Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 Collisions, disparitions, découvertes : pot pourri des dernières nouvelles du système solaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre.B
Equipe du forum
Equipe du forum
avatar



Masculin Age : 35
Nombre de messages : 4166
Inscription : 30/08/2008
Localisation : vendée,france
Emploi : electrotechnicien
Passions : lecture, musique, sciences et technologie,espace,photo
Règlement : Règlement

MessageSujet: Collisions, disparitions, découvertes : pot pourri des dernières nouvelles du système solaire   Sam 12 Juin 2010, 21:50

Collisions, disparitions, découvertes : pot pourri des dernières nouvelles du système solaire
Les Bulletins Electroniques des Ambassades de France - un service ADIT

Mars et ses roches carbonatées, Titan comme modèle de la Terre primitive, Jupiter subissant des disparitions de bandes et des collisions : cette semaine va être l'occasion de faire un petit tour du système solaire.

Des carbonates sur Mars


Les robots sont bien utiles. Au moment où la mission Mars 500 débute afin d'étudier comment les hommes peuvent supporter le long confinement qu'imposerait une mission humaine vers la planète rouge, ils restent les meilleurs pour aller explorer le système solaire. Jusqu'au moment où quelques poussières viennent perturber le fonctionnement des instruments qu'ils transportent.


C'est ce qui est arrivé au Spectromètre d'Emission Thermale Miniature du robot Spirit qui a parcouru Mars en 2005. L'instrument, développé à l'Arizona State University, avait vu ses mesures perturbées par la présence de poussières. Il a fallu quelques années aux chercheurs pour pouvoir corriger l'effet de ces poussières dans les spectres mesurés par l'instrument. Le résultat obtenu valait bien tous ces efforts : des pierres ayant une abondance en carbonate de 25% de leur masse ont été identifiées. Un record.

Les carbonates sont très utiles pour retracer le passé climatique de la planète mais aussi pour toutes les questions en lien avec la présence d'eau et donc éventuellement de vie. D'autres roches identifiées par des robots sur Mars ont laissé penser que de l'eau acide avait pu ruisseler à la surface de la planète. Or, l'eau acide dissout les carbonates. L'identification de roches carbonatées témoigne alors de la présence d'eau neutre, plus adaptée à l'apparition de formes de vie.

Cette découverte ne simplifie pas le travail des planétologues qui doivent comprendre comment les conditions géologiques et climatiques ont pu se succéder pour créer ces différentes roches. Cette histoire montre aussi que les quantités phénoménales de données récupérées par les instruments d'observation et les robots d'explorations fournissent le matériel aux chercheurs pour des années de travail et de dépouillement. Avec toujours de nouvelles découvertes à la clé.

L'atmosphère de Titan explique une partie du mystère de la vie sur Terre


Titan est le principal satellite de Saturne, la célèbre planète géante aux anneaux. L'intérêt pour cet astre, d'une taille comparable à la moitié de celle de notre planète, a grandi au fur et à mesure que sa composition a été étudiée. Le satellite possède une atmosphère dense contenant des molécules organiques qui sont considérées comme les bases nécessaires pour produire les molécules pré-biotiques. La sonde Cassini a par ailleurs apporté la preuve de la présence de liquide à la surface de l'astre. Titan pourrait ainsi fournir un modèle de ce qu'était la Terre peu après sa formation, au moment où la vie est apparue.


Une nouvelle étude menée à l'University of Colorado - Boulder vient de rapprocher une fois de plus Titan et la Terre primitive [1]. Les chercheurs ont simulé les effets d'une atmosphère terrestre primitive composée de divers hydrocarbures, comme celle du satellite de Saturne. L'atmosphère ainsi constituée absorbe le rayonnement ultra-violet qui n'atteint pas le sol où il nuirait au développement de la vie. L'autre avantage créé est l'accumulation dans l'atmosphère d'ammoniac créant un effet de serre assurant le maintien des températures à une époque où le rayonnement solaire était 20 à 30% moins intense qu'actuellement.

