Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 Coupures de presse - Tribune de Genève - 14 septembre 1954

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maxou
Bonne participation
Bonne participation
avatar



Masculin Age : 51
Nombre de messages : 81
Inscription : 15/12/2007
Localisation : Jarny Lorraine
Emploi : Libraire en ésotérisme
Passions : musique
Règlement : Règlement

MessageSujet: Coupures de presse - Tribune de Genève - 14 septembre 1954   Mer 16 Avr 2008, 22:27


APPARITION DE SOUCOUPES VOLANTES DANS LE CIEL EUROPEEAN
Le dossier d'une troublante énigme




Cependant que nous tentions, dans notre dernier article de donner une conclusion logique et humaine à cette enquête, la chasse aux soucoupes volantes reprenait. C’est d’ailleurs un sujet estival, comme le fut autrefois et durant plus d’un siècle, le serpent de mer. – avec cette différence que la soucoupe existe bel et bien. Mais cette année, il nous faut noter un fait nouveau, qui a son poids pour les Européens. Pendant sept ans, ce furent principalement les Américains qui eurent l’aubaine d’observer des soucoupes volantes. Cette fois, c’est l’Europe qui, depuis quelques semaines, semble être devenue le lieu d’élection des manifestations saisonnières de ces engins. Que présuppose ce changement de secteur?

***

Reprenons donc les apparitions de ces derniers temps. Deux sœurs de Oeydalen, en Norvège, septentrionale, qui cueillaient des myrtilles dans la montagne, aperçurent le 21 août un homme accroupi derrière un arbre. L’homme se dressa et se mit à rire. Croyant avoir affaire à un fou, les deux jeunes femmes s’apprêtaient à s’enfuir, mais l’inconnu leur fit signe de s’approcher. L’une d’elles lui tendit la main mais il se mit à battre des mains et à remuer la tête. Il était très brun, « comme un gitan », il avait des cheveux longs et portait une combinaison kaki. Il n’entendait pas le norvégien, ni l’anglais, ni le français et ni l’allemand. Les deux sœurs ne purent comprendre le sens de ses paroles.
- Alors, ajoute une des jeunes femmes, le mystérieux inconnu se mit à dessiner sur quelque chose qui ressemblait à une feuille de papier, le soleil, la lune, la terre, désigna celle-ci d’un doigt, puis moi-même de ce même doigt, répéta le geste pour une autre planète et pour lui-même…
L’homme conduisit les jeunes filles dans un pré situé au milieu d’une clairière. Elles y virent un engin étrange.
- Ce devait être une soucoupe volante, dit l’une d’elles. Elle avait entre quatre et cinq mètres de diamètre et elle ressemblait à deux couvercles de casseroles géantes collés l’une contre l’autre. L’homme nous empêcha de toucher son appareil. Puis, il saisit l’une de nous par le bras en nous montrant les racines d’un arbre. Nous n’avons pas compris ce que cela signifie. Il monta ensuite dans sa machine, nous fit un signe d’adieu et l’engin se mit à tournoyer sur lui-même, lentement d’abord, ne faisant guère plus de bruit qu’un bourdon pour décoller enfin à une vitesse terrifiante et disparaître à l’horizon…
Alertée, la police de Oeydalen ouvrit une enquête. Accompagnées de trois policiers, les deux sœurs se rendirent sur les lieux de l’aventure. Les agents ne relevèrent aucun indice de nature à prouver un atterrissage quelconque. Toute la presse norvégienne – d’où nous tirons ces informations – se mit à parler de l’ « arrivée en Norvège d’un homme de l’espace ». Mais le major général de l’aviation militaire norvégienne, Birger Notzfeldt, expliqua aux journalistes qu’il s’agissait d’un hélicoptère américain participant à des manœuvres en Norvège septentrionale. Là-dessus, le pilote américain, Marly Faurot, de passage à Oslo, déclara qu’il était le héros de cette aventure et que les deux sœurs avaient pris son hélicoptère pour une soucoupe volante et lui-même pour un habitant de Mars. L’affaire semblait ainsi classée quand l’officier de police qui avait fait l’enquête à Oeydalen, affirma qu’il était matériellement impossible même à un hélicoptère d’atterrir dans la clairière qu’il avait visitée. Le pilote américain se rétracta, ajoutant qu’il n’était pas allé dans cette clairière. Le journal Norlands Fratmid, d’Oeydalen, déclare de son coté qu’aucun hélicoptère n’a atterri dans ces parages. Et l’enquête continue...

