dès 1998. Il vous faut savoir que les États-Unis et la Chine sont comme cul et chemise pour pratiquement tout ; cette guerre est une opération conjointe entre eux. C'est d'ailleurs le cas de la plupart des guerres, et depuis longtemps. Voulez-vous autre chose d'aussi désagréable à entendre ? J'ai parlé à quelqu'un qui était en service dans une unité d'essais de missiles dans le Pacifique et en Extrême-Orient. Les missiles étaient acheminés vers le site d'essais dans des conteneurs très soigneusement et hermétiquement scellés. Après les essais, les conteneurs étaient renvoyés, toujours aussi bien scellés, mais vides, ou supposés vides. Un jour, mon interlocuteur s'est trouvé près d'un conteneur au moment où il a été ouvert ; il n'était pas vide mais rempli de sacs de poudre blanche.

P.C. : De la cocaïne ?

H.D. : Je vous laisse conclure, mais je ne pense pas que c'était du sucre. Je me contenterais d'émettre, à titre personnel, l'hypothèse que, s'agissant de ce genre d'opération, ce modus operandi serait parfaitement concevable au plan logistique : ce serait la façon la plus sûre de contourner toutes les sécurités, les douanes, les frontières, tous les contrôles portuaires, etc. C'est parfait, de même que les armes et munitions ont toujours passé les frontières par courriers diplomatiques entre consulats. Cela se produit tout le temps.

P.C. : Vous considérez-vous comme un physicien ?

H.D. : Oui, tout en abordant aussi d'autres domaines, je suis spécialiste des systèmes. Je me sens bien à Livermore [Lawrence Livermore National Laboratory], tout le monde ici est très professionnel, on ne perd pas son temps avec des broutilles.

P.C. : Qu'auriez-vous à dire de l'état de la physique au sein du complexe militaro-industriel ?

H.D. : Ils ont des décennies d'avance sur la physique officielle publiée dans les revues spécialisées et accessibles au public. Certains programmes abordent des sujets qui dépassent ce qui est concevable pour des physiciens classiques ou compatible avec leur expérience et leur imagination..


Ruptures du tissu spatio-temporel.

P.C. : Par exemple ?

H.D. : [Longue réflexion]. Un projet en cours à Livermore, qui s'appelle Shiva Nova, utilise des batteries de lasers géants. Ils sont vraiment énormes, avec des condensateurs géants, des terawatts d'énergie et cela dans un bâtiment construit sur des ressorts énormes [il étend les bras pour illustrer le propos], le tout braqué sur un minuscule petit point. Cela provoque une réaction de fusion qui reproduit certaines conditions d'essais d'armes nucléaires. Ce sont des essais nucléaires en laboratoire et des enregistrements de données très avancées sont faits sur le petit point où se concentre toute cette énergie. Le problème, c'est que ces tirs à très hautes énergies provoquent des déchirures dans le tissu spatio-temporel. On a déjà pu observer cela à Hiroshima et Nagasaki et on peut même le déceler dans d'anciens documents cinématographiques. Je vous donne un lien Internet [Ce lien peut être visité ICI ]; regardez bien ce qui ressemble à une sphère d'énergie en expansion. Le problème des ruptures dans l'espace-temps, grandes ou petites, c'est qu'elles ouvrent la voie à des choses ou à des êtres indésirables.



P.C. : Quelles choses ?

H.D.: Des choses dont nous avons tous entendu parler et que l'on voit beaucoup sur la "toile". Des êtres, des influences de toutes sortes, des bizarreries, et je vous assure que cela crée de gros problèmes.

P.C. : Quel genre de problèmes ?

H.D. : [Pause]. Leur présence et ce qui se passe ensuite. En outre, lorsqu'on provoque des ruptures du tissu spatio-temporel, qu'on le veuille ou non, on brouille le temps lui-même. Les tentatives de réparation n'ont fait qu'engendrer une superposition complexe de boucles temporelles. Il y a des aliénigènes qui essayent de nous aider... d'autres pas. Lorsqu'on prédit l'avenir, il ne peut être question que d'avenirs probables ou possibles. Ceci est extrêmement complexe et ultra secret. Finalement, c'est un énorme désordre ; nous avons ouvert la boîte de Pandore et sommes toujours incapables d'en gérer les conséquences.

