Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 (1952) l'intérêt de toutes les Agences de renseignements au sujets des OVNIs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin.d
Responsable du forum
Responsable du forum
avatar



Masculin Age : 39
Nombre de messages : 12596
Inscription : 11/03/2007
Localisation : France
Emploi : Privé
Passions : Ufologie, Histoire, lecture
Règlement : Règlement

MessageSujet: (1952) l'intérêt de toutes les Agences de renseignements au sujets des OVNIs   Ven 11 Fév 2011, 21:49

DOCUMENT EN PROVENANCE DE LA CIA

Ce mémo du 24 septembre 1952 nous confirme encore une fois l'intérêt de toutes les Agences de renseignements au sujets des OVNIs, et du fait que certaines bases aériennes ont reçu l'ordre de les intercepter.






TRADUCTION

24 SEPT 1952

MÉMORANDUM POUR:

Directeur des Renseignements Généraux

Copie Le Directeur adjoint (Renseignements)


Sujet Soucoupes volantes

1. Récemment une enquête a été conduite par le Bureau des Renseignements Scientifiques afin de déterminer s'il y a des implications concernant la Sécurité Nationale dans le problème "des objets volants non identifiés" ou soucoupes volantes; si une étude et une recherche adaptées sont actuellement orientées vers ce problème dans leurs relations avec de telles implications dans la Sécurité Nationale; quelles autres enquêtes et recherches complémentaires devraient être instituées, par qui, et sous quelle égide?

2. On a constaté que la seule unité Gouvernementale étudiant actuellement le problème, est la Direction des Renseignements de l'U.S. Air Force, qui a chargé le Centre Technique des Renseignements de l'Air (Air Technical Intelligence Center) de la responsabilité de l'étude des rapports des observations. À l'ATIC il y a un groupe de trois officiers et de deux secrétaires auxquels parviennent, par les voies officielles, tous les comptes rendus des observations. Ce groupe mène la recherche sur des rapports, conseillant quand on lui demande les autres personnels techniques de l'Armée de l'Air ainsi que le personnel technique civil. Un système d'information mondial a été institué et les principales bases aériennes ont reçu des ordres afin d'intercepter les objets volants non identifiés. La recherche est conduite sur une base de différents cas, et est conçue pour fournir une explication satisfaisante pour chaque observation. L'ATIC a conclu un arrangement avec l'Institut Commémoratif de Battelle pour que ce dernier créé un système d'indexation automatique pour les comptes rendus officiels d'observations.

3. Depuis 1947, l'ATIC a reçu approximativement 1500 rapports officiels d'observations, plus un énorme volume de lettres, d'appels téléphoniques, et de comptes rendus de presse. Pendant le seul mois de juillet 1952, le total des dossiers officiels était de 250. Des 1500 rapports, l'Armée de l'Air estime à 20 pour cent ceux non expliqués et parmi ceux reçus à partir de janvier jusqu'en juillet 1952, l'Armée de l'Air les estime à 25 pour cent.

4. Dans son enquête sur ce problème, une équipe de bureau de la CIA Bureau des Renseignements Scientifiques a consulté un représentant du Groupe d'Etudes Spéciales de l'Armée de l'Air. Elle s'est entretenue du problème avec les responsables du projet de l'Armée de l'Air à la base aérienne de Wright-Patterson; a passé en revue un volume considérable de rapports de renseignements, a vérifié la presse soviétique, les émissions de radiodiffusion; et dialogué avec trois consultants de la CIA, qui ont une bonne connaissance des secteurs techniques concernés.

On a constaté que l'étude de l'ATIC est probablement bien fondée si le but est limité à une explication au cas par cas. Cependant, cette étude ne résout pas les aspects les plus fondamentaux du problème. Ces aspects doivent déterminer certainement la nature des divers phénomènes qui provoquent les observations, et doit découvrir par quels moyens ils sont causés, ainsi que leurs effets visuels ou électroniques, qui peuvent être identifiés immédiatement. Les consultants de la CIA ont déclaré que ces solutions seraient probablement trouvées sur les lisières ou juste au-delà des frontières de notre connaissance actuelle dans les domaines des phénomènes atmosphériques, ionosphériques, et extraterrestres, avec la possibilité supplémentaire que la dispersion actuelle des produits nucléaires, pourrait en être également un facteur. Ils ont recommandé qu'un groupe d'étude soit constitué pour exécuter trois fonctions:

a. analyser et systématiser les facteurs qui constituent le problème fondamental;

b. déterminer les aspects de la science fondamentale qui doivent être étudiés afin d'atteindre une compréhension des phénomènes impliqués; et

c. faire des recommandations pour le commencement de la recherche appropriée.

Le Dr Jules A. Stratton, Vice-président de l'Institut de Technologie du Massachusetts, a indiqué à la CIA qu'un tel groupe pourrait être constitué à cet institut. De même, le Projet Lincoln, projet de défense aérienne de l'Armée de l'air à NST, pourrait en être chargé avec certaines de ces responsabilités.

6. La situation concernant les soucoupes volantes contient deux éléments de risque qui, dans une situation de tension internationale, ont des implications sur la Sécurité Nationale. Ce sont:

a. Psychologique - Avec les observations mondialement rapportées, on a cru que jusqu'à l'époque de la recherche, il n'y avait pas dans la presse soviétique de rapport ou commentaire, même satirique, sur les soucoupes volantes, bien que Gromyko en ait fait mention de manière humoristique. Avec une presse à la solde de l'État, ceci n'aurait pu résulter que d'une décision politique officielle. La question se pose, donc, si oui ou non ces observations:

(1) peuvent être neutralisées, (2) peuvent être prédites, et (3) ont pu être employées, dans un contexte de guerre psychologique, offensif ou défensif.

Le public inquiet au sujet de ces phénomènes, qui sont repris et dans la presse des États-Unis et dans les enquêtes de l'Armée de l'Air, indique qu'une assez bonne proportion de notre population est mentalement conditionnée dans l'acceptation de l'incroyable. De ce fait, repose le potentiel de déclenchement de l'hystérie et de la panique de masse.

b).Vulnérabilité de l'Armée de l'Air – Les systèmes d'alerte de l'Armée de l'Air des États-Unis dépendront assurément toujours d'une combinaison du ciblage radar et de l'observation visuelle. L'URSS a la puissance pour mener une attaque aérienne contre les États-Unis, pourtant à n'importe quel moment donné il peut y avoir des douzaines observations officielles non identifiées et un grand nombre de cas officieux. À tout moment d'une attaque, nous sommes maintenant dans une position où nous ne pouvons pas, à un instant donné, distinguer l'armement d'un Fantôme (avion de chasse US), et en cas de tension grandissante, nous courrons le risque croissant de fausses alertes, et le danger encore plus grand d'identifier faussement une véritable attaque d'un Fantôme.(avion de chasse US)

7. Ces deux problèmes sont primitivement opérationnels en nature mais chacun contient des facteurs tout à fait apparents concernant les Renseignements.

