Un site d'ufologie consacré à l'étude sérieuse des Ovnis et de leur histoire (informations sur le phénomène ovni)
 
Ovni Accueil site PortailFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Partagez | .
 

 La vague française de 1954: 8 OCTOBRE 1954, BORDAS, DORDOGNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La vague française de 1954: 8 OCTOBRE 1954, BORDAS, DORDOGNE   Mer 02 Mar 2011, 22:07

La vague française de 1954:



8 OCTOBRE 1954, BORDAS, DORDOGNE:

Référence pour ce cas: 8-oct-54-Bordas. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

RAPPORTS:

[Ref. 1674:] JOURNAL "LA VOIX DU PERIGORD":




Les soucoupes en visite au pays du Cro-Magnon

La Dordogne ne saurait faillir à sa réputation touristique. C'est pourquoi ses sites étant connus du monde entier et même de l'au-delà, les engins mystérieux traînant de non moins mystérieux personnages, sont venus visiter la région...

M. Roger Ravidat venant de travailler à l'usine Progil, au Lardin, a aperçu, alors qu'il se trouvait à Lavalade, une sphère d'un mètre à un mètre cinquante de diamètre survolant la vallée de la Vézère. Cette sphère était très lumineuse et semblait être un rond phosphorescent qui se déplaçait en tournoyant dans le ciel.

Le même phénomène s'est reproduit vers le Chamblon, mais alors il paraissait beaucoup plus rapproché.

Le 5 octobre, vers 21 h. 45, M. Jules Nicolas, domicilié au moulin de Rafalle, perçu un bruit aussi puissant que soudain, devant chez lui. Il sortit et scruta le ciel. Il vit alors à une hauteur d'environ 200 mètres et grossissant comme si elle faisait une manoeuvre pour descendre, une sphère tournoyante et lumineuse, qui brusquement changea de couleur. Il appela sa femme qui constata également la présence de l'engin qui, prenant soudainement de la hauteur, se mit à filer à une allure vertigineuse en direction de Lajemave, laissant derrière lui trois traînées lumineuses.

Ajoutons que M. Nicolas, qui est conseiller municipal, est absolument certain de ce qu'il a vu.

Par ailleurs, Mme Lamothe, cultivatrice à Trémolat, a éprouvé, quant à elle, une de ces "peurs bleues" dont on se souvient toute sa vie...

Au petit matin du mardi 5 octobre, à une heure exactement, alors qu'elle venait de veiller avec parents et amis et qu'elle se trouvait seule sur son pas de porte, elle fut soudain éblouie par trois "boules reliées par un cordon lumineux", très éclairantes, l'une blanche, l'autre verte, la troisième rouge, superposées, mais nettement séparées.

Ce trio, dans un mouvement parfaitement synchronisé, s'éleva, descendit, se balança... Puis apparurent deux nouvelles "boules", chacune de la grosseur de la pleine lune, donnant une lumière vert tendre éclairant parfaitement les détails des cimes des coteaux voisins (arbres, bosquets). Les deux globes venaient de disparaître après un mouvement ascendant, lorsque surgirent les trois premières boules.

Devant leur avance rapide, Mme Lamothe battit précipitamment en retraite et referma a double clef la porte de sa cuisine.

UNE SOUCOUPE VOLANTE
aperçue hier soir aux environs de Bordas

Un de nos sympathiques compatriotes, M. Mathias, électricien rue Limogeanne, revenait en auto hier soir vendredi, de Bergerac, lorsque au fameux virage bien connu, un peu avant Bordas: "J'ai aperçu, c'est M. Mathias lui-même qui parle maintenant, une grosse toupie qui tenait toute la largeur de la route et d'une hauteur de 3 mètres environ. Mon moteur a été calé subitement. A peine une seconde après, l'objet devenu lumineux a disparu en s'envolant au-dessus des arbres.

"A la remise en marche ma voiture est repartie normalement. Il m'a été impossible de me rendre compte si la fameuse soucoupe était occupée ou non. Je suis arrivé trop tôt ou trop tard et sa disparition au-dessus de la forêt l'a soustraite à mes regards."

[Ref. mc1:] MICHEL CARROUGES:

Michel Carrouges note le cas dans son chapitre sur les effets physiques causés par les soucoupes volantes.

Il indique que le 8 octobre 1954, en Dordogne, M. M., électricien à Bergerac, qui était en voiture, a été témoin d'un rayon lumineux provenant d'un engin métallique posé sur la route à 150 mètres en avant de lui. Carrouges note un ralentissement, puis arrêt, de la voiture.

Il indique comme source le journal La Nouvelle République du 11 octobre 1954.

[Ref. bb1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs indiquent que le catalogue de Jacques Vallée dit:

"Le 8 octobre, un électricien, près de Bergerac fut arrêté sur la route par une toupie volante. Arrivé à 150 mètres de l'engin, un rayon lumineux l'a obligé à ralentir et le moteur de la voiture s'est arrêté. Il a également signalé qu'aux approches de l'engin, le poste de radio de sa voiture a grésillé et les émissions ont été rendues inaudibles par une friture intense. Monsieur Massias qui se trouvait avec son beau-frère, a été profondément troublé. Il aurait établi un rapport aux services officiels."

