Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous... Merci !!

Partagez | .
 

 ovni tv radio: Les Médias et le phénomène ovni: pourquoi tant de trouble?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: ovni tv radio: Les Médias et le phénomène ovni: pourquoi tant de trouble?   Sam 28 Juin 2008, 14:01

Les Médias et le phénomène ovni

Pourquoi les médias n'offrent-ils pas une information de qualité sur le phénomène ovni? Généralement, ce qu'on vous dit dans un bref récit d'ovni n'est pas aussi important que ce qu'on ne vous dit pas. Les journalistes mettent le plus souvent en avant, des faits loufoques au détriment d'une réelle information. Complot, ignorance du sérieux et de l'importance du sujet, réticences ou incompréhensions? Les réponses sont dans cet article...


Franck Edwards et ses collaborateurs dans son studio de radio en 1954

On ne peut aborder le sujet de la couverture du phénomène ovni sans parler de Frank Edwards. Il faut savoir que durant les grandes vagues d'observations d'ovnis, la presse nationale américaine était de gré ou de force muselée par les autorités. Edwards naît en 1908. Il est "annonceur" à la radio et, durant plusieurs années, bénéficie d'un auditoire impressionnant sur les antennes.

Son émission radio de fin de soirée sur le Mutual Network traite de tous sujets mystérieux, du bigfoot aux ovnis. Il devient considéré comme l'un des journalistes les plus efficaces en matière d'investigation à propos des ovnis, sinon le seul aux USA. Sur ce sujet, Edwards trouve le secret l'Air Force déroutant et difficile à traiter. Dans ce qui va devenir un best seller [1], il compile nombre d'éléments sur le sujet, en insistant particulièrement sur ceux recueillis auprès du NICAP.

Il se souvient :

A travers Washington, divers amis dans le métier des actualités m'avaient dit que le Pentagone était très mécontent du fait que je continue à diffuser des signalements d'observations d'ovnis. Fin 1953 les services d'actualités avaient virtuellement cessé de s'occuper de ces signalements ; si on s'en préoccupait ce n'était strictement que sur une base locale ou régionale. La fuite principale -- et tout simplement la seule fuite majeure dans la censure sur les ovnis -- était mon programme radio.

La situation actuelle:

Les émissions  de télé sur les ovnis  ne sont  que des simulacres  d’étude impartiale du phénomène, les témoignages sont coupés, les journalistes n’ont pas étudié le sujet et ne le prennent pas au sérieux, le discours est orienté, ils mélangent volontairement des enquêtes sérieuses avec des éléments ridicules. Dans certains cas ils ne trouvent rien de mieux que d’interroger des anciens responsables de la cia sur les dissimulations des documents sur les ovnis. Quelle naïveté affligeante! Le sujet ovni n’est bon qu’à faire de l’audience en présentant  des études scientifiques, on risque de perdre des parts de marché car les gens demandent de l’insolite du facile à comprendre. De plus, il faut toujours que les journalistes invitent des « debunker »  qui ne sont là que pour démonter des affaires en affirmant des choses sans fondements ce qui sèment le doute chez les téléspectateurs et réduisent à néant les efforts d’information du grand publics.

Et quand bien même un témoin ose s'exprimer à la télévision on trouve le moyen de le ridiculiser. En témoigne cet extrait de l'émission de Ruquier "on n'est pas couché" du 10 février 2007, où Nelson Montfort raconte sa rencontre avec un ovni.


Les Ovnis dans la presse écrite

Nous sommes tous d’accord pour dire que la couverture médiatique du phénomène Ovni est encore très mauvaise en France aujourd’hui… Comme certains le savent, le sujet me tient tout particulièrement à cœur. Je suis moi-même journaliste d’investigation depuis une dizaine d’années et un grand passionné d’ufologie. C’est donc à ce titre que je me permets de vous soumettre cet article sur les « Ovnis et les Médias ». Il a pour but de vous expliquer ce qu’il se passe exactement au sein des rédactions lorsqu’on parle d’Ovnis. Même si cela commence doucement à changer…



Première chose importante : Il n’y a pas de complot pour cacher la Vérité au sein de la presse française ! Que ce soit très clair ! Mais alors pourquoi le traitement du phénomène Ovni est si mauvais, me demanderont certains ? Vous allez voir…

Extrait d'une interview de Michel PADRINES:

"Je pense que les médias de l'époque en 1954 accordaient plus de crédibilité à ce phénomène, peut être en raison du nombre énormes de témoignages cette année-là. Les médias étaient différents à ce moment là. Bien sur internet n'existait pas, donc la presse était la seule couverture médiatique. Il faut savoir que le phénomène ovni est avant tout une affaire de témoignages humains, avec leur certitude et leur fragilité. La presse généraliste ne considère pas les observations d'ovni comme des informations à part entière, mais plutôt comme un sujet d'intérêt public. Bien entendu seule la presse spécialisée offre des articles très intéressants d'un point de vue ufologique. Aujourd'hui la presse généraliste a plutôt une réaction sceptique"

Je vais commencer par vous décrire brièvement une rédaction de presse écrite, pour que tout le monde comprenne bien comment ça se passe… Tout en haut, dans son gros fauteuil, il y a le PDG. Ce n’est pas vraiment lui qui dirige, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Encore moins les actionnaires qui ne sont que des financiers… (Et tous ne sont pas issu de l’industrie de l’armement alors n’y voyez pas non plus de conspiration ici). Souvent, le PDG est aussi le directeur de la publication. C’est donc lui qui est juridiquement responsable des propos tenus dans son titre… Puis, il y a un rédacteur en chef. Le vrai patron, c’est lui ! Bien sûr, il fait tout pour coller à la ligne éditoriale dictée par le PDG, mais c’est en réalité lui qui mouille la chemise… Et pour finir, tout en bas de l’échelle, après une cascade de chefs de services souvent inutiles, on trouve les gens de terrain : Grands reporters, journalistes rédacteurs, photographes, pigistes, correspondants… Ceux qui vont chercher l’info et qui la traitent !