8. D'un point de vue opérationnel, trois actions sont exigées:

a. Des mesures immédiates devraient être prises pour améliorer l'identification visuelle et électronique de sorte que, en cas d'une attaque, l'identification instantanée et sans équivoque des avions ou des missiles ennemis puisse être faite.

b. Une étude devrait être engagée pour déterminer ce qui, le cas échéant, pourrait être fait dans l'utilisation de ces phénomènes par les États-Unis, par les planificateurs d'une guerre psychologique et ce qui, le cas échéant, pourrait être prévu dans nos défenses, en prévision des tentatives soviétiques de les utiliser.

c. Afin de réduire au maximum le risque d'une panique, une politique raisonnable devrait être établie quant à ce qui devrait être révélé au public concernant ces phénomènes.

9. D'autres problèmes concernant les Renseignements et qui exigent une grande détermination sont:

a. Le niveau actuel de la connaissance soviétique concernant ces phénomènes.

b. Les possibles intentions soviétiques et les capacités à utiliser ces phénomènes au détriment des intérêts de la sécurité des États-Unis.

c. Les raisons du silence de la presse soviétique au sujet des soucoupes volantes.

10. Une recherche complémentaire, différant dans le caractère et les priorités actuelles est actuellement menée par l'Armée de l'Air, afin de satisfaire les besoins spécifiques des opérations et des renseignements. Des responsabilités concernant les renseignements dans ce domaine en ce qui concerne la collecte et l'analyse peuvent être acquittées avec une efficacité maximum, mais seulement quand nous connaîtrons la nature exacte de ces phénomènes.

11. Je considère ce problème comme étant d'une telle importance qu'il devrait être porté à la connaissance du Conseil de Sécurité Nationale pour qu'un effort coordonné à l'échelle communautaire puisse être lancé afin d'en connaître la solution.

MARSHALL CHADWELL

La Foreign Broadcoast Information Service (FBIS) est un organisme gouvernemental des États-Unis qui surveille et traduit les nouvelles et commentaires, les discours politiques, les émissions de radio et de télévision, les transmissions des agences de presse, les journaux, et les périodiques politiques étrangers, afin de renseigner les différentes Agences, et bien entendu la CIA. Nous apprenons, grâce aux documents ci-dessous, que les soviétiques avaient eux aussi des problèmes avec les OVNI.






TRADUCTION

NOTE DE LA PRESSE ÉTRANGÈRE

22 novembre 1989


URSS: MULTITUDE DE RAPPORT ÉMANANT DES MÉDIAS CONCERNANT DES OBSERVATIONS D'OVNIs


Les principaux quotidiens et journaux soviétiques ont récemment commencé à éditer un nombre croissant d'articles et de rapports sur des observations d'objets volants non identifiés (OVNIs) en divers lieux de l'Union soviétique." Un centre permanent" pour l'étude des OVNIs a été créé à Moscou pour diriger la recherche et pour mener des enquêtes sur les observations rapportées.



***********************************************************



Pour donner le ton à cette couverture médiatique un article du 9 juillet 1989 paru dans SOTSIALISTICHESKAYA INDUSTRIYA, s'est rapporté à un grand nombre de témoignages récents concernant des observations d'OVNI en URSS. Interviewé par le journal, P. Prokopenko, directeur d'un laboratoire pour l'étude "des phénomènes anormaux", a déclaré qu'un "centre permanent" pour l'étude des OVNIs a été créé en Union soviétique. En plus de mener des recherches et de faire des conférences de présentation sur les OVNIs, le centre soutiendra la recherche sur les observations rapportées.



Suite à la parution d'un article du journal édité en juillet 1988 qui comprenait un rapport sur "un événement étonnant qui a eu lieu sur la colline 611 près du village de Dalnegorsk dans Primorskiy Kray", l'article mentionnait que les événements étaient toujours à l'étude. Un grand nombre d'observateurs ont vu une sphère volante se crasher sur une des crêtes jumelles de la colline, et les physiciens et d'autres scientifiques de la Division Sibérienne de l'Académie des Sciences de l'URSS étudient toujours "de la maille fine", "des petits objets sphériques" "et des morceaux de verre " qui sont considérés comme des restes de l'arrière gauche de la sphère. Selon l'article, le prétendu vaisseau spatial a presque été anéanti dans l'accident, mais il semble y avoir assez de matériel à l'emplacement du crash pour que les scientifiques puissent élucider ce mystère.



En étudiant le lieu, le scientifique A. Makeyev a rapporté avoir trouvé de l'or, de l'argent, du nickel, de l'alpha-titane, du molybdène, et des composés du béryllium. Un des physiciens "sceptiques" de Tomsk a hypothéqué que la prétendue sphère pouvait avoir été un certain genre de "plasmoïde" formé par l'interaction des forces des champs géophysiques, "qui ont capturé sur leur trajectoire dans l'atmosphère les éléments trouvés par Makeyev jusqu'à leur désintégration sur le sommet de la colline. Les autres chercheurs en général ont rejeté cette explication depuis que des quantités de divers types de métaux trouvés à l'emplacement impliqueraient, selon cette théorie du "plasmoïde", que la concentration des métaux dans l'atmosphère devrait excéder le niveau actuel par un facteur de 4.000"



Certains scientifiques ont conclu que l'objet qui s'est brisé sur Hill611 était un véhicule spatial "extraterrestre" construit par des êtres hautement intelligents. Le docteur V. Vysotskiy des Sciences Chimiques a déclaré que "sans doute, ceci est la preuve d'une technologie élevée, et qu'elle n'est pas d'origine normale ou terrestre." Il a mentionné le fait que les restes de fils très minces dans les mailles fines avaient un diamètre de seulement 17 microns et que ces fils, à leur tour, étaient composés de très fines mèches tressées. Des fils d'or extrêmement minces ont été découverts enroulés dans des fils encore plus fins, preuve d'une technologie complexe au-delà des possibilités actuelles de la science terrestre, selon Vysotskiy.