P.C. : La question des chronologies multiples nous rappelle les informations rapportées par Dan Burisch [ancien membre du MJ12]. Qu'en pensez-vous ?

H.D.: [Geste de négation]. Je ne sais rien là-dessus...

P.C. : D'accord. Qu'avez-vous d'autre à dire concernant le problème des chronologies ?

H.D. : Tout simplement qu'il n'est pas résolu. Le risque, c'est que chaque fois qu'on essaye de rétablir la situation, on aggrave les choses, cela ne fait qu'empirer.


Le microbiologiste Dan Burisch




Portails de voyages dans le temps

P.C. : Y a-t-il certains aliénigènes qui voyagent dans le temps, ainsi que le prétend Dan Burisch ?

H.D. : Oui..

P.C. : Connaissez-vous le projet Montauk ?

H.D. : Cela a provoqué un énorme problème... et engendré une boucle de quarante années. Je ne sais rien d'Al Bielek, et je mets en doute certaines de ses informations, mais il s'est effectivement produit quelque chose comme cela ; comme d'ailleurs dans l'expérience de Philadelphie. John von Neumann y a été très impliqué.

NOTA : Développé dans une base secrète souterraine de l'armée américaine située non loin de Manhattan (New York), tout près de l'île de Long Island, le projet Montauk avait pour objectif la mise au point et l'expérimentation d'un système permettant à des humains d'acquérir l'invisibilité, d'ouvrir un sas dans notre espace-temps et, accessoirement, d'établir des contacts avec des civilisations extraterrestres présentes, passées et mêmes futures.

P.C. : Alors, Montauk, c'était authentique ?

H.D. : Oui, un désastre; ils ont provoqué une rupture du temps qu'ils sont toujours dans l'impossibilité de réparer. Notez que cela concerne aussi le Programme Ar-enciel [Rainbow Project], les portes des étoiles… ils y travaillaient aussi. Mais certains comptes-rendus de Montauk sur Internet ne me convainquent pas du tout. J'ai vu des photos du matériel qu'ils sont sensés avoir utilisé : c'est de la quincaillerie sans valeur, un tas de ferraille.

P.C. : La question des portes temporelles m'a toujours perturbé parce que je ne vois pas comment ni pourquoi ces portes resteraient fixées à certains lieux sur la planète, alors qu'elles se déplacent dans l'espace. Lorsqu'une ouverture est créée dans l'espace-temps, on s'attendrait à ce qu'elle soit rapidement distancée tandis que la planète tourne sur elle-même, se déplace sur son orbite et que même le système solaire tout entier se déplace autour du centre galactique. Tout bouge, tout le temps, c'est bien connu ; pouvez-vous éclaircir cela ?

H.D. : Non, je ne peux pas. Mais je vous comprends. Les portails demeurent effectivement en certains lieux, comme ancrés à la planète. J'ignore pourquoi ils ne se perdent pas en route, ne dérivent pas ailleurs, peut-être s'agit-il d'un ancrage gravitationnel, vos suppositions valent bien les miennes. Une de ces portes nous connecte à Mars, et c'est un lien stable, quelles que soient les positions respectives des deux planètes. Nous avons déjà une base là-bas depuis les années 60, plusieurs bases en fait.

P.C. : Ainsi, nous avons déjà exploré Mars ?

H.D.: Bien sûr, il y a longtemps ! Aviez-vous vu la série télévisée "Alternative Three" ? La scène d'arrivée sur Mars, ainsi que d'autres, étaient des parodies, mais il y avait tout de même un fond de vérité.

P.C. : Que savez-vous d'autre en tant que physicien travaillant à ces projets ?

H.D. : Si vous avez une certaine culture en physique, voici ce qui pourrait vous intéresser. Vous savez ce qu'est un signal non local : deux particules en des endroits différents de l'univers, peuvent apparemment communiquer entre elles instantanément, quelle que soit la distance. Des systèmes ont été mis au point qui permettent des communications, localement ou sur de vastes distances, en ayant recours à une technologie qui rend toute écoute indiscrète impossible parce que rien, aucun signal, ne circule entre les deux stations qui puisse être codé ou intercepté. L'élégance de la chose, c'est que ces systèmes sont très faciles à construire. Sur deux planches à pain, avec des composants bon marché que n'importe qui peut acheter, vous pouvez créer deux circuits chaotiques et communiquer de cette façon ; c'est à votre portée si vous savez comment faire.