La modélisation s'appuie sur des tentatives déjà menées pour lesquelles la forme des particules de matière organique était sphérique. Le résultat actuel a été obtenu en incluant dans le modèle des chaines irrégulières de particules plus proche de celles attendues et similaires à celles présentes dans l'atmosphère de Titan. Les découvertes récentes sur le rôle du dioxyde de carbone dans le réchauffement de la Terre primitive ont conduit à abandonner les anciennes hypothèses de composition de l'atmosphère au moment de l'apparition de la vie. L'étude de l'UC - Boulder vient ainsi conforter une nouvelle hypothèse : celle d'une atmosphère riche en molécules organiques.


Jupiter perd ses bandes...


Jupiter est une planète du type géante gazeuse, avec un diamètre 11 fois supérieur à celui de la Terre. Un petit télescope suffit pour obtenir une belle vue de Jupiter et de sa succession de bandes horizontales rouges et blanches. Cependant, ces bandes de nuages peuvent évoluer au point de disparaître. La Ceinture Equatoriale Sud (CES), rougeâtre et large comme deux fois la Terre, s'est ainsi évanouie ces derniers mois (figure 3).


Les raisons de cette disparition ne sont pas connues. Elle pourrait être due à l'apparition de nuages d'ammoniac qui viendraient recouvrir temporairement la CES. Ce phénomène montre combien les informations manquent sur la composition et la dynamique de l'atmosphère jovienne. Un autre exemple de ces manques est incarné par la grande tâche rouge, un ouragan monstrueux qui s'enroule dans la CES, seul point rouge actuellement dans l'hémisphère sud et dont la dynamique n'est toujours pas comprise. Ce n'est pas la première fois qu'une telle disparition intervient. La CES peut disparaître pendant deux ans, à intervalles irréguliers. Sa réapparition est toujours liée à des phénomènes violents de tempêtes et de création de vortex dans l'atmosphère.

Des chercheurs français ont récemment proposé une explication sur l'origine des bandes de nuages du Jupiter qui pourrait aider à comprendre leur évolution [2]. Ces bandes résulteraient des marées gravitationnelles crées par les nombreux satellites orbitant autour des planètes géantes. Ces résultats s'appuient notamment sur des simulations des systèmes à l'aide de liquides et de cylindres en rotation.


... et se fait bombarder !


L'autre actualité de Jupiter est son bombardement par un corps céleste qui était resté jusqu'à présent non identifié. L'évènement a eu lieu en juillet 2009 et avait été photographié par Anthony Wesley en Australie. Les télescopes du monde entier s'étaient alors tournés vers la planète géante. Le télescope spatial Hubble, dont les 20 ans ont été célébrés en grande pompe récemment, avait aussi pointé ses miroirs vers Jupiter.


Les images obtenues par Hubble, publiée cette semaine, ont permis aux chercheurs d'identifier le responsable de la collision. Il s'agirait d'un astéroïde d'environ 500 mètres de diamètre. Cette identification a pu être possible en comparant les images de 2009 avec celles de la collision entre Jupiter et la comète P/Shoemaker-Levy 9 de 1994. A partir de ces images, les astronomes ont pu identifier des différences de composition chimique et de structure mais aussi remonter à la trajectoire du corps impliqué dans la collision. Ces indices ont alors permis d'accuser un astéroïde et d'évaluer sa taille [3].

Au moment où ces images étaient publiées, une nouvelle collision d'un objet avec Jupiter était filmée, à nouveau par Anthony Wesley [4]. Ces collisions sont statistiquement sensées se produire une fois par siècle, voire par millénaire. Ces exemples nous rappellent ainsi que notre environnement spatial direct peut être chaotique, et dangereux.


Source : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/63652.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Collisions, disparitions, découvertes : pot pourri des dernières nouvelles du système solaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Collisions, disparitions, découvertes : pot pourri des dernières nouvelles du système solaire
» dernières nouvelles de SIEVERNICH
» dernières nouvelles de Fukushima
» Syrie : Dernières nouvelles : "Il pleut averse sur les islamistes."
» Le Journal des dernières nouvelles en faveur de la laïcité et de la raison.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Rubriques Thématiques :: Thématiques Sciences :: Astronomie et Astrophysique-