SOTSIALISTICHESKAYA INDUSTRIYA du 25 juillet 1989 a signalé qu'un OVNI avait été aperçu par l'ingénieur Turly Ponomarenko et un groupe d'ouvriers dans une ferme collective de la région de Dniepropetovsk. L'objet a été décrit comme un disque avec deux rayons de lumière provenant de ses côtés. Les témoins ont observé l'objet au sol pendant 20 minutes environ, et il n'a émis aucun bruit quand il a décollé.

L'édition d'août 1989 du journal soviétique NAUKA I ZHIZN a inclus un article de 9-pages qui, après le résumé de l'Histoire générale des observations d'OVNIs a mis en contraste certaines opinions des "sceptiques" avec certains avis des "fervents" sur les nombreuses observations d'OVNIs rapportées en URSS, y compris les incidents de Serpukhov, de Petrozavodsk, et Rudnya.

Selon les "fervents" les Ovnis ont laissé des preuves de leurs visites dans beaucoup d'occasions, y compris l'incident de Serpukhov dans lequel, ils prétendent qu'un OVNI a laissé une dépression circulaire dans l'herbe d'un diamètre de 4 mètres. Les sceptiques maintiennent que la majeure partie de cette prétendue "preuve" peut être expliquée sans aucun rapport avec une intelligence extraterrestre. Plusieurs observations ont pu être attribués à des essais de fusée par exemple.

L'académicien Vladimir Vasilyevich Migulin, directeur de l'institut du magnétisme terrestre, de la Ionosphère, et de la propagation des ondes radio à Troitsk, dirige une équipe pour la recherche sur les phénomènes anormaux de l'atmosphère, et maintient que plus de 90 pour cent des observations d'OVNIs peuvent être rendues nulles par de telles explications.

STROITELNAYA GAZETA du 16 septembre 1989 a signalé qu'en août un groupe d'observateurs comprenant le physicien Elvir Kurchenko a commencé à étudier un autre lieu où se trouve une dépression circulaire dans une forêt près de Surgut après qu'un ouvrier a prétendu qu'un OVNI avait visité l'emplacement.

SOTSIALISTICHESKAYA INDUSTRIA du 30 septembre 1989 a noté que les médias partout en Union soviétique recevaient des rapports d'observations d'OVNIs sur terre et dans le ciel, ajoutant que le bureau d'éditions du journal passait en revue des centaines de rapports liés aux incidents concernant les OVNIs. En réponse à ce déluge de rapports, le journal a interviewé Anatoliy Listratov, Président de la section astronomique et géodésique de l'Union soviétique affectée à l'étude des phénomènes anormaux, qui a indiqué que bien que son groupe "erre toujours dans l'obscurité", quelques développements importants dans les enquêtes s'était récemment produit. Il affirma "qu'aux emplacements des atterrissages la fréquence de fonctionnement d'un oscillateur piloté par quartz varie. Les montres électroniques fonctionnent à des fréquences qui sont soit, trop rapides, soit trop lentes."

Listratov a noté que les officiers et les pilotes militaires soviétiques avaient récemment commencé à fournir des renseignements sur les observations d'OVNIs. Comme exemple, il a déclaré qu'il a eu l'information écrite concernant une rencontre entre un avion soviétique et un OVNI au-dessus de la ville de Borisov. L'équipage de l'un des avions soviétiques a rapporté avoir vu un grand disque volant à proximité avec cinq faisceaux de lumière en émanant: trois faisceaux étaient orientés sur la terre et deux étaient projetés vers le haut quand l'objet fut aperçu pou la première fois. Le contrôleur au sol a demandé à l'un des avions de changer son trajet pour se rapprocher de l'objet, à ce moment le disque s'est positionné au même niveau que l'avion et a projeté un de ses faisceaux sur l'avion soviétique en approche, illuminant l'habitacle. Listratov cita le journal de bord du pilote: "A cet instant, le co-pilote était aux commandes. Il observa la manœuvre que l'objet venait juste d'effectuer et fut capable de soulever sa main pour se protéger de la lumière insupportable. Le commandant se reposait dans le siège contigu, et un rayon lumineux, projeta un spot d'un diamètre de 20 centimètres, passant au travers de son corps. Les deux pilotes se sentirent fiévreux".

Selon Listratov, le commandant et son co-pilote sont tous deux devenus "invalides" peu de temps après l'incident. Le co-pilote a été obligé de quitter son travail dû à une détérioration soudaine de sa santé, y compris des périodes soudaines et prolongées de "perte de conscience." Le commandant mourut quelques mois plus tard. Les causes de la mort ont été diagnostiquées comme un cancer, et les dommages de l'organisme furent le fait des radiations d'un objet volant non identifié ". Ces causes furent citées comme facteur de contribution sur les enregistrements médicaux officiels de l'hôpital où le commandant est décédé.

Listratov a indiqué dans SOTSIALISTICHESKAYA INDUSTRIYA qu'environ 95 pour cent des observations d'OVNIs pouvaient être expliquées, et les enquêtes ont souvent révélé que cela pouvait être les étages consumés de fusée ou les restes d'une fusée dont le lancement a échoué. Ce sont les 5 pour cent qui ne peuvent pas être expliqués qui provoquent cette perturbation parmi les scientifiques soviétiques et le personnel militaire. Au lieu du scepticisme répandu qu'il avait escompté quand il a commencé la première fois à interviewer le personnel militaire, il a noté ce que les officiers et les soldats lui avaient dit au sujet de leur propre rencontre avec les OVNIs, et ils lui ont même montré des rapports qui avaient été entièrement complétés sur des imprimés officiels.

KOMSOMOLSKAYA PRAVDA du 7 octobre a signalé que l'Union soviétique venait juste d'ouvrir un centre officiel pour l'étude des OVNIs à Moscou.

Les physiciens, les géologues, les astronomes, et les psychologues donnent des cours sur les diverses caractéristiques des OVNIs, et les types d'équipement nécessaires pour en étudier les observations

Le 9 octobre l'agence de presse soviétique TASS a signalé qu'un OVNI avait atterri dans le parc de la ville de Voronezh. TASS a signalé que l'objet avait été vu par de nombreux témoins avant qu'il ne décolle.