P.C. : Y a-t-il d'autres applications que les communications ?

H.D. : [Réflexion]. Oui.

P.C. : Que pouvez-vous nous raconter d'autre ?

H.D. : Ah je comprends, je ne m'étais pas rendu compte tout de suite que vous êtes aussi le créateur du site Internet Serpo. À ce sujet, je vous signale que cette opération ne portait pas ce nom-là, et je doute que ce voyage ait duré six mois ; ce n'est pas comme cela qu'ils voyagent.

NOTA : Cf. le site francophone consacré au PROJET SERPO et au programme d'échange avec les Zétas de Reiculum

P.C. : Vous voulez dire que le voyage était instantané ?

H.D. : [Pause]. Je ne pense pas qu'ils aient voyagé ainsi que c'est décrit sur le site Serpo. Il y avait peut-être de nombreux autres programmes. Les voyages sur de telles distances ne sont faisables qu'en utilisant des portes, tout autre moyen est insuffisant.

P.C. : Vous voulez dire qu'ils sont passés par des portes des étoiles ?

H.D. : Vous pouvez les appeler comme ça. Je pense aussi que la région en question n'est pas celle de Zeta de Reticulum, je crois que c'est plutôt Alpha du Centaure. Il me semble que vous en parlez sur le site.

P.C. : Qu'est-ce qui vous fait dire cela ?

H.D. : Zeta 1 et 2 sont très loin l'une de l'autre, alors que Alpha et Proxima du Centaure sont très proches. Alpha du Centaure possède un système solaire très semblable au nôtre, bien que plus ancien, et ses planètes sont sur des orbites stables. Il y a trois planètes habitées, la deuxième, la troisième et... je crois, la cinquième.

P.C. : Voilà qui est étonnant, avez-vous eu connaissance de ceci dans le cadre de votre activité professionnelle ?

H.D. Oui, c'est une chose connue. Il est relativement facile d'arriver là-bas, c'est à moins de cinq années-lumière, autrement dit, à côté de la porte. Les gens là-bas ont un aspect très humain, ils ne sont pas du tout comme les "Gris", ils nous ressemblent beaucoup. D'ailleurs, la forme humaine est très répandue dans l'univers.












Les gens là-bas ont un aspect très humain, ils ne sont pas du tout comme les "Gris", ils nous ressemblent beaucoup: ils ont des enfants, qu'ils élèvent avec amour, mais ils ne sont pas soumis à la dualité et vivent dans l'harmonie.











P.C. : Une de ces planètes est-elle désertique ? C'est ce que j'ai vu sur la photo qui est décrite : deux soleils qui se couchent sur un désert; cela m'a vraiment impressionné.




H.D. : En effet, il y a une planète désertique.

P.C. : Le projet Looking Glass vous est-il familier ? [NdT : nom emprunté au titre du tome II d' "Alice au Pays des Merveilles" : "Through the Looking Glass" = "À travers le miroir"].

H.D. : Ce nom m'est familier…

P.C. : Il s'agissait d'une technologie qui permettait de lire dans le futur et dont nous a parlé Dan Burisch ; avez-vous été mêlé à cela ?

H.D. : Nous ne sommes pas les concepteurs de cette technologie, nous l'avons reçue ou récupérée d'un vaisseau capturé. Je n'ai pas travaillé là-dessus.

P.C. : Il paraît qu'à Los Alamos, ils ont une porte des étoiles de fabrication humaine, le saviez-vous ?



H.D. : [Il se contente de sourire]

P.C. : Pouvez-vous nous parler de Los Alamos ?

H.D. : Allez visiter le site de Los Alamos et là, vous chercherez sous « gravity shielding » [affranchissement gravitationnel] et des choses de ce genre, tout y est. Cela peut avoir été mis dans le domaine public par erreur ; vous pourriez recommander aux internautes d'archiver ces pages avant de publier ceci et qu'elles ne disparaissent. Pour le moment, vous pouvez le voir par vous-même, je ne vois pas ce que je pourrais ajouter.


OVNIS et E.T.

P.C. : Que pouvez-vous nous dire à propos de la présence des Aliénigènes ?