Une information peut provenir de n’importe où dans cette hiérarchie. Un rédacteur en chef peut proposer un sujet tout comme un journaliste ou même une simple secrétaire… Bien évidement, c’est le rédacteur en chef qui prend la décision finale de la publication ou non… Et c’est toujours un journaliste qui enquête sur le sujet choisi. C’est aussi lui qui rédige l’article…

Ovni : Le parcours du combattant…

Venons en au fait qui nous intéresse. Imaginons qu’un témoin d’une apparition d’Ovnis frappe à la porte d’un grand quotidien pour raconter ce qu’il a vu. Que se passe-t-il ? Déjà, il a affaire au personnel de l’accueil… Premier barrage ! Parfois, les standardistes renvoient tout bonnement les témoins en les prenant pour des dingues… Ça arrive vraiment, croyez moi… En revanche, si ces gens font bien leur travail, ils dirigent le témoin vers un des journalistes de la rédaction. Généralement, ce sont les Reporters en charge des Faits-divers qui s’y collent. Il faut savoir que les Ovnis sont sous la responsabilité de cette rubrique dans quasiment tous les journaux…

Là, s’engage alors une discussion entre le journaliste et le témoin… Encore une fois, si le fait-diversier a un avis bien réducteur sur la question, il écoutera le témoin en cachant un sourire moqueur. Puis, il le remerciera d’être passé tout en lui affirmant solennellement qu’il « étudiera ce phénomène d’une rare importance avec la plus grande attention »… Une fois le témoin dehors, les notes prises durant l’entretien passent directement à la corbeille… J’ai vu ça plusieurs fois… En revanche, si le journaliste pense qu’il est de son devoir de faire un papier sur ce que le témoin affirme avoir vu, il va être obligé d’en référer à sa hiérarchie… C’est là que les problèmes commencent vraiment…

Le journaliste monte alors à l’étage et frappe à la porte de son rédacteur en chef pour l’informer du témoignage. Première réaction : « le témoin, il picole ? »… C’est la crédibilité du témoin qui est mise en cause en premier, quand ce n’est pas carrément celle du journaliste lui-même, en raison de son intérêt pour la chose… Bref… Il y a aussi le classique : « Pour les gens, les Ovnis, c’est du bidon ! Donc il est hors de question de publier ça. Si on publie, on décrédibilise le reste de nos infos ! » En poussant un peu, le rédacteur en chef acceptera peut-être de publier quelques lignes… Mais tout juste…

Heureusement, certains responsables de journaux ont un peu plus de cran que d’autres… Ceux-là diront : « Banco ! Mais, il faut enquêter… Appelle l’aérodrome du coin, les services météo, la base militaire, les RG, les gendarmes, etc. » Tout ça, bien évidement, c’est uniquement pour se couvrir… Pour faire croire qu’une enquête sérieuse a été menée par la rédaction… En fait, ce dont tous les dirigeants de journaux ont peur, c’est de perdre en crédibilité… Donc il faut brasser un peu d’air auprès des autorités officielles afin de s’acheter une conscience… Là, seulement après s’être épuisé à cavaler pour des conneries, on peut publier… Je vous rappelle aussi que dans un quotidien, vous n’avez pas quinze jours pour traiter ce sujet. Et oui, « il y a des choses plus importantes »… C’est comme ça ! Si vous avez un feu de paille dans un champ, un accident de la route ou un meurtre sur les bras au même moment, au revoir les petits Ovnis…

Mais un Ovni, c’est quoi exactement ?

Voici le point le plus important à mes yeux. C’est ici que tout se joue ! Et c’est là que vous, lecteurs, êtes les plus concernés… Je m’explique…

Si le journaliste n’a jamais eu affaire au phénomène, ce qui est quasiment le cas à chaque fois, il va immédiatement faire des recherches sur… Internet ! Yep ! La première chose qu’il va donc entreprendre, c’est de taper les quatre lettres magiques sur Google : « OVNI »…

Heureusement, aujourd’hui, le premier site à s’afficher est Wikipédia… Ce n’était pas le cas à mon époque. Je ne vous raconte pas le bordel… Bref… Le journaliste va donc voir de quoi il en retourne exactement. Là, il va découvrir que les gens s’intéressant aux Ovnis se font appeler des Ufologues… Pour nous, ça parait évident, mais tout le monde ne le sait pas… Même dans la presse… Ensuite, notre journaliste va découvrir une chose stupéfiante. Il existe un service officiel qui s’occupe de ça ! Le Geipan ! Et en plus, ça dépend du Cnes, l’agence spatiale française… Formidable ! Eux, ils n’appellent pas ça des Ovnis mais des Pan… Ça à l’air sérieux, il faut les contacter… Tout heureux, le journaliste se sent enfin sauvé ! Il téléphone donc ce providentiel Geipan… Mais là, frustration : « Veuillez envoyer un fax ou un mail à la direction du Cnes pour toute demande officielle d’interview, nous vous répondrons dans les plus bref délais »… Putain !!! Le papier est pour demain ! Au mieux, après demain…

Le Geipan étant une administration comme les autres, le journaliste comprend qu’il faut se tourner vers les Ufologues. Mais lequel contacter ? Et là, pour trouver quelqu’un digne de ce nom, il faut se perdre dans les méandres du web. Pas le temps de mettre le nez dans les bouquins pour savoir qui est crédible ou non… Du coup, en sillonnant la toile, le journaliste est inondé d’informations en tout genre, plus exotiques les unes que les autres… (Je ne vous dresse pas la liste…) Le journaliste commence donc à prendre très peur, et à juste titre… Puis, l’inévitable arrive… Il tombe sur l’affaire Roswell. Toutes ses alarmes se mettent au rouge… Roswell ! Autopsie ! Pradel ! Canular ! Carrière brisée ! Help !!! Dans quoi je suis en train de mettre les pieds ???

