Marque-page social
Marque-page social yahoo  Marque-page social google      

Conservez et partagez l'adresse de Ovni et vie extraterrestre sur votre site de social bookmarking
Derniers sujets
Le nouveau livre d'Eric Zurcher Les apparitions mondiales d'humanoïdesAujourd'hui à 00:43Tiko[Sujet Unique pour les Membres] Problèmes constatés sur le forumHier à 20:06StarfullQuand le Pentagone étudie les ovnis dans le plus grand secret. Un article du New York TimesHier à 16:55Polyèdre57Pourquoi autant d'observations d'ovnis par des témoins isolés?Hier à 12:47HocineUn "cigare" venu d'un autre système solaireVen 16 Nov 2018, 22:20Loreline2018: le 09/11 à 18h30 - objet volant, ailé avec lumieres blanches alignées - Ovnis à grenoble -Isère (dép.38)Ven 16 Nov 2018, 17:38martinOvni dans le ciel d'IrlandeVen 16 Nov 2018, 17:30Polyèdre57Construction d'un dossier sur les ovnis triangulairesJeu 15 Nov 2018, 23:48Polyèdre57Présentation (assez courte)Jeu 15 Nov 2018, 20:43Guillaume84*Présentation Mer 14 Nov 2018, 08:02StarfullMAJ :Conférence à la Réunions DROM-TOM: les membres de ces régionsMar 13 Nov 2018, 17:28Polyèdre57 M.A.J : JT Ovni en France du mois de novembre.. *ODH Tv.2018Lun 12 Nov 2018, 18:12Polyèdre57Des hommes sur mars pour 2018 ?Lun 12 Nov 2018, 16:56Phi01Les O.V.N.I., un phénomène socio-psychologique selon les sceptiquesLun 12 Nov 2018, 11:56Polyèdre575ème Congrès ufologique international de Montréal 27 et 28 octobre 2018Sam 10 Nov 2018, 23:50Polyèdre57Vidéo "l'ovni de l'hotel bonaventure"Sam 10 Nov 2018, 23:40Polyèdre57Faire de faux Crop circle,c'est facile!Sam 10 Nov 2018, 20:31Polyèdre57Lorraine: les membres de cette régionSam 10 Nov 2018, 18:09Polyèdre572012: le 16/07 à ~22h25 - Engin triangulaire volant - Watertown, Massachusetts (Non précisé) Sam 10 Nov 2018, 17:32StarfullA CHILLING WARNING! (UFOs) are just the tip of the ICEBERG!Sam 10 Nov 2018, 11:35Polyèdre57Ovnis dans le LoiretVen 09 Nov 2018, 20:01Cassiopée[Speculations] vol mh370 intriguantVen 09 Nov 2018, 18:38Pierre.BOuranos: magazines N° 16 et 18 (1976)Ven 09 Nov 2018, 12:25Polyèdre57témoignage du pilote Jack Krine : Qu'en pensez-vous ?Ven 09 Nov 2018, 12:01Phi01Pierre Lagrange un rationaliste?Ven 09 Nov 2018, 00:47TikoJe me présenteVen 09 Nov 2018, 00:24TikopresentationVen 09 Nov 2018, 00:21TikoLes applications des nanotechnologies et l’intelligence artificielle dans l'universJeu 08 Nov 2018, 12:48Z10Article de Libération: "L’année 1947 marque le début de la guerre froide et des soucoupes volantes"Jeu 08 Nov 2018, 12:32Polyèdre5720/09/2018 à 20h : conférence sur la MHD et l'anti-gravité animée par Patrice JavelJeu 08 Nov 2018, 10:35Phi01Effacer la mémoire est désormais possible !Mer 07 Nov 2018, 20:32Buckaroo_BanzaiLe plateau d'albion la zone 51 française?Mer 07 Nov 2018, 19:58Polyèdre57Les ovnis sans informationsMer 07 Nov 2018, 19:30Phi01Avec Robert Roussel, conférence à Ovnis Paris le 2 octobre à 20 h Mer 07 Nov 2018, 18:18Polyèdre57Un programme d’étude de langage extra-terrestreMer 07 Nov 2018, 16:54Yvon CédricLes films sur le thème ovni et extraterrestresMar 06 Nov 2018, 23:12Polyèdre57: le / à 22h52 - 3 boules semblant voler en formation - Ovnis à vieux boucau les bains -Landes (dép.40)Mar 06 Nov 2018, 19:15cocomodoreOvni: faut-il vraiment faire une déclaration en gendarmerie?Mar 06 Nov 2018, 17:58Polyèdre57Quel serait l'impact d'une vague d'ovni de nos jours en France ?Mar 06 Nov 2018, 17:52Polyèdre57Les ovnis sont ils detectables aux radars ?Mar 06 Nov 2018, 17:03Yvon Cédric(1942) Ovni-ufo: la "bataille" de Los Angeles (Californie usa)Mar 06 Nov 2018, 16:12Yvon Cédric...Analyse du cliché de la Bataille de Los Angeles...Mar 06 Nov 2018, 08:58Phi01Un OVNI SOUS LES TROPIQUESLun 05 Nov 2018, 12:19cocomodoreOVNI Multicolore en formation sur l'AutricheLun 05 Nov 2018, 10:06Polyèdre57Pourquoi l'homme est-il si intelligent ?Lun 05 Nov 2018, 00:07Charles1960Apparition récurrente de PANs/OVNIs au-dessus du Loiret.Dim 04 Nov 2018, 22:51Polyèdre57J-P Petit & J-C Bourret : OVNIS, L'INCROYABLE DECOUVERTEDim 04 Nov 2018, 18:34micladEDF et les OVNISSam 03 Nov 2018, 23:56Polyèdre57(1994) Atterrissage devant une école au Zimbabwe.Sam 03 Nov 2018, 21:50Pierre.BDocumentaire Unaknowledged avec Steven GreerSam 03 Nov 2018, 19:35Phi01nouvel arrivantSam 03 Nov 2018, 17:33Polyèdre57MAJ :Bertrand MEHEUST - L'UFOLOGIE DE TERRAIN avec ODHTvSam 03 Nov 2018, 12:43Polyèdre57base de dulce Sam 03 Nov 2018, 10:43Polyèdre57Bonjour à tous...Ven 02 Nov 2018, 22:59TikoArgumentaire pour contrer les explications récurrentes des observations d'ovnisJeu 01 Nov 2018, 21:34Polyèdre57Ovni: Les témoins en live !Jeu 01 Nov 2018, 18:10JJPRévélation Forêt de Rendlesham - 27 - 12 - 1980Jeu 01 Nov 2018, 14:55Polyèdre57PDFs Français - Magazines [et documents officiels??] Bonjour depuis l'AngleterreMar 30 Oct 2018, 22:15isaackoi10Bonjour depuis l'Angleterre! My introductionMar 30 Oct 2018, 11:58isaackoi10Le mystère de la photo du petit rechain élucidé : "Une supercherie"Lun 29 Oct 2018, 11:56Polyèdre57
Menu du Site










Annonce
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 12798
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Documents officiels sur la vague belge

le Lun 02 Juin 2008, 11:11
La transcription des communications entre les pilotes et le contrôle au sol

Voici la transcription des communications entre les pilotes et le contrôle au sol pendant l'interception d'un OVNI au dessus de la Belgique dans la nuit du 30 au 31 Mars 1990 (en heure GMT, l'heure local était GMT+2).
LE RAPPORT:

30/03/1990 QRA(I), LA POURSUITE:

22:07

C: Loud & clear how me.
P: Reading you 5, flight level 90.
C: Task VID check armament safe.
P: Safe.
C: For your info, contact at your bearing 310 range is 15.
P: 310, 15, and confirm it's still on FL 90.
C: Checking.

22:07:30

C: Bravo reading you 5.
P: Bravo 5 as well. No.
C: No height on the contact for the moment.
P: Both levelling off FL 90.
C: Roger and both starboard 310.
P: OK, SB 310.
C: Last altitude on the contact is FL 210.
C: Keep on turning, roll out 320.
P: 320.

22:08

C: 320, 17 miles. And for the moment maximum level 10000ft.
P: Steady 320.
C: Roger 330, 5 to 10 right range is 15 Possible altitude 10000ft.
P: Steady at 10000. No contact.

22:09

C: Contact 330 range 10. 11000ft Starboard 330.
P: Steady 330.
C: 330. 5 right range is 9.
P: No contact keep on taking.
C: 345 range 7. Reduce speed. Slow moving.
P: Roger, slow moving.
C: Still at 10000ft. Bearing 345 range 5.
P: Confirm altitude.