H.D. : Voyez le film "Wavelength". [film américain de 1983, de Mike Gray]. C'est fondé sur un événement réel qui s'est produit à Hunter Liggett, voilà un cas remarquable. L'avez-vous vu ?

P .C. : Non. Où se trouve Hunter Liggett ?

H.D. : À 145 km dans le sud-est de Monterey en Californie. À l'époque, j'étais à Fort Ord. C'était au début des années 70, j'étais militaire et enrôlé au CDCEC (Combat Developments Command Experimentation Command). Vous pouvez vérifier. Nous faisions les essais de toutes sortes de systèmes et nous vivions en campagne. Nous portions souvent des lunettes de protection contre les lasers et devions régulièrement subir des examens de la rétine. On avait même posé des lunettes spéciales au bétail qui se trouvait dans les champs ! C'était le spectacle le plus insolite que vous puissiez imaginer. Un jour; pendant nos essais, un disque est venu se placer en vol stationnaire juste devant nous au-dessus des champs. Alors [pause].., nous avons abattu ce foutu machin.



P.C. : Vous avez abattu une soucoupe volante ?

H.D. : [Opine de la tête]. Nous n'aurions jamais dû ; ce n'était pas moi personnellement, mais mon groupe. Nous avions toutes ces armes spéciales sous la main et je crois qu'ils ont paniqué et se sont cru en train de jouer dans un polar. Le vaisseau endommagé a été capturé ainsi que ses occupants, que j'ai pu apercevoir brièvement. C'était des humanoïdes de taille enfantine au crâne glabre avec de petits yeux, et non les grands yeux en amande. Je ne sais pas si ce fait est connu, je ne crois pas que cela se trouve sur Internet.

P .C. : C'est incroyable, je n'en ai jamais entendu parler.

H.D. : La plupart des autres témoins se sont retrouvés au Vietnam et beaucoup ont été tués ; peut-être suis-je le dernier témoin vivant de cette affaire... je ne sais pas. J'ai possédé jadis une vraie photo d'un aliénigène. Je l'ai montrée à une femme très douée, une microbiologiste qui travaillait pour une des agences. Cela lui a fichu une trouille terrible, je n'en revenais pas. Elle ne voulait pas en entendre parler. J'en conclus que le public, y compris les scientifiques, ne sont pas prêts à recevoir ce genre d'information. Cette personne était intelligente mais cela ne l'a pas empêché de péter les plombs, de refuser de savoir.

P.C. : Pouvez-vous décrire cette photo ?

H.D. : C'était un petit être à peau sombre, presque noire et ridée, le seul survivant d'un accident ; il est mort peu après. Il portait un vêtement auto-régénérant, une sorte de tissu capable de se réparer tout seul. Il était muni d'un instrument qui ressemblait à une télécommande, on le lui a confisqué.



P.C. : Il était rescapé d'un crash ?

H.D. : [Pause]... Non.., c'est incroyablement compliqué. C'est tellement complexe que peut-être personne ne possède toute l'information. Tout est à ce point cloisonné, jusqu'au sommet, que la plupart des agences ne savent pas ce que savent les autres, personne ne parle à personne.

Il arrive que des projets entiers soient réalisés en double, au prix de Dieu sait combien de milliards, parce que l'existence de l'autre projet est complètement ignorée. En tant que scientifique, je peux vous assurer que ceux de notre espèce travaillent souvent avec un bras lié derrière le dos parce que nous ne pouvons communiquer librement. En fait nous ne pouvons pas communiquer du tout [rires]. Et il y a des dizaines, des centaines de projets classifiés, de grands projets, c'est un désordre total. Notez ceci : il y a de nombreux groupes d'aliénigènes, et d'ailleurs nos propres ancêtres y sont étroitement mêlés. Les boucles temporelles se superposent dans une grande confusion, même avec un QI de 190, vous ne pourriez y voir clair.


Boucles temporelles et paradoxes

P.C. : Parlez-nous des boucles temporelles ; et, à propos, êtes-vous sûr de ne pas avoir entendu parler de Dan Burisch ?

H.D. : Je n'en ai pas de souvenir.

P.C. : Nous l'avons interviewé le mois dernier. Il est avec John Lear sur la page Internet du Projet Camelot.

