Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis
Bonjour et bienvenue sur le forum "les mystères des ovnis",

Si vous êtes témoin de phénomènes inexpliqués, il est très important de témoigner en cliquant ici. N'hésitez pas à vous inscrire sur le forum en cliquant sur s'enregistrer.

Nous vous proposons de consulter les nombreux articles du site associé au forum. Vous y trouverez de nombreuses informations importantes et sérieuses. http://ovnis-ufo.org

Cordialement


Un site consacré à l'étude sérieuse des ovnis et de leur histoire - informations riches et pertinentes sur le phénomène des ovnis.
 
Ovni Accueil site PortailPublicationsFAQRechercherMembresS'enregistrerGroupesConnexionTémoignage ovniAccueil
Depuis 10 ans, le forum n'a cessé de grandir grâce à vous, en faisant aujourd'hui la première plateforme francophone par sa fréquentation.

Partagez | .
 

 Caractériser la vie extraterrestre : une question ardue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre.B
Equipe du forum
Equipe du forum
avatar



Masculin Age : 35
Nombre de messages : 4170
Inscription : 30/08/2008
Localisation : vendée,france
Emploi : electrotechnicien
Passions : lecture, musique, sciences et technologie,espace,photo
Règlement : Règlement

MessageSujet: Caractériser la vie extraterrestre : une question ardue   Mer 19 Mai 2010, 12:38

Caractériser la vie extraterrestre : une question ardue

A trop se focaliser sur l'existence telle que nous la connaissons, nous risquons de passer à côté de formes de vie étranges qui ne dépendent pas de l'eau ou du métabolisme carboné, explique à Futura-Sciences Jean Schneider, chercheur à l'Observatoire de Paris et au Laboratoire de l'Univers et de ses Théories. Cet astronome est également membre de la Science team de Corot et responsable de l'Encyclopédie des Planètes Extrasolaires, un site Web qui répertorie les exoplanètes découvertes.

Pour Jean Schneider, il ne fait guère de doute que « dans les 15 ou 30 ans à venir, ou davantage encore, nous allons avoir de plus en plus de données d'observations sur les exoplanètes ». Parmi ces données, « desquelles pourrons-nous dire, à partir de quels critères et de quels arguments, qu'elles nous signalent la présence d'une forme de vie quelconque » ? Dans un premier temps, ces biosignatures vont être rares, difficiles à recueillir et ambiguës car « les exoplanètes sont très peu lumineuses, difficiles à isoler de leurs étoiles qui, vues depuis la Terre, sont au moins dix millions de fois plus brillantes ». Mais, à mesure que nos instruments d’observations s'améliorent, les chercheurs vont être confrontés à un problème de taille dans le sens où « les observations sont exprimées avec le vocabulaire de la physique terrestre ». Autrement dit, comment va-t-on déterminer que ce qu’on observe démontre des signes d’une forme de vie ?

Ce ne sera pas simple. Des molécules à la vie il y a un gouffre. Pour les scientifiques, la réponse habituelle « s’appuie sur l’analogie ». Par exemple, sur Terre, la seule source d'oxygène atmosphérique est constituée par les végétaux. « On se dit alors que s'il y a de l'oxygène sur une exoplanète c'est qu'il y a quelque chose comme des plantes ». Or, dans l'esprit de tous, les plantes sont vivantes, de sorte « qu’il faut alors se demander ce que signifie l'affirmation "les plantes sont vivantes" ».

Pour Jean Schneider, la vie « c'est d'abord un mot, chargé de résonances affectives. Quand je déclare une chose vivante (un animal, un humain, ...), mon expérience ne consiste pas à en faire une analyse physico-chimique, elle est d'abord spontanée. C'est vivant parce que je perçois un comportement auquel je peux m'identifier en partie et avoir avec la chose des échanges ». Si on suit ce raisonnement, l'analyse chimique vient seulement dans un deuxième temps. Et, point capital, même si elle révèle une chimie complexe, « tant que les susdites relations n'existent pas, il n'y a pas de vie ». La question est analogue à celle du statut du fœtus et de l’embryon. Sont-ils humains ou non ? Et à partir de quand ? La décision de les appeler ou non humains est une décision éthique, purement arbitraire, du législateur. Autre exemple, de façon encore plus élémentaire, chaque fois qu'on analyse un corps salé, il a un comportement chimique résumé par les mots chlorure de sodium. « Mais le salé c'est une chose, le chlorure de sodium une autre. » Ainsi l'idée de définition de la vie, qui tenterait de l'objectiver, « ne me paraît pas pertinente ». Il est facile de montrer que toutes les définitions chimiques de la vie, par exemple basées sur des mécanismes de régulation, de reproduction et d'adaptation, « s'appliquent aussi à certaines structures du monde non vivant (des cristaux aux galaxies) ».


Aussi loin que porte notre regard, l'Univers est peuplé de milliards d'étoiles de sorte qu'il serait invraisemblable que la vie soit apparue seulement sur la Terre. Crédit Eso

Des technosignatures plutôt que des biosignatures

Il en est de même pour la vie hors du Système solaire. « Elle ne peut être que le résultat d'une construction d'un objet imaginaire à partir de rares mesures de télédétection ». Pour déterminer s’il y a de la vie ailleurs dans l’Univers, la réponse « ne pourra être qu’arbitraire, comme pour l'humanité du fœtus ». Dès que l’on détectera des signes physico-chimiques intéressants, la société et les possibles comités d'éthique exobiologique de l'époque ne « pourront que faire des recommandations arbitraires ».

La situation serait autre si nous « pouvions percevoir la morphologie et la mobilité de formes de vie par nos sens et avoir des échanges avec elles ». Mais on se heurte alors à une difficulté de la télédétection. Il n'y aura pas assez de photons... Il faut « un télescope d'une surface équivalente à 10.000 kilomètres carrés pour recevoir 1 photon par an issu d'un objet de 1 m situé sur une planète à 1 UA de l'étoile la plus proche ». Pire, pour distinguer à cette distance un objet de 1 mètre, l'instrument devra être un interféromètre dont la base doit égaler la distance Terre-Soleil.

Pour conclure, « il faut redoubler d'efforts pour avoir un maximum de données d'observations, par exemple ce qu'on peut appeler des "technosignatures" », des indices observables d'une activité technique, ce qui sera « parfaitement possible avec de très grands télescopes ».

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Caractériser la vie extraterrestre : une question ardue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» COMMENT CARACTÉRISER UN TEXTE
» Caractériser la distribution d'une variable unique
» Question ardue : test kruskal wallis
» Caractérisation techno-culturelle des industries lithiques de Blombos (Afrique du Sud)
» Quelles méthodes pour caracteriser sa population...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ovni et vie extraterrestre: les mystères des Ovnis :: Rubriques Thématiques :: Thématiques Sciences :: Recherche de la vie extraterrestre (exobiologie)-