Dans la tête de tout le monde, donc aussi des journalistes, Roswell n’est pas simplement l’histoire controversée d’un crash au Nouveau Mexique mais c’est surtout l’autopsie d’un mannequin qui a coûté des carrières… Roswell est certainement l’affaire qui a fait le plus de mal à l’ufologie… Tout le monde la connaît sans savoir de quoi il s’agit… Mais revenons à nos moutons…

Admettons que notre journaliste arrive à passer tous ces pièges pour tomber sur un ufologue qui semble sérieux ou un scientifique sympa qui veuille bien lui expliquer ce qu’est l’étude des Pan sans trop se lâcher dans les théories fumeuses. Ça arrive quand même, heureusement… Là, le journaliste parvient enfin à se faire une idée approximative de la chose… Il y a même de forte chance qu’on lui parle du rapport Cometa qui apporte une certaine crédibilité… Pour le journaliste, le doute commence à se lever. Apparemment, oui, les Ovnis, ça existe bel et bien ! Il s’agit de choses étranges dans le ciel, souvent des lumières, que personne n’arrive à expliquer… Il y a même plusieurs types d’Ovnis… Différentes formes, différentes couleurs, ils vont à des vitesses qu’aucun avion ne peut atteindre, effectuent des manœuvres impossibles, etc. Apparemment, la thèse extra-terrestres est la plus soutenue, même par les gens du Geipan, officieusement… Ah bon ? Intéressant tout ça… Même un peu flippant… Imaginez un journaliste bien catho face à tout ça…

Intrigué, un bon journaliste cherchera forcément à pousser un peu le sujet. Une question s’impose alors très vite. Depuis quand sait-on tout ça ? Et là, boom, 1947, Roswell revient sur le tapis à un moment ou à un autre… Mais là, s’il n’est pas trop con, le fait-diversier dépasse le canular et comprend que c’est plus compliqué que ça. Mais de toute façon, il n’a pas le temps de passer sa vie là dessus et il est hors de question pour lui de parler de Roswell dans ses colonnes… Trop dangereux. Puis, l’ufologue lui explique qu’il a existé plusieurs programmes secrets qui ont permis l’étude des Ovnis. « Blue book », « Sign », « Grudge » et j’en passe… Là, inévitablement, le journaliste est à nouveau complètement perdu. Il vient pour savoir ce que son témoin a vu dans le ciel depuis son jardin et on lui sort des dossiers gouvernementaux top secret… C’est simple : soit le journaliste se dit que ce ne sont que des conneries, soit il ne comprend pas pourquoi personne n’en a jamais vraiment parlé avant. Une sorte de vrai faux scoop ! Et en général, le journaliste a plutôt tendance à se dire que toutes ces choses ne sont que des foutaises d’ados attardés… Les autres, comme moi, sont ferré pour la vie…

N’empêche que le problème n’est toujours pas réglé pour notre journaliste… Qu’écrire dans ses pages ? Pas question de parler de Roswell, ni des « Blue book » et compagnie… Le journaliste fait alors d’autres recherches… En poussant, il s’y perd encore plus… On lui parle d’abductions, de contactés, d’implants… Pire, il tombe sur les MIB !!! C’est quoi ça ? Ce n’est pas un film avec Will Smith ? Putain, ils craquent totalement ces ufologues !!! Oui, oui… C’est ça que beaucoup de confrères se disent… Mais croyez moi, quand un Reporter arrive jusque là, c’est qu’il est déjà lui même convaincu de l’existence du phénomène Ovni. Sinon, il lâche l’affaire bien avant…

Pas si simple l’ufologie, finalement…



Au final, le journaliste comprend très vite que le sujet Ovni ne peut pas se traiter en deux jours. Donc, il balance juste quelques lignes dans son canard sur ce que lui a dit son témoin de base… Il site aussi quelques phrases de l’ufologue qu’il a eu au téléphone et fait dix lignes sur le rapport Cometa afin d’expliquer que des hauts fonctionnaires ont alerté Chirac et Jospin du danger potentiel des Ovnis qui traversent notre espace aérien régulièrement…

Au mieux, si tout va bien, le journaliste obtient enfin l’autorisation d’interroger le directeur du Geipan par téléphone et se fend d’un encadré sur le cas de Trans-en-Provence ou du vol AF 3532 Nice-Londres… Super ! Quel scoop ! Il peut aussi recenser les cas d’apparitions dans sa région en consultant le site du Geipan… Ça, c’est le côté un peu sympa pour le public local !

Mais admettons que le journaliste veuille faire un vrai dossier, bien chiadé, avec de vraies infos… Inévitablement, à un moment ou à un autre, il va tomber sur les associations ufologiques locales… Et là, en fonction du sérieux de l’association, je vous laisse imaginer les dégâts… Personnellement, des membres d’une association (j’ai hélas oublié leurs noms) ont voulu m’emmener dans le Jura pour me montrer une base ET. Ils connaissaient toutes les races, savaient qui étaient les gentils, les méchants, de quelles planètes ils venaient, quel était leur but, etc. Ils communiquaient même avec eux… Oui, oui… J’aurais pu publier le guide du routard intergalactique !

Pour nous, passionnés d’Ovnis, il est facile de se faire une idée globale de l’ufologie, de trier ce qui est bon ou mauvais… Mais imaginez quelqu’un qui est parachuté dedans sans y être préparé et qui doit informer le public rapidement… Ça explique beaucoup de chose quand au fameux « manque de sérieux » des journalistes par rapport au dossier Ovni… Vous ne trouvez pas ?

Les photos… Vraies, pas vraies ?


Il y a aussi le problème des illustrations que j’aimerais aborder en vitesse. Tout article de presse un peu conséquent doit être illustré. C’est la règle… Et le reproche souvent fait aux journalistes est de mal choisir ces images. Hélas, une belle photo d’Ovnis, c’est rare. Et encore, faut il pouvoir l’identifier… Alors, si le journaliste est vraiment peu scrupuleux, il va utiliser des images de films tel que ID4, ET, Rencontre du troisième type, etc. Pire encore, il utilise de bons gros fakes bien connus de tous en ufologie !!! Le problème, c’est que si il se renseigne un peu pour avoir de « l’authentique », il va avoir des images souvent de mauvaise qualité… Et en presse, il faut des photos qui claquent !!!

Heureusement, il y a la vague belge que moi, en tout cas, je considère comme authentique… Mais là, le journaliste va se dire qu’il publie peut-être les photos d’un F117 et qu’il va passer pour un con. Et franchement, un F117, le journaliste ne sait pas à quoi ça ressemble en vrai… Que faire ?