H.D. : J'ai vu votre interview de John Lear à propos des photos de la Lune et de la manière dont elles ont été retouchées, une pratique courante à la NASA. C'est un homme intéressant, j'aimerais le rencontrer. Peu de gens savent que les images radar du National Weather Service [Service Météo National] sont aussi retouchées ; il y en a qui ne sont pas publiées. Je ne parle pas de retouches manuelles, mais de filtrage électronique avec un logiciel. Certaines traces radar sont énormes. En outre, les radars météo sont incapables de déceler les objets qui ce déplacent au-delà d'une certaine vitesse, environ 3 200 km/h, mais il reste des traces qui sont supprimées.

P.C. : Ce sont des ovnis ?

H.D. : Bien sûr ! Il sont souvent invisibles à l'œil nu mais apparaissent au radar. On les détecte aussi par l'ultraviolet. Je ne pense pas que cela soit connu du public.

P.C. : Revenons aux boucles temporelles; que pouvez-vous nous en dire?

H.D. : [Longue pause]. C'est un phénomène à multiples branches, il y a un grand nombre de chronologies parallèles. Il n'y a pas de paradoxes. [Il dessine un diagramme]. Celui dont tout le monde parle, c'est le paradoxe du grand-père : qu'arrive-t-il si je remonte dans le temps et que je tue mon grand-père ? Rien. Si vous remontez le temps et modifiez le passé, cela crée une nouvelle série chronologique qui est un embranchement de la première. Sur cette nouvelle branche, vous ne seriez pas né et donc vous n'existeriez pas, c'est le seul fait exact du paradoxe. Mais sur la ligne chronologique actuelle, qui vous situe ici et maintenant, vous existez et poursuivez votre existence ; il n'y a donc pas de paradoxe. Le temps est une sorte d'arbre aux multiples branches ; aucun principe n'est violé. Quant aux événements futurs, ce sont des possibles, pas des certitudes et c'est une nuance très importante. Voilà tout ce que je peux vous dire à ce sujet.


Les chemtrails et la guerre des climats

P.C. : Que savez-vous des chemtrails ?

NOTA : chemtrails = traînées "chimiques" laissées par des avions et qui ne sont pas dues à la condensation, mais soupçonnées d'être des diffusions de produits chimiques (Cf. notre page Imminence du premier contact ?).



H.D. : C'est Edward Teller qui est à l'origine des chemtrails. Il s'agissait de répandre en haute atmosphère des milliers de tonnes de micro particules d'aluminium de manière à augmenter l'albédo (albédo = mesure du pouvoir réfléchissant d'un objet, d'une planète) de la Terre, pour faire face au réchauffement de la planète. Sur une autre planète dans une situation similaire ce sont des micro-particules d'or qui ont été utilisées, ces gens-là devaient avoir beaucoup d'or ; nous utilisons de l'aluminium. Le réchauffement global est surtout dû à l'effet de serre, ce qui aggrave les choses, mais la plus grande partie provient de l'activité solaire, c'est là le vrai problème.

NOTA : Selon le télépathe Mark Stearn, l'augmentation de l'albédo n'est qu'un prétexte, une couverture. Les chemtrails sont en réalité utilisés pour répandre sur notre planète un monstrueux poison destiné à endormir chimiquement notre humanité et à nous transformer en esclaves puis, à plus ou moins brève échéance, en robots.

P.C. : Pourquoi cette information n'est-elle pas diffusée ? Si ce que vous dites est exact, il n'y a pas de raison de sécurité qui justifierait que les gens ne le sachent pas.

H.D. : Scientifiquement, ce n'est qu'un coup de poker ; nous en savons trop peu, cela peut marcher ou non, cela pourrait même aggraver la situation. Il pourrait aussi y avoir des effets secondaires sur la santé, sur le climat, Dieu sait quoi. Il s'agit d'une décision – unilatérale, non démocratique, déconnectée de tout processus politique – de mettre en œuvre un énorme projet technologique particulier qui concerne la planète entière. C'est tellement discutable que la seule issue est le secret, autrement dit la réaction instinctive habituelle.

P.C. : Est-ce que cela va marcher ?

H.D. : Je n'en sais rien.

P.C. : Y a-t-il un rapport avec la guerre des climats ?

H.D. : [Pause]. Oui, il y a des guerres du climat ; dans deux ans, la force aérienne sera propriétaire du climat.


