Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 Les étoiles massives peuvent-elles régénérer leur magnétisme ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AirAlgerien
Membre Confirmé
Membre Confirmé
avatar



Masculin Age : 32
Nombre de messages : 8
Inscription : 01/02/2008
Localisation : Lille
Emploi : Etudiant
Passions : Sport
Règlement : Règlement

MessageSujet: Les étoiles massives peuvent-elles régénérer leur magnétisme ?   Dim 06 Juil 2008, 17:58

Les étoiles massives peuvent-elles régénérer leur magnétisme ?

Une équipe internationale d'astrophysiciens (1) menée par des chercheurs du CNRS vient de découvrir un champ magnétique atypique sur une étoile massive de la constellation d'Orion, la supergéante bleue zeta Orionis. Cette découverte pourrait remettre en cause notre compréhension du magnétisme de ces monstres cosmiques, car il pourrait en effet s'agir d'un champ magnétique qui se régénère, comme celui du Soleil. Ces résultats, obtenus avec le spectropolarimètre NARVAL (2) installé au télescope Bernard-Lyot (3) de l'INSU seront bientôt publiés dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.


La supergéante zeta Ori (en haut à gauche) est l'étoile la plus brillante
à proximité de la nébuleuse de la Tête de Cheval
et de la nébuleuse de la Flamme


Les étoiles massives sont celles dont les masses peuvent atteindre 100
fois environ celle du Soleil. Ces étoiles sont rares: on n'en compte
qu'une pour 1 000 étoiles comparables au Soleil. Elles compensent en
cumulant les superlatifs ; gigantesques, avec des rayons de 10 à 50
fois plus importants que celui du Soleil ; caniculaires, avec une température de surface
de 5 à 10 fois plus élevée ; éblouissantes, avec des luminosités qui
peuvent atteindre un million de fois celle de notre étoile. Mais ces
extravagances ont un prix et les étoiles massives meurent jeunes.
Durant les quelques millions d'années de leur brève existence, la
simple force de leur lumière parvient à arracher à leur surface des quantités de matière équivalente à plusieurs fois la masse du Soleil. Les étoiles massives et leur vent de matière sont donc la principale source galactique d'atomes
plus lourds que l'oxygène, qui constituent les roches, les végétaux et
les animaux terrestres. Elles contrôlent la vie chimique d'une galaxie
et provoquent des vagues de formation d'étoiles, comme par exemple au
coeur de la célèbre nébuleuse d'Orion. Leur vie se conclut en une
apocalypse explosive - la supernova - qui donne naissance aux fameux
trous noirs.

Pourtant, le Soleil et les étoiles naines qui lui ressemblent (ainsi
que les planètes comme la Terre) possèdent une chose de plus que les
étoiles massives - la capacité à engendrer un champ magnétique, une
sorte d'électroaimant
géant alimenté par les bouillonnements convectifs de matière que les
étoiles naines entretiennent dans leurs couches externes. Quelques
étoiles massives possèdent également un champ magnétique; on pense même
que ce sont elles qui donnent naissance aux intrigantes magnétoiles,
les objets célestes les plus magnétiques de tout l'Univers. Mais elles diffèrent du Soleil sur un point
important: le champ magnétique des étoiles massives est une empreinte
originelle, une marque de naissance, un fossile qui ne fait que
s'éroder avec le temps, et non un champ en perpétuelle renaissance - comme celui du Soleil qui renaît de ses cendres tous les 11 ans.

Située dans la constellation d'Orion, à proximité immédiate de la
nébuleuse de la Tête de Cheval et de la nébuleuse de la Flamme, zeta
Orionis est une supergéante bleue qui intrigue depuis longtemps les
astrophysiciens. Distante d'environ 1 200 années-lumière de la Terre, elle est pourtant facilement visible à l'oeil nu; c'est même la plus brillante de toutes les étoiles massives du ciel.
D'une masse équivalente à 40 Soleils, zeta Ori est aussi 25 fois plus
grande, 5 fois plus chaude et 500 000 fois plus lumineuse que lui. Mais
ce qu'une équipe internationale d'astrophysiciens vient de mettre à jour,
c'est que zeta Ori abrite aussi un champ magnétique très spécial. "Ce
champ est en effet environ 10 fois plus faible que celui détecté
jusqu'alors dans toutes les autres étoiles massives. Cette différence
importante suggère que le champ de zeta Ori n'est pas un fossile."
précise Jean-Claude Bouret, chercheur au laboratoire d'Astrophysique de Marseille (LAM: INSU-CNRS ; Université de Provence ; Observatoire Astronomique Marseille Provence), responsable de ce programme de recherche.

Pourrait-il être de même nature que celui du Soleil? Et si tel est le
cas, comment a-t'il pu être engendré puisque zeta Ori ne dispose pas a
priori des ingrédients nécessaires (la convection
externe) pour produire un champ comme celui du Soleil? Le champ
magnétique de Zeta Orionis reste donc un mystère sur lequel Jean-Claude
Bouret et ses collègues espèrent obtenir des éléments de réponse dans
les années à venir. Dans ce but, ils se serviront du nouveau
spectropolarimètre NARVAL installé au Télescope Bernard-Lyot au sommet
du Pic du Midi (Hautes Pyrénées). Cet instrument, inauguré il y a à
peine un an, permet d'étudier les champs magnétiques des étoiles (à
partir de la polarisation
qu'elles produisent dans leur lumière) avec une sensibilité sans
précédent. C'est grâce au couple télescope Bernard Lyot-Narval, le seul
observatoire au monde entièrement dédié à ce genre d'étude, que cette découverte a été obtenue.


Notes:

(1) Cette équipe comprend JC Bouret, C Escolano, W Marcolino ;
Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (LAM: INSU-CNRS, Université de
Provence ; Observatoire Astronomique Marseille Provence), JF Donati,
Laboratoire d'Astrophysique Toulouse Tarbes (LATT: INSU-CNRS,
Université de Toulouse ; Observatoire Midi-Pyrénées), F Martins, Groupe
de recherche en astronomie
et astrophysique du Languedoc (GRAAL: INSU-CNRS, Univesité Montpellier
II), , T Lanz (University of Maryland), I Howarth (University College
London).

(2) NARVAL a été financé par la Région Midi-Pyrénées, le Ministère de
la Recherche, le conseil Général des Hautes Pyrénées, l'Union
Européenne (FEDER) et l'INSU-CNRS. La première lumière a été obtenue le
13 Nov 2006. Cet instrument est la réplique d'ESPaDOns installé au
foyer du télescope de 3,6 m Canada-France-Hawaii.

(3) Le Télescope Bernard Lyot (TBL) est financé par l'INSU-CNRS.


Source: CNRS / INSU
Illustration: © Valère Perroud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Les étoiles massives peuvent-elles régénérer leur magnétisme ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les étoiles massives peuvent-elles régénérer leur magnétisme ?
» Les médiums peuvent-ils prédire notre avenir ?
» L'Esprit de Jésus saisit certaines personnes et les conduit à des gestes d'une totale générosité;
» Télétoucher: les entités peuvent-elles nous "traverser"?
» L'Iqama pour les femmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Rubriques Thématiques :: Thématiques Sciences :: Astronomie et Astrophysique-