Et la carrière dans tout ça…

Le risque de briser sa carrière est sans doute le frein le plus important pour les journalistes. Personnellement, c’est ce qui m’obsède le plus… C’est d’ailleurs pour cela que j’utilise toujours un pseudo… Sorry…

Dans une rédaction, un journaliste qui décide de consacrer un réel dossier aux Ovnis dans son journal va très vite être considéré par ses collègues comme légèrement dérangé, naïf ou même carrément stupide. On va dire de lui que ça ne va pas dans sa vie, qu’il tombe dans l’irrationnel, pire, qu’il est en lien avec une secte… Ça aussi, c’est un point qu’il ne faut pas négliger… C’est pourquoi beaucoup de journalistes se contentent uniquement de publier un bref témoignage au lieu d’y consacrer un dossier. Une carrière, ça compte ! Tout bousiller pour les petits gris, non !

Concernant les sectes, j’ai une anecdote. Peu de gens peuvent se douter de ça sans l’avoir vécu… Ça m’est arrivé ! Après avoir publié mon tout premier papier sur le phénomène Ovni, mes amis des RG m’ont téléphoné pour me dire : « dis donc, mec ! T’es au courant ? Y’a des Raëliens partout dans les rues de la ville qui distribuent des photocopies de ton article aux gens en disant : regardez, c’est vrai, les extra-terrestres sont là, le journal en parle !!! ». Ça aussi, ça vous calme avant de sortir un second article dans vos colonnes…

PQR, Presse Nationale, télé : même combat !


Si je vous parle principalement de Presse Quotidienne Régionale, c’est parce que je considère que c’est la base de la presse française. Tout part de là… De plus, j’y ai travaillé durant plus de 5 ans… J’ai aussi travaillé autant de temps en presse nationale, comme Grand Reporter. A quelques différences près, ça se passe de la même façon partout. Sauf qu’en presse nationale, on est encore plus réticent à parler du sujet car on touche un public plus large. J’ai tenté le coup quelques fois mais je n’ai jamais été suivi… J’ai donc laissé tomber… Sauf au Parisien, une fois, une petite brève… Et encore, ils ont changé le titre pour tourner les témoignages en dérision…

Si la presse rigole toujours du sujet Ovni, c’est juste pour se protéger… Pour dire aux gens : « regardez, on en rigole parce qu’on ne peut pas prendre ça au sérieux. On est intelligent nous… »… Ce n’est pas pour autant que certains journalistes ne sont pas convaincus de l’existence du phénomène. Mais en rire est le meilleur moyen de faire comprendre qu’on n’adhère pas à ça, sans avoir à rentrer dans des débats qui pourraient laisser penser le contraire…

Aujourd’hui, seuls les journaux qui ont déjà bien perdu en crédibilité peuvent s’attaquer sérieusement au sujet : Vsd pour n’en citer qu’un… Alors imaginez la télé… Bien qu’en télé, le problème est un peu différent… Il s’agit juste de gros abrutis qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez… Un nez toujours coulant de la cocaïne de la veille, soit dit en passant… Je suis un peu méchant mais c’est vrai… La télé est remplie de gens suffisants et mégalo qui se pensent meilleurs que tout le monde… Pour eux, les Ovnis, c’est très loin… C’est juste un truc « populo » pour amuser la galerie. La télé est bourrée de co.....s idiots, c’est un truc incroyable… Croyez moi, je travaille encore avec eux… Il y a bien évidement des exceptions, mais elles sont rares…

Clarifier et « réglementer » l’ufologie, voilà le secret !


Ce petit article, nullement scientifique comme vous avez pu le constater, a simplement pour but d’illustrer le fonctionnement des médias classiques face au phénomène Ovni. On reproche souvent à la presse de ne pas faire son travail correctement à ce sujet. C’est à mon avis un tord… Je ne prêche pas pour ma paroisse… J’ai moi-même beaucoup de choses à reprocher à la presse… Mais ce n’est pas si simple, pour un média, d’aborder l’ufologie…

Les Ovnis, en France, c’est encore un Tabou ! Et comme tous tabous, c’est très difficile à briser… Et un journal, c’est avant tout des hommes et des femmes. Des êtres humains quoi ! Et oui, snif… C’est émouvant, non ?

Au lieu de tirer à boulet rouge sur les journaux, je pense que l’ufologie doit avant tout se remettre en question. Ou tout du moins trouver un moyen de communiquer correctement, de simplifier l’accès à l’information pour le grand public… De « s’officialiser » en quelque sorte… Sinon, nous aurons toujours les mêmes témoignages récurrents, sortis de tiroirs poussiéreux…

Heureusement, certaines choses commencent à changer. D’ailleurs, le Geipan a beaucoup aidé à ce changement en ouvrant ses archives. Mais si ils l’ont fait, à mon avis, c’est grâce à la pression de la communauté de passionnés qui grandi de jour en jour sur Internet… Nous sommes un lobby naissant qui ne demande qu’à pousser et à se structurer correctement…

Je voudrais encore reconnaître une qualité au Geipan. En ce moment, il me semble qu’ils font un véritable effort de communication. Dans quel but ? Je n’en sais rien… Et ce n’est pas le débat… En tout cas, l’ouverture du Geipan aux associations ufologiques sérieuses me semble être une bonne chose… Grâce à ça, nous allons peut être assister à de plus en plus de reportage télé comme celui du 2 juin à 13 heures sur TF1. Les associations ufologiques associées officiellement au Geipan vont tout faire pour communiquer sur leurs travaux. Et comme elles dépendent à présent du Geipan, elles seront bien plus écoutées… Les médias de masse sont très attachés aux communications des services d’état officiels. Dès qu’un fax tombe dans une rédaction, c’est automatiquement repris. Le Cnes est un organisme officiel, crédible aux yeux des médias, le Geipan l’est donc aussi… Ainsi, si ils communiquent, les médias suivront… L’assainissement de l’ufologie passera peut être par le Geipan… Bien évidement, il faut aussi s’en méfier… Ça reste l’état…

Pour ma part, je pense qu’il est impossible de changer la machine médiatique de l’intérieur à courte échelle. C’est donc à nous, passionnés d’ufologie, de faire pression sur (et avec) le Geipan… Réfléchissons, parlons, échangeons, créons du Buzz… Forçons les médias à réagir à notre agitation grandissante…

Et puis, finalement, tout est question de personnes et de rencontres. Si vous croisez un journaliste ou un patron de presse pas trop fermé, n’hésitez pas à lui parler de tout ça. On sait jamais, sur un malentendu, on peu toujours décrocher une médiatisation…

J’invite donc tout le monde à réfléchir aux moyens de faire tout ça le plus intelligemment possible… L’accès au phénomène Ovni, pour le grand public, passera par là. C’est mon opinion… Merci de m’avoir lu jusqu’au bout…

A vos plumes les amis…

UFO-Paris

Source: ufofu

Quels services la presse peut-elle rendre à l'ufologie ?