Projets de dépeuplement

P.C. : Qu'avez-vous d'autre à nous raconter ?

H.D. : Lisez "The Report from Iron Mountain". Il y a beaucoup de vrai là-dedans. En [....] je travaillais dans un groupe ; "ils" nous ont remis un rapport qui, curieusement, ne semblait avoir aucun lien avec nos activités; c'est arrivé comme ça, personne ne s'y attendait, Je n'oublierai jamais ce que le type nous a dit; cela me semblait vraiment néfaste :« Il y a les loups et il y a les moutons, et nous sommes les loups. » "Ils" nous l'ont fait lire et puis c'est tout. Il n'y avait pas de choix et il n'y en a toujours pas. "Ils" considèrent que nous sommes trop nombreux et, vous savez, au fond "ils" n'ont pas tort. (Cf. notre article E.T. et Terre en péril – La menace de surpopulation) "Ils" cherchent donc des moyens de réduire le nombre ; mais il se trouve que je n'approuve pas leur méthodes. Outre les problèmes d'espace-temps dont j'ai parlé, il y a celui du surpeuplement. C'est très simple : il existe des programmes de réduction de la population mondiale pour le bien de tous. Croyez-le ou non, l'intention est positive. Kennedy avait élaboré cela il y longtemps. La RAND Corporation était impliquée ainsi qu'un des Rockefeller..., Lawrence, je crois.

P.C.: En tuant les gens ?

H.D.: En principe, oui. On a généré des virus artificiels, disséminés de manières diverses, qui sont difficiles à détecter, à identifier et impossibles à soigner. Le personnel médical ne peut comprendre ce qui se passe.


L’accroissement incontrôlé de la population mondiale peut très vite provoquer l’anéantissement de l’ensemble de l’humanité, mais la solution imaginée par "Big Brother" est certainement pire que le mal.

P.C. : Quel est votre ressenti sur cette question ?

H.D. : Très partagé. [Pause]. En tant qu'individu humain de chair et d'os, je suis épouvanté. En tant que scientifique entraîné à prendre du recul, à voir les choses d'un point de vue global, je dois avouer que je comprends la démarche logique. Comprenez-moi bien, je ne cherche ni à défendre, ni à ignorer cela ; mon commentaire procède d'un point de vue scientifique abstrait. Nous devons faire face, sur cette planète, à des problèmes si énormes que peu de gens possèdent la formation ou l'expérience permettant d'appréhender l'ensemble dans un même champ de vision. La nature de mon travail m'a offert la chance de voir beaucoup de choses que la plupart des gens ne voient pas. J'ai travaillé dans de nombreuses agences différentes et cela me donne une vue d'ensemble. Savez-vous qu'il est légal d'essayer des agents chimiques et biologiques sur des citoyens américains ? C'est légal, il suffit d'obtenir l'approbation du maire d'une ville, ou de son équivalent n'importe où, ou d'un représentant officiel, Personne ne sait cela, mais vous pouvez vérifier. C'est bien caché dans la loi mais c'est du domaine public.

P.C. : Quel est le message le plus important que vous aimeriez communiquer à la population ?

H.D. : Je n'aime choquer personne, mais je ne suis pas optimiste. Les problèmes auxquels notre race doit faire face sur cette planète sont gigantesques. Je ne pense pas que la plupart des civils soient prêts et aptes à comprendre ni à en gérer la complexité. Ils ont tous assez de mal à s'occuper de leur vie quotidienne et ceci est d'un tout autre niveau. Le surpeuplement est une affaire très grave et tous les autres problèmes y sont liés. Je comprends que les militaires doivent prendre les choses en main.

P.C. : Pensez-vous qu'une divulgation générale de tous les problèmes et de leurs solutions nous aiderait réellement ?

H.D. : Probablement non, cela rendrait les choses encore plus compliquées. Cependant, en mon for intérieur, il me semble que les gens devraient au moins savoir ce que je viens de vous dire, sans quoi je ne vous aurais pas accordé cette interview.

Je voudrais terminer sur ce message essentiel : j'espère vraiment et je voudrais croire que, en tant que peuple humain, nous puissions gérer tout cela, mais en me réveillant le matin, parfois j'en doute. Pourtant, profondément, je souhaite que les gens prennent conscience des choses importantes qui nous ont toujours été dissimulées.