***

Mais voici un fait plus sérieux. L’événement a eu lieu à Zurich, le 7 août dernier, à 16h15 et l’observation a été faite par un premier-lieutenant de l’aviation militaire suisse. Le journal Die Tat de Zurich a publié le rapport que ce premier-lieutenant a adressé à ses supérieurs. Résumons-le ! Tandis qu’il regardait de la fenêtre de son appartement, place de Schaffhouse, des évolutions d’avions de sport au-dessus de la ville, le premier-lieutenant aperçu soudain « un disque sombre de la grosseur d’un centime, qui semblait se trouver sous le plafond de nuages ».
- Je crus d’abord qu’il s’agissait d’un ballon d’enfant, ajoute le premier-lieutenant. Mais curieusement ce disque, à la différence d’un ballon, n’était pas déporté par le vent. Je me saisis aussitôt de mes jumelles et observai l’engin.
Le militaire vit que celui-ci avait la forme d’une soucoupe renversée, dont l’épaisseur était environ d’un sixième de son diamètre. On distinguait une large couronne ronde entourant une surface circulaire, dont le diamètre représentait la moitié du diamètre de l’objet. La couleur de la couronne changeait constamment, passant d’une teinte argentée au rose, puis au bleu. La teinte passa au rouge et les couleurs de l’engin devinrent imprécis et incandescents. Une fumée d’un brun foncé se dégageait derrière l’appareil et se dissolvait dans l’air.
- La grosseur de l’engin n’est certainement pas supérieure à une quinzaine de mètres, conclut le premier-lieutenant.
Cette apparition a été confirmée. Le même soir, deux frères aperçurent vers 22h30, au-dessus de l’aéroport de Kloten, un objet très brillant qui s’éleva à la verticale, vira du blanc jaune au rouge, redevint blanc et disparut. Il revint quelques minutes plus tard à une vitesse extraordinaire, pour disparaître définitivement.
Pendant ce temps, la France, elle aussi, était le théâtre de telles apparitions. Deux gardiens de la paix et un jeune ingénieur chimiste de 25 ans, ont vu au-dessus de Vernon, dans l’Eure, dans la nuit du 26 au 27 août, « un grand cigare qui brillait immobiles ». Cinq soucoupes se détachèrent successivement de ce « cigare ». La dernière descendit plus bas que les autres et put être observée par les témoins. Elle était rouge au centre, noire sur les bords et elle disparut vers le nord à une allure vertigineuse. Il y a un an déjà, des soucoupes volantes avaient été observées à Vernon.
A quelques 120 kilomètres à vol d’oiseau de Genève, les Lyonnais ont vu le 30 août, vers 20h15, « une masse de forme allongée, comme un cigare gros et court, filant de l’est vers l’ouest ». M. Tardy, qui l’a observé, précise que cet « objet était de teinte bleu vert » et que « de sa partie arrière jaillissait une gerbe d’étincelles ». L’engin disparut « dans la direction du mont Vernon ».

***

Si les faits nouveaux que nous signalons ici s’ajoutent au dossier que nous avons ouvert devant les lecteurs de ce journal, ils n’apportent, si curieux soient-ils, aucun élément nouveau dans le sens d’une solution de l’énigme posée. C’est d’ailleurs l’impression acquise dans tous les pays, où des observateurs recueillent ces faits, les classent et ne cessent de les interroger. Les physiciens d’Allemagne occidentale viennent justement de fonder, à Düsseldorf, une « société pour l’étude des soucoupes volantes ». Ce groupement privé, très fermé, bénéficie de l’appui officiel des autorités de Rhénanie, voir du gouvernement de la République fédérale de Bonn. Il se compose de plusieurs savants, de spécialistes de l’astronautique, de techniciens aussi qui ont travaillé pendant la dernière guerre à la construction de la V2, qui bombarda Londres. « Pour des raisons de sécurité », déclare le comité de ce groupement, « aucun détails ne peut être donné en ce moment sur les fonctions précises que nous exerçons ». On sait seulement que cette société ne rejette pas délibérément et a priori l’hypothèse selon laquelle ces engins volants mystérieux viendraient d’une autre planète !... Attendons !...
Mais d’autres informations sont maintenant publiées, qui jettent une lumière intéressante sur ces troublantes apparitions. C’est ainsi, tout d’abord, que les laboratoires aéronautiques Cornell, à New-York, ont mis au point une soufflerie dans laquelle il est possible d’obtenir des vitesses de 16.000 km/heure. Cet extraordinaire tunnel d’essai est une chambre vide, cylindrique. La vitesse de 16.000 km-heure est atteinte en un millième de seconde et le frottement des gaz conte l’engin volant placé dans ce tube provoque une température de 4000 degrés. On annonce officiellement qu’un tunnel plus grand encore est en voie de construction. Pour quoi faire ?...
D’autres informations, publiées ces jours derniers, complètent la première et sont de nature à expliquer les apparitions de plus en plus fréquentes d’engins mystérieux volant au-dessus de l’Europe. Pour la première fois, un bataillon américain, équipé d’un ensemble d’engins téléguidés, a débarqué en Europe au début d’août. Il dispose de 10 rampes de lancement. Son projectile, la fusée « Wacs Corporal », qui monta à 400.000 mètres et photographia la terre, a 15m. de longueur et 1m. 50 de diamètre. Elle se déplace à une vitesse dépassant largement celle du son. Selon une autre information publiée ces jours à Washington, le général Nathan Twining, chef d’état-major de l’aviation américaine, a déclaré que « la longue et délicate phase de transition entre l’avion et le projectile téléguidé a déjà commencé ». Il ajoute qu’ « au fur et à mesure que ces engins téléguidés deviennent plus sûrs, ils s’acquittent des tâches jusqu’ici dévolues aux avions ». Répétons afin d’éviter tout malentendu que nous ne faisons état ici que d’informations officiellement publiées.
Au fond ne semble-t-il pas que le problème commence à s’éclaircir ?
-Sans doute, dit le révérend Cartmal, pasteur à Albridge, en Angleterre. Mais les soucoupes volantes ne doivent pas prêter à rire. Les autorités nous cachent à ce sujet des informations certaines qui se trouvent en leur possession. Si une soucoupe volante se posait dans mon jardin, je m’empresserais d’aller souhaiter la bienvenue à ses occupants !...
Cette attitude est sans doute la meilleure.

Charles REBER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.artsdivinatoires.com
 

Coupures de presse - Tribune de Genève - 14 septembre 1954

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Coupures de presse - Tribune de Genève - 14 septembre 1954
» Coupures de presse vague belge
» La vague française de 1954:24 SEPTEMBRE 1954, DIGES, YONNE
» Coupures de presse - La Tribune de Genève - 07 novembre 1990
» Coupures de presse - L'illustré - 07 octobre 1954

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Archives sur le phénomène Ovni :: Les archives ufologiques importantes :: Espace de Partage-