Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 Les ovnis dans la presse en 2001

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Les ovnis dans la presse en 2001   Lun 03 Déc 2007, 21:44

Cet article a été publié dans le quotidien News-Register, de McMinnville, Orégon, USA, le 9 Mai 2001.

NEWS-REGISTER, 9 MAI 2001:
Les photographies de l'OVNI de McMinnville font le tour du monde
Par PAT FORGEY du News-Register

Il y a cinquante ans, l'événement le plus important dans l'histoire humaine s'est produit à McMinnville quand un couple de fermiers de la régions a capturé la preuve de visiteurs interplanétaires en photographie.

Ou alors ils ont simplement pris une paire d'image d'un engin militaire encore top secret. Ou peut-être que c'était une illusion d'optique, ou un canular.

Même après 50 ans pourtant, personne ne sait quoi faire des deux photographies prises par Paul et Evelyn Trent un peu après dîner le 11 Mai 1950. Beaucoup a été réalisé au niveau des photographies, néanmoins.

Ce qui met les photographies des Trent à part n'était pas le timing. Elles n'étaient pas les premières photos prétendant montrer des objets volants non identifiés, et elles ne sont vraiment pas les dernières.

"Il a y eu beaucoup de tels événements, mais celui ci était d'intérêt particulier en raison de la clarté des photos," a dit Bruce Maccabee, un chercheur qui a exécuté une analyse approfondie. "Sans les photos, cela aurait été juste une autre observation par des gens, mais le cas des Trent se distingue parce que ces photos sont si claires que c'est soit la chose vraie, soit un canular."

Improbables falsificateurs

Au delà de la clarté relative des photos, cependant, c'était les Trent eux-mêmes qui ont vraiment placé les photos à part.

Paul et Evelyn Trent sont tous deux décédés vers la fin des années 90. La maison où les photographies ont été prises a depuis longtemps été démolie.

Mais les Trent étaient, de par tous les avis, des gens de ferme simples. Ils n'étaient pas la sorte de personnes qui pourrait imaginer ou inventer une histoire de soucoupe volante, a dit Maccabee, qui a passé des heures à les interviewé sur plusieurs années tandis qu'il étudiait les photographies.

"J'ai fondamentalement conclu qu'ils n'étaient pas le type de personnes qui tenteraient un canular d'OVNI, sans même mentionner qu'ils puissent le réussir," a-t-il dit.

Cette conclusion a reçu l'écho de Bill Powell, le journaliste qui a montré les photographies de Trent au monde et a créé un cirque médiatique des décennies avant que l'expression cirque médiatique soit devenue d'usage courant.

Travaillant pour le Telephone-Register, le prédécesseur du News-Register, Powell a entendu parler des photos en Juin 1950. Elles avaient été prises un mois plus tôt.

Il y en avait deux. Retrouvant les négatifs de Paul Trent, Powell les a publiées à travers la première page du Telephone-Register et a raconté l'histoire de Trents.

Evelyn Trent avait nourri les lapins dans l'arrière-cour de leur ferme du secteur de Ballston quand elle a vu un disque volant dans le ciel au nord-ouest. Elle a appelé son mari, Paul, qui pris une photographie avec son appareil photo de Kodak, a rembobiné aussi rapidement que possible le film, et a pris un deuxième cliché trente secondes plus tard.

Les deux photos semblent montrer un disque filant dans le ciel.

Paul Trent a pu avoir réussi les photos du plus grand article d'information de l'histoire de McMinnville, mais tout qu'il a fait sur le moment fut de ranger l'appareil photo. Plus tard, après avoir fini le film le jour de la fête des mères, il l'a apporté à une druguerie de la Troisième Rue de McMinnville pour le faire développer.

"La raison pour laquelle j'ai pensé qu'ils étaient authentiques étaient que les négatifs étaient au milieu du film," a dit Powell de sa maison de retraite à Idaho Falls dans l'Idaho. "Il a pris encore d'autres photos de sorte qu'il s'assure d'avoir utilisé le film quand il a développé la chose."

Maccabee a indiqué que l'histoire est une des raisons pour lesquelles les photographies ont pris une telle importance dans le mouvement OVNI. Si les Trent avait essayé de truquer une photographie, ils auraient probablement pris plusieurs clichés de test et auraient montré au monde seulement le meilleur de ce qu'ils auraient obtenu.

L'autre chose qui rend les photos crédibles est que les Trent n'ont pas semblé essayer d'en tirer profit.

Le jour où Paul Trent a fait développer le film, il en a parlé au banquier Ralph Wortman à son sujet. Wortman l'a mentionné au rédacteur Phil Bladine du Telephone-Register, qui a envoyé Powell pour enquêter.

Les photos font le tour du pays

Une fois que les photos ont été publiées, cependant, elles ont touché un nerf nerf sensible du pays.

Plusieurs observations supposées d'OVNIS, habituellement appelés soucoupes volantes à cette époque, avaient récemment fait les nouvelles. Les photos ont été diffusées par les newswires et ont été réimprimées à travers le pays.

Life, alors le magazine le plus diffusé dans le pays, les a publié en juillet.

La personnalité de radio Frank Edwards de Mutual Broadcasting System a obtenu une copie du Telephone-Register et a appelé Bladine.

"Votre papier coûte 10 cents," a dit Edwards à Bladine. "Puis-je dire aux gens que s'ils vous envoient dix cents un dixième de dollar, vous leur enverrez un exemplaire?"

"J'ai dit, 'bien sûr,' m'imaginant que nous pourrions avoir trois ou quatre demandes d'exemplaires," s'est rappelé Bladine.

Au lieu de cela, les demandes ont affluées. Les dixièmes de dollar sont arrivés scotchés à des cartes ou enveloppés de papier.

Parfois le paiement était effectué en timbres. Parfois des billets de un dollar ont été envoyés et des copies multiples ont été demandées.

Le Telephone-Register a publié la semaine suivante en première page, "Les demandes de notre récit de soucoupe volante inondent notre Bureau."

A cette époque la diffusion du journal était de moins de 4.000 exemplaires, estime Bladine. Mais vers la fin de la semaine, les demandes de copies avaient abouti à 2.000 exemplaires de plus.

Cela a mené à une réimpression spéciale de la page avant sur papier de haute qualité. D'ici la fin de l'été, la majeure partie d'un tirage spécial de 10.000 copies avait été envoyée par la poste à des gens des 48 états, de D.C et au Canada.

Bladine dit que beaucoup des gens qui ont contacté le journal avaient leur propre témoignage à raconter. "Les gens ont disaient qu'ils ont vu une soucoupe volante, mais n'avaient voulu le dire à personne parce qu'ils avaient peur de se retrouvés classés parmi les dingues."

Les Trent ont été par la suite invités à New York pour un interview à la radio.

Les photos ont été réimprimées de nombreuses fois depuis depuis. Elles ont été incluses dans le rapport Condon, une étude de l'Université du Colorado sur des observations d'OVNI commanditée par l'Armée de l'Air des États-Unis.

Avant que Life ne publie les photographies, elles ont été recadrées par quelqu'un. Rien d'autre que les versions recadrées n'a été édité depuis, a dit Tim Hills, un historien de McMenamins qui a recherché les photos en tant qu'élément de l'histoire de la région quand la chaîne de brasseries a rouvert l'Hôtel Oregon à McMinnville.

"Le Telephone-Register est la seule source des photos plein cadre," a-t-il dit. "Elles ne furent plus jamais publiées plein cadre."