KOMSOMOLSKAYA PRAVDA du 12 octobre a signalé qu'un groupe de scientifiques avait visité un champ dans Pern Oblast pour étudier les affirmations concernant un OVNI qui avait atterri dans le secteur et avait laissé une marque circulaire mesurant 62 mètres de diamètre.

KRASNAYA ZVEZDA du 13 octobre a suggéré que l'hystérie de masse pouvait être un facteur important contribuant à l'arrivée récente de déclarations d'observations d'OVNIs en URSS. Selon le journal, et pour une grande partie des médias soviétiques il fallait éventer ces phénomènes, qu'ils comparaient à l'hystérie résultant de l'émission de radio d'Orson Welles en 1938 au sujet d'une invasion des États-Unis par des extraterrestres.

La publication du 19-25 octobre de POISK proposait un article contrastant les points de vue des scientifiques des deux instituts soviétiques principaux et actuellement occupés à étudier les rapports sur les OVNIs -- le nouveau centre créé pour les études sur les OVNIs au Palais de la Culture des ingénieurs à Moscou et l'Institut sur le Magnétisme Terrestre, la Ionosphère, et la Propagation des Ondes Radio, qui a des agences à Troitsk, à Leningrad, et à Irkoutsk. Le physicien Turly Platov de l'Institut Terrestre du Magnétisme ne croit pas les scientifiques qui affirment avoir trouvé des restes d'un OVNI dans Dalnagorskod, construit par des extraterrestres, et il est convaincu que les matériaux trouvés à cet emplacement ne sont que seulement les restes du lancement non réussi d'une fusée soviétique dans cette région. Il croit que plusieurs autres rapports concernant les OVNIs peuvent être expliqués par l'incapacité des observateurs à identifier le phénomène connu sous le nom de "foudre en boule"

L'article de POISK a contrasté avec la vue de Platov et avec celle d'un autre physicien, Vladimir Azhazha, qui a été récemment élu Président de la nouvelle Commission pour l'Étude des Objets Volants Non Identifiés et de l'Union des Scientifiques et des Sociétés d'Ingénieurs de l'Union soviétique. Azhazha a comparé des rapports d'un accident d'OVNI en URSS et une assertion faite par des partisans des OVNIs aux États-Unis au sujet d'un OVNI qui se serait crashé dans le désert près de Roswell, Nouveau Mexique, en 1947. Il croit qu'il y a suffisamment de preuves pour soutenir les affirmations concernant des accidents d'OVNIs dans les deux cas, à Dalnegorsk et à Roswell. Dans ce dernier cas, il a cité le témoignage de témoins oculaires qui ont maintenu avoir vu les corps de quatre extraterrestres se trouvant près du vaisseau spatial crashé. Selon Platov, cependant, les témoignages des témoins oculaires ont été faussés. Il croit que l'objet qui s'est crashé était une fusée expérimentale de l'U.S. Air Force avec quatre singes rhésus à bord et que l'accident était le résultat d'une tentative non réussie d'un lancement à l'aube de l'ère spatiale.

SOTSIALISTICHESKAYA INDUSTRIYA du 21 octobre a noté que des centaines d'habitants avaient rapporté l'observation d'un OVNI dans Owsk et qu'une grande partie de ces témoins oculaires en avait rendu compte directement auprès du bureau du journal de Owsk. L'article incluait le rapport d'un officier militaire "bien informé", le commandant V. Loginov, qui a déclaré: " Je dois vous dire tout de suite que le radar n'a pas détecté cet objet, et donc je ne vous informe que des observations visuelles. L'objet passa à une altitude de plusieurs kilomètres. La sphère brillante a semblé être d'environ une fois et demi la forme de la lune dans le ciel nocturne. Quatre projecteurs, certains parallèles et certains perpendiculaires aux angles avec la terre, lançaient des faisceaux très lumineux. L'objet resta dans le champ visuel pendant environ 5 minutes et planait au-dessus de l'aéroport civil avant qu'il ne descende un petit peu. Alors les projecteurs ont été arrêtés et une traînée tourbillonnante comme des plumes est instantanément apparue autour de cette sphère brillante. L'objet a commencé à reculer rapidement dans la direction du Nord-Ouest à l'Est pendant que des vols étaient en cours sur un aéroport voisin. Les pilotes pouvaient l'observer visuellement, mais ils ne pouvaient pas la détecter sur leurs écrans radar. Les signaux radar ne pouvaient s'y refléter. Cet objet a été immédiatement signalé vers l'état major de la chaîne de commandement, et nos collègues de Altay-Kray, dans le secteur vers lequel l'objet avait volé, nous ont fait un compte rendu dans les 5 minutes après qu'ils aient eu une observation visuelle. Cela a signifié que l'objet avait couvert une distance approximative de 600 kilomètres à une vitesse de 7.000 kilomètres heure."

Selon Loginov, toutes les observations ont indiqué que l'objet était un OVNI dirigé par une certaine forme d'intelligence et que ce n'était pas simplement un certain type de phénomène atmosphérique anormal.

SOVETSKYA KULTURA du 28 octobre a rendu compte des résultats d'une conférence à Petrozavodsk d'environ 100 scientifiques soviétiques représentant les "diverses branches de la science et de la technologie". Le sujet principal de la discussion était le nombre de déclarations d'observations récentes d'OVNIs en URSS. Selon SOVETSKYA KULTURA, plus de questions au sujet des OVNIs ont été soulevées à cette conférence, que de réponses apportées.

LITERATURNAYA GAZETA du 1er novembre a signalé qu'à Woronezh, où quelques observateurs avaient prétendu avoir été témoin de l'atterrissage et du décollage d'un OVNI, est devenu le lieu d'un pèlerinage" par des correspondants, cherchant des nouvelles sensationnelles pour leurs journaux, indépendamment de la nature controversée du prétendu "témoignage important" qui était présenté comme preuve que les extraterrestres avait visité Woronezh.

Ce mémo de 1966 nous apprend qu'un OVNI serait tombé au Congo, et qu'officiellement un fragment de quelque chose aurait été récupéré. Ou est le fragment maintenant ?