22:10

C: Last altitude 10000ft. Check 10 left range is 3. Left side 2 miles. No altitude. Passing overhead.
P: No contact.
C: Just below you.
P: Say again.
C: Just below you now. Both vector 090. Contact is 090 range 2 When steady check 090 range 3. Slow moving. Inside turn 4 Nm, 060, 3.
P: One blinking light just in front of you, do you see it, just below you. An orange one.
C: Range is 3, 060, 3.
P: ... heading 180. Roger reversing 180 You have contact on me MEEL. Roger contact on you. If you reverse 180, on your nose 1 mile. It should be 1 o'clock for you. Blinking orange light. It's on the ground.
P: Efflux, you still have the contact.
C: Contact for the moment 020, 15.
P: Confirm 020.
C: 020, 5 miles.
P: See the blinking light I mean unreadable ...flash.
C: 030, 6 miles.
P: Contact on the ground seems to be 1 light.
C: Another contact now 360, 10 miles.
P: 360, 10.

22:13

C: Altitude 11000ft, 350, 11 miles.
P: I have a contact 9000 heading 250 at 970 knots.
C: Possibly your target.
P: One contact on the nose 9000ft speed 310.
C: Range is 6?.
P: Eddy do you confirm contact I have the same in B 15 now unreadable.
C: Contact is at 3 miles now. On the nose 3.
P: Contact is coming in and out.
C: Roger and now... 2miles Right inside turn, level 1 mile 2214 Expedite right, roll out 130.
P: Unreadable. 130.
C: 140 range 3.
P: Confirm heading Efflux.
C: 130, 120 even. And continue roll out 180 He's now 170,4. Check camera on. 160, 3.
P: Camera on. I've a possible contact now at 550 knots in C. 6 alt 10000.
C: Just overhead.

22:15

C: If possible take a maximum of pictures.
P: May I suggest you keep the HUD, I keep...
C: At your 6 o'clock 2 unreadable.
P: Efflux, give a new heading.
C: Roll out 360, 360, 2. unreadable Continue SB 030.
P: 030.
C: He's now 050, 3. Altitude 105. Keep on turningtowards 090.
P: Steady 090.
C: 090 on the nose 2.
P: One a/c passing below. Efflux is it possible?
C: At what altitude?
P: I see it Efflux.
C: On the nose 2 miles.
P: MEEL, you see it, just below me now. Efflux you have a new heading.
C: South, 2.
P: Say altitude.
C: FL 105. Snap 130. 130, 3. Last alt. reported 10000ft On the nose 2.
P: Come in attack.
C: Past the contact now. Altitude is 10000ft.
P: I'm at 9000ft.
C: Still no contact?
P: " " " ! Heading please.
C: 270, 2.
P: Confirm 260.

22:19

C: 270.

22:20

P: Roll out 270. Steady 270. 10000ft.
C: No more contact for the moment.
P: MEEL you switch 135 05 go.
C: Can you contact Brussels on 127.15.
P: 127.15, go. Efflux, confirm new heading.

22:21

C: Keep on turning right 090.
P: Turning left 090. Efflux steady east now.
C: Roger, maintain.
P: Positive contact as well.
C: For the moment no more contact on the scope.

22:22

P: No contact on the scope as well Check fuel. Unreadable. Possible contact at 19 miles 800 knots h 350.

22:23 3000ft

P: Efflux confirm one contact at 5 miles, left side, speed fast.
C: No contact for the moment.
P: 4 miles to the left.
C: Clear to investigate.
P: Investigating. Rolling out now 034.

22:24

C: Brussels is calling. No contact.
C: Traffic approaching from 320 range 15, 9000ft. Possible contact bearing 270 range 12. Starboard turn.

22:25

P: Turning right 270 This contact seems to be civilian traffic
P: Say again Efflux
C: Contact is civilian traffic

22:26

P: Rolling out 277
C: Roger, maintain 17 from Efflux
P: Come in Efflux
C: Did you see in the previous investigation...
P: I had a kind of flashing light on the nose 5 miles
C: And this light was coming from the south?

22:27

P: This light is steady.
C: When did you pass over the light, give me a top.
P: Turning left to pass overhead at 10000ft and give you the coordinates. Just passing overhead the light.
C: Roger.
P: Coordinates : 50.32.08.

04.11.08

P: Reversing east, 10000ft.
C: Roger.
C: Possible contact bearing 020 12 miles.
P: 12 miles looking out.
C: High speed roll out 040.
P: 040.
C: Heading is 115 Starb 060.
P: One contact on nose 10 miles.
C: That's the target. No alt on him for the moment.
P: Contact in C 12 MEEL, at 5000ft. 740 knots. Good contact again. Investigating. One contact on the nose 7 miles.
C: Chear to investigate, check armament safe.

22:31

P: Sweet and safe.
C: Passing overhead BE for the moment.
P: Lost contact now, he's moving very fast.
C: That's affirm High speed for the moment.
P: One contact on the nose 6 miles, speed to 100 knots.
C: 080, 10 miles. Heading is 120.
P: 120 confirm.
C: Affirmative.

22:32

C: Last alt. reported 10000ft 070, 10 miles.
P: 070, 10 confirm. Rolling out 070. Altitude 7000ft. Lost contact more info Efflux.
C: Lost contact as well. It should be 090, 10. Roll out 100.

22:33

P: 100.
C: Normally on the nose range 15. You have contact.

22:34

P: No contact.
C: 095 Range 18 17, both starboard 310.
P: SB 310 Fuel 044.
C: 17 check playtime left.
P: Playtime left 15 minutes.
P: 17 steady 310.
C: Roger 17. Maintain hdg for the moment. One civilian traffic 315 range is 12 at 5000ft in the TMA.

22:38

P: Looking out. Contact at 6000ft slow moving at C.
C: It's civilian traffic. Passing 2 o'clock 5 miles. 5000ft, check 310, 12 miles possible contact.

22:39

P: 10 miles on the nose 10000ft. Contact.
C: On the nose range 7.

22:40

P: Got the same.
C: Check camera on.

22:41

P: Camera on.
C: If possible take max of pictures.
P: Very slow moving.
C: Check alt. of contact.
P: I still have the contact, 5 miles.
C: No height.
P: No height.
C: 3 o'clock 2 miles.
P: " " ".
C: Crossing left to right.
P: Say again.
C: Left side high.
P: Looking out. I see one beacon on the nose.

22:42

C: One civilian traffic west, 10 miles.
C: Contact 100, SB 100.
P: Roger SB 100.
C: Civilian traffic 300, 5 miles.
P: " " " " " Steady 120.
C: Continue 100.
P: 100.
C: Even 060 now. 060, 5.
P: Steady 060.
C: 060, 3. You have contact?
P: One contact but speed is changing from 100 to 600.
C: I have the same contact.
P: Slightly to right 4 miles.
C: Affirmative. High moving.
P: Steady east now.
C: Roger.
P: Lost contact.
C: Both vector 180.

22:44

P: Turning right south.
C: Contact south higher.
P: Looking out. Steady south.
C: Nine o'clock 3. sorry 3 o'clock.
P: Steady south no contact.

22:45

C: Disregard snap 360 now.
P: 360 to the left. Check fuel.
C: Possible contact 350 range 10.
P: 350, 10.
C: 2 contacts due to civilian traffic same position 345, 9 left 330 17 left 330 left 330.

22:46

C: Civilian traffic 340 range 7.
P: Contact on traffic.
C: At 5000ft, other contact at 325 range is 7, no height.
P: Contact on the radar now.
C: Check camera on.
P: Camera on loosing contact.
C: He's now 345 range is 5.
P: We have the same in B 8, 10000ft. MEEL.
C: 350, 3.
P: Radar contact. Contact slightly to the left, 8 miles, lost contact now<.BR>

22:47

C: He's at your 360 now 360....
P: Request to turn north.
C: Clear now.
P: Steady north Efflux.
C: Roger, no contact.
P: Negative.
C: Reverse south.

(... les communications se poursuivent jusqu'à 22:53, mais rien de bien intéressant se produit.)

(Les lumières aux coordonnées 50.32.08 04.11.08 ont été facilement identifiées comme des lueurs au sommet d'une série de cheminées).
CONTACTS RADAR:

Les contacts radars entre un des F-16 et les objets volants ont fait l'objet d'un enregistrement vidéo. L'un d'entre eux dure 46 secondes. Deux F-16 ont été partie prenantes, l'un d'entre eux a enregitré 13 contacts sur son radar, l'autre eut également des contacts qui n'ont pas été enregistrés car le pilote n'a pas mis en marche l'enregistreur, par erreur. Les contacts peuvent être classés en 5 groupes, séparés par des périodes sans contacts.