La presse généraliste

Exemples d'articles de la presse généraliste
  
La presse généraliste permet de faire connaître des cas d'observations régulièrement. L'histoire des ovnis est jalonnée de nombreux articles, certains relativement anciens depuis les premières chroniques historiques jusqu'aux quotidiens actuels, en passant par les journaux des derniers siècles. Elle peut ainsi décider d'autres témoins à se faire connaître, implicitement ou explicitement (appels à témoins).



L'expérience montre cependant qu'en dehors du signalement initial qui va motiver ou non une enquête plus approfondie, on ne peut se reposer sur la presse généraliste pour le reste.

Absence de véritables enquêtes

Exemples d'informations erronées diffusées par la presse généraliste

    * 1947 : Kenneth Arnold est décrit comme ayant vu des "soucoupes volantes" plutôt que des objets (en forme de croissants) dont le mouvement faisait penser à des soucoupes ricochant sur l'eau.
   
   * 1991 : Les papys farceurs Doug Bower et Dave Chorley sont à l'origine de tous les crop circles : ils est tout simplement matériellement impossible qu'ils les réalisent tous à 2 (ne serait-ce que par leur simultanéité et répartition géographique)

    * 2001 : La fermeture du British Flying Saucer Bureau (assimilé à un bureau officiel) faute d'ovnis. Non seulement ce groupement de Dennis Plunkett n'était aucunement officiel mais amateur, mais il n'a pas fermé.

La presse n'effectue pas de véritables enquêtes sur les observations d'ovnis, ne les considérant pas comme des informations à part entière qui nécessiteraient l'utilisation des mêmes standards d'investigation qu'une autre affaire, mais plutôt comme un "sujet d'intérêt" du public.

S'ensuit une qualité moindres des informations ufologiques dans ce type de presse, faute de vérification des informations, dont l'aspect erroné ne fait que s'amplifier de reprise en reprise.

Absence de suivi

Exemples d'ovnis dont seul l'aspect extraordinaire a été accepté par la presse

    * Fayette Cloud (C) à Raleigh en 1947

Combien d'affaires d'ovnis se sont révélées être des OVI sans que cela ait été signalé ?

Déformation du véritable flot de témoignages


Partout les gens confondent ce qu'ils lisent dans les journaux avec l'actualité [2]

La presse ne relaie pas le véritable flot d'observations puisque sélectionnant les récits de manière opportuniste (actualité calme, marronniers, ou au contraire affaires tapageuses comme le film de Roswell).

Génération de fausses vagues

Exemples de fausses vagues propagées par la presse

    * L'invasion martienne de 1938, suite à l'émission d'Orson Welles, largement exagérée
    * L'épidémie d'impacts de pares-brises en mars/avril 1954
    * Une fausse vague d'ovnis en août 1976

La presse peut générer (involontairement) de fausses vagues.

Auto-censure

Exemples de vagues d'observations non relayées par la presse

    * La vague de 1967, où de nombreux témoignages étaient reçus par les associations [3]

Consciente de sa capacité à générer des vagues en invitant les gens à regarder le ciel, la presse peut de s'auto-censurer lors de vagues de témoignages pour ne pas "mettre de l'huile sur le feu".

Auto-duperie

(au contraire) d'être elle-même victime de ce type d'influence en décrivant l'existence de vagues imaginaires qui auraient été générées médiatiquement (comme à la suite de la sortie du film Rencontres du 3ème Type en 1977).

D'une manière générale, la presse généraliste manque de connaissance du sujet, capable de soutenir la non-identification d'un OVI, ou l'identification injustifiée d'un OVNI. Concernant de rares articles de fond, son manque de connaissance du sujet pourra l'amener à ressortir des mythes vieux d'un demi-siècle (les témoins ne sont que des gens peu éduqués, les scientifiques ne verraient pas d'ovnis, l'"hallucination collective", le manichéisme ET ou non-sens, la fin des ovnis, etc.) ce qui amène certains ufologues à parler de désinformation.

La presse spécialisée


Comme toute presse spécialisée, celle consacrée à l'ufologie naît d'un manque d'exhaustivité informative ou d'un traitement jugé insatisfaisant des informations liées aux ovnis par la presse généraliste.

Fortéens

Exemples d'articles fortéens

    * Liber de prodigiis - Récit des événements merveilleux rapportés entre -249 et -12.

Les premiers chroniqueurs historiques peuvent être vus comme les premiers journalistes. Certains se spécialisèrent dans le recueil de faits insolites et inexpliqués, tels Julius Obsequens ou beaucoup plus tard Charles Fort. D'autres chroniqueurs comme Pline l'Ancien firent également état de faits extraordinaires, qu'il convient toutefois d'interpréter avec prudence de nos jours.

Scientifique

Les journaux scientifiques sont peut-être les plus intéressants. Des revues d'astronomie ou de météorologie peuvent regorger de faits intéressants. D'anciens journaux comme Nature parlèrent relativement tôt de phénomènes semblables aux crop circles ou à la foudre en boule (peut-être à l'origine d'un certain nombre d'observations d'ovnis). Wiliam Corliss a remarquablement compilé toutes ces mentions de faits étranges dans des journaux scientifiques.