Les sceptiques se bousculent

Les sceptiques des OVNIS ont défié l'authenticité des photos, disant que l'histoire que les Trent ont racontée sur la façon dont les photos ont été prises était contradictoire. Maccabee, qui a interviewé les Trent à de nombreuses reprises, a indiqué qu'il n'a pas trouvé les contradictions significatives.

"S'ils avaient dit exactement la même chose chaque fois, ils (les sceptiques) auraient dit que c'était un canular parce qu'ils l'ont appris par coeur," a-t-il dit. "Vous ne pouvez pas gagner à ce jeu là."

D'autres critiques ont dit les ombres dans les images indiquent que les photos ont été prises le matin, plutôt que dans la soirée comme les Trent ont indiqué, mais personne n'a proposé une explication de la raison pour laquelle ils mentiraient au sujet d'un élément aussi insignifiant que celui là.

Hills trouve les Trent et leur histoire crédible, même après les variations de récits répétés.

"Leurs histoires n'ont vraiment pas changé de manière significative," a-t-il dit. "C'est à leur crédit à elles, et renforce leur crédibilité."

Cela ne signifie pas que ce n'est pas un canular de quelque sorte, a-t-il dit.

Mais il résiste depuis cinq décennies. "Si c'est un coup monté, c'est un chef-d'oeuvre," a-t-il dit.

Maccabee a indiqué qu'il est convaincu de l'authenticité des photos. Ce qu'il ne sait pas, c'est ce que Paul Trent pris en photo ce jour de 1950.

Trent lui-même a pensé que c'était une certaine sorte d'avion militaire secret, dit Maccabee.

Il était peu disposé au début à même laisser le journal publier les photos. Il a été cité dans le récit initial comme disant, "j'ai peur que j'aurai des ennuis avec le gouvernement."

Hills est parmi ceux qui ne pensent pas que c'était un projet top secret de l'Armée de l'Air.

"Si nous avions les possibilités en 1947 de réaliser une soucoupe volante, nous devrions pouvoir faire cela aujourd'hui, et nous ne pouvons pas. C'est un grand point d'interrogation pour moi," a-t-il dit.

Powell ne sait toujours pas quoi faire de cela. L'histoire qu'il a publiée avait comme titre, "Enfin - des photographies authentiques de soucoupe volante [?]"

Powell a indiqué qu'il devait être lu prudemment.

"Vous noterez que sur mon gros titre, je mets un point d'interrogation," a-t-il dit. "Je protégeais mes fesses un petit peu."

Hills a indiqué qu'il ne pourrait pas l'expliquer, mais il sait une chose. "C'est une grande histoire."

Article du quotidien Britannique "The Independent," 10 Mai 2001.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Les ovnis dans la presse en 2001   Lun 03 Déc 2007, 21:46

L'article est un compte rendu de la fameuse conférence à Washington du Projet Disclosure du CSETI de Steven Greer.

The Independent, UK, 10 Mai 2001.

Profession de foi d'un observateur d'OVNIS: Nous ne voulons pas d'une guerre dans l'espace
Par Andrew Buncombe à Washington
10 Mai 2001

Ils se sont levés chacun à son tour, prenant leur tour de parole au microphone et confessant leurs histoires. Ils se sont ensuite de nouveau assis sous des applaudissements entousiastes. La confession n'est jamais facile. Quand vous admettez devant des inconnus que vous croyez avoir été témoin d'OVNIS, c'est encore bien plus difficile.

Hier 20 témoins des milieux militaires américains, des services de renseignement, et d'institutions scientifiques ont donné leur témoignage pour commencer une campagne dont ils espèrent qu'elle forcera le gouvernement à étudier le phénomène des OVNIS. Ils veulent que le Congrès tienne des séances publiques et stoppe le développement d'armes spatiales "pour interdire des actes de guerre contre des civilisations extraterrestres."

Ancien commandant de l'US Navy, Graham Bethune était caractéristique des témoins donnant leur témoignages lors d'une conférence de Presse à Washington. Il a dit qu'il pilotait un avion entre l'Islande et Terre-Neuve le 10 Février 1951, quand il fut témoin d'une série de lumières non expliquées qui se sont rapidement transformées en vaisseau circulaire qui a volé à côté de lui.

"Les instruments dans l'habitacle... nous avons eu quatre ou cinq pannes. Nous avions à bord 31 personnes et un psychiatre - nous avons tous été témoin de l'OVNI," a-t-il dit, avant d'ajouter sous un tonnerre d'applaudissements: "je témoignerai sous serment devant le Congrès que tout ce que j'ai dit est vrai."

Le Projet Disclosure (révélation), qui a été démarré en 1993 et coordonne cette campagne, a indiqué que les témoins étaient des gens dans des positions majeures avec des autorisations d'accès au secrets et qui n'avaient rien eu à gagner à inventer des histoires. Ce groupe veut également que le Congrès tienne des auditions au sujet des technologies que les OVNIS pourraient utiliser, comme moyen de traiter la crise énergétique US.

"Un certain nombre de membres du congrès nous ont dit en privé que c'est comme cela qu'il faut procéder - pour que les gens prennent des initiativea," a dit un porte-parole. "Ces témoins sont fortement crédibles. On leur faisait confiance pour les armes nucléaires. Pourquoi ne leur ferait-on plus confiance quand ils nous parlent de ce qu'ils ont vu de leurs propres yeux?"

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

Cet article a été publié dans le journal Britannique The Sunday Express le Dimanche 16 juin 2001, pages 20 et 21. C'était la réaction du journaliste Hamish Mackenzie à la conférence de presse organisée par le projet Disclosure de Steven Greer, lors de laquelle environ 20 importants par leurs occupations ou grades ont publiquement indiqué leur expérience des OVNIS, ou leur connaissance d'une dissimulation officielle par les USA du problème des OVNIS, conférence qui a été à peine commentée dans la presse écrite en dépit d'un grand intérêt du public.

Focus par Hamish Mackenzie.

Après 50 ans la conspiration du silence continue...
Sur une plate-forme rehaussée sous le plafond à galerie du prestigieux Club National de la Presse à Washington, D.C, un groupe d'hommes et les femmes, tous des experts dans leur domaines respectifs, ont attendu patiemment tandis que le grand hall s'emplissait de plus de 150 journalistes de la presse quotidienne et de chaînes de télévision tout autour du monde.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Les ovnis dans la presse en 2001   Lun 03 Déc 2007, 21:46

Pendant presque deux heures, l'un après l'autre, plus de 20 "témoins oculaires," - des commandants de silo de missile et des employés de grandes compagnies - ont décrit leurs expériences à la presse assemblée. Certains ont parlé de rencontre inexplicable avec des lumières et des objets non identifiés dans le ciel, d'autres des accidents d'engins étranges," de projets non contrôlés, non transparents et illégaux." D'autres ont même prétendu être impliqués dans le reverse engineering de technologies avancées."

Beaucoup se sont déclarés déçus par leur difficultés à être pris au sérieux. Tous se sont référés à une conspiration mondiale pour cacher la vérité aux gouvernements tout comme au public. Pendant que chacun parlait, il y avait là une grande attention, chaque fois qu'un orateur se rasseyait les applaudissements ont empli salle. A un moment on a entendu un cameraman pour une chaîne de TV Américaine dit: "Bon sang de bon sang, mais c'est stupéfiant, bon sang." Mais, depuis ce jour de Mai 2001, le silence est revenu.

L'année dernière, le Sunday Express a été le premier journal à publier un article sur le projet Disclosure (1), un groupe OVNIS basé aux USA dont l'objectif affiché est de forcer le Congrès des USA à tenir des auditions publiques. Le fondateur du groupe, le Dr. Steven Greer, affirme qu'il continue à rassembler des "témoins qui sont au coeur des choses," lesquels, si ils étaient libérés de leurs serments de sécurité, indiqueraient au Congrès ce qu'ils savent d'une dissimulation alléguée de l'existence des OVNIS et des extra-terrestres et également de la possession de leur technologie avancée et révolutionnaire.

Mais il y a un an, le projet ne semblait aucunement près de réaliser son but, en dépit de réactions positives de sénateurs américains et d'un très grand intérêt du public par l'intermédiaire de leur site web. Le Dr Greer se concentre maintenant sur un effort de diffusion par l'intermédiaire d'un réseau global de représentants.

"Ceci est la meilleure chance que nous ayons eue en 50 ans pour découvrir ce qui se passe vraiment," dit David Williams, le porte parole des représentants au Royaume-Uni du projets Disclosure. Actuellement directeur informatique dans l'industrie de la finances, il est un ancien crypto-analyste du Royal Signals, autrefois basé dans Whitehall.

"Tandis que j'étais à ce poste j'avais une accréditation top secret, et l'écoulement continu de rapports d'OVNIS qui passait par mon bureau m'intriguait," dit-il. "Ils venaient de partout, et je les dispatchais à divers services du Ministère de la Défense et du Gouvernement."

"Je ne sais pas ce qui en était fait après que ce rapports me quittaient. J'avais essayé de le découvrir depuis, et après la conférence de la presse de 2001 j'ai décidé de m'impliquer dans le Projet Disclosure. Il a seulement besoin qu'un public plus large réalise que au moins un témoin, quelqu'un comme John Callahan, indique la vérité pour que la chose entière arrive sur la place publique."

John Callahan, un ancien enquêteur senior en matière d'accidents aériens de l'Autorité Fédérale de l'Aviation des USA, est une présence imposante et étonnante. Il est difficile d'écarter son histoire, ou d'écarter l'homme. A la conférence de presse, il a rappelé comment, le 18 Novembre 1986, les pilotes du vol 1628 des Japan Airlines (2), volant au-dessus de l'Alaska, ont rendu compte de ce qu'ils voyaient, "une boule énorme avec des lumières courant autour d'elle... quatre fois plus grandes qu'un 747." L'observation significative parce que l'objet a simultanément était enregistré sur le radar au sol au contrôle du trafic aérien d'Anchorage. L'équipage de l'avion et les opérateurs de radar au sol ont observé l'OVNI tandis qu'il exécutait des acrobaties aériennes et volait à des vitesses au delà des possibilités de n'importe quel avion connu. A un moment le capitaine a exprimé des inquiétudes au sujet des effets que l'objet a semblé avoir sur ses instruments.

Après plus d'une demi-heure, "l'engin étrange" a disparu et le 747 a atterri sans problèmes.

Le jour suivant M. Callahan de jour a assisté à une réunion convoquée à la hâte sur la demande de l'amiral Engen, alors administrateur de l'Autorité Fédérale de l'Aviation. Cette réunion comprenait tous ceux qui avaient été directement impliqué et, affirme, Callahan, trois anonymes de la C.I.A. Il dit ces hommes ont confisqué tous les enregistrements acoustiques, les listings imprimés et les enregistrements de radar associés aux événements de la veille et "nous ont dit que ceci ne s'était jamais passé et que nous nous n'avions jamais eu cette réunion." Ils n'ont jamais demandé si quelqu'un avait des copies, donc je ne leur ai pas dit que j'en avais."

Il y avait eu une tempête de déclics des appareils photo quand M. Callahan a montré de nombreux documents et a invité l'assistance à les inspecter plus tard. Mais les plupart de ceux qui avaient été à la conférence de presse ont été intrigué par le manque de publicité donné ensuite à l'événement.

"Peut-être que les médias ont été pris de court par le sérieux de ce qu'ils ont entendu et ne savaient tout simplement pas comment le gérer," remarques David Williams. "Il est étonnant que personne n'a même essayé de critiquer les témoins. Pourquoi est-ce que les grandes corporations Américaines [Lockheed Martin, Northrop, Boeing et d'autres] qui ont été mises en causes comme participant à une dissimulation, n'ont-elles ni objecté ni engagé de poursuites?" C'est seulement le mois dernier que le journal Florida Today a parlé de la spéculation continue sur la façon dont un événement "avec des témoignages conçus pour être aussi impressionnant, [les média nationaux] ne pouvait probablement être tu," ce qui est tombé à froid.

"Nous avons été déçus mais pas étonné, par la couverture limitée," dit le Dr. Greer, un médecin s'occupant de secours aux accidentés, qui consacre maintenant tout son temps au projet. "Donc nous avons diffusé notre message directement aux gens - radios locales, TV et réunions publiques bien remplies." Depuis la conférence de presse, il est apparu que le Dr. Greer n'est pas seul à cherchant à persuader le gouvernement des USA pour soutenir une révélation.

Charles Huffer, un chercheur ufologue basé aux Etats-Unis, a rencontré le Gouverneur George Bush alors en campagne présidentielle en 2000. En direct sur CNN, Huffer a fait tenir une promesse par Bush que quand il serait dans le bureau ovale, il en "viendrait directement au fait" et dirait aux gens ce qui se passe vraiment. Une fois au pouvoir, cette promesse de campagne électorale a été ignorée et l'année dernière un des partisans de Huffer a fait une grève de la faim en protestation.

Cette année le consultant en matière de développement commercial Stephen Bassett projette de se présenter en candidat indépendant dans la 8ème zone congressionnelle du Maryland avec comme projet la libération de l'information sur les OVNIS. On s'attend à ce que l'élection, en novembre, soit bataillée chaudement. L'objectif de Bassett est de gagner des voix suffisantes pour avoir la parole permettant de porter le problème devant le congrès.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Les ovnis dans la presse en 2001   Lun 03 Déc 2007, 21:46

Mais l'intérêt parmi le grand public a également été considérable. La conférence de presse du projet Disclosure a été diffusée sur l'Internet et a été regardée par près d'un quart de million de gens. "Cela a été la plus grande diffusion vidéo par le web de l'Histoire," a dit le Dr. Greer.

Depuis lors, un million de personnes en plus a téléchargé la vidéo depuis le site du projet de Disclosure, qui a reçu l'année dernière plus de six millions de visites depuis mai. Le Dr Greer signale que plus d'une centaine de nouveaux témoins se sont présentés, plusieurs sont du Royaume-Uni.

"Ce n'est pas surprenant," dit Denis Plunkett, le dirigeant du Bureau Britannique des soucoupe volantes, une organisation active, dont la presse à rapporté incorrectement l'année dernière qu'elle aurait fermé (3). "Pendant 50 ans j'avais reçu des rapports d'officiers de l'armée et de personnel de police. La plupart ne voulaient aucune publicité, ils essayaient juste de comprendre ce qu'ils avaient vu."

Quand on lui a demandé si le Sunday Express pourrait interviewer un témoin Britannique, le Dr Greer a indiqué: "nous ne voulons pas révéler les noms de nos nouveaux témoins maintenant. Il y aura une autre conférence de presse plus tard dans l'année, que nous projetons de diffuser par le câble et la télévision par satellite."

Un souci pour beaucoup d'observateurs a été que le projet pourrait ne pas être aussi rigoureux qu'il ne faudrait en vérifiant les témoins. Il semble là y avoir eu de la dissension dans les rangs. Quelques témoins estiment que les histoires les plus exotiques, telles que des contacts avec des extra-terrestres, auraient du avoir été exclues.

"Il y en a assez là dehors - des engins volants non conventionnels qui nécessitent une explication," a dit une source qui n'a pas voulu être nommée. Et au moins un témoin important a demandé que son nom soit retiré du projet car il estime que certaines des conclusions étant tirées des témoignages vont "un cran trop loin." Edgar Mitchell, l'astronaute d'Apollo 11, et l'un des quelques hommes qui ont posé le pied sur la lune, n'est plus un témoin pour le projet Disclosure, bien qu'il continue à donner son. "Je crois toujours que les gouvernements devraient ouvrir leurs dossiers sur le sujet des OVNIS, mais nous ne semblons pas être beaucoup plus près du but, bien que probablement cela se produira tôt ou tard," a-t-il dit au Sunday Express.

"Je ne suis pas un 'témoin' d'événements OVNIS dans l'espace ou sur terre. Je n'ai aucune expérience de première main mais j'ai discuté le sujet avec quelques 'anciens' qui ont une connaissance de première main."

Un des grands test pour le projet Disclosure à l'avenir sera la qualité des nouveaux témoins et son acceptation au genre d'examen minutieux pour lesquels le projet demande une acceptation à d'autres. L'histoire des observations d'OVNI a été ternie par des falsifications - pas simplement par des gens cherchant à attirer l'attention mais même par des ufologues. Dans les derniers mois, un groupe ufologique a admis avoir diffusé de fausses informations afin de tenter de prouver que tout le phénomène OVNI peut être écarté.

"Est-il possible que nous ayons été bernés par quelques témoins? Oui. Est-ce que je crois cela probable? Non," dit le Dr. Greer, haussant la tête. "Nous ne sommes pas la C.I.A, nous ne pouvons pas nous permettre de faire des chèques à $50.000 pour financer des enquêtes de fond sur chaque témoin. Nos objectifs sont de révéler la vérité au public et de persuader le Congrès de tenir une séance publique."

"Plus de 20.000 lettres ont été envoyées par des électeurs à leur sénateurs. Nous avons reçu de nombreuses expressions d'intérêt sérieux des sénateurs. La semaine dernière encore, j'ai eu un appel d'un membre du Congrès qui nous a demandé de lui préSenter nos informations en un briefing privé."

"Pour que nous obtenions une audition congressionnelle, l'une de trois choses devra se produire," poursuite le Dr Greer. "Les médias devront les réclamer, ou la nécessité publique devra être entendue par le Congrès, ou il devra y avoit un événement OVNI important et indéniable."

Ce qui est clair, c'est qu'un grand nombre d'individus se sont présentés et ont fait leur rapport, dont les implications, si c'est vrai, sont profondes. Si les témoins sont ce qu'ils ils disent qu'ils sont - et si il s'avéraient qu'ils mentent, alors nous devrions être très inquiets du genre d'individus qui pilotent nos avions, contrôlent notre trafic aérien, équipent les silos de missile et protègent nos communautés.

Si au contraire les témoins indiquent la vérité, alors, aussi extraordinaire qu'elle paraisse, c'est un problème sérieux. "Si nous les croyons," dit David Williams, "alors nous devons accepter que nous ne sommes pas seuls. Quelqu'un le dissimule et nous devrions vouloir savoir pourquoi.

"Nous avons pu avoir été trompés par certains de nos témoins, mais pas par tous." continue-t-il. "Il y a trop de gens qui ont vu quelque chose qu'ils ne peuvent pas expliquer. Ceux qui essayent de garder les secrets compteent sur le fait que la plupart d'entre nous sommes trop occupés avec les tracas de nos vies. Mais de plus en plus sont intéressées, et un jour cela sera suffisant pour exiger que les gouvernements nous indiquent ce qu'ils savent."

- pour plus de contacts et d'information: David Williams à Disclosureproject@btinternet.com ou visiter le website du projet à www.disclosureproject.org

Remerciements particuliers à Stig Agermose et UFOupdates pour avoir transcrit et transmis l'article.

NOMBREUSES OBSERVATIONS D'OVNIS AUX ALENTOURS DE L'AEROPORT DE GATWICK, R-U:
Le journal "Crawley news" en Angleterre a publié cet article le 11 juillet 2001, concernant de nombreuses observations d'OVNIS aux alentours de l'aéroport de Gatwick, Royaume Uni, et à propos des réactions officielles à ce sujet.

LES RENCONTRES RAPPROCHEES D'OVNIS AUGMENTENT:

Il y a cinq ans notre journal a commencé ses "X-Files" lors d'un été ou au moins sept observations d'OVNIS suspectés se sont produites dans le secteur entourant l'aéroport de Gatwick.

Nos rapports ont été maintenant documentés sur plusieurs sites web populaires, y compris le mondialement célèbre www.ufoinfo.com.

Avec l'intérêt croissant pour les risques d'incidents manqués de peu entre les avions et les OVNIS, des ufologues respectés demandent que les observations près des aéroports soient pris plus au sérieux. Mais les principaux organismes gouvernementaux concernés ne veulent rien savoir. Le journaliste MICHAEL TAGGART enquête.

En 1986 Ursula Scratchly recevait une amie à dîner. Cela avait été une soirée de détente à sa maison de Forest Row dans la périphérie de l'aéroport de Gatwick.

Penny Crowder, l'invitée de Mme Scratchly a remercié son hôte et est sortie dans la chaude soirée de septembre pour marcher vers sa voiture garée devant la maison, dans la ruelle de Post Horn.

Avant qu'elle ouvrait sa porte du côté conducteur, elle et Mme Scratchly ont regardé vers le ciel, où elles ont été témoin d'un spectacle céleste dans le ciel nocturne dégagé qui allait changer leur point de vue sur la Terre et l'univers pour toujours.

Les deux femmes ont vu une sphère orange incandescente avec une aura pâle et orange en faisant le tour, se déplacer lentement à travers le ciel d'est en ouest.

Mme Scratchly, qui maintenant 54 ans, se rappelle avec précision de ces événements choquants. Elle a dit au journal cette semaine: "elle avait une construction autour d'elle, comme une armature. Elle était très étrange et très choquante. J'en avais perdu la parole."

"La chose se déplaçait très lentement vers le loin et soudainement elle s'est réduite en un point minuscule dans le ciel puis a disparu complètement."

Elles ont téléphoné au contrôle des vols de l'aéroport de Gatwick mais le contrôle a dit que rien n'avait été vu sur leurs radars.


Les rapports d'observation arrivent régulièrement dans ce secteur, le dernier ayant été enregistré il y a juste six semaines.

Simon Sutcliffe conduisait sur le bord de la forêt d'Ashdown près de l'emplacement de l'observation de 1986, le 30 mai de cette année.

Il a vu deux lumières jaunes lumineuses bas dans le ciel, l'une plus haute que l'autre. Elles étaient immobiles et ont disparues pendant 20 minutes avant de repparaître.

Il a dit au site web de recherches basé dans le Kent, Ufotrek: "je suis familiarisé avec les avions qui volent dans le secteur, donc je sais que ce que j'ai vu n'étaient pas les avions pour Gatwick."

Le coordonnateur de ufotrek, Chris Rolfe avait documenté des observations par des témoins au sol, et en particulier, également dans des avions depuis plusieurs années.

Il croit que beaucoup des engins aliens sont en fait des engins militaires britanniques il insiste que le fait que, quelles que soient les causes des observations, elles constituent une menace grave pour les avions commerciaux.

"Il serait temps que les pilotes à Gatwick soient formés pour réagir aux risques de collision avec des OVNIS," a-t-il dit.

"Quand ce genre de chose se produit les vies des gens sont mises en danger."

Le National UFO Research Centre documente plusieurs observations par des pilotes.

En juillet 1991, un pilote de Boeing 747 de Britannia Airways Britannia sur un vol de vacances de Crête à Gatwick a rapporté avoir vu un "petit objet noir en forme de losange."

En avril la même année, le Capitaine Achille Zaghetti sur un vol Alitalia à destination de Gatwick a été témoin du passage d'un OVNI à moins de 1.000 pieds de lui.

L'auteur Nick Redfern, qui a juste édité son troisième livre sur les OVNIS, "Accidents Cosmiques," affirme avoir en sa possession des rapports du CAA de quasi-collisions récentes entre des avions et des OVNIS à des aéroports britanniques.

Il a dit: "Il n'y en a aucun qui concerne Gatwick mais cela ne signifie pas qu'aucun ne s'y est produit. Il y a 30 cas dans les documents que j'ai.

"Il y a de vrais cas de ceci et les officiels le savent très bien."

La période de la plus grande fréquence des observations d'engins étranges dans l'histoire de l'aéroport de Gatwick s'est produite lors de la vague de 1996.

Cet été là notre journal a ouvert ses X-files en compagnie de nos confrères le Horley Mirror et le Dorking Advertiser, consacrant une ligne téléphonique directe pour les rapport d'OVNIS et pour les preuves photographique rassemblées.

Les étranges observations avaient incité Larry Dean de l'agence de Brighton de "Skywatchers" à penser que des extraterrestres observaient l'aéroport de Gatwick pour étudier les voyages par avion des Terriens.

Il a dit à notre journal: "au cours des quatre ou cinq années à venir nous allons voir des rencontres beaucoup plus rapprochées de sorte que nous devenions accoutumés à leur présence."

Mais les chefs du gouvernement ont continué à écarter les événements étranges.

Chris Mason du CAA a dit: "nous ne croyons pas en ces événements et nous n'avons donné aucun document à M. Redfern."

Un porte-parole pour le ministère de la défense a dit que le gouvernement ne reconnait pas l'existence des OVNIS.

Elle a ajouté: "j'avais travaillé dans une tour de contrôle d'aéroport et neuf fois sur 10 les observations pouvaient être expliquées."

Une porte-parole pour l'autorité britannique des aéroports (BAA), qui contrôle Gatwick, a indiqué que l'autorité ne se soucie pas des rapports d'OVNIS. "Nous traitons seulement sur les problèmes au sol." Elle a ajouté: "voyez avec la Direction Nationale De Trafic aérien (NATS)." L'autorité de contrôle du trafic aérien ne voulait pas commenter les observations d'OVNIS ou les cas de quasi-collision.

Comme il n'y a jamais eu d'observation reconnue par les officiels du Gouvernement autour de Gatwick, ces événements continueront à être écartés.

Mais à l'avenir prévisible les diverses autorités peuvent compter recevoir des rapports des observations des pêcheurs, des automobilistes et de d'autres dont les yeux sont tournés vers les cieux.

Les fonctionnaires des aéroports peuvent ne pas croire les rapports sur ces intrus planant autour de l'aéroport mais une chose qu'ils savent est que ces observations continueront.

LE GUARDIAN, ANGLETERRE, 28 AOUT 2001:

L'article ci-dessous est apparu dans le Guardian, Angleterre, le 28 août 2001.

Le rapport d'un crash d'OVNI
d'une base US a semé la panique
au Ministère de la Défense'
Richard Norton Taylor

Un rapport par le commandant adjoint d'une base nucléaire des USA dans l'Est de l'Angleterre au sujet d'un objet volant non identifié a provoqué la panique au ministère de la défense, indiquent des documents nouvellement rendus publics.

Dans ce qui a été prétendu être le premier atterrissage d'un OVNI en Grande-Bretagne, le Lieutenant Colonel Charles Halt, commandant de la base US de Bentwaters près de Woodbridge dans le Suffolk, a signalé que deux de ses agents de sécurité avaient vu "des lumières peu ordinaires" tôt le matin du 27 décembre 1980.

Pensant qu'un avion s'était écrasé, ils ont rapporté voir "un objet incandescent étrange dans la forêt de Rendlesham." L'objet a été décrit comme étant "d'aspect métallique et de forme triangulaire."

Il avait "une lumière rouge pulsante sur le dessus et une rangée de lumières bleues dessous."

On a dit que des animaux d'une ferme voisine sont entrés dans un état de "frénésie." Le jour suivant, trois dépressions ont été trouvées, ainsi que des traces de radiations, a rapporté le Colonel Halt.

Son rapport a été rendu public sous la Loi de Liberté de l'Information aux USA deux ans après. Ce qui n'avait pas été révélé jusqu'ici est la réponse du Ministère de la Défense [britannique] à ce rapport.

Des papiers britanniques sur l'incident ont été découverts par David Clarke, un chercheur à l'université de Sheffield qui écrit un livre sur les OVNIS.

Le rapport de Halt a été envoyé au Ministère de la Défense avec une lettre explicative par le Chef d'Escadron Donald Moreland, un officier de liaison de la RAF, qui s'est référé à "certaines observations mystérieuses." Les scientifiques du ministère ont dit qu'ils ne pouvaient offrir "aucune explication pour les phénomènes," ni les radiations. Des enregistrement des radars de la nuit en question ont été confisquées des bases voisines de la RAF pour voir s'il y avait n'importe quelle preuve que l'espace aérien britannique avait été envahi.

Le papier fait clairement comprendre que le Ministère de la Défense a été plus inquiet au sujet de la protection de la base contre une publicité fâcheuse qu'au sujet des observations alléguées d'OVNIS.

Le ministère était inquiet de ce que des rumeurs soient répandues suggérant que "l'atterrissage extra-terrestre" puisse être une habile histoire de couverture pour un accident impliquant des armes nucléaires, l'accident d'un avion Stealth prototype, ou même la récupération secrète d'un satellite Soviétique.

On était également inquiet que des militants antinucléaires soient alertés de la présence de bombes atomiques à Bentwaters.

Pourtant il avait eu autre chose à cacher. Cinq documents sont retenus parce qu'ils contiennent des briefings confidentiels aux ministres, en rapport avec la sécurité nationale, ou affectant les relations de la Grande-Bretagne avec les USA.

Le Dr. Clarke, du centre pour la tradition culturelle anglaise de l'Université de Sheffield, et dont le livre doit être édité par Piatkus l'année prochaine, a demandé au Ministère de la Défense de les publier.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Les ovnis dans la presse en 2001   Lun 03 Déc 2007, 21:46

Il a dit: "Nous avons eu ici des soldats de l'U.S. Air Force à une base de l'OTAN extrêmement sensible pourchassant des OVNIS autour d'une forêt au milieu de la nuit."

Il a ajouté: "les dossiers soulèvent des questions au sujet de la façon dont nos défenses pourraient facilement être dupées."

ENCORE UN OVNI AU MUY, FRANCE, 21 JUIN 2001:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Var Matin, France, le 2 Octobre 2001.

Note: le cas précédent mentionné dans l'article d'une photographie Polaroïd d'OVNI est documenté ici.

"Ovni" au Muy: UFO ou intox?

Observé par toute une famille du village, un curieux phénomène céleste a pu être filmé
pendant une douzaine de minutes, au mois de juin dernier
Alien hante-t-il les cieux du Muy? Le 8 janvier 2000, nous avions pris le parti - avec toutes les réserves d'usage - de publier un document polaroïd, réalisé le 27 octobre 1999 par un retraité du village; on y voyait un objet lumineux, de forme résolument "soucoupière", planant majestueusement dans la nuit autochtone (voir notre encadré ci-contre).

Ce cliché nous avait été communiqué, à l'époque, par le photographe local Jean-Pierre Carigiet qui, le premier, l'avait eu en sa possession et en avait réalisé un agrandissement.

Un an et demi plus tard, l'incertitude reste entière: à ce jour, aucune des expertises auxquelles ce document a été soumis n'a pu conclure à son authenticité, non plus qu'à une quelconque manipulation (voir notre encadré).

Il n'y aurait donc guère lieu de s'y attarder davantage.

Si ce n'est que, dans cette même commune du Muy, un objet similaire vient précisément d'être observé par un groupe de sept autres témoins. Et que cette fois il a même pu être filmé.

Comme un diamant

Soir du jeudi 21 Juin 2001, 21 heures 25. Au quartier des Ferrières, la famille Tosello savoure, dans sa villa, les dernières minutes du jour. Il a là Alain, le père, électricien se sont état, ainsi que son épouse Gisèle, et leur fils Jean-Pierre (17 ans), leur fille Nathalie (13 ans). Et trois autres amis de la famille. Sur la terrasse, Gisèle est sortie prendre le frais. Le ciel est limpide, lumineux. Quelques avions l'égratignent de fins sillages dorés.

"Soudain, en levant les yeux", raconte Mme Tosello, "j'ai remarqué quelque chose de bizarre, comme un gros phare immobile. J'ai demandé à ma fille de me passer les jumelles. J'ai ainsi pu voir, très nettement, que l'objet avait la forme d'un diamant, surmonté d'une sorte de dôme. Il était entouré d'espèces de fenêtres avec une rangée de petits carrés qui jetaient des flashs..."

Jean-Pierre, le grand fils, arrive alors à la rescousse, armé de sa longue-vue. Peu après, Alain Tosello s'empare du caméscope flambant neuf qu'on lui a offert récemment. Il appuie sur le bouton rouge, zoom calé à fond. Et va ainsi filmer le phénomène, sans interruption, douze minutes durant.

Hélas, le vidéaste est aussi "neuf" que son appareil: au visionnage, sa prise de vue n'a qu'un lointain rapport avec du Steven Spielberg.

Sans point d'appui stable, l'image - une boule scintillante - tremble et papillonme aux quatre coins de l'écran, tandis que l'autofocus, opiniâtrement braqué sur l'infini, ne laisse deviner aucun détail notable. Excepté, en de très brefs plans, lorsque la mise au point s'effectue correctement. L'arrêt sur image permet alors d'entrevoir la structure "en diamant" évoquée par Mme Tosello.

"Une énorme tache sombre"

Il faut bien en convenir: cette bande vidéo, que nous avons visionnée par l'entremise de Jean-Pierre Carigiet, aurait de quoi laisser sceptique le plus convaincu des ufologues. Sauf que les témoins concernés ne cherchent à convaincre personne. Et que leurs observations effectuées simultanément à la jumelle et à la longue-vue paraissent nettement plus spectaculaires.

Qu'ont-ils réellement aperçu? Nul ne le sait. Une chose est pourtant certaine: la bonne foi de ces paisibles Muyois, qui ont accepté sans artifice de nous livrer leur témoignage, ne saurait être mise en doute. Non plus que leur évidente lucidité d'esprit. "Des ballons sondes, des avions, des nuages bizarres, nous en avons déjà vu. Non: il ne s'agissait pas du tout de cela."

Derrière l'oeilleton de la longue-vue, le jeune Jean-Pierre confirme avoir observé "un truc ovale, avec plein de hublots carrés, aux coins arrondis, et un dôme au-dessus... J'ai eu l'impression, ajoute-t-il, qu'il y avait deux étages."

"-Ensuite, raconte Gisèle, l'objet - escorté par plusieurs petites lumières - s'est éloigné très lentement dans la direction de l'Ouest; là il s'est approché d'une énorme masse circulaire, immobile et sombre, qui est apparue plus haut sur sa droite. C'était quelque chose comme une tache dans le ciel, avec des espèces de petits objets qui partaient tout autour."

Ce dernier phénomène n'apparaît pas sur la vidéo. Il n'en reste pas moins que sept personnes différentes, ce 21 Juin, l'ont observé. Le tout à disparu vingt minutes plus tard, se souviennent-elles, "dans la direction de Draguignan"...

Illusion d'optique? Caprice météorologique ou astronomique? Aéronef espion? OVNI pur et dur? Gare aux conjectures intempestives. Mais en tout état de cause, même si d'autres témoins devraient logiquement s'être manifestés, la bonne foi de la famille Tosello écarte à priori toute suspicion de supercherie.

Pour le reste, la réponse est dans les nuages.

P.L.

L'incident de Pascagoula:

OCTOBRE 2001: UN NOUVEAU TEMOIN:

Sources: L'article a été publié par le journal "Northeast Mississippi Daily Journal" de Topelo, par Natalie Chambers - October 21, 2001.

Visitez le dossier concernant le cas de Pascagoula pour découvrir les tenants et les aboutissants auqul cet article apporte des éléments nouveaux.

UN RETRAITE DE LA NAVY DECLARE QU'IL A AUSSI VU LE VAISSEAU SPATIAL IL Y A 28 ANS:

PASCAGOULA [AP] - Quand Charles Hickson et Calvin Parker ont fait savoir au monde qu'en 1973 ils ont été enlevés par des extra-terrestres alors qu'ils pêchaient sur le fleuve Pascagoula, peu de gens les ont crus.

Maintenant après 28 ans, il semble qu'ils n'étaient pas les seuls dans leur expérience de cette nuit du 11 Octobre.

Un officier en chef de l'US Navy en retraite a récemment contacté la presse du Mississippi au sujet d'une observation qu'il n'a pas pu oublier.

Mike Cataldo de Rotonda West, Floride, dit qu'il faisait partie de l'équipage de pré-commissioning de l'USS Tunney en construction au chantier naval d'Ingalls. Le crépuscule tombait alors que ses équipiers Ted Peralta et Mack Hanna et lui étaient sur la route inter-Etats 90, se dirigeant vers Ocean Springs. Peralta conduisait, Hanna était dans le siège de passager avant et Cataldo était dans le siège arrière.

"Nous avons vu un objet très étrange à l'horizon venant du Nord-Ouest à travers la route 90. Il était assez rapide. Il est descendu dans une zone boisée et dans le marais. Il a plané au-dessus de la ligne des arbres, je dirais, pendant peut-être une minute. Nous nous sommes, de fait, arrêtés au bord de la route et l'avons observé. Nous nous sommes dits, "Bon Dieu, qu'est-ce que c'est que ça?" dit Cataldo.

"Nous l'avons vu, aucun doute là dessus. Nous en avons parlé. Était-ce une étoile filante, une météorite? C'était très différent," a-t-il dit.

Cataldo a indiqué que l'objet ressemblait à un grand tambourin avec de petites lumières clignotant dessus.

"Aussi rapidement que nous l'avons vu, il a juste disparu," a-t-il dit.

Cataldo a indiqué qu'il a vécu une deuxième observation quelques minutes plus tard, cette fois dans la rue Andrews alors qu'il s'approchait de sa maison.

"Il n'était pas haut aussi haut que la première fois que nous l'avons vu. Il était réel," a-t-dit.

Cataldo a indiqué qu'il s'est précipité pour dire à son épouse ce qui s'est produit.

"Je faisais presque de l'hyperventilation. Je n'étais pas choqué, mais j'ai été excité d'avoir vu cette chose," a-t-il dit.

Le matin suivant, Cataldo a contacté son officier exécutif sur le sous-marin et a rédigé un rapport.

Le lundi suivant, il est entré en contact avec la base aérienne de Keesler à Biloxi et laissé son numéro de téléphone, a-t-il déclaré.

"Mon officier exécutif et des membres d'équipage ont pensé que nous étions juste lunatiques, juste cinglés," a-t-il dit.

"Il n'en a plus jamais été question. Keesler n'a jamais appelé ou fait quoi que ce soit," a-t-il dit.


Cataldo à pris sa retraite de la Navy il y a 19 ans. Son domicile était à Jackson County en 1974.

Cataldo dit n'avoir jamais rencontré ou parlé à Hickson.

Hickson dit que ni lui ni Parker n'ont voulu que leur histoire soit donnée aux médias. Leur seul objectif était d'informer les autorités compétentes, soit le département du shérif.

"Il y a eu des gens qui ont dit qu'ils n'y croyaient pas, mais je n'ai jamais été ridiculisé de quelque façon que ce soit et ma famille non plus. C'est une raison pour laquelle quand cette chose est arrivée la première fois à Calvin pour laquelle je n'ai pas voulu en parler parce que je n'ai pas voulu qu'on dise que je soit fou. Mais il me semblait que nous devions le dire aux autorités compétentes," a dit Hickson, 70 ans, qui habite à Gautier.

Le reste est de l'histoire.


"Cela nous auraient pour sur aidés s'ils avaient dit quelque chose," a-t-il dit.

Hickson a écrit un livre consacré à cette rencontre, il fut interviewé à de nombreuses reprises par la communauté scientifique et participa à des séminaires consacrés aux extra-terrestres. En 28 ans, il n'a jamais dévié de son affirmation de cette occurence survenue derrière le vieux bâtiment des chantiers navals Shaupeter sur le fleuve Pascagoula - même sous hypnose.

Parker, qui avait 19 ans alors, a eu des difficultés à faire face à ce qui s'était produit. Il habite maintenant en Louisiane.

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: Re: Les ovnis dans la presse en 2001   Lun 03 Déc 2007, 21:47

"Il n'est plus le même homme qu'avant. Cela l'a complètement brisé," dit Hickson.

Hickson a décrit les trois créatures qui les ont enlevé du rivage comme pâles, d'aspect fantomatiques et d'à peu près 5 pieds de haut. Ils avaient des griffes ou des pinces semblables à celles des crabes et des pieds arrondis. Il a dit qu'ils ont semblé glisser plutôt que marcher.

Hickson a indiqué qu'il a été enlevé à bord de l'engin spatial ovale et bien éclairé et examiné avec une sorte "d'oeil."

"D'une certain façon, ils m'ont examiné. J'ai eu le sentiment depuis que cela m'est arrivé qu'ils savent où je suis et ce que je fais à tout moment," a-t-il dit.

"Ces choses sont des robots. Je n'ai vu aucun oeil. Il n'y avait eu aucune indication de respiration. Il n'avaient même pas une bouche. C'était une fente droite. Il semble qu'ils avaient quelque chose et qu'ils l'ont tout simplement fait. Ils nous ont ramené là et ils sont partis," dit-il.

Hickson a indiqué qu'il ne sait pas combien de temps il avait été avec les extra-terrestres mais il voudrait une autre rencontre avec eux.

"Quand cela s'est produit la première fois, je ne voulais plus sortir seul la nuit. J'avais des cauchemars. Mon épouse m'a vraiment aidé à surmonter cette chose," a-t-il dit. "La crainte est partie maintenant. Je veux les rencontrer à nouveau et voir s'ils me porteraient vers leur monde. Je pense que s'il faisaient cela, ils me ramèneraient. Notre monde ici est dans un état catastrophique."

Glenn Ryder, capitaine du département du shérif qui était de service la nuit ou Hickson à appelé, dit que ce fut une nuit agitée, autour de 23:00 quand Hickson a appelé d'un téléphone public et insistait pour parler au Sheriff Fred Diamond, qui à ce moment dormait.

Ryder a indiqué que Hickson a alors demandé la deuxième personne responsable. Qui s'est avéré justement être Ryder. Hickson a dit à Ryder qu'il avait quelque chose à raconter mais qu'il craignait que Ryder ne rie.

Ryder lui a dit de parler et quand Hickson eut fini, il rit en effet.

"Je lui ai dit d'attendre là et je viendrais et lui parlerais. Il a dit qu'il allait de nouveau chez lui et m'a donné l'adresse et dit que je pouvais venir," indique Ryder.


Hickson et Parker furent interrogé longuement séparément, puis mis dans une pièce isolée ou un magnétophone à bande avait été dissimulé pour les prendre au piège.

"Ce garçon (Parker) était vraiment très secoué. Charles se maîtrisait. Le garçon était juste descendu ici du Comté de Jones, il avait toujours vécu dans la campagne. Sur la bande, il répétait à Charles de ne pas nous parler. Il disait que si (Charles) nous parlait au sujet de ce qui s'était produit ils allaient revenir et les capturer," dit Ryder.

"Une chose mena à une autre. Nous nous sommes rendus sur le site à Shaupeter, ou Colley Towing se trouve maintenant. Il nous montra ou cela avait atterri et ou ils fut pris."

Ryder dit qu'aucune trace physique d'un atterrissage - marques de brûlures ou traces de pas - ne fut trouvé.

Il dit qu'après que l'histoire fut diffusée il reçu des appels des Etats-Unis, de l'Angleterre et du Canada.

"Ils étaient sacrément convaincus que quelque chose leur est arrivé," dit-il.

Ryder dit qu'il y avait eu d'autres appels à propos de l'observation d'une lumière filant dans la nuit, mais seuls Parker et Hickson ont rapporté avoir été pris à bord de l'engin spatial.

n article paru le 21.10.2001 dans le journal Français "Le Progrès du Jura," Lons-le-Saunier, signé René Tribut.

Des lumières intrigantes dans le ciel vendredi soir:
Un de nos correspondants a fait une observation plutôt intrigante en regardant le ciel vendredi soir. Suffisamment pour qu'il cherche à prendre des contacts et témoigne.

POUR LE MOINS, c'est une observation intrigante que l'un de nos correspondants de la région lédonienne a fait dans la soirée de vendredi. Cette personne dont nous apprécions la qualité depuis bien longtemps, est sortie de chez elle, comme elle le fait régulièrement avant d'aller se coucher, un peu après 22h. Et vendredi soir, quelque chose a tout de suite attiré son attention : il y avait dans le ciel, en plus des étoiles, une quarantaine de lumières clignotantes.

"Des lueurs de même intensité que des étoiles moyennes et dispersées dans toute la partie de ciel que je voyais. C'était étrange. Je n'avais rien vu de pareil de toute ma vie. A ce moment là, je voyais environ un tiers du ciel et je regardais vers le Sud" explique le témoin. Le sud, selon lui, et par rapport à sa position alors, correspondait à la verticale de Plainoiseau - L'Etoile. Ce pouvait être effectivement beaucoup plus loin. Il s'agit d'une direction par rapport à la situation de l'observateur qui avoue n'avoir pas cherché à regarder vers le Nord.

Témoigner et faire observer

En tout cas, le phénomène l'intrigue suffisamment pour qu'il cherche à prendre contact avec nos services. Mais à ce moment là, l'édition est déjà bouclée. L'homme alors pense un moment appeler un observatoire astronomique. Mais il ne dispose pas de coordonnées. Il s'adresse alors logiquement à la gendarmerie.

La personne de permanence, "écoute avec attention, me demande d'attendre quelques instants, va voir à la fenêtre, revient et me confirme : je vois la même chose que vous" poursuit notre interlocuteur. L'observation faite par notre témoin a duré au total une demie heure environ.

"Je me suis levé de bonne heure samedi matin, vers 7 h 15. Je suis tout de suite allé voir. Mais le ciel était couvert."

Notre homme a pris contact samedi avec un club d'astronomes amateurs, club qui organise souvent des sorties pour observer le ciel la nuit. A l'issue de l'entretien téléphonique, le président de ce club, qui n'a pas fait d'observations particulières vendredi soir, se disait intrigué.

RENÉ TRIBUT

D'autres personnes ont pu, elles aussi, remarquer vendredi soir quelque chose d'étrange. Ou disposent d'informations. Elles peuvent prendre contact avec notre rédaction à Lons (03.84.86.07.25)

LES OVNIS HANTENT LES EQUIPES DES MISSILES INTERCONTINENTAUX:

Un article paru en Octobre 2001 dans le journal américain Florida Today. Il s'agit des événements de visites de zone de tir de missiles balistiques intercontinentaux aux Etats Unis par des OVNIS. Un dossier complet sur ces cas est en cours de rédaction pour publication sur mon site.

LES OVNIS HANTENT LES EQUIPES DE MISSILES
Par Billy Cox
Un article de FLORIDA TODAY

Quand vous êtes un opérateur en charge du lancement d'un missile équipé d'une ogive bourrée de plutonium avec un rendement de 3 mégatonnes, soit assez pour augmenter les dégats de Hiroshima par un facteur de 150, la vie même dans le désert le plus isolé peut avoir une certaine intensité. Vous vous rappelez en priorité les choses importantes.

Vous vous rappelez des choses comme en Octobre 1962, quand le déclenchement des codes de lancement - et un échange nucléaire - étaient littéralement aux bouts de vos doigts. Comme cela fut encore le cas en Novembre 1963, quand le Président fut assassiné et le premier suspect était déjà verrouillé dans les programmes de visée. Si vous étiez à l'avant-poste du Strategic Air Commande près de Roswell, Nouveau Mexique, vous avez observé des explosions de carburant détruire trois silos de fusées Atlas, et vous vous êtes demandés ce qui se produirait si cela avait affecté les systèmes de lancement.

Vous vous rappelez d'autres choses folles, comme les quarts de service de 24 heures, qui ont réellement été de 27 heures si vous contiez les trajets aller-retour vers le site. Vous vous rappelez que le prix du baby sitting des silos de missiles s'est mesuré en mariages et autres liens brisés ou finissant en divorces.

Mais ce n'est pas avant le mois dernier, quand Jerry Nelson de Cocoa Beach a eu connaissance du projet Disclosure et de sa conférence à Washington, DC, qu'il s'est rappelé autre chose.

En Mai, environ 20 personnes affirmant avoir rencontré des objets volants non identifiés tout en exécutant leurs devoirs de militaires ou des fonctions au gouvernement se sont exprimées pour exiger des auditions congressionnelles ouvertes sur ce phénomène en grande partie couvert par le secret. Un vétéran de l'Armée de l'Air, Robert Salas, rapporta comment les silos de lancement de missiles à la base aérienne de Malmstrom furent visités par les OVNIS qui sont parvenus à arrêter plus d'une douzaine de missiles nucléaires Minuteman dans le Montana en Mars 1967.

En fait, des OVNIS plus largement médiatisés ont investi l'espace protégé autour des systèmes d'armes nucléaires en automne 1975. C'est à ces moments que les forces de sécurité des bases aériennes de Loring, (le Maine), de Wurtsmith (Michigan), et de Malmstrom (encore) étaient dépêchées - en vain - pour appréhender les intrus. Mais Nelson n'avait jamais entendu parler de ces événements. Et quoiqu'il ait été posté à Walker AFB dans les environs de Roswell dans les années 60, il dit également qu'il n'a jamais entendu parler de l'accident allégué d'une soucoupe volante près de cette ville d'éleveurs de bétail du nouveau Mexique Mexique avant ces dernières années.

Ce que Nelson se rappelle est la façon dont, en tant que membre du 579e escadron de missiles stratégique, son poste à un silo d'ICBM désigné Site 9 a vécu ses propres incidents de sécurité particuliers au cours de nuits s'étalant sur une période de plusieurs mois.

"Les gardes étaient effrayés," dit Nelson, pharmacien retraité. "Ces objets planaient au-dessus du silo et projetaient de la lumière sur eux sans faire le moindre bruit. Ainsi j'apellais la base pour le leur signaler, et la base disait "Nous nous en occupons" mais je n'ai jamais eu la chance de le constater parce que je ne pouvais pas abandonner mon poste."

Un vétéran de l'U.S. Air Force qui a réussi a constater les choses d'un point de vue plus rapproché est le technicien d'équipements de missiles Bob Caplan, qui vit maintenant à Rohnert Park, en Californie. Il ne travaillait pas avec l'équipe de Nelson, mais tard pendant une nuit sur un autre quart de garde, un garde du Site 9 a demandé à l'officier de baisser les lumières de sécurité pour rester dans l'obscurité parce que des lumières étranges juste au delà du périmètre lui donnaient la chair de poule. Caplan est sorti à l'extérieur pour vérifier de quoi il s'agissait.

Après avoir émergé dans la nuit sans Lune, noire mais dégagée, Caplan indique qu'il lui a fallut quelques instants pour repérer l'intrus silencieux. "C'était certainement sur le sol et c'était blanc et très intense," se rappelle-t-il. "C'est difficile à expliquer. Cela n'a pas émis de rayon lumineux, c'était plus concentré, mais pas comme une sphère. Plutôt comme un cercle plat, comme une lumière halogène qui brille à plat sur le sol."

Quand Caplan et un garde ont dirigé leurs lampes-torches vers la chose et se sont approchés, elle a disparu. Il n'y avait plus rien. La lumière réapparut quelques secondes plus tard à environ 20 à 30 pieds de distance, seulement pour disparaître sans laisser de trace. Bien que Caplan ne l'ait jamais revue, il a été interrogé plusieurs jours après par un agent du bureau spécial d'investigations. Caplan n'a jamais vu le rapport, et suppose qu'il a été classé.

Gene Lamb de Oklahoma City était le chef d'équipe de sécurité suppléant du 579th commandement d'équipe de SMS, il n'a rien vu mais a entendu et lu des histoires d'OVNIS. "Un de ces choses aurait censément débarqué au Nord de Roswell," dit-il. "Cela a été rapporté par un homme de patrouille routière qui a indiqué que cela avait laissé des marques formant un triangle la ou ses pieds ont touché le sol. Et il y avait eu un autre incident (OVNI) après cela, une observation en plein jour."

Même son commandant d'équipage fut témoin de l'activité des OVNIS. Lamb indique qu'il ne peut pas en parler plus avant, parce que son vieux copain se sent contraint par un serment de sécurité.

Lamb, au fait, fut le coordonnateur des réunions des anciens du 579e, dont la courte durée de vie a couru de 1961 à 1965. Bien que sa tâche lui ait permit d'établir quelques liens personnels durables, Lamb indique que tout le monde ne veut pas assister à des réunions. "J'ai des gars qui m'ont dit, "Je ne veux pas être discourtois, mais ce qui s'est produit dans ce job a ruiné ma vie. L'un m'a même dit avoir souffert d'une dépression nerveuse par la suite."

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les ovnis dans la presse en 2001   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ovnis dans la presse en 2001

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les OVNIS dans la presse quotidienne (US airships de 1878 à
» Les ovnis dans la presse en 1977
» Les ovnis dans la presse en 1994
» Les ovnis dans la presse en 1988
» Les ovnis dans la presse en 1974

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Archives sur le phénomène Ovni :: Les archives ufologiques importantes :: Les ovnis dans la presse-