TRADUCTION

EXPLOITATION D'UN FRAGMENT MÉTALLIQUE PROVENANT D'UN OBJET VOLANT NON IDENTIFIÉ


4 mai 66


Dans un dossier de la bibliothèque de la CIA existe un rapport d'exploitation d'un fragment métallique d'une taille approximative de 2" * 2"*1 ", récupéré près de Korokono, République du Congo. Le fragment a été récupéré suite à une recherche sur le terrain après qu'un OVNI soit tombé sur terre dans le secteur. Le rapport a conclu que le fragment provenait à l'origine d'une partie d'un composant électrique et était fabriqué avec du silicium de 0,010 pouces d'épaisseur recouvert d'acier laminé.

AIR FORCE REGULATION 200-2 du 12 août 1954.

Pour ceux qui douteraient encore de l'intérêt que les États Unis portaient pour le phénomène OVNI. Il n'y a d'ailleurs aucune raison pour que leur intérêt ait disparu.

(traduction en bas de page)






TRADUCTION

RÉGLEMENTATION DE L'ARMÉE DE L'AIR MINISTÈRE DE L'ARMÉE DE L'AIR

N° 200-2 Washington, 12 août 1954

SERVICE DES RENSEIGNEMENTS

Comptes rendus sur les Objets Volants Non identifiés (Titre Court: FLYOBRPT)(FLYing Objets RePorTing)

Paragraphes

But et Portée
1

Définitions
2

Objectifs
3

Responsabilité
4

Conseils
5

Collecte d'informations sur le Territoire National
6

Comptes rendus
7

Témoignages
8

Déclassification des faits
9




1. But et portée: Ce règlement établit les procédures pour l'information et les témoignages matériels concernant les Objets volants non identifiés et détermine la responsabilité des activités de l'Armée de l'Air à cet égard. Il s'applique à toutes les entités de l'Armée de l'Air.

2. Définitions:

a. Les objets volants non identifiés (UFOB) (Unidentified Flying OBjects) se caractérisent de n'importe quel autre objet aérien par des performances, des caractéristiques aérodynamiques ou des dispositifs inhabituels, non conformes aux aspects d'avion ou de missile actuellement connus, ou qui ne peuvent pas être franchement identifiés comme des objets d'apparence familière.

b. Les objets d'apparence familière - incluez les ballons, les corps astronomiques, les oiseaux, et ainsi de suite.

3. Objectifs: L'intérêt de l'Armée de l'Air pour les objets volants non identifiés est double:

D'abord comme menace possible pour la sécurité des Etats-Unis et de ses Forces, et deuxièmement, pour déterminer les aspects techniques impliqués.

a. Défense aérienne. Jusqu'ici les objets volants concernés n'ont pas été une menace pour la sécurité des Etats-Unis et de ses Territoires. Cependant, la possibilité que de nouveaux véhicules aériens, des avions hostiles ou des missiles puissent d'abord être considérés comme des OVNIs par l'observateur initial est réelle. Ceci exige que les observations soient rapportées aussi rapidement et aussi complètement que possible, si les informations le permettent.

b. L'analyse technique jusqu'ici n'a pas fourni d'explication satisfaisante concernant un certain nombre d'observations rapportées. L'Armée de l'Air continuera de collecter et d'analyser les rapports jusqu'à ce que toutes les observations puissent être expliquées d'une manière satisfaisante; considérant cela:

(1) Afin de mesurer les avances scientifiques, l'Armée de l'Air doit être informée sur l'expérimentation et le développement des nouveaux véhicules aériens.

(2) Il est possible qu'un nouvel engin aérien doté d'une configuration révolutionnaire soit développé.

(3) Les rapports concernant tous les facteurs pertinents auront une portée directe sur le succès de l'analyse technique.

4. Responsabilité:

a. Comptes rendus. Les Commandants de toutes les Entités de l'Armée de l'Air rapporteront toute information et témoignage qui pourra parvenir à leur attention, y compris ceux reçus d'autres commandements et des civils.

b. Enquêtes. Le commandement de la Défense Aérienne dirigera toutes les phases des enquêtes sur le Territoire National(ZI Zone of Interior), pour déterminer l'identité de tout Objet Volant (UFOB)

c. Analyse. Le Centre Technique des Renseignements de l'Armée de l'Air (Atic - Air Technical Intelligence Center), Base Aérienne de Wright-Patterson, Ohio, analysera et évaluera: toutes les informations et témoignages rapportés dans la ZI, après que le Commandement de la Défense Aérienne aura épuisée toutes ses ressources dans l'identification de l'OVNI; et toutes les informations et témoignages rassemblés outre-mer.

d. Coopération. Toutes les Entités coopéreront avec les collaborateurs du Commandement de la Défense Aérienne pour assurer un succès économique et rapide des enquêtes, y compris la mise à disposition de transports aériens et terrestres, quand cela sera nécessaire.

5. Conseils. La méthodologie et la qualité des comptes rendus d'enquête sur les incidents concernant les Objets Volants Non Identifiés sont limités seulement par les ressources et l'imagination de la personne chargée de la préparation du compte rendu. Les conseils repris ci-dessous sont basés sur l'expérience et se sont trouvés très utiles dans l'appréciation d'incidents.

a. Mesures au théodolite des changements de l'azimut et de la hauteur de l'altitude angulaire.

b. Interception, identification ou recherche aérienne. Ces moyens peuvent être mis en place si besoin est, dans l'optique des règlements existants de la Défense Aérienne.
c. Contact avec l'Autorité Aérienne Locale et les Unités Locales de Prévention, (Aircraft Control & Warning), avec les unités d'observation au sol (Ground Observer Corps), les centres de tri, les pilotes et les équipages d'appareils en vol à cet instant, et en position d'observation chaque fois que cela est faisable, et avec toute autre personne ou organisme qui pourrait avoir des données effectives concernant les OVNIs ou qui pourrait offrir un témoignage de corroboration, électronique ou autre.

d. Entretiens avec les météorologues militaires et civils afin d'obtenir des informations sur:
les parcours des ballons météo qui ont été lâchés dans le secteur, car ces derniers sont souvent responsables d'observations; et de toute autre activité météorologique inhabituelle qui pourrait concerner les OVNIs.

e. Entretiens avec les astronomes du secteur pour déterminer si quelque corps astronomique ou phénomène astronomique explique l'observation.

f. Contact avec les contrôleurs aériens militaires et civils, les Directions des Opérations Aériennes, et ainsi de suite, pour déterminer si l'observation pourrait être le résultat d'une identification erronée d'un avion connu.

g. Contact avec les personnes qui pourraient avoir connaissance d'un avion expérimental d'une configuration inhabituelle, des mises à feu de fusée et de missiles téléguidés dans le secteur et ainsi de suite.