Ufologique

Exemples de magazines spécialisés:

    * Journal of Scientific Exploration - Journal de la SSE où sont publiés les articles les plus sérieux sur les ovnis et le paranormal.
    * Inforespace - Journal de la SOBEPS
    * Lumières dans la Nuit - Journal historique d'enquête sur des cas d'ovnis.
    * Magonia — Un des plus anciens (1966) magazines d'ufologie britannique.
    * Fate —
    * Fortean Times —
    * The Anomalist —
    * FSR —
    * autres...

Il convient comme dans de nombreux autres domaines, de séparer presse ufologique le bon grain de l'ivraie. Certaines revues parviennent (presque comme la parapsychologie) à tenir le rang de revues à referees relativement sérieuses (comme le JSE), tandis que d'autres tombent dans le complotisme, le militantisme ou le manque de rigueur les plus consternants.

On doit toutefois reconnaître aux revues et magazines ufologiques d'être l'un des rares endroits (en dehors des rapports d'organismes officiels) où sont présentés les résultats d'enquêtes approfondies.
Autres

Il arrive également que d'autres types de journaux offrent des articles intéressants d'un point de vue ufologique. Ainsi Hynek en écrivit plusieurs dans une revue dédiée aux forces de polices pour les informer du phénomène et de la marche à suivre s'ils venaient à y être confrontés. Quintanilla ou Plantier écrivirent pour des revues militaires aux sujet des ovnis, et la CIA elle-même publia dans sa revue interne une étude mémorable sur les relations de l'agence avec les ovnis des années 1947 à 1990.

http://www.rr0.org/science/crypto/ufo/observation/media/presse/index.html

Lettre ouverte à Mesdames et Messieurs les journalistes

OVNIS : UN VRAI SCANDALE MEDIATIQUE
par Gildas Bourdais



Madame, Monsieur,

Je comprends très bien l'irritation que doit susciter chez nombre d'entre vous la question des ovnis, avec son cortège de rumeurs insensées et d'histoires à dormir debout! Je voudrais pourtant attirer votre attention sur le problème du secret et sur la désinformation qui sévit plus que jamais, notamment en ce mois de cinquantenaire des ovnis. Je me sens autorisé à le faire, étant l'auteur de trois livres sur le sujet, dont le dernier vient de paraître (OVNIS: 50 ans de secret) (1).

Canal Plus a fait une soirée entière sur les ovnis, vendredi 13 juin 97. Je connais deux journalistes qui l'ont vue en présentation de presse. L'une m'a fait part de son indignation, citant par exemple une séquence qu'elle a qualifiée d'abjecte, dans laquelle le général d'aviation belge, Wilfried De Brouwer, qui avait eu le courage de dire la vérité sur les interceptions d'ovnis par deux F-16, est présenté comme un ivrogne "qui voyait des ovnis partout pendant la guerre du Golfe". Comme elle a protesté, ce passage a été coupé, mais le mal est fait devant plus d'une centaine d'invités. L'autre journaliste a trouvé l'émission très drôle, puis a reconnu qu'elle va complètement "décrédibiliser" l'ufologie, tournée en ridicule d'un bout à l'autre de la soirée.

Le numéro spécial de "Sciences & Vie", sorti la première semaine de juin, contient une telle somme d'erreurs et de désinformations caricaturales sur le sujet qu'il décourage la critique. Prenons quand même un exemple : la vague des ovnis en Belgique. Comme la fameuse explication par le F-117, lancée à l'époque par "Sciences & Vie" avait fait long feu, on nous sert à présent d'autres modèles, tel que le "Black Manta", "possible avion supersonique dont nul n'a pu confirmer l'existence authentique (page 36). Plus fort encore : le "Big Wing", immense dirigeable triangulaire qui aurait été observé non loin de la base californienne d'Edwards, et qui collerait assez bien avec les apparitions belges. Le rapport militaire belge est pourtant formel, les ovnis ont été repérés au radar à des vitesses largement supersoniques! Quiconque s'est donné la peine d'étudier un tant soit peu la vague belge sait que ce n'est pas sérieux. Alors, il n'y a que deux solutions : ou bien le journaliste raconte n'importe quoi sur un sujet qu'il ne connait pas (pratique assez courante), ou bien il fait de la désinformation...

Dans le cas du sociologue Pierre Lagrange, qui se répend dans tous les média, la question ne se pose pas. Je le connais, je sais qu'il connaît très bien le sujet, qu'il sait parfaitement que les ovnis existent. Lorsqu'il développe, une fois de plus, le thème de l' "invention" des soucoupes, par exemple dans "Télérama", tout le monde comprend que, pour lui, les soucoupes sont un mythe, même s'il évite de l'affirmer directement.

Si je vous écris cette lettre, c'est parce que j'ai acquis la conviction, en étudiant sérieusement le problème (après d'autres) pendant plusieurs années, qu'il est d'une énorme importance. Non seulement, notre environnement terrestre est visité par des êtres intelligents non-humains, mais cette information est tenue secrète, pour des raisons assez compréhensibles. Il y a là, potentiellement, un choc culturel comparable à celui de Copernic et Gallilée.

Je comprends bien, pour ma part, que les responsables prennent des précautions vis-à-vis du grand public. Mais, tout de même, n'est-il pas temps, pour le monde scientifique et intellectuel, de refuser de s'associer, même passivement, à des manoeuvres de désinformation indignes et grossières comme celles de Canal Plus et "Sciences & Vie"?

Au sujet du secret, voici juste un exemple de document rendu public aux Etats-Unis, très révélateur de la politique qui a été mise en place dans ce pays. C'est un mémorendum pour le Directeur de la CIA, daté du 2 décembre 1952, l'informant de rapports récents sur les ovnis, et d'une réunion tenue le 25 novembre avec les responsables techniques de l'Armée de l'Air. Il en ressort que la question des ovnis est devenue très préoccupante et qu'elle recquiert une "attention immédiate" car il y a des observations d' "objets inexpliqués" traversant le ciel à grande vitesse et à haute altitude, à proximité d'installations "majeures" de la Défense. Objets "qui ne peuvent être attribués ni à des phénomènes naturels, ni à des types connus de véhicules aériens". Je souigne que le sujet du mémo était bien : "Unidentified Flying Objects". Cette lettre a été déclassifiée en 1975, et il est sidérant de voir des "experts" nous expliquer, aujourd'hui encore, que les ovnis ne sont que des rumeurs et des fantasmes.