N. de contact: Durée (en secondes): Début à:
1 2.3 00h13 31 Mars 1990 (30 Mars 22h13 GMT)
2 3.4
3 19.9 00h15
4 27.5 00h29
5 8.0
6 11.4
7 9.3
8 < 0.1
9 45.9 00h39
10 16.2
11 11.4
12 9.5
13 11.2 00h46

Toutes les positions et vitesses sont disponibles sur l'enregistrement vidéo. Les vitesses du déplacement vertical semblent être parfois dépasser 1000 noeuds. Des vitesses mesurées sont digitalement montrées avec seulement trois nombres, ainsi 200 noeuds pourraient être 1200 ou 2200 noeuds. Sachant cela, des positions et les vitesses peuvent être corrélées (cependant, au-dessus de 1000 noeuds, les trois derniers chiffres sont douteux).
CONTACTS:

Voici la transcription d'un des contacts:

Secondes après verrouillage: Cap (degrés): Vitesse (Noeuds): Altitude (pieds):
00 200 150 7000
01 200 150 7000
02 200 150 7000
03 200 150 7000
04 Rapide 200 Accélération 150 6000
05 Virage 270=22 g 560 6000
06 270 560 6000
07 270 570 6000
08 270 560 7000
09 270 550 7000
10 210 560 9000
11 210 570 10000
12 210 560 11000
13 210 570 10000
14 270 770 7000
15 270 770 6000
16 270 780 6000
17 270 790 5000
18 290 1010 4000
19 290 1000 3000
20 290 990 2000
21 290 990 1000
22 300 990 0000
22.5 300 980 0000 Break lock

# 00 h 32: Les radars de Glons et Semmerzake ont un contact à 110 / 6 NM.
# au delà de Beauvechain, en route vers Bierset à 7000 pieds et grande vitesse.
# La vitesse enregistrés va de 478 à 690 knots. Le contact est perdu
# au-dessus de Bierset. Le radar de Maastricht n'a pas de contact
# avec cet OVNI.

Quand par exemple vous voyez "altitude 5000", cela signifie entre 4500 et 5500. Donc 0000 est l'intervalle entre 0 et 500. 0 est le niveau de la mer; l'altitude moyenne du sol dans cette région est 200 pieds (de ce fait 0000 se traduit par entre 200 et 500 pieds).
Voici des commentaires par une personne qui a souhaité garder l'anonymat:

Le ciel Belge au Sud-Est de Bruxelles était fortement visible par la population dans la nuit du 30 au 31 Mars 1990. Il y eut au moins 3 et jusqu'à 6 lumières brillantes avec des couleurs changeantes, observées par des gendarmes de 23:00 à 01:00. Il y eut deux F-16 chassant des échos radars vrais ou factices de 00:00 à 01:00 en temps local (GMT +2).

Mais il y avait encore autre chose. A 00:28 le radar de Semmerkaze détecta un objet à 2500 pieds au dessus de la partie Ouest de Bruxelles, se dirigeant vers Liège à 450 noeuds. A 00:29, le radar de Glons le détecta également. De 00:29 à 00:33 les deux radars suivirent l'engin qui se dirigeait en ligne droite vers Liège en augmentant son altitude et sa vitesse. A 00:35 le radar de Semmerzake le repéra encore à 6000 pieds au-dessus de Liège, et a une altitude de 12.000 pieds à 00:36.

Le radar de Semmerzake est constitué d'un réseau de radars. Il est utilisé pour la sécurité aérienne militaire. Semmerkaze se trouve à environ 30 miles à l'Ouest de Bruxelles. Le CRC de Glons fait partie du NADGE, le dispositif radar de protection des territoires de l'OTAN (NATO Air Defense Ground Environment). Il y a environ 30 CRC NADGE en Europe, y compris la Turquie. Ses missions sont: 1. détecter et suivre tous les appareils survolant l'espace aérien Belge, 2. identifier les amis et les ennemis, 3. si c'est un ennemi, l'intercepter ou le détruire selon le genre d'alerte.Le radar de Glons est un radar multi-usage à impulsion. Glons est environ à 6 miles de nord de Lièges. La distance Brussels-Lièges est environ 60 miles. Il y a un autre radar à Bertem, pour le trafic civil. L'OVNI est passé à 5 miles au Sud de Bertem à 00:30. Le radar de Bertem n'a rien vu.

Qu'était-ce?

1) Du trafic civil? Je ne connais rien en aviation, mais je pense que les avions de transport civils ne sont pas si rapides à une altitude aussi basse. En outre, je pense que chaque vol civil est identifié par les militaires.

2) Un petit jet privé? Peut-être, si toute cette histoire est un canular (ce devrait être un canular vraiment impressionnant, impliquant des véhicules aériens, des jets, des ULM). Et y a-t-il les jets privés qui vont si vite?

3) Un avion militaire? Ce n'était pas un des deux F-16, qui, au lieu de se déplacer la ligne droite, aurait décrit des boucles compliquées (j'ai le plan de toutes leur trajectoire). À mon avis, cela peut plutôt être un avion stealth (F-117 A ou TR-3 A), parce qu'on l'a vu seulement sous certains angles. Le radar de Bertem, qui était mieux placé, ne l'a jamais vu. Mais apparemment les militaires belges ne connaissaient pas cet avion, au moins en mai 1990, quand l'Armée de l'Air Belge a diffusé son premie
r rapport au sujet des incidents:

http://ufologie.net/htm/beldoc01f.htm


Dernière édition par Benjamin.D le Lun 28 Déc 2009, 14:24, édité 1 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 12798
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Rapport de synthèse de la force aérienne belge 30-31 mars.

le Lun 02 Juin 2008, 11:12
Rapport de synthèse de la force aérienne belge 30-31 mars.

INTRODUCTION:

Le rapport ci-dessous fut décrit en ces termes par E. Lamin, Colonel Breveté d'Etat-Major Chef de la Section Politique de la Défense par interim: "Veuillez trouver, ci-joint, un résumé de la déclaration faite à la presse, le 11 juillet 1990, par le Colonel Aviateur Breveté d'Etat-Major DE BROUWER, Chef de la Section Operations de l'Etat-Major de la Force Aérienne Belge, relative aux observations en objet."

Ce rapport de synthèse a été utilisé comme base de la conférence de presse donnée le 11 Juillet 1990 par le colonel De Brouwer.
LE RAPPORT:

RAPPORT DE SYNTHESE:
Rapport de synthèse sur les circonstances des observations du 30 au 31 Mars 1990.

1. Tôt en Décembre 1989 les Forces Aériennes Belges ont été contactées à plusieurs occasions par des témoins oculaires qui ont observé des phénomènes étranges dans l'espace aérien belge. En certaines occasions ils ont décrit des phénomènes tels des plates-formes triangulaires ayant jusqu'à 200 pieds de large avec 3 projecteurs lumineux rayonnant vers le sol, planant à plus ou moins 100 m au-dessus de la terre et faisant seulement un bruit très léger de ronflement. Quelques témoins ont vu l'objet partir à très grande vitesse après une accélération très rapide. Toutes les observations ont été faites en soirée ou pendant la nuit.

2. Les stations de radar qui avaient été alertées par des témoins oculaires ne pourraient pas déterminer avec absolue certitude une corrélation entre les observations visuelles et leurs détections sur le radar. A deux occasions les Forces Aériennes Belges ont fait décoller deux F16 pendant les heures de soirée.

a. A la première occasion le F16 est arrivé plus ou moins une heure après la détection visuelle. Rien n'a été observé.

b. Lors de la deuxième occasion, les pilotes ont pu identifier un projecteur à rayon laser sur la terre. Après recherche il était évident cependant que la description des observations était totalement différente de ce qu'ils ont pus trouver.

3. En conséquence l'Air Force Belge, impatiente d'identifier l'origine des phénomènes, autorisa le décollage de deux F16 si les conditions suivantes étaient réunies:

* a. Observations visuelles au sol confirmées par la police locale.
* b. Détection par radar.

LES EVENEMENTS:

4. Le 30 Mars 1990 à 23:00 heures le contrôleur principal (MC) de la station de radar de défense aérien de Glons a reçu un appel téléphonique d'une personne qui a déclaré avoir observé trois lumières indépendantes clignotant dans le ciel, de couleurs changeantes, avec une intensité beaucoup plus élevée que les lumières des étoiles et qui étaient en formation triangulaire. Les conditions météo étaient un ciel clair, aucun nuage, un vent léger et une inversion mineure de la température à 3000 pieds.

5. Le contrôleur Radar a à son tour informé la police de WAVRE pour confirmer l'observation à plus ou moins 23:30 heures. Pendant ce temps le Contrôleur radar avait observé un écho de radar à environ huit miles nautiques au Nord du lieu de l'observation au sol. Le contact s'est déplacé lentement vers l'Ouest à une vitesse d'environ 25 kts et une altitude de 10,000 pieds.

6. Les observateurs au sol ont observé 3 taches lumineuses supplémentaires qui se sont déplacées graduellement, avec des vitesses irrégulières, vers le premier ensemble de lumières et ont formé une deuxième triangle.

7. A 23:50 une deuxième station de radar, située à plus ou moins 100 miles nautiques a confirmé un contact identique au même endroit et au même moment que le contact de radar de Glons.