Henry Deacon
interviewé par les responsables du Projet Camelot,
Bill Ryan et Kerry Cassidy
Traduction originale en français : André Dufour (NEXUS)



NOTA :
- Le texte original complet de cette interview est disponible ICI. Vous y trouverez aussi la vidéo d'une interview de Dan Burisch.
- La traduction française d'André Dufour est extraite du passionnant DOSSIER EXOLOGIE présenté dans le numéro 48 (janvier-février 2007) de l'excellente revue NEXUS.




Il est clair que les inventions diaboliques de l'homme et ses actes d'agression envers la Terre et le système solaire tout entier, résultent de notre façon de penser et d'envisager la relation avec notre milieu naturel. Nous pensons que la Terre ne mérite pas d'être prise en considération, que nous pouvons agir pour notre seul intérêt personnel sans avoir à nous soucier d'elle, et nos actes sont le prolongement de cette pensée.

Chacun sait désormais que les inondations, les ouragans, les tremblements de terre, les éruptions volcaniques et toutes les terribles catastrophes que subit la Terre depuis quelques années ne sont pas des accidents qui surviennent au hasard. Les bouleversements terrestres sont principalement la conséquence logique du manque de spiritualité de l'humanité et de ceux qui la gouvernent.

Nous pouvons pourtant atténuer ou supprimer ces catastrophes planétaires et les souffrances humaines consécutives. La parade semble même évidente : il suffirait que chacun adopte un comportement de bienveillance et de compréhension vis-à-vis des animaux, de la nature et des autres humains, que chacun prenne conscience que l'humanité, la planète et tous les êtres vivants qui la peuplent forment une véritable unité. C'est ce que savent et affirment depuis toujours les grands Maîtres spirituels de l'humanité et les peuples de la Terre qui ont su rester en contact avec la nature et les forces cosmiques de l'Univers, notamment les Amérindiens. Ils se sont toujours sentis unis à la nature, ils savent l'écouter, la respecter, la comprendre.

L'intelligentsia scientifique et politique occidentale s'imagine que l'avenir de l'humanité dépend entièrement des avancées technologiques, mais ce n'est qu'un aveu d'orgueil et d'ignorance. Cela prouve simplement que la science est coupée du cœur de l'Univers et des forces de la nature. Si ceux qui ont échafaudé des plans diaboliques de domination planétaire et de conquête spatiale, si ceux qui ont mis au point les "black programs" commençaient enfin à faire preuve d'un peu d'humilité, à s'interroger sur leur conduite et à porter attention aux multiples signes par lesquels leur répond la Terre, les effets les plus désastreux de la déchirure actuelle de notre trame spatio-temporelle pourraient peut-être encore être évités.

Cultivons des pensées d'humilité et de respect. Agir avec compréhension et bienveillance dans notre quotidien, c'est contribuer au nettoyage de la Terre et de la conscience collective de l'humanité. Respectons les autres, comprenons que nous sommes tous et toutes les cellules d'un même corps. Aidons à construire un monde sans guerres, sans luttes territoriales ou économiques, sans projets de colonisations planétaires. Mettons en place la coopération, le partage, la Fraternité.

Alors nous pourrons aborder tous ensemble et sans encombre une nouvelle boucle spatio-temporelle, qui sera celle de l'Âge d'Or de notre humanité.

terr gbnf n

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
nomade27
Equipe du forum
Equipe du forum
avatar



Masculin Age : 65
Nombre de messages : 730
Inscription : 10/11/2010
Localisation : Haute Normandie
Emploi : salarié
Passions : Musique, sciences
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Le Project Camelot veut nous vendre sa camelote   Mer 09 Mar 2011, 14:47

Rolalala! Encore une avancé dans l'ufologie les sceptiques vont être contents!

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Project Camelot veut nous vendre sa camelote   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Project Camelot veut nous vendre sa camelote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Project Camelot veut nous vendre sa camelote
» Notre papa veut nous donner le meilleur
» Est-il vrai que l'on veut nous tuer?
» Il faut être petit avec Jésus pour qu'Il nous élève à notre vraie grandeur.....
» aîe aîe on veut nous vacciner de force cet automne !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Mises en garde, ovni canulars et spéculations :: Les dérives de l'ufologie-