La CIA a réagi rapidement, en effet. Dès janvier 1953, la commission scientifique "Robertson", réunie secrètement par l'armée et la CIA, et laissée dans le noir intégral sur les ovnis, a été invitée à signer un document recommandant une politique de "debunking", c'est à dire de mise en doute systématique des ovnis dans le grand public. Curieusement, ce document a été rendu public en 1969, en annexe au fameux rapport Condon. Quoi qu'il en soit, ces documents, et bien d'autres, montrent clairement que les autorités connaissaient l'existence des ovnis et qu'elles avaient décidé de l'occulter au grand public. Cette politique de "debunking" est encore en vigueur aujourd'hui, mais pour combien de temps? Pour ma part, j'ai le sentiment que les choses risquent d'évoluer assez vite, et qu'il est temps d'aborder ce sujet sérieusement.

Veuillez croire, Madame, Monsieur, à l'expression de toute ma considération.

Gildas Bourdais

(1) Ovnis : 50 ans de secret. Presses du Châtelet (Editions de l'Archipel) - Diffusion Hachette.

Des informations sur les ovnis filtrées en France ?

Quand la presse ridiculise volontairement le phénomène ovni .

 

Il est bien connu pour tous les passionnés d'ufologie d'être un jour confronté aux moqueries individuelles ou collectives de personnes de votre entourage. Dans un premier temps, on est agacé, ce qui est tout à fait normal. Mais quand on y regarde de plus près, nos détracteurs ne sont finalement que les victimes de la "non-

information".


"L'ovni du ridicule, l'Ovni de Toul"


Tout le monde connait les journaux télévisés, ceux de la chaîne publique française ou celles qui sont privées. Les informations sur les guerres et massacres en cours ne manquent pas, tout comme les catastrophe naturelles ou d'origine humaine. Nous sommes envahit de compte-rendus sur les affaires de justice, sur les grèves, sur les maladies qui nous menacent, et ainsi de suite. Mais dans tous ces décors de données plus ou moins fiables (on se rappelle le supposé terroriste de Roissy), rarement ou presque jamais les journalistes ne parlent d'ufologie. Cependant, dernièrement, ce fut le cas. On pourrait dire : bravo et merci, malheureusement, une fois de plus, le sujet a été chosi avec soin par les médias. Lequel me direz-vous ? Je répondrais : l'OVNI du ridicule. L'OVNI de Toul, apparu dans le ciel lorrain et montré par France3 Nancy le 26 octobre 2005.

Mais voilà, ce sont les enfants qui ont dû pouffer de rire devant la crédulité de certains adultes ou plutôt, du manque de réflexion. Mais on ne peut en vouloir à personne, sauf aux médias. Il était clair, à moins d'être vraiment mal-intentionné, qu'autoriser la publication des images tournerait au ridicule le monde de l'ufologie. Du premier coup d'oeil, on pouvait distinguer que la forme rappelait étrangement celle d'un personnage de dessin animé, ici Dora. Un simple coup de fil à Météo-France aurait révélé que l'OVNI suivait le sens du vent. La vidéo ayant été tournée un dimanche, ceci venait s'ajouter à l'hypothèse d'un rendez-vous dominical où un "ballon-pantin" aurait malencontreusement glissé des mains d'un enfant. Mais non, malgré toutes ces pistes bien sérieuses, la rédaction de la chaine publique a préféré sortir leur scoop de la semaine. Mais n'était-ce pas intentionnel ? N'y avait-il pas, derrière cette potentielle manoeuvre, une volonté farouche de minimiser une fois de plus l'importance du travail de recherche des ufologues ? Combien existe-t-il de vidéos ovniesques bien plus étranges que celle de Toul ? Suffisamment pour réaliser une émission de grande audience. Mais non, on préfère passer ce qui peut s'expliquer en un coup de fil et une poupée célèbre pour les enfants.

 

Durée : 01:23 Pris le : 23 octobre 2005 Lieu :  Nancy, France


Etrangement, les médias ont éclipsé, 15 jours avant, le plus grand rendez-vous ufologique jamais réalisé dans l'histoire européenne. Cela s'est passé sur le sol français, plus précisément à Châlons-en-Champagne. Les Premières Rencontres Ufologiques Européennes ont rassemblé quelques-uns des plus grands experts du monde ufologique. La couverture médiatique fut risible. Pourquoi ? Et bien encore une fois, on peut se poser la question d'un acte potentiellement délibéré. L'ufologie doit rester dans l'ombre, car en pleine lumière, cette ombre pourrait s'abattre sur nos dirigeants...


Est-ce que, sous couvert de la raison d'Etat, certaines informations sont filtrées ?


Effectivement, nous sommes en droit de nous poser des questions, sur la transparence et l'indépendance des médias français. Est-ce que, sous couvert de la raison d'Etat, certaines informations sont filtrées ? Il semble que cette éventualité soit des plus sérieuses. Ainsi, le 2 avril 1997, le Chili reconnaissait officiellement la réalité du phénomène OVNI, déclarant que la nature des OVNI était celle de machines volantes pilotées par une intelligence. Cette information historique est-elle passée au journal de 20h de Patrick Poivre-d'Arvor ? Une telle information en France aurait bien entendu trop soulevé de questions parmi la masse populaire. Et que dire de la reconnaissance officielle du Mexique de la réalité des OVNI, déclaré en septembre 2004 par le Général Varga Garcia, secrétaire à la Défense ? Et que penser de ce vendredi 20 mai 2005 (cette année !) où les militaires brésiliens reconnaissaient officiellement la recherche ufologique en divulgant des informations précédemment secrètes ? Enfin, quel média en France à retranscrit les paroles du Vicecommodore Oscar Bario (armée d'Argentine) qui étaient : "Les OVNI sont réels. J'ai moi-même eu une expérience de cette sorte en 1951. C'était un disque jaunâtre-argenté avec des bords rouge-foncé, se déplaçant à grande vitesse à une altitude d'environ 500 mètres." Ou encore : "A ce stade des choses, et avec les preuves dont nous disposons, il est diffcile de nier l'existence des soucoupes volantes."