8. A 00:05 2 F16 décollèrent de la base aérienne de BEAUVECHAIN et guidés par le radar entrent en contact avec un objet volant. Un total de 9 tentatives d'interception ont été effectuées. À 6 occasions les pilotes purent établir un verrouillage avec leur radar d'interception. Les distances de verrouillage varièrent entre 5 et 8 miles nautiques. A toutes les occasions les cibles ont changé la vitesse et l'altitude très rapidement et le verrouillage radar fut perdu après 10 à 60 secondes. Les vitesses ont changé entre 150 et 1010 kts. À 3 occasions les deux F16 enregistrent un verrouillage radar simultané avec les mêmes paramètres. Les 2 F16 volaient à une distance d'environ deux miles nautiques l'un de l'autre. Aucun contact visuel n'a pu être établi par l'un ou l'autre des pilotes F16.

9. Le F16 a piloté 3 fois par la zone d'observation des observateurs aux sol. Au troisième passage les observateurs au sol ont communiqué un changement du comportement des taches lumineuses. Le plus lumineux a commencé à clignoter très intensément tandis que l'autre disparaissait. Par la suite, la source la plus lumineuse a commencé à s'obscurcir graduellement.

10. Pendant ce temps le chef de la police de WAVRE avait alerté quatre autres commissariats de police dans la zone. Chacun des quatre, séparé de quelques 10 miles nautiques de l'un l'autre, confirmé les observations visuelles.

11. Les avions atterrirent à 01:00. La dernière observation visuelle fut effectuée a à peu près 01:30.
CONCLUSIONS:

12. L'Air Force BELGE est incapable d'identifier ni la nature ni l'origine des phénomènes. Cependant, il y a des éléments suffisants pour exclure certaines explications possibles:

* a. Ballons. Impossible du fait des vitesses extrêmement variables (confirmées visuellement et par radar).
* b. ULM. Mêmes impossibilités que pour les ballons.
* c. RPV. Impossible du fait des observations de vols stationnaire.
* d. Avion (incluant avion invisible). Impossible, comme pour RPV. Aucun son.
* e. Projections Laser ou mirages. Improbable du fait du manque de surface de projection (aucun nuage). Des points lumineux ont été observés depuis plusieurs endroits distants. Les points lumineux ont parcouru des distances supérieures à 15 miles nautiques. Les formes éclairées par les points lumineux ont été observées avec des lunettes spéciales. Les projections Laser et les mirages ne peuvent être observés au radar.

{signature}
W. DE BROUWER
Kol Vl SBH
VS3

http://ufologie.net/htm/belrap02f.htm

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 12798
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Rapport complet de la force aérienne belge 30-31 mars

le Lun 02 Juin 2008, 11:14
Rapport complet de la force aérienne belge 30-31 mars.

La version intégrale du rapport de la Force Aérienne Belge, concernant particulièrement l'incident F-16 du 30-31 Mars, 1990, connu comme le "rapport Lambrechts."


LE RAPPORT COMPLET:


RAPPORT

Concernant l'observation d'Ovni durant la nuit du 30 au 31 mars 1990.
Introduction:

a. Ce rapport donne une vue d'ensemble des rapports des unités concernées de la Force aérienne et des rapports des témoins oculaires des patrouilles de la gendarmerie se rapportant aux phénomènes inconnus observés dans l'espace aérien (ci-après dénommés OVNI) au sud de l'axe Bruxelles-Tirlemont durant la nuit du 30 mars au 31 mars 1990.

b. Les observations autant visuelles que par radar furent d'une telle nature qu'il fut décidé de faire décoller deux appareils F-16 du 1 JW avec comme mission l'identification de ces OVNI.

c. Ce rapport a été établi par le major Lambrechts, VS 3/Ctl-Met 1.

Petit Réchan ufo
Contexte:

Depuis le début de décembre 1989,des phénomènes curieux ont été régulièrement remarqués dans l'espace aérien belge. La force aérienne dispose d'un certain nombre de témoins oculaires dont la plupart ont été renseignés par la gendarmerie. Les stations radars de la Force aérienne ne purent en aucun cas confirmer, jusqu'au 30/31 mars 1990, ces observations visuelles, et la présence des OVNI ne put jamais être établie par les avions de chasse envoyés à cette fin. L'état-major de la Force aérienne a pu présenter un certain nombre d'hypothèses concernant l'origine de ces OVNI. La présence ou l'essai de B-2 ou de F-117 A (Stealth), RPV (Remotely Piloted Vehicles), ULM (Ultra Light Motorised) et AWACS dans l'espace aérien belge au moment des faits peuvent être exclus. Le cabinet MLV fut mis au courant de ces découvertes par les notes en références 1 et 2. Cette requête fut acceptée, à la suite de quoi la Force aérienne a régulièrement apporté sa coopération à cette société.
RESUME:

Résumé dans l'ordre chronologique des événements durant la nuit du 30 au 31 mars 1990.

Note: toutes les heures sont en temps local.

30 mars:

23h00: Le contrôleur responsable (MC) du CRC Glons reçoit un appel téléphonique de M. A. Renkin, MDL de la gendarmerie, qui certifie voir, à partir de son domicile à Ramillies, trois lumières inhabituelles en direction de Thorembaies-Gembloux. Ces lumières sont nettement plus intenses que les étoiles et les planètes, elles ne bougent pas et sont disposées en un triangle équilatéral. Leur couleur est changeante: rouge, verte et jaune.

23h05: La gendarmerie de Wavre est priée par le CRC Glons d'envoyer une patrouille sur place pour confirmer cette observation.

23h15: Un nouvel appel de M. Renkin renseigne un nouveau phénomène: trois autres lumières vont en direction du premier triangle. Une de ces lumières est beaucoup plus brillante que les autres. Le CRC Glons observe entre-temps un contact non identifié sur radar à 5 km au nord de Beauvechain. Le contact se déplace à une vitesse d'environ 25 noeuds et en direction de l'ouest (voir carte). 23h28: Une patrouille de la gendarmerie avec, entre autres, le capitaine Pinson, est sur place et confirme l'observation de M. Renkin. Le capitaine Pinson décrit le phénomène observé comme suit: "les points lumineux ont la dimensions d'une grosse étoile; ils changent continuellement de couleur. Celle qui domine est le rouge, elle se change alors en bleu, en vert, en jaune et en blanc, mais pas dans le même ordre à chaque fois." Les lumières sont très claires comme s'il s'agissait de signaux: cela permet de les distinguer des étoiles.

23h30-23h45: Les trois nouvelles lumières se sont rapprochées entre-temps du premier triangle observé. A leur tour, après avoir fait une série de mouvements désordonnés, elles se placent de la même manière en formation triangulaire. Pendant ce temps le CRC Glons suit le phénomène sur le radar.

23h49-23h59: Le TCC/RP Semmerzake confirme à son tour avoir un contact radar clair à la même position que celle signalée par le CRC Glons.

23h56: Après coordination préalable avec le SOC II et puisque toutes les conditions sont remplies pour faire décoller les QRA (I), le CRC Glons donne l'ordre de décollage (scramble order) au 1 JW.

23h45-00h15: Les points lumineux continuent à être observés clairement à partir du sol. Toute la formation semble se déplacer lentement par rapport aux étoiles. Les témoins oculaires au sol remarquent que les OVNI envoient de temps en temps des signaux lumineux brefs et plus intenses. Entre-temps, deux points lumineux plus faibles sont remarqués en direction d'Eghezée. Ceux-ci, comme les autres, font également des mouvements brefs et erratiques.

31 mars:

00h05: Deux F-16, QRA (I) de JW, AL 17 et AL 23, décollent. Entre 00h07 et 00h54, sous le contrôle du CRC, au total neuf essais d'interception de ces OVNI ont été entrepris par les chasseurs. Les avions ont eu plusieurs fois de brefs contacts radar sur les buts désignés par le CRC. Dans trois cas, les pilotes réussirent à verrouiller (lock on) pendant quelques secondes sur l'objectif, ce qui, chaque fois, a amené un changement des OVNI. Dans aucun cas, les pilotes n'ont eu un contact visuel avec les OVNI.

00h13: Premier lock sur l'objectif désigné par le CRC. Position: on the nose 6 NM, 9 000 pieds, cap: 250. La vitesse de l'objectif change en un minimum de temps de 150 à 970 noeuds, l'altitude passant de 9 000 à 5 000 pieds, ensuite retour à 11 000 pieds pour, par après, soudainement, redescendre au niveau du sol. Il en résulte un break lock après quelques secondes, les pilotes perdant le contact radar. Le CRC Glons informe, au moment du break lock, que les chasseurs survolent la position de l'objectif.

+/- 00h19-00h30: Aussi bien le TCC Semmerzake que le CRC Glons ont perdu le contact avec l'objectif. De temps à autre un contact apparaît dans la région mais ils sont trop peu nombreux pour avoir une piste claire. Entre-temps, les pilotes prennent contact avec la radio du trafic aérien civil sur VHF, afin de coordonner leurs mouvements dans le TMA de Bruxelles. Le contact radio sur Uhf est maintenu avec le CRC Glons.