Les deux auteurs indique que l'électricien de Bergerac leur a dit textuellement en conversation téléphonique qu'il n'excluait pas le fait d'avoir pu caler sa voiture par surprise car tout avait été très rapide, et que donc ceci est un exemple de ce qu'il n'existe pas de cas avec effets physique puisque les soucoupes n'existent pas.

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

L'ufologue et auteur Jean Sider signale le cas du 8 octobre 1954 à 20:45 sur la Route Nationale RN21, à Bordas dans le département de la Dordogne:

Mr. Massias, 31 ans, électricien résident à Périgueux, rue Limogeanne, revenait en voiture de Bergerac en compagnie de son beau-frère, Mr. Vigier. Au grand virage de Bordas, les phares de leur véhicule ont éclairé un engin métallique posé sur la route. Quand il furent parvenus à 50 mètres de l'objet, un rayon lumineux a obligé Mr. Massias à ralentir et le moteur s'est arrêté. Le poste de radio s'est mit à grésiller et les émissions furent rendues inaudibles par une friture intense.

D'après les deux témoins, l'engin mystérieux avait à peu près la forme d'une toupie et faisait entre 2m80 et 3m de large sur 2 à 3m de haut, et avait la teinte de l'aluminium mat.

L'engin s'est ensuite élevée à la verticale, décollant soudainement dans un bruit de fusée et a disparu dans un halo lumineux.

L'observation ne dura que deux secondes. L'engin parti, le moteur de la voiture a pu être remis en marche.

Jean Sider indique comme source le journal La Gazette du Périgord, de Périgueux, du 9 octobre 1954 en page 2 et le journal La Dordogne Libre, Périgeux, du 10-11 octobre 1954, en page 2, lequel orthographie "Mathias" le nom de Mr. Massias.

Jean Sider note que Barthel et Brucker ont affirmé avoir parlé avec le témoin qui aurait reconnu que le moteur aurait pu s'arrêter par sa faute du fait de la surprise, ce qui permet à Barthel et Brucker de faire l'impasse sur le cas et de le considérer comme un "cas expliqué". Jean Sider précise qu'il a pu parler à la veuve de Mr. William Massias, qui lui a confirmé l'observation et les interférences sur la radio du véhicule.

Jean Sider ajoute ailleurs que la contre-enquête de Barthel et Brucker sur ce cas RR2 de Bordas/Bergerac en Dordogne est "imaginaire."

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique qu'en Dordogne à Bordas le 8 octobre 1954 à une heure non connue, le soir, le témoin arrive à un virage un peu avant Bordas revenant de Bergerac quand il observe une grosse toupie tenant toute la largeur de la route et d'une hauteur de 3 m environ. Le moteur du véhicule cala subitement. Au bout d'une seconde l'objet devint lumineux et s'envola au-dessus des arbres.

Luc Chastan indique que la source est "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 8 octobre 1954 à 20:50, il y a eu une observation à Bordas, France.

La source est indiquée comme Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

NOTES:

En page 223 de leur livre "La Grande Peur Martienne", Barthel et Brucker, dans leur liste de témoins qu'ils disent avoir contacté et remercient, apparaît le nom de Mr. "W. Massias" correctement orthographié selon la source primaire qui est le premier journal à avoir publié l'affaire, mais sans le prénom entier "William".

EXPLICATIONS:

Non encore recherchée.

MOTS CLES:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Bordas, Dordogne, Matthias, William Massias, électricien, voiture, route, atterrissage, nuit, engin, objet, toupie, calage, moteur, manoeuvre, rayon, radio, parasite, son, halo, lumineux, bas

REFERENCES:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

[---] Article dans le journal régional La Gazette du Périgord, Périgueux, France, page 2, 9 octobre 1954.
[vp1] Article dans le journal régional La Voix du Périgord, France, 9 octobre 1954.
[---] Article dans le journal régional La Dordogne Libre, Périgeux, France, page 2, 10-11 octobre 1954.
[---] Article dans le journal La Nouvelle République, 11 octobre 1954.
[mc1] "Les Apparitions de Martiens", livre par Michel Carrouges (pseudonyme de Louis Couturier), Fayard éditeur, France, pages 80,128, 1963.
[bb1] "La Grande Peur Martienne", livre par Gérard Barthel et Jacques Brucker, Les Nouvelles Editions Rationalistes éditeur, France, pages 121,123, 1979.
[js1] "Le Dossier 1954 et l'Imposture Rationaliste", livre par Jean Sider, Ramuel éditeur, France, page 19, pp 5-6 et pp 100-101 et page 249, 1997.
[---] "*U* Computer Database", compilé par Larry Hatch, USA, 2002.
[lc1] Base OVNI France, site Internet par Luc Chastan, France, circa 2005, à baseovnifrance.free.fr/detobs.php?numobs=811
[ud1] "8 Oct 1954 - Bordas, France", page web par le site UFOdna, circa 2007, à www.ufodna.com/sources/676.htm

ufologie.net
Revenir en haut Aller en bas
 

La vague française de 1954: 8 OCTOBRE 1954, BORDAS, DORDOGNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni ufo les mystères du phénomène ovni :: -