Comme vous pouvez le constater, l'information en France est filtrée, ici on préfère parler d'alcool au volant, des cours du pétrole ou des attentats en Irak. Mais concrètement, une annonce officielle de l'état français sur la reconnaissance du phénomène OVNI ne provoquerait-elle pas un tollé chez les électeurs ? La population accepterait-elle que ses dirigeants lui ai caché un danger potentiel ? Peut-être que l'Etat à peur de perdre son influence ou a-t-il peur d'une possible panique nationale ? Quoiqu'il en soit, aujourd'hui, nous sommes confrontés à un dilemme. Ne sommes-nous pas victimes de désinformations ?

En attendant ce jour où le Président de la République dévoilera enfin le secret à tous les Français, nous devons nous battre pour protéger l'information et la diffuser progressivement au public. Certains disent que toute vérité n'est pas bonne à dire, mais je concluerai en disant : le peuple est souverrain de la nation.


Bernard F.

http://magik.ovni.free.fr/modules/news/article.php?storyid=3


Documentaire et émissions sur les ovnis


Les émissions  de télé sur les ovnis  ne sont  que des simulacres  d’étude impartiale du phénomène, les témoignages sont coupés, les journalistes n’ont pas étudié le sujet et ne le prennent pas au sérieux, le discours est orienté, ils mélangent volontairement des enquêtes sérieuses avec des éléments ridicules. Dans certains cas ils ne trouvent rien de mieux que d’interroger des anciens responsables de la cia sur les dissimulations des documents sur les ovnis. Quelle naïveté affligeante! Le sujet ovni n’est bon qu’à faire de l’audience en présentant  des études scientifiques  on risque de perdre des parts de marché car les gens demandent de l’insolite du facile à comprendre. De plus, il faut toujours que les journalistes invitent des « debunker »  qui ne sont là que pour démonter des affaires en affirmant des choses sans fondements ce qui sèment le doute chez les téléspectateurs et réduisent à néant les efforts d’information du grand publics.

Un exemple pitoyable La nuit extraterrestre Canal+:

On peut dire que le dernier documentaire de Canal plus n'a plus rien à voir avec celui-ci et heureusement! Voilà ce que cela donne quand on mélange sérieux et n'importe quoi c'est indignant. Il ne faut pas s'étonner qu'ensuite les spectateurs ne prennent pas au sérieux ce phénomène à cause d'amuseurs de service.





Espérons que cela n'arrive plus...

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici


Dernière édition par Benjamin.D le Jeu 03 Déc 2009, 18:42, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ovni tv radio: Les Médias et le phénomène ovni: pourquoi tant de trouble?   Mer 10 Sep 2008, 13:34

Merci beaucoup pour cet article et le lien Wink
tu fais bien de signaler ce cas précis mais avec les "mass" médias, c'est toujours le même problème, malheureusement pour un grand nombre d'entre eux et sur de nombreux sujets divers, "ils" suivent la pensée ambiante, la volonté "à la mode" d'un temps T, aiment surfer sur les clichés, etc...
après, et fort heureusement, nous avons, en faisant le tri (et là c'est nécessaire), de la bonne presse, des bonnes chaînes télé et des bonnes radios. Je suis tout à fait d'accord avec ta pensée mais je crois qu'il y a aussi le fait que les gens (une bonne partie) ne font pas l'effort de faire le tri (dans les médias) et préfèreront "avaler et se goinfrer" devant ce que tf1, tf2 , public, et autres pollutions proposent que de s'intéresser à telle radio, telle chaîne télé ou telle presse écrite. Attention, je ne dénigre pas forcément une grande partie de ces gens mais malheureusement, je constate qu'ils existent et qu'il est dur de leur faire voir, entendre, et comprendre autre chose tellement on les laisse là-dedans. Ave Cesar
(j'ai vu plusieurs fois cité la chaîne de tf1, mais pour n'importe qui si vous dites tf1+ovni c'est égal à pradel+autopsie... et perso, c'est tf1 quoi...:evil: on ne peut pas attendre grand chose de cette chaîne, à part le divertissement)


Je pense qu'il est question de "combat". Faire admettre à la société que le phénomène ovni est bien réel et surtout, se battre contre le discrédit, la désinformation, et montrer le sérieux de l'ufologie et qu'elle est nécessaire. Ça vous le savez déjà, mais il y a ici des gens sérieux et qui connaissent leur sujet fhd , la preuve par ce site et forum. Alors, la presse est l'un des combats, mais ne faudrait il pas "s'armer" comme elle, par l'édition (par exemple) de style fanzine, magazine?
Vous vous démarquez déjà très bien, par exemple avec les règles de ce forum (ne pas parler des sectes, pointer du doigt les fakes, ...).

En gros, pour faire pression sur les médias comme tu le suggères Benzemas, ne serait il pas important d'avoir une presse ufologue destinée à un large public (j'entends par là, facile d'accès à qui y met de la bonne volonté pour la compréhension) ?
«s’officialiser» par une diffusion autre que le média qu'est internet en s'affirmant ?

s'officialiser, ok, mais surtout s'assumer et s'affirmer - la meilleure façon de lutter selon moi contre le ricanement des détracteurs!



edit: je me rends compte que mon post n'est pas très structuré mais je ne voulais pas oublier ce que je voulais dire. désolé :oops:
aussi, je viens de remarquer qu'il me manque des informations en fait, sur la presse ufologue, j'ai quelques trains de retard. d'après ce que j'ai connu, entre mi-80 et mi-90, il ya un quelque livres que j'ai pu lire ou feuilleter, sinon, côté presse à part un n° (dont j'ai oublié le nom du magazine, plutôt sérieux) je connaissais surtout des magazines concernant le paranormal, l'ésotérisme etc... bref, de tout, pas mal de mauvais, du bon aussi... et puis il y avait les dossiers ovni (dont j'ai eu les 2 ou 3 premiers mais il faut que je les revoie).
alors, en ce moment, quels sont les magazines ufologues, francophones, qui existent ?
Revenir en haut Aller en bas
 

ovni tv radio: Les Médias et le phénomène ovni: pourquoi tant de trouble?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Archives sur le phénomène Ovni :: Les archives ufologiques importantes :: Archives Tv ovnis-