00h30: AL a un contact radar à 5 000 pieds, position 255, 20 NM de Beauchevin (Nivelles). L'objectif se déplace à très grande vitesse (740 noeuds). Le verrouillage sur l'objectif dure 6 secondes et au moment du break lock apparaît le signal d'un jamming (brouillage) sur l'écran.

+/- 00h30: Les témoins au sol voient trois fois les F-16 passer. Durant le troisième passage, ils voient les avions tourner en cercle au centre de la grande formation vue initialement. Au même moment, ils constatent la disparition du petit triangle tandis que le point le plus brillant et situé à l'ouest du grand triangle se déplace très rapidement, probablement en hauteur. Ce point s'éclaire de signaux rouges intenses de manière répétitive durant la manoeuvre. Les deux autres points clairs au-dessus d'Eghezée ne sont plus visibles non plus et seul le point lumineux à l'ouest du grand triangle peut être observé.

00h32: Les radars de Glons et de Semmerzake ont un contact à 110, 6 NM de Beauvechain, qui se dirige à 7 000 pieds et à grande vitesse en direction de Bierset. Les vitesses enregistrées vont de 478 à 690 noeuds. Le contact est perdu au-dessus de Bierset. Le centre de contrôle radar de Maastricht n'a eu aucun contact avec cet OVNI.

00h39-00h41: Le CRC Glons mentionne un contact possible à 10 NM des avions, altitude de 10 000 pieds. Les pilotes ont un contact radar à partir de 7 NM. A nouveau une accélération de l'objectif de 100 à 600 noeuds est notée. Le lock on ne dure que quelques secondes et aussi bien les avions que le CRC perdent le contact.

00h47: Le RAPCON de Beauvechain mentionne un contact sur son radar à une altitude de 6 500 pieds, position à partir de Beauvechain: 160/5 NM. Le CRC Glons a aussi un contact sur la même position. Celui-ci est observé jusqu'à 00h56.

00h45-01h00: Quelques essais sont encore entrepris afin d'intercepter les OVNI. Les avions n'enregistrent que quelques contacts radars très courts. Les témoins au sol voient le dernier OVNI resté en place disparaître dans la direction de Louvain-la-Neuve (NNO). Vers 01h00, l'OVNI a complètement disparu de la vue.

01h02: AL 17 et AL 23 quittent la fréquence du CRC Glons et retournent à leur base.

01h06: La gendarmerie de Jodoigne mentionne au CRC Glons qu'on vient d'observer un phénomène comme celui observé par M. Renkin à 23h15.

01h10: Atterrissage de AL 17.

01h16: Atterrissage de AL 23.

01h18: Le capitaine Pinson qui s'est rendu à la brigade de Jodoigne décrit son observation comme suit: "quatre points lumineux blancs forment un carré avec comme point central Jodoigne." L'OVNI, vu dans la direction de Orp-Jauche (au sud-est de Jodoigne) est plus brillant et a une couleur jaune-rouge. Les points lumineux se déplacent avec des mouvements saccadés et courts.

+/- 01h30: Les quatre OVNI perdent de leur luminosité et semblent disparaître dans quatre directions différentes.
INFORMATIONS GENERALES:

a. Météo. Les données mentionnées par le Wing Météo de la Force aérienne pour la zone concernée et pendant la nuit du 30 mars au 31 mars 1990 sont les suivantes:
Visibilité: 8 à 15 km avec ciel dégagé. Vent à 10 000 pieds: 050/60 noeuds. Une légère inversion de température au sol et une autre aussi faible à 3 000 pieds. Ces données sont confirmées dans le rapport du capitaine Pinson. Il mentionne en outre que les étoiles étaient bien visibles.

b. Par manque de matériel adéquat, les observateurs au sol n'ont pu faire aucune photo ou film du phénomène.

c. Avec une lunette astronomique l'OVNI observé est décrit comme suit: une sorte de sphère dont une partie est très lumineuse; on y distinguait aussi une forme triangulaire. (Pour l'observation plus détaillée: voir rapport du capitaine Pinson en annexe H 1).
CONSTATATIONS:

a. En contradiction avec d'autres observations signalées d'OVNI, pour la première fois a été observé positivement un contact radar en corrélation avec différents senseurs de la Force aérienne (CRC, TCC, RAPCON, EBBE et radar F-16) et cela dans la même zone que les observations visuelles. Ceci est à expliquer par le fait que les OVNI du 30/31 mars ont été noté à une altitude de +/- 10 000 pieds, alors que dans le cas précédents il était toujours question de contacts visuels à très basse altitude.

b. Les témoignages à vue, sur lequel ce rapport se base partiellement, ont été faits par des gendarmes en service et leur objectivité ne pourrait être mise en doute.

c. Les OVNI, aussitôt visualisés par le radar F-16 dans le mode Target Track (après interception), ont changé drastiquement leurs paramètres. Les vitesses mesurés à ce moment-là et les changements d'altitude excluent l'hypothèse que les OVNI observés pourraient être confondus avec des avions. Les mouvements lents pendant les autres phases différent également de ceux des avions.

d. Les pilotes des avions de chasse n'ont jamais eu de contact visuel avec les OVNI. Ceci peut être expliqué par les changements de l'intensité lumineuse et même de la disparition des OVNI au moment où les F-16 arrivaient dans les environs où ils étaient observés au sol.

e. L'hypothèse selon laquelle il s'agirait d'une illusion d'optique, d'une confusion avec des planètes ou tout autre phénomène météorologique est contradictoire avec les observations sur radar, notamment l'altitude aux environs de 10 000 pieds et les positions géométrique tend à prouver un plan-programme.

f. La première observation du déplacement lent des OVNI s'est faite à peu près dans la même direction et la même vitesse que le vent. La direction diffère de 30 de celle du vent (260 au lieu de 230). L'hypothèse qu'il s'agit ici de ballons-sondes est tout à fait improbable. L'altitude des OVNI reste dans cette phase à 10 000 pieds, alors que les ballons-sondes continuent de s'élever jusqu'à l'éclatement vers 100 000 pieds. Les lumières brillantes et leur changement de couleur peuvent être difficilement expliqués par de tel ballons. Il est tout à fait improbable que des ballons restent à la même altitude pendant plus d'une heure, tout en conservant la même position entre eux. En Belgique, au moment des observations radars, il n'y avait aucune inversion météorologique en cours. L'hypothèse qu'il pourrait s'agit d'autres ballons est à écarter absolument.

g. Bien qu'on ait plusieurs fois mesuré des vitesses supérieures à celle du son, aucune onde de choc n'a été signalée. Ici aussi, aucune explication ne peut être donnée.

h. Bien que les différents témoins au sol aient finalement signalé huit points dans le ciel, les radars ont enregistré un seul contact au même moment. Les points ont été vus à distance suffisante les uns des autres pour que les radars puissent les différencier aussi. Aucune explication plausible ne peut être avancée.

i. L'hypothèse de phénomènes aériens résultant de projections d'hologrammes est à exclure également: les projecteurs lasers auraient dû être normalement observés par les pilotes en vol. De plus, les hologrammes ne peuvent pas être détectés par radar et une projection laser ne peut se voir que s'il existe un écran comme des nuages par exemple. Or ici, le ciel était dégagé et il n'y avait aucune inversion de température significative.

Petit Réchan ufo
LISTE DES ANNEXES:

a. Carte.
b. Compte rendu chronologique du MC du CRC Glons.
c. Rapport du TCC/RP Semmerzake.
d. Analyse de la vidéo-cassette du AL 17.
e. Transcription des contacts radio sur les fréquences d'interception entre QRA et le controleur du CRC Glons.
f. Déclarations des pilotes.
g. Déclarations du contrôleur de la fréquence d'interception.
h. Déclarations des témoins oculaires.

http://ufologie.net/htm/belrap01f.htm

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 12798
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Documents officiels sur la vague belge

le Jeu 12 Juin 2008, 11:41
La postface du Général De Brouwer publiée dans le rapport de la SOBEPS



UN DOCUMENT CAPITAL:

Ceci est la postface du Général De Brouwer (alors Colonel, chef d'état-major adjoint de la Force Aérienne belge) publiée dans le rapport de la SOBEPS concernant la vague d'OVNIS belge.