6. Collecte d'informations sur le Territoire National. Le Commandement de la Défense Aérienne a un intérêt direct pour les rapports concernant les OVNIs signalés sur le Territoire National et a, avec l'Escadron Aérien de Renseignements n° 4602d (AISS Air Intelligence Service Squadron), la possibilité d'enquêter pour étudier ces derniers. Le 4602d AISS se compose de spécialistes qualifiés dans le domaine de la collecte et de la recherche des renseignements des phénomènes aériens qui se produisent sur le Territoire National. Cet escadron est fortement mobile et est déployé sur tout le Territoire National comme suit: Des vols sont attachés aux Divisions de la Défense Aérienne, des détachements sont attachés à chacune des Forces de la Défense, et le Siège de l'Escadron est situé à Peterson Field, Colorado, à côté des Quartiers Généraux du Commandement de la Défense Aérienne. Les activités de l'Armée de l'Air devraient donc établir et maintenir la liaison avec l'élément le plus proche de cet Escadron. Ceci peut être réalisé en entrant en contact avec l'Echelon approprié du Commandement de la Défense aérienne comme décrit ci-dessus.

a. Toutes les Entités de l'Armée de l'Air sont autorisées à conduire de telles enquêtes préliminaires comme peuvent l'exiger les buts à atteindre; cependant, les enquêtes ne devraient pas continuer au-delà de ce point, à moins qu'une telle action ne soit demandée par le 4602d AISS.

b. occasionnellement - après soumission des rapports initiaux - des informations complémentaires peuvent être requises, qui peuvent être développées plus économiquement par l'Entité de l'Armée de l'Air la plus proche, tels des rapports narratifs, des croquis, des cartes marquées, des diagrammes, et ainsi de suite. Dans de telles circonstances, les Commandants adéquats seront contactés par le 4602d AISS

c. Les Communications directes entre les Echelons du 4602d AISS et les Entités de l'Armée de l'Air sont autorisées.

7. Comptes rendus. Les informations concernant les Objets Volants Non Identifiés seront rapidement rapportées. Les méthodes (télégraphiques ou écrites) et la priorité de l'expédition seront choisies selon la valeur apparente des renseignements de l'information. Dans la plupart des cas, les rapports seront rédigés par des moyens télégraphiques : Une priorité dite "reportée" sera donnée aux informations de plus de 24 heures. Les rapports de plus de 3 jours seront rédigés par écrit sur le formulaire AF Form 112, Rapport des Informations de Renseignements De l'Air, et avec le formulaire AF Form 112a, supplément au rapport AF 112.

a. Destinataires:

(1) Rapports concernant les phénomènes Electriques. Tous les rapports concernant les phénomènes électriques seront envoyés en plusieurs exemplaires et adressés à:

(a) Le Commandant, Commandement de la Défense Aérienne, Base Aérienne Ent Base de l'Air Force Colorado Springs, Colorado

(b) La Division de L'Air Force la plus proche d'air (défense) (pour le Territoire National seulement.)

(c) Le Commandant, Centre Technique Des Renseignements de l'Air, Base Aérienne de Wright-Patterson, Ohio.

(d) Le Directeur des Renseignements, Quartiers Généraux, l'U.S. Air Force, Washington 25, D.C.

(2) Rapports Écrits:

(a) A l'intérieur du Territoire National, les rapports seront directement soumis au Commandement de la Défense Aérienne. Le commandement de la Défense Aérienne reproduira le rapport et le distribuera aux Agences de Renseignements du Territoire National intéressées. Le rapport original ainsi que les annotations seront expédiés au Directeur des Renseignements, Quartiers Généraux de l'US Air Force, Washington 25, D.C

(b) En dehors du Territoire National, les rapports seront directement soumis au Directeur des Renseignements, Quartiers Généraux, U.S. Air Force, Washington 25, D.C comme prescrit dans "les instructions de collecte de Renseignements" (ICI), juin 1954.

b. Titre court. " OVNI (UFOB) " apparaîtra au début du texte des messages télégraphiques et dans l'objet des rapports écrits.

c. Données négatives. Le mot "négatif" en réponse à des informations cryptées au format du rapport indiquera que toutes les voies logiques ont été développées sans succès. L'expression "non applicable" (N/a) indiquera que la question ne s'applique pas à l'observation étudiée.

d. Les mises en forme des rapports incluront les articles numérotés suivants:

(1) description de(s) l'objet(s):

(a) Forme

(b) Taille comparée à un objet connu (utiliser l'un des termes suivants: Tête d'épingle, pois, dixième de dollar, nickel, quart, demi-dollar, dollar en argent, base-ball, pamplemousse, ou basket-ball) tenu dans la main à environ longueur de bras.

(c) Couleur.

(d) Nombre.

(e) Formation, si plus d'une.

(f) Tous dispositifs ou détails perceptibles.

(g) La queue, la traînée, ou l'échappement, y compris la taille d'objets identiques comparée à la taille d'autre(s) objet(s).

(h) Bruit. Si entendu, description du bruit.

(i) D'autres dispositifs pertinents ou inhabituels.

(2) description de la course de(s) objet(s):

(a) Ce qui a attiré la première fois l'attention de(s) observateur(s) sur l'objet(s)?

(b) Angle d'altitude et azimut des objets observés la première fois.

(c) Angle d'altitude et azimut des objets avant de disparaître.

(d) Description du vol et manœuvres de(s) objet(s).

(e) Manière dont le(s) objet(s) ont disparu.

(f) La durée de l'observation

(3) Méthode d'observation:

(a) Utilisation de l'une des combinaisons des termes suivants: Terre - visuel, Terre - électronique, air électronique. (si électronique, indiquez le type de radar.)

(b) Rapport quant aux aides optiques (télescopes, jumelles, et ainsi de suite) utilisés et description.

(c) Si les observations sont faites pendant un vol, donner le type d'avion, le n° d'identification, l'altitude, le titre, la vitesse et la base d'origine.

(4) L'heure et la date de l'observation:

(a) L'Heure et la date internationales de l'observation.

(b) Les conditions de luminosité (utiliser l'un des termes suivants): Nuit, jour, aube, crépuscule.

(5) Lieux de(s( observateur(s). Latitude et longitude exactes de chacun des observateurs ou position Géographique de référence ou position connue par rapport à un point de repère.

(6) Informations d'identification de tous les observateurs :

(a) Civil- Nom, âge, adresse courrier, métier.

(b) Militaires - Nom, Grade, organisation, devoir, et test de fiabilité.

(7) Conditions météorologiques des vents-en altitude au moment et à l'endroit des observations: (a) Compte rendu des conditions atmosphériques.

(b) Rapport du plus proche Bureau Météo : Direction du vent et vitesse en degrés et nœuds en surface, 6.000 ', 10.000 ', 16.000 ', 20.000 ', 30.000 ', 50.000 ', et 80.000 ', si disponible.

(c) plafond.

(d) Visibilité.

(e) Quantité de couverture de nuage.

(f) Orages dans le secteur et quadrant dans lesquels ils sont situés.

(8) Toute activité météorologique, astronomique inhabituelle ou autre, qui pourrait expliquer l'observation.

(9) Mesure d'interception et d'identification prise. (Une telle action peut être envisagée chaque fois que cela est faisable, en se conformant aux directives existantes de la Défense Aérienne.)

(10) Situation de tout le trafic aérien dans le secteur à l'heure de l'observation.

(11) Position rôle et commentaires de l'officier prenant les dispositions, incluant son analyse préliminaire et la cause possible de l'observation.

(12) Sécurité. Les rapports ne devraient pas être déclassifiés à moins qu'une inclusion de données soit requise par c et d au-dessous des mandats d'une plus haute classification.

8. Témoignage. L'existence de preuve physique (photographies ou matériaux) sera rapidement rapportée.

a. Photographie:

(1) visuel: le négatif et deux copies seront expédiés, tous les films originaux, incluant dans la mesure du possible les deux copies et les négatifs, seront titrés ou correctement identifiés quant au lieu, l'heure, et la date de l'incident

(voir "Les instructions de Collecte de Renseignements" (ICI), juin 1954)

(2) Deux copies de l'écran Radar seront expédiées. Les copies des écrans radars seront titrées conformément à l'AFR 95-7 et expédié selon l'AFR 95-6.

b. Le matériel suspecté ou réel, et le matériel entrant en possession de n'importe quel échelon de l'Armée de l'Air sera préservé de telle façon à empêcher quelque dégradation ou changement qui pourraient réduire sa valeur pour examen et analyse par les Services de Renseignements.

9. Déclassification des faits: Les Quartiers Généraux de l'U.S. Air Force déclasseront des résumés des données évaluées qui informeront le public à ce sujet. En réponse à des enquêtes locales, il est permis d'informer les représentants des médias sur les OVNIs quand l'objet est franchement identifié comme un objet conventionnel (voir le paragraphe 2b), excepté le type d'informations suivantes qui justifient une protection, et qui ne doivent pas être révélées : Les Noms par principes, Les procédures d'interceptions et de recherche, les données classifiées des radars. Pour les objets qui ne sont pas explicables, le seul fait que l'ATIC analysera les informations mérite une rétractation due à trop d'inconnus compliqués.

Par Ordre du Ministre de l'Armée de l'Air:

N.F. Twining

Chef D'Etat Major, Force aérienne des Etats Unis

DOCUMENT F.O.I.A En 1952 la Marine Américaine appliquait une procédure spéciale d'observation pour les navires marchands dont est issu le document ci-dessous :



Le MERINT (Merchantman Intelligence) proche de l'AFR 200-3

Le document ci-joint, du 8 Novembre 1975 prouve que le NORAD (Centre de Commandement Général pour l'Amérique du Nord), lui aussi, avait des problèmes avec les OVNIs




TRADUCTION

CENTRE MILITAIRE DE COMMANDEMENT NATIONAL

MÉMORANDUM POUR ENREGISTREMENT

Objet: Observations non identifiées

1. 03H08 Communication Téléphonique du Commandement du NORAD (NORTH AMERICAN AEROSPACE DEFENSE COMMAND): 02H53 de Malmstrom AFB (Base Aérienne) Montana, a reçu sept coupures radar, provenant du radar principal de recherche, aux altitudes de 9.500' et 15,500'.Simultanément, des témoins au sol observaient des lumières dans le ciel et des bruits de moteurs à réaction semblables à ceux des chasseurs. Les communications avec FAA ont indiqué qu'aucun avion à réaction n'était dans la zone à moins de 100NM des observations. Le radar traça les objets au-dessus de Lewistown, Montana à la vitesse de sept (7) nœuds. Deux intercepteurs F-106 de la 24ème région de NORAD furent mis en alerte à 02H54 et décolèrent à 02H57. À ce moment le personnel de Malmstrom AFB (Base aérienne) et des terrains K1,K3, L3, L6, annoncèrent des lumières dans le ciel accompagnées de bruit de moteur à réaction.

2. 03H44 Communication téléphonique de la même source:

Les objets n'ont pas pu être interceptés. Les chasseurs ont dû maintenir un minimum de 12.000 'en raison du terrain montagneux. Les objets observés avaient tourné vers l'ouest, à une vitesse accrue de 150 knots.( K.Nœuds) Deux traces étaient évidentes sur le radar principal à une distance de 10-12 NM (Miles nautiques) l'une de l'autre. Le terrain K3 signala les objets entre 300 ' et 1.000 'tandis que le terrain L-4 signalait les objets à 5NM NW de leur position. Les objets ont disparu de l'écran radar à la position 4650N/10920W à une vitesse calculée de trois (3) nœuds.

3. À 04H40, NMCC contact initié avec le commandement du NORAD qui a rapporté ce qui suit:

A 04H05: Malmstrom reçoit des traces intermittentes sur les deux radars de recherche. Le terrain C-1, de Stanford, Montana, signale des observations visuelles des objets inconnus.

A 04H20: Le personnel des 4 terrains signale l'arrivée des intercepteurs F-106 dans le secteur; les objets ont éteint leurs lumières à l'arrivée des intercepteurs, et repartent vers leur point de départ.

04H40: Le terrain C-1 de SAC avait toujours un visuel des objets.

4. Le NORAD a déclaré que des lumières nordiques sont quelquefois la cause de phénomènes de ce type sur des radars de recherches, mais leurs vérifications par les services météo a indiqué qu'il n'était pas possible que ce soit les lumières nordiques.

5. NMCC a informé Washington FAA à 04H45 des incidents décrits ci-dessus. Ils n'avaient reçu aucune information antérieure à ce moment.

6. 05H22 Communication téléphonique avec le Responsable du commandement du NORAD: À 04H05 SAC terrain L-5 a observé un objet qui accélérait et s'élevait rapidement à un point en altitude où il est devenu indiscernable des étoiles. Le NORAD portera cet incident comme une disparition demeurant inconnue à 03H20, puisque après cette date seules des observations visuelles se sont produites.

WILMAN D.BARNES
Brigadier Général USA

Les deux documents ci-dessous, de 1948, et 1949, prouvent sans ambiguïté, que l' "AIR MATERIAL COMMAND", était bien le centre nerveux de tout ce qui touchait aux OVNIs, et que les statistiques démontraient que 80% des observations d'OVNIs restaient inexpliquées, en contradiction flagrante avec les différentes tentatives d'explication des Agences de Renseignements.



TRADUCTION

Compte rendu d'information sur les "disques volants."

A l'attention de : Planification & Collecte 27 Fév. 1948

1. C'est la politique de l'Armée de l'Air de ne pas ignorer les comptes rendus des observations et des phénomènes atmosphériques, mais de reconnaître qu'une partie de sa mission est de rassembler, collecter, évaluer, et agir sur ces informations.

2. En mettant en application cette politique AIR MATERIAL COMMAND a été désigné comme l'Organisme de l'Armée de l'Air devant rassembler, collecter, évaluer, et répartir aux Organismes Gouvernementaux et aux Agences intéressées toute l'information concernant les observations des phénomènes atmosphériques qui peuvent préoccuper la Sécurité Nationale.

3. Toutes les installations de l'Armée de l'Air dans et en dehors du territoire national et de l'Alaska ont été chargées de rendre compte de toutes les observations ou informations concernant les dits phénomènes qui parviennent à leur attention, directement au Commandement Général de AIR MATERIAL COMMAND, base aérienne de Wright-Patterson, Dayton, Ohio, à l'Attention de: MCI.

4. AIR MATERIAL COMMAND a été autorisé à prendre contact directement avec toutes les installations de l'Armée de l'Air afin d'exiger si besoin est, des informations complémentaires sur les disques volants.

5. Il est demandé que toutes les installations du Ministère de l'Armée soient également chargées de signaler de tels évènements directement à AIR MATERIAL COMMAND et qu'elles soient informées que AMC est autorisé à entrer en contact directement avec elles si nécessaire, concernant de tels évènements.

6. Si possible, les rapports destinés à AIR MATERIAL COMMAND doivent immédiatement mentionner les informations suivantes :

Lieu et heure de l'observation

La météo à l'heure dite

Noms, travail, et adresses des témoins

Photographies de l'objet, si possible

Type d'objet aperçu:

Le Nombre
La Couleur
La Manœuvrabilité
Traces d'échappement

La Forme
La Vitesse
L'Altitude

La Taille
La Direction
Le Bruit


POUR LE CHEF D'ETAT MAJOR C.p. CABELL



TRADUCTION

23 FÉV. 1949

Ministère de l'Armée de l'Air, QG, U.S. Air Force, Washington 25, D.C.

Au directeur des Renseignements, Général Staff, Armée US, Washington 25, D.C.

1. Les renseignements suivants sont fournis pour information suite à votre réponse au Commandement Général, de la Quatrième Armée:

a Des enquêtes très minutieuses concernant tous les incidents répertoriés impliquant des objets volants non conventionnels depuis juin 1946 jusqu'à ce jour ont été conduites par un Projet spécial du Quartier Général, de "Air Material Command" Base aérienne de Wright-Patterson, Ohio. Des efforts incessants sont menés par ce Projet afin d'établir l'identité de chaque cas rapporté. Des incidents singuliers ou en apparence relatifs à ce qui semble impliquer des objets non conventionnels, ou qui pourraient représenter quelque dispositif ou activité artificiels peu communs, sont intégralement explorés, et par le personnel du Projet de AMC et par d'autres spécialistes, tels ceux du Rand Corporation (autrefois Projet RAND.)

b De quelques 210 incidents, vingt (20) pour cent ont été expliqués. La majorité de ceux-ci impliquaient une identification erronée de ballons météo. D'autres mettaient en cause des équipements aéroportés de recherches sur les rayons cosmiques, des bolides, des météores, et dans un seul cas, l'observation de jour de la planète Vénus. Seulement deux cas rapportés furent des canulars.

c Jusqu'à ce jour il n'y a eu aucune preuve réelle qui soutiendrait une théorie selon laquelle tous les incidents seraient imputables à l'activité d'une nation étrangère. D'autre part, il n'y a aucune preuve pour nier catégoriquement une telle possibilité, particulièrement depuis que des incidents qui se sont produits outre-mer, peuvent avoir impliqué un avion étranger. La possibilité d'engins étrangers devient de plus en plus improbable dans le cas d'incidents sur le territoire national, et représenterait une réalisation défiant la plupart des limites bien définies de la science aéronautique. Cependant, un grand nombre d'incidents rapportés par des observateurs compétents et dignes de confiance n'ont toujours pas d'explication.

d. Air Material Command de l'U.S. Air Force continue les recherches sur chaque incident non expliqué. En outre, AMC utilise les recommandations d'un certain nombre d'agences et de spécialistes. Les résultats sont passés en revue sur une base interrompue et sont utilisés en formulant des explications possibles pour les observations qui manquent toujours d'une identification sans équivoque.

POUR LE CHEF DU D'ETAT MAJOR

C.P.CABELL

Major General US AIR FORCE

_______________________________________
Veuillez svp respecter le forum en postant des messages sérieux et constructifs sans SMS. Merci à l'avance et bonne lecture.
Rendez-vous sur le blog: http://ovnis-ufo.org/ Poster votre témoignage: Cliquer ici Perte de mot de passe: cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ovnis-ufo.org/
 

(1952) l'intérêt de toutes les Agences de renseignements au sujets des OVNIs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Paris, périphérique sud: un « nuage » triangulaire de tubes lumineux!
» sites intéressants pour toutes les disciplines
» Une section ou un sujet sur la mystique ça vous intéresse ?
» L'intégrisme...danger!
» retraite de guérison intérieure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Archives sur le phénomène Ovni :: Les archives ufologiques importantes :: Les documents ovni top secrets déclassifiés-