LE TEXTE:

INTRODUCTION:

Je dois avouer que j'ai quelque peu hésité lorsque la SOBEPS m'a demandé d'apporter ma contribution à cet ouvrage. En effet, je ne suis pas spécialiste ès OVNIS et, en outre, il est assez délicat pour quelqu'un qui occupe une fonction officielle de mettre sur papier ses vues personnelles sur un sujet si controversé. Cependant, j'estime que je n'aurais pas été loyal envers la SOBEPS si j'avais refusé. La Force aérienne a toujours joué cartes sur table à ce propos et je considère cette postface comme un élément complémentaire du dossier exceptionnel rédigé par les gens de la SOBEPS. Je suis en effet plein d'admiration devant l'engagement énorme dont ont fait preuve tous ceux qui furent impliqués dans l'étude d'innombrables témoignages et dans l'analyse de toutes les données techniques disponibles. Ce fut un véritable travail de bénédictin, ingrat parfois, car ceux qui ont pris cette affaire au sérieux n'ont pas été épargnés par les critiques. Cette postface représente la vision de quelqu'un qui, de par sa fonction, fut concerné de très près par la problématique des OVNI en Belgique. Cette vision est fondée sur un nombre de constatations faites par la Force aérienne. Comme je n'ai pas pu omettre des réflexions complémentaires et que j'ai souvent dévié de l'aspect purement militaire et technique, je souhaite attirer l'attention sur le caractère personnel de ma contribution qui ne reflète pas nécessairement le point de vue officiel de la Défense.
CONTEXTE:

Rares sont ceux qui peuvent approcher la problématique des OVNI de manière objective. Peu de sujets provoquent effectivement autant de réactions controversées, allant de l'indifférence absolue à l'intérêt passionné en passant par la plaisanterie ironique. Ce fut aussi le cas pour l'implication de la Force aérienne dans certaines observations de type OVNI décrites dans ce dossier. Certains milieux étaient étonnés et incrédules de voir une instance officielle s'occuper d'une affaire qui, à première vue, semblait absurde. D'autres, comme les médias internationaux, y montraient un profond intérêt. La diversité des réactions s'explique par les préjugés innés d'une grande partie de la population face à ce sujet. Des préjugés que l'on retrouve également chez certains journalistes qui, par conséquent, donnent une couleur personnelle à leurs reportages et n'omettent pas d'y ajouter ci et là une plaisanterie ironique. Comme il est déjà établi dans la première contribution du professeur Meessen(1), cette attitude se révélera très importante dans le déroulement de l'enquête. La peur du ridicule est réelle. Bien des sociologues ont sans doute déjà étudié le problème à fond; toutefois, une approche pragmatique de cet aspect par quelqu'un qui n'est ni sociologue ni spécialiste en matière d'OVNI garde toute son utilité. En me basant sur les multiples contacts que j'ai eus avec diverses personnes, je diviserais l'attitude du citoyen moyen envers la problématique des OVNI en quatre catégories:

*

1. La première catégorie est constituée de ceux qui ne croient pas qu'une chose comme un OVNI puisse exister. Ils attribuent les nombreuses observations à des phénomènes atmosphériques ou astronomiques, à des mirages, des hologrammes ou tout simplement à des hallucinations ou à une psychose de masse née de l'attention qu'y réservent les médias. A cette catégorie appartiennent ceux qui nient les témoignages concrets et essayent de les ridiculiser d'une façon ou d'une autre. En effet, la possibilité qu'une chose telle qu'un OVNI existe réellement est à ce point incroyable que toute allusion à ce sujet est tout simplement risible.
*

2. Un grand pas psychologique est requis pour passer de l'attitude décrite ci-dessus à la deuxième catégorie que je définirai comme celle regroupant ceux qui acceptent les observations d'OVNI, mais qui excluent par définition toute hypothèse de leur origine extraterrestre. Ils ont abandonné le "syndrome d'imagination" strict, mais tenteront d'associer toute observation à un appareil aéronautique existant. S'ils n'y réussissent pas, ils passeront à l'hypothèse d'activités d'un quelconque "baron noir" avec un appareil bricolé ou de projets militaires ultra-secrets et/ou de vols d'essai qui, pour l'une ou l'autre raison, doivent rester cachés au public. Certains d'entre eux essayeront également de tourner les observations d'OVNI en dérision. Selon ces derniers, Monsieur tout le monde est mené en bateau par des plaisantins ou par les cachotteries des autorités (militaires): pas la peine d'y apporter plus d'attention et de gaspiller de l'énergie.
*

3. La troisième catégorie est constituée de ceux qui sont persuadés de l'existence des OVNI et qui n'excluent pas l'hypothèse de leur origine extraterrestre. Il s'agit en général de personnes qui ont effectué une étude plus profonde de la problématique et qui, en conclusion, reconnaissent la réalité des observations d'objets volants dont la nature et les performances dépassent largement le domaine des capacités techniques acquises à ce jour. Ils s'aventurent sur un terrain glissant pour la simple raison qu'ils posent une hypothèse sans base scientifique stable. Il est vrai que jusqu'à présent personne n'a réussi à prouver l'existence d'une civilisation extraterrestre, et qui plus est, d'une civilisation capable de nous rendre visite grâce à des moyens qui sortent du domaine des possibilités de notre technologie. Un grand courage moral est donc nécessaire pour avouer en public qu'on envisage une telle hypothèse. Il faut toujours passer le seuil psychologique du tabou selon lequel une telle prise de position serait ridicule: une démarche non sans importance. En outre, la confusion est grande entre croire en une hypothèse extraterrestre et en tenir compte durant ses recherches. Tout enquêteur qui ne tiendrait pas compte de ce type d'hypothèse négligerait un élément important et ses recherches ne seraient plus objectives. Cela ne signifie pas qu'il doive forcément croire en cette hypothèse.
*

4. Venons-en à la quatrième catégorie: les convaincus de l'origine extraterrestre des OVNI. Partisans inconditionnels, leur conviction se fonde bien plus sur la croyance que sur la connaissance approfondie du dossier des innombrables observations d'OVNI relatées depuis le premier rapport de Kenneth Arnold en 1948. A cette catégorie appartiennent également ceux qui s'inspirent de données religieuses et/ou mythologiques. Ces derniers sont malheureusement placés dans le même panier que les précédents par de larges couches de la population. Il en résulte une attitude plutôt méfiante et pleine d'ironie envers les partisans d'une théorie extraterrestre. La proportion exacte de chacune des catégories mentionnées ci-dessus est difficile à déterminer. Le fait est qu'un nombre croissant de personnes commencent à accepter l'idée de l'existence des OVNI; le groupe de ceux qui ne rejettent pas l'hypothèse extraterrestre s'agrandit continuellement. Des sondages récents effectués en Belgique et en France montrent que plus de 50 % de la population croient en la possibilité d'une civilisation extraterrestre. La plupart se basent sans doute sur la logique selon laquelle il serait déraisonnable de soutenir que notre planète soit la seule propice à l'apparition d'une forme de vie évoluant vers l'intelligence et la civilisation, parmi les milliards d'autres dont l'existence est probable. Plus petit est le groupe de ceux qui croient qu'une autre civilisation disposerait des technologies requises pour envoyer vers la Terre des sondes ou des vaisseaux spatiaux, qui serait donc en mesure de franchir des distances considérables dans un laps de temps acceptable. Le professeur Meessen et M. Petit qui ont tous deux collaboré à ce livre(2), ont développé séparément des théories parallèles et ont démontré par des essais que certaines techniques révolutionnaires de propulsion seraient utilisables. Leur application concrète reste toutefois un défi technologique et n'est pas encore dans le domaine de nos capacités actuelles. Toutefois, un aspect dominera toujours le débat et déterminera l'attitude des autorités: la crainte d'être ridiculisé dès qu'on donne ne fût-ce que le moindre indice de prendre l'affaire des OVNI au sérieux. Pourtant, cette barrière psychologique qui influence fortement les témoignages et les recherches techniques semble s'amoindrir grâce à l'approche objective d'un nombre croissant de scientifiques.

IMPLICATION DE LA FORCE AERIENNE BELGE:

J'ai estimé utile de décrire brièvement ci-dessus le contexte social avant d'en venir à l'implication de la Force aérienne dans le débat sur les OVNI. Lorsqu'on me demanda d'assister en tant que Chef des Opérations de l'état-major de la Force aérienne à la conférence de presse de la SOBEPS le 18 décembre 1989, j'appartenais au groupe des incrédules quant à l'existence des OVNI. Cela dit, je m'étais promis d'approcher le problème sans préjugés, autant que possible, et de l'étudier de manière objective. Deux éléments me sont apparus lors de cette conférence de presse. Premièrement, les témoignages étaient remarquables. Ils n'étaient pas tombés du ciel et étaient présentés de façon naturelle et plutôt modeste: aucune trace de sensationnalisme ni de médiatisation exagérée. Deuxièmement, l'approche de la SOBEPS était sobre, objective et fondée sur des bases scientifiques. Les témoignages qui pouvaient être liés à des phénomènes naturels furent écartés immédiatement. Autre élément important: certains journalistes avaient l'Armée en point de mire, et surtout la Force aérienne. Les phénomènes observés auraient été des appareils expérimentaux, dont la présence devait rester cachée au public. Certains y voyaient un lien avec le F-117 et profitaient de l'occasion pour critiquer "l'impérialisme" américain. La prétendue servilité des autorités belges qui avaient permis sciemment ou non de telles expérimentations était aussi dénoncée. En outre, des bruits faisaient état d'observations de certains OVNI effectuées par des radars militaires et dont aucune information ne pouvait être divulguée. Au premier abord, la Force aérienne se voyait obligée de démentir l'hypothèse de vols d'essai expérimentaux. Ceci fut assez simple et le contexte en est largement décrit dans les chapitres précédents. La Force aérienne peut en effet jouer cartes sur table pour la bonne et simple raison qu'il n'y avait rien à cacher et qu'il était impossible du point de vue technique qu'on eût affaire à un F-117. D'un autre côté, le sérieux des témoignages et le professionnalisme de la SOBEPS étaient des éléments qui poussèrent la Force aérienne à conclure à la nécessité d'une enquête plus approfondie. C'est la raison pour laquelle il avait été décidé avant la tenue de la conférence de presse de tenter d'identifier la nature et l'origine de certains phénomènes observés. La grande question était, cependant, avec quels moyens?
LES MOYENS:


Dernière édition par Benjamin.D le Mer 25 Nov 2009, 22:15, édité 1 fois

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 12798
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Re: Documents officiels sur la vague belge

le Jeu 12 Juin 2008, 11:42
Tout vol dans l'espace aérien belge effectué entre le coucher et le lever du soleil par n'importe quel appareil doit faire l'objet d'une demande officielle et doit recevoir l'autorisation des autorités de l'aviation civile et/ou militaire. Ces deux instances se chargent de coordonner tous les mouvements aériens durant la nuit si bien que l'on connaît l'identité de tous les aéronefs en vol ainsi que leurs intentions, le but étant, bien sûr, d'assurer la sécurité de la circulation. Dans le cas des observations d'OVNI, il s'agissait donc de vérifier si aucun vol non réglementaire n'avait été effectué. Si nous constations que tel état bien le cas, il va de soi que nous nous devions de tenter d'identifier ces appareils. Un des moyens les plus évidents pour détecter les intrus est le radar. En plus des radars d'approche des différents aérodromes, la Force aérienne dispose de deux puissants radars de détection intégrés au système de défense de l'OTAN et opérationnels 24 heures sur 24. Le rayon de détection de ces radars dépasse les 300 kilomètres. Les avions peuvent être détectés jusqu'à une hauteur d'environ 30 kilomètres tandis que l'altitude minimale dépend de leur position et de la distance qui les séparent de la station. Cela va de soi si l'on sait que les ondes radar ne voient pas derrière les coins et que chaque cible cachée derrière la ligne de l'horizon ou derrière un obstacle (une colline, par exemple) ne peut , en principe, être découverte. Dans les circonstances normale, le contrôleur radar ne voit que les appareils qui ont déjà subi une procédure de sélection. En effet, un ordinateur analyse les ondes renvoyées et rejettera tous les échos qui ne répondent pas aux normes préprogrammées (par ex. l'enveloppe de vol d'un avion). Le contrôleur ne voit donc que l'image synthétisée des échos radar qui représentent très probablement des avions. De cette manière, les faux signaux sont écartés. Ces derniers, mieux connus des contrôleurs sous le nom de "engels" ou "anges" (voir la contribution du professeur Meessen3), peuvent être causés par des perturbations atmosphériques, par exemple une couche d'inversion qui fait dévier les ondes du radar qui, à leur tour, sont reflétées entre autres par des objets en mouvement au sol. Le contrôleur peut désactiver le filtrage par l'ordinateur de sorte qu'il puisse observer sur écran tous les échos y compris les "anges" (le mode dit "raw video"). Il faut ajouter immédiatement que les opérateurs radar possèdent peu d'expérience de cette manière de travailler et que nombreux sont les échos dont l'origine est inconnue. Dans le cas des observations d'OVNI, les contrôleurs radar étaient priés de porter une attention particulière aux échos (même sur "raw video") qui apparaissaient aux environs des observations visuelles au sol. Ainsi, un certain nombre d'échos radar furent relevés dont on ne savait avec certitude s'il s'agissait "d'anges" ou de véritables appareils en vol. D'où l'attitude plutôt prudente de la Force aérienne surtout au début de la période d'observation et la critique résultante selon laquelle certaines informations ne pouvaient être divulguées. A part ces stations radar, la Force aérienne dispose aussi d'un Wing d'interception équipé d'avions de combat F-16 à Beauvechain, à environ 30 kilomètres au sud-est de Bruxelles. Deux de ces F-16 sont en permanence prêts à décoller dans les cinq minutes après l'ordre d'exécution d'un officier en charge au sein du système de défense de 1'OTAN. Le contrôleur radar de service peut, le cas échéant, obtenir une telle autorisation dans les plus brefs délais. La condition en est qu'une observation radar concrète et d'origine inconnue se produise et qu'il demande de faire exécuter une identification visuelle sur place au moyen des deux F-16 prêts au décollage. Cette procédure fait l'objet d'exercices réguliers: les pilotes sont de temps en temps envoyés dans les airs pour identifier de présumés intrus, fictifs ou non. Le but est de répéter toutes les procédures en profondeur de sorte que, en cas de besoin, une intervention urgente se passe sans problème. Après la première vague d'observations du 29 novembre 1989, la Force aérienne a ordonné aussi bien aux contrôleurs radar qu'aux pilotes de combat d'être vigilants et d'éventuellement passer à une procédure d'identification. A cette fin, seuls les moyens existants, c'est-à-dire deux radars au sol et les F-16, devaient être employés. Le but était de vérifier si les OVNI étaient réels ou non. Après confirmation, on passerait au deuxième stade, identifier, et déterminer si la sécurité du trafic aérien était menacée.
ACTIONS:

La coordination entre les observations au sol et le centre de contrôle radar de Glons posait, à ce propos, le plus grand problème. La Gendarmerie est l'organisme auquel on pensa immédiatement pour la réaliser. A cet effet, le numéro de téléphone de la station radar de Glons a été communiqué aux brigades de gendarmerie concernées afin que celles-ci puissent informer les contrôleurs quant aux positions géographiques de certains engins observés. Le nombre des maillons de la chaîne de communication entre les observateurs au sol et les pilotes devant identifier les éventuels engins en vol représentait un handicap important (coup de téléphone aux gendarmes, patrouille sur place, lien radio avec la brigade, appel à la centrale de Glons, coup de téléphone au contrôleur et lien radio avec les pilotes en vol). Tout comme la Force aérienne, la Gendarmerie ne pouvait mettre aucun moyen supplémentaire en oeuvre pour accomplir sa mission. En toute logique, priorité fut accordée aux tâches traditionnelles assignées aux quelques gendarmes en service le soir et la nuit, entraînant une perte de temps non sans importance puisqu'il était impossible de réagir promptement à des appels déterminés à un moment déterminé. La Force aérienne a entrepris un certain nombre d'actions concrètes. Lors d'une première intervention le soir du 2 décembre, deux F-16 ont été envoyés dans les environs de Liège où une éventuelle observation avait eu lieu. Un coup de téléphone de la Gendarmerie informe le contrôleur en service d'une observation au sol; ce dernier remarque à l'endroit indiqué un écho radar (sur "raw video") qui confirme peut-être l'observation visuelle. Les F-16 s'y sont rendus, n'ont rien vu et s'en sont retournés à leur base. D'après le contrôleur radar, l'écho disparut lorsque les F-16 s'approchèrent de l'endroit et réapparut après leur retour à la base. Le mystère reste entier. Deux avions furent envoyés une deuxième fois dans les airs après d'innombrables appels téléphoniques des environs de Hasselt. Les radars au sol n'avaient rien remarqué et les F-16 purent identifier l'origine du phénomène comme étant des projections laser sur une couche nuageuse. L'analyse des faits a montré que ces observations étaient complètement différentes de celles effectuées précédemment en province de Liège. Après cet incident, ordre fut donné de ne plus faire décoller d'avions sans observations radar antérieures et sans confirmation formelle des observations au sol par la Gendarmerie. Puis, il y eut l'action de la nuit du 30 au 31 mars 1990 décrite dans ce livre2. Dans ce cas-ci, la Force aérienne n'a réagi qu'après confirmation téléphonique de la part de la Gendarmerie d'un certain nombre d'observations dans la région de Wavre et après une observation simultanée par deux radars au sol. Les F-16 ont effectué plusieurs interceptions aidés par les directives du contrôleur radar en service. Certaines données furent enregistrées par les radars de bord des F-16; leur analyse technique est décrite dans la contribution du professeur Meessen dans ce même ouvrage3. La Force aérienne elle-même approche l'affaire avec la plus grande prudence. Des interférences électro-magnétiques pouvant mener à des conclusions trompeuses ne sont pas inhabituelles aussi bien pour les radars de bord que les radars au sol. Les interférences sur les radars de bord sont pourtant généralement causées par les conditions au sol alors que les enregistrements du 30-31 mars ont été réalisés à environ 3 kilomètres d'altitude. En outre, on constate à certains moments une corrélation entre les données provenant des deux radars de bord et d'au moins un radar au sol. L'enregistrement de données identiques par trois systèmes différents à des moments donnés nous pousse à ne pas exclure qu'un ou plusieurs appareils non identifiés aient effectivement évolué dans l'espace aérien belge. Il faut préciser immédiatement que ce fut la première fois qu'on analysa en profondeur des données qui sortent complètement du domaine des performances connues en matière d'aéronautique. S'agissait-il vraiment d'appareils ou avions-nous affaire à une interférence électro-magnétique exceptionnelle? Les pilotes eux-mêmes n'ont pas eu de contacts visuels concrets, en effet très difficiles à obtenir si l'on tient compte du nombre incalculable de points lumineux visibles la nuit au-dessus de la Belgique par ciel sans nuage et bonne visibilité. Pourtant, lorsqu'un pilote verrouille son radar (lock-on) sur une cible éventuelle, une indication du lieu où elle devrait se trouver s'affiche sur son viseur. Rien n'y a été relevé par les pilotes lors des divers lock-on accomplis. Si ces cibles avaient été illuminées, c'eût certainement été le cas. Est-ce la preuve qu'il n'y avait rien en l'air et qu'il s'agissait de perturbations électro-magnétiques? Sûrement pas: les témoins oculaires à Petit-Rosière ont déclaré que les points lumineux qu'ils observaient ont, à un moment donné, perdu de leur intensité alors que les F-16 approchaient, pour même s'éteindre complètement. Pourquoi n'a-t-on pas trouvé de corrélation définitive entre les observations au sol de Ramillies et les enregistrements des radars de bord des F-16? Selon les témoins oculaires, les objets lumineux se déplaçaient parfois en mouvements saccadés pour se stabiliser ensuite dans une position géométrique déterminée. Mais, dans sa fonction d'interception, le radar d'un F-16 ne peut pas détecter d'objet statique pour la bonne et simple raison que le système rejette tous les échos d'objets qui se déplacent à une vitesse relative de moins de + /- 100 km/h. Ce filtrage a été incorporé au système peur éviter que le radar de bord ne repère toutes les voitures ou autres objets au sol et que l'écran ne soit donc brouillé par un trop grand nombre d'échos. Le pilote ne s'intéresse qu'aux avions et aux hélicoptères qui se déplacent à une vitesse supérieure. Finalement, ces dernières cibles seront les seules à être projetées sur l'écran permettant au pilote de visualiser le profil du vol et d'effectuer éventuellement une interception. Du point de vue technique, il était donc impossible de détecter des objets lumineux avec le radar de bord dans le cas où ceux-ci restaient immobiles ou se déplaçaient à faibles vitesses. En tout cas, la Force aérienne en est arrivée à la conclusion qu'un certain nombre de phénomènes anormaux se sont produits dans l'espace aérien belge. Les innombrables témoignages d'observations au sol rassemblés dans ce livre, renforcés par les relevés de la nuit du 30 au 31 mars, nous ont amené à envisager l'hypothèse qu'un certain nombre d'activités aériennes non autorisées ont bien eu lieu. Jusqu'à présent, aucune trace d'agressivité n'a été signalée; le trafic aérien militaire ou civil n'a été ni perturbé ni menacé. On peut donc avancer que les activités présumées ne constituaient aucune menace concrète. Puisque les forces armées ne réagissent que lors d'une menace potentielle, il fut décidé de ne pas utiliser de moyens ou de personnel supplémentaire en dehors des systèmes de défense aérienne existants et disponibles. Je crois qu'en ce qui concerne les observations au sol, la Gendarmerie est arrivée à une conclusion identique.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
avatar
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum


Masculin Age : 40
Nombre de messages : 12798
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement
http://ovnis-ufo.org/

loupe Re: Documents officiels sur la vague belge

le Jeu 12 Juin 2008, 11:42
LA COOPERATION ENTRE LA FORCE AERIENNE ET LA SOBEPS:

Dès les premières observations d'OVNI les responsables de la SOBEPS ont officiellement demandé d'avoir accès aux données de la Force aérienne en la matière. Se basant sur le fait que les autorités nationales n'avaient rien à cacher, la Défense a donné l'autorisation de divulguer les données disponibles afin de permettre une enquête scientifique. Cette attitude a suscité quelque étonnement dans certains milieux nationaux et internationaux. En effet, c'était apparemment la première fois depuis la naissance de la problématique des OVNI que les autorités militaires ont décidé de collaborer avec une association de spécialistes dans le domaine des OVNI. Il est clair que, sur le plan international, aucune volonté de porter officiellement attention aux phénomènes OVNI n'est encore apparue. Cette attitude se comprend, et ce pour plusieurs raisons. Une d'entre elles est que le problème des OVNI se situe tout à fait en dehors de la routine des responsabilités traditionnelles de la défense. Un système de défense est élaboré pour faire face à une menace potentielle telle qu'elle est évaluée par les experts militaires et, pour l'instant, les arguments concrets font défaut pour formellement ajouter une hypothétique invasion extraterrestre à cette menace potentielle. En effet, élaborer un système de défense spécifique, plus précisément des moyens de détection et de protection, basé uniquement sur cette hypothèse, serait absolument déraisonnable. Et comme nous avons affaire à un phénomène très particulier, aucune structure ni militaire ni politique n'existe pour traiter cette problématique. Au sein de la Force aérienne par exemple, ce dossier a été mis dans les mains d'officiers déjà fort occupés par leurs tâches habituelles et qui n'ont pas assez de temps à consacrer à l'étude et à l'analyse de toutes les données. Pour le personnel d'état-major, cette charge supplémentaire est estimable. Par exemple, répondre à tous les appels téléphoniques et à toutes les lettres à ce sujet justifierait déjà la création d'un bureau spécial composé de spécialistes. Un problème semblable se pose au niveau des Cabinets ministériels qui devraient éventuellement se prononcer sur l'importance de ce problème. De hauts fonctionnaires ont déjà beaucoup à faire avec leurs responsabilités respectives et manquent de temps pour porter toute leur attention sur la mystique du problème des OVNI. Une autre raison pour laquelle personne ne veut s'exprimer à ce propos au plus haut niveau, aussi bien sur le plan national qu'international, est la crainte du ridicule. Les instances officielles n'ont pas envie de faire l'objet de moqueries ou de "blagues belges." En résumé, les raisons essentielles pour lesquelles tout progrès dans une approche objective du problème est très difficile sont le manque de temps et la peur du ridicule. Cependant, elles sont toutes deux liées l'une à l'autre: conclure que l'affaire des OVNI n'est pas du tout ridicule n'est possible que si l'on peut trouver le temps de l'analyser en profondeur. Les autorités de la Force aérienne ont estimé qu'il n'y avait rien de ridicule dans le fait que des milliers de gens aient observé certains phénomènes. Il n'était donc pas ridicule non plus de tenter de découvrir la cause de ces observations et l'origine des phénomènes. Même en partant de la thèse populaire des plaisantins, leur identification serait toujours utile. De ce point de vue, nous avons opté pour une enquête limitée et prudente avec les moyens existants et disponibles. Comme les experts de la Force aérienne ne pouvaient pas se concentrer complètement sur une analyse profonde de toutes les données vu leurs autres activités professionnelles, toutes les informations ont été remises à la SOBEPS. Cette décision s'appuyait sur la preuve qu'avait apporté cette organisation d'être capable d'une approche objective et scientifique.
CONCLUSION:

La Force aérienne aurait-elle pu faire plus? Sans doute, mais uniquement à condition d'un effort particulier et de l'engagement de plus de moyens et de personnel. N'oublions pas que le phénomène OVNI surgit à des endroits et dans des conditions imprévisibles. La mise en oeuvre d'un réseau étanche d'observateurs, de lunettes optiques spéciales, de caméras infrarouge, de moyens de communication, d'hélicoptères et d'avions aurait exigé un effort financier énorme. Un tel effort ne peut être justifié sans la preuve qu'il s'agit effectivement d'objets volants qui pourraient constituer une menace éventuelle pour la population et pour le trafic aérien ou qui soient vraiment d'origine extraterrestre. Le dilemme est le suivant: comment peut-on identifier ces OVNI sans l'engagement de moyens supplémentaires alors qu'une telle identification est la condition sine qua non pour justifier leur engagement. Le jour viendra sans doute où le phénomène sera observé avec des moyens technologiques de détection et d'enregistrement qui ne laisseront aucun doute quant à son origine. Ceci devrait lever une partie du voile qui couvre le mystère depuis longtemps. Un mystère qui reste donc entier. Mais il existe, il est réel, et c'est déjà une conclusion importante.
REFERENCES:

* 1. "Les observations décisives du 29 novembre 1989", Auguste MEESSEN (Vague d'OVNI sur la Belgique - Un dossier exceptionnel - SOBEPS, p.11-49).
* 2. "Vague d'OVNI sur la Belgique - Un dossier exceptionnel", SOBEPS, www.sobeps.org.
* 3. "La détection radar", Auguste MEESSEN (Vague d'OVNI sur la Belgique - Un dossier exceptionnel - SOBEPS, p.351-396).

http://ufologie.net/htm/beldbpf.htm

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum